Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le crédit à la consommation en France, 1947-1965

 | 
Sabine Effosse

Première partie. Illégitimité et clandestinité (1947-1952

Chapitre I. Un crédit à la consommation illégitime

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’usage des mots indique valeurs et préjugés d’une époque. Dans l’immédiat après-guerre, l’expression « crédit à la consommation » n’est guère usitée. Celle de « vente à crédit », qui évoque la technique de financement utilisée, et non l’objet financé, domine. À l’heure où les besoins vitaux (alimentation, logement) ne sont pas satisfaits et où les priorités établies par le premier plan de modernisation et d’équipement sont la reconstruction des moyens de production, le « crédit à la consommation » n’a pas lieu d’être.

Chargé depuis la nationalisation du crédit en décembre 1945 de diriger les capitaux disponibles vers les secteurs prioritaires, le Conseil national du crédit (CNC) n’attribue de crédits qu’en fonction d’objectifs de production. Dès lors, comment envisager un « crédit à la consommation » ?

Pourtant cette pratique, qui avait été éliminée par la guerre et les pénuries, réapparaît timidement dans l’un des secteurs pionniers en la matière, l’automobile. Cette réapparition sp...

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540