Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Entretiens avec Roger Goetze, haut fonctionnaire des Finances

 | 
Roger Goetze
, 
Florence Descamps
, 
Agathe Georges-Picot

Introduction

Nathalie Carré De Malberg

Texte intégral

1Voici, livré au public, un document, exceptionnel par sa nature et son contenu, consacré à un acteur majeur – et méconnu – de l’histoire politique et économique de la France, Roger Goetze, haut fonctionnaire du Ministère des Finances, de 1937 à 1958.

2Par sa nature ce document est un prototype.

  • 1 Les missions du Comité sont définies par l’art. 1 du décret du 6 août 1987, notamment l’alinéa 2 : (...)

3Du 18 avril au 27 juillet 1989, durant 23 heures réparties sur 14 entretiens enregistrés à la Compagnie Bancaire, avenue Kléber, Roger Goetze a bien voulu répondre aux questions posées par les deux « archivistes orales » du Comité d’histoire économique et financière qui se sont succédé : Florence Descamps pour les onze premiers (assistée par Philippe Muller-Feuga du Comité d’histoire industrielle pour la séance sur le pétrole) et Agathe Georges-Picot pour les trois derniers sur sa carrière qui portent au Crédit Foncier et aux « Villes nouvelles ». Il participait ainsi, parmi les premiers, à une des missions les plus fécondes du Comité : la collecte, sur le mode biographique, du témoignage des anciens responsables du Ministère des Finances1.

  • 2 La deuxième partie de la carrière de Roger Goetze fera en principe l’objet d’un deuxième volume sou (...)

4En 1995, Roger Goetze a accepté que les entretiens portant sur sa carrière dans l’administration des Finances et à la présidence de l’entreprise publique, la SN REPAL, fassent l’objet d’une publication séparée sous la forme d’un premier volume, réservant pour plus tard la partie portant sur ses activités de banquier de la construction2.

  • 3 Néanmoins, comme le préconise Florence Descamps, il convient d'être ferme dans notre avertissement (...)

5Il a également accepté que la publication de ces entretiens se fasse dans leur forme originelle, c’est-à-dire dans le style parlé, précieux par la spontanéité, les silences, les réparties, l’humour, l’émotion, bref la vie, qui s’en dégagent, assumant l’envers des vertus de l’oralité : quelques confusions factuelles, des redites et plus rarement des expressions familières. On reste étonné à la lecture de la transcription, de sa maîtrise de la langue et du fil de son discours lorsque l’on sait combien les archives orales se prêtent souvent mal à des citations intégrales. Mais on notera le contraste entre les longs développements, fluides et maîtrisés sur les sujets qui lui tiennent à cœur et les hésitations, ennuyées dans les réponses aux questions plus directives ou parfois mal adaptées3.

  • 4 Cf. Florence Descamps, « Les archives orales du Comité pour l'histoire économique et financière ou (...)
  • 5 Florence Descamps a conduit ces entretiens, préparés avec soin et compétence d'une parole ferme, él (...)

6La méthode de constitution des archives orales du Comité obéit à certaines règles : l’entretien est enregistré ; il est personnalisé, semi-directif, appuyé sur des questions ouvertes que le témoin découvre au cours de l’entretien ; il suit le fil chronologique du déroulement de la carrière individuelle avec à chaque étape l’évocation de son action personnelle, de ses responsabilités, de l’institution au sein de laquelle il a travaillé et du contexte politique et économique4. La technique de la « reprise » qui consiste à revenir à chaque entretien sur certains propos tenus précédemment afin de corriger ou compléter ainsi que le fonctionnement de la mémoire qui anticipe parfois sur le déroulement chronologique nous ont conduits à recomposer parfois la transcription intégrale afin de suivre le fil de sa vie. Mais lorsque les redondances n’étaient pas dues seulement aux questions de l’interviewer, nous les avons laissées au risque de lasser le lecteur car non seulement elles permettent de nuancer les réponses parfois mais aussi elles témoignent de l’importance du souvenir évoqué5.

  • 6 Daniel Lefeuvre, L'industrialisation de l'Algérie (1930-1962), Échec d'une politique, 3 vol. Thèse (...)
  • 7 La longueur des notes tient en partie au rappel parfois fastidieux de la trajectoire des inspecteur (...)

7Enfin Roger Goetze s’est soumis de bonne grâce à la demande du Comité d’accompagner son témoignage, en notes de bas de page, d’un appareil critique étoffé, susceptible de rectifier, d’éclairer, d’expliciter, de développer, de confirmer ou d’infirmer son témoignage en puisant dans des ouvrages spécialisés, dans les archives ou dans la mémoire des autres acteurs. Ces notes très (trop ?) abondantes ont été rédigées par nous, exception faite des passages concernant les finances de l’Algérie et le pétrole, sur lesquels Daniel Lefeuvre6 a rédigé une cinquantaine de notes. Précisons que Roger Goetze a également accepté que ces notes ne lui fussent pas soumises au préalable7.

8C’est la première fois que le Comité peut ainsi publier in extenso et annotés les souvenirs « provoqués » et enregistrés d’un responsable majeur du Ministère des Finances. Rendons hommage à Roger Goetze pour la confiance qu’il a su accorder à l’historien et pour la conscience qu’il a eu de l’intérêt historique d’un document non retouché.

9Par la carrière, l’action, l’œuvre et la personnalité de Roger Goetze, ce document est également exceptionnel.

10En effet on découvre ici, prenant place parmi les acteurs de notre histoire, un grand haut fonctionnaire réformateur dont la carrière a connu, en vingt ans seulement, cinq temps forts : l’Inspection des Finances et la guerre (1937-1941), la direction des Finances de l’Algérie (1942-1949), la direction du Budget (1949-1956), la collaboration en cabinet avec Mendès France (1944-1945), puis avec de Gaulle en 1958, la présidence de la société pétrolière SN REPAL (1946-1966) enfin.

11Toujours intéressants, l’apport et la nouveauté du témoignage sont cependant variables.

  • 8 Parmi les inspecteurs des Finances du xxe siècle, auteurs d'autobiographies (partielles ou complète (...)

12Sur sa jeunesse, il est né en 1912, et sur son entrée, en 1937, à l’Inspection des Finances d’autres se sont déjà exprimés8. Mais on découvre un profil d’inspecteur des Finances bien différent de la légende. Il ne fait partie d’aucun réseau et n’appartient ni à la grande bourgeoise parisienne, ni à la famille gaulliste ni au clan mendésiste. Bourgeois, oui, mais de moyenne bourgeoisie commerçante ; parisien, oui, mais orphelin de père, d’origine alsacienne et de racine savoyarde, sans relation parisiennne ; ancien élève de Sciences-Po, oui, mais d’abord étudiant en lettres à la Sorbonne, studieux, puis jeune marié, isolé rue Saint-Guillaume. Inspecteur des Finances, oui, mais ignorant des perspectives précises des carrières auxquelles l’appartenance à l’Inspection peut conduire et des chemins pour y parvenir et surtout particulièrement conscient de l’imminence de la guerre : « On n’avait pas d’avenir, franchement... »

13Le choc de l’armistice, sans qu’il ait vécu la défaite sur le front italien, le rejette d’emblée et définitivement vers ceux pour qui la lutte patriotique continue. Préférant les missions d’inspection en Algérie à celles de la zone libre ou aux propositions de Vichy, il rejoint à Alger ceux qui se cherchent un chef pour continuer le combat, d’abord Weygand puis Giraud et enfin de Gaulle, conservant dans ces années d’incertitude, une prudente réserve publique. Sa trajectoire s’inscrit en quelque sorte et jusqu’à fin 1942 dans cette zone « grise » entre obéissance à l’État et résistance « en chambre » à l’ennemi contrairement à sa femme engagée plus tôt et plus ouvertement dans le camp gaulliste et la résistance active, au point de terminer la guerre dans les Vosges comme capitaine, officier de liaison. Sa prudence à lui, il l’explique ainsi : « Partout, je me suis toujours spécialisé dans ce que j’avais à faire, en me tenant informé du surplus. Quand cela dépassait ce que j’avais à faire, ce dont j’étais le chef responsable, j’écoutais, mais je ne me mêlais pas ».

14Au sein de sa promotion, s’il sera le seul à accomplir ce qu’ils appellent une carrière « triomphante », on verra que presque tous ses camarades ont connu aussi une accélération de carrière (plus ou moins durable) due à la guerre ou au régime de Vichy. Pour lui, la succession, inattendue en novembre 1942 et précoce, il n’a pas 30 ans, du directeur des Finances de l’Algérie puis l’entrée au Commissariat aux Finances du CFLN en mars 1944 seront les étapes décisives lui ouvrant les « hauts de carrière ». Sur le contexte politique à Alger entre 1941 et 1944, il ne nous apprend rien de bien nouveau, et son rôle au Commissariat aux Finances reste technique. Pourtant la confusion même parfois de ses souvenirs de spectateur plus que d’acteur rend bien compte de l’imbroglio de cette période, de la complexité de ses engagements puis de la fièvre réformatrice du CFLN.

15Ses souvenirs de cabinet auprès de Mendès France en 1944-1945 puis auprès de de Gaulle en 1958 apporteront peu d’inédit aux spécialistes. Mais on y trouvera des représentations intéressantes sur le renouvellement des hommes au Ministère des Finances et sur l’épuration par exemple, des points de vue un peu iconoclastes sur Mendès France notamment, des mises au point et des compléments indispensables sur le plan de 1958. Encore que, sur ce sujet, sa mémoire a déjà été sollicitée et publiée par les historiens ou exégètes, on comprend mieux comment son capital accumulé de compétence, d’autorité et d’influence alors même qu’il n’est plus dans l’administration a pu le mettre en situation de convaincre et de mettre en musique efficacement les mesures révolutionnaires prises en décembre 1958 par de Gaulle et Pinay. Assurément, son refus, début 1959, du portefeuille des Finances que lui propose le Général ne lui donne plus ensuite l’occasion d’exercer des responsabilités de premier plan même s’il occupe de hautes responsabilités au Crédit foncier (de 1957 à 1978) et comme président du groupe central des villes nouvelles (de 1970 à 1988).

16Par contre ce qu’il nous dit de la direction des Finances de l’Algérie de 1943 à 1949 d’une part, de la direction du Budget de 1949 à 1957 d’autre part, et de l’aventure pétrolière de la SN REPAL de 1945 à 1966 enfin, sont autant d’informations inédites et capitales, à la mesure de l’œuvre accomplie dans une conjoncture exceptionnelle. Qu’un seul homme ait connu et pesé sur des lieux, des moments et des enjeux aussi riches laisse pantois. On verra qu’il ne s’est pas contenté d’accompagner l’évènement mais que dans ces trois espaces-temps, la modernisation financière de l’Algérie de l’après-guerre, la fièvre pétrolière des années cinquante et soixante et la préparation pour ne pas dire la maîtrise des budgets des années cinquante, il a créé, agi, laissant durablement sa marque comme rarement un haut fonctionnaire a eu l’occasion de le faire. On en trouvera une illustration dans l’élaboration du décret organique de juin 1956 sur la procédure budgétaire (dont le Comité a fêté le 10 janvier 1997, par une journée d’études, le quarantième anniversaire) qui fut son œuvre et fut repris dans l’ordonnance de 1959.

17Chemin faisant on perçoit l’extrême et constant intérêt de Roger Goetze pour l’Algérie, on peut même dire l’attachement du couple Goetze pour ce pays. À travers ses réponses sur la société algérienne et l’état de son économie et de ses finances, on constate qu’il perçoit très tôt l’impossible assimilation et la marche inexorable vers l’indépendance mais moins l’urgence de réformes politiques plus libérales ; la nécessité de son développement économique mais moins la nécessité de réformes sociales plus audacieuses. Il ne rompra jamais avec ce pays même après la guerre et sa passion pour le grand projet pétrolier franco-algérien lui permettra de servir l’Algérie en servant l’État.

  • 9 IIIe partie, chapitre 1.

18On nous pardonnera de ne pas dévoiler davantage les raisins du cake et de laisser le lecteur apprécier : la part prise par l’homme et l’institution qu’il a dirigée dans la décision publique ; l’indépendance d’un haut fonctionnaire outre-mer, les rapports de force entre l’exécutif, le législatif et l’administratif sous la IVe République ; l’analyse souvent neuve du personnel politique ; la marge de manœuvre d’un directeur du Budget dans le financement de la modernisation ; l’adaptation de l’administration du Budget à des fonctions sans cesse accrues ; le rôle personnel de quelques hommes dans la mise en place d’une industrie pétrolière nationale. L’histoire politique et économique de la IVe République s’en trouve éclairée d’une lumière qui remet en cause quelques stéréotypes et renouvelle le débat sur le rôle de l’État et de ses grands serviteurs. S’est-il « converti » à une quelconque doctrine ? Il s’en défend : « J’ai probablement été trop pragmatique, peut-être pas assez théoricien. Je n’ai jamais eu de passion pour les théories économiques générales et autres. On m’a souvent demandé comme directeur du Budget si j’étais keynésien, je ne le sais toujours pas »9. C’est bien plutôt d’une adhésion pragmatique et conjoncturelle à un interventionnisme économique nécessaire dans les années cinquante dont il s’agit. On le voit bien dans son action efficace en faveur des investissements publics dans les secteurs clefs ou contre toute mesure corporatiste archaïque.

  • 10 Nous avions interviewé Roger Goetze en 1981 dans le cadre de notre thèse sur les inspecteurs des Fi (...)

19Quand l’historien a la chance d’avoir rencontré et apprécié les acteurs10, en dresser un portrait est aisé et s’impose mais pour rendre compte de la personnalité, de l’autorité, de la méthode de Roger Goetze, il nous a semblé plus pertinent au risque de blesser sa modestie, de donner la parole à quelques-uns de ceux, ses collaborateurs ou ses pairs (à défaut de ses patrons), qui ont croisé sa route ou travaillé avec lui.

Parmi ses collaborateurs au Budget, citons Paul Schwall (Budget 1944-1957) :

  • 11 Paul Schwall, « Éclats de Mémoire, Au fil d'une vie », Études et Documents VIII, CHEFF, 1996, p. 53 (...)

« Si de grands Ministres ont marqué leur époque au point d’être cités dans les manuels d’histoire, de grands directeurs ont dominé la Haute Administration, impressionnant leurs contemporains. Roger Goetze fut de ceux-là... Autant Didier Gregh, son prédécesseur, cultivait les effets oratoires, autant Roger Goetze, à l’opposé, mesurait ses propos. Ceux-ci étaient à la fois simples et d’une grande concentration. La voix, naturellement douce, contribuait à créer une atmosphère de délicate courtoisie. Avec habileté, il plaçait au bon moment des pointes d’humour qui lui permettaient de clore les débats à son avantage. Au besoin, il utilisait cette faculté d’humour dans ses rapports avec les Ministres eux-mêmes, en particulier lorsqu’il lui semblait indispensable de leur adresser de subtiles remontrances. Ainsi, un jour : « Monsieur le Ministre, grâce à ce que vous venez de céder, le déficit budgétaire va pouvoir s’arrondir au nombre de milliards supérieur, un beau chiffre rond, désormais ! » Il avait pris soin d’accompagner sa remarque d’un ton très gourmand pour en atténuer l’impertinente ironie. Son influence de grand connétable du Budget était si grande que j’ai pu assister dans les couloirs du Palais-Bourbon à la scène étonnante d’un Ministre s’excusant auprès d’un député pour n’avoir pu faire confirmer par écrit un accord verbal imprudemment donné. Je suis désolé, Goetze m’a dit que ce n’était pas possible »11.

Écoutons aussi Pierre Cortesse (Budget 1953-1966) :

  • 12 Pierre Cortesse, Transcription des entretiens avec le CHEFF en 1990, p. 20.

« Goetze, par exemple, a joué un rôle très important dans un certain nombre de domaines, je pense qu’il a convaincu les Ministres d’un certain nombre de décisions, dire qu’il les a prises lui-même, ça il faudrait le lui demander, mais le sentiment qu’il jouait un rôle décisif dans... les décisions importantes... ne me semble pas faire de doute. Mais, bien sûr, je n’en ai pas de preuve... matérielle. Il n’y a pas de notes... je n’ai pas vu de notes confirmées par un Ministre de décisions... mais, le sentiment qu’il avait en main le budget... reste encore aujourd’hui, pour moi, très très certain »12.

Et encore Jean Rossard (Budget 1941-1958) :

  • 13 Jean Rossard, Transcription des entretiens avec le CHEFF en 1990, p. 63.

« Monsieur Goetze a été directeur du Budget de 1949 à la fin de 1956 ou au début de 1957, et il a beaucoup marqué la direction du Budget par sa rigueur, par sa capacité intellectuelle, par son esprit de méthode. Il avait de l’influence avec la plupart des ministres avec lesquels il a travaillé. Il était très écouté. Il a d’ailleurs été conseiller pour les Affaires économiques et financières du Général de Gaulle lorsque le Général de Gaulle était Président du Conseil et je crois qu’il est pour beaucoup dans le plan de redressement financier qui a été appliqué en 1959 »13.

Ou René Magniez (Budget 1949-1962) :

  • 14 René Magniez, Transcription des entretiens avec le CHEFF en 1990, p. 44 et 48.

« Goetze était jeune, il avait trente-sept ans quand il est arrivé, homme assez sévère d’apparence, très courtois, et sachant très bien où il voulait aller. Donc, mon directeur, moi je dois dire que j’ai été très heureux d’être avec lui... À un moment donné Goetze a inventé un document budgétaire, les charges communes. Les charges communes comprenaient la dette publique, les crédits globaux pour les fonctionnaires civils et militaires, ... et puis des subventions économiques figuraient dans ce budget qui finissait par être un budget important. Or, ce budget avait une caractéristique, vous le sentez tout de suite, il n’était pas discuté avec les ministères en face... c’était un moyen pour le directeur d’affirmer sa puissance... Et Goetze soignait ce budget comme son enfant... c’était aussi un signe que la technocratie, dont on a tant parlé après, non sans raison, elle existait déjà... »14.

Et enfin ce long témoignage de Jacques Delmas, camarade de l’Inspection (IF 1945) et collaborateur au Budget de 1950 à 1955 :

  • 15 Jacques Delmas, Lettre à N. Carré de Malberg, le 26 octobre 1996.

« Roger Goetze apparaissait à tous comme un « grand commis » de très haut niveau. Avec sa formation plurielle (littéraire, scientifique, économique, juridique), il trouvait en lui-même tout ce qu’il fallait à un homme confronté en permanence à de vastes et délicats problèmes pour aboutir aux meilleures synthèses. Et il avait en plus une rare précision d’esprit. A ce propos, je ne résiste pas à l’envie de citer un fait qui m’a été rapporté par un de mes camarades de l’Inspection. Nous sommes au lycée Carnot. C’est une réunion d’anciens. Goetze n’est pas là. Plusieurs anciens, tous majors de leur promotion, entourent un vieux professeur très respecté. Il les interpelle gentiment un à un, reconnaissant à chacun toute la qualité de son parcours à Carnot. Puis c’est le filet d’eau froide : « Bien sûr – ajoute-t-il –, vous êtes tous majors, de bons et vrais majors. Mais pourquoi vous cacher que j’ai connu ici un grand major, un seul ? » Question : « Qui ? » Réponse : « Roger Goetze. » Question : « Pourquoi lui ? » Réponse : « Je pense à son incomparable précision d’esprit. » Esprit de synthèse, précision d’esprit, qualités utiles certes à tout « grand commis », mais plus particulièrement au directeur du Budget, chargé, au Ministère des Finances, d’évaluer en permanence les moyens nécessaires à toutes les administrations pour fonctionner correctement et agir efficacement. Ayant en charge les investissements (civils), l’une des matières sur lesquelles il se penchait avec le plus d’attention, j’avais souvent l’occasion de travailler avec lui, pouvant ainsi admirer, outre sa remarquable mécanique intellectuelle, sa constante disponibilité et sa gentillesse envers ses collaborateurs. Que de fois, par exemple, ne l’ai-je pas vu, rentrant le matin à son bureau, les yeux cernés par une nuit passée au Parlement pour la discussion du budget (la discipline budgétaire était moins stricte sous la IVe République), se remettre à l’ouvrage comme si de rien n’était, d’humeur toujours égale. Comme il y a de grands majors, il y a aussi de grands directeurs. Goetze a été l’un d’eux »15.

  • 16 Gaston Cusin, Les Services de l'économie nationale, 1944-1948, Réunion du 12 décembre 1977, sous la (...)

20Parmi ses pairs nous avons retenu le propos de Gaston Cusin, délégué au Ministère des Affaires économiques en 1945-1948, qui, répondant à la question portant sur les conseillers de Mendès France en septembre 1944-avril 1945, citait Boris et Marjolin, « les deux experts les plus qualifiés du premier cabinet de l’Économie nationale » et précisait : « Il faut cependant distinguer déjà à leur côté un garçon remarquable pour qui j’ai la plus grande estime : je veux parler de Goetze, qui fut par la suite le plus jeune directeur du Budget »16.

  • 17 F. Fourquet, Les comptes de la puissance, Histoire de la Comptabilité nationale et du Plan, Paris, (...)

21Claude Gruson (IF 1936), ancien directeur du SEEF puis de l’INSEE, évoquant le rôle « entreprenant » de l’administration des finances témoigne : « Il y a eu aussi un homme comme Goetze, directeur du Budget, un homme de ma génération, fort remarquable, d’une très grande intelligence et qui sans être économiste lui-même avait une culture. C’est lui qui a donné un rôle important au SEEF grâce au rapport économique de la loi de Finances »17.

  • 18 Guy Vidal, entretien avec le CHEFF, 1994, n° 2.
  • 19 Idem, entretien avec le CHEFF, n° 5.

22Un des lointains successeurs de Goetze, Guy Vidal (Budget 1955-1981) évoquant son prédécesseur témoigne : « Je me souviens de notes signées de Goetze, à la limite “engueulant” le Ministre, disant “ce n’est pas raisonnable”. Les directeurs du Budget avaient une très grande liberté de ton... »18 et précise plus loin : « Un très, très grand monsieur, c’est lui qui a été l’inspirateur du décret organique et de la loi organique (sur la procédure budgétaire). Il a dirigé la direction du Budget de manière tout à fait remarquable et à une période qui était celle de la IVe République où les gouvernements se succédaient très vite. Il lui a donné une puissance extraordinaire peut-être à certains points de vue excessive. C’est possible »19.

  • 20 Claude Tixier, entretien avec le CHEFF en 1990, n° 10.

23Claude Tixier (IF 1939), son successeur à la direction des Finances de l’Algérie en 1949, parle ainsi de l’héritage Goetze : « C’était un héritage excellent sur plusieurs plans. Goetze était un homme qui organisait très bien les choses, qui avait beaucoup de rigueur et qui avait imposé sa très forte personnalité à l’Assemblée algérienne et à la commission des Finances. Sur le plan administratif il avait complètement réorganisé cette direction en vue de son départ et j’ai trouvé une direction parfaitement organisée. Goetze avait encore une fois une très forte personnalité et une position très importante en Algérie... »20.

  • 21 L. Franck, 697 ministres, Souvenirs d'un directeur général des prix, 1947-1962, Paris, CHEFF, 1990, (...)

24Terminons ce florilège par Louis Franck, directeur des Prix de 1947 à 1962 qui consacre plusieurs pages de ses Souvenirs au plan de 1958, appelé « plan Pinay-Rueff » : « Le vrai deus ex machina en fut Roger Goetze. C’est lui qui assurait la liaison entre le Comité (des experts) et l’Hôtel Matignon, c’est lui qui orientait dans la coulisse les travaux de Jacques Rueff dans telle ou telle direction, c’est lui qui dirigea la traduction en actes des conclusions de décembre : ce n’en fut pas plus mal, car il y avait chez cet ancien directeur du Budget laconique et sévère et d’un grand savoir, un sens des possibilités économiques et des exigences sociales auxquelles Jacques Rueff lui-même, sans trop s’en rendre compte, demeurait le plus souvent étranger »21.

25On pourrait objecter que le choix de cette anthologie est partial mais nous pouvons certifier après des heures de lecture ou d’écoute, qu’aucune critique jamais ne fut émise sur Roger Goetze. Cette unanimité dans l’éloge est suffisamment rare pour être soulignée, mise à son crédit ; elle apporte un élément d’explication supplémentaire de son exceptionnelle autorité.

  • 22 Sujet au cœur de l'excellente thèse récente de Marc-Olivier Baruch, Servir l'État français, l'admin (...)
  • 23 Cf. ci-dessous, chapitre 2. Cette primauté donnée à la Nation sur l'État fait écho à la réflexion d (...)

26Ces portraits, comme les entretiens, permettent de soulever le problème auquel est confronté tout haut fonctionnaire d’autorité : en quoi consiste le service de l’État, d’un État démocratique et républicain22 ? Son point de vue mérite d’être cité ici, même s’il ne donne pas toutes les réponses et n’échappe pas à la contradiction : « À l’époque, cela n’a peut-être pas changé beaucoup aujourd’hui, servir l’État c’était ne pas servir un maître, ou un patron. C’est servir, à mon avis, une idée, une fidélité, un certain idéal et cela vous laisse toute votre liberté. Je n’ai jamais appartenu à aucun parti politique, je n’ai jamais voulu faire de politique, c’est pour cela que j’ai refusé à de Gaulle d’être ministre quand je lui ai dit : “J’ai le tempérament d’un haut fonctionnaire”, c’est-à-dire servir l’intérêt de l’Etat que je considère généralement comme étant celui de la Nation. Évidemment, si l’intérêt de l’État était en conflit avec l’intérêt de la Nation, j’aurais certainement choisi le second. Mais enfin, mon rôle précisément comme haut fonctionnaire était peut-être de faire en sorte que l’intérêt de l’État concorde avec l’intérêt de la Nation »23. Reste à définir le contenu de l’intérêt de l’État, les limites de la liberté d’un haut fonctionnaire politiquement irresponsable en régime démocratique, et ce qu’il entend par « ne pas faire de la politique ». Toutes choses qu’on découvre au fil de ces entretiens.

27Grâce à Roger Goetze, et comme Jean Bouvier le disait il y a vingt ans, après avoir entendu Gaston Cusin, nous pouvons dire à notre tour, parce que l’effort des historiens doit être poursuivi et intensifié :

  • 24 J. Bouvier, Gaston Cusin, Les services de l'Économie nationale, Comité d'histoire de la seconde gue (...)

« Ce témoignage attire l’attention des historiens sur l’importance du fonctionnement de l’Administration que nous négligeons fort dans nos réflexions et nos études. Nous ne connaissons pas les rouages de l’Administration et nous ne comprenons rien aux décisions publiques : je crois que c’est une faiblesse de l’approche historique qui est encore beaucoup trop forte en France »24.

Notes

1 Les missions du Comité sont définies par l’art. 1 du décret du 6 août 1987, notamment l’alinéa 2 : « favoriser et ordonner le développement des travaux sur l’histoire économique et financière sous toutes leurs formes ». JO 18 août 1987. Edouard Balladur dans son discours d’inauguration du Comité, le 17 février 1988, parlait de « la possibilité de recueillir au cours d’entretiens préparés, les souvenirs de ces fonctionnaires qui ont participé directement aux évènements majeurs de la vie économique du pays » et concluait : « C’est un capital inestimable qui doit être sauvegardé et qui constitue le complément naturel et enrichissant des archives écrites. » A ce jour 212 personnalités ont été interviewées constituant un fond d’archives orales de 2 400 heures. Mais en 1989, comme le rappelle Florence Descamps, ce sont encore les premiers balbutiements méthodologiques et les premières interviews réalisées à cette époque serviront précisément à élaborer puis à fixer, fin 1991, la doctrine et les méthodes des archives orales du CHEFF : réunir des récits de carrières sur le mode biographique mais aussi collecter, cette fois-ci, sur le mode monographique par grande direction des matériaux inédits pour une histoire du Ministère des Finances. L’interview de Roger Goetze reste donc marquée par le caractère expérimental de ses origines et d’ailleurs également par l’inexpérience de l’interviewer, Florence Descamps, à l’époque secrétaire scientifique du Comité. Enfin, précise-t-elle, cette « interview » biographique n’a jamais été conçue ni pour être publiée, ni pour exister en elle-même indépendamment des autres mais pour fonctionner en réseau comme dans un champ de résonances. Extraire ces entretiens du corpus général du CHEFF est donc un exercice délicat.

2 La deuxième partie de la carrière de Roger Goetze fera en principe l’objet d’un deuxième volume sous le titre Entretiens avec Roger Goetze, II : un financier bâtisseur, 1959-1988, et couvrira ses fonctions de gouverneur du Crédit Foncier et de président du groupe central des Villes nouvelles.

3 Néanmoins, comme le préconise Florence Descamps, il convient d'être ferme dans notre avertissement au lecteur : il existe malgré tout un grand écart entre la version orale de cet entretien et la version écrite que nous présentons ici, point d'aboutissement d'un processus de transformation moins simple qu'en apparence. Il faut être bien conscient des altérations que le passage à l'écrit a fait subir au document originellement oral : premièrement, il y a le risque non négligeable d'erreurs de compréhension ou de transcription lors de l'écoute de la bande et de la dactylographie simultanée qui en est faite ; or, si un certain nombre d'erreurs ont pu être repérées par le témoin qui a rectifie soigneusement les noms propres et les noms de lieux et par nous-mêmes, d'autres ont pu échapper à notre vigilance ; deuxièmement, Roger Goetze a relu la transcription intégrale en y apportant de nombreuses modifications de forme essentiellement (répétitions, longueurs ou corrections de noms propres). Cette transcription réalisée à ses frais, était destinée à l'origine à ses seuls descendants. Il s'est fait aider pour la relecture de la IVe partie sur la direction du Budget par Martial-Simon, son fidèle ami et ancien chef de Service à la direction du Budget qui a corrigé et relu avec nous certains détails factuels. Le signe [...] indique soit la suppression soit le déplacement de certains passages. Le résultat de cette transformation est donc bien un nouveau « produit », très élaboré, et malgré le respect des formes de l'oralité, différent du document original qui reste la source première à laquelle les historiens peuvent se référer puisque Roger Goetze en a autorisé l'audition mais non la publication.

4 Cf. Florence Descamps, « Les archives orales du Comité pour l'histoire économique et financière ou la fabrication d'une source », Études et Documents III, CHEFF, 1991, p. 511-538.

5 Florence Descamps a conduit ces entretiens, préparés avec soin et compétence d'une parole ferme, élégante, courtoise, précise, pertinente non dépourvue d'humour parfois. Sans l'interrompre elle a su aussi relancer sa mémoire, obtenir des développements précieux. Enfin sans jamais quitter sa position d'historienne elle a noué avec le témoin une relation de confiance et de respect réciproque qui a contribué sans conteste à la qualité des réponses. Pour faciliter la lecture, nous avons néanmoins dégagé ses questions des scories inhérentes au langage parlé.

6 Daniel Lefeuvre, L'industrialisation de l'Algérie (1930-1962), Échec d'une politique, 3 vol. Thèse d'histoire sous la dir. de Jacques Marseille, Université Paris 1, 1994, exemplaire dactylographié ; et Chère Algérie, 1930-1962, préface de J. Marseille, Paris, Société Française d'histoire d'Outre-Mer, 1997, 397 p. Faute de travaux historiques suffisants sur l'administration de l'Algérie ou sur l'industrie pétrolière en Algérie, il n'a pu toujours expliciter ou éclairer les propos de Goetze. Sachant que ce dernier a livré au Comité deux cartons sur la SN REPAL et un sur les réformes financières qu'il a menées en Algérie, le lecteur curieux pourra lui-même compléter son information (par exemple sur la fiscalité en Algérie) en attendant qu'un ou des chercheurs exploitent ces richesses archivistiques.

7 La longueur des notes tient en partie au rappel parfois fastidieux de la trajectoire des inspecteurs des Finances cités. Il permet par comparaison de situer Goetze dans son milieu professionnel. Par ailleurs le délai d'un an pour la rédaction des notes que la perspective d'une publication rapide nous a imposé fut une contrainte qui expliquera les références parfois insuffisantes aux archives.

8 Parmi les inspecteurs des Finances du xxe siècle, auteurs d'autobiographies (partielles ou complètes) publiés, citons Caillaux, Mönick, Rueff, Georges-Picot, Alphand, Bloch-Lainé, Gruson, Leca, Fouchier, Delouvrier, Moussa, sans compter les interviews devant différents comités comme ceux de Guindey ou des extraits parus dans Études et Documents de mémoires (Julienne, Lacour-Gayet). Ajoutons la thèse sur Baumgartner soutenue par Olivier Feiertag en 1995 à l'Université Parix X, 2 vol. , à paraître, ou nos propres travaux depuis dix ans.

9 IIIe partie, chapitre 1.

10 Nous avions interviewé Roger Goetze en 1981 dans le cadre de notre thèse sur les inspecteurs des Finances de l'entre-deux-guerres.

11 Paul Schwall, « Éclats de Mémoire, Au fil d'une vie », Études et Documents VIII, CHEFF, 1996, p. 535-536.

12 Pierre Cortesse, Transcription des entretiens avec le CHEFF en 1990, p. 20.

13 Jean Rossard, Transcription des entretiens avec le CHEFF en 1990, p. 63.

14 René Magniez, Transcription des entretiens avec le CHEFF en 1990, p. 44 et 48.

15 Jacques Delmas, Lettre à N. Carré de Malberg, le 26 octobre 1996.

16 Gaston Cusin, Les Services de l'économie nationale, 1944-1948, Réunion du 12 décembre 1977, sous la présidence de J. Bouvier, Comité d'histoire de la seconde guerre mondiale, Compte-rendu sténographié, 53 p., p. 10.

17 F. Fourquet, Les comptes de la puissance, Histoire de la Comptabilité nationale et du Plan, Paris, Encres Éditions recherche, 1980, 462 p., p. 188.

18 Guy Vidal, entretien avec le CHEFF, 1994, n° 2.

19 Idem, entretien avec le CHEFF, n° 5.

20 Claude Tixier, entretien avec le CHEFF en 1990, n° 10.

21 L. Franck, 697 ministres, Souvenirs d'un directeur général des prix, 1947-1962, Paris, CHEFF, 1990, 213 p., p. 147.

22 Sujet au cœur de l'excellente thèse récente de Marc-Olivier Baruch, Servir l'État français, l'administration en France de 1940 à 1944, Institut d'étude politique de Paris, 1995, 4 vol. exemplaire dactylographié.

23 Cf. ci-dessous, chapitre 2. Cette primauté donnée à la Nation sur l'État fait écho à la réflexion de R. Paxton : « Il est parfois dans l'histoire d'un peuple un moment cruel où pour sauver ce qui donne son vrai sens à la Nation, on ne peut pas ne pas désobéir à l'État ». Pour l'historien américain : « En France, c'était après juin 1940 », cf. Robert Paxton, La France de Vichy, 1940-1944, Paris, Seuil, 1974, 375 p., p. 355. À cet avis péremptoire, É. Bloch-Lainé, rejoignant R. Goetze, répond : « La question qui nous importe n'est pas de savoir si, dès le départ et dans toutes les fonctions exercées, les principes de la Nation et ceux de l'État étaient à ce point antinomiques que l'abstention vis-à-vis de l'État s'imposât totalement. Nous avons plutôt estimé que ce fut alors dans chaque tâche et en chaque circonstance que le refus d'obéir devenait un impératif. » Cf. F. Bloch-Lainé, Cl. Gruson, Hauts fonctionnaires sous l'Occupation, Paris, Éditions Odile Jacob, 1996, 284 p., p. 261.

24 J. Bouvier, Gaston Cusin, Les services de l'Économie nationale, Comité d'histoire de la seconde guerre mondiale, 12 décembre 1977, op. cit., p. 42.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540