Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les relations économiques franco-allemandes de 1945 à 1955

 | 
Sylvie Lefèvre

Deuxième partie : le tournant 1948-1949

Introduction

Texte intégral

  • 1 Gerbet Pierre, Le relèvement (1944-1949), Imprimerie Nationale, Paris, 1991, p. 271.

1Au printemps 1947, l’évolution de la politique extérieure française, et plus particulièrement de la politique vis-à-vis de l’Allemagne, se trouve accélérée par l’offre américaine d’aide à l’Europe. Le 5 juin 1947, le général Marshall « propose à tous les pays européens de les aider pour leur reconstruction, s’ils se mettent d’accord pour élaborer en commun un programme de relèvement économique »1.

  • 2 Ibid., p. 272.

2Il faut dire qu’à ce moment-là l’Europe doit faire face à une crise économique qui est à la fois une crise des paiements et une crise du ravitaillement. Les pays européens ne peuvent plus payer leurs importations de matières premières et de biens d’équipement en provenance des États-Unis (c’est le dollar gap). Or, l’originalité de la proposition américaine réside dans le fait que les aides bilatérales occasionnelles doivent être remplacées par une aide pluriannuelle, et qu’un programme d’ensemble, qui favoriserait un développement de la solidarité intereuropéenne, doit être préparé par les pays bénéficiaires eux-mêmes. Le gouvernement français y voit alors la possibilité de réaliser le plan Monnet2.

  • 3 Ibid., p. 273.
  • 4 Soutou Georges-Henri, « Georges Bidault et la construction européenne (1944-1954) », Revue d’Histo (...)

3Après le refus de Molotov de se joindre à un programme de développement européen établi par les Américains en commun avec les Britanniques et les Français lors de la conférence de Paris du 27 juin au 2 juillet, il apparaît que le plan Marshall se limitera à l’Europe occidentale. À partir du 12 juillet, se réunissent donc à Paris, à l’invitation de la France et de la Grande-Bretagne, seulement seize pays européens « pour établir le programme européen de relèvement et mettre sur pied l’Organisation européenne de Coopération économique »3. À cette occasion, le 2 août, Hervé Alphand rend compte à Georges Bidault d’une discussion en marge de la conférence des Seize avec les représentants du Benelux concernant une éventuelle union douanière européenne. Ceux-ci accueillent la suggestion favorablement. Alphand conseille au gouvernement de la reprendre à son compte. Le 13 septembre, la France peut donc déclarer officiellement à ses quinze partenaires qu’elle est prête à discuter d’une union douanière avec tous les pays européens. Seule l’Italie réagit le jour même. Les deux gouvernements publient aussitôt une déclaration commune et une commission mixte d’experts est mise sur pied4.

  • 5 Gerbet Pierre, Le relèvement, op. cit., p. 277-278.
  • 6 Rioux Jean-Pierre, La France de la IVème République, vol. 15 : « L’ardeur et la nécessité (1944-19 (...)
  • 7 Gerbet Pierre, Le relèvement, op. cit., p. 275-276.
  • 8 Bossuat Gérard, La France, t’aide américaine et la construction européenne (1944-1954), Comité pou (...)
  • 9 Cf. note 7.

4Mais à l’automne 1947, le gouvernement français se retrouve face à une situation critique tant sur le plan politique que sur le plan économique. En effet, à partir du 24 novembre, Robert Schuman doit faire face à une double opposition communiste (ceux-ci ont quitté le gouvernement au mois de mai) et gaulliste. Il a formé un gouvernement de « troisième force » composé des socialistes, du MRP et d’une partie des radicaux et des modérés, Georges Bidault restant à la tête de la diplomatie française5. Depuis septembre, ce gouvernement est confronté à de graves problèmes économiques : la production de charbon ralentit ; les importations sont plus chères ; le blé se raréfie après une mauvaise récolte6. Or, l’aide Marshall promise par les États-Unis ne sera pas opérationnelle avant un an. Pourtant la France a besoin d’une aide urgente et doit faire face aux grèves qui se multiplient pendant l’hiver 1947-1948. Après bien des hésitations, le Congrès américain qui, il faut le rappeler, dès le 28 mars 1946, par un accord bilatéral, a accepté de soulager la Trésorerie de la France en liquidant le solde du prêt-bail et en lui octroyant un prêt de 650 millions de $ à 3%  d’intérêt, vote, le 17 décembre 1947, une aide intérimaire de 311 millions de $ pour le premier trimestre 1948. Cette aide doit permettre à la France de passer l’hiver et lui servir à acheter du blé, du charbon, mais aussi du coton, des matières grasses, du pétrole et des engrais7. Les Américains mettent cependant des conditions. Le rapport Harriman sur l’aide Marshall insiste sur la stabilisation des prix en Europe. Par conséquent, la contre-valeur en francs français de l’aide ne sera débloquée que si les Français signent un accord bilatéral avec les Américains sur l’aide intérimaire8. C’est chose faite le 2 janvier 1948, « après les efforts de René Mayer, ministre des Finances du gouvernement Schuman, pour stabiliser le franc français et ralentir l’inflation qui risquait de devenir galopante »9.

  • 10 Lettre de Monnet à Schuman du 12 mai 1947, publiée dans : Rieben Henri (éd.), Jean Monnet - Robert (...)
  • 11 Bossuat Gérard, La France, l’aide américaine (...), op. cit., p. 120.
  • 12 Ibid., p. 117.
  • 13 Bossuat Gérard, La France, l’aide américaine (...), op. cit., p. 273.

5Mais, pour Jean Monnet, commissaire général au Plan, aucun relèvement de la France et des pays de l’Union française n’est possible sans une augmentation générale des ressources : « Il s’agit notamment, d’ici 1950, d’accroître par rapport à l’avant-guerre de plus d’un tiers l’extraction de nos charbonnages, de doubler la production d’énergie électrique, de fabriquer deux fois et demie plus d’acier, quatre fois plus de ciment et de transporter près de deux fois plus de marchandises. »10 Les programmes établis pour atteindre ces objectifs ont été acceptés le 14 janvier 1947 par le gouvernement, qui a décidé de les engager d’une manière ferme pour les années 1947 à 1950. Car, la crise française est aussi une crise structurelle en raison de l’obsolescence de nombreux secteurs de l’économie11. Les Français proposent donc d’affecter la contre-valeur aux dépenses de reconstruction et d’investissement, proposition qui est acceptée le 2 avril 194812. Après la dévaluation du franc, le 25 janvier 1948, condition implicite de la stabilisation, et l’affectation de 25 milliards de FF de la contrevaleur de l’aide intérimaire à la modernisation et à la reconstruction, les Français peuvent espérer financer plus aisément qu’en 1947 leur plan de modernisation13, même si, en contrepartie, ils doivent désormais prendre en compte le relèvement de l’économie allemande.

Notes

1 Gerbet Pierre, Le relèvement (1944-1949), Imprimerie Nationale, Paris, 1991, p. 271.

2 Ibid., p. 272.

3 Ibid., p. 273.

4 Soutou Georges-Henri, « Georges Bidault et la construction européenne (1944-1954) », Revue d’Histoire Diplomatique, tome 3-4, 1991, p. 275.

5 Gerbet Pierre, Le relèvement, op. cit., p. 277-278.

6 Rioux Jean-Pierre, La France de la IVème République, vol. 15 : « L’ardeur et la nécessité (1944-1952) », collection « Points », Seuil, Paris, 1980-1983, p. 179.

7 Gerbet Pierre, Le relèvement, op. cit., p. 275-276.

8 Bossuat Gérard, La France, t’aide américaine et la construction européenne (1944-1954), Comité pour l’Histoire économique et financière de la France, Paris, 1997 (réédition), p. 116.

9 Cf. note 7.

10 Lettre de Monnet à Schuman du 12 mai 1947, publiée dans : Rieben Henri (éd.), Jean Monnet - Robert Schuman. Correspondance (1947-1953), Fondation Jean Monnet pour l’Europe et Centre de Recherches européennes, Lausanne, 1986, p. 23.

11 Bossuat Gérard, La France, l’aide américaine (...), op. cit., p. 120.

12 Ibid., p. 117.

13 Bossuat Gérard, La France, l’aide américaine (...), op. cit., p. 273.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540