Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Entretiens avec Roger Goetze, haut fonctionnaire des Finances

 | 
Roger Goetze
, 
Florence Descamps
, 
Agathe Georges-Picot

Quatrième partie. Directeur du Budget (1949-1956)

Chapitre VI. Départ du Budget et bilan sur la IVe République

Texte intégral

Qu’est-ce qui vous a conduit à quitter la direction du Budget ?

  • 1 Sur la durée de la fonction de directeur, cf. ci-dessus. Non seulement Goetze a subi ce rythme infe (...)

C’était épuisant de faire sept ans et demi comme directeur du Budget à cette époque. C’était intenable. Quand on ne voulait pas tout laisser aller, il fallait, tout le temps, se battre et sur n’importe quoi. Je ne pouvais pas supporter ce rythme de travail. Pour le budget de 1952, j’ai passé soixante-douze heures à l’Assemblée en allant chez moi entre minuit et deux heures du matin pour me raser et puis je revenais à l’Assemblée1.

En 1957, c’est vous qui, en quelque sorte, demandez à partir ?

  • 2 La candidature de Goetze à la SNCF ne doit pas surprendre. Outre ses qualités personnelles et la re (...)
  • 3 La carrière de François Richard (IF 1921), à ne pas confondre avec Jean Richard (IF 1927) est tout (...)
  • 4 Sur la SN REPAL, cf. Ve partie.
  • 5 Sur le C.F.F. nous disposons de l’ouvrage collectif ss la dir. d’Aline Raimbault et Henri Heugas-Da (...)

Je le souhaitais en effet. J’avais déjà en 1955 laissé entendre que je partirais volontiers. Quand Armand a quitté la présidence de la SNCF j’ai été candidat, mais le directeur général des Impôts, Allix, aussi2. Et finalement, ni l’un ni l’autre n’avons été choisis. Allix est parti au Crédit Foncier. en 1955, au moment où Deroy a été remplacé par Boissard à la tête du Crédit Foncier. Quant à moi, je suis entré au Crédit Foncier le 1er janvier 1957 en succédant à l’autre sous-gouverneur François Richard qui a reçu la présidence de la Société de l’Ouenza, dont j’étais administrateur depuis mon séjour en Algérie3. [...] Ce poste n’était peut-être pas un de ceux auxquels éventuellement, après sept ans et demi, aurait pu prétendre un directeur du Budget mais on a toujours expliqué à ce moment-là, que j’avais une fonction importante à exercer comme Président de la SN REPAL et que l’un complétait l’autre4. Cela dit, je ne me plains nullement d’être entré au Crédit Foncier. Cela m’a donné, dans les premiers temps, la possibilité de récupérer la fatigue liée à cette longue pratique du Budget. Ensuite, je me suis beaucoup attaché à cette maison où je suis finalement resté vingt et un ans de janvier 1957 à juillet 1966, comme sous-gouverneur et, de juillet 1966 à janvier 1977, comme gouverneur. Moi, je me suis beaucoup plu au Crédit Foncier5. [...]

À votre époque le Crédit Foncier est un débouché classique pour un directeur du Budget ?

Non, pas du tout.

Vous avez innové ?

  • 6 Le Trésor apparaît plus favorisé dans la course aux « pantoufles ». Déjà au xixe siècle, 19 directe (...)
  • 7 Max Laxan (ENA, IF 1948) entre à la DGI dès 1956 comme directeur adjoint (en cumulant parfois avec (...)
  • 8 Il est difficile de dégager un profil type de filière à la sortie de la direction du Budget pour le (...)
  • 9 Ce n’est pas exact, Goetze fait sans doute une confusion entre Fournier et Villard dont les carrièr (...)
  • 10 La Compagnie de Suez étant alors nationalisée, la nomination s’est faite en conseil des Ministres. (...)

Non, pas tout à fait puisque Monsieur Villard m’a précédé. En fait, le directeur du Budget n’avait pas tellement de débouchés. Le Trésor en a toujours eu, le Budget en avait relativement peu. Il n’en avait pas, évidemment, dans le secteur bancaire6. Il pouvait avoir des débouchés personnels. Il pouvait partir dans le privé ou dans le semi-privé. À ce moment-là, on ne changeait pas tous les trois ans de président quand ce n’est pas tous les trois mois, comme par exemple la SNCF pour ne parler que de cette société. Moi, je n’ai connu à la SNCF comme présidents que Monsieur Tissier et Monsieur Armand. Et encore, ils ont été présidents plus longtemps que je ne suis resté administrateur. Non ça ne se passait pas comme maintenant. L’idée de Monsieur Giscard d’Estaing d’avoir limité les mandats à trois ans n’est pas une bonne idée, à mon sens. Les hauts fonctionnaires, préfets ou directeurs sont nommés en Conseil des ministres, c’est-à-dire à la discrétion du Gouvernement, de même que les PDG des entreprises nationales. Pourquoi avoir ajouté pour ces derniers qu’ils ne seraient nommés que pour trois ans ? Cela ne peut que diminuer leur autorité. [...]
Monsieur Villard est « sorti » avant la seconde guerre mondiale comme sous-gouverneur du Crédit Foncier mais est passé très vite sous-gouverneur à la Banque de France, poste considéré comme plus important que celui de sous-gouverneur au Crédit Foncier. Mais, le plus souvent d’ailleurs, il s’est trouvé que la plupart des gouverneurs qui m’ont précédé étaient issus des directions générales des Régies financières et notamment surtout de l’Enregistrement, puis de la direction générale des Impôts lorsque celle-ci a remplacé les trois directions des Régies. Pourquoi ? Je n’en sais rien. C’étaient des postes aussi importants que celui de la direction du Budget, d’autant qu’ils avaient le titre de directeurs généraux. C’étaient des postes très importants. Il semble que la sortie comme sous-gouverneur du Crédit Foncier était assez habituelle puisqu’il y a eu, à ce titre, Monsieur Deroy, ancien secrétaire général du Ministère, Monsieur Boissard mon prédécesseur qui était directeur général de l’Enregistrement. Puis j’ai connu comme sous-gouverneurs Monsieur Allix, Monsieur Blot et enfin Monsieur Max Laxan, tous les trois anciens directeurs généraux des Impôts7. Mais ce n’est pas fréquent pour le Budget. Pourquoi ? Parce que le Crédit Foncier est une banque du ressort de la direction du Trésor, mais qui avait des liens particuliers avec la direction générale de l’Enregistrement, des Domaines et du Timbre. Pourquoi ? Parce que le Crédit Foncier avec sa pratique de l’hypothèque, avec son rôle important dans les évaluations domaniales et foncières, était prédestiné à rechercher ses sous-gouverneurs plutôt dans ce secteur-là que dans le domaine de la Trésorerie proprement dite. Le Trésor avait la Banque de France et toutes les autres banques comme débouchés. Et le Budget n’avait pas de points de chute affirmés. Je ne sais pas ce que sont devenus les directeurs du Budget qui m’ont précédé8... Deux d’entre eux après mon départ sont morts. L’anté-prédécesseur a été tué à la fenêtre de son bureau directorial au moment de la libération de Paris. [...] Je vous ai dit que pour mon prédécesseur cela n’avait pas été facile de lui trouver un poste qui fût convenable pour lui. [...] Généralement ce n’est pas très facile de caser un directeur du Budget quand il s’en va parce que, à la différence de la direction du Trésor, il n’a pas de connaissances, disons, des milieux extérieurs à l’Administration. Il est le grand « enquiquineur » de toutes les administrations. Il est volontiers considéré comme étant un petit peu le patron de tous... mais ça ne lui crée pas de débouchés normaux. Il y a eu un directeur du Budget, Fournier, qui a été gouverneur de la Banque de France, puis pour des raisons politiques est passé ensuite au Crédit Foncier où il est resté un certain temps comme sous-gouverneur9. Donc si vous voulez, il y avait eu un précédent dans cette voie, mais il n’y en avait pas eu beaucoup. Les directeurs du Budget auraient pu ultérieurement sortir dans les sociétés nationalisées mais il a fallu attendre qu’il y ait des nationalisations. Maintenant ils ne s’en privent pas et Monsieur de La Genière, qui est resté plus longtemps que moi au Budget, 8 ans et 4 mois au lieu de 7 ans et demi, a été à son départ nommé gouverneur de la Banque de France puis président de Suez10.

Et vos successeurs au Budget ?

  • 11 Après Goetze ses neuf successeurs se répartissent (sauf un décédé) soit dans des institutions finan (...)
  • 12 Difficile de le suivre sur ce point. le « spoil System » ne date pas de la Ve République. Mais le p (...)
  • 13 Entretien mené en 1989. C’est une femme, Isabelle Bouillot, administrateur civil, qui a été nommée (...)

Ah ! mes successeurs au Budget, ce qu’ils sont devenus ? L’un d’eux est devenu gouverneur de la Banque de France. C’est Monsieur de La Genière. C’est la sortie la plus illustre. Celui qui m’a directement succédé, c’est Devaux qui était directeur de la Comptabilité publique. Pourquoi a-t-il voulu passer au Budget ? Parce que ça faisait mieux, paraît-il, sur l’annuaire. Il est sorti comme président de la Compagnie nationale du Rhône. Après Devaux, il y a eu Martinet qui a fait toute sa carrière au Budget, de rédacteur à directeur : un homme remarquable à tous points de vue. Martinet est mort, il s’est tué dans un escalier du Ministère. Après Martinet, Deroche décède lui aussi prématurément. Enfin il y a eu essentiellement La Genière. Renaud de La Genière m’a battu comme longévité de directeur du Budget puisqu’il y est resté huit ans et quatre mois11. Mais sous la Cinquième République, les sujétions sont plus légères que sous la Quatrième où elles représentaient un esclavage de tous les temps. Après La Genière, il y a eu d’autres directeurs qui n’ont pas duré très longtemps. Nous sommes maintenant sous un régime où les fonctionnaires sont un peu plus dépendants des idées politiques du moment12. Alors, La Genière a été remplacé par Vidal qui était issu de l’Administration centrale et qui y est retourné comme payeur général puis receveur général des Finances, le plus haut poste des comptables, ce qui reconnaît dignement ses mérites. Après lui, il y a eu un garçon très bien, Michel Prada, inspecteur des Finances, directeur de la Comptabilité publique pendant cinq ans, qui n’est resté que deux ans directeur du Budget et on l’a fait sortir au CEPME pour nommer à sa suite un garçon, au demeurant remarquable, Bouton, l’actuel directeur du Budget qui a été sous-directeur au Budget. Ce qui est assez rare d’ailleurs c’est d’être inspecteur des Finances et sous-directeur au Budget. La liste de mes successeurs en reste là13.

Si on doit dresser un bilan de votre passage à la direction du Budget, est-ce que vous soupçonniez qu’on allait changer si rapidement de constitution ?

Je n’avais pas de raison de le supposer spécialement, bien que la situation financière se soit très vite aggravée au cours de l’année 1957. Pour moi, après les tribulations du Budget, j’ai passé une année relativement tranquille au CFF, et même un peu monotone. [...]

Est-ce que vous vous considérez comme quelqu’un de la Quatrième République ? Vous avez bien laissé transparaître que vous ne l’aviez pas aimée, mais est-ce que vous vous sentez familier de ce régime dont vous avez été d’une certaine manière un des acteurs ?

Forcément, j’en étais un familier. Que ce soit d’Alger d’abord. J’ai vu le vrai fonctionnement de la Quatrième République en 1947, au moment du vote du statut de l’Algérie en août 1947. Je l’ai vu de l’Algérie d’abord, mais je n’en eus que des échos très amortis. Je suis revenu à Paris en juillet 1949, en pleine préparation du budget de 1950. De cette date jusqu’au budget de 1957 inclus, j’ai fait huit budgets français avec les difficultés que je vous ai exposées mais aussi avec tous les résultats obtenus, avec notamment le décret de 1956 qui préfigure l’ordonnance organique de 1959 et qui représente quand même un tournant dans la procédure budgétaire dont je ne devais pas profiter autrement que pour le budget de 1957. Et cela a été beaucoup plus facile pour mes successeurs.

Aujourd’hui on réhabilite les réalisations de la Quatrième République dans le domaine économique et européen.

  • 14 Sur le plan de décembre 1958, cf. Ve partie ci-dessous. Rappelons les grandes étapes de la mise en (...)
  • 15 Sur l’entourage de Gaulle, cf. la bibliographie citée ci-dessous, Ve partie.

Oui, j’en suis tout à fait convaincu, la Quatrième République a réalisé un vrai miracle économique pour la France. Mais l’Europe elle-même, ce qui devait être la CEE, le marché commun, c’est quand même bien de Gaulle qui l’a rendu possible. C’était décidé et signé en 195714. Mais il devait s’appliquer au 1er janvier 1959 et on savait que la France demanderait l’application des dispositions d’exception. Et c’est le grand mérite du Général, et de ceux qui l’ont entouré à ce moment-là15, d’avoir fait en sorte qu’on ne demande pas de dispositions transitoires et qu’on entre dans le marché commun, effectivement le 1er janvier 1959, sans aucune atténuation de la part de la France alors qu’on se doutait en 1958 qu’on demanderait pratiquement un sursis et qu’on n’appliquerait probablement jamais le marché commun. On en est devenu, comme vous le voyez, maintenant de grands protagonistes et c’est cela le grand miracle de 1959.

Votre jugement est plutôt mitigé, plus que nuancé sur les réalisations de la Quatrième République ?

Je crois que bien souvent, on l’a probablement trop décriée. Elle a quand même pris la France à zéro et avec l’aide américaine, elle a remarquablement redressé la situation économique d’un pays extrêmement affaibli. Mais si mon jugement est relativement mitigé, c’est parce que, en ma qualité de directeur du Budget à cette époque, j’ai beaucoup souffert de l’instabilité des Gouvernements, même si les Ministres restaient à leur place quand le Gouvernement changeait et aussi parce que finalement on a laché les rênes. Il est évident que pour être arrivé à la situation à laquelle on était en 1958, pour se faire taper sur les doigts par les Américains, c’est bien parce qu’on n’avait peut-être pas fait tout ce qu’il fallait pour garder une bonne santé économique. De sorte que je trouve que le bilan de la Quatrième République est certainement favorable par l’ensemble des réalisations qu’elle a faites, mais qu’il est défavorable quant à ses institutions et par la façon dont, globalement, le pays a été géré, ce qui l’a conduit à être mis, en partie, sous tutelle extérieure. Voilà mon sentiment personnel.

Dans le cadre de cette conclusion sur la Quatrième République, vous lui accordez le redressement général à l’issue de la guerre. Comment caractériseriez-vous le rôle du Ministère des Finances dans ce relèvement ? Est-ce que vous estimez qu’il a joué le rôle principal ou est-ce qu’il n’a fait que suivre le mouvement ?

  • 16 Cf. les Actes du Colloque sur Le Plan Marshall, CHEFF, op. cit.

Il a forcément joué un rôle considérable puisque c’est lui qui gérait de fait l’aide Marshall et c’est largement grâce à cette aide que le redressement a eu lieu. Je constate qu’on ne s’en serait pas sorti s’il n’y avait pas eu l’aide américaine, c’est bien certain. Compte tenu des destructions qui avaient dévasté la France, et qui n’existaient pas au même degré en Belgique par exemple ou même en Angleterre, malgré le pilonnage qu’elle avait subi, je voyais la nécessité d’une aide américaine, ce qui ne voulait pas dire une mise en tutelle. Enfin bien entendu, il fallait bien accepter les conditions de l’aide qu’on nous donnait16.

Vous avez, vous-même, prononcé par deux fois le mot de « mise sous tutuelle » ?

  • 17 Beau témoignage de la perception humiliante de la dépendance de la France à l’égard des USA.

Oui, parce que, à titre personnel peut-être, cela ne me plaisait pas d’aller subir un examen de passage à Washington devant mon homologue en titre mais en réalité un Ministre délégué auprès du Président des USA, le directeur du Bureau du Budget... parce que c’était un peu ce que je faisais moi-même avec les budgets de nos colonies ! Mais enfin, c’était un sentiment personnel. Je n’en tire pas une doctrine ni une conclusion d’ordre général17.

Notes

1 Sur la durée de la fonction de directeur, cf. ci-dessus. Non seulement Goetze a subi ce rythme infernal mais, on l’a vu, le personnel de B2 également. Rythme imposé par la procédure des débats parlementaires sous la IVe, surtout avant le décret de 1956 qui réduisit la durée du débat budgétaire et limita les occasions d’amendement. La IIe sous-direction, chargée du personnel, le PCM, aussi était sur la brèche. Raoux alors simple sous-chef de bureau au PCM en porte témoignage : « Quand on s’occupait de la Fonction publique on était obligé pratiquement d’assister à tous les budgets de tous les Ministères parce que sur le budget de l’Industrie, sur le budget des Armées, sur le budget des PTT, sur le budget de l’Éducation nationale, il y avait des amendements déposés par des parlementaires concernant justement les fonctionnaires. Sous la quatrième République, je dis en nombre, l’essentiel des amendements présentés concernait les fonctionnaires des Ministères ; parfois c’était énorme. Je crois que mon record a été pour la loi de finances de 1955 qui a dû être votée d’ailleurs au mois d’avril parce qu’on vivait toujours sous le régime des douzièmes provisoires. Le débat budgétaire, pour lequel j’étais intéressé, a dû commencer un lundi matin. J’étais à l’Assemblée en séance du matin, en séance d’après-midi, en séance du soir, j’appelle séance du soir celle qui se termine à minuit ou en séance de nuit c’est-à-dire qui se termine à cinq heures, six heures du matin, ça se termine à peu près à l’heure du premier métro généralement ; c’était à peu près organisé ainsi. Du lundi jusqu’au mardi de la semaine suivante, y compris le dimanche, je suis rentré chez moi quatre fois à six heures du matin ayant simplement le temps de me changer, de faire ma toilette, de repartir au Ministère pour voir si entre-temps il n’y avait pas des choses qui étaient arrivées au Budget, pour être à neuf heures et demie à l’Assemblée et les autres jours rentrer chez moi à minuit et demi, une heure du matin. J’ai fait ça j’avais trente ans, je ne le ferai plus aujourd’hui. C’était évidemment épuisant mais il faut reconnaître captivant. » Cf. transcription de l’entretien avec le CHEFF, 1996.

2 La candidature de Goetze à la SNCF ne doit pas surprendre. Outre ses qualités personnelles et la reconnaissance de ses mérites largement démontrés à la direction du Budget, il faut rappeler que : d’une part la direction du Budget était représentée par son directeur au Conseil d’administration de la SNCF, d’autre part un de ses prédécesseurs au Budget, Fournier, avait été en 1940 président de la SNCF, enfin la présence d’un inspecteur des Finances à la tête des Chemins de fer était dans la tradition, l’entrée des inspecteurs dans les Compagnies de chemins de fer publiques ou privées s’étant accrue considérablement depuis la fin des années 1870 comme l’a bien expliqué E. Chadeau, Les inspecteurs des Finances au xixe siècle, profil social et rôle économique, Paris, Economica, 1986, 184 p., p. 36.
Sur Louis Armand, autre modèle de grand commis de la IVe République, et sa succession à la SNCF, cf. H. Tessier du Cros, Louis Armand, visionnaire de la modernité, Paris, Odile Jacob, 1986 et Association des amis de Louis Armand, Louis Armand, 40 ans au service des hommes, Paris, Lavauzelle, 1986.

3 La carrière de François Richard (IF 1921), à ne pas confondre avec Jean Richard (IF 1927) est tout à fait atypique. Resté dans les cadres pendant 20 ans, il est appelé en février 1941 par Bouthillier comme directeur de l’Office des changes. Son attitude patriotique sous l’Occupation explique sans doute sa nomination par Pleven en avril 1945 comme sous-gouverneur du Crédit Foncier où il reste jusqu’en 1957. Au conseil d’administration de la Société de l’Ouenza, société d’exploitation des minerais de fer de la région de Bône, créée en 1921, présidée par Langeron, Goetze retrouve Bloch-Lainé et Calvet. Cette production minière a donné naissance en 1946 à une industrie sidérurgique confiée à la Société métallurgique et minière d’Afrique du Nord. Sur le patronat dans l’Empire dans les années cinquante et soixante, cf. la communication de C. Hodeir, au colloque La France et l’Outre-mer, un siècle de relations monétaires et financières, les 13, 14 et 15 novembre 1996 dont les Actes paraîtront au CHEFF en 1997.

4 Sur la SN REPAL, cf. Ve partie.

5 Sur le C.F.F. nous disposons de l’ouvrage collectif ss la dir. d’Aline Raimbault et Henri Heugas-Darraspen, Crédit foncier de France, itinéraire d’une Institution, Paris, C.F.F. - Éditions du Regard, 1994, 283 p.

6 Le Trésor apparaît plus favorisé dans la course aux « pantoufles ». Déjà au xixe siècle, 19 directeurs sur 25 entrent dans une banque. Nos recherches sur les inspecteurs des Finances au Trésor confirment pour le xxe siècle, l’entrée dans le secteur bancaire. Sur les 48 inspecteurs des promotions 1878-1939 passés par la direction du Mouvement général des Fonds, 40 passeront dans une banque, soit 83 %, dont 26 par une banque privée, soit 55 %. Proportion deux fois plus importante que pour un inspecteur non passé par le Trésor. Cf. N. Carré de Malberg, « La Direction du Trésor, les hommes et les services », séance du 27 mai 1995 au Séminaire « Trésor », à Bercy, ss la dir. de A. Plessis et O. Feiertag, à paraître au CHEFF. On peut consulter aussi les 6 cassettes des entretiens qu’il a accordé au CHEFF en 1991.

7 Max Laxan (ENA, IF 1948) entre à la DGI dès 1956 comme directeur adjoint (en cumulant parfois avec le cabinet), en devient directeur de 1961 à 1967, puis entre au Crédit Foncier comme sous-gouverneur de 1967 à 1979 puis gouverneur de 1979 à 1982. Sur la carrière des autres directeurs des Impôts, il faut attendre les travaux en cours de J.-F. Costes au CHEFF. On peut consulter aussi les 6 cassettes des entretiens qu’il a accordés au CHEFF en 1991.

8 Il est difficile de dégager un profil type de filière à la sortie de la direction du Budget pour les neuf directeurs du Budget (sans compter Gourdin qui a remplacé provisoirement Jardel de 1941 à 1943) qui ont précédé Goetze : deux décès (Suzanne et Dagnicourt), deux départs très politiques (Bouthillier exilé en 1936 aux Finances de la Ville de Paris, Jardel appelé au secrétariat général du Gouvernement par Pétain), quatre entrées dans les institutions financières publiques, nationalisées ou sous tutelle étroite (Villard au Crédit foncier, Fournier à la Banque de France, Haguenin à la BNCI, Gregh au Crédit Lyonnais), un passage dans le secteur privé. (Denoix chez Thomson-Alsthom).

