Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les relations économiques franco-allemandes de 1945 à 1955

 | 
Sylvie Lefèvre

Deuxième partie : le tournant 1948-1949

Conclusion

Texte intégral

  • 1 Gerbet Pierre, Le relèvement (1944-1949), Imprimerie Nationale, Paris, 1991, p. 271.
  • 2 Ibid., p. 272.

1Il est clair en 1948 que la politique économique menée par la France en Allemagne, et plus particulièrement dans sa zone d’occupation, depuis la fin de la guerre, ne peut être poursuivie selon les mêmes méthodes dirigistes. Il faut que les Français reviennent à des principes plus conformes aux principes généraux de l’économie politique, sinon, le jour où il leur faudra renoncer à diriger l’économie de la zone française par la voie du gouvernement militaire, il risque de ne rien rester de l’influence française1. Ils sont donc conscients qu’il est grand temps qu’ils aient « la possibilité d’être présents en Allemagne comme ils le sont dans bien d’autres pays, et d’assurer ainsi à la métropole tous les avantages économiques qu’apportent des relations commerciales internationales »2.

  • 3 Ibid., p. 273.
  • 4 Soutou Georges-Henri, « Georges Bidault et la construction européenne (1944-1954) », Revue d’Histo (...)
  • 5 Gerbet Pierre, Le relèvement, op. cit., p. 277-278.
  • 6 Rioux Jean-Pierre, La France de la IVème République, vol. 15 : « L’ardeur et la nécessité (1944-19 (...)
  • 7 Gerbet Pierre, Le relèvement, op. cit., p. 275-276.

2Ainsi, pendant la période 1948-1949, l’objectif principal de la politique française menée jusqu’alors, c’est-à-dire le problème de la sécurité face à l’Allemagne, s’estompe provisoirement devant la montée du péril soviétique3. Désormais le facteur « Europe » joue un grand rôle dans l’élaboration de la nouvelle politique allemande de la France. L’Europe apparaît à la fois « un moyen de séduire et de contrôler l’Allemagne »4. Ce facteur permet aussi à la France de retrouver une certaine marge de manœuvre diplomatique. Car, son rôle sur le déroulement des événements depuis la fin de la guerre s’est avéré bien limité et ses possibilités de pression se sont bornées pendant longtemps à dire « non », même si elle se rangeait ensuite à contrecœur aux décisions de ses alliés plus puissants5. L’évolution de la politique allemande de la France, durant cette période, est due en grande partie aux efforts de Robert Schuman6. Sous sa direction, le Quai d’Orsay renforce l’élaboration des projets concernant la collaboration franco-allemande. Mais, cette évolution ne se fait que pas à pas et sans dissiper toutes les méfiances. Des obstacles, tels que le statut de la Ruhr ou les réparations, retardent l’évolution amorcée en 1948. Au printemps de 1949, le sentiment dominant est que l’Allemagne est la principale bénéficiaire de l’aide Marshall, qu’elle reprend place inéluctablement dans le commerce occidental et concurrence les autres pays. Le problème de la sécurité vis-à-vis de l’Allemagne se pose donc désormais plus en termes économiques que militaires, et seule une entente directe avec les Allemands, dans le cadre d’une intégration européenne de l’Allemagne, peut permettre aux Français de contrôler encore un peu l’économie allemande7.

  • 8 Bossuat Gérard, La France, l’aide américaine et la construction européenne (1944-1954), Comité pou (...)
  • 9 Cf. note 7.

3Les efforts de Schuman rencontrent un écho favorable auprès du chancelier Adenauer8. Mais, c’est aussi le rôle joué très tôt par certains industriels, banquiers ou syndicalistes français et allemands, bien que la plupart d’entre eux soit surtout guidée par ses intérêts propres, qui permet d’aller petit à petit vers plus de compréhension mutuelle, puis finalement vers la réconciliation9.

Notes

1 Gerbet Pierre, Le relèvement (1944-1949), Imprimerie Nationale, Paris, 1991, p. 271.

2 Ibid., p. 272.

3 Ibid., p. 273.

4 Soutou Georges-Henri, « Georges Bidault et la construction européenne (1944-1954) », Revue d’Histoire Diplomatique, tome 3-4, 1991, p. 275.

5 Gerbet Pierre, Le relèvement, op. cit., p. 277-278.

6 Rioux Jean-Pierre, La France de la IVème République, vol. 15 : « L’ardeur et la nécessité (1944-1952) », collection « Points », Seuil, Paris, 1980-1983, p. 179.

7 Gerbet Pierre, Le relèvement, op. cit., p. 275-276.

8 Bossuat Gérard, La France, l’aide américaine et la construction européenne (1944-1954), Comité pour l’Histoire économique et financière de la France, Paris, 1992, p. 116.

9 Cf. note 7.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540