Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les relations économiques franco-allemandes de 1945 à 1955

 | 
Sylvie Lefèvre

Troisième partie : vers la coopération franco-allemande 1950-1955

Introduction

Texte intégral

  • 1 Article de la Deutsche Zeitung du 17décembre 1949 transmis par le centre d’Études et de Documentat (...)
  • 2 Ibid.

1Dès la fin de l’année 1949, les Allemands s’inquiètent du sort réservé à la Sarre et de sa situation économique au sein de l’union avec la France. Car, « après une brève période d’épanouissement dans les premiers temps de l’union économique avec la France, la Sarre se trouve de nouveau dans une situation difficile. C’est en particulier le cas pour les verreries qui souffrent de la concurrence belge, polonaise et tchèque, pour la céramique, les textiles, le papier, et enfin pour les produits pharmaceutiques qui ne sont pas admis en France »1. Il est vrai aussi que l’économie sarroise n’est pas viable en l’absence d’exportations substantielles vers l’Allemagne. Or, les prix sarrois sont en moyenne 20 à 30 % trop élevés pour le marché allemand. De ce fait, les exportations sarroises à destination de l’Allemagne ont sensiblement diminué en 1949, en particulier les produits sidérurgiques (50 %). Enfin, selon la presse allemande, la pénurie de charbon en France serait vaincue, et on songerait déjà dans les milieux autorisés à limiter l’extraction. On aurait seulement besoin de coke pour hauts-fourneaux, et la Sarre n’en possède que très peu2.

  • 3 Freymond Jacques, Le conflit sarrois (1945-1955), Institut de Sociologie, Solvay, Bruxelles, 1959, (...)

2Au même moment, le gouvernement français, au vu de l’évolution de la situation internationale et des rapports nouveaux qui se mettent en place avec l’Allemagne occidentale, envisage à la fois de donner à l’union économique franco-sarroise un caractère contractuel et de remettre au gouvernement sarrois un certain nombre des attributions exercées jusqu’à présent par les services économiques du haut-commissariat3. Des pourparlers non officiels s’engagent alors à la demande du gouvernement sarrois, pendant la première quinzaine du mois de janvier 1950, afin d’améliorer la situation faite au territoire.

  • 4 Télégramme du HCFA pour Paris du 16 janvier 1950 (MAE-Paris, Z-Europe 1944-1960, Allemagne, v. 373 (...)

3Le 16 janvier, Robert Schuman effectue un voyage en Allemagne et rencontre le chancelier Adenauer. Celui-ci, à la surprise de son interlocuteur français, pose la question de la Sarre. Il n’obtient que la promesse d’un règlement définitif lors de la négociation de la paix. Or, lors de la conférence de presse qui suit ces entretiens, Adenauer, insatisfait de la réponse française, avance pour la première fois l’idée d’une solution du problème sarrois dans le cadre de l’Europe4. Le voyage de Schuman en Allemagne est donc un échec. Il n’arrive pas à désamorcer la crise provoquée par la question sarroise.

  • 5 Cf. note 3, p. 91-92.
  • 6 Circulaire n° 52 du service d’Information et de Presse du ministère des Affaires étrangères du 8 m (...)
  • 7 Ibid.

4Il est alors convenu avec le gouvernement Hoffmann d’entamer des discussions officielles sur la base de propositions françaises, à Paris, à partir du 8 février. Après une négociation assez laborieuse, cinq conventions sont signées entre les deux gouvernements français et sarrois, le 3 mars5. « Conçues dans le sens d’une autonomie élargie de la Sarre, elles substituent à un régime procédant en partie de décisions unilatérales des autorités françaises un régime entièrement contractuel, qui confère des droits au gouvernement sarrois »6. Sur le plan politique, elles stipulent que le représentant de la France ne peut plus exercer son droit d’opposition, sauf dans trois domaines réservés : l’union monétaire et douanière, les relations extérieures (encore que des représentants sarrois aient la possibilité d’accéder à certaines négociations et d’appartenir à quelques représentations consulaires), et la sécurité extérieure du territoire, car la Sarre n’a pas d’armée pour assurer sa propre défense. Il est rappelé, à cet égard, que ces domaines, dans lesquels la France et la Sarre agissent après s’être consultées, ont déjà été expressément prévus par la constitution sarroise. Du coup, il n’existera plus d’administration directe de la part des autorités françaises ; il n’y aura qu’une administration sarroise, à laquelle la France doit assurer une pleine indépendance. De plus, une représentation diplomatique sarroise doit être établie à Paris. Sur le plan économique, deux conventions importantes sont signées concernant les mines et les chemins de fer. Au sujet des mines, leur exploitation reste assurée par les autorités françaises au profit de la France, et ce, jusqu’au traité de paix. La Régie des mines de la Sarre subsiste donc, même si la Sarre se trouve désormais associée à sa gestion et reçoit une redevance. La question de la propriété n’est cependant pas tranchée pour autant. « En ce qui concerne les chemins de fer, leur gestion est en majeure partie confiée à la Sarre, la France n’y coopérant que dans la mesure où ses intérêts économiques sont en cause, notamment dans les questions de tarifs »7. Ils restent par conséquent indépendants de la SNCF. Notons enfin qu’une convention d’établissement concernant les ressortissants des deux pays et l’exercice de leurs activités professionnelles est aussi signée.

  • 8 Freymond Jacques, Le conflit sarrois, op. cit., p. 97-98.

5L’inquiétude allemande fait alors place à une violente campagne contre les conventions franco-sarroises. Le 10 mars, les Allemands contre-attaquent avec un « Livre blanc » sur la Sarre, qui fait ressortir la fragilité de la position française en Sarre et les contradictions de sa politique. « Quant aux conventions franco-sarroises du 3 mars, qui font l’objet d’un chapitre, elles ne peuvent être considérées, déclare le gouvernement fédéral, que comme une tentative d’imposer, sans attendre le traité de paix, une solution définitive de la question sarroise et de placer l’Allemagne devant le fait accompli. Elles visent à consacrer la rupture avec l’Allemagne tout en assurant la France, directement et indirectement, d’une position prépondérante, ce qui revient à une annexion déguisée. Or, cela, le gouvernement fédéral ne peut en aucun cas l’accepter, pas plus qu’il ne peut admettre que le gouvernement de la Sarre puisse consentir une cession à bail des mines qui sont propriété de la République fédérale »8. Enfin, le mémoire allemand reprend l’idée d’un statut européen pour la Sarre. Des projets concernant un plébiscite et la conclusion d’une union douanière entre l’Allemagne du Sud et la Lorraine sont aussi avancés.

  • 9 Adenauer Konrad, Mémoires, tome 1, Hachette, Paris, 1965, p. 312-313 et 315.
  • 10 Poidevin Raymond, Robert Schuman. Homme d’État (1886-1963), Imprimerie Nationale, Paris, 1986, p. (...)
  • 11 Ibid., p. 220.

6À deux reprises, durant le mois de mars, nous l’avons vu, le chancelier allemand propose une union économique entre la France et l’Allemagne qui éliminerait par la même occasion le problème de la Sarre9. Robert Schuman répond qu’il ne faut pas brûler les étapes10. En avril, Adenauer fait de nouveau monter la pression en marchandant l’admission de l’Allemagne au Conseil de l’Europe. Pour des raisons de politique intérieure, ni Schuman, ni Adenauer ne peuvent céder dans cette affaire. Par conséquent, « seule une initiative spectaculaire semble en mesure de dégager un ciel chargé de lourds nuages »11.

Notes

1 Article de la Deutsche Zeitung du 17décembre 1949 transmis par le centre d’Études et de Documentation du CGAAA le 23 décembre 1949 (MAE-Colmar, Affaires allemandes et autrichiennes, Direction politique, AAA 8/1).

2 Ibid.

3 Freymond Jacques, Le conflit sarrois (1945-1955), Institut de Sociologie, Solvay, Bruxelles, 1959, p. 91.

4 Télégramme du HCFA pour Paris du 16 janvier 1950 (MAE-Paris, Z-Europe 1944-1960, Allemagne, v. 373, f° 1).

5 Cf. note 3, p. 91-92.

6 Circulaire n° 52 du service d’Information et de Presse du ministère des Affaires étrangères du 8 mars 1950 (MAE-Colmar, Affaires allemandes et autrichiennes, Direction politique, AAA 8/1).

7 Ibid.

8 Freymond Jacques, Le conflit sarrois, op. cit., p. 97-98.

9 Adenauer Konrad, Mémoires, tome 1, Hachette, Paris, 1965, p. 312-313 et 315.

10 Poidevin Raymond, Robert Schuman. Homme d’État (1886-1963), Imprimerie Nationale, Paris, 1986, p. 219.

11 Ibid., p. 220.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540