Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Entretiens avec Roger Goetze, haut fonctionnaire des Finances

 | 
Roger Goetze
, 
Florence Descamps
, 
Agathe Georges-Picot

Première partie. Le choix de l'Inspection des Finances (1912-1940)

Chapitre IX. En zone libre (juillet-décembre 1940)

Texte intégral

Avant que vous ne me disiez par quel moyen vous alliez continuer la guerre après la défaite dont vous m’avez dit qu’elle ne comptait pas pour vous, que pensiez-vous de l’avènement de l’Etat français ?

  • 1 Il parle probablement du maintien à Vichy du Maréchal Pétain en novembre 1942 après le débarquement (...)

Que voulez-vous qu’on en pense ? Le Maréchal Pétain était quand même le vainqueur de Verdun, c’était tout de même quelque chose. Je n’ai pas compris qu’il reste à Vichy, je n’ai pas compris, j’aurais cru... J’étais de ceux qui auraient mis tout le monde sur le Massilia évidemment1.

Au début, quand les députés ont remis les pleins pouvoirs à Pétain ?

Vous savez, avec l’estime que j’avais pour les députés, cela ne m’a pas spécialement étonné.

Mais c’était la fin de la IIIe République quand même ?

  • 2 Jules Jeanneney, président du Sénat, et Édouard Herriot, président de la Chambre des Députés, argua (...)
  • 3 Goetze fait-il allusion à l’entrée de Jeanneney au gouvernement provisoire du Général de Gaulle le (...)
  • 4 L’entrevue de Pétain avec Hitler à Montoire le 24 octobre 1940 qui rendit publique la décision de P (...)

Oui. Mais cela s’est fait quand même avec M. Jeanneney et M. Herriot, c’étaient les présidents des deux assemblées2. Il fut un jour où les mêmes ont fait la même chose et ont remis leur pouvoir au Général de Gaulle3. Ils avaient bien perdu la bataille eux, et même la guerre. Bon eh bien, qu’ils remettent leur pouvoir au Maréchal Pétain ne m’a pas paru scandaleux sur le moment. En revanche, qu’ensuite le Maréchal Pétain s’installe à Vichy dans cette collaboration, ça alors ! À la réflexion, je pense que ma rupture avec le Maréchal, – vous voyez quelle suffisance ! – date de Montoire4.

C’est une date importante ?

Cela, je ne l’ai pas supporté. Parce que c’était la poignée de main du vaincu. C’était très difficile de juger sur place. Je vous ai dit ce que m’avait dit mon maréchal des logis..., parce que moi j’aurais bien été de ceux qui auraient « ripé » le long de la frontière des Alpes pour continuer en Algérie. C’est d’ailleurs cela qui m’a conduit en Algérie. Mais je comprends très bien que d’autres n’aient pas jugé cela possible.

Si on revient sur la IIIe République, le procès de Riom, par exemple, qui a jugé en quelque sorte les responsables, c’était une comédie ?

Oui, je me suis dit que c’était une tragi-comédie et que cela n’aurait pas de portée devant l’histoire.

Nous avons parlé de Pétain. Pour vous, c’était à l’époque, Verdun. Vous avez fait en quelque sorte un petit peu confiance au début puis la confiance s’est effritée, avec Montoire enfin elle a volé en éclats. Tout ce qu’il y avait autour du Maréchal Pétain, la Révolution Nationale, c’était quoi ? Un discours uniquement ?

« Maréchal, nous voilà », c’était une bonne chanson, mais qu’est-ce que cela voulait dire au fond ? On chantait, de Gaulle combattait.

Cette idéologie...

  • 5 Selon une note du Service de l’IGF du 10 décembre 1945 remise à Pleven pour un débat à l’Assemblée (...)
  • 6 Sa mémoire ne lui fait guère, défaut. En 1939 le traitement d’un adjoint est de 22 000 F par an (il (...)

Oui, mais cette idéologie, justement... N’oubliez pas une chose, c’est que j’ai quitté la France pour l’Algérie le 1er janvier 1941 ! C’est tôt. [...] Pour moi... que s’est-il passé ? Quand on a eu amené le drapeau, on a été démobilisé à Saint-Bonnet-en-Champsaur, c’est-à-dire près de Gap, on a remis le matériel, artillerie, etc. Puis j’ai été convié à reprendre mes fonctions comme tous les inspecteurs des Finances qui n’étaient pas prisonniers5. Comme j’étais en zone dite « libre », j’ai reçu la mission de remettre sur pied les services financiers des quatre départements qui constituent, avec la Lozère en plus et l’Aude en moins, le Languedoc-Roussillon d’aujourd’hui. Alors je suis passé à Paris très rapidement, j’ai repassé la ligne de démarcation, je ne sais même pas comment.
Bref ! J’ai gagné Montpellier qui était mon lieu d’affectation et c’est à partir de ce moment-là que disons... les choses ont commencé à se gâter ! Parce que Montpellier c’était peut-être la zone libre, mais il y avait une « commission d’armistice » et cette commission d’armistice prenait ses quartiers et ses repas à l’hôtel Métropole, un grand hôtel de la ville où j’étais moi-même logé. Or cela produisait sur ma femme un effet disons enfin... digestif, c’est-à-dire qu’elle ne gardait rien ! Quand elle voyait les « vert-de-gris » entrer dans la salle, elle en partait, mais elle laissait ce qu’elle avait mangé, de côté. Nous avons quitté tout de suite l’hôtel Métropole, on a trouvé un tout petit appartement de deux pièces derrière le Perrou, derrière les jardins du Perrou avec des pierres dont j’ai appris ultérieurement qu’elles s’appelaient des pierres gélives, parce qu’elles avaient la particularité de retenir l’eau et de geler. Il n’y avait pas de quoi se chauffer, je gagnais 2 214 F par mois comme adjoint à l’IGF6. et c’est tout ce que je pouvais toucher parce que j’avais mon compte à la Banque de France à Paris qui a été bloqué, alors cela a été quelques mois difficiles ! Cette fin d’année était difficile à tous les points de vue...

Moralement ?

Oui, moralement, physiquement, cela a été très mauvais. Enfin, j’ai fait mon métier comme j’ai pu.

Quelle était votre mission ?

C’était de voir tous les services du Ministère des Finances, de voir que chacun reprenait sa place, que les choses fonctionnaient, prendre des décisions s’ils n’étaient pas capables de les prendre et faire marcher les services de ces quatre départements.

Donc, à l’époque, vous avez pris votre poste en vous disant : « Je reste », enfin, « Je fais mon métier » ?

  • 7 En novembre 1940 il est nommé 4e classe, en janvier 1941 3e classe et en mars 1942 2e classe. Avec (...)
  • 8 Robert Boulloche – à ne pas confondre avec François Bouloche (IF 1919) – reçu en 1938, participa au (...)

Oui, mais en me disant : « Je voudrais bien partir ! ». C’est alors que s’est produite une chose exceptionnelle, c’est que l’on a rouvert la mission de l’IGF en Afrique du Nord qui avait comme territoires de mission l’Algérie, la Tunisie et le Maroc. J’ai posé ma candidature mais j’étais adjoint à l’IGF d’une des dernières promotions, mais enfin, je n’étais qu’adjoint à l’Inspection, oui j’étais encore adjoint, je suis resté quatre ans comme adjoint. C’est beaucoup ! Mais je dois dire que je suis arrivé en 3e classe, trois mois après avoir quitté le sort peu enviable d’adjoint, financièrement parlant7 ! J’ai posé ma candidature, à tout hasard..., d’autres l’avaient fait aussi, mais il s’est trouvé qu’un garçon – hélas j’en garde presque une sorte de responsabilité mais je n’y peux rien – Boulloche, qui avait posé sa candidature, l’a finalement retirée et il est mort peu de temps après8. J’ai donc été désigné pour aller dans la mission d’Algérie.

Ce qui était relativement surprenant au sens où ce sont souvent les anciens, les plus chevronnés qui y vont ?

Non, ce n’est pas cela, c’est que, quand on vous dit : « Eh bien voilà, il y a des postes de mission à tel endroit », on les choisit dans l’ordre d’ancienneté ou de valeur. Alors pour la valeur par rapport à ma promotion, j’étais bien placé, mais par rapport aux anciens, non.

C’était une mission de combien de personnes ?

  • 9 Sur la carrière de Jean Robert cf. note plus haut et sur celle de Robert Julienne cf. IIe partie. J (...)

Nous étions... Il y avait Tocqueville, le général, Essig – le père des deux Essig que vous connaissez, celui de la SNCF et celui qui est directeur général de la Chambre de Commerce de Paris. Philippe Essig a été ministre un jour ! et président de la SNCF quelques jours et François, lui, a été à la DATAR. Bref, il y avait donc Tocqueville, Essig, et trois jeunes. De la promotion d’avant moi, il y avait Julienne et de ma promotion il y a eu Robert également9.

Alors vous aviez posé votre candidature chacun séparément ? Vous ne vous étiez jamais concertés ?

On ne le pouvait pas, Robert devait être en zone occupée, ou je ne sais où...

Mais toutes les personnes qui avaient demandé cette mission avaient-elles grosso modo la même position que vous ? C’est-à-dire voulaient-elles quitter la France ? Pas particulièrement ?

Pas du tout pour certains, Tocqueville et Essig, en particulier.

Est-ce que vous aviez parlé de vos positions, est-ce que vous aviez eu des échanges entre jeunes inspecteurs par exemple ?

Je n’en ai pas eu personnellement. En tous les cas, j’étais vraiment très innocent, si je puis dire, mais très ferme dans la légitimité de ma position car j’ai eu la petite aventure suivante. Il se trouve que le commandant en chef en Algérie, à ce moment-là, était le Général Beynet. Le Général Beynet avait été le commandant du 14e corps pendant la guerre, c’est-à-dire le secteur du Dauphiné, et avant, comme colonel, il était le commandant de la place de Briançon. Je suis allé le voir et je lui ai dit avec, vraiment, une franchise désarmante : « Mon Général, je voudrais gagner l’Angleterre avec mon épouse et je pense passer par le Sahara et le Nigeria. » « Ah, Ah, m’a-t-il dit, jeune homme, d’abord peut-être un conseil... n’en parlez pas trop ! Deuxièmement, vous ne devez pas être très fort en géographie. – Cela m’a beaucoup vexé mais c’était vrai ! -Vous ne savez donc pas ce que c’est que le Sahara, d’abord, il n’y a rien, vous savez, pas de route, rien...Vous ne pouvez partir qu’à deux voitures et vous êtes toujours signalé de poste en poste de façon à être suivi et le cas échéant être secouru. Alors croyez-moi, renoncez à ce voyage, surtout avec la destination que vous lui donnez. » Et voilà... ! Alors, je me suis dit : c’est bien embêtant !

Mais quand vous lui avez parlé de cela, vous étiez vous-même déjà en Algérie ?

Oui, je suis allé le voir au quartier général.

Quand vous étiez encore en France, est-ce que vous aviez parlé donc de votre décision à d’autres personnes, par exemple, des amis de l’Inspection comme quoi vous ne vouliez pas rester en France et que la guerre devait continuer. Est-ce qu’il y avait des gens qui avaient la même position que vous, autour de vous ?

Oui, il y en avait bien sûr, mais il y avait surtout des gens contre... Je suis allé voir le général Beynet parce qu’il avait été colonel, commandant la place de Briançon, s’il avait été tout autre, je ne serais pas allé lui dire cela, c’est évident. Je pensais qu’il avait dû considérer comme moi que la reddition de Briançon était une honte ! Mais non ! pas du tout. Quand on a cet âge-là, on se fait encore des illusions.

Nous en étions à votre décision de partir...

  • 10 Il y avait alors au cabinet de Bouthillier, Ministre des Finances, Filippi (1930), son chef de cabi (...)

J’ai donc eu la chance de cette mission. Je suis passé d’ailleurs par Vichy pour regagner Paris. C’était un jour illustre, c’était le 13 décembre 1940, je ne sais pas si vous connaissez cette histoire-là, telle qu’elle devrait être connue mais c’est le jour où Pétain avait remercié Laval. À Moulins, il y avait beaucoup de troupes, je m’étais dit : « Mais, mon Dieu, qu’ils sont nombreux » ! On m’avait fermement dit que je pouvais rester à Vichy, mais, je ne voulais pas.
C’était quelqu’un qui avait plus de trois ans d’écart avec moi, et qui m’avait dit : « Restez donc ici, le cabinet a besoin de quelqu’un, restez donc ». J’ai répondu : « Je vais voir ma mère à Paris, je vous dirai cela en revenant ». Je me suis bien gardé de m’arrêter à Vichy, je suis reparti le plus directement possible à Alger, et puis voilà10 !

Alors quand vous êtes passé par Vichy, vous avez vu des gens de l’Inspection, des gens du Ministère des Finances ?

Très peu, j’allais à Paris pour prendre mes notes de mission, mes notes de service, prendre des vêtements, prendre de l’argent, puisque je n’avais rien avec moi.

Pourquoi vous étiez-vous arrêtés à Vichy ?

  • 11 Le passage de la ligne de démarcation entre le Sud-Ouest et Paris où résidait sa mère exigeait un a (...)

Parce qu’il n’y avait pas moyen autrement [...] Il nous fallait bien des papiers pour un aller-retour à Paris que Vichy m’a donnés11.

À ce moment-là à Vichy, vous n’avez parlé à personne de vos projets ?

Ah non, certainement pas, surtout quand on m’a dit que l’on souhaitait me voir au Cabinet.

Au Cabinet de qui ?

Eh bien du Ministre des Finances, Bouthillier.

Vous connaissiez des inspecteurs des Finances qui étaient au cabinet de Bouthillier ?

Oui, mon ami Yrissou, en particulier.

Est-ce qu’à l’époque vous le connaissiez déjà ?

Non.

Donc vous n’en connaissiez pas personnellement ?

  • 12 À la question combien, nous renvoyons à nos travaux en cours et aux notes de la IIIe partie. En eff (...)

Pas tellement, je n’en connaissais pas tellement. J’avais tout de même trois années d’adjoint à l’Inspection, alors avec le cocktail annuel, on voit quand même du monde. J’en connaissais un certain nombre, connaître leur position personnelle je n’en sais rien. J’ai été très étonné que Douffiagues ait été épuré, que Renand ait été épuré, combien d’autres l’ont été12 ? On ne pensait pas qu’ils auraient pris une position active dans ce sens-là. Moi, je voyais plus volontiers les gens désireux de partir pour Londres.

Donc à l’époque vous n’aviez pas discuté avec d’autres jeunes inspecteurs des Finances au sujet de ce qu’il fallait faire : partir, rester, servir ?

Non, non, puisque j’avais été envoyé tout de suite à Montpellier, j’étais seul à Montpellier, je n’avais personne avec moi, j’étais tout seul. Il y en avait tellement qui étaient, ou bien prisonniers, ou bien on ne sait où. Ceux qui avaient pu être recensés, on les affectait, suivant l’endroit où ils étaient, moi comme je venais de Briançon, on m’a dit : « Eh bien, gagnez Montpellier », ce qui était plus simple.

Qui vous avait demandé d’entrer au cabinet de Bouthillier ?

C’est Yrissou. Il m’a laissé entendre que Bouthillier voudrait bien me voir et que je serais très bien dans son cabinet. Alors, je me suis abstenu de repasser par Vichy. Enfin, si, j’y suis repassé, mais je ne suis pas allé revoir Yrissou.

Quand Yrissou vous l’a demandé, c’était de vive voix ? Vous avez discuté de ce fait à Vichy ?

Nous n’avons pas beaucoup discuté, on a parlé surtout du fait que j’allais à Alger, de ce qui se passait à Alger... J’allais à Paris pour prendre des affaires et voir ma mère, un point c’est tout... Yrissou m’a dit, nous n’étions pas encore amis, nous le sommes maintenant profondément, il m’a dit simplement : « On a besoin de quelqu’un au cabinet et Bouthillier aimerait vous voir ».

Il y avait beaucoup de jeunes inspecteurs des Finances dans le cabinet de Bouthillier ?

Je n’ai jamais su exactement qui il y avait, je ne le considérais que comme une autorité de fait, je ne m’en suis pas préoccupé autrement. En Algérie, on était assez indépendant de Vichy qui était loin.

Si on voit les choses d’une manière globale, à la fin de la guerre, et si on voit comment cela s’est passé à Vichy, est-ce que l’on peut parler d’une sorte de montée en puissance ou en tout cas d’un développement de la technocratie à l’époque de Vichy avec ces contrôles, cette mobilisation de l’économie qui, en fait, a requis un certain nombre d’énergies ? Est-ce que là, il n’y a pas une continuité d’une certaine manière, entre les besoins de Vichy et la Libération, dans cette montée de l’Etat qui acquiert de nouvelles fonctions ?

  • 13 Sur la nécessité du dirigisme économique imposée par la pénurie sous l’Occupation et son maintien e (...)

Écoutez, je dirais plutôt que c’est simplement le fait de l’état de guerre. Dans un état de guerre, l’État prend de plus en plus d’attributions, confisque des pouvoirs qu’il n’avait pas, créé des choses nouvelles qui exigent son intervention. De même que l’aviation ne connaît vraiment de progrès que pendant les guerres, l’État forcément se développe... Il existe des secteurs qui ne peuvent pas, à ce moment-là, se passer de l’État, la pénurie par exemple. Il faut répartir la pénurie. Il n’y a pas assez d’alimentation, il faut faire des cartes de rationnement. Or, pour faire des cartes de rationnement, il faut des fonctionnaires13.

Pour vous, cette idée d’une naissance, en quelque sorte, de la technocratie, c’est une idée ou plutôt un concept abstrait qui ne recouvre pas, en fait, une réalité ?

Je n’y vois pas un concept, j’y vois la nécessité de l’adaptation de toute théorie, quelle qu’elle soit, à la nécessité du moment. Quand vous n’avez qu’un kilo de sucre à répartir entre dix personnes, il faut bien qu’il y ait quelqu’un qui sache qui peut y avoir droit, sinon ce serait la jungle.

Vous m’avez dit que pour vous justement, servir l’État, c’était à la fois servir l’Etat et la Nation, de façon à ce qu’il n’y ait pas de séparation entre l’un et l’autre, or en l’occurrence, avec Vichy, il y a un problème ?

Bien sûr.

Donc vous avez choisi de servir la Nation plutôt que de servir l’État ?

Cela sans aucun doute, je vous ai d’ailleurs dit que mon rôle était de servir l’État dans la mesure où ce n’était pas contraire aux intérêts de la Nation. Je n’estimais pas que c’était contraire aux intérêts de la Nation.

Pour vous, à l’époque, il a été clair que servir la Nation c’était continuer la guerre là où il était possible de la continuer ?

Exactement, c’était de faire ce qui était un acte de courage.

C’était là qu’était la légitimité finalement ?

Pour moi, oui.

Et non pas du côté de Vichy ?

  • 14 Dans les premiers temps son désir de poursuivre la guerre n’entraîne pas la condamnation du régime (...)
  • 15 Le témoignage de Goetze est ici précieux pour appréhender l’évolution des esprits devant Vichy, les (...)

Pour moi certes pas. Enfin, pour Vichy, je ne m’en suis pas préoccupé dans les premiers temps. C’est lorsque j’ai connu tout ce qui s’était passé que j’ai pu à ce moment-là, si vous voulez, faire un choix éclairé14. Je dois dire que lorsqu’il y a eu les événements de Mers el-Kebir, cela ne m’a pas sur le moment rendu très favorable aux Anglais et aux gaullistes15.

En effet, j’allais vous poser la question !

  • 16 J.-B. Duroselle rappelle qu’à la suite du débarquement américain en Afrique du Nord l’amiral de Lab (...)

Ah bien non, forcément, que voulez-vous ! D’ailleurs sur ce point-là, je n’ai peut-être même pas changé de sentiments. Mais quand on voit ce que l’amiral de Laborde a su faire de sa flotte à Toulon16...

Elle s’est sabordée...

  • 17 Le 3 juillet 1940 à 7 heures, sur l’ordre de Churchill, l’amiral anglais Somerville se présenta ave (...)

Oui, bon. Pour moi, les flottes auraient dû gagner l’Empire, elles auraient dû gagner Dakar, elles auraient dû gagner l’Amérique17.

En ce qui concerne le sort de la guerre, vous croyez non seulement à une résistance mais vous pensez qu’il n’était pas évident que les Allemands allaient la gagner ?

Je pensais qu’ils avaient quand même de « fichtres » chances de gagner étant donné l’état où nous étions ! J’avais bien pensé qu’il y avait l’Amérique, bien sûr, mais...

À l’époque elle n’était pas encore entrée en guerre ?

Non. Mais elle n’était entrée en guerre qu’en 1917, la fois d’avant. Non, tout cela était imprévisible, espérer que l’Angleterre tiendrait, alors que... Évidemment le départ de Dunkerque n’avait pas été présenté d’une manière très honorable pour les Anglais vis-à-vis des Français et cependant...

Mais vous, vous y avez cru finalement ? Vous vouliez gagner l’Empire pour gagner Londres ?

Oui.

Donc vous aviez confiance dans les Anglais ?

  • 18 La Hollande, envahie le 10 mai 1940, capitula le 15 après l’intense bombardement allemand du 14. Le (...)

J’étais bien obligé d’avoir confiance dans les Anglais, il n’y avait qu’eux qui se battaient. La Belgique avait capitulé, la Hollande s’était réfugiée en Angleterre18, l’Italie avait déclaré la guerre à la France, avec l’ordre du jour du Général Eprazianis sur le front italien : « Si vous ne rencontrez aucune résistance, poussez résolument sur tous les objectifs disponibles », c’est beau cela, c’est beau comme ordre du jour !

Vous m’avez dit que vous n’aviez pas entendu personnellement l’appel du Général de Gaulle, est-ce que vous avez fait le lien entre votre propre résolution et la sienne, à partir de quand avez-vous commencé à nouer la boucle si je puis dire ?

  • 19 Soulignons la sincérité de ce témoignage qui se refuse à clarifier sa position, à posteriori et rap (...)
  • 20 Sur les contradictions de l’opinion vis-à-vis de la politique de collaboration de Pétain avant nove (...)

Je dirais relativement vite, à partir du moment où il y a eu justement un général qui faisait ce que le Maréchal aurait à mon avis dû faire, mais n’avait pas pu faire et avait peut-être eu raison de ne pas faire car tout de même, le fait d’avoir la zone libre, c’était quand même quelque chose, enfin. Oui, on pouvait se poser des questions19. Tout n’était pas tout blanc ou tout noir quand on n’était pas engagé dans un camp ou compromis dans un autre20.

Vous-même, vous vous êtes engagé résolument dans un camp ?

  • 21 Son engagement personnel, intime, pour la reprise des combats contre l’Allemagne resta sans conséqu (...)

Oui, personnellement. C’est peut-être grâce au sentiment très vif que ma femme exprimait, parce qu’elle a été gaulliste dès la première heure et elle, elle n’hésitait pas à en parler. Moi, j’étais plus prudent21.

On ne savait jamais.

Non, ce n’est pas cela. Mais j’ai eu une position intermédiaire, cette position intermédiaire qui était l’Afrique justement. C’était bien de là qu’il fallait reprendre la guerre, c’était bien cela ! Bon alors, je suis passé en Afrique.

Votre femme aurait préféré que vous alliez à Londres directement ?

Non pas, mais elle ne pouvait pas savoir ce que pouvait représenter Alger en sortant de Montpellier le 2 janvier 1941. Elle s’est retrouvée dans un monde tout à fait différent qu’on ne soupçonnait plus. Il y avait bien une commission italienne, mais on la méprisait. Il n’y avait pas d’Allemands, mais seulement des Italiens.

Alors, précisément, comment avez-vous fait le voyage ? Tous ensemble ?

Non, Tocqueville était déjà là et Essig aussi qui est venu nous attendre – il me l’a répété assez souvent – sur l’aéroport. Ce n’était pas l’aéroport, c’était un hydravion, c’était le port de l’Agha, pas encore l’aéroport de Maison-Blanche. On a pris un hydravion à Marseille, c’était la première fois que je prenais un avion de ma vie !

Là, vous aviez une mission de l’Inspection des Finances ?

J’étais là, oui, inspecteur des Finances en mission.

Quand vous êtes passé par Paris, vous avez vu le chef du Service de l’Inspection ?

  • 22 Jean-Marie Drouineau (1901) après une carrière entièrement consacrée à « inspecter les Finances » a (...)

J’ai dû voir le chef du Service de l’Inspection qui était Drouineau probablement, à ce moment-là et que j’avais eu comme général dans la tournée du Nord22. Il n’était pas très aimable comme homme, mais enfin, il était de grande valeur. Vous savez, cela s’est passé très vite, j’ai passé quatre heures à Vichy à l’aller et j’en ai passé autant au retour et à Paris, j’ai passé une journée pas plus. Je suis allé voir ma mère bien entendu, elle m’a assuré qu’elle avait ce qu’il fallait, enfin que cela pouvait aller, ma grand-mère aussi, et je suis reparti très vite. Je n’avais aucune envie de rester là parce que mon nom alsacien était un certain danger. Les Allemands, vous savez...

Oui, les Allemands avaient des projets particuliers sur les Alsaciens pour les enrôler notamment ?

  • 23 Compte tenu de l’implantation parisienne de la famille de Goetze il n’est pas sûr qu’il eût été inq (...)

Exactement, je ne tenais pas de près ou de loin à être inquiété de ce côté-là23. Non, de sorte que j’ai fait vraiment un voyage éclair. En plus, avec cette histoire du 13 décembre, j’ai su à Paris que les relations étaient coupées entre Paris et Vichy. Je ne sais pas comment je suis revenu, j’avais un ausweis valable, je crois, uniquement pour ce jour-là ou quelque chose comme cela. Enfin, je suis revenu ! Et à Vichy, j’ai pris mon avion le plus tôt possible et je suis venu à Alger.

Notes

1 Il parle probablement du maintien à Vichy du Maréchal Pétain en novembre 1942 après le débarquement allié en Afrique du Nord et l’occupation de la zone libre. Quant au Massilia c’est le nom du paquebot réquisitionné par Darlan pour embarquer députés et sénateurs à destination de l’Afrique du Nord conformément au projet du 17 juin 1940 entériné au Conseil des ministres le 19 juin devant l’avance allemande sur Bordeaux. Mais le 21 juin, Weygand fit annuler par Pétain l’ordre de départ ayant obtenu des Allemands l’engagement que Bordeaux serait ville ouverte et neutre. Ignorant le contrordre, 27 députés (et 1 sénateur) sur 506 passagers embarqués la veille levèrent l’ancre pour Casablanca où ils arrivèrent le 24 juin.

2 Jules Jeanneney, président du Sénat, et Édouard Herriot, président de la Chambre des Députés, arguant de leur fonction ne prirent pas part au vote des pleins pouvoirs constituants mais aussi exécutifs et législatifs accordés, par les deux chambres réunies en Assemblée Nationale dans le théâtre du Grand Casino à Vichy le 10 juillet 1940, au Maréchal. 506 parlementaires votèrent pour, 80 contre, 20 s’abstinrent.

3 Goetze fait-il allusion à l’entrée de Jeanneney au gouvernement provisoire du Général de Gaulle le 4 septembre 1944 où il figure comme Ministre d’État lui apportant comme le dit René Rémond « le sceau de la légalité républicaine », Herriot s’étant rallié en avril 1943 à de Gaulle ? Ou bien évoque-t-il le vote du 3 juin 1958 à l’Assemblée nationale par 350 voix (dont celle d’Herriot) contre 161 qui donnait mandat au gouvernement du Général de préparer un projet de constitution soumis ultérieurement à référendum ? Dans cette dernière hypothèse la comparaison avec le vote du 10 juillet 1940 a bien été perçue à l’époque, notamment souligne René Rémond par de Gaulle lui-même qui « s’emploie à prévenir tout rapprochement ». Cf. René Rémond, Notre siècle, op. cit., p. 475.

4 L’entrevue de Pétain avec Hitler à Montoire le 24 octobre 1940 qui rendit publique la décision de Pétain de négocier directement avec l’Allemagne est fréquemment citée par les hauts fonctionnaires des Finances interviewés par nous ou le CHEFF. De ce jour date, selon eux, leur désillusion ou leur rupture dans leur soutien au Maréchal sans pour autant entraîner de conséquences dans leur choix notamment professionnel d’autant que le renvoi de Laval le 13 décembre obscurcit leur analyse et laisse place parfois au doute sur un possible double jeu.

5 Selon une note du Service de l’IGF du 10 décembre 1945 remise à Pleven pour un débat à l’Assemblée et concernant les 180 inspecteurs dans les cadres ou détachés en 1939, 108 étaient d’âge mobilisable en 1939, 82 ont servi dans des unités combattantes tout ou partie de la guerre, 13 ont été fait prisonniers plus de dix mois. Cf. Archives de l’IGF.

6 Sa mémoire ne lui fait guère, défaut. En 1939 le traitement d’un adjoint est de 22 000 F par an (il sera de 28 000 en 1943). À cela s’ajoutaient les remboursements pour frais de tournée de 15 840 francs pour 180 jours. A titre de comparaison on peut donner le salaire mensuel d’une dactylo parisienne qui était de 1 500 F par mois. Le rationnement mis en place dès septembre 1940 était total à l’automne 1941. Si on veut avoir une bonne synthèse des difficultés de « monsieur tout le monde » dans une grande agglomération sous l’occupation on lira J. P. Azéma, De Munich à la Libération, 1938-1944, Paris, Seuil, coll. Histoire, NHFC, 1979, 412 p., notamment le chapitre « Au ras des rutabagas », p. 160-167. Il donne l’exemple d’un œuf à 11 F et d’un balai à 50 F (mais 300 F au marché noir) et rappelle que les prix variaient en fonction des régions et que la zone libre était la plus défavorisée. Mais depuis, l’IHTP a publié dans ses Cahiers une étude par département qui montre à quel point l’Hérault qui fait partie des « départements affamés » a particulièrement souffert très tôt et longtemps pour son ravitaillement en raison notamment de la monoculture de la vigne qui assurait 80 % des revenus agricoles en plaine. Cf. Hélène Chaubin, « L’Hérault, le temps des restrictions », ss la dir. de D. Veillon et J.-M. Flonneau, Cahiers de l’IHTP, n° 32-33, mai 1996, p. 171-194.

7 En novembre 1940 il est nommé 4e classe, en janvier 1941 3e classe et en mars 1942 2e classe. Avec l’avancement les traitements devenaient en effet plus substantiels : 30 000 F pour un 4e classe, 39 000 F pour un 2e classe. Les indemnités afférentes à la tournée d’Algérie étaient de 21 060 F par tournée de six mois. Cf. IGF, Statut et Attributions, 1939, Bibl. de 1TGF.

8 Robert Boulloche – à ne pas confondre avec François Bouloche (IF 1919) – reçu en 1938, participa au cabinet de Leroy-Ladurie, Ministre de l’Agriculture en mai 1942, puis fut mis à la disposition de l’intendant pour les affaires économiques de la région de Toulouse en décembre 1942. Il fut arrêté le 6 août 1944 avec ses parents par la Gestapo en raison de ses activités de résistance à Vichy et à Toulouse. Aucun des trois ne revint de la déportation. Boulloche mourut à Dora en janvier 1945.

9 Sur la carrière de Jean Robert cf. note plus haut et sur celle de Robert Julienne cf. IIe partie. Jean Clérel de Tocqueville, descendant de Tocqueville, reçu en 1921, avait fait toute sa carrière dans les cadres de l’Inspection. Il restera chef de la mission d’Afrique du Nord de mars 1941 à la fin de 1950. Jean Essig, polytechnicien, reçu au concours de 1924, n’avait occupé que des fonctions de contrôleur puis de conseiller financier au tourisme. Envoyé provisoirement à Alger en décembre 1940 en attendant l’arrivée de Tocqueville, il y reste, rallie Giraud en novembre 1942 qui le nomme chef de la délégation financière de liaison auprès des armées à Alger, fonction qu’il conserve à Paris jusqu’en 1946. Réintégré dans les cadres de l’Inspection il sera nommé directeur adjoint en 1948 puis directeur de 1958 à 1960 de l’Institut des hautes études de la Défense nationale.

10 Il y avait alors au cabinet de Bouthillier, Ministre des Finances, Filippi (1930), son chef de cabinet, Libersart, (1936) chef adjoint, Yrissou (rédacteur entré directement au second concours en 1937, assimilé à la promotion 1934) chargé de mission.

11 Le passage de la ligne de démarcation entre le Sud-Ouest et Paris où résidait sa mère exigeait un ausweis que seul le cabinet du Ministre pouvait lui donner. Pour se rendre à Alger il n’y avait pas bien sûr de communication directe entre Paris et Alger, il lui fallait donc prendre le train de Paris à Vichy puis jusqu’à Marseille et l’avion de Marseille à Alger.

12 À la question combien, nous renvoyons à nos travaux en cours et aux notes de la IIIe partie. En effet les chiffres cités souvent par les auteurs ne rendent pas un compte exact des sanctions prises à la Libération contre les inspecteurs en activité : d’une part ils confondent inspecteurs et anciens inspecteurs, d’autre part ils se fondent sur les procès ou les révocations et non sur les mesures administratives, enfin ils négligent « les épurations retardées » c’est-à-dire les changements de parcours imposés. S’appuyant sur des documents émanant du Ministère des Finances mais trouvés dans les archives de la Présidence du Conseil, Michel Margairaz dénombre 9 épurés à l’Inspection mais on constate que 3 noms cités concernent des inspecteurs des finances démissionnaires et par ailleurs il ne tient pas compte des sanctions administratives : suspension, révocation et encore moins mutations non désirées. Cf. M. Margairaz, L’État, les finances et l’économie, op. cit., t. II, p. 773. Un travail minutieux est à faire en attendant que s’ouvrent un jour les archives du Jury d’honneur. Il faudrait savoir ce qu’entend Goetze par épuré car l’épuration a pris à la Libération des formes diverses à l’Inspection comme dans les autres administrations : depuis la suspension provisoire des activités ce qui fut le cas de Douffiagues jusqu’à la révocation sans pension (annulée ou non plus tard) par exemple de Renand. Aucune mesure administrative ne pouvait être prise contre les démissionnaires même pour ceux dont les fonctions politiques les avaient conduits devant les tribunaux sauf à les « rayer de tous contrôles, annuaires et listes de membres ou anciens membres ». Ces mesures furent elles aussi annulées ultérieurement, cf. IIIe partie. Enfin des affectations dans des voies de garage ou des placards fussent-ils dorés ne se comprennent que par rapport aux aléas des parcours sous l’Occupation. Sur Douffiagues, cf. ci-dessus. Maurice Renand (docteur en droit et ancien élève d’HEC) reçu en 1938 est nommé dès mai 1942 chargé de mission au Secrétariat général du Gouvernement (sous l’autorité de Guérard ancien IF 1920), puis il retrouve Douffiagues comme chef adjoint de cabinet de Cathala. En avril 1943 il dirige le contrôle administratif des services du chef du Gouvernement puis en septembre 1943 le Secrétariat général du Gouvernement. En décembre 1944 il est révoqué de ses fonctions sans pension. Il part sous les drapeaux de février à septembre 1945, sa révocation est annulée en Conseil d’État le 11 février 1949 et il est réintégré pour démissionner aussitôt et diriger l’affaire de famille, la Samaritaine.

13 Sur la nécessité du dirigisme économique imposée par la pénurie sous l’Occupation et son maintien exigé par la reconstruction dans les premières années de la Libération tous les témoignages concordent. La meilleure étude reste la thèse de Michel Margairaz, L’État, les finances et l’économie, op. cit. Sur l’Administration en général et l’administration des Finances en particulier sous Vichy, signalons la prochaine publication de la thèse d’histoire neuve et rigoureuse de M.-O. Baruch, Servir l’État sous Vichy, L’administration française 1940-1944, soutenue ss la dir. de S. Berstein à l’IEP, en 1996, 4 vol. dactylographiés, à paraître chez Fayard.

14 Dans les premiers temps son désir de poursuivre la guerre n’entraîne pas la condamnation du régime de Vichy. Puisque ce sont les informations reçues sur le régime qui fonderont son jugement on peut se demander quand et quelles informations l’ont fait changer d’opinion.

15 Le témoignage de Goetze est ici précieux pour appréhender l’évolution des esprits devant Vichy, les Anglais et de Gaulle. Poursuivre le combat oui mais avec qui ? où ? quand ? Goetze témoigne lui-même que sur ce point en 1940-1941 il flotte, hésite, éprouve successivement des sentiments contradictoires. À propos de la France libre à Londres, il incarne à lui-seul en quelque sorte les interprétations contradictoires des historiens entre d’une part Robert Paxton qui souligne l’hostilité répandue jusqu’en 1942 vis-à-vis de l’Angleterre, R. Paxton, « La collaboration d’État », La France des années noires, t. 1, De la Défaite à Vichy, ss la dir. de J.-P. Azéma et F. Bédarida, Paris, Seuil, 1993, 536 p., et d’autre part J.-M. Flonneau qui rend compte de l’anglophilie profonde et permanente des Français à partir des dernières recherches sur l’opinion au colloque de juin 1990 « Le régime de Vichy et les Français », Vichy et les Français ss la dir. de J.-P. Azéma, F. Bédarida, Paris, Fayard, 1992, 788 p., p. 506-522.

