Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les relations économiques franco-allemandes de 1945 à 1955

 | 
Sylvie Lefèvre

Troisième partie : vers la coopération franco-allemande 1950-1955

Conclusion

Texte intégral

  • 1 François-Poncet Jean, La politique économique de l’Allemagne occidentale, op. cit., p. 87 et 137, (...)
  • 2 Étude concernant l’expansion allemande à l’étranger des services politique et économique du HCFA a (...)

1Au moment où le plan Schuman est lancé, la position de la France, et plus particulièrement de son économie, est plutôt favorable. Mais, quatre ans plus tard, la situation a évolué en faveur de l’économie allemande. L’image d’une sidérurgie allemande en plein essor amorçant sa reconcentration est à cet égard éloquente. Mais surtout, l’Allemagne occidentale est dans une position avantageuse par rapport à la France et à ses concurrents européens sur les marchés mondiaux. De 1950 à 1953, elle profite de la réduction des exportations britanniques, notamment en ce qui concerne les produits bruts qui diminuent de moitié, alors que la France n’en bénéficie guère. Le volume des exportations françaises est sans doute plus grand qu’avant-guerre mais il semble plafonner, tandis que celui des exportations allemandes, après une phase d’expansion rapide, continue de croître régulièrement1. Désormais, la France doit faire face à une concurrence accrue de la part de la République fédérale. Malgré la prépondérance dans les exportations allemandes des produits lourds, les échanges extérieurs des deux pays sont désormais loin d’être totalement complémentaires : Mannesmann rivalise avec Pont-à-Mousson, les sociétés françaises d’électrification avec des groupes allemands. Et, dans certaines branches d’exportation aussi importantes pour les Français que l’automobile, les progrès réalisés par l’Allemagne correspondent même exactement, et ce n’est pas une simple coïncidence, au recul de la France2.

  • 3 Bührer Werner, « Wegbereiter der Verständigung. Deutsch-französische industriellenkontakte (1947-1 (...)

2Cependant, dans le même temps, la République fédérale est devenue le principal partenaire de la France et cette dernière joue aussi un rôle de premier plan dans le commerce extérieur allemand. Les échanges franco-allemands connaissent un développement considérable. En revanche, la faiblesse des investissements allemands dans la zone franc, contrairement à ceux dans d’autres pays et aux investissements français en Allemagne, est à noter. Il faut dire que les industriels français et allemands ont apparemment des priorités différentes dans leurs projets communs. Les Français seraient plus intéressés par des conventions ou des accords institutionnels, tandis que les Allemands rechercheraient plutôt les « biens matériels de la politique économique. »3

  • 4 Wilkens Andreas, « Das Programm von La Celle Saint-Cloud. Der Ausbau der deutsch-französischen Wir (...)

3Les relations économiques bilatérales, qui se développent pendant la première moitié des années cinquante, ne se concrétisent toutefois qu’à l’automne 1956 et constituent en fait une phase intermédiaire avant l’entrée des deux pays dans la Communauté économique européenne4. C’est au même moment d’ailleurs que « l’épineuse » question sarroise se dénoue, avec le retour de la Sarre à l’Allemagne après l’échec d’un statut européen. Faut-il y voir un lien de cause à effet ? Très certainement. Car, les Allemands acceptent alors de régler plusieurs questions en suspens, comme la canalisation de la Moselle.

  • 5 Résolution adoptée par les ministres des Affaires étrangères des États membres de la CECA réunis à (...)

4Enfin, si la réconciliation franco-allemande est à mettre au crédit du plan Schuman, il s’avère pourtant impossible, dans les années qui suivent, de « faire » l’Europe selon le même modèle, c’est-à-dire d’un point de vue sectoriel. L’échec du pool vert le montre bien. Mais, le processus européen est engagé. Les 1er et 2 juin 1955, les gouvernements de la RFA, Belgique, France, Italie, du Luxembourg et des Pays-Bas adoptent une résolution lors de la conférence de Messine. Ils pensent que le moment est venu de franchir une nouvelle étape dans la voie de la construction européenne dans le domaine économique. « Ils estiment qu’il faut poursuivre l’établissement d’une Europe unie par le développement d’institutions communes, la fusion progressive des économies nationales, la création d’un marché commun et l’harmonisation progressive de la politique sociale »5.

Notes

1 François-Poncet Jean, La politique économique de l’Allemagne occidentale, op. cit., p. 87 et 137, et Piétri Nicole, « Le miracle économique ouest-allemand au début des années cinquante, analysé par les représentants français auprès de la République fédérale d’Allemagne », Relations internationales, n° 51, automne 1987, p, 333.

2 Étude concernant l’expansion allemande à l’étranger des services politique et économique du HCFA adressée au ministère des Affaires étrangères (non datée) [1954 ?] (MAE, Z-Europe 1944-1960, Allemagne, v. 471, f° 2). N.B. Les exportations françaises d’automobiles tombent, entre 1951 et 1952, de 93 000 à 83 000 véhicules ; celles de la RFA s’élèvent, dans le même temps, de 90 000 à 100 000. Sur les marchés belge, suisse et suédois, Volkswagen l’emporte même de plus en plus sur Renault. La firme allemande exporte à elle seule, en 1953, près de 70 000 véhicules. Étude concernant l’expansion allemande à l’étranger des services politique et économique du HCFA adressée au ministère des Affaires étrangères (non datée) [1954 ?] (MAE, Z-Europe 1944-1960, Allemagne, v. 471, f° 2). N.B. Les exportations françaises d’automobiles tombent, entre 1951 et 1952, de 93 000 à 83 000 véhicules ; celles de la RFA s’élèvent, dans le même temps, de 90 000 à 100 000. Sur les marchés belge, suisse et suédois, Volkswagen l’emporte même de plus en plus sur Renault. La firme allemande exporte à elle seule, en 1953, près de 70 000 véhicules.

3 Bührer Werner, « Wegbereiter der Verständigung. Deutsch-französische industriellenkontakte (1947-1955) », Revue d’Allemagne, tome XXIII, n° 1, 1991, p. 86.

4 Wilkens Andreas, « Das Programm von La Celle Saint-Cloud. Der Ausbau der deutsch-französischen Wirtschaftsbeziehungen (1954-1957), Revue d’Allemagne, tome XXV, n° 4, 1993, p. 579.

5 Résolution adoptée par les ministres des Affaires étrangères des États membres de la CECA réunis à Messine les 1er et 2 juin 1955 (FJM, série AMH, doc. 68/1/2).

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable