Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Entretiens avec Roger Goetze, haut fonctionnaire des Finances

 | 
Roger Goetze
, 
Florence Descamps
, 
Agathe Georges-Picot

Deuxième partie. Alger : en mission d'Inspection en Afrique du nord, directeur des Finances de l'Algérie et directeur au commissariat aux Finances (janvier 1941 - septembre 1944)

Chapitre premier. En mission d’inspection en Afrique du nord (1er janvier 1941 - 15 novembre 19421)

Texte intégral

  • 1 Entretien n° 2.

Après votre arrivée à Alger, vous dites que l’ambiance était différente de celle de France ? Politiquement déjà, une moins forte pression ?

  • 1 Tous les historiens s’accordent pour remarquer que la révolution nationale fut en effet bien accuei (...)

D’abord, pas de pression visible, pas d’Allemands, des Italiens qui ne se montraient pas trop et un pays qui était, alors ça, maréchaliste en diable1.

C’était la population européenne d’Algérie qui était très maréchaliste ?

  • 2 Les élites musulmanes, elles aussi, furent séduites par le prestige du Maréchal et par certaines me (...)
  • 3 Des travaux récents remettent en cause cette perception du prestige de la France en Algérie avant l (...)

Oui, et la population musulmane aussi2. Le grand soldat... Vous savez, ils étaient très bien, ils ont tous été très bien, très loyaux, tous nos Algériens, jusqu’à Dien Bien Phu. C’est Dien Bien Phu qui a été le début de la fin. Forcément, le jour où ils ont vu que les Français pouvaient être battus par une armée de « Nia-Koué » qui ne valaient même pas ce que valaient les soldats arabes, ils se sont dit que les temps étaient révolus. C’est de là que cela date sans aucun doute3.

On y reviendra sûrement... C’est votre premier contact avec l’Algérie et avec l’Afrique du Nord ?

  • 4 Cette méconnaissance de l’outre-mer est la norme chez les étudiants de l’entre-deux-guerres. Les se (...)

Oui, je n’avais pas quitté mon pays autrement que pour quelques voyages en Europe. Je ne connaissais ni l’Amérique, ni l’Afrique, ni l’Asie4.

Par qui êtes-vous accueilli à Alger ?

  • 5 Par sa carrière effectuée dans les cadres de l’Inspection, Tocqueville rappelle les inspecteurs du (...)
  • 6 Le général Weygand, Ministre de la Défense du gouvernement Pétain, est nommé le 6 septembre 1940 Dé (...)
  • 7 Murphy n’est pas ambassadeur. Ce dernier, depuis janvier 1941 est l’amiral Leahy. Robert Murphy, co (...)

Par Essig, comme je vous l’ai dit, l’inspecteur de troisième classe et par Tocqueville, le général et la gentillesse même, le grand seigneur Ancien Régime. Enfin, c’était l’Inspection tout ce qu’il y a de plus traditionnelle, par sa noblesse, le comte de Tocqueville l’était aussi par sa gentillesse5. J’ai donc refait des vérifications à partir de ce moment-là.
Mais il y a eu l’histoire forcément de ma double vie. L’Algérie était dans une certaine mesure, très pétainiste, disons, mais elle croyait tout de même à autre chose et sa grande idole a été le général Weygand6. Weygand était bien connu, et menait, avec un ambassadeur américain, spécialement accrédité à Vichy, mais aussi en Afrique du Nord, c’est-à-dire Monsieur Murphy, un jeu subtil. Bob Murphy a joué un grand rôle et, mon Dieu, autour de Weygand, un certain nombre de jeunes gens, surtout des métropolitains, voyaient déjà Weygand rentrer dans la guerre ! De sorte que, si vous voulez, pour ma femme et pour moi, il a été tout désigné. Il devait être celui qui reprendrait les armes quand, mon Dieu, cela se serait un peu calmé et qu’on aurait pu refaire une armée. Quelle déception ! Bon, enfin, bref, tant et si bien qu’un beau jour, Weygand a été rappelé quand même, parce que cela se savait, parce qu’il y avait tous ces gens qui travaillaient autour de Weygand, ils ne se cachaient pas, ils ne se cachaient même pas7.

Il a été rappelé et il n’a pas osé dire « non » au Maréchal Pétain à ce moment-là.

Bien sûr, parce qu’il serait parti en dissident. Weygand dissident ! Non ! Cela n’était pas possible, hélas, cela a été une journée de deuil. Je me rappelle, à Alger, surtout des Français de France qui étaient venus en Algérie et un bon nombre d’Algériens aussi, des Français d’Algérie en Algérie et des musulmans également. Il a été rappelé, alors, on s’est débrouillé par nous-mêmes et on a conspiré et c’est comme cela que je suis devenu conspirateur.

Auprès de Weygand, il y avait une sorte de conseil, une sorte de Secrétariat général permanent ?

Oui, c’est cela.

Il y avait une section d’affaires militaires et une section d’affaires politiques, économiques et diplomatiques où travaillait en particulier Robert Julienne. Est-ce qu’il y avait des liens entre, par exemple, l’Inspection, vos missions à l’Inspection et ce que Robert Julienne faisait auprès du général Weygand ?

Bien sûr, Robert Julienne appartenait d’ailleurs administrativement à la mission de l’Inspection pour l’Afrique du Nord.

Oui, mais il n’était pas en tournée.

  • 8 Dans ses souvenirs Julienne explique sa mission auprès de Weygand. Ce dernier avait demandé qu’un i (...)

Non, en effet, c’est vrai, il travaillait chez Weygand8. Il était d’une promotion avant la mienne, nous étions donc très camarades. Écoutez, je vais encore vous conter une anecdote, c’est idiot car cela n’en vaut pas la peine. Simplement, en 1941, au tout début de 1941, Julienne était à Alger. On s’est dit qu’il fallait aller faire un tour dans le Sahara avec ma femme, lui, et avec une jeune fille (qui était une amie de rencontre simplement). Nous sommes partis, tous les quatre, faire une grande tournée dans le désert, on est arrivé jusqu’à El Oued par tous les moyens successifs, possibles et imaginables. À El Oued, on a trouvé un capitaine qui devait être plus tard le colonel commandant le Fezzan, qui nous a regardés comme des ahuris. Nous croyions encore à l’existence des six roues, mais il n’y avait à la fois ni six roues et ni essence. « Vous voulez aller en Tunisie ? nous a-t-on répondu, mais il n’y a aucun moyen... à part le chameau ! Il y a 125 km entre El Oued et Nefta, alors, il y a le chameau ! » Les deux jeunes femmes ont tout de suite dit : « Ah, quelle bonne idée ! » Nous sommes partis à chameaux tous les quatre et en deux jours et demi, on a fait les 125 km pour arriver à Nefta. Enfin, c’est une pure anecdote, cela ne signifie qu’une chose : la pénurie générale du moment, et puis, mon Dieu, un premier contact avec le Sahara qui fut quelque peu brutal et peut-être à l’origine, comme toujours, d’un grand amour !

En dehors de ces relations d’amitié, vous n’avez donc pas travaillé directement avec Julienne, sur la gestion de la pénurie, la réorganisation des transports, les problèmes de ravitaillement, d’importation ?

Non, j’appartenais à la dernière promotion d’adjoint, j’ai tenu effectivement le rôle d’adjoint. J’ai fait des vérifications, mais qui n’étaient plus de simples vérifications de caisse, c’était surtout de l’organisation, les hôpitaux par exemple. J’ai, dans les trois pays, fait de la « tournée » puis j’ai conspiré.

Quel était le rôle exact de l’amiral Fénard ? Il s’occupait d’économie, lui aussi ?

  • 9 Le 17 juillet 1941 lorsque Weygand ajouta à ses fonctions de Délégué général de l’Algérie et comman (...)

Ah, voilà. Je cherchais son nom, c’était l’adjoint de Weygand. Il était vraiment le secrétaire général de ce qui était une délégation9.

Vous avez conspiré, donc vous cherchez un chef. Pour la conspiration, il faut qu’il y ait un chef, ou au moins que l’on conspire pour quelqu’un ?

  • 10 J. Lemaigre-Dubreuil, directeur général des Huiles Lesieur, propriétaire des grands magasins du Pri (...)

Écoutez, nous sommes comme les centristes actuellement, les réformateurs et les autres, plus on est uni dans l’opposition et plus on fait une série de coteries différentes qui ne s’entendent pas, on n’est pas Français pour rien ! Alors, moi je suis allé avec des gens que je considérais comme bien : M. Le-maigre-Dubreuil, qui était le grand industriel10.

  • 11 Jean Rigault, ancien secrétaire général du journal Le Jour-Écho de Paris, propriété de Lemaigre-Dub (...)

Il y avait Rigault aussi11 ?

  • 12 Tarbé de Saint-Hardouin, secrétaire d’ambassade, ancien adjoint de François-Poncet à Berlin est, av (...)

Il y avait Rigault. Je ne porte pas de jugement sur Rigault, parce qu’on a dit beaucoup de choses sur lui, je ne me prononce pas. En dehors de Lemaigre-Dubreuil, il y avait le diplomate Tarbé de Saint-Hardouin12 dont la femme Nesrine, d’origine égyptienne, a été plus tard la marraine de mon fils ! dont le parrain était Jean Robert, bien évidemment !

Comment vous étiez-vous connus ?

  • 13 Achiary (1909-1983), républicain lui, commissaire de police à Alger depuis 1935, dirigeait le contr (...)

Oh, c’était une petite ville, Alger, c’est une petite ville, et puis la conspiration, elle se faisait au grand jour, nous tenions nos réunions au golf de Hydra, toutes fenêtres ouvertes, tant et si bien qu’on a bien failli être arrêtés, s’il n’y avait pas eu le fameux commissaire Achiary qui a réussi à faire sauter nos papiers13.

Est-ce que vous aviez été dénoncés ou visés comme conspirateurs ?

Oh, écoutez, oui, vraiment ! Il y avait ma femme et Mme de Saint-Hardouin qui tricotaient au rez-de-chaussée pendant que nous discutions toutes fenêtres ouvertes au premier étage.

Votre conspiration visait qui ou quoi ?

  • 14 C’est en avril 1942 rappelle J.-B. Duroselle, p. 369, que les « Cinq » apprirent la « nouvelle prov (...)

Elle visait à court-circuiter Darlan et Laval bien sûr et à trouver un bon général qui reprendrait les armes en Afrique du Nord14 !

Bref, vous étiez giraudiste ?

Sans le savoir et à défaut de Weygand.

Avant qu’il n’arrive, vous cherchiez un bon général ?

Ce n’était pas de mon niveau, moi je me contentais de faire de la finance, rien de plus. J’ai passé un accord avec un vice-consul américain qui se disait mandaté par le Président Roosevelt...

Vous aviez formé ce petit groupe, vous cherchiez un candidat, un général comme vous dites, pour reprendre la guerre. Vous n’étiez pas gaulliste à l’époque ?

  • 15 Il n’est pas le seul à partager cette opinion. Les Français libres du Général de Gaulle ont été exc (...)

C’est moins simple qu’il ne le paraît. En tous cas, je savais une chose, c’est que s’il y avait des gaullistes lors d’un débarquement allié en Algérie, ce serait la guerre civile. Il ne fallait pas de gaullistes dans le débarquement, tel était mon avis15.

Pourquoi ne fallait-il pas de gaullistes à cette époque ?

Parce que l’Algérie française était pétainiste dans sa majorité et qu’elle était anti-gaulliste.

Mais les personnes avec qui vous aviez monté ce petit groupe ?

  • 16 Sa femme, oui, mais pas tous les autres membres du groupe comme le prouvent les démissions de Lemai (...)

Ma femme était tout ce qu’il y a de plus gaulliste et les autres aussi étaient pour de Gaulle, à terme16. Mais ils s’étaient très bien rendus compte que la majorité des Français d’Algérie n’accepteraient pas un débarquement allié avec des gaullistes arrivant avec eux.

Pourquoi y avait-il tant d’hostilité à cette époque contre les gaullistes ?

  • 17 Sur la propagande vichyssoise vers l’empire, cf. Ch.-R. Ageron, « Vichy, les Français et l’Empire » (...)

La propagande de Vichy ne marchait pas mal, les ondes venaient de Paris, il n’y avait pas d’émetteur spécial en Algérie que je sache17, tout cela venait de Paris ou de Vichy, les journaux aussi. Si, il y avait les journaux d’Alger, mais ils étaient d’une très grande prudence.

  • 18 Sur Mers el-Kébir le 3 et 4 juillet 1940, cf. note Ire partie. Les premiers ralliements en Afrique (...)

Et puis il y avait eu Mers el-Kébir et Dakar18 qui avaient laissé sur ces terres d’Afrique une certaine blessure. Alors, pour le débarquement, il y aurait eu des Américains seuls, c’était parfait. On admettait quand même des Anglais qui étaient plus près de nous que les Américains. Mais pas de gaullistes, c’était comme ça !

Donc très anglophobes et pas de gaullistes ?

Pas anglophobes mais pas anglophiles non plus, disons, généralement. Dans notre petit groupe, Lemaigre-Dubreuil, qui avait beaucoup d’intérêts aux États-Unis, était au contraire d’un autre avis. À Alger, il n’y avait plus de consul anglais, il n’y avait rien, il n’y avait que des Américains. Parmi les Américains, il y avait au moins 17 vice-consuls. Il y a eu une bonne troupe, des gens charmants !

On a beaucoup dit que Lemaigre-Dubreuil et Rigault étaient proches de la Synarchie ?

  • 19 La question de Goetze étonne tant le fantasme du complot d’une prise de pouvoir par des hauts fonct (...)

Oui ? Qu’est-ce que la Synarchie ?19

Justement, je vous le demande, puisque vous avez été témoin...

  • 20 Goetze oublie de mentionner le cinquième, Henri d’Astier de La Vigerie, royaliste de conviction, an (...)

Je n’en sais rien. Cela veut dire qu’ils gouvernaient ensemble ? Admettons... Mais ensemble avec qui ? Rigault et Lemaigre-Dubreuil, tous les deux, d’un côté peut-être. Il y en avait d’autres aussi, il y avait Van Hecke. On était au moins cinq, il y avait Tarbé de Saint-Hardouin pour les Affaires étrangères, moi pour les Finances, Van Hecke pour l’Armée, et Rigault pour l’Intérieur20.

Vous aviez formé une sorte de petit gouvernement ?

Non, mais on préparait des accords à signer avec les Américains pour l’administration de l’Algérie lors d’un débarquement allié.

L’administration par qui ?

L’administration par des Français ! - nous étions très chatouilleux - par des Français, grâce à l’appui libérateur des Alliés, à qui on donnait le droit de nous libérer, de nous payer, mais pas de nous gouverner. C’était très gaulliste dans le fond... Question financière, le Général de Gaulle a eu plus de mal à obtenir ce que moi j’ai obtenu en huit jours.

Il y avait des réunions régulières ?

Non, mais il y en avait fréquemment, comme je vous ai dit, au Pavillon du Golf, au premier étage, le rez-de-chaussée étant occupé par Madame de Saint-Hardouin et ma femme qui « veillaient » en tricotant.

Vous-même, visiblement, vous travailliez plus particulièrement avec Tarbé de Saint-Hardouin ?

Je connaissais bien les Tarbé de Saint-Hardouin. Lui, il s’occupait des affaires politiques et diplomatiques, moi, j’étais le seul qui avait des idées de finances dans ce groupe.

Comment avez-vous été plus précisément contacté pour faire partie de ce groupe de réflexion ?

Je vous ai raconté combien Weygand avait eu une grande influence. Nous étions de ceux qui croyaient beaucoup en Weygand et cela s’est fait comme cela. Lemaigre-Dubreuil a joué, peut-être, un rôle plus déterminant que d’autres, d’abord parce qu’il avait pas mal d’argent, qu’il a investi à la recherche d’un général en particulier, et puis parce que je crois que lui était un politicien.

Est-ce que vous pouvez préciser en quoi vous étiez attaché au général Weygand ?

Parce que le général Weygand représentait, pour un certain nombre de Français qui avaient quitté la métropole et qui étaient en Algérie, le retour dans la guerre sans être obligé de passer par Londres. C’est cela qu’il représentait pour nous.

Pourtant, par ailleurs, il était lié, même très lié au Maréchal Pétain aussi ?

  • 21 Comme on l’a vu Murphy n’était pas ambassadeur auprès de Pétain mais les États-Unis avaient mainten (...)

Oui, on le sait. Murphy était bien ambassadeur auprès des deux21 !

Weygand ne vous semblait pas trop proche du régime de Vichy dans sa nature profonde ?

  • 22 Sa perception de l’application des lois d’exclusion en Algérie est naïve et en tout état de cause e (...)
  • 23 Rappelons que la déclaration de guerre de Hitler aux États-Unis date du 11 décembre 1941, quelques (...)

Vous savez, en Algérie, la nature politique même du régime de Vichy était très atténuée, il n’y avait pas d’occupants allemands ni d’étoile jaune. Il n’y a jamais été question de STO ou de quoi que ce soit22. Nous étions quand même déjà des semi-neutres en Algérie par rapport aux divers belligérants. Nous étions pro-Américains puisqu’ils n’étaient pas belligérants à ce moment-là ! Enfin, pas au début23. On était pro-Américains sans aucun doute. On était inondé de vice-consuls puisque je vous ai dit qu’il y en avait 17, je crois à Alger, ce n’était pas mal ! Et puis il y avait Murphy, le grand chef, qui manifestement attirait les gens cultivés et les hommes politiques de l’Algérie et les dirigeait de ce côté-là. Mais cela n’allait pas pour la plupart jusqu’à renier le Maréchal. C’était l’éternelle question. On n’aimait pas de Gaulle, en Algérie, à cause de Mers el-Kébir et puis Dakar donc, à cause de notre Afrique, on n’aimait pas de Gaulle, enfin, certains n’aimaient pas de Gaulle pour cela. On aimait le Maréchal, mais pas jusqu’à le suivre. Non, cela a toujours été une chose un peu spéciale et très particulière. [...]

Avant novembre 1942, en Algérie, à Alger, vous aviez le sentiment que la politique mise en place était très vichyssoise. Je pense en particulier à une politique répressive menée en direction des juifs d’une part et des communistes d’autre part. Est-ce que vous aviez connaissance des camps qui, à l’époque, existaient, non pas des camps de concentration comme en Allemagne, mais de camps d’internement ?

  • 24 Rappelons que la IIIe République à la suite du pacte germano-soviétique, avait le 8 novembre 1939 é (...)

Oui, tout le monde savait qu’il y avait un camp d’internement pour les communistes du côté, si je me rappelle bien, d’Aïn Sefra, dans le Sud-Oranais. Cela dit, on en parlait le moins possible24.

Qui était au courant de vos activités de réflexion ou de conspiration ? Est-ce qu’en Algérie, au Gouvernement général, par exemple, ou à l’Inspection sur place, on était au courant de vos activités ?

Je n’en ai jamais parlé.

Vous n’avez jamais discuté de ces questions avec des camarades de l’Inspection, par exemple ?

Jamais, jamais, non. Parce que j’étais tout de même trop favorable à la reprise de la guerre, pour ne pas considérer que c’était une sorte de conspiration que nous menions-là ! À tel point que le jour du débarquement, M. de Tocqueville, le chef de la mission de contrôle de l’Inspection des Finances, apprenant mon rôle, s’est demandé s’il ne devait pas me suspendre de mes fonctions ! Moyennant quoi, je lui ai dit : « Monsieur l’inspecteur général, je crois que vous auriez tort » et trois jours après, j’étais directeur général des Finances, c’était moi qui aurait dû le suspendre !

Les membres de l’Inspection étaient plutôt favorables au régime en place ?

  • 25 Alors que Weygand s’était installé au Palais d’hiver, le secrétaire général permanent était au Pala (...)

Oui et non. Je vous le dis à nouveau, vu d’Alger, c’était très très différent. On n’a pas souffert de l’Occupation en Algérie, encore une fois, c’étaient les Italiens qui occupaient alors. Les Italiens, tout le monde les méprisait. Évidemment, on lisait les journaux, c’est entendu. Il y avait certainement des opinions, la preuve, j’en suis une, des opinions très diverses. On ne peut pas dire qu’il y avait une politique unique en Algérie. Il y avait celle, théoriquement, du gouverneur général, le gouverneur Châtel. Je pense que c’était un fidèle de Vichy, j’en suis même sûr puisqu’il a hésité, quand il est arrivé à Sétif. Il s’est demandé sur qui il allait donner l’ordre de tirer. Il a bien fait : il n’a pas donné l’ordre, il s’est enfermé dans son palais25.

Venons-en à vos propres responsabilités dans le cadre de cette double vie de conspirateur ?

Administrativement, ma vie de 1941 au 15 novembre 1942 a été celle de l’inspecteur des Finances en tournée, que j’étais. Je suis allé au Maroc, je suis allé en Tunisie. J’ai vérifié des hôpitaux, j’ai visité des usines, j’ai fait des notes, des rapports, enfin bref, j’ai fait ce que j’avais à faire en tant qu’inspecteur des Finances.

Qu’est-ce que vous inspectiez, quand, par exemple, vous alliez au Maroc ? Quel genre d’institutions ? Étaient-elles tenues par des fonctionnaires français ou y avait-il des indigènes ?

Il y avait des Marocains et des Tunisiens. Ils étaient même Ministres.

  • 26 Le directeur général des Finances du Maroc depuis le 25 avril 1937 était Tron (IF 1930). Il travail (...)

En Tunisie, le Ministre des Finances était constitutionnellement un Français, au Maroc je ne pense pas, mais il y avait un directeur général des Finances au Maroc qui faisait tout26 !

Mais quelle était la structure des Finances au Maroc ou en Tunisie ? Les finances marocaines étaient-elles alimentées par des impôts marocains seulement ? La fiscalité française s’appliquait-elle ?

  • 27 Sur le système fiscal en Algérie les archives orales se révèlent difficiles à utiliser. Le témoin p (...)

C’était un agréable mélange des deux, le tout étant fait par dahir, c’est-à-dire par décret chérifien ou par décret beylical le cas échéant en Tunisie. Il y avait des impôts propres, essentiellement pour la population locale, c’est évident, les impôts traditionnels de la dîme, de la lezma, des palmiers, etc., qui existaient d’ailleurs également en Algérie dans les territoires du Sud27.

Qui étaient versés par les Français ou par les Marocains ?

  • 28 Cf. ci-dessous les notes de Daniel Lefeuvre sur les délégations financières.

Pour tous les habitants. Il y avait un véritable budget tunisien ou chérifien. « Que Dieu puisse en approuver la teneur, sa majesté chérifienne le rendait exécutoire ». Mais pour l’Algérie, c’était particulier puisque l’Algérie avait son autonomie financière depuis 1898 avec son assemblée délibérante constituée des délégations financières, que naturellement Vichy avait suspendues pour les remplacer par un conseil financier de personnes nommées28. Le budget de l’Algérie dans sa partie « recettes » était voté par le Parlement français dans une séance mémorable qui durait à peine une heure, entre le 31 décembre et le 1er janvier. Il y avait outre cette loi de Finances, un décret Finances-Intérieur qui arrêtait les dépenses et qui était établi par le directeur général des Finances de l’Algérie. Comme inspecteur des Finances, je vérifiais des services du Trésor, on disait « services normaux » en Algérie. C’étaient les mêmes qu’en France, à part qu’il n’y avait pas de percepteur ; c’étaient des receveurs des contributions diverses (rattachés aux Indirectes en France) qui étaient les percepteurs. Au Maroc, il y avait des fonctionnaires du Trésor, des fonctionnaires des Directes, Indirectes, etc.

Y avait-il un impôt sur le revenu dans les protectorats ?

Léger, oui, je crois, relativement léger, surtout au Maroc.

Existait-il encore des impôts religieux pour le Sultan ?

Il y avait la dîme, enfin ce qu’on appelle l’achoura, la dixième partie, l’éternelle dîme religieuse de tous les pays quels qu’ils soient.

Donc, les protectorats avaient gardé une fiscalité propre ?

Oui, bien sûr, il est possible que l’impôt sur le revenu n’ait pas touché les Marocains, je n’en sais rien, je n’ai jamais connu de près la fiscalité marocaine. J’aurais pu le faire pendant les deux années où j’ai vérifié ces deux pays, enfin, ces trois pays, y compris l’Algérie. En Algérie il y avait une fiscalité départementale, et communale ; il y avait à peu près tous les impôts français, à des taux moindres, probablement, je suppose, mais enfin cela existait. Il y avait les cédules. Enfin, tous les impôts de France : l’IRPP étant remplacé par les impôts sur les sociétés, l’impôt général sur le revenu, 1’IGR, qui avait ses cédules, plus une surtaxe générale et progressive. Je crois que dans les protectorats, il y avait les cédules, je ne suis pas sûr qu’il y ait eu un impôt général par-dessus.

Cela c’est donc votre vie officielle ?

C’était ma vie officielle. Ma vie officieuse consistait essentiellement, au sein du Groupe des Cinq dont je vous ai parlé, à préparer l’accord à passer avec les Américains pour l’administration des Finances lors de l’arrivée des armées américaines. J’ai fait une note pour Murphy, et un vice-consul, enfin j’ai fait une note, un papier. Il a été signé dans l’avion qui m’emmenait à Tunis vers le 30 octobre 1942, c’est vous dire l’importance que les Américains pouvaient y attacher ! Nous avons été roulés dans cette affaire-là. Bien sûr, le débarquement était déjà en mer depuis quinze jours et nous ne le savions pas, du moins moi je ne le savais pas.

Comment avez-vous été accueilli par les Américains quand vous avez voulu établir les premiers contacts ?

  • 29 Le 23 octobre 1942 une rencontre secrète entre chefs militaires français et américains eut lieu à C (...)
  • 30 L’amiral Esteva était Résident général en Tunisie.
  • 31 L’opération a pris en effet les autorités françaises par surprise. On a bien su qu’un convoi s’étai (...)

Je n’ai connu que le vice-consul Woodrof, très gentil, qui était parti avec mon papier signé en disant qu’il le ferait signer par le Président des États-Unis, ce qui me paraissait tout naturel ! [...] J’étais donc parti en Tunisie avec mon épouse le 1er novembre 1942, il y avait eu pourtant déjà l’affaire de Cherchell,29 on savait que les Américains étaient près de faire quelque chose, de débarquer, mais on ne pensait pas que l’échéance était si proche. De sorte que mes papiers qui étaient datés si je me rappelle bien du 17 octobre, jamais personne sans doute ne les a vus aux États-Unis avant que je ne me manifeste.
J’étais donc en Tunisie. On a appris... c’est peut-être trop long, je vous raconte une série d’histoires personnelles un peu trop longues mais amusantes peut-être... Le 6 novembre, ma femme était rentrée à Alger, moi j’achevais une vérification de la direction des Finances de Tunis. Et le 6 novembre au soir, je couchais au Tunisia Palace, on frappe à ma porte, on frappe, on insiste, je n’aimais pas cela, je me suis dit : « Que s’est-il passé ? On a fini par nous découvrir ». Non, c’était un vice-consul américain, il y en avait d’autres à Tunis ! Il s’appelait Hunter. Il me dit : « Monsieur Goetze, il faut absolument que je vous voie ! ». Moi je lui ai répondu : « Je ne vous connais pas » !
Enfin, bref, on a parlementé un bon moment à la porte, je lui ai quand même ouvert. « Monsieur Goetze, le débarquement est imminent et je suis chargé de vous faire partir de Tunis pour regagner Alger le plus tôt possible ; d’ailleurs, le colonel Van Hecke vient demain aux Chantiers de Jeunesse, il vous ramènera dans son avion ». Donc le 6 au soir, je savais qu’il y avait anguille sous roche et la roche était en marche. J’ai pensé qu’il fallait que je voie ce que savait ma femme. J’ai eu beaucoup de mal, de Tunis à avoir Alger, c’était aussi facile que le 22 à Asnières. Quand j’ai eu ma femme au téléphone elle m’a dit : « Écoute, je ne suis pas bien, j’ai une crise d’appendicite, il faut absolument que tu reviennes le plus tôt possible, j’ai une appendicite et ça ne va pas, ça ne va pas ». C’était le mot de passe, au cas où il y aurait une coupure entre Alger et Tunis ; il fallait donc bien que je rentre. Je lui ai dit que j’en avais pour deux jours encore ici. Elle m’a répondu qu’il fallait que je rentre d’urgence. Alors, j’ai fait tout ce que j’ai pu pendant la journée du 7, j’ai apitoyé l’amiral Esteva, ce bon amiral dont on disait qu’il ne connaissait pas les femmes ; mais il ne connaissait pas tellement plus les hommes mais les militaires, oui30. Je lui ai donc dit qu’il fallait que je rentre, que ma femme était malade. Il m’a dit : « Je mettrai un avion militaire à votre disposition, tous mes vœux pour Madame Goetze ». « Merci, Amiral, merci. » J’ai assisté au plus joli spectacle de la Tunisie. Nous avions beaucoup d’officiers de Marine, qui naturellement, ne portaient pas les Anglais dans leur cœur, qui se rendaient tous en masse au Cap Bon pour assister à la bataille qui ne manquerait pas d’opposer ce train de débarquement avec les forces de l’Axe, à Malte, car tout le monde pensait qu’ils se rendaient à Malte pour en dégager le blocus31. Toute la journée du 7, tout le monde en a parlé, moi je m’en amusais beaucoup. Le 7 au soir, ma femme m’a rappelé et je lui ai dit : « Je pense que je partirai demain matin le 8 » et ma femme m’a répondu : « C’est dommage, mais je serais certainement opérée avant ».

Elle était très informée !

  • 32 On peut rapprocher ce témoignage d’une déclaration de de Gaulle du 14 décembre 1942 : « Nous avons (...)
  • 33 Le 19 août 1942 un raid canadien sur Dieppe échoue, entraînant de lourdes pertes en hommes et en ma (...)
  • 34 En effet, l’engagement allié est de 150 000 hommes. Mais ce que ne pouvait voir Goetze, c’est l’aut (...)

Très informée. Il y avait non seulement le petit Groupe des Cinq dont je vous ai parlé, qui était l’intelligentsia, comme disait Saint-Hardouin entre chaque parole : il parlait beaucoup et n’agissait pas toujours. Il y avait les juifs, tous les Cohen et tous les autres qui, eux, s’étaient armés en prévision d’un débarquement allié et... enfin, il y a eu la masse ! La masse des Français et des pieds-noirs, c’était cela qui était important32 ! Or, ma femme était très au courant de tout cela, elle était avec eux, elle a d’ailleurs été pendant toute sa vie secrétaire générale de ce que l’on appelle « l’Association du 8 novembre », dont je suis toujours membre.
Donc je savais que ça y était. Alors-là, j’ai passé une nuit du 7 au 8 dans la plus grande des angoisses. Je me suis dit : « Ils se sont foutus de nous, comme à Dieppe,33 ça va être la même chose, parce qu’ils nous ont dit qu’il y aurait un million d’hommes, qu’il y aurait... tout et tout ». Je songeais : « Mais ce n’est pas possible, un million d’hommes, cela signifie mille bateaux, leur convoi est immense mais il n’y a pas du tout cela ! », et en effet, il y avait cent mille hommes. « Ils se sont foutu de nous, on va encore être écrasé ! » Ah, ça, je n’étais pas très content ! J’ai eu très peur. Je me suis dit : « Ça va rater, ça risque de rater, ça ne peut pas réussir ». Heureusement que les Allemands aussi ont commis une erreur ces jours-là34. Et finalement, je m’étais à peine endormi que j’ai été réveillé par mon voisin de chambre. C’était ni plus ni moins que le colonel Léveillé ou Lheureux, j’ai oublié son nom, comme tous les noms, excusez-moi, mais enfin cela peut se retrouver, qui commandait la place de Tunis. Alors quand à 4 heures du matin, on est venu le réveiller, je me suis dit : « Bien, ça y est, c’est que le débarquement a commencé ». Et je me suis dit une chose : « L’amiral va à la messe tous les dimanches à 6 heures du matin, donc je serai à 6 heures pour voir s’il est à la messe ! » Et il n’était pas à la messe ce jour-là ! Puis je suis arrivé à pied, comme cela, à la Résidence tout simplement et-là, il y avait le secrétaire général adjoint du Gouvernement, le maître des requêtes au Conseil d’État, Lucius, qui m’a dit : « Alors ! vous le savez, ils ont débarqué, c’est formidable ! » Je suis allé saluer l’amiral dans son bureau, qui me dit : « Eh bien non, écoutez, je ne peux pas mettre d’avion à votre disposition, mais enfin, tous mes vœux pour Madame Goetze ». « Amiral, merci ». Il fallait que je trouve un autre moyen de transport, bien entendu. Mon idée a été de prendre le premier moyen de transport quel qu’il soit qui gagnerait la frontière algérienne. Or, pendant la journée du 8, il n’y en avait pas, parce que c’était un dimanche si mes souvenirs sont exacts. Oui, c’était le dimanche 8 novembre et il n’y avait pas de transport. Mais de bonne heure, le 9 au matin, un train de marchandises allait jusqu’à la gare de Ghardimaou, c’est-à-dire la gare frontière entre la Tunisie et l’Algérie. J’ai donc décidé de partir par ce machin-là. J’avais, dans l’intervalle, vu des gens dont Rigault. J’ai voyagé avec lui et un autre que j’ai oublié. Je revois son physique mais... j’ai oublié. Et surtout avec le docteur Tamzali, qui était un notable algérien mais d’origine tunisienne, un kabyle, dont le frère Tamzali, le chef de la famille Tamzali était un grand marchand d’huiles et qui avait épousé une parente du Bey de Tunis. Charmante Madame Tamzali, tout ce qu’il y a de plus vichyssoise, elle faisait ses cures à Vichy, n’est-ce pas, chaque année, comme la bonne société maghrébine. Et le Bey, bien entendu, avait mis une voiture à la disposition de Monsieur Tamzali. J’ai décliné son offre de m’emmener avec lui, car je connaissais trop les incertitudes maghrébines. « Moi je prends le train, à moins que votre voiture ne parte avant ; comme elle ne part pas avant, je prends le train. Je pourrai vous rejoindre en cours de route, sur la route, sur le chemin, en tous cas, en gare de Ghardimaou, mais jusqu’à cette gare, moi je prends le train ! » « J’arrive à la gare, pas de voiture, rien du tout et un train pour l’Algérie allait partir, j’avais déjà donné ma valise au receveur des douanes de la gare, en lui recommandant de me la faire parvenir un jour, s’il le pouvait à Alger, lorsque la voiture a débouché en trombe sur le quai de la gare. J’ai repris ma valise, laissé partir le train et j’ai pris une voiture beylicale. Je suis arrivé à Souk-Ahras, en Algérie...
Revenons si vous voulez, parce que c’est cela qui est intéressant, à Souk-Ahras. Là, on avait des nouvelles d’Alger, le téléphone marchait entre la préfecture d’Alger et la sous-préfecture de Souk-Ahras ; le téléphone marchait : c’était curieux puisque les deux zones auraient dû être hostiles.

Ils n’avaient pas coupé les communications ?

Non, ce n’était venu à l’idée de personne. On savait très bien où étaient les Américains : ils étaient à côté d’Alger, ils s’étaient mis en position, très bien ! Et à Alger, j’ai appris que cela tournait un peu dans tous les sens, ce soir du 8 novembre, qu’il semblait que la ville s’était rendue finalement et que les Américains l’avaient occupée. Alors, de Souk-Ahras nous avons repris le train, ce train de marchandises qui a continué, « toc, toc, toc » comme cela, jusqu’au 11 novembre quand il est arrivé à Alger. Dans l’intervalle, au « Château de l’homme qui porte un chapeau » traduction de « Bordj Bou Arreridj », j’ai trouvé le président Gaston Lleu, Lleu qui a été le président de l’Assemblée algérienne, qui était un grand colon. C’était le matin du 11 novembre, il avait envie de flanquer une fessée aux pétainistes, au monument aux morts, enfin il était très excité. À Sétif, on avait attendu un moment en pensant que le gouverneur des colonies, Yves Châtel, gouverneur général de l’Algérie, rentrant de Vichy, se poserait à Sétif. Tout le monde se demandait ce qu’il allait décider et finalement après avoir hésité à appeler à la résistance contre les Américains, il a décidé de rentrer à Alger reprendre son fauteuil, ce en quoi il a fait le seul choix valable.

Il y a eu des combats en Algérie ?

  • 35 L’énoncé de la question n’est sans doute pas pertinent. L’enquêteur sait ou devrait savoir qu’il y (...)

À Oran, oui, il y a eu des combats parce que la Marine y était, il y a eu des combats autour de l’aérodrome d’Oran qui était à la Marine d’ailleurs35.

  • 36 Au Maroc, à Casablanca, le second port de guerre français après Toulon. Nogués mal informé ne donna (...)

Le débarquement a donc été moins grave à Alger qu’au Maroc36 ?

  • 37 À Alger la conjuration du « Groupe des Cinq » fut efficace. Le plan conçu par le colonel Jousse, co (...)
  • 38 L’amiral Darlan se rendait au chevet de son fils atteint d’une poliomyélite foudroyante et n’avait (...)

Il n’y a rien eu à Alger, que quelques blessés, dont un Américain qui est presque mort dans les bras de ma femme en disant : « Oh, France, jamais plus cela ». L’armée n’a pas bougé, non. On a d’abord bouclé le futur maréchal Juin, puis on l’a libéré au bout d’une heure ou deux et il a donc pris la tête du mouvement37. Mais pour gâcher les choses, il y a eu Darlan qui était arrivé la veille pour son fils par un bien curieux hasard38.

C’était l’imbroglio ?

  • 39 Ce retard allemand n’a guère eu de conséquences puisque Vichy laissa les Allemands entrer à Tunis e (...)
  • 40 Sorti en 1931 de l’Ecole polytechnique dans le corps des Mines, Pierre Guillaumat a d’abord occupé (...)

Oh, total ! Quand je suis arrivé moi-même à Alger, ma femme m’a dit : « Dépêche-toi de te sauver parce que Darlan est-là et il fait arrêter tout le groupe, alors dépêche-toi de te cacher ». J’ai riposté : « On verra cela ! » Et je suis allé directement à la Villa des Roses, en dessous du Saint-Georges, voir Murphy et lui dire : « Qu’est-ce que c’est que ces histoires-là ? » « Mais non, mais non, cela n’existe pas, mais pouvez-vous me dire où est l’armée américaine ? » « Mais écoutez, cher Bob, je pensais que c’est vous qui me le diriez ! Moi, tout ce que je peux vous dire, c’est que j’ai rencontré les sentinelles américaines à Reghaia. Quand on leur a dit, venant de Tunis, que nous nous rendions à Alger, ils ont bien réagi : « Hello, boys » et nous sommes partis, c’est tout ! C’est tout ce que je connais, moi de l’armée américaine jusqu’ici ». Il m’a dit : « Mais enfin, pourquoi n’ont-ils pas débarqué à Bône, pourquoi sont-ils restés à Alger ? » Eh oui, pourquoi ? Je n’en sais rien et ne l’ai jamais su. Ce n’était pas prévu et d’ailleurs, ils avaient raison. Ils ne pouvaient pas aller débarquer à Bône, en laissant par exemple Alger derrière eux. Ç’aurait été une folie. Mais alors, ce qu’on n’a jamais su, non plus, c’est pourquoi les Allemands n’avaient pas envoyé d’avions à Tunis, dès le 8 novembre39 ? Ils n’ont pas réagi, et ne nous en ont envoyé que le 10. Cela aussi, nous n’avons pas compris, c’est l’erreur des Allemands dont j’ai parlé.
Alors, dernière anecdote, c’est comme cela que j’ai fait la connaissance de Guillaumat qui était directeur du service des Mines en Tunisie40. Le soir du 8 novembre, nous avions dîné Guillaumat et moi, chez Lucius, en vitupérant contre toutes les autorités constituées, administratives et autres, qui n’étaient pas gaullistes, etc.

À Alger, c’est l’imbroglio le plus total à cause de Darlan ?

À cause de Darlan, mais finalement cela n’a rien changé. Dans l’intervalle, Giraud était arrivé.

C’était le général que vous attendiez ? Plus ou moins ?

Ah oui ! Oui, on n’attendait pas cela, mais enfin, c’était le général qu’on avait fini par trouver puisque Weygand qui avait été pressenti n’avait pas voulu.

Qui avait pressenti Giraud ? Lemaigre-Dubreuil ?

  • 41 Cf. ci-dessus le rôle de Lemaigre-Dubreuil. R. Paxton rappelle que durant l’hiver 1941-1942 après s (...)

Je crois, en partie, mais avec l’aide des Américains, avec Murphy, très précisément. Weygand qui avait été vu par Murphy lui avait dit : « Ce n’est pas à mon âge que l’on devient un dissident ». Eh oui41...

Le substitut, c’était Giraud ?

C’était Giraud, oui.

Il y avait donc Giraud et Darlan ?

  • 42 Du débarquement à son assassinat le 24 décembre 1942, les Américains ont soutenu Darlan « autorité (...)

Voilà, il y avait Giraud et Darlan. Mais les Américains préféraient... à ce moment-là, ont préféré Darlan jusqu’au 24 décembre42.

Vous, vous avez donc votre candidat en quelque sorte ?

  • 43 Allusion aux exigences de Giraud à Gibraltar le 7 juin lors de sa rencontre avec Eisenhower qui lui (...)

Eh bien moi, j’avais mon candidat. Je ne savais pas que ce serait Giraud, je crois que je n’en savais rien, ou alors si ! Tarbé de Saint-Hardouin avait dû le savoir, car il avait dit : « Il ne veut pas quitter Gibraltar tant qu’on ne lui aura pas donné le commandement des armées »43 ! Fou, il était fou. Alors, on lui a donné le commandement de l’armée française.

Pourquoi est-ce que Darlan poursuivait si fortement Lemaigre-Dubreuil et votre petit groupe ? Comment avait-il su que vous aviez conspiré ?

  • 44 Difficile de croire qu’il ait été réellement inquiété par Darlan puisque sa nomination s’est faite (...)
  • 45 Goetze fait une confusion chronologique. C’est le 17 septembre 1943 qu’une ordonnance du CFLN crée (...)

Oh, était-ce vrai ? Je n’en sais rien moi, personne ne m’a jamais inquiété. Bon, sur le moment, j’ai peut-être été suspect mais cela ne m’a pas gêné, d’autant moins gêné que, le 15 novembre, se sont produits les changements au gouvernement général de l’Algérie. Le gouverneur Châtel a repris son fauteuil, l’amiral Darlan est devenu le chef vénéré. Puis c’est Giraud qui est allé ensuite au Palais d’Été. Et j’ai été nommé directeur des Services financiers, [...]44 En 1942, il y a eu deux épurations en Algérie, si vous voulez, il y a eu l’épuration anti-pétainiste et il y a eu l’épuration anti-algérianiste qui émanait de l’Assemblée consultative45.

Celle qui vous soupçonnera ?

Voilà... exact.

D’ailleurs à ce propos, comment cela s’est-il passé ? Vous avez été convoqué ? Ils vous ont écrit ? Comment avez-vous su que vous étiez soupçonné ?

Comment voulez-vous qu’on ne le sache pas ? Alger est une caisse de résonance étonnante !

Notes

1 Tous les historiens s’accordent pour remarquer que la révolution nationale fut en effet bien accueillie en Algérie. Rappelons ce propos de J. Soustelle, « Pour bien des Français d’Afrique du Nord, si la Révolution nationale n’avait pas existé il eut fallu l’inventer », cf. J. Soustelle, Envers et contre tous, De Londres à Alger, p. 419. Bernard Droz et Evelyne Lever notent que la population européenne se retrouva dans les valeurs autoritaires du régime, l’exaltation des vertus terriennes et hiérarchiques et les mesures antisémites. Les commissions de l’armistice de l’Axe étaient présentes mais la pression étrangère était discrète en effet. Les conditions de l’armistice étaient appliquées avec moins de rigueur qu’en zone libre et les conditions de vie étaient moins difficiles. Par contre les lois de Vichy furent appliquées avec une rigueur particulière (cf. note ci-dessous). Cf. Bernard Droz et Evelyne Lever, Histoire de la guerre d’Algérie, 1954-1962, Paris, Seuil, coll. Points Histoire, 1982, 375 p. On lira aussi quelques synthèses précieuses avec bibliographie comme celle de J. Marseille, « L’Empire », La France des années noires, 1993, op. cit., 1re partie, t. I, p. 271-294 ou celle de Charles-Robert Ageron, « La deuxième guerre mondiale et ses conséquences pour l’Empire », Histoire de La France coloniale 1914-1990, Paris, Colin, 1990, 654 p., p. 311-354 ou encore du même auteur L’Histoire de l’Algérie contemporaine, Paris, PUF, 1982, t. II.

2 Les élites musulmanes, elles aussi, furent séduites par le prestige du Maréchal et par certaines mesures comme l’abrogation du décret Crémieux dès le 10 octobre 1940 (décret qui donnait depuis 1870 la citoyenneté française aux juifs d’Algérie, cf. ci-dessous, chap. 2) ou encore l’exclusion de quelques fonctionnaires coloniaux francs-maçons ainsi que l’entrée de quelques musulmans au Conseil national. Le 10 avril 1941 Ferhat Abbas s’adressait ainsi au Maréchal Pétain : « chef vénéré de l’État français ».

3 Des travaux récents remettent en cause cette perception du prestige de la France en Algérie avant la défaite indochinoise. Ainsi Ch. Lévisse-Touzé dans sa thèse, L’Afrique du Nord, recours ou secours ? septembre 1939-juin 1943, démontre que paradoxalement alors que la défaite française n’a pas gravement endommagé le prestige de la France, le débarquement anglo-américain de 1942 et les atermoiements des autorités françaises ont révélé la faiblesse de la métropole. Elle cite les défaillances de décembre 1942 et de juillet 1943 lors de l’appel des réservistes enregistrant près de 50 % d’absentéisme et à Alger même 60 %. Thèse de doctorat, Paris I, 1991, ex. dactylographié. Cela n’exclut par le courage et la loyauté dont ont fait preuve les soldats musulmans recrutés (233 000 selon un rapport du Général Juin du 25 mars 1945), cf. J.-B. Duroselle, L’abîme, op. cit., p. 394.

4 Cette méconnaissance de l’outre-mer est la norme chez les étudiants de l’entre-deux-guerres. Les seuls voyages mentionnés lors de notre enquête sont des voyages linguistiques en Allemagne ou en Angleterre et plus rarement des voyages touristiques en Europe, exception faite des rares fils de fonctionnaires coloniaux.

5 Par sa carrière effectuée dans les cadres de l’Inspection, Tocqueville rappelle les inspecteurs du xixe siècle encore qu’Emmanuel Chadeau a bien démontré que les sorties dans les administrations et dans les entreprises étaient devenues de plus en plus fréquentes à la fin du xixe. Alors que les effectifs actifs augmentent au cours du xixe siècle, passant de 129 en 1889 à 172 en 1911 soit une progression de 33 % le nombre d’inspecteurs engagés dans les tâches traditionnelles passe de 75 à 89 soit une progression de 17 % seulement. Tandis que 2 sur 3 en 1890 puis un sur deux en 1911 restaient dans les cadres, un inspecteur sur cinq en 1890 puis un sur quatre en 1911 passait dans les affaires. Cf. E. Chadeau, Les inspecteurs des Finances au xixe siècle, 1850-1914, Profil social et rôle économique, Paris, Economica, 1986, 182 p.
Goetze montre une fois encore qu’il connaît mal la réalité sociologique du « corps » auquel il appartient. Dans notre étude nous avons démontré qu’en comptant largement tous les signes extérieurs d’appartenance à l’aristocratie on ne compte que 20 % pouvant être considérés comme nobles sur 368 identifiables.

6 Le général Weygand, Ministre de la Défense du gouvernement Pétain, est nommé le 6 septembre 1940 Délégué général pour l’Afrique française dont il devint le véritable proconsul, et le 4 octobre commandant en chef des forces françaises en Afrique du Nord. J.-B. Duroselle analyse la position de Weygand dans cette période que l’on peut résumer ainsi : adversaire de toute collaboration mais fidélité à Pétain. Cf. L’Abîme, op. cit., p. 297 et suivantes. Les 3 et 4 juin 1941 il se rend à Vichy pour s’opposer au sein du Cabinet aux accords de Paris, voulus par Darlan, signés le 28 mai 1941 accordant aux Allemands le droit d’utiliser les bases militaires de l’Empire en échange d’un assouplissement des conditions de l’armistice. Le Reich renoncera en juillet 1941 à ces accords. C’est bien un ultimatum des autorités allemandes qui oblige alors Weygand à prendre sa retraite en novembre 1941. Mais l’amiral Darlan qui a pris depuis août 1941 Te portefeuille de la Défense apparaît bien avoir poussé à ce rappel. Cf. Robert Paxton, La France de Vichy, Paris, Seuil, 1974, 375 p., p. 125. Le général Juin remplace alors Weygand à la tête des troupes en Afrique du Nord. Le 12 novembre 1942 Weygand qui s’était retiré à Cannes est arrêté par les SS à Guéret où il se rendait et déporté comme otage en Allemagne.

7 Murphy n’est pas ambassadeur. Ce dernier, depuis janvier 1941 est l’amiral Leahy. Robert Murphy, conseiller à l’ambassade des États-Unis, avait été chargé par Roosevelt d’étudier la situation en Algérie où il était arrivé le 18 décembre 1940 avec le titre de représentant personnel du président Roosevelt en Afrique du Nord. Hostile à de Gaulle, Il n’a cessé d’encourager les patriotes qui souhaitaient voir l’Afrique du Nord faire sécession et entrer dans la guerre. Goetze fait allusion aux accords Murphy-Weygand du 26 février et 10 mars 1941, acceptés avec réticence par les Anglais, au terme desquels des denrées alimentaires et le pétrole américains (mais pas d’armes) seraient fournis à l’Afrique du Nord et seraient contrôlés par des agents consulaires afin d’éviter de transgresser le blocus britannique et de réexporter vers la métropole... Notons que Goetze ne cite pas Emmanuel Mönick (IF 1920) son ancien à l’Inspection, Secrétaire général du Protectorat marocain, l’artisan actif au Maroc de ces accords avant son rappel exigé par les allemands le 15 août 1941.

8 Dans ses souvenirs Julienne explique sa mission auprès de Weygand. Ce dernier avait demandé qu’un inspecteur des Finances fasse partie de la section économique du Secrétariat général permanent dont le secrétaire général était le gouverneur général Yves Châtel. Julienne fut alors détaché de la mission de l’Inspection et chargé pour les questions financières et d’économie générale d’informer le général Weygand, de préparer ses contacts avec les gouverneurs et résidents généraux d’une part, avec le chef de l’État d’autre part et également de faire appliquer ses directives auprès des directeurs généraux des Finances au Maroc (Ludovic Tron), en Algérie (Maurice Gonon). Cf. J. Julienne, « Deux ans en Afrique avec le général Weygand et son successeur (octobre 1940 - novembre 1942) », Études et Documents II, CHEFF 1990, p. 352, et p. 357-358.

9 Le 17 juillet 1941 lorsque Weygand ajouta à ses fonctions de Délégué général de l’Algérie et commandant en chef en Afrique, celle de gouverneur général de l’Algérie remplaçant l’amiral Abrial, Yves Châtel qui assumait les fonctions de secrétaire général de la Délégation devint gouverneur adjoint et ses fonctions confiées à l’Amiral Fénard, commandant la Marine à Alger, ami proche de Darlan mais germanophobe et anglophile ce qui était rare dans la Marine. L’amiral Fénard conserva ses fonctions de secrétaire général permanent après la suppression le 18 novembre 1941 de la Délégation générale et le rappel de Weygand mais ses attributions furent exclusivement économiques. Selon le témoignage de Julienne, l’amiral Fénard recommanda aux membres du Secrétariat général permanent de poursuivre leur action dans le même esprit que Weygand bien qu’il fût administrativement sous les ordres de Darlan. l’amiral Fénard entretint avec Murphy des relations amicales et s’opposa au renvoi des vice-consuls américains demandés par les Allemands à Vichy. Cf. J. Julienne, « Mission économique et financière en Afrique », art. cit. p. 359 et p. 365.

10 J. Lemaigre-Dubreuil, directeur général des Huiles Lesieur, propriétaire des grands magasins du Printemps, président depuis 1933 de la Ligue des contribuables, ancien cagoulard, avait été fait prisonnier, s’était évadé et avait rejoint Alger. Grâce à ses affaires il pouvait voyager facilement en toute légalité entre l’Afrique du Nord, la zone libre et la zone occupée. Partisan de la reprise des hostilités par l’armée française il est à l’origine du « Groupe des Cinq » et participe activement, à partir du printemps 1942 surtout, à la préparation du débarquement allié en Afrique du Nord. Déçu par le rappel de Weygand il se retourne vers le général Giraud qui vient de réussir son évasion de la forteresse de Koenigstein. Il sert d’agent de liaison entre Murphy et Giraud qu’il rencontra à Lyon le 19 mai 1942. Lemaigre-Dubreuil deviendra auprès du gouvernement de Giraud, Secrétaire aux Affaires alliées. Il est l’auteur du mémorandum signé par Roosevelt à Anfa en janvier 1943 mais renégocié par Churchill reconnaissant à Giraud, Commandant en Chef à Alger « le droit et le devoir de préserver tous les intérêts français ». Le 14 mars 1943 lorsque le Général de Gaulle dénonce les partisans giraudistes de la « révolution nationale », il démissionne. En juillet 1944 il fera partie de ceux qui tentèrent de ménager une transition entre Vichy et l’opposition non gaulliste et essaiera par l’intermédiaire de l’ambassadeur en Espagne, François Pietri (IF 1906,) d’établir un contact entre Laval et Washington. Il espérait que les États-Unis pourraient par peur de la déferlante communiste en Europe accepter une paix de compromis.

11 Jean Rigault, ancien secrétaire général du journal Le Jour-Écho de Paris, propriété de Lemaigre-Dubreuil, est dépeint comme un royaliste par calcul, et un intrigant. Devenu Secrétaire à l’Intérieur du gouvernement de Giraud, Jean Rigaut aussi démissionnera le 14 mars 1943 après que Giraud eut prononcé « le premier discours démocratique de sa carrière ». Sur le Groupe des Cinq, cf. J.-L. Crémieux-Brillac, « Jeux et enjeux d’Alger », J.-P. Azéma et F. Bédarida ss la dir. de La France des Années noires, op. cit., t. II, p. 179-218.

12 Tarbé de Saint-Hardouin, secrétaire d’ambassade, ancien adjoint de François-Poncet à Berlin est, avec Gilbert Maroger directeur de cabinet, un proche collaborateur de Weygand puis, après le départ de ce dernier, d’Yves Châtel devenu gouverneur général.

13 Achiary (1909-1983), républicain lui, commissaire de police à Alger depuis 1935, dirigeait le contre-espionnage dans le département d’Alger. Chef de la Brigade de surveillance du territoire (1938), animateur d’un groupe de résistance (1940-1942), il mit en relation les organisateurs du complot destiné à faciliter le débarquement allié du 8 novembre et assura leur protection notamment en prévenant les personnes menacées. C’est lui qui mit en contact Lemaigre-Dubreuil et le colonel Van Hecke chef des chantiers de jeunesse comptant 26 000 adhérents, futur gaulliste ardent. Ce dernier, avait été envoyé loin d’Alger par les autorités de Vichy. Il y revint avant le débarquement et contribua lors du débarquement à neutraliser les commissions d’armistices allemande et italienne. Achiary, devint sous-préfet de Guelma pendant l’insurrection de 1945. Cf. André Caudron, Parcours, n° 18, 1993, pp. 32-35 et J.-L. Crémieux-Brillac, op. cit., p. 182 et note ci-dessous.

14 C’est en avril 1942 rappelle J.-B. Duroselle, p. 369, que les « Cinq » apprirent la « nouvelle providentielle » de l’évasion de Giraud le 17 avril, selon l’expression de Crusoe, Vicissitudes d’une victoire, Paris, 1946, 159 p. Dès le 19 mai 1942 Lemaigre-Dubreuil rencontra Giraud à Lyon. Commencèrent alors des négociations tripartites entre le Groupe des Cinq, Murphy et Giraud qui aboutirent à ce qu’on a appelé les accords Murphy-Giraud d’octobre 1942.

15 Il n’est pas le seul à partager cette opinion. Les Français libres du Général de Gaulle ont été exclus de l’opération Torch en Afrique du Nord en raison des rapports des services secrets américains faisant état de l’opinion anti-gaulliste en AFN. De Gaulle lui-même ne fut pas prévenu. Les officiels français en Afrique du Nord avaient fait savoir aux Américains qu’une résistance symbolique n’était possible qu’à certaines conditions : que les forces de débarquement soient suffisamment nombreuses et que ni les Britanniques ni de Gaulle ne participent à l’opération. Le général Mast dans la nuit du 7 au 8 novembre envoya un ordre interdisant toutes résistances et déclara que « cette force était considérable et qu’elle était entièrement américaine ».

16 Sa femme, oui, mais pas tous les autres membres du groupe comme le prouvent les démissions de Lemaigre-Dubreuil, Rigault et Tarbé de Saint-Hardouin en 1943 lors de la rupture Giraud-de Gaulle.

17 Sur la propagande vichyssoise vers l’empire, cf. Ch.-R. Ageron, « Vichy, les Français et l’Empire », Vichy et les Français, op. cit.. Ier partie, p. 122-134, notamment p. 128. Il en rappelle l’intensité et donne l’exemple du Gouvernement général de l’Algérie qui « assura que pour la seule ville d’Alger 63 000 portraits du maréchal de format 21×30 cm avaient été vendus ou distribués en 1941 », cf. note 23, p. 134. La Radiodiffusion nationale appelée aussi Radio-Vichy a depuis août 1941 sur ondes courtes repris ses émissions vers les colonies. « La Voix de la France » dirigée par André Demaison diffusait de 6 h 30 à 22 h les nouvelles aux familles et les messages personnels. Il rappelle qu’à Radio-Paris l’émission « La France coloniale » était rédigée par un Allemand. Mais if y avait aussi Radio-Alger. Depuis 1940 Radio-Brazzaville était aux mains des gaullistes et trois émissions quotidiennes étaient émises sur ondes courtes et entendues en Afrique du Nord. En mars 1941 cette radio s’appela « La voix de la France libre ». Cf. H. Eck, J.-L. Crémieux-Brillac, La guerre des ondes, Paris, Communauté de radios publiques de langue française, 1985, 382 p., p. 46 et 106.

18 Sur Mers el-Kébir le 3 et 4 juillet 1940, cf. note Ire partie. Les premiers ralliements en Afrique équatoriale expliquent la tentative de de Gaulle de rallier l’AOF. Le 25 septembre 1940 c’est l’échec de l’expédition franco-britannique devant Dakar. Ces deux événements démontrant la faiblesse du gaullisme, le prestige du Maréchal, et renforçant l’anglophobie de la Marine contribuèrent à retarder les ralliements au Général de Gaulle. Mais ils n’expliquent pas seuls l’adhésion de l’Algérie à la Révolution nationale.

19 La question de Goetze étonne tant le fantasme du complot d’une prise de pouvoir par des hauts fonctionnaires techniciens, des industriels et banquiers a fait couler d’encre dès l’Occupation et depuis. Sans doute traduit-il ainsi son scepticisme devant l’existence réelle de la Synarchie. Témoins comme historiens s’accordent pour réduire à néant la thèse d’un complot. La meilleure mise au point est celle, en anglais et non traduite de R. Kuysel, « The legend of the Vichy Synarchy », French Historical Studies, 1970, p. 365-398. En français l’analyse la plus synthétique et pertinente est celle de J.-N. Jeanneney, « La synarchie », L’argent caché, op. cit., Ire partie, p. 231-242. Il reste que, au sein des administrations économiques, les hauts fonctionnaires ont concentré un pouvoir exceptionnel, renforcé par la pénurie, et affranchi de tout contrôle parlementaire. Ces « techniciens » bien analysés par R. Paxton puis H. Rousso ont appliqué sous l’Occupation les solutions préconisées dans les clubs de réflexions des années trente pour plus de rationalité et d’efficacité dans les entreprises comme dans l’appareil d’État. Cf. R. Paxton, La France de Vichy 1940-1944, op. cit., et l’ouvrage d’Olivier Dard sur la Synarchie, à paraître.

20 Goetze oublie de mentionner le cinquième, Henri d’Astier de La Vigerie, royaliste de conviction, ancien cagoulard lui aussi, arrive en avril 1941 à l’Etat-major de la division d’Oran. Il avait une grande influence sur les militaires d’Oran, « un entraîneur d’hommes ». Il vint ensuite à Alger. Si Goetze lui-même a bien participé aux réflexions de ce groupe, il ne fait pas partie des Cinq.

21 Comme on l’a vu Murphy n’était pas ambassadeur auprès de Pétain mais les États-Unis avaient maintenu en effet leur ambassadeur à Vichy, l’amiral Leahy, même après la déclaration de guerre de l’Allemagne aux États-Unis en décembre 1941. Rappelé en avril 1942 lors du retour de Laval auquel les Américains s’opposaient il fut remplacé par son chargé d’affaires, S. Pinckney Tuck, jusqu’en novembre 1942. Le rapprochement que fait Goetze entre Weygand et l’attitude américaine est étrange mais il montre bien que Goetze admettait qu’on fût à la fois pétainiste et partisan de reprendre le combat.

22 Sa perception de l’application des lois d’exclusion en Algérie est naïve et en tout état de cause erronée. Ch.-R. Ageron rappelle par exemple que ces lois furent souvent aggravées en Algérie, citant en exemple le statut scolaire des enfants juifs rendu plus restrictif. « L’idéologie de Vichy vient officialiser des tendances parfois contenues et inavouées. Les féodalités de colons dominant le Maghreb s’offrirent le luxe d’être plus racistes que les autorités coloniales et la législation vichyssoise. » Op. cit., p. 125. Quant à l’absence en Algérie de STO ou service du travail obligatoire réquisitionnant les classes 1940, 1941, 1942, elle s’explique tout simplement parce qu’il n’est établi en métropole que par la loi du 16 février 1943. Auparavant, la politique de la relève annoncée le 22 juin 1942, qui espérait la libération de 50 000 prisonniers contre l’envoi de 150 000 travailleurs volontaires, puis la promulgation le 4 septembre 1942 d’une loi sur l’orientation de la main-d’œuvre qui permettait la réquisition, avaient l’une comme l’autre largement échoué en métropole. Nous avons vu dans la première partie que le port de l’étoile jaune imposé par les Allemands en zone occupée le 24 mai 1942 avait été refusé par Vichy pour la zone libre et n’avait donc pas été appliqué non plus au Maghreb.

23 Rappelons que la déclaration de guerre de Hitler aux États-Unis date du 11 décembre 1941, quelques jours après l’attaque japonaise sur Pearl Harbour.

24 Rappelons que la IIIe République à la suite du pacte germano-soviétique, avait le 8 novembre 1939 étendu aux Français (donc aux communistes) une loi votée le 12 novembre 1938 permettant d’arrêter tout suspect d’atteinte aux intérêts de la nation. Cette loi actualisée par Vichy le 3 septembre 1940 entraînera, selon Denis Péchanski, entre juillet 1940 et le 22 juin 1941, date de l’invasion de la Russie par Hitler, l’arrestation de 4 à 5 000 présumés communistes, cf. D. Peschanski, « Les avatars du communisme français de 1939 à 1941 », La France des Années noires, ss la dir. de J.-P. Azéma et F. Bédarida, t.I, p. 413-427. En Algérie aussi elle fut appliquée. André Kaspi dans son étude sur leur libération en février 1943 fait état d’un rapport remis à Jean Monnet précisant qu’il y avait 27 députés communistes dans la prison de Maison-Carrée et 7 000 prisonniers communistes détenus dans le Sud Oranais notamment à Colomb-Béchar et à Djelfa. Cf. André Kaspi, La mission de Jean Monnet à Alger, mars-octobre 1943, Paris, 1971, 240 p., p. 58. Si « on en parlait le moins possible », c’est bien que leur détention n’était contestée ni dans l’entourage de Goetze, ni sans doute par Goetze lui-même, du moins publiquement.

25 Alors que Weygand s’était installé au Palais d’hiver, le secrétaire général permanent était au Palais Bruce, deux palais mauresques situés en bas de la vieille ville dAlger près de la place du Gouvernement. « Son expérience lui avait appris la prudence » note Julienne au sujet de Chatel, cf. art. cit., p. 354. « Tout en partageant les vues nationales du général Weygand et en étant pour lui un subordonné loyal, il cherchait plutôt comment on pouvait les faire prévaloir sans heurter de front l’adversaire. » Du 17 juillet 1941 au 18 novembre 1941, lorsque Weygand fut en outre nommé gouverneur général de l’Algérie, Yves Châtel fut rétrogradé gouverneur général adjoint et se réserva les questions courantes d’administration.

26 Le directeur général des Finances du Maroc depuis le 25 avril 1937 était Tron (IF 1930). Il travaillait sous l’autorité du Secrétaire général Emmanuel Mönick (IF 1920) jusqu’au rappel de ce dernier par Vichy en août 1941, le Résident étant Noguès. Ludovic Tron (ancien conseiller de Vincent Auriol et ancien sous-directeur au MGF) quitte ses fonctions de directeur général des Finances au Maroc pour le Secrétariat aux Finances auprès du Haut commissariat en Afrique du Nord à Alger dès le 8 novembre 1942. Lui succède au Maroc (par intérim jusqu’au 1er mars 1945) Jean Robert jusqu’en mars 1947. Cf. plus haut sur Jean Robert. La veuve de Ludovic Tron nous a confirmé l’écart de prestige entre la direction financière du Maroc et celle de l’Algérie avant 1942 qui se traduisait par la différence de titre entre directeur général et directeur et dans les traitements : « Les hauts fonctionnaires du Maroc sont d’une très grande qualité à la différence de l’Algérie » estime-t-elle. Entretien enregistré avec l’auteur en 1981. En Tunisie, de 1930 à 1938 ce fut aussi un inspecteur des Finances (François Paul-Dubois-Taine IF 1922 puis Roger Hoppenot, IF 1922) qui dirigea les Finances. En 1947 ce poste revint à l’Inspection et fut attribué à Henri Culmann, (IF 1933).

27 Sur le système fiscal en Algérie les archives orales se révèlent difficiles à utiliser. Le témoin peut confondre avec d’autres temps (ou d’autres lieux) comme c’est le cas ici. Un manuel de finances publiques serait plus utile pour connaître la législation fiscale en Afrique du Nord. Cf. les notes ci-dessous, chapitre 2, de Daniel Lefeuvre et A.-P. Goetze, carton Algérie au CHEFF.

28 Cf. ci-dessous les notes de Daniel Lefeuvre sur les délégations financières.

29 Le 23 octobre 1942 une rencontre secrète entre chefs militaires français et américains eut lieu à Cherchell près d’Alger. Le général Clark représentait le Général Eisenhower et le général Mast représentait le général Giraud. L’objectif était de persuader Giraud de renoncer à son plan de création d’une tête de pont sur les côtes françaises de la Méditerranée avec l’armée d’armistice et à son exigence d’obtenir le commandement en chef de l’opération en Afrique du Nord. Les accords Giraud-Murphy sont, en réalité constitués de deux lettres : la première, datée du 19 octobre 1942 et adressée au général français par le consul américain, stipule que les Etats-Unis accordent à la France le statut d’allié et que le rétablissement de la souveraineté française sur l’ensemble de ses territoires métropolitains et coloniaux constitue l’un des buts de guerre des nations unies. Quant au commandement en chef des années alliées, que le général Giraud espérait bien recevoir, R. Murphy se contentait d’une promesse très vague de lui confier, en cas d’intervention ennemie sur les territoires français nord ou nord-ouest africain, la coordination des opération alliées. La seconde lettre, du 27 octobre, est destinée à R. Murphy. H. Giraud se berce encore de l’illusion que les Américains lui céderont le commandement des opérations alliées en Afrique du Nord et du débarquement en Provence. Ce qu’on appelle « Accords » Murphy-Giraud apparaît surtout comme un jeu de dupes au dépens du naïf général français. Les accords Darlan-Clarck les rendirent, de toute façon, caduques. Giraud qui quitta la France, arriva à Gibraltar le 7 et tergiversa encore pour n’arriver à Alger que le 9 dans l’après-midi, alors que le débarquement avait commencé le 8 novembre.

30 L’amiral Esteva était Résident général en Tunisie.

31 L’opération a pris en effet les autorités françaises par surprise. On a bien su qu’un convoi s’était engagé en Méditerranée occidentale mais on a cru qu’il était destiné à approvisionner Malte ou à débarquer en Cyrénaïque que Rommel venait de quitter.

32 On peut rapprocher ce témoignage d’une déclaration de de Gaulle du 14 décembre 1942 : « Nous avons en Afrique du Nord d’innombrables adhérents. Naturellement, ils ne sont pas dans l’administration, ni dans la haute armée, ni dans la riche colonie. Ils sont dans la masse populaire, aussi bien française qu’indigène, dans les carrières libérales et dans les cadres subalternes de l’armée », citée par J.-B. Duroselle, L’abîme, op. cit., p. 571.

33 Le 19 août 1942 un raid canadien sur Dieppe échoue, entraînant de lourdes pertes en hommes et en matériel.

34 En effet, l’engagement allié est de 150 000 hommes. Mais ce que ne pouvait voir Goetze, c’est l’autre convoi parti vers la côte marocaine de 106 navires venus d’outre-Atlantique qui débarquent les premières troupes à Safi Fédala et Port-Lyautey. La blague à laquelle Goetze fait allusion est la supercherie qui a consisté à faire croire aux Allemands à un débarquement plus au Sud vers Dakar. Les Allemands assemblèrent alors leurs sous-marins au sud des Açores.

35 L’énoncé de la question n’est sans doute pas pertinent. L’enquêteur sait ou devrait savoir qu’il y a eu des combats en Algérie. Ce qui importe c’est de connaître la participation de l’acteur ou son opinion. Rappelons qu’Oran était avec le Maroc sous les ordres de Noguès. Oran avec la rade de Mers el Kebir était bien défendue. L’Amiral Rioult commandant de la Marine, réagit. Les Américains investirent Oran, par terre, qui se rendit le 10. À Oran, les Américains se sont heurtés à la résistance des marins français et s’ils parvinrent le 8 au soir à cerner la ville, l’Oranie leur resta encore inaccessible jusqu’au 10 et on comptera 347 morts et 357 blessés français. Cf. R. Paxton, « La coupure décisive pour Vichy (novembre 1942), l’État français vassalisé », J.-P. Azéma, F. Bédarida ss la dir. de, La France des années noires op. cit., t. II p. 16.

36 Au Maroc, à Casablanca, le second port de guerre français après Toulon. Nogués mal informé ne donna pas l’ordre de se rendre, la Marine résista selon les ordres de Vichy du 7 au 11 novembre et perdit 27 bâtiments dont le cuirassé Jean Bart très atteint et 14 sous-marins. On compte, 999 morts et 1 654 blessés côté français.

37 À Alger la conjuration du « Groupe des Cinq » fut efficace. Le plan conçu par le colonel Jousse, commandant la place d’Alger et appliqué par Aboulker fonctionna. 400 jeunes conjurés menés par huit officiers occupèrent, avec t’aide d’Achiary, à partir de minuit, les centres vitaux d’Alger dont le palais du gouverneur et Radio-Alger qui émit tous les quarts d’heure un appel à l’armée de Giraud. Ils arrêtèrent pendant quelques heures les généraux Juin, commandant en chef en Afrique du Nord, Mendigal, Koeltz et... l’amiral Darlan. Même si les autorités reprirent le dessus, les 12 000 hommes de la défense d’Alger furent largement paralysés : 2 300 alliés avaient déjà débarqué dans la matinée. Le général Juin, convaincu que la partie était jouée, signa le 9 avec l’accord de Darlan une suspension d’armes pour la ville d’Alger. À Alger même l’opération fut peu sanglante en raison du ralliement rapide des autorités, parce qu’Alger n’était pas un port de guerre et que le rôle de la marine y fut très réduit. « Ce fut une simple escarmouche. Vingt Français y trouvèrent la mort » explique J.-B. Duroselle, L’abîme, op. cit., p. 382. On ne dénombra en effet que 22 morts et 8 blessés français à Alger. Cf. Caroff, Les débarquements alliés en Afrique du Nord (novembre 1942), Service historique de la Marine, 1960, p. 33 et p. 69. Notons que les Américains qui avaient prévu 18 000 morts n’eurent, si on peut dire, que 449 morts en quatre jours. Chiffres donnés par R. Paxton, « La coupure décisive pour Vichy (novembre 1942), l’État français vassalisé », op. cit., p. 16.

38 L’amiral Darlan se rendait au chevet de son fils atteint d’une poliomyélite foudroyante et n’avait pas prévu le débarquement anglo-saxon. Mais il ne semblait déjà plus croire à la victoire allemande et avait fait des avances récemment en octobre 1942 auprès des Américains par l’intermédiaire de Murphy. Bien que préférant Giraud, les Américains s’aperçurent vite que Darlan était encore le commandant en chef légal des forces de Vichy et qu’il communiquait encore avec le Maréchal.

39 Ce retard allemand n’a guère eu de conséquences puisque Vichy laissa les Allemands entrer à Tunis et Bizerte sans résistance. La campagne de Tunisie commença alors pour les forces françaises qui reprirent le combat aux côtés des alliés. À partir du 12 janvier 1943, les FFL de Leclerc reprennent en main l’administration du Fezzan, participent aux combats durs de Takrouna et fusionnent avec l’armée d’Afrique, levée par le général Giraud et commandée par de Lattre de Tassigny, en juillet 1943.

40 Sorti en 1931 de l’Ecole polytechnique dans le corps des Mines, Pierre Guillaumat a d’abord occupé des fonctions au service de Mines en Indochine puis arrive en Tunisie en 1939 où l’exploration pétrolière a commencé depuis peu. Pendant la guerre, outre ses activités professionnelles, il exerce une intense activité au sein des services de renseignements pour préparer le débarquement allié. Il est un des rares parmi les SR à rejoindre ensuite le BCRA auprès de Pélabon. En 1944 il sera nommé directeur des carburants et c’est à ce titre que Goetze le retrouvera comme on le verra plus loin dans la IVe et Ve partie. Cf. ss la dir. de G.-H. Soutou et A. Beltran, Pierre Guillaumat, la passion des grands projets industriels, Editions Rive droite, Institut d’histoire industrielle, 1995, 228 p.

41 Cf. ci-dessus le rôle de Lemaigre-Dubreuil. R. Paxton rappelle que durant l’hiver 1941-1942 après son rappel en métropole, les Britanniques offrirent secrètement à Weygand de mettre 6 divisions à sa disposition s’il acceptait d’amener l’Afrique du Nord française à rejoindre la guerre. À quoi Weygand répondit avec irritation qu’il n’accepterait l’invasion que si les alliés venaient avec 20 divisions. Il redoutait avant tout que les combats s’éternisent en Afrique du Nord entraînant l’intervention de l’Axe et la perte d’influence française. Cf. R. Paxton, « La coupure décisive... », La France des années noires, op. cit., t. II, p. 11.

42 Du débarquement à son assassinat le 24 décembre 1942, les Américains ont soutenu Darlan « autorité locale ». J.-B. Duroselle rappelle qu’en dépit d’une opposition stupéfaite et scandalisée devant la nomination le 13 novembre de Darlan comme haut commissaire en Afrique du Nord et Giraud commandant en chef des forces françaises, une partie du Groupe des Cinq se rallia. Tarbé de Saint-Hardouin fut chargé par Darlan des Affaires étrangères, Rigault des Affaires politiques, tandis que Tron acceptait les Affaires financières (cf. ci-dessus). Le 22 novembre Darlan signa avec le général américain Clark des accords qui prévoyait un réarmement massif des Français mais mettait l’Afrique du Nord au service des Américains et la France en état de vassalité dans un objectif purement militaire.

43 Allusion aux exigences de Giraud à Gibraltar le 7 juin lors de sa rencontre avec Eisenhower qui lui firent perdre une journée. Pendant ce temps Darlan était à Alger depuis le 5.

44 Difficile de croire qu’il ait été réellement inquiété par Darlan puisque sa nomination s’est faite dès le 18 novembre 1942 alors que Darlan est haut commissaire en Afrique du Nord. Le Palais d’Été où s’installe Giraud était un des deux palais du gouvernement général de l’Algérie.

45 Goetze fait une confusion chronologique. C’est le 17 septembre 1943 qu’une ordonnance du CFLN crée l’Assemblée consultative provisoire, cf. ci-dessous chapitre 3. Elle comprend au départ 84 membres, 40 représentant la résistance métropolitaine, 12 la résistance extra-métropolitaine, 20 parlementaires ayant refusé les pleins pouvoirs et 12 représentant l’outre-mer. Les parlementaires dominent quantitativement les représentants de la résistance. Ceux-ci souhaitaient que soit renouvelé le personnel de la haute administration. La distinction que fait Goetze n’est pas claire. Les deux épurations dont parle Goetze concernent successivement d’abord les fidèles de Pétain respectueux des conditions de l’armistice ou partisans de la collaboration avec l’Allemagne ou bien opposants au débarquement allié en novembre-décembre 1942, écartés par les giraudistes, ensuite à l’automne 1943 les fidèles de Pétain, partisans de la Révolution nationale et les giraudistes écartés par les gaullistes (de la France Libre et de la Résistance). Goetze en 1943 pouvait être inquiété pour sa participation auprès de Lemaigre-Dubreuil, aux cercles de Weygand, puis de Giraud et pour sa nomination sous Darlan mais la nature de ses fonctions d’une part, son ralliement à de Gaulle d’autre part, son indépendance et sa prudence enfin ne laissaient guère de prise à la critique.

Notes de fin

1 Entretien n° 2.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable