Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le crédit à la consommation en France, 1947-1965

 | 
Sabine Effosse

Première partie. Illégitimité et clandestinité (1947-1952

Conclusion de la première partie

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

fr

79

Considéré comme dangereux et inopportun à la fin des années 1940, le crédit à la consommation est rejeté dans la clandestinité faute de légitimité. La Banque de France et le Conseil national du crédit, n’ayant admis que le financement de l’automobile, assimilée à un bien de production tant il est alors peu accessible aux particuliers, les prêteurs illégaux prospèrent au gré des besoins non satisfaits – habillement, chaussures, ameublement, deux-roues – témoins de la faiblesse du niveau de vie des Français dans l’immédiat après-guerre. Ce marché du crédit à la consommation, qui se décline en noir et gris compte tenu de la pénurie, révèle un point majeur : l’importance de la demande. Celle-ci, jointe à la nécessité d’écouler une production industrielle de plus en plus abondante, crée des opportunités pour les explorateurs du crédit issus du monde des banques d’affaires en mal de reconversion à l’issue de la Reconstruction. Sollicités par les fabricants, ils représentent une « issu...

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540