Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Entretiens avec Roger Goetze

 | 
Roger Goetze

Deuxième partie. Les présidences du groupe central de planification urbaine et du groupe central des villes nouvelles (1965-1988)

Chapitre VII. Le Groupe central des villes nouvelles : une expérience humaine passionnante (1970-1988)

Texte intégral

Pouvez-vous rappeler les origines du GCVN ?

  • 1 Le SDAURP publié et accepté, P. Delouvrier s’attache dans une seconde phase à assurer la pérennité (...)
  • 2 Jean-Eudes Roullier (1931), inspecteur des Finances (1958), voit l’ensemble de sa carrière associé (...)
  • 3 Guy Salmon-Legagneur (1930), auditeur à la Cour des comptes, camarade de promotion de J. E. Roullie (...)
  • 4 Jean Millier (1917-2006), ancien élève de l’école Polytechnique, ingénieur général des Ponts et Cha (...)
  • 5 Paul Delouvrier, délégué général au District de la région de Paris depuis août 1961, est nommé, con (...)
  • 6 Décisives pour le lancement des villes nouvelles, les missions d’études et d’aménagement sont mises (...)

Le Ve Plan terminé, le Groupe central de planification urbaine n’avait plus de raison d’être mais il n’a jamais été dissous. Ce groupe se terminait donc et il y avait déjà pointant à l’horizon un embryon d’organisation pour les villes nouvelles de la région parisienne qui avaient été créées dans la dépendance du préfet de la région parisienne. J’étais le seul parrain pour L’Isle d’Abeau, pour Berre, pour le Vaudreuil et Villeneuve-d’Ascq, les quatre villes de province. Les cinq de la région parisienne, et les villes nouvelles en général, ont eu comme père M. Paul Delouvrier, préfet du District de la région parisienne puis premier préfet d’Ile-de-France quand le district de la région parisienne s’est transformé en Région d’Ile-de-France. C’était une de ses idées majeures pour le premier SDAU de la Région et une petite cellule avait été créée, un secrétariat interministériel, auprès de la région parisienne, plus précisément, auprès de Delouvrier pour s’occuper des villes nouvelles1. [...]. C’était un secrétariat interministériel régional dont le premier secrétaire a été M. Jean-Eudes Roullier2, assisté de M. Guy Salmon-Legagneur3 que vous allez retrouver tout au long de la carrière des villes nouvelles, avec Jean Millier, ingénieur général des Ponts qui a été longtemps à la tête de l’établissement public de la Défense, l’EPAD4. C’est Paul Delouvrier, préfet de Région, qui a lancé dans les débuts ces villes nouvelles pour lesquelles on avait créé des missions d’aménagement5. Telles ont été les premières actions, et en 1966, on a envoyé un ingénieur des Ponts et quelques hommes sur place pour examiner ce qu’il fallait faire pour lancer ces villes6.

Au départ, quel était l’objectif des villes nouvelles ?

  • 7 Créées par un arrêté adopté le 31 décembre 1958 par Pierre Sudreau, ministre de la Construction du (...)
  • 8 Les villes nouvelles de la région parisienne devaient être réalisées à une distance de trente kilom (...)
  • 9 Cf. chapitre VI supra.
  • 10 Les effets de la crise économique sont soulignés à de nombreuses reprises par les acteurs des ville (...)

Il était de remplacer ce qu’on appelait les ZUP, les zones à urbaniser en priorité. C’est-à-dire les Sarcelles, les grands ensembles sans âmes et sans avenir qui n’étaient que des dortoirs et des mouroirs. C’était de remplacer ces ZUP artificielles par des agglomérations vivantes, complètes, qui devaient offrir sur place, le travail, l’enseignement, enfin qui devaient être des villes7. [...] Il s’agissait de créer à une trentaine de kilomètres à peu près du centre, que ce soit Rouen, que ce soit Lyon ou que ce soit Paris, de très gros pôles d’attraction dont l’ambition était grande puisque le Vaudreuil était prévu pour 80 000 habitants8. Pourquoi ? Parce que justement, j’avais vu au Groupe de planification urbaine qu’on ne pouvait pas restructurer suffisamment Rouen9. À Rouen, c’était le quartier Saint-Séver que l’on voulait revivifier, c’est-à-dire la rive gauche de la Seine. On y a construit la préfecture. On y a construit un certain nombre de services. Mais on savait très bien, à ce moment-là, qu’étant donné la croissance de Rouen, ce n’était pas suffisant et qu’il fallait un exutoire proche de Rouen qui devait être le Vaudreuil. Pourquoi est-ce que cela n’a pas marché ? C’est parce qu’à partir de 1973, au moment précis où les villes nouvelles ont été créées, il y a eu le début de la crise pétrolière et que Rouen n’avait plus besoin du Vaudreuil pour se développer puisqu’il n’avait même plus de quoi remplir Saint-Séver ! Les villes nouvelles ont souffert terriblement de la crise de 1973-1974 qui est à leurs débuts. Elle a foudroyé le Vaudreuil qui n’existera jamais en dehors de cette petite commune de 10 000 habitants démesurément équipée par rapport à ce qu’elle est maintenant10.

L’idée était-elle d’opérer une décentralisation de Paris ?

  • 11 Sur le Comité de décentralisation, qui concerne à partir de 1967 à la fois le secteur public et le (...)

Il y avait le comité de décentralisation qui était là pour ça. Encore qu’il n’ait pas beaucoup aimé les villes nouvelles, il préférait décentraliser beaucoup plus loin. Mais tout de même, il a beaucoup aidé les villes nouvelles. J’y ai d’ailleurs contribué puisque j’en ai fait partie11.

Quand les villes nouvelles ont-elles reçu un cadre juridique propre à assurer leur développement ?

  • 12 La question des structures administratives propres à assurer la réalisation des villes nouvelles es (...)
  • 13 Les dispositions fiscales et financières de la loi Boscher sont fondamentales dans la mesure où ell (...)
  • 14 Malgré les nombreux débats qui ont précédé son adoption et sa mise en place progressive (les SCA so (...)
  • 15 Pour réaliser les villes nouvelles deux possibilités existaient : la société d’économie mixte (SEM) (...)

En 1970 on a jugé bon de donner une structure légale à ces villes nouvelles. Et le Parlement a voté une loi de juillet 1970, dite loi Boscher, du nom du député-maire d’Évry qui a été le premier président en fait de l’association des villes nouvelles. La loi Boscher a créé une législation spéciale pour les villes nouvelles. Cette législation spéciale se caractérisait essentiellement par ceci. On groupait des communes qui faisaient partie d’un certain périmètre qui était fixé par arrêté préfectoral. Mais ces communes ont été généralement très hostiles car c’étaient de petites communes de 500 habitants à peu près, effrayées par l’idée de devoir être le siège d’agglomérations qui pourraient avoir jusqu’à 500 000 habitants. Dans la région parisienne, Évry et Cergy étaient prévus pour 500 000 habitants. Saint-Quentin-en-Yvelines pour 300 000. Enfin, Marne-la-Vallée, on ne savait pas très bien parce que le territoire était très étiré. C’était un peu monstrueux pour ces braves paysans de la région parisienne qui ont donc été très hostiles à l’affaire. Alors, pour les préserver de toutes choses, les communes étaient divisées, sauf celles qui acceptaient leur intégration totale à la ville nouvelle (elles n’étaient pas très nombreuses). Elles étaient divisées en ce qu’on appelait la zone d’agglomération nouvelle, ZAN, et la hors ZAN, qui était l’ancien village. Chaque commune était découpée en plusieurs quartiers, dont les uns en ZAN et les autres hors ZAN12. Quelle était l’originalité de cette structure ? C’est que, à la différence des communautés urbaines, dont les syndicats communautaires d’aménagement (SCA) de la loi Boscher avaient à peu près les attributions, la fiscalité était différente. [...] En 1970, la loi Boscher a institué une fiscalité différente13. Au lieu d’avoir des centimes additionnels comme la communauté urbaine, le SCA levait seul les quatre taxes communales en ZAN et les communes restaient compétentes sur les quatre taxes hors ZAN. [...] Évidemment cela ne collait pas très bien parce que les habitants ne savaient pas, quand ils avaient à résoudre une question fiscale quelconque, s’ils devaient s’adresser à l’administration du SCA ou à leur commune puisque dans une rue ils pouvaient être en ZAN d’un côté, hors ZAN de l’autre. Les écoles, on ne savait pas si c’était des écoles communales ou des écoles du SCA. Enfin il y avait les deux. Il y avait un mélange de compétence et un partage fiscal. Cela a créé beaucoup d’ennuis [...] car dans une même commune, vous aviez la taxe professionnelle qui était déjà à 13 ou 14 % dans le SCA et qui était à 4 ou 5 % dans la partie hors ZAN, ce qui n’était pas souhaitable pour réussir un plan d’urbanisme. Il y avait une dichotomie à l’intérieur des communes, c’est cela qui n’a pas bien marché. Cela a quand même fonctionné pendant treize ans théoriquement14. [...] Simultanément, pour faire le travail technique, on a transformé les missions d’études en établissements publics d’aménagement (EPA). Ce sont les EPA qui vivent toujours et qui sont devenus des organismes considérables15.

Outre l’adoption de la loi Boscher, 1970 marque également la création du Groupe central des villes nouvelles. Quelles personnalités y siégeaient ?

  • 16 Le Comité interministériel pour l’aménagement du territoire (CIAT) décide le 26 mai 1970 la créatio (...)
  • 17 Michel Dresch (1943) est secrétaire général du GCVN de 1983 à 1990.
  • 18 Dès les débuts de fonctionnement du GCVN, R. Goetze suggère, compte tenu de son ampleur, de limiter (...)

En 1970, un arrêté du 23 décembre a créé le Groupe central des villes nouvelles, organe interministériel placé auprès du Premier ministre et comportant un président et un vice-président nommés par le Premier ministre et des représentants des ministères intéressés et puis c’était tout au début. [...] Le GCVN avait heureusement une section administrative qui s’occupait de ce dont s’occupait jadis l’ancien groupe et il n’y a jamais eu que cette section administrative qui ait fonctionné. En dehors des représentants des administrations, le Groupe comprenait le président de l’association française des villes nouvelles, le président de l’association des élus des villes nouvelles, les préfets de région — il y avait le préfet de la région parisienne évidemment, celui de Marseille, ceux de Lyon et de Rouen et celui de Lille, mais avec la fin de Villeneuve-d’Ascq, Lille n’était plus en cause – trois présidents de conseils généraux sur les dix qui étaient intéressés par les villes nouvelles, désignés par l’assemblée des présidents de conseils généraux, quelques maires, quelques représentants de syndicats et un peu de personnel, deux agents, je crois16. Après la modification de 1983, on a refait un autre arrêté mais j’aime autant dire qu’il n’a jamais été appliqué parce que ni moi, ni M. Dresch, le secrétaire général17, n’avons eu le temps de trouver les trois personnalités compétentes qu’il fallait désigner par le Premier ministre, puis cela aurait posé des questions politiques si bien qu’on a jamais réuni le Groupe central dans sa formation plénière actuelle et qu’on en est resté à la section administrative essentiellement composée du président et du secrétaire général du Groupe central, du directeur du Budget, du directeur du Trésor, du directeur général des Collectivités locales et d’un directeur du ministère de l’Équipement et de l’Urbanisme. Ce sont ces cinq personnes qui se réunissent en section administrative pour décider des choses que le président ne décide même pas lui-même18.

Quel rôle le GCVN a-t-il joué dans la réalisation des villes nouvelles ?

  • 19 Le CIAT du 26 mai 1970 définit la mission du GCVN : « préparer les délibérations du CIAT relatives (...)
  • 20 La pluridisciplinarité des équipes travaillant sur les villes nouvelles a été souhaitée et mise en (...)
  • 21 Cette notoriété, soulignée avec enthousiasme par R. Goetze, est assez tardive. J. E. Roullier aime (...)

Avant tout, c’est un organisme de coordination et c’est très important19. C’est très important parce qu’on a évité par là que les syndicats ne se fassent concurrence entre eux pour avoir la clientèle des grandes entreprises. Par exemple, ils n’ont pas eu à se disputer pour l’emplacement du siège social de Bouygues. Non. Il est à Saint-Quentin parce qu’il voulait aller à Saint-Quentin et le Groupe central a suivi toute la procédure et a poussé quand il le fallait. Le GCVN sert beaucoup. On est quatorze ou quinze cadres, c’est tout. Mais ils viennent de tous les horizons. Il y a des gars qui s’occupent du théâtre, d’autres qui s’occupent d’information, il y a des architectes, et puis des administratifs de l’Intérieur et de l’Équipement et trois financiers. Il y a plusieurs collaborateurs dans la communication qui font du très bon travail20. On organise des manifestations. On fait des publications, des brochures. Maintenant, il y a beaucoup de papiers sur les villes nouvelles, c’est très connu. Et leur notoriété est quelque chose de très important. Regardez donc les plaques de signalisation des autoroutes au départ de Paris et vous remarquerez qu’elles indiquent maintenant Cergy-Pontoise, Évry, Marne-la-Vallée, Melun-Sénart et Saint-Quentin21.

Le Groupe central se réunit-il souvent ?

  • 22 Le soutien décisif des Finances aux villes nouvelles, en dépit des aléas politiques, est évoqué à d (...)
  • 23 Roger Goetze déclare dans l’entretien qu’il a accordé à Alessando Giacone : « il [Paul Delouvrier] (...)
  • 24 Le successeur de Roger Goetze à la présidence du GCVN est Gabriel Pallez (1925-1998), ENA, inspecte (...)

Il se réunit quand il en est besoin. La plupart des affaires se règlent par téléphone entre le secrétaire général du Groupe central des villes nouvelles et le chef de bureau du Budget22. Si ça ne va pas bien, le président prend son téléphone à son tour et appelle le sous-directeur ou le directeur lui-même mais c’était très rare. Comme je suis resté directeur du Budget pendant sept ans et demi, ça a un certain poids à la direction du Budget23. C’est pour ça que j’ai tenu à ce que mon successeur soit un inspecteur général des Finances mais lui a été neuf ans directeur général des Collectivités locales, ce qui lui confère du poids à l’Intérieur. C’est très bon. Il est également très apprécié aux Finances puisqu’il a commencé sa carrière comme chargé de mission à la direction du Budget [...]24.

Quels sont ses moyens financiers ?

  • 25 Compte tenu des problèmes particuliers posés par leur réalisation, les villes nouvelles bénéficient (...)
  • 26 À partir des années 1985-1986, les syndicats d’agglomération nouvelle connaissent une véritable cri (...)
  • 27 Il s’agit de Jean-Jacques Fournier (1936), maire de Moissy-Cramayel (depuis 1971), président du syn (...)

Un petit budget de dix millions environ. On n’a même plus de quoi payer toutes les études qu’il serait souhaitable de mener parce qu’on a respecté strictement les directives budgétaires et qu’on a rigoureusement les mêmes crédits en francs courants depuis six ans. Les établissements publics doivent avoir cinq ou six millions de subventions pour les deux plus faibles. Mais nous avons dans ce budget l’arme de la guerre, c’est-à-dire les crédits de subvention pour le déficit éventuel des budgets des syndicats. C’est ça notre grande arme d’une part et, d’autre part, ce qu’on appelle le différé d’amortissement qui est payé moitié par l’État, moitié par la région pour l’Ile-de-France, qui est une subvention qu’on donne pour les quatre premières annuités des emprunts d’équipement car les syndicats d’agglomérations nouvelles et les communes empruntent pour près d’un milliard par an25. Leur endettement est maintenant en gros de huit à neuf milliards, ce qui est beaucoup. Mais il faut dire que l’ensemble des villes nouvelles compte plus de 600 000 habitants. Cergy-Pontoise fait 130, Saint-Quentin 115, Évry 75, Marne-la-Vallée 80, Melun-Sénart 75. Ce sont devenues de vraies collectivités qui ont de gros besoins d’équipement. C’est la source de leurs grosses difficultés d’ailleurs. D’une part, leur endettement a été très cher dans les années 1982-1985 et cela les écrase. On les renégocie avec la Caisse des dépôts en ce moment mais ce n’est pas facile. Il y a des problèmes qui se posent dans tous les domaines. Mais les villes nouvelles sont maintenant tirées d’affaire, elles marchent par elles-mêmes et bien26. Enfin, maintenant, elles se défendent, ce qui est déjà énorme. Les élus défendent leur syndicat. C’est celui de Melun-Sénart qui a fait le mieux. Le président du syndicat a été élu à l’unanimité moins une voix, la sienne, ce qui est quand même assez rare puisqu’il y a des communistes dans chaque agglomération, il y a aussi quelques élus de droite même s’il y a une majorité de socialistes partout [...]27.

Les villes nouvelles ont-elles bénéficié de certaines exonérations de taxes de la part de l’État ?

La seule chose qu’elles ont eue en plus c’est un certain versement transport qui existe dans toutes les villes nouvelles. C’est-à-dire une subvention remboursée aux industriels pour les cartes de transport qu’ils délivrent à leur personnel parce qu’il n’habite pas toujours sur place. Il n’y a pas de faveur spéciale en dehors de cela.

Les lois de décentralisation de 1982-1983 ont-elles apporté des modifications sensibles aux conditions de développement des villes nouvelles ?

  • 28 La loi du 13 juillet 1983 « portant modification du statut des agglomérations nouvelles »(loin° 83- (...)
  • 29 Le premier volet de la loi Rocard vise à ce que la totalité du périmètre communal soit intégré au p (...)
  • 30 La loi sur les communautés urbaines est votée le 31 décembre 1982, celle sur la répartition des com (...)
  • 31 La majorité des communes ont choisi la formule la moins contraignante, le SAN. La plupart des SAN o (...)
  • 32 Sur le projet de communauté d’agglomération nouvelle et les débats parlementaires qu’il a suscités, (...)
  • 33 Il faut noter que parallèlement à la mise en place des SAN, devenus compétents pour l’urbanisme et (...)
  • 34 Le second volet de la loi Rocard porte sur la réforme des modes de financement des villes nouvelles (...)

La loi du 13 juillet 1983 a réformé très sensiblement les villes nouvelles en changeant essentiellement leur mode de financement28.
D’abord, les communes doivent être entièrement à l’intérieur du périmètre de la ville nouvelle. Les communes qui étaient coupées en deux, et dont la partie hors zone d’agglomération nouvelle était dans le périmètre d’urbanisation de la ville nouvelle, ont été réunifiées. Maintenant, le périmètre d’urbanisation coïncide avec l’ensemble des limites communales des communes qui font partie de l’agglomération nouvelle et dont la liste est fixée par arrêté préfectoral. Les communes sont donc entières29.
Du point de vue des compétences, les lois de décentralisation de 1982 ont modifié les structures existantes (communautés urbaines, syndicat communautaire d’aménagement) et ont ouvert un choix entre plusieurs options pour la forme d’administration que prendrait la ville nouvelle30. Il pouvait y avoir la commune unique. C’était déjà le cas du Vaudreuil et le cas du troisième secteur de Marne-la-Vallée constitué par la commune de Bussy-Saint-Georges dont le territoire a été complété par des fractions de territoires abandonnés par Ferrière et Bussy Saint-Martin. Ou bien le syndicat d’agglomération nouvelle (SAN), qui est la formule qui a été choisie, à l’exception du Vaudreuil et de Bussy, la seule pratiquement qui a un comité syndical formé par des représentants des conseils municipaux31. Enfin, la communauté d’agglomération nouvelle (CAN) qui était une idée chère à Monsieur Rocard, qu’on a maintenu dans le texte mais qui n’a jamais été acceptée parce que la CAN avait un conseil d’administration élu au suffrage universel et devenait une collectivité locale et non un établissement public32. Alors nos braves membres des communes regroupées, nos braves maires surtout, n’ont pas voulu avoir une instance supérieure ou voisine, enfin une instance différente. La CAN n’a donc jamais existé. Il n’y a eu que des SAN plus des communes33.
Et surtout la fiscalité est maintenant différente. Les trois taxes sur les ménages, foncier, non bâti et taxe d’habitation, ont été restituées intégralement aux communes. Par contre, la taxe professionnelle est perçue sur tout le territoire de l’agglomération à un même tarif au profit du SAN34. Et c’est ça la grosse innovation dont on parle d’ailleurs beaucoup parce qu’on trouve que c’est une très bonne formule de péréquation fiscale entre les communes du SAN. C’était indispensable. On ne peut pas avoir plusieurs taux de taxe professionnelle dans un organisme comme le SAN car c’est l’établissement public d’aménagement qui établit le schéma d’urbanisme. Si on avait gardé des taxes professionnelles différentes dans chacune des communes, chacun aurait voulu avoir son petit atelier, sa petite usine. Comment voulez-vous imposer le siège social de Bouygues, qui est un véritable palais, à Saint-Quentin-en-Yvelines, Spie Batignolle qui est également aussi grand à Cergy-Pontoise ? Ces sièges sont forcément situés sur une ou deux communes. On ne peut pas partager entre elles seules la taxe professionnelle. Il faut bien qu’elle soit perçue au profit de l’agglomération. [...]

Sur le plan politique, comment les villes nouvelles ont-elles évolué ?

  • 35 Cf. le témoignage de Jacques Guyard pour la ville nouvelle d’Évry : « Jusqu’au lendemain des électi (...)
  • 36 Les élections municipales de 1977 tournent à l’avantage du Parti socialiste dans les villes nouvell (...)
  • 37 En 1999, l’âge moyen en ville nouvelle est de 31,9 ans, soit près de 5 ans de moins que dans la rég (...)
  • 38 Sur ce « passage de flambeau » entre les hauts fonctionnaires et les élus cf. les entretiens de Guy (...)
  • 39 Afin de réaliser le projet Eurodisney, un nouvel établissement public d’aménagement est créé en mar (...)

D’abord en 1971, ça n’a rien changé car ça n’existait pas. Cela n’avait aucune influence35. En 1977, ça a déjà beaucoup changé. Elles ont déjà commencé à partir vers le socialisme36. D’ailleurs tous les syndicats sont socialistes maintenant parce que la moyenne d’âge est basse. Les jeunes sont très nombreux en ville nouvelle ce qui coûte très cher d’ailleurs au syndicat d’agglomération car ils ont de grands besoins, des terrains de sport, des écoles de tout niveau en quantité considérable, et il faut une forte structure financière37.
Mais ce qui est important c’est que depuis 1977 et surtout 1983, là, à la fois avec la réforme de la loi d’une part, et les élections d’autre part, il est certain maintenant que les villes nouvelles sont devenues l’affaire des élus locaux, et non plus une affaire d’État38. Ce sont vraiment eux qui ont pris ça en main avec le concours des EPA dont certains, notamment celui de Marne-la-Vallée, ont gardé peut-être leur caractère un peu dictatorial de techniciens dans la mesure où ce dernier EPA est chargé, en particulier, d’aménager Euro Disneyland et qu’il vaut mieux que ce soit des techniciens qui s’en occupent que les maires du syndicat d’agglomération nouvelle des Portes de la Brie39.

La création et la réalisation des villes nouvelles ont-elles connu des oppositions ?

  • 40 Dès la publication du Schéma directeur en 1965, le thème de l’absence de consultation des élus, de (...)
  • 41 Cette énumération faite par R. Goetze, à laquelle pourrait s’ajouter la mission interministérielle (...)

La philosophie des villes nouvelles est une philosophie particulière. Elle consiste à créer de toutes pièces une ville complète et vivante en s’appuyant sur des éléments quand ils existent et sur rien quand ça n’existe pas, en s’appuyant sur une intelligence, hélas, technique, bien sûr. Et non pas un courant naturel comme c’était le cas dans l’ouest parisien. Les villes nouvelles ont été imposées par l’État à des zones peu peuplées bien entendu, qui gardaient leurs petits villages hors ZAN et qui n’étaient pas tellement contentes de se trouver là. [... ] Que s’est-il passé ?
On a dit que les villes nouvelles étaient une création étatique et technocratique, faites contrairement à l’avis des populations locales. C’est peut-être vrai. Mais cela s’explique car l’essentiel pour créer des villes nouvelles, c’était d’avoir les terrains nus, susceptibles d’être acquis par la puissance publique, aménagés par elle et bâtis ensuite par des promoteurs publics ou privés, et non pas des terrains déjà occupés par une abondante population parce qu’on ne voit pas très bien ce qu’on aurait pu y faire40.
Certains SCA se sont appuyés sur une collectivité réelle préexistante, c’était le cas à Pontoise. Mais la préfecture est à Cergy et non à Pontoise et elle est à Évry et non à Corbeil. Tout cela a été fait au moment de la création des départements, démembrement de la Seine-et-Oise, en 1964. À la même époque, en 1966, c’était les communautés urbaines, les missions d’aménagement en 1966-1967, et toujours à cette période-là, la loi Boscher en 197041.

Que pensez-vous des choix architecturaux et urbanistiques ?

  • 42 Dès leur création, les villes nouvelles constituent un champ d’expérimentation privilégié notamment (...)
  • 43 Les pyramides d’Évry, 2 500 logements (7 000 étaient prévus à l’origine) construits entre 1974 et 1 (...)
  • 44 Ricardo Bofill est né en 1939 à Barcelone. Architecte, il fonde en 1963 dans sa ville natale, le Ta (...)
  • 45 Sur cette réalisation, cf. B. Hirsch, « Innovation en matière d’art urbain. L’axe majeur de Cergy-P (...)
  • 46 Il s’agit de la place de Catalogne (ou les « Échelles du Baroque ») réalisée en 1985.
  • 47 Parmi les objectifs du Schéma directeur de 1965, l’accès aux ressources naturelles, forêts et plans (...)
  • 48 Domaine forestier et cynégétique, la forêt d’Yveline est en partie lotie sous le Second Empire, sur (...)
  • 49 Pour Paul Delouvrier, « les villes nouvelles vivront quand les cimetières y seront fleuris » (cité (...)

Ce n’est pas spécifique aux villes nouvelles, mais elles constituent un terrain d’expérimentation particulièrement favorable42. Certaines de ces expérimentations ne recueillent pas toujours mon enthousiasme, notamment les pyramides d’Évry43. Heureusement que la végétation a poussé et qu’on commence à ne plus les voir. Il y a beaucoup d’œuvres de Bofill et de son école44. Alors, les camemberts de Marne-la-Vallée, je ne les aime pas. Le théâtre de Bofill à l’entrée de Noisy-le-Grand, c’est un peu solennel, un peu déplacé. Par contre, j’aime beaucoup sa dernière réalisation à Cergy. La place de Cergy avec son obélisque au milieu et la fente qui permet à son rayon laser d’aller vers la Défense et de joindre le bas de l’Oise en allant sur la base nautique. Autour de ce chemin on a conservé tous les pommiers et tous les vergers d’alentour, je trouve que cet axe majeur est une très belle œuvre45. Cet hémicycle de Bofill est bien. Il y a le même ou à peu près du côté de la gare Montparnasse46. Celui de Saint-Quentin-en-Yvelines, le Versailles des HLM, n’est pas si mal que cela avec cette grande pièce d’eau. Ça fait un peu pompier mais c’est impressionnant.
Par contre, il y en a d’autres que j’aime moins. C’est très important que la végétation pousse et il y a beaucoup de végétation dans les villes nouvelles. On a su faire suffisamment de parcs et même aménager les routes généralement avec des arbres, ça change tout [...]47. Vous savez, mes enfants ont longtemps vécu à la commanderie des Templiers. Ils ont vécu dix ans à Saint-Quentin-en-Yvelines, dans un lotissement de bonne qualité. Tous les gens avaient fait de très beaux petits jardins. Ça croulait de fleurs. C’était très beau. Ce n’était pas Le Vésinet48. C’était en général acheté par de jeunes cadres. Comment l’avenir des villes nouvelles se fera-t-il quand ces jeunes cadres vieilliront ? En partiront-ils ? C’est probable. Par qui seront-ils remplacés ? Ce n’est pas encore évident. Une ville, ça demande un demi-siècle pour avoir sa vie. Alors, celles-ci ont de quinze à vingt ans. Elles sont encore dans la jeunesse. On a encore des maladies à cet âge-là49.

Notes

1 Le SDAURP publié et accepté, P. Delouvrier s’attache dans une seconde phase à assurer la pérennité du projet des villes nouvelles et sa réalisation. En effet, les oppositions à sa politique urbaine se multiplient, les conflits d’intérêts étant nombreux que ce soit avec les grands propriétaires fonciers (nombreux et influents), les promoteurs, les élus en place ou certains départements ministériels (cf. Institut Paul Delouvrier, L’aménagement de la région parisienne (1961-1969), op. cit. et S. Effosse « Paul Delouvrier et les villes nouvelles, 1961-1969 », art. cit.). Confronté à ces oppositions, il décide d’établir les structures administratives et financières propres à assurer le lancement des villes nouvelles. Ces structures passent d’une part, par l’installation du groupe de travail interministériel des villes nouvelles de la région parisienne, qui réunit, sous la présidence de P. Delouvrier, les représentants des trois ministères concernés, l’Équipement, l’Intérieur et les Finances, ainsi que les préfets des départements intéressés et les directeurs des missions d’étude et d’aménagement des villes nouvelles, d’autre part, par la création, dans chaque ville nouvelle prévue, d’une mission d’étude et d’aménagement (cf. directive du Premier ministre, Georges Pompidou, datée du 4 avril 1966 citée par Jean-Eudes Roullier, « Les problèmes administratifs et financiers posés par la réalisation des villes nouvelles de la Région parisienne » dans J. E. Roullier (dir.), 25 ans de villes nouvelles, op. cit., p. 81-111). Enfin, une disposition financière, clé de la réussite du projet, est adoptée. Il s’agit de l’individualisation des crédits par la création, en 1966, au budget des charges communes du ministère des Finances, d’un chapitre supplémentaire « Aide aux villes nouvelles » (sur ce point, cf. les témoignages de J. E. Roullier et de François Boudet dans S. Effosse, Acteurs et mémoire des villes nouvelles, rapport cité ainsi que l’entretien réalisé auprès de F. Boudet par Philippe Masquelier, septembre 2002, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, minidisc 4 et 5).

2 Jean-Eudes Roullier (1931), inspecteur des Finances (1958), voit l’ensemble de sa carrière associé aux villes nouvelles (cf. J. E. Roullier, Conférence prononcée au Club ENA, 17 décembre 2001 et son témoignage dans S. Effosse, Acteurs et mémoire des villes nouvelles, rapport cité). Stagiaire de l’ENA en Algérie (1958), il rencontre pour la première fois P. Delouvrier à Alger alors que ce dernier a été envoyé par le général de Gaulle pour une tournée discrète de quelques semaines afin de lui donner son sentiment sur la situation (cf. Michel Rocard, Rapport sur les camps de regroupement et autres textes sur la guerre d’Algérie, Paris, éd. des Mille et une nuits, 2003, p. 20-21). De retour en France, il entre au District de la région de Paris fin 1962 chargé d’une enquête sur la fiscalité locale en région parisienne. En 1967, il est nommé secrétaire général du groupe de travail interministériel des villes nouvelles de la région parisienne, poste qu’il occupe parallèlement avec celui de conseiller technique au cabinet des ministres successifs de l’Équipement et du Logement, F. X Ortoli (mai 1967-mai 1968), Robert Galley et Albin Chalandon (juin 1968-juin 1969). En 1970, à la création du Groupe central des villes nouvelles (cf. infra), il est nommé secrétaire général. De 1978 à 1992, il occupe successivement au ministère de l’Équipement le poste de directeur de l’urbanisme et des paysages, de chargé de mission puis de délégué à la recherche et à l’innovation. De 1993 à 1999, il est président du Groupe central des villes nouvelles. En 1999, il est chargé, à la demande du Premier ministre, de mettre en œuvre sous sa direction un programme d’histoire et d’évaluation des villes nouvelles françaises, programme approuvé en 2001 et achevé en 2005 (cf. Isabelle Billiard, Programme interministériel histoire et évaluation des villes nouvelles 2001-2005, Rapport final, novembre 2005, 205 p. consultable sur le site www.villes-nouvelles.equipement.gouv.fr).

3 Guy Salmon-Legagneur (1930), auditeur à la Cour des comptes, camarade de promotion de J. E. Roullier, est nommé en 1968 secrétaire-général adjoint du Groupe de travail interministériel des villes nouvelles de la région parisienne puis en 1970 secrétaire-général adjoint du GCVN (cf. son témoignage dans L. Murard et F. Fourquet, La naissance des villes nouvelles, op. cit. p. 215-244 et dans S. Effosse, Acteurs et mémoire des villes nouvelles, rapport cité). Au départ de J. E. Roullier en 1978, il est nommé secrétaire général du GCVN (1978-1983). Il est également vice-président du GCVN de 1984 à 1994.

4 Jean Millier (1917-2006), ancien élève de l’école Polytechnique, ingénieur général des Ponts et Chaussées, effectue la première partie de sa carrière en Côte d’Ivoire (1946-1961) comme directeur des travaux publics puis, après l’indépendance, ministre des Travaux publics de Félix Houphouët-Boigny. À son retour en France, il rejoint dès sa création — son nom est suggéré à P. Delouvrier par Robert Buron, ministre du Logement de De Gaulle — le District de la région de Paris. Aux côtés de Jean Vaujour, préfet, ancien directeur de cabinet de P. Delouvrier à Alger, secrétaire général au District, et de Jean Mascard, directeur adjoint à la direction du Budget, directeur de la section financière du District, il devient, comme directeur de la section études, plans et programmes du District (1961-1966) mais également comme directeur général de 1TAURP (1962-1966), l’un des plus proches collaborateurs de P. Delouvrier (cf. L. Murard et F. Fourquet, La naissance des villes nouvelles, op. cit., p. 68-70 et L’aménagement de la région parisienne, op. cit.). Préfet, directeur régional de l’Équipement pour la région parisienne (1966-1969), Jean Millier est président-directeur général de l’EPAD de 1969 à 1977. A la mort de P. Delouvrier, en 1995, il fonde l’association éponyme qu’il préside jusqu’en 1998 (cf. Lettre de l’Institut Paul Delouvrier, 23, janvier 2007, p. 4).

5 Paul Delouvrier, délégué général au District de la région de Paris depuis août 1961, est nommé, consécutivement à la réforme administrative de la région parisienne initiée par Michel Debré et votée par le Parlement en juillet 1964 (création de cinq nouveaux départements, l’Essonne, les Hauts-de-Seine, la Seine-Saint-Denis, le Val-de-Marne et le Val-d’Oise, cf. L’aménagement de la région parisienne, op. cit., p. 95-106), préfet de la région parisienne (décret du 10 août 1966), poste qu’il cumule avec celui de délégué général jusqu’en janvier 1969, date de son départ pour la présidence d’EDF (cf. R. Chenu, Paul Delouvrier ou la passion d’agir, op. cit., p. 260-263 et J. E Roullier dir., 25 ans de villes nouvelles, p. 87). Devenu préfet de région, bien qu’inspecteur des Finances, P. Delouvrier saisit cette opportunité pour choisir, en relation avec le cabinet du ministre de l’Intérieur, les nouveaux préfets amenés à jouer un rôle dans la réalisation des villes nouvelles de la région parisienne. Il s’agit d’Orsetti dans l’Essonne, Boitel dans les Hauts-de-Seine, Bouret en Seine-Saint-Denis, Camous dans le Val-de-Marne, Chadeau dans le Val-d’Oise et Bonis-Charancle dans les Yvelines (cf. R. Chenu, Paul Delouvrier ou la passion d’agir, op. cit., p. 262-263 et L’aménagement de la région parisienne, op. cit., p. 155-156). Il faut noter par ailleurs que la dénomination « région d’Ile-de-France » n’apparaît qu’en 1976, année où le SDAURP, à l’issue d’une seconde révision, est approuvé officiellement par le gouvernement (cf. P. Merlin, Les villes nouvelles en France, op. cit., p. 42).

6 Décisives pour le lancement des villes nouvelles, les missions d’études et d’aménagement sont mises en place entre avril 1966 et 1969. Placées sous l’autorité directe du préfet de région, elles ont pour mission de poursuivre les études d’aménagement et d’urbanisme, de coordonner les acquisitions foncières (menées par l’Agence foncière et technique de la région parisienne, créée en 1962, pour la région parisienne et par les directions départementales de l’Équipement pour la province) et d’obtenir un consensus local minimum (consultation des élus et des habitants). Implantée dès que possible sur place, chaque mission est confiée à un directeur nommé par le Premier ministre, sur proposition du préfet de région et sur le rapport du ministre de l’Équipement. Le choix des hommes, décisif, est effectué, pour la région parisienne, avec minutie par P. Delouvrier qui privilégie un recrutement ouvert et varié (refus du monopole d’un corps particulier) et la jeunesse des hommes (cf. son témoignage dans L’aménagement de la région parisienne, op. cit., p. 149-155 et L. Murard et F. Fourquet, La naissance des villes nouvelles, op. cit., p. 204-208). Les premiers directeurs des missions pour les villes nouvelles de la région parisienne sont : André Lalande (1915-2003), docteur en droit, inspecteur général de l’Équipement, nommé en juillet 1966 à Évry (1966-1979), Bernard Hirsch (1927-1988), polytechnicien, ingénieur en chef des Ponts, nommé en juillet 1966 à Cergy (1966-1975), Serge Goldberg (1927), polytechnicien, ingénieur des Ponts, nommé en décembre 1967 à Trappes (1967-1978), Pierre Carie (1921-1974), inspecteur de la France d’outre-mer, inspecteur des Finances, nommé en mai 1969 à Marne-la-Vallée (1969-1974) et Pierre Point (1924-1986), administrateur civil des Finances, nommé en juin 1969 à Melun-Sénart (1969-1985). Concernant les directeurs des missions en province, le recrutement consacre le monopole d’un corps, celui des Ponts et Chaussées (cf. L. Murard et F. Fourquet, La naissance des villes nouvelles, op. cit., p. 198). Il s’agit de Jean-Paul Lacaze (1930), nommé en 1968 au Vaudreuil (1968-1976), de Jean-Claude Ralite (1935), nommé en 1968 à Lille-Est (1968-1973), de René Rossi (1929), nommé en 1969 à L’Isle d’Abeau (1969-1971) et de Jacques Girardet nommé en 1970 à Fos-Étang de Berre (1970-1971).

7 Créées par un arrêté adopté le 31 décembre 1958 par Pierre Sudreau, ministre de la Construction du général de Gaulle, intitulé « Urbanisme, HLM, crise du logement », les ZUP, placées sous l’autorité des préfets afin de contenir la spéculation foncière, sont destinées à accueillir des programmes de plus de 500 logements accompagnés des équipements collectifs nécessaires (cf. Jean-Paul Flamand, Loger le peuple. Essai sur l’histoire du logement social, Paris, La Découverte, 1989). Elles constituent l’instrument de relance durable des HLM sous une forme architecturale et urbaine particulière, celle des grands ensembles dont Sarcelles —10 000 logements construits de 1955 à 1970 par la Société centrale immobilière de la Caisse des dépôts et consignations (la SCIC) – est emblématique (cf. Frédéric Dufaux et Annie Fourcaut dir., Le monde des grands ensembles, Paris, Créa-phis, 2004, Paul Landauer « La Caisse des dépôts et consignations face à la crise du logement (1945-1955) », dans A. Aglan, M. Margairaz et P. Verheyde dir., La Caisse des dépôts et consignations, op. cit., p. 197-212 et G. Monnier et R. Klein, Les années ZUP. Architectures de la croissance, 1960-1973, Paris, Picard, 2002). De 1958 aux dernières mises en chantier en 1969, 195 ZUP ont été créées totalisant 803 000 logements (cf. Jean-Marc Stébé, La réhabilitation de l’habitat social en France, Paris, PUF 1995, p. 29). Le mal être des habitants y résidant, lié à la fois la relégation en périphérie des centres villes, à la monotonie des « tours et barres » et au défaut des équipements collectifs initialement prévus, est identifié dès le début des années 1960 sous le nom symptomatique de « sarcellite ». Ce constat nourrit la réflexion de P. Delouvrier et de son équipe lors de la genèse du Schéma directeur. Ainsi, les villes nouvelles, dénommées à l’origine « centres urbains nouveaux », sont conçues comme des « remèdes aux grands ensembles », des « cités antibanlieue » (cf. L. Murard et F. Fourquet, La naissance des villes nouvelles, op. cit., p. 95-133 et Annie Fourcaut et Loïc Vadelorge dir., « Villes nouvelles et grands ensembles », Histoire urbaine, n° 17, décembre 2006). Leur conception repose sur trois critères clés : la continuité spatiale avec la ville mère, contrairement aux new towns anglaises réalisées antérieurement ; la priorité donnée aux équipements et aux espaces verts, qui doivent accompagner, voire précéder, la construction de logements – logique alors inverse à celle des banlieues existantes où la politique de construction a tenu lieu de politique urbaine ; l’encouragement à l’équilibre emploi-habitat sans toutefois ériger cette relation en dogme (cf. Paul Delouvrier « Discours des ambassadeurs, 6 janvier 1966 (extraits) », dans J. E. Roullier dir., 25 ans de villes nouvelles, op. cit., p. 27-53).

8 Les villes nouvelles de la région parisienne devaient être réalisées à une distance de trente kilomètres maximum de Paris afin que les infrastructures de transport prévues (RER) puissent permettre de rallier la capitale en une heure. Ce critère de localisation est défendu par P. Delouvrier lui-même pour qui il constitue une faculté de choix de son lieu de vie et une possibilité, compte tenu de la progression du travail féminin, de concilier deux carrières professionnelles, considération étonnamment lucide du délégué général au District (le taux d’activité féminin connaît une forte progression à partir de 1965, cf. O. Marchand et C. Thélot, Deux siècles de travail en France, Paris, Nathan, 2000). D’autre part, la volonté de créer de véritables villes attractives qui offrent une pluralité d’équipements notamment culturels (cinémas, théâtres, universités), ce qui implique des moyens importants à mettre en œuvre, conduit P. Delouvrier à « voir grand ». Les prévisions initiales pour la région parisienne retiennent ainsi un minimum de 300 000 à 500 000 habitants par ville nouvelle, ce qui correspond alors à l’agglomération lyonnaise ou marseillaise (cf. P. Delouvrier, « Discours des ambassadeurs », art. cit., p. 41-47). Notons que sur ces deux points, localisation et nombre d’habitants, les villes nouvelles françaises se distinguent de leurs homologues anglaises conçues en discontinuité spatiale avec Londres (green belt) et pour environ 50 000 habitants (cf. P. Merlin, Les villes nouvelles françaises, op. cit., p. 18-22).

9 Cf. chapitre VI supra.

10 Les effets de la crise économique sont soulignés à de nombreuses reprises par les acteurs des villes nouvelles, cf. notamment les témoignages de P. Brongniart, G. Carrère, R. Rossi et J. E. Roullier dans S. Effosse Acteurs et mémoire des villes nouvelles, rapports cités. Conçues durant les Trente Glorieuses, mais réalisées après le premier choc pétrolier de 1973 pendant la dépression des années 1970 et 1980 (second choc pétrolier de 1979 et profonde restructuration industrielle des années 1980), les villes nouvelles ont vu leurs objectifs en terme de nombre d’habitants, de logements et d’emplois, tardivement révisés. Ce décalage a nui à leur réalisation malgré la continuité du soutien financier dont elles ont bénéficié (cf. le témoignage de P. Delouvrier dans L’aménagement de la région parisienne, op. cit. p, 178-188 et P. Merlin, Les villes nouvelles françaises, op. cit. p. 83-98).

11 Sur le Comité de décentralisation, qui concerne à partir de 1967 à la fois le secteur public et le secteur privé, cf. le témoignage de Guy Salmon Legagneur, membre de ce comité pour les villes nouvelles de la région parisienne de 1968 à 1978 dans L. Murard et F. Fourquet, La naissance des villes nouvelles, op. cit., p. 237-238 et dans S. Effosse, Acteurs et mémoire des villes nouvelles, rapport cité.

12 La question des structures administratives propres à assurer la réalisation des villes nouvelles est soulevée dès l’élaboration du Schéma directeur (cf. L. Murard et F. Fourquet, La naissance des villes nouvelles, op. cit., p. 159 et suiv.). Cette question se pose avec d’autant plus d’acuité que le cadre de la commune, base de la démocratie locale mais aussi de la fiscalité, de la réalisation et de la gestion de la plupart des équipements collectifs (l’assainissement par exemple) se révèle inadapté lorsqu’il s’agit de réaliser une grande opération d’urbanisme située sur plusieurs communes (cf. J. E. Roullier « Les problèmes administratifs et financiers posés par la réalisation des villes nouvelles de la région parisienne », art. cité, p. 99-104). Dans cette perspective, le gouvernement propose en 1967 un avant-projet de loi inspiré des propositions faites par P. Delouvrier. Ce projet envisage la création, sous certaines conditions et par décret en Conseil d’État, d’un « ensemble urbain », véritable commune nouvelle, géré au départ par un conseil composé de personnalités nommées par décret. Ces deux caractéristiques heurtent les élus concernés qui, dans le cadre de l’Association des maires de France, proposent en mars 1968 un autre projet : la création d’un syndicat intercommunal particulier individualisant le territoire de la ville nouvelle sur le plan budgétaire et fiscal, mais maintenant les communes sur le plan politique et administratif (cf. P. Merlin, Les villes nouvelles en France, op. cit., p. 72 et suiv.). Repris par Michel Boscher, secrétaire général adjoint de l’Association et député maire d’Évry, ce projet « tendant à faciliter la création d’agglomérations nouvelles » est déposé sur le bureau de l’Assemblée nationale (cf. le témoignage de M. Boscher dans S. Effosse Acteurs et mémoire des villes nouvelles, rapport cité). À l’issue de longs débats, la proposition de loi est adoptée le 30 juin 1970 et promulguée le 10 juillet 1970 (cf. Frédéric Theulé « La loi Boscher du 10 juillet 1970 ou la porte étroite » dans Loïc Vadelorge (dir.), Eléments pour une histoire des villes nouvelles, op. cit., p. 145-164). La loi dite Boscher offre aux communes concernées le choix entre trois formes d’association : le syndicat communautaire d’aménagement (SCA), qui reprend le principe du projet de l’Association des maires, l’ensemble urbain, proposé par le gouvernement, et la communauté urbaine (loi du 31 décembre 1966, cf. supra) qui peut aussi s’appliquer aux villes nouvelles. Ce choix s’est effectué en deux étapes : l’État a proposé aux collectivités locales le périmètre d’urbanisation nouvelle, au vu de leur avis ce dernier a été fixé par décret en Conseil d’État, puis les communes ont eu quatre mois pour choisir entre les trois modes d’association. Le choix en faveur du SCA a été prépondérant. Seules les communes du Vaudreuil ont choisi l’ensemble urbain et à Lille-Est, la communauté urbaine de Lille est devenue le support politique du projet (cf. chapitre VI supra). Il faut noter que les archives privées de M. Boscher (1922-2004), maire d’Évry (1947-1977), député UNR de Seine-et-Oise (1958-1967) puis RPR de l’Essonne (1967-1978), membre (1965-1973) puis président du conseil d’administration du District de la région de Paris (1974), président de l’EPA de la ville nouvelle d’Évry (1969-1977), puis du SCA (1973-1977), secrétaire général adjoint puis vice-président de l’association des maires de France et président d’honneur de l’association internationale des villes nouvelles, sont déposées à la Fondation nationale des sciences politiques.

13 Les dispositions fiscales et financières de la loi Boscher sont fondamentales dans la mesure où elles permettent de ne pas faire peser sur les habitants des communes existantes le financement de la réalisation de la ville nouvelle. Sur le plan fiscal, le « périmètre d’urbanisation » (la zone d’agglomération nouvelle, ZAN) est considéré comme une commune supplémentaire, gérée directement par le SCA. Les impôts locaux (les deux taxes foncières, bâti et non bâti, la taxe d’habitation et la taxe professionnelle) sont votés et perçus directement par le syndicat et non par les communes. En dehors du périmètre (hors ZAN), les communes conservent leur budget propre. Elles reçoivent du SCA une allocation négociée pour faire face à leurs charges spécifiques (police, état civil, aide sociale, etc.). Sur le plan financier, l’article 25 de la loi entérine l’obligation d’individualiser, dans un document annexé à la loi de finances, les différents crédits affectés aux villes nouvelles. De même, il est prévu que chaque SCA ou ensemble urbain bénéficie d’une dotation en capital de l’État, dans le cadre d’une convention, cf. J. E. Roullier, « Les problèmes administratifs et financiers », art. cité.

14 Malgré les nombreux débats qui ont précédé son adoption et sa mise en place progressive (les SCA sont institués entre août 1972 et mars 1973), la loi Boscher fait très vite l’objet de critiques de la part de toutes les formations politiques. Outre les critiques portant sur la fiscalité différenciée en ZAN et hors ZAN, qui crée des disparités de traitement entre les habitants, la critique principale porte sur la faiblesse du pouvoir des élus municipaux dans les zones d’agglomération nouvelles, placées sous la responsabilité du syndicat communautaire et de l’établissement public d’aménagement. Ces griefs trouvent un écho lors de l’adoption des lois de décentralisation. Le projet de loi présenté par Michel Rocard, alors ministre d’État chargé du Plan et de l’Aménagement du territoire, visant à refondre le dispositif de la loi Boscher est adopté le 13 juillet 1983 (cf. infra).

15 Pour réaliser les villes nouvelles deux possibilités existaient : la société d’économie mixte (SEM) ou l’établissement public d’aménagement (EPA). La première, alors largement utilisée notamment par la Caisse des dépôts, était peu adaptée aux villes nouvelles dans la mesure où les collectivités locales concernées devaient, d’une part, prendre l’initiative de créer une SEM, d’autre part, accepter de garantir les emprunts et couvrir le risque financier de l’opération. La formule de l’ЕРА ayant, dans le cadre de l’aménagement de la Défense, constitué une expérience concluante, le gouvernement opte (nouvelles directives du Premier ministre en date du 24 octobre 1968) pour cet outil opérationnel qui permet « d’associer pour une longue période l’État et les collectivités locales ». À l’issue du travail effectué par les missions, sont donc créés les EPA. Les premiers (avril 1969) concernent Lille-Est et les villes nouvelles choisies comme préfectures de deux nouveaux départements de la région parisienne (Évry et Cergy), viennent ensuite Trappes/Saint-Quentin-en-Yvelines (octobre 1970), L’Isle d’Abeau (février 1971), Le Vaudreuil (janvier 1972), Marne-la-Vallée (août 1972), Les Rives de l’Étang de Berre (mars 1973) et Melun-Sénart (octobre 1973). Dirigé par un directeur nommé par le Premier ministre, l’ЕРА est présidé par un élu local (M. Boscher à Évry par exemple) et son conseil d’administration est paritaire (sept représentants de l’État et sept représentants des collectivités locales concernées). La continuité entre la mission d’études et ГЕРА est forte puisque l’ЕРА prend en charge la mission, qui devient son personnel (les directeurs d’EPA sont ainsi à de rares exceptions ceux des missions), ainsi que l’ensemble des terrains et aménagements. Maîtres d’ouvrage, les EPA voient leur action coordonnée par le Groupe central des villes nouvelles créé en décembre 1970 (cf. infra). Le retour progressif au droit commun des villes nouvelles, prévu par la loi Rocard du 13 juillet 1983, marque la dissolution de la majeure partie d’entre eux au début des années 2000 (outre Villeneuve-d’Ascq en 1983 et Le Vaudreuil en 1987).

16 Le Comité interministériel pour l’aménagement du territoire (CIAT) décide le 26 mai 1970 la création au plan national d’un « Groupe central des villes nouvelles, placé auprès du Premier ministre, présidé par une personnalité nommée par lui et dont le Secrétariat général sera placé auprès du ministère de l’Équipement et du Logement (Direction de l’aménagement foncier et de l’urbanisme) », CAC 840342/17-19, note du Premier ministre du 12 janvier 1971. La volonté de coordonner au niveau national, et non plus au niveau régional (Paris), la réalisation des villes nouvelles semble émaner de la DATAR. Lille-Est déjà lancé (l’EPA est créé en avril 1969) et les trois autres villes nouvelles de province entérinées (mise en place des missions d’études), la DATAR est soucieuse d’arrimer ces projets à ceux, plus avancés, de la région parisienne. Ce besoin de coordination est également ressenti sur le terrain, en particulier par les directeurs de missions d’études (cf. le témoignage de J. E. Roullier à propos de la demande de J. P Lacaze au Vaudreuil dans L. Vadelorge dir., Gouverner les villes nouvelles, op. cit., p. 180-181). De plus, la méfiance voire l’hostilité du ministre de l’Équipement d’alors, Albin Chalandon, vis-à-vis des villes nouvelles incite la DATAR et le groupe interministériel des villes nouvelles de la région parisienne (placé auprès de Matignon) à réagir (cf. L. Murard et F. Fourquet, La naissance des villes nouvelles, op. cit., p. 208 et suiv.). D’autre part, l’examen de la proposition de loi Boscher, qui comporte un dispositif financier nécessitant une coordination centrale (individualisation des crédits et dotation en capital) pèse également en faveur de la mise en place du GCVN. La composition de ce dernier est fixée par un arrêté du Premier ministre en date du 23 décembre 1970 (J.O. du 27 décembre 1970). Le choix du président n’a pas eu lieu sans débat, reflétant le rapport de forces entre les différents acteurs des villes nouvelles. L’Équipement proposait Max Stern, « un homme de bureau d’études, un homme du privé », proche d’Albin Chalandon (cf. le témoignage de Jean-Paul Lacaze dans L. Vadelorge, Gouverner les villes nouvelles, op. cit. p. 183 et celui de J. E. Roullier dans S. Effosse, Acteurs et mémoire des villes nouvelles, rapport cité) et la DATAR soutenait. Roger Goetze, gouverneur du Crédit foncier de France et président du Groupe central de planification urbaine. Par ailleurs, Maurice Doublet (1914-2001), successeur de Paul Delouvrier au District et à la préfecture de la région parisienne, présidait le groupe interministériel des villes nouvelles de la région parisienne créé en 1966 et était « très attaché à ses prérogatives » qui ne pouvaient que diminuer avec la création du GCVN (cf. le témoignage de Guy Salmon-Legagneur, dans S. Effosse, Acteurs et mémoire des villes nouvelles, rapport cité). Relayée par Matignon, la proposition de la DATAR est validée, la compétence de Roger Goetze étant « unanimement reconnue ». Max Stem est nommé vice-président, poste qu’il occupe parallèlement à ses fonctions à la Banque La Hénin, jusqu’à sa démission en juillet 1976 (CAC, 840342/17, création et composition du GCVN). Créé afin de coordonner la concertation interministérielle nécessaire à la réalisation de l’ensemble des villes nouvelles, la composition du GCVN traduit le changement d’échelle : onze ministères (Équipement, Intérieur, Finances, Transports, Éducation nationale, Affaires culturelles, Jeunesse, sports et loisirs, Postes et télécommunications, Santé publique, Développement industriel et scientifique, Protection de la nature et de l’environnement), la DATAR, le Commissariat général au Plan et cinq préfectures de région y sont représentés (cf. CAC 840342/17 réunion du GCVN du 27 avril 1971). Les travaux du GVCN sont préparés par le Secrétariat général qui a pour mission « d’assurer les liaisons avec les différents départements ministériels, de veiller au bon déroulement des opérations en coordonnant les différentes interventions administratives et financières nécessaires à leur réalisation, d’étudier les problèmes spécifiques qui lui seront soumis par le Groupe central, d’assister les équipes chargées des études et de la réalisation » (CAC, 840342/17, CIAT, communication relative aux villes nouvelles, p. 3). Placé auprès du ministère de l’Équipement et du Logement, à la direction de l’Aménagement et de l’Urbanisme (DAFU), le secrétaire général est nommé par le Premier ministre, sur proposition du ministre de l’Équipement et du Logement. Un secrétaire général adjoint est également nommé par le Premier ministre et installé auprès du préfet de la région parisienne (cf. Yves Brissy, Les villes nouvelles, Paris, Berger-Levrault, 1974, p. 109 et suiv.). Ce sont respectivement Jean-Eudes Roullier et Guy Salmon-Legagneur. Complexe, cette organisation du GCVN et du Secrétariat général (SGVN) traduit l’équilibre des forces en présence (cf. L. Murard et F. Fourquet, La naissance des villes nouvelles, op. cit., p. 217-222 et L. Vadelorge « Pourquoi et comment a-t-on créé le SGVN ? » dans L. Vadelorge dir., Gouverner les villes nouvelles, op. cit., p. 147-174) : le Groupe central (Premier ministre) est installé rue Émeriau, le Secrétariat (Équipement), quai de Passy et le Secrétariat adjoint (préfecture de la Région parisienne), rue Barbet-de-Jouy (Paris).

17 Michel Dresch (1943) est secrétaire général du GCVN de 1983 à 1990.

18 Dès les débuts de fonctionnement du GCVN, R. Goetze suggère, compte tenu de son ampleur, de limiter le nombre de réunions plénières du Groupe et de créer une commission restreinte où sont amenés à siéger de façon permanente, outre le président et le vice-président qui représentent le Premier ministre, les représentants des ministres de l’Équipement, de l’Intérieur, de l’Économie et des Finances et du Plan et de l’Aménagement du territoire. Il précise son point de vue en soulignant « on ne peut en effet réunir fréquemment les représentants de 14 ministères et de cinq préfectures de région sous peine de voir les représentants responsables se faire suppléer. Or ce qui est très nécessaire pour cette formation, et ce qui a été dit dans la lettre du Premier ministre demandant la désignation d’un représentant permanent, c’est que les représentants puissent engager valablement leur ministre. Donc il faut éviter la multiplication des réunions pour éviter les suppléances. », CAC 840342/17, réunion du GCVN du 27 avril 1971. J. E Roullier, secrétaire général du Groupe de 1970 à 1978 confirme cette pratique : « Je rappelle que dans la pratique, il faut bien distinguer entre les réunions plénières du GCVN – il n’y en a jamais plus d’une ou deux par an –, et le fait que quand on parlait d’une question particulière, on y trouvait des correspondants avec lesquels on travaillait ces questions. Cela donnait des correspondants avec qui les liens se sont renforcés très vite. Mais on ne réunissait jamais tout le monde, sinon dans les réunions annuelles budgétaires » (dans L. Vadelorge dir., Gouverner les villes nouvelles, op. cit., p. 183).

19 Le CIAT du 26 mai 1970 définit la mission du GCVN : « préparer les délibérations du CIAT relatives à chaque ville nouvelle (programme général, esquisse d’aménagement, dossier financier) ; proposer aux ministres intéressés toutes mesures administratives et financières de nature à faciliter le déroulement des opérations ; de se prononcer, dans le cadre des programmes pluriannuels, sur les perspectives d’équilibre financier à moyen terme et à long terme des opérations et de proposer les décisions à intervenir en ce qui concerne les dotations en capital et la cohérence des programmes annuels de financement sur crédits publics », CAC 840342/17, CIAT, communication relative aux villes nouvelles, p. 3. J. E. Roullier résume ce rôle à l’aune de l’expérience : « Ce Groupe central, lui a deux tâches essentielles : la première, la seule qui ait été exercée régulièrement depuis l’origine (ce n’est pas la plus rigolote), c’est de faire de la programmation de crédits publics. C’est-à-dire que tous les ans, avant que le budget de l’État ne soit voté, les gens de la rue Miollis et de la rue Emeriau réunissent les demandes budgétaires des villes nouvelles, qu’il s’agisse de voirie, de crèches, de stades. On en discute avec les représentants des divers ministères pour voir si ça leur paraît raisonnable... ce sont des réunions avec les représentants de tous les ministères, présidées par M. Goetze, où on reprend budget par budget, on voit si les gens sont d’accord ou pas. Au fond, les seuls pouvoirs du Groupe central à proprement parler, le premier, c’est d’obliger les gens à se réunir, le second c’est de saisir le cas échéant le Premier ministre ou le gouvernement d’un désaccord [...]. Le second rôle du GCVN, qui ne résulte pas tellement des textes, ce sont tous les problèmes de relations avec les collectivités locales et leurs difficultés financières, y compris lorsqu’elles ont un budget en déficit et qu’il n’y a pas moyen de s’en tirer autrement qu’avec une subvention exceptionnelle de l’État. Là, il y a toute une étude préliminaire sur le terrain des dépenses, des recettes puis on se réunit au Groupe central où viennent les élus du syndicat communautaire qui discutent de leur budget pour essayer d’arriver à des solutions raisonnables. [...] Et puis, le troisième rôle, c’est simplement de se réunir s’il y a un pépin quelque part [...] ça peut être des problèmes de nature très divers. Une partie de l’équipe travaille là-dessus, qui par définition implique un contact constant avec les ministères de l’Intérieur, de l’Éducation, des Finances, etc. Ce rôle tient au fait – il est pour moi fondamental – que le Secrétariat général est la seule structure de rencontre des villes nouvelles. » (dans L. Murard et F. Fourquet, La naissance des villes nouvelles, op. cit., p. 222-223).

20 La pluridisciplinarité des équipes travaillant sur les villes nouvelles a été souhaitée et mise en œuvre par P. Delouvrier dès l’origine (IAURP, missions d’études et d’aménagement, EPA). Marqué par son passage auprès de Jean Monnet au Commissariat général au Plan, P. Delouvrier aimait diversifier ses sources d’informations (cf. Alessandro Giacone, « Jean Monnet et Paul Delouvrier : histoire d’une collaboration », dans Paul Delouvrier. Un demi-siècle au service de la France et de l’Europe, Paris, Descartes & Cie, 2004, p. 171-210). Cette diversité constitue également un élément moteur des « administrations de mission » qui jalonnent l’histoire des villes nouvelles avec une remarquable continuité (District, Groupe interministériel des villes nouvelles de la région parisienne, Groupe central).

21 Cette notoriété, soulignée avec enthousiasme par R. Goetze, est assez tardive. J. E. Roullier aime ainsi à rappeler l’anecdote de sa première rencontre avec Claude Erignac prenant ses fonctions de préfet des Yvelines, qui l’a accueilli en lui disant : « Cher ami, samedi dernier j’ai dit à ma femme : viens avec moi, on prend la voiture et on va visiter Saint-Quentin-en-Yvelines. Eh bien, on l’a cherchée tout l’après-midi et on ne l’a pas trouvée... », dans J. E. Roullier, « Exposé », Club ENA, 17 décembre 2001.

22 Le soutien décisif des Finances aux villes nouvelles, en dépit des aléas politiques, est évoqué à des nombreuses reprises par les acteurs des villes nouvelles (cf. L. Murard et F. Fourquet, La naissance des villes nouvelles, op. cit., p. 223-227 et les témoignages de G. Carrez, J. E. Roullier et G. Salmon-Legagneur dans S. Effosse, Acteurs et mémoire des villes nouvelles, rapport cité). Il doit beaucoup à l’expérience de P. Delouvrier qui, en tant qu’inspecteur des Finances, disposait d’un réseau solide (cf. note supra sur le choix de Jean Mascard dès la création du District). Puis le choix de J. E. Roullier, également inspecteur des Finances, comme secrétaire général du Groupe interministériel des villes nouvelles de la région parisienne puis du GCVN (1967-1978), et bien sûr celui de Roger Goetze comme président du GCVN (1970-1988), confirment le lien avec les Finances, en particulier avec la direction du Budget, principale interlocutrice pour la réalisation des villes nouvelles (cf. les entretiens réalisés auprès de François Boudet (1926), administrateur civil au ministère des Finances (1953), chef du bureau des investissements publics à la direction du Budget (1964), sous-directeur (1969-1970), chef de la mission des affaires financières auprès du préfet de la région parisienne (1970-1981) par P. Masquelier au Comité pour l’histoire économique et financière de la France et par S. Effosse pour le PHEVN). Outre le réseau de l’Inspection, cette collaboration fructueuse résulte également de la stratégie déployée par J. E. Roullier, secrétaire général du SGVN, pour « faire sortir » les financiers de leurs bureaux et les associer, sur le terrain, à la construction des villes nouvelles notamment par leur présence dans les EPA : « on a tout fait [...] pour les mettre dans le coup au maximum [...]. On a beaucoup tenu à ce qu’ils aient deux sièges dans chaque établissement public des villes nouvelles. Ça a provoqué dans certains cas des problèmes avec les élus [...]. J’ai souvent eu du mal, au début, à leur expliquer que les Finances ne voulaient absolument pas venir, on a été obligés de recourir à des arbitrages interministériels pour les obliger à en faire partie, eux, ils ne rêvaient que d’une chose, c’était de rester dans leurs bureaux. Et, à l’usage, on s’aperçoit que pour un chef de bureau, le fait d’être obligé d’aller trois fois par an s’expliquer devant les élus [...], se balader sur le terrain, voir des trucs, les gens : les types astucieux se sont assez passionnés pour ça », dans L. Murard et F. Fourquet, La naissance des villes nouvelles, op. cit., p. 226.

23 Roger Goetze déclare dans l’entretien qu’il a accordé à Alessando Giacone : « il [Paul Delouvrier] a inventé les villes nouvelles et je les ai financées » (dans A. Giacone, Paul Delouvrier, op. cit., p. 112). J. E. Roullier souligne le rôle personnel de R. Goetze dans le financement des villes nouvelles : « [il] avait une compétence unanimement reconnue, une aura personnelle et un côté gentleman former qui faisait que les élus adoraient discuter avec lui, s’il y avait des désaccords. Il avait une capacité d’analyse des besoins en matière de finances locales. », dans L. Vadelorge (dir.), Gouverner les villes nouvelles, op. cit., p. 218-219.

24 Le successeur de Roger Goetze à la présidence du GCVN est Gabriel Pallez (1925-1998), ENA, inspecteur des Finances (1949) qui entre à la direction du Budget en 1956. Directeur adjoint de l’Office des changes en 1958, directeur au ministère de l’Intérieur en 1959-1960, il devient directeur général adjoint (1960-1964) puis directeur général des Collectivités locales (1964-1969) et directeur général de l’Assistance publique à Paris de 1969 à 1985. Président du Crédit commercial de France (1985-1987), il assure la présidence du GCVN de 1988 à 1993. Sur les relations de longue date entre R. Goetze et G. Pallez, cf. le témoignage de R. Goetze dans Entretiens avec Roger Goetze, tome I, op. cit., p. 237-239.

25 Compte tenu des problèmes particuliers posés par leur réalisation, les villes nouvelles bénéficient d’aides financières spécifiques. La première, le système du différé d’amortissement, correspond à l’effort d’anticipation nécessaire pour une urbanisation de grande ampleur. Initialement mis en place pour les travaux d’assainissement, ce système est ensuite généralisé et fait l’objet, d’après Pierre Merlin, d’une dispense, partielle ou totale, de remboursement (cf. P. Merlin, Les villes nouvelles en France, op. cit., p. 78-80). La seconde, la subvention d’équilibre (ou dotation complémentaire d’équilibre), résulte du décalage important entre les charges d’investissements et de fonctionnement immédiates, et la perception des recettes locales. Négociée chaque année, elle est accordée via le GCVN aux syndicats et peut représenter le quart du budget de fonctionnement (cf. P. Merlin, Les villes nouvelles, op. cit.). Ce rôle clé du GCVN dans la répartition des crédits en fait aux yeux des élus une figure tutélaire à la fois redoutée et providentielle. Jacques Guyard, député (1981-2002) et maire d’Evry (1983-1999), président ou vice-président du syndicat d’agglomération nouvelle d’Évry (1977-2000) évoque ainsi le rapport des élus avec le Groupe central : « Quand on voyait Jean-Eudes Roullier, on se mettait tous au garde-à-vous. Quand c’était Roger Goetze, ce n’était pas le garde-à-vous. On était littéralement à plat ventre en attendant la manne divine. », dans L. Vadelorge (dir.), Gouverner les villes nouvelles, op. cit., p. 389.

26 À partir des années 1985-1986, les syndicats d’agglomération nouvelle connaissent une véritable crise financière (cf. Michel Dresch « Les mécanismes institutionnels des villes nouvelles. Le rôle de l’État, la situation actuelle », dans J. E. Roullier dir., 25 ans de villes nouvelles, op. cit., p. 178-180). Suivant les recommandations d’un rapport de l’inspection générale des Finances relatif à l’ensemble de la situation des SAN, le GCVN fait adopter trois mesures visant à redresser la situation : des économies de gestion, le plafonnement de l’endettement annuel nouveau et la limitation de la croissance de la dotation versée par les SAN aux communes. En contrepartie de « mesures difficiles à assumer pour des élus gestionnaires de villes en pleine croissance », l’État accorde aux SAN une dotation globale de fonctionnement calculée sur des bases plus avantageuses jusqu’alors réservée aux communautés urbaines. Cette mesure, ainsi que les rééchelonnements des dettes consentis par la Caisse des dépôts, contribuent à améliorer la situation, deux villes nouvelles, Melun-Sénart et L’Isle d’Abeau demeurant toutefois en difficulté.

27 Il s’agit de Jean-Jacques Fournier (1936), maire de Moissy-Cramayel (depuis 1971), président du syndicat d’agglomération nouvelle de Sénart depuis 1975 et président de l’Association des villes nouvelles depuis 1981. Sur l’évolution politique des villes nouvelles, cf. infra.

28 La loi du 13 juillet 1983 « portant modification du statut des agglomérations nouvelles »(loin° 83-636, publiée au Journal officiel le 13 juillet 1983), a pour objectif, dans le cadre des lois de décentralisation, de favoriser le retour des communes des villes nouvelles au droit commun et de renforcer le rôle des élus. Communément appelée « loi Rocard », du nom de son initiateur (Michel Rocard est alors ministre d’État chargé du Plan et de l’Aménagement du territoire), cette loi s’inspire d’un projet élaboré par le Secrétariat général des villes nouvelles en relation avec le cabinet du ministre et plus particulièrement avec un de ses membres, Isabelle Massin (cf. le témoignage de G. Salmon-Legagneur dans S. Effosse Acteurs et mémoire des villes nouvelles, rapport cité et Frédéric Theulé, « La loi Rocard du 13 juillet 1983 : loi d’aménagement, loi militante ou loi d’élus ? » dans L. Vadelorge dir., Gouverner les villes nouvelles, op. cit., p. 271-295). Afin de tenir compte à la fois de la volonté de responsabilité des maires, élus par les nouveaux habitants, et du développement des communes notamment en terme d’emplois, la loi comporte essentiellement deux volets : la révision des périmètres d’urbanisation et la réforme des modes de financement.

29 Le premier volet de la loi Rocard vise à ce que la totalité du périmètre communal soit intégré au périmètre d’agglomération nouvelle, supprimant ainsi la distinction zone d’agglomération nouvelle/hors zone d’agglomération nouvelle introduite par la loi Boscher. La révision des périmètres d’urbanisation qui en a découlé a entraîné la sortie d’un nombre non négligeable de communes, celles-ci étant parfois amenées à céder une fraction de territoire à une autre commune ou à procéder à des échanges de territoire (cf. P. Merlin, Les villes nouvelles en France, op. cit., p. 76). Rappelons que Villeneuve-d’Ascq, suivant la volonté de ses élus, sort du dispositif des villes nouvelles par dissolution de son EPA à la fin de 1983.

30 La loi sur les communautés urbaines est votée le 31 décembre 1982, celle sur la répartition des compétences entre les communes, les départements, les régions et l’État, le 7 janvier 1983. La loi Rocard du 13 juillet 1983 prévoit quatre formules possibles d’association des communes : la création d’une commune nouvelle, la transformation en commune unique, la communauté d’agglomération nouvelle (CAN) et le syndicat d’agglomération nouvelle (SAN).

31 La majorité des communes ont choisi la formule la moins contraignante, le SAN. La plupart des SAN ont été constitués en 1984 à l’exception du secteur 4 de Marne-la- Vallée (dit des Portes de la Brie) où un SAN est constitué en juillet 1987 par les cinq communes concernées par le projet Eurodisney (Disneyland Paris aujourd’hui), cf. P. Merlin, Les villes nouvelles en France, op. cit., p. 77.

32 Sur le projet de communauté d’agglomération nouvelle et les débats parlementaires qu’il a suscités, y compris au sein de la majorité socialiste, cf. Frédéric Theulé, « La loi Rocard du 13 juillet 1983 : loi d’aménagement, loi militante ou loi d’élus ? » art. cit., p. 284- 291.

33 Il faut noter que parallèlement à la mise en place des SAN, devenus compétents pour l’urbanisme et l’investissement sur l’ensemble de l’agglomération, la loi Rocard modifie également la structure des établissements publics d’aménagement dans le but d’accroître la représentation des élus. Ainsi, le conseil d’administration des EPA n’est plus paritaire. Le nombre des élus devient supérieur aux membres nommés par l’État et le personnel des EPA est représenté au conseil. En revanche, le directeur de l’EPA est toujours nommé par le gouvernement même si de facto sa nomination est soumise à l’avis du président du conseil d’administration.

34 Le second volet de la loi Rocard porte sur la réforme des modes de financement des villes nouvelles. Cette réforme intègre à la fois la volonté des élus communaux de reprendre la gestion des équipements d’intérêt local, et donc de disposer des ressources correspondantes, et le développement des villes nouvelles, notamment en terme d’emplois, qui autorise un désengagement financier progressif de l’État. La révision des périmètres d’urbanisation et la suppression de la distinction ZAN/hors ZAN font que les communes récupèrent la gestion des équipements d’intérêt local et que, pour en assurer le financement, elles recouvrent la possibilité de fixer et de percevoir les recettes fiscales habituelles (foncier bâti, non bâti et taxe d’habitation). Seule la taxe professionnelle est perçue au profit du SAN (successeur du SCA de la loi Boscher) qui demeure compétent pour les équipements d’intérêt commun (assainissement, grands équipements culturels, etc.). Par ailleurs, les charges transférées aux communes étant souvent supérieures aux recettes transférées, le SAN verse aux communes une dotation de référence. En ce qui concerne les aides de l’État, celles-ci sont toujours perçues par le SAN. La nouveauté introduite par la loi Rocard constitue dans le fait que ces aides sont désormais fondues en une dotation unique, la dotation globale d’équipement spécifique aux villes nouvelles. D’autre part, compte tenu des difficultés financières rencontrées par les EPA à partir des années 1985-1986 (cf. supra), les SAN reçoivent à partir de 1987 une dotation globale de fonctionnement calculée sur des bases plus avantageuses, réservées jusque-là aux communautés urbaines. En dépit de cette disposition, il n’en demeure pas moins que les villes nouvelles où l’équilibre emploi-habitat n’est pas atteint (à la fin des années 1980, il s’agit de Melun-Sénart, Marne-la- Vallée et L’Isle d’Abeau) connaissent des difficultés financières dues à la faiblesse de la taxe professionnelle perçue, cf. P. Merlin, Les villes nouvelles en France, op. cit., p. 81-82 et M. Dresch, « Les mécanismes institutionnels des villes nouvelles », art. cit., p. 176-178. Enfin, il faut souligner le rôle joué par le Groupe central des villes nouvelles dans l’application des dispositions à caractère financier de la loi Rocard, ce dernier développant un important travail de concertation avec les élus dans le cadre à la fois des discussions budgétaires annuelles et des conventions triennales de développement.

35 Cf. le témoignage de Jacques Guyard pour la ville nouvelle d’Évry : « Jusqu’au lendemain des élections municipales de 1971, les habitants de la ville nouvelle sont virtuels, et chaque commune continue sa vie de village. », dans Évry, ville nouvelle, 1960-2003., op. cit., p. 100. Les premiers habitants d’Évry et de Cergy-Pontoise, les premières villes nouvelles avec Lille-Est, à être lancées, arrivent au milieu de l’année 1972, cf. Bernard Hirsch, Oublier Cergy... L’invention d’une ville nouvelle, Cergy-Pontoise, 1965-1975. Récit d’un témoin, Paris, Presses de l’ENPC, 2000, p. 222 et suiv.

36 Les élections municipales de 1977 tournent à l’avantage du Parti socialiste dans les villes nouvelles, cf. F. Theulé « La loi Rocard du 13 juillet 1983 : loi d’aménagement, loi militante ou loi d’élus ? », art. cit., p. 293-294. Quatre des cinq villes nouvelles de la région parisienne sont gérées par une majorité de gauche à l’exception de Cergy-Pontoise (le SCA est présidé par Christian Gourmelen). Les présidents des SCA sont alors : Jean-Jacques Fournier (PS) pour Sénart, Jacques Guyard (PS) pour Évry, Daniel Vachez (PS) pour Marne-la-Vallée (le Val Maubuée), Bernard Hugo (PCF) pour Saint-Quentin-en-Yvelines, Serge Mauroit (PS) à L’Isle-d’Abeau, Jacques Siffre (PS) à l’Étang de Berre, Bernard Amsalem (PS) au Vaudreuil et Gérard Caudron (PS) à Villeneuve-d’Ascq. Pour J. Guyard, cette « victoire » socialiste en ville nouvelle n’est pas isolée, « elle s’inscrit dans la vague rose des municipales de 1977, qui voit la gauche l’emporter dans 155 municipalités de plus de 30 000 habitants, alors qu’elle n’en dirigeait que 98 après les municipales de 1971 », dans Évry, ville nouvelle, 1960-2003, op. cit., p. 111. Selon J. E. Roullier, cette victoire s’inscrirait toutefois dans une stratégie particulière « Quelque part, le PS a repris pied en Ile-de-France en partie par les villes nouvelles » (dans S. Effosse, Acteurs et mémoire des villes nouvelles, rapport cité). Les élections de 1977 marquent également l’arrivée d’une nouvelle génération d’élus, plus jeunes (cf. Jean-Dominique Gladieu, « Les conséquences de la loi Rocard sur le fonctionnement de l’intercommunalité à Saint-Quentin-en- Yvelines », dans L. Vadelorge dir., Gouverner les villes nouvelles, op. cit, p. 298-299 et Jacques Guyard dans L. Vadelorge dir., Gouverner les villes nouvelles, op. cit., p. 387-388) dont la ville nouvelle d’Évry est symptomatique. Michel Boscher, né à Évry-Petit bourg en 1922, maire depuis 1947, commissaire-priseur, député gaulliste depuis 1958, qui accompagne le développement de la ville nouvelle, perd son écharpe face à Claude Jeanlin, technicien chez Thomson, militant CFDT. Cette « fin des notables » illustre les modifications sociologiques induites par le développement des villes nouvelles, cf. Laurent Zylberberg, « Les villes nouvelles de la région parisienne : instrument d’aménagement ou outil de recomposition politico-administratif ? », dans L. Vadelorge, Gouverner les villes nouvelles, op. cit., p. 67-81.

37 En 1999, l’âge moyen en ville nouvelle est de 31,9 ans, soit près de 5 ans de moins que dans la région parisienne. La proportion des plus jeunes (moins de 20 ans) y est plus importante : 32 % contre 25 % en Ile-de-France et 28 % en grande couronne, cf. INSEE Programme HEVN, Les villes nouvelles. Atlas statistique, 1968-1999, Paris, 2004, p. 10.

38 Sur ce « passage de flambeau » entre les hauts fonctionnaires et les élus cf. les entretiens de Guy Salmon-Legagneur dans S. Effosse, Acteurs et mémoire des villes nouvelles, rapport cité, ainsi que les propos échangés lors de la table ronde du 18 mai 2005 dans L. Vadelorge dir., Gouverner les villes nouvelles, op. cit., p. 230-232. L’historien F. Theulé note par ailleurs que c’est également en 1977 qu’est créée l’AEVN, l’association des élus des villes nouvelles, qui réunit une majorité d’élus de gauche particulièrement active lors de l’élaboration de la loi Rocard, cf. F. Theulé, « La loi Rocard du 13 juillet 1983 : loi d’aménagement, loi militante ou loi d’élus ? », art. cit., p. 294.

39 Afin de réaliser le projet Eurodisney, un nouvel établissement public d’aménagement est créé en mars 1987 dans le secteur 4 de Marne-la-Vallée. Cet EPA, appelé Epafrance, fonctionne avec le même personnel qu’Epamarne mais est doté d’un conseil d’administration distinct, cf. P. Merlin, Les villes nouvelles en France, op. cit., p. 77. Sur l’implantation de Disney à Marne-la-Vallée, cf. l’entretien de Gilles Carrez dans S. Effosse, Acteurs et mémoire des villes nouvelles, rapport cité. Il faut souligner qu’en tant que grand commis de l’État, Roger Goetze privilégie ici l’action technique voire technocratique des pouvoirs publics à l’action politique des élus.

40 Dès la publication du Schéma directeur en 1965, le thème de l’absence de consultation des élus, de l’absence de démocratie tout court dans l’élaboration de ce grand projet d’aménagement urbain et son corollaire, la thèse de la technocratie, se développe, cf. Institut Paul Delouvrier, L’aménagement de la région parisienne (1961-1969), op. cit., p. 81- 83 et F. Fourquet et L. Murard, Naissance des villes nouvelles, op. cit., p. 137 et suiv. P. Delouvrier tente d’y répondre dans une de ses nombreuses interventions, et sans doute la plus connue, le discours des ambassadeurs prononcé le 6 janvier 1966. Dans ce discours, il revient sur ce qu’il appelle « le premier préalable », à savoir une élaboration non démocratique du Schéma, qu’il justifie par la nécessité de lutter contre la spéculation foncière. Pour lui, le secret entourant l’élaboration du Schéma découle de la nécessité de conserver la maîtrise foncière, préalable à toute politique d’urbanisme, cf. P. Delouvrier, « Discours des ambassadeurs, 6 janvier 1966 », dans J. E. Roullier dir., 25 ans de villes nouvelles en France, op. cit., p. 31-36. Cette maîtrise est effectivement acquise grâce à l’utilisation de la loi sur les zones d’aménagement différé (ZAD) votée en 1962. Pour réaliser les villes nouvelles, P. Delouvrier parvient à convaincre G. Pompidou de faire « zader » 45 000 hectares en région parisienne, soit quatre fois la superficie de Paris intra-muros, auxquels il faut ajouter 20 000 hectares pour les villes nouvelles de province. La plupart de ces opérations ont été menées, pour les villes nouvelles parisiennes, par l’Agence foncière et technique de la région parisienne créée en 1962, et pour les villes nouvelles provinciales, par les directions départementales de l’Équipement, puis par les EPA après leur création, cf. P. Merlin, Les villes nouvelles en France, op. cit., p. 66-68.

41 Cette énumération faite par R. Goetze, à laquelle pourrait s’ajouter la mission interministérielle d’aménagement du littoral Languedoc-Roussillon menée par Pierre Racine à partir de 1963, caractérise une époque sur le plan politique et administratif, celle de la République gaullienne et de la puissance de l’État dans son intervention dans les domaines de l’aménagement du territoire et de l’urbanisme. À l’origine de cette intervention, certains acteurs de l’époque voient la volonté du gouvernement de contrer l’action de la Caisse des dépôts et consignations alors seul acteur majeur dans ce domaine via notamment sa filiale, la SCET, la Société centrale pour l’équipement du territoire, considérée comme moins soucieuse de l’aménagement du territoire que des intérêts locaux (cf. l’entretien de Philippe Brongniart dans S. Effosse, Acteurs et mémoire des villes nouvelles, rapport cité, ainsi que les propos de Jean-Paul Lacaze lors de la table ronde du 18 mai 2005 dans L. Vadelorge dir., Gouverner les villes nouvelles, op. cit., p. 200-203). La réorientation concomitante du corps des Ponts et Chaussées vers les opérations d’urbanisme et la création du ministère de l’Équipement en 1966 correspondraient à cette volonté, le corps des Ponts devenant en quelque sorte le bras séculier de cette politique volontariste aux moyens puissants. En ce qui concerne les conditions de lancement des villes nouvelles en région parisienne, il faut rappeler le soutien constant du général de Gaulle à Paul Delouvrier et l’importance de « l’ambiance » de l’époque qualifiée de « bénie » par certains acteurs, conjuguant un pouvoir politique fort et des relations étroites entre hauts fonctionnaires (cf. l’entretien de F.X. Ortoli dans S. Effosse, Acteurs et mémoire des villes nouvelles, rapport cité). Pour P. Delouvrier, « Il a fallu être obstiné et il a fallu avoir cette amarre qu’a été le général de Gaulle. C’est pour ça que, encore une fois, nous avons été démocrates par la force de la persuasion et nous avons été autocrates parce que le Général l’était pour des décisions comme celles-là. », dans L’aménagement de la région parisienne (1961-1969), op. cit., p. 187.

42 Dès leur création, les villes nouvelles constituent un champ d’expérimentation privilégié notamment via le Plan construction mis en place en avril 1971 au sein du ministère de l’Équipement et du Logement sous l’impulsion du directeur de la construction de l’époque, Robert Lion (cf. archives du GCVN, 840342/17, note de R. Lion à R. Goetze du 14 avril 1971, entretiens réalisés par P. Masquelier auprès de R. Lion, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2004 et Éric Lengereau, L’Etat et l’architecture, 1958-1981. Une politique publique ?, op. cit.). La préoccupation principale est de proposer « un mode de vie acceptable pour plusieurs décennies », un « nouvel art de vivre » (cf. Pierre Guinchat, Marie-Paule Chaulet et Lisette Gaillardot, Il était une fois l’habitat. Chronique du logement social en France, Paris, Le Moniteur, 1981, p. 152-153 et Sylvia Ostrowetsky, L’imaginaire bâtisseur. Les villes nouvelles en France, Paris, 1983). La recherche de l’innovation doit permettre de promouvoir la qualité de l’habitat, des équipements et des transports, cf. Bernard Hirsch, « Quelques innovations dans les villes nouvelles », dans J. E. Roullier dir., 25 ans de villes nouvelles en France, op. cit., p. 295- 324. Elle participe également d’une « stratégie de communication » visant à assurer la « promotion » des villes nouvelles. Cette volonté d’innovation urbanistique et architecturale donne lieu au lancement de nombreux concours, plus de cent entre 1969 et 1979. Les jeunes architectes d’alors, Ricardo Bofill, Christian de Portzamparc, Gérard Thurnauer entre autres, ont contribué à personnaliser les villes nouvelles voire à leur donner une identité, non seulement par rapport aux villes traditionnelles, mais aussi par rapport à chacune d’elles (cf. Un nouvel art de ville. Huit villes nouvelles en quête d’elles-mêmes, éditions Autrement, numéro spécial, 1985 et « Villes nouvelles, laboratoires d’architectures, 1965- 2005. Architecture, formes urbaines et cadre de vie dans les villes nouvelles françaises », colloque ministère de la culture/PHEVN, Paris, 6-7 avril 2005, actes à paraître).

43 Les pyramides d’Évry, 2 500 logements (7 000 étaient prévus à l’origine) construits entre 1974 et 1980, sur 300 000 m2, sont le fruit du grand concours d’architecture lancé en mai 1971 et remporté par l’équipe comprenant notamment les architectes Michel Andrault et Pierre Parat, cf. J. Guyard, Évry, ville nouvelle, op. cit., p. 84-92 et Michel Mottez, Carnets de campagne. Évry, 1965-2007, Paris, L’Harmattan, 2003.

44 Ricardo Bofill est né en 1939 à Barcelone. Architecte, il fonde en 1963 dans sa ville natale, le Taller de Arquitectura avec Manuel Nunez (auteur des arènes Picasso ou « le camembert » à Marne-la-Vallée), Ramon Collado et sa sœur Ann, mathématicienne. Son style s’inspire des modèles antiques. La plupart de ses projets consistent en une architecture monumentale (cf. Annabelle d’Huart, Ricardo Bofill, Paris, éditions du Moniteur, 1989 et le site www.bofill.com). Son travail dans les villes nouvelles parisiennes remonte au début des années 1970 et tient beaucoup à l’initiative de J. E Roullier qui découvre ce jeune architecte espagnol au cours d’une émission de télévision (cf. B. Hirsch, L’invention d’une ville nouvelle. Cergy-Pontoise, 1965-1975, op. cit., p. 231-233 et l’entretien de J. E. Roullier, dans S. Effosse, Acteurs et mémoire des villes nouvelles, rapport cité). Avec Paul Chemetov, R. Bofill participe au concours lancé en 1971 à Évry pour la construction de 7 000 logements, concours connu sous le nom d’Évry I. Mais le projet est classé deuxième et le projet des « Pyramides » des architectes Andrault, Parat et Sirvin l’emporte. Bofill travaille également, en relation avec S. Goldberg directeur de l’EPA, sur deux autres projets à Saint-Quentin-en-Yvelines, la citadelle et la maison d’Abraxas, sorte de cité d’artistes en plein ciel. De plus, sollicité par l’EPA de Cergy dirigé par B. Hirsch, l’architecte catalan propose en 1973 le projet de la « petite cathédrale » à Cergy. Mais le projet est refusé par Michel Poniatowski, ministre de l’Intérieur (cf. B. Hirsch, L’invention d’une ville nouvelle. Cergy-Pontoise, 1965-1975, op. cit., p. 231-235). Il faut attendre les années 1980 pour que les projets de Bofill dans les villes nouvelles se concrétisent. Après avoir conçu le quartier Antigone à Montpellier (1978), il réalise les espaces Abraxas à Marne-la-Vallée et les Arcades du Lac à Saint-Quentin-en-Yvelines (1982), puis le belvédère Saint-Christophe à Cergy-Pontoise (1985).

45 Sur cette réalisation, cf. B. Hirsch, « Innovation en matière d’art urbain. L’axe majeur de Cergy-Pontoise », dans J. E Roullier, 25 ans de villes nouvelles en France, op. cit., p. 307-312.

46 Il s’agit de la place de Catalogne (ou les « Échelles du Baroque ») réalisée en 1985.

47 Parmi les objectifs du Schéma directeur de 1965, l’accès aux ressources naturelles, forêts et plans d’eau, est privilégié compte tenu notamment de l’émergence de la « civilisation des loisirs ». Les espaces verts et les espaces récréatifs sont nombreux en villes nouvelles (étangs de Cergy, par exemple).

48 Domaine forestier et cynégétique, la forêt d’Yveline est en partie lotie sous le Second Empire, sur l’initiative d’Alphonse Pallu (1808-1880), homme d’affaire associé au duc de Morny. La construction en 1837 de la première ligne de chemin de fer voyageurs entre Paris et la commune du Pecq (puis celle de Saint-Germain-en-Laye) incite A. Pallu à créer en 1856 un premier lotissement. Celui-ci est réalisé, comme les suivants, selon un cahier des charges très strict visant à préserver la qualité du site. Avec l’augmentation de la population liée à la construction de la gare en 1862, Le Vésinet devient une commune en 1875 et demeure aujourd’hui un exemple de ville-parc résidentielle, cf. Sophie Cueille, Le Vésinet, modèle français d’urbanisme paysager (1858-1930), Association pour le patrimoine d’Ile-de-France, 2002 (2e édition).

49 Pour Paul Delouvrier, « les villes nouvelles vivront quand les cimetières y seront fleuris » (cité par Mme Delouvrier dans le Supplément à la lettre de l’Association et de l’Institut Paul Delouvrier, n° 20, février 2004).

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540