Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Entretiens avec Roger Goetze

 | 
Roger Goetze

Première partie. La direction du Crédit foncier de France (1957-1977)

Chapitre premier. Un débouché inhabituel

Texte intégral

En janvier 1957, vous entrez au Crédit foncier de France en tant que sous-gouverneur. Pourriez-vous revenir sur les circonstances de cette arrivée ?

  • 1 Roger Goetze est directeur du Budget à l’administration centrale des Finances de juillet 1949 à déc (...)
  • 2 R. Goetze entre au Crédit foncier, comme sous-gouverneur, le 1er janvier 1957 (décret de nomination (...)

Elles n’ont rien d’extraordinaire. Je suis entré au Crédit foncier parce qu’il fallait bien, qu’au bout de sept ans et demi, je quitte le Budget car c’était un métier qui était, sous la quatrième République, parfaitement éreintant1. Ce poste n’était peut-être pas un de ceux auxquels éventuellement, après sept ans et demi, aurait pu prétendre un directeur du Budget mais on a toujours expliqué à ce moment-là, que j’avais une fonction importante à exercer comme président de la SNREPAL et que l’un complétait l’autre. Cela dit, je ne me plains nullement d’être entré au Crédit foncier. Cela m’a donné, dans les premiers temps, la possibilité de récupérer la fatigue liée à cette longue pratique du Budget. Ensuite, je me suis beaucoup attaché à cette Maison où je suis finalement resté vingt et un ans, de janvier 1957 à juillet 1966 comme sous-gouverneur, et de juillet 1966 jusqu’à janvier 1977, comme gouverneur2.

À votre époque, le poste de sous-gouverneur du Crédit foncier était-il un débouché classique pour un directeur du Budget ?

  • 3 René Villard, inspecteur des Finances (1921) est directeur du budget et du contrôle financier de ma (...)
  • 4 Henri Deroy (1900-1979), inspecteur des finances (1923), intègre la direction du Budget en 1926 où (...)
  • 5 Adéodat Boissard (1901-1976), inspecteur des finances (1927), est membre du cabinet de Pierre Laval (...)
  • 6 Après une longue carrière à la Comptabilité publique, dont il est directeur de 1943 à 1949, Pierre (...)
  • 7 Sur la pratique hypothécaire du Crédit foncier, cf. infra.
  • 8 Cf. Laure Quennouëlle-Corre, La direction du Trésor, 1947-1967. L’État banquier et la croissance, C (...)
  • 9 Parmi les neuf directeurs du Budget qui ont précédé R. Goetze, l’on compte : deux décès (Susanne et (...)
  • 10 Il s’agit de Roland Dagnicourt, rédacteur à l’administration centrale, qui a fait toute sa carrière (...)
  • 11 François-Didier Gregh (IF 1930) est directeur du service Budget-Trésor du Comité français de libéra (...)

Non, je n’ai eu, je crois, qu’un seul prédécesseur, c’était Monsieur Villard. Monsieur Villard est « sorti », avant la deuxième guerre mondiale, comme sous-gouverneur du Crédit foncier mais est passé très vite sous-gouverneur à la Banque de France, poste considéré comme plus important que celui de sous-gouverneur au Crédit foncier3. Il s’est ainsi trouvé que la plupart des gouverneurs qui m’ont précédé étaient issus des directions générales des Régies financières, notamment de l’Enregistrement, puis de la direction générale des Impôts lorsque celle-ci a remplacé les trois directions des Régies. Pourquoi ? Je n’en sais rien. C’étaient des postes aussi importants que celui de la direction du Budget, d’autant qu’ils avaient le titre de directeurs généraux. C’étaient des postes très importants. Il semble que la sortie comme sous-gouverneur du Crédit foncier était assez habituelle puisqu’il y a eu, à ce titre, Monsieur Deroy, ancien secrétaire général du ministère4, Monsieur Boissard mon prédécesseur qui était directeur général de l’Enregistrement5. Puis j’ai connu comme sous-gouverneurs Monsieur Allix, Monsieur Blot et enfin Monsieur Laxan, tous les trois anciens directeurs généraux des Impôts6. Mais cette « sortie » n’était pas fréquente pour le Budget. Le Crédit foncier est une banque du ressort de la direction du Trésor, mais qui avait des liens particuliers avec la direction générale de l’Enregistrement, des Domaines et du Timbre. Le Crédit foncier avec sa pratique de l’hypothèque d’une part, son rôle important dans les évaluations domaniales et foncières d’autre part, était prédestiné à rechercher ses sous-gouverneurs plutôt dans ce secteur que dans le domaine de la Trésorerie proprement dite7. Le Trésor avait la Banque de France et toutes les autres banques comme débouché8. Le Budget n’avait pas de points de chute affirmés. Je ne sais pas ce que sont devenus les directeurs du Budget qui m’ont précédé9. Beaucoup sont morts. L’anté-prédécesseur a ainsi été tué à la fenêtre de son bureau directorial au moment de la libération de Paris10. Quant à mon prédécesseur immédiat, qui est resté cinq ans, on a eu du mal à lui trouver un poste de sortie, national ou international. Finalement, il est entré au Crédit Lyonnais dans des conditions que je considère comme à peine correctes de la part de la direction du Lyonnais qui était pourtant déjà nationalisé11.

À votre arrivée, étiez-vous premier ou second sous-gouverneur ?

  • 12 La Banque de France est créée en janvier 1800 (28 nivôse an VIII). Société par actions, elle est à (...)

Cette distinction n’existe pas au Crédit foncier. Il n’y a pas de premier et de second sous-gouverneur. Les statuts disent que le sous-gouverneur dont la nomination est la plus ancienne exerce les fonctions du gouverneur en cas d’absence, d’empêchement, etc. Mais les deux s’appellent sous-gouverneurs, ce n’est pas comme à la Banque de France où vous pouvez être nommé directement premier sous-gouverneur malgré un autre sous-gouverneur déjà en place et qui reste second sous-gouverneur. Ce sont deux grades différents. Au Crédit foncier les deux sous-gouverneurs sont à égalité. Il y en a un qui est plus ancien que l’autre évidemment à moins qu’ils ne soient nommés tous les deux le même jour, ce qui doit être assez exceptionnel. Le plus ancien a la signature du gouverneur en cas d’absence ou d’empêchement de celui-ci12.

Existait-il un partage des responsabilités ?

  • 13 Concernant les vignobles, il faut noter que certains domaines sont entrés dans le patrimoine du Cré (...)
  • 14 Sous-gouverneur depuis mars 1955, Pierre Allix décède subitement en décembre 1960 à l’âge de 56 ans (...)

Oui, bien sûr. Il y avait traditionnellement le secteur technique et le secteur financier. Le secteur technique, c’est celui qui instruit, accorde et gère les prêts. Le secteur financier était, lui, considéré comme moins important car on ne faisait que des emprunts très simples. Il avait d’ailleurs dans ses attributions la comptabilité générale, les services d’escompte et de trésorerie qui n’avaient pas grande importance à ce moment-là, beaucoup moins que maintenant. Le secteur technique, c’était en fait le secteur des prêts ordinaires, statutaires, maritimes, communaux ou spéciaux, toute la gamme des dépenses si vous voulez alors que l’autre secteur avait la gamme des recettes, de la comptabilité d’ensemble avec la présentation des résultats, etc. Enfin, il existe en réalité un troisième secteur qui dépend du secrétaire général et qui a les services généraux et la partie administrative étendue très largement d’ailleurs : le personnel bien sûr, le matériel, l’informatique, les relations extérieures, les domaines, bâtiments ou vignobles13.
Pour ma part, je suis toujours resté au service technique. D’habitude, c’est une espèce de petite promotion interne. On entre le plus souvent dans les services dits financiers puis l’on passe après aux services techniques. Il s’est trouvé que Monsieur Allix tenait les services financiers et n’a pas voulu en changer. J’ai donc pris les services techniques et j’y suis toujours resté. J’ai d’ailleurs cumulé les deux fonctions pendant six mois parce que Monsieur Allix est mort en 1961 et que Monsieur Blot n’a été nommé que six mois après son décès14. Pendant six mois, j’ai donc été double sous-gouverneur. Cela ne m’a pas tué. Il n’y avait vraiment pas grand-chose à faire à ce moment-là. Quand on sortait soit de la direction générale des Impôts comme Allix, soit de la direction du Budget comme moi, c’était plutôt un repos que de venir au Crédit foncier. Mais cela a bien changé dans l’intervalle et cela changera plus encore dans l’avenir.

Notes

1 Roger Goetze est directeur du Budget à l’administration centrale des Finances de juillet 1949 à décembre 1956, sur cette partie de sa carrière, cf. Entretiens avec Roger Goetze I, Haut fonctionnaire des Finances, Rivoli – Alger - Rivoli, 1937-1958, op. cit., p. 211-297.

2 R. Goetze entre au Crédit foncier, comme sous-gouverneur, le 1er janvier 1957 (décret de nomination du 26 décembre 1956). Il succède à François Richard qui prend la présidence de la Société de l’Ouenza, société d’exploitation des minerais de fer de la région de Bône créée en 1921 (R. Goetze est administrateur de cette Société depuis son séjour en Algérie). Le décret qui nomme par la suite R. Goetze gouverneur du Crédit foncier date du 13 juillet 1967 et non de 1966. En fait, R. Goetze assure pendant près d’un an l’intérim du gouverneur Boissard, malade, ce qui explique sans doute l’évocation de l’année 1966.

3 René Villard, inspecteur des Finances (1921) est directeur du budget et du contrôle financier de mars 1929 à juillet 1932. Il entre ensuite au Crédit foncier en tant que sous-gouverneur (1932-1940). En juin 1940, il prend provisoirement les fonctions de secrétaire général de la Présidence du Conseil puis en août 1940 il est nommé Premier sous-gouverneur de la Banque de France. En août 1944, il est suspendu de ses fonctions à la Banque de France même si rien n’a pu être retenu contre lui. En 1949, il prend la présidence du Crédit maritime, aérien et fluvial (fondé en 1920 par le Crédit foncier de France) qu’il quitte en 1970. Il est administrateur du Crédit foncier de France de 1952 à 1972.

4 Henri Deroy (1900-1979), inspecteur des finances (1923), intègre la direction du Budget en 1926 où il est nommé directeur adjoint (1929). En 1932, il devient directeur général des Contributions indirectes et occupe ce poste jusqu’en 1935, date à laquelle il remplace Jean Tannery — nommé gouverneur à la Banque de France — à la direction générale de la Caisse des dépôts et consignations. En septembre 1940, il accepte la fonction nouvellement créée de secrétaire général pour les finances publiques. Il démissionne en février 1943 et reprend ses activités à la Caisse des dépôts. Cette démission tardive rend néanmoins la période de la Libération délicate pour ce grand commis de l’État (cf. François Bloch-Lainé et Claude Gruson, Hauts fonctionnaires sous l’Occupation, Odile Jacob, 1996, p. 97-98). Un décret du gouvernement provisoire de la République en date du 25 janvier 1945 le nomme gouverneur du Crédit foncier de France en remplacement de Roger Guérin admis à faire valoir ses droits à la retraite. Henri Deroy quitte le Crédit foncier en mars 1955 pour la vice-présidence de la Banque de Paris et des Pays-Bas alors dirigée par Emmanuel Mönick.

5 Adéodat Boissard (1901-1976), inspecteur des finances (1927), est membre du cabinet de Pierre Laval en 1931 et 1935. Secrétaire général du Comité de réorganisation administrative de 1938, il est nommé directeur général de l’Enregistrement en 1940. Arrêté le 10 août 1943, il est déporté puis recouvre ses fonctions en 1945. Un décret en date du 15 mai 1946 le nomme sous-gouverneur du Crédit foncier de France. A l’issue du départ d’Henri Deroy, il devient gouverneur en mars 1955, poste qu’il occupe jusqu’en juillet 1967, date à laquelle R. Goetze lui succède.

6 Après une longue carrière à la Comptabilité publique, dont il est directeur de 1943 à 1949, Pierre Allix (IF 1928) est directeur général des Impôts de 1949 à 1955 puis sous-gouverneur du Crédit foncier de 1955 à 1960. Robert Blot (IF 1939) est directeur général des Impôts de 1955 à 1961. En 1961, il entre au Crédit foncier en tant que sous-gouverneur puis succède à R. Goetze en tant que gouverneur en 1978. Max Laxan (IF 1948) est directeur général des Impôts de 1961 à 1967. Il entre au Crédit foncier comme sous-gouverneur en 1967 puis, au départ de R. Blot, devient gouverneur de 1979 à 1982. Sur la direction générale des Impôts, cf. Frédéric Tristram Une fiscalité pour la croissance. La direction générale des Impôts et la politique fiscale en France de 1948 à la fin des années 1960, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2005.

7 Sur la pratique hypothécaire du Crédit foncier, cf. infra.

8 Cf. Laure Quennouëlle-Corre, La direction du Trésor, 1947-1967. L’État banquier et la croissance, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2000, p. 287-295.

9 Parmi les neuf directeurs du Budget qui ont précédé R. Goetze, l’on compte : deux décès (Susanne et Dagnicourt), deux départs « politiques » (Bouthillier exilé en 1936 aux Finances de la Ville de Paris, Jardel appelé au secrétariat général du Gouvernement par Pétain), quatre entrées dans les institutions financières publiques, nationalisées ou sous tutelle étroite (Villard au Crédit foncier, Fournier à la Banque de France, Haguenin à la BNCI, Gregh au Crédit lyonnais), un passage dans le secteur privé (Denoix chez Thomson-Alsthom), cf. Entretiens avec Roger Goetze I, p. 294 et La direction du Budget entre doctrines et réalités, 1919-1944, Actes de la journée d’études tenue à Bercy le 10 septembre 1999, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2001.

10 Il s’agit de Roland Dagnicourt, rédacteur à l’administration centrale, qui a fait toute sa carrière à la direction du Budget dont il devient directeur le 1er novembre 1943. Il décède le 25 août 1944, cf. Entretiens avec Roger Goetze I, p. 214.

11 François-Didier Gregh (IF 1930) est directeur du service Budget-Trésor du Comité français de libération nationale en mai 1943. En 1944 il est nommé, sur l’initiative de P. Mendès France, directeur du Budget. En 1949, il part pour le Crédit lyonnais. La Banque, alors dirigée par Édouard Escarra, l’accueille effectivement fraîchement comme en témoigne le procès-verbal du conseil d’administration : « M. Escarra attire également l’attention du Conseil sur la proposition de nomination de M. Didier Gregh comme directeur au Crédit lyonnais. M. Gregh, actuellement directeur du Budget au ministère des Finances, doit quitter l’administration. Le Ministère ayant demandé au Crédit lyonnais de l’admettre dans ses cadres, il a paru possible d’accéder à cette demande en raison des services que pourra éventuellement rendre M. Gregh à notre Établissement du fait de sa haute formation administrative et de ses qualités d’intelligence et de travail, mais il a bien été précisé au Ministère et à l’intéressé qu’il devrait d’abord apprendre à connaître notre métier et notre Maison et acquérir l’esprit même de celle-ci. Nous ne lui donnons au début aucune affectation particulière et ne prenons aucun engagement quant à son avancement futur. Il courra ses chances, ni plus ni moins que tout autre de nos collaborateurs. » in Archives du Crédit lyonnais, procès-verbal du conseil d’administration du 20/01/1949. F. Gregh occupe in fine un sixième poste de directeur général adjoint créé pour lui jusqu’en 1953, date de son départ du Lyonnais pour une carrière internationale (BIRD, OTAN puis ministre d’État à Monaco).

12 La Banque de France est créée en janvier 1800 (28 nivôse an VIII). Société par actions, elle est à l’origine une banque libre de l’État, dirigée par un collège de banquiers, les régents. Mais l’octroi par l’État du privilège d’émission des billets (1803) et sa conduite durant la crise de 1805 incitent Napoléon à réorganiser sa direction. La loi du 22 avril 1806 place ainsi à la tête de la Banque un gouverneur et deux sous-gouverneurs nommés par le chef de l’État, cf. Alain Plessis, Histoires de la Banque de France, Albin Michel, 1998. Un demi-siècle plus tard, Napoléon III applique ce modèle au Crédit foncier de France. Les décrets des 24 juin et 6 juillet 1854 placent l’Établissement sous la seule tutelle du ministère des Finances et sa direction sous l’autorité d’un gouverneur assisté de deux sous-gouverneurs nommés par décret, cf. Jean-Pierre Allinne, Banquiers et bâtisseurs. Un siècle de Crédit foncier, 1852-1940, Editions du CNRS, 1983 ; Michel Lescure, Les banques, l’État et le marché immobilier en France à l’époque contemporaine, 1820-1940, EHESS, 1982 et Henri Heugas-Darraspen et Aline Raimbault, Itinéraire d’une institution : le Crédit foncier de France, 1852-1994, 1994.

13 Concernant les vignobles, il faut noter que certains domaines sont entrés dans le patrimoine du Crédit foncier à la suite de la crise du phylloxéra de la fin du xixe siècle, leurs propriétaires n’ayant pu rembourser les prêts consentis. Ainsi, la société possède quelques vignobles prestigieux à l’époque du gouverneur Goetze comme le Château Saint Robert (Graves) ou le Château Bastor-Lamontagne (Sauternes), cf. Henri Heugas-Darraspen et Aline Raimbault, Itinéraire d’une institution, op. cit., p. 241-242.

14 Sous-gouverneur depuis mars 1955, Pierre Allix décède subitement en décembre 1960 à l’âge de 56 ans. Robert Blot, censeur au Crédit foncier depuis 1955, est nommé sous-gouverneur par décret du 4 août 1961.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable