Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Entretiens avec Roger Goetze, haut fonctionnaire des Finances

 | 
Roger Goetze
, 
Florence Descamps
, 
Agathe Georges-Picot

Cinquième partie. Les aventures externes : le pétrole (1946-1966) et le cabinet du Général de Gaulle (mai -décembre 1958)

Chapitre III. Roger Goetze, conseiller du Général de Gaulle à Matignon et le plan financier de 19581

Texte intégral

  • 1 Entretiens nos 9 et 11. Sur le plan de 1958 et le rôle actif de Roger Goetze, conseiller technique (...)

Revenons en arrière pour reprendre votre rôle financier en France. Dans quelles circonstances êtes-vous entré au cabinet du Général ?

  • 1 Sur le refus de Bloch-Lainé et le choix de Pinay en 1958 par de Gaulle, cf. ci-dessus, IVe partie. (...)

Dans des circonstances très simples. Le Général avait donc fait appel à Pinay mais un peu à son corps défendant. Il aurait voulu avoir Bloch-Lainé comme Ministre1. Celui-ci n’a pas voulu et je pense que c’est lui qui a suggéré qu’il prenne Pinay à cause de son nom, à cause de sa réputation. Quand le Général est venu, c’était vraiment la crise de confiance. On répétait toujours une phrase dont il se défend : « l’intendance suivra ». Le Général n’aimait pas d’ailleurs qu’on le lui dise en signifiant qu’il n’entendait rien à l’économie.

Vous avez dit qu’il avait besoin d’un conseiller en économie et en finance. Est-ce que pour autant, il était dénué d’idées sur la matière économique et financière ?

  • 2 Rappelons brièvement la carrière de Jacques Rueff même si ce sont surtout ses activités d’études et (...)

Absolument pas. Je ne pense pas qu’il se soit préoccupé de Keynes ou autres théoriciens, mais il avait les idées d’un très solide bon sens, un peu paysan, mais il a quand même subi beaucoup l’influence de Rueff2.

C’est-à-dire ?

C’est celle d’un certain libéralisme, alors que son tempérament l’aurait plutôt porté vers le dirigisme. Enfin, il a subi d’autant plus l’influence de Rueff que celui-ci l’encourageait dans sa politique de contrer la toute-puissance de l’Amérique et de modifier la parité du dollar. Passer à 70 dollars l’once d’or au lieu de 35, cela lui plaisait beaucoup.

Les témoignages sont relativement unanimes sur le fait qu’il n’était pas en effet un spécialiste.

  • 3 Forte remarque sur la raison d’être des conseillers financiers à l’Élysée ou à Matignon qui mériter (...)

C’est bien évident mais il écoutait, comprenait vite, se souvenait et décidait toujours avec bon sens. Il fallait bien qu’il y ait un Ministre des Finances. Tout le monde lui avait suggéré Bloch-Lainé évidemment. C’était très normal. Bloch-Lainé avait été en charge du Trésor, et dirigeait la Caisse des Dépôts. Il était vraiment l’homme de la situation. Bloch-Lainé n’avait peut-être pas le désir d’être mêlé de trop près au gaullisme, je n’en sais rien, mais certainement il avait l’idée, que j’avais moi-même, c’est qu’un fonctionnaire des Finances n’était pas fait pour être Ministre des Finances. Ce n’est pas la bonne solution. En outre il fallait quelqu’un qui inspirât confiance, c’est-à-dire que si Poincaré avait encore vécu, on aurait appelé Poincaré. Notre Poincaré s’appelait Pinay. On ne pouvait pas faire autrement que de l’appeler. Mais encore fallait-il qu’il y eût au cabinet du Général quelqu’un qui, paraît-il, pourrait efficacement contrebalancer la toute-puissance du Ministère des Finances3. Et là, je crois que c’est encore Bloch-Lainé qui a mis mon nom en avant et Pompidou a tout de suite été d’accord et m’a fait dire : « Voulez-vous faire partie du cabinet du Général et en particulier de toute cette œuvre de reconstruction des finances de la France ? » C’était intéressant, passionnant même. J’ai demandé au gouverneur du CFF, Monsieur Boissard, ce qu’il en pensait, et il m’a tout de suite encouragé à accepter. Parce que j’étais déjà très absent du CFF avec la REPAL et les missions du Plan, alors aller à Matignon en plus ? Monsieur Boissard était un homme exquis et charmant dont je ne regretterai jamais assez la disparition prématurée, il m’a conseillé d’accepter. Ce que j’ai fait et je suis allé me présenter à Matignon.

Vous vous êtes rappelé au souvenir du Général ?

  • 4 Maurice Pérouse (Centralien et IF 1945), après un passage en Sarre fait sa carrière aux FINEX de 19 (...)

Je me suis rappelé à son souvenir évidemment puisque nos rapports remontaient à 1943-1944. Le Général qui avait une mémoire extraordinaire a paru s’en souvenir très bien et je vous ai raconté ce qu’il m’avait dit de l’action de Mendès France en 1944 pour mettre un terme à toute velléité de ma part de faire du mendésisme à son cabinet.
Je ne pouvais pas aller là-bas tout seul et il me fallait des collaborateurs. Je les ai choisis suffisamment grands pour qu’ils puissent parler au Général sans avoir à lever la tête. Jean Méo d’une part et Antoine Dupont-Fauville d’autre part étaient mes deux collaborateurs de l’époque auxquels se sont joints, en partie, Aubry qui s’occupait surtout des questions sociales et qui faisait un peu partie de la cellule financière parce que le social demande beaucoup d’argent, et surtout ultérieurement, encore qu’il n’ait jamais fait partie officiellement du cabinet, Maurice Pérouse. Pérouse était un homme très précieux et scrupuleux qui ne se laissait pas embobiner par de belles idées, qui disait le plus souvent : « On verra, on verra ». Il était, à ce moment, secrétaire général du Conseil national du Crédit. Il était un peu hésitant jusqu’au jour où il eut son « chemin de Damas » et son illumination : il est arrivé à Matignon un lundi matin en disant : « Je suis persuadé que vous avez raison ». A partir de ce moment, il a été un véritable bulldozer4.

Le « Vous avez raison » suppose que vous aviez déjà, avec votre équipe initiale, fait quelque chose.

  • 5 Cf. Ch. de Gaulle, Mémoires d’espoir, op. cit., p149-150, et l’hommage rendu à J. Rueff et à R. G (...)

Bien entendu mais refaisons toute l’histoire. Monsieur Pinay avait réussi son bel emprunt et un certain nombre de choses, une hausse d’impôts, mais enfin c’était pour colmater la brèche et ce n’était pas une politique de redressement. Il avait été entendu qu’on ferait ce redressement, effectivement, à l’occasion du budget de 1959. Alors là mon principal rôle a été de recevoir les récriminations du Général qui périodiquement me disait : « Et alors, qu’est-ce que font les Finances ? Il faut faire un plan enfin ». Il a même dit une fois : « Alors, votre Ministre n’en est pas capable, faites-le, vous ! ». Je lui ai répliqué : « Mon Général, je m’excuse, ce n’est pas mon Ministre, c’est le vôtre ». « Alors secouez-le, cela ne va pas ». Nous en avons parlé avec le directeur de cabinet de Pinay, mon camarade et ami Yrissou. Il a suggéré de mettre sur pied un comité d’experts. Mais il fallait que ce soit Monsieur Pinay qui le propose, ce comité, puisque c’était lui le Ministre des Finances. C’était lui le responsable. Rueff lui en avait déjà parlé et ce comité Rueff, sur lequel le Général a bien écrit dans ses Mémoires ce qu’il en était5, a été créé au mois de septembre et puis il a travaillé dans une semi-clandestinité.

Qui en avait eu l’idée ?

  • 6 Sur ces « gens éminents » on trouvera une description bien plus sévère dans L. Franck, 697 Ministre (...)

Elle était dans l’air, pour tous ceux qui connaissaient un peu Monsieur Pinay. Il fallait que les mesures de redressement émanent des Finances de toute façon, Matignon devant se réserver le pouvoir final de décision. Si c’était Matignon qui commençait à faire ce plan, le Ministère des Finances ne manquerait pas de le discuter et de le contredire et à la fin c’était lui qui aurait eu raison. Ce n’est pas le rôle de Matignon de faire les plans financiers, c’est celui du Ministre des Finances. Donc on a dit, Pinay ne se décidera pas tout seul et les directions étaient un peu trop blasées, peut-être, pour le faire énergiquement. Prenons un comité dont les sept membres étaient effectivement des gens éminents6.

Rueff a fait en quelque sorte sa réapparition sur la scène publique ?

  • 7 La rivalité entre Rueff (X IF 1923) et Baumgartner (IF 1924) remonte à 1935 lorsque tous deux, dire (...)
  • 8 Goetze évoque le comité de réorganisation administrative de 1938, appelé à l’époque comité de la Ha (...)
  • 9 Martinet succédera à Devaux de 1960 à 1966. Reçu major au concours de rédacteur Martinet a fait tou (...)
  • 10 Sur Louis Franck, directeur des Prix ; cf. ses Souvenirs, 697 Ministres, Souvenirs d’un directeur g (...)
  • 11 Le « pauvre Clappier » est alors directeur de la DREE au Ministère des Finances depuis 1951 et jusq (...)
  • 12 Sur le rôle effacé de la Banque de France dans le plan de redressement de 1958, cf. Olivier Feierta (...)
  • 13 Alain Peyrefitte relatant sa première audience le 5 mars 1959 chez de Gaulle, rend compte du recul (...)
  • 14 3 000 F.

Il fait une réapparition, non pas fracassante mais remarquée, sur la scène publique. Mais il a tout de suite été contré par son vieil ami et adversaire Monsieur Baumgartner. Cela vous fait rire7 ? Moi cela me faisait rire à ce moment-là, car Baumgartner a tout de suite eu la bonne idée de faire exclure toutes les questions de trésorerie ou de monnaie de la compétence du comité qui devenait un super comité budgétaire. Remarquez que ça me convenait parfaitement. Pour moi, c’était parfait. On m’a demandé de faire partie du comité mais j’ai refusé parce que, conseiller financier du Général, je n’appartenais plus aux Finances mais à Matignon et que je devais présenter au Président du Conseil les plans des Finances avec mes avis et suggestions personnelles. J’ai participé à certaines séances. Je me suis manifesté un peu mais le comité a travaillé de son côté et puis a accouché finalement d’un plan qui était un excellent document de travail et de décision. Il fallait que tout se passe bien, mais Devaux qui m’avait succédé à la direction du Budget était sceptique. Au cours de sa carrière, il avait vu tant de comités d’économies, comme le fameux comité de la Hache8, et bien d’autres, qu’il n’a pas cru davantage à celui-là. Il a très bien agi : alors que je lui reprochais son scepticisme, il m’a dit : « Écoutez Goetze, ça ne fait même pas un an et demi que vous êtes parti de la direction du Budget. Or elle a pour vous une véritable vénération, je la mets à votre entière disposition. Dirigez-la comme vous le voudrez, elle est à votre disposition ». C’était très bien. Alors j’ai pris Martinet9, le chef de service, et je puis vous dire que finalement, c’est cela qui a fait le succès de la réforme. C’est que tout a été fait par la direction du Budget, tous les textes, toute l’ordonnance portant approbation du budget de 1959 qui comportait tous les textes de réforme. Tout a été fait par la direction du Budget. Tous les articles. Sauf un que j’ai rédigé moi-même, l’article sur les indexations qui est encore en vigueur, théoriquement. On s’en est brusquement souvenu il y a quelque temps. Il n’a jamais été abrogé que je sache.
Deux séries de travaux ont été menées en parallèle. Il y avait d’un côté le comité qui faisait les grandes choses, qui brassait les idées, etc., dont on discutait et puis après leur approbation, il y avait tout un travail matériel nécessaire qu’il fallait bien faire. Mon départ récent de la direction du Budget faisait que j’avais une bonne connaissance des textes et une certaine influence, et qu’ainsi le cabinet de Matignon a fait travailler tout le monde. Le brave Franck10 a fait je ne sais pas combien de simulations de hausses de prix suivant les taux de dévaluation parce que c’étaient des calculs récurrents. Si on hausse les prix de tant, il faut dévaluer de combien ? Cette dévaluation entraîne elle-même telle et telle conséquence. Enfin, il a fait des simulations nombreuses de son côté. Il y avait surtout une question fondamentale qui était l’entrée dans le marché commun, ses modalités et son influence sur l’économie générale. Alors c’est le pauvre Clappier11 qui a été mis à contribution, qu’on a enfermé à Matignon pour qu’il nous dresse la liste des contingents à libérer et des produits qu’il fallait libérer pour obtenir 90 % au moins de libéralisation des échanges. Il est arrivé à 93 % pour finir. Et il a fallu, un jour, convaincre la Banque de France qu’il fallait qu’elle étudie à son tour les modalités et le taux exact d’une dévaluation12.
À ce moment, s’est posé le problème du changement de nom de l’unité monétaire, ce qui a été un très gros problème. On a fait venir des spécialistes qui connaissaient les noms de toutes les monnaies possibles. Je ne vous parlerai pas de toutes les appellations passées en revue. Finalement il n’y avait qu’un seul mot qui restait valable, c’était la livre. Alors, vous vous rendez compte, conseiller au Général de donner le nom de « livre » au franc français, quelle horreur ! Pour finir, je ne sais pas qui a eu l’idée du « nouveau franc », c’est peut-être Baumgartner lui-même.
Je reviens, si vous le voulez bien, au mode de travail de cette époque. Je voulais mon entière liberté et je peux dire que le travail qu’ont fait mes deux adjoints était considérable. Chacun avait ses spécialités, etc., et on a tout décortiqué. On a passé en revue tous les gros problèmes du moment, tels que je les voyais. Il fallait, avant tout, parvenir à la vérité des prix, c’est-à-dire supprimer les multiples subventions et supprimer avant tout les indexations, que ce soit l’indexation des services ou surtout l’indexation des prix des produits agricoles qui venait d’être votée – nous allions, en France, recommencer l’histoire du Brésil, où tout était indexé, et avec une inflation de 1 000 % par an, et changer la valeur du cruzeiro toutes les semaines. Donc il fallait réduire le déficit budgétaire pour rester dans l’impasse maximale de 700 milliards anciens et rechercher toutes les dépenses inutiles ou superflues. C’était le rôle normal de la direction du Budget de faire un élagage continu, mais il fallait cette fois procéder à un grand lessivage général, donc supprimer des subventions, supprimer jusqu’à la retraite du combattant pour montrer qu’on n’épargnait rien et puis aussi pour avoir quelque chose à lâcher13. Parce qu’il faut toujours avoir, quand on fait un budget sérieux, quelque chose à lâcher. Et surtout une réforme à laquelle je tenais beaucoup mais qui n’a pas survécu, ce qui est dommage je crois, c’était la suppression du « petit risque » en sécurité sociale. C’était une espèce de franchise à la base des remboursements : les médicaments seraient toujours remboursés à 80 %, je ne sais plus quel était le taux à l’époque, mais seulement au-delà d’une certaine franchise. C’est-à-dire que tous ceux qui se bourraient d’aspirine, par exemple, ne seraient plus remboursés. C’était 2 000 francs, je crois, ce petit risque. Les médicaments n’étaient pas remboursés en dessous de 2 000 francs, anciens bien sûr14.
Voyons maintenant comment les choses se sont passées. Dès le début de décembre, le comité est venu présenter son rapport à Monsieur Pinay et puis Monsieur Pinay est venu apporter au Général ses conclusions sur ce rapport, dans une séance mémorable où se trouvaient à côté du Général, Pompidou et moi-même, Monsieur Pinay et probablement Monsieur Yrissou, le gouverneur de la Banque de France, et Monsieur Rueff. Séance mémorable dans laquelle le Général avec beaucoup de sérénité les a remerciés, les a félicités, a posé nombre de questions qui les ont embarrassés parce qu’elles étaient apparemment trop simples et quasi évidentes. Je me souviendrai surtout toujours du moment où il s’est adressé au gouverneur de la Banque de France en disant :

– « Monsieur le Gouverneur, qu’en pensez-vous ? » Alors Baumgartner a répondu : « Mon Général, il y aurait beaucoup à dire ».
– « Ah, a dit le Général, Eh bien, dites Monsieur Le Gouverneur ».

  • 15 Dans l’ordonnance portant loi de finances pour 1959 figure simplement que, par dérogation à l’artic (...)
  • 16 17,4 %, qui donne au nouveau franc la valeur ronde de 200 mg d’or à 900 millième, de fin au prix de (...)

J’ai alors dû prendre la parole pour combler le vide. Mais là où le Général a été très bien, c’est quand il avait ses bonnes idées, très simples. Il y avait à un moment donné une option qui coûtait 10 milliards de plus. Le Général a dit : « Mais si ça coûte 10 milliards, il faudra les trouver, alors c’est non ! ».
On s’est bien entendu sur le fond mais pas tout à fait sur la présentation même, parce que là, j’avais affaire à des libéraux affirmés, sauf Saltes et Jean-Marcel Jeanneney qui étaient de mon avis. Et mon avis était qu’il fallait que les sacrifices soient partagés et qu’il fallait surtout éviter le pire, c’est cela la grande idée qui m’a amené à me brouiller très temporairement avec le comité ; j’ai voulu que soit prévues tout de suite l’augmentation du SMIC et l’augmentation des salaires, 4 % si je me rappelle bien pour le SMIC et 3 % pour tous les salaires des nationalisés, de la fonction publique, avec effet, je crois, au 1er mars. Il semble me souvenir que ce sont ces chiffres et cette date15. Mais le comité ne pouvait pas l’admettre parce qu’il pensait qu’en matière de salaires il fallait laisser jouer la loi du marché.
On parlait des lois du marché, mais, à cette époque, il n’y avait pas de marché véritablement. Tout était administré à ce moment-là, dirigé, contrôlé et justement, il fallait bien penser qu’avec l’ouverture des frontières c’est là que jouerait le marché. Et la grande œuvre du Général, c’est d’avoir finalement imposé l’entrée dans le marché commun. Je crois que la chose fondamentale dont tout l’avenir a dépendu [est] ce jour où on a cessé de vivre en vase clos et où on a été obligé progressivement à aller dans un marché qui n’était pas un marché libéral loin de là, puisque les contraintes et la loi sur les prix demeuraient, mais tout de même qui permettait d’avoir les frontières ouvertes.
Nous avons été favorisés par le fait qu’il y a eu une petite récession extérieure à ce moment-là et que, par suite, les prix extérieurs ont pesé sur les prix français. Et c’est en en tenant compte qu’on a achevé nos calculs pour arriver au taux de dévaluation de 17,5 %. Alors c’est le gouverneur qui en a arrêté le taux, 17,2 ou 17,4 %, pour faire en sorte qu’on retrouve, hélas divisée par 100 l’ancienne parité-or du franc, c’est-à-dire qu’elle a été fixée à 200 mg d’or à la teneur de 0,916. Ce taux de dévaluation, certes élevé, était raisonnable. Il permettait en effet d’avoir une marge de hausse de prix tout en restant compétitif. C’était très important. Et quelle était notre marge de hausse des prix ? Le calcul de Franck donnait 6,5 %. Et bien, c’est là où nous avons eu de la chance puisque, en définitive, la hausse de l’année 1959 a été de 6,5 exactement. Cette dévaluation, qui a été une des plus calculées, une des plus fignolées, a finalement bien réussi parce que nous avons eu la chance avec nous. Pour le nom de la nouvelle unité monétaire, le nouveau franc, là Baumgartner a eu tort je crois parce que, pour ne choquer personne, il a commencé par prendre les anciens billets de 10 000 sur lesquels on a surchargé 100 nouveaux francs, puis après ça on a fait refaire les tirages avec 100 francs tout court. Toujours les mêmes billets si bien que les gens continuaient à parler en anciens francs. Actuellement, je les ficherais volontiers en prison les gens qui à la radio continuent à vous dire : « Vous en avez pour 100 millions de centimes ». C’est invraisemblable que vingt-neuf ans après, on apprenne encore aux enfants à parler en anciens francs. Que les vieux parlent en ancien francs c’est normal mais c’est inouï que les jeunes...
J’ai donc présenté ce plan au Général, avec pas mal d’impôts nouveaux, avec cette dévaluation et avec cette histoire des salaires. La veille de Noël a eu lieu la grande explication finale entre le comité et Pinay. Terrible cette séance du 24 décembre, là où Pinay voulait absolument donner sa démission. Alors après avoir passé deux heures dans l’après-midi, on a tout remis en cause et surtout on a discuté sur l’augmentation du SMIC, etc. ; bien entendu, j’ai maintenu ma position. Finalement j’ai dit au comité : « Messieurs, nous avons suffisamment discuté. Si vous le voulez bien, laissez-moi seul avec Monsieur le Ministre ». Et pendant deux heures, j’ai eu deux heures de tête à tête avec Pinay pour le convaincre de retirer sa lettre de démission.

– « Mais Monsieur Goetze enfin, vous ne vous rendez pas compte, vous faites une dévaluation, vous faites des impôts nouveaux, vous supprimez les indexations. C’est tout le contraire de ce que j’ai toujours fait moi ».
– « Monsieur le Ministre, cela prouve simplement une chose, c’est que en 1952, vous avez eu raison, vous aviez raison. En 1958-1959, les conditions sont différentes, l’entrée dans le marché commun modifie tout. C’est différent. Il faut prendre d’autres mesures. »
Cela a duré, je dis, deux heures. Finalement, il m’a dit :
– « Bon, dites au Général que je suis d’accord ».

Et alors, c’est le point que je tiens toujours à affirmer c’est qu’à partir de ce moment-là, le Ministre a été d’une fidélité, d’une loyauté extraordinaires. C’est bien pour cela qu’il vaut beaucoup mieux qu’on l’appelle le plan Pinay que le plan Rueff parce qu’après tout il mérite que son nom y soit attaché. C’est sa réputation. Et, cela vaut mieux encore, comme je l’ai dit à la conférence de l’Institut Charles de Gaulle, appelez-le plutôt le « plan de Gaulle » parce que sans de Gaulle il ne se serait jamais fait.
Cela a été très vite à partir de Noël. Il a fallu que j’aille voir les deux Ministres d’État qui représentaient le MRP d’une part, les socialistes d’autre part. Pflimlin m’a fait un long discours pour me dire que ce n’était pas mal effectivement. Quant à Guy Mollet : « Monsieur Goetze, moi la seule chose qui m’amuse c’est que vous ayez voulu supprimer la retraite du combattant. Rien que pour cela, je voterais volontiers ce plan, mais je ne le ferai pas parce que je ne le peux pas, vous le savez bien ». Donc les deux Ministres d’État demeureraient dans une bienveillante neutralité.
Par contre, avec les autres Ministères, cela n’a pas été simple et en particulier avec Bacon qui était Ministre du Travail. Le « petit risque » de la Sécurité sociale l’a fait bondir :

– « Mais comment voulez-vous qu’on le fasse, qu’on l’improvise ? Mais tout ceci mon Général, à la rigueur, on peut y réfléchir bien sûr, mais il faut quand même des textes. Comment vous voulez en parler en 48 heures ? Enfin, nous sommes à la veille de Noël ! S’il fallait... Mais en 48 heures c’est impossible, on ne sera jamais prêt. »

Mais j’ai dit : « Les textes sont prêts. Ils sont tous là ».
Et le Général a fait distribuer à ce moment-là le projet d’ordonnance. Les divers Ministres qui étaient visés, à gauche comme à droite, en sont restés assis et la discussion a commencé. Il y a eu des choses qui ont été abandonnées, grattées, etc. On a dû perdre de 10 à 15 milliards au cours de ce conseil de cabinet qui a duré une dizaine d’heures. Après ce conseil, Pinay a repris du poil de la bête et a voulu à nouveau démissionner en disant que le plan qu’il avait accepté avait été dénaturé par les suppressions de mesures d’économie, ou en créant des charges supplémentaires. Et là, je n’ai pu que lui donner raison, c’était tout à fait normal. De sorte que le lendemain, jour où le Conseil des ministres devait siéger, l’après-midi, j’ai demandé d’urgence à voir le Général vers midi et je lui ai dit :

« Voilà, mon Général, à nouveau une démission éventuelle du Ministre des Finances et à mon avis le Ministre des Finances a raison. Vous avez dû accepter au cours du conseil de cabinet après discussion avec vos Ministres, un certain nombre de pertes de recettes ou de dépenses nouvelles. Le Ministre des Finances estime qu’il ne peut pas aller plus loin et il a raison ».
– « Bien », m’a dit le Général.

Et le Conseil des ministres s’est passé d’une façon extrêmement simple. Le Général, paraît-il (je n’y assistais pas), en arrivant devant M. Coty, a fait un vibrant éloge de Pinay. Il a dit :

– « Voilà tout ce qu’accepte le Ministre des Finances et je fais de son plan une affaire personnelle. Alors ou bien vous l’acceptez, ou bien je m’en vais ».

  • 17 Jérôme Bourdon évoquant l’évolution de Gaulle devant la télévision (et inversement) rappelle : « Ap (...)

J’aime autant vous dire que cela n’a pas tardé. Ce conseil des Ministres a duré vingt minutes. Le Général à ce moment-là a prononcé un discours à la télévision qu’il m’a fait l’honneur de me lire au préalable en me demandant si je voyais quelque chose à ajouter17. Je lui ai dit qu’il avait omis de parler de l’indexation des produits agricoles qui était quelque chose de fondamental. Ensuite il l’a prononcé de mémoire et, en l’écoutant, comme j’avais le texte arrêté, j’ai pu constater qu’un mot avait été changé, remplacé par un synonyme.

Et tout le plan a été accepté ?

Et tout le plan, un peu abîmé par le conseil de cabinet, a été ainsi accepté. Y compris le nouveau franc. Le Général m’avait dit :

– « Mais pourquoi diable voulez-vous faire cela ? ».

Finalement, j’y étais favorable au début et puis, je ne sais pas, j’avais été pris de doutes, aussi ai-je répondu :

– « Je ne sais pas si c’est nécessaire de parler du nouveau franc. Ça va encore faire des ennuis. Peut-être que ça n’en vaut pas la peine ».

Et là, le Général m’a regardé avec beaucoup d’insistance et j’ai compris ensuite ce qu’il avait en tête. Parce qu’un jour je lui avais dit : « Ce plan, bien sûr, a toutes les chances de réussir. Nous avons mis toutes les chances de notre côté mais si, etc., ce serait tout de même ennuyeux s’il y avait une chose qui n’allait pas ».
Et le Général m’a dit :

– « Mais on va le faire et on le fera ».

Et j’ai compris alors pourquoi il a maintenu cette décision. C’est parce qu’il a pensé qu’il fallait nous mettre le dos au mur. « Pour une fois Goetze et son équipe ont l’air de flancher un peu. Il faut les mettre le dos au mur et le meilleur moyen d’y parvenir c’est justement le nouveau franc parce qu’on ne peut pas avoir un échec avec le nouveau franc. Ce n’est pas possible, l’effet produit par un échec du nouveau franc serait désastreux ».
Je pense que c’est ce qui lui a fait finalement décider qu’on ferait ce nouveau franc alors que je commençais à trouver que, étant donné que le gouverneur ne voulait rien changer aux effigies des billets, je ne voyais plus très bien quel intérêt cela présentait. Et une autre chose qu’il faut également dire, c’est que j’ai cru devoir être honnête avec le Général et je lui ai dit à la fin des discussions :

– « Mon Général, on vous a soumis un plan mais qui est extrêmement rigoureux. Retraite du combattant, indexation, etc. Je dois quand même vous dire que ces mesures ne seront pas toutes populaires et que certaines d’entre elles appelleront certainement des réactions un peu vives ».

Alors, c’est là où le Général a eu ce mot qui est connu :

– « Et bien les Français crieront ... et après ? »

C’est le changement entre la Quatrième et la Cinquième République ?

Vous comprenez que, me souvenant de la façon dont Monsieur Queuille m’avait dit : « Vous ne devez pas être fier de moi Monsieur Goetze » et de la manière dont le Général réagissait, j’ai quand même une préférence pour la Cinquième.

Ces mots résument très bien les deux régimes.

Il résume tout à fait les deux régimes. Cela ne veut pas dire qu’elle – la Ve – réussira mieux, je n’en sais rien. Mais enfin ça fait quand même trente ans qu’elle dure maintenant. Et on voit que ceux qui ont été les plus hostiles s’en servent le mieux.

  • 18 Sur la loi organique de 1959 et le décret de juin 1956, cf. IVe partie et Annexe V.

Pour moi l’intérêt, c’est que l’ordonnance sur le budget de 1959 a été suivie immédiatement par l’ordonnance portant loi organique sur la loi de Finances qui a repris, comme je vous l’ai dit, le décret de 1956 mis au jour de la nouvelle Constitution avec quelques accommodements. Cette loi organique dure toujours et elle est strictement suivie par le Conseil constitutionnel18. Les douzièmes provisoires n’existent plus. Cela ne nous viendrait même plus à l’idée maintenant qu’on puisse vivre sur des douzièmes provisoires, 2, 3 ou plus comme j’ai vécu pendant sept années de directeur du Budget en attendant que le budget qui, finalement, avait été plus ou moins voté et sur lequel le Gouvernement était tombé, comme toujours, en attendant qu’il soit repris à la moitié de l’année.

Ce qui, en effet, est assez incroyable, c’est que ce que vous n’aviez pas pu réaliser pendant vos sept ans à la direction du Budget, vous l’ayez obtenu en six mois.

J’ai pu le faire en six mois, et grâce à la direction du Budget. Ils ont tout fait, tous les articles de l’ordonnance budgétaire de 1959. Si nous ne l’avions pas fait, on ne serait jamais sorti des indexations, ni des déficits, ni des dévaluations infructueuses parce que les Ministres auraient suivi les deux Ministres d’État.

À la limite, ce n’est ni le plan Rueff, ni le plan Pinay, c’est le plan Goetze.

Non, parce que je ne l’ai pas conçu. Mais j’ai su préparer les moyens juridiques de le faire exécuter. Par contre, c’est le plan de Gaulle parce que sans lui, il n’y aurait pas eu de décision.

Après que le plan de redressement ait été accepté par le conseil des Ministres, quelle fut la suite des événements ?

Ce sont, pour moi, les derniers jours de Matignon. Le Général m’avait fait dire par Debré qu’il lui serait agréable que je fasse partie du Gouvernement. On avait envisagé alors de maintenir Monsieur Pinay comme Ministre et de me mettre comme Secrétaire d’État avec en fait une très large délégation. Je ne pouvais pas accepter, j’aimais bien Monsieur Pinay mais je ne voulais pas travailler sous ses ordres. Alors il n’y avait pas d’autre solution que de me proposer d’être Ministre des Finances.

Cela coulait de source.

  • 19 Il est curieux que son argument porte sur l’élection alors que le Général à l’époque ne choisissait (...)
  • 20 Plus que correct ! Cette modestie ne fut pas pratiquée par tous, ce qui explique que jusqu’à ces de (...)
  • 21 Pas dans l’immédiat puisque dans le Gouvernement définitif du Général de Gaulle le 7 juillet 1958, (...)
  • 22 En 1967 en effet, certains ont cru pouvoir dire qu’au lendemain des élections de Gaulle aurait choi (...)

Eh oui, évidemment. Mais la source était tarie car j’avais les mêmes idées que Bloch-Lainé et j’avais toujours dit que j’étais fonctionnaire et que je ne serais jamais homme politique. Je ne voulais pas avoir à rechercher un mandat dans les meetings ou surtout en faisant des promesses dont je savais que je ne les tiendrai pas. Sans cela, j’avais peu de chances d’être élu et si je n’étais pas élu, je ne serais pas Ministre des Finances, donc la question ne se posait pas19. J’ai donc dit non.
Et j’ai dit non pour une autre raison, propre à l’époque et normale à mon avis. On avait alors envisagé de nommer Monsieur Pinay Ministre d’État, chargé de superviser l’Économie et les Finances, etc., et de me nommer Ministre des Finances indépendant. Là, j’ai encore dit non et le Général l’a très mal pris. J’ai été le voir pour lui expliquer pourquoi je disais non. J’ai rarement vu un glaçon pareil. À la porte, il m’a même dit : « Au revoir Monsieur ». Et quelle était ma seconde raison, qui était vraiment valable ? De deux choses l’une bien sûr, ou le plan réussissait ou bien il échouait. Si cela échouait, on dirait que Goetze n’a jamais su se débrouiller du plan Pinay qui était excellent et que dans le fond si au lieu d’avoir 6,5 % on avait eu 9 % de hausse des prix... avec tout ce que cela aurait entraîné, c’était l’échec et l’échec de celui qui avait exécuté et non de celui qui avait conçu ce plan. Donc s’il échouait, j’en aurais porté le chapeau. Mais s’il réussissait, comme je pensais qu’il y avait neuf chances sur dix qu’il réussisse, il n’était pas pensable que Monsieur Pinay ait donné son nom à ce plan et qu’il n’en recueille pas les fruits et la renommée. Je crois que c’était correct de ma part. En tout cas, j’y tenais20.
Mais quand je suis sorti de cette réunion de vingt-huit minutes suivie de l’adieu si glacé, j’ai dit à ma femme en rentrant : « Si lundi on revient à la charge, je dirais oui, tant pis, mais vraiment je ne peux pas supporter cette froideur ». Je suis revenu le lundi à Matignon. Silence, rien. Je fais mon métier, puis c’est tout. Mais j’ai su rapidement qu’il avait dit à Debré : « Je crois que dans le fond, il a raison le bougre ». Alors le mercredi matin, j’ai été convoqué à l’heure habituelle comme si rien ne s’était passé. C’est ainsi que j’ai enterré ma future carrière ministérielle. Je ne le regrette pas. Je n’ai eu de regret que quelques minutes, le 8 janvier, devant la télévision en voyant la présentation du Gouvernement à l’Élysée. J’ai eu, c’est vrai, quelques minutes de regret. Mais ce fut tout. C’était ce que j’avais voulu et je continue à prétendre que j’ai eu raison de le faire. À la fois vis-à-vis de Pinay d’une part mais vis-à-vis de moi-même car je ne me sentais pas du tout le désir d’être un homme politique. J’avais dit au Général : « Vous serez obligé de les faire élire vos Ministres »21. La preuve en est que Couve de Murville n’a pas été nommé tout de suite Premier Ministre, parce qu’il avait subi un échec électoral22.

Et Baumgartner ?

Baumgartner, c’est autre chose parce que Pinay est parti assez vite. Alors le Général qui me voyait de temps en temps à l’Élysée et me parlait de Finances mais jamais de l’Algérie, ni de la REPAL m’a demandé à qui je pensais comme Ministre, tout en me laissant entendre :

– « Êtes-vous toujours dans les mêmes sentiments ? »
Ma réponse a été : « Oui. Je ne me sens pas davantage homme politique. »

  • 23 On peut craindre également que si l’entourage du Ministre, même politique, est trop homogène et tro (...)

Je considère qu’au Ministère des Finances, le Ministère est tellement structuré, les directeurs sont des technocrates très intelligents mais en compensation il faut un homme politique comme Ministre des Finances et non pas un haut fonctionnaire. Il faut que le Ministre ait le contact et le sens de la vie et au Ministère des Finances, les techniciens ne l’ont pas toujours23. On y est un peu rigoriste parfois. Je ne dis pas qu’un Edgar Faure soit l’idéal parfait mais il faut avoir quelqu’un qui ait du flair. Il ne faut pas aller à contre-courant et se dire que telle sorte d’impôt va rattraper les 10 milliards qu’on nous a obligé à dépenser par ailleurs. C’était possible pour Baumgartner parce que, qui prendre après Pinay ? Il n’y avait que le gouverneur de la Banque. Et quand Baumgartner est parti à son tour, j’ai été à nouveau convié à l’Élysée. Le Général m’a laissé entendre qu’il ne me reposerait pas la question mais il m’a dit :

– « Qui voyez-vous ? »
– « Il n’y a que Giscard d’Estaing de possible ».
Alors il a souri :
– « Mais il me semble qu’il est fonctionnaire lui aussi et qu’il est même inspecteur des Finances ? »
– « Oh, mon Général, si peu ». Et effectivement. Ainsi se termine cette histoire.

Baumgartner reste une exception ?

Oui, mais il était gouverneur de la Banque de France depuis un certain nombre d’années, il avait déjà fait des remontrances à M. Faure en 1952 puis enfin il n’y avait pas d’autres noms possibles. Je n’ai pas proposé Giscard à ce moment-là bien qu’il soit Secrétaire d’État aux Finances depuis 1959, il fallait épuiser d’abord la nomination de Baumgartner.

Il n’était pas pour autant un homme politique ?

Certes, mais il se mêlait volontiers de politique sans jamais faire directement acte d’homme politique.

À l’époque, vous pensiez qu’il n’était pas possible d’envisager des Ministres issus de la société civile comme on les appelle aujourd’hui ?

Qu’est-ce que c’est que la société civile ? Je voudrais bien savoir. Cela veut dire qu’ils ne sont pas passés par les urnes. C’est un terme qui n’existait pas de mon temps. La société civile pour moi, cela s’oppose aux militaires, cela ne s’est jamais opposé aux parlementaires. Qu’est-ce que cela veut dire ? S’il existe vraiment une société politique et une société civile, et qu’il faille faire la distinction entre les deux, c’est extrêmement grave. Qu’on prenne des Ministres qui ne sont pas hommes politiques, c’est très normal. On n’est pas obligé de les prendre en même temps fonctionnaires.

Revenons au cabinet du Général de Gaulle. D’abord sur les idées économiques et financières du Général de Gaulle. Vous-même, vous n’êtes pas tout à fait du même courant d’idées que Jacques Rueff ?

Non, et comme le plan de 1958 avait scrupuleusement écarté toutes les questions monétaires et de trésorerie pour rester presque exclusivement sur le terrain budgétaire, je n’ai pas eu à intervenir dans cette discussion qui se menait par personnes interposées c’est-à-dire entre Rueff et Baumgartner, les deux opposants depuis des années.

En effet, Baumgartner y avait fait opposition. Était-ce une opposition d’idées fondamentalement, ou surtout une opposition de personnes ?

C’est une opposition de personnes qui s’appuyait évidemment sur des interprétations différentes d’idées pas très éloignées les unes des autres. Donc cela a été, je crois, plus une opposition de personnes que véritablement d’idées.

En matière monétaire l’idée de Jacques Rueff est la remise en cause de la parité avec le dollar mais Baumgartner en pensait quoi ? Il s’opposait sur ce point-là ?

Oui, ou du moins à une certaine brutalité dans l’affaire. Je crois que Baumgartner était l’homme des compromis, des concessions.

Cette opposition se manifestait où ? Au sein de la commission du comité Rueff auquel normalement Baumgartner, si j’ai bien compris, ne participait pas ?

En effet c’était Saltes premier sous-gouverneur de la Banque qui y siégeait.

Précisément, comment cela se passait-il ?

Saltes était de tendance socialiste. Il était, à l’époque, un des rares membres à tendance socialiste de sorte qu’il a joué un rôle dans ce domaine budgétaire, un rôle qui se rapprochait de celui de Jeanneney et en fait du mien. Je veux dire par là que la plupart des autres membres du comité étaient vraiment des libéraux. Alors, si on veut faire l’éternelle opposition libéraux/socialistes, ils étaient les deux représentants d’une tendance disons un peu plus dirigiste et socialiste et moi je croyais que c’était inévitable aussi donc je me trouvais plus facilement d’accord avec eux qu’avec les autres, notamment sur les problèmes sociaux.

Les conclusions du comité Rueff ont-elles une empreinte plutôt libérale ? C’est plutôt Rueff qui l’aurait emporté ?

Oui, bien sûr, il était le président du comité. Enfin elles ont une présentation libérale sans aucun doute. Je ne peux pas dire qu’on ait abouti à une société mixte à ce moment mais je dis que c’est un ensemble d’esprit libéral avec certaines restrictions ; par exemple il y a un point fondamental auquel je tenais et sur lesquels nous nous sommes opposés, c’était la liberté des salaires c’est-à-dire la liberté pour les patrons de payer les salaires qu’ils voulaient - à ce moment prix et salaires étaient parallèlement réglementés. Seuls les prix ont été libérés, partiellement.

Et là, vous étiez contre ?

J’étais hostile à une libéralisation totale des salaires. J’estimais que du moment qu’on prévoyait que tout l’ensemble des mesures risquait de faire monter l’indice des prix de 6,5 % au cours de l’année 1959, il fallait sans attendre, mais en une seule fois et pour solde de tout compte, donner dès le mois de mars 4 % aux smicards et 3 % à l’ensemble des salaires publics, c’est-à-dire pour la fonction publique et pour les nationalisés. L’exemple entraînerait le secteur privé et éviterait aussi des augmentations incontrôlées et inflationnistes.

J’aimerais essayer de bien comprendre les rapports qui ont pu exister entre ce comité Rueff qui travaille d’une certaine manière dans son coin et vous-même et votre équipe dans le sien. Vous m’avez dit une phrase que j’ai retenue : « Le plan de redressement, je ne l’ai pas conçu, je l’ai exécuté ». Pourtant si on prend l’ordre chronologique, cela ne me semble pas coïncider, parce que les conclusions du plan datent de décembre 1958 et puis, vous, de votre côté, vous aviez déjà mis au point et rédigé l’ordonnance du budget de 1959 qui concentrait toutes les mesures du plan. Donc est-ce que ce sont deux choses parallèles ? Quelles sont les passerelles entre les deux ?

Elles ont été multipliées, les passerelles. Mais en réalité, cela a été tout à fait facile puisque le comité a consulté les directeurs du Ministère et m’a également entendu à plusieurs reprises, et certains de ses membres en particulier. J’étais parfaitement au courant de ce qui se passait mais ce comité n’était pas au courant du travail administratif qui était fait avec mes collaborateurs Méo, Dupont-Fauville et Pérouse. Il n’était pas au courant non plus des négociations que nous menions déjà directement par ailleurs avec les Ministères ou les syndicats de professionnels. Ils étaient des théoriciens eux et non des « praticiens ».

Vous n’avez pas pu réellement en quelque sorte vous inspirer de leurs conclusions. Chacun a marché parallèlement.

Oui, on a marché parallèlement ou plutôt en parallèle mais absolument pas en divergence. On ne pouvait pas. On savait bien qu’on allait dévaluer par exemple. Si vous voulez, sur les grandes idées majeures du plan Rueff, ce sont les mêmes idées qui ont inspiré les travaux que nous faisions sur le plan pratique. Nous étions en accord sur les orientations majeures.

Cela suppose que les idées étaient en fait... ?

Assez banales, au sens réel du terme.

Les grandes décisions avaient été préparées à la limite avant les conclusions officielles du comité mais tout le monde avait marché sur les mêmes traces et vers les mêmes objectifs ?

Forcément. Quand on est en présence d’un problème inflationniste d’une part et d’un problème de déséquilibre des finances publiques de l’autre, les grandes idées sont toujours d’augmenter les recettes, de diminuer les dépenses, etc.
Alors augmenter les recettes, ça signifiait une augmentation d’impôt. Ce n’est pas moi qui l’ait faite, ni le comité, ni moi, c’est évidemment la DGI qui a proposé certaines choses.
Peut-être le comité n’eut-il pas été aussi ferme que Matignon sur la suppression des indexations, mais ils étaient bien conscients pour finir qu’il fallait le faire. C’est-à-dire qu’effectivement, on les coinçait eux-mêmes en exaltant la vérité des prix. Alors cela voulait dire aussi la suppression des subventions, etc. Si vous voulez, tout se tient.

Pouvez-vous me parler de vos collaborateurs ?

Le rôle qu’ont pu jouer Dupont-Fauville et Méo a été fondamental. Avec Pérouse, nous avons formé une équipe très unie. Nous étions tous les quatre à travailler en commun et puis chacun en prenait une partie. Dans les discussions qui étaient à faire, par exemple avec les Ministères, l’un d’eux prenait l’Industrie, l’autre l’Éducation, Aubry prenait les questions sociales et Pérouse plus facilement les questions financières générales, etc.

Vous aviez spécialisé vos conseillers ?

Oui mais ils se sont chargés aussi, quand il le fallait, de tel sujet qui n’était pas spécifique d’un secteur donné.

Quand vous avez accepté de prendre en charge les questions financières et économiques, est-ce que, en dehors des grands principes que vous avez énoncés, vous aviez une idée précise de ce qu’il fallait faire, idée que vous vous seriez en quelque sorte forgée au cours des années précédentes à la direction du Budget ?

Oui. En fait au cours de mes sept ans de directeur du Budget, j’ai quand même vu quels étaient les éléments qui péchaient essentiellement. Je vous les ai d’ailleurs déjà énumérés. Donc il fallait empêcher les indexations, ça a été le rôle le plus important.
Il y avait déjà eu une indexation des salaires, qu’on a gardée pour le SMIC, et lui seul uniquement, et non pas pour une généralisation d’ensemble, mais l’indexation des prix agricoles c’était le début de la débandade pourquoi pas des prix industriels, etc. Nous vivions sous le régime de la loi de 1945 qui était celui du blocage des prix. Donc il fallait débloquer les prix. On ne pouvait pas toujours vivre avec les prix de 1945 mais il fallait que ce soit fait dans l’ordre et pas d’une manière anarchique ou trop ordonnée, c’est-à-dire automatique. L’interdiction des indexations, je vous dis, c’est moi qui ai rédigé l’article qui existe encore de la loi qui interdisait toutes les indexations sur le coût de la vie ou le niveau général des prix, sauf celles qui portaient exclusivement sur des éléments constitutifs de la nature même de la chose indexée. Par exemple, on ne pouvait pas indexer des loyers sur le coût de la vie ou sur le SMIG mais on pouvait les indexer sur le coût de la construction. Alors, vous me direz, le coût de la construction sur quoi l’indexer ? Eh bien, partiellement encore sur le prix des matières premières utilisées. Mais ça, ce sont les indexations formelles. Il y a des indexations qui se produisent forcément puisque les choses varient dans les composants. Mais les indexations prises comme un principe et surtout les indexations soit sur les salaires, soit sur le coût de la vie, c’était cela qui était le plus dangereux.

Comment est-ce que vous caractériseriez votre plan ?

Et surtout n’oubliez pas que le plus important de ce plan, c’est la libération des échanges. Il fallait mesurer les conséquences, tenir compte des conséquences de la libéralisation des échanges à la fois en mauvais et en bon. Il fallait en tenir compte de toutes façons et il fallait surtout y pousser de tout notre pouvoir de persuasion et l’obtenir. C’est cela qui a demandé le très gros travail administratif de Clappier, etc., savoir quels seraient les échanges qu’on libérerait jusqu’à 90 ou 93 %. Cela été un gros travail administratif sur lequel le comité Rueff était parfaitement d’accord. Ce n’est pas lui qui nous a imposé la libéralisation des échanges mais c’est nous qui l’avons traduite en fait. L’idée, elle était de lui comme elle était de nous. Enfin, c’était important qu’il y ait un certain nombre de personnes qui se disent qu’il fallait avant tout faire entrer la France dans le marché commun. Cela, c’était une option politique, une option générale de politique économique.

Qui a été prise formellement par le Général de Gaulle lui-même ?

Oui qui a été prise finalement et au premier chef par le Général de Gaulle puisque les Gouvernements précédents envisageaient plus ou moins de faire appel aux clauses de sauvegarde. Enfin, c’était le sommet politique, cette affaire-là. Il n’y a pas de doute.

Comment est-ce que vous caractériseriez ce plan de redressement ? Il est plutôt libéral ?

Il est certainement libéral par rapport à l’époque à laquelle on se trouvait et il est certainement dirigiste sous certains aspects : interdiction des indexations, augmentation des salaires par voie d’autorité et par rapport à ceux qui aujourd’hui veulent faire du libéralisme intégral.

À l’époque il a été ressenti comme libéral ?

La querelle « libéralisme » ou « dirigisme » ne jouait pas beaucoup à l’époque. Il n’a été question à aucun moment d’abroger la loi de 1945 sur les prix à ce moment-là. Donc, ce n’était pas vraiment du libéralisme intégral. Ce fut du libéralisme en supprimant les subventions, en supprimant les indexations, bien sûr. Mais ce ne fut pas du libéralisme puisqu’on n’a pas, par exemple, libérer les prix et de loin. Cela, cela a mis longtemps puisque l’abrogation de l’ordonnance de 1945 sur les prix a survécu longtemps.

En ce qui concerne les prix, c’est un gros chapitre. Comment est-ce que cela s’est passé avec la direction générale des Prix ? Est-ce qu’elle a été d’emblée enthousiaste pour cette dévaluation et ses conséquences sur la hausse des prix ?

  • 24 Rappelons que ces subventions peuvent être aussi des aides à l’exportation permettant aux entrepris (...)

Je vous ai dit que Franck avait été associé personnellement et de très près. Il a fait plusieurs calculs itératifs sur les conséquences que pouvaient comporter certaines mesures telles que les suppressions des subventions sur le niveau des prix et par suite sur le niveau internationalement nécessaire de la dévaluation24.
Deuxième chose, si on dévaluait, qu’est-ce que les résultats du commerce international donneraient comme nouvelles conséquences pour les prix ? C’était un calcul itératif qu’il a fallu faire. Et Franck lui-même associait à son travail personnel les collaborateurs qu’il voulait. Moi j’avais le Budget, il avait sa direction derrière lui. Nous avons eu de très longs entretiens avec lui pour mesurer les conséquences, justement quand il a fallu voir avec la Banque de France quel pouvait être le taux souhaitable de la dévaluation.

  • 25 L. Franck, 697 Ministres, op. cit., p162, note 1. Les chiffres exacts sont pour une commode Louis (...)

Dans ses mémoires il donne un exemple très amusant : Il va chez un antiquaire et lui dit : « Si on dévalue le franc et que le meuble qui est à 300 000 francs passe à 3 000, est-ce que vous n’aurez pas tendance à relever le prix parce que 3 000, ça vous semble dérisoire25 ? »

Cela, c’était le changement d’unité monétaire. Quand vous dites qu’il passe de 300 000 à 3 000 c’est simplement le nouveau franc. Dans la dévaluation, ce qu’il faut voir, c’est combien de dollars par exemple, cela représentait. Et c’est sous cette forme, surtout pour un antiquaire, que cela va jouer.

Il raconte cette anecdote pour montrer les conséquences psychologiques sur la population et sur les commerçants qui allaient peut-être avoir tendance à hausser.

Mais bien sûr. Pourquoi y aurait-il eu cette hausse de 6,5 % des prix si les gens n’avaient pas eu tendance à le faire, et si justement le contrôle des prix n’avait pas existé ? Car le maintien du contrôle des prix a plafonné ces augmentations à 6,5 % et les prix n’étaient pas libres du tout ; c’est pour cela qu’on ne peut pas dire que c’était du libéralisme intégral. Les prix sont restés très contrôlés et on a réussi, avec ce contrôle des prix, à limiter effectivement la hausse globale de l’indice du coût de la vie à 6,5 %. Mais si on n’avait pas supprimé les indexations, ces 6,5 % se seraient répercutés sur les prix agricoles et ça aurait continué à faire boule de neige.

Quelles ont été les autres réactions des autres directions ? Vous m’avez parlé du scepticisme léger du directeur du Budget de l’époque.

Oui, mais cette réaction était à titre personnel, tout à fait personnel. De mon successeur à son prédécesseur. Non, il n’a fait preuve d’aucun scepticisme public. Je vous ai retracé notre conversation parce que vous m’avez dit que cette interview demandait des anecdotes et des choses vivantes, mais il a conclu ses propos en disant : « Vous avez la direction du Budget, vous la connaissez, elle vous connaît bien, elle vous aime bien, etc., je la mets à votre disposition ». C’était très bien de sa part et, de mon côté, je me suis bien gardé de dire que c’était moi, avec la direction du Budget, qui avions fait ça. J’ai dit que c’était la direction du Budget, son directeur en tête.

Quels échos aviez-vous eu au sein des administrations ?

Tout ce que je peux vous dire c’est qu’ils ont tous été très étonnés. Parce qu’il faut voir que c’est à cause de cette surprise totale que la réforme a pu réussir. Alors, quelles ont été les réactions ? Je ne suis pas certain que le directeur général de la Sécurité sociale n’ait pas ressenti un choc désagréable devant un texte qui supprimait le « petit risque ». On ne lui avait pas demandé son avis au préalable. Le procédé, pour nous, avait consisté à obtenir, de tous les Ministères, toutes les informations qui nous étaient nécessaires pour arriver à un objectif que nous seul connaissions.

Et au Ministère des Finances, les réactions à la direction du Trésor ou la direction des Impôts ont été excellentes, enthousiastes ?

  • 26 Certains témoins insistent sur la paternité conjointe de Goetze et de Schweitzer dans l’élaboration (...)
  • 27 Il s’agit du colloque organisé par l’Institut Charles de Gaulle le 26 janvier 1985, édité sous le t (...)

Enthousiastes, je n’en sais rien, mais en tous les cas excellentes. Schweitzer26 a un tempérament aimable, un peu dilettante parfois en apparence, mais foncièrement sérieux. Il savait bien ce qu’il voulait. Mais encore une fois, le Trésor était en dehors du coup aussi, à cause de la réaction de Baumgartner. Enfin, on n’a pas fait de réformes de trésorerie. C’est ce qu’a reproché beaucoup Rueff, après, dans le fameux colloque qui a eu lieu à l’Institut de Gaulle27. C’était très visible. Mais cela pouvait marcher sans qu’on fasse une réforme du crédit ou de la monnaie. C’était finalement une affaire très budgétaire et le Budget, chacun savait que j’en avais été le directeur puisque j’étais resté sept ans et que ça ne faisait pas plus d’un an que j’en étais parti. Quant à la direction des Impôts, elle a joué son rôle normal et efficace. Cela m’a beaucoup servi.

  • 28 Sur la participation de la future direction de la Prévision à la dévaluation de 1958, cf. le témoig (...)

Est-ce que vous vous étiez associé avec les Services statistiques comme celui de Gruson28 ou est-ce que vous avez fonctionné avec votre cellule propre à la direction du Budget ?

La direction du Budget ne faisait que l’évaluation des impôts, l’évaluation des recettes budgétaires, c’est tout. La cellule de Gruson, on l’a certainement beaucoup utilisée parce qu’elle traitait des problèmes beaucoup plus vastes, pas uniquement intérieurs mais aussi des relations extérieures, de même que Wormser et la direction des Affaires économiques du Quai d’Orsay. Avec ces directions-là, on a eu des conversations franches, des discussions à un niveau élevé. Non, le petit espionnage à l’intérieur des directions par mes collaborateurs concernait surtout les affaires dont on savait que les services seraient par définition réticents pour donner les précisions dont on avait besoin. Ils ne pouvaient pas refuser des précisions au cabinet du Premier Ministre qui leur demandait : combien avez-vous d’effectifs et qui font quoi ?

On dit que la commission Rueff s’est en fait tenue assez secrètement, quasi clandestinement.

C’est sûr, ses membres nous l’ont reproché d’ailleurs : son existence était quasiment ignorée, elle était secrète. Par contre, elle travaillait très librement, elle consultait toutes les personnes qu’elle voulait mais elle n’a pas fait un grand rapport qui, comme ceux des commissions qui l’ont précédée, comme la fameuse commission de la Hache, ont été publiés et largement commentés. Ils ont fait un rapport à Monsieur Pinay qui l’a transmis au Général dans cette réunion dont je vous ai parlé. Le rapport, qu’ils devaient remettre au début de décembre, aurait peut-être mis plus longtemps à aboutir si le Général n’avait pas fermement maintenu cette date.

Le Général de Gaulle, dans ses Mémoires, a une petite phrase sur le secret qui a été conservé jusqu’au bout, et sur ses conséquences finalement opérantes.

Écoutez, si on avait commencé dès le début de décembre à dire sur la place publique qu’on allait supprimer telle chose, la retraite du combattant, etc., ça n’aurait jamais vu le jour.

Vous êtes bien d’accord avec le Général de Gaulle que le secret est une arme ?

  • 29 Veut-il signifier que la concertation, méthode chère aux mendésistes, doit être réservée aux décisi (...)

Quand on veut faire une réforme fondamentale, qui touche beaucoup d’intérêts dans tous les secteurs, la moindre des choses c’est de ne pas la mettre sur la place publique avant que le Gouvernement ne l’ait adoptée avec la volonté ferme de s’y tenir29.

Est-ce qu’il y avait quelqu’un d’autre au cabinet du Général de Gaulle qui assumait aussi une fonction économique et financière ?

Il y avait Pompidou et Guichard.

Quels étaient vos rapports avec eux ?

Je les tenais au courant de ce qu’on faisait, bien sûr.

Quel était leur rôle, conseillers ?

Oui, certainement. En tous les cas ils avaient le rôle que doit avoir un directeur de cabinet vis-à-vis du chargé de mission, conseiller technique, que j’étais. C’est-à-dire que, s’ils m’avaient dit : « Cela ne va pas », j’aurais bien dû m’incliner. Puisque je n’ai pas eu à m’incliner, cela prouve qu’ils étaient d’accord avec mes propositions. Peut-être se disaient-ils que, politiquement j’étais un peu hardi, mais après tout, pourquoi pas ? Du moment que le Général nous couvrait. Je n’ai pas entendu dire que Pompidou ait dit par derrière au Général : « Attention, modérez-le ». Au contraire, c’est moi-même qui ai dit un jour au Général, je vous l’ai dit : « Telles et telles mesures seront très impopulaires, retraites du combattant, indexations agricoles, petits risques, etc. C’est mon devoir de vous mettre en garde ». Et je vous ai dit sa réponse : « Et bien, Monsieur Goetze, que feront les Français, ils crieront, et après ? »

Comment cela s’est-il passé avec les syndicats ?

C’est Aubry chargé des affaires sociales qui avait les contacts mais il n’y a pas eu grand chose. D’abord les syndicats étaient quand même sous le coup de l’arrivée du Général au pouvoir. Ils étaient plus disposés à faire des manifestations dans les rues qu’à agir réellement. Mais ils ont été, à mon avis, calmés par le fait que le plan prévoyait en lui-même une hausse des salaires. Il disposait qu’on donnait une augmentation de 4 % pour le SMIC, 3 % pour les salaires de la fonction publique et des nationalisées. Cela a été annoncé dès le début. On n’a pas divulgué qu’on supposait qu’il y aurait 6,5 % de hausse des prix sur l’ensemble de l’année 1959. D’abord ce n’était ni chiffré ni obligatoire. Alors tout ce qu’ils ont vu c’est que, fatalement, une dévaluation, des suppressions de subventions ne pouvaient pas ne pas avoir de conséquences sur les salaires mais ils ont vu qu’on prévoyait une hausse de salaire dès le premier mars pour un plan en vigueur le 1er janvier et se déroulant progressivement sur toute l’année. Ils ont trouvé que ce n’était pas si mal.

Donc les réactions sociales...

N’ont pas été violentes. Elles ont été un peu violentes sur la retraite du combattant et sur le « petit risque ». [...] Je dois à la vérité de dire qu’on a très vite supprimé le « petit risque » et rétabli la retraite du combattant et cette histoire a été pardonnée au Général. Vous savez à quoi servait la retraite du combattant ? Vu sa modicité, le plus souvent à payer le banquet annuel de leurs associations. Il ne faut pas faire cela, c’est idiot. Mais je pensais qu’il fallait lâcher certaines choses et que ça, ça pouvait se lâcher.

On confond souvent cette première commission Rueff avec le comité Rueff-Armand.

Je n’y ai pas été mêlé du tout. J’étais retourné à mon Crédit Foncier. C’était en 1959 et cela n’a pas donné grand-chose.

Il n’y a pas de filiation entre l’une et l’autre ?

Non pas du tout. Mais, c’est certain, il y avait des pesanteurs, de terribles pesanteurs, de terribles monopoles et qui subsistent et ce comité Rueff-Armand avait, alors là, un rôle disons essentiellement libéral. L’idée était justement de supprimer les monopoles, les notaires, les pharmaciens, en bref les lourdeurs de l’économie. Je n’ai pas suivi cette affaire. Tout ce que je sais c’est que cela n’a pas donné beaucoup de résultats. Peut-être parce que venant en 1959, 1960, l’ardeur des premiers temps était émoussée. C’est un complément, si vous voulez, dans un autre domaine. Il était probablement très utile de le faire dans les secteurs à caractère plus ou moins monopolistique. On peut toujours penser qu’un monopole a tendance à se servir plus qu’à servir l’intérêt général.

Alors, sur la durée, quelle a été la postérité de ce plan à court terme à moyen terme ? La dévaluation notamment.

  • 30 En effet André de Lattre (IF 1946), entré dès 1948 à la direction des Finances extérieures (Finex) (...)
  • 31 Après l’emballement de la croissance et de l’inflation en 1962-1963, le plan de stabilisation condu (...)

La dévaluation a rétabli tout de même des équilibres. Le franc a coté au-dessus de son taux officiel de change les premiers temps. Les rentrées de devises ont remplacé les sorties. Le commerce extérieur s’est très bien adapté à l’entrée sur le marché commun et disons que, certainement, les deux premières années ont été bénéfiques. C’est de Lattre30 et ses collaborateurs à l’Élysée qui pourront vous dire la suite. Finalement, le premier hiatus a eu lieu en 1963 où on a été obligé de refaire un plan d’austérité31.

Et l’inflation qu’on appelle souvent le mal français ?

Elle a repris après coup. Mais enfin elle a quand même mis du temps.

Est-ce que ce plan avait touché jusqu’aux racines ?

Ah non il n’a pas changé, il ne pouvait pas changer la mentalité française.

Vous croyez à une mentalité française ?

Aux habitudes prises. Ce n’est pas une mentalité mais ce sont des habitudes prises depuis la guerre de 1914. Depuis le premier redressement Poincaré en 1926, on a toujours vu les industriels, en particulier, souhaiter – ce que la politique du logement même a toujours supposé – une dépréciation lente de la monnaie. L’espoir de payer en monnaie dévaluée ce qu’on empruntait, cela a toujours existé depuis que le franc a cessé d’être une monnaie-or. Ce qui fait tout de même plus de soixante ans, plus de deux générations. Mais les chocs des années vingt, la France les a supportés difficilement et les a éludés. La raison pour laquelle l’Allemagne est plus forte que nous maintenant c’est parce qu’elle, elle a dû les subir, et par deux fois. Sa monnaie a totalement sombré de sorte qu’effectivement, tous les Allemands, quels qu’ils soient, ont une peur panique de toute dévaluation de leur monnaie. Nous, nous nous sommes dit qu’on pourrait s’arranger. On a beau nous répéter qu’il faut que le franc soit fort. C’est un leitmotiv parce que cela ne vas pas de soi pour l’esprit français, ce n’est pas naturel. Cela n’est pas devenu naturel chez le Français. C’est devenu naturel chez les Allemands à cause de leurs catastrophes. Et c’est naturel aussi chez les Japonais.

Vous trouvez qu’il y a une sorte de déterminisme dans l’histoire de France qui structure l’économie et la société française, le mal inflationniste ?

  • 32 Rappelons que l’entretien a lieu le 7 juillet 1989 et qu’il traduit la hantise communément partagée (...)

Cela n’est peut-être pas totalement irrémédiable mais c’est quand même une tendance générale, inavouée, on n’ose pas le dire. Si j’emprunte parce que j’espère que je rembourserai en monnaie de singe, ça ne se dit pas mais ça se fait. Il y a un certain laxisme économique naturel en France de ce côté-là32.

Lorsque vous quittez le cabinet du Général de Gaulle, vous le quittez avec la satisfaction d’un succès ?

  • 33 Il fait allusion au comité Armand-Rueff évoqué ci-dessus, chargé, par décret du 13 décembre 1959, « (...)
  • 34 L’article 17 de la Constitution du 4 octobre 1958 énonce : « Le Président de la République a le dro (...)
  • 35 Jacques Brunet est alors gouverneur de la Banque de France. Sur Brunet, cf. ci-dessus.
  • 36 Couve de Murville, nouveau Premier Ministre depuis le 6 juillet 1968, avait choisi François Ortoli (...)
  • 37 La crise du franc depuis mai 1968, le doute sur la capacité des entreprises à supporter les hausses (...)

La satisfaction d’avoir pu faire passer, d’avoir vu le Général imposer, des mesures que j’ai souhaitées pendant sept années de directeur du Budget et que j’avais pu finalement voir aboutir en six mois. J’étais content, très content, c’est évident. Restait ensuite à savoir comment cela se passerait. Cela s’est bien passé, au moins la première année, et les prévisions économiques ont été bonnes. On a lâché de petites choses mais pas des grandes. On a repris le comité Rueff pour faire un autre travail qui a occupé les gens même si cela n’a pas eu de grandes conséquences, c’était bon d’avoir fait cela33. Et puis le temps est venu qui a progressivement sapé ce qui existait. Cependant il est resté des choses très sacrées. Il est resté d’abord, il ne faut quand même pas l’oublier, la loi organique sur le budget, la Constitution avec son article 1734. C’est quand même un point capital qui a permis d’éviter une catastrophe financière ultérieure. Il y a eu des moments difficiles mais il n’y a pas eu de menaces profondes comme en 1958. Voilà tout ce que j’en peux dire. Je crois que ce plan de 1958 a été une base solide, il a été complété ensuite, remanié, refait. Les choses doivent vivre.
[...] Un dernier point à traiter, si vous le voulez, c’est la dévaluation non faite de 1968. Quel a été mon rôle et quel a été celui de Jeanneney, parce que la question a été controversée. Moi, j’étais bien tranquille, au loin de toute l’agitation du moment. Naturellement, je m’intéressais à ces questions-là et puis j’ai su le vendredi soir que le Général me recevrait le lendemain matin à 10 heures et demie. Alors qu’est-ce que je pouvais faire ? Je suis rentré à Paris tout de suite et j’ai demandé à voir Brunet35, le gouverneur de la Banque, pour savoir ce qui s’était passé. Brunet m’a expliqué que c’était lamentable, qu’Ortoli était tout le temps au téléphone pour savoir ce qu’il devait, pouvait, accepter ou pas36. Finalement, il avait accepté une dévaluation. Alors à 10 heures 30, je me suis présenté chez le Général qui m’a demandé si je savais ce qui s’était passé en Allemagne et quel était mon sentiment personnel37. J’ai répondu que si le Ministre des Finances avait accepté une dévaluation, il était difficile de ne pas le faire, qu’il n’y avait, à mon avis, aucune chance de réussite.

– « Vous n’avez pas de chance de réussir parce que d’abord le taux de dévaluation – que je ne connais pas mais à ce qu’on dit – me paraît être faible, donc insuffisant pour créer une dynamique de succès. D’autre part, il n’y a pas de plan. Il n’y a pas de plan mis en place. Qu’est-ce que c’est qu’une dévaluation à chaud et dans le vide ? Ça ne réussira pas. Voilà, c’est tout ce que je peux vous dire mon Général, c’est que à mon avis, cette dévaluation sera un échec ».

  • 38 Selon A. Prate, J.-M. Jeanneney proposa en outre dans une note « de remplacer la dévaluation par un (...)

Je n’ai rien dit d’autre et quand je suis sorti, j’ai croisé M. Jeanneney38. Jeanneney a obtenu l’accord du Général d’une manière beaucoup plus simple et plus convaincante. Il lui a dit :

– « Vous, Général de Gaulle, vous ne pouvez pas dévaluer. Politiquement, vous ne le pouvez pas ».

Venant après ce que venait de lui dire le technicien, je crois que, l’un comme l’autre, nous avons servi à quelque chose, d’autant plus qu’ensuite, le Général a fait appel à Barre, qui était à Bruxelles et qui a aussi soutenu les mêmes choses. C’est donc que la dévaluation ne pouvait pas avoir lieu. Mais je la croyais tellement bien décidée et engagée que, le soir, je n’y ai rien compris ou à peu près quand, à la radio, j’ai appris que le Général avait décidé finalement qu’on ne dévaluerait pas. Je me suis félicité. Voilà. C’est ainsi que se termine l’histoire. Cette histoire qui comporte certains éléments incroyables.

Vous avez été associé à la non-dévaluation de 1968. Elle sera faite finalement en 1969 ?

Oui, cela m’a beaucoup surpris d’ailleurs. J’ai été très étonné. Cela m’a surpris puisqu’elle s’est faite en plein été, si je me rappelle bien, au mois de juin, sans qu’on en ait parlé ce qui est très bien et sans qu’il y ait, semble-t-il, de choses préparées. À ce moment-là, cela m’a paru surprenant.

Pas plus préparée qu’en 1968 ?

Je ne sais pas mais j’ai eu l’impression qu’elle n’était pas tellement préparée mais tout de même elle n’a pas mal marché.

Vous aviez été consulté en 1968 et pas en 1969 ?

En 1969 ? Pas du tout !

Notes

1 Sur le refus de Bloch-Lainé et le choix de Pinay en 1958 par de Gaulle, cf. ci-dessus, IVe partie. Interrogé sur sa part dans le redressement, Bloch-Lainé répond qu'il a été consulté, qu'il n'a pas été choisi comme expert par Pinay, qu'il partageait les vues de Schweitzer et de Goetze et souligne : « J'ai été consulté par le Général sur le plan dont, à son cabinet de l'hôtel Matignon, Roger Goetze a été le principal artisan ». Profession fonctionnaire, op. cit , p. 147.

2 Rappelons brièvement la carrière de Jacques Rueff même si ce sont surtout ses activités d’études et de conseil qui comptent après 1945. Polytechnicien, reçu à l’IGF en 1923, il entre dès 1925 au MGF, est détaché en 1927 au secrétariat général de la SDN, attaché financier en Grande- Bretagne en 1927, directeur adjoint en 1934 du MGF, directeur en octobre 1936, second sous-gouverneur de la BDF en 1939. Réintégré en janvier 1941 en application de la loi sur les juifs, il est nommé en 1946 délégué de la France à l’Agence interalliée des Réparations, en 1949 Ministre d’État à Monaco, juge à la Cour de justice de la CECA en 1952 devenue en 1958 Cour de justice de la Commission européenne et prend sa retraite en 1962.

3 Forte remarque sur la raison d’être des conseillers financiers à l’Élysée ou à Matignon qui mériterait d’être développée.

4 Maurice Pérouse (Centralien et IF 1945), après un passage en Sarre fait sa carrière aux FINEX de 1948 à 1953, attaché financier à Whashington de 1953 à 1957, secrétaire général du CNC et du Comité monétaire de la Zone franc de 1957 à 1960. Il devient en janvier 1959 conseiller technique au cabinet de Michel Debré, Premier Ministre puis directeur du Trésor de 1960 à 1967. Il terminera sa carrière comme directeur général de la Caisse des Dépôts.

5 Cf. Ch. de Gaulle, Mémoires d’espoir, op. cit., p149-150, et l’hommage rendu à J. Rueff et à R. Goetze

6 Sur ces « gens éminents » on trouvera une description bien plus sévère dans L. Franck, 697 Ministres, op. cit., p147 : « Si la composition du Comité avait été connue, la clameur eût été universelle. On n’y aurait trouvé aucun représentant de la paysannerie, aucun représentant d’ouvriers, aucun porte-parole du commerce ou de la petite et moyenne industrie. Mais... sans prétendre que ses conclusions eussent pu être rédigées avant toute réunion, il y avait dans ce comité un relent de chambre introuvable qui fait rêver ». Lui aussi atteste : « Le vrai deus ex machina en fut Roger Gœtze... ».

7 La rivalité entre Rueff (X IF 1923) et Baumgartner (IF 1924) remonte à 1935 lorsque tous deux, directeurs adjoints au MGF, aspiraient à en devenir directeur. Ce fut Baumgartner que choisit Germain-Martin en 1935 mais Rueff lui succéda en octobre 1936, cf. O. Feiertag, Wilfrid Baumgartner, op. cit., p. 138-141.

8 Goetze évoque le comité de réorganisation administrative de 1938, appelé à l’époque comité de la Hache (à ne pas confondre avec le comité d’économies dit aussi comité de la Hache de 1946). À ce comité dont le secrétaire général était Adéodat Boissard, Devaux avait participé comme conseiller technique. Sur la fréquence des comités de réorganisation, de redressement, d’économies, etc., cf. IVe partie.

9 Martinet succédera à Devaux de 1960 à 1966. Reçu major au concours de rédacteur Martinet a fait toute sa carrière à la direction du Budget. Paul Schwall en a fait un portrait élogieux : « Martinet, major, était d’une intelligence fulgurante. Ses yeux semblaient s’allumer lorsqu’il entamait une démonstration. Il rédigeait des notes parfaites au fil de la plume. Il impressionna Roger Goetze pour son abattage au travail. Il fut maître de conférence à l’ENA. Giscard d’Estaing, qu’il impressionna également, le promu directeur du Budget, alors que ce poste était occupé en principe par un inspecteur des Finances. Il sera nommé ensuite président de la Société d’Assurances “ La Séquanaise ” (fusionnée au sein de l’UAP) ». Paul Schwall, « Au fil d’un vie », Études et Documents VIII, art. cit. p. 521. Éloge que l’on retrouve chez tous les budgétaires interrogés. Ainsi, Magniez sur Martinet : « Martinet était un garçon très jeune, très intelligent, très direct, très rapide ». Transcription des entretiens avec le CHEFF, p. 74.

10 Sur Louis Franck, directeur des Prix ; cf. ses Souvenirs, 697 Ministres, Souvenirs d’un directeur général des prix, 1947-1962, op. cit., p. 137-152. Il y relate son rôle actif dans le deuxième semestre 1958 et cite souvent Goetze.

11 Le « pauvre Clappier » est alors directeur de la DREE au Ministère des Finances depuis 1951 et jusqu’en 1963 (X IF 1939). Clappier a, après une expérience comme adjoint au Secrétaire général de la Production industrielle en 1943, dirigé les cabinets successifs de Robert Schuman de 1947 à 1950. En 1963 il entre à la Banque de France comme second sous-gouverneur puis en 1966 comme premier sous-gouverneur. En 1973 il passe au Crédit National pour le présider un an laissant sa place à de Lattre lorsqu’il est choisi par Giscard comme gouverneur en 1974 jusqu’en 1979. Clappier a accordé 12 heures d’entretien au CHEFF en 1990, communicables après accord préalable.

12 Sur le rôle effacé de la Banque de France dans le plan de redressement de 1958, cf. Olivier Feiertag, Wilfrid Baumgartner, op. cit., vol. 2, p. 573-574. L’auteur arrête son étude en 1958 et ne permet donc pas de comprendre l’attitude et les options de la BDF qui n’a été associée que pour la détermination précise du taux de dévaluation. Au Comité des experts c’est Saltes qui représente la BDF. Il confirme : « le plan de redressement ne fut pas l’œuvre du gouverneur ».

13 Alain Peyrefitte relatant sa première audience le 5 mars 1959 chez de Gaulle, rend compte du recul du Gouvernement devant la suppression de la retraite des anciens combattants. Arguant auprès de Gaulle de la disproportion entre la petite économie (70 F par an par personne soit 5,80 F par mois, au total une économie de 70 millions sur 7 milliards) et le grand mécontentement, il rend compte de l’exaspération de Gaulle devant la « colère d’enfants » des anciens combattants soutenus par les partis de gauche. A. Peyrefïtte, C’était de Gaulle, op. cit., p48-50. Ultérieurement certaines retraites furent rétablies.

14 3 000 F.

15 Dans l’ordonnance portant loi de finances pour 1959 figure simplement que, par dérogation à l’article 31 X du Code du travail, « exceptionnellement au cours du premier trimestre le SMIG pourrait être modifié », ce qui permit effectivement de l’augmenter de 4 %. Une augmentation de 3 % fut ensuite fixée pour les salaires de la fonction publique et des entreprises nationalisées.

16 17,4 %, qui donne au nouveau franc la valeur ronde de 200 mg d’or à 900 millième, de fin au prix de l’or de l’époque de 35 dollars l’once.

17 Jérôme Bourdon évoquant l’évolution de Gaulle devant la télévision (et inversement) rappelle : « Après les balbutiements de la première allocution du 27 juin 1958, au cours du journal télévisé, il s’améliore très vite ... Dès la deuxième allocution le 1er août, il ne lit plus son texte qu’il a appris par cœur comme il sait le faire depuis longtemps. Il a renoncé au port des lunettes et s’est soumis aux contraintes du maquillage... Il multiplie très vite les allocutions télévisées au détriment des allocutions strictement radiodiffusées. Sans compter les reportages du Journal on le voit quatre fois à la télévision en 1958 », Jérôme Bourdon, Histoire de la télévision sous de Gaulle, préface de J.-N. Jeanneney, Paris, INA, 1990, 359 p., p. 21, cf. Annexe VII, l’allocution prononcée par le Général de Gaulle le 28 décembre 1958.

18 Sur la loi organique de 1959 et le décret de juin 1956, cf. IVe partie et Annexe V.

19 Il est curieux que son argument porte sur l’élection alors que le Général à l’époque ne choisissait pas nécessairement ses Ministres parmi les parlementaires. Mais en effet il leur a demandé par la suite de se faire élire. Les réserves et arguments de ces hauts fonctionnaires comme Bloch-Lainé, Goetze ou Delouvrier n’ont pas eu d’écho chez d’autres hauts fonctionnaires devenus Ministres comme Diethelm, Filippi, Couve de Murville, Baumgartner, sans compter les hauts fonctionnaires, non Ministres, qui ont affronté avec ou sans succès le suffrage électoral, comme Yrissou ou Tron, pour ne citer que des inspecteurs des Finances. Gardons-nous, donc, de généraliser les propos et la démarche de Goetze ou Bloch-Lainé à l’ensemble des grands commis.

20 Plus que correct ! Cette modestie ne fut pas pratiquée par tous, ce qui explique que jusqu’à ces dernières années, le plan Pinay-Rueff était abusivement attribué principalement à Rueff.

21 Pas dans l’immédiat puisque dans le Gouvernement définitif du Général de Gaulle le 7 juillet 1958, sur vingt-quatre membres on compte neuf non parlementaires, nouveauté par rapport à la IVe : de Gaulle lui-même, Malraux, Couve de Murville, Pelletier, Guillaumat, Chenot, Sudreau, Cornut-Gentile, Boulloche.

22 En 1967 en effet, certains ont cru pouvoir dire qu’au lendemain des élections de Gaulle aurait choisi Couve de Murville. Mais l’argument électoral n’est peut-être pas la seule raison, Georges Pompidou n’étant pas non plus parlementaire lorsqu’il devint Premier Ministre le 14 avril 1962. Aux élections de mars 1967 alors que Pompidou est élu député du Cantal, Couve de Murville est battu dans le 7e arrondissement de Paris par Frédéric-Dupont, quasi inamovible. Maurice Couve de Murville avait été nommé Ministre des Affaires étrangères le 3 juin 1958 dans le Gouvernement Ch. de Gaulle puis le 5 janvier 1959 dans, le Gouvernement Debré. Il devient Ministre de l’Économie et des Finances le 1e r juin 1968. Élu du 8e arrondissement de Paris en juin 1968, il est choisi comme Premier Ministre le 10 juillet 1968.

23 On peut craindre également que si l’entourage du Ministre, même politique, est trop homogène et trop technicien, ce dernier perde lui aussi « le contact et le sens de la vie » comme ce put être le cas dans le passé. Cf. N. Carré de Malberg, « Les Inspecteurs des Finances et la défense du franc 1934-1935 », Du Franc Poincaré à l’Écu, art. cit.

24 Rappelons que ces subventions peuvent être aussi des aides à l’exportation permettant aux entreprises de vendre à moindre prix à l’extérieur moyennant une compensation financière octroyée par l’État. Sur les aides à l’exportation, cf. M. Duchassin, « La direction du Budget et les subventions à l’exportation, 1950-1958 », communication à la Journée d’études du 10 janvier 1997 sur La Direction du Budget face aux grandes mutations des années cinquante, CHEFF, à paraître en 1997.

25 L. Franck, 697 Ministres, op. cit., p162, note 1. Les chiffres exacts sont pour une commode Louis XV 650 000 F soit 6 500 NF, chiffre qui risquait d’être augmenté à 7 000 ou 8 000 NF. Augmentation en fait inenvisagée en raison de la crise du marché des objets d’art.

26 Certains témoins insistent sur la paternité conjointe de Goetze et de Schweitzer dans l’élaboration du plan. Ainsi J. Serisé : « Nous (au SEEF) avons beaucoup travaillé à la dévaluation de 1958 qui a été faite de manière méthodique non pas du tout par le comité Rueff mais par deux hommes placés aux bons endroits : Goetze qui était au cabinet du Général de Gaulle, et Schweitzer qui était directeur du Trésor. Ces deux hommes nous ont passé commande de toutes sortes de travaux deux ou trois mois avant la dévaluation dans le secret le plus total. » F. Fourquet, Les Comptes de la puissance, op. cit., p. 250. P.-P. Schweitzer (IF 36), alors directeur du Trésor, a accordé dix-sept heures d’entretien au CHEFF en 1989, transcrits. Il confirme le rôle secondaire de la direction du Trésor.

27 Il s’agit du colloque organisé par l’Institut Charles de Gaulle le 26 janvier 1985, édité sous le titre 1958 La faillite ou le miracle, op. cit. Cf. Annexe VIII.

28 Sur la participation de la future direction de la Prévision à la dévaluation de 1958, cf. le témoignage de Serisé et les travaux d’Aude Terray, Le SEEF de 1948 à 1961, op. cit., notamment, p. 64, 82, 114-115.

29 Veut-il signifier que la concertation, méthode chère aux mendésistes, doit être réservée aux décisions sectorielles ?

30 En effet André de Lattre (IF 1946), entré dès 1948 à la direction des Finances extérieures (Finex) dont il devient sous-directeur en 1955, directeur adjoint en 1957, succède en quelque sorte à Goetze en étant, en 1959, conseiller technique au secrétariat de la Présidence de la République. Directeur de cabinet de Baumgartner en 1960-1961, directeur des Finex de 1961 à 1966, il « sortira » à la Banque de France comme second sous-gouverneur, puis premier sous-gouverneur en 1973. Il termine sa carrière comme président du Crédit National de 1974 à 1982. Cf. ses entretiens avec le CHEFF.

31 Après l’emballement de la croissance et de l’inflation en 1962-1963, le plan de stabilisation conduit par le Ministre des Finances. V. Giscard d’Estaing en 1963 est parvenu à modérer l’inflation sans provoquer de rupture de croissance majeure. Sur la préparation du budget de 1963 les archives de la Direction du Budget sont très précieuses, ex. SAEF B 8516...

32 Rappelons que l’entretien a lieu le 7 juillet 1989 et qu’il traduit la hantise communément partagée de la faiblesse française devant les séductions de l’inflation. Il ignore encore l’attachement nouveau de la France à une monnaie forte, surévaluée selon certains qui en font la cause majeure du ralentissement de la croissance française et de la crise spécifiquement française du chômage. Tiendrait-il le même discours aujourd’hui où depuis plus de quatre ans c’est la déflation qui menace la croissance et l’emploi ?

33 Il fait allusion au comité Armand-Rueff évoqué ci-dessus, chargé, par décret du 13 décembre 1959, « d’examiner les situations de fait ou de droit qui constituent un obstacle à l’économie », notamment à la concurrence et à la compétitivité et de permettre une action non plus conjoncturelle mais structurelle. Ce groupe d’experts était présidé par le Premier Ministre (Michel Debré) et vice-présidés par Louis Armand et J. Rueff. Dès le 21 juillet le comité déposait son rapport, d’inspiration libérale et réformatrice. Couvrant de vastes domaines, ses conclusions ne furent pas toutes, loin de là, mises en pratique (contrairement au plan de 1958) et Goetze n’est pas le seul à considérer qu’il n’eut guère de suite tangible. Pour Alain Prate, conseiller économique et financier de Gaulle en 1967 « La vérité est quelque peu différente... le catalogue de réformes ... ne fut pas oublié... Il inspira de façon diffuse l’action gouvernementale et administrative jusqu’en 1968 ». Cf. le bilan qu’il en dresse dans Les batailles économiques du Général de Gaulle, op. cit., p127-131.

34 L’article 17 de la Constitution du 4 octobre 1958 énonce : « Le Président de la République a le droit de faire grâce ». C’est sans doute à l’article 34, qui organise les rapports entre le Gouvernement et le Parlement et qui prévoit pour les conditions de la loi de Finances une loi organique, qu’il pense ou à l’article 40 sur l’initiative des dépenses. Cf. IVe partie.

35 Jacques Brunet est alors gouverneur de la Banque de France. Sur Brunet, cf. ci-dessus.

36 Couve de Murville, nouveau Premier Ministre depuis le 6 juillet 1968, avait choisi François Ortoli (ENA IF 1948), ancien directeur de cabinet de Pompidou, comme Ministre des Finances. Il faisait partie de ceux qui pensaient que la pression contre le franc était trop lourde pour qu’on puisse y résister.

37 La crise du franc depuis mai 1968, le doute sur la capacité des entreprises à supporter les hausses de salaires sans modifier le taux de change, la spéculation à la hausse sur le mark à partir de novembre conduit la France à tenter d’obtenir une révision concertée des principales monnaies qui éviterait à la France une dévaluation en solo, humiliante et hasardeuse. La réunion des six Ministres des Finances eut lieu à Bonn mais dès le 19 novembre l’Allemagne fait savoir qu’elle ne réévaluera pas. Dès lors la conférence se transforma en débat sur les modalités de la dévaluation du franc. Le samedi 23 novembre après consultation de Goetze, Prate, Faure, Jeanneney et Barre notamment, la décision de maintenir la parité du franc est prise à la sortie du conseil des Ministres.

38 Selon A. Prate, J.-M. Jeanneney proposa en outre dans une note « de remplacer la dévaluation par un transfert sur la TVA, déductible à l'exportation, de l'impôt sur les salaires qui allégeait ainsi le coût de production des exportateurs ». A. Prate, Les batailles économiques du Général de Gaulle, op. cit., p. 270. J.-M. Jeanneney est alors Ministre d'Etat chargé des réformes mais il reste aussi un éminent professeur d'économie. On trouvera un récit, parfois approximatif, mais vivant et nourri de témoignages croisés de cette journée du 23 novembre dans J. Lacouture, De Gaulle, op. cit., p. 734-738.

Notes de fin

1 Entretiens nos 9 et 11. Sur le plan de 1958 et le rôle actif de Roger Goetze, conseiller technique chargé des affaires économiques au cabinet du Général de Gaulle, Président du Conseil, à Matignon, de juin 1958 à janvier 1959 nous avons délibérément choisi de limiter nos notes et de renvoyer le lecteur aux nombreux ouvrages ou témoignages, publiés sur ce sujet. En premier lieu celui de Roger Goetze lui-même au colloque organisé par l’Institut Charles de Gaulle le 26 janvier 1985 sur « Le redressement financier de 1958 » dont les actes sont parus sous le titre 1958, La faillite ou le miracle, le plan de Gaulle-Rueff, Paris, Economica, 1986, 194 p. Document complété par un texte rédigé en commun par Roger Goetze et ses collaborateurs à Matignon, Antoine Dupont-Fauville et Jean Méo, adressé à l’Institut au lendemain du colloque. En effet si la pensée de J. Rueff et l’action du comité leur paraissaient avoir été bien éclairées, « la dimension de l’événement et l’action personnelle du Général de Gaulle, qui nous paraît essentielle, avaient été minimisées. », Espoir, 1er trimestre 1986, n° 54, p. 38-40. Cf Annexe VIII.
Parmi les ouvrages qui explicitent ou complètent le témoignage de Goetze, citons d’abord ceux des grands acteurs : Ch. de Gaulle, Mémoire d’espoir, tome I, Le renouveau, 1958-1962, Paris, Plon, 1970, 315 p., particulièrement le chapitre « L’économie », p. 139-158, et Général de Gaulle, Lettres, Notes et Carnets (notamment celles du Général à son Premier Ministre concernant les nominations), juin 1958-déc. 1960, Paris, Plon, 1985, 520 p. ; J. Rueff, Autobiographie, De l’aube au crépuscule, Paris, Plon 1977, 443 p. et Combats pour l’ordre financier, Paris, Plon, 1972, 480 p. ; A. Pinay, Un Français comme les autres, Entretiens avec Antoine Veil, Paris, Belfond 1984 (notamment p. 126 et suivante).
Parmi les autres ouvrages portant, partiellement ou non, sur le plan de 1958 citons par ordre chronologique d’édition : Arnaud-Ameller (Paule), Mesures économiques et financières de décembre 1958, Paris, Colin, 1968 ; Alain Prate, Les batailles économiques du Général de Gaulle, Paris, Plon, 1978, 329 p., p. 29-44 et « La décision économique et financière », De Gaulle et le service de l’État, des collaborateurs du Général témoignent, Paris, Plon, 1977, 384 p., p. 170-172 ; Véronique Bedin, « Le choix des collaborateurs du général à Matignon », L’entourage et de Gaulle, ouvrage collectif, présenté par Yves Pilleul, Paris, Plon, 1979, 385 p., p. 76-84 ; Samy Cohen, Les conseillers du président, de Charles de Gaulle à Valéry Giscard d’Estaing, Paris, PUF, 1980, 198 p., p. 92. Citons encore Odile Rudelle, Mai 58, de Gaulle et la République, Paris, Plon, 1988, 317 p. ; Élie Cohen, Les rapports entre le Président et le Premier Ministre sur les questions économiques, de Gaulle et ses Premiers Ministres, 1959-1969, Institut Charles de Gaulle, Association française de Science politique, De Gaulle et ses Premiers Ministres, 1959-1969, Paris, Plon, coll. Espoir, 1990, 300 p., p. 225 à 237 (notamment p. 250 le témoignage de Bernard Tricot). Enfin les Actes du Colloque, Du franc Poincaré à l’écu, Paris, CHEFF, 1993, 809 p., p. 399 à 502. Dans tous ces ouvrages on retrouve le rappel de la situation en 1958, l’élaboration du redressement financier et ses conséquences ; la plupart mettent bien l’accent sur le rôle de Goetze dans le plan « Pinay-Rueff ».

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable