Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Entretiens avec Roger Goetze

 | 
Roger Goetze

Préface

Jean-Eudes Roullier

Texte intégral

1Dans sa préface à l’Annuaire des villes nouvelles publié par l’Association française des villes nouvelles en 1995, Roger Goetze écrivait ceci :

« "Il faut croire à ce que l’on fait et le faire dans l’enthousiasme " : cette belle devise des équipes sociales des années 30 et de ma jeunesse me revient à l’esprit quand j’évoque de ma carrière administrative bien longue déjà, plus de 50 ans ! Les périodes pendant lesquelles j’ai vécu les moments les plus passionnants et dont j’ai gardé le souvenir le plus vif et la nostalgie durable.
Je veux parler des années où j’ai eu à présider à la création, puis au développement et à la vie, d’abord de la Société Nationale de Recherche et d’Exploitation des Pétroles en Algérie (SNREPAL), 20 ans de 1946 à 1966, puis du Groupe Central des Villes Nouvelles (GCVN) pendant plus de 17 ans (1970 à 1988) ».

2Ces mots de passion et d’enthousiasme appliqués à la présidence d’un Groupe interministériel peuvent surprendre sous la plume d’un homme réputé pour son calme, sa rigueur, son étonnante capacité d’écoute et d’analyse. C’est sans doute cette rare combinaison qui conduisit Roger Goetze à jouer un rôle clé dans la réalisation des neuf villes nouvelles françaises qui réunissent aujourd’hui un million d’habitants. Rôle à la fois discret et décisif après l’impulsion donnée par Paul Delouvrier en région parisienne (1962-1969) et relayée par la DATAR et son Groupe central de planification urbaine (1970), que présidait déjà Roger Goetze.

3Ce rôle, trop souvent oublié car à l’arrière-plan des débats politiques ou locaux, apparaît ici pour la première fois en pleine lumière grâce à son témoignage personnel éclairé par l’exceptionnel travail de commentaires et d’analyse de l’historienne Sabine Effosse.

***

4J’ai eu la chance de travailler sur les problèmes posés par la réalisation des villes nouvelles tant auprès de Paul Delouvrier (1962-1969) que ; parallèlement (1967-1969), au cabinet de trois ministresde l’Équipement successifs, et finalement auprès de Roger Goetze, comme Secrétaire général du Groupe central des villes nouvelles, à la tête d’une équipe interministérielle d’une trentaine de jeunes administrateurs, ingénieurs et contractuels (1970-1978).

5Nous avions décortiqué, avec Paul Delouvrier, le casse-tête illustré par cette exclamation d’un constructeur au cours d’un séminaire où, en 1965, il présentait le projet des villes nouvelles : « Monsieur Delouvrier, votre projet est formidable mais, dans l’état de la législation et de la répartition des compétences, c’est comme si vous vouliez construire le Concorde avec un tournevis ! ».

6Car il ne s’agissait plus de construire simplement – si j’ose dire –des logements, mais bien de créer sur de vastes espaces semi-vierges, desservis par les grandes infrastructures de transport, de véritables pôles urbains secondaires réunissant ce qui fait la ville : potentiel commercial, emplois diversifiés, équipements de haut niveau (dont parfois préfecture, université, théatre, hôpital...) et logements de toutes catégories. Ceci dans un cadre valorisant l’environnement mais, pour chaque ville nouvelle, à cheval sur de nombreuses communes à faibles ressources et jalouses de leur autonomie.

7Il apparut très vite que la réalisation des villes nouvelles supposait deux petites « révolutions » :

  • l’intervention directe de l’État dans l’acquisition et l’aménagement des terrains, donc la création d’établissements publics d’aménagement dotés d’un personnel de haut niveau (à l’image du précédent de l’EPAD à la Défense), impliquant chacun des risques financiers qu’il faudra pouvoir apprécier et contrôler ;

  • le regroupement des communes dans de nouvelles structures intercommunales à créer par la loi, interlocutrices indispensables des établissements publics et gestionnaires puis responsables de leur ville nouvelle, sachant qu’elles avaient besoin, au moins au démarrage, d’aides financières de l’État supposant de sa part un dispositif d’analyse rigoureux.

8Il fallait par ailleurs pouvoir assurer chaque année la bonne coordination des subventions ou crédits d’État de droit commun relevant d’une dizaine de ministères ayant parfois d’autres priorités et mobiliser les préfets et administrations locales au service de projets qui leur échappaient largement.

9Animer cet ensemble de préoccupations et apporter les éléments d’information et de cohérence à l’ensemble des ministères concernés, veiller à la discipline financière des établissements publics et à la qualité de leur gestion, suivre la situation financière des intercommunalités en dialogue avec elles, telle fut la mission du Groupe central des villes nouvelles appuyée sur les travaux de l’équipe de son Secrétariat général.

10Mission clé dans un climat politique bientôt hésitant car, au départ de Paul Delouvrier, si certaines actions étaient bien engagées (acquisitions foncières dès 1965, crédits « individualisés » au budget des charges communes dès 1966, mise en place progressive des établissements publics...), seuls les premiers chantiers étaient ouverts en Île-de-France et l’application de la « loi Boscher » de 1970 sur l’inter-communalité dans les villes nouvelles allait demander plusieurs années. Et le problème du pilotage des quatre villes nouvelles de province restait entier.

11Tel que composé par arrêté du Premier ministre du 23 décembre 1970, le Groupe central des villes nouvelles, placé auprès de lui, réunissait sous la présidence de Roger Goetze les représentants de onze ministères, de la DATAR et du Plan, ainsi que les cinq préfets de région concernés.

12Chaque année, une ou deux réunions plénières se tenaient dans une belle salle de l’Hôtel Matignon, assurant un échange animé avec les directeurs, sous-directeurs et préfets concernés sur la situation d’ensemble et, plus spécifiquement, sur les engagements budgétaires de chacun pour la prochaine loi de Finances, qui devraient y faire l’objet d’une « individualisation ».Ànoter que le Président pouvait faire appel auprès du Premier ministre des éventuelles réticences de tel ou tel ministère, ce qui n’eut lieu qu’une fois mais avec succès.

13Plus fréquentes étaient des réunions de travail restreintes associant autour de Roger Goetze Équipement, Finances, Intérieur et Aménagement du territoire, pour ce qui concerne notamment le régime administratif et les aides financières aux collectivités locales. Les rapports directs avec les directions du Budget et du Trésor étaient particulièrement étroits.

14Par ailleurs, se développèrent, en fonction des problèmes financiers rencontrés par telle ou telle intercommunalité, des réunions de travailréunissant autour de Roger Goetze les élus concernés. Il les impressionnait par sa connaissance de dossiers complexes et parvenait à des solutions raisonnables.

15Au total, Roger Goetze était présent et heureux sur tous les fronts, certes avec le recul nécessaire. Il était exigeant vis-à-vis des analyses et propositions du Secrétariat général du Groupe central, tout en lui assurant un soutien constant. Il appréciait les visites sur le terrain, voire à l’étranger. Respecté de tous, il sut résoudre la plupart des problèmes sans conflit, assurer, y compris dans des conjonctures économiques défavorables, la réunion des moyens financiers publics appropriés assortis des disciplines nécessaires, comme il sut accompagner « sans lâcher la bride », dans les années 1980, la « prise de pouvoir » progressive des élus locaux concernés dans le cadre de la « loi Rocard » de 1983 sur de nouvelles formes d’intercommunalité.

Auteur

Inspecteur général des Finances honoraire ancien Secrétaire général puis Président du Groupe central des villes nouvelles

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540