Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Entretiens avec Roger Goetze, haut fonctionnaire des Finances

 | 
Roger Goetze
, 
Florence Descamps
, 
Agathe Georges-Picot

Première partie. Le choix de l'Inspection des Finances (1912-1940)

Chapitre VI. Le concours de l’Inspection

Texte intégral

Voyons maintenant les écuries, ces deux années qui ont précédé l’Inspection. Comment aviez-vous choisi... ? Il y avait les grandes écuries et les petites écuries ? Comment aviez-vous choisi les petites écuries ? Ou comment y aviez-vous été désigné ? Est-ce que vous vous souvenez ?

  • 1 Pour un homme renommé pour son exceptionnelle mémoire cette dégradation doit être une diminutio cap (...)
  • 2 Dominique Tabard de Grièges reçu en 1935 entre en janvier 1941 comme chargé de mission à la directi (...)

Ah, franchement, je ne sais plus. Il faudrait surtout que je me souvienne du nom de mes chefs d’écurie. Je sais que le premier était un garçon remarquable mais qui est mort très tôt, et j’ai oublié son nom. Vous savez que j’ai de gros trous de mémoire maintenant1. Et le deuxième c’était de Grièges qui vient de mourir, il y a quinze jours2.

Vos activités se partageaient entre les petites écuries qui étaient plutôt des travaux pratiques et les grandes écuries ? À l’époque, c’était Baumgartner qui tenait les grandes écuries ?

  • 3 En 1936 et 1937 Baumgartner ne dirigeait plus les grandes écuries mais assurait toujours son cours (...)

Cela devait être Baumgartner3. Il professait aux Sciences-Po, c’est lui qui faisait le cours de Finances publiques aux Sciences-Po.

Mais aux grandes écuries, c’était Baumgartner ou Deroy ?

C’était Baumgartner ou Deroy, oui c’était l’un ou l’autre ou l’un et l’autre.

Vous aviez donc des rapports relativement confiants puisque vous étiez allé le voir pour lui demander si vous pouviez vous présenter ?

Il était très ouvert à ses étudiants et il ne me connaissait pas autrement. Je venais de passer donc en 1936 mon diplôme. J’ai été reçu dans un bon rang, major ex aequo avec un garçon dont j’ai oublié le nom. Donc, si vous voulez, j’avais passé un examen qui avait pu attirer son attention sur mon nom. D’ailleurs ce devait être le cas pour m’avoir conseillé aussi péremptoirement de me présenter, bien que je lui ai dit qu’il y avait tout de même un risque de n’être pas reçu alors que l’on ne pouvait se présenter que deux fois. « Vous devez pouvoir passer ! », avait-il dit.

Est-ce que vous vous souvenez des camarades que vous aviez dans vos petites écuries, y en a-t-il qui ont réussi le concours en même temps que vous ?

  • 4 Il est intéressant de comparer la carrière de Goetze à celle de ses camarades de promotion. Parmi e (...)

Ma promotion avait comme major, au premier concours, Berbigier qui est hélas décédé, ainsi que Clermont-Tonnerre et Douffiagues. Par contre, vivent encore Hedde et Robert4.

Ils n’étaient pas de la même écurie que vous ?

Non, nous n’étions pas dans la même écurie.

Vous avez donc été le seul de votre écurie à être intégré ?

  • 5 Philippe Waldruche de Montrémy a été reçu en 1939 après trois ans de préparation dont un dans la pe (...)

Non, il y a eu Philippe de Montrémy, il y en a eu un autre, qui a eu je ne sais quel accident qui a été reçu deux ans plus tard, dans la promotion 19395.

Est-ce que vous pensez que votre écurie était une bonne écurie de préparation ?

  • 6 La carrière de Pierre-Paul Schweitzer est comme celle de Goetze « triomphante ». Entré comme chargé (...)
  • 7 En réalité la promotion 1936 comportait 9 reçus sur 68 candidats qui étaient par ordre de classemen (...)

Oui, Grièges était très bon, et c’était très bien mené. Mais j’ai eu plus de liens avec la promotion qui précède la mienne, celle de 1936, avec Libersart, avec Pierre-Paul Schweitzer, avec Lamy6. Ils étaient six également et c’est avec eux que j’ai fait « tournée »7 !

Mais, cette promotion, vous ne l’avez connue qu’une fois entré à l’Inspection ?

  • 8 Cette solidarité de promotion s’avère en effet plus forte que celle des écuries. Y concourent l’iso (...)

Oui, c’est bien cela, je ne les connaissais pas auparavant, non. On a eu d’amicales relations et nous avons dîné fréquemment les uns chez les autres8.

Est-ce que vous travailliez seul, est-ce que vous aviez l’impression de former en quelque sorte une petite équipe, est-ce que vous aviez adopté des méthodes de travail d’équipe ou au contraire vous continuiez à travailler seul ?

Non, je travaillais plutôt seul. Plus tard, j’ai fait (comme chef de petite écurie) une année d’écurie avec un garçon qui est mort également et qui était de la promotion de 1938, on nous avait binômé, 1937 et 1938, on a travaillé en binôme pour la promotion 1939.

Vous aviez le temps de lire la presse ?

Ah oui, il fallait, c’était obligé.

Est-ce que vous vous souvenez des journaux que vous lisiez ?

Oh, bien je lisais forcément Le Temps !

Oui, l’ancêtre du Monde ?

  • 9 Goetze surestime la « neutralité » du journal Le Temps, bible des étudiants de Sciences-Po. Rappelo (...)

Et probablement l’ancêtre du Figaro aussi ! Mais ils étaient beaucoup moins politisés que maintenant. Le Temps, à mon avis, n’était pas du tout politique, peut-être me trompais-je mais moi, je le considérais un peu comme parole d’évangile et non pas comme parole partisane9. J’ai toujours été surpris de voir justement Le Monde avoir une coloration si marquée et inversement Le Figaro aussi d’ailleurs à ce moment-là. Non, il y avait quelques grands journaux qui étaient moins politisés à mon avis qu’ils ne le sont devenus dans l’intervalle.

Vous ne lisiez pas la presse de l’Action Française ?

Non, certainement pas !

Et votre femme non plus ?

Non plus.

  • 10 C’est ainsi qu’on appelait les militants activistes de l’Action française. Sur l’engagement de Mada (...)

En fait, à partir de votre mariage, elle a abandonné ses activités de « camelot du Roi »10 ?

D’abord elle avait pris quand même quelques années ! Pas beaucoup mais enfin quelques années. Et puis, si elle a été très Action Française c’était à cause de la Sorbonne, c’était à la fois une façon de se défendre, dans le fond, en prenant leur tête.

Est-ce qu’il y avait des socialistes à l’École libre des Sciences-Politiques ?

  • 11 Sa réponse concerne-t-elle les années trente ou les années quatre-vingt ? Avant la guerre, sont cit (...)

Oh, il y a bien dû y en avoir certainement ! La preuve, c’est qu’on trouve beaucoup de socialistes dans l’Inspection, on n’aurait pas cru qu’il y en avait tant11.

De cette époque avez-vous des souvenirs ?

  • 12 Six ans de plus. Nos entretiens avec Saltes ne permettent pas de confirmer cet engagement socialist (...)

Des souvenirs marquants ? Non. De mes jeunes camarades ? Non, je ne vois pas. Saltes était connu comme socialiste, mais Saltes avait quand même quelques années de plus que moi12.

Il était connu parce qu’il était rentré dans un cabinet du Front Populaire.

Oui, justement mais c’était un peu un cas particulier, enfin, un cas qu’on remarquait ! La preuve, c’est que je m’en souviens encore.

Vous pensez que le Front Populaire a eu de petites conséquences sur le concours 1936-1937 ?

  • 13 La jaquette obligatoire pour « le premier jour » a marqué tous les témoins. Compte tenu de leur âge (...)

Non... Mais si ! Il y en a eu au moins une, très grave, c’est qu’on a abandonné la jaquette. Cela m’a marqué ! J’ai acheté une jaquette pour passer le concours et je ne l’ai jamais remise depuis ! Et mon beau-père était venu le matin du premier jour pour me faire le nœud de cravate parce que j’étais bien incapable de le faire, ce nœud de cravate de jaquette ! Je m’étais marié non pas en jaquette mais en officier13.

Donc, plus de jaquette après le Front Populaire.. Il y a eu d’autres petites conséquences : il y a eu une sorte de concours interne, le concours de l’Inspection s’est un petit peu plus ouvert ?

  • 14 Nos recherches ont démontré d’une part que le concours était moins fermé socialement que la carrièr (...)

Oui, on dit que cela s’est plus ouvert de la sorte, peut-être ! Même le grand concours, pour justement ceux, dont j’étais, que rien dans leur famille ne destinait à l’Inspection14.

Lorsque vous avez passé le concours et en particulier à l’oral, est-ce que vous avez senti que le jury aurait pu être tenté de porter attention à ce genre de détail ?

  • 15 L’impartialité du jury est toujours précisée par les témoins ce qui n’étonnera guère puisqu’il s’ag (...)
  • 16 Maurice Couve de Murville ne figure pas dans la liste des membres du jury 1937. Peut-être confond-i (...)

Non, absolument pas. L’impartialité du jury à l’oral était totale, comme elle l’avait été à l’écrit15. C’est Maurice Couve de Murville qui a été mon principal interrogateur16.

Vous vous souvenez des autres membres du jury ?

  • 17 Le président du jury change chaque année. En 1937 il s’agit de l’inspecteur général Rendu, qui a fa (...)

Oh, je ne m’en souviens pas, en dehors du président du jury, l’inspecteur général Rendu17.

  • 18 La réforme du concours de l’Inspection portait aussi sur les épreuves et ajouta une épreuve d’expos (...)

Vous vous souvenez du sujet de votre oral18 ?

  • 19 Ce qui tend à prouver que l’important à l’oral n’est pas le savoir mais le savoir dire. Le sujet ét (...)

Je m’en souviens partiellement car il y avait plusieurs épreuves dont la principale était un exposé oral de 10 minutes, avec un quart heure de préparation. Le sujet que j’ai tiré était sur la « protection de l’épargne » comme par hasard, sujet neuf et sans cesse renouvelé, toujours d’actualité et jamais satisfait. C’est amusant parce que justement, je m’étais dit le matin : « Tiens, je n’ai pas regardé les histoires de l’épargne » et ma femme m’a dit : « Laisse tomber et repose-toi ». Quand j’ai tiré la « protection de l’épargne », j’ai trouvé que c’était vraiment très amusant ! Mais, à l’oral je m’étais bien ressaisi19.

Votre écrit était moins bon ?

  • 20 Il a dû disserter pendant six heures sur : « Quelle influence exerce sur la vie économique et socia (...)
  • 21 Les deux sujets du deuxième jour, épreuves plus techniques faisant appel à des connaissances précis (...)

Il était moins bon pour une raison simple, c’est que j’avais failli abandonner lors du deuxième jour. Le sujet du premier jour, je l’ai totalement oublié, il ne m’a pas frappé20 ! Mais il était comme tous les autres, il se faisait en deux parties, chacune avec deux sous-parties, les transitions tombaient naturellement. Mais le deuxième jour, alors là j’ai failli partir puis je me suis dit : « À quoi bon, puisque de toute façon je ne passerai pas une fois de plus ». C’était purement et simplement « Le Conseil d’État », je savais à peine le nombre de magistrats du Conseil d’État. Si, je connaissais assez bien ses attributions générales mais alors... les grades... les grades divers..., le nombre et l’appellation des sections, je m’y perdais un peu.
Et j’ai bien cru que je serais recalé à cause de cette impardonnable méconnaissance21. L’épreuve de mathématiques...

Pour vous, elle a été certainement beaucoup plus facile ?

  • 22 Cf. annexe I, les problèmes de mathématiques de 1937 in R.F.S.P. 1937. Au concours de 1935 (année d (...)

Oh non, elle m’a donné beaucoup de mal ! Beaucoup de mal, parce que c’étaient des problèmes qu’il fallait résoudre l’un par l’arithmétique, l’autre par la géométrie plane et bien sûr, ayant fait une année de mathématiques spéciales, j’ai mis trois minutes pour résoudre le premier par l’algèbre, cinq minutes pour faire le second par l’analytique et j’ai ensuite peiné pendant une 1 h 45 mn pour essayer de donner un raisonnement arithmétique et géométrique à ce que les maths « plus évoluées » donnaient immédiatement22.

Vous avez réussi cette année-là ?

  • 23 Sur 68 candidats présentés et 65 présents. Goetze était 10e à l’écrit et 4e à l’oral. Pour l’ensemb (...)
  • 24 Les exemples de reclassement entre les deux concours sont fréquents. Si, pour l’avancement dans le (...)

J’ai failli être « étendu » à l’écrit mais j’ai été major à l’oral ce qui m’a valu une place de troisième23. Je suis de la seule promotion qui n’a pas fait de second concours à cause de la guerre parce qu’en 1940, sur les six de la promotion, il y en avait trois en zone libre, trois en zone occupée, pas très facile de faire un concours commun. Alors nous avons été jugés « sur pièces » c’est-à-dire sur les rapports que nous avions remis, et c’est cela qui m’a remonté à la première place24.

  • 25 Redisons que sur les 368 reçus au premier concours de 1892 à 1946, 202 soit 54 % l’ont été à leur p (...)

J’ai réussi cette-année là, donc en 1937, la première fois que je me suis présenté25. Et quand je suis rentré dans mon petit appartement, ma femme guettait avec anxiété à la fenêtre, alors je lui ai fait un signe, je ne sais pas lequel, mais elle s’est évanouie ! Ne sachant pas si c’était bon ou mauvais.

Vous étiez allé seul aux résultats ?

Pour aller au Service connaître les résultats, oui, bien sûr, on ne se faisait pas accompagner.

Est-ce qu’il y a eu une réception par les anciens ? Est-ce qu’il y a eu ce genre de petite cérémonie ? Pas spécialement ? Pas de rite d’intronisation ?

Non, d’ailleurs, il n’y en a pas que je sache, je ne pense pas qu’il y en ait même maintenant.

Je vous posais la question parce qu’à l’époque il y avait plus de cérémonial.

Non, il y a toujours le cocktail annuel de l’Amicale de l’Inspection des Finances qui, s’il a lieu dans la deuxième quinzaine de juin, permet d’accueillir la dernière promotion qui était jadis toujours avec effet du 1er juin.

Votre première affectation est intervenue assez vite, après votre réception ?

Oh bien, je dirais presque le jour même, oui, j’ai été affecté à la tournée du Sud-Est.

Donc, il n’y a pas eu de délai entre la réception et l’affectation ?

Il n’y en a toujours pas sauf cette année où j’ai vu que les inspecteurs des Finances étaient nommés le 1er avril, c’est une novation étonnante, c’était toujours le 1er juin, vers le 1er juin. J’ai dû partir en tournée vers le 15 ou quelque chose comme cela rejoindre l’Inspecteur Général, M. Douel, qui emmenait sa brigade vérifier la Trésorerie générale et les services du Trésor d’Avignon.

Vous me raconterez cette première tournée. Auparavant, est-ce que vous estimez que l’exercice du premier jour était un exercice intelligent, qui était un bon critère de sélection, ou est-ce que cela vous semblait indifférent ?

  • 26 Il s’agit en fait du canular de Leca, normalien et I.F. de la promotion 1932 qui rédigea un premier (...)

Il fallait apprendre. Il fallait quand même savoir dire des choses, les dire peut-être dans une forme un peu trop conventionnelle mais, mon Dieu, qui ne manquait pas de charme et qui demandait une certaine formation quand même. Je ne sais pas si vous avez lu le « premier jour » de Libersart sur le premier jour26 ? Il était remarquablement fait : « Et qui les accompagne jusque dans l’échec où il les conduit ». Belle chute ! Il fallait avoir deux ou trois parties, les annoncer, faire les transitions entre elles ce qui n’était pas toujours très facile. Cela apprenait à bien écrire !

Vous étiez plutôt favorisé pour ce genre d’exercice par vos études de lettres ?

  • 27 Difficile de comparer la réussite des littéraires à l’Inspection (22,5 %) avant et après l’ENA dans (...)

Cela ne me gênait pas, non, pas du tout. Les mathématiques ont failli me gêner parce que j’en savais trop pour l’Inspection. Non seulement le premier jour, mais le deuxième jour aussi, devait être bien écrit, même s’il était technique. C’était une très bonne formation, je ne sais pas ce que deviennent les choses correspondantes de l’ENA mais alors c’était une très bonne discipline27.

Une des modifications qu’a apportée aussi le Front Populaire au concours de l’Inspection, c’est qu’il a modifié le jury et précisément vous êtes de la promotion 1937 et le jury 1937 n’était plus composé d’inspecteurs des finances exclusivement. Il y avait aussi des personnalités venant de l’Université, vous vous souvenez de ce détail ?

  • 28 Cf. ci-dessus. Si le jury a bien été ouvert à des membres étrangers à l’administration des Finances (...)

Je sais que ce n’était pas seulement des inspecteurs des finances, c’est pourquoi on a dit que ce n’était plus la cooptation, mais je n’ai pas gardé le souvenir des noms28.

Mais vous ne vous souvenez pas des professeurs d’université de droit je crois ? ni des autres membres non inspecteurs ?

  • 29 Et surtout il n’a plus eu l’occasion de revoir ces membres du jury.

Vous savez, cela fait quand même cinquante-deux ans29.

Quand vous êtes reçu à l’Inspection des Finances, vous vous faites une idée plus précise du métier d’inspecteur ? Est-ce que vous vous faites une idée précise de ce que va pouvoir être votre carrière à ce moment-là ? Est-ce que vous avez un projet particulier, est-ce que vous avez des désirs particuliers quant à votre carrière ?

Eh bien, au début, on est plutôt surpris.

Vous voulez dire heureusement surpris d’être reçu ou surpris par la tournée ?

Non, on est agréablement surpris d’être reçu, si on a un minimum de modestie, sauf si on considère que c’est tout naturel. Mais quand on voit qu’une fois reçu, on vous fait mettre les doigts dans la colle pour compter les coupons et pour compter les timbres-poste, ou les timbres d’enregistrement, cela vous laisse rêveur sur les raisons pour lesquelles justement, on a fait de si beaux premiers jours ! Puis ça passe, ça passe vite... L’atmosphère de la tournée est agréable généralement ! On chahute !

Notes

1 Pour un homme renommé pour son exceptionnelle mémoire cette dégradation doit être une diminutio capitis particulièrement douloureuse. Heureusement celle qui lui reste nourrit encore abondamment un témoignage rare et riche. Il s’agit ici de Guionin, mort de maladie en 1948, reçu premier au concours de 1935.

2 Dominique Tabard de Grièges reçu en 1935 entre en janvier 1941 comme chargé de mission à la direction du Budget dont il devient sous-directeur en septembre 1943 jusqu’en novembre 1946. Il commence alors une carrière dans le privé comme secrétaire général à la Compagnie du Canal de Suez, puis en 1957 comme directeur général de la Compagnie financière de Suez (sous la direction de son ancien, Georges-Picot) dont il deviendra en 1968 vice-président-directeur général. Cf. J. Georges-Picot, Souvenirs, op. cit., Il est mort le 13 mars 1989.

3 En 1936 et 1937 Baumgartner ne dirigeait plus les grandes écuries mais assurait toujours son cours de Finances publiques. Au couple Baumgartner et Deroy avait succédé le couple Couve de Murville et Gregh. Exemple mineur mais caricatural de réponse induite par la question.

4 Il est intéressant de comparer la carrière de Goetze à celle de ses camarades de promotion. Parmi eux seul Robert a accordé des entretiens au CHEFF en 1989. Frédéric Berbigier, fils d’employé de banque, passe toute la guerre au Service de l’Inspection comme chargé de mission auprès de l’adjoint du chef de service Fayol, Drouineau étant chef du Service. De septembre 1944 à mai 1945 il retrouve Goetze au cabinet de Mendès France, Ministre de l’Économie nationale. Il fait carrière dans ce Ministère comme chef de service de l’expansion commerciale à l’étranger à la DREE, de 1945 à 1951 puis au Secrétariat général du Comité interministériel pour les questions de coopération économique européenne, le SGCI, de 1951 à 1953. En 1953 il pantoufle comme directeur financier de la CFP. Il meurt en 1976.
Thierry de Clermont-Tonnerre entre en novembre 1941 comme chargé de mission au cabinet de Bouthillier puis devient chef adjoint du cabinet de Cathala. Comme les autres membres du cabinet il quitte ses fonctions en novembre 1942 devant le refus de Pétain de quitter la Métropole, selon le témoignage de J. de Fouchier, Le goût de l’improbable, op. cit. Avec Fouchier, il arrive à Alger et devient chargé de mission au Commissariat aux Finances en juin 1943. En 1946 il commence une carrière financière internationale au FMI. En 1948 il remplace Margerie comme directeur adjoint des Finances extérieures puis assure le Secrétariat général du SGCI en 1951, et la direction du cabinet de Bourgès-Maunoury, Ministre des Finances de janvier à juin 1953. Il quitte alors la fonction publique pour entrer dans les affaires, comme associé de Lambert et Cie puis de l’UFB en 1960 où il présidera notamment Plon et Julliard. Il meurt en 1976.
Pierre Douffiagues, fils de cadre de la Société des Potasses, polytechnicien, rédacteur depuis 1935, commence sa carrière administrative, comme chargé de mission puis contrôleur financier à la direction de l’Économie générale en 1941. Le 20 novembre 1942 il succède à J. de Fouchier qui le recommande (avant de partir pour l’Afrique du Nord puis l’armée d’Italie) comme directeur de cabinet du Ministre des Finances, Cathala. Sa carrière s’accélère, il est nommé sous-directeur en 1943, directeur adjoint en 1944 mais il est suspendu de ses fonctions en août 1944, réintégré en 1945 comme contrôleur d’État et démissionne en 1947. Il part alors pour l’Amérique du Sud comme délégué général de la Compagnie Lyonnaise des Eaux jusqu’en 1952. De 1953 à 1955 il passe chez Worms, puis à la BUP et devient ensuite directeur de la Cie minière de l’Ocoué. Il meurt en 1985.
Pierre Hedde, orphelin, reçu deuxième, était rédacteur depuis 1934. Il entre en 1941 comme chargé de mission au cabinet de Bouthillier puis de Cathala. En août 1943 il devient sous-directeur de l’Office des Changes où selon J. de Fouchier il mène un « excellent travail de résistant », cf. J. de Fouchier, Le Goût de l’improbable, op. cit., p. 159. Il y reste après la guerre et en devient chef de service en 1947 jusqu’en 1957. Pendant deux ans il travaille à la direction financière de SIMCA puis est réintégré à l’Inspection.
Jean Robert, enfin, que Goetze retrouve en Afrique du Nord (cf. partie II), fils d’un cadre du Crédit Lyonnais, est présent au Maroc en novembre 1942 pour le décès de son père. Ludovic Tron, directeur des Finances du Protectorat le sollicite alors pour assurer son intérim lorsque en novembre 1942 lui-même devient secrétaire général aux Finances auprès du Haut Commisssaire, Darlan puis Giraud. Robert y reste directeur jusqu’en 1947, puis est nommé en 1948 conseiller financier du Haut commissariat en Sarre avec Grandval. Il reste en Sarre jusqu’en 1955 qu’il quitte avec Grandval pour le Maroc comme secrétaire général du protectorat. Réintégré la même année il commence une nouvelle carrière au secrétariat général de la Marine marchande de 1964 à 1972 et termine de 1974 à 1977 Président de la SOFREMER. Si toute la promotion a connu une carrière dirigeante surtout dans le secteur privé, seul Goetze a eu une carrière triomphante pour reprendre la terminologie des inspecteurs eux-mêmes.

5 Philippe Waldruche de Montrémy a été reçu en 1939 après trois ans de préparation dont un dans la petite écurie de Guionin en 1936-1937 et un désistement au concours de 1938. Fait prisonnier le 6 juin 1940, envoyé dans l’OFLAG V où il créera une préparation aux concours, il ne sera rapatrié qu’en 1945. Il commence sa carrière à la direction des Prix, devient de 1955 à 1958 directeur des Finances du Maroc, puis directeur des Douanes. Réintégré en 1971, il préside la SEITA de 1974 à 1976.

6 La carrière de Pierre-Paul Schweitzer est comme celle de Goetze « triomphante ». Entré comme chargé de mission en 1941 à la direction des Finances Extérieures à l’échelon de Vichy il y reste jusqu’à sa déportation en juin 1944 pour résistance. Revenu de captivité il devient directeur adjoint auprès de Guindey à la direction des Finances extérieures puis en 1948 secrétaire général du SGCI. En 1949 il part comme conseiller financier à Washington jusqu’en 1952 où il revient pour succéder à Bloch-Lainé à la tête de la direction du Trésor jusqu’en 1960. De 1960 à 1963 il est sous-gouverneur de la Banque de France, en 1963 il retrouve les États-Unis comme président du FMI jusqu’en 1973. Il présidera ensuite plusieurs entreprises dont Améribas et Pétrofigaz.
Lamy, chargé de mission au Trésor de 1941 à 1945, sous-directeur de 1946 à 1948, sera après un bref passage à Washington, directeur des Finances au Maroc, puis « pantouflera » de 1955 à 1976 comme directeur général et président en 1963 de la BUP, devenu après fusion avec le Crédit du Nord, L’Union bancaire.
Libersart, chef adjoint du cabinet du Ministre des Finances Bouthillier de mars 1939 à octobre 1941 (sous la direction de Filippi et Yrissou), reste jusqu’en mars 1945 inspecteur à la direction du Commerce extérieur. En 1950 il dirige la mission de l’IGF en Afrique du Nord, en 1952 il retrouve Yrissou au cabinet de Pinay qu’il quitte en 1953 pour la Grande-Bretagne où il dirige le service d’expansion économique jusqu’en 1958. Il retrouve le cabinet de Pinay Ministre des Finances de 1958 à 1960 et termine sa carrière comme inspecteur général des postes de l’expansion économique à l’étranger.

7 En réalité la promotion 1936 comportait 9 reçus sur 68 candidats qui étaient par ordre de classement, Libersart, Lalande de Calan, Schweitzer, de Seynes, Lamy, Julienne, Grandval, Bloch-Lainé, Gruson. S’ils n’en cite que trois c’est peut-être parce qu’il les a connus en tournée. Notons que Schweitzer, Calan, Lamy, Julienne, Bloch-Lainé, Gruson, ont accordé des entretiens au CHEFF. La tournée d’Inspection dure six mois et se déroule de mai à octobre. Son objet est la vérification sur pièce, après arrêté de caisse, opéré à l’improviste, de la comptabilité des comptables de l’État. Elle donne lieu à un rapport contradictoire en cinq colonnes où l’agent vérifié peut se défendre. L’hiver, les inspecteurs se tiennent à la disposition du Ministre pour effectuer a sa demande études, rapports, projets de réforme, missions diverses en France ou à l’étranger, participation aux commissions de contrôle etc. Ils assurent aussi la préparation des petites écuries. Sur la tournée de Goetze cf. ci-dessous, chap. VII.

8 Cette solidarité de promotion s’avère en effet plus forte que celle des écuries. Y concourent l’isolement en province pendant le semestre de tournée, une disponibilité accrue, une rivalité disparue, une formation professionnelle sur le terrain commune et spécifique, ainsi que le sentiment partagé d’appartenance à l’élite du Ministère des Finances et d’un avenir « intéressant ».

9 Goetze surestime la « neutralité » du journal Le Temps, bible des étudiants de Sciences-Po. Rappelons que Le Temps, fondé par Nefftzer sous le Second Empire, avait été racheté par Adrien Hébrard, grand entrepreneur en 1873. Il ne tirait qu’à 35 000-40 000 exemplaires au début du siècle et 55 000 avant 1939. J.N. Jeanneney analyse la réalité de cette pseudo-neutralité et ses ressorts notamment dans son livre Une histoire des médias, des origines a nos jours, Paris, Seuil, 1996, 375 p. Jaurès l’appelait « La bourgeoisie faite journal », (cf. p. 220). Surtout il était considéré comme l’organe officieux du Ministère des Affaires étrangères. Ainsi, en 1938 Le Temps publie un article pro-munichois de Joseph Barthélémy, alors professeur de droit à la Faculté et à « Sciences-Po », justifiant en terme juridique l’abandon des Tchèques ce qui provoqua la démission de Hubert Beuve-Méry, alors correspondant du Temps en Tchécoslovaquie (p. 239). Est-ce le ton non polémique qui inspirait confiance à Goetze ou bien partageait-il les opinions du journal ? J.N. Jeanneney explique : « On dit qu’Adrien Hébrard aime à répéter à ses journalistes : « Faites emmerdant ! » Autrement dit, en termes plus châtiés : « Votre influence sera proportionnelle à votre gravité. » Il était le seul journal avec le Journal des Débats à disposer dans l’entre-deux-guerres avec sa page financière d’une influence qui comptait, et à ce titre n’a pas échappé à la vénalité de la presse financière qu’a étudié J.N. Jeanneney, L’argent caché, Paris, Fayard, 1984, 306 p., p. 205-231. Rappelons enfin que Le Temps replié en zone Sud sous l’occupation ne subsista que grâce aux subventions de Vichy, ce qui entrava sa liberté. Ne s’étant sabordé que quelques temps après l’invasion de la zone Sud Le Temps fut interdit de reparution à la Liberation. Pour combler le vide Le Monde fut créé en décembre 1944. Il s’agit, ajoute J.N. Jeanneney, de ressusciter la réputation originelle de sérieux et de solidité du Temps tout en ayant purgé les miasmes de la corruption qui avait altéré aux yeux des honnêtes gens, dans les années trente, l’image du journal de la rue des Italiens » (p. 218). Le seul ouvrage de référence sur l’histoire de la presse était jusqu’à cette année, l’œuvre collective et exhaustive de Bellanger, Godechot, Guiral, Terrou, Histoire générale de la presse française, 5 tomes, Paris P.U.F notamment, t. III, 1972, 688 p., t. IV, 488 p. et t. V, 550 p., 1976. On dispose désormais de la synthèse précieuse et complète de Marc Martin, Médias et journalistes de la République, Paris, Éditions Odile Jacob, 1997, 494 p. Cf. aussi J.N. Jeanneney et J. Julliard, Le Monde de Beuve-Méry ou le métier d’Alceste, Paris, Seuil, 1979, 378 p.

10 C’est ainsi qu’on appelait les militants activistes de l’Action française. Sur l’engagement de Madame Goetze dans la résistance gaulliste en Algérie cf. ci-dessous IIe partie.

11 Sa réponse concerne-t-elle les années trente ou les années quatre-vingt ? Avant la guerre, sont cités comme socialistes par les inspecteurs interviewés ceux qui sont entrés en 1936 au cabinet de Vincent Auriol, Saltes et Tron. Seul le dernier est connu pour son engagement socialiste dans la vie politique après la guerre. Il est difficile en réalité de connaître la sensibilité politique des inspecteurs des Finances de cette époque avec certitude, la grande majorité se déclarant apolitique. Beaucoup se reconnaissent modérés, certains, plus rares avouent qu’à cette époque de leur jeunesse ils étaient proches des socialistes. Certaines trajectoires autorisent de fortes présomptions de sensibilité de gauche. De là à chiffrer il y une marge qu’on ne peut franchir.

12 Six ans de plus. Nos entretiens avec Saltes ne permettent pas de confirmer cet engagement socialiste même s’il a œuvré pour la réussite de la politique économique du Front Populaire. Mais sa carrière ultérieure, jusqu’en 1945, atteste de sa sensibilité « de gauche ». Polytechnicien, reçu au concours de l’Inspection en 1930, il entame une carrière de cabinet auprès de Ministres radicaux (du Ministre des Finances, Chéron en 1932, du Ministre de l’Air, Cot en 1933-1934 puis Déat en 1936). En 1936, il devient directeur de cabinet de Vincent Auriol qui le nomme sous-directeur de la puissante direction du MGF. En septembre 1940 il est exilé à la direction de l’Economie générale. Pris comme d’autres hauts fonctionnaires comme otage et envoyé en Autriche en 1943, il en revient en 1945 pour être nommé par Mendès France directeur du Blocus puis la même année il entre à la Banque de France comme sous-gouverneur jusqu’en 1960. Il terminera sa carrière comme président du Crédit national de 1960 à 1972.

13 La jaquette obligatoire pour « le premier jour » a marqué tous les témoins. Compte tenu de leur âge c’était pour la plupart une première. La réforme de 1936, en vigueur en 1937, d’ordre symbolique l’a rendue facultative, la tenue de ville ou le veston (bordé de noir d’après le témoignage de Jean Robert au CHEFF) étaient désormais également autorisés.

14 Nos recherches ont démontré d’une part que le concours était moins fermé socialement que la carrière de plusieurs grands noms le laissait croire, d’autre part que l’ouverture du premier concours aux fonctionnaires des finances ayant cinq ans d’ancienneté et non titulaires d’une licence resta inappliquée, enfin que la préférence familiale n’apparaît pas dans les statistiques. Cf. N. Carré de Malberg, « Le recrutement... », art. cit.

15 L’impartialité du jury est toujours précisée par les témoins ce qui n’étonnera guère puisqu’il s’agit d’heureux lauréats. L’anonymat des copies en était une manifestation. Au nom propre était substituée une devise. Celle de Goetze, quid sapiam. Mais il existait une tradition pour l’admissibilité qui permettait de détourner quelque peu cet anonymat. Avant les épreuves les membres du jury pouvaient entendre les « préparateurs » évoquer les mérites de leurs poulains ce qui permettait, avant de dresser la liste des admissibles, éventuellement, d’ajouter ou de retrancher un candidat dont les résultats écrits auraient pu être en trop décalés par rapport au jugement des préparateurs. Dans le rapport sur le concours de 1941 nous avons retrouvé mention du rétablissement de cette tradition qui aurait été abandonnée auparavant mais la note ajoute que malgré cette latitude retrouvée aucun changement n’a été apporté aux résultats de l’écrit. Archives du Service de l’Inspection. Dossier cartonné Concours.

16 Maurice Couve de Murville ne figure pas dans la liste des membres du jury 1937. Peut-être confond-il la grande écurie dont Couve de Murville était un des deux chefs. Goetze retrouvera Couve de Murville à Alger. Sans évoquer la carrière trop connue de Couve de Murville, rappelons que reçu premier en 1930, il entre dès 1933 à la direction du Mouvement général des Fonds, dont il devient sous-directeur en 1937, directeur adjoint la même année (chargée des Finances extérieures). En septembre 1940 il devient logiquement directeur de la nouvelle direction des Finances extérieures. Avec Leroy-Beaulieu, il profite d’une mission en Espagne, pour rejoindre l’Afrique du Nord début 1943. Il devient à Alger en mars 1943 secrétaire du Comité de guerre de Giraud. Rallié à de Gaulle il est ensuite nommé commissaire aux Finances du CFLN jusqu’en novembre 1943. Il cède alors la place à Mendès France, et commence une carrière diplomatique, à Rome d’abord, au Quai d’Orsay ensuite à partir de novembre 1945.

17 Le président du jury change chaque année. En 1937 il s’agit de l’inspecteur général Rendu, qui a fait toute sa carrière de 1910 à 1957 dans les cadres de l’Inspection sans détachement. Les autres membres sont deux inspecteurs : Dayras (IF 1912) et Francin (IF 1929) et deux fonctionnaires hors Finances : Rosset, enseignant, qui restera au jury de 1938 et 1939 et Parent non identifié.

18 La réforme du concours de l’Inspection portait aussi sur les épreuves et ajouta une épreuve d’exposés écrits de culture générale : on devait en choisir trois sur une liste de dix. Il serait fastidieux d’énoncer les dix sujets d’exposés en 1937. Citons-en deux pour le plaisir : « Rôle de la Radiodiffusion dans la société moderne. » et « Le problème mondial du pétrole » et regrettons que ces exposés écrits n’aient pas été conservés !

19 Ce qui tend à prouver que l’important à l’oral n’est pas le savoir mais le savoir dire. Le sujet était énoncé ainsi : « L’épargne et les institutions qui la favorisent », cf. R.F.S.P. 1937, p. 302-303 et Annexe I.

20 Il a dû disserter pendant six heures sur : « Quelle influence exerce sur la vie économique et sociale d’un pays la densité de sa population et quels peuvent être les effets des mouvements démographiques qui tendent à la modifier ? ». La prise de conscience de la faiblesse démographique de la France (38 millions au début du siècle sans l’Alsace-Lorraine), 41 millions en 1941 n’est pas neuve mais elle s’avive au regard de la démographie allemande. Le 29 juillet 1939 Alfred Sauvy un des plus ardents défenseurs d’une politique familiale et nataliste obtiendra gain de cause avec le code de la famille. Mais le sujet fait également écho aux préoccupations nourries par le chômage d’une part et l’augmentation de l’immigration d’autre part en provenance de l’Allemagne (55 000 ont transité entre 1933 et 1939) ou de l’Autriche. En 1921 moins de 4 % de la population était étrangère, en 1931 près de 8 %. En 1927 une loi avait facilité la naturalisation, cf. Eugen Weber, La France des années trente, op. cit., chapitre IV, et Gérard Norriel, Le creuset français, histoire de l’immigration française, xixe-xxe siècles, Paris, Seuil, 1992, 437 p.

21 Les deux sujets du deuxième jour, épreuves plus techniques faisant appel à des connaissances précises étaient : Sujet I : « Il a été maintes fois affirmé que la propriété immobilière supporte en France une charge fiscale très supérieure à celle qui pèse sur la propriété mobilière. La thèse inverse a été également soutenue. Discuter et apprécier ces deux opinions. » ; Sujet II : « L’organisation et les attributions contentieuses du Conseil d’État ». Difficile d’improviser ! Sans doute en savait-il tout de même plus que les autres candidats et assez pour échapper aux détails qu’il ignorait et dégager les grandes idées qui présidaient à l’un et à l’autre.

22 Cf. annexe I, les problèmes de mathématiques de 1937 in R.F.S.P. 1937. Au concours de 1935 (année dont nous avons retrouvé les coefficients) les mathématiques comptaient pour 5 sur un total de coefficient à l’écrit de 58 et André Brunet (1930) chargé un temps de rédiger l’histoire de l’Inspection rappelle l’anecdote de Miriel reçu en 1898 premier sur 6 reçus et 26 candidats en dépit d’un zéro en mathématiques. Archives de l'IGF. Dossier A. Brunet.

23 Sur 68 candidats présentés et 65 présents. Goetze était 10e à l’écrit et 4e à l’oral. Pour l’ensemble des promotions de 1892 à 1946 le taux de réussite est de 22 %, mais la difficulté a été croissante entre les deux guerres et l’année de Goetze 12,2 % seulement sont reçus.

24 Les exemples de reclassement entre les deux concours sont fréquents. Si, pour l’avancement dans le corps, c’est le rang au deuxième concours qui compte, pour la notoriété la place de major au premier concours est plus porteuse d’opportunité du moins dans les premières années et plus durable dans les mémoires.

25 Redisons que sur les 368 reçus au premier concours de 1892 à 1946, 202 soit 54 % l’ont été à leur première tentative, proportion qui se retrouve en 1937 l’année du concours de Goetze.

26 Il s’agit en fait du canular de Leca, normalien et I.F. de la promotion 1932 qui rédigea un premier jour sur « Le premier jour ». La dernière phrase de l’introduction est : « Les qualités de cette composition sont donc en apparence contradictoires. Le fond ne doit pas choquer un technicien, la forme ne doit pas rebuter un profane ». Quant à la chute de la conclusion la citation exacte est : « Il subsiste non pas comme un procédé d’école mais comme un mode d’éducation intellectuelle et sa sévérité marque d’une empreinte durable la majorité des candidats qu’elle distingue et qu’elle enrichit jusque dans l’échec où elle les conduit. » A. P. Saltes, confiées à l’auteur. Cette première épreuve pesait par son coefficient qui a changé selon les années. En 1935, c’était 25 sur 58 pour l’écrit. Les deux épreuves techniques pesaient ensemble pour 25, les langues pour 3. Cf. Annexe II. Archives IGF, carton concours.

27 Difficile de comparer la réussite des littéraires à l’Inspection (22,5 %) avant et après l’ENA dans la mesure où en raison de la combinaison multiple des diplômes, les titulaires d’une licence en lettres ne sont pas isolés dans les ouvrages sur l’ENA cf. J.L. Bodiguel, Les anciens élèves de l’ENA, Paris, PFNSP 1978, 271 p., p. 201. ou J.F. Kessler, L’ENA, La société et l’État, Paris, Berger-Levrault, 1985, 583 p., p. 267-298. Les épreuves des deux concours d’entrée à l’ENA (étudiants et fonctionnaires) ont été modifiées à plusieurs reprises depuis 1945. Au début les deux concours d’entrée à l’ENA comportaient comme les anciens concours une épreuve de composition écrite en six heures mais les sujets étaient plus larges et devaient ou pouvaient faire référence non plus à l’actualité mais à l’histoire puisqu’ils devaient porter sur « l’évolution générale des idées et des faits politiques économiques ou sociaux depuis le milieu du XVIIIe siècle ». Le bien écrire restait tout aussi important. En 1958 pour les candidats fonctionnaires le programme du premier jour redevint ce qu’il était avant 1945. En 1971 pour les deux concours seuls les problèmes actuels furent maintenus mais en 1982 on en revint à la longue période. Quant à l’expression, ce qu’on attendait d’un candidat à l’ENA ressemble fort à ce qu’on attendait d’un candidat à l’Inspection : « L’essentiel est d’avoir délimité avec intelligence son sujet, d’avoir d’entrée dégager les grandes idées forces, d’éviter les redites... et d’être clair et concis », cf. J.F. Kessler, L’ENA, La société et l’Etat, op. cit., p. 90. Mais cet auteur, à la lecture des meilleures copies, estime que « de 1952 à 1982, les qualités de style des candidats n’ont cessé de se détériorer. L’ENA subit le contrecoup de la baisse de niveau en français des bacheliers. » Plus que les études littéraires supérieures ce serait l’enseignement du français dans les lycées qui serait déterminant.

28 Cf. ci-dessus. Si le jury a bien été ouvert à des membres étrangers à l’administration des Finances l’objectif était d’accueillir des esprits aux curiosités plus diverses mais pas nécessairement plus conformes au programme du Front Populaire. « Ainsi, dit le rapport de Vincent Auriol au Président le 15 novembre 1936, se trouve marqué nettement le caractère des épreuves qui ne doivent pas être purement techniques mais doivent montrer que les candidats possèdent une culture générale étendue. » Cf. Rapport sur les conditions de concours d’entrée à la Cour des Comptes et à l’Inspection des Finances, JO, 18 novembre 1936, Archives IGF, carton concours.

29 Et surtout il n’a plus eu l’occasion de revoir ces membres du jury.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540