Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les relations économiques franco-allemandes de 1945 à 1955

 | 
Sylvie Lefèvre

Première partie : une politique « démesurée et floue » 1945-1947

Introduction

Texte intégral

  • 1 Poidevin Raymond, « La France devant le danger allemand (1944-1952) », Revue d’Allemagne, numéro s (...)

1« Conclure des alliances, démembrer et contrôler l’Allemagne constituent bien, d’abord, les deux piliers de la politique française, une politique esquissée à Alger, dès 1943, et poursuivie jusqu’aux Recommandations de Londres en juin 1948 »1.

  • 2 Soutou Georges-Henri, « Frankreich und die Deutschlandfrage 1943 bis 1945 », dans : Volkmann H.-E. (...)
  • 3 Ibid., p. 76.
  • 4 Note de réflexion de Jean Monnet à Alger du 5/08/1943, publiée dans : Rieben Henri, Des guerres eu (...)
  • 5 Soutou Georges-Henri, « Frankreich und die Deutschlandfrage 1943 bis 1945 », op. cit., p. 78.
  • 6 Poidevin Raymond, « La politique allemande de la France en 1945 », dans : Vaïsse M. (dir), 8 mai 1 (...)

2La politique française vis-à-vis de l’Allemagne est particulièrement dure pendant les années 1943-1945. À Alger, en 1943, deux positions s’affrontent au sein du Comité français de la Libération nationale (CFLN). La première s’appuie sur le principe que, même après la guerre, l’Allemagne restera un danger. Il faut donc la démembrer. À cet effet, la Rhénanie, en tant que frontière stratégique, et la Ruhr, important centre industriel, doivent être détachées de l’Allemagne et un contrôle de la Ruhr établi2. Cette thèse est avant tout soutenue par le général de Gaulle. La seconde position est fondée sur l’idée que les problèmes de l’après-guerre seront de nature différente de ceux de 1919, et notamment que les problèmes économiques seront prioritaires3. Elle est principalement défendue par Jean Monnet et René Mayer. Mais là encore, une nuance intervient. Alors que pour Monnet, le problème allemand ne peut être résolu que dans le cadre d’une union économique fédérale européenne4, Mayer envisage plutôt une « Lotharingie industrielle » qui comprendrait les ressources sidérurgiques de la France, de l’Allemagne, de la Belgique et du Luxembourg5. Ce dernier présente son projet dans une note du 30 septembre 1943, où il est question de la construction d’une Europe comprenant un État rhénan qui inclut la Ruhr. Il se heurte alors à René Massigli et Jean Monnet pour lesquels toute lourde amputation des territoires allemands doit être écartée6.

  • 7 Soutou Georges-Henri, « Frankreich und die Deutschlandfrage 1943 bis 1945 », op. cit., p. 79.
  • 8 CR de la conversation chez le général de Gaulle à Alger du 17 octobre 1943, publié dans : Rieben H (...)
  • 9 Poidevin Raymond, « La politique allemande de la France en 1945 », op. cit., p. 222.
  • 10 Soutou Georges-Henri, « Frankreich und die Deutschlandfrage 1943 bis 1945 », op. cit., p. 78.

3Lors de la réunion du 12 octobre 1943, les différentes propositions sont étudiées par le CFLN dans le cadre de l’après-guerre7. Les discussions se poursuivent le 17 chez le général de Gaulle. Jean Monnet précise son point de vue devant le Général, mais celui-ci « craint qu’une pareille solution ait pour conséquence d’avantager l’industrie allemande en Europe et de développer la puissance germanique »8. Le 30 octobre, de Gaulle, s’inspirant du projet de René Mayer, évoque l’idée d’une Europe de l’Ouest qui comprendrait la zone industrielle de Rhénanie-Westphalie9. Ainsi, à la fin de l’année 1943, le CFLN arrive au compromis qui influencera la politique allemande de la France jusqu’en 1947 : cette politique doit reposer sur le principe traditionnel de sécurité vis-à-vis de l’Allemagne, l’économique n’étant qu’un moyen de contrôler l’Allemagne et d’assurer la sécurité de la France10.

  • 11 Ibid., p. 82.

4En 1944, les discussions sont pourtant relancées. Par exemple, l’idée de reprendre le projet sidérurgique français de 1923 et de le réussir, en contrôlant la production de la Ruhr et en détachant la Rhénanie et la Sarre, est l’objet d’une discussion entre Pierre Mendès France et le général de Gaulle. Cela permettrait de faire de la France une puissance industrielle qui pourrait contrôler l’Europe avec l’URSS. À l’été 1944, la position française est confirmée. Les impératifs de la sécurité gardent le dessus sur les principes économiques11. Le projet français pour l’Allemagne est désormais fondé sur le plan du 12 août 1944.

  • 12 Poidevin Raymond, « La politique allemande de la France en 1945 », op. cit., p. 222.

5De nombreuses incertitudes demeurent pourtant jusqu’en 1945 : incertitudes quant à la réaction des Alliés, incertitudes quant aux conséquences qu’auraient certains projets sur l’économie de la France12. En effet, dès décembre 1944, de Gaulle n’obtient pas l’appui des Soviétiques pour son projet concernant l’Allemagne, quand il va signer le Pacte franco-soviétique à Moscou. En 1945, c’est aux Anglo-Saxons qu’il se heurte quand il demande le détachement de la Rhénanie et de la Ruhr.

  • 13 Ibid.
  • 14 Ibid., p. 229.

6En fait, à la tête du gouvernement provisoire, « pendant un an et demi, de Gaulle tente d’imposer une politique dure vis-à-vis de l’Allemagne en s’attachant à défendre avec énergie et constance, trois idées : il ne devrait plus y avoir de Reich allemand ; la Rhénanie est à séparer de l’Allemagne ; seul un statut international peut convenir à la Ruhr »13. « La politique allemande de la France, très largement définie par de Gaulle lui-même, apparaît [alors] à la fois démesurée et floue. Les revendications françaises, souvent proches de certains espoirs caressés en 1919 par Foch, paraissent sans rapport avec le poids international de la France en 1945 »14.

  • 15 Gerbet Pierre, Le relèvement (1944-1949), Imprimerie Nationale, Paris, 1991. p. 121.
  • 16 Weisenfeld Ernst, Quelle Allemagne pour la France ?, A. Colin, Paris, 1989, p. 30.

7Si l’idée fondamentale du général de Gaulle est de donner la priorité au politique sur les autres facteurs et, notamment sur le facteur économique, après la seconde guerre mondiale, les problèmes économiques vont cependant prendre, dans la politique extérieure française, une place de plus en plus importante15. C’est particulièrement vrai en ce qui concerne la politique vis-à-vis de l’Allemagne. Car, il s’agit pour la France non seulement de garantir sa sécurité par rapport à l’Allemagne, mais aussi sa puissance économique en Europe occidentale en réduisant la sidérurgie allemande à son profit. De plus, pour assurer sa reconstruction, elle espère, entre autres, tirer des avantages économiques du rattachement de la Sarre au système douanier français et de l’internationalisation de la Ruhr, notamment le partage de la production de charbon et des réparations16.

8Dans un premier temps, les questions allemandes en général sont traitées, sur le plan national, par la Mission militaire pour les Affaires allemandes rattachée à l’État-major général de la Défense nationale et, sur le plan international, par la Commission consultative européenne à Londres. Bien qu’il s’intéresse à la question des livraisons de charbon allemand, le général de Gaulle ne gère pas directement les questions économiques. C’est principalement le ministère des Affaires étrangères qui, dans les premiers mois qui suivent l’installation du gouvernement provisoire à Paris, met sur pied les services qui vont préparer et centraliser les plans français concernant l’Allemagne, et notamment les directives économiques.

Notes

1 Poidevin Raymond, « La France devant le danger allemand (1944-1952) », Revue d’Allemagne, numéro spécial, mai 1991, p. 257.

2 Soutou Georges-Henri, « Frankreich und die Deutschlandfrage 1943 bis 1945 », dans : Volkmann H.-E. (Hg.), Ende des Dritten Reiches - Ende des Zweiten Weltkriegs. Eine perspektivische Rückschau, Piper, Munich, Zurich, 1995, p. 76-77.

3 Ibid., p. 76.

4 Note de réflexion de Jean Monnet à Alger du 5/08/1943, publiée dans : Rieben Henri, Des guerres européennes à l’union européenne, Fondation Jean Monnet pour l’Europe et Centre de Recherches européennes, Lausanne, 1987, p. 278-279.

5 Soutou Georges-Henri, « Frankreich und die Deutschlandfrage 1943 bis 1945 », op. cit., p. 78.

6 Poidevin Raymond, « La politique allemande de la France en 1945 », dans : Vaïsse M. (dir), 8 mai 1945 : la Victoire en Europe, p. 221-222.

7 Soutou Georges-Henri, « Frankreich und die Deutschlandfrage 1943 bis 1945 », op. cit., p. 79.

8 CR de la conversation chez le général de Gaulle à Alger du 17 octobre 1943, publié dans : Rieben Henri, Des guerres européennes à l’union européenne, op. cit., p. 289-290.

9 Poidevin Raymond, « La politique allemande de la France en 1945 », op. cit., p. 222.

10 Soutou Georges-Henri, « Frankreich und die Deutschlandfrage 1943 bis 1945 », op. cit., p. 78.

11 Ibid., p. 82.

12 Poidevin Raymond, « La politique allemande de la France en 1945 », op. cit., p. 222.

13 Ibid.

14 Ibid., p. 229.

15 Gerbet Pierre, Le relèvement (1944-1949), Imprimerie Nationale, Paris, 1991. p. 121.

16 Weisenfeld Ernst, Quelle Allemagne pour la France ?, A. Colin, Paris, 1989, p. 30.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540