Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Entretiens avec Roger Goetze, haut fonctionnaire des Finances

 | 
Roger Goetze
, 
Florence Descamps
, 
Agathe Georges-Picot

Troisième partie. Au ministère de l'Économie nationale avec Pierre Mendès France (septembre 1944 - avril 1945) puis retour en Algérie (mai 1945 - juillet 1949)

Chapitre II. À nouveau l'Algérie (mai 1945 - juillet 19491)

Texte intégral

  • 1 Fin de l'entretien n° 4 (avec quelques transferts vers la Ve partie) et entretien n° 5, cassettes n(...)

Nous en étions à votre retour en Algérie, comment s'est passé votre retour ? Quelles en sont les circonstances ? C'est un choix ?

C'était une convention. Vous vous souvenez peut-être que quand Mendès m'a demandé si je voulais être son directeur de cabinet, j'ai dit oui avec plaisir mais il m'a dit qu'il n'avait rien à m'offrir, qu'il avait donné le Budget à un tel etc. Ce à quoi je lui avais répondu : « Monsieur le Ministre, je resterai directeur général des Finances d'Algérie, je vous demande de pouvoir simplement y aller chaque mois, c'est tout et quand vous en aurez assez de ma présence, je retournerai en Algérie ». Alors cela s'est passé ainsi, la question ne s'est pas posée, j'ai été directeur général des Finances d'Algérie, directeur de cabinet de M. Mendès France puis directeur par intérim du cabinet de l'économie nationale de M. Pleven pendant un mois.

Entre-temps il n'y a pas eu d'autres propositions ?

Non, c'étaient le même directeur du Trésor, le même directeur du Budget pendant ces cinq mois.

Vous évoquez ces trois directions : Budget, Trésor, Comptabilité publique, ce sont les trois directions qui vous intéressaient ?

Ce ne sont pas des directions générales, voilà, c'est-à-dire qu'elles ne sont pas les anciennes Régies.

Mais vous semblez dire qu'il n'y avait plus de place ni à la direction du Trésor ni à celle du Budget. Cela veut dire que pour vous elles étaient des débouchés évidents ?

  • 1 En septembre 1940, Bouthillier, réorganisant le Ministère des Finances avait confié la direction du (...)
  • 2 À la suite des projets convergents du Parlement et de l'administration des Finances qui souhaitaien (...)

C'est-à-dire que, évidemment, je n'aurais pas été intéressé par une direction autre que ces deux-là ou celle de la Comptabilité publique qui a été, en partie, confondue avec le Trésor. M. Brunet était directeur de la Comptabilité publique et il était directeur du Mouvement général des Fonds en même temps1. La direction du Budget, elle, a été séparée de la direction de la Comptabilité publique dont elle ne formait qu'un bureau au temps jadis, il y a longtemps, avant 1919, mais ce n'est pas une des vieilles directions de la Maison. Jadis, il y avait les comptables d'un côté et puis tout le Mouvement général des Fonds de l'autre2.

Et les Régies financières, pour vous, sont totalement à part ?

Elles sont autonomes. C'étaient des directions générales avec un Conseil d'administration composé, en réalité, de quatre directeurs adjoints appelés administrateurs. Elles étaient toutes gérées cependant par la direction du Personnel du Ministère des Finances mais gérées à part.

Vous, cela ne vous intéressait pas ?

Comme poste, elles m'auraient intéressé évidemment. On ne refuse pas un poste de directeur général d'une des Régies le cas échéant. Je dois dire que cela m'aurait quand même ennuyé parce qu'en Algérie, j'étais directeur Général de toutes les Régies. Avec l'autonomie des Délégations financières en matière justement de recettes, j'avais un bureau des contributions directes, un bureau de l'enregistrement, un bureau des contributions diverses et un bureau des douanes, même si les douanes dépendaient évidemment de la législation française. Je n'avais pas d'autonomie en matière douanière, enfin si, je me la suis donnée entre 1942 et 1944, mais une fois les relations reprises avec la métropole, d'office l'Algérie est retournée dans le giron douanier français.

En fait, ce qui vous intéressait en Algérie c'était d'avoir, en matière financière, tous les pouvoirs ou presque ?

  • 3 Sur la réforme du Trésor public en Algérie, cf. aussi IIe partie.
  • 4 Depuis mars 1943 jusqu'en 1949, c'est Allix qui est directeur de la CP mais la direction du Trésor (...)
  • 5 Derrière l'humour, la critique est sévère sur les administrateurs de la CP ou des Régies qui semble (...)
  • 6 Cf. ci-dessus IIe partie.

C'est ce que je voulais vous dire. Je suis revenu à Alger dans ce jour relativement mémorable du 4 mai 1945, veille du 5 mai où on attendait l'annonce de l'Armistice et où on a reçu simultanément l'annonce du soulèvement de Sétif : c'est donc un jour qui, effectivement, a été pour l'Algérie mémorable à un titre national et à un titre particulier. Je suis rentré en Algérie comme un véritable Ministre des Finances. J'ai retrouvé mes affaires algériennes, différentes de celles de Paris. J'avais pris probablement quelques bons conseils à Paris — car j'étais trop jeune pour en donner — et j'ai essayé de défendre ce que j'avais fait, de garder mon autonomie à défaut de mon indépendance.
Je vous explique à la suite de quelle petite manœuvre j'ai gardé l'autonomie du Trésor algérien3 ? Cela vous amuse que je vous le raconte ? Quand on a repris contact avec Paris, évidemment, les directions du Ministère des Finances ont été très étonnées de ce qui avait été fait [en matière de comptabilité publique] en Algérie, puisqu'on considérait alors l'Algérie comme une grande commune. La Comptabilité publique ne la connaissait que comme cela. Quand ils ont vu tout ce qui avait été fait, ils ont dit à Monsieur Brunet, directeur de la Comptabilité publique à l'époque : « Il faut faire disparaître tout cela, puisque l'Algérie est revenue dans le giron métropolitain4 ! » J'ai eu alors une belle conférence chez Brunet : je m'étais dit que je ne gagnerais jamais sur le fond parce que j'étais tout seul contre le Ministère des Finances. Alors il fallait trouver une astuce : l'astuce ce furent les comptes de règlements entre les divers agents du Trésor, c'est-à-dire la Comptabilité publique et les agents des Régies. En effet, on délivre des récépissés de couleurs diverses : ceux qui sont utilisés pour les règlements avec les Régies étaient des récépissés roses, cela n'existe peut-être plus maintenant, je n'en sais rien, on a peut-être trouvé des choses plus simples depuis. Or, les comptes algériens étaient difficiles à interpréter, parce qu'il fallait savoir si ces comptes étaient comptés comme étant à récépissé ou comme ne l'étant pas ! J'ai eu la bonne idée de lancer ce débat en disant : « Moi, je fais mes règlements de comptes avec les comptables des Régies, évidemment par récépissés roses, mais je ne sais pas s'il faut les compter comme « comptes à récépissés » ou « comptes sans récépissés ». C'était un sujet en or ! Les deux sous-directeurs se sont emparés de cette affaire là et en ont discuté à perte de vue et on a oublié ensuite de poser la question de savoir s'il fallait maintenir le Trésor algérien ! La reprise des relations avec la métropole n'a ainsi rien changé à la comptabilité de l'Algérie5.
Pour les Régies, cela a été plus vite fait, évidemment. On m'a dit : « Mais mon cher camarade, cela ne va pas, vous devriez faire telle ou telle chose ». J'ai dit « Non, le texte de 1898 donne l'autonomie financière à l'Algérie, je ne rétablirai pas l'impôt sur les bicyclettes pour vous faire plaisir ! » Donc, j'avais une fiscalité un peu différente de celle de la France, en ce sens que j'avais supprimé toutes les « broutilles » inutiles, toutes les taxes sur les pianos, les chiens, etc. Je n'ai conservé que les impôts à grand rendement et je n'ai pas tellement suivi ensuite les réformes qui, déjà, commençaient en France avec M. René Mayer, qui n'avait pas voulu que Paul Delouvrier me succède à Alger et qui lui avait donné la charge de directeur général adjoint des Impôts. Je n'ai pas eu le temps de faire les mêmes réformes qu'en France, je les aurais peut-être faites mais un peu différemment, parce que l'Algérie, ce n'est pas la France. Il n'y avait pas les mêmes données, je n'avais pas de service du Cadastre mais par contre, j'avais un service de la Topographie. Ce n'était pas la même chose, mais c'était très voisin. J'avais bien un service des Domaines mais en fait il n'existait pas. J'ai été obligé de faire une espèce de Service foncier qui recouvrait les Domaines, venant de l'Enregistrement, et ceux qui tenaient lieu de Cadastre, aux Directes, les services de la Topographie et de la propriété foncière. Du point de vue des Contributions directes, j'ai gardé le régime des cédules et de l'impôt général complémentaire. Je n'ai pas voulu de la réforme qui avait supprimé l'impôt sur les salaires et l'avait remplacé par la taxe sur les salaires, payée par les entreprises. Je me suis donc, si vous voulez, séparé de la France à ce titre-là6.
Qu'est-ce que j'ai fait d'autre ? J'ai surtout beaucoup changé les matières d'enregistrement en supprimant de nombreux droits, les droits d'acte, etc. La lourdeur de l'Enregistrement ! J'ai mis les enregistreurs à bicyclette au lieu qu'ils soient derrière un bureau à attendre et à rédiger de leur belle main des extraits d'acte. Désormais, les assujettis viendraient au bureau de l'enregistrement avec leur déclaration ou leur acte, en double exemplaire. On en enliassait un pour tenir lieu des fameux extraits d'actes pour l'Enregistrement, et pour lesquels on leur délivrait une quittance - c'était mon idée de leur donner une quittance. C'était une grosse réforme pour l'Enregistrement parce que j'ai chargé à ce moment-là un personnel très peu nombreux, les enregistreurs, de faire des vérifications sur place au lieu d'attendre dans leurs bureaux pendant vingt ans, puisqu'il y avait prescription de vingt ans, un jour par hasard, qu'un événement quelconque leur permette de retrouver qu'un monsieur untel possédait tel ou tel bien qui n'avait jamais été enregistré.

Ce qui veut dire que vous n'aviez pas, à l'origine, un service de contrôle indépendant ?

  • 7 La taxe sur le chiffre d'affaires créée en 1920 avait été modifiée en 1937 sous le nom de taxe à la (...)
  • 8 Les grandes centrales syndicales métropolitaines (CGT, CFTC, FEN) disposent de fédérations algérien (...)
  • 9 Rappelons que la DGI créée le 16 avril 1948 regroupe les anciennes régies, (direction des Contribut (...)

Si, justement, je faisais contrôler par les agents de l'Enregistrement la matière qui était la leur. J'avais déjà, si vous voulez, ce qui devait devenir, un jour en France, la direction générale des Impôts, sauf que je n'ai pas pu faire fusionner la taxe sur le chiffre d'affaires avec le reste. Je n'avais que la taxe sur le chiffre d'affaires, j'ai eu un peu la taxe à la production mais je n'ai jamais eu la TVA ; elle n'a été instituée qu'après mon départ7. La taxe sur le chiffre d'affaires était gérée par les Contributions indirectes qui s'appelaient en Algérie « Contributions diverses ». Ces dernières assuraient en outre le recouvrement de l'impôt direct. Les services du Trésor payaient les dépenses mais ne recouvraient pas l'impôt direct. C'étaient les Contributions diverses qui s'en chargeaient, qu'il s'agisse des impôts directs émis par voie de rôle ou de tous les autres par voie de déclaration, etc.
J'ai essayé, au début de 1945, de mettre en place deux, ou même trois, services : les impôts personnels, impôts directs, enregistrement et chiffre d'affaires, les impôts réels, douanes, impôts indirects et timbre, plus un service foncier, Domaine, Cadastre ou plutôt — en Algérie il n'y a pas de Cadastre à proprement parler — le service de la Propriété foncière et celui de la Topographie qui dépendait de la direction générale des Finances. J'ai échoué parce que, dans l'intervalle, on avait retrouvé la métropole et que les personnels n'ont pas voulu se dissocier de ce que faisaient leurs syndicats respectifs dans la métropole lorsque les relations ont été rétablies avec la métropole à partir de 1946. C'est à partir de 1946 que l'Algérie redevient un prolongement de la métropole, les syndicats prennent à nouveau leurs consignes à Paris et les directions générales des Régies souffrent difficilement que l'Algérie soit un peu un précurseur dans certains domaines8. Ce fut le cas pour l'Enregistrement en particulier, parce que j'avais supprimé « la formalité » et fait sortir le personnel de ses bureaux. On n'y est venu en France que lors de la mise en place de la direction générale des Impôts9.
Dans le cadre de ce système assez général, j'ai fait bâtir des centres des impôts selon une forme simple : une espèce de grand U avec une cour vitrée au milieu qui était la recette des impôts, de tous les impôts, les différents services d'assiette étant logés dans les ailes du centre.

Vous avez unifié et inventé, de 1945 à 1947, le centre des impôts qui apparaît plus tardivement en France ?

J'ai commencé dés 1945-1946 à Ménerville, Batna... Il devait y avoir une trentaine de centres des impôts, mais cela eût coûté cher car il fallait les construire, l'Algérie ne disposant guère de bâtiments convenables.

Comment les avez-vous financés ?

  • 10 Pour exacte qu'elle soit, cette affirmation semble recouvrer une réalité comptable. D'une part une (...)

En réalité par l'impôt, parce que je n'ai jamais considéré que c'était un investissement « productif », donc je ne faisais pas d'emprunt pour ce type de choses et les impôts généraux faisaient que le budget ordinaire de l'Algérie était excédentaire et cet excédent était consacré aux investissements « administratifs »10. Je n'ai pas été un directeur des Finances laxiste.

Comment ces réformes ont-elles été accueillies ? Tout d'abord en Algérie puis en France ?

  • 11 Les Délégations financières, instituées par le décret du 23 août 1898, furent dissoutes par l'ordon (...)
  • 12 Sur le budget de l'Algérie, cf. ci-dessus IIe partie.

En Algérie, personne ne s'est jamais plaint de cette politique. Enfin, si, un peu quand même, les Délégations ont quelquefois « rechigné »11. C'est une période importante de l'Algérie jusqu'à la loi de 1947 sur le statut de l'Algérie. C'est à ce moment-là que l'Assemblée algérienne a remplacé les Délégations financières. Celles-ci avaient été créées dès 1898, comme je vous l'ai dit, elles avaient trois sections, trois délégations : les colons, les non-colons et les indigènes, elle-même divisée en deux sections : kabyle et arabe, avec 24 personnes dans chacune des sections. Elles siégeaient dans un palais devenu, en 1947, le palais de l'Assemblée algérienne, avec un hémicycle, une buvette, etc. Les Délégations votaient les dépenses du budget de l'Algérie, comme le fait un conseil général ou un conseil régional. Le budget de l'Algérie dans ses dépenses était exécutoire par lui-même. Par contre, pour les recettes, il y avait une loi de finances pour l'Algérie, qui passait dans les heures où le temps était suspendu la nuit du 31 décembre et pratiquement sans débat au Parlement, qui ratifiait en quelque sorte le budget de l'Algérie dans ses recettes et dans ses dépenses12. C'était d'ailleurs curieux de faire voter le Parlement français sur des dépenses pour lesquelles, effectivement, les Délégations algériennes étaient souveraines, ainsi d'ailleurs que pour les recettes, mais c'était une manifestation de la souveraineté nationale sur ces trois départements.

Dans ces Délégations financières, est-ce qu'il y avait des figures particulièrement importantes, des chefs de file qui, en fait, avaient un poids à la fois économique, politique, financier ?

  • 13 Bachaga : c'est la plus haute fonction administrative et honorifique, toujours soumise à l'administ (...)
  • 14 Cf., en effet, la IIe partie.

Oui, bien sûr. Il y avait des personnalités. Il n'y avait pas de partis à l'intérieur des Délégations, comme il n'y a pas, en principe, de partis dans les conseils généraux. En principe c'est individuel, mais il y avait évidemment de fortes têtes ; des personnages originaux, d'ailleurs... Parfois, des grandes familles connues, les Borgeaud, Blachette et autres Lleu, des grandes familles de colons. Parmi les non-colons, vous aviez des commerçants, évidemment, des vendeurs d'alpha, des vendeurs d'huile et, parmi les indigènes, on choisissait quelques bachagas bien en chair et bien subventionnés pour porter un beau burnous rouge et or et apporter une caution bourgeoise13. Ce qui sera un peu différent dans l'Assemblée algérienne. [...]
Je crois que je vous ai déjà raconté que les Délégations avaient essayé de faire rejeter l'impôt sur les bénéfices agricoles réels alors que j'étais à Paris, mais ils avaient eu la politesse de suspendre leur vote pour attendre tout de même le retour du directeur des Finances. En rentrant de Paris, je me suis précipité à l'Assemblée pour un débat qui a duré plusieurs heures. Finalement, ils ont voté l'impôt sur les bénéfices agricoles réels. Pour l'Algérie, cela a bien marché14.
J'avais une fiscalité à grand rendement mais simple. Pour les Indirectes, étaient taxés exclusivement le vin, les alcools et le tabac et puis la taxe à la production ou la taxe sur le chiffre d'affaires, il y avait les deux. D'ailleurs, la taxe sur le chiffre d'affaires, je l'ai transférée aux communes par l'intermédiaire d'une caisse de péréquation, vous voyez qu'on a fait déjà des choses que l'on fera un jour en France. La taxe à la production, elle, restait au profit de l'Algérie.

Et les bénéfices de l'impôt sur l'alcool dont vous parlez ?

  • 15 Les recettes des collectivités locales (départements, communes) sont constituées pour une large par (...)

C'était un impôt d'État, oui, parce qu'il n'y avait pas de centimes locaux. J'avais la caisse de péréquation et je ne sais pas très bien ce qui se passait à côté. Ah ! mais non, les collectivités locales avaient une taxe tout à fait, disons antisociale et antiprogressiste. J'avais une taxe de capitation, hmm... je vous entends15 !

Vous n'y avez pas touché ?

  • 16 Les allocations familiales furent instituées en Algérie par la loi du 20 septembre 1942, pour les p (...)

C'est moi qui l'ai instituée cette taxe de capitation de x % des ressources avec un tarif qui n'était pas unique, qui procédait un peu par paliers avec une détaxe pour les familles. En effet, cela posait un problème, les familles ! C'est bien d'ailleurs ce qui n'aurait jamais permis de faire l'intégration de l'Algérie. La famille française comportait dans les bonnes années 2, 3 enfants par ménage ; en Algérie, c'était au moins 5 ! J'avais bien des allocations familiales, mais qui, au lieu d'être progressives, étaient dégressives16.

Des allocations familiales dégressives ?

Oui et c'est d'ailleurs ce qu'il faut pour un pays comme l'Algérie, pour une économie comme celle-là. Les allocations familiales n'occupent une place importante que pour ceux qui n'ont pas réellement de revenus ; pour les autres c'est un surplus. Regardez le revenu minimum d'insertion, il est de 2 000 francs par tête. Eh bien moi, c'était un peu la même chose mais vue à l'envers : une recette pour l'Algérie et non une dépense, si vous voulez, une capitation qui était évidemment dégressive, qui était d'un niveau suffisamment bas, mais qui correspondait hélas à la faiblesse économique de l'ensemble de la population. Un « indigène » était considéré comme représentant un huitième des Européens.

Dans l'échelle de la capitation ?

  • 17 C'est également vrai dans le domaine électoral, puisque l'Assemblée algérienne comprenait deux coll (...)

Dans toutes les échelles. On comptait ainsi dans beaucoup de domaines économiques. Cela correspondait à la réalité. On ne le disait pas, bien sûr, c'était un peu un calcul général pour faire une équivalence de richesse si vous voulez17.

L'indigénat en tant que statut est supprimé à la Libération ?

  • 18 Inexact puisque la loi du 5 février 1958 consacre l'égalité politique de tous les Algériens en étab (...)

Oui, mais seul, le Général de Gaulle établira le collège unique18.

La véritable égalité ?

Le collège unique. C'était bien cela qu'il avait « compris » et voulu dire en 1958.

Mais pourtant lors de l'ordonnance du CFLN de mars 1944, on a décrété l'abrogation de l'indigénat ?

Oui, les indigènes avaient le droit de vote mais il y avait deux collèges.

Dans le domaine financier l'égalité de traitement est tardive ? Cette ordonnance de mars 1944 ne prend acte que dans sa dimension juridique ?

Oui c'est cela. Elle n'a pas de conséquences sur les finances de l'Algérie, c'est tout à fait différent.

Ces réformes algériennes se sont faites au début, ou régulièrement chaque année ?

Il y en a eu tout au long des années puisque la France évoluait de son côté, les idées évoluaient aussi mais je vous ai indiqué quelles étaient les grandes différences avec le régime français. Tout cela s'est réparti dans le temps entre mai 1945 quand je suis revenu à Alger et finalement juillet 1949 quand je suis parti.

Il y a donc, à la même époque, un même mouvement de nationalisations et d'intervention de l'État en Algérie comme en France ?

  • 19 H. Bonin explique l'étonnante absence de représentation directe du CNEP en Algérie par l'économie d (...)
  • 20 En Algérie fut créé en 1880 le Crédit foncier et agricole d'Algérie avec le concours du Crédit Lyon (...)
  • 21 Goetze reparlera de cet épisode qui l'a marqué. Cet exemple de la méfiance des banquiers publics vi (...)

Oui. Cela a été évidemment une des plus belles réalisations. En Algérie, il n'y avait pas de banques à nationaliser, mais les succursales des banques métropolitaines. Elles étaient nationalisées ou pas. Il y avait des agences du Crédit Lyonnais, de la BNCI. Il n'y en avait pas du Comptoir National d'Escompte. C'était assez paradoxal d'ailleurs, car c'était lui, le CNEP, qui se chargeait des finances de l'Algérie, des emprunts de l'Algérie, je ne sais pas pourquoi il n'avait pas d'agence19. Il y avait un organisme autonome qui était le Crédit foncier d'Algérie-Tunisie, qui n'a pas été nationalisé20. On n'a pas nationalisé les banques en Algérie, elles se sont trouvées nationalisées par le biais des succursales de la métropole. Cela m'a même donné un jour une très belle occasion de recevoir, les représentants des banques à propos d'un emprunt que voulait faire EGA, Électricité et Gaz d'Algérie. Ils sont venus me voir gentiment pour me faire part de toutes les réserves qu'ils faisaient quant à la solvabilité de cet établissement nationalisé. Alors, je les ai regardés avec beaucoup d'insistance et sans leur répondre. À leur tour ils m'ont regardé avec étonnement et je leur ai dit : « Messieurs, c'est très bien mais quel est votre actionnaire en fait ? » « Et bien c'est l'État ». « Alors pourquoi voulez-vous mettre en doute la solvabilité d'EGA, puisque après tout, vous n'êtes jamais tous que des agents d'un établissement d'État, au revoir Messieurs. Bref, je pense que vous ferez tout ce que vous devez pour que l'emprunt d'EGA soit un succès ! » Voilà21.

Quand vous êtes parti de Paris en 1945, est-ce que vous avez exposé vos projets en matière financière ou est-ce que vous n'en avez rien dit ?

Je me serais bien gardé d'en parler [...] puisque j'avais légalement le pouvoir de le faire, dès lors que le gouverneur général en était d'accord, évidemment. Je n'ai jamais eu beaucoup de difficultés à le convaincre.

  • 22 Yves Chataigneau (1891-1969) fut gouverneur général de septembre 1944 à février 1948. Considéré com (...)

C'est Chataigneau d'abord22 ?

  • 23 M.-E. Naegelen, (SFIO), gouverneur général de février 1948 à avril 1951.

Chataigneau d'abord, je n'ai jamais eu de difficulté avec lui. Naegelen, c'est autre chose, c'est en 1948-1949, c'est déjà ma dernière année23. Il était assisté d'un secrétaire général, Pélabon. Pélabon était un fouineur qui, au départ, avait quelque méfiance à mon égard et qui, effectivement, s'est fait expliquer en détail beaucoup de choses que je n'avais jamais expliquées à personne. Mais enfin, il a eu la courtoisie et peut-être la conviction d'admettre qu'après tout, je n'avais pas tort.

Donc auparavant vous aviez une autonomie quasi totale ?

Oui, si vous voulez. Il n'y avait pas de pouvoir collégial pour le Gouvernement général, il y avait un tout-puissant gouverneur général, un proconsul, qui avait vraiment tous les pouvoirs qu'il déléguait administrativement au secrétaire général et à moi ; j'étais d'ailleurs le numéro trois du Gouvernement algérien, si l'on peut dire. Mais il n'y avait pas de réunions de cabinet, il n'y avait pas de réunions des directeurs entre eux.

Le Gouverneur général avait une compétence générale, mais au point de vue des finances ?

Il avait une compétence politique absolue qui portait sur les finances aussi. Il aurait pu s'en mêler et c'est d'ailleurs à ce titre que Pélabon s'est fait donner des explications. C'était tout à fait normal.

Dans vos premières années, qui est Secrétaire général ?

  • 24 Le même Charles Ettori, conseiller d'État, fut appelé à Alger par J. Monnet (avec Louis Joxe) pour (...)

Il y a eu un secrétaire général, Ettori, membre du Conseil d'État, secrétaire général présent encore en 1942 lors du débarquement, qui a été épuré et remplacé par Gonon, inspecteur des Finances, à qui j'ai succédé à la tête des services financiers24. Il a libéré le troisième étage où je me suis installé comme directeur des services financiers avant de devenir progressivement directeur puis directeur général des Finances.

Est-ce que les effectifs administratifs dans le domaine financier étaient importants ?

  • 25 L'effectif de l'administration des Finances en Algérie se monte à environ 2 000 personnes au milieu (...)

Vis-à-vis de l'ensemble de l'administration algérienne, ils devaient être relativement importants puisque c'était le seul domaine où l'Algérie avait son autonomie depuis 1898, mais je n'en ai plus aucune idée25. Je sais simplement qu'il y avait 230 contrôleurs, jeunes, formés pour la taxe sur le chiffre d'affaires. Je pense que près de 200 ont été mobilisés, ce qui avait finalement réduit les pouvoirs de vérification à très peu de choses.

La proportion des Algériens musulmans au sein de cette administration ?

  • 26 En 1947, on ne dénombre qu'une vingtaine de cadres de l'Administration civile d'origine musulmane. (...)

Je préfère n'en pas parler parce que cela doit être très voisin de zéro, du moins pour les cadres. Il n'y avait que du personnel de la catégorie C puis progressivement ceux des échelles B. Cela ne dépassait pas le grade de ceux qu'on a appelés plus tard les contrôleurs, qui étaient des agents d'assiette, des agents de perception, etc. Il y avait quelques Algériens peut-être, du grade d'inspecteur. Mais il ne faut pas oublier que c'étaient des services métropolitains, en 1942, même les Contributions diverses qui étaient rattachées à la Direction générale des Indirectes en France. C'étaient des gens qui avaient passé leur concours en France, ou en Algérie. Il ne faut pas non plus oublier que c'était le temps où le grade le plus recherché était celui de conducteur des tramways algériens, c'était le quasi-summum de la hiérarchie. Il y avait surtout cette chose extraordinaire que l'on faisait faire la police par des Africains dans tous les territoires de l'Empire mais qu'il n'y avait pas d'agents de police musulmans. Il y en a eu ensuite, avant la fin, mais il n'y en avait vraiment aucun en 1945 dans cette révolte de Sétif. Il faut bien voir que les Algériens qui avaient quelque chose dans la tête, dans le « ventre » comme on dit, étaient, en dehors de quelques magistrats et des gros commerçants, ou bien médecins ou bien avocats26.

Professions libérales et commerçants ?

  • 27 Contrairement aux rumeurs de suicide ou de meurtre qui ont accompagné le décès de Salah Bouakouir, (...)

Professions libérales et commerciales. Il y avait quelques ingénieurs, il y en a eu deux. Il y avait deux polytechniciens de mon temps au Gouvernement général, Monsieur Salah Bouakouir que j'ai beaucoup aimé, qui a été ensuite secrétaire général adjoint, qui est mort dans des conditions dont on n'a jamais su si c'était un assassinat ou pas, et un autre qui était aux chemins de fer « algériens » comme on disait avec un « s » abusif, la SNCFA27.

Et dans l'enseignement ?

  • 28 Une statistique de 1951 recense 60 à 80 professeurs algériens, dont la moitié enseignent l'arabe.

Il y avait deux sortes d'enseignements : l'enseignement coranique et l'enseignement primaire dispensé par des instituteurs européens ou musulmans formés par les écoles normales. Y avait-il des professeurs du secondaire, peut-être ? Ce n'est pas exclu, évidemment ce n'était pas la majorité. Je commets peut-être une erreur, il est très possible que du côté de l'enseignement en effet ou des professions juridiques, il y ait eu un bon nombre de musulmans28. Mais la justice était française et elle ne dépendait d'ailleurs pas du Gouverneur général, sauf en sa qualité de représentant du Gouvernement, Domaine national, Justice, Armée et Diplomatie, et par voie de conséquence hors du budget algérien.

Dans le discours de Constantine du Général de Gaulle, le 12 décembre 1943, il avait été promis entre autres de créer des postes administratifs offerts aux musulmans.

  • 29 Le discours de Constantine qui se voulait en partie une réponse au manifeste du peuple algérien de (...)

C'est ce qu'on a fait progressivement mais certainement pas avec un « robinet » largement ouvert29. Ce qui m'a surtout frappé, c'était que dans les études les plus productives d'avenir, il n'y avait pour ainsi dire pas de musulmans. Les quelques « techniciens » que j'ai connus, le Ministre algérien actuel des Finances, qui a été le premier directeur algérien des Carburants, avait fait ses études à Lausanne, tel autre en URSS, un autre en Roumanie.

Et à Paris ?

Non, pas du tout ! Avant 1962, les deux seuls personnages importants étaient le directeur adjoint des Chemins de fer d'une part et le secrétaire général adjoint pour l'Économie qui était M. Bouakouir. Il n'y avait pas, que je sache, d'autres ingénieurs des grands corps ; peut-être est-ce que je me trompe d'ailleurs. En tous les cas, s'il y en avait, ils se comptaient sur les doigts d'une main.

Quelles sont les réactions en France à la politique que vous meniez ?

Elles ont eu comme conséquences qu'on a envoyé tous les jeunes inspecteurs des Finances faire des vérifications en Algérie pour voir un peu ce qui s'y passait !

Cela veut dire qu'on était au courant de vos activités ? Qu'on suivait les réformes que vous meniez ?

Et parfois on les faisait aussi en France. On en a fait beaucoup.

Il n'y a pas eu de difficultés ?

  • 30 Impôt ou emprunt de solidarité ? Difficile de dire si les attaques contre Goetze visaient son appar (...)
  • 31 400 millions.

Il n'y a pas eu de drames. D'ailleurs il ne pouvait pas y en avoir, la mer était entre nous deux. Je ne vous dirais pas que j'ai été bien aimé à Paris. M. André Philip, je l'ai dit, en particulier, voulait absolument me débarquer ! C'était en 1946 au moment de l'impôt de solidarité. J'ai fait la même chose en Algérie. Philip voulait me révoquer parce que je l'avais fait, soit-disant sans son autorisation, dont je n'avais d'ailleurs pas besoin en raison de l'autonomie financière de l'Algérie ! Il y avait quelqu'un au cabinet qui m'en voulait, je n'ai jamais su pourquoi. Je lui ai fait valoir qu'il m'avait donné son autorisation, preuve à l'appui. Je suis reparti sur Alger, contrairement à ce que croyait tout le Ministère des Finances. Mais l'Inspection sait aussi se défendre quand on l'attaque à tort30. [...] André Philip voulait me débarquer pour des raisons qui tenaient au domaine de la Trésorerie. Parmi les emprunts que la métropole a lancés, il y en avait eu un très important, l'emprunt de la Libération. Lorsqu'on a fait ce gros emprunt en France, j'en ai fait immédiatement un en Algérie après en avoir parlé d'ailleurs au cabinet du Ministre des Finances à qui j'avais rendu compte de mon intention de faire un emprunt. La France avait fait un emprunt à 75 ans, en Algérie je l'ai fait à 30 ans je crois. En France, au taux de 3 % alors que moi j'ai dû le faire au taux de 3,5 %. Le jour où la France lance son emprunt, moi je lance le mien et puis, téléphone, télégramme, je me fais convoquer à Paris... Et là, Monsieur Brunet qui était encore Directeur du Trésor m'attend, me reçoit et me dit : « Goetze, vous savez, je crois que vous ne retournerez pas à Alger parce que Monsieur Philip est vraiment furieux de ce que vous avez fait ». Il y avait un membre de son cabinet, dont j'ai oublié le nom, je ne suis pas rancunier, qui m'en voulait. Pourquoi ? Je ne l'ai jamais su. Il avait monté le Ministre contre moi. Monsieur Philip me reçoit et me dit : « Alors, vous vous croyez comme cela le droit d'émettre des emprunts sans mon accord. Après tout, vous n'êtes jamais que fonctionnaire des Finances ! » Je lui dis : « Monsieur le Ministre, je regrette, mais je vous en avais parlé, vous m'aviez donné votre accord. D'autre part, je ne pense pas que mon emprunt puisse nuire à l'emprunt français puisque, par dessus le marché, le franc français est interdit de circulation en Algérie en ce moment. Enfin, il faut bien que moi aussi j'aie de l'argent. Il faut bien que moi aussi je fasse attention à l'inflation qui peut revenir, même si nous avons été relativement modérés. Il y a quand même eu en Algérie tout le financement de la guerre vous savez. Ce n'était pas 400 milliards par jour comme avec les Allemands, mais c'était quand même important31. Je ne vois pas pourquoi je ne ferais pas cet emprunt. D'autre part, j'ai respecté la sacro-sainte obligation de faire un emprunt amortissable et amortissable dans des délais normaux à 30 ans. J'ai mis un taux d'intérêt un peu supérieur à celui de Paris mais c'est normal, l'Algérie n'est plus la France puisqu'il n'y a plus de relations financières entre Paris et Alger actuellement ! » Finalement, je suis reparti à Alger, contrairement à ce que tout le monde attendait. On s'attendait à me voir ensuite traîner dans les couloirs en recherchant une place et bien non, j'ai repris ma place à Alger.

Comment aviez-vous pris cette décision ? Tout seul ?

J'avais consulté le cabinet des Finances, je lui avais donné le temps de réfléchir, ce que je lui avais dit, je n'en sais rien. Je n'en mettrais pas « ma main à couper ». En tout cas, je n'avais pas d'autorisation écrite, certainement pas. Mais c'était tout à fait normal, j'avais un Trésor algérien qui ne demandait rien à la métropole. La guerre en Afrique du Nord avait bien été financée par la Banque d'Algérie et non la Banque de France, entraînant une inflation locale modérée par les décisions fiscales que j'avais fait prendre. Et je vous ai dit aussi combien j'avais été vexé quand on a doublé la valeur du franc CFA et qu'on n'a pas doublé, par rapport au franc français, le franc algérien.

Précisément, en ce qui concerne la monnaie, vous venez de me dire que le franc français était interdit de séjour en Algérie.

Effectivement, il a été interdit de séjour en Algérie, le lendemain de la Libération. Pendant combien de temps ? Je ne sais plus. De toute façon, il y avait la banque d'émission locale, la Banque d'Algérie suffisait, mais c'était l'usage que les billets français circulent en Algérie, auparavant, sans décote et sans surcote.

Cela ne faisait pas l'objet d'un marché noir ?

  • 32 Millions.

Il n'y avait pas de raison, mais ils circulaient évidemment. A ce moment-là, je ne sais pas ce qui se serait passé si on avait laissé le franc français circuler en Algérie. On risquait d'en être inondé à cause de ces 400 milliards journaliers payés aux Allemands32. Il faudrait tout de même bien qu'un jour on fasse l'échange des billets en France. Donc il fallait bien que je me défende en attendant que cela soit fait.

À part l'épisode André Philip, en général vous n'avez eu aucune discorde en matière financière ?

Non, je dois dire que par ailleurs, je m'entendais très bien avec Bloch-Lainé, avec Gregh, avec Guindey pour les Finances extérieures. Rapidement d'ailleurs, du point de vue des Finances extérieures, j'ai abandonné la souveraineté algérienne. Il était naturel que tout soit réglé en fait par Paris, comme la Justice ou comme l'Armée. Je n'ai jamais demandé à ce que l'Algérie ait les attributs de la souveraineté publique que sont la Diplomatie et la Monnaie à l'extérieur, la Défense et la Justice pour l'Intérieur. C'est en effet la monnaie de la France que j'avais défendue en 1942 contre la monnaie d'occupation américaine et non pas une monnaie algérienne puisque cette action a porté sur les quatre Territoires groupés à ce moment-là autour d'Alger.

Est-ce que, d'une manière générale, la métropole a quand même tenté une reprise en main claire et prévisible, à la Libération ?

  • 33 Sur Sétif, cf. ci-dessus IIe partie, notamment sur les chiffres. Répétons que la répression fut en (...)

Non, à la Libération, il y avait suffisamment à faire en France. Mais en 1945 la reprise en main a été faite très vite. Il faut reconnaître que comme on était encore en guerre, même si l'Armistice a été signé le même jour, l'armée n'y est pas allée de « main morte » à Sétif33.

Justement, on va parler un peu de politique intérieure en Algérie. Pour Sétif, vous arrivez à peine en Algérie, qu'en avez-vous pensé ?

Je reviens à peine en Algérie, quand j'apprends les « événements ». Que puis-je en dire ? Que c'était assez malheureux, que cela avait été bien maladroit. Je ne pouvais tout de même pas être d'accord avec une insurrection algérienne.

Vous parlez précisément d'une insurrection algérienne, donc pour vous, c'était une des premières insurrections nationalistes, se disant comme telle, pour l'Indépendance ?

Même pour l'Indépendance, ils n'ont même pas eu le temps de formuler quoi que ce soit. J'ai appris après qu'il y avait eu des réunions et tout cela, sur le moment, je n'en ai rien connu.

Cela apparaît comme l'aboutissement d'une fermentation des années 1943-1944-1945 importante ?

  • 34 L'Assemblée algérienne était composée de 60 délégués du premier collège, représentant 532 000 élect (...)

Bien sûr, mais on n'a pas su qui était le véritable responsable. Etait-ce la chose de Ferhat Abbas, ou bien du MTLD ? Le MTLD, je ne sais pas. Je préférerais quand même couper un peu plus vite sur tout cela pour vous parler plutôt du statut de l'Algérie et du rôle que j'ai pu jouer dans ce qui deviendra après, les institutions algériennes.... Il y a en 1945, il y a eu des évènements graves. Et ce qui a marqué, ça a été de vouloir donner un statut à l'Algérie. Un statut qui change l'Algérie, où les départements étaient conservés mais où l'Algérie serait reconnue comme une collectivité autonome, tandis qu'elle n'était jusqu'alors qu'une réunion de départements et qu'elle n'avait pas, si l'on peut dire, de personnalité réelle. Évidemment, elle levait des impôts, mais enfin c'était dans un flou artistique. Elle était une « collectivité territoriale » comme on dit actuellement de Mayotte ou de Saint-Pierre-et-Miquelon qui ne sont ni DOM ni TOM. Il n'y avait pas de personnalité algérienne, pourtant elle en avait tous les atouts et attributs. On a donc voulu faire ce statut en 1947, qui constituait un progrès car, au lieu d'avoir un rapport souvent de 1 à 8 entre les indigènes qui n'étaient plus désormais des indigènes, entre le deuxième collège disons, c'est ainsi qu'on l'appelait, et le premier, il y avait désormais la parité. C'est-à-dire que l'Assemblée algérienne était composée de 120 membres, à moins que ce ne soit de 6034, désormais, dont la moitié était élue par le premier collège et la deuxième par le second collège. Toutes les institutions devaient être paritaires désormais, et la présidence était tournante, c'est-à-dire un an, le premier collège, un an, le deuxième collège. Vous oubliez qu'il y avait les juifs aussi, les juifs algériens, qui faisaient partie du premier collège.

Et puis je crois que dans le premier collège il y avait aussi des musulmans, par exemple des militaires, il me semble ?

  • 35 L'ordonnance du 7 mars 1944 accorde l'entière égalité, sans qu'ils aient à renoncer à leur statut c (...)
  • 36 Pour les tâches nouvelles confiées à l'Assemblée algérienne, voir B. Droz et E. Lever, Histoire de (...)
  • 37 Édouard Depreux (SFIO) était alors Ministre de l'Intérieur du gouvernement Ramadier.

Ils avaient tous la citoyenneté française mais ils étaient du premier ou du deuxième collège, voilà35. Le statut de 1947 innovait sous cet aspect là qui était essentiel, la parité des deux collèges. L'Assemblée algérienne avait des attributions plus étendues que les Délégations financières en ce sens qu'elles n'étaient plus exclusivement financières. La nouvelle Assemblée avait un certain nombre d'attributions que j'ai oubliées notamment pour les biens habous et toutes les questions musulmanes. Elle n'avait pas en tout cas d'attributions véritablement indépendantistes36.
C'est de là que date ma grande mésentente avec les uns et les autres, cela date du temps où j'étais commissaire du Gouvernement avec Monsieur Maisonneuve qui était préfet, directeur de l'Algérie au Ministère de l'Intérieur. En 1947, pour la discussion du statut, le Gouvernement avait désigné deux commissaires du Gouvernement, l'un proposé par le Ministre de l'Intérieur, qui était Monsieur Maisonneuve, l'autre par le gouverneur général, qui était moi-même. Pourquoi ? Parce que, en réalité, les questions financières l'emportaient dans cette affaire sur les questions politiques à proprement parler. Alors on a parlé beaucoup du budget de l'Algérie, mais d'autres questions aussi bien entendu. Nous nous sommes débrouillés, Maisonneuve et moi, comme nous le pouvions, pour établir un texte valable qui a été promulgué le 20 septembre 1947. J'ai joué le rôle de commissaire du Gouvernement, c'est-à-dire que j'étais chargé par le Gouvernement d'assister le Ministre qui défendait ce projet37, ce qui m'a permis de connaître un certain nombre de parlementaires comme le font tous les commissaires du Gouvernement.

En pratique, cela recouvrait quels genres d'activités ? Beaucoup de contacts ? D'autres types de dossiers ?

Vous savez, une fois le statut déposé et inscrit à l'ordre du jour sur le rapport de la commission des Lois probablement, il n'y a plus grand-chose à faire. Il faut intriguer un peu dans les couloirs, pour voir quels sont les opposants, s'il y a des amendements, etc. C'est le rôle habituel d'un commissaire du Gouvernement, de détecter les affaires qui pourraient intéresser le Gouvernement.

Dans le milieu parlementaire ?

Effectivement. C'est de recenser et analyser les amendements, de mettre en garde le Ministre contre ce qu'on peut faire ou pas. [...] Je suis revenu à Alger après avoir passé quinze jours à Paris devant les Assemblées et quelque temps plus tard, naturellement, les journalistes sont venus m'interviewer. Je n'aime pas les interviews des journalistes ! de la presse ou des médias si vous voulez parce que, généralement, ils vous font dire ce qu'on n'a pas dit ou alors on s'est mal exprimé. En tout cas je me suis exprimé avec quelque brutalité et cela n'a pas très bien marché. On m'a dit :

– « Ah, Monsieur le directeur général, quel beau texte ! »
– « Oui, oui, évidemment, à condition qu'il soit appliqué ! »
– « Comment ? Vous douteriez qu'il soit appliqué ? »
– « L'avenir nous le dira ! »
– « Oui mais quoi qu'il en soit, maintenant c'est fini, n'est-ce pas, l'avenir est assuré, l'Algérie est assurée ».
Et là, j'ai eu cette réponse qu'il ne fallait peut-être pas faire à l'époque, j'ai dit :
– « Oh, vous savez, je pense que dans dix ans, l'Algérie sera au mieux, un dominion, au pire une République ».

  • 38 En attendant l'ouvrage de Gilles Morin, sur Les socialistes et l'Algérie de 1936 à 1962, on lira av (...)

Ouh ! Cela a fait un chahut dans toute l'Algérie cette chose-là, qui n'était pas tellement fausse ! Même les dix ans. Cela a un petit peu ébranlé Chataigneau mais il le pensait aussi sans doute. Tout allait bien mais c'est alors que Naegelen est venu avec la mission de remplacer ce gêneur car les socialistes étaient très favorables à l'Algérie française38.

Comment les journalistes ont-ils eux-mêmes réagi ? Vous ne vous souvenez pas ?

C'est plutôt l'administration qui a réagi vivement, la population j'en doute, sauf les milieux français mieux informés.

Pas les milieux nationalistes, par exemple, qui auraient pu à ce moment-là vous récupérer ?

Non, cela n'a pas fait la une à l'Écho d'Alger ni à la Dépêche algérienne.

Les réactions françaises ont été peu favorables ?

Je ne sais pas s'il y a eu beaucoup de réactions françaises, ce que peut dire un directeur qui travaille à Alger ! On va en voir le prolongement. L'Assemblée algérienne comprenait bien sûr 60 « non-musulmans » dont un seul communiste qui s'appelait M. Justrabo et quelques socialistes, mais surtout des radicaux à la « René Mayer » qui étaient des radicaux « bon teint » enfin plus blancs que roses, et puis 60 musulmans qui étaient tous d'excellents « béni-oui-oui » sauf trois UDMA je crois et quatre MTLD. Donc l'opposition de « sa Majesté » ne comprenait qu'un Européen et sept musulmans, cela pouvait aller ! L'Assemblée algérienne a élu comme premier président Monsieur Laquière, maire de Saint-Eugène, commune voisine d'Alger et Monsieur Laquière n'a eu qu'une préoccupation, une seule... sa position par rapport au secrétaire général du Gouvernement général dans la liste des préséances car il voulait passer immédiatement après le gouverneur, c'est important cela ! Et il voulait aussi connaître le grade de l'officier qui lui rendrait les honneurs quand il gagnerait son fauteuil de président. Comme au Parlement français c'est un général de brigade, il a souhaité un colonel plein ou même panaché, or on ne lui a alloué qu'un capitaine, il a été fou furieux. Cela commençait donc mal. Il a fait voter ensuite un règlement intérieur dont la démocratie est évidente puisqu'il interdisait à l'opposition de siéger dans une commission ! Il a également interdit pratiquement aux membres de l'opposition de prendre la parole en Assemblée et, à chaque fois, il les rappelait à l'ordre puis il appelait le capitaine pour les expulser. Ce capitaine a expulsé beaucoup de gens... heureusement que la buvette n'était pas loin de l'hémicycle. Tout cela ne me plaisait pas beaucoup et en particulier pour la commission des Finances. Celle-ci en souvenir de ce qu'était la commission des Finances des Délégations financières algériennes, avait un pouvoir tout particulier : les membres de la commission des Finances siégeaient côte à côte sur un même rang à l'Assemblée algérienne directement au-dessus des commissaires du Gouvernement, ce qui permettait au directeur général des Finances de donner les réponses souhaitables au président de la commission qui était juste derrière lui. Comme cela se faisait aux Délégations financières, les douze membres de la commission, six de chaque collège, votaient unanimement sur la position prise majoritairement par celle-ci, quelles qu'aient été les positions personnelles en commission, ce qui donnait une influence considérable à ce « bloc » dans l'Assemblée. Une fois, je devais être mis en minorité à la commission des Finances mais j'ai été sauvé par les musulmans parce que l'un d'entre eux a dit : « Ah Monsieur le directeur ! il a dit, alors nous, on fait comme lui ! »

Cette commission vous était donc acquise ?

Oui, mais c'était assez gênant. Elle était acquise mais cela me gênait beaucoup vis-à-vis de l'opposition qui n'y siégeait pas. Alors, j'avais avisé un musulman de l'UDMA qui me paraissait particulièrement intelligent et qui s'appelait le docteur Ahmed Francis. Ce docteur, je le prenais dans les couloirs après les séances de la commission des Finances et je lui disais ce qui s'était passé, je lui décrivais comment fonctionnait le budget algérien etc. et je crois que j'ai bien fait car le docteur Ahmed Francis a été le premier Ministre des Finances de l'Algérie indépendante.

C'est une formation financière et budgétaire dans les couloirs que vous lui avez dispensée de cette manière ?

Oui, au fur et à mesure que cela se révélait nécessaire. De 1947 à 1949, il y a eu deux années. Je ne voulais pas partir d'Alger avant d'avoir vu l'Assemblée algérienne nouvelle. Je le voulais absolument, je l'avais dit à Monsieur Nae-gelen. Comme heureusement pour moi, le Ministère des Finances n'avait pas de poste à me donner et que, quand même, il pensait que je méritais d'avoir un poste convenable, il a fallu attendre que Gregh en ait vraiment assez du Budget pour que finalement je revienne à Paris en 1949.

