Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les relations économiques franco-allemandes de 1945 à 1955

 | 
Sylvie Lefèvre

Deuxième partie : le tournant 1948-1949

Chapitre IV. Vers des relations économiques normales

Texte intégral

  • 1 Abelshauser Werner, Wirtschaftsgeschichte der BRD, op. cit., p. 54.
  • 2 François-Poncet Jean, La politique économique de l’Allemagne occidentale, op. cit., p. 85.
  • 3 Ibid., p. 85-86, et Wallich H. C., Mainsprings of the German Revival, Yale University Press, 1955, (...)

1Les années 1948-1949 sont marquées sur le plan économique par la mise en œuvre du plan Marshall. Tant en France qu’en Allemagne, les livraisons au titre de l’ERP commencent à produire leurs effets à la fin de l’année 1948. On a vu leur importance pour l’économie française, qui doit faire face à une situation difficile, et pour la réalisation du plan de Reconstruction et de Modernisation. Pour ce qui est de l’Allemagne, un certain essor économique de la bizone se dessine dès l’automne 1947, c’est-à-dire bien avant l’arrivée de l’aide extérieure1. Il faut dire que les crédits Marshall ne représentent qu’une fraction de l’aide reçue par l’Allemagne. En effet, « presque immédiatement après la défaite, les États-Unis, comme d’ailleurs la Grande-Bretagne, sont conduits, pour assurer la subsistance des populations qu’ils administrent, à importer dans leurs zones et à leurs frais d’importantes quantités de denrées alimentaires. Ces achats, effectués d’abord empiriquement, font assez rapidement l’objet d’un programme connu sous le nom de GARIOA (Government Aid and Relief in Occupied Areas) »2. Cette aide, dont le total avoisine les 2 milliards de $, est poursuivie après la mise en vigueur des fonds ERP, auxquels elle s’ajoute, mais sans se confondre avec eux. En faisant le total des aides Marshall, GARIOA et de certaines contributions qui échoient à l’Allemagne, on arrive à une somme de 4,4 milliards de $. Cette somme est sensiblement équivalente à celle que perçoit la France, si on tient compte du fait que les crédits reçus par l’Allemagne dans les premières années de l’occupation servent à éviter la famine et ne contribuent que fort peu à la reconstruction industrielle, du pays, et si on comptabilise les emprunts que la France a contractés aux États-Unis avant le plan Marshall3.

  • 4 Cf. note 2, p. 71.
  • 5 Rapport sur « Les enseignements de la réforme monétaire en Allemagne occidentale » présenté par Mi (...)

2En fait, c’est la réforme monétaire qui, associée au plan Marshall, contribue en grande partie au réveil de l’économie allemande4. Les répercussions sur l’économie générale de l’Allemagne occidentale apparaissent en effet clairement à travers ces quelques chiffres. Si on prend comme indice 100 celui de 1936, l’indice général de la production industrielle est presque multiplié par deux en un an : on passe de l’indice 47 en février 1948, à l’indice 87 en mai 1949. En ce qui concerne le commerce extérieur, les exportations sont multipliées par trois : on passe d’une moyenne mensuelle de 29 millions de $ en 1947, à 95 millions de $ au premier trimestre 19495.

  • 6 Abelshauser Werner, Wirtschaftsgeschichte der BRD, op. cit., p. 62-63.

3Le plan Marshall, de son côté, permet le retour de l’Allemagne de l’Ouest sur les marchés mondiaux6. Il est donc grand temps pour la France de reprendre des relations économiques normales avec une Allemagne occidentale en cours de constitution, afin de pouvoir surveiller son économie et si possible de garder un peu d’influence sur son évolution. Cette normalisation passe avant tout par le développement des relations commerciales entre les deux pays. Un accord de commerce et de paiement entre la France et les zones occidentales de l’Allemagne est donc signé au mois de décembre 1948, suivi par des négociations autour de la question de la libération des échanges. Même si les Français montrent encore quelques réticences, la volonté de rapprochement manifestée par les Allemands, à la fin de 1949, et plus particulièrement par le chancelier Adenauer, est réelle et facilite les choses. Ce rapprochement est d’ailleurs préparé par la réorganisation des relations d’affaires entre les industriels et les commerçants français et allemands. Les contacts repris dès 1946, l’élaboration de projets concrets et la création d’associations ayant pour but de favoriser les relations commerciales entre les deux pays indiquent que la marche vers la normalisation des relations franco-allemandes est déjà engagée.

I. UNE VOLONTÉ DE RAPPROCHEMENT

A. DÉVELOPPEMENT DES RELATIONS COMMERCIALES

  • 7 Abelshauser Werner, « Wirtschaft und Besatzungspolitik in der französischen Zone (1945-1949) », op (...)

4Dès 1946, l’Allemagne est déjà, en tant qu’exportateur, à la quatrième place des partenaires commerciaux de la France, derrière les États-Unis, la Grande-Bretagne et l’Argentine7. Un rapprochement sur le plan commercial entre les deux pays s’avère donc nécessaire. Ainsi, l’accord de commerce et de paiement, signé le 16 décembre 1948, qui marque l’aboutissement du processus d’adhésion de la ZFO à la bizone, va permettre le développement de négociations en ce qui concerne la réorganisation des échanges commerciaux. Car, l’Allemagne occidentale, obligée d’orientée de plus en plus sa politique économique vers l’extérieur, souhaite une libération des échanges. En revanche, la France, qui a besoin d’un certain protectionnisme afin de poursuivre son plan de Reconstruction et de Modernisation, s’effraie de la réapparition de la concurrence allemande sur les marchés mondiaux, et hésite encore à accepter l’Allemagne dans l’Europe économique qui s’organise.

1. Signature d’un accord de commerce et de paiement.

  • 8 Fiche pour Koenig concernant la « Conférence économique à Paris relative aux échanges entre la Fra (...)
  • 9 Note de la DGAEF concernant l’accord commercial et l’accord de paiement entre la France et les zon (...)
  • 10 Ibid.

5Les négociations commerciales entre la France et l’Allemagne commencent dès 1947. Le 4 mars, des contacts sont pris en vue de l’ouverture de négociations entre la bizone et la France pour la signature d’un accord commercial. Le ministère des Affaires étrangères indique, le 1er mai, que les nouveaux accords dont le gouvernement français envisage la conclusion avec les zones anglo-saxonnes, soviétique et française viennent s’ajouter au faisceau d’accords existant déjà entre l’Allemagne et l’étranger8. Une délégation représentant les autorités d’occupation américaine et britannique en Allemagne se réunit du 17 au 21 mai avec une délégation représentant le gouvernement français et les autorités françaises d’occupation en Allemagne, afin de discuter des problèmes commerciaux et financiers concernant les zones fusionnées anglo-américaines en Allemagne et l’Union française. L’objet des conversations est rapidement étendu aux questions du commerce interzone9. Et, elles débouchent notamment sur deux principes : « les autorités des zones fusionnées déclarent leur intention (...) d’accorder aux hommes d’affaires français toutes facilités compatibles avec la réglementation en vigueur dans les zones fusionnées », et « les deux délégations sont tombées d’accord sur l’opportunité d’accroître le volume des échanges. »10

  • 11 Dépêche de la DGAEF pour Tarbé de Saint-Hardouin du 24 juin 1947 (MAE-Colmar, CCFA-HCFA, Cab. civi (...)
  • 12 Presse économique allemande du 6 juillet 1948 (BA, Z-9, Bd. 274).
  • 13 Télégramme du CGAAA pour Berlin et Baden-Baden du 15 décembre 1947 (MAE-Paris, Z-Europe 1944-1960, (...)

6Le ministère de l’Économie nationale met alors à la disposition de la direction des Affaires économiques et financières du Quai d’Orsay un conseiller commercial, M. de Tascher, dont la mission est, sous l’autorité de Jacques Tarbé de Saint-Hardouin, de chercher à développer les relations commerciales entre la France et l’Allemagne. « Il préparera, à cet effet, la négociation des accords commerciaux entre la France et les zones d’occupation alliées et en surveillera la mise en œuvre »11. En décembre 1947, la procédure de la ZFO en matière d’exportation est assouplie. Jusque-là, les échanges commerciaux se faisaient surtout entre la ZFO et la France. Petit à petit, on s’achemine vers une procédure à peu près normale, c’est-à-dire vers un système d’accords commerciaux avec des licences d’exportations12. Si le gouvernement français est alors d’accord avec les Américains sur les bases de la politique générale proposée en matière de commerce extérieur de l’Allemagne, il rappelle qu’il « n’est cependant pas possible de fixer dès à présent les bases de la politique commerciale future de l’Allemagne tant que l’unité économique n’aura pas été réalisée et tant qu’un taux de change n’aura pas été fixé pour la monnaie allemande »13.

  • 14 « Note sur la négociation de l’accord commercial entre la France et les trois zones de l’Allemagne (...)

7Les difficultés s’amoncellent donc lors des négociations entre Alliés pendant le premier semestre 1948. Et, c’est seulement après la réforme monétaire du 20 juin que des négociations s’ouvrent enfin en vue de la signature d’un accord commercial entre la France et les trois zones occidentales de l’Allemagne. Dès le départ, les négociations s’avèrent difficiles. La bizone, qui vient de conclure ou de renouveler des accords commerciaux avec un grand nombre de pays, fait beaucoup de difficultés aux produits français, son plan d’importation étant déjà atteint. On note aussi, du côté français, l’impréparation de la délégation de la trizone, qui n’a pas prévu d’accord commercial de type normal avec la France. La position des représentants de la ZFO dans cette délégation s’avère d’ailleurs bien vite délicate. Enfin, le fait que l’accord de fusion entre la JEIA et l’OFI-COMEX n’intervienne qu’au cours des négociations rend celles-ci encore plus longues et laborieuses14.

  • 15 Article du Badener Tagblatt du 16 octobre 1948 (MAE-Colmar, Affaires allemandes et autrichiennes, (...)
  • 16 Circulaire n° 348 du service d’Information et de Presse du ministère des Affaires étrangères du 17 (...)
  • 17 Cf. note 14.
  • 18 Cf. note 14.
  • 19 Revue de presse du 4 janvier 1949 (MIC, AN, DGTC, F12 10.302).

8En octobre 1948, un protocole relatif à l’échange frontalier de marchandises et de main-d’œuvre entre les départements du Rhin et de la Moselle et le pays de Bade est signé. Le but de cet accord est de favoriser l’échange traditionnel de marchandises entre l’Est de la France et le pays de Bade15. Mais, ce n’est que le 16 décembre que les négociations aboutissent à la signature de l’accord de commerce et de paiement entre la France et les zones occidentales de l’Allemagne. Selon cet accord, la France doit notamment livrer à la trizone, jusqu’au 30 juin 1949, 470 000 tonnes de minerai de fer, dont la valeur en dollars s’élève à 2,750 millions. En échange de ce minerai de fer pauvre, la trizone livrera à la France 107 000 tonnes de minerai de fer à teneur en manganèse, qui est indispensable à la fabrication des aciers spéciaux, pour une valeur de 1,137 millions de $. Elle exportera également vers la France des produits essentiels à son économie, tels que du charbon et du coke, des réfractaires, des bois de mine, du gros matériel (des laminoirs, des machines électriques), du courant électrique16. Les Français obtiennent aussi une quantité appréciable de matériel d’équipement et de produits des industries mécaniques qui ne pouvaient être importés de bizone jusqu’alors, en raison du manque de moyens de paiement. En ce qui concerne les exportations françaises, les seuls articles dont l’Allemagne a besoin sont le minerai de fer et les produits sidérurgiques. Mais, la France réussit à diminuer les quantités demandées et à expédier quelques articles sans conséquence pour l’économie française17. En tout cas, cet accord est d’un genre nouveau puisqu’il prévoit la substitution à des acquisitions faites par la France dans sa propre zone des relations commerciales fondées sur un accord de commerce, et qu’il doit entraîner par ailleurs un développement appréciable des échanges avec la trizone. Son établissement présente cependant une certaine complexité, car il doit prendre en considération les contrats anciens déjà en vigueur entre la France et la ZFO, les relations de la France avec la bizone, les relations de la France avec la Sarre dont la date d’intégration dans le système économique français est encore récente, les relations de la Sarre avec la ZFO et avec la bizone qui ont déjà fait l’objet, d’accords particuliers18. En fait, cet accord complète les nouveaux rapports franco-allemands inaugurés avec la fusion des commerces extérieurs. Il aboutit à une normalisation des relations commerciales sur des bases contractuelles entre la zone franc et les trois zones de l’Allemagne occidentale. Première conséquence, les autorités françaises décident d’envoyer un conseiller commercial permanent à Franc-fort19.

  • 20 Retransmission d’un télégramme de la DREE du ministère des Finances pour Leroy-Beaulieu du 15 mars (...)
  • 21 « Programme d’action 1949/50 - Mise en œuvre du principe II - Développement des exportations » pré (...)
  • 22 Dépêche de Tarbé de Saint-Hardouin du 11 avril 1949 (MAE-Paris, Z-Europe 1944-1960, Allemagne, v. (...)
  • 23 PV de la réunion des ministres-présidents de la ZFO tenue à Baden sous la présidence du général Ko (...)

9Cet accord est révisé dès février 1949, et modifié le 21 mars afin d’établir de nouveaux contingents de marchandises. Dans un premier temps, la JEIA impose à la France de limiter à 30 millions de $ le crédit global de la ZFO pour l’importation de produits industriels pendant le deuxième semestre 1949, alors que, dans le projet de plan d’importation, il est question de 57,5 millions. Une diminution des exportations françaises vers l’Allemagne des produits prévus par l’accord avec la ZFO est donc envisagée, tandis qu’au même moment l’OECE demande à la France d’augmenter ses exportations vers l’Allemagne20. Il faut dire que le développement des exportations de la ZFO est moins satisfaisant que celui de la bizone, à cause des difficultés d’adaptation qu’elle connaît après la fin du fonctionnement de l’OFICOMEX, de l’application du taux de 30 cents pour 1 DM à toutes les catégories d’exportations, de l’envoi d’un grand nombre de produits finis et semi-finis vers la bizone entraînant ainsi une diminution des biens disponibles pour l’exportation, ou du fait que plus de 35 % de ses exportations sont réalisés par les firmes de la bizone qui sont mieux adaptées aux courants commerciaux traditionnels. Ainsi, la baisse apparente de presque 50 % du volume des exportations de la ZFO, depuis l’accord de fusion des commerces extérieurs, paraît bien être la contrepartie de sa contribution importante au gonflement des exportations de la bizone21. Il faut souligner que le commerce extérieur de la bizone a fait des progrès importants favorisés par la conclusion de vingt-deux traités de commerce avec vingt États différents. Par rapport à 1948, le volume global des exportations de la bizone a presque triplé et continue de progresser : de 61 millions de DM en novembre 1948, elles passent à 77,6 millions en décembre et à plus de 80 millions en janvier 1949. La composition même de ses exportations évolue : en décembre 1948, les produits finis représentent 50,5 % du chiffre global, contre 26,9 % seulement pour les six premiers mois de l’année, et 43 % en novembre. C’est là un fait remarquable qui montre bien que les exportations de charbon et de coke ont peu augmenté. L’accroissement porte surtout sur les produits finis dont l’exportation est plus favorable au développement économique de l’Allemagne que celle des matières premières. L’industrie allemande semble donc déjà prête à reprendre son rôle de fournisseur de marchandises et d’équipements. Quant aux importations, après avoir été remarquablement faibles, elles sont, au début de l’année 1949, elles aussi, en brusque augmentation22. Il faut d’ailleurs noter qu’à partir du 11 avril 1949, le mécanisme des importations, après signature du contrat d’achat, est le même en ZFO et en bizone23.

  • 24 Note de Filippi du 30 mai 1949 (MAE-Colmar, Affaires économiques et financières, Division de l’Éco (...)
  • 25 Ibid.

10Les négociations entre la France et la trizone, qui se poursuivent depuis le mois de février 1949, n’ont toujours pas abouti au mois de mai. Les échanges de vues entre les deux délégations, conformément à la résolution du conseil de l’OECE en date du 26 mars 1949, ont lieu à Paris. Les représentants du gouvernement français et les représentants des commandants en chef américain, britannique et français en Allemagne procèdent à une estimation de la balance des paiements entre la zone franc et les trois zones d’occupation pendant la période du 1er juillet 1949 au 30 juin 1950. Mais, les discussions s’avèrent particulièrement laborieuses. En effet, si de part et d’autre on considère que la balance des paiements entre les deux territoires se solderait par un déficit de l’ordre de 60 à 65 millions de $ au détriment de la zone franc, des divergences se manifestent quant au volume des échanges et à leur composition. « Les propositions de la trizone s’avèrent en fait inférieures aux propositions françaises. En effet, la JEIA tend à vouloir diminuer les exportations françaises vers l’Allemagne, mais a demandé à la France de développer les importations allemandes, alors que la France est déjà déficitaire dans ses échanges avec l’Allemagne. Les Français se plaignent [donc] que l’Allemagne occidentale contrevient aux principes de la politique commerciale arrêtée par l’OECE »24. On serait cependant disposé à admettre, du côté français, malgré le déficit des échanges franco-allemands, la reprise de certaines importations de produits allemands d’une utilisation secondaire, ou même ne présentant aucune utilité, à la condition toutefois qu’elle permette en retour celle des exportations traditionnelles de la France vers l’Allemagne. Car, « on ne comprendrait pas, en France, que soient prévues dans les échanges franco-allemands, d’une part des exportations importantes de produits pour lesquels il existe encore une certaine pénurie, comme le blé, d’autre part des importations de produits sans intérêt pour l’économie française, alors que par ailleurs les exportations de fruits frais et de légumes sont ramenées de 5,5 millions de $ à 4 millions et que les ventes de vins français sont réduites à un niveau extrêmement bas. »25

  • 26 Circulaire n° 217 du ministère des Affaires étrangères pour le CCFA du 23 juillet 1949 (MAE-Colmar (...)

11Les négociations aboutissent enfin, le 21 juillet 1949, à un accord commercial valable jusqu’au 30 juin 1950. En fait, à l’issue de très longues négociations interrompues à deux reprises, l’accord s’est fait sur des chiffres représentant une nette augmentation par rapport à ceux prévus dans l’accord du 16 décembre 1948, arrivé à expiration le 30 juin. L’accroissement des livraisons françaises de produits agricoles, sera même, les Français l’espèrent, plus important encore l’année suivante. Le déficit de la balance commerciale entre les deux pays a ainsi pu être ramené de 77 à 60 millions de $26.

  • 27 Note de la DGAEF pour la direction d’Europe du 11 octobre 1949 (MAE-Paris, Z-Europe 1944-1960, All (...)

12En octobre, un projet d’établissement d’une zone franche à la frontière franco-allemande est préparé par les chambres de commerce allemandes de la ZFO. Il prévoit la création d’une zone de 30 km de chaque côté de la frontière, où serait facilité le trafic de marchandises. Avec ce projet, les chambres de commerce allemandes veulent contrecarrer l’interruption soudaine du trafic intérieur allemand avec la Sarre, qui s’est fait durement ressentir non seulement dans les régions allemandes avoisinantes, mais aussi en Sarre. C’est pourquoi un développement de l’échange de marchandises aux frontières serait considéré comme un signe important de satisfaction politique27.

  • 28 Note du centre d’Études et de Documentation du 15 octobre 1949 (MAE-Colmar, Affaires allemandes et (...)
  • 29 Ibid.
  • 30 Lettre du Dr. Knuth, directeur des Didier Werke à Bonn, pour Marx du CGAAA du 26 octobre 1949 (MAE (...)

13Les Allemands se plaignent aussi de l’aggravation des conditions des échanges commerciaux avec la France. Ils reprochent aux services français de répartir les contingents de marchandises allemandes à importer entre la France, l’Afrique du Nord et les colonies, sans tenir compte des conditions réelles de ces marchés, et ce, dans le but de rendre inutiles les contingents que l’industrie française ne désire pas recevoir28. Ces difficultés ne proviennent pas, d’après les cercles officiels allemands, des hommes occupant une situation comme Alphand, Filippi ou Gillet, qui, selon eux, « ne manquent ni de perspicacité ni de loyauté », mais « du fait que ces hommes souvent n’arrivent pas à vaincre les efforts protectionnistes et les intérêts égoïstes de certains groupes industriels français ou encore l’obstruction de la bureaucratie subalterne »29. Ils reconnaissent que, du côté allemand, de nombreuses industries et l’agriculture en particulier ont adopté aussi une position protectionniste30. Pourtant, force est de constater que la politique économique pronée par les dirigeants de la toute jeune République de Bonn est résolument tournée vers l’extérieur.

2. Une politique allemande tournée vers l’extérieur.

  • 31 François-Poncet Jean, La politique économique de l’Allemagne occidentale, op. cit., p. 134-135.
  • 32 Article para dans la Deutsche Zeitung et la Wirtschaftszeitung du 5 novembre 1949 (MAE-Colmar, CCF (...)
  • 33 François-Poncet Jean, La politique économique de l’Allemagne occidentale, op. cit., p. 40, 48-49.

14Dans l’immédiat après-guerre, les échanges de l’Allemagne avec l’étranger sont quasiment paralysés faute d’une monnaie remplissant son office. Grâce à la réforme monétaire du 20 juin 1948, la création d’un nouvel étalon monétaire, doté d’une parité sur laquelle s’aligne rapidement sa valeur internationale, tend à éliminer les difficultés31. Cependant, à l’heure de cette réforme, l’Allemagne vit depuis plus de dix ans coupée des marchés étrangers. Sa faculté d’exportation est réduite à l’extrême, alors que divisée et surpeuplée elle est complètement dépendante de l’étranger pour son approvisionnement32. Il est clair qu’elle ne peut pas, même si elle le voulait, reprendre à son compte une politique autarcique. En effet, la division du pays et l’afflux des réfugiés n’ouvrent à la République fédérale qu’une seule voie, celle de l’équilibre économique fondé sur le commerce mondial33.

  • 34 Lettre de Koenig à Clay et Robertson du 1er décembre 1948 (MAE-Colmar, Affaires économiques et fin (...)
  • 35 « Note au sujet de la question posée par les ministres-présidents pour être évoquée lors de la réu (...)

15Mais, ni la réforme monétaire, ni le plan Marshall ne restituent immédiatement à l’Allemagne la responsabilité de son commerce extérieur. Celui-ci reste principalement dirigé par la JEIA tout au long de l’année 1949. Les Allemands obtiennent toutefois petit à petit les moyens de mener leur propre politique économique en matière de crédit, de finances, puis de commerce extérieur. Ainsi, en ZFO, dès la fin de l’année 1948, le CCFA demande aux gouvernements des Länder de désigner des experts « qui pourraient entrer en relation avec des fonctionnaires de la Verwaltung für Wirtschaft, afin d’étudier avec eux les mesures dont l’application paraîtrait souhaitable dans les domaines économiques et financiers aux ressortissants de la bizone comme à ceux de la ZFO. Les dispositions ainsi prises doivent permettre de réaliser toute la coordination souhaitable entre les organismes bizonaux et ceux de la ZFO »34. Très rapidement, les services allemands de la zone française montrent un grand intérêt pour ce transfert de pouvoirs, qui les conduit à des pourparlers avec le Conseil économique bizonal à Francfort, dans l’espoir de forcer les autorités françaises à la fusion politique par le biais d’une union économique totale35.

  • 36 Note sur « La démocratisation en zone française » du cabinet du CCFA du 31 mai 1949 (MAE-Paris, Y (...)
  • 37 PV de la réunion du 21 février 1949 à Baden-Baden (MAE-Colmar, Affaires économiques et financières (...)
  • 38 CR d’ensemble des réunions de la semaine du 21 au 26 février 1949 concernant la « Transmission de (...)
  • 39 Ibid.

16La transmission des pouvoirs économiques aux Allemands de la zone française s’élargit au début de 1949. Ils se voient attribuer, par une ordonnance du 11 janvier, une partie des pouvoirs détenus jusque-là par l’office des Changes pour le règlement de tous les transferts en devises. Il est aussi question de leur remettre bientôt la direction de l’Économie36. En effet, le 14 janvier, le général Koenig annonce que de nouveaux pouvoirs économiques vont être remis aux Allemands. On souhaite, du côté français, que cette remise de pouvoirs s’effectue sans solution de continuité et qu’elle soit un fait accompli pour le 1er juillet. Les Allemands sont donc petit à petit associés aux travaux, au cours du premier semestre de 194937. Dès février, lors des réunions prévues par le CCFA en vue d’examiner, pour chacune des branches de la production industrielle, les modalités pratiques exactes de transmission des pouvoirs, en règle générale, « tous les représentants allemands ont affirmé leur grand intérêt et leur vive impatience de voir transférer aux organismes allemands la responsabilité dans des domaines qui conditionnent toute la vie économique »38. Les représentants des ministères de l’Économie des Länder demandent une autonomie aussi complète que possible. Non seulement ils réclament une répartition équitable des ressources entre les zones, mais ils veulent l’adaptation immédiate des méthodes de répartition en vigueur en bizone, méthodes qui, selon eux, ne tiennent pas assez compte de l’échelon « zone française ». Un tel vœu n’est pas sans provoquer quelques émois chez les Français. Il risque de leur enlever toute influence sur l’activité industrielle de la zone, qui serait alors directement dirigée par Francfort39.

  • 40 Article de la Frankfurter Rundschau du 18 février 1949 (MAE-Colmar, Affaires allemandes et autrich (...)

17Le 18 février 1949, les ministres de l’Économie des Länder de la ZFO décident la création d’un Office pour le commerce extérieur des trois Länder de la ZFO dont le siège sera à Baden-Baden. Le rôle de cet office doit être la coordination des services économiques allemands dans le cadre des négociations portant sur l’élaboration des traités de commerce et sur l’établissement des plans d’importations et d’exportations pour la ZFO auxquelles les Allemands participent désormais40.

  • 41 Extraits du « Rapport fait au nom de la Commission d’information qui s’est rendue en Allemagne du (...)
  • 42 Télégramme de Leroy-Beaulieu du 18 août 1949 (MAE-Paris, Z-Europe 1944-1960, Allemagne, v. 456, f° (...)
  • 43 Télégramme de François-Poncet du 27 octobre 1949 (MAE-Paris, Z-Europe 1944-1960, Allemagne, v. 456 (...)
  • 44 Télégramme de la direction des Affaires économiques et financières de Francfort pour le ministère (...)
  • 45 Circulaire n° 39 du service d’Information et de Presse du Quai d’Orsay du 20 février 1950 (MAE-Par (...)
  • 46 Télégramme du HCFA pour le ministère des Finances du 18 octobre 1950 (MAE-Paris, Z-Europe 1944-196 (...)

18En fait, les autorités allemandes sont de plus en plus maîtresses de leur commerce41, même si des problèmes se posent encore en ce qui concerne la liquidation de la JEIA. Les Français insistent en fait pour que les pouvoirs de la JEIA leur soient remis si, et seulement si, les accords commerciaux et de paiement négociés par le gouvernement allemand ne sont signés qu’après approbation de la Haute-Commission alliée. Ils demandent aussi qu’un seul observateur allié soit désigné à chaque fois par un accord entre les membres du Comité du commerce extérieur et des changes42. En octobre 1949, la Haute-Commission accède à cette demande présentée à la fois par les Français et les Britanniques. En novembre, les pouvoirs de la JEIA n’ont toujours pas été transmis au gouvernement fédéral, qui est pourtant formé depuis le mois de septembre43. Le transfert des pouvoirs pour la négociation des accords de commerce et de paiement devient enfin effectif le 28 novembre 194944. Il est alors décidé que la liquidation de la JEIA aura lieu à partir du 19 décembre, et que les réclamations pourront intervenir jusqu’au 30 septembre 195045. Cependant, les choses vont traîner : le 18 octobre 1950, on en est encore à envisager le transfert des pouvoirs de la JEIA au gouvernement fédéral pour le 31 octobre suivant46.

  • 47 Circulaire n° 277 du service d’Information et de Presse du Quai d’Orsay du 28 septembre 1949 (MAE- (...)
  • 48 Télégramme du HCFA du 29 décembre 1949 (MAE-Paris, Z-Europe 1944-1960, Allemagne, v. 456, f° 308).
  • 49 Bulletin d’Informations économiques et financières n° 90 de l’ambassade de France en Suisse du 2 f (...)

19En tout cas, dès le mois de juillet 1949, l’Allemagne occidentale semble faire des efforts pour reprendre contact avec le marché mondial, bien qu’elle se plaigne du fait que le taux de change de 3,50 DM pour 1 $ empêche les produits allemands de soutenir la concurrence par rapport aux produits des autres pays. Elle obtient gain de cause. La dévaluation du mark par rapport au dollar est annoncée, le 28 septembre, par la Haute-Commission alliée en Allemagne. Si, les gouvernements britannique et américain, soucieux avant tout d’alléger la balance des comptes allemands, étaient prêts à accepter un taux de dévaluation de 25 %, le gouvernement français souhaitait, au contraire, que ce taux demeure voisin de 15 %. Car, en étant sensiblement supérieur, il risquait de créer au profit de l’industrie allemande en général une sorte de prime à l’exportation de nature à compromettre la réorganisation des échanges et des paiements intra-européens. Un compromis est cependant accepté par le gouvernement français, la dévaluation se fait dans la proportion de 20,66 %, afin de réajuster le mark à la livre sterling qui vient d’être dévaluée. Son taux de change passe alors à 4,2 DM pour un dollar47. Cette dévaluation satisfait pleinement le ministre allemand de l’Économie, le Pr. Erhard, qui montre toute confiance quand à la tenue de la devise allemande sur les marchés étrangers des changes. Pour lui, le potentiel industriel de l’Allemagne et la puissance de travail de sa population sont à l’origine de la confiance que l’étranger marque dans la monnaie allemande48. Cette confiance est d’ailleurs essentielle du fait, d’une part, que le but poursuivi par l’Allemagne nouvelle est son rattachement à l’économie mondiale et non son isolement, et, d’autre part, qu’elle fait de la libération des échanges son credo49.

3. La question de la libération des échanges

  • 50 Braudel, F. & Labrousse, E. (Dir.), Histoire économique et sociale de la France, tome IV, vol. 3, (...)
  • 51 Ibid.

20Le 16 avril 1948, dans le cadre du plan Marshall, seize États (quatorze pays européens plus les États-Unis et le Canada) ont créé l’Organisation européenne de Coopération économique (OECE), qui a trois finalités essentielles : tout d’abord, assurer une harmonisation des politiques économiques des États adhérents ; ensuite, répartir les montants de l’aide américaine en liaison avec l’ECA ; enfin, sur le plan monétaire et des échanges intra-OECE, promouvoir de la façon la plus large possible des opérations de compensation multilatérale et supprimer les contingentements50. Deux accords complémentaires sont alors signés, l’un le 16 octobre 1948, l’autre le 7 septembre 1950. Le premier crée entre les États membres un système de compensation et de « droits de tirage », qui a pour but d’éviter des déséquilibres financiers entre les États consécutifs à des déséquilibres commerciaux et de favoriser l’accroissement des échanges entre eux. Le second, nous le verrons dans la troisième partie, donne naissance à l’Union européenne des Paiements (UEP)51.

  • 52 Note pour le directeur des Relations économiques extérieures concernant la libération des continge (...)
  • 53 Ibid.
  • 54 Ibid.

21À la fin du mois de mai 1949, les services du Commerce extérieur de Baden-Baden étudient, comme il leur a été demandé par l’OECE, les possibilités d’une libération des échanges entre la France et l’Allemagne occidentale, et notamment la suppression des contingents d’importation pour certains produits. S’il apparaît clairement qu’« en ce qui concerne les exportations françaises, une libération des contingents entraînerait un accroissement sensible, les contingents alloués actuellement à la France étant en effet limités compte tenu de ce qui est réservé aux autres pays et des besoins du marché intérieur, les importations allemandes risquent quant à elles d’affluer en France, et notamment les machines-outils, la mécanique de précision, les produits chimiques.. »52. Les Français estiment, à première vue, que cette libération des contingents conduirait quand même, dans une certaine mesure, à un accroissement des exportations françaises en Allemagne occidentale plus accusé que l’augmentation des importations. Mais, ils soulignent : « Nous ne devrons nous engager dans la voie envisagée qu’avec prudence et progressivement, et en partant de produits pour lesquels la production française est susceptible de soutenir la concurrence mondiale à l’extérieur et sur son propre marché »53. Il serait donc sage, selon eux, que la libération des contingents pour chaque marchandise soit, dans le cas des produits industriels, précédée par la conclusion d’un accord entre l’industrie française et l’industrie allemande correspondantes. Cependant, d’un point de vue général, il est indispensable de remettre l’économie française au contact avec la concurrence en espérant que, jusqu’en 1952, l’aide américaine permettra d’amortir le choc54.

  • 55 Dépêche de Bernard Lefort pour la DREE du ministère des Finances du 24 octobre 1949 (MAE-Colmar, C (...)

22De son côté, dès octobre 1949, le nouveau gouvernement allemand montre sa volonté d’un rapprochement économique avec la France, et plus particulièrement en matière de commerce. Le Dr. von Maltzan, directeur du Commerce extérieur à la Verwaltung fur Wirtschaft, rencontre à deux reprises Bernard Lefort, conseiller commercial en Allemagne, pour parler de la libération des échanges entre la France et l’Allemagne occidentale. Pour Lefort, il n’est plus possible désormais pour la France de se dérober plus longtemps. Car, c’est elle qui, dans un premier temps, à l’OECE, a soutenu l’idée de la libération et les Allemands ne se font pas faute de le rappeler. De plus, si la trizone a déjà conclu des accords très libéraux avec plusieurs pays européens, ou est sur le point de le faire, seules la Suède et la France restent dans l’expectative. Pour le Dr. von Maltzan, par son attitude, la France risque de perdre la place qu’elle a difficilement prise sur le marché allemand, tout comme une plus longue abstention rendrait sa position difficile à l’égard des Américains. Et Lefort de préciser : « Étant optimiste, je crois que les Allemands sont encore convaincus que, dans une coopération économique avec eux, nous leur apporterions quelque chose. Dans peu de mois, ils risquent de ne plus avoir une telle opinion ; dans les discussions que nous engagerions alors avec eux, nous serions demandeurs sur toute la ligne, position désastreuse de négociation. Si nous nous réfugions dans une attitude de protectionnisme étroit et de crainte incompréhensible, l’Histoire se fera à côté et en dehors de nous, et bientôt contre nous. Or, à l’heure actuelle, l’Histoire va vite. »55

  • 56 Cf. note 55, et note de la DREE du ministère des Finances du 27 octobre 1949 (MF, DREE 1939-1965, (...)

23Lors de ces discussions, un aide-mémoire allemand est présenté à Bernard Lefort, dans lequel il est estimé qu’un renforcement aussi intense que possible des relations économiques franco-allemandes constitue le moyen le plus adéquat pour « réaliser une entente générale franco-allemande, entente que le gouvernement fédéral considère comme une de ses tâches les plus hautes » et comme la clef de voûte de la coopération économique de l’Europe occidentale. Il est donc proposé de conclure un accord de libération entre la France et l’Allemagne dès que possible. Cette libération pourrait s’opérer soit en maintenant le principe du contingentement mais en établissant en même temps des listes de produits libres à l’importation (principe dont s’inspire la liste de libération unilatérale présentée par la France à l’OECE), soit au contraire en libérant en principe les importations mais en établissant en même temps des listes de produits dont l’importation serait interdite ou limitée. Du point de vue allemand, il est clair que l’accord franco-allemand devrait plutôt s’inspirer du second système, comme c’est le cas des accords avec la Suisse ou les Pays-Bas, car il correspond mieux au but indiqué, qui est la libération des échanges. Mais, les Allemands sont aussi conscients qu’une véritable libération des échanges comporterait encore des dangers et des inconvénients pour leur économie. Il faudrait donc, selon eux, limiter le plus possible au début, mais sans cependant trop les réduire, les listes de produits dont l’importation est interdite ou contingentée, et provoquer des conversations entre industriels à côté des accords intergouvernementaux sur la libération. Au cas où un accord serait conclu selon la formule proposée, « on serait prêt, du côté allemand, à limiter à quelques rares marchandises l’interdiction d’importation et à fixer les contingents de produits, dont l’importation est limitée, à un chiffre plus élevé que celui qui pourrait figurer dans un accord de contingentement du type actuel »56. De plus, la « clause dollar » serait supprimée.

  • 57 Télégramme de François-Poncet du 27 octobre 1949 (MAE-Colmar, CCFA-HCFA, Doss. Dobler, 231/C2).

24Du côté français, André François-Poncet, haut-commissaire français en Allemagne, tout comme Bernard Lefort, a compris que le commerce extérieur allemand va se développer surtout avec les pays qui assouplissent vis-à-vis de l’Allemagne la réglementation de leurs échanges internationaux, et que, plus la France tardera à conclure un accord libéral, plus les exportateurs français auront de difficultés à trouver des débouchés sur un marché que d’autres prospectent activement. Certes, « certains milieux industriels français craignent la concurrence allemande en France, mais puisque celle-ci ne pourra être éternellement évitée, peut-être vaudra-t-il mieux », souligne-t-il, « en courir le risque pendant que la Haute-Commission a encore tous pouvoirs pour fixer le taux de conversion du DM et interdire les pratiques discriminatoires ou déloyales en matière de commerce extérieur »57.

  • 58 Presse allemande du 4 novembre 1949 (MAE-Colmar, Affaires allemandes et autrichiennes, Centre d’Ét (...)

25Il faut reconnaître qu’à la fin octobre-début novembre 1949, de nombreuses difficultés contrarient encore le commerce franco-allemand. Des plaintes allemandes concernant les services français chargés de la délivrance des licences d’importation, nous l’avons vu, sont déposées. Car, entre le dépôt de la demande de licence et l’octroi de celle-ci, il s’écoule en moyenne trois à six mois. Entre temps, les prix ont varié, ce qui place les exportateurs aussi bien que les importateurs devant des problèmes inextricables. De plus, les exportations françaises vers l’Allemagne occidentale doivent subir la politique de discrimination de la JEIA entre les biens essentiels et les biens non essentiels. Et, les prix français, qui sont trop élevés, doivent affronter la concurrence de certains pays tiers qui ont dévalué dans une plus large mesure que la France, tels que la Grande-Bretagne ou les Pays-Bas58.

  • 59 Revue de presse du 17 novembre 1949 (MIC, AN, DGTC, F12 10.302).
  • 60 Télégramme de François-Poncet pour Bidault du 29 novembre 1949 (MAE-Paris, Z-Europe 1944-1960, All (...)

26Le 24 novembre, il est prévu que la commission mixte franco-allemande chargée de la négociation des accords commerciaux se réunisse à Paris, afin d’élargir l’accord de juillet et de le réviser en fonction des dernières décisions de l’OECE59. Pour la première fois, les négociations seront menées directement par les Allemands. L’importance politique du nouvel accord commercial, comme le souligne François-Poncet, ne doit pas échapper aux Français : si les autorités allemandes tiennent à ce que le premier accord commercial qu’elles sont autorisées à négocier soit un accord franco-allemand, c’est pour manifester à la fois leur désir d’entretenir désormais de bonnes relations avec leur principal voisin et leur espoir de voir la France prendre les initiatives nécessaires pour créer les conditions économiques indispensables à une entente européenne. L’Allemagne occidentale est d’ailleurs disposée à envisager certaines réformes de structure économique pour préparer son intégration dans une union économique européenne. Et, il souligne : « Il serait regrettable, selon moi, de la décevoir et de lui permettre de croire que les difficultés secondaires de branches industrielles non essentielles peuvent nous faire hésiter à l’admettre comme partenaire dans la future communauté européenne »60.

  • 61 Dépêche n° 2173 de Bernard Lefort pour la DREE du ministère des Finances du 29 novembre 1949 (MAE- (...)
  • 62 Dépêche n° 2175 de Bernard Lefort pour la DREE du ministère des Finances du 29 novembre 1949 (MAE- (...)

27En fait, la France peut retirer d’un accord de libération des échanges plusieurs avantages. D’une part, alors qu’avant-guerre le commerce avec l’Allemagne était fortement déficitaire pour elle, l’un des principes sur lesquels est fondé le projet d’accord est l’équilibre des importations et des exportations. L’intérêt que les Allemands attachent à vendre sur le marché français pourrait donc les amener à accroître leurs achats en France. D’autre part, la libération peut permettre de procéder à la confrontation, capitale pour les Français, de leur économie avec l’économie allemande dans des conditions telles, nous l’avons vu, que les dangers d’un tel contact soient réduits. En effet, les importations allemandes, qui seront fonction des ventes françaises, seront limitées et ne pourront pas inonder le marché français protégé étroitement, on l’oublie trop volontiers, par des droits de douanes confortables61. Mais, l’« atmosphère » à Francfort et à Paris est bien différente. À Francfort, les Allemands, comme les Anglo-Saxons, les Belges et les Néerlandais, ont adopté une fois pour toutes le principe de la libération des échanges et veulent le mettre réellement en application. Ils n’admettent comme exception que les cas où l’entrée d’un produit sans limitation de contingent signifierait la mort d’une activité importante de leur économie. A Paris, en revanche, on a tendance à faire la somme des demandes de restriction formulées par les différentes industries et à limiter la libération aux produits qui échappent à la vigilance, « aiguisée par des années de protectionnisme à outrance », des commerçants, des industriels ou des agriculteurs français62.

  • 63 Dépêche d’agence allemande du 3 décembre 1949 (MAE-Colmar, Affaires allemandes et autrichiennes, C (...)
  • 64 Télégramme de François-Poncet pour Bidault du 19 décembre 1949 (MAE-Paris, Z-Europe 1944-1960, All (...)

28Le 2 décembre 1949, les négociations s’ouvrent donc à Paris. Les Allemands, comme les Français, font une déclaration de principes. Le Dr. von Maltzan, chef de la délégation allemande, demande que le commerce entre la France et l’Allemagne soit libéré dans la plus grande mesure possible comme c’est déjà le cas pour celui d’autres pays voisins. Hervé Alphand, chef de la délégation française, déclare quant à lui que la France joue le rôle de la nation débitrice dans le commerce franco-allemand et que toute intensification du commerce entre les deux pays ne pourra donc se traduire que par une augmentation des exportations françaises à destination de la RFA63. Les négociations s’engagent, puis sont interrompues jusqu’au 13 décembre. Cependant, un certain optimisme règne à Paris concernant un commerce accru avec l’Allemagne occidentale. Cet optimisme est digne d’attention, car le traité de commerce est considéré comme la seule forme « d’intégration » possible, à ce moment-là, entre les deux pays, intégration qui est fortement préconisée par l’ECA. Du côté allemand, l’optimisme est plus tempéré. Si le Pr. Erhard montre l’intérêt qu’il porte à la conclusion rapide de l’accord commercial avec la France dont il attend un relèvement sensible des échanges entre les deux pays, il regrette pourtant de ne pas trouver chez les Français la même ardeur pour libérer les échanges que celle dont fait preuve la délégation allemande64.

  • 65 « Notiz über den Stand der Frankreich-Verhandlungen » du Dr. von Maltzan pour le Pr. Erhard du 19 (...)
  • 66 Télégramme du ministère des Affaires étrangères pour le HCFA à Bonn du 19 décembre 1949 (MAE-Paris (...)
  • 67 Copie d’une lettre de Robichez, directeur du Comité central de la Laine, pour le directeur de la D (...)
  • 68 Dépêche d’André François-Poncet du 18 décembre 1949 (MAE-Paris, Z-Europe 1944-1960, Allemagne, v. (...)
  • 69 Ibid.
  • 70 Cf. note 68.
  • 71 François-Poncet Jean, La politique économique de l’Allemagne occidentale, op. cit., p. 135.
  • 72 Télégramme du HCFA à retransmettre au ministère des Finances du 16 janvier 1950 (MAE-Paris, Z-Euro (...)

29Le 17 décembre, un accord de paiement est paraphé. Il doit rendre possible la facturation des échanges en marks et en francs français et, par conséquent, annuler la « clause dollar ». De plus, un swing de 40 millions de $ remplace l’ancien swing de 15 millions seulement65. Mais le 19, les négociations sont de nouveau interrompues provisoirement pour permettre à chacune des délégations de consulter son gouvernement sur les points demeurés en suspens. Car, si une rédaction commune a pu être trouvée pour les principales dispositions du futur accord, de nombreuses divergences subsistent en ce qui concerne la liste des produits qui doivent être échangés. La délégation française estime que les augmentations de contingents accordées par les Allemands restent insuffisantes, surtout pour certains postes qui présentent une importance particulière (vins, fruits et légumes...)66. Par ailleurs, il n’a pas échappé aux délégués allemands que la France, à quelques exceptions près, telle que l’industrie lainière qui est en tête des industries exportatrices françaises et dont les produits figurent presque intégralement sur les listes de libération67, a peur de la concurrence68. C’est pourquoi André François-Poncet insiste, en cette fin d’année 1949, sur le fait que l’essor économique de l’Allemagne est fatal, non seulement parce qu’il est favorisé par la possession de certaines matières premières, par le dynamisme propre à ce pays, par l’excellence de ses pratiques commerciales et le talent de ses ingénieurs, entre autres, mais aussi, parce que les États-Unis le souhaitent et le stimulent, afin de n’avoir pas à combler par eux-mêmes le déficit de la balance des comptes allemande. Par conséquent, même si la concurrence allemande peut être redoutable pour la production française, les Français ne pourront pas longtemps arrêter cet essor en imposant des mesures de contrainte, des plafonds de production, des interdictions de construire. Le haut-commissaire français croit plutôt que leur avantage serait de s’associer à ce développement en contractant, dès que possible, ce que le Dr. von Maltzan nomme des « accords de concurrence », car « le courant porte de nouveau les Allemands vers les Anglo-Saxons »69. En effet, l’accord pour l’application du plan Marshall, signé le 15 décembre entre TECA et le gouvernement fédéral, est célébré comme un événement considérable en Allemagne. C’est le premier traité bilatéral conclu en toute liberté sans l’intervention de la Haute-Commission et sur la base d’une complète égalité de droits par rapport aux autres nations européennes signataires d’un accord analogue. A cette satisfaction morale, s’ajoute, du côté allemand, la perspective de pouvoir disposer immédiatement par le jeu de la contrepartie d’une somme de 600 millions de DM, qui pourrait atteindre par la suite un milliard70. Il faut dire aussi que l’Allemagne s’engage réellement dans la voie de la libération des échanges, au même moment, en libérant son commerce à concurrence de 47 %71. Mais, si cette politique préconisée par le Pr. Erhard s’avère une exigence, à la date du 31 décembre 1949, elle a un effet néfaste sur la trésorerie des importations en devises72.

30En définitive, les négociations pour la libération des échanges entre la France et la RFA reprennent, dans les premiers jours du mois de janvier 1950, pour aboutir enfin à un accord, le 10 février, malgré la persistance des réticences françaises.

4. Les réticences françaises.

  • 73 Bossuat Gérard, La France, l’aide américaine et la construction européenne, op. cit., p. 351.

31Bien que les Français s’engagent, en 1949, dans des négociations sur la libération des échanges dans le cadre de l’OECE, ils « défendent toujours l’idée d’un renouveau préalable de l’économie française avant d’entrer dans le jeu de la concurrence internationale et d’une satisfaction prioritaire du marché français »73. Ils craignent la réapparition de la concurrence allemande sur les marchés mondiaux et ne vont pas jusqu’au bout de leur proposition d’inclure l’Allemagne dans le projet d’organisation économique européenne du FRITALUX.

a. Réapparition de la concurrence allemande.

  • 74 Dépêche de Bonnet du 11 octobre 1948 (MAE-Paris, Z-Europe 1944-1960, Allemagne, v. 96, f° 15).
  • 75 Cf. note 74.
  • 76 Dépêche de Tarbé de Saint-Hardouin du 11 avril 1949 (MAE-Paris, Z-Europe 1944-1960, Allemagne, v. (...)

32Dès 1948, la concurrence allemande sur les marchés d’Amérique est observée par le Quai d’Orsay. À la fin de l’année, les Français dénoncent déjà la vente aux États-Unis, à des prix anormalement bas, de produits allemands en provenance de la bizone. « Il paraît s’agir en l’espèce d’un véritable dumping qui, concurrençant gravement les produits français, est de nature à compromettre dans l’avenir les positions commerciales de la France sur le marché américain »74. S’il est vrai que les Français ont utilisé certains procédés analogues pour des produits venant de la zone française dans le but de réduire le déficit en dollars des territoires allemands à leur charge, au moment où devient effective l’union économique de la ZFO avec la bizone, il s’avère nécessaire pour eux de défendre avant tout leur marché d’exportation aux États-Unis contre la rivalité de l’industrie allemande75. Car, la réapparition de la concurrence allemande sur les marchés mondiaux est désormais inévitable. Jacques Tarbé de Saint-Hardouin le souligne précisément : « Il n’est pas douteux que l’Allemagne, privée de ses débouchés traditionnels dans l’Europe de l’Est, va se tourner vers l’Europe occidentale et vers l’Afrique, qui sont nos meilleurs acheteurs. Il est, en conséquence, très vraisemblable que les marchés que l’Allemagne avait été contrainte d’abandonner en 1939 et où, depuis 1945, nous avons essayé de la suppléer, vont voir rapidement se livrer des batailles commerciales entre les deux pays »76.

  • 77 Note du service de Coopération économique sur « La concurrence allemande sur les marchés d’exporta (...)

33Cette concurrence, qui a déjà inquiété les milieux industriels et commerciaux en Grande-Bretagne, préoccupe désormais les Français. En effet, les attachés commerciaux des postes diplomatiques signalent à nouveau la présence de produits allemands dans le pays de leur résidence et des marchés qui échappent à des firmes françaises pour aller à des intérêts allemands. L’Allemagne serait servie, dans son commerce d’exportation, par plusieurs facteurs. D’une part, elle est favorisée par le bas prix de l’acier produit dans la Ruhr, grâce au coke payé moins cher par les aciéries allemandes que par les aciéries lorraines (12,6 $ contre 19,7 $), et par un coût de la main-d’œuvre légèrement inférieur à celui de la France. D’autre part, les modalités de fixation du taux de change du mark permettent un dumping permanent. Certes, un taux uniforme de 30 cents a été fixé lors de la réforme monétaire, mais il existe encore une série d’exceptions permettant des taux inférieurs à l’exportation et supérieurs à l’importation. Enfin, l’Allemagne est obligée d’exporter afin d’équilibrer sa balance commerciale, car il lui faut nourrir une population grossie du flot des réfugiés77.

  • 78 Ibid.
  • 79 Extrait de la Wirtschaftszeitung du 18 juin 1949 (MAE-Colmar, Affaires économiques et financières, (...)
  • 80 Article paru dans la Deutsche Zeitung et la Wirtschaftszeitung du 5 novembre 1949 (MAE-Colmar, CCF (...)
  • 81 Ibid.
  • 82 Ibid.

34La solution la plus favorable pour les Français paraît alors être l’hypothèse d’un développement économique allemand harmonisé avec celui des autres pays membres de l’OECE voisins de l’Allemagne, la France et le Benelux. Une coordination des investissements entre ces divers pays et la conclusion d’ententes de coopération industrielle où l’Allemagne serait partie auraient pour conséquence une répartition des marchés d’exportation offrant ainsi à la France de sérieuses garanties. Si l’on en juge par les propos tenus par une délégation commerciale de la bizone, les Allemands seraient très favorables à cette politique que la France tente de développer à l’OECE78. Mais, selon eux, certains groupes industriels français inquiets de la concurrence allemande, s’efforceraient de gêner les échanges de marchandises entre les deux pays. Ils ne se contenteraient pas seulement d’essayer de paralyser les importations allemandes, mais voudraient freiner ou rendre impossibles les exportations qui leur paraissent dangereuses. En outre, ces milieux seraient suffisamment puissants pour influencer les fonctionnaires responsables de la délivrance des autorisations d’importation79. La presse économique allemande explique cette attitude par le fait que, durant la guerre et au cours des années qui l’ont immédiatement suivie, l’industrie et le commerce français ont joui d’une sécurité absolue. N’étant pas préparées à la concurrence, nombreuses sont les entreprises qui défendent âprement leurs prétendus droits à la sécurité80. De plus, ce long isolement de la France des marchés mondiaux a rendu possible la création de nouvelles industries et lui a permis, pour certains produits importants, de s’affranchir de l’étranger. Désormais, toutes ces entreprises sont prêtes à défendre leur existence par tous les moyens possibles et entendent se protéger contre toute forme de dumping. Par conséquent, toutes les mesures qui favorisent l’industrie allemande au détriment de l’étranger sont combattues81. La question du double prix du charbon est ainsi au centre des discussions. La presse économique allemande insiste aussi sur le fait que, dans ses rapports avec l’Allemagne, c’est la France qui se trouve visiblement la plus gênée par « l’annexion économique de la Sarre ». En effet, dans certains domaines, la concurrence sarroise est une menace plus grave pour l’industrie française que celle de l’Allemagne qui peut provisoirement être limitée par des mesures douanières et commerciales. C’est le cas notamment pour la céramique, la faïence, l’industrie du verre et diverses industries mécaniques82.

  • 83 Revue de presse française du 24 septembre 1949 (MIC, AN, DGTC, F12 10.302).
  • 84 Bossuat Gérard, La France, l’aide américaine et la construction européenne, op. cit., p. 305.
  • 85 Télégramme de Parodi, secrétaire général du Quai d’Orsay depuis le 23 février 1949, pour François- (...)
  • 86 Document n° AGSEC (50) 202 du comité financier de la Haute-Commission alliée du 3 février 1950 (MA (...)
  • 87 Note de la s/s-direction d’Europe centrale du 3 janvier 1950 (MAE-Paris, Z-Europe 1944-1960, Allem (...)

35La peur de la concurrence allemande chez les Français apparaît enfin, nous l’avons vu, à la fin septembre 1949, quand il est question de dévaluer le mark. Le gouvernement français n’est pas d’accord sur le taux de dévaluation de 25 % qu’envisagent les autorités britanniques et américaines, car ce taux risque d’augmenter les difficultés de l’industrie française sur les marchés étrangers où la concurrence allemande renaît avec violence83. Cependant, le Quai d’Orsay estime impossible d’empêcher le retour des marchandises allemandes sur le marché mondial. Il croit plus habile de lier l’expansion allemande à des règles décidées multilatéralement, celles du GATT par exemple. Ainsi, quand, à la session du GATT à Annecy, en avril 1949, la question des tarifs allemands est discutée, les Néerlandais s’avouent gênés par les hauts tarifs allemands et les Français exigent un abaissement unilatéral sans contrepartie. Les trois Alliés occidentaux décident alors d’autoriser l’application par l’Allemagne de la loi douanière de 1939, en échange de quoi, les nouvelles autorités de l’Allemagne occidentale doivent s’engager à négocier leur tarif au cas où il empêcherait le jeu normal des échanges commerciaux84. Dès septembre, les Français sont d’accord avec les Américains pour inviter l’Allemagne à participer à la troisième série de négociations sur le GATT qui doit s’ouvrir l’année suivante85, à condition qu’elle prépare un nouveau tarif douanier86. En attendant, on voit « les Français défendre les thèses protectionnistes, tandis que les Allemands se déclarent prêts à libérer de très nombreux produits dans le cadre européen, et on aboutit, tout au moins apparemment, à ce paradoxe que la France, qui politiquement favorise l’union européenne, se refuse à lui donner des bases économiques solides »87. Le recul français sur la question de la participation de l’Allemagne au FRITALUX est, à cet égard, tout à fait significatif.

b. Participation de l’Allemagne au FRITALUX.

  • 88 Circulaire n° 23 du service d’Information et de Presse du Quai d’Orsay du 29 janvier 1948 (MAE-Col (...)

36Le 12 janvier 1948, la commission mixte franco-italienne, créée le 14 septembre 1947, à la suite de la conférence de Paris, s’apprête à publier les résultats de son étude concernant les données d’une union douanière entre les deux pays. Le gouvernement français en profite pour proposer aux trois gouvernements du Benelux de se livrer à une étude similaire. En s’adressant tout d’abord à ses voisins du sud-est et du nord, il reprend le souhait, émis dès les premiers jours de la Libération, d’une mise en commun des immenses moyens que peuvent réunir la Belgique, le Luxembourg, les Pays-Bas et la France. Mais, ce ne doit être là que les prémices d’une organisation économique de l’Europe. Le gouvernement français estime en effet qu’une organisation politique dépourvue de bases économiques serait artificielle, et que les fondations de l’organisation européenne doivent être jetées tout d’abord sur le plan économique88.

  • 89 Circulaire n° 39 du service d’Information et de Presse du Quai d’Orsay du 14 février 1948 (MAE-Col (...)
  • 90 Ibid.
  • 91 Bariéty Jacques, « Vers la séparation des deux Allemagnes (1946-1948) », op. cit., p. 57.

37Le 13 février 1948, dans un discours à l’Assemblée nationale, Georges Bidault reprend la question de l’organisation économique de l’Europe et la développe dans un sens favorable à l’Allemagne. En effet, s’il précise qu’un accord entre la France et l’Italie constitue dans la reconstruction de l’Europe un élément de première importance, il souhaite cependant qu’il ne reste pas isolé89. Bidault montre ainsi la volonté d’aller plus loin et plus vite dans la voie de la construction des unions économiques. Il annonce la réunion prochaine, à Rome, des représentants de la Grande-Bretagne, de la France, de l’Italie et des trois pays du Benelux, afin d’étudier de façon concrète le problème des unions douanières. Et, c’est dans ce cadre qu’il faut, selon lui, étudier le problème allemand. Car, « la solution et il n’y en a pas d’autre, c’est l’intégration d’une Allemagne pacifique dans une Europe unie »90. Notons à ce propos, que dès le 16 mars, des experts ouest-allemands sont autorisés à participer aux travaux de l’OECE, sous la responsabilité des puissances occupantes91.

  • 92 Circulaire n° 99 du service d’Information et de Presse du Quai d’Orsay du 28 mars 1948 (MAE-Colmar (...)
  • 93 Dépêche du service de la Coopération économique du ministère des Affaires étrangères pour le HCFA (...)
  • 94 Mémorandum du gouvernement français du 14 novembre 1949 (MAE-Colmar, Affaires économiques et finan (...)
  • 95 Ibid.
  • 96 Poidevin Raymond, Robert Schuman. Homme d’État (1886-1963), op. cit., p. 236-237.

38Les discussions autour d’une union douanière franco-italienne se poursuivent donc pendant l’année 1948, pour aboutir, le 26 mars 1949, à la signature d’un traité qui consacre la suppression des barrières douanières entre les deux pays et l’établissement d’un tarif extérieur commun pour l’année suivante. Robert Schuman, désormais ministre des Affaires étrangères, insiste à son tour sur le fait que la collaboration franco-italienne constitue une première étape de l’union européenne92. À la suite des propositions françaises et des interventions de Paul Hoffman, directeur de l’ECA, le conseil de l’OECE, par sa décision en date du 2 novembre, reconnaît l’utilité d’associations économiques et monétaires régionales en Europe occidentale. Le gouvernement français décide alors d’engager des conversations en vue de la constitution d’un tel groupement avec l’Union économique belgo-luxembourgeoise, les Pays-Bas et l’Italie. Les experts sont invités à venir à Paris, dès le 25 novembre. Schuman précise alors à François-Poncet, dans une dépêche du 17 novembre : « Afin de faciliter le travail des experts et pour servir de base aux discussions, un mémorandum confidentiel a été remis aux quatre gouvernements. (...) Ainsi, vous le constaterez, le gouvernement français y pose la question d’une éventuelle invitation à adresser à l’Allemagne occidentale de se joindre au groupe dont nous envisageons la constitution »93. Ce mémorandum français daté du 14 novembre 1949 forme la base du projet FRITALUX (FRance-ITAlie-BeneLUX), qui prendra le nom de FINEBEL en janvier 1950, quand les négociations reprendront. Dans ce mémorandum, la France propose de libérer les échanges de marchandises, de capitaux et de services progressivement entre les pays membres, le but étant de « réduire les coûts de production et les prix, grâce à une meilleure spécialisation des activités industrielles et agricoles, à l’extension des marchés nationaux de telle sorte que, le plus tôt possible, les pays membres puissent équilibrer leurs économies au plus haut niveau possible sans aide extérieure exceptionnelle »94. Il est question aussi de supprimer les contingents et de contrôler les changes, mais en procédant par étapes et en prenant certaines précautions. Une harmonisation des politiques économiques et financières, afin que la libération des échanges soit possible, est envisagée95 En fait, la France veut réaliser un projet qui serait présenté aux États-Unis comme une étape vers la libération des échanges, afin qu’une nouvelle tranche des crédits Marshall soit votée rapidement96.

  • 97 Télégramme de la direction des Affaires économiques pour le HCFA du 29 novembre 1949 (MAE-Colmar, (...)
  • 98 Bossuat Gérard, La France, l’aide américaine et la construction européenne, op. cit., p. 713.
  • 99 Ibid.

39Dès les premières discussions, il semble bien que les Britanniques ne soient pas intéressés. En revanche, Hervé Alphand réserve la position du gouvernement français en ce qui concerne une participation ultérieure de l’Allemagne. Aucune décision n’est encore prise, mais elle doit faire l’objet d’une étude approfondie97. Bien sûr ce projet n’est pas préparé à l’origine pour intégrer l’Allemagne à l’Europe occidentale. Mais, l’hypothèse d’une participation allemande est formulée avec suffisamment de clarté pour y voir une tentative de régler la vieille querelle franco-allemande98. En fait, « pour la première fois, la question d’une entente avec l’Allemagne est posée par des responsables français dans le cadre d’une négociation internationale. Cet intérêt pour l’Allemagne s’inscrit tout à fait dans le cadre des négociations qui ont eu lieu à Paris, les 9 et 10 novembre, sur l’Allemagne, et qui débouchent sur l’adhésion de la RFA au Conseil de l’Europe, la révision des démantèlements et la fin de la limitation de la production d’acier allemand à [11,1] millions de tonnes »99.

  • 100 Interview d’Adenauer du 9 novembre 1949 (MAE-Paris, Z-Europe 1944-1960, Allemagne, v. 375, f° 146)
  • 101 Télégramme du HCFA pour le CGAAA du 2 décembre 1949 (MAE-Paris, Z-Europe 1944-1960, Allemagne, v. (...)
  • 102 Ibid.
  • 103 Télégramme de François-Poncet pour Bidault du 19 décembre 1949 (MAE-Paris, Z-Europe 1944-1960, All (...)
  • 104 Dépêche de François-Poncet pour la direction d’Europe du 7 décembre 1949 (MAE-Paris, Z-Europe 1944 (...)
  • 105 Dépêche de Guiringaud à Bonn pour Schuman du 22 décembre 1949 (MAE-Paris, Z-Europe 1944-1960, Alle (...)

40L’hypothèse d’une participation allemande est d’ailleurs accueillie favorablement de l’autre côté du Rhin. Non seulement elle s’inscrit tout à fait dans sa politique de libération des échanges, mais, comme le déclare le chancelier Adenauer en novembre 1949 : « L’Allemagne a le sincère désir de participer aux grandes tâches que les différentes organisations européennes auront à résoudre »100. Au début du mois de décembre, les journaux allemands relèvent certaines informations dans la presse française selon lesquelles « les négociations économiques franco-allemandes qui viennent de s’ouvrir pourraient conduire à l’admission de l’Allemagne fédérale dans le groupe du FRITALUX »101. Ils mettent en avant aussi l’intervention du ministre du Commerce néerlandais, Van den Brink, qui présente cette admission comme une condition, et celle du ministre français de l’Économie, Maurice Petsche, qui exprime l’avis que le rapprochement franco-allemand doit commencer par se frayer un chemin sur le terrain économique, car « des répercussions ne manqueront pas de se produire automatiquement sur le terrain politique »102. Au même moment, lors d’une conversation avec Leroy-Beaulieu, conseiller économique et financier en Allemagne, le Pr. Erhard s’enquiert du développement des conversations entre les nations intéressées au FRITALUX. Il rappelle le désir qu’a le gouvernement fédéral de voir l’Allemagne intégrer le plus rapidement possible cette organisation qui, sans elle, ne peut avoir qu’un rôle très réduit. La France a tort, à son avis, d’ajourner cette admission de l’Allemagne, car « le temps travaille contre l’Occident et l’organisation économique de l’Europe doit se faire rapidement »103. De leur côté, les milieux industriels allemands font savoir que, sans l’Allemagne, l’organisation économique prévue ne serait qu’une « association de paralytiques » et que l’Allemagne, de son côté, serait réduite à la condition d’un « aveugle », si elle en était maintenue à l’écart. Ils comprennent cependant l’hésitation marquée par la France à baisser ses barrières douanières104, hésitation qu’ils attribuent au fait que les charges sociales de l’industrie française sont supérieures à celles de l’industrie allemande, que l’outillage français est moins moderne que l’outillage allemand, et que le double prix du charbon favoriserait l’industrie allemande105.

  • 106 Bossuat Gérard, La France, l’aide américaine et la construction européenne, op. cit., p. 716.
  • 107 Ibid., p. 717.
  • 108 Ibid., p. 720.
  • 109 Poidevin Raymond, Robert Schuman. Homme d’État (1886-1963), op. cit., p. 239.

41Comme l’a très justement remarqué Gérard Bossuat dans ses travaux106, les discussions sur le FRITALUX dépassent largement le simple problème de la libération des échanges et des paiements. C’est une forme nouvelle de l’unité européenne qui est enjeu. Cependant, la conférence des experts qui se tient du 29 novembre au 11 décembre 1949 échoue. Si les Français ne sont pas loin d’accepter la participation de l’Allemagne au projet FRITALUX, ils refusent finalement de considérer cette hypothèse107. Les négociations qui reprennent ensuite entre la France, l’Italie et le Benelux aboutissent à un projet à la mi-février 1950. « Mais le FRITALUX, devenu FLNEBEL, est déjà mort à cause des projets américains d’Union européenne des Paiements et de l’hostilité permanente des Britanniques »108. Le projet est même définitivement enterré en 1951109.

  • 110 Article de Der Tag du 12 décembre 1949 (MAE-Colmar, Affaires allemandes et autrichiennes. Centre d (...)

42Même si l’on rencontre encore quelques difficultés, à la fin de l’année 1949, à conclure un accord commercial franco-allemand, et si l’on se méfie toujours, du côté français, de la réapparition de la concurrence allemande et de la libération des échanges, l’évolution des relations entre les deux pays est néanmoins manifeste. Pour la première fois depuis la fin de la guerre, l’admission de l’Allemagne dans une organisation économique européenne est envisagée. Bien sûr, elle ne se réalise pas. Il y a donc, et il y aura encore des difficultés et des pas en arrière. « Mais, il est essentiel de constater que le raidissement de l’opinion à l’égard de l’Allemagne disparaît progressivement »110. La volonté d’un rapprochement franco-allemand de la part du gouvernement fédéral, et plus particulièrement du chancelier Adenauer, y est évidemment pour quelque chose.

B. LA POLITIQUE DE RAPPROCHEMENT MENÉE PAR LE CHANCELIER ADENAUER

  • 111 En ce qui concerne la vie et le parcours politique de Konrad Adenauer, cf. Schwarz Hans-Peter, Ade (...)

43La politique de rapprochement avec la France, tant du point de vue politique que du point de vue économique, est en grande partie l’œuvre du premier chancelier de la RFA, Konrad Adenauer111.

  • 112 Weisenfeld Ernst, Quelle Allemagne pour la France ?, Colin, Paris, 1989, p. 52.

44Dès l’automne 1948, au cours de la session de travail du Conseil parlementaire, à Bonn, Adenauer rencontre des fonctionnaires du Quai d’Orsay et leur expose longuement ses conceptions et ses objectifs politiques. Cette rencontre impressionne fortement, semble-t-il, les participants français, dont François Seydoux et Jean Laloy. Dès lors, Adenauer est considéré à Paris comme l’homme que la France peut souhaiter voir à la tête du futur gouvernement allemand112. Car, les Français sont frappés par le réalisme avec lequel il juge la situation internationale, et surtout, par sa détermination à trouver un accord avec la France.

  • 113 Interview du chancelier Adenauer du 9 novembre 1949 (MAE-Paris, Z-Europe 1944-1960, Allemagne, v. (...)

45Le 15 septembre 1949, Konrad Adenauer devient le premier chancelier de la République fédérale d’Allemagne. Sa volonté de rapprochement avec la France ne faiblit pas. Il exprime à plusieurs reprises son désir de pratiquer une politique d’entente avec la France. Comme il le rappelle lors d’une interview, en novembre, l’Allemagne est prête à respecter le souci et le désir de la France quant à sa propre sécurité, et envisage à cet effet plusieurs méthodes. Elle pourrait accepter le statut international de la Ruhr et l’investissement de capitaux étrangers, notamment de capitaux français, dans diverses industries allemandes. Il conclut : « De cette manière, nous espérons pouvoir contribuer utilement à une collaboration franco-allemande et à apaiser les inquiétudes des Français. »113

1. L’épineux problème de la Ruhr

  • 114 Adenauer Konrad, Mémoires, tome 1, op. cit., p. 249.
  • 115 Cf. note 114.
  • 116 Monnet Jean, Mémoires, Fayard, Paris, 1976, p. 345, et Bührer Werner, « Die französische Ruhrpolit (...)

46Konrad Adenauer en tant que chrétien-démocrate, ainsi que le ministre-président du Land de Rhénanie-Westphalie, Karl Arnold, défendent des idées concernant la Ruhr qui ne sont pas très éloignées des propositions françaises. En effet, l’idée de l’européanisation de la Ruhr leur semble une solution intéressante : elle empêcherait la socialisation des industries du bassin, ardemment défendue par les sociaux-démocrates de Kurt Schumacher, et garantirait la réintégration rapide de l’Allemagne occidentale dans l’Europe tout en résolvant le problème franco-allemand114. Mais, la publication du statut de la Ruhr n’est acceptable pour les Allemands que si cette internationalisation comprend toutes les industries lourdes de l’Europe occidentale. Or, l’AIR leur paraît être surtout une institution de contrôle, matérialisation de la volonté française d’affaiblissement de l’Allemagne sur le long terme. Par conséquent, si les sociaux-démocrates protestent vivement contre le statut, les chrétiens-démocrates, pour leur part, réagissent de manière mitigée. Convaincu qu’un progrès n’est possible que par des concessions, Adenauer doit accepter à contrecœur le statut de la Ruhr, tout en espérant qu’il sera modifié plus tard115. Car, il doit tenir compte de l’attitude des milieux industriels allemands à l’égard de l’AIR et de la sidérurgie européenne, qui commencent déjà à rétablir les anciennes structures commerciales des années vingt et trente ! Les nombreuses créations d’associations coopératives franco-allemandes en 1949 témoignent en effet d’une volonté de reconstituer les cartels sidérurgiques qui avaient dominé la sidérurgie de l’entre-deux-guerres116.

  • 117 Seewald Michael, La France et l’Autorité internationale de la Ruhr (1945-1953), Mémoire de Maîtris (...)
  • 118 Télégramme de Cheysson à Francfort du 26 mai 1949 (MAE-Paris, Y Internationale 1944-1949. v. 374, (...)

47Les négociations avec les hauts-commissaires occidentaux sont donc cruciales. Le 14 octobre, Adenauer déclare que l’extension des pouvoirs de l’AIR à la sidérurgie européenne est la condition de la reconnaissance de cet organisme par l’Allemagne117. Il assure, d’un autre côté, qu’il restera intraitable sur la question des démontages. Les économies française et allemande, qui ont été très liées dans le passé, doivent l’être dans l’avenir pour que la paix de l’Europe soit assurée. Par conséquent, la destruction de certaines parties du système économique allemand est, pour la France, une erreur et peut-être un danger. Adenauer est d’ailleurs prêt à démontrer qu’une trop grande rigueur sur la question des démontages, qu’il juge essentielle pour une Europe occidentale saine, est pour la France une politique fâcheuse et économiquement préjudiciable118.

  • 119 Cf. note 117, p. 165-166.
  • 120 Poidevin Raymond, Robert Schuman. Homme d’État (1886-1963), op. cit., p. 214.
  • 121 Gerbet Pierre, Le relèvement, op. cit., p. 303.
  • 122 Cf. note 120.

48Le 22 novembre, quand les discussions s’achèvent par la signature des Accords de Petersberg, le marché (arrêt des démontages contre accession allemande au statut de la Ruhr) est conclu. L’accession des Allemands au statut de la Ruhr est très avantageuse pour eux, car elle est récompensée par l’arrêt des démontages et la perspective de pouvoir s’associer au Conseil de l’Europe. En contrepartie, Adenauer doit accepter le statut de la Ruhr tel qu’il est, c’est-à-dire, pour les Allemands, comme le symbole d’une exploitation de leurs ressources en faveur des intérêts français119. Les Accords de Petersberg créent de graves tensions. L’opposition sociale-démocrate, soutenue par Schumacher lui-même, déclenche une véritable campagne anti-française en RFA, alors que dans les faits l’Allemagne obtient plus d’avantages qu’elle ne fait de concessions120. En effet, faisant déjà partie de l’OECE, elle peut demander son admission au Conseil de l’Europe et à l’AIR, et la signature de l’accord bilatéral avec les États-Unis lui permet de bénéficier de l’aide Marshall. Bien sûr, elle promet de maintenir la démilitarisation et sa coopération avec l’OMS, de rester fidèle aux principes démocratiques et de collaborer à la décartellisation, mais elle obtient le desserrement des contraintes sur les industries prohibées ou réglementées, l’exclusion d’un certain nombre d’établissements industriels importants de la liste des démontages et l’abandon des démantèlements à Berlin121. Tout en réaffirmant sa volonté d’un rapprochement avec la France, Adenauer lutte pied à pied pour l’arrêt des démontages et obtient l’accord de Schuman sur ce principe. Ce dernier considère en effet que la France doit pratiquer vis-à-vis de la République fédérale « une politique compréhensive et positive, notamment dans le domaine économique »122.

  • 123 Adenauer, Konrad, Mémoires, tome 1, op. cit., p. 264.

49Il ne peut pas être question d’un rapprochement franco-allemand par l’AIR, mais le chancelier Adenauer continue à affirmer : « Je suis décidé à placer l’amélioration des rapports franco-allemands au centre de ma politique »123. Il propose donc aux Français de prendre des participations financières dans l’industrie allemande.

2. Participation des Français à la gestion des entreprises allemandes.

  • 124 Télégramme de François-Poncet pour le CGAAA du 15 octobre 1949 (MF, Direction du Trésor 1945-1975, (...)
  • 125 Ibid.
  • 126 Dépêche du ministère des Finances pour le ministère des Affaires étrangères du 10 novembre 1949 (M (...)
  • 127 Extrait de la presse économique allemande du 7 au 12 novembre 1949 (AN, De Wendel - 189 AQ, Archiv (...)

50Dès le mois d’octobre 1949, dans une interview publiée dans le Baltimore Sun, le chancelier Adenauer fait la proposition suivante aux Français : « Le souci principal de la France est de s’assurer que les industries allemandes ne travaillent pas pour des buts menaçant sa sécurité. Cette préoccupation pourrait être apaisée si l’industrie française participait à la gestion des industries allemandes »124. Puisque les industries françaises ne peuvent fournir les capitaux dont l’investissement permettrait d’acquérir ce contrôle, il suggère que les entreprises américaines désireuses de prendre des participations en Allemagne s’entendent préalablement avec les entreprises françaises intéressées et leur assurent des sièges au conseil d’administration des sociétés allemandes dont elles obtiendraient des actions. « Ces actions et les bénéfices correspondants resteraient bien entendu propriété américaine, mais la présence de Français créerait un climat de confiance en définitif favorable aux trois parties intéressées »125. Plus précisément, il est question de céder des participations de l’ordre de 40 % du capital social à des personnes de nationalité française dans des industries qui, par leur nature, pourraient paraître aux Alliés ne pas pouvoir être laissées en toute propriété à l’Allemagne126. Cette proposition s’inscrit dans le cadre des nouvelles garanties de sécurité qu’Adenauer veut donner à la France en cas d’arrêt des démantèlements127.

  • 128 Article de la presse anglaise sur « L’avenir de la Ruhr » du 16 décembre 1948 (MAE-Colmar, Affaire (...)
  • 129 Ibid.
  • 130 Presse allemande du 11 novembre 1949 (MAE-Colmar, Affaires allemandes et autrichiennes, Centre d’É (...)
  • 131 Dépêche du HCFA du 19 novembre 1949 (MAE-Paris, Z-Europe 1944-1960, Allemagne, v. 371, f° 179).

51Cette initiative suscite un vif intérêt, mais ne surprend pas les grands industriels de l’Allemagne occidentale. En décembre 1948, certains magnats de la Ruhr, qui émettaient quelques réserves à l’idée de collaborer avec leurs collègues de l’ouest de l’Europe malgré leur accord de principe, pensaient faire renaître le cartel international de l’Acier dans le but de maintenir des prix uniformes. En revanche, Hermann Reusch, directeur de la Gutehoffnungshütte reprenait la proposition qu’il avait déjà faite pendant la guerre d’échanger des actions de l’industrie lourde de la Ruhr contre des participations dans des entreprises françaises et la mise en pool des conseils d’administration et des cadres techniques128. Il faut aussi rappeler que les bases d’une participation européenne dans la Ruhr existent déjà. Les participations des pays occidentaux dans les mines de charbon s’élèvent à 11 % en tout. Ainsi, « l’idée que, si les voisins de l’Allemagne acquièrent des participations dans la Ruhr, le problème de la sécurité pourrait être résolu, semble séduire les Américains qui sont en Allemagne. Elle sourit également aux quelques industriels allemands clairvoyants qui comprennent qu’ils ne pourront pas obtenir des crédits américains illimités pour moderniser leurs installations comme après la première guerre mondiale »129. En novembre 1949, des conversations portant sur une participation de l’industrie française à l’économie de la Ruhr sont engagées à Paris entre des représentants des industries lourdes de l’Allemagne de l’Ouest et de la France et des accords concrets sont conclus130. Quand à la réaction de Schumacher, elle est violente. Il reproche au chancelier de placer à la base de ses propositions l’appel à des capitaux français formulé par les Vereinigte Stahlwerke. Il souligne fortement « combien lui paraît choquante l’intervention d’intérêts privés puissants dans les questions de politique extérieure et l’influence que les groupes de l’industrie lourde [ont] prise, dès les premières démarches du gouvernement fédéral, dans le domaine diplomatique »131.

  • 132 Dépêche du ministère des Finances pour le ministère des Affaires étrangères du 10 novembre 1949 (M (...)
  • 133 Télégramme de Noblet à Berlin pour le HCFA du 10 novembre 1949 (MAE-Paris, Z-Europe 1944-1960, All (...)
  • 134 Télégramme du HCFA pour Paris du 11 novembre 1949 (MAE-Colmar, Affaires allemandes et autrichienne (...)
  • 135 Télégramme de François-Poncet du 9 décembre 1949 (MAE-Colmar, Affaires allemandes et autrichiennes (...)

52Du côté français, la direction du Trésor au ministère des Finances souligne que les modalités de règlement de ces participations, telles qu’elles paraissent avoir été envisagées par le gouvernement allemand, ne seraient, à première vue, guère satisfaisantes. Elle admet en revanche que le principe pourrait permettre la mise en œuvre des mesures tendant à régler, en totalité ou en partie, la question des créances financières de la France132. On peut alors espérer une évolution rapide et favorable des rapports franco-allemands133. Car, les Français se retrouvent en fait devant l’alternative suivante : soit ils laissent l’Allemagne reconstituer rapidement avec l’aide des États-Unis, tout en restant isolée, son potentiel économique ; soit ils acceptent d’étudier les propositions faites par Adenauer de participer à la production allemande par l’apport de capitaux et décident de transposer ainsi les problèmes de la sécurité et de la concurrence économique sur un terrain plus favorable134. De toute façon, comme l’affirme le chancelier allemand, le 7 décembre 1949, devant la CDU de Rhénanie du Nord-Westphalie, « une entente franco-allemande ne peut s’établir que si des efforts sont faits des deux côtés. S’il est vrai, précise-t-il, que la meilleure partie des Français souhaite une entente avec l’Allemagne, il est indispensable qu’en ce qui concerne les Allemands ils fassent tout ce qui est en leur pouvoir pour ôter dans l’esprit des Français toute crainte pour l’avenir »135.

  • 136 Télégramme de François-Poncet du 7 janvier 1950 (MAE-Paris, Z-Europe 1944-1960, Allemagne, v. 372, (...)
  • 137 Note de Bizard du 10 mars 1950 (MF, Direction du Trésor 1945-1975, B 8 801).

53Cependant, malgré les efforts du chancelier, la réponse française tarde à venir. Celui-ci a l’impression que ses propositions ont été mal interprétées. Il rappelle alors que la prise de participations par la France dans l’industrie allemande est une forme particulièrement efficace de la coopération économique et que, si la France s’y refuse, la Grande-Bretagne paraît au contraire s’y intéresser fortement136. En effet, cette solution permettrait de contourner le fait que les investissements étrangers en Allemagne sont en principe toujours interdits par la réglementation alliée, d’une part, et que la commission des participations financières à Paris n’accorde plus aucune autorisation en matière d’investissements étrangers en ZFO depuis sa fusion avec la bizone, d’autre part137.

  • 138 « Déclaration de M. Abs » rapportée par le service des Affaires politiques et culturelles le 20 ja (...)

54Les relations entre la France et la République fédérale se tendent à la fin de l’année 1949. Les choses ne s’améliorent guère au début de 1950 ; elles se détériorent plutôt à cause de la question sarroise. Or, de retour des États-Unis, le financier Abs déclare qu’il est persuadé que les Américains n’accorderont de nouveaux crédits « qu’après la réalisation d’une entente économique franco-allemande absolument nécessaire, selon lui, au relèvement européen »138. Adenauer tente alors de relancer le processus de rapprochement franco-allemand : il propose une union économique.

3. Une union économique franco-allemande.

  • 139 Weisenfeld Ernst, Quelle Allemagne pour la France ?, op. cit., p. 54.

55Le 9 mars 1950, le chancelier Adenauer évoque, dans une interview donnée à Joseph Kingsbury Smith, directeur de l’agence américaine International News Service, une union économique franco-allemande. Le 21 mars, il accorde un nouvel entretien à Kingsbury Smith dans lequel il développe sa proposition. Il pense que « l’instrument d’une telle union pourrait être un parlement économique commun dont les membres seraient élus parmi les assemblées législatives des deux pays. Les deux gouvernements pourraient, de leur côté, créer un organe qui assumerait les responsabilités avec le parlement économique. Les fonctions du parlement économique et de l’organe représentant les gouvernements pourraient s’étendre avec le temps et conduire progressivement à l’union des deux pays »139.

  • 140 Circulaire n° 64 du service d’Information et de Presse du Quai d’Orsay du 22 mars 1950 (MAE-Paris, (...)
  • 141 Ibid.
  • 142 Presse allemande du 22 mars 1950 (MAE-Paris, Z-Europe 1944-1960, Allemagne, v. 373, f° 257).
  • 143 Cf. note 139.

56Cette fois-ci, la réponse de Paris ne se fait pas attendre. Le 22 mars, le gouvernement français, qui pense avoir donner « des preuves multiples de sa volonté de favoriser toute solution conciliatrice et constructive permettant à l’Allemagne d’occuper dans la communauté européenne la place qui lui revient », demeure persuadé qu’une normalisation durable des relations économiques franco-allemandes doit s’insérer dans l’organisation collective de l’Europe, car seule une telle organisation peut fournir aux deux pays un cadre assez vaste pour leur assurer un équilibre satisfaisant entre leurs ressources et leurs besoins140. Bien que les Français voient l’établissement d’une union économique entre les deux pays comme « une entreprise complexe et de longue haleine », ils se disent prêts à examiner toutes les suggestions concrètes qui leur seraient faites par le gouvernement allemand141. Mais, ils ne sont guère tentés par à un tête-à-tête avec les Allemands. En fait, il semble bien qu’à travers cette proposition, le chancelier Adenauer ait surtout voulu montrer au monde qu’il n’a pas abandonné, en dépit de toutes les désillusions, son idée d’une collaboration entre la France et l’Allemagne occidentale. Étant donné l’accueil frileux réservé à ses propositions jusque-là, il s’est borné à réclamer une union économique, dont on peut douter qu’il ait vraiment cru à une réalisation prochaine. Certains y voient même « un opportunisme qui, en premier lieu, doit permettre un règlement plus favorable de la question sarroise par une collaboration plus étroite entre l’industrie lourde française et l’industrie lourde allemande »142. Ce point de vue est partagé à la fois par le SPD et par le CGAAA. Il revient aussi dans la plupart des prises de position françaises qui parlent d’« utopie » ou de « manœuvre du gouvernement allemand pour sortir d’une situation d’infériorité », ou encore de « manœuvre pour abolir le statut de la Sarre »143.

  • 144 Bührer Werner, « Wegbereiter der Verständigung. Deutsch-französische industriellenkontakte (1947-1 (...)
  • 145 Article paru dans la Deutsche Zeitung et la Wirtschaftszeitung du 5 novembre 1949 (MAE-Colmar, CCF (...)

57Si le rapprochement franco-allemand après la seconde guerre mondiale est en grande partie l’œuvre de certains hommes politiques, tels que Robert Schuman et Konrad Adenauer, il ne faut pas oublier le rôle que jouent très tôt des industriels, des banquiers ou des syndicalistes français et allemands144. Le développement des rapports directs entre intérêts privés des deux pays est en fait souvent perçu, de part et d’autre, comme la meilleure solution pour surmonter les obstacles145.

II. RÉORGANISATION DES RELATIONS D’AFFAIRES

A. REPRISE DES RELATIONS ENTRE INDUSTRIELS FRANÇAIS ET ALLEMANDS

  • 146 Bariéty Jacques, « Industriels français et industriels allemands à l’époque de la République de We (...)
  • 147 Schirmann Sylvain, Les relations économiques et financières franco-allemandes (1932-1939), Comité (...)

58Les relations entre industriels français et allemands ne sont évidemment pas nouvelles : que l’on pense, entre autres, aux rencontres et discussions qui eurent lieu, dans les années vingt, autour notamment de la question des réparations et qui trouvèrent, grâce à la fondation du Comité franco-allemand d’Information et de Documentation, un cadre plus organisé146, ou aux projets de collaboration économique élaborés dans les années qui précédèrent la guerre147.

  • 148 Contrairement à ce que Werner Bührer semble avancer dans son article : « Wegbereiter der Verständi (...)

59Même s’il est vrai que la participation des trois zones occidentales de l’Allemagne au plan de relèvement présenté par George Marshall n’est pas étrangère au développement des premiers contacts annonçant la réorganisation des relations d’affaires entre les deux pays après la seconde guerre mondiale, ceux-ci ne datent pas de l’automne 1947148, mais ont lieu dès 1946. Ils sont tout d’abord sporadiques, parce que les industriels français et allemands doivent surmonter de nombreux problèmes techniques. Mais, ils s’épanouissent rapidement autour de projets concrets.

1. Un rapprochement malgré les problèmes techniques.

  • 149 Note de l’administrateur Stœbner à Coblence sur « Les ressources industrielles des cercles rhénans (...)
  • 150 Synthèse du rapport mensuel pour septembre 1946 du gouvernement militaire du Wurtemberg préparée p (...)
  • 151 Lettre du service des Affaires économiques allemandes du ministère de l’Économie nationale pour la (...)

60Les accords commerciaux entre les industries française et allemande se développent très tôt. Dès septembre 1946, l’intérêt que marquent les industriels français et sarrois pour la rive droite du Rhin s’accroît. En effet, tributaire de l’étranger pour les 2/3 de ses besoins en manganèse, la sidérurgie française passe d’importantes commandes aux mines rhénanes, la sidérurgie sarroise l’ayant du reste précédée dans cette voie. Elle demande aussi de très grosses fournitures de briques de silice. De plus, les usines céramiques françaises, désireuses de reprendre leur place sur le marché mondial, commandent à la Rhénanie 80 000 tonnes de terre blanche fine, soit à peu près la totalité de l’extraction149. En octobre, la majorité des industries horlogères du Wurtemberg ont déjà signé un contrat commercial avec l’industrie française. De nombreuses commandes arrivent. Dans l’industrie des instruments de chirurgie, la presque totalité des entreprises signe aussi un contrat commercial avec le syndicat des fabricants français150. Aussi bien en ce qui concerne les fabricants d’instruments de chirurgie ou d’articles d’horlogerie, il est important de noter que les accords commerciaux en question sont des accords signés directement entre Français et Allemands151.

  • 152 Lettre de Louis Rouyer, fabricant de lunettes à Saint-Quentin dans l’Aisne, pour le ministre des F (...)
  • 153 Cf. note 151.
  • 154 Ibid.

61En 1947, l’industrie de la lunette française tente d’exporter une partie de sa fabrication en Allemagne, et plus particulièrement en ZFO. Les commandes sont passées auprès des clients allemands lors de séjours sur place. Mais le ministère des Finances refuse ces exportations, au vu des difficultés de la balance des comptes de la zone152. Pourtant, le service des Affaires économiques allemandes du ministère de l’Économie nationale rappelle, en septembre, tout l’intérêt d’accords directs entre industries française et allemande : « Au moment où notre politique commerciale en Allemagne ne peut pas ne pas évoluer de manière à laisser une plus grande initiative aux Allemands, il [nous] paraît indispensable qu’aucune entrave administrative ne soit apportée au bon fonctionnement de ces accords »153. Déjà, le 30 juillet, ce ministère attirait l’attention de Baden-Baden sur le fait qu’il importait « d’éviter qu’à la faveur de la séparation de l’Allemagne en zones ne se crée dans les autres zones une nouvelle industrie des instruments de chirurgie, qui ferait concurrence à la fois à celle de la ZFO et à celle de la France. Pour arriver à ce but, il paraît nécessaire de donner aux Allemands une certaine liberté commerciale sur le marché intérieur allemand et d’établir les prix à l’exportation des instruments de chirurgie en tenant compte des prix pratiqués dans les autres zones. »154

  • 155 Note de la DGAEF pour la direction d’Europe du 2 mai 1946 et dépêche de Tarbé de Saint-Hardouin po (...)
  • 156 Copie d’une lettre du délégué du gouvernement militaire de Rhénanie-Palatinat du 20 février 1947 ( (...)
  • 157 Dépêche d’Arnal, ministre chargé du consulat général de France en Rhénanie du Nord-Westphalie (zon (...)

62Des contacts directs s’établissent aussi tant bien que mal lors des foires commerciales qui fleurissent à nouveau tant en France qu’en Allemagne, et ce, malgré de nombreux problèmes techniques. Ainsi, dès le mois de mai 1946, les Français participent à la foire de Leipzig malgré l’avis défavorable des Anglo-Saxons. Le but de cette participation est la reprise des relations d’affaires, si limitée soit elle, et une tentative dans le sens de la réorganisation du commerce entre les zones155. Cependant, la direction d’Europe juge encore prématurée et inopportune la visite éventuelle de commerçants allemands à la foire de Paris de 1947156. La participation d’industriels français ou allemands à des foires commerciales se heurte donc encore à de nombreuses difficultés tant d’un côté que de l’autre. Ainsi, en septembre 1947, les Français ne sont prévenus qu’à la dernière minute de la possibilité de participer à la foire de Hanovre, à cause, semble-t-il, d’une diffusion trop lente de l’information et d’un manque de coordination de la représentation commerciale française en zone britannique. À cette occasion, il apparaît que la « reprise des relations commerciales franco-allemandes et l’application du récent accord France-bi-zone, signé à Paris, [sont] subordonnées à la solution des difficiles questions financières qui se posent aux exportateurs allemands vers la France »157. Les quelques visiteurs français qui réussissent à venir à Hanovre semblent l’ignorer et repartent déçus, s’étant rendu compte que les contrats de vente, même libellés en francs français, ne pourraient être finalement réalisés que si la Banque de France consentait à les entériner pour une somme équivalente en dollars américains. Ces perspectives désastreuses découragent les commerçants français et peu d’affaires sont conclues.

  • 158 Dépêche de Seydoux de Clausonne, conseiller politique-adjoint à Berlin, pour la DGAEF à Paris du 2 (...)
  • 159 Dépêche de la DGAEF pour le cabinet du ministre des Finances du 2 mars 1948 (MAE-Paris, Z-Europe 1 (...)
  • 160 Télégramme du CGAAA pour Baden-Baden du 22 avril 1948 (MAE-Paris, Z-Europe 1944-1960, Allemagne, v (...)
  • 161 Note de mars 1948 (MAE-Paris, Z-Europe 1944-1960, Allemagne, v. 95, f° 233).

63Les choses paraissent enfin s’arranger au début de l’année 1948. En février, le ministre bavarois de l’Économie, désirant voir examinée la possibilité d’une reprise des relations économiques entre la France et la Bavière, voudrait qu’une délégation composée de membres de son ministère puisse se rendre à la foire de Paris. François Seydoux, à Berlin, n’y voit aucun inconvénient158. De son côté, la DGAEF demande au cabinet du ministre des Finances si l’interdiction faite jusqu’à maintenant à toute venue en France d’une délégation officielle allemande doit être maintenue159. Elle est vraisemblablement enfin levée, car, en avril, les services de la foire de Paris acceptent d’organiser la réception des visiteurs allemands160. Au même moment, le projet d’établissement à Paris d’un Bureau d’Études des Relations économiques franco-bavaroises est lancé. Ce bureau devrait fournir des renseignements économiques généraux (étude sur les prix...), mais avoir aussi des activités pratiques (transmission d’offres et de demandes des deux côtés, publicité en Bavière pour les foires françaises, étude de placements français en Bavière...)161.

  • 162 Note sur une mission en Allemagne, rédigée par Desfeuille du cabinet du SEAAA, pour la direction d (...)
  • 163 « Note sur les relations commerciales et industrielles franco-allemandes » remise par Boysson [sel (...)
  • 164 Ibid.

64En juillet 1948, les plus grandes difficultés matérielles s’opposent encore à des prises de contact qui pourraient être fructueuses. Les hommes d’affaires français n’obtiennent leur visa qu’après des démarches interminables qui les rebutent. Les industriels allemands, de leur côté, se heurtent, même avec l’appui total des représentants consulaires français, à des difficultés inextricables pour obtenir les quelques devises qui sont nécessaires à leur séjour en France, si bien qu’ils y renoncent. Soulignons aussi les difficultés matérielles qu’affrontent les agents français en bizone, d’où leur quasi-immobilité et le peu d’informations intéressantes fournies162. Si les groupements industriels français importants admettent volontiers l’utilité de contacts ou d’accords avec l’industrie allemande, ils y voient cependant des difficultés politiques. La plupart d’entre eux pense que les contacts seraient à prendre d’abord sur quelques points concrets où des accords seraient assez faciles, et l’on passerait ensuite sur un plan plus général. Les maisons de commerce expriment au contraire un désir très net de travailler avec l’Allemagne. Mais, l’emploi du dollar comme monnaie de paiement constitue une gêne considérable, même si certaines maisons sont prêtes à étudier des compensations163. Du côté allemand, les industriels se rendent compte du danger de l’emprise américaine sur leur industrie et craignent aussi un freinage ou une mainmise des Britanniques sur leur commerce. Ils seraient donc en général assez disposés à travailler avec la France, mais les difficultés administratives auxquelles ils se heurtent ne leur permettent pas de concrétiser leurs idées. Ils estiment, eux aussi, que les opérations seraient beaucoup plus faciles, si le dollar n’était plus la monnaie de paiement164.

  • 165 Ibid.
  • 166 Ibid.
  • 167 Circulaire générale n° 169/49 du Comité central de la Laine du 10 novembre 1948 (MIC, AN, DGTC, F1 (...)
  • 168 Note du CGAAA du 14 octobre 1948 (MAE-Paris, Z-Europe 1944-1960, Allemagne, v. 83, f° 98).
  • 169 Lettre de l’Alliance Petroleum pour le commandant Wiebel de la sous-direction du Bois et Industrie (...)

65C’est le moment que choisissent les autorités françaises pour reconnaître officiellement la nécessité d’accords avec l’Allemagne, à partir de transactions réelles sur des bases commerciales normales. Elles admettent en effet qu’il faut mettre en place un courant d’échanges régulier de produits pour faire profiter la France de la technique allemande, pour résister ensemble à une emprise américaine excessive (les échanges franco-allemands permettant de réduire les appels aux États-Unis), et éviter une concurrence nuisible entre les deux pays. On parle même de dépasser « le cadre franco-allemand pour arriver à celui de l’Europe occidentale, où la France et l’Allemagne représentent les deux éléments les plus importants »165. À cet effet, les autorités françaises considèrent que la première chose à faire est de faciliter l’installation d’agences commerciales de maisons françaises sérieuses ou de bureaux d’études, qui s’installeraient d’abord en ZFO, le plus près possible de Francfort et de la Ruhr, et pourraient se transporter ultérieurement vers Düsseldorf, Hambourg etc.166. Du coup, les missions économiques françaises en Allemagne, telles que celle organisée du 24 au 29 octobre par l’Union française des Industries exportatrices (industries de la laine, de la soie, de la ganterie, de la biscuiterie, des conserves...), se multiplient pendant l’été et l’automne 1948. Le but est de rechercher des contacts personnels entre exportateurs français et importateurs allemands et vice versa167. Au même moment, de leur côté, les industriels sarrois préconisent une union économique tripartite, prélude à une entente franco-sarro-allemande168. La reprise des relations entre les industriels français et allemands peut donc enfin se développer, à la fin de l’année 1948, malgré toutes les difficultés qui subsistent encore. La preuve en est que les contingents de marchandises prévus par l’accord de commerce franco-allemand sont insuffisants par rapport aux capacités et aux désirs des deux pays. Les problèmes qui en découlent sont nombreux en ce qui concerne l’obtention de licences d’importation. Ainsi, par exemple, la société Spohn und Knöll dans le Bade est très intéressée par l’Alliplex produit par l’Alliance Petroleum à Paris, qui est un sous-produit du pétrole dont les qualités d’adhérence sont intéressantes pour la fabrication des papiers d’emballage. Elle veut en importer 10 à 15 tonnes, mais il lui est impossible d’obtenir une licence d’importation169.

  • 170 Revue de presse du 23 mars 1949 (MIC, AN, DGTC, F12 10.302).
  • 171 Presse économique allemande du 22 avril 1949 (MAE-Colmar, Affaires allemandes et autrichiennes, Ce (...)
  • 172 Dépêche de la direction des Conventions administratives et sociales du ministère des Affaires étra (...)
  • 173 Revue de presse du 19 novembre 1949 (MIC, AN, DGTC, F12 10.302).

66Pourtant, les autorités françaises ne ménagent plus leur efforts désormais. En mars 1949, André François-Poncet, haut-commissaire français en Allemagne, rencontre à Cologne avec des représentants des industries sidérurgiques et chimiques de l’Allemagne occidentale. Ces entretiens portent sur les possibilités d’une intensification des rapports économiques franco-allemands170. En avril, la troisième mission commerciale française en Allemagne occidentale s’installe à Hambourg. La mission principale, dirigée par Bernard Lefort, se trouve à Mayence et la deuxième à Francfort. Ces missions commerciales, qui dépendent du ministère de l’Économie à Paris, ont la tâche de renouveler et d’approfondir les rapports commerciaux entre l’Allemagne occidentale et les cercles économiques français, mais aussi de faire de la propagande pour le tourisme en France171. Le ministère des Affaires étrangères donne enfin, à son tour, un coup de pouce ! Le 12 avril, il adresse aux consuls de France en Allemagne la note suivante : « Des visas de court séjour pourront être accordés par les consuls de France en Allemagne à des commerçants ou industriels allemands désireux de se rendre en France à l’occasion des foires et expositions organisées dans notre pays »172. Par conséquent, en novembre, on apprend que d’importantes firmes allemandes participeront à la foire de Lyon, qui vient d’ailleurs d’ouvrir un bureau en Allemagne173.

67Les contacts entre industriels français et allemands peuvent donc enfin déboucher sur la préparation de projets de coopération économique.

2. Premiers projets concrets.

  • 174 Lettre de Reusch à Mazeran du 4 mars 1948 (Haniel Archiv à Duisbourg, Nachlass Hermann Reusch, Bd. (...)
  • 175 Note du 3 mars 1948 (Haniel Archiv, Nachlass Hermann Reusch, Bd. 400.101401/86).
  • 176 Bührer Werner, Ruhrstahl und Europa. Die Wirtschaftsvereinigung Eisen-und Stahlindustrie und die A (...)

68Les premiers projets concrets en matière de coopération économique s’organisent, tout d’abord, à partir des contacts ou des liens personnels qui existaient avant-guerre entre certaines entreprises françaises et allemandes. Par exemple, on sait que des liens personnels unissaient les deux entreprises familiales que sont la Gutehoffnungshütte AG à Oberhausen et la SEMI (Société d’Entreprises et de Matériel industriel), qui assurait avant-guerre sa représentation en France. Leurs dirigeants Hermann Reusch et Anthime Mazeran renouent les contacts d’affaires apparemment en mars 1948174. Mazeran en profite alors pour effectuer un voyage en Allemagne, afin de soutenir les plans pour la fourniture de l’industrie française du fer175. La reprise des relations entre les industriels de la Ruhr et les sidérurgistes français, à cette période, par l’intermédiaire de canaux privés et d’affaires, est aussi vérifiée176.

  • 177 « Esquisse d’une politique française à l’égard de l’Allemagne occidentale » par la direction d’Eur (...)
  • 178 Note sur une mission en Allemagne, rédigée par Desfeuille du cabinet du SEAAA, pour la direction d (...)
  • 179 Ibid.
  • 180 Cf. note 178.

69Ensuite, des projets, qui ont souvent déjà fait l’objet de discussions antérieures, sont repris en 1948 et développés. Ainsi, en juillet, les milieux industriels de la Ruhr prennent contact avec une mission française en Allemagne et, comme ils continuent de redouter l’emprise anglo-saxonne sur leur industrie, lui proposent à nouveau de contrebalancer les participations britanniques et américaines dans la Ruhr par des participations du Benelux et de la France. Ils reprennent ainsi une offre déjà formulée lors de pourparlers secrets à la limite septentrionale de la zone française à Remagen, le 7 novembre 1946. Les « entretiens de Remagen » entre industriels français et allemands n’avaient pas abouti, vu le peu d’encouragement de la part du gouvernement français plutôt favorable à une internationalisation de la Ruhr177. Desfeuilles, du secrétariat d’État aux Affaires allemandes et autrichiennes, précise alors dans un rapport l’intérêt de ces propositions, même si la part qui serait encore réservée aux Français ne serait malheureusement plus aussi importante qu’elle aurait pu l’être à la suite des entretiens de Remagen (c’est-à-dire 20 %)178. Pourtant, ajoute-t-il : « L’un des conjurés de Remagen, M. Ziervogel, directeur général de l’industrie du Gaz, que j’ai vu à Essen, m’a assuré que ses amis et lui-même se trouvent dans les mêmes dispositions à notre égard qu’en 1946. Ils sont prêts à rencontrer de nouveau des Français qualifiés. (...) Une nouvelle réunion serait possible si, modifiant notre attitude vis-à-vis de l’Allemagne dans un sens plus réaliste, le Quai d’Orsay donnait désormais son assentiment à une poursuite des pourparlers antérieurs »179. Les industriels allemands seraient en effet prêts à réserver aux Français des places dans les conseils d’administration, à céder des brevets à bon compte et d’importantes affaires. La Wiedia, par exemple, filiale des entreprises Krupp à Essen fabriquant un carbure de tungstène extrêmement dur et lourd qui peut être avantageusement utilisé pour la fabrication des outils, pourrait être vendue. Le directeur des établissements Krupp, le Dr. Amaun, favorable à la France, serait encore disposé à céder à un groupe français une usine à Dreux spécialisée dans la fabrication de ce carbure de tungstène. Il serait même prêt à laisser le contrôle de l’affaire aux Français et à se contenter d’une part minoritaire180.

  • 181 Note du CGAAA « Au sujet des participations de capitaux français dans l’industrie allemande » du 1 (...)

70La discussion concernant la participation des capitaux français dans l’industrie allemande se poursuivent à Paris, en mars 1949, entre le banquier de Cologne, Robert Pferdmenges, membre de la CDU et proche ami d’Adenauer, et des représentants de l’économie française. À la suite de ces conversations, la proposition suivante aurait été faite du côté français : comme on ne dispose pas de capitaux susceptibles d’être transférés, l’Union française livrerait à l’Allemagne des matières premières dont la contre-valeur ne serait pas versée à la France, mais servirait à acheter des participations dans les affaires allemandes. Celles-ci seraient limitées à 25 %, taux qui correspond à la minorité qualifiée pouvant être représentée au conseil d’administration et qui permet, par conséquent, d’avoir un droit de regard sur la gestion181. On retrouvera d’ailleurs ce type de proposition, lors des discussions autour de certains projets de coopération économique, dans les années cinquante.

  • 182 BAYER AG Konzemverwaltung (Hg.), Meilensteine - 125 Jahre BAYER (1863-1988), Leverkusen, 1988.
  • 183 « Rapport sur l’activité de l’administration française de la BASF » de mai 1952 adressé au directe (...)
  • 184 Ibid.

71En tout cas, dans certains secteurs, comme l’industrie chimique ou l’automobile, les contacts s’épanouissent très rapidement. En ce qui concerne l’industrie chimique, il est intéressant de noter que les hommes d’affaires français sont parmi les premiers à développer des liens avec la firme Bayer AG de Leverkusen. Ainsi, Jacques Martin, qui fonde en 1946 la SOGEP (Société générale des Produits chimiques), société importatrice de produits chimiques venus de Grande-Bretagne, de Suède et des États-Unis, entre en relation avec Leverkusen. La SOGEP devient le représentant de Bayer AG en France pour les produits chimiques182. De même, la nouvelle administration française de la Badische Anilin-und Soda-Fabrik (BASF), qui est installée à Ludwigshafen le 1er juillet 1948 avec les droits et prérogatives attachés aux administrations-séquestres en ZFO, va favoriser les contacts entre la BASF et l’industrie chimique française en vue de la conclusion de contrats d’échanges techniques. Par exemple, la Compagnie de Saint-Gobain, qui prend contact avec la BASF sur l’initiative de l’administration française, a avec celle-ci des conversations fructueuses concernant un échange de procédés qui permettrait notamment à la BASF de s’affranchir du phosphate américain pour la fabrication de Nitrophoska et de lui substituer le phosphate d’Afrique du Nord183. Pendant la période allant de juillet 1949 à juillet 1950, la BASF va recevoir la visite d’un grand nombre d’autres firmes françaises parmi lesquelles : Michelin, la société Vilmorin, Francolor et Gaz de France. Dans le domaine de la chimie du pétrole, la direction du Contrôle technique de la BASF se tient constamment à la disposition des pétroliers français et des résultats positifs sont obtenus en particulier avec l’Omnium des Pétroles. L’administration-séquestre française intervient aussi pour favoriser la satisfaction des besoins de l’industrie française, soit par le moyen d’accords contractuels de longue durée qui permettent d’assurer de façon régulière et permanente l’approvisionnement de cette industrie en un certain nombre de produits indispensables, soit par des contrats particuliers qui permettent de pallier des besoins imprévus ou immédiats (par exemple, la fourniture d’acide sulfurique à la France pendant les grèves qui vont paralyser en partie l’industrie minérale, au début de 1950)184.

  • 185 Fridenson Patrick, « Les relations entre les industries automobiles française et allemande des ann (...)
  • 186 Dépêche n° 718 de Keller, ministre chargé du consulat général de France à Munich, du 11 mai 1949, (...)
  • 187 Dépêche n° 382 de Keller pour François-Poncet du 23 septembre 1949 (MAE-Colmar, CCFA-HCFA, Doss. r (...)

72Dans l’industrie automobile, les contacts s’organisent aussi de manière fructueuse. Nous ne reprendrons ici l’étude de Patrick Fridenson sur les relations entre les industries automobiles française et allemande, simplement pour souligner que, si dans un premier temps les constructeurs français tentent de prendre une revanche, « à mesure que la concurrence internationale s’affirme, [on] voit poindre une vraie coopération entre constructeurs français et allemands »185. L’exemple suivant en est une bonne illustration. Au début du mois de mai 1949, F.J. Popp, fondateur et ancien directeur général des usines BMW (Bayerische Motorwerke) et le Pr Messerschmitt, l’ingénieur des constructions aéronautiques du même nom, exposent au consul général de France à Munich leur projet de création d’une nouvelle fabrique de construction de voitures automobiles en Bavière, sous la forme d’une société à participation française. Il s’agirait de la construction d’automobiles de petite cylindrée, bon marché et économiques, dont la demande ne cesse d’augmenter. Messerschmitt et Popp proposent alors l’établissement d’une usine de montage en partenariat avec Renault, puisque, à leur avis, la voiture populaire française de 4 CV constitue une excellente solution au vu des conditions allemandes. De plus, la répartition du travail entre une usine automobile française et une usine allemande correspondrait tout à fait aux idées économiques des deux pays. De cette manière, les usines Renault pourraient augmenter considérablement la fabrication des pièces détachées et par conséquent diminuer leur prix, tandis que les usines Messerschmitt réaliseraient une économie considérable sur les frais d’investissement. Une collaboration intellectuelle entre les deux firmes pour le développement ultérieur de la construction et des détails techniques serait aussi d’une grande importance. Bernard Lefort, chef des services commerciaux en Allemagne, paraît tout à fait favorable à ce projet186. Une entrevue a donc lieu, le 22 septembre à Munich, entre Popp et Guillelmon, directeur commercial des usines Renault, afin d’étudier ce projet de montage de la 4 CV dans les anciennes usines Messerschmitt d’Augsbourg. Popp propose la constitution d’une société au capital de 6 millions de DM (4 millions représentés par l’apport des usines Messerschmitt et 2 millions fournis par la Régie Renault qui détiendrait ainsi 1/3 des actions). Popp demande, en outre, un crédit de 2 millions de DM pour le démarrage de l’affaire, ce qui élèverait à 4 millions de DM les capitaux fournis par la Régie. « Le montage de la 4 CV serait prévu pour une période de quatre ans. La première année serait consacrée à la mise en route des usines et la vente de la 4 CV se ferait sous forme d’importation de France de la voiture complètement montée. Pendant les trois années suivantes, la voiture serait montée pour moitié avec les pièces détachées provenant de France et pour moitié avec du matériel allemand (appareillage électrique, pneumatiques, garnitures intérieures) »187. Popp aurait déjà obtenu l’approbation complète des autorités allemandes, et notamment celle du Pr. Erhard.

  • 188 « Das Haus Siemens in Frankreich » (Siemens Firmenarchiv à Munich, Frkr. 68/Li 177 et Frkr. 68/Li (...)
  • 189 Ibid.

73Les accords de représentation entre les firmes françaises et allemandes demeurent cependant les plus fréquents et les plus précoces, nous l’avons vu pour la SEMI et Gutehoffnungshütte, et entre la SOGEP et Bayer. C’est aussi le cas pour Siemens-France. Placée sous séquestre à la fin de la guerre, Siemens-France est ensuite liquidée et plusieurs firmes sont constituées. Dès le 15 décembre 1947, des contacts ont lieu à Munich qui conduisent à un accord provisoire, le 27 juillet 1948, entre Siemens & Halske (S & H) et Siemens-Schuckert-Werke (SSW) d’un côté, et la SAMERING (Société d’Approvisionnement moderne pour l’Exportation, la Réexportation, l’Importation et le Négoce en général), société anonyme française fondée le 1er mars 1946, de l’autre188. Cet accord est un prélude à un accord de représentation ultérieur. Il prépare la transmission à la SAMERING de la représentation générale pour la France. Si cet accord se rapporte uniquement aux produits fabriqués en série, il doit être étendu aux autres produits par la suite. Le 24 juin 1949, un premier accord de représentation est donc conclu avec SSW pour les appareils ménagers, le matériel d’installation, l’éclairage de scènes, les projecteurs, les appareils à vapeur, les pompes et les ventilateurs, pour la France et l’Union Française, sauf la Sarre, l’Alsace, la Lorraine (le bassin de Longwy). Cet accord reçoit l’assentiment de la JEIA et est valable un an. Le même accord est signé, le 30 juillet 1949, avec la S & H pour tous les autres produits et fabrications (ou presque)189.

  • 190 Note sur la « Position de la France sur le Rhin, fleuve international » de Noël Mayer, directeur d (...)
  • 191 Fiche pour le général Koenig concernant la navigation rhénane du 25 avril 1949 (MAE-Colmar, CCFA-H (...)
  • 192 Lettre de François-Poncet transmise par le ministère des Affaires étrangères à celui de l’Économie (...)

74Enfin, il ne faut pas oublier les projets de sociétés mixtes, souvent plus tardifs, menés directement par certains organismes semi-publics français de ZFO avec les industriels allemands. La navigation sur le Rhin, est, à cet égard, un exemple intéressant. Au début de l’année 1949, Noël Mayer, directeur des services de Contrôle de la navigation sur le Rhin, propose la création et le fonctionnement de sociétés de gestion permettant à la France de participer indirectement au trafic intérieur allemand et de suivre son évolution politique. Une part du capital de ces sociétés pourrait d’ailleurs être cédée aux armateurs de la Ruhr, une fois la décartellisation opérée. En fait, il s’agit de décentraliser les questions de navigation axées jusqu’ici exclusivement sur la Ruhr, et de créer une organisation commerciale et industrielle du Rhin moyen dans laquelle seraient représentés les intérêts français et qui préparerait une coopération entre groupes français et allemands190. En avril, l’éventualité d’un pool trizonal de la flotte rhénane se dessine. Les négociations avec les personnalités dirigeantes des sociétés d’armement allemandes sous séquestre dans la Ruhr sont entamées. Elles ont pour objet d’assurer à des sociétés de gestion, à participation financière 50 % française et 50 % allemande, l’exploitation du parc décartellisable pendant une durée prolongée (20 ans en principe)191. Les propriétaires allemands sont favorables à cet accord. Pourtant, les négociations piétinent. En décembre, les présidents de l’ATIC, d’UNICHAR et de la Communauté de Navigation rhénane étudient à nouveau avec les représentants allemands des firmes décartellisables les modalités de coordination de la vente et du transport dans le Sud-Ouest allemand des charbons de la Ruhr et de ceux des bassins lorrains et sarrois. Le principe de la fondation d’une société mixte de vente des charbons est alors retenu. Un accord intervient en vue de la future exploitation en commun des bâtiments fluviaux allemands encore gérés par la Communauté de Navigation rhénane et dont le séquestre doit être levé. Les Français qui participent à ce projet sont alors frappés par le désir d’entente dont font preuve les industriels allemands, « même vis-à-vis d’organismes français semi-publics, dont ils critiquaient avec âpreté, il y a quelques mois encore, avec l’appui [des] Alliés, le rôle en Allemagne. »192

  • 193 Article du Handelsblatt du 2[ ?] novembre 1949 (MAE-Colmar, Affaires allemandes et autrichiennes, (...)

75Ainsi, à la fin de l’année 1949, la presse économique allemande remarque que « les efforts déployés depuis quelque temps par des organisations privées, tant françaises qu’allemandes, en vue d’intensifier les échanges commerciaux entre les deux pays, méritent de retenir l’attention au même titre que l’action plus générale entreprise par les aréopages officiels en vue de la libéralisation du commerce européen »193. Dans un premier temps, les industriels français et allemands se sont attachés à rétablir les contacts personnels, suspendus depuis dix ans, et à réorganiser de manière pratique leurs relations. Dès la fin de l’année 1949, des progrès intéressants sont donc enregistrés qui justifient pleinement les espoirs mis dans l’expansion sensible des échanges commerciaux entre la France et l’Allemagne occidentale, espoirs qui ont par ailleurs suscité la création d’une association favorisant les relations commerciales entre les deux pays.

B. CRÉATION D’UNE ASSOCIATION POUR FAVORISER LES RELATIONS COMMERCIALES ENTRE LA FRANCE ET L’ALLEMAGNE OCCIDENTALE

1. Une première tentative : l’ACIA.

  • 194 Fiche pour Koenig du 6 juin 1947 (MAE-Colmar, CCFA-HCFA, Cab. civil, ECOI 121/C6).
  • 195 Fiche pour Koenig [non datée] (MAE-Colmar, CCFA-HCFA, Cab. civil, ECOI 121/C6).
  • 196 Allocution de Mourré, délégué général du Centre national du Commerce extérieur, (non datée) (MAE-C (...)
  • 197 Cf. note 196.

76Dès le mois d’août 1945, André Lebelle, qui, pendant de longues années, a été le représentant de la France au cartel international de la Potasse à Berlin et le chef de la section allemande du Comité des conseillers du commerce extérieur, entretient les services du gouvernement militaire français en Allemagne de l’éventuelle création d’une association groupant les commerçants et industriels français ayant exercé leur activité en Allemagne. Le gouvernement militaire décide d’encourager les efforts de Lebelle, espérant ainsi trouver dans l’association à créer des administrations au courant de la réalité économique allemande pour la gestion des entreprises à mettre sous séquestre. De son côté, le ministère des Affaires étrangères formule quelques objections. Pourtant, pendant l’année 1946, Lebelle poursuit son projet. Une association prend bientôt le nom d’« Association pour le Commerce et l’Industrie en Allemagne (ACIA) »194. Son assemblée générale constitutive se tient le 23 janvier 1947 en présence des délégués des ministères compétents. Il est intéressant de noter que le comité de surveillance de l’association est composé du sous-directeur chargé des Affaires économiques allemandes et du délégué général du Centre national du Commerce extérieur au ministère de l’Économie nationale, du chef du service des Affaires économiques et sociales du CGAAA, du chef du service du Contrôle des biens au GMZFO. Les pouvoirs publics participent donc pleinement à l’ACIA195. Leur intérêt pour cette association réside dans le fait que « le service des Affaires allemandes et autrichiennes du ministère de l’Économie nationale, ainsi que le Centre national du Commerce extérieur se sont préoccupés, depuis plusieurs mois, de la nécessité d’étudier les modalités d’une reprise de contact avec les diverses zones en Allemagne en vue de recréer des courants d’exportations au départ de la France, dès qu’une certaine normalisation de l’économie allemande rendrait possible le retour à des échanges commerciaux privés »196. On a donc pensé à constituer en ZFO un groupement placé auprès et sous le contrôle de la mission commerciale française qui bénéficierait de toutes les facilités, afin de prendre contact dans les diverses zones avec tous les organismes et groupements utiles. Par conséquent, grâce à l’ACIA, Mourré, délégué général du Centre national pour le Commerce extérieur, pense qu’il devrait être possible d’orienter les exportations françaises à destination de l’Allemagne, et de s’assurer très rapidement pour la vente des produits français des représentants choisis parmi les plus actifs et les plus qualifiés. L’ACIA devrait surtout s’occuper des exportations vers l’Allemagne. En ce qui concerne les importations en France, les groupements de producteurs français, organisés depuis le début de l’occupation dans le but de faciliter l’exécution de nombreux programmes de travaux à façon réalisés dans la zone avec des matières premières françaises en vue d’une réexportation, constituent déjà un réseau bien en place197. Il faut donc que l’ACIA, dont le siège est à Paris, installe une représentation à Baden-Baden.

  • 198 Dépêche de Keller pour Tarbé de Saint-Hardouin du 17 juillet 1947 (MAE-Colmar, CCFA-HCFA, Doss. ra (...)
  • 199 Mémorandum de l’ACIA du 15 novembre 1947 envoyé à Varreux, directeur de cabinet du général Koenig, (...)
  • 200 Liste des premiers adhérents de l’ACIA (MAE-Colmar, CCFA-HCFA, Cab. civil, ECOI 121/C6).

77Si la presse allemande ne manque de relater la création de cette association198, du côté français, la spontanéité des adhésions à l’ACIA démontre qu’une catégorie de commerçants et d’industriels français de toutes importances est résolument décidée à reprendre, ou à établir des relations économiques avec l’Allemagne et l’Autriche199. Parmi les premiers adhérents, on peut citer notamment la Compagnie générale transatlantique (Paris), les Procédés techniques de Construction (Paris), la Raffinerie méridionale de Cérésines (Bobigny)200.

  • 201 Cf. note 199.
  • 202 Cf. note 199.

78Mais, l’ACIA se heurte très vite, dans le cadre de l’accomplissement de sa mission, à la réglementation à laquelle sont soumises les relations économiques entre la France et la ZFO. L’effet de cette réglementation, telle qu’elle résulte des principes posés tant par Paris que par le gouvernement militaire, entraîne en fait l’impossibilité pour l’association de fonctionner normalement, car elle exclut, encore à la fin de l’année 1947, presque toutes les possibilités de transactions commerciales directes accessibles à des commerçants français et, par voie de conséquence, à leurs correspondants allemands. Il faut dire que les pouvoirs exclusifs accordés à l’OFICOMEX et au service du Commerce extérieur de la DGEF, ainsi que la raréfaction grandissante des disponibilités en dollars de la France et de la zone, rendent presque impossibles toutes tractations directes. L’essentiel des échanges est donc incorporé aux accords officiels France-Zone et les échanges complémentaires d’importance non primordiale sont pratiquement irréalisables201. Du coup, l’ACIA doit se contenter d’alléger les formalités à remplir pour ses membres français, de les renseigner, d’intervenir pour eux auprès des services qualifiés à Paris et à Baden-Baden. Cependant, elle espère que son programme s’apparentera bientôt étroitement à celui d’une chambre de commerce et que son action s’exercera dans toute l’Allemagne, puisqu’elle a désormais l’autorisation de recruter des membres allemands. C’est dans cette perspective qu’elle précise, dans un mémorandum présenté en novembre 1947 : « Il est encore temps, pour nous Français, de nous établir en qualité de distributeurs exclusifs à l’étranger d’une partie de la production allemande, mais il serait vain de se dissimuler qu’il est grand temps de concrétiser ce programme dont l’importance n’a pas échappé à Paris et à Baden aux directions des organismes officiels compétents »202. Et, de souligner que les très nombreux rapports privés directs, que l’ACIA pourrait provoquer sans délai parmi ses adhérents, ne seront possibles dans leur ensemble qu’après la création d’une nouvelle monnaie allemande, création qui conditionne en fait le retour à une liberté indispensable des transactions entre les deux pays.

  • 203 Dépêche de Koenig pour le délégué de l’ACIA en Allemagne du 9 février 1948 (MAE-Colmar, Affaires é (...)
  • 204 Fiche pour le général Koenig du 25 mai 1948 (MAE-Colmar, CCFA-HCFA, Doss. rapatriés de l’ambassade (...)
  • 205 Extrait de L’Usine nouvelle du 25 mars 1948 (MIC, AN, DGTC, F12 10.3371).
  • 206 (MAE-Colmar, CCFA-HCFA, Cab. civil, ECOI 121/C6).
  • 207 Fiche pour le général Koenig du 25 mai 1948 (MAE-Colmar, CCFA-HCFA, Doss. rapatriés de l’ambassade (...)

79En février 1948, l’installation d’une délégation générale permanente de l’ACIA à Baden-Baden est enfin autorisée. Le général Koenig consent à cet effet une avance de démarrage en marks. Il considère que l’ACIA préfigure la chambre de commerce franco-allemande qu’il est encore impossible de fonder, en raison notamment de la division en zones de l’Allemagne et du manque de coordination des actions économiques des Alliés. Mais, il souligne que, si ce bureau doit garder un caractère strictement privé, des liens officieux doivent exister avec le GMZFO. La DGEF à Baden-Baden tient notamment à contrôler la correspondance et les circulaires que l’ACIA adressera aux Allemands203. En mai, le gouvernement militaire est toutefois de plus en plus conscient que la fusion prochaine des commerces extérieurs de la zone française et de la bizone va obliger la France à transformer les méthodes qu’elle employait jusque-là pour sauvegarder ses intérêts en Allemagne, et que c’est « surtout sur l’initiative privée de ses commerçants et industriels que la France doit compter pour sauvegarder les positions que ses fonctionnaires [ont] acquises »204. Ainsi, l’ACIA, qui a créé une section allemande, doit apporter aux membres français de l’association un moyen particulièrement efficace de pénétration dans tous les milieux industriels et commerciaux d’Allemagne205. Pourtant, en juillet, il faut bien constater qu’elle n’a groupé en fait jusque-là, tant en France qu’en Allemagne, que des adhérents parmi les petites et moyennes entreprises, principalement des firmes commerciales. Elle a mis en rapport des maisons françaises et allemandes pour des options d’achat et de vente limitées et d’importances minimes, et les opérations qui se sont réellement concrétisées se sont cantonnées à la zone française206. Sa situation financière est même mauvaise. Il semblerait que les agissements de certaines personnes au sein de l’association lui aient porté préjudice. En tout cas, il lui est impossible de continuer dans ces conditions et la France doit plutôt chercher à créer une chambre de commerce franco-allemande, qui s’engagerait à ne lui recommander que des activités absolument « normales » sur une base profitable à la fois pour l’économie allemande et pour l’économie française, et dont les Alliés ne pourraient pas demander la suppression207.

  • 208 Note n° 2 sur « Les relations commerciales et industrielles franco-allemandes » du 17 juillet 1948 (...)
  • 209 Note n° 3 sur « Les relations commerciales et industrielles franco-allemandes » du 4 août 1948 (MA (...)
  • 210 Bührer Werner, Ruhrstahl und Europa. Die Wirtschaftsvereinigung Eisen-und Stahlindustrie (...), op (...)

80Des négociations s’engagent alors entre le ministère de l’Économie nationale, le CGAAA et le Conseil national du Patronat français. Le gouvernement français est favorable à une réorganisation de l’ACIA sous l’égide du CNPF, avec un siège à Paris et une succursale en Allemagne. Il souhaite aussi que l’on réintroduise la lettre « F » pour « français » dans la dénomination de l’association208. Elles reprennent le 27 juillet 1948, pour aboutir, à la conclusion d’un accord sur plusieurs propositions qui sont présentées à l’assemblée générale de l’ACIA, le 30. Tout d’abord, la présidence devra passer à Pierre Jaudon, conseiller aux Affaires étrangères et président du syndicat de défense des intérêts français en Allemagne, l’AFIPA. De plus, l’ACIA sera réorganisée de la manière suivante : les statuts seront refondus dans le sens d’une activité privée ; une succursale sera créée à Francfort, afin d’être plus près des grandes entreprises allemandes et de la Ruhr ; il faudra recruter de nouveaux adhérents (grandes entreprises, groupements professionnels, chambres de commerce...) tant du côté français que du côté allemand ; enfin, l’ACIA devra vivre de ses revenus propres provenant des cotisations de ses adhérents. Ces propositions sont acceptées par le conseil d’administration et l’assemblée générale de l’association, et il est convenu que cette réorganisation s’opère en deux ou trois mois. Une nouvelle assemblée générale est donc prévue pour le mois d’octobre209. En fait, on met sur pied une association qui, sans être une chambre de commerce (le temps n’est pas encore à la fondation d’une chambre de commerce franco-allemande), pourrait en avoir le rôle, comme le souligne Robert de Boys-son, collaborateur du GMZFO, en septembre 1948, lors d’une rencontre avec une commission d’industriels de la Ruhr210.

  • 211 Rapport du bureau de l’AFREA, Trois années de fonctionnement de l’Association, Paris, 1952, p. 1.

81Soutenue par le gouvernement militaire et les services d’occupation français dont elle devait être l’auxiliaire, l’ACIA a en fait subi la précarité des initiatives d’un régime provisoire. Axée uniquement sur la zone française, elle a été cantonnée dans des considérations pratiques. L’épuisement rapide de ses ressources, absorbées par des frais de mise en marche et non renouvelées, a conduit à reposer le problème de la création d’une association pour le développement des relations commerciales franco-allemandes à la lumière des nouvelles données internationales de l’année 1948211.

2. L’AFREA et la DEFRA reprennent le flambeau.

  • 212 Le rapport du bureau de l’AFREA, cité ci-dessus, continue à faire référence à la Confédération gén (...)
  • 213 Ibid., p. 2.
  • 214 Ibid., p. 4.
  • 215 Presse allemande de juin 1949 (MAE-Colmar, Affaires économiques et financières, Direction de la Pr (...)
  • 216 Article de la Nordsee Zeitung du 27 juillet 1949 (MAE-Paris, Z-Europe 1944-1960, Allemagne, v. 371 (...)

82L’ACIA est donc réorganisée à la fin 1948. Au début de l’année suivante, on prépare activement la mise en place de la nouvelle association, l’AFREA (Association française pour les Relations économiques avec l’Allemagne). Ce nouvel organisme doit pouvoir s’assurer une double documentation, renseigner l’administration française, représenter les intérêts engagés entre la France et l’Allemagne, et concourir à l’organisation systématique des rapports entre les ressortissants des deux pays. Il doit associer les institutions représentatives des intérêts commerciaux, industriels, agricoles, des chambres de commerce et des groupements économiques. La mise au point du travail préparatoire conduit par Perrin-Pelletier, délégué à cet effet par le CNPF212, en liaison avec le CGAAA, aboutit bientôt à l’adoption des statuts de la nouvelle association par ses fondateurs, Cusenier, président de l’Assemblée des présidents des chambres de commerce de France et de l’Union française, Georges Villiers, président du CNPF, Roger Millot, président du Comité national des classes moyennes et Pierre Jaudon, président de l’AFIPA. Après avoir reçu l’assentiment du ministre des Affaires étrangères, Robert Schuman, il est procédé, après dissolution de l’ACIA, au dépôt des statuts de l’AFREA. Notons que la compagnie de Pont-à-Mousson prête son concours à cette première phase par l’intermédiaire d’un de ses chargés de mission, La Rochère. L’assemblée constitutive a lieu le 8 mai 1949 et le premier comité de direction, le 16213. Les tâches de l’AFREA doivent s’insérer directement dans le cadre de la politique française à l’égard de l’Allemagne et les membres de l’association veulent engager l’Allemagne dans une solidarité européenne organique214. Mais, tout ne se fait pas sans problème. Ainsi, la réunion constitutive de l’AFREA, prévue tout d’abord en mars, a été ajournée, car le président du syndicat professionnel des Industries mécaniques, qui représente également les intérêts des fabricants de machines de bureau, d’instruments de précision et d’appareils photographiques, livre un combat désespéré contre la concurrence allemande215. Ainsi, même si l’AFREA s’appuie sur des organisations économiques très représentatives, telles que l’Union des chambres de commerce françaises, le CNPF, l’Union des agriculteurs et l’Union des petites et moyennes exploitations, même si le gouvernement français, et en particulier le Quai d’Orsay et le haut-commissaire François-Poncet, est fortement intéressé par les travaux de cette association, les difficultés et les réticences françaises ne disparaissent du jour au lendemain !216

  • 217 Rapport du bureau de l’AFREA, Trois années de fonctionnement de l’Association, op. cit., p. 1.
  • 218 Rapport sur la constitution d’un cercle de travail « France » de la chambre de commerce et d’indus (...)
  • 219 Extrait du bulletin n° 3206 du 19 mai 1949 (MAE-Colmar, Affaires économiques et financières, Direc (...)
  • 220 Ibid.
  • 221 Bührer Werner, « Wegbereiter der Verständigung. Deutsch-französische industriellenkontakte (1947-1 (...)

83Dès le départ, l’AFREA est donc fortement encouragée par le haut-commissaire de la République en Allemagne, André François-Poncet. Son discours du 21 mars 1949, à Cologne, provoque, du côté allemand, des efforts symétriques à ceux des Français217. Déjà, sur l’initiative de la chambre de commerce et d’industrie de Francfort, un cercle de travail « France », qui doit servir de pendant au bureau de l’AFREA à Francfort, a été constitué à la fin de l’année 1948. Il a tenu sa première séance le 19 novembre218. Au mois de mai 1949, un groupe d’industriels et d’économistes de l’Allemagne occidentale se réunit à Düsseldorf pour discuter de la possibilité d’intensifier la coopération économique avec la France219. Ils décident alors de synchroniser leurs efforts avec ceux fournis à Francfort220. Parmi eux se trouvent un grand nombre de représentants de l’industrie lourde rhéno-westphalienne comme Günter Henle, du konzern Klöckner, Hugo Stinnes Jr. ou Heinrich Dinkelbach, mais aussi plus généralement des représentants de l’économie allemande221.

  • 222 Rapport du bureau de l’AFREA, Trois années de fonctionnement de l’Association, op. cit., p. 5.
  • 223 Extrait du bulletin n° 3372 du 10 août 1949 (MAE-Colmar, Affaires économiques et financières, Dire (...)
  • 224 Presse allemande du 23 juillet 1949 (MAE-Colmar, Affaires allemandes et autrichiennes, Centre d’Ét (...)
  • 225 Lettre du Dr. Middelhauve de la Studienausschuss für die deutsch-französischen Wirtschaftsbeziehun (...)
  • 226 Rapport du Bureau de l’AFREA, Trois années de fonctionnement de l’Association, op. cit., p. 6.
  • 227 Bulletin d’adhésion de la DEFRA (Haniel Archiv, Nachlass Hermann Reusch, Bd. 400.10146/541).

84Un des articles essentiels du programme de l’AFREA est de favoriser la constitution d’une association allemande symétrique avec laquelle pourrait s’établir des rapports assidus sur un même plan, afin de faciliter son activité en Allemagne. Un travail préparatoire est donc effectué par La Rochère et Malleray, au printemps 1949, en accord avec le Dr. Riedberg, délégué à Paris de la section allemande de la chambre de commerce internationale et représentant permanent des intérêts économiques allemands en France. C’est à leur initiative qu’est organisée la réception d’une délégation de l’AFREA à Bad-Neuenahr, les 9 et 10 juillet222. Début août, l’AFREA ouvre une succursale à Francfort223. Le 10, du côté allemand, la fusion des agences économiques existant jusque-là à Düsseldorf et Francfort est décidée. Un organisme coordinateur avec des filiales à Munich et Hambourg doit voir le jour. La liaison avec l’AFREA est alors étudiée. Elle pourrait être effectuée par un comité franco-allemand dont les membres seraient choisis dans les deux organisations principales française et allemande224. Le 22 septembre 1949, l’assemblée constituante de la Deutsche Vereinigung zur Förderung der Wirtschaftsbeziehungen mit Frankreich (DEFRA) se tient à Francfort. Son but premier est d’établir une liaison étroite avec l’AFREA et les principales associations intéressées au commerce franco-allemand225. Les fondateurs de la DEFRA sont Alfred Petersen, président de l’Assemblée des chambres de commerce, Fritz Berg, président de la Commission de coordination du cercle de travail des chambres de commerce et d’industrie, et Richard Merton, qui en accepte la présidence226. Le Dr. Riedberg est chargé d’assurer la représentation permanente de la DEFRA à Paris227.

  • 228 PV de la réunion entre les membres de l’AFREA et de la DEFRA du 24 octobre 1949 (Haniel Archiv, Na (...)
  • 229 Bührer Werner, « Wegbereiter der Verständigung. Deutsch-französische industriellenkontakte (1947-1 (...)
  • 230 Article du Handelsblatt-Exportdienst du 25 novembre 1949 (MAE-Colmar, Affaires allemandes et autri (...)
  • 231 Ibid.
  • 232 Télégramme de François-Poncet pour Bidault du 25 octobre 1949 (MAE-Paris, Z-Europe 1944-1960, Alle (...)

85Le 24 octobre, un mois après la fondation de la DEFRA, les représentants des deux associations se rencontrent à Paris228. On y discute notamment des propos du chancelier Adenauer concernant la prise de participations françaises dans l’industrie lourde ouest-allemande229. Il est décidé, à l’unanimité, de développer les services d’information des deux organisations pour mettre à la disposition de leurs membres une documentation aussi complète que possible. Il est aussi question, sur le plan pratique, de créer dans chaque organisme des groupements professionnels d’experts pour les branches intéressées au commerce entre les deux pays. Car, si des groupements de ce genre existent d’ores et déjà pour l’industrie céramique, l’industrie du verre et l’industrie horlogère, il faut en établir d’autres rapidement pour l’industrie des transports, l’industrie des pierres et terres réfractaires230... Au même moment, le vice-président de l’Union française des industries exportatrices, Alterman, effectue en compagnie d’industriels français un voyage d’information à travers l’Allemagne occidentale231. Ils sont reçus, le 25 octobre, par le Pr. Erhard, qui leur réserve le meilleur accueil et se montre tout à fait disposé à favoriser le développement des échanges franco-allemands232.

  • 233 « Note pour Monsieur le Ministre concernant l’activité de l’AFREA » du centre d’Études et de Docum (...)
  • 234 Télégramme de François-Poncet pour le CGAAA du 2 novembre 1949 (MAE-Paris, Z-Europe 1944-1960, All (...)
  • 235 Volume n° 1 du Service d’Informations économiques et commerciales trizonales (MAE-Colmar, CCFA-HCF (...)

86Bien qu’il s’agisse simplement, dans un premier temps, de rétablir les contacts personnels entre les industriels français et allemands, il semble, à la fin du mois d’octobre 1949, que l’AFREA n’ait encore déployé qu’une activité des plus réduites. Il n’y a pas vraiment eu de rencontres entre les industries françaises et allemandes. Ainsi, par exemple, une réunion prévue entre les industries de la céramique, le 20 octobre, est ajournée. Ce manque d’activité préoccupe d’ailleurs les milieux allemands intéressés qui se plaignent233. L’AFREA semble en fait plutôt occupée à vouloir s’attribuer le monopole en matière de relations économiques franco-allemandes en essayant d’évincer les autres associations françaises qui existent, comme le Service d’Informations économiques et commerciales trizonales234. Cet organisme, qui se propose, lui aussi, de favoriser le développement des échanges entre les deux pays dans le cadre du plan de coopération économique européen, publie notamment une documentation sur les différents aspects de l’économie des zones occidentales sous la forme de circulaires mensuelles, où l’on trouve réunies à la fois des informations de caractère général et des renseignements pratiques, des annonces et des propositions d’offres et de demandes de firmes, à côté d’études sur les principaux problèmes235.

  • 236 Aide-mémoire du HCFA du 25 mars 1951 (MAE-Colmar, Affaires économiques et financières, Cabinet et (...)
  • 237 Note de Morin du 8 octobre 1951 (Archives de Pont-à-Mousson, Direction générale Paul-Cavallier, d. (...)

87Après quelques vicissitudes, l’activité de l’AFREA va enfin se développer à partir de 1950236. Mais, elle ne paraît enfin disposer d’un début d’organisation satisfaisant et d’une équipe efficace qu’à partir de 1951, alors que la DEFRA déborde déjà d’activité. En effet, par ses publications propres, elle semble mieux renseignée sur la mécanique française, par exemple, que l’Union des syndicats de la mécanique française et naturellement que l’AFREA. La question du financement de l’AFREA est alors posée aux pouvoirs publics, afin qu’elle puisse se trouver sur un pied d’égalité avec sa partenaire allemande237.

88À la fin de l’année 1949, comme le montre la création de l’AFREA, les relations économiques franco-allemandes sont désormais au premier plan de la politique extérieure de la France. L’Allemagne est déjà de loin le plus important fournisseur européen de la France. Même si les milieux économiques français font effectivement des efforts en vue du développement et de la stabilisation des rapports entre les deux pays, des réticences persistent toutefois encore.

Notes

1 Abelshauser Werner, Wirtschaftsgeschichte der BRD, op. cit., p. 54.

2 François-Poncet Jean, La politique économique de l’Allemagne occidentale, op. cit., p. 85.

3 Ibid., p. 85-86, et Wallich H. C., Mainsprings of the German Revival, Yale University Press, 1955, 355-356.

4 Cf. note 2, p. 71.

5 Rapport sur « Les enseignements de la réforme monétaire en Allemagne occidentale » présenté par Mitzakis, directeur de l’office des Changes, commissaire du GMZFO auprès des banques centrales provinciales de la ZFO et membre suppléant à la Commission alliée de la BDL, du 20 juin 1949 (MAE-Paris, Z-Europe 1944-1960, Allemagne, v. 94, f° 159), et cf. le graphique en annexe XII.

6 Abelshauser Werner, Wirtschaftsgeschichte der BRD, op. cit., p. 62-63.

7 Abelshauser Werner, « Wirtschaft und Besatzungspolitik in der französischen Zone (1945-1949) », op. cit., p. 118.

8 Fiche pour Koenig concernant la « Conférence économique à Paris relative aux échanges entre la France et les zones d’occupation en Allemagne, d’une part, et la zone française et la zone anglo-saxonne, d’autre part » du 14 mai 1947 (MAE-Colmar, CCFA-HCFA, Cab. civil, ECOI 122/D2).

9 Note de la DGAEF concernant l’accord commercial et l’accord de paiement entre la France et les zones fusionnées et les documents concernant le commerce entre la ZFO et la bizone paraphés le 21 mai 1947, envoyés à Koenig le 5 juin 1947 (MAE-Colmar, CCFA-HCFA, Cab. civil, ECOI 122/D2).

10 Ibid.

11 Dépêche de la DGAEF pour Tarbé de Saint-Hardouin du 24 juin 1947 (MAE-Colmar, CCFA-HCFA, Cab. civil, ECOI 122/D1-a).

12 Presse économique allemande du 6 juillet 1948 (BA, Z-9, Bd. 274).

13 Télégramme du CGAAA pour Berlin et Baden-Baden du 15 décembre 1947 (MAE-Paris, Z-Europe 1944-1960, Allemagne, v. 95, f  220).

14 « Note sur la négociation de l’accord commercial entre la France et les trois zones de l’Allemagne occidentale » du service des Accords commerciaux du ministère de l’Industrie et du Commerce du 15 décembre 1948 (Archives du ministère de l’Industrie et du Commerce à Paris [désormais MIC], AN, DGTC, F12 10.3 372).

15 Article du Badener Tagblatt du 16 octobre 1948 (MAE-Colmar, Affaires allemandes et autrichiennes, Centre d’Études et de Documentation, AAA 820-821/1).

16 Circulaire n° 348 du service d’Information et de Presse du ministère des Affaires étrangères du 17 décembre 1948 (MAE-Colmar, Affaires allemandes et autrichiennes, Centre d’Études et de Documentation, AAA 430 à 433).

17 Cf. note 14.

18 Cf. note 14.

19 Revue de presse du 4 janvier 1949 (MIC, AN, DGTC, F12 10.302).

20 Retransmission d’un télégramme de la DREE du ministère des Finances pour Leroy-Beaulieu du 15 mars 1949 (MAE-Colmar, CCFA-HCFA, Doss. rapatriés de l’ambassade de France à Bonn, XE 33/4-3).

21 « Programme d’action 1949/50 - Mise en œuvre du principe II - Développement des exportations » préparé par les services de Statistique, d’Études économiques et du plan Marshall au CCFA le 6 mai 1949 (MAE-Colmar, CCFA-HCFA, Cab. civil, ECOI 116/A5-C).

22 Dépêche de Tarbé de Saint-Hardouin du 11 avril 1949 (MAE-Paris, Z-Europe 1944-1960, Allemagne, v. 87, f  200).

23 PV de la réunion des ministres-présidents de la ZFO tenue à Baden sous la présidence du général Koenig le 22 avril 1949 (MAE-Paris, Y Internationale 1944-1949, v. 447, f° 301).

24 Note de Filippi du 30 mai 1949 (MAE-Colmar, Affaires économiques et financières, Division de l’Économie et des Finances, c.1870).

25 Ibid.

26 Circulaire n° 217 du ministère des Affaires étrangères pour le CCFA du 23 juillet 1949 (MAE-Colmar, CCFA-HCFA, Cab. civil, ECOI 123/D6).

27 Note de la DGAEF pour la direction d’Europe du 11 octobre 1949 (MAE-Paris, Z-Europe 1944-1960, Allemagne, v. 456, f° 14,6).

28 Note du centre d’Études et de Documentation du 15 octobre 1949 (MAE-Colmar, Affaires allemandes et autrichiennes, Centre d’Études et de Documentation, AAA 820-821/1).

29 Ibid.

30 Lettre du Dr. Knuth, directeur des Didier Werke à Bonn, pour Marx du CGAAA du 26 octobre 1949 (MAE-Colmar, Affaires allemandes et autrichiennes, Centre d’Études et de Documentation, AAA 820-821/1).

31 François-Poncet Jean, La politique économique de l’Allemagne occidentale, op. cit., p. 134-135.

32 Article para dans la Deutsche Zeitung et la Wirtschaftszeitung du 5 novembre 1949 (MAE-Colmar, CCFA-HCFA, Doss. Dobler, 231/C1).

33 François-Poncet Jean, La politique économique de l’Allemagne occidentale, op. cit., p. 40, 48-49.

34 Lettre de Koenig à Clay et Robertson du 1er décembre 1948 (MAE-Colmar, Affaires économiques et financières, Direction de la Production industrielle, c. 1862, p. 6, d.24).

35 « Note au sujet de la question posée par les ministres-présidents pour être évoquée lors de la réunion du 11 mars 1949 » du 9 mars 1949 (MAE-Colmar, Affaires économiques et financières, Direction de la Production industrielle, c. 1862, p. 6, d. 24).

36 Note sur « La démocratisation en zone française » du cabinet du CCFA du 31 mai 1949 (MAE-Paris, Y Internationale 1944-1949, v. 447, f° 358).

37 PV de la réunion du 21 février 1949 à Baden-Baden (MAE-Colmar, Affaires économiques et financières, Direction de la Production industrielle, c. 1862, p. 6, d. 24).

38 CR d’ensemble des réunions de la semaine du 21 au 26 février 1949 concernant la « Transmission de pouvoirs économiques aux Allemands dans le domaine de la Production industrielle » du 5 mars 1949 (MAE-Colmar, Affaires économiques et financières, Direction de la Production industrielle, c. 1862, p. 6, d. 24).

39 Ibid.

40 Article de la Frankfurter Rundschau du 18 février 1949 (MAE-Colmar, Affaires allemandes et autrichiennes, Centre d’Études et de Documentation, AAA 820-821/1).

41 Extraits du « Rapport fait au nom de la Commission d’information qui s’est rendue en Allemagne du 25 avril au 24 mai 1949 » du 4 mai 1949 (MAE-Paris, Z-Europe 1944-1960, Allemagne, v. 84, f° 143).

42 Télégramme de Leroy-Beaulieu du 18 août 1949 (MAE-Paris, Z-Europe 1944-1960, Allemagne, v. 456, f° 93).

43 Télégramme de François-Poncet du 27 octobre 1949 (MAE-Paris, Z-Europe 1944-1960, Allemagne, v. 456, f° 162).

44 Télégramme de la direction des Affaires économiques et financières de Francfort pour le ministère des Affaires étrangères du 29 novembre 1949 (MAE-Paris, Z-Europe 1944-1960, Allemagne, v. 456, f° 242).

45 Circulaire n° 39 du service d’Information et de Presse du Quai d’Orsay du 20 février 1950 (MAE-Paris, Z-Europe 1944-1960, Allemagne, v. 457, f° 155).

46 Télégramme du HCFA pour le ministère des Finances du 18 octobre 1950 (MAE-Paris, Z-Europe 1944-1960, Allemagne, v. 461, f° 184).

47 Circulaire n° 277 du service d’Information et de Presse du Quai d’Orsay du 28 septembre 1949 (MAE-Paris, Z-Europe 1944-1960, Allemagne, v. 505, f° 187).

48 Télégramme du HCFA du 29 décembre 1949 (MAE-Paris, Z-Europe 1944-1960, Allemagne, v. 456, f° 308).

49 Bulletin d’Informations économiques et financières n° 90 de l’ambassade de France en Suisse du 2 février 1950 (MAE-Paris, Z-Europe 1944-1960, Allemagne, v. 457, f° 83).

50 Braudel, F. & Labrousse, E. (Dir.), Histoire économique et sociale de la France, tome IV, vol. 3, PUF, Paris, 1982, p. 1390.

51 Ibid.

52 Note pour le directeur des Relations économiques extérieures concernant la libération des contingents avec l’Allemagne occidentale (non datée) [fin mai 1949] (MAE-Colmar, Affaires économiques et financières, Division de l’Économie et des Finances, c. 1870).

53 Ibid.

54 Ibid.

55 Dépêche de Bernard Lefort pour la DREE du ministère des Finances du 24 octobre 1949 (MAE-Colmar, CCFA-HCFA, Doss. Dobler, 232/C3).

56 Cf. note 55, et note de la DREE du ministère des Finances du 27 octobre 1949 (MF, DREE 1939-1965, B 49 405).

57 Télégramme de François-Poncet du 27 octobre 1949 (MAE-Colmar, CCFA-HCFA, Doss. Dobler, 231/C2).

58 Presse allemande du 4 novembre 1949 (MAE-Colmar, Affaires allemandes et autrichiennes, Centre d’Études et de Documentation, AAA 820-821/1).

59 Revue de presse du 17 novembre 1949 (MIC, AN, DGTC, F12 10.302).

60 Télégramme de François-Poncet pour Bidault du 29 novembre 1949 (MAE-Paris, Z-Europe 1944-1960, Allemagne, v. 474, f° 26).

61 Dépêche n° 2173 de Bernard Lefort pour la DREE du ministère des Finances du 29 novembre 1949 (MAE-Colmar, CCFA-HCFA, Doss. Dobler, 231/C1).

62 Dépêche n° 2175 de Bernard Lefort pour la DREE du ministère des Finances du 29 novembre 1949 (MAE-Colmar, CCFA-HCFA, Doss. Dobler, 231/C1).

63 Dépêche d’agence allemande du 3 décembre 1949 (MAE-Colmar, Affaires allemandes et autrichiennes, Centre d’Études et de Documentation, AAA 418).

64 Télégramme de François-Poncet pour Bidault du 19 décembre 1949 (MAE-Paris, Z-Europe 1944-1960, Allemagne, v. 474, f° 36).

65 « Notiz über den Stand der Frankreich-Verhandlungen » du Dr. von Maltzan pour le Pr. Erhard du 19 décembre 1949 (Politisches Archiv des auswärtigen Amtes à Bonn [désormais AA], Politische Abteilung 2, 1738-304.06/22, Bd.1).

66 Télégramme du ministère des Affaires étrangères pour le HCFA à Bonn du 19 décembre 1949 (MAE-Paris, Z-Europe 1944-1960, Allemagne, v. 474, f° 34).

67 Copie d’une lettre de Robichez, directeur du Comité central de la Laine, pour le directeur de la DREE du ministère de l’Économie du 30 décembre 1949 (MIC, AN, DGTC, F12 10.338).

68 Dépêche d’André François-Poncet du 18 décembre 1949 (MAE-Paris, Z-Europe 1944-1960, Allemagne, v. 125, f° 54).

69 Ibid.

70 Cf. note 68.

71 François-Poncet Jean, La politique économique de l’Allemagne occidentale, op. cit., p. 135.

72 Télégramme du HCFA à retransmettre au ministère des Finances du 16 janvier 1950 (MAE-Paris, Z-Europe 1944-1960, Allemagne, v. 457, f° 47).

73 Bossuat Gérard, La France, l’aide américaine et la construction européenne, op. cit., p. 351.

74 Dépêche de Bonnet du 11 octobre 1948 (MAE-Paris, Z-Europe 1944-1960, Allemagne, v. 96, f° 15).

75 Cf. note 74.

76 Dépêche de Tarbé de Saint-Hardouin du 11 avril 1949 (MAE-Paris, Z-Europe 1944-1960, Allemagne, v. 87, f° 200).

77 Note du service de Coopération économique sur « La concurrence allemande sur les marchés d’exportation » du 20 mai 1949 (MAE-Paris, Z-Europe 1944-1960, Allemagne, v. 96, f° 186).

78 Ibid.

79 Extrait de la Wirtschaftszeitung du 18 juin 1949 (MAE-Colmar, Affaires économiques et financières, Direction de la Production industrielle, c. 1862, p. 4, d. 19)

80 Article paru dans la Deutsche Zeitung et la Wirtschaftszeitung du 5 novembre 1949 (MAE-Colmar, CCFA-HCFA, Doss. Dobler, 231/C1).

81 Ibid.

82 Ibid.

83 Revue de presse française du 24 septembre 1949 (MIC, AN, DGTC, F12 10.302).

84 Bossuat Gérard, La France, l’aide américaine et la construction européenne, op. cit., p. 305.

85 Télégramme de Parodi, secrétaire général du Quai d’Orsay depuis le 23 février 1949, pour François-Poncet du 22 septembre 1949 (MAE-Paris, Z-Europe 1944-1960, Allemagne, v. 456, f° 129).

86 Document n° AGSEC (50) 202 du comité financier de la Haute-Commission alliée du 3 février 1950 (MAE-Paris, Z-Europe 1944-1960, Allemagne, v. 457, f° 90).

87 Note de la s/s-direction d’Europe centrale du 3 janvier 1950 (MAE-Paris, Z-Europe 1944-1960, Allemagne, v. 372, f° 80).

88 Circulaire n° 23 du service d’Information et de Presse du Quai d’Orsay du 29 janvier 1948 (MAE-Colmar, Affaires allemandes et autrichiennes, Centre d’Études et de Documentation, AAA 309).

89 Circulaire n° 39 du service d’Information et de Presse du Quai d’Orsay du 14 février 1948 (MAE-Colmar, Affaires allemandes et autrichiennes, Direction politique, AAA 6).

90 Ibid.

91 Bariéty Jacques, « Vers la séparation des deux Allemagnes (1946-1948) », op. cit., p. 57.

92 Circulaire n° 99 du service d’Information et de Presse du Quai d’Orsay du 28 mars 1948 (MAE-Colmar, Affaires allemandes et autrichiennes, Centre d’Études et de Documentation, AAA 313/2).

93 Dépêche du service de la Coopération économique du ministère des Affaires étrangères pour le HCFA du 17 novembre 1949 (MAE-Colmar, Affaires économiques et financières, Cabinet et direction, AEF 28/5).

94 Mémorandum du gouvernement français du 14 novembre 1949 (MAE-Colmar, Affaires économiques et financières, Cabinet et direction, AEF 28/5).

95 Ibid.

96 Poidevin Raymond, Robert Schuman. Homme d’État (1886-1963), op. cit., p. 236-237.

97 Télégramme de la direction des Affaires économiques pour le HCFA du 29 novembre 1949 (MAE-Colmar, Affaires allemandes et autrichiennes, Doss. Dobler, 231/C2)

98 Bossuat Gérard, La France, l’aide américaine et la construction européenne, op. cit., p. 713.

99 Ibid.

100 Interview d’Adenauer du 9 novembre 1949 (MAE-Paris, Z-Europe 1944-1960, Allemagne, v. 375, f° 146).

101 Télégramme du HCFA pour le CGAAA du 2 décembre 1949 (MAE-Paris, Z-Europe 1944-1960, Allemagne, v. 474, f° 29).

102 Ibid.

103 Télégramme de François-Poncet pour Bidault du 19 décembre 1949 (MAE-Paris, Z-Europe 1944-1960, Allemagne, v. 474, f° 36).

104 Dépêche de François-Poncet pour la direction d’Europe du 7 décembre 1949 (MAE-Paris, Z-Europe 1944-1960, Généralités, v. 110, f° 39).

105 Dépêche de Guiringaud à Bonn pour Schuman du 22 décembre 1949 (MAE-Paris, Z-Europe 1944-1960, Allemagne, v. 474, f° 42).

106 Bossuat Gérard, La France, l’aide américaine et la construction européenne, op. cit., p. 716.

107 Ibid., p. 717.

108 Ibid., p. 720.

109 Poidevin Raymond, Robert Schuman. Homme d’État (1886-1963), op. cit., p. 239.

110 Article de Der Tag du 12 décembre 1949 (MAE-Colmar, Affaires allemandes et autrichiennes. Centre d’Études et de Documentation, AAA 820-821/1)

111 En ce qui concerne la vie et le parcours politique de Konrad Adenauer, cf. Schwarz Hans-Peter, Adenauer : der Aufstieg (1876-1952), tome 1, 1986, et, bien entendu, Adenauer Konrad, Mémoires, tomes 1 et 2 (1945-1956), Hachette, Paris, 1965.

112 Weisenfeld Ernst, Quelle Allemagne pour la France ?, Colin, Paris, 1989, p. 52.

113 Interview du chancelier Adenauer du 9 novembre 1949 (MAE-Paris, Z-Europe 1944-1960, Allemagne, v. 375, f° 146).

114 Adenauer Konrad, Mémoires, tome 1, op. cit., p. 249.

115 Cf. note 114.

116 Monnet Jean, Mémoires, Fayard, Paris, 1976, p. 345, et Bührer Werner, « Die französische Ruhrpolitik und das Comeback der westdeutschen Schwerindustrie (1945-1952) », in : Hüttenberger Peter & Molitor Flans-georg (Hg.), Franzosen und Deutsche am Rhein : 1789 - 1918 - 1945, p. 27-46.

117 Seewald Michael, La France et l’Autorité internationale de la Ruhr (1945-1953), Mémoire de Maîtrise, Université Paris-IV, p. 162.

118 Télégramme de Cheysson à Francfort du 26 mai 1949 (MAE-Paris, Y Internationale 1944-1949. v. 374, f° 208).

119 Cf. note 117, p. 165-166.

120 Poidevin Raymond, Robert Schuman. Homme d’État (1886-1963), op. cit., p. 214.

121 Gerbet Pierre, Le relèvement, op. cit., p. 303.

122 Cf. note 120.

123 Adenauer, Konrad, Mémoires, tome 1, op. cit., p. 264.

124 Télégramme de François-Poncet pour le CGAAA du 15 octobre 1949 (MF, Direction du Trésor 1945-1975, B 8 801).

125 Ibid.

126 Dépêche du ministère des Finances pour le ministère des Affaires étrangères du 10 novembre 1949 (MF, Direction du Trésor 1945-1975, B 8 801)

127 Extrait de la presse économique allemande du 7 au 12 novembre 1949 (AN, De Wendel - 189 AQ, Archives André Jeanniot, c.345)

128 Article de la presse anglaise sur « L’avenir de la Ruhr » du 16 décembre 1948 (MAE-Colmar, Affaires allemandes et autrichiennes, Direction politique, AAA 49/1).

129 Ibid.

130 Presse allemande du 11 novembre 1949 (MAE-Colmar, Affaires allemandes et autrichiennes, Centre d’Études et de Documentation, AAA 419/1). Cf. ci-dessous le paragraphe sur la réorganisation des relations d’affaires entre les industriels français et allemands.

131 Dépêche du HCFA du 19 novembre 1949 (MAE-Paris, Z-Europe 1944-1960, Allemagne, v. 371, f° 179).

132 Dépêche du ministère des Finances pour le ministère des Affaires étrangères du 10 novembre 1949 (MF, Direction du Trésor 1945-1975, B 8 801)

133 Télégramme de Noblet à Berlin pour le HCFA du 10 novembre 1949 (MAE-Paris, Z-Europe 1944-1960, Allemagne, v. 371, f° 155).

134 Télégramme du HCFA pour Paris du 11 novembre 1949 (MAE-Colmar, Affaires allemandes et autrichiennes, Direction politique, AAA 46/3).

135 Télégramme de François-Poncet du 9 décembre 1949 (MAE-Colmar, Affaires allemandes et autrichiennes, Direction politique, AAA 46/3).

136 Télégramme de François-Poncet du 7 janvier 1950 (MAE-Paris, Z-Europe 1944-1960, Allemagne, v. 372, f° 87).

137 Note de Bizard du 10 mars 1950 (MF, Direction du Trésor 1945-1975, B 8 801).

138 « Déclaration de M. Abs » rapportée par le service des Affaires politiques et culturelles le 20 janvier 1950 (MAE-Paris, Z-Europe 1944-1960, Allemagne, v. 457, f° 49).

139 Weisenfeld Ernst, Quelle Allemagne pour la France ?, op. cit., p. 54.

140 Circulaire n° 64 du service d’Information et de Presse du Quai d’Orsay du 22 mars 1950 (MAE-Paris, Z-Europe 1944-1960, Allemagne, v. 373, f° 268).

141 Ibid.

142 Presse allemande du 22 mars 1950 (MAE-Paris, Z-Europe 1944-1960, Allemagne, v. 373, f° 257).

143 Cf. note 139.

144 Bührer Werner, « Wegbereiter der Verständigung. Deutsch-französische industriellenkontakte (1947-1955) », Revue d’Allemagne, tome XXIII, n° 1, 1991, p. 73.

145 Article paru dans la Deutsche Zeitung et la Wirtschaftszeitung du 5 novembre 1949 (MAE-Colmar, CCFA-HCFA, Doss. Dobler, 231/Cl).

146 Bariéty Jacques, « Industriels français et industriels allemands à l’époque de la République de Weimar », Revue d’Allemagne, tome VI, 1974, p. 1-16.

147 Schirmann Sylvain, Les relations économiques et financières franco-allemandes (1932-1939), Comité pour l’Histoire économique et financière de la France, Imprimerie nationale, Paris, 1995, p. 197 et suiv.

148 Contrairement à ce que Werner Bührer semble avancer dans son article : « Wegbereiter der Verständigung. Deutsch-französische industriellenkontakte (1947-1955) », op. cit., p. 75.

149 Note de l’administrateur Stœbner à Coblence sur « Les ressources industrielles des cercles rhénans de la rive droite du Rhin » du 17 septembre 1946 (MAE-Colmar, CCFA-HCFA, Doss Laffon, c.20).

150 Synthèse du rapport mensuel pour septembre 1946 du gouvernement militaire du Wurtemberg préparée par le centre d’Études et de Documentation du CGAAA le 18 octobre 1946 (MAE-Paris, Y Internationale 1944-1949, v. 437, f° 239)

151 Lettre du service des Affaires économiques allemandes du ministère de l’Économie nationale pour la DGEF à Baden concernant « Les accords franco-allemands des industriels fabricants d’intruments de chirurgie » du 29 septembre 1947 (MF, Direction du Trésor 1945-1975, B 8 890, s/d.XV D4).

152 Lettre de Louis Rouyer, fabricant de lunettes à Saint-Quentin dans l’Aisne, pour le ministre des Finances à Paris du 24 septembre 1947 (MF, Direction du Trésor 1945-1975, B 8 875, s/d.XV C10).

153 Cf. note 151.

154 Ibid.

155 Note de la DGAEF pour la direction d’Europe du 2 mai 1946 et dépêche de Tarbé de Saint-Hardouin pour Bidault du 28 mai 1946 (MAE-Paris, Z-Europe 1944-1960, Allemagne, v. 95, f° 51 et 85)

156 Copie d’une lettre du délégué du gouvernement militaire de Rhénanie-Palatinat du 20 février 1947 (MAE-Paris, Z-Europe 1944-1960, Allemagne, v. 95, f° 157).

157 Dépêche d’Arnal, ministre chargé du consulat général de France en Rhénanie du Nord-Westphalie (zone britannique) pour Tarbé de Saint-Hardouin du 10 septembre 1947 (MAE-Colmar, CCFA-HCFA, Doss. rapatriés de l’ambassade de France à Bonn, XE 32/4-1/2/3)

158 Dépêche de Seydoux de Clausonne, conseiller politique-adjoint à Berlin, pour la DGAEF à Paris du 25 février 1948 (MAE-Colmar, CCFA-HCFA, Cab. civil, ECOI 122/D1-a).

159 Dépêche de la DGAEF pour le cabinet du ministre des Finances du 2 mars 1948 (MAE-Paris, Z-Europe 1944-1960, Allemagne, v. 95, f° 256).

160 Télégramme du CGAAA pour Baden-Baden du 22 avril 1948 (MAE-Paris, Z-Europe 1944-1960, Allemagne, v. 95, f° 268).

161 Note de mars 1948 (MAE-Paris, Z-Europe 1944-1960, Allemagne, v. 95, f° 233).

162 Note sur une mission en Allemagne, rédigée par Desfeuille du cabinet du SEAAA, pour la direction d’Europe du 13 juillet 1948 (MAE-Paris, Z-Europe 1944-1960, Allemagne, v. 39, f° 89).

163 « Note sur les relations commerciales et industrielles franco-allemandes » remise par Boysson [selon une note manuscrite] du 9 juillet 1948, et le « Rapport de mission dans la Ruhr du 5 au 7 juillet 1948 » (MAE-Colmar, CCFA-HCFA, Cab. civil, ECOI 121/C6).

164 Ibid.

165 Ibid.

166 Ibid.

167 Circulaire générale n° 169/49 du Comité central de la Laine du 10 novembre 1948 (MIC, AN, DGTC, F12 10.338).

168 Note du CGAAA du 14 octobre 1948 (MAE-Paris, Z-Europe 1944-1960, Allemagne, v. 83, f° 98).

169 Lettre de l’Alliance Petroleum pour le commandant Wiebel de la sous-direction du Bois et Industries diverses à Baden-Baden du 4 janvier 1949 (MAE-Colmar, Affaires économiques et financières, Direction de la Production industrielle, c. 1862, p. 6, d. 29).

170 Revue de presse du 23 mars 1949 (MIC, AN, DGTC, F12 10.302).

171 Presse économique allemande du 22 avril 1949 (MAE-Colmar, Affaires allemandes et autrichiennes, Centre d’Études et de Documentation, AAA 820-821/1).

172 Dépêche de la direction des Conventions administratives et sociales du ministère des Affaires étrangères aux consuls de France en Allemagne et en Autriche du 12 avril 1949 (MAE-Colmar, Affaires allemandes et autrichiennes, Centre d’Études et de Documentation, AAA 820-821/1).

173 Revue de presse du 19 novembre 1949 (MIC, AN, DGTC, F12 10.302).

174 Lettre de Reusch à Mazeran du 4 mars 1948 (Haniel Archiv à Duisbourg, Nachlass Hermann Reusch, Bd. 400.101401/86).

175 Note du 3 mars 1948 (Haniel Archiv, Nachlass Hermann Reusch, Bd. 400.101401/86).

176 Bührer Werner, Ruhrstahl und Europa. Die Wirtschaftsvereinigung Eisen-und Stahlindustrie und die Anfänge der europäischen Integration (1945-1952), R. Oldenburg Verlag, Munich, 1986, p. 115.

177 « Esquisse d’une politique française à l’égard de l’Allemagne occidentale » par la direction d’Europe du 30 novembre 1948 (MAE-Paris, Z-Europe 1944-1960. Allemagne, v. 83, f° 188).

178 Note sur une mission en Allemagne, rédigée par Desfeuille du cabinet du SEAAA, pour la direction d’Europe du 13 juillet 1948 (MAE-Paris, Z-Europe 1944-1960, Allemagne, v. 39, f° 89).

179 Ibid.

180 Cf. note 178.

181 Note du CGAAA « Au sujet des participations de capitaux français dans l’industrie allemande » du 19 avril 1949 (MAE-Colmar, Affaires allemandes et autrichiennes, Centre d’Études et de Documentation, AAA 419/1).

182 BAYER AG Konzemverwaltung (Hg.), Meilensteine - 125 Jahre BAYER (1863-1988), Leverkusen, 1988.

183 « Rapport sur l’activité de l’administration française de la BASF » de mai 1952 adressé au directeur des Affaires économiques et financières à Baden-Baden le 14 mai 1952 (MAE-Colmar, CCFA-HCFA, Doss. rapatriés de l’ambassade de France à Bonn, ZF 152/5).

184 Ibid.

185 Fridenson Patrick, « Les relations entre les industries automobiles française et allemande des années 1880 aux années 1960 », dans : Cohen Y. & Manfrass K. (Hg.), Frankreich und Deutschland - Forschung, Technologie und industrielle Entwicklung im 19. und 20. Jahrhundert, p. 339.

186 Dépêche n° 718 de Keller, ministre chargé du consulat général de France à Munich, du 11 mai 1949, lettre de F.J. Popp du 5 mai 1949 et dépêche n° 874 de Lefort du 10 juin 1949 (MAE-Colmar, CCFA-HCFA, Doss. rapatriés de l’ambassade de France à Bonn, XE 31/2-5).

187 Dépêche n° 382 de Keller pour François-Poncet du 23 septembre 1949 (MAE-Colmar, CCFA-HCFA, Doss. rapatriés de l’ambassade de France à Bonn, XE 31/2-5).

188 « Das Haus Siemens in Frankreich » (Siemens Firmenarchiv à Munich, Frkr. 68/Li 177 et Frkr. 68/Li 177 - 1852).

189 Ibid.

190 Note sur la « Position de la France sur le Rhin, fleuve international » de Noël Mayer, directeur du service de Contrôle de la navigation sur le Rhin, (non datée) [début 1949] (MAE-Colmar, CCFA-HCFA, Doss. rapatriés de l’ambassade de France à Bonn, XE 34/5-4).

191 Fiche pour le général Koenig concernant la navigation rhénane du 25 avril 1949 (MAE-Colmar, CCFA-HCFA, Doss. rapatriés de l’ambassade de France à Bonn, XE 34/5-4).

192 Lettre de François-Poncet transmise par le ministère des Affaires étrangères à celui de l’Économie nationale le [ ?] décembre 1949 (MAE-Colmar, CCFA-HCFA, Doss. Dobler, 232/C3).

193 Article du Handelsblatt du 2[ ?] novembre 1949 (MAE-Colmar, Affaires allemandes et autrichiennes, Centre d’Études et de Documentation, AAA 820-821/1).

194 Fiche pour Koenig du 6 juin 1947 (MAE-Colmar, CCFA-HCFA, Cab. civil, ECOI 121/C6).

195 Fiche pour Koenig [non datée] (MAE-Colmar, CCFA-HCFA, Cab. civil, ECOI 121/C6).

196 Allocution de Mourré, délégué général du Centre national du Commerce extérieur, (non datée) (MAE-Colmar, CCFA-HCFA, Cab. civil, ECOI 121/C6).

197 Cf. note 196.

198 Dépêche de Keller pour Tarbé de Saint-Hardouin du 17 juillet 1947 (MAE-Colmar, CCFA-HCFA, Doss. rapatriés de l’ambassade de France à Bonn, XE 32/4-1/2/3).

199 Mémorandum de l’ACIA du 15 novembre 1947 envoyé à Varreux, directeur de cabinet du général Koenig, le 19 novembre 1947 (MAE-Colmar, CCFA-HCFA, Cab. civil, ECOI 121/C6).

200 Liste des premiers adhérents de l’ACIA (MAE-Colmar, CCFA-HCFA, Cab. civil, ECOI 121/C6).

201 Cf. note 199.

202 Cf. note 199.

203 Dépêche de Koenig pour le délégué de l’ACIA en Allemagne du 9 février 1948 (MAE-Colmar, Affaires économiques et financières. Direction de la Production industrielle, c. 1862, p. 4, d. 19) et lettre du service du Contrôle des biens et participations financières pour le SEAAA du 10 avril 1948 (MAE-Colmar, CCFA-HCFA, Cab. civil, ECOI 21/C6).

204 Fiche pour le général Koenig du 25 mai 1948 (MAE-Colmar, CCFA-HCFA, Doss. rapatriés de l’ambassade de France à Bonn, ZF 138/5-3/4).

205 Extrait de L’Usine nouvelle du 25 mars 1948 (MIC, AN, DGTC, F12 10.3371).

206 (MAE-Colmar, CCFA-HCFA, Cab. civil, ECOI 121/C6).

207 Fiche pour le général Koenig du 25 mai 1948 (MAE-Colmar, CCFA-HCFA, Doss. rapatriés de l’ambassade de France à Bonn, ZF 138/5-3/4).

208 Note n° 2 sur « Les relations commerciales et industrielles franco-allemandes » du 17 juillet 1948 remise par Boysson le 21 juillet 1948 [selon une note manuscrite] (MAE-Colmar, CCFA-HCFA, Cab. civil, ECOI 123/D5). N.B. Il semble en effet que, dans les tout premiers temps, l’ACIA se soit appelée ACIFA, c’est-à-dire « Association pour le Commerce et l’Industrie français en Allemagne ».

209 Note n° 3 sur « Les relations commerciales et industrielles franco-allemandes » du 4 août 1948 (MAE-Colmar, CCFA-HCFA, Cab. civil, ECOI 123/D5).

210 Bührer Werner, Ruhrstahl und Europa. Die Wirtschaftsvereinigung Eisen-und Stahlindustrie (...), op. cit., p. 118, et « Wegbereiter der Verständigung. Deutsch-französische industriellenkontakte (...) », op. cit., p. 76.

211 Rapport du bureau de l’AFREA, Trois années de fonctionnement de l’Association, Paris, 1952, p. 1.

212 Le rapport du bureau de l’AFREA, cité ci-dessus, continue à faire référence à la Confédération générale du Patronat français (CGPF). En fait, il s’agit désormais du Conseil national du Patronat français (CNPF), créé le 21 novembre 1945 et dont les statuts ont été adoptés le 12 juin 1946.

213 Ibid., p. 2.

214 Ibid., p. 4.

215 Presse allemande de juin 1949 (MAE-Colmar, Affaires économiques et financières, Direction de la Production industrielle, c. 1862, p. 4, d. 19).

216 Article de la Nordsee Zeitung du 27 juillet 1949 (MAE-Paris, Z-Europe 1944-1960, Allemagne, v. 371, f° 11).

217 Rapport du bureau de l’AFREA, Trois années de fonctionnement de l’Association, op. cit., p. 1.

218 Rapport sur la constitution d’un cercle de travail « France » de la chambre de commerce et d’industrie de Francfort du 15 janvier 1949 (MAE-Colmar, Affaires économiques et financières. Direction de la Production industrielle, c. 1862, p. 4, d. 19).

219 Extrait du bulletin n° 3206 du 19 mai 1949 (MAE-Colmar, Affaires économiques et financières, Direction de la Production industrielle, c. 1862, p. 4, d. 19).

220 Ibid.

221 Bührer Werner, « Wegbereiter der Verständigung. Deutsch-französische industriellenkontakte (1947-1955) », op. cit., p. 76.

222 Rapport du bureau de l’AFREA, Trois années de fonctionnement de l’Association, op. cit., p. 5.

223 Extrait du bulletin n° 3372 du 10 août 1949 (MAE-Colmar, Affaires économiques et financières, Direction de la Production industrielle, c. 1862, p. 4, d. 19).

224 Presse allemande du 23 juillet 1949 (MAE-Colmar, Affaires allemandes et autrichiennes, Centre d’Études et de Documentation, AAA 418).

225 Lettre du Dr. Middelhauve de la Studienausschuss für die deutsch-französischen Wirtschaftsbeziehungen du 24 octobre 1949 (Haniel Archiv, Nachlass Hermann Reusch, Bd. 400.10146/541).

226 Rapport du Bureau de l’AFREA, Trois années de fonctionnement de l’Association, op. cit., p. 6.

227 Bulletin d’adhésion de la DEFRA (Haniel Archiv, Nachlass Hermann Reusch, Bd. 400.10146/541).

228 PV de la réunion entre les membres de l’AFREA et de la DEFRA du 24 octobre 1949 (Haniel Archiv, Nachlass Hermann Reusch, Bd. 400.10146/541).

229 Bührer Werner, « Wegbereiter der Verständigung. Deutsch-französische industriellenkontakte (1947-1955) », op. cit., p. 80.

230 Article du Handelsblatt-Exportdienst du 25 novembre 1949 (MAE-Colmar, Affaires allemandes et autrichiennes, Centre d’Études et de Documentation, AAA 820-821/1).

231 Ibid.

232 Télégramme de François-Poncet pour Bidault du 25 octobre 1949 (MAE-Paris, Z-Europe 1944-1960, Allemagne, v. 474, f° 12).

233 « Note pour Monsieur le Ministre concernant l’activité de l’AFREA » du centre d’Études et de Documentation du CGAAA du 31 octobre 1949 (MAE-Colmar, Affaires allemandes et autrichiennes, Centre d’Études et de Documentation, AAA 820-821/1).

234 Télégramme de François-Poncet pour le CGAAA du 2 novembre 1949 (MAE-Paris, Z-Europe 1944-1960, Allemagne, v. 474, f° 17), et lettre de Philippe Empis, directeur général du Service d’Informations économiques et commerciales trizonales, pour François-Poncet du 1er [octobre ?] 1949 (MAE-Colmar, CCFA-HCFA, Doss. Dobler, 232/C5).

235 Volume n° 1 du Service d’Informations économiques et commerciales trizonales (MAE-Colmar, CCFA-HCFA, Cab. civil, ECOI 124/D9).

236 Aide-mémoire du HCFA du 25 mars 1951 (MAE-Colmar, Affaires économiques et financières, Cabinet et Direction, AEF 52/1).

237 Note de Morin du 8 octobre 1951 (Archives de Pont-à-Mousson, Direction générale Paul-Cavallier, d. 70455).

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540