Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les relations économiques franco-allemandes de 1945 à 1955

 | 
Sylvie Lefèvre

Première partie : une politique « démesurée et floue » 1945-1947

Conclusion

Texte intégral

  • 1 Hudemann Rainer, « L’occupation française... », op. cit., p. 240.
  • 2 Ibid., p. 224.

1Si les difficultés de l’après-guerre en ZFO ont été largement attribuées, par la population allemande et par les historiens, à l’occupation française, il ne faut pas négliger le fait, comme l’a rappelé Rainer Hudemann, qu’« il était difficile, voire impossible d’évaluer les suites du IIIe Reich, non sur le plan évident des crimes et des destructions de la guerre, mais sur celui de la politique économique et financière »1. En tout cas, la France, lors de cette occupation de l’Allemagne, a compris que l’exploitation économique de la ZFO impliquait la reconstruction de l’économie allemande et « la reprise économique s’est faite plus vite dans la ZFO, en 1945-1946, que dans les autres zones, avant de retomber et de remonter à intervalles réguliers, jusqu’à la réforme monétaire et économique de 1948-1949. »2

  • 3 Poidevin Raymond, « La France et le problème du relèvement économique de l’Allemagne en 1947 », da (...)
  • 4 Ibid.
  • 5 Ibid.
  • 6 Rioux Jean-Pierre, La France de la IVe république, vol. 15, collection « Points », Seuil, Paris, 1 (...)
  • 7 Citée dans : Gerbet Pierre, Le relèvement..., op. cit., p. 92.

2Cependant, le discours prononcé le 5 juin 1947 par le secrétaire d’État américain Georges Marshall a un très grand retentissement en France. On comprend alors qu’il ne peut être question d’organiser l’Europe sans y inclure l’Allemagne3. C’est d’ailleurs une condition sine qua non de la proposition. Dans un premier temps, la question se pose pour les Français de savoir comment ils vont pouvoir accepter le relèvement économique de l’Allemagne et toutes ses conséquences, et quelles garanties seront indispensables « pour assurer à la fois la sécurité de la France et son redressement économique tout en interdisant un relèvement trop rapide du vaincu et même une éventuelle hégémonie industrielle allemande »4. Mais, entre juin et décembre 1947, la France cède sur de nombreux points. À l’évidence, il lui faut faire des concessions5. Elle « ne peut plus désormais courir simultanément deux lièvres, l’aide américaine et le contrôle d’une solide part des ressources allemandes »6. Il est clair que la politique allemande de la France mise sur pied depuis 1943 doit être révisée. Car, comme le précise, par exemple, une lettre de Georges Bidault au général Kœnig du 4 janvier 1948 annonçant la fin de la première période de l’occupation : « Il ne s’agit plus de compenser les pertes du passé, mais de préparer l’avenir. Il faut mettre fin à l’exploitation, aux réquisitions, aux séquestres, nouer avec les Allemands des relations raisonnables, préparer une Europe unie »7.

Notes

1 Hudemann Rainer, « L’occupation française... », op. cit., p. 240.

2 Ibid., p. 224.

3 Poidevin Raymond, « La France et le problème du relèvement économique de l’Allemagne en 1947 », dans : Manfrass K. & Rioux J.-P. (Hg.), France-Allemagne (1944-1947), p. 203-204.

4 Ibid.

5 Ibid.

6 Rioux Jean-Pierre, La France de la IVe république, vol. 15, collection « Points », Seuil, Paris, 1980-1983, p. 163.

7 Citée dans : Gerbet Pierre, Le relèvement..., op. cit., p. 92.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable