Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Entretiens avec Roger Goetze, haut fonctionnaire des Finances

 | 
Roger Goetze
, 
Florence Descamps
, 
Agathe Georges-Picot

Première partie. Le choix de l'Inspection des Finances (1912-1940)

Chapitre II. Les études supérieures de la Sorbonne à l’école libre des sciences politiques

Texte intégral

Ensuite vous passez un baccalauréat scientifique ?

  • 1 Les mentions « Très bien » sont fréquentes chez les futurs Inspecteurs des Finances de cette périod (...)

Non, j’ai passé maths et philo, les deux seules formules qui existaient à l’époque et les deux avec mention très bien, en toute modestie1.

Dois-je en déduire que vous êtes plutôt matheux comme on dit, ou plutôt littéraire ?

  • 2 Pour les promotions 1892-1946 rares sont ceux qui n’ont pas leur licence en droit : 20 % seulement (...)

Eh bien, j’avouerai tout de suite que je suis licencié ès lettres, de la licence qu’on appelait alors « d’enseignement », licencié ès sciences de la même licence, et que j’en suis resté à la capacité en droit...2

Vous avez plusieurs cordes à votre arc ?

  • 3 Il est le seul parmi les 91 témoins à avoir trouvé sa voie à partir des guides des carrières et ils (...)
  • 4 Il n’est pas le seul à porter sur les carrières à la Cour des Comptes un jugement négatif : « moins (...)

Semble-t-il ! C’est-à-dire qu’à la suite de mon année de mathématiques spéciales au lycée Carnot, j’avais obtenu quelques succès puisque, quoique étant « bizuth » j’étais major de « colle », et je me suis demandé sérieusement si je ne ferais pas Polytechnique. Ce qui m’eût conduit bien sûr à refaire mon année de « taupe » pour pouvoir me présenter au concours. J’ai beaucoup hésité et comme la même année où je passais le certificat de mathématiques générales, j’avais simultanément passé les deux certificats de licence d’études latines et d’études grecques, je me suis senti plutôt attiré vers une certaine liberté dans la culture en général et je me suis orienté finalement vers la Sorbonne plutôt que de refaire une année de préparatoire puis les années d’X. J’ai beaucoup hésité, je dois dire, j’ai consulté le guide des diverses professions possibles, des diverses sources de profit qu’on pouvait en tirer et... j’en ai déduit que, mon Dieu, des études pouvant conduire à la haute administration étaient ce qui me convenait le mieux et ce qui m’assurerait le plus de liberté3 !
Alors, la haute administration, mais laquelle ? La Cour des Comptes m’a paru un peu spécialisée, le Conseil d’État, je n’avais pas encore fait de licence en droit, après tout, pourquoi pas l’Inspection des Finances ? Parce que à ce moment-là, comme vous le savez, les concours étaient séparés. Je me suis donc inscrit pour faire la préparation de droit qui convenait, mais il fallait d’abord que je finisse ma licence ès sciences qui demandait trois années : une année par certificat, puisque j’avais fait mathématique générale et physique générale. Il me restait à avoir chimie générale et pour la licence de lettres on pouvait la faire en deux ans. Mais j’ai pris quand même les trois ans, y compris un certificat de philologie et de grammaire ancienne. J’étais donc parti pour faire trois années de Sorbonne. Comme j’avais 17 ans je pouvais parfaitement le faire. Voilà donc, si vous voulez, toutes mes études4.

Revenons sur le choix de votre orientation pour les études supérieures. Vous avez été tenté et vous avez longuement hésité sur le choix de Polytechnique, vous connaissiez l’école Polytechnique par vos professeurs ? par les élèves ?

  • 5 Le recrutement social de l’X comme celui de l’E.N.S. plus ouvert que celui de l’Inspection s’expliq (...)

Oui, je la connaissais par sa renommée essentiellement... Je vous l’ai dit, Carnot, ce n’était pas un vague lycée de province mais il n’y avait pas d’autre classe préparatoire aux grandes écoles qu’une taupe directe5.

Dans ces conditions, l’orientation vers l’IGF paraît plus originale ? Comment avez-vous eu cette idée ? Qui vous y a conduit ?

  • 6 Il ignorait, semble-t-il, que l’X permettait de présenter le concours de l’Inspection. 20 % de notr (...)
  • 7 La préparation au concours de l’Inspection se faisait dans les locaux de Sciences-Po dans les année (...)
  • 8 Cf. notamment : Victor Turquan, Guide pratique des jeunes gens dans le choix d’une carrière, Paris, (...)

Comme je vous l’ai dit, j’hésitais à faire l’X. L’X, la carrière était toute trouvée n’importe où. Pour faire une carrière qui ait à la fois un intérêt scientifique et général c’était plus différent. Cette année-là, je ne sais plus laquelle mais ce doit être en 19316, j’en étais au même point pour chacune des deux facultés.
La seule chose qui pouvait effectivement m’intéresser, c’était la culture générale qui était demandée, et non la spécialisation des licences théoriques. C’étaient aussi les carrières de la haute administration, celles qui, à défaut d’ENA, qui n’existait pas, se préparaient par deux ans ou trois ans de Sciences politiques et d’« écuries »7. Je ne sais plus quelle était la librairie qui publiait, qui doit toujours publier un petit guide des carrières, quelque chose comme cela, je l’ai feuilleté et c’est ce qui a fixé finalement mon choix8.

Vous m’avez parlé de votre intérêt pour la haute fonction publique, vous m’avez dit que vous aviez envisagé l’X, vous aviez comparé la Cour des Comptes, le Conseil d’Etat, l’Inspection... Vous ne m’avez pas parlé du Quai d’Orsay, cela ne vous a jamais tenté ?

C’était un secteur tout à fait différent. J’hésitais en réalité, entre poursuivre l’X ou faire des études hautement administratives, cela ne prouve pas que j’aie été opposé aux Affaires Étrangères.

Mais comme vous étiez littéraire, vous auriez pu après la licence y penser, cela ne vous a jamais effleuré ?

  • 9 Pourquoi ne pas dire que la « Carrière » apparaissait alors réservée à une certaine grande bourgeoi (...)

Non...9 Les lettres me plaisaient, cela me plaisait beaucoup. C’est ce qui a amené mon mariage mais en réalité, j’avais plutôt l’esprit précis et scientifique.

L’École normale supérieure d’Ulm ne vous a jamais tenté ?

  • 10 Sur l’École normale supérieure (lettres), son recrutement et ses débouchés, cf. Jean-François Sirin (...)
  • 11 Cette allusion à une « vraie » vie, active, par opposition à une « fausse », passive, se retrouve c (...)

Non, parce que, à tort probablement, je la pensais spécialisée dans l’enseignement et je ne me sentais pas un désir réel d’enseigner. J’ai appris depuis que ce n’était pas le cas, j’ai eu de nombreux amis normaliens qui ont fait tout autre chose que de l’enseignement bien entendu, et en sciences le niveau était même supérieur à Polytechnique, il n’y a pas de doute. Mais alors cela devenait une carrière de recherches mathématiques ou physiques10.
Non, j’avais plutôt le désir de vivre, disons, une véritable vie... Enfin, l’IGF m’avait plu par ce qu’on en disait, qu’on n’était pas condamné à inspecter les Finances toute sa vie, à dire la vérité, et que quand on avait fait un certain temps de « purgatoire », on avait une certaine liberté d’action et de choix11.

Et qui vous avait parlé ainsi de l’IGF ? Est-ce que vous avez un souvenir au cours de vos études ?

Non.

Est-ce que dans votre famille il y avait des personnes appartenant à l’administration ?

  • 12 45,4 % des inspecteurs sont issus d’une famille de fonctionnaires.

Pas du tout. Ni de près, ni de loin12. Je suis de la promotion 1937, « Vincent Auriol », je suis donc de la première promotion où a-t-on dit, on n’était pas le bénéficiaire du préjugé favorable, d’un népotisme. Je n’avais eu ni de près ni de loin aucun contact avec l’IGF.

Est-ce que cette accusation de népotisme à laquelle vous faites allusion est quelque chose qui d’après vous était fondée avant 1936 ?

  • 13 Nous avons démontré la faible proportion d’inspecteurs ayant un membre de leur famille au sens larg (...)

Oui, peut-être mais, on pourrait presque dire que ça l’est encore car quand on regarde l’annuaire de l’IGF, on y rencontre souvent le nom de X. Vous voyez rarement le grand-père, le père, et le petit fils comme chez les polytechniciens, mais vous voyez souvent quand même les enfants, enfin ce serait facile d’en retrouver un grand nombre. Non, je ne connaissais pas suffisamment le milieu. Ce que je savais c’est qu’il était assez fermé, et je me suis dit : on verra bien !13

Quant à l’IGF, est-ce que vous vous faisiez une idée très précise du métier d’inspecteur des Finances ? À la limite vous m’avez dit que vous l’aviez choisi parce qu’après avoir passé un temps à inspecter les finances on faisait autre chose ?

Oui, vous savez, quand même la réputation est, probablement que dans le petit livret c’était indiqué, qu’on ne moisissait pas éternellement dans la vérification des chiffres. Et c’était probablement ce qui à ce moment-là comportait le plus d’études économiques générales. Enfin, les écuries de l’IGF étaient plus axées sur l’extérieur et sur la vie que celles du Conseil d’État.

Donc, ce qui vous plaisait, c’était la vie économique du pays ?

Oui, c’est cela exactement qui m’intéressait : faire un métier qui ne soit pas un métier de gratte-papier ou d’additionneur de chiffres ou de spécialiste parce qu’on avait appris les théories sur la vapeur...

Par opposition à la haute fonction publique, vous n’avez jamais pensé à rentrer dans ce qu’on appelle aujourd’hui le secteur privé ou ce qu’on appelait peut-être à l’époque le monde des affaires ou des entreprises ?

  • 14 Cf. IVe partie.
  • 15 Roger Goetze a épousé en 1935 Marcelle Charpentier. Cette alliance avec une jeune fille de la bonne (...)
  • 16 La perception des menaces de guerre et de l’incertitude de l’avenir apparaît spontanément dans d’au (...)

Non, jamais, j’ai toujours eu un caractère de fonctionnaire ! mais de haut fonctionnaire ! J’ai à ce titre-là refusé au Général de Gaulle d’être ministre14. M’a-t-on offert une carrière privée ? Non, on ne m’a pas offert du privé pour une raison simple, c’était la guerre !... Il aurait fallu que j’aie justement peut-être des ascendants qui, à ce moment-là, entre ma réception en 1937 et la guerre, pouvaient m’entraîner à faire autre chose. Mais là non. J’ajoute qu’il y avait autre chose de plus gênant peut-être... c’est que j’étais marié quand j’ai passé le concours de l’Inspection. Je me suis marié en 1935 avec une jeune fille, bien entendu charmante, dont le père était un médecin célèbre, de psychanalyse, enfin, non pas de psychanalyse, je ne dis pas volontiers de psychiatrie mais enfin de psychologie plutôt. Il fut directeur ensuite des Annales15. Il a fait des cours à l’Université de Toronto, Montréal, je ne sais pas... C’était un grand bourgeois, un grand bourgeois médecin qui m’a donné certainement de très bons conseils sans influencer ma vie à proprement parler, sa discrétion en cela était remarquable.
Mais la vie, vous savez à cette époque-là, chère madame, c’était pas très commode en 1937, c’était l’affaire de la Rhénanie, on savait très bien que ce n’était pas la peine de faire beaucoup de projets16.

Bref, vous ne vous êtes pas orienté dans le monde de l’entreprise ?

  • 17 Jacques de Fouchier (1934) a démissionné de l’Inspection le 1e r septembre 1946 à la suite de la dé (...)

Non, absolument pas. Entre 1937 et 1939, je n’en ai pas eu le loisir et après 1942 j’étais suffisamment engagé comme directeur général des Finances d’Algérie pour continuer une carrière administrative et financière. Je n’avais pas l’imagination de Jacques de Fouchier, qui est de deux ans mon aîné17, sinon j’aurais pu chercher quelque chose de ce côté-là, mais non, cela ne m’a pas spécialement tenté.

Quelle idée vous faisiez-vous de ce qu’on pouvait appeler à l’époque le service de l’État ou le service public et plus précisément de la haute fonction publique ?

  • 18 Les inspecteurs interrogés tiennent tous à préciser qu’ils n’ont jamais désiré « faire de la politi (...)

À l’époque, cela n’a peut-être pas changé beaucoup aujourd’hui, servir l’État c’était ne pas servir un maître, ou un patron. C’est servir, à mon avis, une idée, une fidélité, un certain idéal et cela vous laisse toute votre liberté. Je n’ai jamais appartenu à aucun parti politique, je n’ai jamais voulu faire de politique, c’est pour cela que j’ai refusé à de Gaulle d’être ministre quand je lui ai dit : « J’ai le tempérament d’un haut fonctionnaire ». C’est-à-dire servir l’intérêt de l’État que je considère, généralement comme étant celui de la Nation. Evidemment, si l’intérêt de l’État était en conflit avec l’intérêt de la Nation, j’aurais certainement choisi le second. Mais enfin, mon rôle précisément comme haut fonctionnaire était peut-être de faire en sorte que l’intérêt de l’État concorde avec l’intérêt de la Nation18.

Donc en 1936-1937, quand vous présentez le concours de l’Inspection des Finances, ces idées vous les avez...

  • 19 Cf. ci-dessous, chapitre 7, sur les « tournées » de vérification.

Eh bien, je les avais subconscientes, et ceci m’avait certainement guidé vers cela. Vous savez, quand on commence cette carrière d’inspecteur des Finances, cela n’est pas très exaltant19. La première chose qu’on fait c’est de compter des timbres-poste ou de compter des coupons dans l’arrêté d’une trésorerie générale. On commence très bas ! On commence très matériel ! Mais j’étais heureusement aidé par ma jeune épouse, oui car j’étais déjà marié depuis deux ans quand j’ai passé le concours, et elle m’a aidé à réadditionner les quittanciers !

Nous avons parlé de la Faculté, vous avez aussi étudié à l’École libre des Sciences Politiques ?

Oui, bien sûr.

Cela devait être très différent de la Sorbonne, comme ambiance ?

Oh oui ! À Sciences-Po, on trouvait plus souvent des gentlemen avec leur parapluie sur le bras et éventuellement une sorte de chapeau melon, c’était différent de la faculté des lettres et surtout du groupe de sociologie par exemple...

C’était très parisien comme ambiance, très mondain à l’École libre des Sciences Politiques ?

  • 20 Goussault (1894) était directeur du contrôle financier des chemins de fer de 1926 à 1934. Il assura (...)

C’était mondain, oui. Il y avait les cours que l’on suivait parce qu’ils étaient excellents et aussi parce qu’il fallait y être vu, Siegfried, par exemple, mais il y avait aussi ceux qui étaient obligatoires et qui n’étaient pas agréables à suivre. Là aussi j’ai eu de la chance nous étions fiancés à ce moment-là que ce soit ma fiancée qui aille suivre les cours sur les tabacs en feuille de Monsieur l’Inspecteur général Goussault. Dieu ! Que cela pouvait être barbant20 !

C’est elle qui y allait à votre place ?

C’est elle qui y allait à ma place en effet. Elle prenait ses notes fort bien, fort intelligemment. On a beaucoup partagé et c’est ainsi que j’ai pu passer en 1936, avec mention, mon diplôme de Finances publiques.

Déjà vous aviez choisi l’option Finances publiques ?

Ah bien oui, pour l’IGF, j’y étais très attaché à ce moment-là.

À l’École libre des Sciences Politiques est-ce que vous aviez d’autres camarades qui comme vous venaient de la Sorbonne ?

  • 21 22,5 % des inspecteurs sont licenciés en lettres, 33 % dans les années trente. Cf. N. Carré de Malb (...)
  • 22 Son isolement social se poursuit, renforcé par sa situation d’étudiant candidat marié. C’est là en (...)

Non, il devait bien y en avoir d’autres, certainement21. Je n’ai pas eu beaucoup de fréquentations parce que, n’étant pas encore marié mais désireux de l’être rapidement, je me suis dit qu’avant tout, dorénavant, ce qui comptait c’était d’avoir le plus tôt possible une situation et je dois dire que ma future femme et moi, nous avons mené un travail acharné et une vie relativement recluse22.

Donc vous avez travaillé en équipe ?

On a travaillé tous les deux, en équipe. Je ne me suis pas beaucoup amusé à l’extérieur et d’ailleurs elle non plus, malgré la vie mondaine que son père lui faisait mener, ne sachant pas encore qu’elle devait épouser un étudiant qui n’avait pas de situation.

Que votre fiancée vous ait aidé dans vos études c’était assez original ? Est-ce qu’elle a suivi elle-même les Sciences Politiques ? Est-ce qu’elle est diplômée ?

Oui, elle avait sa licence ès lettres, elle a suivi des cours pour elle-même aux Sciences Politiques. Elle n’est pas diplômée, parce que j’ai été plus vite qu’elle à ce moment-là, et parce qu’elle bûchait pour mon compte.

Mais elle a vraiment complètement suivi votre cursus universitaire ?

  • 23 Demander conseil à son chef d’écurie (grande ou petite) est chose courante. Parmi les chefs de gran (...)
  • 24 66 % des candidats sont reçus à leur première tentative qui est bien souvent une deuxième année de (...)

Oui, elle m’a beaucoup aidé. Et puis alors le grand drame a été de savoir si après deux années seulement d’écuries, je devrais me présenter au concours ou pas ? C’était risqué, très risqué même, alors j’ai demandé conseil à Baumgartner qui était le grand homme des Sciences-Po et qui l’est resté très longtemps sinon toute sa vie. Et Baumgartner après avoir réfléchi sur la façon dont j’avais passé mon diplôme de finances publiques l’année précédente en 1936 m’a dit : « Mais oui présentez-vous, vous devriez pouvoir réussir »23. Mais c’était très risqué car au concours de l’IGF, on ne pouvait se présenter que deux fois, alors il ne fallait pas se tromper par une hâte excessive. J’ai eu la chance de ne pas rater la première année en 193724.

On va revenir justement sur ce concours en particulier, mais auparavant j’aimerais revenir sur l’École libre des Sciences Politiques. Quel genre de formation y avez-vous reçue ? Je parle en particulier du point de vue de l’économie et des finances, puisque vous m’avez dit que c’était ce qui vous intéressait.

Il y avait les cours de Baumgartner, de Siegfried et d’autres excellents professeurs, notamment des jeunes inspecteurs de promotions récentes.

Est-ce que vous estimez que c’était une formation qui était bonne ou non, est-ce que vous la mesuriez comme telle à l’époque, est-ce qu’aujourd’hui avec le recul, vous estimez que c’était une bonne formation pour l’époque ?

  • 25 Sur le niveau « tout à fait insuffisant » de l’enseignement de l’économie dans les années 1930 à l’ (...)

Pour l’époque, oui sans aucun doute. Je ne suis pas certain que ce serait une formation adéquate maintenant mais enfin l’économie se faisait encore avec, en partie, des rêveurs25.

Est-ce que par exemple, il était question de la crise de 1929 et de ses conséquences, est-ce que vous vous souvenez que cela ait été commenté ? À l’époque ?

Oui, bien sûr, on était sinon en plein dedans, moi, j’étais en tout cas en plein dans le New Deal, j’en ai pris des notes et des notes sur ces années encore vivantes.

On commentait la politique économique extérieure ?

Oh, oui ! En tous les cas, il fallait lire les journaux, les revues économiques, il fallait se documenter sur la politique extérieure et notamment, je le répète, sur le New Deal américain qui a fait...

Sensation ?

  • 26 Notamment les articles de Grosrichard dans L’Œuvre, de Rist dans Le Petit Parisien, les discours de (...)

... a fait sensation, oui. Il y eut aussi discussion, ensuite, sur la dévaluation de Paul Reynaud, s’il fallait faire de la déflation ou dévaluation... Il y avait quand même de grandes discussions théoriques...26

Des grands débats ?

  • 27 On aurait aimé connaître le point de vue de Goetze dans ces débats.

Des grands débats, entre élèves et dans les cours. Oh oui, on n’était pas hors de la vie. [...] Dieu sait combien j’ai pu faire de fiches sur ces problèmes. Je ne sais pas ce que c’est devenu tout cela. Cela n’existe plus, mais évidemment c’était très commenté et je pense par de bons esprits, donc intelligemment27.

Est-ce que vous avez l’impression que la formation économique qui était donnée était plutôt inspirée du libéralisme ? ou de quelle doctrine ?

C’était certainement des libéraux, enfin, à mon avis. Je ne crois pas que toutes les théories aient eu cours aux Sciences-Po, non.

Les mesures qui ont été appliquées précisément pour résoudre la crise en France ? Je pense en particulier à la politique de Laval dont vous m’avez dit que vous l’aviez commentée au cours de vos études. Est-ce qu’il y avait un débat par exemple entre les élèves pour ou contre les décrets, contre la politique de déflation ?

Je ne pense pas qu’il y ait eu vraiment de débat entre élèves, mais probablement entre les chefs d’écurie.

  • 28 Il s’agit du groupe de réflexion créé en 1931 par trois polytechniciens, Gérard Bardet, André Loizi (...)

Est-ce que vous aviez connaissance des groupes de réflexion qui, par exemple autour de l’École Polytechnique, mettaient en œuvre une réflexion plus ou moins réformatrice, je pense à « X-Crise »28 ?

Non, je n’en ai pas... Non, je vous dis, pendant ces années-là, j’ai simplement essayé de poursuivre mon but, c’était d’obtenir mon diplôme le plus tôt possible, pour pouvoir nous marier... en me donnant une perspective plus valable. Parce que nous nous sommes mariés en 1935.

Vous aviez 23 ans. Vous étiez jeune...

  • 29 Sans être le plus jeune Goetze, qui n’a que 24 ans en juin 1937, n’a pas perdu de temps puisque l’â (...)

Et je n’avais pas 23 ans, on s’est mariés en avril 35, oui, j’avais 22 ans à l’issue de mon service militaire et je n’ai été reçu à l’IGF qu’en 1937, ce qui était le plus tôt possible, puisqu’après mon service, j’ai fait simplement deux années d’écurie, et la deuxième année de droit29.

Notes

1 Les mentions « Très bien » sont fréquentes chez les futurs Inspecteurs des Finances de cette période, cf. N. Carré de Malberg, « Pourquoi devient-on inspecteur des Finances de 1919 à 1946 ? », Études et Documents III 1991, p. 300-303. 27 témoins sur 91 parlent spontanément de leurs succès scolaires alors même que la question n’a pas été posée, 9 précisent qu’ils étaient des élèves moyens. Pour se présenter au concours il fallait la plupart du temps avoir été un bon, voire un très bon élève.

2 Pour les promotions 1892-1946 rares sont ceux qui n’ont pas leur licence en droit : 20 % seulement et plus rares encore ceux qui sont licenciés ès sciences (4 %) mais 22,5 % sont licenciés en lettres. Désir de culture classique, disponibilité, jeunesse des étudiants qui ont du temps devant eux, cette proportion de littéraires augmente dans les années trente : 35 % passent par la Sorbonne. Cf. N. Carré de Malberg, art cit. : « Le recrutement... » p. 78. Quant à l’accumulation des filières nous avons montré que la tendance est à la multiplication des diplômes au cours du premier demi-siècle en raison sans doute de la suppression depuis 1901 de l’obligation de stages préalables au sein du Ministère. Cumul qui s’accroît dans les années trente : 20 % ont suivi trois filières entre 1912 et 1921, 43 % entre 1932 et 1939. Curiosité accrue mais aussi disponibilité plus grande pour ces promotions épargnées par la guerre et peut-être précaution supplémentaire devant un marché de l’emploi plus difficile.

3 Il est le seul parmi les 91 témoins à avoir trouvé sa voie à partir des guides des carrières et ils sont 4 en tout à avoir trouvé l’information hors du bouche-à-oreille. On remarque là encore l’absence d’aides sociales ou familiales dans le choix de sa carrière.

4 Il n’est pas le seul à porter sur les carrières à la Cour des Comptes un jugement négatif : « moins difficile », « peu de sorties », « rasoir », cf. N. Carré de Malberg, art. cit. « Pourquoi... » p. 384. Le Conseil d’État apparaît plus prestigieux mais en effet exigeait une licence en droit alors que l’Inspection depuis 1896 était ouverte à tous les licenciés des facultés de sciences, de lettres ou de droit ainsi qu’aux polytechniciens.

5 Le recrutement social de l’X comme celui de l’E.N.S. plus ouvert que celui de l’Inspection s’explique en partie par la rémunération de la scolarité dans ces grandes Écoles mais aussi par le rôle d’éveilleurs joué par les professeurs des lycées. À l’X les classes sociales intermédiaires (mais non les classes populaires) représentent 42 % des élèves avant 1914 et 57 % après. Cf. M. Lévy-Leboyer, « La science mène-t-elle à l’action ? Les polytechniciens dans l’entreprise », ss la dir. de J. Lesourne, Les polytechniciens dans le siècle, 1894-1994, Paris, Dunod, 487 p., p. 150.

6 Il ignorait, semble-t-il, que l’X permettait de présenter le concours de l’Inspection. 20 % de notre corpus, 15 % dans les années trente sont diplômés de l’X. Surtout il souhaitait satisfaire son goût pour les études littéraires.

7 La préparation au concours de l’Inspection se faisait dans les locaux de Sciences-Po dans les années trente au cours de conférences dirigées par des camarades plus anciens de l’Inspection ouvertes à tous les candidats, les grandes écuries. Les « poulains » étaient répartis par petits groupes d’une dizaine de candidats en petites écuries, séminaires de méthodes et de travaux pratiques, dirigés par les reçus des deux concours précédents et situés dans les locaux de leurs choix. Certains inspecteurs confirmés assuraient également les cours de finances publiques du cursus de « Sciences-Po ». Cette école exerçait donc une influence à la fois de contenu et de contact mais nous avons montré que le diplôme non seulement ne figurait pas parmi les diplômes suffisants pour présenter le concours mais en outre n’était acquis que par 42,7 % des inspecteurs et 57 % dans les années 1932-1939. Sans avoir poursuivi le cursus type (droit - écuries puis progressivement au cours du demi-siècle droit - sciences-po - écuries), Goetze, plus matheux, plus littéraire et moins juriste a néanmoins poursuivi comme la majorité de ses camarades, ses études à Sciences-Po.

8 Cf. notamment : Victor Turquan, Guide pratique des jeunes gens dans le choix d’une carrière, Paris, 1re édition 1893 ; Paul Bastien, Les carrières administratives des jeunes gens, Paris, 1re édition 1904 ; Auguste Saillard, Les carrières administratives. Nouveau guide des candidats, Paris, 1903, Bibliothèque d’enseignement administratif. Sur l’ignorance des élèves et étudiants quant aux différents débouchés offerts par les ministères on peut lire Félix Garas, La sélection des fonctionnaires, Contribution à la réforme de l’État, Paris, Librairie Picart, 1936, 199 p. L’auteur y déplore l’absence de « dépistages » par l’école et les maîtres, l’inconséquence des pouvoirs publics et le rôle abusif du hasard exception faite des métiers à vocation comme les militaires (p. 85). Pour l’Inspection des Finances nous avons démontré le rôle de la famille, des parents, fonctionnaires des Finances (des services extérieurs notamment) et des camarades d’études secondaires ou supérieures dans l’orientation. Ceci expliquerait pourquoi l’Inspection semble recruter à cette époque plus de provinciaux que les reçus au concours de rédacteurs de l’administration centrale dont les parents sont plus généralement parisiens.

9 Pourquoi ne pas dire que la « Carrière » apparaissait alors réservée à une certaine grande bourgeoisie ? Sur les 13 témoins (sur 91) qui disent avoir envisagé la carrière diplomatique, 12 sont issus des strates supérieures de la grande bourgeoisie.

10 Sur l’École normale supérieure (lettres), son recrutement et ses débouchés, cf. Jean-François Sirinelli, Génération intellectuelle, khâgneux et normaliens dans l’entre-deux-guerres, Paris, Fayard, 1988, 721 p., notamment la Ire partie et École normale supérieure, le livre du centenaire, ss la dir. de J.-F. Sirinelli, Paris, PUF, 1994, 454 p., notamment p. 321-422.

11 Cette allusion à une « vraie » vie, active, par opposition à une « fausse », passive, se retrouve chez un autre témoin, normalien lui, Guillaume Guindey (1932) qui nous a expliqué avoir opté pour l’Inspection par souci d’agir dans son siècle car l’heure n’était plus, selon lui, à la méditation ou à l’enseignement. Cf. N. Carré de Malberg, art cit. « Pourquoi... » p. 358, entretien enregistré avec l’auteur en 1981 et en 1988. Quant à la perception que l’Inspection valait par ses débouchés elle est partagée par la quasi-totalité des inspecteurs interrogés, cf. idem p. 341.

12 45,4 % des inspecteurs sont issus d’une famille de fonctionnaires.

13 Nous avons démontré la faible proportion d’inspecteurs ayant un membre de leur famille au sens large à l’Inspection (11 %), 3 % étant fils d’inspecteurs, ainsi que l’absence, statistiquement parlant, de cette variable discriminante entre candidats et reçus. Cf. art cit. « Le recrutement... » p. 88. Néanmoins cette réputation de népotisme et d’un milieu fermé est fréquemment évoquée par les témoins lorsqu’ils évoquent leur choix de préparer le concours. Exemple du décalage entre le souvenir et la réalité ? Impression alimentée par la notoriété de certaines familles d’inspecteurs ? Nous n’avons pas en effet d’exemple de fils d’inspecteurs ayant fait une carrière modeste ou même moyenne. C’est peut-être ensuite, au cours de la carrière, que joue la « cote d’amour ». La cooptation par contre correspond au règlement du concours qui réserve aux membres de l’Inspection la préparation et le déroulement des épreuves. Statistiquement, le concours de l’Inspection apparaît plus démocratique que celui des autres grands corps administratifs mais moins que celui des grandes écoles, l’ENS ou l’X.

14 Cf. IVe partie.

15 Roger Goetze a épousé en 1935 Marcelle Charpentier. Cette alliance avec une jeune fille de la bonne bourgeoisie libérale, mariage d’amour s’il en fut, a constitué aussi une étape dans l’ascension sociale de Roger Goetze.

16 La perception des menaces de guerre et de l’incertitude de l’avenir apparaît spontanément dans d’autres témoignages de cette génération.

17 Jacques de Fouchier (1934) a démissionné de l’Inspection le 1e r septembre 1946 à la suite de la décision (annulée par la suite) du Ministre communiste de l’Économie, François Billoux, de l’éloigner de la direction des Relations économiques extérieures dont il était directeur adjoint. Ce « coup de tête » le conduira ultérieurement à la création et la présidence de la Compagnie bancaire puis en 1966 à la présidence de Paribas. Cf. J. de Fouchier, Le goût de l’improbable, Paris, Odile Jacob, 1984, 270 p. et La Banque et la vie, Paris, Odile Jacob, 1988, 336 p.

18 Les inspecteurs interrogés tiennent tous à préciser qu’ils n’ont jamais désiré « faire de la politique ». Il faut entendre cela au sens de l’engagement partisan et du choix d’une carrière d’élus, car dans leur fonction de direction ou de membres de cabinet ils participent évidemment à la décision politique économique ou financière de l’État. Le service de l’État ou service public est la première motivation citée par 65 % des inspecteurs des Finances, plus souvent par les promotions des années trente et quarante touchées par la crise et la guerre que par les promotions antérieures à 1934. Rarement défini, ce « service de l’État » apparaît comme un idéal de vie qui permet de se dépasser. Goetze le distingue du service de la Nation dont le service reste le but ultime. Goetze offre ici une analyse précieuse du rôle du haut fonctionnaire : agir pour que l’État serve la Nation. Reste à définir l’intérêt de la Nation, définition hautement politique, variable dans le temps et selon l’idéologie des hommes au pouvoir. Sur son engagement lors du conflit entre l’intérêt de l’État et celui de la Nation, cf. ci-dessus et IIe Partie. Rappelons enfin que contrairement aux hauts fonctionnaires en général, étudiés par Marie-Christine Kessler, dans « La psychologie des hauts fonctionnaires, les directeurs d’administration centrale », CURAPP, Psychologie et sciences administratives, Paris PUF, 1985, p. 163, le choix du service de l’État n’exclut pas chez les inspecteurs des Finances la perspective d’entrer ultérieurement dans l’entreprise privée.

19 Cf. ci-dessous, chapitre 7, sur les « tournées » de vérification.

20 Goussault (1894) était directeur du contrôle financier des chemins de fer de 1926 à 1934. Il assurait un cours de Finances publiques. Sur l’enseignement de l’économie politique à Sciences-Po il faut se reporter à la thèse d’État de Lucette Le Van-Lemesle, L’enseignement de l’économie politique en France (1860-1939), soutenue le 7 janvier 1995 à l’Université Paris I et à paraître en 1997 au CHEFF. Sur André Siegfried qui a favorablement impressionné tous ses étudiants, notamment les futurs inspecteurs, on peut consulter Gérard Vincent, Sciences-Po, Histoire d’une réussite, Paris, Olivier Orban, 1987, 419 p., p. 244-252. André Siegfried enseignait aux « Sciences-Po » depuis 1909, notamment la civilisation américaine et anglaise, enseignement émaillé de propos tirés de sa connaissance personnelle de ces pays. « La vedette de l’école est André Siegfried : dès 1923, le grand amphithéâtre est trop petit pour lui et on installe un haut-parleur dans la salle voisine. Parfois on lui demande de répéter son cours le lendemain. » op. cit., p. 95. Professeur au Collège de France en 1933, Siegfried reste un enseignant actif jusqu’à sa mort en 1959. Sur l’atmosphère mondaine des Sciences-Po les témoignages abondent tous dans le même sens. Cf. op. cit., p. 344-349.

21 22,5 % des inspecteurs sont licenciés en lettres, 33 % dans les années trente. Cf. N. Carré de Malberg, « Le recrutement... », art. cit., p. 78.

22 Son isolement social se poursuit, renforcé par sa situation d’étudiant candidat marié. C’est là en effet une situation plutôt rare. Sur 365 inspecteurs des promotions 1892-1939 dont les adresses des parents sont connues, 37 n’habitent plus chez leurs parents parce qu’ils sont mariés au concours, soit 10 %.

23 Demander conseil à son chef d’écurie (grande ou petite) est chose courante. Parmi les chefs de grandes écuries dans les années trente Wilfrid Baumgartner (1925) apparaît comme le plus « brillant » sinon le plus solide. Il est depuis novembre 1936 directeur général du Crédit national après avoir été chef de cabinet de Paul Reynaud en 1930, directeur-adjoint en 1934 puis directeur en 1935 du Mouvement général des Fonds. Depuis 1927 il était maître de conférences puis depuis 1932 professeur de finances publiques à Sciences-Po. Il a dirigé jusqu’en 1935 en tandem avec Georges-Picot (1923) les grandes écuries de préparation de l’Inspection. Olivier Feiertag a bien souligné le rayonnement de Baumgartner notamment à travers son enseignement aux Sciences-Po, son influence auprès de ses « poulains », et son patronage après le concours. Cf. Baumgartner, les finances de l’État et l’économie de la nation (1902-1978), thèse de doctorat, dactylographiée 3 vol. soutenue à Paris-X en 1994, chapitre III, p. 146-149.

24 66 % des candidats sont reçus à leur première tentative qui est bien souvent une deuxième année de préparation. Mais il faut préciser que dans les années trente les chances de réussite s’amenuisent par rapport aux années antérieures et descendent de 22 % en moyenne sur le demi-siècle à 12,2 % de reçus, cf. N. Carré de Malberg, article cit., « Le recrutement... » p. 72.

25 Sur le niveau « tout à fait insuffisant » de l’enseignement de l’économie dans les années 1930 à l’Université, aux Sciences-Po ou dans les écuries, le témoignage sévère rétrospectivement de Goetze confirme celui des autres inspecteurs interrogés. Cf. N. Carré de Malberg « Les Inspecteurs des Finances et la défense du franc 1934-1935 », Actes du Colloque : Du Franc Poincaré à l’Écu, Colloque tenu à Bercy le 3 et 4 décembre 1992, CHEFF, Imprimerie nationale, 1993, p. 125-169.

26 Notamment les articles de Grosrichard dans L’Œuvre, de Rist dans Le Petit Parisien, les discours de Paul Reynaud repris et critiqués dans Le Temps, de Tardieu dans Le Matin, de Germain-Martin dans L’Agence économique et financière pour ne citer que ceux que nous avons consultés. Les attaques contre Paul Reynaud, partisan d’une dévaluation, se sont multipliées à partir du 28 juin 1934.

27 On aurait aimé connaître le point de vue de Goetze dans ces débats.

28 Il s’agit du groupe de réflexion créé en 1931 par trois polytechniciens, Gérard Bardet, André Loizillon et John Nicolettis, devenu en 1933 le Centre Polytechnicien d’Études Economiques qui cherchait pour répondre à la situation de crise à fonder les études sur une approche scientifique rigoureuse et à définir des lignes directrices pour l’action des dirigeants. En 1936 ce qu’on appelait communément « X-Crise » comptait 2 000 adhérents dont 700 non polytechniciens. La guerre met fin aux travaux de ce laboratoire d’idées mais non à leur diffusion et à leurs applications dans tous les camps : à Londres, à Alger, dans la France libre et à Vichy. Cf. X-Crise, CPEE, son cinquantenaire 1931-1981, Paris, Economica, 1981, 300 p. Sur la place d’X-Crise dans les réflexions et les politiques menées la meilleure étude figure dans Michel Margairaz, L’État, les finances et l’économie, histoire d’une conversion 1932-1952, CHEFF, 1991, 2 vol, notamment p. 316-320.

29 Sans être le plus jeune Goetze, qui n’a que 24 ans en juin 1937, n’a pas perdu de temps puisque l’âge moyen des reçus de ces promotions est de 25,75 ans. Par comparaison l’âge d’entrée à l’Inspection après la création de l’ENA apparaît bien tardif : 27 ans en moyenne.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540