Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De Rivoli à Bercy

 | 
Guy Delorme

Chapitre XII. Brefs souvenirs de mai 1968

Texte intégral

Les historiens dateront sans doute de mai 1968 la fin du gouvernement du général de Gaulle. En fait, il se prolongea encore quelques mois mais plus rien ne fut comme avant. En juillet 1968, Maurice Couve de Murville fut nommé Premier ministre et François-Xavier Ortoli reçut la charge du ministère des Finances. Les mois qui ont suivi furent difficiles, avec le faux-pas politique de septembre où le gouvernement annonça une forte majoration des droits de succession alors qu'il venait de supprimer le contrôle des changes : ce fut une belle panique avec de véritables queues dans les banques suisses où les épargnants français, même très modestes, allaient se réfugier.

Et tout se termina dans la confusion avec le référendum raté d'avril 1969 sur la participation. Sur le fond, le projet était contestable puisqu'il supprimait le Sénat, considéré par beaucoup comme un contre-pouvoir nécessaire ; dans la forme, il était catastrophique : un texte interminable, dont les articles rédigés sous forme de codification directe étaient incompréhensibles sans référence à de nombreuses lois souvent anciennes et dont les objectifs étaient obscurs, personne ne sachant de quelle participation il s'agissait. Le rejet de cette réforme entraîna la démission immédiate du général de Gaulle le 28 avril 1969. Après une campagne sans surprise, Georges Pompidou fut élu président de la République le 15 juin 1969.

1Mai 1968 m'a laissé des souvenirs contrastés.

2Le spectacle du quartier Latin, où je me suis rendu plusieurs fois, la foire inorganisée de la Sorbonne et de l'Odéon où j'ai fait quelques incursions ont été trop souvent décrits pour que mon témoignage personnel apporte un élément nouveau.

3La situation me semble avoir été bien différente dans les services de la direction générale des Impôts. Certes, ils étaient en grève, mais sans excès et, surtout, sans aucune manifestation extravagante qui aurait été provoquée par l'ambiance de folie du moment. J'ignore la cause de cette relative sagesse ; tout au plus faut-il noter que les responsables syndicaux nous avaient fait savoir qu'ils ne toléreraient pas de désordres incompatibles avec notre mission de service public. Il y eut bien, ici ou là, quelques excités pour prôner des actions révolutionnaires, telles que, par exemple, l'ouverture au public de tous les dossiers fiscaux individuels : ils furent rapidement calmés par leurs collègues et, au total, il ne se passa rien non seulement d'irréparable mais même simplement de regrettable.

4Cela explique que, lorsque tout rentra dans l'ordre, nous avons pu remettre en route cette grande administration, si nécessaire au bon fonctionnement de l'État, sans difficulté notable. Et, à l'automne 1968, lorsque la loi sur l'enseignement supérieur d'Edgar Faure fut mise en œuvre à l'École nationale des impôts, nous avons, sans état d'âme, renvoyé l'ascenseur aux secrétaires nationaux de nos syndicats en instituant, alors que nous n'y étions pas tenus, le monopole de présentation syndicale pour les élections des délégués des élèves. Cette concession avait, au surplus, l'avantage de nous mettre à l'abri des candidats extra vagants.

5J'étais à cette époque maître de conférence à Sciences Po et professeur à l'ESSEC.

6À Sciences Po, les jeunes gens distingués qui forment l'essentiel des promotions avaient perdu la tête : peut-être voulaient-ils, par l'excès même de leurs positions, se faire pardonner leur origine sociale ? Quoi qu'il en soit, l'école de la rue Saint-Guillaume était occupée, sans aucune concession. Le directeur nous a donc réunis chez lui, pour nous donner quelques informations et recueillir nos suggestions. J'ai le souvenir d'une réunion assez triste, où l'on se perdait en conjectures sur les erreurs que nous aurions pu commettre dans notre enseignement. Les critiques, parfois justifiées, adressées à l'université n'avaient guère de portée à Sciences Po : peu de cours magistraux, un enseignement assuré pour l'essentiel dans les conférences de méthode aux effectifs limités, un corps enseignant constamment renouvelé, où les professionnels dominaient et où les pontifes étaient rares, et qui entretenait avec les étudiants des liens très étroits, un diplôme enfin, très coté, qui était directement orienté vers la vie active moderne.

7À l'ESSEC, la situation était moins difficile. Certes, les cours furent bientôt suspendus, mais la révolution s'arrêta là. Mieux encore, la direction profita, habilement, des événements pour faire accepter quelques réformes utiles par de vieux professeurs parfois un peu somnolents. L'une d'entre elles, modeste dans son principe mais intéressante sur le plan théorique, me revient en mémoire.

8Il y avait à l'ESSEC une procédure de contrôle de présence des étudiants pour chaque heure de cours. En pratique, un appariteur faisait une entrée discrète au début de la séance et, avec un tableau de l'amphi où chaque étudiant avait une place affectée, il pouvait, sans faire l'appel, recenser les absents.

9Depuis que j'enseignais à l'ESSEC, cette procédure m'agaçait et j'avais demandé sa suppression au directeur de l'école, Me Olivier. Mon raisonnement était simple : si les étudiants sont absents, ce ne sont pas eux qu'il faut sanctionner, mais le professeur, car cela prouve que son cours n'est pas intéressant. Me Olivier en avait volontiers convenu, mais, avait-il ajouté, nous avons quelques vieux professeurs de droit dont les cours, souvent vieillots, seraient désertés sans le pointage ; et il n'est pas dans les usages de mettre de tels professeurs en retraite. Les événements de mai permirent de bousculer cette tradition et de rajeunir notre corps enseignant : il suffit de supprimer le contrôle des présences au cours.

10Au ministère, le service de l'Inspection générale avait un problème pratique : comment utiliser les jeunes inspecteurs de la tournée, alors que les services à vérifier sont en grève et, surtout, qu'aucun moyen de transport ne permettra de se déplacer ? L'idée avait donc été émise de les faire travailler à Paris, pour préparer les dossiers économiques et financiers dont le ministre aurait besoin quand la pagaille aurait pris fin.

11Tous les camarades en fonction dans les divers services du ministère se réunirent au service pour faire la liste des dossiers et organiser les travaux des jeunes inspecteurs. Cette réunion se déroulait sans difficulté, lorsque l'un d'entre nous, dont je tairai le nom par charité chrétienne, déclara que tous les dossiers destinés au ministre seraient également remis au peuple. Cette position était si contraire aux règles les mieux établies que nous crûmes d'abord à un canular, inspiré par la démagogie ambiante et destiné seulement à nous amuser. Mais il n'en était rien : sa décision était irrévocable. Dans ces conditions, le projet de notes pour le ministre ne pouvait qu'être abandonné.

***

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable