Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Entretiens avec Roger Goetze, haut fonctionnaire des Finances

 | 
Roger Goetze
, 
Florence Descamps
, 
Agathe Georges-Picot

Troisième partie. Au ministère de l'Économie nationale avec Pierre Mendès France (septembre 1944 - avril 1945) puis retour en Algérie (mai 1945 - juillet 1949)

Chapitre premier. Directeur du cabinet de Pierre Mendès France, Ministre de l’économie nationale (septembre 1944 - avril 19451)

Texte intégral

  • 1 Entretien n° 4, cassettes nos 6 et 7.

C’est très émouvant ces retrouvailles avec la métropole après plus de deux années ?

Eh oui, plus de deux années de coupure totale ! Depuis 1940, je n’étais retourné qu’une seule fois en métropole. Bien sûr à ce moment-là, ma mère savait à peine que j’étais directeur des Finances d’Algérie. Je ne suis même pas certain de le lui avoir dit dans mes cartes interzones, ce qui n’était pas tellement recommandé. Voilà, je suis donc arrivé, je suis allé voir ma mère puis le lendemain, je me suis présenté au Ministère des Finances. [...] C’était vide !

Il avait été libéré par un comité de Libération ?

  • 1 Sur la libération du Ministère des Finances les historiens disposent de plusieurs témoignages conco (...)

Oui, bien sûr, et à la tête duquel se trouvait mon ami François Bloch-Lainé, alors c’était parfait1 !
J’ai donc demandé où se trouvait Mendès, je cherchais à me présenter à Mendès France. « Ah, mais il n’est pas ici, il se trouve dans le petit salon à droite là-bas, de l’autre côté du grand escalier », le salon qui a beaucoup servi aux Secrétaires d’État ou Ministres du Budget. Il était là, il était tout seul. Mon Dieu, nous avons parlé de tout et du reste et puis il m’a dit : « Je suis très ennuyé, je voudrais bien si cela vous intéressait, vous prendre comme directeur de cabinet mais je suis désolé, je n’ai rien à vous offrir, j’ai donné le Trésor à Bloch-Lainé, les Finances extérieures à Guindey et le Budget à Gregh, je n’ai rien à vous donner et je ne peux pas vous demander cela », je lui ai dit : « Mais si, Monsieur le Ministre, c’est tout à fait normal, vous ne me devez rien, j’ai la direction générale des Finances d’Algérie à laquelle je tiens et où je resterai et où je peux être remplacé, à condition d’y aller au moins une fois par mois, par mon adjoint Peraldi, je suis à votre entière disposition. Au contraire, vous voulez créer un ministère de l’Économie nationale et cela me passionnerait de participer à la création d’un tel ministère. » C’est comme cela que je suis devenu directeur de cabinet de Mendès France.

Dès cet instant, vous aviez appris qu’il n’avait pas les Finances ?

  • 2 Aimé Lepercq, X-Mines, directeur de filiale chez Schneider avant guerre, président du Comité d’Orga (...)

Non, je l’avais déjà appris sur place avant de le rencontrer puisqu’on m’avait dit qu’il n’était pas là et qu’il se trouvait dans le salon « de l’autre côté ». Il était Ministre de l’Économie nationale, le Ministre des Finances étant Lepercq2.

Vous pensiez qu’il allait devenir Ministre des Finances ? Cela a été une déception ?

  • 3 Mendès France a expliqué à Jean Lacouture sa nomination aux Affaires économiques et sa réaction : « (...)

Je crois qu’il était content d’avoir l’Économie nationale, c’est un ministère qui n’existait pas, qui était à faire, qui correspondait bien à ses idées dirigistes, parce que c’était le Plan, c’était la répartition, c’était les prix, il faut reconnaître que cela n’avait rien de libéral3.

Et le blocage, l’échange des billets...

  • 4 Sur le refus de de Gaulle de procéder comme le réclamait Mendès France à l’échange des billets et a (...)

Cela relevait des Finances, justement. C’est d’ailleurs pour cela que ça n’a pas « collé », c’était le rôle des Finances évidemment, l’échange des billets et les blocages éventuels4.

Et vous aussi, cela vous a séduit ?

  • 5 Ce réflexe de « corps » est à souligner. Pourquoi pas un rédacteur au Ministère des Finances ?
  • 6 Sur Berbigier et Bénézit. Cf. notes de la Ire partie. Sur le choix de Berbigier, son témoignage con (...)
  • 7 Georges Boris, ami personnel de Mendès France, Sous-secrétaire d’État au Trésor en 1938, avait été (...)
  • 8 Tournier (IF 1926), après avoir été contrôleur financier de 1940 à octobre 1942, est nommé directeu (...)
  • 9 Ce n’est pas Franck mais Fourmon qui est encore directeur des Prix. Inspecteur des finances (1931) (...)
  • 10 Il s’agit de Dreux, directeur de la Répartition, direction rapidement supprimée puisqu’elle ne figu (...)
  • 11 Mendès France après avoir occupé brièvement les salons Napoléon III du Ministère, situation qui fac (...)
  • 12 Sur l’œuvre de Mendès France au MEN. Cf. M. Margairaz, op. cit., t. II, chapitre XXII. Parmi les me (...)

Cela m’a séduit, c’était une expérience passionnante, je n’avais tout de même jamais que cinq ans de plus qu’à mon départ pour l’armée. J’étais donc encore bon pour le service à ce moment-là et cette activité me plaisait beaucoup.
Il m’a fallu trouver un cabinet pour le Ministre. Alors, je me suis dit : « Voyons, je vais prendre comme adjoint, un autre inspecteur des Finances, bien sûr, d’une part, mais surtout un ingénieur des Mines ou un ingénieur des Ponts, j’ai besoin d’un financier et d’un ingénieur d’un corps de l’Etat »5. J’ai repensé à un camarade que je connaissais depuis l’âge de 10 ans, Bénézit, ingénieur des Mines. Où était-il ? Là aussi, j’ai cherché et j’ai trouvé Bénézit, qui après avoir été prisonnier était rentré, il était là. Je lui ai demandé s’il voulait venir comme directeur adjoint à l’Économie nationale, il m’a répondu : « Bien sûr, bien sûr, passionnant ». J’ai pris Berbigier6, qui était le major au premier concours de ma promotion, et nous avons commencé à créer le cabinet sous cette forme-là. Ensuite, il a fallu trouver des gens compétents pour les divers secteurs, il y avait Boris bien sûr, qui jouait un rôle d’éminence grise. Il était nulle part et il était partout7. Boris donc, Tournier pour l’Économie générale8. Qui donc y avait-il d’autre ? Franck pour les prix après Fourmon9. Il y en avait un pour la répartition, j’ai oublié son nom10. Enfin bref, on a monté cette affaire-là de toute pièce, cela a été passionnant. Nous nous trouvions dans des conditions pas très commodes. Nous habitions au Rond-Point des Champs-Elysées, la maison des chocolats Meunier11. Il n’y avait qu’une cheminée dans le bureau du Ministre qui chauffait en passant le bureau du directeur du cabinet qui était au-dessus, mais en dehors de tout cela, il n’y avait aucun autre chauffage. Du coup, il fallait que tout le monde se concentre dans mon bureau. Enfin, on a fait ce qu’on a pu, mais on a essayé de lancer bien des choses12.

En ce qui concerne le Ministère des Finances que vous avez donc retrouvé à la Libération, vous avez été déçu de ne pas vous y retrouver vous aussi. Quelle ambiance y régnait-il ?

Bof.

Il y avait quand même eu ce Comité de libération ?

  • 13 Goetze n’étant pas présent à Paris lors de la Libération il ne peut répondre à la question sur le c (...)
  • 14 Sur le renouvellement des hommes, cf. aussi ci-dessous. Prenons l’exemple donné par Goetze des dire (...)

Oui, bien sûr. Il y avait Gregh, Guindey et Bloch-Lainé13 dans les trois principales directions. La direction du Personnel était quelque peu politicarde, c’est possible. Je ne m’en souciais pas beaucoup. Les cinq directions générales des Régies, très autonomes, j’en dirigeais « les enfants » en Algérie, dont j’avais profondément réformé les habitudes et le comportement. J’aurai à m’en justifier d’ailleurs. Les autres... les Monnaies et Médailles, tout cela continuait à marcher, je suppose14.

Que pensiez-vous du jury qui a été mis en place pour juger les inspecteurs des Finances ?

  • 15 Un jury d’honneur faisant office de commission d’épuration au Ministère des Finances avait été cons (...)
  • 16 Le jugement de Goetze quant à l’épuration à l’Inspection est balancé : « mérité » mais aussi « un p (...)

Pour quelques-uns qui se trouvaient assez proches de ma promotion, j’ai eu l’impression qu’il n’a pas été très dur15. Mon impression est que c’était mérité, peut-être que cela allait un peu loin quand même mais comme ils ont finalement tous été réintégrés au bout de deux ou trois ans16...

Il y a quand même eu des exclus... définitivement, comme Renand, Coquelin, Dhavernas, Bouthillier évidemment.

  • 17 Sur Renand, cf. note Ire partie. Henri Dhavernas (IF 1938), nommé le 18 juin 1940 chef adjoint du c (...)

C’est vrai. Coquelin, oui, et Dhavernas. Lui, avait évidemment fait trop de choses. Renand a été rétabli depuis. Je crois qu’ils figurent tous toujours dans l’annuaire. Ils n’ont pas si mal profité de la situation, après coup ! Dhavernas, je ne sais pas ce qu’il est devenu, mais évidemment...17

Ils ont quitté les Affaires publiques ?

Forcément, c’est le moins qu’ils pouvaient faire, c’était de quitter les Affaires publiques.

D’une manière générale, vous trouvez que cette épuration a plutôt été légère ?

  • 18 L’arrêté de révocation sans pension de l’Inspection des Finances concernant Bouthillier pris en con (...)

Elle a été relativement légère dans la mesure où ils ont tous été rétablis ou à peu près, sauf évidemment Bouthillier et encore. Sur le début, j’ai trouvé qu’il y en avait un certain nombre au sujet desquels je me suis plutôt étonné. Dhavernas, non, parce que j’avais appris par les journaux qu’il a été dans les chantiers de jeunesse, etc. Il était très connu. Renand, je ne m’en serais pas douté ! Je ne sais pas. Et puis Coquelin était trop âgé pour moi. Je le connaissais mal dans son action, enfin, il y en a eu d’autres... Il y avait bien Barnaud aussi18.

Est-ce que vous avez eu l’impression, lors de la Libération, qu’il y avait une politisation de la haute fonction publique ?

Plutôt. [...] Il faut dire ce qu’il en était. La fin de l’année 1944, on l’a vécue dans des conditions matérielles difficiles et dans des conditions morales encore plus difficiles. La mort de Lepercq n’a rien arrangé, la nomination de Pleven et le début, dès ce moment-là, du conflit avec Mendès ont mis une ambiance un peu spéciale dans les relations entre les Finances et l’Économie, ce qui était assez fâcheux.

Est-ce que vous pensez que les nominations des directeurs généraux ont été relativement politiques à l’époque ?

Probablement. Si je parle du Ministère de l’Économie nationale et même des Finances, non, il n’y a pas tellement eu de nominations politiques. Le Plan, évidemment, mais c’était sûrement... une direction de caractère politique. Boris était effectivement bien connu comme étant un grand socialiste mais on n’allait pas élaborer un Plan par des enfants de chœur ou grâce à l’article 49-3. Je pense qu’un Plan, sans être une ardente obligation, doit être délibéré par le Parlement et non pas « enlevé » avec l’article 49-3. Excusez-moi de cette anticipation.

Vous m’avez parlé d’Edgar Faure dans le cabinet de Mendès ?

  • 19 Edgar Faure évoque avec humour et précision son passade au cabinet de Mendès France et ses fonction (...)

À la Libération, Mendès me charge donc de lui faire des propositions de fonctionnaires pour son cabinet de l’Economie nationale. Comme je vous l’ai précisé, je crois, je suggère comme directeur adjoint du cabinet Bénézit (ingénieur des Mines), comme principal conseiller financier, Berbigier, inspecteur des Finances de ma promotion, puis sur les idées de Mendès arrivent des personnalités comme Boris qui jouera un grand rôle en matière de Plan. Ah ! Un autre que je vois très bien, un petit rouquin, Sanson qui était très habile aussi et qui fourmillait d’idées. Et puis Mendès me dit : « Écoutez, Edgar Faure n’est plus secrétaire général adjoint du Gouvernement, c’est un garçon intelligent, vous devriez le prendre au service juridique ». Alors j’ai pris Edgar Faure au service juridique et très gentiment, tous les mardis soir, Edgar Faure venait présenter au directeur de cabinet l’ordre du jour du Conseil des ministres, dûment mis dans des classeurs, et c’est moi qui ensuite le présentait à Mendès. De sorte que cela m’a toujours amusé de dire qu’en fait, Edgar Faure, au départ, à Paris, était en réalité mon secrétaire. Quand on lit ses Mémoires et qu’on découvre les idées qu’il a émises à ce moment-là sur ses activités politiques à Paris, il faut savoir en réalité que c’étaient les miennes, c’est très amusant... Il assume, dans ses Mémoires, la paternité d’idées qu’il avait d’abord débattues avec moi et qu’il revendique maintenant19. Quand je l’ai revu ultérieurement, à mon retour d’Algérie, il était Secrétaire d’État au Budget. Voilà, les rôles étaient inversés !

A l’époque, c’est donc vous qui étiez son supérieur hiérarchique ?

Comme directeur de cabinet, oui bien sûr, mais pas autrement.

Et vous soupçonniez à l’époque qu’il aurait une carrière politique aussi prestigieuse ?

Non, je n’y pensais pas, mais il était vraiment très brillant, encore plus brillant que « zozotant », les deux à la fois, il a toujours été le même sauf ses idées qui ont beaucoup varié au cours des années.

A l’époque du cabinet de Mendès, vous vous entendiez bien ? Vous avez appris à vous connaître à ce moment-là ?

  • 20 Il est nommé par de Gaulle délégué adjoint auprès de Ch. de Menthon, chef de la délégation français (...)

Oui, bien sûr, c’était en effet, un collaborateur précieux, il n’y a aucun doute. D’abord comme juriste, puisqu’il est allé à Nuremberg, il était évidemment très « calé » en qualité de juriste, moi j’en étais resté à mon certificat de licence20.

Est-ce qu’il avait déjà des compétences économiques ou financières ?

Pas spécialement, mais il a assez vite fait choix d’une circonscription électorale dans le Jura ou le Doubs, puisqu’il a évolué entre les deux départements, et très vite il s’est révélé comme un homme politique de premier rang.

Au cabinet de Mendès, il ne s’occupait pas de finances, ni d’économie, c’était le service juridique ?

Il était au service juridique et c’était lui qui s’occupait du Conseil des ministres, essentiellement. On le consultait donc en fait sur l’aspect juridique de tous les textes importants, par exemple quand on a fait l’ordonnance sur les prix.

On va y venir plus précisément. D’abord, petit rappel sur le Ministère des Finances et sur la Libération. Est-ce qu’il y a eu beaucoup de restructurations au Ministère des Finances à la Libération ? Est-ce que vous avez eu l’impression qu’il y avait un petit vent de réprobation, de changement de têtes ?

  • 21 Par épuration Goetze entend le passage devant le jury d’honneur. Sur le renouvellement de certains (...)

Ah oui. On a changé pas mal de têtes. D’abord on a, plus ou moins, fait passer à l’épuration tous les directeurs ou directeurs généraux21.

Comment expliquez-vous que tous les directeurs généraux s’en soient, comme vous dites, bien sortis, presque avec les félicitations du jury ?

  • 22 L’interviewer, on le voit, reprend les analyses un peu rapides de certains historiens. Mais il est (...)
  • 23 Henri Deroy, reçu à l’Inspection en 1923, commence sa brillante carrière a la direction du Budget d (...)
  • 24 Jacques Brunet reçu au concours de 1924 fait après un passage en cabinet auprès de Poincaré puis de (...)
  • 25 Sur Pierre Coquelin, cf. ci-dessus. Goetze se trompe, la décision est annulée en 1949, il est réint (...)

Eh bien mon Dieu c’est tout naturel parce qu’ils étaient de bons Français et qu’ils avaient fait leur métier. Évidemment, ils avaient servi le gouvernement de Vichy mais ils l’avaient servi parce qu’il fallait quand même bien que la France fût, gouvernée peut-être, mais sans aucun doute administrée22. Monsieur Deroy en particulier, avec son rôle de secrétaire général du Ministère a dû avec courage assumer de très lourdes responsabilités23. On sait que Brunet a été un peu visé aussi mais parce qu’il s’occupait de la Comptabilité publique et du Trésor, appelé à ce moment-là le Mouvement général des fonds24. Mais ils ont passé leur examen, je dirais, « haut la main », sauf l’un d’eux qui était je crois, directeur du Commerce extérieur ou quelque chose comme ça, un garçon dont vous m’avez parlé vous-même, qui a été épuré effectivement et qui est le seul, je pense, à ne pas avoir été réintégré, j’ai oublié son nom25.

Est-ce qu’il vous semble que le Ministère des Finances était un des ministères parce que plus technique, finalement moins collaborateur, moins collaborationniste que d’autres ministères ? Il a été moins « mouillé » ?

Étant donné son importance, ses effectifs et tout cela, il a été relativement moins mouillé que d’autres. Forcément, il y a eu de tout dans le Ministère, y compris un comité de libération assez mordant.

Est-ce que, par exemple, dans le comité de libération du Ministère des Finances, il y avait une présence du Ministre assez active, favorable même à l’épuration, qui a poussé à la « roue » ?

Je ne peux pas vous le dire parce que je n’ai pas eu à faire à lui, j’ai eu à faire avec la mauvaise humeur de l’Assemblée consultative en Algérie et cela m’a suffit.

On a donc parlé des têtes qui étaient tombées, qui avaient quelque peu « valsé ». Est-ce qu’il y a eu des restructurations plus institutionnelles ? La direction de l’INSEE est créée à l’époque ?

