Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De Rivoli à Bercy

 | 
Guy Delorme

Préface

Valéry Giscard d’Estaing

Texte intégral

1Il m’est très agréable d’accompagner par quelques mots de présentation les souvenirs de Guy Delorme.

2En raison tout d’abord de la personnalité de l’auteur. Compétent, précis, ferme, droit, courageux, tels sont les mots qui viennent naturellement sous la plume pour parler de lui. Serviteur de l’État, avec tout ce que cette expression peut avoir aujourd’hui, je m’en rends compte, de suranné. Il apparaissait à notre génération que servir la collectivité dans un pays dévasté et humilié par la guerre et par l’Occupation, constituait l’ambition la plus noble. Le service public était une sorte de sacerdoce laïc. De cet état d’esprit, Guy Delorme est une parfaite illustration. Le lecteur ne manquera pas de le ressentir, malgré la réserve de l’auteur, qui le conduit à relater des événements et des faits et à taire ses états d’âme. Mais sa brillante carrière parle pour lui.

3L’autre raison qui explique le plaisir que j’éprouve à écrire cette préface est plus personnelle. Guy Delorme fait une large place dans son livre aux années où nous avons travaillé ensemble à la réforme de l’impôt. Nous avons en effet beaucoup œuvré à le moderniser. Comme il est naturel, nos compatriotes ont totalement oublié ce qu’il était auparavant – avec, par exemple, ses taxes indirectes distinctes sur la production, sur la distribution et la consommation, qui engendraient des complications sans nombre, des anomalies économiques et des révoltes devant les difficultés du contrôle. Le signe que ces réformes n’étaient pas si mauvaises est qu’elles sont demeurées pratiquement intactes trente années plus tard...

4Je me souviens de ces années de travail intense. Nous avions conscience d’aller dans la bonne direction et si Guy Delorme, et avec lui, l’ensemble de l’état-major de la Direction Générale des Impôts, ont tant et si bien œuvré, c’est parce qu’ils se sentaient portés par la conviction qu’il fallait avancer, malgré les difficultés.

5Je suis resté très longtemps rue de Rivoli (ce n’était pas encore Bercy...), du moins si l’on mesure cette durée par le temps moyen dont disposaient alors mes collègues ministres pour mettre en œuvre leurs réformes. Cette stabilité explique que nous ayons pu engager une action d’ensemble sur le ministère, revenir à l’équilibre budgétaire en 1965, qui paraissait alors totalement hors d’atteinte, faire évoluer considérablement la gestion des affaires monétaires, nationales et internationales, entrer dans le Marché commun, débuter la très remarquable transformation de notre administration douanière, participer à la décentralisation et élargir les responsabilités économiques de nos trésoriers payeurs généraux, et enfin, – j’allais écrire surtout – réformer le système fiscal selon les voies que Guy Delorme va décrire avec minutie. La durée est une dimension déterminante de l’action gouvernementale.

6Je voudrais, en terminant, féliciter Guy Delorme pour ce livre de souvenirs qui enrichit la mémoire du ministère des Finances, si bien servie par son Comité d’histoire, et aussi le remercier, très simplement et très amicalement, pour sa très remarquable et talentueuse participation aux tâches que nous avons menées ensemble, dans cette grande maison, qui vit encore dans nos souvenirs.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable