Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Entretiens avec Roger Goetze, haut fonctionnaire des Finances

 | 
Roger Goetze
, 
Florence Descamps
, 
Agathe Georges-Picot

Cinquième partie. Les aventures externes : le pétrole (1946-1966) et le cabinet du Général de Gaulle (mai -décembre 1958)

Chapitre II. Témoignage sur la guerre d’Algérie (1958 -19621)

Texte intégral

  • 1 Ces propos sont répartis au cours des entretiens nos 6 et 9. Goetze, en dépit de ses nombreux voyag (...)

Nous allons reprendre le fil chronologique, surtout en qui concerne 1958 avec les événements d’Algérie qui vont précipiter la chute de la Quatrième République. Du point de vue des événements, quels sont vos souvenirs de cette période ?

  • 1 Rappelons qu’Adéodat Boissard était gouverneur du Crédit Foncier.
  • 2 R. Goetze commet une légère confusion dans la chronologie. Le 1er juin est la date d’investiture, p (...)

Les souvenirs de cette période ? Je n’étais plus en Algérie sauf par l’intermédiaire de la REPAL bien entendu. Or je me suis trouvé avoir un conseil d’administration de la REPAL à Alger le 29 ou 30 mai 1958 et avec l’accord du gouverneur Boissard1 je suis resté à Alger pour voir l’arrivée du Général le 1er juin. J’ai donc pu assister au fameux discours du Forum2 et cela depuis la direction régionale des Douanes d’Algérie qui est située juste en face du Gouvernement général. Le directeur des Douanes d’Algérie, qui avait été mon collaborateur direct 10 ans auparavant, m’avait, bien entendu, invité à venir chez lui. Et j’ai entendu le fameux discours du « Je vous ai compris » directement.

Qu’en avez-vous pensé à ce moment-là ?

Que c’était absolument splendide.

Oui mais était-ce compréhensible ? C’est bien le problème des diverses interprétations ultérieures.

Oui. Sur le moment, c’était splendide mais chacun l’a interprété à sa façon et tout le monde tombait dans les bras l’un de l’autre en étant d’accord. Voilà. Les Algériens de souche algérienne ont dit : « C’est exactement ce que nous attendions », et mon petit chauffeur européen a exulté : « C’est très bien, on repart comme avant ». Voilà. Donc dès le premier jour, il y a eu une confusion certaine dans les esprits des auditeurs eux-mêmes mais l’enthousiasme de cette foule était quelque chose d’inoubliable. D’ailleurs, à la fois musulmans et non musulmans y participaient également. Chacun y comprenant peut-être ce qu’il voulait entendre, je ne sais pas, mais enfin il y avait un magnétisme exceptionnel et cette journée du 1er juin 1958 a été quelque chose d’inoubliable

Vous-même, vous aviez compris quoi ?

Qu’est-ce que j’avais compris ? J’ai pensé que le Général apporterait une solution au problème algérien. C’est ça que j’avais compris, sans savoir laquelle.

C’est pour ça qu’il avait été appelé ?

  • 3 Mme Denise Outin épouse Henri Borgeaud, au lendemain de la Première Guerre mondiale. Le nom de Henr (...)
  • 4 Alain de Sérigny, beau-frère de Jean Duroux, auquel il succède à la direction de L’Écho d’Alger, vi (...)
  • 5 Le 13 mai 1958, à Alger, une manifestation monstre déferle sur Alger. Les manifestants s’emparent d (...)

Justement. Maintenant quelle solution pouvait-il apporter ? Ce n’était pas simple. Je répète que probablement son idée était que, avant tout, ce qui séparait les Algériens musulmans des non-musulmans, les Français non musulmans des Français musulmans, c’était la survivance des deux collèges. Et je pense que c’est ça qu’il a voulu dire en disant : « Je vous ai compris » puisqu’il parle ensuite du lien, etc. Il est évident que, personnellement, je ne pouvais qu’être d’accord avec cette vision des choses. Je vous ai dit ce qui s’était passé en 1947, ce que j’avais dit en 1947 au moment du statut de l’Algérie, je vous le rappelle : « Dans dix ans, l’Algérie sera, au mieux un dominion, au pire une république ». Cela vous indique bien que je ne pensais pas qu’elle pût rester immuable en l’état.
Il était, pour moi, évident que le problème n’était pas celui des grands colons comme on l’a toujours dit. D’abord, ils avaient mis leur fortune à l’abri en dehors d’Alger et ils n’étaient pas tellement gênés. Le problème était alors, et est demeuré, celui des « petits blancs » de Bab el-Oued, c’est-à-dire de tous ceux qui étaient de petits employés du tramway, ou du Gouvernement Général, peu importe, et qui avaient une position où ils avaient la concurrence directe d’une partie des algériens musulmans, alors qu’ils se considéraient comme bien au-dessus d’eux. Ce n’était pas Madame Borgeaud3 ou telle autre qui, entrant dans un tramway des TA, d’abord parce qu’elle ne le faisait pas puisqu’elle avait sa voiture, faisait se lever une fatma en disant : « Lève-toi que je m’asseye ». C’était la supériorité du « petit blanc » français. Et cela, ça ne pouvait pas durer, cela devait forcément aboutir à des conflits. Et c’est cela qui a prolongé cette guerre d’Algérie.
Il se trouve que j’étais sur place ce jour-là, mais j’y allais périodiquement. En 1958, ça faisait déjà près de quatre ans que la guerre durait et il s’était passé beaucoup de choses. Il est certain que l’appel au Général de Gaulle a été très généralement attendu en Algérie. Les Algériens de souche européenne, très influents, comme Monsieur de Sérigny, à L’Écho d’Alger4, étaient prêts à marcher sur Paris si la Chambre ne votait pas l’investiture au Général5.

Vous ne m’avez pas commenté les événements qui ont précédé l’arrivée du Général de Gaulle au pouvoir.

  • 6 Alors qu’à Alger, la foule réclame le retour de de Gaulle pour sauver l’Algérie française, à Paris, (...)

Non. D’abord parce qu’ils ont été assez confus pour le commun peuple. Comme j’avais quitté Alger depuis 1949 et n’y retournais plus que tous les deux mois environ pour le Conseil de la REPAL, je n’ai pas su très bien ce qui s’est passé : les tractations qui se sont menées à Colombey-les-deux-Églises, le voyage de Guy Mollet, le voyage de Pinay, le voyage de je ne sais plus quel autre6. J’ai évidemment suivi avec passion les informations de la presse et de la radio. Je me rappelle que fin mai 1958, j’ai dîné avec Sérigny et d’autres dirigeants d’autres journaux très « Algérie française », les journaux étaient tous « Algérie française » bien entendu, ils étaient à 100 % pour de Gaulle, à ce moment-là. C’est cela qui a été peut-être la grande méprise, la grande duperie, si vous voulez. Ce n’était pas du machiavélisme, ni une tromperie voulue de la part du Général. Il avait alors l’adhésion de 99 % de tous les Algériens qui étaient là, mais cette adhésion reposait probablement sur une conception différente de chacun. Le Général pouvait-il le savoir exactement ? Je ne le pense pas.

Vous croyez ?

  • 7 C’est le 30 janvier 1944 que s’ouvrit la conférence de Brazzaville qui réunissait une vingtaine de (...)
  • 8 En 1948, la population de l’Algérie s’élevait à 8 681 785 habitants dont 922 272 Européens.
  • 9 Sur les allocations familiales en Algérie cf. IIIe partie. Rappelons qu’en Algérie, les allocations (...)

En tout cas, à mon avis, les événements ultérieurs montrent bien qu’il suivra les mêmes idées. Pourquoi a-t-il, dès le départ, évité, je ne dis pas refusé, évité de parler de l’Algérie française, sauf semble-t-il à Mostagadem. Est-ce qu’il espérait que l’Algérie pourrait rester française, si justement on faisait des concessions politiques suffisantes aux Algériens ? Je ne peux pas me mettre dans son esprit, je n’en sais rien. Mais il est certain qu’après le discours de Brazzaville7, il fallait bien qu’il se passe quelque chose en Algérie. On pouvait difficilement concevoir qu’une certaine émancipation de l’Afrique noire existe et que l’Afrique blanche, où après tout les habitants d’origine européenne ne représentaient qu’un million sur neuf8, soit dirigée comme l’Afrique du Sud qu’on condamnait dans toutes les instances internationales ? Le Général a su éviter le piège de l’intégration mais évitant le piège de l’intégration que restait-il ? Pas grand-chose. C’est son fameux discours du 19 septembre où se trouvent les trois options qu’il envisageait alors, l’intégration, l’association, la sécession. Je crois qu’il n’a jamais cru à l’intégration, et d’ailleurs c’était un leurre absolu, car l’intégration supposait qu’en France on donnât une égalité de droits et de chance aux deux populations. L’égalité de droit ? Vous voyez la France accepter un Parlement dans lequel sur six cents députés, par exemple, il y aurait eu cent musulmans algériens ? Vous pensez que cela aurait été accepté à Paris ? Penser qu’on aurait pu allouer les mêmes allocations familiales dans les deux pays alors qu’en Algérie j’avais fait en sorte qu’elles soient dégressives, tandis qu’en France elles sont progressives9. Songez-vous que l’Algérie avait en 1962 neuf à dix millions d’habitants, autant que je me souvienne, dont un million de non-musulmans et qu’à l’heure actuelle, elle a vingt-trois millions d’habitants ! Comment l’aurait-on soutenue ? L’indépendance de l’Algérie était fatale parce que la France ne pouvait l’intégrer au niveau français. Elle ne pouvait pas la garder en qualité de département français et elle ne pouvait pas davantage la conserver comme une colonie à sa porte.

Là, vous me parlez, en quelque sorte, du coût financier de l’intégration de l’Algérie ?

Coût financier, coût moral également. Enfin quand on pense qu’il n’y avait pas à Alger d’agents de police algériens, alors qu’il y avait des Africains à Dakar. Il n’y avait quasiment pas d’Algériens dans les cadres publics.

Vous parlez de l’absence des Algériens dans les administrations ?

Oui. Il n’y avait pratiquement pas d’Algériens dans les cadres administratifs supérieurs, d’une manière générale dans la vie économique, en dehors des professions libérales, médecine ou droit, à part quelques grands propriétaires fonciers, mais ça c’est autre chose, ce sont des propriétés ancestrales. Bien entendu, il y avait aussi de grands négociants en huile, comme les Tamzali, n’est-ce pas. Vous aviez des gens qui étaient eux très assimilés, il n’y a pas de doute. Et encore, chez le père Tamzali, les femmes ne sortaient jamais que voilées, mais pas chez son fils le Dr Tamzali, dont la femme faisait « très parisienne ». Ils allaient presque tous passer l’été à Vichy.

Comment vous expliquez-vous qu’à ce moment la classe politique française ait mis tant de temps à réaliser que cette assimilation était comme vous dites un leurre, une illusion, une chimère ?

  • 10 Témoignage frappant sur le racisme des petits blancs mais il ne répond pas à la question qui portai (...)

Ce n’est pas qu’elle ait mis du temps à la réaliser, c’est qu’elle n’était pas de bonne foi, voyons ! Enfin de deux choses l’une. Ou bien c’étaient des imbéciles et tous les petits blancs n’étaient pas des imbéciles, mais ils ne voyaient pas plus loin que le bout de leur nez à eux. Cela leur était bien égal qu’il y ait 100 députés musulmans à Paris. Mais non, ils ne songeaient même pas à cela puisqu’ils pensaient que les musulmans ne comptaient pas, donc il n’y avait pas de problème10.

Mais les dirigeants français ?

Les dirigeants français ? Je pense que les dirigeants français n’ont jamais pu croire à l’intégration. Ou alors ils étaient vraiment inconscients.

Mais tous ces discours politiques sur l’assimilation ?

  • 11 En effet. Alors que la production mondiale était pléthorique, le pétrole algérien ne constituait pa (...)

À mon avis, ce sont ou bien des illuminés pour qui justement l’argent ne compte pas ou des hommes de principe, des théoriciens de principe ; les droits de l’homme, c’est possible mais ça ne repose sur rien de tangible. Les autres, je ne dirais pas qu’ils étaient de mauvaise foi mais ils étaient volontairement aveugles.
Ce sont les mêmes qu’on retrouve pour vouloir dissocier le Sahara de l’Algérie. Beaucoup d’amis personnels m’ont dit « qu’on pouvait parfaitement garder le Sahara ». C’est idiot pour une raison simple. On voulait garder le Sahara, pourquoi ? Ce n’était pas pour ses dunes, ou sa population, ni même pour ses palmiers. C’était bien pour son pétrole. Pour bénéficier du pétrole, il faut non seulement l’extraire mais aussi l’exporter. Comment l’aurait-on sorti ? Si on avait mis une frontière et si, malgré l’avis de l’Algérie, le Sahara était resté indépendant ou département français, par où serait sorti le pétrole ? Par la Tunisie ? La Tunisie qui était indépendante aurait eu vite fait d’être obligée de compter avec l’Algérie et de refuser que le pétrole sorte par ses ports. Par le Maroc, c’était déjà plus loin et par l’Afrique noire c’était une plaisanterie. Alors vous pensez qu’on pouvait utiliser des catalinas et au lieu de les remplir d’eau pour les déverser sur les forêts, on aurait pu transporter le pétrole par avion ? Non, ce n’était pas possible ! En réalité l’attachement des plus hautes autorités françaises pour un Sahara hors Algérie, c’était moins pour le pétrole qu’à cause de la base d’essais nucléaires de Reggane11.

J’imagine que dans l’esprit des gens qui voulaient conserver le Sahara, il aurait fallu que les négociations avec l’Algérie portent aussi sur le pétrole algérien et garantissent les intérêts français.

  • 12 Rappelons que dans les années soixante, les entreprises françaises étaient encore demandeuses de ma (...)

Mais elle a porté sur le pétrole algérien. Les accords d’Évian comportaient des dispositions pétrolières très fermes puisqu’il a fallu les changer quatre ans après et c’est ainsi que je suis resté, pendant quatre ans après l’indépendance, président de la SN REPAL. Ce qui prouve qu’aux accords d’Évian, les choses avaient été bien sauvegardées puisque tous ceux qui ne se sont pas enfuis dès l’Indépendance ou sous la pression de l’OAS ont pu demeurer pendant les quatre premières années. Bien des choses étaient assurées par les accords d’Évian qui n’ont pas survécu. La liberté de circulation, l’interdiction des visas, etc. Remarquez que c’est un peu la France qui a été contente de mettre des visas à un moment donné parce que sans cela elle était le déversoir des Algériens qui venaient chercher du travail en France. Alors, voyez ce que ç’aurait été si l’Algérie était restée département français12. Vous voyez quelle est l’attitude dans le fond des Français en général à l’égard de ceux qu’on appelle les « ratons ». Surtout chez les petits. C’est un sacré problème de conscience, de cœur, hélas d’argent aussi.

Et politique.

Et politique, oui bien sûr.

Vous considérez que les accords d’Évian ont en quelque sorte permis de protéger les intérêts en ce qui concerne le pétrole ?

Au départ, oui sans aucun doute.

Donc vous considérez comme une réussite les accords d’Évian dans ce domaine ?

  • 13 Les plus proches collaborateurs du Général de Gaulle sur la question algérienne semblent avoir été (...)
  • 14 Dans son discours du 16 septembre 1959, le Général de Gaulle s’engage à consulter par référendum le (...)

Dire qu’il y a eu réussite, non, puisqu’au bout de quatre ans on les a remplacés par un autre régime qui était très différent. Au départ la négociation avait maintenu effectivement les possibilités de garder le pétrole.
Il faut parler un peu du Général et de l’Algérie et puis on parlera des finances ensuite. Il y a là un phénomène curieux parce que la spécialisation que le Général accordait à chacun de ses collaborateurs fait qu’il n’a pratiquement jamais parlé avec moi de l’Algérie. Il ne m’a jamais demandé ni un sentiment, ni quoi que ce soit. Moi j’étais le financier, il avait des garçons éminents auprès de lui dont c’était le rôle de l’en entretenir et ils s’en sont remarquablement acquitté – leurs noms sont bien connus13. Quant à moi, il ne m’en a jamais parlé, sauf le jour du 19 septembre 1959. Il m’avait convoqué à l’Élysée pour une question financière. Nous avons donc parlé de finances comme il se doit, bien entendu, mais comme je n’avais pas épuisé le temps de parole de l’entretien, 28 minutes très précisément, je lui ai dit : « Mon Général, il y a une chose beaucoup plus importante. Tout le monde se demande ce que vous direz ce soir sur l’Algérie ». Alors là, il m’a répondu : « Ah Goetze, j’y ai mis tout le paquet ». Ce qui prouve qu’il était bien arrivé au fond de sa pensée. Il a mis tout le paquet en me dévoilant les trois options dont j’ai parlé, intégration, association, sécession14, et dont la conclusion serait tirée par l’autodétermination.

C’est la seule occasion où vous avez parlé d’Algérie ?

  • 15 Directeur général des Affaires économiques au Ministère des Affaires étrangères, Olivier Wormser es (...)

Non, j’ai reparlé de l’Algérie ou plutôt de la REPAL avec lui beaucoup plus tard. Quand j’ai dû quitter la REPAL à la suite des nouveaux accords pétroliers de 1965 qui revenaient sur les accords d’Évian, je lui avais adressé une lettre où je critiquais vivement ces mesures et à laquelle il m’avait fait répondre par Wormser15. Mais il s’en était souvenu et, beaucoup plus tard encore, je ne sais plus à quelle occasion fin 1968 je lui ai dit : « Nous avons parlé d’autres choses, mon Général, la dernière fois concernant la REPAL » et il m’a répondu : « Oui, la REPAL, eh bien Goetze, la REPAL, elle vous survit et elle vous survivra et ce que vous y avez fait ne sera pas perdu pour la France et cela seul compte ». C’était vrai.

C’est quand même étonnant qu’il ne vous ait jamais parlé d’Algérie alors que vous aviez vécu tant d’années en Algérie ?

  • 16 Paul Delouvrier, nommé par de Gaulle en 1958 délégué du Gouvernement en Algérie chargé du pouvoir c (...)
  • 17 L’usine d’aluminium de Fria (Guinée) appartient au groupe Péchiney. Elle est entrée en service le 3 (...)
  • 18 Le référendum constitutionnel du 28 septembre 1958 valut, pour les territoires africains, droit à l (...)

Quand Delouvrier, alors délégué général à Alger, a fait son fameux discours sur l’insurrection militaire du « Quarteron », où il a parlé de son fils Mathieu né à Alger16, le Général était furieux. Moi j’ai quand même voulu absolument mettre les choses au point. J’ai été lui parler et je me suis fait mal recevoir parce que c’était de la « politique ». C’est pour vous dire qu’il faisait de la ségrégation chez ses collaborateurs.
J’ai été le seul après l’échec du référendum en Guinée, à pouvoir lui parler de Sekou Touré, et cela à cause des mines d’aluminium de Fria17 car c’était dans mon secteur, c’était en 195818. J’étais encore à son cabinet. Il y avait Boegner, conseiller pour les Affaires étrangères, qui ne pouvait pas dire un mot sans provoquer une explosion au sujet de Sékou Touré. Une fois Boegner, très embarrassé, m’a demandé d’aller lui en parler. J’ai donc dit quelques mots au sujet de nos relations avec la Guinée. Le Général m’a regardé sévèrement et a répliqué : « Ce n’est pas de l’économie ça Monsieur Goetze ». J’ai répondu : « Mon Général, ça y touche de très près ». C’était fini.
Mais en revanche, je dois dire qu’effectivement, dans mon secteur, il était extrêmement ouvert et il comprenait tout à demi-mot et décidait sur-le-champ.

Toujours sur le sujet de l’Algérie, puisque vous n’aviez pas droit au chapitre du dossier algérien en 1958, est-ce que vous aviez des contacts avec les personnes qui en étaient chargées au cabinet ?

Oui et non. Oui bien sûr. Mais le problème algérien a dépassé de beaucoup 1958. Je suis parti en janvier 1959 du cabinet du Général et ne l’ai pas suivi à l’Elysée. A Matignon, il n’y a pas eu grand-chose de spectaculaire. Non, le Général est venu à Hassi Messaoud en décembre 1958 et je ne vous raconterai pas l’épisode du lit !

Vous avez quelque chose à rajouter sur l’Algérie ?

  • 19 Le 24 janvier 1960, une manifestation d’activistes se heurte aux gendarmes. Une fusillade éclate, o (...)

Non. Je reviendrai seulement une minute sur Paul Delouvrier, le dernier gouverneur ou plutôt délégué général, un ami de longue date dont j’ai suivi de très près l’action lors des « Barricades »19 après mon retour au Crédit Foncier. Il avait lançé un appel vibrant aux Algériens. Le Général ne l’avait pas du tout apprécié, notamment pour le passage concernant son fils Mathieu. J’ai cru bon d’aller le défendre, non pas auprès du Général lui-même mais auprès de Pompidou, auprès de Guichard, en leur disant qu’il fallait comprendre que l’Algérie avait toujours finalement conquis ses gouverneurs généraux. Ceux-ci étaient nommés pour faire une certaine politique et puis très rapidement, ils étaient conquis par ce pays, en particulier Lacoste, puis, Soustelle. Ils sont tous venus pour y mettre de l’ordre et expliquer une certaine politique et se sont fait rappeler parce qu’ils ne s’y prenaient pas comme Paris le souhaitait et ne mettaient pas l’ordre prévu.

Avec Delouvrier, sur la question algérienne, est-ce que vous avez eu des échanges ?

Bien entendu, constants mais informels.

Vous aviez des idées assez proches ?

  • 20 Moudhjahid (pluriel : Moujahidines) signifie littéralement « combattant d’une cause sacrée ». Il s’ (...)

Vous savez, à ce moment-là il n’y avait pas trente-six choses à faire et il fallait être en position de force pour pouvoir imposer la paix. C’était cela la difficulté. Ne serait-ce que pour donner finalement l’indépendance à l’Algérie, il fallait être assez fort pour pouvoir l’imposer à la fois aux « petits blancs » comme à ceux que la langue française appelle les « moudjahidines »20.

Et le plan de Constantine de Paul Delouvrier, est-ce que vous y avez mis la main ou le regard ?

  • 21 Le plan de Constantine vise à la réalisation des promesses faites aux Algériens, par le Général de (...)

Un peu oui, mais je n’étais plus aux « affaires » comme aurait dit le Général. J’étais sous-gouverneur du Crédit Foncier. Bien sûr, je l’ai suivi. J’ai dû même faire partie de la commission ad hoc, etc. Il a surtout été fait par un inspecteur des Finances en mission en Afrique, celui qui devait être ultérieurement directeur du Budget, Monsieur Renaud de La Genière, puis gouverneur de la Banque de France et que je connaissais bien depuis son arrivée avec sa femme en pleine nuit à Hassi Messaoud21. Je connaissais beaucoup de gens qui s’en occupaient. Je l’ai évidemment bien suivi, mais à titre purement personnel.

Je voudrais vous soumettre quelques documents qui m’ont été communiqués par d’autres personnalités interviewées sur le problème algérien. Il s’agit, entre autres, de lettres qui ont pu être écrites par de hauts fonctionnaires, au Général de Gaulle ou à un collaborateur du Général sur la politique algérienne du Général et je voudrais savoir si vous aviez été associé à ces initiatives. Il y en a en particulier une, qui a été écrite par Pinay mais signée ausi par François Bloch-Lainé, Claude Gruson, Jean Ripert. Qu’est-ce que vous pensez de cette initiative ? Est-ce que cela vous semble légitime ? [Montrant celle de 1958]... En 1958, est-ce qu’il y a eu finalement une tentative du point de vue du pouvoir politique d’aller vers l’intégration ? Le plan de Constantine, est-ce que ce n’est pas ça ?

Si, mais c’est une tentative économique d’élever le niveau général de vie. C’est ce qu’il fallait faire « pour les indigènes » avec la tentative politique d’un collège unique. C’était cela mais le plan de Constantine ne prétendait pas construire l’Opéra de la Bastille en plus. Est-ce que les Français en ont eu besoin pour leur niveau de vie ?

Du point de vue de la déontologie de la fonction publique, vous trouvez que c’est légitime d’exprimer publiquement des idées de ce genre au pouvoir politique ? Est-ce qu’il n’y a pas un devoir de réserve ?

  • 22 Cette note, intitulée « Réflexions sur le problème algérien », datée de mai 1958, a été adressée en (...)

C’était une lettre personnelle. Ce n’était pas public. Non, le devoir de réserve s’applique à l’égard du grand public mais, si on voulait l’appliquer aux fonctionnaires vis-à-vis des dirigeants eux-mêmes, ce ne serait plus la démocratie22.

L’autre lettre que je vous ai montrée date de novembre 1960, elle est signée par une trentaine de hauts fonctionnaires. Qu’est-ce que vous pensez de cette initiative ? C’est en effet une lettre très politique qui a été signée par d’autres hauts fonctionnaires. Est-ce que cela vous semble légitime ? Que pensez-vous de cette initiative ?

  • 23 C’est peut-être aussi son attachement à l’Algérie qui en est la cause, même s’il avait admis depuis (...)

On ne m’a pas demandé de m’y associer. C’est peut-être parce qu’on pensait que ça ne m’aurait pas paru très efficace23.

Et sur le principe de la signature ?

C’était un peu une sorte de pétition. Encore une fois est-ce que c’était vraiment adressé au public ou adressé au Général ?

Adressé au Général de Gaulle.

Les hauts fonctionnaires ont, quand même, à mon avis, le droit et même le devoir de faire connaître au chef de l’État ce qu’ils pensent. Nous ne sommes pas parvenus à un régime tel qu’on vous mette à la Bastille pour délit d’opinion.

En reprenant votre distinction entre l’État et la Nation, que pensez-vous de ces différentes lettres portant sur le problème algérien et puis d’une façon annexe sur le problème de la torture par exemple, donc sur l’objection de conscience ?

Le problème de la torture est autre chose. Ce n’est pas supportable. Ce n’est pas un moyen de gouvernement. Ce n’est pas digne de la France.

Est-ce que vous pensez comme ces fonctionnaires, ou en tout cas comme M. Pinay, que le Général de Gaulle aurait dû la désavouer publiquement ?

Je pense qu’il aurait fallu, avant tout, l’éviter, sans aucun doute. Pouvait-on l’éviter ? L’armée se considérait en état de guerre et elle est faite précisément pour ça, en principe du moins.

Est-ce que vous avez eu connaissance de ce comité d’honneur de l’aide aux victimes d’attentats, qui là aussi regroupe surtout des hauts fonctionnaires ?

  • 24 Il semble que sur l’indépendance de l’Algérie, Goetze ait été un spectateur lucide mais non engagé (...)

Non. d’ailleurs à quoi cela pouvait-il servir24 ?

Je vous montrais ce document pour voir ce que vous en pensiez et quelle réaction vous aviez.

La lettre de 1958 de Pinay, je trouve ça très bien. C’était utopique mais c’est très bien. C’était l’idée qu’il avait à ce moment-là. L’autre je ne la critique pas. Elle émane d’une association en quelque sorte caritative d’ailleurs. Qu’est-ce qu’elle a pu apporter avec des cotisations de 2 à 10 francs ?
Les victimes des attentats, ce sont des attentats de l’OAS qu’il s’agit, je suppose. Je ne peux que l’approuver. L’autre, celle de 1960, c’est une intervention d’un groupe de hauts fonctionnaires pour appuyer une certaine politique. Qui était quoi en 1960 puisque c’était en 1959 que le Général avait rendu publiques ses trois hypothèses ? Enfin, il avait déjà parlé de l’autodétermination puisque c’était en septembre 1959.

Dans ce cas précis, ils s’impatientent en fait ?

Oui. Je crois que c’est parce que le Général était prudent effectivement de ce côté-là. Il savait bien que ça n’était pas admis par tout le monde, et je crois que comme il tenait tout de même beaucoup à l’indépendance-association, il savait qu’on ne pouvait le faire qu’en position militaire de force.

Est-ce que c’est cela qui a été réalisé en 1962 ?

Non, mais enfin l’armée algérienne, c’est-à-dire l’ALN, n’a pu, en fait, jamais pénétrer en Algérie.

C’est bien le problème des militaires qui se sont dit : « On a gagné la guerre » sur le terrain et : « On l’a perdue » sur le plan politique.

Oui.

Revenons au problème des pieds-noirs et de leur rapatriement. En dehors du problème politique, moral, cela a eu des conséquences économiques et financières en 1962. Ce rapatriement, trop brusque d’une certaine manière, n’avait pas été prévu ?

  • 25 A. Peyrefitte montre combien le Général de Gaulle et le gouvernement français ont considérablement (...)

Évidemment non, alors cela a amené des troubles notamment dans le sud-ouest25.

En matière financière par exemple, ce rapatriement a-t-il eu des conséquences ?

Il a provoqué une sorte d’inflation dans les deux sens parce que cela a amené des consommateurs plus nombreux avec une production qui n’était pas accrue et d’un autre côté cela a amené une certaine quantité supplémentaire de monnaie.

Cela n’a-t-il pas remis un peu en cause la partie jouée contre l’inflation ?

  • 26 Cette réponse lapidaire atteste, une fois encore, des limites de l’interview lorsque les questions (...)

Oui, c’est bien connu26.

Ces conséquences financières n’avaient pas du tout été prévues ou avaient-elles été envisagées ?

  • 27 Le terrorisme de l’OAS n’est pas le seul à avoir fait fuir les Français d’Afrique du Nord, celui du (...)

Je crois qu’elles n’avaient pas été prévues car on n’avait jamais prévu que l’OAS réussirait à faire partir tous les Européens ou à peu près. Il n’avait jamais été envisagé que dès 1963 ou 1964 les Français ne seraient plus que 50 000 à être restés en Algérie alors qu’ils étaient plus nombreux à ce moment-là à être restés au Maroc, 90 000 ou 100 00027. Ils étaient [avant l’indépendance] un million et quelque en Algérie et, au Maroc, 250 000 seulement. On avait prévu une certaine régression mais pas de cette importance et surtout pas en une seule fois.

Notes

1 Rappelons qu’Adéodat Boissard était gouverneur du Crédit Foncier.

2 R. Goetze commet une légère confusion dans la chronologie. Le 1er juin est la date d’investiture, par l’Assemblée nationale, du Général de Gaulle. C’est à la suite de son « retour aux affaires » que le tout nouveau Président du Conseil entame sa première tournée algérienne, du 4 au 7 juin. Le discours sur le Forum, au cours duquel il prononce son fameux – et ambigu – « Je vous ai compris », date du 4 juin.

3 Mme Denise Outin épouse Henri Borgeaud, au lendemain de la Première Guerre mondiale. Le nom de Henri Borgeaud (1895-1956) est associé au domaine agricole de La Trappe que son père, Lucien, avait acheté aux moines trappistes, au tournant du siècle. D’origine suisse, H. Borgeaud est naturalisé, à sa demande, en 1915. Après la guerre, il modernise l’exploitation et diversifie ses intérêts. Selon sa biographe, Michèle Barbier, Le Mythe Borgeaud, Henri Borgeaud 1895-1964, éd. Wallada, 1995, H. Borgeaud, outre son domaine principal qui couvrit 1 200 ha, possédait des participations dans le domaine agricole du Chapeau-de-Gendarme, un autre domaine à Beni-Slimane, 500 ha à Marengo, 500 ha à Rivet et 100 ha à Koléa. Il possédait, en outre, des intérêts dans la Nord African Commercial, florissant négoce d’engrais chimiques, s’occupait des Tissus Lucien Borgeaud, et avait l’exclusivité pour la Tunisie et l’Algérie de la commercialisation des automobiles Peugeot. Enfin, ils possédaient des participations dans les Moulins du Chélif, la Société Sorizal, les Chantiers Warrot, les Ciments Lafarge, les Cigarettes Bastos, les Phosphates de Constantine, le Crédit Foncier d’Algérie et de Tunisie, cf. M. Barbier, Le Mythe Borgeaud, op. cit., p. 233-234. Conseiller municipal (1930) puis maire de Chéragas (1935), conseiller général de Guyotville (1934) puis Délégué financier, il s’oppose avec vigueur au projet Blum-Viollette. Attentiste entre 1940 et 1942, mais réservé à l’égard des mesures adoptées par Vichy, notamment à l’égard des juifs, H. Borgeaud retrouve, en 1943, ses responsabilités politiques. En 1944, il succède à Jacques Duroux, à la présidence du Parti radical-socialiste d’Algérie. Battu aux élections législatives de juin 1946, il entre au Conseil de la République, en décembre de la même année. À partir de 1950, il y préside l’important groupe du Rassemblement des Gauches. Il contribue, en 1949, à relancer, sous le titre de La Dépêche Quotidienne, La Dépêche Algérienne frappée d’interdiction pour pétainisme. Tout au long de sa carrière politique, H. Borgeaud fut un ardent défenseur de l’Algérie française. En mars 1963, H. Borgeaud et son épouse durent quitter leur domaine nationalisé. Les Borgeaud ont laissé l’image de patrons paternalistes, n’hésitant pas à secourir leurs ouvriers dans l’embarras.

4 Alain de Sérigny, beau-frère de Jean Duroux, auquel il succède à la direction de L’Écho d’Alger, vichyste pendant la guerre, se rallia au maire libéral d’Alger, Jacques Chevallier. Le 11 mai, il signe, dans son journal, l’éditorial célèbre : « Parlez, parlez, mon général ». Mais, rapidement déçu de la politique gaullienne à l’égard de l’Algérie, il devient un opposant farouche au chef de la Ve République.

5 Le 13 mai 1958, à Alger, une manifestation monstre déferle sur Alger. Les manifestants s’emparent du siège du Gouvernement général, alors que R. Lacoste est à Paris, convoqué par le Gouvernement. Le général Massu prend la tête d’un Comité de Salut public, Salan assurant « provisoirement les destinées de l’Algérie française ». À Paris, l’Assemblée nationale investit, dans la nuit du 13 au 14, le Gouvernement Pflimlin. Le 15 mai, le Général de Gaulle assure qu’il se tient prêt à assumer les pouvoirs de la République, position qu’il confirme le 19, au cours d’une conférence de presse. Le 24, la Corse est aux mains des ultras de l’Algérie française. Dans la nuit du 26 au 27, Pflimlin et de Gaulle se rencontrent à Saint-Cloud. Le Président du Conseil accepte de se démettre. Le lendemain, de Gaulle annonce qu’il a « entamé le processus régulier nécessaire à l’établissement d’un gouvernement républicain ». Le 1e r juin, il reçoit l’investiture de l’Assemblée nationale.

6 Alors qu’à Alger, la foule réclame le retour de de Gaulle pour sauver l’Algérie française, à Paris, chacun s’interroge sur les intentions de de Gaulle. Guy Mollet, vice-président du Conseil, « persuadé que le régime ne possède plus de bases solides ni dans le pays, ni dans l’appareil d’État », est décidé à jouer la carte de de Gaulle. Le 16 mai, à l’Assemblée nationale, il pose publiquement trois questions au Général : reconnaît-il, comme seul légitime, le Gouvernement actuel ? Désavoue-t-il les promoteurs des Comités de salut public en Algérie ? Accepterait-il, le cas échéant, de se présenter devant l’Assemblée nationale pour exposer son programme et recevoir l’investiture de son gouvernement ? Après l’affaire corse, et dans la crainte d’une éventuelle guerre civile, Guy Mollet adresse une lettre secrète au Général de Gaulle, dans laquelle il reprend les questions soulevées le 16. De Gaulle lui répond : « Votre lettre me donne à penser que nous sommes bien près d’être d’accord sur le fond des choses... » Gilles Morin, De l’opposition socialiste à la guerre d’Algérie au PSA 1954-1960, Thèse, Paris I, 1992, p. 412-421. Le 22 mai 1958, A. Pinay s’est rendu à Colombey pour s’assurer que le Général de Gaulle était disposé à accepter les formes constitutionnelles pour revenir au pouvoir. À l’issue de cette audience, il conseille à Pflimlin de rencontrer le Général de Gaulle.

7 C’est le 30 janvier 1944 que s’ouvrit la conférence de Brazzaville qui réunissait une vingtaine de hauts fonctionnaires coloniaux (notamment les gouverneurs généraux d’AOF, d’AEF et de Madagascar) sous la houlette de R. Pleven. Réaction de défense devant les menaces – américaines en particulier – qui pèsent sur l’Empire, elle est, aussi, l’occasion pour le Général de Gaulle, d’esquisser, dans son discours inaugural, mais en termes bien vagues, les grandes lignes de la politique coloniale de la France libre : volonté d’associer plus étroitement les indigènes à la gestion de leurs affaires, mais le lien avec la France est jugé indéfectible, et toute idée de self-government est rejetée ; développement économique – agricole et industriel – des colonies ; amélioration de la condition sociale des populations. Cf. Ch.-R. Ageron (ss la dir. de) Brazzaville, janvier-février 1944, aux sources de la décolonisation. Colloque Institut Charles de Gaulle et IHTP, Plon, 1988.

8 En 1948, la population de l’Algérie s’élevait à 8 681 785 habitants dont 922 272 Européens.

9 Sur les allocations familiales en Algérie cf. IIIe partie. Rappelons qu’en Algérie, les allocations familiales ne concernent alors que les secteurs du commerce et de l’industrie. Les musulmans, qui travaillent surtout dans l’agriculture en sont, de ce fait, massivement exclus. En outre, le montant des allocations versés correspond à un pourcentage du salaire perçu, versé jusqu’au quatrième enfant et plafonné. Il ne s’agit effectivement pas d’encourager la natalité, contrairement au système français, mais de satisfaire au souhait des Européens et de favoriser la limitation des naissances chez les musulmans.

10 Témoignage frappant sur le racisme des petits blancs mais il ne répond pas à la question qui portait sur la classe politique. Sans doute est-ce parce qu’une fois de plus, les réponses ne sont pertinentes que si elles portent sur l’action menée ou l’événement partagé et non sur un point de vue rétrospectif et plus général. L’interviewer s’en rend compte et relance le témoin sans beaucoup plus de succès. Il est possible aussi que Goetze, délibérément, n’ait pas voulu développer et personnaliser son jugement sur les partis et les hommes politiques.

11 En effet. Alors que la production mondiale était pléthorique, le pétrole algérien ne constituait pas vraiment un enjeu du conflit. Nous avons rappelé que son coût d’extraction était beaucoup plus élevé que le pétrole du Moyen-Orient et que les lieux de production étaient, en outre, très éloignés de la côte. Il avait fallu, pour permettre son écoulement, que le Gouvernement français imposât aux compagnies « un devoir national ». Au demeurant, l’Algérie indépendante, incapable d’absorber la production saharienne, devrait pouvoir compter sur la vente du pétrole et du gaz pour financer son développement. En revanche, alors que la France s’est engagée dans la stratégie nucléaire, la disposition des bases militaires sahariennes lui sont indispensables, en attendant que les positions de repli du Pacifique soient aménagées. Sur ce point, elle obtint totale satisfaction.

12 Rappelons que dans les années soixante, les entreprises françaises étaient encore demandeuses de main-d’œuvre notamment maghrébine. L’aide au retour n’apparaît qu’au milieu des années soixante-dix. Cf. Patrick Weil, La France et ses étrangers, Paris, Gallimard, 1995, 592 p. ; Pierre Milza et Marianne Amar, L’immigration en France au xxe siècle, Paris, Armand Colin, 1990, 320 p.

13 Les plus proches collaborateurs du Général de Gaulle sur la question algérienne semblent avoir été René Brouillet et Bernard Tricot.

14 Dans son discours du 16 septembre 1959, le Général de Gaulle s’engage à consulter par référendum les Algériens – les Français étant appelé à entériner ce choix –, et précise que trois possibilités seront offertes : ou bien la sécession, ou bien la francisation complète, ou bien, et c’est vers cette troisième voie que penche alors le Général, le gouvernement des Algériens par les Algériens, appuyé sur l’aide de la France et en union étroite avec elle.

15 Directeur général des Affaires économiques au Ministère des Affaires étrangères, Olivier Wormser est le principal interlocuteur français lors des négociations franco-algériennes de 1965 et il a d’ailleurs donné son nom aux accords (29 juillet 1965) qui en sont résultés.

16 Paul Delouvrier, nommé par de Gaulle en 1958 délégué du Gouvernement en Algérie chargé du pouvoir civil et militaire en remplacement de Salan, a répondu longuement à Roselyne Chenu sur ce discours prononcé le 28 janvier 1960 pour désamorcer la crise des « barricades », discours au cours duquel Delouvrier évoqua son jeune fils Mathieu. Cf. R. Chenu, Paul Delouvrier ou la passion d’agir, Paris, Seuil, 1994, 416 p., p. 229 à 266 et notamment les pages 112-113, où il fait part de la réaction de de Gaulle le 3 février lors de leur entrevue à la suite de laquelle au lieu d’être remplacé, comme Debré le lui avait laissé entendre, de Gaulle le laissa repartir à Alger.

17 L’usine d’aluminium de Fria (Guinée) appartient au groupe Péchiney. Elle est entrée en service le 30 janvier 1960. Cf. Ph. Mioche, L’Alumine à Gardanne de 1893 à nos jours, Une traversée industrielle en Provence, 180 p., PUG, 1994.

18 Le référendum constitutionnel du 28 septembre 1958 valut, pour les territoires africains, droit à l’autodétermination. Le « oui » signifiait acceptation du nouveau régime de la Communauté, le « non », l’indépendance. Au soir du référendum, un seul territoire, la Guinée, s’était exprimée massivement pour le rejet (95 % de non). Son indépendance fut immédiatement proclamée et la France rompit tout lien avec elle, rapatriant les services administratifs et les fonctionnaires.

19 Le 24 janvier 1960, une manifestation d’activistes se heurte aux gendarmes. Une fusillade éclate, on relève vingt-deux morts, dont quatorze gendarmes. Des barricades s’élèvent derrière lesquelles les émeutiers se retranchent jusqu’au 1er février.

20 Moudhjahid (pluriel : Moujahidines) signifie littéralement « combattant d’une cause sacrée ». Il s’agit, en l’occurrence, des combattants réguliers, en uniforme, de l’ALN.

21 Le plan de Constantine vise à la réalisation des promesses faites aux Algériens, par le Général de Gaulle, à l’occasion de son discours du 3 octobre 1958. Il procède, en fait, directement des Perspectives décennales de développement économique de l’Algérie, rédigées par un groupe de hauts fonctionnaires du Gouvernement général, réunis autour de Claude Tixier et Salah Bouakouir, et publiées en 1958, à l’initiative de Robert Lacoste. D. Lefeuvre, Chère Algérie, 1930-1962, op. cit. Sur le plan de Constantine, cf. aussi R. Chenu, Paul Delouvrier, op. cit.

22 Cette note, intitulée « Réflexions sur le problème algérien », datée de mai 1958, a été adressée en juin à René Brouillet et Raymond Janot, deux collaborateurs du Général de Gaulle ainsi qu’à Edmond Michelet et Christian de La Malène, membres du cabinet de Debré alors Ministre de la Justice, à Lecanuet, directeur du cabinet de Pflimlin, alors Ministre d’État et à d’autres hauts fonctionnaires. Elle a été remise au CHEFF par A. Postel-Vinay mais elle n’est pas signée et nous ne savons pas précisément qui en sont les co-auteurs. Cette note exprime le scepticisme à l’égard d’une solution militaire et à l’égard des possibilités financières de la France seule, à élever suffisamment le niveau de vie des populations locales. Elle suggère une « entente avec le Gouvernement américain sur les conditions d’une indépendance algérienne, [...] entente (qui) ne serait pas moins indispensable pour obtenir des États-Unis l’aide financière considérable dont l’Algérie aura besoin après la fin de la guerre. »

23 C’est peut-être aussi son attachement à l’Algérie qui en est la cause, même s’il avait admis depuis longtemps qu’elle devait être indépendante. Ou alors ses fonctions à la SN REPAL qui auraient entâché sa signature d’une coloration d’intérêt partisan ? En novembre 1960, après le discours du 4 novembre, dans lequel de Gaulle fait allusion à une prochaine « Algérie algérienne », une trentaine de hauts fonctionnaires – parmi lesquels F. Bloch-Lainé, Olivier Chevrillon, Jean Ripert et André. Postel-Vinay qui l’a remise, avec F. Bloch-Lainé, à Geoffroy de Courcel, secrétaire général à la Présidence de la République, adressent une lettre de soutien au Président de la République. Après avoir évoqué les risques de guerre civile et les menaces sur la démocratie que la poursuite de la guerre fait peser sur la France, ils se prononcent pour l’ouverture de négociations en vue d’aboutir à l’indépendance de l’Algérie et à la constitution d’un Gouvernement algérien « où des délégués du FLN se trouveraient associés à des représentants d’autres tendances et des diverses communautés » (Dossier Postel-Vinay, CHEFF).

24 Il semble que sur l’indépendance de l’Algérie, Goetze ait été un spectateur lucide mais non engagé publiquement. Cette prudente réserve rappelle son attitude à Alger en 1942. Elle n’exclut cependant pas un engagement privé.

25 A. Peyrefitte montre combien le Général de Gaulle et le gouvernement français ont considérablement sous-estimé l’ampleur des départs d’Européens, pour la métropole, comme l’atteste la note de R. Boulin du 30 mai 1962, dans laquelle le Gouvernement estime être en mesure de prendre en charge 70 000 rapatriements mais espère encore « que la quasi-totalité des Européens, qui reviennent actuellement en métropole, repartiront sans demander à bénéficier du statut de rapatriés ». C’est seulement le 13 juin que R. Boulin estime qu’un « reflux massif n’est pas à exclure ». Cf. A. Peyrefitte, C’était de Gaulle, op. cit., Paris, Fayard, 1994, 599 p., p. 136 et suivantes.

26 Cette réponse lapidaire atteste, une fois encore, des limites de l’interview lorsque les questions abordent l’histoire générale.

27 Le terrorisme de l’OAS n’est pas le seul à avoir fait fuir les Français d’Afrique du Nord, celui du FLN aussi. La comparaison avec le Maroc qui n’a pas connu de guerre d’Indépendance et n’a jamais été une colonie de peuplement, comme le fut l’Algérie, n’est pas très pertinente.

Notes de fin

1 Ces propos sont répartis au cours des entretiens nos 6 et 9. Goetze, en dépit de ses nombreux voyages, séjours, contacts, intérêts professionnels ou personnels n’ayant pas été un acteur de la guerre d’Algérie, il nous a semblé préférable de livrer au lecteur ce témoignage aussi émouvant qu’intéressant, brut, subjectif, précis, lucide et critique sans l’accompagner d’une analyse critique et explicative. Nous nous sommes contentés, avec Daniel Lefeuvre, d’indiquer les ouvrages les plus récents et les plus autorisés sur ce conflit et ses conséquences en France et de fournir quelques annotations facilitant la lecture des événements.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540