Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Entretiens avec Roger Goetze

 | 
Roger Goetze

Première partie. La direction du Crédit foncier de France (1957-1977)

Chapitre III. La gestion du Crédit foncier

Texte intégral

Pouvez-vous évoquer les réformes du Crédit foncier auxquelles vous avez participé ?

  • 1 L’évolution de la mentalité au CFF après 1968 est caractéristique de la transformation que connaît (...)
  • 2 Au cours de ces entretiens, R. Goetze revient à plusieurs reprises sur le caractère quasi administr (...)
  • 3 La fonction de directeur départemental est prévue dès la constitution du Crédit foncier (article 4 (...)
  • 4 À l’époque considérée par R. Goetze, le personnel du Crédit foncier est composé pour la majeure par (...)

Les réformes internes au Crédit foncier, c’est un autre volet dont je peux effectivement vous parler. Il faut d’abord dire que, quand je suis rentré au Crédit foncier, c’était bien une maison centenaire. C’est-à-dire que lorsqu’un gouverneur ou un sous-gouverneur passait dans une salle ou un couloir, tout le monde se levait à son passage. Les chauffeurs avaient une casquette. Ils ouvraient la porte de la voiture, conduisaient, enfin du moins le mien qui était assez âgé, avec un train de sénateur et c’était très agréable. On était très bien considéré et très bien payé à l’époque pour l’ensemble. C’était un poste disons fort agréable. Son état d’esprit et son mode de vie ont changé. Il y avait un comité d’entreprise, bien entendu, mais qui était très docile jusqu’aux événements de 1968. Et c’est de 1968 que date en réalité une grande réforme interne du Crédit foncier, dans sa mentalité, son état d’esprit tout d’abord. Je veux vous en donner un petit exemple pittoresque. Les femmes sont très nombreuses au Crédit foncier, comme dans toutes les banques où elles ne se présentaient jamais en pantalon. Cela ne se faisait pas. Elles étaient toujours en robe. Et c’est en 1968 qu’on a vu la syndicaliste, au nom prédestiné de Madame Blanche, arriver en comité d’entreprise avec un pantalon rouge1 !
Depuis ce temps-là beaucoup de choses ont changé naturellement. C’était vraiment la vieille maison du xixe siècle et c’est devenu une maison du xxe siècle. Mais elle avait gardé le caractère, les réactions d’une administration centrale. Pendant des années, au cours de la séance des vœux annuels, j’ai répété comme un leitmotiv qu’il fallait que tout le personnel acquière un esprit commercial, qu’il fasse du Crédit foncier non pas une administration subsidiaire, mais une véritable banque de la construction2.
C’était difficile et cela supposait des réformes profondes non seulement dans l’état d’esprit de la maison, mais également dans son organisation. Car il faut bien dire que comme établissement centralisé, on ne faisait pas mieux. Le Crédit foncier avait à ce moment-là près de 3 000 agents et n’avait en province que soixante directeurs départementaux qui dépendaient de lui. Ces directeurs départementaux étaient des petits fermiers généraux, si l’on peut dire, qui recrutaient eux-mêmes leurs collaborateurs sur leur propre argent, moyennant les commissions importantes qu’ils recevaient du siège3. À tel point que l’on s’était aperçu qu’un des directeurs, qui avait la plus grosse direction et d’ailleurs la plus fructueuse, celle de Lyon, était mieux rémunéré que le gouverneur lui-même ! Cela n’avait pas paru très normal. Il a donc fallu faire deux choses. Réformer d’abord le mode de rémunération, ce qui n’a pas été simple. J’ai mis pas mal de temps à créer une grille, une très belle grille dans laquelle on inscrivait les différents personnels du Crédit foncier de n’importe quel grade, n’importe quelle fonction. J’étais très fier de cette grille mais je ne l’ai pas été longtemps car quand on est prisonnier d’une grille, on ne peut plus rien faire parce que, si on touche à un échelon, il faut toucher tous les autres et finalement c’est toujours très difficile à gérer.
Ensuite, on a réformé les statuts, les conditions d’admission. J’ai créé un cadre dit d’attachés correspondant au cadre A de la fonction publique. Ensuite, des adjoints qui correspondaient au cadre B, puis le personnel courant du cadre C. Donc j’ai fait une réforme, comme un ancien directeur du Budget, je m’étais assez occupé des questions du personnel de l’administration française. J’ai voulu créer au Crédit foncier quelque chose qui en tiendrait lieu, donc réformer les carrières du personnel et les conditions de recrutement4. Mais avec une très grosse difficulté, c’est que la convention collective prévoyait Paris comme unique lieu de travail. Il n’y avait aucune mobilité possible pour aller en province. Il fallait dire aussi qu’à ce moment-là, en 1964, les jeunes rédacteurs avaient l’option d’être candidat à être directeur départemental. Le sous-gouverneur chargé du service technique établissait une liste d’aptitude [...]. Mais cela voulait dire que les candidats agréés quittaient quasiment le Crédit foncier pour les directions départementales. Ils ne pouvaient pas revenir à l’administration centrale quel que soit leur désir et on ne pouvait pas les rappeler quelle que soit leur valeur car ils n’étaient plus classés dans des échelles. [...] Ce qu’il fallait donc faire, c’était créer des conditions pour que le personnel du Crédit foncier accepte la décentralisation. Cela a été mon gros travail car ce n’était pas facile. Et j’ai créé au Crédit foncier à ce moment-là, un échelon intermédiaire, entre Paris et les directions locales, de délégués régionaux.

Pouvez-vous détailler les modalités de cette « décentralisation » ?

  • 5 L’ouverture des dix délégations régionales s’échelonne entre 1974 (expérience pionnière de Lille) e (...)
  • 6 Le système des primes et prêts spéciaux institué en 1950 prévoit que la décision provisoire de prim (...)
  • 7 La délégation régionale de Montpellier a ouvert en 1985, celle de Clermont-Ferrand en 1986 et les d (...)
  • 8 Il faut noter que dès les années 1968-1972, R. Goetze a posé les prémices de la décentralisation ou (...)
  • 9 Lors du départ de R. Goetze à la fin de l’année 1977, les effectifs employés dans les délégations r (...)

Les délégués régionaux étaient au nombre de dix à l’origine, onze d’ailleurs presque tout de suite. Cela correspondait aux vingt-deux « Régions » divisées par deux parce qu’on n’était pas assez riche pour en faire une par région administrative5. Leurs compétences territoriales étaient celles des régions administratives parce qu’il ne fallait pas oublier que, pour les prêts spéciaux à la construction, nous étions en rapport constant avec les directions départementales de l’Équipement et les préfets. Donc il ne fallait pas que les circonscriptions du Crédit foncier s’amusent à être des « circonscriptions bancaires » qui auraient créé un nouvel échelon différent6. J’ai donc pris comme règle que chaque délégation couvrirait deux ou parfois trois régions. Donc elles ont été onze au début. Mes successeurs en ont créé deux autres à Montpellier et Clermont-Ferrand et ils ont achevé une décentralisation totale récemment en créant deux délégations pour l’Ile-de-France7.
On est donc parti d’un Crédit foncier centralisé où tout se faisait à Paris et où les directeurs départementaux n’étaient que des « boîtes aux lettres » [...] à une situation dans laquelle, avec la création des délégations régionales, le délégué régional, dans la limite de certains plafonds de prêts bien entendu, est l’équivalent du gouverneur du Crédit foncier, c’est-à-dire qu’il reçoit, instruit, remet les fonds et suit les dossiers8. En revanche, il ne fait pas le contentieux. Le contentieux est resté centralisé à Paris [...]. Ainsi aujourd’hui, le Crédit foncier a en gros 3 000 agents au siège et 700 en province au lieu de 2 800 dont 60 en province en 1964. C’est la grande réforme que j’ai eue à faire9. Mes successeurs ont fait des réformes internes nombreuses dont je ne parlerai pas puisqu’aussi bien cela ne me concerne pas. Je noterai cependant un point très important, c’est que les délégués régionaux ont maintenant un pouvoir hiérarchique dans leur circonscription et qu’ils relèvent directement du gouverneur.