9 Ce n’est pas exact, Goetze fait sans doute une confusion entre Fournier et Villard dont les carrières respectives méritent d’être rappelées tant elles illustrent une fois de plus le « chambardement » pour une partie des élites financières sous Vichy puis à la Libération. Pierre Fournier (IF 1919), dès 1922 entre au cabinet du Ministre des Finances, Lasteyrie, puis François Marsal. Celui-ci le nomme directeur adjoint en 1924 du Budget dont il devient directeur (à 33 ans) en 1925 jusqu’en 1929. Nommé ensuite deuxième sous-gouverneur de la Banque de France, puis premier en 1934 il en devient gouverneur de juillet 1937 à septembre 1940. Bouthillier lui préfère Bréart de Boisanger (IF 1921), fidèle de Georges Bonnet et de caractère plus souple selon un témoin pour la Banque de France. Fournier part donc présider la SNCF. Il y reste jusqu’en 1946, mais sous la pression des réseaux de résistance FTP à la Libération qui considéraient qu’il n’avait pas assez clairement choisi son camp, il doit céder la place et trouve refuge dans une petite structure publique, la Société nationale d’investissement. Il est souvent cité en exemple d’un grand directeur du Budget. Le cas de Villard (IF 1921) est différent. Il a fait toute sa carrière au Budget dont il devient directeur de 1929 à 1932. Il est alors nommé sous-gouverneur du Crédit Foncier, mais fin juin 1940 il prend provisoirement les fonctions de secrétaire général de la Présidence du Conseil puis en août 1940 sans quitter le Crédit foncier il est nommé sous-gouverneur de la Banque de France (sous l’autorité de Boisanger). En août 1944 il est suspendu de ses fonctions à la Banque de France et le Ministre lui demande de partir du Crédit Foncier, même si rien n’a pu être retenu contre lui. Il terminera sa carrière modestement au Crédit maritime et fluvial, établissement financier semi-public.

10 La Compagnie de Suez étant alors nationalisée, la nomination s’est faite en conseil des Ministres. Après sa privatisation et au décès de La Genière c’est un X-Mines, Gérard Worms, déjà directeur général adjoint qui lui succède.

11 Après Goetze ses neuf successeurs se répartissent (sauf un décédé) soit dans des institutions financières publiques ou nationalisées (L’Urbaine-UAP pour Devaux et Martinet, la Banque de France pour La Genière, le CEPME pour Prada, la Société Générale pour Bouton, la Caisse des Dépôts pour Bouillot) soit dans l’administration (TPG de l’Ile-de-France pour Vidal ; Assistance Publique pour Choussat). Sur le long terme la fonction paraît donc conduire principalement vers les institutions financières publiques ou nationalisées. Les conditions de départ (et d’arrivée) lors des alternances fortes attestent que, depuis l’origine, c’est une fonction éminemment sensible politiquement autant que celle de directeur du Trésor.

12 Difficile de le suivre sur ce point. le « spoil System » ne date pas de la Ve République. Mais le patronage politique est plus visible lorque l’alternance est plus forte.

13 Entretien mené en 1989. C’est une femme, Isabelle Bouillot, administrateur civil, qui a été nommée par Pierre Bérégovoy pour succéder à Bouton en février 1991. Au lendemain de l’élection présidentielle de 1995 de Jacques Chirac, « on l’a fait partir », comme dit Goetze, pour la Caisse des Dépôts.

14 Sur le plan de décembre 1958, cf. Ve partie ci-dessous. Rappelons les grandes étapes de la mise en place du Marché commun : Conférence de Messine en juin 1955 sous le Gouvernement Edgar Faure, les négociations des experts sous la houlette du Ministre belge P.-H. Spaak, la conférence de Venise en mai 1956, l’entrevue Adenauer-Mollet en novembre, la conférence de Paris en février 1957, la conférence finale du traité de Rome en mars 1957 et la ratification par l’Assemblée nationale de juillet 1957. Comme le résume H. Bonin, « une coalition européaniste s’est nouée efficacement, secteurs de l’économie favorables à “ l’ouverture commerciale ”, politiciens, idéologues... hauts fonctionnaires dont Bernard Clappier, directeur de la DREE, et Olivier Wormser, directeur depuis 1954 des Affaires économiques au Ministère des Affaire Étrangères. Les gaullistes maintiennent le cap. En décembre 1958, les contingents disparaissent à 90 % ». H. Bonin, Histoire économique de la IVe République, op. cit., p. 388.

15 Sur l’entourage de Gaulle, cf. la bibliographie citée ci-dessous, Ve partie.

16 Cf. les Actes du Colloque sur Le Plan Marshall, CHEFF, op. cit.

17 Beau témoignage de la perception humiliante de la dépendance de la France à l’égard des USA.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540