16 J.-B. Duroselle rappelle qu’à la suite du débarquement américain en Afrique du Nord l’amiral de Laborde commandant la flotte de Toulon n’avait pas cherché à préparer le départ au moins de quelques unités de la flotte, pas plus que l’amiral Auphan secrétaire d’État à la Marine jusqu’au 16 novembre, ni l’amiral Abrial son successeur. Hitler, après l’occupation de la zone libre dès le 11 novembre 1942, ayant donné l’ordre le 26 novembre d’occuper Toulon et sa flotte, celle-ci se saborda le 27 novembre conformément aux anciennes instructions de Darlan. Entre la résistance de la flotte lors du débarquement anglo-américain en Afrique du Nord, les quelques navires pris par l’Axe à Bizerte en novembre également et le sabordage, Duroselle estime que « la politique du gouvernement de Vichy a coûté à la France près de la moitié de sa marine de guerre ». Cf. J.-B. Duroselle, L’Abîme 1939-1945, op. cit., p. 390.

17 Le 3 juillet 1940 à 7 heures, sur l’ordre de Churchill, l’amiral anglais Somerville se présenta avec une puissante force navale venue de Gibraltar et apporta à l’amiral Gensoul, commandant « la flotte atlantique » qu’il avait commencé à désarmer conformément à l’armistice et concentrée à Mers el-Kébir, un ultimatum. Celui-ci offrait cinq possibilités : « continuer la guerre avec les Anglais, rallier les ports anglais, appareiller pour les États-Unis, rejoindre les ports des Antilles, ou se saborder » sans quoi le combat serait engagé à partir de 17 h 30. Pour Gensoul et Vichy, « violer l’armistice ou ne pas le violer tel était le dilemme ». L’amiral rejeta l’ultimatum, sur ordre de Vichy (mais Vichy ne connut la réalité des cinq options que le 4 juillet !) 1 297 marins français furent tués. Un cuirassé sur quatre réussit à appareiller pour Toulon. Le témoignage de Goetze confirme l’analyse de Duroselle qui évoque les ravages psychologiques auprès de ceux, notamment les militaires en attente de rapatriement, qui eussent pu se laisser séduire par l’appel gaulliste. Cf. J.-B. Duroselle, L’abîme, op. cit., p. 230.

18 La Hollande, envahie le 10 mai 1940, capitula le 15 après l’intense bombardement allemand du 14. Le 28 mai le roi des Belges fit déposer les armes à ses troupes. Tandis que le souverain des Pays-Bas s’était réfugié à Londres installant un gouvernement en exil comme celui de la Norvège, Léopold, le roi des Belges, choisit de rester en Belgique tout en autorisant le départ de son cabinet pour Londres.

19 Soulignons la sincérité de ce témoignage qui se refuse à clarifier sa position, à posteriori et rappelle bien ses hésitations du moment et ultérieures.

20 Sur les contradictions de l’opinion vis-à-vis de la politique de collaboration de Pétain avant novembre 1942 et cette « zone grise », cf. Philippe Burin, La France à l’heure allemande, 1940-1944, Paris, Seuil, 1995, 560 p., notamment p. 188-189 ; et F. Bloch-Lainé, Cl. Gruson, Hauts fonctionnaires sous l’Occupation, op. cit., p. 119-120. Bloch-Lainé aussi réagit contre le simplisme en noir et blanc mais son jugement est plus net : « La France a été coupable ». Pourtant il doute de la possibilité d’établir nettement l’échelle des culpabilités.

21 Son engagement personnel, intime, pour la reprise des combats contre l’Allemagne resta sans conséquence pratique immédiate et sans adhésion à un réseau ou un clan particulier contrairement à sa femme, semble-t-il plus engagée. Cf. IIe partie.

22 Jean-Marie Drouineau (1901) après une carrière entièrement consacrée à « inspecter les Finances » avait pris sa retraite le 16 janvier 1940. Pourtant Bouthillier par décret du 24 août 1940 le nomme Premier président de la Cour des Comptes, lui confie la charge de chef du Service de l’Inspection en l’absence de Lacour-Gayet resté aux USA et en outre le 16 novembre 1940 le charge de présider le Comité budgétaire qu’il vient de créer afin de compenser la vacance des commissions des finances parlementaires. Cette nomination et ce cumul des fonctions, exceptionnel, qui doit tout à la faveur de Bouthillier renforcent les pouvoirs du Ministre et diminuent l’autorité du chef du Service. En témoignent les remontrances ou doléances sans suite que Drouineau multiplie et que l’on retrouve dans les archives de l’Inspection ou dans les Rapports du Comité budgétaire, 1941, 1942, 1944, Paris, Imprimerie nationale, 1944, Bibliothèque du Ministère des Finances. Sous l’Occupation c’est bien davantage André Fayol (1929) adjoint au chef du Service qui sera l’interlocuteur compréhensif des inspecteurs. Drouineau mettra fin à ses fonctions le 26 août 1944 et Fayol lui succédera.

23 Compte tenu de l’implantation parisienne de la famille de Goetze il n’est pas sûr qu’il eût été inquiété de ce côté-là. Ici encore l’énoncé fermé de la question entraîne dans un premier temps une réponse affirmative mais le témoin parvient ensuite à fournir une réponse plus conforme à ses souvenirs.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540