La délégation est-elle une véritable succursale ?

  • 10 Le service d’exploitation commerciale est créé en 1974. Cette création correspond à une volonté de (...)
  • 11 Il s’agit, pour la période considérée par R. Goetze lors de ces entretiens, de Robert Blot (1978-19 (...)

Oui. Pour animer tout ce réseau j’ai créé le service d’exploitation commerciale10. Cela n’existait pas au Crédit foncier. Il n’y avait pas de gens pour s’occuper du commerce et du marketing [...]. Maintenant au Crédit foncier, comme le nombre des prêts aidés à l’accession ne cesse de décroître chaque année, on cherche de nouvelles formules de financement. Le Crédit foncier doit se défendre. Il a repris les prêts communaux, créé des prêts de travaux. Tout cela suppose de profondes réformes internes du Crédit foncier, et à la louange de mes successeurs11, il est intéressant de constater que, alors que les prêts spéciaux ont représenté entre 90 et 95 % de l’activité du Crédit foncier, cette année dans le premier semestre, les prêts statutaires et les opérations bancaires ont atteint un volume égal à celui des prêts spéciaux.

Peut-on mettre la réforme de l’organisation traditionnelle du Crédit foncier que vous avez menée en parallèle avec ce qu’a accompli François Bloch-Laîné à la Caisse des dépôts ?

  • 12 Sur l’évolution des emplois de la Caisse des dépôts lors des quatorze années durant lesquelles Fran (...)

Oui et non parce que nous étions très spécialisés, tandis que lui a fait une réforme qui tendait à répandre l’action de la Caisse des dépôts. On a même dit un peu trop12. [...].

Avait-elle la même inspiration ?

De diversification et d’efficacité, c’est bien évident. C’était bien en effet le même désir.

Notes

1 L’évolution de la mentalité au CFF après 1968 est caractéristique de la transformation que connaît l’ensemble du monde bancaire à la suite des recrutements massifs qui s’opèrent à la faveur du décloisonnement des banques (réforme Debré-Haberer de 1966) et de la « course aux guichets » qui s’ensuit. Le personnel bancaire se rajeunit et se féminise alors considérablement. En 1977, année où R. Goetze quitte le CFF, les femmes représentent plus de la moitié de l’effectif au Crédit foncier (52 %). Autre point, il faut noter qu’à l’issue des événements de Mai au Crédit foncier, une nouvelle convention collective est élaborée, celle de juin 1955 étant sans doute jugée dépassée compte tenu de l’évolution de la mission de l’établissement et des recrutements importants qui en ont découlé. Cette nouvelle convention est signée en 1971.

2 Au cours de ces entretiens, R. Goetze revient à plusieurs reprises sur le caractère quasi administratif du Crédit foncier, cf. chapitre V infra.

3 La fonction de directeur départemental est prévue dès la constitution du Crédit foncier (article 4 du décret du 10 décembre 1852). Toutefois, après une courte expérience durant les années 1853-1855, cette fonction est supprimée, les premières directions provinciales étant jugées peu efficaces et trop coûteuses, et la représentation en province est transférée aux Trésoriers généraux. Il faut attendre les années 1879-1882 pour que de nouvelles succursales soient créées et les directeurs départementaux installés. Le Crédit foncier compte 77 directions départementales en 1913 et 62 en 1936, chiffre stable jusqu’au début des années 1970. La fonction et le rôle des directeurs départementaux sont codifiés dans les Instructions générales aux directeurs de succursales publiées en juin 1898. Ces instructions précisent qu’ils ont des fonctions de courtiers et de démarcheurs en matière de prêts et qu’ils représentent le Crédit foncier dans tous les départements pour toutes les opérations autres que les opérations financières confiées aux comptables du Trésor. Leur rémunération se compose d’une partie fixe et d’une partie proportionnelle à leur chiffre d’affaires sous forme de commissions trimestrielles sur les affaires réalisées. Les directeurs recrutent leurs collaborateurs localement et sont ainsi placés sous un régime différent des agents sédentaires du siège. Leur statut évolue peu jusqu’à la réforme de la régionalisation réalisée par R. Goetze (cf. Florence Delacour-Le Petit, Permanences et mutations dans la gestion des hommes au Crédit foncier, 1936-1956, mémoire cité, p. 14-16 et Henri Heugas-Darraspen et Aline Raimbault, Itinéraire d’une institution : le Crédit foncier de France, op. cit., p. 208-209).

4 À l’époque considérée par R. Goetze, le personnel du Crédit foncier est composé pour la majeure partie d’agents recrutés par concours. Ces agents ne sont pas fonctionnaires (malgré le terme d’agents et non de salariés), mais ont un statut particulier (le premier « Règlement concernant le recrutement, l’avancement et la discipline du personnel » date de 1912), proche de celui de la Banque de France. Recrutés par concours à différents niveaux en fonction des besoins, les agents du CFF sont titularisés dans leur emploi après une période de stage d’un an. Des perspectives d’avancement et de promotion, soit par concours internes, soit au choix, soit à l’ancienneté, leur sont offertes. Concernant le personnel d’encadrement, Roger Goetze a souhaité qu’il soit recruté au moyen d’un concours unique au niveau de la licence, suivant en cela la réforme de la fonction publique de 1945 (un corps unique d’administrateurs civils et un corps d’attachés) et celle de la Banque de France de 1969. Les Attachés ainsi recrutés sont amenés ensuite à occuper les fonctions de chef adjoint de bureau, puis celles de chef de bureau et accéder aux postes d’encadrement supérieur (chef adjoint de service, chef de service, sous-directeur et secrétaire général adjoint). Le personnel « employés » a également bénéficié d’une réforme s’inspirant de celle réalisée par la Banque de France, consistant en une amélioration de l’éventail des échelles indiciaires et en l’institution d’une carrière minimale garantie. Décidé en 1970 par R. Goetze, ce plan de réforme est amené à être réalisé en quatre ans et s’insère dans le texte de la convention collective conclue en 1971 (cf. Florence Delacour-Le Petit, op. cit. et Notes et études documentaires, Le Crédit foncier de France, op. cit.).

5 L’ouverture des dix délégations régionales s’échelonne entre 1974 (expérience pionnière de Lille) et 1977 (Tours et Dijon), 1976 étant l’année où les ouvertures ont été les plus nombreuses (Rouen, Rennes, Bordeaux, Toulouse, Marseille, Lyon et Nancy). La onzième délégation, Nantes, créée pour « soulager » Rennes, est ouverte en janvier 1978 (cf. Henri Heugas-Darraspen et Aline Raimbault, Itinéraire d’une institution : le Crédit foncier de France, op. cit., p. 202-206).

6 Le système des primes et prêts spéciaux institué en 1950 prévoit que la décision provisoire de prime, à laquelle est subordonné le prêt spécial du CFF, est délivrée par la direction départementale de la Construction (puis de l’Équipement). Celle-ci obtenue, l’emprunteur doit alors constituer son dossier pour l’obtention du prêt spécial et le déposer auprès d’une direction départementale du CFF ou au siège de la société pour la région parisienne. Le circuit d’examen comprend alors de nombreuses étapes, toutes centralisées à Paris avant les prémices de la décentralisation initiée par R. Goetze. Cette centralisation, qui aboutit à des délais d’instruction souvent jugés trop longs par les emprunteurs — entre un à trois mois dans les années 1950 - (cf. S. Effosse, L’invention du logement aidé, op. cit., p. 325-328), est donc remise en cause dès la fin des années 1960 par R. Goetze.

7 La délégation régionale de Montpellier a ouvert en 1985, celle de Clermont-Ferrand en 1986 et les deux délégations parisiennes en 1988 (Georges Bonin est alors gouverneur du Crédit foncier).

8 Il faut noter que dès les années 1968-1972, R. Goetze a posé les prémices de la décentralisation ou « régionalisation » avec la création des CRI - centres régionaux d’inspection - dans six villes (Rennes, Bordeaux, Toulouse, Marseille, Lyon et Nancy). Ces derniers ont bénéficié dès 1972 d’une « délégation de décision » pour les prêts d’un faible montant et ne présentant pas de difficultés particulières. Toutefois, ce n’est qu’avec la création des délégations régionales que les dossiers sont traités sur place jusqu’à la réalisation effective du prêt, le montant des prêts accordés sur délégation de décision étant relevés. Par ailleurs il faut rappeler que, dans le cadre de la décentralisation, le CFF a également organisé le transfert des titres à Laval, transfert achevé en 1975.

9 Lors du départ de R. Goetze à la fin de l’année 1977, les effectifs employés dans les délégations régionales, directions départementales ou agences et au service des titres à Laval s’élèvent à 650, représentant près de 20 % du personnel (cf. Rapport annuel du Crédit foncier de France, exercice 1977, p. 31). C’est précisément pour tenir compte des conséquences de la décentralisation de certaines activités sur le personnel qu’une nouvelle convention collective est signée en juin 1977. Celle-ci prévoit, outre de nouveaux avantages sociaux, la création d’un nouveau grade, le délégué régional, l’intégration dans un cadre latéral des personnes antérieurement employées par les directeurs départementaux du siège, les délégations régionales et les personnels recrutés localement lors de la mise en place des nouvelles structures et introduit des dispositions relatives à la mobilité géographique du personnel d’encadrement. Sur l’impulsion décisive donnée par R. Goetze à cette politique de décentralisation du CFF, cf. également chapitre V infra.

10 Le service d’exploitation commerciale est créé en 1974. Cette création correspond à une volonté de diversification de l’activité vers les prêts concurrentiels pour compenser la baisse des prêts aidés. Elle vise à impulser une politique commerciale dynamique en proposant de nouvelles formules de prêts compétitives (cf. Henri Heugas-Darraspen et Aline Raimbault, Itinéraire d’une institution : le Crédit foncier de France, op. cit., p. 209).

11 Il s’agit, pour la période considérée par R. Goetze lors de ces entretiens, de Robert Blot (1978-1979), Max Laxan (1979-1982) et Georges Bonin (1982-1994).

12 Sur l’évolution des emplois de la Caisse des dépôts lors des quatorze années durant lesquelles François Bloch-Laîné ( 1912-2002) a été directeur général (1953-1967) et le passage de « banque de l’État » à « une super-banque qui draine l’épargne liquide au profit des investissements publics » (augmentation des prêts aux collectivités locales, engagement en faveur de la construction de logements sociaux, notamment avec la création de la SCIC -la Société centrale immobilière de la Caisse des dépôts - et du financement des entreprises), cf. les contributions d’Annie Fourcaut et de Paul Landauer dans A. Aglan, M. Margairaz et P. Verheyde (dir.), La Caisse des dépôts et consignations, la Seconde guerre mondiale et le xxe siècle, op. cit. et M. Margairaz, « Les deux septennats à la tête de la Caisse des dépôts et consignations (1953-1967) : François Bloch-Laîné, acteur principal d’une mutation réussie ? », in François Bloch-Laîné, fonctionnaire, financier, citoyen, Actes de la journée d’études « Regards d’historiens sur la vie et la carrière de François Bloch-Laîné » tenue à Bercy le 25 février 2003 sous la direction de M. Margairaz, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2005, p. 103-126. Concernant la taille de la Caisse et « la puissance excessive » qui lui est attribuée, cf. les propos de F. Bloch-Laîné dans sa postface à l’ouvrage de Roger Priouret, La Caisse des dépôts et consignations. Cent cinquante ans d’histoire financière, Paris, PUF, 1966, ainsi que dans ses ouvrages Profession : fonctionnaire, Paris, Le Seuil, 1976 et Ce que je crois, Paris, Grasset, 1995.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540