Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Entretiens avec Roger Goetze, haut fonctionnaire des Finances

 | 
Roger Goetze
, 
Florence Descamps
, 
Agathe Georges-Picot

Deuxième partie. Alger : en mission d'Inspection en Afrique du nord, directeur des Finances de l'Algérie et directeur au commissariat aux Finances (janvier 1941 - septembre 1944)

Chapitre III. Directeur au commissariat aux Finances avec Pierre Mendès France (mars – septembre 19441)

Texte intégral

  • 1 Entretien n° 3, cassettes nos 4 et 5.

Vous avez commencé vos activités au Commissariat à partir de quelle date ? 1944 ?

  • 1 En novembre 1943, Mendès France, appelé par de Gaulle à Alger, quitte son unité combattante, le gro (...)

Peut-être mars 1944, je ne me souviens plus du mois, c’était quand Mendès France a succédé à Couve de Murville1. J’ai été alors chargé de la cinquième direction du Commissariat aux Finances, on n’a jamais su quelle était la quatrième, enfin elle s’appelait F5, qui était chargée d’établir les relations avec la métropole libérée, c’est-à-dire de faire les circulaires applicables après le débarquement. C’est amusant, parce que j’avais dû rétablir déjà des services financiers en 1940 dans le Languedoc-Roussillon et j’étais chargé de faire, au nom du Ministre, toutes les instructions à donner aux percepteurs, aux contrôleurs, etc. pour que les choses fonctionnent bien et en particulier qu’ils n’acceptent pas les billets d’occupation ! Donc j’étais chargé de cette tâche de réorganisation des services financiers de la métropole au moment du débarquement et de la Libération.

Comment vous avait-il distingué ? Sur votre action ?

Je dirais que, excusez-moi, mais je ne passais pas inaperçu à Alger à l’époque. Un Commissaire aux Finances arrive et trouve un pays de neuf millions d’habitants qui marche bien et dont les finances lui semblent tenues par des mains fermes ; il peut s’être dit que j’avais peut-être des torts, moralement, mais qu’après tout, il fallait quand même faire avec cela. Enfin, cette suspicion n’a pas duré bien longtemps puisqu’il m’a demandé d’être son directeur de cabinet à Paris.

Nous y viendrons en temps voulu. Alors-là, vous faites connaissance, donc, avec ce personnel politique ?...

  • 2 La carrière de Diethelm fut très mouvementée. Elle est si atypique qu’elle mérite d’être retracée u (...)
  • 3 C’est Pleven, futur ministre des Finances, qui est alors Commissaire aux Colonies. La carrière et l (...)

Diethelm, qui était inspecteur général des Finances, peu sympathique, qui était à l’Armée2 ; Philip qui devait être, un jour, Ministre des Finances et qui était aux Colonies, si je me rappelle bien3. Il y a eu Couve de Murville aux Finances, au début, puis Mendès France est venu un peu après, au départ de Giraud sans doute, je n’en suis pas certain.

Alors, au Commissariat aux Finances, quelles sont les autres directions, les autres responsables ?

  • 4 Notons que Goetze parle de « rétablir la légalité républicaine », termes utilisés dans les ordonnan (...)
  • 5 Pierre Allix (IF 1928), après avoir fait toute sa carrière à la CP sous la direction de Jacques Bru (...)

Les autres directions ? Il y a la direction intérieure, c’est-à-dire Gregh, la direction extérieure, Guindey, la direction du personnel, des effectifs, l’ancien directeur de la Caisse de Crédit municipal de Paris, M. Sabatier dit « d’Archives », le mont-de-piété est dans cette rue. C’était un homme charmant, un peu âgé, un peu plus que notre âge et qui s’est occupé du personnel des Finances. Lui a succédé Largentaye qui est resté quand le gouvernement est parti à Paris : Largentaye est resté comme échelon liquidateur à Alger, il a assez pesté, d’ailleurs, de cela. Et la quatrième sous-direction ? Je ne l’ai jamais connue, je ne sais pas où elle se trouve, je ne l’ai jamais vue ; je ne sais pas pourquoi, mais moi, je m’appelais F5. Il y avait Fl, le Budget et l’Intérieur, F2 l’Étranger, F3 le Personnel, F5 l’organisation des débarquements en métropole et des contacts à prendre pour rétablir la légalité républicaine et surtout faire que les choses se déroulent sans heurts si possible4. Nous nous amusions beaucoup parce que le directeur de la Comptabilité publique à l’époque, qui s’appelait Allix, faisait lui aussi des circulaires aux percepteurs sur la façon de recevoir éventuellement des « occupants » qui arriveraient ainsi sous le nom de libérateurs. Alors nous comparions avec beaucoup d’intérêt les mesures qu’il envisageait et celles que je prescrivais, et-là, on retrouvait peut-être un fonds commun à l’Inspection générale des Finances. Amusant5.

Comment s’articulaient, du point de vue de la politique financière en particulier, les deux structures ? Est-ce qu’entre vous, directeur général des Finances au Gouvernement général, et le lycée Papillon, il y avait des liens institutionnels ou était-ce très informel ?

  • 6 Sur les travaux du Commissariat général aux Finances d’Alger, on dispose du chapitre de la thèse de (...)
  • 7 Si ! Ch.-R. Ageron rappelle que « l’effort financier ne fut pas une des moindres contributions de l (...)

Il y avait des liens informels mais surtout très amicaux puisque c’était Gregh qui s’occupait des Affaires intérieures et Guindey des Affaires extérieures, ce sont eux qui sont restés pendant tout le temps où le GPRF a subsisté à Alger. Nous avons été les trois G qui s’occupaient des Finances d’Alger6. Si vous voulez, eux s’occupaient des finances globales gouvernementales qui en fait n’avaient pas d’autres bases que la Banque de l’Algérie. En effet, les « colonies » n’ont pas versé de contributions, que je sache7. On n’a pas versé de contributions de guerre, par exemple au Trésor Public. Chacun des quatre pays s’est administré comme il a pu, puisqu’il ne faut pas oublier l’Afrique Occidentale, c’était un gros morceau aussi. Les quatre directeurs des Finances de ces quatre pays se retrouvaient de temps en temps pour essayer de s’harmoniser entre eux, ce qui fait que comme j’étais à Alger, c’était moi qui les recevais. À partir de 1942, je ne suis plus retourné au Maroc ni en Tunisie. Je suis resté sur place, en fait j’étais le pivot, forcément, le pivot central. D’abord, parce que le gouvernement était à Alger et puis parce que j’étais le point de rencontre quasiment obligé : on n’allait pas établir une capitale fédérale à Mourzouk dans le Fezzan par exemple, pour mettre tout le monde d’accord !
Nous avons fait au début, c’est moi qui en ai pris l’initiative, l’émission d’un emprunt : le seul emprunt qui ait été fait d’ailleurs, un emprunt dit « pour la France », pour quatre ans, émis dans les quatre pays, avec une tranche pour chacun des pays. Et le tout a d’ailleurs été versé au Trésor public, enfin, au Gouvernement provisoire d’Alger. Les quatre États n’en ont pas gardé, tout a été transmis directement. Ensuite, on a emprunté chacun pour soi, pour les besoins de son propre territoire.

  • 8 Rappelons que c’est au lycée Fromentin qu’est installé le gouvernement dont un pavillon, le lycée P (...)

Au sujet du lycée Papillon à Alger : comment cela fonctionnait-il ? Le Gouvernement s’était installé dans ce lycée et tout le monde était rassemblé au même endroit8 ?

A peu près. Tout le monde pouvait y tenir. Le lycée était assez vaste, il y avait une série de pavillons, et les divers pavillons abritaient chacun un commissariat ou deux. Il y en avait un qui s’appelait l’Oasis, je ne sais pas si c’était le pavillon central ou celui du Ministère des Finances, en tout cas un des deux mais je ne sais plus.

Comment se passaient les rapports entre les directeurs des quatre ou cinq directions et le Ministre, le Commissaire, en l’occurrence ? Etaient-ils fréquents ?

  • 9 G. Ardant, reçu à l’Inspection en 1929, après avoir collaboré puis dirigé entre 1935 et 1938 le cab (...)

Dans l’ensemble, je n’en sais rien. Tels que je vois Mendès et puis Gregh et Guindey, ils devaient se voir quand ils avaient à se voir. Le chef du personnel, Sabatier, c’était autre chose, un administratif et moi-même je voyais Mendès ou bien je voyais mes collègues quand on avait quelque chose à se dire. Vous savez, on n’avait pas de collaborateurs auprès de nous, quelques secrétaires... Il y a eu des missions, il y a eu la mission notamment de Gabriel Ardant, elle a été très importante. Il a été un grand ami de Mendès, un théoricien disons, avec des idées de gauche dans l’ensemble, et qui a beaucoup travaillé dans le secteur de la reconquête de la métropole9. D’un côté, j’étais l’homme qui mettait en forme les choses, de l’autre il inspirait avec Mendès la politique qui serait suivie au moment du débarquement.

Est-ce que l’on peut parler à l’époque d’un mini-Cabinet autour de Mendès France ? Il avait ses conseillers, sa petite équipe ?

Oui, il avait une très petite équipe auprès de lui dont Ardant, en particulier. Il y a eu aussi Largentaye, bien entendu. Et il y a eu aussi les inspecteurs des Finances qui arrivaient, mais les grandes arrivées étaient déjà faites quand Mendès, en 1943, a pris les Finances. Enfin, de toute façon, les inspecteurs des Finances qui passaient par Alger étaient à la disposition du Ministre. Cela lui a fait des conseillers supplémentaires avant qu’ils ne partent sur la Corse ou l’Italie.

A Alger en 1944, il existe un Comité économique interministériel dont Mendès France est vice-président et qui était chargé de fournir des projets généraux, économiques et financiers au Général de Gaulle. Vous souvenez-vous de cette structure ?

À dire vrai, je l’avais oubliée.

Vous n’y avez pas participé ?

  • 10 Plusieurs expériences furent tentées afin de coordonner la direction de l’économie avant la créatio (...)

J’ai dû y apporter, évidemment, une contribution essentielle qui était le rôle que l’Algérie pouvait jouer dans ce domaine10. Mais à ce moment-là, avec l’arrivée du Général de Gaulle, la scission s’est nettement faite entre l’Algérie d’une part et le CFLN d’autre part. Au début, avec le général Giraud – « Un seul but, la victoire » – tout était un peu mélangé, mais tout a changé avec l’arrivée du Général de Gaulle qui avait ses habitudes de Londres et son Gouvernement. D’abord les Secrétaires se sont appelés Commissaires, ce qui n’était plus la même chose, parfois « Monsieur le Ministre », ce qui n’était pas normal. Le Général de Gaulle a pris ses distances avec l’administration algérienne, ce qui m’a rendu d’ailleurs une plus grande liberté en matière algérienne. Je rendais compte au gouverneur, je n’avais pas à rendre compte à Mendès de ce que je faisais pour l’Algérie.

A la fin de la guerre à Alger, y a-t-il eu une épuration ?

C’est-à-dire qu’on a d’abord commencé par libérer les prisonniers politiques, ce qui était normal. Alors, est-ce une épuration que le cas Pucheu ?

Oui... L’affaire Pucheu.

  • 11 L’acte d’accusation porte pourtant sur des crimes de sang puisque Pucheu, ministre de l’Intérieur d (...)
  • 12 Rappelons que l’Assemblée consultative à Alger fut créée par l’ordonnance du 17 septembre 1943 afin (...)

... Dont on finit par se demander qui en a été responsable. De Gaulle n’est pas très clair là-dessus, Giraud ne s’en défend pas et c’est bien lui qui l’a fait arrêter finalement. Il ne s’en défend pas, mais, comme il n’était pas un homme très politique, on ne sait pas qui l’a poussé, c’est un peu trouble... Quelle est ma réaction personnelle à ce moment-là ? Je trouvais qu’on y allait un peu fort mais après tout, les choses reprochées avaient été faites, je n’étais pas en métropole et j’ai considéré que j’avais peu d’éléments pour juger personnellement. Mais enfin, la peine de mort m’avait paru, en toute hypothèse, peut-être excessive, quand il n’est pas question de crimes de sang11. Ce que nous n’avons pas beaucoup aimé d’une façon générale à Alger, je crois que c’est d’avoir eu l’impression qu’on avait attiré Pucheu en Algérie dans un guet-apens. On n’aime pas beaucoup cela généralement parce que ce n’est peut-être pas exactement la façon dont on peut concevoir une justice sereine. Il y a eu quelques épurations en Algérie, peu nombreuses. Mais l’Assemblée consultative12 jouait à Alger un rôle important et elle n’aimait pas les Délégations Financières, alors qu’ils siégeaient alternativement dans la même salle. Et puis enfin, ceux de l’Assemblée consultative venaient en apportant avec eux leurs convictions politiques qui n’étaient pas toujours celles de la majorité de l’Algérie probablement, Vichy ne rencontrant pas la puissante hostilité qu’il pouvait avoir en France. L’Algérie n’avait pas de socialistes algériens mais de bons patriotes comme d’autres, qui, s’ils ne reprenaient pas la devise de Giraud : « Un seul but, la victoire », n’étaient pas loin de penser qu’en effet, c’était la seule chose dont il fallait s’occuper pour l’instant.

Alors, quand cette Assemblée consultative est réunie et se met à siéger, c’est le renouveau d’une vie politique ?

Oui.

Vous, vous n’avez jamais eu d’activité politique ?

Non, je ne me suis pas occupé de l’Assemblée consultative, je ne suis même pas certain d’avoir assisté par curiosité à plus de deux ou trois séances.

Est-ce qu’il y a eu une épuration administrative des cadres, par exemple au niveau du Gouvernement général de l’Algérie ?

  • 13 Peyrouton n’est pas resté longtemps : de décembre 1942 à juin 1943. On a vu que Giraud avait confié (...)
  • 14 Général d’armée, ayant derrière lui une carrière prestigieuse de gouverneur général en Indochine, i (...)
  • 15 Chataigneau, ambassadeur en Afghanistan, s’était rallié à de Gaulle en 1942.

Ah oui, c’est quand même heureux. On a remplacé Châtel par Peyrouton, ce qui était original, assez original13. Peyrouton, à son installation, disait qu’il voyait s’éloigner devant lui le gouverneur Châtel mais qu’il voyait déjà à côté de lui l’ombre de son successeur. Enfin, il n’a pas laissé de grands regrets, il a été remplacé par Catroux14. Catroux, personne n’avait à dire quoi que ce soit contre lui. Il était un bon général d’armée lui aussi, mais en plus un fin politique. Il a pris comme adjoint Chataigneau, que j’ai beaucoup estimé et aimé15. J’avais d’ailleurs dit au gouverneur général que s’il n’entendait pas parler de finances, c’est que tout allait bien, donc... « à bon entendeur, ne vous en mêlez pas trop ». Chataigneau était un homme de bon conseil, avec qui j’ai entretenu d’excellentes relations après l’Algérie et que j’aimais beaucoup pour la paix royale qu’il m’a laissée.

Nous étions sur le sujet de l’épuration, donc elle n’a pas été très importante en Algérie ?

Non, mais il est toujours resté un certain froid entre l’Algérie et le Général de Gaulle et l’Assemblée consultative. C’est toujours resté ainsi jusqu’au 1er juin 1958, quand le Général est venu à Alger.

Nous en sommes chronologiquement entre mars et septembre 1944, donc vous préparez la Libération du territoire. Est-ce qu’il y a un épisode marquant en dehors de vos circulaires que vous préparez ?

Il y a un épisode marquant, c’est le débarquement, c’est évident.

Comment l’avez-vous suivi ?

Je l’ai suivi à la radio. Que voulez-vous que je fasse ? Je n’avais pas d’autres moyens. Le 6 juin au matin, je m’en souviendrai toujours, une réunion se tenait au Gouvernement général avec les hauts fonctionnaires ; le secrétaire général adjoint de l’époque, un bon vieux, nous dit : « Mais vous avez entendu à la radio ce matin, le débarquement ? » Ah ! Cela a été la grande chose. On a suivi passionnément ce qui pouvait se passer. L’Algérie ne comptait plus guère à ce moment-là. Ils vivaient gentiment, avec leurs habitudes, assez tranquillement mais je dois dire que l’Algérie – et surtout les Algériens d’origine algérienne -ont quand même fait pour la Libération de la France des choses qu’il convient de ne pas oublier ; non seulement pour le nombre de morts mais d’une façon générale, ils ont été de très bons Français. La grande chose a été la Libération de Paris.

Vous en avez eu des échos ? En revenant à Paris ? Par la radio ?

Non, non, on en a eu des échos avant qu’elle n’ait lieu : d’abord, le 22 où il y a eu la fausse nouvelle de la Libération de Paris, ou le 26 où ma femme était repartie aux Armées comme capitaine.

Je voulais vous poser des questions aussi à son sujet. Comment était-elle devenue capitaine puisque vous m’avez dit que c’est le grade qu’elle avait conquis ?

Non, elle est devenue lieutenant par décret. Elle a mis au monde son fils, un certain 19 juillet 1943, c’est-à-dire deux mois après la prise de Bizerte à laquelle elle assistait comme ambulancière, d’une prudence très contestable évidemment. Les Américains, qui arrivent parfois tard mais qui arrivent toujours, lui ont solennellement remis de très belles ambulances pour le 14 juillet 1943. Il n’y en avait plus guère besoin pour l’Afrique, heureusement ! Je dois dire que son uniforme, elle l’a porté difficilement ce jour-là, ayant accouché le 19, sans ceinturon évidemment, avec son calot bleu et son grade de lieutenant. Puis elle a pris un congé de maternité bien gagné et on n’en a plus reparlé avant de commencer à parler des débarquements et des missions de liaisons administratives. C’est à ce titre-là qu’elle a été capitaine à titre temporaire pour suivre les armées sud avec de Lattre. Elle est partie avec les troupes qui sont parties d’Alger au début du mois d’août 1944.

Vous l’avez laissée partir ?

  • 16 Le 2 juin 1944, sur vote unanime de l’Assemblée consultative, le CFLN était devenu le GPRF et le se (...)
  • 17 Edgar Faure évoque dans ses mémoires ses activités à Alger de juin 1943 à octobre 1944 au secrétari (...)

Comment faire autrement ? Nous nous l’étions bien promis, c’était un serment que nous avions échangé à Briançon en juin 1940, il était encore valable en 1944. Moi, mon rôle était finalement d’être le financier qui restait sur place, elle, elle avait le rôle de l’infirmière d’abord, du capitaine plus ou moins combattant puisqu’elle est allée dans les Vosges. Je pense qu’elle n’y faisait certainement pas du ski cet hiver-là. La grande offensive des Vosges en 1944, fin 1944, j’ai eu très peur pour elle.
En Algérie, si vous voulez, la grande chose a été pour nous la vraie Libération de Paris, le 26. J’étais avec Gregh, à l’un des balcons du lycée Fromentin et on se demandait quand ce serait finalement, et puis tout à coup, toutes les cloches ont sonné – et nous avons pleuré. Très beau spectacle. [...]
À ce moment-là, on a songé, bien entendu, à ce qu’il fallait faire. Le Général de Gaulle fait partir ses ministres sur la Jeanne, trois personnes par ministère, c’est-à-dire le ministre et deux autres personnes. Évidemment, nous étions les trois G, mais Mendès avait besoin de Gregh, Guindey et pas spécialement de moi puisque les circulaires étaient parties, ils les avaient dans leurs bagages, ils pouvaient les faire appliquer. Les Américains étaient furieux de l’histoire de de Gaulle et de la Jeanne emmenant ses ministres. On nous avait promis deux avions pour nous emmener et on nous a fait « poireauter » pendant longtemps, jusqu’au 4 septembre très exactement [...]. On était rassemblé au Palais d’Été, bien entendu16. Après avoir attendu quatre ou cinq jours, un samedi et un dimanche, la plupart des gens, tout au moins, tous ceux qui étaient convoqués là, se sont dit que... mon Dieu... les plages d’Ain Taya au mois de septembre, cela valait mieux que de rester au Palais d’été. Alors, ils sont partis vers Aïn Taya. Moi, toujours prudent, je me suis dit : « C’est toujours les samedis soir qu’on fait ces trucs-là, je vais donc rester. » Je ne suis pas allé à Aïn Taya et effectivement, le soir, on m’a téléphoné pour partir le lendemain matin, on a cherché à peu près à retrouver tous ceux qui étaient prévus. Et celui qui s’occupait de cela, qui était le secrétaire général adjoint du Gouvernement, était un certain Monsieur Edgar Faure qui eut plus tard un rôle plus connu que celui d’avoir à essuyer les rebuffades de tous les hauts fonctionnaires et militaires hauts gradés qui étaient au Palais d’Été dans l’attente d’un avion américain17.

Edgar Faure était au secrétariat de la Commission du débarquement ?

  • 18 Joxe, agrégé d’histoire, enseignait au lycée d’Alger après avoir travaillé dans l’agence Havas et d (...)

Il était secrétaire général adjoint du Gouvernement. Louis Joxe en était secrétaire général et Faure était secrétaire général adjoint. C’est lui qui avait été chargé par Joxe, qui avait dû partir avec les ministres sur la Jeanne18, en son absence, d’assurer le secrétariat général du Gouvernement.
Vous l’avez rencontré à cette époque ? Vous allez le revoir à Paris assez rapidement, puisqu’il appartient, lui aussi, à l’équipe de Mendès.
Oui, il appartiendra à l’équipe de Mendès, disons-le, tout de suite.

Il avait été fait des listes de hauts fonctionnaires à rapatrier sur la métropole ?

Peut-être deux ou trois par ministère. Il y avait trois avions et chacun de ces avions devait avoir 24 places. Il y avait un avion militaire, un avion de ce que l’on appellerait brillamment la société civile et un avion de hauts fonctionnaires. Voilà, nous sommes partis avec trois avions.
Et la direction générale des Finances d’Algérie ?
Je l’avais laissée évidemment à mon adjoint, j’avais un directeur général adjoint, Peraldi, qui restera ainsi en fonctions pendant tout le temps où je resterai ultérieurement chez Mendès France.

Il n’était pas prévu à ce moment-là que vous alliez prendre les fonctions que vous prendrez ?

Non, non, je vous dirai comment cela s’est fait, c’est très simple.
Je partais parce que je devais, comme Gregh et Guindey, assister Mendès dans la remise en place des services du Ministère des Finances. On est parti, en se disant qu’on ne savait même pas où on allait atterrir, dans des avions américains, militaires mais américains bien sûr, des DC3, de vulgaires DC3 comme tout le monde. Ils ont rendu bien des services et on est parti vers une destination qui nous était inconnue, on ne savait pas quels étaient les aérodromes libérés : se poserait-on à Orléans ou à Lyon ou Poitiers. Finalement, on s’est posé au Bourget.
Je dois dire que le contact avec Le Bourget ! ... On a fait comme Jean-Paul II, on a embrassé la terre natale retrouvée. Et puis nous sommes restés en « carafe » ! On ne savait pas où nous étions mais heureusement, il est passé une colonie de camions, enfin, trois ou quatre camions américains. On leur a fait signe, ils nous ont ramenés dans Paris et je dois dire que ce fut inoubliable... Inoubliable, parce qu’on passait par la banlieue rouge, par Aubervilliers et tous ces quartiers n’avaient que des drapeaux tricolores. Il y a eu une espèce de rumeur qui s’est enflée quand les premiers nous ont vus (nous étions trois, quatre camions, pas plus). Alors les gens ont crié, ce qui s’est enflé en une véritable ovation.
Donc vous êtes rentré à Paris sous les ovations populaires ? Absolument, absolument.

C’était une sorte de seconde entrée de libérateurs ?

Exactement, l’armée Leclerc était arrivée par la porte d’Orléans, nous, nous arrivions par la Villette... mais on a été ovationnés jusqu’à l’Opéra, ils nous ont conduits sur la place de la Concorde. Où voulez-vous qu’ils nous laissent ? Ils nous ont donc déposés sur la place de la Concorde. Alors-là, je me suis dit que j’avais une mère et une grand-mère à Paris et il y avait peut-être encore le métro qui fonctionnait, oui... Il fonctionnait, alors je suis allé embrasser ma mère et ma grand-mère, voilà !

Notes

1 En novembre 1943, Mendès France, appelé par de Gaulle à Alger, quitte son unité combattante, le groupe Lorraine, basé à Hartfordbridge qu’il avait rejoint peu après son évasion comme lieutenant. Il succède donc à Couve de Murville comme Commissaire aux Finances du CFLN. Ce dernier, giraudiste mais rallié à de Gaulle part en octobre pour la commission des Affaires italiennes avant même le remaniement du 9 novembre 1943 qui éloigna définitivement Giraud du CFLN.

2 La carrière de Diethelm fut très mouvementée. Elle est si atypique qu’elle mérite d’être retracée un peu longuement. Fils d’un directeur des Contributions directes de Vendée, normalien lettres (1914), il passe quatre ans au front où il fut blessé et décoré. Il se présente au concours en 1920 (reçu 2e). En 1929 il obtient d’être nommé (après des fonctions éphémères à Prague) directeur des Finances de l’Indochine. En 1934, revenu en métropole, il est mis en contact avec Louis Renault, qui recherche un directeur financier, par Baudouin son camarade de l’Inspection alors directeur à la Banque de l’Indochine. Ce choix s’avérera désastreux selon le témoignage de Lehideux administrateur-directeur délégué de Renault et il doit quitter Renault en 1937. Mandel le recrute en avril 1938 comme directeur de son cabinet de Ministre des Colonies et le nomme à la direction des Affaires économiques de son Ministère. En février 1939, il est mis en disponibilité et entre dans la Compagnie d’Assurances l’Urbaine où il succède à son camarade de promotion Thomasson et retrouve un autre camarade, Haguenin, sans rompre ses liens avec Mandel. Dès l’armistice, il parvient (pour des raisons personnelles semble-t-il) à partir pour Londres. Il s’engage dans les FFL en août 1941 et de Gaulle le 24 septembre 1941 le choisit comme Commissaire pour l’Intérieur du Comité national français à Londres, puis il passe aux Finances lorsque de Gaulle choisit Philip comme Commissaire à l’Intérieur en août 1942. Il est ensuite nommé le 8 juin 1943 Commissaire à la Production et au Commerce puis en 1944 Commissaire à la Guerre. Le 11 septembre il est promu Ministre de la Guerre dans le gouvernement provisoire jusqu’en octobre 1946. Il est alors élu membre de l’Assemblée constituante, puis en novembre 1948 conseiller de la République jusqu’en 1951, puis en 1951 député de Seine-et-Oise à l’Assemblée nationale. Le jugement de Goetze sur son caractère est partagé par d’autres témoins mais n’exclut aucunement la reconnaissance de ses mérites professionnels dont a témoigné par exemple O. Wormser qui, le rencontrant au cabinet de Mandel en 1938, évoque « sa haute conscience, sa loyauté, son désintéressement et son intelligence aiguë », cf. O. Wormser, Georges Mandel, l’homme politique, Paris, Plon, 1967, 315 p., p. 212.

3 C’est Pleven, futur ministre des Finances, qui est alors Commissaire aux Colonies. La carrière et la personnalité d’A. Philip sont trop connues pour qu’on s’y étende. Précisons seulement que ce professeur d’économie à Lyon, député socialiste du Rhône, résistant, est appelé par de Gaulle à Londres qui le nomme l’été 1941 Commissaire à l’Intérieur puis le 9 novembre 1943 chargé des rapports avec l’Assemblée consultative. Il sera Ministre de l’Économie nationale et des Finances de décembre 1946 à janvier 1947. Cf. la biographie que lui consacre son fils, Loïc Philip, André Philip, Paris, Beauchesne, 1988, et, pour un portrait personnalisé de Philip, Ministre de l’Économie, cf. L. Franck, 697 ministres, Souvenirs d’un directeur général des Prix, 1947-1962, Paris, CHEFF, 1990, 213 p.

4 Notons que Goetze parle de « rétablir la légalité républicaine », termes utilisés dans les ordonnances des 26 avril et 9 août 1944 sur l’organisation des pouvoirs publics en France et repris comme intitulé du colloque des 6-8 octobre 1994 dont les actes ont été publiés. Cf. Fondation Charles-de-Gaulle, Le rétablissement de la légalité républicaine, Interventions 1944, Bruxelles, Editions Complexe, 1996, 905 pages.

5 Pierre Allix (IF 1928), après avoir fait toute sa carrière à la CP sous la direction de Jacques Brunet (IF 1924), en devient directeur de mars 1943 à juin 1949. Il est ensuite jusqu’à 1955 directeur général des Impôts puis sous-gouverneur du Crédit foncier de 1955 à 1960. À Alger comme à Paris les responsables vivaient dans la hantise de maintenir en dépit des mouvements de troupe et des combats, le réseau des comptables publics en état de percevoir, de payer et de participer à l’emprunt de la Libération, qui sera lancé le 6 novembre 1944. Au souvenir de la désorganisation du printemps 1940 et plus encore des désordres de la première guerre mondiale s’ajoutent les connaissances acquises sur le terrain, en tournée comme dans leurs fonctions de directeur. Allix et Goetze sont donc conduits à prévoir les mêmes mesures permettant le fonctionnement régulier du Trésor public et donc du financement des besoins de l’État. Le résultat ? « L’administration fonctionne », note de Gaulle de façon lapidaire, dans ses Mémoires de Guerre, Paris, Plon, 1987, t. III, 653 p., p. 41. Aucune étude n’a été conduite à notre connaissance sur le fonctionnement des Trésoreries sous l’Occupation et à la Libération.

6 Sur les travaux du Commissariat général aux Finances d’Alger, on dispose du chapitre de la thèse de Michel Margairaz : L’État, les finances et l’économie, histoire d’une conversion 1932-1952, T. II, chap. 21 « La Résistance, une triple relève » et notamment la partie intitulée « La relève des gouvernants : les projets de politique économique et financière du CFLN d’Alger (juin 1943 – août 1944) », p. 742-769. Mais il n’évoque pas les différentes mesures, prises à Alger, destinées à faire face à la libéiation du territoire ni les réformes administratives du Ministère ni d’ailleurs les projets de budget.

7 Si ! Ch.-R. Ageron rappelle que « l’effort financier ne fut pas une des moindres contributions de l’Empire à la guerre », cf. Ch. Robert Ageron, « La deuxième guerre mondiale et ses conséquences pour l’Empire », Histoire de La France coloniale 1914-1990, op. cit., p. 344. L’emprunt dont parle Goetze, appelé « l’emprunt africain », émis en 1942-1943, fut suivi de plusieurs souscriptions : « l’Aide à la Résistance » en 1943 ; celle pour les prisonniers et déportés en 1944, sans compter la souscription pour le milliard de la Libération. Ch. Ageron précise que la plus importante source de financement fut l’impôt.

8 Rappelons que c’est au lycée Fromentin qu’est installé le gouvernement dont un pavillon, le lycée Papillon, était réservé aux Finances.

9 G. Ardant, reçu à l’Inspection en 1929, après avoir collaboré puis dirigé entre 1935 et 1938 le cabinet de Frossard, était chargé de mission à la direction des Impôts depuis 1941. Il s’évade de France en janvier 1943, s’engage dans les FFL, retrouve Mendès à Alger, puis part pour la Corse opérer le changement de billets en 1943 lors de la Libération de la Corse comme délégué du Commissaire aux Finances. En juin1944 il devient délégué pour les Territoires libérés, conseiller technique de Gouin, Président du Gouvernement provisoire et conseiller personnel de Mendès. En septembre 1946 il est nommé secrétaire général du Comité central d’enquête sur le coût et le rendement des Services publics, puis en 1953 commissaire général à la Productivité, et en 1959 commissaire général au Plan et à l’Equipement. Très proche intellectuellement et affectivement de Mendès, il écrit avec lui en 1954 La Science économique et l’action, adaptation de la théorie keynésienne au cas français.

10 Plusieurs expériences furent tentées afin de coordonner la direction de l’économie avant la création par décret du 24 avril 1944 du Comité économique interministériel (CEI) réunissant tous les commissaires intéressés. Hervé Alphand (IF 1930), attaché financier à Washington en juillet 1940, rallié (c’est le premier inspecteur) à la France libre en juin 1941, nommé fin août 1943 directeur des Affaires économiques au Commissariat des Affaires étrangères, en assure le secrétariat général et ne dépend que du Général de Gaulle. H. Alphand, dans son Journal, ne cite pas Goetze. Peut-être la présence de ce dernier ne fut qu’épisodique mais surtout le journal d’Alphand s’interrompt entre avril et juillet 1944 : « La vie a été trop chargée pour que j’aie eu le temps d’écrire », cf. H. Alphand, L’Étonnement d’être, Journal 1939-1973, Paris, Fayard, 1977, 614 p., p. 177. Dans ses quelques notations sur le comité économique, René Mayer non plus ne mentionne pas Goetze : cf. R. Mayer, Études, témoignages, documents, Paris, PUF, 1983, 398 p., p. 306-338. Sur la vie politique à Alger à cette époque, on lira avec profit Henri Queuille, Journal de guerre, Londres-Alger, avril 1943-juillet 1944, présenté par Serge Berstein et annoté par Olivier Dard et Hervé Bastien, Paris, Plon/Fondation Charles-de-Gaulle, 1995, 379 p.

11 L’acte d’accusation porte pourtant sur des crimes de sang puisque Pucheu, ministre de l’Intérieur de Vichy, préféra faire exécuter par les autorités françaises des communistes plutôt que de laisser les Allemands tuer au hasard des « bons Français » à la suite d’attentats communistes contre des soldats allemands. Cf. Ph. Burin, La France à l’heure allemande, 1940-1944, op. cit., p. 139.

12 Rappelons que l’Assemblée consultative à Alger fut créée par l’ordonnance du 17 septembre 1943 afin d’assister le CFLN en fournissant « une expression aussi large que possible dans les circonstances présentes de l’opinion nationale » et de contribuer à l’élaboration des mesures à appliquer en France libérée. Elle tient sa première réunion le 3 novembre 1943. Sur sa composition, cf. ci-dessus chapitre 2. Le régime à Alger acquiert avec cette Assemblée une légitimité démocratique. La première séance a lieu le 3 novembre 1943. De Gaulle assistera à une cinquantaine d’entre elles. Goetze a raison de remarquer qu’elle jouait un rôle important. Cf. J.-L. Crémieux-Brillac, « Jeux et enjeux d’Alger », La France des années noires, op. cit., t. II p. 208. Compte tenu de la composition des délégations financières, il n’est pas étonnant que les relations soient de nature méfiante. Sur les délégations, cf. ci-dessus, chapitre 2.

13 Peyrouton n’est pas resté longtemps : de décembre 1942 à juin 1943. On a vu que Giraud avait confié avec l’assentiment des Américains le gouvernement général de l’Algérie, pour remplacer Châtel, à Marcel Peyrouton, l’ancien ministre de l’Intérieur du Maréchal Pétain, démissionné le 10 février 1941 à l’arrivée de Darlan et signataire des lois d’exclusion de 1940, devenu ensuite ambassadeur en Argentine. Ce choix suggéré par Murphy et par Alexis Léger fut « une catastrophe », une association avec les fascistes, selon les Américains eux-mêmes (le New York Herald Tribune du 19 janvier 1943) et une provocation envers les gaullistes et la Résistance ; cf. J.-B. Duroselle, L’Abîme, op. cit., p. 418. Lorsque, le 3 juin 1943, Giraud et de Gaulle signent l’ordonnance créant le CFLN, Giraud consent au remplacement, réclamé par de Gaulle, des proconsuls vichystes et de Peyrouton en particulier, remplacé par Catroux qui devient Commissaire aux Affaires musulmanes. Peyrouton part alors servir comme capitaine de réserve au Levant. On peut lire aussi Marcel Peyrouton, Du service public à la prison commune, Paris, 1950, 313 p.

14 Général d’armée, ayant derrière lui une carrière prestigieuse de gouverneur général en Indochine, il se démet de ses fonctions dès 1940. Il se rend alors à Londres et se rallie à de Gaulle. Désintéressé et fidèle, c’est lui qui réussit à convaincre le général Giraud que la France combattante n’accepterait pas de chef tirant sa légitimité de Pétain, et à convaincre les deux hommes que la seule issue était le duumvirat, ce qui aboutit à la fondation conjointe, le 3 juin 1943, du CFLN.

15 Chataigneau, ambassadeur en Afghanistan, s’était rallié à de Gaulle en 1942.

16 Le 2 juin 1944, sur vote unanime de l’Assemblée consultative, le CFLN était devenu le GPRF et le secrétariat du Gouvernement avait quitté le lycée Fromentin pour le Palais d’Été.

17 Edgar Faure évoque dans ses mémoires ses activités à Alger de juin 1943 à octobre 1944 au secrétariat de la commission du débarquement. Après le départ de Joxe il représentait l’autorité civile à Alger et réunissait les « liquidateurs », c’est-à-dire ceux qui avaient été désignés par chaque Commissaire avant son départ pour assurer la liquidation des activités. Après une page assez corrosive sur la « psychose » des métropolitains en attente de retour, il rappelle la parcimonie des Américains concernant les mises à disposition d’avions, dont il n’était informé qu’à la dernière minute. Ce qui explique la prudente sagesse de Goetze. Cf. E. Faure, Mémoires, t.I, Avoir toujours raison... C’est un grand tort, Paris, Plon, 1985, 691 p., p. 142-144.

18 Joxe, agrégé d’histoire, enseignait au lycée d’Alger après avoir travaillé dans l’agence Havas et dirigé (avec Etienne Dennery) la bibliothèque du Centre de politique étrangère. Il est nommé en juillet 1943 par de Gaulle secrétaire général du Gouvernement, cf. L. Joxe, Victoires sur la Nuit, Mémoires, 1940-1946, Paris 1981, 285 p. La Jeanne d’Arc est le croiseur cuirassé mis à la disposition du Gouvernement par le Ministre de la Marine Jacquinot pour transporter les Commissaires Ministres en métropole le 8 août 1944.

Notes de fin

1 Entretien n° 3, cassettes nos 4 et 5.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540