Vous avez pu voir fonctionner l'Assemblée algérienne pendant un an et demi ?

Pendant une session, plus d'une session puisque je suis parti en 1949, j'ai eu la session du Budget de 1949 et puis la session de printemps également. Et puis voilà, 1947, 1948 nous sommes à la fin de ma période algérienne. J'étais à ce poste depuis 1942, il fallait que je rentre en France et le poste de directeur du Budget me convenait parfaitement.

Lors de la mise en place du nouveau statut de 1947, quel était l'accueil de la part du milieu algérien musulman ? Vous m'avez dit qu'à l'Assemblée il n'y avait quasiment pas d'opposition ? Les nationalistes étaient à peine représentés ?

À peine, parce que l'Algérie n'était pas spécialement nationaliste. Pourquoi ? Elle connaissait Ferhat Abbas, Messali...

Vous aviez rencontré des nationalistes à cette époque ?

  • 39 Ahmed Francis fut le plus proche collaborateur de F. Abbas. Le 30 janvier 1956, les dirigeants de l (...)

Non, Ferhat Abbas, sans doute, je le connaissais bien, d'abord parce qu'il était pharmacien, qu'il avait une femme française, très blonde, qui voulait être présidente de la République algérienne et qui l'a beaucoup poussé par la suite à partir rejoindre le FLN. Je les ai rencontrés sur le quai de la gare de Lyon quand ils ont pris le train qui devait emmener Ferhat Abbas à Genève ainsi que Francis et deux autres, des modérés jusque-là, qui rejoignaient le FLN à ce moment-là39. Je dois dire que je n'ai pas réagi sur le moment, j'ai été très étonné quand même de les voir tous les trois ou quatre que je connaissais bien, sur ce quai de la gare de Lyon. [...] Je les ai vus sans me douter que c'était un départ pour la dissidence !

Et à Alger, vous les rencontriez dans quel genre d'occasion ? Parce que vous étiez d'une certaine manière un officiel très important.

  • 40 Cf. ci-dessus IIe partie sur « l'alliance entre Ferhat Abbas et les Affaires musulmanes ».

Des relations mondaines, c'est tout. Ferhat Abbas était parfois convié par le gouverneur général aux réceptions au Palais d'été. Je vous l'ai toujours dit, je ne peux pas savoir ce qui s'est passé, on a tellement dit de choses sur la direction des Affaires musulmanes qui aurait poussé et lancé Messali pour essayer de se dégager de Ferhat Abbas... C'est très possible40.

Vous faites allusion à un événement précis, à 1945, à Sétif ou pas particulièrement ?

Non, mais enfin peut-être la direction des Affaires musulmanes a-t-elle imputé essentiellement à Ferhat Abbas l'insurrection de Sétif parce qu'il était le pharmacien de Sétif notamment.

On pourrait dire aussi que l'insurrection s'est déclenchée parce que les musulmans voulaient le rappel de Messali qui avait été exilé quelque temps auparavant ?

  • 41 Cette réponse laconique s'explique sans doute par sa volonté de ne pas revenir sur les événements d (...)

Peut-être41.

Contre l'avis de Chataigneau, je crois ?

Certainement.

Chataigneau avait une position plus modérée et plus libérale que celle de Naegelen ?

Oui, Chataigneau était très libéral.

Est-ce que vous aviez des discussions avec le gouverneur général Chataigneau d'abord, Naegelen ensuite, sur le destin de l'Algérie, sur l'avenir de l'Algérie, parce qu'il me semble que vous ayez pronostiqué assez rapidement quand même une marche vers l'indépendance ?

Je crois que cela m'était très personnel. C'était ce que j'avais vu, ce que je supposais de ce que serait l'Assemblée algérienne. C'est pour cela que je voulais la voir installée, je voulais voir si je m'étais trompé ou pas.[...] Après les aventures de Sétif, en principe, le statut de 1947 en donnant la parité à la représentation des musulmans et des Français comme je vous le disais tout à l'heure devait amener un certain calme et jusqu'à mon départ en 1949, il n'y a eu aucun trouble grave.

À votre époque, il n'y a pas eu de troubles ?

  • 42 Témoignage important sur la non-préparation des esprits les plus éclairés devant l'insurrection de (...)

Je n'en ai pas connu et je dois dire que, pour moi qui étais parti d'Alger depuis 1949, 1954 a été un coup de tonnerre dans un ciel serein. Je parle de la généralisation de l'insurrection, bien sûr42.

Et pourtant, est-ce qu'il n'y a pas eu un trucage des élections, ou fraude, de telle manière que chaque élection était quelque peu entachée ?

Les élections municipales et les élections cantonales... vraisemblablement.

Précisément, cette Assemblée algérienne dans un premier temps est très modérée, il n'y a pas de mouvement vers l'indépendance ?

Elle est très modérée oui, parce qu'elle était composée précisément de notables et ces notables, d'anciens bachagas, cadis ou autres, n'étaient pas des révolutionnaires évidemment, ni même tellement des intellectuels.

De ce fait, cette Assemblée algérienne n'a été ni le lieu ni un instrument d'imprégnation nationaliste ?

  • 43 L'Assemblée algérienne est dissoute par un décret du 12 avril 1956.

Non, pas spécialement. D'ailleurs qu'a-t-elle fait à partir de 1954 ? Je ne sais plus, je ne sais pas ce qu'elle devient à ce moment-là. En tout cas, elle ne pouvait pas être le lieu où on en débattrait43.

Vous-même, comment l'avez-vous jugée ? Vous avez jugé que c 'était un pas décisif, important, une victoire ?

  • 44 Aux élections à l'Assemblée algérienne d'avril 1948, le trucage est évident (et non pas seulement p (...)

C'était tout de même un pas décisif, important, de donner la parité aux deux collèges. Je n'étais peut-être pas un politique libéral au point de penser que seul le collège unique pourrait sauver l'Algérie. À ce moment-là, je ne le pensais probablement pas, mais je trouvais que c'était déjà un point important qu'il y ait la parité entre ces deux collèges. Il appartenait ensuite aux musulmans d'essayer de se donner des représentants qui fassent quelque chose, même si peut-être, comme on a pu le dire, les élections étaient soit truquées, soit payées44... C'est très possible. Voyez la Corse, c'est un cas particulier la Corse aussi. Regardez le rôle des partis politiques en Corse par rapport aux « familles ». Ils ne sont pas le plus important et ce sont les familles qui continuent à faire la Corse et à se bagarrer entre elles. Là-bas aussi c'était ainsi, le même genre. L'Assemblée algérienne était pour moi un espoir certain de progrès mais rappelez-vous ce que j'ai dit : « Encore faudrait-il que le statut fût appliqué ». Et il ne l'a pas été parce que l'Assemblée algérienne ne s'est jamais occupée des questions, fussent-elles musulmanes, spéciales, qui lui étaient dévolues. Jamais, elle n'a dépassé des attributions purement financières ou de petites questions mineures. Puis Laquière, comme premier président, a joué un très mauvais rôle.

Il l'a enterrée en fait ?

  • 45 Abderrhamane Farès est né en 1911 dans une modeste famille de Kabylie. Après des études de droit, i (...)

Il a enterré le statut. Lui a succédé le bachaga Sayad Abd el Kader ! Le bachaga Sayad Abd el Kader avait une très belle barbe, il avait un prestige certain mais n'avait aucune influence réelle sauf dans sa famille même, je crois qu'il était de la région d'Orléansville, dans son clan. Mais vous y rencontriez aussi des délégués intelligents et modérés ! En particulier, le président Farès. Farès a été mon grand ami45. C'était un notaire de Kouba, la plus grosse étude d'Alger, après Renucci naturellement. Farès était très intelligent, il était très français, et il n'a pas sauté le pas comme Ferhat Abbas et les autres, il est resté. Quand je suis revenu à Paris, certaines intrigues se sont nouées. J'ai été mis au courant parce que je connaissais bien mes Algériens qui venaient me voir au Budget. J'avais essayé de mettre sur pied un plan avec Farès. C'était une chose assez curieuse, il s'agissait de faire du bicamérisme avec une chambre basse, une Assemblée nationale élue au suffrage universel au collège unique et une chambre haute, un Sénat des communautés qui aurait été composé par moitié ou par tiers d'Arabes, de Kabyles et d'Européens. Chose curieuse, à la différence de ce qui se faisait d'habitude, l'Assemblée nationale devait avoir le dernier mot sur tout, sauf en matière budgétaire où c'était l'Assemblée des communautés qui avait le dernier mot. Je ne maintenais pas de huitième aux musulmans mais j'essayais de donner, au moins, aux européens l'égalité avec les musulmans, parce qu'après tout, c'était eux qui payaient le plus d'impôts et qui avaient le plus d'importance économique. J'avais plus ou moins mis cela sur pied avec Farès.

Ce plan était votre propre schéma ?

Oui, c'était beaucoup plus tard. En 1949, à mon départ d'Alger, tout paraissait rentré dans l'ordre après 1945 et Sétif. 1954 arrive et puis 1955, 1956, la Tunisie, le Maroc bougent et reçoivent leur indépendance. « Les deux ailes ne peuvent pas se remuer sans que le corps ne s'émeuve à son tour », c'était un proverbe algérien je crois, et je pense qu'il est vrai.

Cela suppose que vous avez vraiment continué à suivre les affaires algériennes de près ?

Bien sûr mais à titre purement personnel à ce moment-là.

Oui, mais jusqu'à établir un schéma de fonctionnement ?

  • 46 La délégation extérieure du FLN, composée de Boudiaf, Khider, Ait Ahmed et Ben Bella reçue par Moha (...)
  • 47 Mahmoud Chérif, chef de la première Willaya.

J'avais quand même quelques idées là-dessus et j'avais essayé de les tester auprès de Farès précisément. Farès avait trouvé que c'était très défendable et puis on n'en a plus parlé. Malheureusement, tous ces projets se sont très vite terminés à cause du détournement de l'avion de Ben Bella46. Tout s'est arrêté et j'ai pensé que c'avait été une idée mort-née qui ne servirait à rien. J'ai quand même eu une certaine consolation plus tard, à la REPAL où je suis resté jusqu'en 1966 comme président. On avait, à partir des Accords d'Évian, mis en place à la SN REPAL, une procédure qui instituait une alternance non pas dans le temps mais dans les attributions. J'étais président de la SN REPAL et le vice-président était Algérien. Il y avait un directeur général qui devait être français pendant les cinq premières années et un directeur général adjoint algérien. Ce directeur général adjoint fut Mahmoud Chérif, Ministre du ravitaillement du FLN siégeant à Tunis, mais qui avait été aussi commandant dans l'Armée française47. [...] Je ne sais plus à quelle occasion j'ai parlé un jour de ce plan, lors d'une visite du conseil d'administration à la fameuse oasis de Ghadamès, dans le Sud saharien. Donc je parle de cela à quelqu'un, un administrateur français de ma société. C'est alors que Chérif dit : « Mais, Monsieur le président, votre plan a eu beaucoup plus d'influence que vous ne le pensez ! » En réalité, finalement, le FLN l'avait pris en considération.

Donc votre plan avait filtré ?

Bien sûr, Farès l'avait communiqué.

À qui cela avait été communiqué ?

C'est Farès qui avait fait cela. Je ne m'occupais pas des relations de Farès avec les clandestins. Ah ! Si le FLN l'avait accepté !

Pour vous cela a été une très grande satisfaction.

Oui, mais surtout aussi un très grand regret de l'affaire de Ben Bella, tout a été fini à partir de ce moment-là.

Ce plan avait été communiqué au FLN qui en plus ne l'avait pas rejeté ?

C'est ce qu'a dit Chérif, mais tout cela, ce ne sont que des « on-dit », je n'en sais rien. J'ai été condamné à mort à la fois par l'OAS puis par le FLN, de sorte que la balance est restée égale moitié-moitié.

Nous n'avez pas cherché à avoir un soutien parmi quelques parlementaires ?

  • 48 Jacques Chevallier, maire libéral d'Alger, député puis membre de l'Assemblée algérienne, Ministre d (...)

Non, j'aurais considéré que c'était imprudent, dans la mesure où cela aurait divulgué quelque chose qui aurait immédiatement mis en boule les Européens, pour la plupart. Je laissais M. Chevalier, maire d'Alger, essayer de mener cette politique là selon la façon dont il l'entendait48.

Vos projets n'ont jamais eu aucun retentissement ?

Aucun retentissement, je vous le dis, j'ai même été très étonné qu'il soit allé jusqu'à Tunis et que le FLN, paraît-il, lui ait donné un semblant d'accord, j'avais cru que ce plan était resté limité à des conversations entre Farès et moi.

Cette condamnation à mort que vous m'avez citée plusieurs fois, elle se situe à quelle époque ?

En 1962, juste avant l'indépendance, par l'OAS. Juste après l'indépendance par le FLN, la quatrième armée FLN, chargée du secteur d'Alger, était en conflit avec les autres, alors c'est la même qui m'avait condamné à mort, à Alger. Mais enfin cette menace, cela ne m'a pas ému davantage que celle de l'OAS.

Nous y reviendrons chronologiquement un peu plus tard parce que c'est quand même nettement plus tardif que la période 1947-1949 dont nous traitions jusqu'alors. Pour finir sur cette période, on avait déjà abordé ce petit sujet très brièvement la fois dernière. Il s'agit du rôle des syndicats dont vous m'avez dit qu'il avait nettement repris de sa vivacité à la Libération. Est-ce que vous-même vous avez eu des problèmes avec des syndicats, en particulier lors de vos réformes ?

Oui, j'ai eu des problèmes à la direction générale des Finances mais cela n'a jamais été jusqu'aux grèves, ce n'était pas l'habitude. J'ai eu une grève de mes agents de perception. Ils étaient désolés et se sont enfermés dans leurs bureaux pour travailler et mettre à jour leurs rôles pendant la grève.

Donc pas de grève en Algérie ?

  • 49 Pas de grève aux Finances en Algérie mais en métropole aux Finances oui, en 1947-1948. Paul Schwall (...)

Pas de grèves aux Finances. Ce n'était ni l'usage ni l'habitude. Les fonctionnaires des Finances ne faisaient pas grève dans le bon vieux temps qui s'est prolongé en Algérie49. Je n'ai pas pu faire aboutir la réforme algérienne parce que mes syndicats algériens se sont à nouveau alignés sur les syndicats français pour refuser finalement cette espèce de direction générale des Impôts que je pensais créer en Algérie d'une façon différente de la Métropole certes. Mais je voulais, en fait, dessaisir les Contributions diverses, cadres algériens rattachés à la direction générale des Contributions indirectes de Paris, de la perception, pour la confier plutôt à des agents dits « du Trésor ».

Sur le modèle français en l'occurrence ?

Effectivement, en partie du moins, car ils auraient perçu tous les impôts et pas seulement les impôts émis par rôle en France

Pour conclure peut-être sur la direction des Finances de l'Algérie, vous avez le sentiment d'avoir réalisé une œuvre durable, d'avoir eu un programme cohérent, d'avoir réalisé les objectifs que vous vous étiez fixés ou d'avoir des regrets ?

Je ne peux pas vous dire que le programme était cohérent parce que ce n'est pas à moi d'en juger. J'avais un programme de progrès qui n'a pas été réalisé en totalité et a continué à vivre même longtemps avec des Régies séparées. Je n'ai pas eu le temps de faire cette réforme d'autant plus difficile à faire qu'elle ne collait pas absolument sur la réforme française d'une part et que la réforme française n'était pas tellement admise par les syndicats métropolitains d'autre part.

Vous avez rencontré des difficultés ?

Dans mon projet, je voulais dépouiller la direction générale des Contributions indirectes de la métropole des Contributions diverses qui percevaient les impôts directs, pour créer une institution à part. Or, probablement la direction de la Comptabilité publique ne l'aurait elle-même guère accepté dans la mesure où les agents d'Algérie étaient des agents métropolitains. Quand, finalement, à l'Indépendance, tout cela s'est effiloché, ce sont des « contrôleurs » qui sont devenus des directeurs départementaux parce que les cadres français sont rentrés chez eux en France.

Il n'y avait pas de cadres parmi les musulmans ?

Très peu.

Ce qui est quand même une lacune ?

Oui, c'est une grave lacune et je n'ai pas eu le loisir de former le personnel nécessaire.

C'était trop court ?

Entre 1947 et 1949, la question ne pouvait pas se poser car, outre la perception des impôts, les autres fusions de Régies, cela prenait beaucoup de temps et il fallait d'abord faire revivre un pays.

On n 'a pas parlé de l'économie.

Il y avait un directeur de l'Industrie et du Commerce, Monsieur Bouakouir, puis il y a eu un Secrétaire général pour les Affaires économiques qui a été un certain Henri Faure, inspecteur général de l'Économie nationale.

Il y avait les Finances d'un côté et l'Économie nationale de l'autre ?

  • 50 À ne pas confondre avec les lettres d'agrément obtenues en 1941 par l'Algérie, cf. ci-dessous. Un d (...)
  • 51 Il s'agit de la Verrerie d'Afrique du Nord, fondés le 28 avril 1942, filiale de Saint-Gobain.

Oui, si l'on veut, Monsieur Faure était secrétaire général et moi, j'étais directeur général des Finances. Je pouvais quelque chose et lui rien, c'était la différence. Il n'avait pas de service directement sous ses ordres. Faure a été ensuite remplacé par un musulman, le seul musulman de l'administration supérieure, Bouakouir. Nous nous entendions d'ailleurs très bien. J'ai fait des choses, il fallait faire vivre ce pays qui n'avait pas tellement de ressources et surtout si peu de capitaux. Lorsque la métropole a retrouvé ses droits, je n'ai pas établi de contrôle des changes entre la métropole et l'Algérie mais j'ai interdit la libre circulation en Algérie des billets de banque français. D'ailleurs, les banques étaient des succursales des banques françaises, même le Crédit Foncier d'Algérie et de Tunisie, le CFAT. On versait sur un compte à Alger, cela se transférait à Paris comme on voulait et tout a toujours été libre. [...]
Il fallait bien faire développer ce pays. J'ai mis en œuvre une politique qui a été suivie par la suite en France ou plutôt qui a été appliquée, un peu différemment en France. Il s'agit de la procédure des lettres d'agrément : on donnait une lettre d'agrément c'est-à-dire de garantie de l'Algérie pour monter de petites entreprises de construction, de tissage, de choses comme ça, etc.50
[...] Alors j'ai fait faire une verrerie51 de « je-ne-sais-quoi » par la procédure de la lettre d'agrément, voilà un exemple.

C'était une sorte de caution de l'État ?

  • 52 Claude Tixier (IF 39) devient dès 1939 rapporteur de la commission de surveillance des prix, ce qui (...)
  • 53 Sur le CFAT et cette initiative originale de Goetze de financement de la construction par des crédi (...)
  • 54 Sur la politique du crédit à moyen terme réescomptable à la Banque de France, cf. O. Feiertag, Wilf (...)

C'était une garantie de l'Algérie carrément, mais il fallait savoir oser et finalement ce système n'a coûté que 10 000 francs au budget de l'Algérie, ce qui n'est pas beaucoup et cela prouve que les garanties ont bien marché et ont été remboursées. Et puis j'ai lancé également un mécanisme que je n'ai pas fait moi-même entièrement, mais que mon successeur Monsieur Tixier52 a mis au point quand je suis parti en 1949. C'est ce qui devait se retrouver dans la loi de 1950 sur les prêts spéciaux à la construction. Cette loi a été en réalité appliquée en Algérie un an auparavant, à la suite d'un accord passé entre Monsieur Deroy, gouverneur du Crédit Foncier de France et le Gouvernement général d'Algérie, accord négocié entre Monsieur Boissard alors sous-gouverneur du CFF et moi-même. C'est moi qui ai fait les premiers prêts à moyen terme pour le logement53. Le mécanisme a été transposé ensuite en France par la loi de 1950, texte qui d'ailleurs a été très critiqué parce qu'effectivement, le moyen terme, dans la mesure où il était réescomptable à la Banque de France, était inflationniste54. Cela a été un très gros drame quelques années plus tard. Enfin, de mon temps, à Alger, c'était les tout débuts et pendant longtemps, le Crédit Foncier de France a continué, de 1950 jusqu'à l'indépendance en 1962, à faire des prêts spéciaux en Algérie.

C'est vous qui l'avez inauguré ?

Institué en fait, mis en place puis voté par l'Assemblée algérienne avec Tixier.

On a parlé aussi des nationalisations ? Quels secteurs cela concernait-il ? Les houillères, l'électricité et le gaz ?

Oui.

Il y a bien sûr le pétrole ?

Il y a le pétrole qui va nous mener à la REPAL. C'est tout ce qu'on a nationalisé, les houillères du Sud-Oranais, l'électricité et le gaz d'Algérie, la SNFCA, la Compagnie des chemins de fer algériens qui est devenue la Société nationale des chemins de fer algériens.

C'est l'Assemblée qui a légiféré ?

Cela aurait pu être parfaitement de la compétence de l'Assemblée.

Mais le dossier financier par exemple, vous n'en avez pas de souvenirs précis ?

Non, les houillères du Sud-Oranais appartenaient déjà à l'Algérie et leur nationalisation n'avait pas beaucoup de sens. EGA était aussi largement un service algérien mais il y a peut-être eu aussi quelques sociétés qu'on a indemnisées. Ou bien est-ce que la loi de nationalisation française avait un article qui disait qu'elle s'appliquerait aussi à l'Algérie dans des conditions que déterminerait l'Assemblée algérienne ? C'est très possible.

En 1945, on dit qu'il y a eu de très mauvaises récoltes et que cela a joué un rôle dans le mauvais climat de l'époque ?

Oui, une année sur trois généralement est une mauvaise année en Algérie et puis nous avons eu également une terrible invasion de sauterelles, je ne sais plus laquelle de ces trois années. Les criquets, c'est vraiment très redoutable.

Le marché noir, quand vous revenez en Algérie, était-il quelque chose d'aussi présent qu'en France ?

C'est différent. Il n'y avait pas de marché noir ou à peu près pas de marché noir dans l'alimentation. Mais pour le reste, en dehors de l'agriculture, c'est-à-dire les objets manufacturés et autres produits, il y avait beaucoup de marché noir parce qu'il n'y avait rien de produit en Algérie et que tout ou presque venait de la métropole. On buvait dans des canettes de bière coupées en deux parce qu'il n'y avait pas de verrerie en Algérie.

Après la Libération, le marché noir a continué ?

Je ne pense pas.

Il y avait un contrôle des prix ? Il devait être de votre responsabilité ?

Par dessus le marché ! Le contrôle des prix était rattaché à la direction générale des Finances comme par hasard ! Monsieur Regard, qui était un agent des Directes, a été le directeur des Prix en Algérie, ou peut-être sous-directeur chargé des prix. L'ordonnance de 1945 était formellement applicable à l'Algérie, je m'en étais préoccupé à l'Économie nationale.

Pour revenir à la situation économique, elle s'est rétablie en combien de temps après la Libération ? Quand vous revenez, vous avez vu une amélioration ?

  • 55 La construction d'une usine sidérurgique en Algérie est un vieux projet qui remonte à la Première G (...)

Quand je suis rentré en France en 1949, je n'ai pas l'impression qu'il y avait de gros problèmes économiques en Algérie sauf les problèmes économiques les plus classiques auxquels le Plan de Constantine s'est efforcé et s'efforcera de remédier en créant une industrie sidérurgique — ce qui était peut-être un peu trop prendre le problème de trop haut — puis le pétrole n'est venu qu'à partir de 195655.

À votre époque, il n'y a pas de programme d'industrialisation, d'équipement ?

  • 56 En effet on ne peut parler de programme d'industrialisation même si D. Lefeuvre a bien montré l'éme (...)
  • 57 D. Lefeuvre rappelle en fait que : « La loi du 12 septembre 1940... autorisait le Ministre de la Pr (...)

Pas de programme d'industrialisation sauf les petites choses que j'ai faites sous la forme des lettres d'agrément56. C'est très modeste bien sûr. Pour les besoins essentiels qui apparaissaient nécessaires et qu'on pouvait essayer de satisfaire au moins en partie par cette procédure. [...] J'ai dû susciter des créations d'entreprises. C'est moi qui, le premier ai initié, avant la France, la procédure des lettres d'agrément : l'Algérie donnait sa garantie aux industries qu'elle estimait utiles de créer, c'est-à-dire sa garantie que l'Algérie assumerait la bonne fin des emprunts que ces entreprises nouvelles contracteraient auprès des banques. J'ai créé ainsi un certain nombre de choses : des tissages, de la chimie, une cimenterie et même le bâtiment. Ces lettres d'agrément dont je dois dire à ma grande satisfaction qu'elles ont coûté en tout et pour tout 10 000 F à l'Algérie pour la mise en jeu de sa garantie, tous comptes faits, après les remboursements obtenus, sur quelques dizaines de millions avancés à ceux qui, à un certain moment, n'avaient pas pu payer. Après la Libération, évidemment, cela ne pouvait se faire en pleine guerre57.

  • 58 Georges Blachette, député, son immense fortune reposait principalement sur l'exploitation de l'alfa (...)

L'alfa était-il un monopole58 ?

Non, ce n'était pas un monopole en droit mais c'était M. Blachette qui le monopolisait de fait.

Est-ce qu'il y avait une fiscalité spéciale sur l'alfa ?

Non, mais comme j'avais imposé les bénéfices agricoles aux bénéfices réels, Monsieur Blachette payait un peu plus que les autres, il lui en restait suffisamment. C'était un homme charmant d'ailleurs.

Est-ce le type même du grand colon algérien ?

Un certain type de grand colon algérien qui, en réalité, n'était pas très « social » mais, disons, très paternaliste. Un peu moins que Borgeaud, mais Borgeaud et Blachette étaient les deux grandes têtes. Ils étaient des personnes qui ne considéraient pas leurs ouvriers comme des partenaires, mais tout de même il y avait certaines réalisations sociales et ils avaient la main assez largement ouverte le cas échéant.

Donc, un paternalisme social envers leurs ouvriers agricoles, leurs ouvriers tout court ?

Un paternalisme qui n'était pas excessif mais tel peut-être que leur éviction après l'indépendance n'a pas rendu le peuple algérien plus heureux sous le régime communisant du FLN.

Notes

1 En septembre 1940, Bouthillier, réorganisant le Ministère des Finances avait confié la direction du Trésor à J. Brunet, ancien directeur de la CP, avait rétrogradé la direction de la CP en service, confié à Allix (IF 1928) et intégré à la direction du Trésor. Mais en mars 1943 à la suite du départ de Couve de Murville (directeur des Finances extérieures), Cathala avait réorganisé la direction du Trésor en rendant à la CP son autonomie sous l'autorité de Allix, directeur, et par contre réintégré les Finances extérieures sous l'autorité du Trésor, donc de J. Brunet. Cette fusion CP-Trésor fut donc exceptionnelle et éphémère.

2 À la suite des projets convergents du Parlement et de l'administration des Finances qui souhaitaient mettre fin à la désorganisation des comptes due à la guerre et pour cela étoffer et renforcer le bureau du Budget, la loi du 21 octobre 1919, suivie du décret du 7 novembre 1919, organisa la scission de la Direction générale de la Comptabilité publique en deux directions : une simple direction de la CP et une direction du Budget et du Contrôle financier. Sur la création de la direction du Budget, cf. Ph. Masquelier, L'histoire de la Direction de la CP, 1870-1940, La Comptabilité publique, Continuité et modernité, op. cit., p. 41-77, et R. Belot, Éléments de réflexion pour une histoire de la direction du Budget, exemplaire dactylographié, mai 1993, CHEFF, 35 p.

3 Sur la réforme du Trésor public en Algérie, cf. aussi IIe partie.

4 Depuis mars 1943 jusqu'en 1949, c'est Allix qui est directeur de la CP mais la direction du Trésor était aussi concernée par les réformes de Goetze.

5 Derrière l'humour, la critique est sévère sur les administrateurs de la CP ou des Régies qui semblent privilégier leur « marotte » au détriment de l'essentiel. Elle mériterait confirmation. Indirectement Goetze nous offre un renseignement précieux sur sa méthode : orienter ses interlocuteurs sur l'accessoire pour faire passer l'essentiel d'une réforme. Il n'agira pas différemment en 1956 devant les commissions des Finances pour faire passer le décret organique sur la présentation du Budget. Cf. les communications de Lucile Tallineau et de Robert Herzog, Actes de la Journée d'étude du 10 janvier 1997, la direction du Budget face aux grandes mutations des années cinquante, acteur ou témoin ?, Paris, CHEFF, 1997, à paraître.

6 Cf. ci-dessus IIe partie.

7 La taxe sur le chiffre d'affaires créée en 1920 avait été modifiée en 1937 sous le nom de taxe à la production. La TVA fut votée le 10 avril 1954 et le 6 janvier 1966 elle fut généralisée à tous les secteurs d'activité.

8 Les grandes centrales syndicales métropolitaines (CGT, CFTC, FEN) disposent de fédérations algériennes.

9 Rappelons que la DGI créée le 16 avril 1948 regroupe les anciennes régies, (direction des Contributions directes, indirectes, Enregistrement) ainsi que le Service de coordination financière. Chaque régie reste autonome sous la direction d'un directeur général et de son adjoint puis chef de Service délégué. Ceci jusqu'en 1970, année de la fusion effective matérialisée par les centres des impôts, mais véritablement achevée en 1994 avec la mise en place de responsables uniques à la tête des centres des impôts.

10 Pour exacte qu'elle soit, cette affirmation semble recouvrer une réalité comptable. D'une part une série de dépenses permanentes sont transférées du budget ordinaire au budget extraordinaire (par exemple des travaux d'entretien). D'autre part, la métropole contribue largement à des postes qui ont un caractère de souveraineté (défense, éducation nationale,...).

11 Les Délégations financières, instituées par le décret du 23 août 1898, furent dissoutes par l'ordonnance du 15 septembre 1945 et remplacées par une Assemblée financière de l'Algérie qui céda elle-même la place à l'Assemblée algérienne créée par la loi du 20 septembre 1947 et élue en avril 1948. L'Assemblée algérienne fut supprimée par le décret du 12 avril 1956.

12 Sur le budget de l'Algérie, cf. ci-dessus IIe partie.

13 Bachaga : c'est la plus haute fonction administrative et honorifique, toujours soumise à l'administration française, de l'Algérie coloniale.

14 Cf., en effet, la IIe partie.

15 Les recettes des collectivités locales (départements, communes) sont constituées pour une large part de centimes additionnels : plus de la moitié du total des recettes du département d'Alger pendant les années 1930. Cf. C. Autain, Le Conseil général d'Alger de 1931 à 1938, mémoire de maîtrise d'histoire, Université Paris VIII, 1996. Ces centimes, dont la valeur est fixée annuellement par les conseils généraux ou municipaux, s'ajoutent aux taxes directes sur les traitements et salaires, sur les bénéfices industriels, commerciaux et agricoles et à la contribution foncière.

16 Les allocations familiales furent instituées en Algérie par la loi du 20 septembre 1942, pour les personnels du commerce et de l'industrie, les salariés agricoles étant exclus de leur bénéfice, ce qui pénalisait la grande majorité des familles algériennes musulmanes. Contrairement au système métropolitain, le régime algérien est dégressif : le nombre des enfants pris en considération était limité à quatre. D'autre part, le montant des allocation, loin d'être progressif suivant le rang des enfants à charge et calculé sur la base d'un salaire unique, correspondait à un pourcentage du salaire effectivement perçu par le salarié, jusqu'à un niveau plafonné. Ces restrictions témoignent d'une philosophie inverse de celle qui avait présidé l'instauration des allocations en France. Loin de constituer un encouragement à la natalité, il s'agissait, en Algérie, de favoriser la limitation des naissances.

17 C'est également vrai dans le domaine électoral, puisque l'Assemblée algérienne comprenait deux collèges de 60 délégués chacun. C'est-à-dire que le million d'Européens disposait de la même représentation que les huit millions d'Algériens musulmans.

18 Inexact puisque la loi du 5 février 1958 consacre l'égalité politique de tous les Algériens en établissant le collège unique. Mais, après le retour du Général de Gaulle, un décret de juillet 1958 établit le vote des femmes musulmanes qui avaient été jusque-là écartées des urnes.

19 H. Bonin explique l'étonnante absence de représentation directe du CNEP en Algérie par l'économie de frais inutiles, la Banque préférant disposer de partenaires locaux qui lui apportaient des affaires. Cf. H. Bonin, « Les Banques et l'Outre-mer » communication au Colloque du 15 novembre 1996 à Bercy, La France et l'Outre-mer, un siècle de relations monétaires et financières, les 13-14-15 novembre 1996 dont les Actes paraîtront au CHEFF en 1997.

20 En Algérie fut créé en 1880 le Crédit foncier et agricole d'Algérie avec le concours du Crédit Lyonnais, puis il fut élargi en 1909 à la Tunisie et en 1920 au Maroc.

21 Goetze reparlera de cet épisode qui l'a marqué. Cet exemple de la méfiance des banquiers publics vis-à-vis des entreprises publiques mériterait d'être confirmé ou infirmé.

22 Yves Chataigneau (1891-1969) fut gouverneur général de septembre 1944 à février 1948. Considéré comme trop favorable aux musulmans, et dans la perspective des premières élections à l'Assemblée algérienne, il fut remplacé par Marcel-Edmond Naegelen, le 15 février 1948.

23 M.-E. Naegelen, (SFIO), gouverneur général de février 1948 à avril 1951.

24 Le même Charles Ettori, conseiller d'État, fut appelé à Alger par J. Monnet (avec Louis Joxe) pour collaborer avec lui dans la difficile négociation entre Giraud et de Gaulle pendant le premier semestre 1943 ; cf. J. Monnet, Mémoires, op. cit.,, p. 226.

25 L'effectif de l'administration des Finances en Algérie se monte à environ 2 000 personnes au milieu des années 1950.

26 En 1947, on ne dénombre qu'une vingtaine de cadres de l'Administration civile d'origine musulmane. En 1954, on ne dénombrait que 183 musulmans parmi les 2 500 fonctionnaires du Gouvernement général. Il existait aussi des industriels petits ou moyens, des instituteurs et une moyenne bourgeoisie agraire d'origine musulmane, témoignant d'une diversification sociale croissante de la population algérienne. Ainsi, en 1955, le Rapport Maspétiol incluait-il 50 000 musulmans dans les classes moyennes et 515 000 musulmans parmi les couches de la petite bourgeoisie et des salariés. Cf. Daniel Lefeuvre, L'industrialisation de l'Algérie (1930-1962), Échec d'une politique, op. cit. et Chère Algérie, op. cit.

27 Contrairement aux rumeurs de suicide ou de meurtre qui ont accompagné le décès de Salah Bouakouir, les témoignages de Jean Vibert et de Claude Tixier, présents au moment du drame, permettent d'en affirmer le caractère accidentel.

28 Une statistique de 1951 recense 60 à 80 professeurs algériens, dont la moitié enseignent l'arabe.

29 Le discours de Constantine qui se voulait en partie une réponse au manifeste du peuple algérien de Ferhat Abbas du 10 février 1943, sans rompre avec la politique d'assimilation, visait à permettre à quelques dizaines de milliers d'Algériens musulmans d'accéder à la pleine citoyenneté française en leur offrant l'égalité d'accès aux emplois publics. Dès le 11 décembre le CFLN créait une commission chargée d'établir un programme de réformes politiques, économiques et sociales en faveur des Français musulmans d'Algérie. La commission devait rendre son rapport au plus tard le 31 janvier 1944, date qui fut repoussée de six mois. Cf. D. Lefeuvre, L'industrialisation de l'Algérie, op. cit.,, t. II, p. 306 et suiv.

30 Impôt ou emprunt de solidarité ? Difficile de dire si les attaques contre Goetze visaient son appartenance à l'Inspection. Dans un autre entretien il évoque à nouveau cet épisode sans faire référence à la campagne contre l'Inspection. Nous avons déplacé et rapporté ici ce passage sur le mécontentement du Ministre.

31 400 millions.

32 Millions.

33 Sur Sétif, cf. ci-dessus IIe partie, notamment sur les chiffres. Répétons que la répression fut en effet impitoyable et souvent aveugle. Le général Duval commandant la division de Constantine fit appel à plusieurs dizaines de milliers d'hommes pour ratisser les régions soulevées, à l'aviation et à la marine. Par la suite, le Ministre de l'Intérieur accéléra la mise en place d'un programme de réformes pour l'Algérie. En avril 1946, Messali Hadj est déporté en AEF et ses lieutenants sont arrêtés.

34 L'Assemblée algérienne était composée de 60 délégués du premier collège, représentant 532 000 électeurs, dont 63 000 musulmans, et de 60 délégués du second collège, représentant 1 300 000 électeurs, tous musulmans. Si les femmes algériennes européennes participaient au scrutin, les femmes algériennes musulmanes en ont été écartées. Rappelons les chiffres de la population en Algérie en 1948 : 860 000 Français et 7 700 000 Musulmans. Cf. B. Droz et E. Lever, Histoire de la guerre d'Algérie, 1954-1962, op. cit., p. 34.

35 L'ordonnance du 7 mars 1944 accorde l'entière égalité, sans qu'ils aient à renoncer à leur statut civil, aux Algériens musulmans ayant exercé des commandements militaires, des fonctions publiques ou titulaires de décorations et de titres universitaires. A ce titre, 63 000 électeurs musulmans faisaient partie du premier collège.

36 Pour les tâches nouvelles confiées à l'Assemblée algérienne, voir B. Droz et E. Lever, Histoire de la guerre d'Algérie, 1954-1962, op. cit., p. 33-36. Ces auteurs notent : « Il y avait là, la reconnaissance implicite d'une spécificité algérienne qui rompait avec la conception coloniale de l'assimilation. »

37 Édouard Depreux (SFIO) était alors Ministre de l'Intérieur du gouvernement Ramadier.

38 En attendant l'ouvrage de Gilles Morin, sur Les socialistes et l'Algérie de 1936 à 1962, on lira avec profit É. Maquin, Le Parti socialiste et la guerre d'Algérien, La fin de la vieille maison, 1954-1958, Paris, L'Harmattan, 1990, 233 p.

39 Ahmed Francis fut le plus proche collaborateur de F. Abbas. Le 30 janvier 1956, les dirigeants de l'UDMA se réunirent en Suisse pour décider de leur ralliement officiel au FLN. Cf. B. Stora et Z. Daoud, Ferhat Abbas, une utopie algérienne, Paris, Denoël, 1995, 429 p. A. Francis est en charge des Finances et des Affaires économiques dans le GPRA, jusqu'au renversement d'Abbas, en août 1961. Il redevient Ministre des Finances, au lendemain de l'indépendance, dans le gouvernement Ben Bella.

40 Cf. ci-dessus IIe partie sur « l'alliance entre Ferhat Abbas et les Affaires musulmanes ».

41 Cette réponse laconique s'explique sans doute par sa volonté de ne pas revenir sur les événements de Sétif ou encore par son ignorance. On a vu qu'il n'était pas en Algérie avant le 5 mai 1945.

42 Témoignage important sur la non-préparation des esprits les plus éclairés devant l'insurrection de la Toussaint. De nombreux témoignages attestent que les autorités françaises savaient que quelque chose se préparait. Cf. B. Droz. et E. Lever, Histoire de la guerre d'Algérie, 1954-1962, op. cit., p 60-61.

43 L'Assemblée algérienne est dissoute par un décret du 12 avril 1956.

44 Aux élections à l'Assemblée algérienne d'avril 1948, le trucage est évident (et non pas seulement possible), à la lecture des résultats mêmes. Non seulement l'Administration a multiplié les candidatures dociles, mais encore elle a faussé le déroulement de la campagne électorale. A la veille du scrutin, elle arrête 32 des 59 candidats du MTLD. Les meetings de l'organisation messaliste ont été interdits, ses tracts et ses journaux saisis. Malgré cela, le succès des candidats nationalistes au premier tour a conduit l'Administration a bourrer les urnes au second tour comme l'illustrent les résultats (2e collège) de Blida et de Bône :
Image 1.jpg
Cette fraude électorale fut instituée en véritable système de gouvernement et fut généralisée à toutes les consultations.

45 Abderrhamane Farès est né en 1911 dans une modeste famille de Kabylie. Après des études de droit, il devient le premier notaire musulman. Délégué financier, membre de l'Assemblée algérienne, il la préside en 1953. Sans avoir jamais adhéré au FLN, il lui apporta un soutien juridique et matériel.. Emprisonné en novembre 1961 pour collusion avec le FLN, il est libéré après les Accords d'Évian et préside l'Exécutif provisoire.

46 La délégation extérieure du FLN, composée de Boudiaf, Khider, Ait Ahmed et Ben Bella reçue par Mohammed V à Rabat, devait se rendre, le 22 octobre 1956, à Tunis pour participer avec le Sultan du Maroc et le Président tunisien à une conférence destinée à jeter les bases d'une union nord-africaine. Mais le DC3 officiel marocain dans lequel les dirigeants algériens avaient pris place, piloté par un commandant français, reçut l'ordre des autorités militaires françaises d'Algérie de se poser à Alger. Guy Mollet, placé devant le fait accompli, n'osa désavouer les militaires. Mais ce geste fut lourd de conséquences politiques.

47 Mahmoud Chérif, chef de la première Willaya.

48 Jacques Chevallier, maire libéral d'Alger, député puis membre de l'Assemblée algérienne, Ministre de la Défense du Gouvernement Mendès France.

49 Pas de grève aux Finances en Algérie mais en métropole aux Finances oui, en 1947-1948. Paul Schwall, administrateur au bureau B2 raconte cette grève dans ses souvenirs. « Les années 1947 à 1949 connurent, ainsi qu'il a déjà été dit, de nombreux mouvements de grève. Le Ministère des Finances, qui entendait sauvegarder, ou acquérir, des avantages particuliers, n'échappa pas au défoulement revendicatif ambiant. La quasi-totalité des administrateurs civils se retrouva a la section FO, à laquelle j'adhérai moi-même. ... J'étais le syndiqué de base. Celui qui écoute et qui suit. Je me souviens d'une grève qui n'en finissait plus. Nous avions pourtant obtenu le partage du fonds commun de régies fiscales avec un quart pour l'Administration centrale. Mais il y avait toujours des collègues insatisfaits. » Il contribua à la reprise du travail. Paul Schwall, « Éclats de Mémoire », Études et Documents VIII, Paris, CHEFF, 1996, p. 533. La meilleur étude à l'heure actuelle est celle de J. Siwek-Pouydesseau, Le syndicalisme des Fonctionnaires depuis 1948, PUF de Lille, 1982, 287 p.

50 À ne pas confondre avec les lettres d'agrément obtenues en 1941 par l'Algérie, cf. ci-dessous. Un décret du 26 avril 1946 étend à l'Algérie les dispositions de la loi du 23 mars 1941 qui accordait en France la garantie de l'État au financement de la fabrication des produits nécessaires au pays. Les emprunts obligataires des industriels agréés recevaient, par l'intermédiaire du Crédit national, la garantie de l'Algérie. En réalité, dans la plupart des dossiers, les dépenses ont été préfinancées par la mobilisation directe de crédits auprès des banques, consolidés ensuite par le Crédit national ou un consortium d'établissements.

51 Il s'agit de la Verrerie d'Afrique du Nord, fondés le 28 avril 1942, filiale de Saint-Gobain.

52 Claude Tixier (IF 39) devient dès 1939 rapporteur de la commission de surveillance des prix, ce qui le conduit dès octobre 1940, comme chargé de mission, sous l'autorité de Fourmon (IF 1931), à la direction des Prix, puis sous-directeur et directeur adjoint de 1945 à 1949 de la même direction rattachée alors au Ministère de l'Économie nationale. Comme d'autres, il cumule ses fonctions avec celle de directeur de cabinet du Secrétaire d'État au Budget, Bourgès-Maunoury, puis directeur adjoint du Ministre des Finances René Mayer en 1947-1948 (Delouvrier étant directeur). Il suit Mayer au Ministère de la Défense puis dirige successivement le cabinet du Président du Conseil Queuille et du Ministre des Finances Petsche en 48-49. Cf. Entretiens avec Tixier au CHEFF en 1989.

53 Sur le CFAT et cette initiative originale de Goetze de financement de la construction par des crédits à moyen terme, réescomptables au Crédit foncier et le plus souvent consolidables par des prêts à long terme et qui connut « un succès encore élargi, à partir de 1959, avec la mise en place du plan de Constantine », cf. Crédit foncier de France, itinéraire d'une institution, ss la dir. d'Aline Raimbault et H. Heugas-Darraspen, édition du Regard, 1994, 287 p., p. 99-103.

54 Sur la politique du crédit à moyen terme réescomptable à la Banque de France, cf. O. Feiertag, Wilfrid Baumgartner, les finances de l'État et l'économie de la Nation, 1902-1978, Un grand commis à la croisée des pouvoirs, Thèse d'histoire soutenue à Paris, X, 1994, ss la dir. de A. Plessis, 2 vol. Exemplaire dactylographié au CHEFF.

55 La construction d'une usine sidérurgique en Algérie est un vieux projet qui remonte à la Première Guerre mondiale et que le général Weygand avait relancé en 1941. Mais il fallut attendre décembre 1956 pour que l'État s'engage définitivement dans cette voie, pour des considérations d'ailleurs politiques : témoigner de la pérennité de la présence française en Algérie et manifester la volonté du Gouvernement d'industrialiser la colonie. Les sidérurgistes, appelés à construire cette usine manifestèrent leur réticence, en particulier du fait de l'insuffisance des débouchés locaux et de l'absence de rentabilité d'une telle implantation. Ils s'inclinèrent, cependant en 1960, non sans avoir obtenu d'importantes contreparties des pouvoirs publics. Pour un investissement total estimé à 82 milliards de francs, le capital social ne s'élevait qu'à 14 milliards, souscrit par l'Ouenza (20 %) un groupe de financier (29 %), les 32 sociétés sidérurgistes intervenant pour 51 %

56 En effet on ne peut parler de programme d'industrialisation même si D. Lefeuvre a bien montré l'émergence d'une prise de conscience d'industrialisation nécessaire de l'Algérie et les mesures d'aide fiscales ou financières prises dans le cadre d'un plan « Balensi ». Il précise : « Cet ensemble de dispositions a conduit à parler de plan d'industrialisation ou plan 1946. Mais c'est bien à tort que ce terme est employé. » Cf. D. Lefeuvre, L'industrialisation de l'Algérie, op. cit.,, t. 2, p. 316.

57 D. Lefeuvre rappelle en fait que : « La loi du 12 septembre 1940... autorisait le Ministre de la Production industrielle, jusqu'au 1er juillet 1941, à inviter les industriels à entreprendre la fabrication de produits d'utilisation courante ...répondant à des besoins certains ». Cette invitation qui fait l'objet d'une lettre d'agrément autorisait les industriels bénéficiaires à « warranter » leurs productions tout en conservant la garde dans leurs entrepôts. La Région économique de l'Algérie ayant demandé l'extension de cette loi à l'Algérie, satisfaction lui fut donnée par le décret du 18 juillet 1941 publié au JO de l'Algérie le 9 septembre. Mais en ce qui concerne la garantie de l'Algérie aux entreprises qui empruntaient, c'est-a-dire la garantie d'amortissement, la Délégation l'avait suggérée. Cf. SHAT, 1P39, DGGA, Général Weygand à Vice-Président du Conseil 12 novembre 1941, Objet Développement industriel de l'Afrique du Nord cité par D. Lefeuvre, L'industrialisation de l'Algérie, op. cit., t. 2, p. 284. Chacun des trois pays prévoyait la possibilité d'accorder aux industriels des avances à moyen terme pour un montant total de 50 millions de francs en Algérie. R. Goetze a-t-il participé aux réflexions industrialistes de la Délégation, ce que laissent penser ses relations avec Lemaigre-Dubreuil. Il semble donc que sa paternité ait, sur ce point, été partagée.

58 Georges Blachette, député, son immense fortune reposait principalement sur l'exploitation de l'alfa. Il possédait, en outre, le Journal d'Alger. L'alfa est un herbacée dont les feuilles servent à la fabrication de pâte à papier. Pour l'essentiel les feuilles d'alfa étaient exportées en Grande-Bretagne comme fret retour des bateaux acheminant le charbon anglais en Algérie. Les tentatives d'implanter des usines de pâtes à papier en Algérie, transformant l'alfa local, furent infructueuses, se heurtant au coût et à la pénurie d'eau et à la sécheresse de l'atmosphère. Sur l'autre grande famille de colons, les Borgeaud, cf. note ci-dessus.

Notes de fin

1 Fin de l'entretien n° 4 (avec quelques transferts vers la Ve partie) et entretien n° 5, cassettes nos 9 et 10. D. Lefeuvre prend à nouveau le relais dans la rédaction des notes sur les finances et la vie politique de l'Algérie.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540