Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les ingénieurs des Télécommunications dans la France contemporaine

 | 
Pascal Griset

Émergence d’une culture

Discussion. Naissance du corps des Télécommunications : innovation, État et figures tutélaires

Andrea Giuntini, Michel Atten, Daniel Headrick, François du Castel, Jacques Ernest, Marie-Hélène Parinaud, Pierre Mounier-Kuhn, Philippe Dupuis, Christian Marbach, Bernard Ayrault et Pascal Griset

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Andrea Giuntini1
Merci, Mesdames et Messieurs. Nous allons commencer par un rapide tour de table pour que chacun puisse réagir aux propos de Jean-Pierre Coustel.

Michel Atten
Je ne suis pas d’accord pour dire que pendant 70 ans il n’y a pas eu d’innovation avec le système Chappe. Je pense que les usages et l’acculturation sont des processus assez difficiles à cerner, mais qui sont très importants. Le système Chappe est quand même une invention extrêmement importante. Il faut aussi citer la loi sur le monopole2 qui conduit ensuite à la mise en place des PTT, donc au service public. Cette vision sera celle à laquelle les Britanniques se rallieront par la suite et qui sera même le modèle de développement européen par opposition au système américain fondé sur le privé.

Je veux ensuite revenir sur les atermoiements concernant la création de l’École supérieure de télégraphie par Cochery3. Pour moi, cela correspond à une concession aux ingénieurs, plutôt hostiles à la fusion avec les Postes et...

Auteurs

Président de séance.

Historien des sciences et des techniques, directeur honoraire des Archives et du Patrimoine historique de France Télécom, Michel Atten a dirigé les archives historiques de France Télécom. Il est docteur en histoire. Sa thèse intitulée Les théories électriques en France 1870-1900. La contribution des mathématiciens, des physiciens et des ingénieurs à la construction de la théorie de Maxwell a été soutenue en 1992. Il a notamment publié Les télécoms. Histoire des écoles supérieures des télécommunications, 1840-1997, 1999.

Professeur, Daniel Headrick a enseigné l’histoire à l’université Roosevelt de 1975 à 2008. Il est l’auteur de plusieurs livres sur l’histoire de la technologie et des empires coloniaux : The Tools of Empire : Technology and European Imperialism in the Nineteenth Century, 1981 ; The Tentacles of Progress : Technology Transfer in the Age of Imperialism, 1850-1940, 1988 ; The Invisible Weapon : Telecommunications and International Politics, 1851-1945, 1991 ; When Information Came of Age : Technologies of Knowledge in the Age of Reason and Revolution, 1700-1850, 2000 ; Technology : A World History, 2009 et Power over Peoples, Technology, Environments, and Western Imperialism, 1400 to the Present, 2010.

Ingénieur des Télécommunications, décédé en 2012.

Ancien directeur adjoint de la R&D chez Alcatel.

Ingénieur CNRS, centre Alexandre Koyrè.

Grand témoin, ingénieur des Télécommunications (X 1951, ENST 1956), Philippe Dupuis a été nommé à la direction des Services radioélectriques de la DGT en 1956. Détaché en 1962 à France Câbles et Radio, il a dirigé des projets techniques dans de nombreux pays d’Afrique et du Moyen-Orient. Il a ensuite participé à partir de 1973 à la création de la direction des Télécommunications des réseaux extérieurs. Il est devenu directeur général de Sofrecom en 1979, puis délégué aux Télécommunications mobiles à la DGT en 1981. Dans cette fonction, il a animé la participation française à l’élaboration de la norme GSM.

Ingénieur des Mines, président d’honneur de la Sabix, président du comité éditorial de La Jaune et la Rouge.

Ingénieur des Télécommunications.

Professeur d’histoire contemporaine à l’université Paris-Sorbonne, Pascal Griset est agrégé des universités et docteur en histoire. Historien des entreprises, il est plus particulièrement spécialiste de l’histoire économique et technique de l’information. Il préside la section 42 du comité national du CNRS. Au sein de l’UMR Irice, il anime le centre de recherche en histoire de l’innovation, (Paris IV). Il collabore régulièrement aux travaux de la Society for the History of Technology (SHOT) ainsi qu’au réseau de recherche européen « Tensions of Europe » dont il est membre du comité scientifique. Ancien auditeur à l’Institut des stratégies industrielles, il est actuellement vice-président de l’Association pour l’histoire de l’informatique et des télécommunications et administrateur du Comité d’histoire de La Poste, il participe au comité de rédaction des revues Hermès (CNRS) et Flux (ENPC).
Son ouvrage, Les révolutions de la communication xixe-xxsiècles, a reçu le prix 1992 de l’Institut européen des affaires. Sa thèse de doctorat, Entreprise, technologie et souveraineté : les télécommunications transatlantiques de la France, a été primée par l’Institut d’histoire de l’industrie. Il a récemment publié avec Georges Pébereau : L’industrie, une passion française, Presses universitaires de France, 2005 ; Histoire d’un pionnier de l’informatique. 40 ans de recherche à l’Inria, 2007 et Du Cemagref à l’Irstea. Un engagement pour la recherche environnementale, 2011.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540