  • 26 Pas tout à fait. Ainsi, le Trésor a cessé de contenir les Finances extérieures qui ont retrouvé en (...)

Oui et elle est rattachée à l’Économie nationale. En fait, la restructuration des Finances s’est faite par la création de l’Économie nationale, le Ministère des Finances étant resté classique avec les directions centrales. Forcément personne n’a touché au Budget ni au Trésor, je ne parle pas de l’Imprimerie nationale, des Monnaies et Médailles et compagnie26...

Et les Régies ?

  • 27 Rappelons qu’il n’y avait plus que quatre Régies (qu’on appelait aussi administrations financières) (...)

Et les Régies ? Les cinq régies sont restées des États dans l’État puisqu’elles avaient une certaine autonomie. Seules, elles donnaient droit au titre de directeur général d’une part et d’autre part, elles avaient un « conseil d’administration » composé de quatre administrateurs qui étaient en fait des sous-directeurs d’un rang élevé, ceux que l’on a appelés ensuite les chefs de service27.

Comment ce Ministère des Affaires économiques est-il créé ?

  • 28 En effet. En 1940 le secrétariat général aux Affaires économiques avaient été doté d’une direction (...)

Il récupère les services qui avaient dû être créés sous Vichy, c’est-à-dire la direction de la Répartition, la direction de l’Économie intérieure, la direction des Prix surtout. Tout ce dont le libéralisme d’avant 1939 n’avait pas besoin, sauf peut-être la DREE, la direction des Relations économiques extérieures, et encore faisait-elle quasiment double emploi avec son homologue du Quai d’Orsay. Duplication qui subsiste de nos jours28.

Dans ce nouveau ministère, il y a une pyramide administrative, il y a des troupes.

Forcément oui. Pas très nombreuses mais tout de même importantes.

Vous souvenez-vous des directeurs qui ont été nommés ?

Oui, pour le Plan, le conseiller du Ministre était Boris ; pour l’Économie générale, le directeur était Tournier ; pour les Prix, je pense que c’était déjà Louis Franck, Rosenstock-Franck.

Je crois qu’il n’arrive qu’en 1947. Il y a eu quelqu’un avant lui.

  • 29 Le « fameux Closon » est Francis-Louis Closon, rédacteur aux Finances en 1932, docteur en droit, bo (...)
  • 30 Rappelons que J. Monnet est nommé par de Gaulle à la tête du Commissariat au Plan créé par décret l (...)

Oui, c’est très probable et ce doit être Fourmon, qui est décédé il y a déjà longtemps. Mais il n’est pas resté très longtemps et puis les autres ? Il y avait effectivement l’INSEE avec le fameux Closon29. Et puis le Commissariat au Plan avec Jean Monnet30.

Mais qui n’était rattaché à aucun ministère en soi ? Il était indépendant ?

Il était indépendant, mais il dépendait en fait du Ministère de l’Économie nationale.

Cela, c’est vous qui le dites ?

  • 31 Les historiens ne le disent pas non plus ! M. Margairaz rappelle que le Commissariat général au Pla (...)

Oui et lui ne le dit pas, j’en suis certain31. Les plus grands rapports qu’il pouvait avoir avec les ministères, c’était avec l’Économie nationale. On n’avait pas créé à ce moment-là d’Aménagement du territoire. La question ne se posait pas avant d’aménager le territoire, il fallait déjà reconstruire ce qui avait été reconquis.

Je cherche à savoir si, dans un Ministère comme celui de l’Économie nationale qui est un nouveau Ministère où il y a de nouvelles structures, s’il y a un nouveau personnel de directeurs qui arrive, ayant leur origine sous Vichy (cela se comprend assez bien), mais aussi des gens nouveaux venant de l’extérieur ?

Certainement.

Des hommes de formation nouvelle ?

  • 32 Rappelons que sous l’Occupation, Bouthillier avait, subdivisé le Ministère des Finances en deux : l (...)

Certainement. Boris n’était pas directeur du tout.[...] On a pris aussi assez souvent ceux qui étaient là. J’ignore ce qui s’est passé en France pendant l’Occupation, pour ceux qui n’étaient pas directement des financiers. On connaissait bien les directeurs généraux des Régies, le directeur du Trésor, le directeur du Budget mais au-delà... le Ministère qui devient l’Économie nationale était un peu considéré comme marginal par les « vrais financiers »32. Je ne sais pas si Fourmon était déjà directeur. Je sais que Tournier, lui, était déjà à la direction de l’Économie générale.

Et comme toujours, on a puisé plutôt dans l’Inspection des Finances ?

  • 33 Goetze rappelle à l’interviewer une évidence. Les inspecteurs des Finances sont à la disposition du (...)

C’était le Ministère des Finances33 ! Mais j’avais eu soin, comme je vous l’ai dit, de prendre comme directeur adjoint du cabinet, mon camarade l’ingénieur des Mines M. Bénézit.

C’est une habitude peu fréquente dans les cabinets des Finances ?

C’est devenu très fréquent... quasi obligatoire.

Votre choix a été ressenti comme nouveau ?

  • 34 Sur le personnel de direction de l’Économie nationale, « les économiquement faibles » selon l’expre (...)

Je ne pense pas. Le Ministère était nouveau, on a pris les gens qui étaient là, enfin les gens qui se trouvaient disponibles et qui y sont restés d’ailleurs après mon départ. La plupart sont restés, notamment avec Cusin, puis ils ont fini par pantoufler à gauche ou à droite34.

En ce qui concerne les grands corps, est-ce qu’il y a une rivalité, une concurrence entre par exemple les « corpsards » – les X-Mines par exemple – et les inspecteurs de Finances, ou est-ce que chacun a eu son domaine réservé ?

  • 35 Les polytechniciens se réservent « naturellement » les directions du Ministère de l’Industrie. Cf. (...)

Chacun avait un domaine réservé mais depuis la Libération beaucoup moins. Ce qui joue beaucoup plus, effectivement, comme rivalité, c’est entre l’Inspection des Finances, la Cour des Comptes, le Conseil d’État. Les techniciens eux-mêmes n’étaient pas tellement dans les cabinets, sauf au Ministère de l’Industrie bien entendu, où alors là un inspecteur des Finances était mal venu35 ! C’est ainsi que je n’ai pas été, je pense, très apprécié, moi, inspecteur des Finances, comme PDG de la REPAL, face aux autres sociétés pétrolières, enfin c’était comme cela.

Nous allons revenir à la REPAL, mais en ce qui concerne ce nouveau personnel à la fois de la haute fonction publique et puis des cabinets, il y a quand même eu un net vent de rénovation, de diversification ?

  • 36 Nous l’avons vu en effet. Bel exemple d’un questionnement quelque peu inadapté au témoin qui a quit (...)

Je présume. Je vous ai dit que je ne connaissais pas très bien ceux qui étaient en place à Vichy et qui étaient déjà de l’Économie nationale36.

Quel climat régnait-il entre vous ? Est-ce qu’il vous semblait qu’il y avait en quelque sorte un accord de génération pour la reconstruction, pour les projets qui fleurissaient un peu partout... ?

Je ne sais pas car nous étions quand même très occupés ! En dehors des grands problèmes que le Ministre traitait et traitait presque seul avec Boris ou avec Ardant, moi j’étais surtout chargé de faire tourner la machine, de créer le Ministère donc, et de le faire démarrer et on travaillait comme on pouvait, grâce au concours de Monsieur Edgar Faure !

Est-ce qu’il y avait un partage des tâches entre le Ministre qui s’occupait bien entendu de politique et vous-même ? Est-ce que c’est comme cela que le partage se fait entre un Ministre et son directeur de cabinet ? Et vous-même, vous occupiez-vous plus généralement de la constitution du Ministère que des problèmes d’administration ?

  • 37 La gestion du personnel qui relevait de la direction des Services administratifs au MEN créée en 19 (...)

Bien sûr, mais l’administration de ce Ministère était fort légère puisque celui-ci n’avait pas d’antécédent. Et son administration proprement dite, la gestion du personnel et du matériel, a été assurée par la direction du Personnel du Ministère des Finances. Il y a eu une petite cellule, en autonome ultérieurement, puis une direction mais au début on était pris en charge par la direction du Personnel du Ministère des Finances. C’est cette direction qui établissait les mandats, etc37.

D’un point de vue budgétaire, est-ce que le Ministère de l’Economie nationale était doté à votre avis d’un budget suffisamment important pour qu’il puisse réaliser le programme qu’il s’était fixé ou qui lui avait été fixé ?

  • 38 Les compressions budgétaires de la période 1945-1948, « aveugles », ont eu des effets négatifs sur (...)

Je n’ai vu que le budget de 1945 qui ne comportait pas grand-chose, il était purement administratif. D’ailleurs, je ne sais pas ce qu’il aurait pu comporter... Même le Commissariat du Plan, par exemple, à l’heure actuelle, n’a guère de gestion de crédits qu’administratifs. Il n’y a pas, que je sache, par exemple, de grands travaux qui soient gérés au Commissariat du Plan ou même à l’Aménagement du territoire. Il y a très peu de choses à l’Aménagement du territoire et quant au Plan, il fait surtout des études sur l’avenir et il n’a pas besoin de grands crédits..38.

Donc il n’était pas question de réalisations ?

Dans ces quatre ou cinq mois où j’ai été présent, il n’en était pas, question. J’ai simplement présenté à mon camarade Gregh le budget 1945 de l’Économie nationale. Et comme je connaissais la façon de procéder de la direction du Budget, dans l’antichambre du directeur qui devait me précéder, j’ai demandé quels étaient les chiffres des crédits et j’ai dit : « Majorez-les de 15 % », de façon qu’il n’y ait pas une large discussion avec Gregh puisqu’il m’a suffi à l’issue de notre « débat » d’abandonner 15 %.

Je voulais essayer de comprendre quel est le poids qu’avait le Ministère de l’Économie nationale dans les décisions. Est-ce qu’il avait les moyens de mettre en œuvre la politique qu’il pouvait préconiser ?

  • 39 D’après le bottin administratif, les constructions navales relevaient en 1945 du Ministère de la Ma (...)

Ce n’est pas lui qui était chargé de la mise en œuvre en fait. Lui, il donnait les idées, il contrôlait ce qui était fait, il revenait à chaque Ministère d’exécuter. S’il y avait des constructions navales à faire (il n’y avait pas encore de Ministère de la Mer bien sûr), c’était le Ministère de l’Industrie qui les mettait en œuvre, cela n’a jamais été l’Économie nationale39.

J’ai beaucoup de mal à comprendre à quoi servait ce Ministère de l’Economie nationale. C’était un « ministère d’idées et de conseils » qui se superposait au Plan ?

Oui, mais le Plan en faisait partie.

Il aurait pu être indépendant.

  • 40 Sur l’indépendance du Plan dès 1946, cf. plus haut. Du temps de Mendès France on ne peut parler vér (...)

Il est devenu indépendant plus tard, beaucoup plus tard, mais à ce moment-là c’était la direction générale du Plan au Ministère de l’Économie nationale40.

Et que faisait la direction que vous appelez direction de l’Économie générale ?

C’était une direction de petite exécution. Elle était différente de la direction de la Répartition et de la direction des Prix qui existaient mais elle avait beaucoup de choses sous sa coupe. Tout était réglementé à cette époque de guerre ne l’oublions pas, nous sommes pendant l’hiver 1945, on ne pouvait pas faire un pas sans une autorisation ou quelque chose de ce genre. Tout cela relevait de l’Économie générale, s’il n’y avait pas de direction spéciale comme pour les Prix, la Répartition, et le Commerce extérieur.

Donc c’était un ministère qui supervisait ou qui réglementait les ministères dépensiers ?

Voilà, en partie. Il n’avait pas son mot à dire dans l’attribution des crédits, d’où encore une autre discussion avec les Finances mais, généralement, son contreseing était obligatoire sur la presque totalité des textes. C’était une question de contreseing.

Vous avez évoqué Monsieur Closon, le « fameux » Closon, j’aimerais que vous me précisiez en quoi était-il connu à l’époque ?

Il l’était déjà en partie par ses études. C’est lui qui a eu l’INSEE à ce moment-là, c’était une grosse machine à faire fonctionner. Elle a bénéficié évidemment de tous les progrès qu’on a pu accorder aux administrations, comme aux autres, en particulier l’informatisation. Il est certain que les statistiques ont été beaucoup plus fiables ultérieurement qu’avant.

En France, en 1945, est-ce qu’il y a une carence des instruments de connaissance, des instruments statistiques pour l’économie ?

  • 41 Cf. ci-après IVe partie.

Carence partielle certainement, parce que si je pense à 1949, lorsque je suis arrivé au Budget, c’était un seul garçon de la direction du Budget qui faisait par exemple les prévisions de recettes, alors que maintenant vous avez une direction de la Prévision pour vous éclairer41.

En 1945, quand vous êtes directeur de cabinet, comment avez-vous les renseignements, pour gérer par exemple le ravitaillement, la pénurie, la répartition, est-ce que les instruments vous ont manqué ?

Cela a certainement manqué à celui qui s’occupait du ravitaillement !

Effectivement !

  • 42 À l’époque de Mendès France c’était en effet Ramadier député socialiste. Il avait succédé à Giaccob (...)

Non, mais c’est vrai, il y avait une direction du Ravitaillement et il y a eu un Ministère gestionnaire. Ramadier était le Ministre du Ravitaillement, je ne sais pas s’il y était dès le début, mais enfin il l’a été. Comment fonctionnait-il ? Les services du Ravitaillement sont des services qui n’ont pas survécu heureusement au rétablissement de la paix réelle qui a bien mis quatre ou cinq années à s’instaurer. Les services du Ravitaillement, disparus à la fin de la guerre, sont des séquelles de la guerre42.

Est-ce que vous pouvez en quelques mots faire une sorte de portrait de Mendès France quand il arrive en France ? Et quelles sont ses idées économiques à l’époque, son projet pour la France, son grand dessein pour la France ?

Son grand dessein pour la France, c’est effectivement d’avoir un Plan et de réprimer les inégalités et les injustices de la période de l’Occupation.

Pour vous, c’est l’idée centrale de l’époque ?

Je pense que c’est l’idée la plus centrale de l’époque, je sais qu’il allait plus loin avec ses idées sur notamment, l’échange des billets. L’échange des billets était une nécessité patente pour arrêter l’inflation mais il était très rigoureux en la matière et en plus, il voulait que cela servit en même temps à une espèce de recensement des fortunes et que ce soit, en réalité, accompagné d’un impôt sur la fortune.

Ce fut la querelle célèbre maintenant, entre Mendès et Pleven ?

  • 43 Sur la querelle Mendès France-Pleven, cf. plus haut. Paul-Henri Spaak est ministre des Affaires Étr (...)
  • 44 Sur l’opposition « violente » entre Mendès France et Pleven à propos de l’impôt sur la fortune Bloc (...)

C’est toujours la même chose, la Belgique avait pu faire un échange de billets, c’était Spaak43 qui, à ce moment-là, a fait l’échange des billets et Mendès voulait qu’on fasse la même chose, qu’on échange tout ce qui était en circulation mais que l’on en prenne note et que cela serve en quelque sorte de base à une espèce de recensement des fortunes. C’était cela et c’est sur ce point précis qu’il s’est heurté à Pleven, violemment44.

Alors, votre opinion ?

Mon opinion était très proche de celle de mon Ministre. Je pensais qu’en effet, il fallait vraiment un très large assainissement de l’économie à la base, et des moyens de paiement, c’était une occasion de l’exécuter. Enfin, l’échange des billets me paraissait indispensable ; que l’on s’en serve ensuite comme d’un recensement pour éventuellement instituer un impôt sur le capital, cela ne me choquait pas du tout, mais je ne serais pas parti en dissidence sur ce sujet-là.

Pourquoi, puisque ce programme était tout à fait cohérent et paraissait relativement légitime, pourquoi finalement est-ce Pleven qui l’a emporté ? Quels étaient ses arguments ?

Eh bien moi, je vous dirai simplement les arguments du Général de Gaulle qui valent mieux que tout autre commentaire. J’en viens à un temps beaucoup moins lointain. Nous parlerons sans doute de mon rôle auprès du Général de Gaulle lorsqu’en 1958, il a fait appel à moi sur les conseils de Bloch-Lainé qui avait refusé d’être ministre et de Pompidou. Donc je me suis présenté à lui et j’ai jugé nécessaire, ne connaissant pas sa mémoire d’« éléphant », de me présenter. Je lui ai donc rappelé que je l’avais connu à Alger et que j’étais alors directeur des Finances d’Algérie, il écoutait. Et puis je lui ai dit qu’il se souvenait sans doute que j’avais été le directeur de cabinet de Mendès France. Alors là, il m’a tout de suite interrompu et m’a dit : « Mendès avait tort ». « Ah... ! » Quand le Général vous dit cela, on ne peut faire que « Ah ! » Oui, sans doute, il avait raison dans les principes mais la France était trop épuisée par l’Occupation et par les destructions, elle n’avait pas les possibilités économiques de la Belgique, elle ne pouvait pas subir un tel choc, le choc que lui aurait occasionné l’application des méthodes de Spaak à cette opération. Cela voulait me dire : « Je vous ai dit mon sentiment une fois pour toutes. Vous ne reviendrez pas m’en parler ! ». Cela voulait dire aussi, alors qu’il fallait faire également un redressement en 1958 : « Ne venez pas me ramener des idées à la Mendès ! »

C’est ce que cela voulait dire ?

C’était très net !

Donc vous en avez pris acte ?

J’en ai pris acte, d’ailleurs mon idée n’aurait pas été en 1958 de vouloir établir un impôt sur la fortune pour sauver le pays.

Je vais vous demander votre sentiment sur la situation économique de la France. Est-ce que la France aurait pu supporter l’opération chirurgicale de Mendès France ?

Oui, peut-être, je ne sais pas, on ne peut pas refaire l’histoire après coup. Et si l’armistice n’avait pas eu lieu ?

L’échange des billets n’a pas été ce qu’il voulait, il y a quand même eu un impôt de solidarité nationale mais pas assez fort ?

  • 45 Sur la corruption des agents des Régies, conséquence de ce nouvel impôt exceptionnel, le témoignage (...)

Ou trop compliqué, ce qui a été à l’origine, à mon avis, de la corruption qui a pu s’installer un peu dans les Régies financières qui étaient jusque-là, extrêmement intègres45.

Il y a eu une corruption à ce moment-là ?

  • 46 Sur les dysfonctionnements qui ont conduit à la réorganisation des Administrations financières, la (...)

Certaines corruptions qui étaient simples : il y avait tellement de choses à vérifier que le seul service que l’on demandait à un fonctionnaire, c’était de mettre le dossier sous la pile, parce que l’on savait bien que ce ne serait jamais vérifié ou « filé », c’était trop compliqué, et puis il y en avait trop, il n’y avait pas assez de personnel qualifié pour le faire. Je ne sais pas très bien d’ailleurs si c’était l’Enregistrement ou les Directes qui devaient s’en occuper. Les Régies étaient séparées entre elles, autonomes, ne s’entendant pas sur leur frontière commune comme toujours... Pour arriver à la direction générale des Impôts, il a fallu beaucoup de temps46.

Est-ce que vous pensez que c’est justement le fait qu’on se soit aperçu que cet impôt avait mal fonctionné, qu’il y avait eu des problèmes, qui a permis que l’idée mûrisse d’une direction générale des Impôts unifiée ? Est-ce que ce désordre a été un des éléments ?

  • 47 La direction des Douanes, appelée direction des Douanes et Droits indirects n’avait pas en réalité (...)

Peut-être. Je crois que cela émanait d’une idée tout à fait générale de rationalisation. Quand moi, je suis reparti en Algérie, j’ai essayé de faire la même chose, différemment d’ailleurs, mais l’idée était la même : unifier les Régies en essayant de distinguer deux catégories d’impôts : les impôts disons « factuels » de constatation, le timbre, les droits indirects, les douanes, c’était effectivement une chose, l’enregistrement, les directes et les taxes sur le chiffre d’affaires, la production, fondement de la TVA, c’était une autre chose. Vous aviez un problème, déclaratif et de vérification, sur les revenus, les transactions ou sur les capitaux d’un côté et puis vous aviez les séries non pas d’impôts, mais de taxes : quand vous preniez une feuille de papier pour écrire à l’administration, il fallait qu’elle soit timbrée et quand vous sortiez une bouteille de vin, il fallait qu’elle ait son congé, etc. Donc, vous aviez des impôts que je qualifierais en quelque sorte de « réels », « factuels », d’autres qui étaient plus ou moins « personnels ». Cette unification était une grande idée que j’ai essayé de mettre en place en Algérie, deux ans avant la France, mais qui n’a pas pu réussir puisque tout mon personnel était de statut métropolitain et que je n’étais plus le « patron » en Algérie. Mais c’est la même qui s’est faite en France avec la direction générale des Impôts et la direction générale des Douanes et des Droits indirects. Les Droits indirects auraient dû être, justement, les ex-Contributions indirectes et le Timbre, mais en réalité cela ne s’est jamais fait47.

Pour en revenir au Ministère des Affaires économiques, finalement pourquoi est-ce Lepercq qui a eu les Finances alors que vous-même m’avez dit que tout le monde pensait que ce serait Mendès qui aurait les Finances, ce qui paraissait logique ?

Je n’en sais rien, cela s’est passé pendant que j’attendais à Alger mon avion de retour.

Vous n’avez pas eu d’explications par la suite ?

  • 48 Sur Delouvrier, cf. IVe partie. Jean Ricquebourg , reçu premier en 1939, fait prisonnier en 1940 pu (...)

Non je n’ai pas d’explications, et n’en ai pas cherché. Disons que Lepercq était un industriel et un résistant d’une qualité exceptionnelle et il avait auprès de lui, Delouvrier et puis... Ricquebourg. Ricquebourg qui était également un inspecteur des Finances extrêmement valable mais que je ne connaissais pas48. Quand je suis arrivé à Paris le 4 septembre au soir, le Gouvernement avait été constitué justement, par décret du même jour. Il était constitué ainsi et j’ai trouvé à Paris les choses comme cela. Je ne savais pas qui était Lepercq, j’ai été très étonné que Mendès n’ait pas eu les Finances mais l’Économie, étonné, stupéfait même, mais c’est tout.

Déçu ?

  • 49 En fait Mendès France n’avait pas autorité pour nommer Gregh, directeur du Budget, lequel dépendait (...)

Déçu, non, car c’est quand même lui qui, en tant que Commissaire aux Finances encore, a nommé à la fois Gregh au Budget, Guindey aux Finances extérieures et Bloch-Lainé au Trésor49. Ce sont les nominations de Mendès France. Puis quand le Gouvernement s’est constitué, est-ce Mendès qui a souhaité cette Économie nationale, je n’en serai pas surpris. Pourquoi l’a-t-on fait à ce moment-là ? Je ne sais pas, c’était une idée générale et courante qu’il fallait avoir d’un côté, un Ministère des Finances qui soit « l’enquiquineur » public et patenté et régulièrement habilité à contrôler les mouvements de fonds essentiellement, et qu’il était bon d’un autre côté qu’il y ait à part un Ministère de l’Économie qui puisse avoir de grandes idées pour la reconstruction et l’avenir à long terme du pays, qui soit un Ministère dépensier pour l’extérieur mais cependant financier à l’intérieur.

Justement, on en vient un petit peu à la façon dont vous-même conceviez votre action de directeur de cabinet. C’est la première fois. Que souhaitiez-vous faire ? Comment concevez-vous, vous, le Ministère des Affaires économiques et votre fonction d’un point de vue plus étroit de directeur de cabinet ?

J’ai sous ma responsabilité la création, la mise sur pied du Ministère de l’Économie nationale, son organisation. J’ai surtout eu de nombreux entretiens avec Mendès et je me suis surtout chargé d’exécuter les idées qu’il avait dans ce domaine. Il y avait les secteurs dont je vous ai parlé, les uns étaient des secteurs d’avenir, l’INSEE, le Plan, peut-être même l’Économie générale qui devaient être des choses d’avenir et puis vous aviez ceux qui étaient des secteurs circonstanciels, la Répartition, éventuellement les Prix, le Ravitaillement.

Cela a duré, pourtant, les Prix.

  • 50 Allusion à l’ordonnance du 30 juin 1945 (JO du 8 juillet 1945) qui codifie la réglementation concer (...)

L’ordonnance de 1945 n’a été abrogée que cette année50. C’est quand même étonnant, Dieu sait si elle a été dénaturée après et si on a pu en faire des choses au nom de l’ordonnance de 1945. Tout y était ! Sans exception ! On ne pouvait bouger quoi que ce soit, il y avait toujours un texte de l’ordonnance de 1945 qui pouvait vous empêcher de faire ce que vous vouliez entreprendre, c’était un très bon texte pour cette époque, mais trente ans après, je ne pleurerai pas sur sa disparition !

Une des activités que vous avez eues a été de rédiger cette ordonnance ?

Oui, enfin de participer à sa rédaction, certainement. L’autre activité que j’ai eue, que l’on retrouvera de l’autre côté de la Méditerranée, avec un changement de faciès assez amusant, ce fut de défendre la création du BRP, le Bureau des Recherches de Pétrole.

Ce qui va mener à la SN REPAL ?

  • 51 Cf. ci-après IVe partie et surtout la Ve partie sur son « aventure pétrolière ». Précisons seulemen (...)

Oui, enfin, cela m’y mènera par un chemin assez curieux, parce que justement, c’est le chef du Service des Mines, non pas le chef du Service des Mines, mais le chef de la section « pétrole » des Mines d’Alger, Colot, qui est venu à Paris me recommander le projet de création du BRP du Ministère de l’Industrie et qui devait, passer par l’Économie nationale, c’était en effet obligatoire de passer par l’Économie nationale pour tout ce qui touchait au développement économique51.

Il devait y avoir des liens assez étroits finalement entre le Ministère de l’Industrie et le Ministère de l’Économie nationale ?

Le Ministère de l’Économie nationale avait forcément un droit de regard, de tutelle et de supervision sur tous les Ministères : Agriculture, Commerce, il devait y avoir une direction du Commerce intérieur, je crois, à un moment donné, enfin peu importe, sur l’Industrie, les Mines, le primaire, le secondaire, le tertiaire et on ne parlait pas encore du quaternaire mais forcément, l’Économie nationale en était le tuteur par sa direction de l’Économie générale.

Comment était-ce admis ? Quels étaient les liens que vous étiez arrivé à nouer ? Il devait y avoir une rivalité ?

Oui, bien sûr. C’était admis par la nécessité d’avoir la signature du Ministre de l’Économie nationale pour les décrets.

Et le Ministre de l’Industrie à l’époque ?

  • 52 Il n’existait plus alors de secrétariat général aux finances mais une fois de plus on ne peut atten (...)

Lui aussi, mais le BRP a été créé par un décret qui devait avoir la signature du Ministre de l’Industrie, du Ministre des Finances et du Ministre de l’Économie nationale. Tout devait fonctionner en réalité comme cela : le Ministère tuteur du secteur concerné, les Finances pour l’argent et l’Économie nationale pour la conception générale de l’économie. En fait, si vous voulez, j’ai joué à l’Économie nationale à ce moment-là, comme directeur de cabinet, une sorte de rôle de secrétaire général. D’ailleurs, quand on a supprimé le Ministère de l’Économie nationale après la démission de Mendès en avril 1945, on a créé et confié à Cusin un secrétariat général qui, rattaché aux Finances, a supervisé tout ce qui était l’Économie nationale. On a supprimé, à ce moment, le secrétaire général aux Finances et Cusin avait une très large délégation du Ministre pour le secteur du Ministère de l’Économie nationale52.

On a parlé de ce projet du BRP. Quelles ont été les autres réalisations ? Beaucoup de projets ? C’est une époque où il y a eu une énorme « fermentation » de projets ?

  • 53 C’est toujours au titre du contreseing que le cabinet du MEN participe à ces textes. On trouvera un (...)

Oui, il y a eu énormément de projets. Il y a eu tous les textes sur le ravitaillement, sans parler des projets de nationalisation qui n’aboutiront que plus tard53.

Les cartes de rationnement jusqu’en 1949 ?

  • 54 Sur les problèmes du ravitaillement nous ne saurions trop renvoyer à l’excellent chapitre « Survivr (...)
  • 55 Sur le commissariat au Plan, cf. ci-dessus et sur Delouvrier ci-dessous IVe partie.

Oui, mais il y avait un Ministère du Ravitaillement avec le « père » Ramadier dans ses pantoufles qui convoquait les directeurs à deux heures du matin ! Il fallait voir le foisonnement de services nécessaires pour la remise en route54 ! Peut-être pas si nécessaires ! Ils se sont implantés, ils ont duré probablement trop longtemps. Et puis un noyau dur, futur, qui était le Commissariat du Plan. Il y avait Delouvrier. Enfin, quel beau rôle de Delouvrier à ce moment-là ! Je pense que vous interviewerez Delouvrier55 ?

C’est en cours...

Il a donc eu le rôle d’essayer de remettre de l’ordre dans tout cela et de faire que le Plan soit un Plan réel, qu’il fallait à ce moment-là imbriquer avec le Plan Marshall, que moi je n’ai pas connu.

Il y a eu une grande affaire aussi à l’époque, dont nous n’avons pas encore parlé, à laquelle je pense que le Ministère de l’Économie nationale s’est intéressé au premier chef : les nationalisations ?

Oui bien sûr, de quelle époque sont-elles ? 1945 je pense, elles ne sont pas de 1944. Mendès est parti le 4 avril 1945. Alors quel rôle a-t-il joué à ce moment-là personnellement ? Je ne sais pas. Moi je n’ai pas joué de rôle dans les nationalisations sur lesquelles le Général de Gaulle a pris une position médiane entre effectivement un parti plus libéral et la partie communisante et même socialisante de son gouvernement, qui voulait transformer la France en République populaire et qui professait la doctrine selon laquelle les instruments de production doivent appartenir à l’État. Alors, on a pris effectivement les grandes choses, les grands projets industriels, l’électricité, le charbon... La SNCF était faite en partie...

Le crédit ?

  • 56 Il ne restait que deux grandes banques d’affaires à n’avoir pas été nationalisées et dont le sort n (...)

Pour les banques, on a pris les quatre plus grosses parce qu’il y avait l’idée qu’il fallait un secteur nationalisé qui soit un secteur pilote, de même qu’on a créé trois groupes, trois agglomérats d’assurances, tout en en laissant de plus importants que pour les banques56.

C’était inscrit dans le programme du CNR ?

Oui, justement. C’était normal, tout cela a dû certainement faire intervenir l’Économie nationale bien entendu, c’était alors Pleven qui était à la fois Ministre de l’Économie nationale et Ministre des Finances.

D’un point de vue général, vous étiez favorable aux nationalisations ?

  • 57 La SNCF avait été nationalisée en 1938. Le secteur nucléaire relève d’un autre processus puis qu’il (...)

Oui dans la mesure de 1945, c’est-à-dire en portant sur les secteurs de base de l’énergie, le pétrole était déjà contrôlé par la loi de 1928 et l’atome devait apparaître plus tard57, du transport ferré et aérien et sur le crédit et les assurances avec seulement un secteur de référence.

Finalement Mendès est parti parce que son programme n’était pas retenu et parce que Pleven en a appliqué un autre ?

  • 58 En fait Pleven a bien fait opérer à un échange de billets en juin 1945 mais sans blocage. Des trafi (...)

Oui. Beaucoup plus tard, l’échange des billets s’est faite, non pas avec Pleven mais sous René Mayer. Et il ne s’agissait que des billets de 5 000. Si vous voulez, les fortunes clandestines qui s’étaient créées avaient eu le temps de se dissoudre, de se blanchir, comme on le dit si bien, dans l’intervalle. L’échange des billets n’a été que pour la forme, on ne pouvait pas ne pas le faire car l’idée subsistait quand même que les fortunes mal acquises étaient restées cantonnées dans des billets de 5 000. De sorte, qu’à mon avis, cela n’a pas dû d’ailleurs créer une très grosse diminution de la circulation monétaire, cela m’étonnerait58.

Il y a eu l’emprunt quand même ? C’était destiné à ponctionner les liquidités ?

  • 59 L’emprunt de la Libération clos le 20 novembre 1944 a permis de couvrir l’impasse de 1944 à 60 % et (...)

Oui, c’était une autre façon de faire, c’est évident59.

Façon de faire à laquelle Mendès n’était pas favorable. Il aurait préféré un impôt sur les fortunes plutôt que cet emprunt qui appelle à la « confiance » ?

  • 60 Gabriel Ardant a bien analysé l’efficacité comparée de l’impôt et de l’emprunt en matière de lutte (...)

C’était une différence entre le libéralisme et le socialisme, c’est un des grands points de divergence possible entre les sociaux-démocrates et les libéraux, même si ces derniers s’accommodent de l’intervention de l’État. C’était un conflit majeur certainement. Économiquement, cela a été le conflit majeur60.

Et ressenti comme tel dès l’époque, libéralisme, dirigisme, libéralisme-socialisme ?

Non, moi je ne l’ai pas ressenti comme cela. Je n’ai jamais aimé les théories économiques qui entraînent évidemment une certaine gestion de l’économie et qui se rattachent à un problème métaphysique général concernant la conception de l’homme... Bon d’accord, c’est possible. J’ai probablement été trop pragmatique, peut-être pas assez théoricien. Je n’ai jamais eu de passion pour les théories économiques générales et autres. On m’a souvent demandé comme Directeur du Budget si j’étais keynésien, je ne le sais toujours pas.

Vous me dites que vous avez été plutôt pragmatique ou bien plutôt réaliste, donc à ce moment-là vous vous trouveriez plutôt du côté d’un Pleven que d’un Mendès France qui est plus doctrinaire ?

  • 61 À nouveau il confond 400 millions et milliards. Cf. ci-dessus IIe partie, chapitre II. H. Bonin rap (...)

Il était peut-être doctrinaire mais, dans le cas particulier, c’était une question de pratique : il s’agissait de faire baisser le volume de la circulation. Enfin, tout de même, les Allemands pendant quatre ans ont émis 400 milliards de billets par jour ! Il fallait quand même en sortir61.

Lorsque Mendès a donné sa démission, vous avez été déçu ?

J’ai été déçu que Mendès s’en aille, bien sûr.

Vous pensez qu’il aurait dû rester ?

Ah non. Il ne pouvait pas rester, à partir du moment où un projet qui lui tenait à cœur, qui était fondamental pour la direction de l’Économie ensuite, n’était pas accepté par le Général. Il ne pouvait pas rester, il devait s’en aller... Seulement, il y avait ce Ministère de l’Économie nationale qui était tout jeune, tout chancelant, si bien que Mendès m’a dit : « Goetze, écoutez, je vous demande de rester avec Pleven » et je suis resté pendant un mois comme directeur de cabinet de Pleven pour la branche de l’Économie nationale.

J’ignorais que vous étiez resté un mois de plus.

  • 62 Cusin ne remplace pas Goetze mais Mendès France, sans le titre de Ministre.
  • 63 Pierre Calvet (à ne pas confondre en effet avec son demi-frère Jacques Calvet, président de Peugeot (...)

Je suis rentré le 4 mai à Alger et l’Armistice est du 5 mai. Je suis resté juste un mois, pour être remplacé par Cusin comme secrétaire général de la partie Économie nationale, qui est restée pendant un certain temps chez Meunier, vous connaissez le chocolat Meunier au Rond-Point des Champs-Elysées62... C’était le printemps, il y faisait bon, alors que l’hiver, il y avait fait rudement froid. Donc, je fus remplacé par Cusin, pendant que Calvet, lui, était directeur de cabinet pour les Finances et moi, directeur de cabinet pour l’Économie nationale. J’avais un petit avantage, c’est que lorsque je venais du Rond-Point pour présenter au Ministre les documents à sa signature, je passais directement dans son bureau. Je me faisais tout juste annoncer alors que Calvet, le frère aîné du Président bien connu63 qui attendait depuis le matin pour passer ses papiers, arrivait par la porte intérieure du directeur de cabinet. Pleven m’avait à sa droite et Calvet à sa gauche pour lui passer successivement les dossiers à signer. Heureusement, je ne crois pas qu’il en ait signé qui soient contradictoires à ce moment-là.

Pendant ce mois précisément, vous n’avez pas eu de dossiers divergents ?

Non, de toute façon le Ministre c’était Pleven. À lui de choisir le cas échéant.

Une autre question sur le rapport de force : comment cela s’est-il passé entre les Finances et l’Economie nationale, les deux ministères, est-ce qu’il y avait une rivalité ?

Bien sûr, une petite rivalité c’est évident. Les Finances regrettaient d’être privées d’une partie de leurs attributions. L’ensemble s’est appelé Ministère de l’Économie, il est resté Ministère de l’Économie nationale un certain temps, et Ministère des Finances à la fois, puis finalement Économie nationale et Finances, Finances et Économie, Finances, Budget et compagnie... Enfin bref l’union s’est reconstituée.

À l’époque il y avait une séparation ?

Ah oui ! Il y avait une séparation. Il y avait forcément une rivalité contre l’administration bien assise au Louvre qu’on ne lui contestait pas encore et l’Économie nationale qui, étant chez Meunier, savait très bien que son siège était précaire !

Est-ce qu’il y avait des divergences politiques ; souvent on présente le Ministère des Finances comme celui de l’orthodoxie, comme plus réactionnaire, et l’Économie nationale plus novateur, progressiste ?

Cela aurait dû être comme cela.

Et cela n’a pas été ainsi ?

  • 64 Sur la présence des inspecteurs au Budget, cf. IVe partie.

Est-ce que cela pouvait l’être vraiment ? Vous savez finalement, ce sont les mêmes hommes que l’on retrouve à la tête de ces différentes directions, c’étaient très souvent des inspecteurs des Finances de part et d’autre plus ou moins selon les directions. Il y en avait certains qui n’en étaient pas c’est évident. Exemple : à la différence du Trésor où la plupart des chargés de mission sont des inspecteurs des Finances, au Budget seul le directeur était issu de l’Inspection, et encore64 !

Vous dites que cela aurait dû être ainsi, c’est-à-dire que vous auriez aimé que le Ministère de l’Économie nationale joue ce rôle d’innovation, de progrès vers l’avant en laissant au Ministère des Finances le rôle de dire toujours « non » et d’être prudent, etc.

Ce n’était probablement pas possible, les ministères sont tous forcément plus ou moins soumis à la tutelle du Ministère des Finances, à proprement parler, à la fois par les crédits et par les personnels puisque les traitements des personnels sont toujours contresignés par les Finances. Fallait-il vraiment qu’il y eut un troisième Ministère dont la signature soit obligatoire pour faire établir de grands projets ? Je crois que finalement ce n’était pas possible, il fallait qu’on vienne à la formule : Ministère de l’Économie et des Finances. Regardez en Allemagne, ils ont un Ministre de l’Économie et un Ministre des Finances qui sont souvent en désaccord. Ainsi qu’en Italie, vous avez un Ministre des Finances et un Ministre du Trésor aussi.

D’un autre côté, en France, vous avez un poids absolument énorme du Ministère des Finances ?

Oui, c’est vrai. Est-ce souhaitable ? Je ne sais pas.

En France en 1954, Mendès France a encore grossi, il me semble, le Ministère des Finances puisqu’il lui a rattaché le Plan ?

Oui.

Il y a quand même bien une centralisation étonnante de toute l’information ?

  • 65 En 1963 est créée la Délégation à l’aménagement du territoire, la DATAR, chargée d’instruire les do (...)
  • 66 L’article 49 alinéa 3 de la Constitution de la Ve République stipule que « Le Premier Ministre peut (...)

Oui. Mais ce qui était ennuyeux c’est la situation politique et administrative de l’Aménagement du territoire. J’ai toujours été partisan d’un Secrétariat d’État qui regroupe l’Aménagement du territoire et le Plan parce que l’un se préoccupe de la durée, l’autre, c’est de l’espace. C’est l’ensemble des deux qui peut conduire un véritable aménagement du pays. Je trouve regrettable qu’actuellement l’Aménagement du territoire n’existe plus, qu’il soit donné au Ministre de l’Industrie qui n’en a rien fait jusqu’ici65. Je regrette aussi que les restructurations aient rattaché le secrétariat du Plan auprès du Premier Ministre, qui lui attache une importance telle qu’il a fait voter le Plan en appliquant le 49-3 ! C’est monstrueux, à mon avis, c’est la négation d’un plan. Faire voter ce Plan avec le 49-3, ce n’est pas pensable, enfin, à mon avis, cela ne colle pas66.

L’idée de Plan a bien évolué depuis.

  • 67 Sur les rapports entre de Gaulle et le Plan, on peut lire Alain Prate, Les batailles économiques du (...)

Depuis « l’ardente obligation » du Général qui avait trouvé un bon mot mais qui n’avait d’ailleurs pas trouvé tout ce qu’il fallait mettre derrière, enfin plus exactement, ses services n’avaient pas trouvé exactement de quoi en faire une ardente obligation. Faire un plan c’est n’être pas libéral, or le Général était aussi libéral67.

Sauf si on conçoit une planification très indicative uniquement ?

  • 68 Jugement sévère sur l’utilité du Rapport public, adressé par la Cour des Comptes chaque année au Pr (...)

Oui, mais pour qu’elle soit indicative, il faut quand même une certaine sanction à un moment donné, ou alors sans cela, ce n’est qu’un vœu pieux, que l’article 49-3 peut justifier mais qui n’a pas à être constitutionnalisé. Si c’est cela, on peut faire une lecture du Plan comme on lit le rapport de la Cour des Comptes et vous savez le compte que l’on tient du rapport de la Cour des Comptes68 !

Ou de tout autre commission ?

De tout autre commission générale qui vient déposer solennellement sur le bureau des Assemblées, les résultats de ses travaux ! Non, je crois qu’il faut un peu plus que cela. Avec l’histoire des régions et des contrats de plan entre l’État et les Régions, cela a repris une certaine valeur et aurait gagné à ce que l’Aménagement du territoire y soit associé et que des gens compétents s’en occupent.

C’est l’actualité ?

C’est l’actualité et c’est une idée personnelle, pour une fois !

En 1944-1945 le Plan apparaît assez nécessaire ?

  • 69 Sur la direction du Trésor, le FME, le plan Marshall, et le Plan on ne saurait trop recommander la (...)

Le premier Plan et le deuxième Plan, oui, ont été plus que des nécessités. Il faut dire aussi qu’ils étaient épaulés par le plan Marshall, c’était financé par le plan Marshall. C’est donc la direction du Trésor qui s’en est chargée et qui a repris en fait le rôle qu’aurait dû jouer l’Économie nationale69.

Est-ce que Jean Monnet était disposé à se laisser mettre en tutelle ? H a bien été forcé d’ailleurs de négocier avec le Ministère des Finances ?

Oui, mais enfin il avait une « aura » telle que la négociation n’était pas perdue d’avance. Il avait en outre des collaborateurs d’une valeur exceptionnelle comme Millier et Delouvrier.

En ce qui vous concerne, quel bilan, en quelque sorte, porteriez-vous à l’issue de cette expérience de directeur de cabinet ? Est-ce une étape, qui a été courte dans votre carrière, que vous estimez très importante dans votre formation ?

  • 70 Remarquons que le passage par un cabinet n’a pas été une occasion d’accélérer sa carrière. Si pour (...)

Certainement, elle est très importante dans ma formation en ce sens que je suis tout de même passé de mon rôle de Ministre des Finances d’Algérie, que je prenais très au sérieux et un peu dictatorialement, à un rôle de conseiller et d’exécutant de l’administration française dans lequel je ne prenais que des décisions que le Ministre devait autoriser ou approuver, tandis qu’en Algérie je n’avais pas besoin d’approbation du gouverneur général, tout au moins je la supposais acquise. Mais tout de même, le « champ » était incontestablement plus étendu et les circonstances très difficiles. Certes, j’ai pu dire que le Parlement français ne valait pas les Délégations algériennes quant à la défense des intérêts de l’État. Je le dis et le maintiens, même si je suis bien obligé de reconnaître que le Parlement représente toute la France alors que les Délégations algériennes ne représentaient qu’une petite partie de la population d’Algérie. Donc, il faut mettre chaque chose à sa dimension réelle et cela m’a certainement été très utile et profitable pour le rôle que j’ai ensuite tenu près du Général de Gaulle. Cela m’a été très profitable d’avoir été directeur de cabinet d’un homme aussi éminent et attachant que Mendès France dans des circonstances qui étaient tout de même exceptionnelles70.

Quelle marge d’initiative aviez-vous à l’époque ? Est-ce qu’il fallait sans cesse en référer au Ministre ? Comment se répartissaient les tâches ?

  • 71 Robert Blot, fils d’un directeur de la Banque de France, reçu à l’IGF en 1939, fut chargé de missio (...)

J’en référais au Ministre chaque fois qu’il y avait des questions d’ordre général, ou de portée politique. Pour la mise en place et l’application de ces mesures, le Ministre m’honorait d’une très large confiance. Mais je vais vous donner un petit exemple, une nouvelle anecdote : vous savez que l’usage tolère que les directeurs de cabinet signent de la signature du Ministre, cela se fait couramment. Je ne sais pas ce que Blot vous en a dit, mais ce qui est certain, c’est que Blot signait au lieu et place de Faure et puis une fois ou deux, son Ministre s’étant avisé de signer lui-même une pièce71, on a failli la refuser parce que la signature paraissait imitée ! Quant à moi, j’avais essayé d’imiter la signature de Mendès, ce qui était très difficile d’ailleurs, puis Mendès l’a vu et il m’a dit : « Non, ça jamais, je n’accepte pas que l’on prenne ma signature, signez toutes les pièces que vous voudrez et que vous pensez pouvoir signer en votre nom et je vous couvrirai dans tous les cas, mais ne contrefaites pas ma signature ».

C’est un autre principe, donc, il vous accordait la totale responsabilité de votre signature et il vous couvrait ?

Usant de cela, j’ai peut-être signé des pièces de quelque importance mais c’était des pièces administratives, cela n’a jamais été des textes de principe qui intéressaient le Ministre, c’est évident.

Pourtant vous me disiez qu’Edgar Faure avait en quelque sorte, dans ses Mémoires, repris la paternité d’un certain nombre d’idées que vous-même aviez eues au même moment. Vous aviez donc votre propre vision de la chose ?

Oui, j’avais quelques idées, c’est évident. Je ne sais plus si c’étaient des idées de Mendès France ou de moi, ou des deux...

Cela montre que l’équipe était en fait très soudée derrière Mendès France. Est-ce que vous pensiez que c’était un « chef » un peu charismatique ? Est-ce qu’il avait le don de souder les hommes autour de lui ?

Oui, j’en suis sûr.

Parce que c’est quelque chose qui le suit toute sa vie : il a toujours eu une équipe autour de lui, très ardente ?

  • 72 Sur Pélabon, cf. ci-dessous.

Bien sûr, il a toujours été un apôtre de quelque chose qui, parfois, était un peu flou. Quand il est revenu au pouvoir, en 1954, je n’ai pas été son directeur de cabinet, il ne me l’a pas demandé peut-être parce que j’étais directeur du Budget à ce moment-là, c’était Pélabon et Dieu sait si j’aimais bien Pélabon que j’avais connu comme secrétaire général du Gouvernement général de l’Algérie72.

On verra l’Algérie. Mais si on peut poursuivre, j’aurais voulu savoir si vous avez été au courant, à l’époque, et si vous avez suivi l’affaire de la tentative de suppression de l’Inspection générale des Finances ? Est-ce que vous vous souvenez de tout cela ?

  • 73 Goetze revient plus loin sur ce que André Philip lui reprochait. Rappelons que depuis la Libération (...)

André Philip73 ?

Oui, vous vous souvenez de cela ?

Oui, mais j’étais à Alger à ce moment-là, je le sais car André Philip a voulu me révoquer de ma direction d’Alger mais cela n’a pas pris.

C’est curieux, c’était une visée politique ?

Oui sans doute.

C’est cette vieille idée des socialistes, l’Inspection générale des Finances égale les 200 familles ?

  • 74 Si on veut avoir une idée plus précise des tâches de Goetze au cabinet de Mendès France on pourra s (...)

Oui, pourtant en 1945 on avait créé l’École nationale d’Administration d’où devait être issue l’Inspection des Finances à l’avenir. Enfin, vous me direz que cela ne fonctionnait pas encore. [...]74

Notes

1 Sur la libération du Ministère des Finances les historiens disposent de plusieurs témoignages concordants et de première main. Par exemple, cf. Fr. Bloch-Lainé, Profession fonctionnaire, Paris, Seuil, 1976, 254 p., p. 70-71 ; Emmanuel Mönick, Pour mémoire, édité à compte d’auteurs, 1970, 235 p., p. 120-133. Le CFLN, sur proposition du Comité Général d’Études, avait désigné Emmanuel Mönick (IF 1920) comme secrétaire général aux Finances et Courtin, professeur de droit comme secrétaire général aux Affaires économiques. C’est avec eux et Pierre Calvet (IF 1933) directeur de cabinet de Mönick, que Bloch-Lainé s’était présenté le dimanche 20 août rue de Rivoli au comité de libération, présidé par Alain Poher qui les accueillit « cordialement », la cérémonie se limitant à « une ferme harangue ».

2 Aimé Lepercq, X-Mines, directeur de filiale chez Schneider avant guerre, président du Comité d’Organisation des combustibles solides et président de l’organisation de résistance, l’OCM, sous l’occupation, a participé au premier rang à la tête des FFI à la prise de l’Hôtel de Ville. Il est choisi par de Gaulle comme Ministre des Finances, le 4 septembre 1944, sur les conseils, d’après Bloch-Lainé, de Pleven, Ministre des Colonies, qui avait refusé ce portefeuille pour lui-même. Lepercq meurt avec son directeur de cabinet Ricquebourg (IF 1939), son chef de secrétariat particulier, Raoux, et son chauffeur dans un accident d’auto le 14 novembre 1944 au cours de sa campagne dans le Nord pour la souscription de l’emprunt de la libération. M. Margairaz rappelle que des désaccords entre Mendès France et Lepercq étaient vite apparus sur la, politique monétaire et sur la nationalisation du crédit. Cf. M. Margairaz, L’État, les Finances et l’Économie, op. cit., t. II, p. 786. Cf. aussi l’hommage rendu aux qualités exceptionnelles de Lepercq par E. Mönick dans Pour Mémoire, op. cit., p. 27-28.

3 Mendès France a expliqué à Jean Lacouture sa nomination aux Affaires économiques et sa réaction : « N’espérant plus qu’il (de Gaulle) me donnerait le ministère des Affaires économiques dont je préconisais la création depuis longtemps à Alger, je pensais qu’il allait me demander de rester aux Finances et me préparais à faire, des objections quand il me dit : " Voilà des mois que vous me parlez d’un grand ministère de l’Économie. Eh bien prenez-le... " Mais je m’aperçus très vite que ce " grand " ministère de coordination n’était qu’un fragment du ministère et le moins important dans son esprit... Ne saisissant pas dans l’immédiat toutes les implications de son propos et parce qu’il était cordial et même amical, j’ai cédé. » Cf. J. Lacouture, Pierre Mendès France, Paris, Seuil, 1981, 548 p., p. 163. Ceci ne contredit pas le souvenir de Goetze et n’a pas empêché Mendès France d’avoir été « content ».

4 Sur le refus de de Gaulle de procéder comme le réclamait Mendès France à l’échange des billets et au blocage provisoire des comptes et des salaires ce qui entraînera sa démission le 6 avril 1945 et sur la préférence donnée par de Gaulle aux vues du Ministre des Finances, Pleven, les études et témoignages abondent. Citons deux mises au point : celles de F. Bloch-Lainé et J. Bouvier, La France restaurée 1944-1954, Dialogue sur les choix d’une modernisation, Paris, Fayard, 1986, 338 p., chapitre II, p. 57 à 85 et celle de M. Margairaz, L’État, les finances et l’économie, op. cit.,, t. II, chapitre XXII, p. 781-793. La réflexion de Goetze rejoint celle de Cusin : « Nous n’avions pas les moyens de faire cette politique », cf. Gaston Cusin, Les Services de l’économie nationale, 1944-1948, Réunion du 12 décembre 1977, sous la présidence de J. Bouvier, Comité d’histoire de la Seconde guerre mondiale, Compte rendu sténographié, p. 13.
En effet la direction de la Politique monétaire relevait du Ministre des Finances qui était hostile aux choix de Mendès, par ailleurs les billets neufs n’étaient pas disponibles. Mais, selon le témoignage de Cusin, à l’opposition du Trésor et de la Banque de France s’ajoutaient les réserves des commissaires de la République, particulièrement Debré, Farge (commissaire à Lyon) et lui-même. Il apparaît bien que, derrière ces oppositions, c’est bien une majorité politique qui manqua pour soutenir la proposition de Mendès France.

5 Ce réflexe de « corps » est à souligner. Pourquoi pas un rédacteur au Ministère des Finances ?

6 Sur Berbigier et Bénézit. Cf. notes de la Ire partie. Sur le choix de Berbigier, son témoignage contredit celui de Bloch-Lainé. Selon ce dernier, Berbigier aurait remplacé Gruson, tombé malade, comme chef de cabinet de Courtin, avant même l’arrivée de Goetze. Cf. F. Bloch-Lainé et Cl. Gruson, Hauts fonctionnaires sous l’Occupation, op. cit., p. 177.

7 Georges Boris, ami personnel de Mendès France, Sous-secrétaire d’État au Trésor en 1938, avait été associé dans le deuxième gouvernement Blum à la mise au point du programme de gouvernement. Keynésien, planiste convaincu, Boris a fait connaître à Mendès la Théorie générale de Keynes dès 1937. Membre de la France libre à Londres pendant la guerre, il rejoint Mendès à son cabinet en 1944. Très introduit dans les milieux internationaux et notamment anglo-saxons, il était son homme de confiance, son conseiller le plus écouté. C’est lui qui fait venir Marjolin au cabinet. Goetze oublie de citer quelques autres conseillers de Mendès comme Gabriel Ardant (IF 1927), « toujours en tenue de colonel de la France libre » cité par J. Lacouture op. cit., p. 164 ou Monteil, ancien collaborateur de Mendès, contrôleur financier auprès de l’armée de Syrie en 1940, engagé très tôt dans les FFL en Afrique, cité par Cusin. op. cit., p. 10, ou encore Lorrain Cruse (IF 1942) adjoint de Chaban-Delmas dans la Résistance. Sur Boris on pourra lire le portrait admiratif qu’en fait Mendès dans La vérité guidait leur pas, Paris, Gallimard, coll. Témoins, 1976.

8 Tournier (IF 1926), après avoir été contrôleur financier de 1940 à octobre 1942, est nommé directeur adjoint de la direction de l’Économie générale et en octobre 1943 directeur. Il y reste sous l’autorité successive de Cathala, de Mendès France, de Cusin et Pleven puis de Philip jusqu’en mars 1946 où sa direction disparaît. Son départ n’apparaît pas lié à l’épuration. Il réintègre l’Inspection avant de retourner au Contrôle d’État.

9 Ce n’est pas Franck mais Fourmon qui est encore directeur des Prix. Inspecteur des finances (1931) sa carrière comme chargé de mission s’était déroulée au Ministère de l’Économie nationale de 1937 à mai 1940. Nommé sous-directeur en juillet 1940 puis directeur en octobre 1942 de la direction des Prix au secrétariat général pour les Affaires économiques, il quitte ses fonctions en février 1947 pour la direction des Finances du Protectorat marocain jusqu’en 1949 puis pantoufle chez Boussac. Lui succède à la direction des Prix en février 1947, Louis Rosenstock-Franck, « un universitaire très apprécié déjà par nos services aux États-Unis » selon Cusin (op. cit., p. 17). Louis Franck a laissé un témoignage précieux, 697 ministres, Souvenirs d’un directeur général des Prix, 1947-1962, Paris, CHEFF, 1990,213 p., op. cit., IIe partie notamment p. 3 sur la passation des pouvoirs.

10 Il s’agit de Dreux, directeur de la Répartition, direction rapidement supprimée puisqu’elle ne figure plus dans l’annuaire de 1946. Parmi les directeurs de l’Économie nationale, citons aussi Gardellini, directeur des Services administratifs, « qui était pour Mendès un conseiller dans le choix de son personnel », cf. Cusin, op. cit., p. 10.

11 Mendès France après avoir occupé brièvement les salons Napoléon III du Ministère, situation qui facilitait les contacts entre les deux équipes, a dû s’installer, s’exiler, dans les « fastueux » bâtiments selon L. Franck (op. cit.. p. 3) du Rond-Point des Champs-Elysées, devenus plus tard le siège du magazine Jours de France, immeuble où était installé sous l’occupation le Service de la Croix rouge allemande. Déjà du temps du Ministre Patenôtre, l’embryon du Ministère de l’Économie nationale était au même Rond-Point mais dans les locaux du couturier Poiret, locaux ou s’était installé en août 1940 la direction des Prix. Cf. témoignage enregistré de Fourmon avec l’auteur en 1981.

12 Sur l’œuvre de Mendès France au MEN. Cf. M. Margairaz, op. cit., t. II, chapitre XXII. Parmi les mesures administratives prises par Mendès France avant son départ, citons la mise en place d’une éphémère direction de la planification confiée à Boris, l’intégration à l’Economie d’un comité des importations créé en août 1944 qui devient en novembre la direction de l’Equipement national. Le bilan de l’expérience Mendès en 1944 est mince même si comme l’écrit H. Bonin « Mendès France a le pouvoir de l’imagination mais ne tient pas les cordons de la bourse... Pourtant Mendès France stimule le gouvernement. » Cf. H. Bonin, Histoire économique de la IVe République, Paris, Economica, 1987, 447 p., p. 68. Par contre il en retirera un prestige durable, une réputation de rigueur et saura tirer les leçons de son échec, notamment en terme de moyens et de logistique.

13 Goetze n’étant pas présent à Paris lors de la Libération il ne peut répondre à la question sur le comité de libération d’où sa disgression sur les grandes directions du Ministère. Notons qu’il confond les directeurs de 1944 avec ceux qu’il retrouvera, en fait, à partir de 1949. C’est Jacques Brunet qui dirige encore le Trésor jusqu’en mai 1946 où il sera alors remplacé par Tron jusqu’en mars 1947 lorsque la direction prendra brièvement le nom de direction du Crédit. Tron dirige depuis le 28 février 1945 la direction des Contributions directes en remplacement d’Appert. Gregh est bien alors directeur du Budget. Guindey n’est encore que directeur adjoint du Trésor (toujours dirigé par Brunet). Il devient chef du Service des Finances extérieures en avril 1945 et jusqu’en avril 1946 où il sera nommé pour quelques mois directeur du Blocus puis enfin en octobre 1946 directeur des Finances extérieures. Bloch-Lainé est en fonction à la direction du Trésor d’octobre 1944 à octobre 1945 comme sous-directeur puis il part pour l’Extrême-Orient d’octobre 1945 à avril 1946 comme conseiller financier, puis d’avril à juillet 1946 aux États-Unis comme adjoint au conseiller financier. Il est de juillet 1946 à novembre 1946 directeur de cabinet de Schuman. Il ne devient directeur du Trésor qu’en mars 1947. Sur la réorganisation de la direction du Trésor et des Finex de 1945 et 1946 et « le magistère Guindey », cf. Solenne Lepage, La Direction des Finances Extérieures de 1946 à 1953, op. cit.

14 Sur le renouvellement des hommes, cf. aussi ci-dessous. Prenons l’exemple donné par Goetze des directeurs des trois Régies dirigées par un inspecteurs des Finances : Watteau aux Directes depuis 1937 est remplacé dès janvier 1945 par Tron et part à la Caisse des Dépôts ; Appert aux Indirectes depuis 1937 est remplacé en juillet 1945 par Delseries et part pour la présidence du Sous-Comptoir des Entrepreneurs ; Adéodat Boissard, à l’Enregistrement depuis février 1940 retrouve son poste au retour de captivité comme otage d’honneur en Autriche depuis août 1943 et part en mai 1946 comme sous-gouverneur du Crédit Foncier. Ce n’est pas un inspecteur qui lui succède ce qui ne peut étonner car l’Enregistrement n’avait pas été dirigée par un inspecteur avant lui depuis 1880. Aux Douanes enfin direction qui ne fut jamais dirigée par un inspecteur, Bossuat, rédacteur, qui faisait fonction de directeur le reste. Leroi chargé des fonctions de directeur du Personnel ne retrouve pas son poste en 1945. Quant aux Monnaies et Médailles dont parle Goetze, Moeneclay (IF 1920) directeur depuis juillet 1934 quitte ses fonctions en mars 1946 pour être réintégré dans les cadres. Là aussi ne s’agissant pas d’un emploi occupé traditionnellement par un inspecteur (deux seulement 1891-1893 et 1925-1928), il ne sera pas remplacé par un inspecteur.

15 Un jury d’honneur faisant office de commission d’épuration au Ministère des Finances avait été constitué très vite par Emmanuel Mönick afin de répondre aux aspirations du comité de libération et d’éviter la suspension provisoire de tous les directeurs qu’il demandait ce que Mönick jugeait outrageant. Présidé par M. Brin, président de chambre à la Cour des Comptes, ce jury d’honneur comprenait le président de la section Finances du Conseil d’État et un président de chambre à la Cour de Cassation. Il avait pour mission d’examiner le cas des hauts fonctionnaires du Ministère des Finances ou des dirigeants des établissements rattachés à cette administration. Chacun devait rédiger un mémoire justificatif de ses occupations et de sa gestion durant la guerre, « pour permettre au jury d’apprécier en toute connaissance de cause l’attitude des intéressés depuis le 25 juin 1940 ». Ce mémoire était soumis à la Commission des Finances du CNR qui devaient alors formuler des conclusions, préparer des réquisitions et les transmettre au jury d’honneur et aux intéressés. Les hauts fonctionnaires étaient alors entendus au cours d’une séance où le président lisait des extraits du Mémoire, ils devaient répondre sur les points retenus par le jury qui ensuite émettait un avis proposant ou non des sanctions. Un compte rendu partiellement sténographique, partiellement analytique était rédigé et remis aux parties. Nous nous appuyons pour apporter ces précisions sur le rappel de la procédure suivie qui figure dans les répliques de la défense lors du recours pour annulation auprès de la section du contentieux du Tribunal administratif de Bréart de Boisanger. Archives privées remises à l’auteur.

16 Le jugement de Goetze quant à l’épuration à l’Inspection est balancé : « mérité » mais aussi « un peu loin » comme si justice n’avait peut-être pas été rendue équitablement. Quant à sa dernière phrase : « Tous ont été réintégrés », cela ne peut concerner que ceux qui avaient été révoqués et rayés des cadres. Les réintégrations ne sont pas dues à l’initiative du Service, de l’Inspection mais la conséquence administrative des annulations des sanctions du Conseil d’État ou du Tribunal administratif. Les requêtes se sont appuyées sur des vices de procédures lors des sanctions (notamment l’absence de communication des griefs que requérait pourtant l’ordonnance du 27 juin 1944). Aucune requête à notre connaissance n’a abouti avant quatre ans, enfin aucun des inspecteurs révoqués puis réintégrés n’a occupé de fonctions dans le service public : ils ont démissionné, ou ont été mis en disponibilité ou en retraite différée (celle-ci datant de 1955). Cf. notes de la Ire partie.

17 Sur Renand, cf. note Ire partie. Henri Dhavernas (IF 1938), nommé le 18 juin 1940 chef adjoint du cabinet civil de Baudouin, Ministre des Affaires étrangères, fut, tout en étant responsable de Mouvements de jeunesse, affecté en mars 1941 à la direction des Finances extérieure puis, en juin, chargé de mission au cabinet du Ministre de l’Intérieur, Pucheu, pour contrôler « Le Secrétariat d’État de l’Éducation nationale et de la Jeunesse. » Il est envoyé en Algérie en novembre 1942 en mission d’Inspection mais ne reviendra pas. Il est engagé volontaire en juin 1943 comme officier de liaison dans la campagne d’Italie puis d’Autriche après un rappel à Alger de janvier à juillet 1944 où une enquête judiciaire est lancé contre lui. Sa révocation sans pension par décret du 22 novembre 1945 est annulée le 16 juin 1960, il est alors réintégré et mis en retraite différée rétroactivement. Il était devenu président de la Chambre de Commerce franco-asiatique. Il ne semble pas que ce soient seulement ses activités auprès des Mouvements de jeunesse qui aient provoqué sa révocation. Sur Dhavernas, aisément reconnaissable mais non nommé, on dispose du témoignage de J. de Fouchier, Le Goût de l’improbable, op. cit., p. 136-140.
Pierre Coquelin (X et IF 1931) est chargé de mission le 16 juin 1939 à la direction du Contrôle des Administrations financières. Il devient le 4 juillet 1940 sous-directeur à la direction générale des Impôts puis le 6 mai 1942 chargé des services administratifs du secrétariat général auprès du chef du Gouvernement Pierre Laval. Directeur du Commerce extérieur le 24 mars 1943, suspendu le 23 août 1944, arrêté et interné à Drancy, il est aussitôt révoqué le 8 décembre 1944 par arrêté, annulé en conseil d’État le 4 mai 1949. Réintégré, il est mis en disponibilité pour occuper les fonctions de directeur général adjoint des services bancaires de Worms et Cie.

18 L’arrêté de révocation sans pension de l’Inspection des Finances concernant Bouthillier pris en conseil des ministres le 8 décembre 1944 a été annulé en mai 1959 par le Tribunal administratif de Paris pour irrégularité de procédure. N’ayant pas sollicité sa réintégration et mis en position de procureur général de la Cour des Comptes (fonction qu’il avait occupé après avril 1942) en retraite, le Service de l’Inspection le contacte en 1967 afin de le faire figurer, éventuellement, dans l’annuaire de l’Inspection comme ancien membre.
Jacques Barnaud (X-IF 1920) avait démissionné de l’Inspection en 1929 après avoir occupé brillamment les fonctions de Directeur adjoint du Mouvement général des Fonds de 1926 à 1928. Associé gérant de la maison Worms et Cie il fait partie du groupe X-Crise, fonde les Nouveaux Cahiers en 1937. Il est affecté spécial à la mobilisation auprès du Ministère des Finances, chargé des achats à l’étranger. Directeur de cabinet du Ministre à la production industrielle, Belin, en juillet 1940, Darlan l’appelle au gouvernement et le nomme en février 1941 Délégué général pour les relations économiques franco-allemandes jusqu’en novembre 1942. Interné le 12 octobre 1944, mis en liberté provisoire le 20 juin 1946 il est jugé comme les autres ministres en Haute Cour le 27 janvier 1949 et bénéficie d’un non-lieu : aucun des deux chefs d’accusation (intelligence avec l’ennemi et indignité nationale) n’ayant été retenu. N’étant plus fonctionnaire il n’était pas passé devant le jury d’honneur mais le 20 novembre 1944 comme deux autres anciens inspecteurs il avait été rayé de tout contrôle de l’IGF sur une décision signé Pleven. Sur J. Barnaud on peut lire les portraits favorables de R. Belin. Du Secrétariat de la CGT au Gouvernement de Vichy, Paris, éditions Albatros p. 133-134 et H. Du Moulin de la Barthète, Le temps des illusions, Berne, Le Cheval Ailé, 1946, 437 p., p. 337 à 368.

19 Edgar Faure évoque avec humour et précision son passade au cabinet de Mendès France et ses fonctions modestes : rapport sur la sidérurgie, projet de reforme sur le code de procédure et surtout traitement des problèmes de contreseing qui donnait en principe à l’Économie nationale la possibilité de coordonner et d’orienter les activités des ministères économiques, possibilité que les différentes administrations ont tout fait pour torpiller. Il en conclut que le MEN n’était pas le « vaisseau amiral » qu’il aurait pu être mais le « hollandais volant », cf. Edgar Faure, Mémoires, op. cit., t. I, p. 148-149. E. Faure n’omet pas de citer le nom de Goetze mais n’évoque aucune discussion avec son directeur de cabinet. Goetze fait sans doute allusion au passage portant sur le poids du Ministère des Finances et la faiblesse des ministères de conception récente.

20 Il est nommé par de Gaulle délégué adjoint auprès de Ch. de Menthon, chef de la délégation française devant le Tribunal militaire international siégeant à Nuremberg après son passage au cabinet et après son échec aux élections législatives de 1945 pour remplacer Coste-Floret devenu, lui, député.

21 Par épuration Goetze entend le passage devant le jury d’honneur. Sur le renouvellement de certains directeurs, cf. ci-dessus. Concernant la permanence ou le changement des hommes dans l’administration centrale des Finances à la Libération M. Margairaz a raison de distinguer le sommet de la hiérarchie qui connaît en quelques années la promotion rapide (sous-directeur puis directeur) d’un petit nombre de jeunes hommes (généralement des inspecteurs des Finances) et la continuité administrative dans les bureaux. Pour une approche exhaustive du renouvellement des hommes aux sommets après la guerre il faudrait considérer l’ensemble du Ministère des Finances, directions des Affaires économiques comprises ; étudier les changements immédiats et ceux qui s’étalent jusqu’en 46 ; distinguer ceux qui sont dus à l’épuration, de ceux dus à une longévité excessive dans certaines fonctions en raison de la guerre, voire de ceux liés à une compétence insuffisante ; enfin différencier les changements qui s’accompagnent de sanction judiciaire ou administrative de ceux qui s’accompagnent de « mise au placard » ou d’« exil », plus discrets et plus ou moins éphémères ou au contraire qui donnent lieu à des promotions prestigieuses. La simple lecture comparative des annuaires disponibles de 1938, 1942, 1945 et 1946 voire même des organigrammes ne permet pas d’affiner l’étude et peut ainsi induire en erreur.
Piège dans lequel est tombé R. Paxton. Ce dernier conclut à propos de l’Inspection des Finances en dépit d’une énumération (partiellement inexacte par ailleurs) des sanctionnés de l’IGF à la Libération : « C’est pourtant la continuité qui apparaît à l’évidence lorsqu’on feuillette l’annuaire ». Cf. R. Paxton, La France de Vichy, op. cit., IIe partie, p. 316. Ce n’est pas le lieu ici d’établir un bilan précis de la relève au Ministère des Finances mais l’examen des dossiers de personnel qui fournissent les dates précises des décisions et mouvements de carrières nous permettent de conclure au contraire à un renouvellement important des hommes entre 1944 et 1947 dans les grandes directions, même si le renouvellement est étalé sur trois ans et même si ce sont toujours des inspecteurs des Finances qui tiennent les grandes directions car ce ne sont pas les mêmes et ils n’ont ni le même âge ni la même expérience.

22 L’interviewer, on le voit, reprend les analyses un peu rapides de certains historiens. Mais il est vrai que la grande majorité des directeurs du Ministère de l’Economie et des Finances n’a pas été remplacé dans l’immédiat à l’été 1944, que certains remplacés plus tard ont connu des promotions. Il est vrai aussi que la volonté des responsables du Ministère des Finances issus de la Résistance comme Mönick, Calvet ou Bloch-Lainé à la Libération fut d’oeuvrer pour « une politique de conciliation et de justice ». Cf. Note au Ministre de Pierre Calvet du 15 mars 1945 sur le Ministère pendant la guerre, rédigée, comme il l’expliquera plus tard dans une lettre à Jacques Brunet le 8 mai 1979, « afin de lutter contre des excès éventuels de l’épuration au Ministère des Finances ». Archives privées Calvet, remises à l’auteur. Lire aussi l’introduction de F. Bloch-Lainé et Cl. Gruson, Hauts fonctionnaires sous l’Occupation, op. cit., p. 9 et 10.

23 Henri Deroy, reçu à l’Inspection en 1923, commence sa brillante carrière a la direction du Budget de 1926 à 1930 (directeur adjoint en 1929). Nommé alors, (à 30 an)s, directeur du Contrôle des Régies puis en 1932 des Indirectes, il devient en 1935 directeur général de la Caisse des Dépôts ; fonction qu’il conserve jusqu’en janvier 1945 tout en assurant, a la demande de Bouthillier, le 6 juin 1940 les fonctions de directeur temporaire du MGF, puis du 16 juillet 1940 au 12 février 1942 celle de secrétaire général pour les Finances publiques du Ministère des Finances. Il est nommé gouverneur du Crédit Foncier de janvier 1945 à 1955. Il prendra ensuite la vice-présidence puis la présidence de Paribas jusqu’en 1966.

24 Jacques Brunet reçu au concours de 1924 fait après un passage en cabinet auprès de Poincaré puis de Chéron sa carrière à la direction de la Comptabilité publique de 1929 à septembre 1940 (directeur en 1935). Bouthilier le nomme en septembre 1940 directeur du Trésor. En février 1943 il récupère sous son autorité les Finances extérieures et assume en outre les fonctions de secrétaire général pour les Finances publiques (sans toucher de traitement supplémentaire). Arrêté en août 1943 comme otage d’honneur il est aussitôt libéré par les Allemands sur la demande de Cathala qui ne peut continuer à assumer ses fonctions sans lui. Dans sa note, Pierre Calvet, rappelle qu’on lui reproche d’avoir signé un engagement de fidélité à l’égard de la politique de Laval, engagement promis par Cathala en échange de sa libération. Mais Calvet doute de la valeur d’un tel engagement, obtenu sous la contrainte, qui ne l’a pas empêché de continuer sa politique de résistance administrative envers les Allemands. Cette argumentation ajoutée à sa connaissance de la situation financière de la France en 1944, à l’autorité et au respect dont il jouissait au Ministère des Finances y compris chez les résistants expliquent qu’il ait été maintenu à son poste au Trésor d’autant plus que tout changement eut pu ressembler à une sanction qu’auraient alors méritée autant et même plus bien d’autres fonctionnaires. Ce n’est donc que le 16 octobre 1946 qu’il est nommé directeur général de la Banque de l’Algérie, puis en 1949 directeur du Crédit national et en 1960 gouverneur de la Banque de France jusqu’à sa retraite en 1969. Le CHEFF dispose du témoignage enregistré en 1989 par J. Brunet mais ce dernier a établi une réserve de communicabilité de vingt ans.

25 Sur Pierre Coquelin, cf. ci-dessus. Goetze se trompe, la décision est annulée en 1949, il est réintégré en 1952. Ce n’est pas le seul directeur du Ministère et inspecteur à avoir été révoqué : Joseph Ripert, directeur des Assurances, lui aussi, mais la décision fut également annulée. (Précisons que d’autres directeurs non inspecteurs ont été révoqués ou écartés). Enfin il ne faut pas oublier les réintégrations-sanctions ou les mutations-sanctions (plus ou moins durables) d’inspecteurs des Finances auparavant détachés comme directeurs, soit dans d’autres administrations comme Calan, directeur du Commerce intérieur au Ministère de la Production industrielle, ou Culmann, secrétaire général à l’organisation industrielle du même Ministère ; soit dans des établissements bancaires ou des entreprises publiques comme la SNCF. Ceux-ci sont généralement oubliés dans les études sur le renouvellement des élites à la Libération comme Bréart de Boisanger, gouverneur de la Banque de France (révoqué, lui, en août 1944) ou Villard, sous-gouverneur de la Banque de France ou encore d’Eté, secrétaire général du Crédit foncier ou encore et pour d’autres raisons, Fournier et Filippi qui doivent quitter la SNCF peu après la fin de la guerre, etc.

26 Pas tout à fait. Ainsi, le Trésor a cessé de contenir les Finances extérieures qui ont retrouvé en 1946 leur autonomie sous l’autorité de Guindey. La direction des Assurances a cessé de dépendre des Affaires économiques pour être intégrée au Ministère des Finances. Et le Ministère comprend désormais une direction du Blocus.

27 Rappelons qu’il n’y avait plus que quatre Régies (qu’on appelait aussi administrations financières) depuis la fusion des Domaines avec l’Enregistrement. Il s’agit de la direction générale des Contributions directes, des Contributions indirectes, de l’Enregistrement des Domaines et du Timbre, et enfin des Douanes. Sur la fusion des trois premières, cf. IVe partie. La création de la DGI, le 16 avril 1948, supprimera dans chaque direction le titre de directeur général.

28 En effet. En 1940 le secrétariat général aux Affaires économiques avaient été doté d’une direction du Commerce extérieur tandis que subsistait au Ministère des Affaires étrangères la sous-direction des relations commerciales crée en 1919 et intégrée dans la direction des Affaires politiques et commerciales. En 1945, la direction des Relations économiques extérieures que dirige Marjolin (héritière du Commerce extérieur) et qui relève du Ministère de l’Economie nationale couvre en partie les mêmes champs d’activité que la nouvelle direction des Affaires économiques, techniques et financières que dirige Hervé Alphand au Ministère des Affaires étrangères. Ce chevauchement peut s’avérer fécond lorsque les deux directeurs ont les mêmes convictions. Cf. Ve partie. En 1989 la DREE coexiste toujours en parallèle avec la direction des Affaires économiques et financières du Ministère des Affaires étrangères.

29 Le « fameux Closon » est Francis-Louis Closon, rédacteur aux Finances en 1932, docteur en droit, boursier de la Fondation Rockfeller. Il se trouvait en 1938 aux États-Unis pour des études économiques. Il fut donc mobilisé sur place et affecté à la mission française d’achat à New York. Dès juillet 1940, il se met à la disposition de la France libre, rejoint Londres en juillet 1941 pour occuper les fonctions de directeur des Finances par intérim puis de directeur au Commissariat à l’Intérieur du CFLN en 1942. Il rejoint ensuite Jean Moulin comme délégué du CFLN en territoire occupé en 1943-1944, devient commissaire de la République à Lille en 1944-1946 puis directeur général de l’INSEE de 1946 à 1961. Il termine sa carrière chez Havas comme président de sa filiale IP. Parmi ses ouvrages, citons ses Souvenirs, Le temps des passions, de Jean Moulin à la Libération 1943-1944, Paris, Presses de la Cité, 250 p., 1974 et Commissaire de la République du Général de Gaulle, Lille septembre 1944-mars 1946, Paris, Julliard, 1980, 222 p.

30 Rappelons que J. Monnet est nommé par de Gaulle à la tête du Commissariat au Plan créé par décret le 6 janvier 1946 et placé sous la seule autorité du chef de gouvernement, décision institutionnalisée par le décret 16 janvier 1947. Sur l’histoire du Plan, cf. l’ouvrage collectif ss la dir. de Henri Rousso, De Monnet à Massé, 1946-1965, éditions du CNRS, 1986 ; idem, La Planification en crise (1965-1985), CNRS, 1988 ; Ph. Mioche, Le Plan Monnet, genèse et élaboration. 1941-1947, Paris, Publication de la Sorbonne et le plus récent ss la dir. de B. Cazes et Ph. Mioche, Modernisation ou décadence, Contribution à l’Histoire du Plan Monnet et de la planification en France, Paris, Université de Provence, 1990, 414 p. avec index thématique, synthèse et témoignages. Plus généralement sur Jean Monnet, cf. ses Mémoires et la biographie d’Eric Roussel, op. cit.

31 Les historiens ne le disent pas non plus ! M. Margairaz rappelle que le Commissariat général au Plan lors de sa présentation au CEI fut considéré par les ministres concernés et par de Gaulle comme un organisme temporaire destiné à élaborer le Plan pendant six mois dont l’application devait relever du MEN et des Ministères techniques. C’est la direction des programmes du MEN, héritière en partie de la direction de la Répartition qui « était destinée à assurer l’exécution du Plan, tel un véritable état-major stratégique. ... En fait largement empêtrée dans les difficultés de la répartition de court terme, le MEN ne paraît pas en mesure de disputer la direction du Plan en gestation à Jean Monnet et à son équipe qui va se perpétuer au-delà des six mois originels ». Cf. M. Margairaz, op. cit., t. II, p. 828 et p. 855. Jean Monnet dans ses Mémoires n’esquive pas le rappel de ces rivalités. « Etre rattaché au président du Conseil était essentiel pour exercer l’autorité la plus large ; mais une telle décision n’allait pas de soi comme j’eus à le constater dés ce moment puis à maintes reprises ensuite. La tradition eut voulu que le Commissariat fût sous la tutelle d’un ministère économique et toutes les pesanteurs administratives tentaient de le ramener à cet état de subordination chaque fois que le pouvoir était redistribué. » J. Monnet, Mémoires, op. cit., p. 285. Sans doute Goetze, reparti à cette date en Algérie, n’a pas suivi la mise en place de la répartition des tâches et son témoignage renvoie plus à l’organisation désirée par le MEN qu’à la réalité. Sur les divergences ultérieures entre Monnet et Mendès France, Bloch-Lainé affirme : « Mendès n’aurait pas contrarié la mise en œuvre du plan de modernisation et d’équipement dont il était très partisan. Ce qu’il disait alors c’est qu’il aurait fallu que cette mise en œuvre fut précédée d’une purge vigoureuse et accompagnée d’une hygiène différente ». Cf. Bloch-Lainé, Profession fonctionnaire, op. cit., 1976, 259 p., p. 107.

32 Rappelons que sous l’Occupation, Bouthillier avait, subdivisé le Ministère des Finances en deux : le secrétariat général aux Finances d’une part, à l’Économie d’autre part. Ce dernier avait puisé aux Finances et particulièrement à l’Inspection son personnel dirigeant. La coupure n’était donc pas aussi nette sous l’Occupation. Ce dont témoigne Goetze par contre c’est sa méconnaissance tant qu’il est à Alger des hommes et des responsabilités de ce secrétariat général aux Affaires économiques. Par ailleurs il est resté trop peu de temps au cabinet du MEN pour que l’organigramme de ce ministère « avorté » selon l’expression de Margairaz lui soit resté en mémoire. Dans l’annuaire de 1945, rédigé alors que Goetze est encore au cabinet du Ministre du MEN, on constate que deux directeurs sur huit étaient en fonction avant la Libération.

33 Goetze rappelle à l’interviewer une évidence. Les inspecteurs des Finances sont à la disposition du Ministre des Finances ! Pour comprendre les changements des débuts de la IVe République et les hommes qui les ont portés il ne faut pas s’arrêter à leur appartenance à l’élite du Ministère des Finances qui les conduit à diriger, à la demande du Ministre, les directions ou établissements financiers publics mais affiner l’étude et se demander qui ils sont, à quelle génération ils appartiennent, quelles ont été leur expérience personnelle et professionnelle, à quelle responsabilité ils sont placés et quelle politique économique ou financière ils ont défendue. Rappelons que ce corps n’est pas homogène. A oublier leurs différences les historiens les plus chevronnés ou les observateurs les plus attentifs se privent d’une explication précieuse pour comprendre les débats d’hier ou d’aujourd’hui sur la politique économique.

34 Sur le personnel de direction de l’Économie nationale, « les économiquement faibles » selon l’expression ironique d’un membre de cabinet des Finances, cf. M. Margairaz, op. cit., t. II, p. 1066 ; l’étude de la commission de la réforme administrative de mars 1948, Papiers Cusin, SAEF 5 A 18 ; et le rapport Le Gorgeu – Faure SAEF B 28218. ; on doit lire aussi le témoignage de Gaston Cusin, op. cit., Gaston Cusin après la démission de Mendès France en avril 1945 est nommé délégué du Gouvernement provisoire à l’Économie nationale tout en assurant la charge de secrétaire général du Comité économique interministériel. Receveur des Finances, nommé en 1936 au tour extérieur conseiller maître à la Cour des Comptes il avait été en 1936-1938 collaborateur d’Auriol, Blum et Cot et notamment responsable de « l’intervention » auprès des Républicains espagnols. Nommé de juillet 1938 à avril 1940, directeur de l’I.N. puis jusqu’en septembre 1940 chef du service du Blocus, il fut rétrogradé comme contrôleur financier puis, après son arrestation en avril et mai 1942, chargé du contrôle des Intendants économiques de la zone Sud. En octobre 1943, il est nommé par de Gaulle commissaire régional de la République. A la Libération il devient commissaire de la République à Bordeaux. Goetze est reste quelques semaines avec Cusin. On trouve certes moins d’inspecteurs des Finances à l’administration centrale de l’Économie nationale qu’à celle des Finances mais onze y ont un emploi en 1945.

35 Les polytechniciens se réservent « naturellement » les directions du Ministère de l’Industrie. Cf. M. Lévy-Leboyer, « La science mène-t-elle à l’action ? Les polytechniciens dans l’entreprise », Les polytechniciens dans le siècle, op. cit., p. 141-166. Pourtant la présence d’un inspecteur dans le cabinet du Ministre de l’Industrie n’est pas rare et sous l’occupation on compte huit inspecteurs des Finances ayant exercé des fonctions au Ministère de la Production industrielle. Même s’il faut tenir compte, notamment avant la guerre, d’une proportion importante d’inspecteurs polytechniciens (18 % et un major sur quatre) et même si un gentleman’s agreement tacite répartit entre les grands corps la plus part des emplois, la rivalité entre les anciens des grandes écoles reste une constante. L’enjeu est d’importance : la chasse aux débouchés dans l’administration et surtout dans les entreprises conditionne l’intérêt des carrières et donc la qualité du recrutement. L’accueil reçu par Goetze dans les sociétés pétrolières rappelle l’hostilité qu’a suscitée la nomination par Giscard d’Estaing de Chalandon (IF 1945) à la tête d’Elf en 1972 ou les manœuvres pour la présidence d’Elf en 1995 qui a vu un inspecteur (Jaffré) succéder à un ingénieur (Le Floch-Prigent). C’est surtout avec le Corps des Mines que s’aiguise la rivalité. Sur ce grand corps, cf. Jérôme Lecanu, « Entre innovation et tradition, la conversion des Ingénieurs, du Corps des Mines au pétrole », ss la dir. de G.-H. Soutou et A. Beltran, Pierre Guillaumat, Éditions Rive droite, Paris, 1995, 228 p., p. 175-193.

36 Nous l’avons vu en effet. Bel exemple d’un questionnement quelque peu inadapté au témoin qui a quitté la métropole depuis 1941 et n’avait encore jamais travaillé avec l’administration centrale des Finances ou de l’Économie nationale.

37 La gestion du personnel qui relevait de la direction des Services administratifs au MEN créée en 1945 et confiée on l’a vu à Gardellini n’a pas survécu longtemps. Elle est supprimée dès 1948 et rattachée à la direction du Personnel des Finances. Cusin notait avec amertume le 6 janvier 1949 pour Vincent Auriol à propos de la liquidation de cette direction « Ainsi est-on bien sûr de mettre fin à la seule politique constructive qui s’était développée au lendemain de la Libération pour faire une large part dans les services économiques aux ingénieurs des Ministères techniques et à des contractuels ayant une expérience des méthodes commerciales. » Cf. Cusin, op. cit., p. 53, Annexe V. La fusion des services Économie-Finances ne sera officielle qu’avec le décret du 6 décembre 1962.

38 Les compressions budgétaires de la période 1945-1948, « aveugles », ont eu des effets négatifs sur le recrutement d’un personnel compétent et extérieur à l’administration. Ainsi de 1946 à 1947 les effectifs du MEN, ont diminué de 15 155 à 12 155, cf. Papiers Cusin SAEF B 5 A 18. Mais il est vrai qu’il ne s’agit pas d’un Ministère budgétivore. M. Margairaz donne la dépense réelle dans le budget de l’État du MEN soit un milliard. « Ce chiffre a priori ne paraît pas exagéré eu égard à l’importance des services nécessaires à la gestion de l’économie d’un grand État moderne » Les deux services les plus lourds sont le Contrôle économique qui relève encore du MEN jusqu’en 1948 et l’INSEE, deux « services extérieurs ». Cf. Rapport Le Gorgeu-Faure, cit. La présence de ces services extérieurs rend la comparaison avec le Plan peu opératoire même s’il est vrai que ces deux administrations récentes ont eu proportionnellement des budgets faibles. J. Monnet rappelle que « le Plan n’eut jamais plus de trente chargés de mission et l’ensemble du personnel, secrétaires et gardiens compris, ne dépassa pas la centaine » J. Monnet, Mémoires, op. cit., p. 285.

39 D’après le bottin administratif, les constructions navales relevaient en 1945 du Ministère de la Marine.

40 Sur l’indépendance du Plan dès 1946, cf. plus haut. Du temps de Mendès France on ne peut parler véritablement d’administration du Plan mais il est vrai que l’ordonnance constitutive du MEN le 23 novembre 1944 prévoyait une direction de l’Équipement (qui reprenait les sections de l’ancienne direction de l’Économie générale) et une direction du Plan. Cette dernière est restée à l’État de projet et ne figure pas d’ailleurs dans l’annuaire de 1945 mais un bureau du Plan dirigé par Marjolin puis par Boris se met en place provisoirement et un conseil supérieur du Plan, organe délibératif est envisagé. Le 20 juin 1945 Cusin écrit au Ministre une note plaidant pour un resserrement de la structure et fait un bilan sévère de l’organisation du MEN : « Le MEN qui n’a jamais réussi depuis douze ans à asseoir son autorité ne s’imposera que si les affaires qui lui sont soumises sont traitées rapidement dans un esprit qui fasse prévaloir les considérations économiques sur " la déformation budgétaire " qu’on reproche à ses fonctionnaires ». Papiers Cusin, SAEF 5 A 18. En octobre 1946 Pleven reprend les suggestions de réorganisation de Cusin et met en place six directions dont celle du Plan et de la Documentation dirigée par Hervé-Gruyer. Goetze fait allusion à la très brève direction (bureau) du Plan du Ministère de l’Économie, dirigée par Marjolin (jusqu’à son départ pour le Plan en 1946), qui s’appellera direction de l’Équipement en 1945 et service des Affaires générales en 1946 selon les annuaires. Sur les relations du MEN avec les Finances et sur l’évolution agité de ses structures la meilleure étude est celle de M. Margairaz, L’État, les finances et l’économie, op. cit., t. II, chap. XXIII, XXIV et XXX.

41 Cf. ci-après IVe partie.

42 À l’époque de Mendès France c’était en effet Ramadier député socialiste. Il avait succédé à Giaccobi ministre de septembre à novembre. Après, arrive en avril 1945 Christian Pineau socialiste également puis Henri Longchambon en 1947. Ce Ministère réduit ensuite à un Haut Commissaire du Ravitaillement a été définitivement supprimé en novembre 1949.

43 Sur la querelle Mendès France-Pleven, cf. plus haut. Paul-Henri Spaak est ministre des Affaires Étrangères du gouvernement belge mais c’est Camille Gutt l’artisan de la politique monétaire menée avec succès en Belgique en 1944. Gutt, ministre des Finances belge dans le gouvernement van Acker a réussi à appliquer un plan proche de celui de Mendès France qui a permis de sauver le franc belge. E. Mönick, partisan de la solution Pleven, dans ses souvenirs résume ainsi les clefs de la réussite belge. « En Belgique, M. van Acker s’appuyait sur des institutions établies, sur un parlement élu, sur un gouvernement régulièrement constitué. En France tout était à reconstruire de fond en comble : institutions et parlement. On entrait dans une période où le pays allait être en état de vote permanent ... La vérité qu’il ne faut jamais se lasser de répéter est que les techniques financières sont bien plus qu’on ne le croit des esclaves. Elles dépendent d’une politique générale... De Gaulle... se heurta à l’opposition unanime des partis. Dès lors pas d’exécutif fort, pas de plan Gutt. » Cf. E. Mönick, Pour mémoire, op. cit., p. 38-39.

44 Sur l’opposition « violente » entre Mendès France et Pleven à propos de l’impôt sur la fortune Bloch-Lainé, dans son dialogue avec J. Bouvier, confirme les propos de Goetze mais va plus loin en proposant des explications. Tout en soulignant la responsabilité de la rigidité des positions de Mendès France et de ses « archanges » comme Gabriel Ardant dans l’évolution des esprits des hésitants, F. Bloch-Lainé analyse le paradoxe qui a conduit ce que Goetze appelle les libéraux à s’opposer à la solution Mendès France alors qu’ils sont d’ordinaire plutôt partisans de la rigueur et opposés à la facilité. Pour Bloch-Lainé, l’explication relève plus de l’instinct que de théories. Sous le titre, « l’étonnante attitude des orthodoxes. », il explique que si les banquiers ont préféré l’inflation (qu’ils espéraient atténuer par l’emprunt et un impôt exceptionnel) à l’utilisation de moyens trop hétérodoxes c’est par hostilité à toute contrainte de l’État, d’autant plus qu’ils le jugeaient à la merci de subversions venues de l’Est. Ainsi ils ont sacrifié la monnaie à la protection de possédants gros ou petits, fautifs ou non. Ils ont choisi de limiter les mesures dures à quelques uns plutôt que de donner à l’État des lumières sur les propriétés et entreprises privées. Cf. F. Bloch-Lainé et J. Bouvier, La France restaurée 1944-1954, op. cit., p. 78.

45 Sur la corruption des agents des Régies, conséquence de ce nouvel impôt exceptionnel, le témoignage de Goetze (qu’il réitère dans la IVe partie) est important mais reste a vérifier. L’histoire en cours de la direction des Impôts (projet du CHEFF dirigé par J.F. Costes) permettra peut-être de recueillir des témoignages confirmant ou infirmant l’existence de ce type de fraude (qui ne laisse pas de traces écrites sauf si la faute est constatée et une sanction prise) et d’en mesurer l’étendue. L’ordonnance du 15 août 1945 instituait sous l’appellation de « Impôt de Solidarité Nationale » un prélèvement sur le patrimoine des personnes physiques et des sociétés qui comportait un triple dispositif destiné à toucher le patrimoine des personnes physiques évalués en 1945, leur enrichissement entre 1940 et 1945 et le patrimoine des sociétés par actions et personnes morales. Ce prélèvement s’appuyait sur une déclaration des personnes imposables, d’après le modèle des déclarations de succession, qui devait être adressée à la direction de l’Enregistrement dans les six mois. Le paiement s’est étalé sur quatre ans. En 1947 fut institué en outre une majoration de 25 % appelé avec humour la « cinquième part ». J.Y. Nizet estime qu’au total 107 milliards furent ainsi prélevés en 1946, 1947 et 1948 dont 15 % sur les patrimoines des sociétés, 50 % sur des personnes physiques, et 17 % sur leur enrichissement. Il conclut de cette ventilation que les sociétés ont été largement épargnées. Mais il note aussi que sur les 2 259 000 déclarations, il y eut 1 167 835 redressements soit 50 % et il en conclut que « l’effort de contrôle du service de l’Enregistrement fut donc loin d’être négligeable ». Cf. J.Y Nizet, Fiscalité, Économie et politique, l’impôt en France 1945-1990, op. cit., IIe partie, p. 47-54.

46 Sur les dysfonctionnements qui ont conduit à la réorganisation des Administrations financières, la création de la DGI, et la reforme de l’Impôt sur le Revenu en 1948, on peut lire encore J.Y. Nizet qui dans un chapitre sur le Mouvement Poujade et le contrôle fiscal relève les difficiles conditions de travail des Régies : impôts exceptionnels, réformes répétées du système fiscal, conditions matérielles, pénurie de personnel, vérificateurs par exemple, nombre croissant de contribuables et d’entreprises, urbanisation, et enfin la place privilégiée prise par l’assiette au détriment du contrôle et cf. J.Y. Nizet, op. cit., 120-123. L’Inspection des Finances chargée de vérifier les comptables était la mieux à même de révéler les fraudes, de souligner l’incohérence de l’organisation et de proposer des remèdes, ce qu’elle n’a cessé de faire de rapports en rapports aussi bien au lendemain de la première guerre mondiale qu’après 1945. Cf. N. Carré de Malberg, « Il y a 65 ans, les inspecteurs des Finances au chevet de l’impôt sur le revenu », L’ENA mensuel, n° 166, novembre 1986, p. 14-17. C’est d’ailleurs des inspecteurs des Finances qui contribueront à la réforme des Régies et à la création de la DGI comme le reconnaît Maurice Petsche ministre délégué au Budget en 1948. « Je fais hommage de cette réforme fiscale à ses véritables auteurs... C’est à une jeune équipe d’inspecteurs des finances et d’administrateurs du ministère des Finances que nous la devons » (déclaration le 24 novembre 1948 à la Commission de réforme fiscale qui adopte le décret du 9 décembre 1948 préparé par l’administration, décret obtenant force de loi dans la loi de fiances du 31 décembre 1948). Cf. Frédéric Tristram qui cite de nombreux rapports de l’Inspection conservés par les archives de la DGI ainsi que des témoignages conservés par le CHEFF, cf. La Direction des Contributions directes, 1917-1948, 1995, exemplaire dactylographié, CHEFF, vol. I, p. 116-125.

47 La direction des Douanes, appelée direction des Douanes et Droits indirects n’avait pas en réalité la tutelle, qu’elle n’a cessé de réclamer, sur les impôts indirects (sur les tabacs et alcools notamment) ni sur la TVA. En 1993, seulement, pour compenser la perte d’activité de se agents qui résultait de la suppression des frontières en Europe, elle récupère la responsabilité des droits indirects sauf le plus important la TVA. Quant au Timbre dont parle Goetze il est resté dans la sphère de l’Enregistrement donc de la DGI. Cf. Les travaux en cours au CHEFF de J.F. Costes.

48 Sur Delouvrier, cf. IVe partie. Jean Ricquebourg , reçu premier en 1939, fait prisonnier en 1940 puis évadé, participe avec Hedde au cabinet de Cathala dans un rôle assez technique selon J. de Fouchier, son directeur de cabinet, puis il quitte la France en mai 1943 pour Alger via l’Espagne, s’engage dans l’armée d’Italie où il sert dans l’infanterie comme capitaine puis en Corse où il opère aux côtés d’Ardant à l’échange des billets. Promu lieutenant-colonel dans la « mission militaire de liaison administrative », il est alors appelé par Lepercq pour être son directeur de cabinet sur les conseils de Mendès France avec qui il avait collaboré à Alger (d’après J. Lacouture, Mendès France, op. cit., p. 163). Il meurt dans la voiture de Lepercq le 9 novembre 1944. Sur cette trajectoire exceptionnelle et brutalement interrompue outre le dossier personnel consulté aux archives de l’IGF on peut lire le bref témoignage de J. de Fouchier, Le goût de l’improbable, op. cit., p. 129 et p. 159, et la notice nécrologique de Libersart, La Gazette de l’Inspection, n° 15, décembre 1944, p. 13-20.

49 En fait Mendès France n’avait pas autorité pour nommer Gregh, directeur du Budget, lequel dépendait du Ministère des Finances. Mais la nomination des directeurs se faisant en conseil des Ministres il est vraisemblable qu’il ait joué un rôle favorable. Quant aux nominations de Guindey et Bloch-Lainé rappelons qu’ils ne sont encore ni l’un ni l’autre directeurs mais respectivement directeur adjoint et sous-directeur au Trésor. Goetze surestime l’autorité de Mendès France sur les nominations.

50 Allusion à l’ordonnance du 30 juin 1945 (JO du 8 juillet 1945) qui codifie la réglementation concernant la fixation des prix, leur publicité et les infractions. Elle confirme le blocage au niveau des prix de 1939 ou à celui résultant des décisions prises depuis. Les prix restent fixés par arrêtés ministériels ou arrêtés des commissaires régionaux ou des préfets ou des organismes agréés par le MEN. Les arrêtés ministériels doivent être pris après avis du comité central des prix (et après avis des comités régionaux ou départementaux pour les autres arrêtés). Une autre ordonnance du même jour est prise contre le marché noir et la hausse des prix. Elle définit les infractions, et organise la procédure administrative et judiciaire. Cf. L’année politique, 1944-1945, préface par André Siegfried, Paris, éditions Le Grand Siècle, 563 p., p. 234. Ces ordonnances sont restées en vigueur jusqu’au 1er décembre 1986.

51 Cf. ci-après IVe partie et surtout la Ve partie sur son « aventure pétrolière ». Précisons seulement que le bureau des Recherches pétrolières créé en octobre 1945 supervise la Régie autonome des Pétroles, la RAP, qui prospecte et exploite les gisements dans le Sud-Ouest et lancera en novembre 1946 une société d’économie mixte, La Société nationale de recherche pétrolière, la SN REPAL pour « scruter le sous-sol algérien » dont il détient 50 % à part égal avec le Gouvernement général de l’Algérie. Cf. le résumé rapide et clair que fait Hubert Bonin sur « l’arme du pétrole », Histoire économique de la IVe République, op. cit., p. 94-95.

52 Il n’existait plus alors de secrétariat général aux finances mais une fois de plus on ne peut attendre d’un témoin le rappel précis et exact d’un organigramme remontant à 45 ans.

53 C’est toujours au titre du contreseing que le cabinet du MEN participe à ces textes. On trouvera une synthèse claire de la législation et de l’organisation du Ravitaillement dans J.M. Flonneau, « Législation et organisation économiques au temps des Restrictions (1938-1949) », D. Veillon, J.M. Flonneau, ss la dir. de, Le temps des Restrictions en France (1939-1949), Les Cahiers de l’IHTP, n° 32-33, mai 1996, CNRS, p. 43-59. Les nationalisations commencent avec celle des Houillères du Nord et du Pas-de-Calais le 14 décembre 1944, Renault, le 16 janvier 1945, Gnôme et Rhône devenu la SNECMA le 29 mai, Air-France le 26 juin, la Banque de France et les quatre banques de dépôt (Le Crédit Lyonnais, La Société générale, le CNEP, la BNCI) le 2 décembre 1945 (JO du 3 décembre). Mais Goetze n’est plus au MEN depuis début mai. Suivront en 1946 le Gaz et l’Electricité, les Assurances, les Charbonnages, la Banque de l’Algérie. Sur les nationalisations, cf. Cl. Andrieu, Lucette Le Van Lemesle, A. Prost, Les nationalisations de la Libération, de l’Utopie au Compromis, Paris, PFNSP. 1987 et le dialogue de J. Bouvier et F. Bloch-Lainé sur les intentions, les modifications et les résultats des nationalisations, La France restaurée, op. cit.. p. 193-200 et p. 208-211.

54 Sur les problèmes du ravitaillement nous ne saurions trop renvoyer à l’excellent chapitre « Survivre » de l’ouvrage de J.P. Rioux, La France de la IVe République, I – L’ardeur et la nécessité, 1944-1952, Paris, Seuil, NHFC, n° 15, 1980, 309 p., p. 39-48. Le CHEFF dispose du témoignage de Philippe Huet qui fut brièvement détaché au Ministère du Ravitaillement en 1945, membre du cabinet de Ramadier président du Conseil en 1947 puis directeur de son cabinet aux Finances en 1956.

55 Sur le commissariat au Plan, cf. ci-dessus et sur Delouvrier ci-dessous IVe partie.

56 Il ne restait que deux grandes banques d’affaires à n’avoir pas été nationalisées et dont le sort n’avait pas été décidé lors du vote de la loi du 2 décembre 1945, la BUP et la Banque de Paribas. Claire Andrieu a fait récemment le bilan des nationalisations de 1945 comparé avec celles de 1981 dans « Les nationalisations bancaires en France, de 1945 à nos jours », Les Banques en Europe de l’Ouest de 1920 à nos jours, Actes du Colloque tenu à Bercy les 7 et 8 octobre 1993, Paris, CHEFF, 1995, 358 p., p. 101-136. Par contre la nationalisation des Assurances le 25 avril 1946 laissa en effet de côté de nombreuses compagnies. Sur 900 sociétés dominées par 11 groupes, internationalisés, 34 furent nationalisées rassemblant 60 % du capital de l’ensemble du secteur : résultat dû à l’hésitation des partis (sauf le PC) pour qui l’intérêt des assurés était au moins autant à défendre que l’intérêt de l’État qui convoitait les énormes disponibilités des compagnies.

57 La SNCF avait été nationalisée en 1938. Le secteur nucléaire relève d’un autre processus puis qu’il est dès sa naissance, étatique, avec la création par de Gaulle du CEA qui débute en octobre 1945, Joliot-Curie étant haut-commissaire et Dautry administrateur général, avec un budget de 500 millions et 236 membres en 1946. Quant au pétrole il n’était ni nécessaire de nationaliser ce secteur où l’État disposait déjà d’une influence solide au sein de la Compagnie française des pétroles, la CFP, ou de la Société Nationale des Pétroles d’Aquitaine, SNPA, ou encore de la RAP, ni prudent dans la mesure où les partenaires anglo-saxons risquaient de prendre des mesures de représailles à l’heure où le pétrole, le potentiel technique et les dollars étaient plus que jamais nécessaires. Comme le dit H. Bonin, Histoire économique de la IVe République, op. cit., p. 82, « La dépendance française limite la marge nationalisatrice ». Le 6 juin 1946, est donc maintenue la politique mixte établie par la loi de 1928 qui garantit aux sociétés étrangères des parts de marché tout en permettant aux sociétés françaises publiques de se développer.

58 En fait Pleven a bien fait opérer à un échange de billets en juin 1945 mais sans blocage. Des trafiquants du marché noir ou des thésauriseurs n’osant pas tout présenter à l’administration, 20 milliards auraient ainsi disparu de la masse monétaire selon les chiffres de H. Bonin, Histoire économique de la IVe République, op. cit. Goetze évoque le retrait temporaire des billets de 5 000 F, la plus grosse coupure qui continuait à servir aux transactions du marché noir en circulation, opère en janvier 1948 par René Mayer, échange qui suscita une controverse à l’époque et encore aujourd’hui. Bloch-Lainé, alors directeur du Trésor, le met au passif de la politique de René Mayer : « L’échange des billets de 5 000 F, étrangement suggéré par la Banque de France qui venait beaucoup trop tard pour n’avoir pas plus d’inconvénients que d’avantages », cf. F. Bloch-Lainé Profession fonctionnaire, op. cit., p. 101. Vingt ans plus tard P. Delouvrier, directeur de cabinet de Mayer, s’explique sur cette opération à finalité politique plus qu’économique. Rappelant que E. Mönick, gouverneur de la Banque de France, était hésitant, Saltes deuxième sous-gouverneur favorable, Bloch-Lainé contre, lui-même se rallia à cette décision car c’était le prix à payer pour la survie du gouvernement Schuman et le plan de réduction de l’inflation. Cette mesure était reclamée par les socialistes et une partie du MRP dont le soutien à la Chambre était nécessaire. Cf. Roselyne Chenu, Paul Delouvrier ou la passion d’agir, Seuil, 1995, 413 p., p. 131-134.

59 L’emprunt de la Libération clos le 20 novembre 1944 a permis de couvrir l’impasse de 1944 à 60 % et de 1945 à 20 % selon l’étude M. Margairaz, op. cit., t. II. Il est jugé « inutile et malhonnête » par F. Bloch-Lainé en raison de ses conditions de rémunération, rente perpétuelle à 3 %, qui ont rendu difficiles les placements des émission ultérieures et la couverture de l’impasse par le crédit à long terme. Si on ajoute au montant souscrit, l’échange de billets sans blocage de juin et juillet 1945 mais en tenant compte de l’accroissement de la monnaie scripturale dont le Trésor profite pour ses besoins du court terme, la résorption nette de la masse monétaire globale est estimée par Margairaz, qui s’appuie sur une note de Pleven, à 5 % de la circulation fiduciaire. Celle-ci, en francs courants, représente la même valeur qu’un an plus tôt soit 570 milliards.

60 Gabriel Ardant a bien analysé l’efficacité comparée de l’impôt et de l’emprunt en matière de lutte contre l’inflation. Sans négliger les effets de l’emprunt il précise : « Une erreur assez répandue et très dangereuse consiste à attribuer à l’emprunt une efficacité aussi grande ou presqu’aussi grande qu’à l’impôt dans le sens de la réduction de la consommation ». Il rappelle que la démonstration en a été faite notamment dans l’Inventaire de la situation financière 1913-1946, Imprimerie nationale, 1946, appelé Inventaire Schuman. Mais il va plus loin, s’interroge sur les motifs d’une erreur aussi répandue et ajoute : « On peut penser que les intérêts en cause n’y sont pas étrangers. Persuader l’opinion publique que l’emprunt au même titre que l’impôt combat l’inflation, en persuader même les gouvernements dits de gauche, c’est pour la classe possédante gagner sur tous les plans (en italique dans le texte) », l’argument de la confiance, nécessaire à la réussite de l’emprunt, permet d’éviter toute mesure « socialisante » y compris des mesures fiscales. Cf. G. Ardant, Histoire de l’Impôt, Livre II, Paris, Fayard, 1972, 870 p., p. 533-536. Que la reconstruction se fasse sur impulsion de l’État et financement public ne crée pas de divergence dans le contexte de pénurie, par contre la source de ce financement public, l’impôt forcé ou l’emprunt, suscite effectivement un conflit majeur, encore que Bloch-Lainé dans son dialogue avec J. Bouvier fasse remarquer qu’il n’y a pas eu l’hiver 1945, de débat véritable sur ce sujet. La France restaurée, op. cit., p. 67.

61 À nouveau il confond 400 millions et milliards. Cf. ci-dessus IIe partie, chapitre II. H. Bonin rappelle que de 1940 à 1944 les recettes n’ont couvert que 28 % des dépenses, que les avances de la Banque de France se montent à 32 % des dépenses, que la circulation monétaire a été multiplié par 5, de 142 milliards en août 1939 à 632 milliards en août 1944 (la circulation fiduciaire de 264 milliards à 1 035 milliards fin 1944), que la dette publique a quadruplé de 1938 à 1944. La Libération ne peut échapper au choc d’une inflation différée par la thésaurisation et le blocage des salaires par les Allemands. Cf. H. Bonin, La IVe République, op. cit. Et sur l’héritage financier en 1944 outre les Actes d’un colloque qui a eu lieu en 1974, La libération de la France, CNRS, 1976, cf. Gaétan Pirou, « Le problème monétaire en France depuis la Libération », Revue d’Économie politique, 1946, p. 1-49 cité par J.P. Rioux, Histoire ... op. cit.

62 Cusin ne remplace pas Goetze mais Mendès France, sans le titre de Ministre.

63 Pierre Calvet (à ne pas confondre en effet avec son demi-frère Jacques Calvet, président de Peugeot en 1989), fils d’un professeur de lycée, reçu en 1933, entre en décembre 1938 comme chargé de mission au MGF. « Limogé », selon ses termes lors de l’entretien avec l’auteur en 1981, début 1941, chef de service à la direction des Assurances, membre du comité des Études dans la résistance, il est chef de cabinet d’E. Mönick en août 1944, de Lepercq ensuite puis de Pleven. De 1945 à 1947 il est attaché financier à Londres, directeur de l’Office des changes. En 1952 il devient second sous-gouverneur de la Banque de France où il retrouve son « parrain » de Sciences-Po, Baumgartner et en 1960 premier sous-gouverneur. En 1966 il entre à la BNP comme vice-président jusqu’en 1971. Réintégré il termine sa carrière comme président de la Caisse centrale.

64 Sur la présence des inspecteurs au Budget, cf. IVe partie.

65 En 1963 est créée la Délégation à l’aménagement du territoire, la DATAR, chargée d’instruire les dossiers des entreprises et de donner son accord pour le déblocage des primes accordées aux entreprises qui s’installent dans les zones insuffisamment industrialisées ou en déclin ou en reconversion. La DATAR est d’abord rattachée au premier ministre jusqu’en 1981 puis au Ministère du Plan et de l’Aménagement du Territoire, solution qui a les faveurs de Goetze, mais en 1986 elle passe au Ministère de l’Equipement, en 1987 au Ministère de l’Industrie (les entretiens avec Goetze ont lieu en 1989), en 1991 au Ministère de la Ville, en 1996 elle retourne au Ministère de l’Equipement. Cette instabilité de l’organigramme n’a sûrement pas été un facteur favorable. Mais c’est bien la crise, les résultats obtenus mitigés et la loi de décentralisation de 1982 qui ont conduit à la mise en sommeil de la DATAR (et à une forte réduction de ses primes) au point d’avoir envisagé sa suppression en 1986. Il n’est pas certain que le rattachement à un Secrétariat d’État souhaité par Goetze ait suffi à freiner un déclin qui est lié « au recul des formules dirigistes et à l’alignement sur la stimulations indirecte pratiquée dans la plus part des autres pays industrialisés ». Cf. La rapide synthèse qu’en fait J.F. Eck, Histoire de l’économie française depuis 1945, Armand Colin, Cursus, 1988, 192 p., p. 100-101 ; On trouvera une bibliographie utile mais peu rigoureuse sur la décentralisation dans Pierre Bertholle, « Centralisation, décentralisation », in Histoire du Ministère de l’Intérieur de 1790 à nos jours, Paris, la Documentation française 1995, 324 p., p. 187 à 218, ouvrage par ailleurs décevant. Cf. aussi F. Burdeau, « Itinéraire », in Décentralisation : bilan et perspectives, Actualité Juridique, Droit administratif, 1984, n° 20-24, en attendant la publication des Actes du Colloque de Dijon du 21-22 novembre 1996 organisé par la Fondation Charles de Gaulle et l’Association Georges Pompidou. L’aménagement du Territoire, 1958-1974.

66 L’article 49 alinéa 3 de la Constitution de la Ve République stipule que « Le Premier Ministre peut, après délibération du Conseil des Ministres, engager la responsabilité du Gouvernement devant l’Assemblée nationale sur le vote d’un texte. Dans ce cas, ce texte est considéré comme adopté sauf si une motion de censure, déposée dans les 24 heures qui suivent, est votée dans les conditions prévues dans l’alinéa précédent » (votée par la majorité absolue de ses membres). Assurément ce procédé qui, par ses applications répétées, indigne non seulement Goetze mais régulièrement parlementaires et journalistes fait peu de cas de la confiance que peut avoir un gouvernement dans sa majorité mais fut fréquemment utilisé. Dès l’automne 1960, Michel Debré fit voter ainsi la force de frappe. Pour en savoir plus sur l’usage sous la Ve République du 49-3, cf. Didier Maus, Textes et Documents sur la pratique institutionnelle de la Ve République, Documentation française et CNRS, 2e édition, 1982 700 p. ou J.L. Quermonne, Le Gouvernement de la France sous la V" République, Dalloz, Études économiques et sociales, 2e édition 1983, XVIII, 700 p. Sur le rattachement du Plan (secrétariat ou non) auprès du premier Ministre, cf. ci-dessus ce qu’en pensait Monnet. Depuis 1996, le Plan est rattaché au Ministère de l’Économie et des Finances. Il est un peu tôt pour vérifier s’il en bénéficiera ou non. En dépit du rôle essentiel des structures administratives, que peuvent celles-ci sans la volonté politique ?

67 Sur les rapports entre de Gaulle et le Plan, on peut lire Alain Prate, Les batailles économiques du général de Gaulle, Paris, Pion, coll. Espoir 1978, 328 p., p. 81-85 et 167-194. Ou encore Pierre Massé, Aléas et progrès, Paris, Economica, 1984, 353 p. Il en ressort que le « libéralisme » du Général n’a jamais été incompatible avec la promotion et le soutien des plans successifs et de son commissaire au Plan, Pierre Massé. Et si le Ve Plan mis en place en 1965 n’a pas en effet répondu aux espoirs mis en lui par le Général, ce sont les événements de mai 1968 qui ont conduit à son abandon. « Le Général attachait la plus grande importance au Plan qu’il avait créé au début de 1945... Ce devait être dans son esprit l’instrument d’un renouveau économique et social ». Cf. Alain Prate p. 163-164. Dans son chapitre sur l’économie, de Gaulle écrit « Je ferai donc en sorte que la préparation et l’exécution du Plan prennent un relief qu’elles n’avaient pas, en lui donnant un caractère « d’ardente obligation » reprenant la fameuse expression de 1963. Cf. Mémoires d’Espoir, Paris, Plon, Tome I, 314 p., p. 143.

68 Jugement sévère sur l’utilité du Rapport public, adressé par la Cour des Comptes chaque année au Président de la République et adressé au Parlement. Public depuis 1832 (sauf sous Vichy), les réponses des administrations, elles, sont publiées en même temps au JO depuis 1862. En 1982 est intégré à ce Rapport, un rapport d’ensemble sur les entreprises contrôlées par la Cour (rapport créé en 1976 et publié jusque là tous les deux ans). Le Rapport public est destiné à faire connaître ses observations et ses propositions, ce n’est pas un acte de décision et il ne prononce pas de sanction. C’est aux pouvoirs publics responsables qu’il appartient de donner une suite aux observations. La presse le diffuse largement dans ses parties les plus scandaleuses et déplore régulièrement l’absence de suites. Le Parlement s’y intéresse surtout lors de l’examen en commission des Finances des demandes de crédits budgétaires. Pour vaincre les réticences des administrations en 1963 le Gouvernement a créé une commission restreinte de hauts fonctionnaires chargé d’examiner les suites à donner et les suites données au Rapport public, examen qui est imprimé. Par ailleurs les administrations peuvent d’elles-mêmes diligenter des sanctions ou renvoyer devant la Cour de discipline budgétaire. Mais comme le signalent les auteurs de l’ouvrage historique sur La Cour des Comptes publié au CNRS en 1984, 1, 191 p. « Il faut en outre remarquer que pour une part l’action du Rapport public comme plus généralement celle de la Cour, a une valeur " préventive ", les administrations redoutent d’être portées au Rapport public " et cette crainte est par elle-même salutaire. » (p. 851) Visiblement Goetze doute de l’efficacité préventive de ce Rapport. Rappelons que la Cour des Comptes, juge des manquements qui affectent les comptes, est une juridiction qui prend des sanctions pécuniaires contre les comptables.

69 Sur la direction du Trésor, le FME, le plan Marshall, et le Plan on ne saurait trop recommander la lecture des Actes du Colloque, Le Plan Marshall et le relèvement de l’Europe, colloque tenu à Bercy les 21, 22, 23 mars 1991, Paris, CHEFF, 1993, 840 pages et tout particulièrement la communication de M. Margairaz, « Les Finances, le Plan Monnet et le Plan Marshall : entre contraintes, controverses et convergences », p. 145-177. Dans une perspective plus large. Il faut lire aussi, la thèse importante de Gérard Bossuat, La France, l’aide américaine et la construction européenne, 1944-1954, Paris, CHEFF, 1992, 2 vol. , 1042 p.

70 Remarquons que le passage par un cabinet n’a pas été une occasion d’accélérer sa carrière. Si pour un inspecteur des Finances le passage par le cabinet (du Ministre des Finances ou de directeur d’un autre Ministre) est presque toujours un tremplin pour une carrière dirigeante ou triomphante, nous pouvons démontrer que d’autres facteurs déterminants peuvent jouer pour une carrière réussie. Rappelons que les pnses d’emploi en cabinet (407 pour 152 inspecteurs des Finances sur les 355 des promotions 1878-1939, soit 42,8 %) ont considérablement augmenté depuis la première guerre (74 dans les années vingt, 146 dans les années trente et 51 dans les cinq premières années des années quarante) et précisons qu’aucun des 35 inspecteurs qui ont fait une carrière souffrante (de contrôle) n’est passé par le cabinet Finances.

71 Robert Blot, fils d’un directeur de la Banque de France, reçu à l’IGF en 1939, fut chargé de mission au Service de coordination des Administrations financières puis sous-directeur en 1947, directeur-adjoint de la DGI en 1948, chef de Service en février 1953, directeur général adjoint en novembre, directeur général en 1955. A partir de 1949 il mènera de front une carrière administrative aux Impôts et une carrière à la tête du cabinet d’Edgar Faure (en 1949, 1950, 1952, 1954, 1955, et à nouveau en 1966-1967 et 1968). En 1961 il entre au Crédit foncier comme sous-gouverneur où il retrouve Goetze. Il lui succédera en 1978 avant de prendre sa retraite en 1979. Blot a accordé 18, entretiens au CHEFF en 1989 qui ne seront communicables qu’à son décès. Edgar Faure, dans ses Mémoires, lui rend un hommage appuyé, répété et reconnaissant. T. I, p. 228.

72 Sur Pélabon, cf. ci-dessous.

73 Goetze revient plus loin sur ce que André Philip lui reprochait. Rappelons que depuis la Libération certains journaux notamment d’inspiration communiste ou syndicale avaient lancé des attaques contre l’IGF, son recrutement, ses relations avec le monde de la finance et l’attitude de certains de ses membres sous Vichy. Ainsi l’Echo des Finances du 25 juin 1945 titrait en première page « Grandeur et décadence de l’Inspection des Finances » un article qui se termine ainsi : « Car démocratiser l’IF est une tâche qui s’impose. Comme s’impose aussi l’interdiction à tout inspecteur des Finances de quitter l’administration pour aller servir dans une banque. » F. Bloch-Lainé rappelle dans son interview, le 27 janvier 1977, par la commission d’Histoire économique et sociale (Exemplaire dactylographié Comité d’Histoire de la Seconde guerre mondiale, p. 27) que Pleven avait réuni une petite commission dont il a fait partie avec Postel-Vinay pour étudier les réformes à apporter à l’Inspection en matière de recrutement. La création de l’ENA le 9 octobre 1945 entendait remédier au premier de ces maux, (que ses fondateurs avaient en fait mal analysés). Au début de 1946, André Philip Ministre de l’Économie et des Finances dans le gouvernement Félix Gouin du 26 janvier au 24 juin 1946 tente en effet de supprimer l’IGF. En Mars 1946 plusieurs journaux s’en font l’écho : l’Humanité du 30 mars, Franc-Tireur du 29 mars et du 10 avril, Le Populaire du 30 mars 1946. Ce dernier rend compte du vote le 29 mars, à l’unanimité, de l’ordre du jour de la Fédération de la Seine : « Le congrès national du parti socialiste SFIO félicite le gouvernement à direction socialiste de l’action qu’il entreprend contre l’Inspection des finances, citadelle de la bourgeoisie capitaliste » Le 6 avril 1946 le journal Le Monde en bref (dirigé par Pierre Bourdan) publiait un article, p. 4 à 7, titré « Philip le Hardi s’attaque aux forces invincibles, témérité ministérielle » et citait un communiqué paru dans la presse (dans Le Populaire du 29 mars). « M. André Philip a soumis au conseil des Ministres un projet de loi comportant création d’un corps unique de contrôle des finances publiques. Placée sous l’autorité directe du Ministre des Finances, cette administration assurerait l’exécution du budget par sa surveillance sur les administrateurs, ordonnateurs et comptables des fonds publics. Elle remplacerait le contrôle des dépenses engagées et l’Inspection générale des finances » L’auteur développe longuement les mérites et les faiblesses de cette citadelle » pour conclure « L’Inspection générale est constituée d’hommes dissemblables mais la majorité mérite considération ». Ce dossier de presse nous a été remis par Robert Julienne. La menace fut prise au sérieux par l’Inspection qui réagit : ainsi le bureau de l’Association de l’Inspection envoya une délégation de six membres présidée par Le Roy (IF 1919) auprès de Maurice Thorez, alors vice-président du Conseil, susceptible de vouloir trop bien accueillir le projet d’André Philip. Au cours de la conversation, Le Roy énonça tout ce que l’État devait à L’IGF, ce à quoi Thorez aurait répondu qu’il n’avait nullement l’intention de soutenir le projet Philip et que lui, communiste, croyait à un État fortement structuré qui aurait besoin d’un corps comme l’IGF. Cf. Témoignage écrit de F. Bizard et de Guy Hermitte, A.P. Bizard, CHEFF. Ph. Huet (IF 1946) raconte au cours de son interview avec le CHEFF en novembre 1990 que « grâce à M. Robert Schuman et d’un certain nombre d’autres, le projet de loi avait été renvoyé à une session ultérieure à l’Assemblée ». Cf. Transcription de l’entretien avec le CHEFF en 1990, p. 109. Il ajoute que lorsque Chalandon (IF 1945) lui offre de participer avec lui en février 1947 au cabinet de Ramadier président du Conseil, le chef du Service, A. Fayol, le laisse partir malgré son jeune âge en arguant de la nécessité de faire signer par Ramadier un projet de statut de l’Inspection, approuvé par Schuman. Transcription dactylographié CHEFF de l’entretien avec Philippe Huet, p. 122.

74 Si on veut avoir une idée plus précise des tâches de Goetze au cabinet de Mendès France on pourra se reporter à l’annexe III, note écrite en avril 1945 à Pleven pour l’informer des mesures urgentes à prendre et laissés en suspens au départ de Mendès France.

Notes de fin

1 Entretien n° 4, cassettes nos 6 et 7.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable