Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De Rivoli à Bercy

 | 
Guy Delorme

Annexes

Annexe 9. Europe 1 : le dossier de Guy Thomas (18 mai 1979, 07 h 15)

Texte intégral

Le journaliste Guy Thomas diffusait chaque matin sur EUROPE 1, à une heure de grande écoute, une émission au cours de laquelle il dénonçait le mauvais fonctionnement de l’administration. Ses critiques, généralement bien fondées, étaient redoutées par les services. Nous n’en avons que davantage apprécié l’émission que Guy Thomas a consacrée, le 18 mai 1979, au premier bilan de la Direction générale pour les relations avec le public.

1Guy Thomas. – ...Voilà une expérience bien intéressante. Celle réalisée en Bretagne par la direction générale des relations avec le public des ministères de l’Économie et du Budget. Je vous en avais parlé il y a deux ans. Au moment de son lancement réalisé sous la responsabilité de M. Guy Delorme, directeur général de ce service. Quatre objectifs à cette expérience : améliorer l’information des citoyens, faciliter leur accueil, organiser la concertation, notamment avec les chefs d’entreprise, former des fonctionnaires dans le domaine des relations publiques.

2Pour l’information, un million quatre cent mille brochures destinées soit au grand public, soit aux entreprises, ont été distribuées en Bretagne ainsi que cinq cent quarante mille fiches cantonales et treize mille exemplaires du guide départemental répondant à la question : qui fait quoi ? En outre, le centre de renseignements par téléphone mis en place spécialement pour cette expérience a reçu en trois mois cinq mille appels. Pour l’accueil et la concertation, installation d’hôtesses souriantes, bien sûr, mais surtout compétentes, développement des permanences de huit heures trente à dix sept heures du lundi au vendredi et le samedi toute la matinée. Des permanences ont même été tenues pour les personnes âgées dans les maisons de retraite et aussi dans les perceptions parce que c’est plus près du public que les autres services des impôts. Établissement d’une fiche de visite par le fonctionnaire lui-même, sur les indications du contribuable, permettant d’éviter les échanges toujours irritants de correspondance et les doubles démarches. Cent douze mille contribuables ont été ainsi reçus du 1er août au 15 décembre dernier, et quarante pour cent d’entre eux ont fait l’objet d’une fiche de visite dont ils ont conservé le double.

3Résultat : diminution très sensible des affaires en instance et baisse notable du nombre des affaires contentieuses, alors qu’on assistait à une augmentation de vingt pour cent d’une année sur l’autre de ce genre d’affaires. Toutes les réclamations ayant fait l’objet de fiches de visites vont être maintenant traitées sur ordinateur, et la réglementation ou les procédures seront modifiées en fonction de la fréquence des difficultés rencontrées par les contribuables. Enfin, pour sensibiliser les fonctionnaires à ce nouvel état d’esprit, des réunions, des journées, des séminaires de formation ont été organisés en Bretagne par l’administration. Y ont participé des centaines d’agents appartenant à tous les services économiques et fiscaux de la région : assiette, direction, perception.

4Cela dit, et en dépit des bons résultats obtenus, il reste encore beaucoup à faire. De l’avis même de Guy Delorme, si par exemple, trois personnes sur quatre se disent aujourd’hui satisfaites de l’accueil qu’elles ont reçu, contre une sur deux en 1977, deux contribuables sur trois se disent encore mal informés sur l’organisation des services fiscaux et les problèmes dont ils traitent. Parmi les mesures souhaitées par les citoyens, j’ai noté particulièrement celle-ci : une meilleure information des jeunes avant leur entrée dans la vie active. C’est un véritable leitmotiv que j’entends de plus en plus dans tous les domaines de notre vie en société : ou on prépare dès l’école les jeunes à la vie pratique, connaître la date de la bataille de Marignan, c’est bien, apprendre l’usage d’un chèque ou la signification d’un impôt, c’est peut-être quand même, au moins aussi important, si ce n’est plus, qu’en pensez-vous ?

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540