Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Entretiens avec Roger Goetze

 | 
Roger Goetze

Avant-Propos

François Drouin

Texte intégral

1Après un premier volume consacré aux entretiens accordés par Roger Goetze sur sa riche expérience de haut fonctionnaire de l’administration des Finances, le Comité pour l’histoire économique et financière de la France a choisi de publier ce second volume d’entretiens consacrés à l’action de Roger Goetze au Crédit foncier, ainsi qu’au Groupe central de planification urbaine et au Groupe central des villes nouvelles.

2Roger Goetze était déjà sous-gouverneur du Crédit foncier de France chargé du secteur juridique et foncier depuis 1957 lorsqu’il en devint gouverneur en juillet 1967, succédant ainsi à Adéodat Boissard.

3Je sais qu’il est souvent convenu de dire d’un disparu qu’il imprima une empreinte durable à l’entité qu’il fut chargé de diriger.

4Dans le cas de Roger Goetze, c’est pourtant une vérité incontestable. Son expérience de haut fonctionnaire largement engagé après-guerre dans la réforme de l’Etat en général, et dans la modernisation de l’administration des Finances en particulier, profita pleinement au Crédit foncier, alors considéré comme le bras armé de la politique du logement de l’État en France.

5Ainsi, après avoir largement contribué à la réforme des prêts spéciaux à la construction de 1964, poursuivie ensuite par les réformes de 1972, puis de 1977 avec la création des prêts aidés d’accession à la propriété (PAP), Roger Goetze avait compris que le désengagement de l’État dans le financement du logement devenait inéluctable. Il s’est donc attaché avec détermination à moderniser en profondeur le Crédit foncier, étant à l’origine des premières mesures radicales de régionalisation, en rupture complète avec le mode de fonctionnement traditionnellement centralisé du Crédit foncier. Ainsi, des centres régionaux d’inspection sont créés sur l’ensemble du territoire, suivis en 1974 par les délégations régionales dotées de pouvoirs propres d’instruction et de décision. Un service d’exploitation commerciale voit également le jour en 1974, afin d’animer le réseau commercial et proposer de nouvelles formules de prêts du secteur concurrentiel, destinés à compenser la baisse annoncée des prêts aidés à l’accession. À la fin de son mandat en 1977, les délégations régionales, auxquelles sont rattachées les directions départementales et agences, couvrent la totalité du territoire (à l’exception de l’Ile-de-France qui en est dotée début 1988).

6Le gouverneur Goetze a aussi été l’homme de la modernisation sociale, à laquelle il attachait beaucoup d’importance. Il a organisé ainsi l’évolution du statut et des carrières du personnel, a créé un actionnariat salarié, a décidé de la création d’un poste de douzième administrateur réservé au personnel et a été à l’origine de la modernisation des conditions de recrutement.

7Tutoyant les enjeux de politique nationale, Roger Goetze démontrait chaque jour qu’il avait aussi à cœur de se plonger dans les sujets opérationnels, en visionnaire qui appréciait l’efficacité dans les décisions et le choix des modalités pratiques.

8Brillant érudit, homme d’une grande modestie, M. Goetze fut sans conteste le gouverneur du Crédit foncier qui marqua le plus cette entreprise après 1945.

9Le témoignage précieux que nous livre ici Mme Sabine Effosse permet ainsi une compréhension subtile des enjeux multiples que Roger Goetze concilia avec talent et respect constant tant de son rang que de l’idée qu’il se faisait de l’intérêt général du pays.

François Drouin
Président du Crédit Foncier de France
Le 15 juillet 2007

Auteur

Président du Crédit Foncier de France
Le 15 juillet 2007

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable