Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Entretiens avec Roger Goetze, haut fonctionnaire des Finances

 | 
Roger Goetze
, 
Florence Descamps
, 
Agathe Georges-Picot

Première partie. Le choix de l'Inspection des Finances (1912-1940)

Chapitre VII. La tournée

Texte intégral

Lorsqu’on vient d’être reçu à l’Inspection des Finances, est-ce qu’on a l’impression que l’on fait partie désormais d’une certaine élite, est-ce un sentiment développé ?

  • 1 Aucun rapport avec Blanche Py qui a reçu le premier prix du concours autobiographique des percepteu (...)
  • 2 Le receveur de l’enregistrement assoit et perçoit le recouvrement des différentes taxes relevant de (...)

Oui, cela le fut de mon temps, par le respect que manifestaient alors, vis-à-vis des tous jeunes inspecteurs des Finances, les vieux fonctionnaires du ministère. Je me souviendrai toujours du percepteur d’Uzès, charmant Uzès, où j’allais faire mon premier stage : il s’appelait Monsieur Py. Il a su avec un respect discret pour Monsieur l’Inspecteur, mais surtout une extraordinaire gentillesse... m’apprendre le métier de percepteur. J’admire profondément les vieux fonctionnaires des Finances d’il y a 50 ans. C’étaient vraiment des types très bien1. Peut-être un peu moins bien, le jeune receveur de l’enregistrement où j’avais été envoyé à Bourg-Saint-Maurice ! Parce que, quand je me suis présenté, il n’était pas là ! J’ai demandé où il était, on m’a dit : « Ah, mais Monsieur... je ne sais plus son nom, à la différence de Monsieur Py..., il fait sa partie de tennis » ! « Ah, ai-je dis, bon, je vais l’attendre, faites le prévenir le cas échéant »2.

C’était une visite surprise ?

Encore que ce ne soit pas une vérification, mais enfin, c’est l’habitude, on arrivait toujours à l’improviste. Et quand il est arrivé, évidemment, je me suis fait une mine sévère. Et tout c’est très bien passé parce qu’au bout de deux jours, je ne sais pas si vous vous rendez compte de ce que pouvait être une recette de l’enregistrement à Bourg-Saint-Maurice mais il n’y a pas de quoi y passer deux jours, quand on a réadditionné ses quittanciers et qu’on a fait le tour du bureau, c’était fini ! Alors, il m’a vivement conseillé de partir en montagne comme lui !

Et de faire une partie de tennis avec lui-même ?

Non ! Cela n’a pas été jusque-là, mais il m’a vivement conseillé de faire une partie de montagne. Et je dois dire qu’après avoir prévenu l’Inspecteur Général que j’attendais le dernier jour du mois pour faire la « débite » (ce qu’on appelle aussi l’arrêté des écritures et le compte des timbres), qui se fait l’avant-dernier jour du mois, bon, il fallait bien que je sois là pour signer les registres, cela me donnait trois jours, nous sommes partis sac au dos, ma femme et moi, de Bourg-Saint-Maurice à Chamonix à pied !

Votre femme vous accompagnait pendant la tournée ?

  • 3 Attitude fréquente chez les rares jeunes inspecteurs mariés, J. Georges-Picot aussi faisait tournée (...)

Oui, elle m’a toujours accompagné en tournée dès le début3.

Votre première tournée est donc dans le Sud-Est.

C’est dans le Sud-Est, cela a été charmant, très bien, on a fait Avignon, on a fait la Savoie, qu’avons-nous fait d’autre ? Nice...

Votre inspecteur général ?

Ah, Monsieur Douel...

Il a été un bon inspecteur général pour vous.

Un bon inspecteur général, tout ce qu’il y a de plus ancien d’ailleurs, de plus classique, de plus traditionnel : on allait le chercher en corps constitué à la gare, le plus jeune portait sa valise ! La tournée était jeune et s’amusait bien.

Vous étiez nombreux ?

  • 4 J. de Fouchier évoque en quelques pages ses souvenirs de tournée notamment lorsqu’il vérifiait la r (...)

Oui, on était 7 ou 8. Il y avait des membres de la promotion antérieure à la mienne, il y avait justement Schweitzer, Lamy et de la promotion d’avant... non, la promotion d’avant il n’y en avait pas. On a rencontré Fouchier qui était de la promotion 34, il nous avait rencontrés à Nice, lui, il faisait autre chose. Nous, nous faisions la Trésorerie de Nice. Je sais qu’il nous avait emmenés faire du chahut sous les fenêtres du Trésorier général4 !

L’inspecteur général n’était pas trop sévère ?

Non, de toute façon, il n’était pas avec nous. On l’avait déposé, sa valise et lui-même à l’hôtel.

Vous vous êtes initié rapidement à l’art du rapport en cinq colonnes ? Cela vous ennuyait beaucoup ?

  • 5 Sur le second concours que Goetze n’a pas passé en raison des hostilités, cf. N. Carré de Malberg, (...)

Non. Je crois que mes rapports étaient un peu trop précis sans doute, mais enfin, cela m’a quand même valu d’être reclassé premier au second concours5. Oui, parce que ces derniers rapports avaient lieu au moment de la mobilisation. J’étais dans les troupes de couverture des Alpes et j’avais le fascicule avec le grand « 3 » qui était celui du premier rappel des réservistes. J’étais à Briançon que j’ai beaucoup aimé et où j’avais fait mon service militaire. Je n’avais pas mes affaires, rien, j’avais mes vêtements de tournée et de vacances, puisque après Thonon-les-Bains où je venais de vérifier je ne sais plus quoi – c’était un contrôle des contributions directes – j’étais venu à Briançon pour passer quinze jours de vacances parce que j’avais une perspective de période de réserve. En effet de 1935 à 1939, j’ai fait une période de réserve, chaque année à Briançon, comme faisant partie des troupes de couverture. Nous adorions les Alpes.
Donc, il fallut rentrer, je me souviens encore du car que nous avons pris qui faisait Briançon-Grenoble, du train dans lequel on était entassé, et ma femme qui avait cousu mes rapports dans le train, si bien que je suis allé remettre mes rapports au Service de l’Inspection des Finances tout en allant prendre ma cantine... et c’est probablement cela qui m’a valu d’être major de promotion parce que j’ai été le seul à avoir remis la totalité des rapports de 1939 !

Pour en revenir à des choses moins graves au sujet de la tournée, d’une manière générale vous étiez bien reçu par les agents inspectés, quelles relations arriviez-vous à nouer ? Cela ne doit pas être facile quand on est jeune ?

Non. Il y a une façon de faire, de ne pas serrer la main d’un agent tant qu’on n’a pas fait son arrêté de caisse. Il doit être suspect a priori. Eh bien, je vais vous apprendre comment on fait. On lui présente sa « commission de l’IGF » de la main droite et il regarde. Comme cela, de la main droite, on ne peut pas lui serrer la main. Ce sont les petits trucs de la tournée ! Et puis après, une fois l’arrêté de caisse fait, s’il est convenable on a l’occasion de lui serrer la main.

Les relations deviennent plus faciles ?

Plus faciles, elles se détendent plus ou moins. Il y a les agents qui ont une petite défaillance, un écart de 10 F. Mais si ! Cela peut arriver. Il y en a qui ne l’admettent pas, et en sont malades.

Ils n’admettent pas le fait qu’ils aient pu faire une erreur, alors il faut refaire la caisse ?

Il faut refaire la caisse, refaire l’arrêté. Par exemple avec un receveur d’enregistrement de Carvin, bureau du 22e degré, c’est-à-dire le plus élevé, et qui avait pour 5 millions de timbres dans la « débite » qu’il fallait compter, il était déjà près de 2 heures du matin quand j’en ai eu fini. Il y avait une erreur très minime, finalement : « Oh, Monsieur l’inspecteur, tant pis, je signe comme cela », a-t-il dit.

C’est lui qui avait fait l’erreur ?

Oh, c’est la caisse.

Ce n’était pas vous, parce que cela peut arriver de temps en temps ?

Non, on compte les valeurs en même temps que l’agent, on ne fait pas cela d’un côté et lui de l’autre.

Est-ce que vous êtes tombé aux cours de vos tournées sur des affaires un peu plus graves ?

  • 6 Sur les agents des Contributions indirectes vus par les autres régies on peut citer le point de vue (...)

Vraiment graves... non. Je ne sais pas pourquoi, je portais malheur aux agents des Indirectes. Généralement, quand ils me voyaient, je ne sais pas pourquoi, cela leur provoquait des mouvements gastriques ! Vous voyez ce que je veux dire6.

Vous leur faisiez beaucoup d’effet !

Oui, je leur faisais beaucoup d’effet, mais je n’ai jamais découvert rien de très grave. Non, je n’ai jamais eu à renvoyer quelqu’un. J’ai fait des rapports de négligence, mais je ne suis pas tombé sur une fraude caractérisée.

Combien de tournées avez-vous fait ?

  • 7 Le deuxième concours se déroulait en général après trois ans de tournée.

Trois7.

Celle du Sud-Est...

Celle du Nord et à nouveau en 1939, le Sud-Est sur les douanes de Marseille.

J’imagine que la tournée du Sud-Est devait être une tournée relativement prisée ?

Oui, elle était très demandée, celle du Nord, beaucoup moins, mais elle était intéressante.

Cela vous a intéressé de comparer des régions ?

Oui, mais quand on a 25 ans on sait quand même ce que c’est. Entre le nordiste et le sudiste on connaît les différences d’état d’esprit. Non, j’avais redemandé la tournée du Sud-Est et je l’avais obtenue parce que effectivement j’étais considéré comme un bon élément. Cette région me plaisait beaucoup et il y avait une autre raison : quand j’ai été reçu à l’Inspection des Finances, mon beau-père a abandonné définitivement sa tâche active de médecin ; il ne nous avait rien dit, puis il nous a appris qu’il s’était retiré à Monaco.

Est-ce que vous pensez que la tournée joue un rôle dans la formation de l’esprit de corps à l’IGF ?

  • 8 Pour que la réponse prit tout son sens, il eût fallu que Goetze soit conduit à définir ce qu’il ent (...)

Cela y contribuait beaucoup et je pense que cela y contribue toujours, je ne sais pas si cela a beaucoup changé depuis lots. N’oublions pas, ces tournées remontent à 50 ans. Cela a contribué à faire naître l’esprit de corps8. Maintenant tous les jeunes gens se tutoient ! On ne se tutoyait pas de mon temps.

Entre jeunes inspecteurs ?

Sauf les deux promotions avant et les deux promotions après.

Ah, c’était un rite ?

  • 9 Contrairement aux anciens normaliens il ne semble pas que ce tutoiement soit de règle, les témoigna (...)

Oui, c’est un rite9. C’est ainsi que je tutoyais Schweitzer, Libersart – promo 1936 -, bien sûr, mais je ne tutoyais pas Fouchier – promo 1934.

Est-ce que vous pensez, pour faire un petit bilan du point de vue de la formation intellectuelle et humaine, que c’est important ces trois ans de tournée ? Même si c’est ennuyeux, il faut en passer par là ?

  • 10 Allusion au cours de Finances publiques donné par André de Lattre (IF 1946), ancien élève de Baumga (...)

Oui. D’ailleurs maintenant ce n’est plus trois ou quatre ans, c’est à peine deux ans, alors, cela ne doit pas être bien méchant ! Mais il faut dire qu’avec l’ENA et les stages que l’on fait à l’ENA, la formation est tout à fait différente. Maintenant, les cours donnés à l’ENA, par justement des garçons qui sont en poste, ont changé aussi, ce n’est plus de l’enseignement ex cathedra, littéraire. Évidemment, ce n’est plus du Siegfried ou du Baumgartner. Mais quand c’est du de Lattre, c’est encore très bon10 !

Donc, de ces tournées vous espériez bien sortir un jour ?

  • 11 Méfions-nous du regard rétrospectif sur des pratiques qu’il ignorait sans doute. Les sorties précoc (...)

Oui, bien sûr, mais il y avait toujours en suspens la guerre. J’espérais bien en sortir, mais je n’en entrevoyais pas les moyens puisqu’on ne pouvait penser qu’à une chose à partir de 1937 : combien de temps avant de revêtir l’uniforme ?11

Vous aviez du mal à discerner ce qu’allait pouvoir être votre carrière ? La question que j’aurais aimé vous poser c’est de vous demander si en quelque sorte vous aviez fait une radiographie du Ministère des Finances en vous disant : « Bon, quand j’aurai fini la tournée, j’aimerais entrer au Trésor ou ailleurs », est-ce que vous vous étiez dit ce genre de chose ?

  • 12 Avant de comparer les effectifs rappelons qu’hier comme aujourd’hui la mobilité varie beaucoup d’un (...)

On n’avait pas d’avenir. Franchement mon jeune ménage n’a pas eu d’avenir dans cette période de 1937 à 1939. Et puis à ce moment-là on ne sortait pas tout de suite de l’Inspection, on restait bien quatre ou cinq ans dans les tournées, etc., dans les débuts. On n’allait pas dans un cabinet de ministre avant au moins cinq ans et pour être chargé de mission dans une des directions, il fallait attendre". Et puis, on était moins nombreux qu’aujourd’hui12. D’autre part, il fallait avoir cinq ans d’ancienneté, c’est-à-dire, être non seulement de quatrième classe mais probablement même, de troisième classe (parce qu’il y avait une quatrième classe). Il y avait trois années d’adjoint et puis deux années de quatrième classe. Cela correspondait, à peu près, si vous voulez, à la période où l’on restait presque exclusivement dans les tournées.

Est-ce que spontanément vous aviez des préférences pour telle ou telle filière, est-ce qu’à l’époque on parlait, ou est-ce qu’on pouvait sentir l’existence de filière au sein du Ministère des Finances comme on pourrait dire qu’aujourd’hui il y a une filière Trésor, une filière Budget ?

Il y a surtout une filière Trésor. La direction ne s’appelait pas le Trésor à l’époque, mais le Mouvement Général des Fonds, ce qui était beaucoup plus matérialiste comme conception !

Il vous semble que ces filières, ou en tout cas, la filière Trésor, est quelque chose de beaucoup plus récent qui date d’après la guerre ?

  • 13 L’erreur d’appréciation du témoin vient de sa méconnaissance de l’Inspection au début de sa carrièr (...)
  • 14 L’intervention de l’État dans l’économie ne date pas de 1945. Sur les activités, élargies de la dir (...)

Je le pense parce que c’est après la guerre que l’État a cessé d’être, si je puis dire, l’État avec un E majuscule, ne s’occupant en fait que d’administration13. C’est à partir de la guerre qu’on a commencé à intervenir dans l’économie, que la direction du Trésor s’est occupée de ce qui devait la conduire à gérer les nationalisations puis les privatisations14. En tout cas, je n’ai pas eu le temps entre les six mois de tournées de 1937 et 1938. La première partie de 1939, qu’est-ce que nous faisions pendant l’hiver ? Et bien, j’ai fait un stage de six mois à la Cour des Comptes. Qu’est-ce que j’ai fait d’autre ? J’ai fait quelques vérifications sur Paris.

Vous aviez alterné avec un stage à la Cour des Comptes ?

Je pense que cela a été l’un des premiers stages qui aient été faits de la Cour des Comptes à l’Inspection et de l’Inspection à la Cour des Comptes, je crois que cela a été l’une des innovations justement, de la promotion 1937 qui a été le premier cobaye !

Cela vous a intéressé de voir l’autre institution en quelque sorte rivale ?

  • 15 Rappelons que la Cour vérifie à posteriori et sur pièces les mêmes comptables que les inspecteurs v (...)

Oui, c’était très amusant de se mettre à quatre pattes dans les bureaux pour défaire les liasses et les réenliasser par économie pour ne pas perdre les ficelles ! Ce sont de petites choses ! Cela ne m’a jamais intéressé. Certainement pour la raison suivante : c’est que je suis le premier, je crois, à avoir fait une vérification conjointe Cour des Comptes et Inspection des Finances, c’est-à-dire que l’Inspection des Finances m’a fait vérifier la recette de Narbonne et, que quasi simultanément, à la Cour des Comptes, j’ai instruit le jugement des comptes de la commune de Narbonne15.

C’était intéressant ?

Ah, c’était très intéressant de voir les deux, justement. Mon rôle d’inspecteur des Finances m’a beaucoup servi pour motiver en quelque sorte ce qu’ensuite on voit à la Cour. C’est intéressant de ce point de vue-là, on voit se dérouler dans le temps toute l’affaire, puisque généralement les jugements de la Cour des Comptes portent sur une période de cinq ans.

Est-ce que vous ressentiez une différence d’esprit entre les deux corps ? La manière de travailler est-elle différente ?

  • 16 Les enquêtes existaient déjà avant la guerre à la demande du Ministre. La plus célèbre est celle su (...)

Elle est forcément différente, puisque de toute façon l’IGF juge les comptables dans leur action présente et passée bien entendu, mais surtout dans leur action présente, dans leur façon de tenir leurs affaires, tandis que la Cour des Comptes, elle, juge les comptes plus que les comptables et elle juge aussi les administratifs. Il faut dire qu’en réalité, pour moi, c’était la gestion du maire qui était plus ou moins suspecte, bien plus que celle du comptable lui-même qui n’y pouvait rien. Le jour J, je me suis présenté, il n’y avait pas de trou dans la caisse, j’ai cherché, il n’y en avait pas dans les écritures. Voilà ce que l’on fait dans une vérification de l’Inspection des Finances sauf quand ces vérifications ont un caractère d’enquête ce qu’elles ont le plus souvent maintenant, c’est-à-dire qu’elles ont une portée plus générale16. Je le vois, pour l’avoir demandé, dans la mission qu’a faite récemment l’Inspection des Finances sur les cinq villes nouvelles de la région parisienne. Ce n’était pas du tout une vérification comptable, ils n’ont pas du tout cherché à revérifier les additions des livres, mais c’était une vérification de la gestion, en réalité, du Syndicat d’Agglomérations Nouvelles, et non pas de celle du receveur municipal.

C’est plus un audit financier ?

Cela tient beaucoup plus de l’audit, bien entendu.

Cette évolution de l’Inspection s’est-elle déroulée ces dernières années ou depuis plusieurs dizaines d’années ?

Je suis resté dix-sept ans aux Villes nouvelles, alors cela fait déjà certainement pas mal d’années que cette évolution s’est produite.

Cette évolution du travail de l’Inspection date-t-elle de la Libération, avec un certain nombre d’autres missions qui ont été ajoutées ?

Oui, à peu près... un peu plus tard probablement, parce qu’on ne peut s’amuser à vérifier par exemple les gestions communales que quand il y a suffisamment d’ordre déjà dans les Finances de l’État.

Notes

1 Aucun rapport avec Blanche Py qui a reçu le premier prix du concours autobiographique des percepteurs organisé en 1993 par le CHEFF. Rappelons qu’à la différence des agents des autres régies fiscales, les contrôleurs des contributions directes se contentent d’asseoir les trois vieilles taxes locales (mobilière, foncière, patente) ainsi que l’impôt sur le revenu (composé d’impôts cédulaires proportionnels superposés d’un impôt sur le revenu progressif), leur perception étant assurée par le réseau comptable du Trésor c’est-à-dire, les percepteurs dans les chefs-lieux de canton, les receveurs dans les sous-préfectures théoriquement et les TPG dans les chefs-lieux de département. Sur les percepteurs on dispose de trois témoignages publiés par le CHEFF : Blanche Py, Blanche, Mémoires d’une employée du Trésor public, Paris, CHEFF, 1995, 122 p. ; Marcel Mompezat, Journal d’un percepteur, Paris, CHEFF, 1992, 202 p. ; Jean Forgeron, « Mon Trésor : tranches de vie », Études et Document VII, 1995, p. 313-477 ; Bernard Garet, « Trésor public, un membre de la famille », Études et Documents VIII, 1996, p. 387-509. Catherine Jumeau prépare la synthèse des réponses au concours autobiographique, à paraître au CHEFF.

2 Le receveur de l’enregistrement assoit et perçoit le recouvrement des différentes taxes relevant de la législation fiscale sur l’Enregistrement (notamment le revenu des valeurs mobilières), les Domaines et le Timbre. Dans la hiérarchie des agents des régies, les « enregistreurs » se considéraient comme des professionnels du droit et regardaient avec condescendance les agents des contributions directes et plus encore ceux des indirectes ce qui explique l’échec de la tentative de la fusion entre 1927 et 1931 de l’Enregistrement et des Directes ; cf. Frédéric Tristram, La Direction générale des Contributions indirectes, 1917-1948, septembre 1994, ex. dactylographié, CHEFF 153 p., p. 35.

3 Attitude fréquente chez les rares jeunes inspecteurs mariés, J. Georges-Picot aussi faisait tournée avec son épouse dans les années vingt. Avant le concours, 26 sur 365 adjoints étaient mariés soit 7 % seulement mais beaucoup se mariaient assez vite après. Il faut rappeler que la moyenne d’âge au concours est de 25,75 ans pour la période 1892-1946, ce qui explique que les inspecteurs soient encore célibataires. Goetze n’a lui que 24 ans.

4 J. de Fouchier évoque en quelques pages ses souvenirs de tournée notamment lorsqu’il vérifiait la recette municipale de Toulon mais ne mentionne pas ce « chahut ». Il rappelle qu’il avait effectué quatre ans de tournée, « record peu glorieux pour un major de promotion. J’avais le sentiment qu’à une brillante percée succédait une impasse ». Bien que confirmé major au second concours « aucun des directeurs du Ministère n’avait cherché à s’attacher mes services comme il m’aurait semblé – assez naïvement – normal que tel ou tel d’entre eux en prît l’initiative », cf. J. de Fouchier, Le goût de l’improbable, op. cit., p. 61-62. Dans l’entretien accordé au CHEFF, Schweitzer évoque aussi sa tournée dans le Sud-Est mais sans développer beaucoup les rencontres entre inspecteurs. « Avec l’indemnité de tournée de 63 francs par jour on vivait très convenablement avec des prix de pension de 35 francs par jour ». Cf. Transcription de l’entretien avec le CHEFF, cassette 2, p. 17. Pour tous c’est l’occasion de découvrir la France profonde, l’administration locale et de se former le jugement.

5 Sur le second concours que Goetze n’a pas passé en raison des hostilités, cf. N. Carré de Malberg, « Le Libéralisme », art. cit. Si l’enjeu est plus faible, les épreuves sont presque les mêmes mais s’y ajoutent les coefficients des rapports de tournée qui expliquent les reclassements. Le risque d’être ajourné voire refusé existe mais reste exceptionnel : 6 ajournements, 5 refus sur 406 adjoints, candidats au deuxième concours, de 1878 à 1946.

6 Sur les agents des Contributions indirectes vus par les autres régies on peut citer le point de vue de Maurice Lauré co-auteur de la fusion de 1948 : « Les gens des indirectes étaient des gens assez dynamiques mais frustres, très souvent originaires du midi. [...] Les indirectes étaient considérées comme une valetaille après les deux autres ». Cf. Frédéric Tristram, La direction des Contributions directes, op. cit., Annexe p. 59. Cet auteur note leur recrutement plus populaire que les autres ainsi que leur ralliement à la fusion de 1948 « occasion d’un rattrapage de dignité. »

7 Le deuxième concours se déroulait en général après trois ans de tournée.

8 Pour que la réponse prit tout son sens, il eût fallu que Goetze soit conduit à définir ce qu’il entend par esprit de corps. Si on l’entend comme le suggère la suite de la réponse au sens de sociabilité rapprochée, il faut savoir que les affinités de tournée ne durent que si au cours de la carrière les occasions de rencontre se maintiennent. Les tournées contribuent au carnet d’adresse mais ne suffisent pas à constituer des équipes durables. Si on veut bien élargir l’esprit de corps à un sentiment d’appartenance à une collectivité étroite fondée sur un sentiment de supériorité, sur une méthode intellectuelle, sur un langage commun, alors la tournée y contribue. Cf. N. Carré de Malberg, « Les inspecteurs des Finances et la défense du franc 1934-1935 », art. cit.

9 Contrairement aux anciens normaliens il ne semble pas que ce tutoiement soit de règle, les témoignages ne concordent pas. Sans doute est-ce parce que s’y ajoutent chez certains des expériences communes comme les écuries ou les tournées. Par contre l’appartenance à l’Inspection permettait et permet encore de s’écrire « Cher camarade » accolé au titre ou grade.

10 Allusion au cours de Finances publiques donné par André de Lattre (IF 1946), ancien élève de Baumgartner, à l’IEP de 1959 à 1983 et non à l’ENA.

11 Méfions-nous du regard rétrospectif sur des pratiques qu’il ignorait sans doute. Les sorties précoces étaient devenues plus difficiles avec la crise mais les chargés de mission attendaient rarement cinq ans. Lorsque le Chef du Service Decron en 1935 a fait signer par son Ministre une décision interdisant de détacher pour une mission dans un service ou une direction tout inspecteur ayant moins de cinq ans de présence dans le corps, c’était pour corriger des abus et elle ne fut pas appliquée comme le raconte Lucien Petit (IF 1897) « L’Inspection comme La Châtre eut là un bon billet. Le Ministre, comme Ninon de Lenclos, en rit sans doute en le signant et l’oublia aussitôt que signé. » L. Petit « Les sorties de l’Inspection », La Gazette de l’Inspection n° 13, p. 7-12, p. 11. En octobre 1943, l’Inspection fait signer à Cathala une décision interdisant toute affectation sédentaire à Paris, exception faite des cabinets, moins d’un an après la nomination à la 3e classe soit avant cinq ans, là encore pour limiter l’exode. Elle a tenté aussi de s’appuyer sur un décret plus difficile à transgresser car susceptible de provoquer un recours par des agents lésés. En effet un décret de 1938 interdisait de placer les inspecteurs en position hors cadres ou en détachement moins de trois ans au moins après le deuxième concours et leur nomination au grade d’inspecteur de 4e classe. Ce qui portait à cinq ans minimum en 1938 le maintien dans les cadres mais cette contrainte pouvait aisément être contournée par le maintien fictif dans les cadres accompagné de mises à la disposition des chargés de mission.
De nos jours un inspecteur adjoint sorti de l’ENA doit effectuer 18 mois de service effectif, réussir l’examen d’aptitude qui lui permet de passer inspecteur 3e classe puis effectuer encore deux ans et six mois de service effectif avant de pouvoir être détaché, servir dans un cabinet ou mis en disponibilité, soit quatre ans au total avant de pouvoir « partir » de « l’Inspection souffrante » Quelques entorses à ces délais ont toujours été possibles par la mise à la disposition dans des cabinets ou directions mais impossible pour des entreprises.

12 Avant de comparer les effectifs rappelons qu’hier comme aujourd’hui la mobilité varie beaucoup d’une année à l’autre en fonction de la conjoncture politique ou économique. Au total Goetze n’a pas tort de parler de croissance des effectifs puisqu’on compte 261 inspecteurs vivants en 1937 pour 397 en 1996 soit 130 de plus aujourd’hui. La différence provient de l’allongement de la durée de la vie et de l’absence de la coupe démographique due à la grande guerre et non d’un élargissement du recrutement. En terme d’actifs de moins de 65 ans la différence s’estompe mais ne disparait pas. Soit 219 inspecteurs de moins de 65 ans en 1937 et 260 en 1996. Mais pour ce qui est des effectifs qui sont dans les cadres de l’Inspection dont parle Goetze ici c’est la ressemblance qui frappe avec même un « surnombre » à la fin des années trente. Le Service de l’Inspection compte en 1996 57 membres de moins de 65 ans actifs dans les cadres alors qu’en 1937 on en compte 76 au 1er janvier 1937 mais 59 au 1er janvier 1936 donc un effectif au contraire plus nombreux dans les années trente. Ceci confirme nos hypothèses : c’est bien la conjoncture et donc l’offre d’emploi extérieure qui l’emporte sur les besoins du Service.

13 L’erreur d’appréciation du témoin vient de sa méconnaissance de l’Inspection au début de sa carrière. Sur l’attraction réciproque de la direction du M.G.F. devenu Trésor en 1940 et des inspecteurs des Finances nous renvoyons à nos travaux, notamment notre communication au séminaire « Trésor » ss la dir. de A. Plessis et O. Feiertag, « les Inspecteurs des Finances à la Direction du Trésor » dont un résumé doit paraître dans Les Cahiers du Trésor au CHEFF. Deux chiffres permettent d’illustrer le poids ancien et durable de l’Inspection dans cette direction : 26 des 34 directeurs de 1898 à 1993 de Aubert de Trégomain à Noyer soit 76 % sont inspecteurs et pour la période 1929 à 1981 100 %. Pour autant cette filière n’est pas accessible à tous puisque de 1878-1940 sur 290 prises d’emplois offerts à ces mêmes promotions d’inspecteurs on ne compte que 48 emplois offerts par le MGF soit 16,5 %. La trajectoire était la suivante : chargé de mission, sous-directeur, directeur adjoint puis directeur pour certains, le passage par un cabinet étant une voie de substitution ou d’accélération. Si le mot filière est souvent utilisé ce n’est pas parce que les inspecteurs y font toute leur carrière, c’est parce que cette direction est un passage vers le système bancaire public ou privé depuis la fin du xixe siècle, phénomène qui s’est renforcé au cours du siècle. Sur les 48 inspecteurs trésoriers des promotions 1878-1939, 40 passeront dans une banque soit 83 % (dont 26 par une banque privée soit 55 %). D’autres jeunes inspecteurs savaient, eux, le rôle du passage au M.G.F. dans la carrière. Ainsi, J. Brunet (1924) rappelait citant Caillaux « Joseph Caillaux disait, il classait les gens, de l’Inspection probablement, dans l’administration en disant : « il y a les administratifs et les financiers », sans aucune considération pour les administratifs. Il considérait que les gens qui faisaient un métier intéressant, qui étaient capable de le faire étaient les financiers. » Entretien enregistré avec l’auteur en 1981.

14 L’intervention de l’État dans l’économie ne date pas de 1945. Sur les activités, élargies de la direction du Trésor après la guerre, il faut lire, outre la thèse déjà citée de Michel Margairaz, L’État, les Finances et l’économie op. cit.,., le DEA de Laure Quennouelle, La Direction du Trésor 1945-1958, CHEFF, 1994, 163 p. exemplaire dactylographié.

15 Rappelons que la Cour vérifie à posteriori et sur pièces les mêmes comptables que les inspecteurs vérifiaient à l’improviste et sur place. Schweitzer (1936) évoque aussi avec humour son stage « inintéressant » à la Cour des Comptes. Transcription de l’entretien avec le CHEFF (cassette 2). Cette innovation découle des articles 3 et 24 du décret du 15 novembre 1936 concernant les deuxième concours de la Cour et de l’Inspection pour lesquelles compteront désormais les notes des chefs des services dans les quels ils auront accompli des stages devenus obligatoires. L’objectif est de procéder ultérieurement à la fusion des deux concours : fusion qui a eu effectivement lieu en 1941, 1942 et 1943 et a échoué en raison notamment de la désaffection des candidats vis à vis de la Cour. La préparation était organisée en commun, le contenu des épreuves rapproché, et le deuxième concours imposé aux jeunes auditeurs de la Cour, Archives de l’IGF, Carton 1-1-04 et cf. La Cour des Comptes, Paris, CNRS, 1984, 1191 p.

16 Les enquêtes existaient déjà avant la guerre à la demande du Ministre. La plus célèbre est celle sur le crédit mutuel d’Orléans qui a conduit à la mise en évidence des escroqueries de Stavisky, cf. Étude de A. Brunet, Service de 1TGF. On trouve aussi des enquêtes sur les grandes villes, sur les HBM, sur les Chemins de fer. Mais il est certain que celles-ci se sont depuis la guerre multipliées et portent désormais autant sur les méthodes de gestion que sur la seule comptabilité. La réorganisation après la guerre de l’Inspection traduit cette évolution des métiers : aux divisions territoriales se sont ajoutées des divisions spéciales. Le problème qui demeure tient aux suites données à ces enquêtes car l’Inspection, pas plus hier qu’aujourd’hui, ne détient de pouvoir de sanction. Pour une comparaison plus précise il faut attendre l’ouvrage collectif en préparation sur l’Inspection depuis 1808 car il n’existe aucune étude sur les travaux de l’Inspection des Finances depuis celle de Lalumière, L’Inspection générale des Finances, Paris, PUF, 1959, 228 p. et nos travaux personnels portent essentiellement sur les inspecteurs hors de leurs activités dans les cadres.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540