Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Entretiens avec Roger Goetze, haut fonctionnaire des Finances

 | 
Roger Goetze
, 
Florence Descamps
, 
Agathe Georges-Picot

Première partie. Le choix de l'Inspection des Finances (1912-1940)

Chapitre VIII. La mobilisation, la guerre et l’armistice

Texte intégral

Lors de la déclaration de guerre, vous êtes à Briançon, en réserve ?

C’est-à-dire que j’étais en période de congé, je venais d’achever la vérification des contributions directes à Thonon et comme je devais passer quelques jours de réserve à Briançon, je suis allé directement de Thonon à Briançon, ceci devait se passer vers le 15 août. Le 21 août ou le 22, j’ai vu, affiché, le fascicule n° 3, qui rappelait les réservistes des troupes de couverture et j’étais l’un de ces réservistes à Briançon même. Mais j’ai dû aller chercher mon uniforme à Paris d’où j’ai rejoint Saint-Égrève dans la banlieue de Grenoble, mon centre mobilisateur.

Comment s’est passée cette mobilisation ? Puis les mois qui ont suivi ? La drôle de guerre, est-ce que dans cette région, aussi, on l’a vécue ?

Oui cette drôle de guerre n’a pas été inconfortable après les premiers mois de l’hiver qui furent très froids en montagne.

Drôle ?

  • 1 Rappelons que l’Italie n’entre en guerre que le 10 juin, ses troupes ne parvinrent pas à déboucher (...)

Eh bien oui... peut-être, on n’avait pas d’ennemis et on avait pas mal de raisons de la trouver gaie. [...] C’était le début de l’automne mais ensuite très vite est venu l’hiver. J’avais un poste de section de réglage qui était à 2 710 mètres d’altitude, ce n’était pas très confortable mais on a été assez rapidement replié dans la vallée. On a pris les cantonnements d’hiver à Briançon, dans les vallées de Briançon, puis ensuite la guerre s’est déroulée l’été, évidemment, sur les sommets qui entouraient Briançon1.

Votre ennemi était l’Italien mais est-ce qu’il y avait aussi des Allemands ?

À Briançon, non. Nous avons simplement eu les deux derniers jours de cette guerre de quinze jours avec l’Italie à détacher une batterie de 75 pour la mettre en batterie au col du Lautaret, mais le dos à l’Italie, face à la vallée de la Romanche, cette vallée qui descend du Lautaret à Grenoble, parce que les Allemands étaient arrivés jusqu’à la cluse de Voreppe, c’est-à-dire à l’endroit où j’avais été mobilisé. Puis ils se sont quand même arrêtés là, puisque la guerre s’est arrêtée.

La guerre s’est arrêtée, alors armistice ou capitulation, qu’avez-vous pensé à ce moment-là ?

  • 2 Ce sentiment de n’avoir pas été vaincu par l’ennemi italien et de n’avoir pratiquement pas combattu (...)

Eh bien, j’ai pensé que quand on s’était battu comme nous l’avions fait contre un ennemi qui n’avait même pas atteint les avant-postes et à qui nous avions vraiment largement administré de belles corrections, c’était particulièrement cruel que d’amener le drapeau sur les forts de Briançon. Je dois dire que c’est probablement cela qui a déterminé la suite de ma carrière, parce que nous nous sommes jurés, à ce moment-là, ma femme et moi, ma femme était infirmière dans la région de Grenoble et nous nous étions tout de suite rejoints dès la fin des hostilités, nous nous sommes jurés que, quoi qu’il advienne, cette guerre ne pouvait être considérée comme finie et que nous la reprendrions quoi qu’il advienne, quel que soit notre sort à l’un ou à l’autre2. Cela vous expliquera pourquoi ma femme a terminé comme capitaine alors que moi je n’ai terminé que comme lieutenant, en péquenot de directeur général des Finances d’Alger.

Oui, vous me raconterez toutes ces circonstances... donc dès cet instant vous aviez pris cette résolution de continuer la guerre ?

De continuer la guerre, où que ce soit !

Avant même tout appel du Général de Gaulle évidemment ?

  • 3 L’appel du Général à poursuivre le combat fut prononcé sur la BBC le 18 juin vers 20 heures (appel (...)

Si, puisque l’armistice est du 25 juin, c’était après l’appel du Général, mais je ne l’ai pas entendu3.

Vous avez pris cette résolution, seul, enfin, avec votre femme ?

Oui, de reprendre la guerre parce que cette guerre ne pouvait pas se terminer comme cela.

Notes

1 Rappelons que l’Italie n’entre en guerre que le 10 juin, ses troupes ne parvinrent pas à déboucher des cols des Alpes. La demande d’armistice eut lieu le 17 juin, le discours de Pétain le même jour à midi. Quatre jours passèrent avant que Hitler et Mussolini n’acceptent d’engager des pourparlers. Dans cet intervalle les troupes allemandes avancèrent notamment vers le Sud-Est prenant à revers les troupes françaises qui résistaient avec succès à l’offensive italienne du 20 juin atteignant la cluse du Voreppe entre Grande Chartreuse et Vercors. L’armistice fut signé à Rethondes avec les Allemands le 22 juin et avec les Italiens à Rome le 24 juin.

2 Ce sentiment de n’avoir pas été vaincu par l’ennemi italien et de n’avoir pratiquement pas combattu, ferment d’une résistance ultérieure, se retrouve dans les souvenirs de J. de Fouchier, mobilisé sur le front italien lui aussi, lui aussi « indemne par rare privilège des souillures de la défaite ». Il y évoque son humiliation d’avoir à remettre des armes qu’il n’avait pas vraiment utilisées : « La cendre de l’humiliation pleuvait sur moi ternissant l’éclatante lumière de cette matinée. Que faudrait-il faire pour en être lavé un jour ? », cf. J. de Fouchier, Le goût de l’improbable, op. cit., p. 99. Pourtant s’il se jure bien lui aussi de ne jamais renoncer à l’espoir d’une défaite finale du nazisme, « l’idée de poursuivre la lutte de l’extérieur en quittant un pays auquel le rattachaient toutes ses racines ne lui venait même pas à l’esprit », ajoute-t-il, parlant de lui à la troisième personne, idem p. 97. Rappelons que J. de Fouchier s’engagera en 1943 dans l’armée de Lattre en Italie.

3 L’appel du Général à poursuivre le combat fut prononcé sur la BBC le 18 juin vers 20 heures (appel renouvelé le 19 et le 22 juin). J.-B. Duroselle rappelle que cet appel qui fit grand bruit à Londres ne fut entendu que d’une petite minorité de Français en Bretagne, Normandie, et dans le Nord surtout. L’Abîme 1939-1945, Paris 1982, Imprimerie nationale, 611 p., p. 192.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540