Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De Rivoli à Bercy

 | 
Guy Delorme

Conclusion

Texte intégral

1Ces souvenirs constituent un témoignage personnel qui porte surtout sur le fonctionnement d’une grande administration de l’État.

2J’ai raconté les réformes qui sont intervenues dans son organisation, ses méthodes, et certaines de ses activités surtout dans le domaine fiscal, depuis presqu’un demi-siècle. Ces réformes s’inscrivaient dans le cadre de la politique économique de reconstruction et de développement qui a été conduite après la seconde guerre mondiale.

3Cette histoire veut montrer que le ministère des Finances a su se transformer pour se mettre au service d’un pays moderne : réformes de structures, réformes de la réglementation, modernisation des tâches, gains de productivité, conversion aux moyens modernes de communication, sont autant de manifestations de cet esprit nouveau qui régnait rue de Rivoli et qui règne aujourd’hui à Bercy.

4La question qui se pose maintenant est de savoir si nous saurons faire face aux défis de ce début du xxie siècle.

5Ma réponse est positive : le passé est là pour témoigner que nous sommes capables de nous adapter et que les mêmes qualités - compétence professionnelle, sérieux et sens du service public dont j’ai montré qu’elles formaient le trait commun de tous ces fonctionnaires - auront les mêmes conséquences positives.

6Mais, dans la rude compétition mondiale qui a commencé, il faudra que les agents du ministère des Finances augmentent encore leurs efforts dans deux domaines importants pour que leur action soit toujours plus efficace.

7D’abord, une recherche plus systématique des gains de productivité.

8La notion de productivité est mal connue dans l’administration même si nous pouvons faire état de progrès importants depuis quelques années. Des raisons de fait expliquent cette lacune sans la justifier. Les fonctionnaires ne se considèrent pas comme des producteurs de services marchands, cette idée leur paraissant même peu compatible avec la conception qu’ils se font du service public. D’où un malentendu entre une opinion publique qui demande une réduction du nombre des fonctionnaires en alléguant, à juste titre, les gains de productivité qui sont réalisés dans les entreprises, et les serviteurs de l’État convaincus du caractère presque sacré de leur mission et qui réclament toujours plus de moyens pour mieux la remplir.

9On ne sortira pas de cette impasse avec des invectives, mais par un double effort de réflexion et d’action.

10Du côté des pouvoirs publics, c’est-à-dire en fait de tous les Français, il faut avoir le courage de repenser les missions données à l’administration des finances. La création de la monnaie unique peut en fournir une bonne occasion. Cela conduira à des révisions parfois difficiles.

11Du côté des fonctionnaires, il faudra admettre que le service public a un coût, et que le devoir de chacun est d’intégrer cette réalité dans ses comportements quotidiens. À cet égard, la mise en place d’une comptabilité patrimoniale de l’État récemment décidée par le gouvernement peut constituer une chance. Les fonctionnaires des finances sont, par profession, habitués à travailler sur des comptes : ils ne pourront rester indifférents lorsque toutes leurs activités et le fonctionnement même de leurs services seront traduits dans des comptes budgétaires faisant clairement apparaître les coûts unitaires et les variations de productivité.

12Le second effort qui doit être poursuivi vise le risque de tentation technocratique. Ici encore, ce défaut est l’envers d’une qualité : ces fonctionnaires ont beaucoup de valeur professionnelle et morale. Comment s’étonner alors qu’ils estiment avoir toujours raison ?

13Mais dans un monde où l’erreur n’est acceptée que si elle est reconnue, où, plus généralement, les situations sont trop complexes et évoluent trop vite pour être maîtrisées unilatéralement, il faut que l’administration sache écouter, consulter, expérimenter, et bien sûr, renoncer lorsque ses solutions se révèlent inadaptées.

14Il serait injuste de nier les efforts engagés depuis plusieurs années pour développer un dialogue entre l’administration des finances et les usagers. Mais il reste encore beaucoup de chemin à faire. Dans leurs actions quotidiennes comme dans les projets plus lointains, les fonctionnaires des finances doivent veiller à ce que la sûreté de leur jugement fasse une place à la modestie pour l’exercice des pouvoirs qui leur sont confiés.

15De ce point de vue, la politique de communication et de relation publique, désormais intégrée dans le fonctionnement de toutes les administrations des Finances, constitue un contre-pouvoir qui a fait la preuve de son efficacité.

15 février 1999

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540