Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Entretiens avec Roger Goetze

 | 
Roger Goetze

Deuxième partie. Les présidences du groupe central de planification urbaine et du groupe central des villes nouvelles (1965-1988)

Chapitre VI. Le Groupe central de planification urbaine : des métropoles d’équilibre aux villes nouvelles (1965-1970)

Texte intégral

Pouvez-vous évoquer les autres présidences d’ordre administratif que vous avez eues à assumer ?

Je pense qu’il reste maintenant à parler uniquement de deux organes interministériels qui sont liés intimement et qui m’ont également intéressé, et même passionné, c’est le Groupe central de planification urbaine pendant le Ve Plan, de 1965 à 1970, et le Groupe central des villes nouvelles depuis 1970.

Quelle était la mission du Groupe central de planification urbaine ?

  • 1 Le Groupe central de planification urbaine (GCPU) est un organisme interministériel dépendant du Co (...)
  • 2 Mise en place par la DATAR à partir de 1963, la politique des métropoles d’équilibre a pour but d’a (...)
  • 3 Nommé délégué général au District de la région de Paris en août 1961 par le général de Gaulle, sur (...)
  • 4 Suite à la publication du Schéma directeur d’aménagement et d’urbanisme de la région de Paris, la D (...)
  • 5 Créée par la loi du 31 décembre 1966, la communauté urbaine est un établissement public qui permet (...)
  • 6 La communauté urbaine de Lille (CUDL) a notamment joué un rôle déterminant dans la réalisation de l (...)

Avant le Groupe central des villes nouvelles, on m’a demandé en 1965 de présider le Groupe de planification urbaine pour le Ve Plan qui était le plan des « métropoles d’équilibre »1. C’était la grande idée de l’époque2. Il y en avait huit en principe. En réalité nous avons étudié treize villes parce qu’à ces métropoles d’équilibre proprement dites, nous en avons joint d’autres. Les huit étaient Lille, Strasbourg, Nancy- Metz, déjà jumelées, Lyon, Marseille, Toulouse, Bordeaux et Nantes. Mais on y a ajouté Rennes, Rouen, Clermont-Ferrand, Nice, Grenoble et Saint-Etienne qui étaient les satellites de Lyon, puis Dijon ajouté à la fin du Ve Plan. [...] Et, chose amusante, c’est au cours de ce Plan que M. Paul Delouvrier, par ailleurs préfet de la Région parisienne, a fait adopter le fameux schéma directeur et d’urbanisme. Ce Schéma directeur d’aménagement et d’urbanisme de la région parisienne remonte en effet à 1966 et il comportait la création, de huit d’abord puis cinq finalement, villes nouvelles en région parisienne selon les axes des fleuves, Cergy-Pontoise et Marne-la-Vallée au Nord, Saint-Quentin-en-Yvelines, Évry, Melun-Sénart, au Sud, des deux côtés de la Seine et de la Marne3. [...]
C’était donc un très gros travail d’aménagement du territoire qui était mené dans chacune de ces métropoles d’équilibre par une équipe spécialisée, l’OREAM – organisme de recherche et d’étude des aires métropolitaines –, qui a survécu d’ailleurs au Ve Plan, qui existe peut-être même encore dans certains endroits4. [...] Et simultanément, on a créé par la loi les communautés urbaines en 1966. Les communautés urbaines de Bordeaux, Lille, Lyon et Strasbourg ont été créées par la loi elle-même, d’autres, assez nombreuses d’ailleurs, se sont créées librement par la suite. Les communautés urbaines ont un certain nombre de pouvoirs, notamment des pouvoirs très importants en matière d’organisation et d’aménagement du territoire de la communauté. Elles sont financées par des centimes additionnels purement et simplement aux quatre taxes locales5. Elles ont des rôles très importants notamment à Lyon – la COURLY, la Communauté urbaine de la région de Lyon, a joué un très grand rôle – ainsi qu’à Bordeaux. Quant à Lille, la rivalité entre M. Notebart, président de la Communauté et Pierre Mauroy, maire de Lille, a connu des épisodes vraiment épiques6.

Quelle était la composition du Groupe ?

  • 7 Olivier Guichard (1920-2004), proche du général de Gaulle, est délégué à l’Aménagement du territoir (...)
  • 8 Sont représentés au Groupe central de planification urbaine : le ministère de l’Intérieur, le minis (...)

Le Groupe central de planification urbaine siégeait à l’Aménagement du territoire qui était tantôt ministère, tantôt une simple délégation avec essentiellement, à l’époque, M. Olivier Guichard7. Nous étions un certain nombre de représentants du ministère des Finances, Budget et Trésor bien sûr, du ministère de l’Équipement, du ministère des Transports et parfois d’autres à siéger à ce Groupe qui étudiait la façon de concevoir le développement de ces communautés urbaines pour qu’elles puissent remplir réellement leur rôle8. Cela a été un assez grand travail, passionnant je dois dire pour quelqu’un qui n’avait pas d’idées très précises en matière d’urbanisme, ce qui était mon cas, pour voir où l’on devait créer des zones d’habitation, des zones d’activités, des pôles d’équilibre.

Le Groupe faisait-il des recommandations ?

  • 9 Le rapport remis au Premier ministre par le GCPU sur « les conditions de réalisation des programmes (...)

Le Groupe central de planification urbaine établissait un rapport qui indiquait quelles étaient les mesures à prendre, ce qui était souhaitable, le nombre de logements à essayer de faire bâtir, les industries qu’on pouvait chercher à implanter, etc. C’était un travail très documenté que j’ai eu l’honneur de présenter, en tant que président de ce Groupe, au comité interministériel d’aménagement du territoire et d’action régionale, organisme interministériel, qui continue à siéger toujours auprès du gouvernement9. [...] Ainsi, il se trouve que c’est moi qui ai eu à présenter au comité interministériel la création de ces villes nouvelles, des neuf villes nouvelles en annexe au plan de développement des OREAM qu’on faisait approuver par l’ensemble du comité interministériel. C’était une période très fructueuse, intellectuellement très intéressante que ce Groupe central de planification urbaine dont le Plan et la DATAR m’avaient confié la présidence. [...] Cette période m’a appris beaucoup de choses comme quoi il fallait, dans presque toutes les villes, éviter la tendance habituelle au développement vers l’Ouest et au contraire favoriser l’Est.

Avez-vous étudié plus particulièrement une des métropoles d’équilibre ?

  • 10 Souhaitée dès décembre 1966 par E. Pisani alors ministre de l’Équipement, la création de la ville n (...)
  • 11 Pour la région lyonnaise, étendue à l’agglomération grenobloise, le schéma proposé par l’OREAM, sou (...)
  • 12 Contrairement à l’avis de Paul Delouvrier et de l’équipe du District de la région de Paris, qui sou (...)

Je me suis surtout intéressé à Lyon qui était le cas le plus marquant et le plus varié de tout cela. Lille c’était trop considérable et d’ailleurs l’aménagement de Lille même reposait essentiellement sur des projets de nature à compenser la perte des industries minières ou lourdes et d’essayer d’y implanter des industries légères de techniques plus élaborées, des ateliers de mécanique lourde mais qui n’étaient plus des industries qu’on peut appeler primaires, c’est-à-dire issues simplement des matières premières locales. On a créé auprès de Lille une ville nouvelle mais qui fut un cas particulier de ville à bâtir autour des campus des facultés qui se développaient à Annapes. Les trois communes d’Annapes, d’Ascq et de Villeneuve ont fusionné en une seule commune, Villeneuve-d’Ascq, qui a été une des villes nouvelles de province, avec son établissement public d’aménagement sous le nom de Lille-Est (l’EPALE), qui a parcouru tout le cycle de développement d’une ville nouvelle, jusqu’au décret qui a constaté officiellement son achèvement récemment10. Pour Lyon, de ce qu’on appelle la plaine de Loyettes, où il y a, je crois, une raffinerie et diverses autres installations industrielles, l’idée était de faire à ce moment-là deux villes nouvelles, l’une dans la vallée de l’Isère entre la Verpillière et Bourgoin, à L’Isle d’Abeau qui existe maintenant. Une seconde devait être dans la vallée de l’Ain autour de Meximieux et Amberieu, mais elle n’a jamais vu le jour. Il faut dire que le Ve Plan couvrait la période 1965-1970 mais les actions prennent toujours beaucoup de retard à se matérialiser sur le terrain et c’est le cas notamment des villes nouvelles qui se sont développées à partir de 1972-1973 au moment du premier choc pétrolier et d’un renversement du rythme de croissance auquel on était habitué11. C’est ce qui explique en particulier l’échec de la ville nouvelle du Vaudreuil qui dépasse à peine 10 000 habitants et qui était prévue pour 80 000 habitants comme un pôle entre Paris et Rouen pour éviter la croissance excessive de Mantes-la-Jolie. Le Vaudreuil, devenu Val-de-Reuil, est pratiquement arrêté12. À Lille, au contraire, Villeneuve-d’Ascq s’est très bien terminée et elle est sortie légalement du régime spécial des villes nouvelles.

Conservez-vous un souvenir particulier de ce Groupe ?

  • 13 Dans la préface à la première édition de l’Annuaire des villes nouvelles (1995), Roger Goetze évoqu (...)
  • 14 Michel Colot est directeur de l’EPALE de 1973 à 1980, directeur de l’EPEVRY de 1980 à 1987 et prési (...)

Ce Groupe avait un secrétaire général plein d’allant, M. Michel Colot. Michel Colot était le fils du directeur général de la REPAL, Armand Colot, que j’ai donc connu tout jeune homme, encore en culottes courtes à Alger13. Ce brillant ingénieur des Ponts a été le secrétaire général du Groupe central de planification urbaine avant de faire une petite incursion dans le privé et de revenir comme directeur général de l’établissement public d’aménagement de la ville nouvelle de Lille-Est, Villeneuve-d’Ascq, puis de celle d’Évry, et d’être maintenant à la tête d’un groupement d’intérêt économique, l’organisme d’exportation de la technique des villes nouvelles à l’étranger14. Car nous exportons la technique des villes nouvelles à l’extérieur, en Egypte, au Sénégal, dans d’autres pays également. Et là, j’en viens déjà à un autre comité interministériel, le Groupe central des villes nouvelles.

Notes

1 Le Groupe central de planification urbaine (GCPU) est un organisme interministériel dépendant du Commissariat général du Plan d’équipement et de productivité. Il est mis en place le 15 juin 1964 dans le cadre des travaux préparatoires du Ve Plan sur la régionalisation (cf. archives du CGP 930278/217, note pour M. Massé, d’André Laure, du 15 juin 1964). Plus d’une décennie après la publication du rapport en 1950 « Pour un plan national d’aménagement du territoire » par Eugène Claudius-Petit, alors ministre de la Reconstruction et de l’Urbanisme, le Commissariat général du Plan insiste de nouveau sur la nécessité de remédier aux déséquilibres géographiques (cf. Benoît Pouvreau, Un politique en architecture. Eugène Claudius-Petit (1907-1989), Paris, éd. le Moniteur, 2004, p. 146-152 et P. Caro, O. Dard et J-C Daumas (dir.), La politique d’aménagement du territoire. Racines, logiques et résultats, Presses universitaires de Rennes, 2002). Le 14 février 1963 trois décrets sont adoptés qui aboutissent, d’une part à la création de la Délégation à l’aménagement du territoire (DATAR), d’autre part à la modification des attributions du Commissariat général du Plan (CGP) désormais chargé des études concernant la conception de l’aménagement du territoire via l’instauration de la Commission nationale pour l’aménagement du territoire, enfin à la création du Comité interministériel à l’aménagement du territoire (CIAT). Constitutive de la politique d’aménagement du territoire, la politique urbaine devient, compte tenu de l’urbanisation croissante de la population française, une des préoccupations majeures du gouvernement Pompidou. Intégrant le cadre de la planification, cette question est désormais traitée au niveau des conseils du gouvernement (cf. Association Georges Pompidou, L’aménagement du territoire, 1958-1974, Paris, L’Harmattan, 1999).
Conçu comme devant être l’antichambre du CIAT, le Groupe central de planification urbaine, qui recueille une partie des attributions auparavant dévolues aux comités 2bis et 2ter du Fonds de développement économique et social (FDES), est chargé d’examiner les quatorze plus grandes agglomérations françaises, les autres agglomérations de plus de 50 000 habitants étant étudiées par la commission de l’Équipement urbain du Commissariat général du Plan. Concernant le choix du président du Groupe central, deux solutions semblent se dégager : Olivier Guichard, délégué général à la DATAR et secrétaire général du CIAT, et Roger Goefze, sous-gouverneur du CFF et président du Comité 2 bis du FDES (Robert Blot présidant le comité 2 ter), cf. archives du CGP 930278/217, note pour M. Massé, d’André Laure, du 15 juin 1964. La seconde solution, en faveur de R. Goetze, est entérinée. Ce dernier rappelle quelques années plus tard les conditions de sa nomination : « C’est ainsi que pour le 5e Plan (1965-1970), celui des « métropoles d’équilibre », j’ai souhaité, répondant à l’invitation de Jérôme Monod [alors chargé de mission à la DATAR, proche d’Olivier Guichard], présider le Groupe central de planification urbaine », cf. Annuaire des villes nouvelles. Les acteurs d’hier et d’aujourd’hui, Paris, AFVN, édition 2003, préface, p. 7.

2 Mise en place par la DATAR à partir de 1963, la politique des métropoles d’équilibre a pour but d’accélérer le développement de villes ou d’agglomérations déjà importantes pour en faire des pôles d’attraction susceptibles de freiner voire de réduire la croissance de la région parisienne.

3 Nommé délégué général au District de la région de Paris en août 1961 par le général de Gaulle, sur l’initiative de Michel Debré alors Premier ministre, Paul Delouvrier (1914-1995, IF 1941) reçoit pour mission de faire exécuter le Plan d’aménagement et d’organisation générale de la Région parisienne (PADOG) adopté un an auparavant et d’engager des études complémentaires (cf. Sabine Effosse, « Paul Delouvrier et les villes nouvelles (1961-1969) », dans Sébastien Laurent et Jean-Eudes Roullier (dir.), Paul Delouvrier, un grand commis de l’État, Paris, Presses de Sciences Po, 2005, p. 75-86 et Institut Paul Delouvrier/Programme d’histoire et d’évaluation des villes nouvelles françaises, L’aménagement de la région parisienne (1961-1969). Le témoignage de Paul Delouvrier, Paris, Presses de l’ENPC, 2003). Mais dès 1962, il apparaît que le PADOG est dépassé et que ses prévisions sont insuffisantes notamment du point de vue de la construction de logements qui constitue alors la grande affaire de la région parisienne. Aidée de l’Institut d’aménagement et d’urbanisme de la région de Paris (IAURP), l’équipe du District, pilotée par P. Delouvrier, reprend alors les études sur la croissance de la région parisienne. Au terme de ces études, le District retient le chiffre non plus de dix millions d’habitants, pris en considération par le PADOG, mais de douze à seize millions d’habitants (cf. Michel Brisacier « Du PADOG au Schéma directeur », dans Danièle Voldman (dir.), « Les origines des villes nouvelles de la région parisienne (1919-1969) », Les Cahiers de l’IHTP, n° 17, déc. 1990, p. 57-62 ainsi que Lion Murard et François Fourquet, La naissance des villes nouvelles de la région parisienne. Anatomie d’une décision (1961-1969), Paris, Presses de l’ENPC, 2004, p. 98-105) Cette découverte, que P. Delouvrier qualifie de « découverte-clé », révèle l’urgence à envisager et à organiser la croissance inéluctable de la région parisienne sous peine de mitage de l’espace (cf. Roselyne Chenu, Paul Delouvrier ou la passion d’agir, Paris, Le Seuil, 1994, p. 234). C’est cette conversion à « l’urbanisme de croissance » que traduit l’élaboration du premier schéma directeur d’aménagement et d’urbanisme de la région de Paris (SDAURP), rapport de 250 pages présenté à l’été 1964 au général De Gaulle. Présenté à l’Assemblée nationale par le Premier ministre, G. Pompidou, le 18 juin 1965 (discours consultable sur le site de l’association G. Pompidou, www.associationgeorgespompidou.fr) et avalisé en septembre par un arrêté du ministre de la Construction autorisant la révision du PADOG, le SDAURP préconise le développement de la région selon un axe principal double en direction de Mantes-Rouen et deux axes secondaires vers Meaux et Melun (Seine-aval, Marne, Seine-amont) ainsi que le regroupement de la population autour de huit points forts appelés « villes nouvelles » : Cergy, Mantes-Sud, Marne, Tigery-Lieusaint, Trappes-Est et Trappes-Ouest, Évry et Beauchamp (cf. Paul Delouvrier « Discours des ambassadeurs », 6 janvier 1966, dans Jean-Eudes Roullier (dir.), 25 ans de villes nouvelles en France, Paris, Economica, 1989, p. 30-31). En 1969, après le départ de P. Delouvrier de la préfecture de la région parisienne, où il avait été nommé en 1966, pour la présidence d’EDF, le SDAURP connaît une première révision entraînant la suppression de trois villes nouvelles (Mantes-Sud, Beauchamp, Trappes-Est et Trappes-Ouest étant appelés à ne former qu’une seule entité, Saint-Quentin-en-Yvelines).

4 Suite à la publication du Schéma directeur d’aménagement et d’urbanisme de la région de Paris, la DATAR décide de transposer et d’appliquer ce principe de planification du développement urbain aux métropoles d’équilibre, la croissance de ces dernières étant indispensable au respect des prévisions du SDAURP (cf. L. Murard et F. Fourquet, La naissance des villes nouvelles, op. cit., p. 198-204 et p. 232-237, et Pierre Merlin, Les villes nouvelles en France, Paris, PUF, 1991, p. 43-47). Afin d’élaborer les différents schémas directeurs régionaux sont ainsi créés, en 1966, les organismes d’études et d’aménagement d’aire métropolitaine (OREAM), organismes interministériels dépendant de la DATAR. Le premier créé, la Basse Seine, ne relève pas des huit métropoles d’équilibre mais paraît nécessaire pour capter une partie de la croissance prévue en région parisienne (cf. Pierre Merlin, Les villes nouvelles en France, op. cit.). Sont ensuite créés les OREAM de Lyon/ Saint-Etienne, de Lorraine (Nancy-Metz-Thionville), du Nord (Lille-Roubaix-Tourcoing), de Provence (Marseille-Aix-Berre-Fos), de Nantes/Saint-Nazaire, de Bordeaux, de Toulouse et de Strasbourg. Les schémas directeurs régionaux sont terminés en 1970 et publiés en 1971 (1968 pour la Basse Seine). Il faut noter que quatre d’entre eux, ceux de la Basse Seine, du Nord, de Lyon et de Marseille suggèrent la réalisation de villes nouvelles. Devenus des organismes d’études, d’aménagement et d’urbanisme mis à la disposition des préfets de région, les OREAM sont supprimés en 1983 dans le cadre de la décentralisation (cf. P. Merlin, Les villes nouvelles en France, op. cit, p. 44).

5 Créée par la loi du 31 décembre 1966, la communauté urbaine est un établissement public qui permet aux différentes communes d’une agglomération de se regrouper pour traiter en commun leurs problèmes d’aménagement. C’est la forme la plus complète de coopération intercommunale. La loi de 1966 crée quatre communautés urbaines : Bordeaux, Lille, Lyon et Strasbourg. Cinq autres sont créées par voie réglementaire entre 1969 et 1973 : Brest, Cherbourg, Dunkerque, Le Mans et Le Creusot/Montceau-les-Mines, cf. Cour des Comptes, Les communautés urbaines, Rapport public particulier, nov. 2001 et Jean-Eudes Roullier (dir.), 25 ans de villes nouvelles en France, op. cit. Les compétences obligatoires des communautés urbaines sont nombreuses et étendues : établissement des documents d’urbanisme et de planification, constitution de réserves foncières, lutte contre l’incendie, construction et gestion des lycées et collèges, organisation de réseaux de transports urbains, d’eau, d’assainissement, ramassage des ordures ménagères, ainsi que marchés et abattoirs. A la demande des communes, elles peuvent aussi s’occuper de la réalisation et de la gestion d’équipements, de zones industrielles, commerciales ou artisanales, de zones de rénovation ou de réhabilitation de l’habitat, d’organismes d’HLM, des cimetières de la voirie, de la signalisation et des parcs de stationnement. La communauté urbaine est administrée par un conseil composé de délégués des communes. Il comprend, selon le nombre de communes et la population totale de l’agglomération de 50 à 140 membres. Les ressources de la communauté urbaine se composent des recettes venant en contrepartie des activités dont elle a la charge (subventions d’équipement, taxe d’enlèvement des ordures ménagères, taxe locale d’équipement...), d’une fraction des ressources fiscales des communes (foncier non bâti, foncier bâti, taxe d’habitation et taxe professionnelle) et des subventions de l’État. Les nombreuses difficultés, techniques ou politiques, nées de cette formule d’association de communes en ont toutefois limité l’essor, les communes s’orientant vers des formules de coopération plus souples, formule entérinée in fine par le législateur à la fin des années 1990 avec l’adoption de loi du 12 juillet 1999 relative au renforcement et à la simplification de la coopération communale dite « loi Chevènement ».

6 La communauté urbaine de Lille (CUDL) a notamment joué un rôle déterminant dans la réalisation de la ville nouvelle de Villeneuve-d’Ascq (Lille-Est à l’origine). Constituée peu avant la décision de création de la ville nouvelle, la CUDL a non seulement adhéré au projet, mais l’a également porté afin d’en assurer la réussite. Toutefois cette success story n’a pas été un long fleuve tranquille. La forte personnalité d’Arthur Notebart (1914-2002), maire de Lomme (1947-1990), député socialiste du Nord (1951-1958 et 1962-1988), vice-président, puis président de la CUDL (1971-1989), a occasionné des passes d’armes mémorables à la fois au sein de la CUDL et avec les acteurs de la réalisation de la ville nouvelle. En ce qui concerne la communauté urbaine, la ville de Lille en revendique la présidence dès sa création et l’obtient. Augustin Laurent, maire socialiste de Lille (1955-1973), devient ainsi le premier président de la CUDL (1969-1971). Mais, s’appuyant sur les élus des petites communes, A. Notebart parvient à ravir ce poste. Devenu président, il s’oppose à Pierre Mauroy (né en 1928), vice-président de la CUDL à partir de 1971, maire de Lille (1973-2001) et également député socialiste du Nord (1973-1992), sur au moins deux points concernant la ville nouvelle. Alors que P. Mauroy milite au départ pour l’annexion du territoire de la ville nouvelle à la commune de Lille, enfermée dans d’étroites limites, A. Notebart privilégie l’autonomie apte à contrebalancer l’influence lilloise au sein de la communauté urbaine. Un autre point porte sur la construction de HLM dans un quartier de la ville nouvelle. Alors que l’EPALE, l’établissement public d’aménagement de Lille-Est dont A. Notebart est également président en tant qu’élu et président de la CUDL, lance un concours pour l’obtention de ce marché, l’office HLM de Lille, dirigé par P. Mauroy, n’est pas retenu. Les vifs échanges qui s’en suivent entre élus, mais également avec le directeur de l’EPALE, conduisent notamment au remplacement de ce dernier en 1973 (cf. chapitre VII infra). En 1977, l’arrivée à la mairie de Villeneuve-d’Ascq de Gérard Caudron, élu socialiste souhaitant mettre un terme prématuré au développement de la ville nouvelle, créé également des tensions entre la CUDL, en particulier avec son président attaché à la poursuite du projet, et les élus de la ville nouvelle. Cette opposition conduit R. Goetze, en tant que président du Groupe central des villes nouvelles, à participer en janvier 1978 à la signature d’une convention tripartite (mairie, CUDL et GCVN), « cas unique en France » prévoyant la reprise de l’initiative de la poursuite ou non du développement de la ville nouvelle par la mairie de Villeneuve-d’Ascq (cf. Thibault Tellier, « Intercommunalité et villes nouvelles entre conflits et partage : Villeneuve-d’Ascq et la construction de la communauté urbaine de Lille, 1969-1983 », dans Loïc Vadelorge (dir.), Gouverner les villes nouvelles. Le rôle de l’État et des collectivités locales (1960-2005), Paris, Manuscrit université, 2005, p. 317-338 ainsi que les entretiens réalisés par S. Effosse auprès de Philippe Brongniart, Jean-Eudes Roullier et Guy Salmon-Legagneur dans S. Effosse, Acteurs et mémoire des villes nouvelles. Première campagne d’archives orales menées auprès des acteurs de la genèse des villes nouvelles françaises, Programme interministériel histoire et évaluation des villes nouvelles, juin-septembre 2002, consultables sur le site www.equipement.gouv.fr).

7 Olivier Guichard (1920-2004), proche du général de Gaulle, est délégué à l’Aménagement du territoire et à l’action régionale de janvier 1963 à octobre 1968, ministre délégué auprès du Premier ministre chargé du Plan et de l’aménagement du territoire (1968-1969), ministre de l’Aménagement du territoire, de l’équipement, du logement et du tourisme (1972-1974), puis ministre d’État, ministre de l’Aménagement du territoire, de l’équipement et des transports (mars-mai 1974).

8 Sont représentés au Groupe central de planification urbaine : le ministère de l’Intérieur, le ministère de l’Économie et des Finances, le ministère de l’Éducation nationale, le ministère de l’Équipement, le Commissariat général du Plan d’équipement et de la productivité et la Délégation à l’aménagement du territoire et à l’action régionale (cf. archives du CGP 930278/217, GCPU, Rapport sur les conditions de réalisation des programmes d’équipement des grandes agglomérations pour la période du Ve Plan, 6 février 1967).

9 Le rapport remis au Premier ministre par le GCPU sur « les conditions de réalisation des programmes d’équipement des grandes agglomérations pour la période du Ve Plan » est daté du 6 février 1967 (cf. archives du CGP 930278/217 cit.). Il est composé de quatre parties : les opérations d’équipement des grandes agglomérations (logement, voirie, eau et assainissement, grands équipements de superstructure), les actions d’aménagement dans les grandes agglomérations (pour les huit métropoles d’équilibre définies auxquelles s’ajoutent les villes de Rouen, Grenoble, Nice, Clermont-Ferrand et Rennes), la politique foncière (les zones d’aménagement concerté et les réserves foncières) et le financement des investissements. Concernant la politique foncière, le GCPU rappelle dans son introduction que parallèlement à ses travaux, s’est aussi constitué un groupe de travail au CGP « Voirie urbaine-Marché foncier » (le GIF, groupe interministériel foncier) chargé de « rassembler les éléments qui pourraient justifier la révision des enveloppes figurant dans le Ve Plan en matière de desserte des agglomérations et d’évaluer le niveau auquel devraient être portés les programmes de voirie pour rester cohérent avec la localisation de nouveaux logements » (sur le GIF, cf. Loïc Vadelorge, « Pourquoi et comment a-t-on créé le SGVN ? », in L. Vadelorge (dir.), Gouverner les villes nouvelles, op. cit., p. 155-159). Le rapport du GCPU souligne enfin « l’importance que revêt la solidarité des différentes administrations dans la politique d’aménagement des grandes villes. Pour chacune des actions qu’elle suppose, de nombreuses décisions relèvent de compétences ministérielles très diverses, et ce n’est que dans la mesure où chacun aura accepté l’image proposée que l’effort de ceux qui ont reçu mission de concevoir cet aménagement n’aura pas été vain » (dans Rapport cit., p. 7).

10 Souhaitée dès décembre 1966 par E. Pisani alors ministre de l’Équipement, la création de la ville nouvelle de Lille-Est se distingue des autres projets de villes nouvelles provinciales (Le Vaudreuil, L’Isle d’Abeau et Les Rives de l’Étang de Berre) sur plusieurs points. Concomitante de la création de la Communauté urbaine de Lille, qui s’approprie ce projet de développement urbain, Lille-Est bénéficie du soutien indéfectible de cette collectivité locale via les élus. Lille-Est se construit également à partir de villages existants, le village d’Ascq, qui connaît en 1944 un massacre aussi important qu’Oradour et des deux campus universitaires de Fiers et d’Annapes (cf. Thibault Tellier, « La mémoire politique de Villeneuve-d’Ascq » dans L. Vadelorge dir. « La mémoire des villes nouvelles », Ethnologie française, 1, janv-mars 2003, p. 51-57). Portée par la CUDL, imaginée par certains comme un « Oxfornordiste », la ville nouvelle voit sa réalisation amorcée rapidement. L’établissement public d’aménagement de Lille Est, l’EPALE, est créé le 11 avril 1969. Le 25 février 1970 les trois communes concernées par l’opération d’aménagement, Ascq, Fiers et Annapes, fusionnent. La ville nouvelle est alors officiellement constituée prenant le nom de « Villeneuve-d’Ascq » en souvenir du village martyr de la Seconde guerre mondiale. L’arrivée à la municipalité d’une nouvelle équipe emmenée par un jeune maire socialiste, Gérard Caudron (cf. note supra), en 1977, infléchit le développement de la ville nouvelle, le programme électoral de la nouvelle équipe incluant la possibilité de stopper ce développement (cf. Thibault Tellier, « La mémoire politique de Villeneuve-d’Ascq » art. cit. et « Intercommunalité et villes nouvelles entre conflits et partages », art. cit., p. 317-338). Entérinée en 1980, cette volonté n’entame pas moins la réussite du projet. Villeneuve-d’Ascq voit la réalisation du premier métro automatique (le VAL soit, à l’origine, Villeneuve-d’Ascq/Lille), mis en service en 1983, et son centre-ville, dernière étape officielle de la réalisation de la ville nouvelle, est inauguré en 1982 par le président de la République, François Mitterrand (cf. Jean-Claude Ralite « Un exemple d’innovation à Lille-Est. Le Val, » dans J. E. Roullier dir. 25 ans de villes nouvelles en France, op. cit., p. 319-324). Exemple de ville nouvelle portée par les élus, ceux de la CUDL puis ceux de la municipalité elle-même, appropriation garante de son succès, Villeneuve-d’Ascq est la première ville nouvelle à sortir de ce dispositif spécial, la fermeture de l’EPALE ayant lieu à la fin de l’année 1983.

11 Pour la région lyonnaise, étendue à l’agglomération grenobloise, le schéma proposé par l’OREAM, soucieux de préserver les sites naturels (les Dombes) et les espaces de loisirs, est un schéma triangulaire dont Lyon serait le sommet et dont la base relierait les deux villes nouvelles, ancrées respectivement sur les petites villes de Bourgoin (L’Isle d’Abeau) et d’Ambérieu (Meximieux), sur les axes reliant Lyon à Grenoble et à Genève, l’objectif étant « d’élargir vers l’est la vallée du Rhône » (cf. P. Merlin, Les villes nouvelles en France, op. cit., p. 45-47). Mais les désaccords politiques et le retournement de conjoncture économique ont conduit à l’abandon de la seconde ville nouvelle. Pour la première, L’Isle d’Abeau, le désintérêt de Lyon, voire l’hostilité du maire de l’époque, aboutissent à une croissance réduite de la ville nouvelle (cf. M. Bédarida, Territoire entre Rhône et Isère, L’Isle d’Abeau, Paris, Hartmann éditions, 2002, Yves Chalas dir. L’Isle d’Abeau, de la ville nouvelle à la ville contemporaine, Paris, La Documentation française, 2005 et Stéphane Rabilloud, « L’Isle d’Abeau ou le blocage de la construction politique de l’agglomération », dans L. Vadelorge dir. Gouverner les villes nouvelles, op. cit., p. 339- 358). Concernant les archives du GCPU (versement 930278/217-223), notons que les dossiers relatifs à la métropole lyonnaise, et eux uniquement, sont manquants.

12 Contrairement à l’avis de Paul Delouvrier et de l’équipe du District de la région de Paris, qui souhaitaient la création de Mantes-sud, la DATAR a mis un terme à ce projet pour le transposer à l’ouest de Rouen, site qui était de sa compétence (cf. L. Murard et F. Fourquet, La naissance des villes nouvelles. Anatomie d’une décision, op. cit., p. 232- 236). Fruit de cette rivalité, la ville nouvelle du Vaudreuil (la disparition de Mantes-sud est entérinée par la première révision du SDAURP en janvier 1969), s’inscrit dans le schéma directeur de la Basse Seine et vise à répondre à la fois à des priorités économiques (décentralisation des activités industrielles et tertiaires), démographiques (maîtrise de la croissance régionale) et écologiques (séparation de la circulation piétons-automobiles). Confiée à un polytechnicien, ingénieur des Ponts et Chaussées, Jean-Paul Lacaze, premier directeur de la mission d’étude et d’aménagement (1968-1971) puis de l’EPA (1972-1976), la réalisation du Vaudreuil, ambitieuse sur le plan architectural (idée du « germe de ville ») et démographique (80 000 habitants), connaît cependant un échec précoce et « cinglant » (cf. P. Merlin, Les villes nouvelles en France, op. cit., p. 59 et Claire Brossaud, Le Vaudreuil ville nouvelle (Val-de-Reuil) et son imaginaire bâtisseur. Identification d’un champ autour d’une ville, Paris, L’Harmattan, 2003). Réalisée dans un site rural vierge, au moment du retournement de conjoncture économique, ignorée par la ville de Rouen, Le Vaudreuil « la seule ville nouvelle où les études coûtaient plus cher que les réalisations » apparaît dès le début des années 1980 comme un échec patent. Le changement de dénomination en 1985, Le Vaudreuil devenant Val-de-Reuil, n’influe guère sur cette évolution défavorable. A la fin de l’année 1987, l’établissement public d’aménagement est dissous (cf. L. Vadelorge et Cécile-Anne Sibout dir. « Val-de-Reuil : jeunesse d’une ville nouvelle », Études normandes, n° 2, 2004).

13 Dans la préface à la première édition de l’Annuaire des villes nouvelles (1995), Roger Goetze évoque également ce souvenir « C’est ainsi que pour le 5e Plan (1965-1970), celui des « Métropoles d’équilibre », j’ai souhaité, répondant à l’invitation de Jérôme Monod, présider le Groupe central de planification urbaine, dont le Secrétaire général était Michel Colot, ingénieur des Ponts (qui devait être par la suite, directeur général de l’EPALE, puis de l’EPEVRY), fils de l’ingénieur général des Mines, Armand Colot précédemment et pendant 16 ans à mes côtés, directeur général de la SNREPAL. ». Sur la SNREPAL, la Société nationale de recherche et d’exploitation des pétroles en Algérie et la collaboration entre R. Goetze et A. Colot, cf. Entretiens avec Roger Goetze, tome I, op. cit., p. 301-313.

14 Michel Colot est directeur de l’EPALE de 1973 à 1980, directeur de l’EPEVRY de 1980 à 1987 et président du GIE Villes nouvelles de France de 1987 à 1990.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540