Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Entretiens avec Roger Goetze, haut fonctionnaire des Finances

 | 
Roger Goetze
, 
Florence Descamps
, 
Agathe Georges-Picot

Annexe VIII. Colloque. « Redressement financier » de 19581

Texte commun de MM. Roger Goetze, Antoine Dupont-Fauville et Jean Méo

Roger Goetze, Antoine Dupont-Fauville et Jean Méo

Texte intégral

  • 1 L’Institut Charles de Gaulle et la Revue Espoir nous ont autorisé à reproduire cet extrait du n° 5 (...)

1Le colloque, le 26 janvier 1985, avait pour thème « Le général de Gaulle et le redressement financier de 1958 ».

2Les exposés et les débats ont apporté des éléments d’information et un éclairage fort intéressants sur de nombreux aspects de ce redressement, notamment sur la pensée de Jacques Rueff et les apports du Comité qu’il présidait et du plan qui porte son nom. En revanche, il nous est apparu que, paradoxalement, la dimension de l’événement et l’action personnelle du général de Gaulle qui nous paraît essentielle avaient été minimisées ; il pourrait en résulter une erreur de perspective historique. Les travaux de l’Institut Charles-de-Gaulle serviront, nous n’en doutons point, de référence privilégiée aux futurs historiens qui s’intéresseront à cette époque. C’est pourquoi nous croyons utile, d’un commun accord, à titre de témoins directs de la pensée et de l’action du général de Gaulle, d’apporter une contribution complémentaire, en exprimant le souhait que cette contribution soit directement annexée au texte de synthèse.

3Nous reprendrons brièvement les trois étapes évoquées au colloque, la situation en 1958, l’élaboration du redressement financier, les conséquences de ce dernier.

I. LA SITUATION EN 1958

4L’analyse économique n’est pas séparable de la situation politique, et elle en constitue une des composantes.

5S’il est vrai que la IVe République a contribué au redressement économique, les Français ont la sensation fondée en 1958 qu’ils se trouvent dans une impasse et que les gouvernements successifs ne maîtrisent pas plus les données économiques et financières que la situation politique, au sens étroit du terme, notamment le conflit algérien, par suite notamment de la dramatique instabilité ministérielle, conséquence d’institutions inadaptées. Au-delà de telle ou telle mesure ponctuelle, ce qu’il faut, c’est une action profonde et généralisée pour remettre la France en ordre, au moment même où le monde entier tend vers l’ouverture des échanges et l’expansion. L’OECE issue du plan Marshall, le GATT, le Traité de Rome poussent à cette internationalisation, d’autant plus nécessaire pour la France qu’elle a largement achevé sa reconstruction et qu’elle connaît une phase d’expansion démographique.

6Les gouvernements récents font, pour des raisons politiques évidentes, une politique inverse de ce qui est nécessaire : relance brutale du logement en 1956 avec Guy Mollet entraînant un grave déficit budgétaire, indexation des prix agricoles avec Félix Gaillard, etc.

7La sanction immédiate est la crise des finances publiques internes et externes. Au début de 1958, la France n’obtient un secours à Washington qu’en isolant le financement monétaire du logement dans un fonds spécial limité (ce qui, en termes clairs, veut dire un contrôle de notre politique de construction). Alors que nous venons de signer le Traité de Rome, nous sommes obligés de demander le bénéfice des clauses de sauvegarde jusqu’à fin 1958, car nous ne sommes pas capables de tenir nos engagements moins contraignants, dans le cadre de l’OECE. La Grande-Bretagne, persuadée que le Traité de Rome est mort-né, n’insiste plus pour le détruire.

8Tous ces faits ont une valeur aussi symbolique que technique et sont ressentis de façon diffuse par l’ensemble des Français. Malgré les succès réels de la IVe République dans le domaine économique, la, France était perçue à l’époque comme l’homme malade de l’Europe.

II. L’ÉLABORATION DU REDRESSEMENT FINANCIER

9Dès le courant de l’année 1958, le Général va prendre une série de mesures pour calmer l’économie (instauration d’une taxe unique, baisse du prix du blé), allant délibérément à contre-courant de la politique précédente.

10Comme l’ont montré les débats de l’Institut, il a fallu la conjonction de plusieurs facteurs heureux pour arriver au résultat recherché. Le premier est le plus important et cela n’a peut-être pas été assez souligné. Il est politique. Son élément essentiel est la volonté du général de Gaulle, appuyé sur un très large soutien populaire. Dès son retour au pouvoir, le Général met en chantier le redressement économique et financier de la France avec la même urgence et la même détermination que d’autres problèmes peut-être plus sensibles à l’opinion publique : 1958 c’est la prise en main du drame algérien, le changement des institutions, le retour de la France sur la scène internationale ; c’est aussi pour la fin de l’année la remise en ordre des finances publiques, la solidité retrouvée du franc sur la base d’une nouvelle parité, l’entrée de la France dans le Marché Commun, les fondements jetés d’une prospérité économique qui durera jusqu’au premier choc pétrolier.

11Or, quelles que soient les qualités politiques ou intellectuelles d’hommes aussi célèbres que M. Pinay ou M. Rueff notre témoignage personnel est que le plan de 1958 n’aurait pas vu le jour ou abouti sans la volonté déterminée du général de Gaulle. Tout au long de l’année 1958, le Général se tient au courant avec régularité et précision de l’orientation et de la préparation du Plan. Il a pu s’appuyer, certes, sur la fermeté de pensée du Comité Rueff et de son Président. Mais il faut avoir été le témoin comme nous au niveau du pouvoir, du tourbillon d’hésitations, de pressions et d’avis contradictoires, pour savoir que c’est le général de Gaulle qui a forcé la décision et assumé la responsabilité du redressement économique et financier. Ainsi, le soir du 24 décembre, après deux heures de tête-à-tête avec le Ministre des Finances et l’offre de démission de celui-ci, le Général convoque son Conseiller économique et financier et lui dit en substance : « Goetze, il a beaucoup d’hésitations, donnez-moi l’assurance que ce plan a techniquement trois chances sur quatre de réussir ; le reste est ma part de responsabilité ; je prendrai la décision de le mettre en œuvre ».

12Ainsi, le Général – et nous en avons été témoins – comprend parfaitement non seulement l’enjeu, mais les mécanismes essentiels du programme ; il appuiera ce dernier de toute son autorité. Il faut y ajouter le loyalisme du Président Pinay, à partir du moment où ce dernier a donné son accord à des mesures qui ne correspondaient pas à sa vision spontanée des problèmes. Il convient de mentionner aussi l’absence véritable d’opposition – et même la neutralité consciente d’un Guy Mollet à un moment où l’essentiel était le règlement de l’affaire algérienne.

13Ce sont le Général et M. Pinay qui ont imposé le redressement d’abord aux ministres puis à la France.

14Le second facteur – et nous n’y insisterons pas car cela a été longuement développé au colloque – est l’action du Comité présidé par M. Rueff et de ce dernier en particulier. Il apportait une doctrine longuement mûrie par la réflexion et l’expérience, un génie certain pour aller au cœur des problèmes, ainsi qu’une ténacité remarquable.

15Le troisième a été un accord rare entre les équipes de la rue de Rivoli – Comité et fonctionnaires – et de l’Hôtel Matignon. Antoine Dupont-Fauville et Jean Méo peuvent souligner à cet égard le rôle de Roger Goetze totalement soutenu aussi bien par le Général et Georges Pompidou, que par le Comité et les hauts fonctionnaires des Finances, notamment du Budget, car les travaux du Comité Rueff étaient d’orientation. Il fallait ensuite les traduire en mesures précises et cohérentes. Roger Goetze fut le maître d’œuvre de cette mutation. Son influence explique sans doute que les mesures prises en matière budgétaire ont été bien plus profondes que celles relatives aux questions monétaires.

III. LES CONSÉQUENCES DE CE REDRESSEMENT

16Le constat du colloque nous paraît trop balancé – voire trop réservé. La France a connu un véritable redressement économique et financier.

17L’incertitude était grande dans l’opinion à l’égard du Plan ; les commentaires des observateurs furent très prudents, bien peu avaient perçu d’emblée l’ampleur et la cohérence des réformes. La surprise fut d’autant plus grande quand s’accumulèrent les succès en quelques mois. Il serait ingrat d’oublier que la France vécut ensuite pendant quinze ans une période de prospérité rare où l’expansion s’est mariée avec une tenue satisfaisante des prix. Le miracle allemand était la référence de l’époque. Or, du 1er janvier 1960 au 1er janvier 1974 – même en intégrant le choc de mai 1968 –, la France a connu, à 1,1 % près par an la même inflation que celle de l’Allemagne, tout en ayant une croissance supérieure de 1 % par an.

18Le point essentiel est la capacité de la France à s’ouvrir à la concurrence internationale et à progresser aussi vite que les pays voisins.

19Cela sera fait brillamment. Dès 1959, la balance des paiements est équilibrée et moins de dix ans après, en 1967, Michel Debré peut dire au Général que, pour la première fois depuis 1914, la France n’a plus de dette extérieure.

20La suppression des barrières douanières sera poursuivie sans discontinuité. Elle sera achevée le 1er juillet 1968 vis-à-vis de la CEE et en 1983 vis-à-vis des pays de la zone de libre échange.

21Le revenu national qui avait crû de 10 % en France de 1913 à 1938, va augmenter de 5,5 % par an entre 1958 et 1968, contre 4,1 % aux USA et en Italie, 4,2 % en RFA.

22Certes, il reste une lacune grave – fortement soulignée par différents intervenants, dont P. Fabre – c’est ainsi qu’il n’a pas été procédé à une véritable réforme de nos systèmes financiers et, plus encore, monétaires. Il faudra attendre 1967 pour que le contrôle des changes soit supprimé pendant quelques mois. L’indexation, en revanche, a disparu – elle renaîtra en 1969.

23Il paraît également un peu vain de juger l’action économique et financière du temps du général de Gaulle après 1958 à la seule aune du plan Rueff-Armand. Il serait loisible – mais non utile – d’indiquer les très importantes réformes agricoles de 1960 qui vont contribuer à changer profondément une partie de la France, la politique d’aménagement du territoire, les réformes bancaires de 1967, les succès industriels dans le domaine de l’aviation, de l’énergie, de l’automobile, etc., pour ne citer que quelques exemples.

24Mais il est vrai que la chance politique d’une réforme profonde de notre système bancaire et monétaire n’a pas été saisie en 1958, et pouvait plus difficilement l’être ensuite. Il est vrai aussi que la politique menée lors du retour des Français d’Afrique conduira malheureusement pour une période trop longue au contrôle des prix.

25Le recul du temps doit nous permettre, à la fois de relever les carences, mais aussi de bien mesurer ce qui, pour nous, a constitué un changement profond d’orientation de la politique économique française et un succès dû très largement au fait que le général de Gaulle a permis que la France bénéficie, dans des conditions très largement satisfaisantes, de l’expansion mondiale et surtout européenne.

Notes de fin

1 L’Institut Charles de Gaulle et la Revue Espoir nous ont autorisé à reproduire cet extrait du n° 54, mars 1986. Nous les en remercions vivement. Le texte commun était présenté par la Revue Espoir ainsi :
« Le 26 janvier 1985 s’est tenue à Paris une journée d’études sur le redressement financier de 1958 rassemblant universitaires et témoins qui ont étudié le plan proposé par le Comité Rueff en 1958, les conditions et les modalités de son application, et — d’une façon générale – la politique économique et financière conduite jusqu’en 1963 par le général de Gaulle.
Les actes de ce colloque, publiés en mars 1986, aux Éditions Economica sous le titre « 1958 : la faillite ou le miracle », reproduisent l’ensemble des communications, témoignages et débats qui se sont alors exprimés.
Ce numéro d’Espoir présente deux textes qui complètent heureusement le compte rendu.
Roger Goetze, Antoine Dupont-Fauville et Jean Méo, trois témoins qui sont largement intervenus dans le cours des débats, nous ont fait parvenir ce premier texte. », Revue Espoir, n° 54, mars 1986, p. 38.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable