Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les relations économiques franco-allemandes de 1945 à 1955

 | 
Sylvie Lefèvre

Introduction générale

Texte intégral

  • 1 Soutou Georges-Henri, « Frankreich und die Deutschlandfrage 1943 bis 1945 », dans : Volkmann H.-E. (...)
  • 2 Poidevin Raymond, « La politique allemande de la France en 1945 », dans : Vaïsse M. (dir.), 8 mai (...)

1Dès la fin de l’année 1943, le Comité français de la Libération nationale à Alger arrive au compromis qui va influencer la politique allemande de la France après la fin de la guerre : cette politique doit reposer sur le principe traditionnel de sécurité vis-à-vis de l’Allemagne, l’économique n’étant qu’un moyen de contrôler l’Allemagne et d’assurer la sécurité de la France1. Un an plus tard, quand le Gouvernement provisoire de la République française s’installe à Paris, la position française est confirmée. Et, à la tête du gouvernement pendant un an et demi, le général de Gaulle tente d’imposer une politique qui apparaît à la fois « démesurée et floue », et sans rapport avec le poids international de la France à ce moment-là2.

  • 3 Castillon Richard, Les réparations allemandes-Deux expériences : 1919-1932 et 1945-1952, PUF, Pari (...)
  • 4 Bitsch Marie-Thérèse, « Un rêve français : le désarmement économique de l’Allemagne (1944-1947) », (...)
  • 5 Ibid., p. 317.

2En 1945, les services du ministère français des Affaires étrangères préparent les directives de la politique économique que la France entend mener vis-à-vis de l’Allemagne. Les préoccupations françaises s’inscrivent dans le cadre des principes essentiels des clauses économiques de l’accord de Potsdam. À cet égard, les Français, tout comme les Alliés, n’ont qu’une pensée : éviter les errements des années vingt, et le renouvellement de l’échec de la politique menée après la première guerre mondiale. Ainsi, les réparations ne doivent plus être le pilier de la politique allemande de la France. Les Français demandent qu’aux réparations en argent soient substituées des réparations en nature constituées pour l’essentiel de démontages et de transferts d’usines, d’outillage et de machines3. Mais, la particularité des projets concernant l’Allemagne réside dans le fait que la sécurité et la reconstruction de la France doivent être assurées grâce au désarmement économique de l’Allemagne. Il n’est pas question de détruire le potentiel allemand, mais seulement de le contrôler, afin qu’il contribue à la réorganisation économique de l’Europe au profit de l’économie française4. Les régions industrielles occidentales doivent alors être détachées du reste de l’Allemagne, l’industrie allemande complètement réorganisée et placée sous le strict contrôle des Alliés. Associée au Plan de Reconstruction et de Modernisation de l’économie française, cette politique devrait conduire à la modification de la puissance industrielle dans certains secteurs au profit de la France5.

  • 6 Soutou Georges-Henri, « Le général de Gaulle et l’URSS, 1943-1945 : idéologie ou équilibre europée (...)
  • 7 Fritsch-Bournazel Renata, « Frankreich und die deutsche Frage (1945-1949) ». dans : Fischer Alexan (...)
  • 8 Poidevin Raymond, « La France et le charbon allemand au lendemain de la deuxième guerre mondiale » (...)

3Les projets français s’organisent donc autour du détachement de la Rhénanie, de l’internationalisation de la Ruhr et du rattachement de la Sarre au système économique français. L’internationalisation de la Ruhr, proposée, pour la première fois, par de Gaulle, en décembre 1944,6 doit notamment faciliter l’approvisionnement en charbon et en acier de la France7. En effet, celle-ci veut s’assurer une priorité dans la disposition du charbon de la Ruhr et de la Sarre, afin de permettre la réalisation des plans de développement qui tendent à détrôner l’industrie allemande au bénéfice de l’industrie française8.

  • 9 Gerbet Pierre, Le relèvement (1944 -1949), Imprimerie Nationale, Paris, 1991, p. 142.
  • 10 Ibid., p. 143.

4Il faut dire que la situation dans laquelle se trouve l’économie française à la fin de la guerre, en raison de l’insuffisance de ses ressources charbonnières, est très grave. Dès la Libération, le gouvernement provisoire décide de livrer la « bataille du charbon », afin de relancer la production française9. En effet, non seulement les ressources dont dispose la France sont insuffisantes pour couvrir les besoins minima de la défense nationale, de l’industrie et des transports, mais les services français semblent se trouver dans l’impossibilité de constituer les stocks destinés au chauffage domestique. La France reste dépendante des importations. L’industrie française a besoin de coke allemand10.

  • 11 Cf. chapitre 2.
  • 12 Hudemann Rainer, « L’occupation française en Allemagne - Problèmes généraux et perspectives de rec (...)

5Si l’occupation d’une zone en Allemagne doit permettre à la France de retrouver son rang parmi les grandes puissances, elle doit aussi servir ses intérêts et aider à sa reconstruction. Après bien des difficultés, une zone d’occupation est attribuée aux Français11. C’est la plus petite des quatre zones. Elle ne présente un ensemble cohérent ni du point de vue géographique, ni du point de vue économique. Ce découpage de la zone pose très rapidement d’innombrables problèmes pratiques et oblige la France, plus que les autres. Alliés, à prendre des mesures rénovatrices pour pouvoir administrer la ZFO12.

  • 13 Willis Frank Roy, The French in Germany (1945-1949), Stanford, 1962, p. 126.

6Ainsi, les Français remettent rapidement l’économie de la zone en marche et la population au travail. La politique économique en ZFO a alors deux impératifs : maintenir la balance commerciale de la zone en équilibre, afin que celle-ci ne tombe pas à la charge du Trésor français, et relancer la production des industries utiles à l’économie française13. Pour y arriver, l’activité économique de la zone est réorganisée et contrôlée.

  • 14 François-Poncet Jean, La politique économique de l’Allemagne occidentale, Sirey, Paris, 1970, p. 2 (...)
  • 15 Rioux Jean-Pierre, La France de la IVe République, vol. 15 : « L’ardeur et la nécessité (1944-1952 (...)

7L’Allemagne doit donc, selon les projets français, contribuer à la reconstruction économique de la France. Mais, en a-t-elle réellement les moyens ? En fait, le spectacle de désolation et de faiblesse qu’offre l’ancien Reich, à la fin de la guerre, est en partie trompeur. L’Allemagne dispose, en raison de l’effort intense de production et de développement fourni pendant la guerre, d’un potentiel considérable. Et, si les bombardements ont désorganisé les circuits de production et provoqué des ruptures ou des pénuries dans des secteurs cruciaux, le potentiel n’est pas atteint14. L’économie française doit, en revanche, faire face non seulement à des goulots d’étranglements dans les transports et le charbon, mais aussi à l’obsolescence des structures et des équipements de nombreux secteurs industriels15.

8Dès la fin de l’année 1945, les objectifs de la politique économique française vis-à-vis de l’Allemagne sont formulés en termes de livraisons de charbon et de coke allemands. Ils mettent ainsi l’accent sur la nature extrêmement sérieuse des problèmes dus à la pénurie d’énergie que rencontre la reconstruction de l’économie française. On commence alors à mesurer, côté français, l’inadéquation de la politique poursuivie. Rapidement, une évolution est préconisée. Mais, les Français ne sont pas encore prêts à accepter le relèvement économique de l’Allemagne et la levée des contrôles.

9Quand et comment le rapprochement des économies française et allemande s’opère-t-il ? Faut-il vraiment attendre les conséquences de l’aide Marshall, la réforme monétaire et la fusion des trois zones d’occupation en 1948 pour voir se développer les relations commerciales entre les deux pays ? La reprise des contacts entre industriels et commerçants n’intervient-elle pas plus tôt et quel rôle joue-t-elle ? La contribution du plan Schuman au rapprochement franco-allemand est-elle si déterminante ? Les investissements français en Allemagne sont-ils l’élément moteur des premières tentatives de coopération franco-allemande ? Ou encore quelle place tiennent les relations économiques franco-allemandes dans la construction de l’Europe ?

  • 16 Entre autres : Grosser Alfred, La IVe République et sa politique extérieure, Colin, Paris, 1967 ; (...)
  • 17 Entre autres : Schwarz Hans-Peter, Die Ära Adenauer-Gründungsjahre der Republik (1949-1957), Stutt (...)
  • 18 Entre autres : Bonin Hubert, Histoire économique de la IVe République, Economica, Paris, 1987 ; Ec (...)
  • 19 Ces deux ouvrages restent cependant fondamentaux : Ziebura Gilbert, Die aeutschfranzösischen Bezie (...)
  • 20 Principalement : Bilger François, « Les relations économiques franco-allemandes de 1945 à 1971. Bi (...)

10Autant de questions auxquelles une historiographie aussi diversifiée qu’abondante, en ce qui concerne la France et l’Allemagne après 1945, ne répond que partiellement. Cette abondance en cache en fait les limites. En effet, si nombre d’ouvrages généraux abordent l’évolution politique de la France16 et de l’Allemagne17 après la seconde guerre mondiale, et certains la reconstruction des deux économies,18 les ouvrages traitant strictement des relations franco-allemandes sont déjà moins nombreux et souvent plus anciens19. Et, malgré l’importance de la question pour la compréhension de l’évolution des relations entre la France et l’Allemagne, force fut de constater, au début de ce travail, qu’on ne trouvait que peu de publications offrant un aperçu synthétique sur les relations économiques franco-allemandes à partir de 194520.

  • 21 « Les relations économiques franco-allemandes », Revue d’Allemagne, tome XXIII, n° 1, janvier-mars (...)
  • 22 Hüser Dietmar, Frankreichs « doppelte Deutschlandpolitik » - Konzeptionen, Instruktionen und Reali (...)
  • 23 Quelques éléments toutefois notamment dans : Daviet Jean-Pierre, Une multinationale à la française (...)
  • 24 L’ouvrage de Henri Rieben : Des ententes de maîtres de forges au Plan Schuman, Genève, nouvelle éd (...)

11Cependant, au cours des dernières années, plusieurs colloques ont apporté des éléments nouveaux pour la recherche et développé des aspects très différents de cette question21. Certains ouvrages récents, se situant dans la même perspective, proposent un éclairage nouveau de certains problèmes, que ce soit la politique allemande de la France ou la politique industrielle menée en Allemagne22. Notons toutefois que le développement de l’histoire industrielle, ces dernières années, n’apporte encore qu’une contribution bien faible à notre sujet23. Enfin, si parmi les questions concernant au premier chef la France et l’Allemagne après 1945, le plan Schuman et la mise en place de la Communauté européenne du Charbon et de l’Acier ont fait couler beaucoup d’encre, les aspects purement économiques, particulièrement intéressants aussi, méritent encore d’être encore approfondis24.

12L’abondance des archives publiques et privées, touchant de près ou de loin les relations économiques franco-allemandes après 1945, et leur grande richesse nous a en fait permis non seulement d’aborder certains points plus techniques, mais aussi de développer quelques aspects particuliers souvent méconnus. Si, devant cette abondance des sources, il nous a fallu faire des choix parfois « déchirants », nous avons tenu à diversifier nos recherches, afin d’avoir le point de vue le plus large possible de la question. À cet égard, on peut souligner l’intérêt particulier que présentent certaines sources. Ainsi, les Archives de l’Occupation française en Allemagne et en Autriche, et plus particulièrement les dossiers de la direction générale de l’Économie et des Finances (DGEF) du gouvernement militaire à Baden-Baden, puis du haut-commissariat à Bonn, sont essentiels. La DGEF constitue en effet, à cette époque, un poste d’observation privilégié de la politique économique menée par les Français dans leur zone, puis dans le reste de l’Allemagne, et plus tard de la politique économique du gouvernement fédéral. C’est aussi le point de passage obligé pour les industriels et les commerçants français ayant des intérêts en Allemagne et pour leurs homologues allemands qui veulent développer des relations d’affaires avec la France.

13Le gouvernement allemand, qui se met en place en septembre 1949, ne reçoit que des pouvoirs limités en matière de politique extérieure, sauf en ce qui concerne les relations économiques. Dans un premier temps, la charge de celles-ci est attribuée, pour l’essentiel, au ministère fédéral de l’Économie. Puis, dans le courant de l’année 1953, elle passe sous la coupe de l’Auswärtiges Amt. C’est donc dire toute l’importance et la richesse des dossiers de ces deux ministères.

14Les Archives historiques des Communautés européennes, quant à elles, nous ont permis d’aborder un aspect encore peu étudié, mais particulièrement intéressant, des relations économiques franco-allemandes : les problèmes soulevés par la mise en place des marchés du charbon et de l’acier et les discussions auxquelles ils ont donné lieu.

15Enfin, nous avons pu contrebalancer quelque peu la perception des relations économiques franco-allemandes de chaque côté du Rhin grâce aux recherches effectuées dans les archives des sociétés. Entre celles qui ont, à ce moment-là, soit des affaires en Allemagne (De Wendel, Saint-Gobain etc.), soit des relations privilégiées avec des sociétés françaises (Gutehoffhungshütte etc.)., nous avons pu constater que les priorités des industriels ne sont pas toujours les mêmes que celles des dirigeants politiques ou des administrations. Ils sont en effet souvent plus pressés, mais aussi plus à même, de reprendre des relations rapides et fructueuses avec l’ennemi d’hier.

16Il apparaît alors clairement que l’évolution des relations économiques franco-allemandes entre 1945 et 1955 s’articule autour de trois phases chronologiques, qui recoupent en fait, à peu de choses près, celles du rapprochement politique entre les deux pays. Dans un premier temps, de 1945 à 1947, il s’agit pour la France de mettre en pratique ses projets concernant le désarmement économique de l’Allemagne, tant dans sa zone d’occupation que dans les négociations qui s’engagent avec les Alliés. Mais bientôt, les revendications françaises, au cœur desquelles se trouve le charbon allemand, se heurtent aux Anglo-Saxons qui souhaitent un relèvement rapide de l’économie allemande. Bien que la France obtienne l’inclusion du charbon sarrois dans le système douanier français, il est clair qu’une évolution de sa politique est inévitable, particulièrement en ZFO.

17Entre 1948 et 1949, l’idée d’une « communauté de destin franco-allemand », soutenue par le ministre des Affaires étrangères, Robert Schuman, et certains dirigeants français, fait difficilement son chemin, et ce malgré la montée du péril soviétique. La France finit cependant par accepter la fusion de la ZFO avec la bizone anglo-saxonne. Et, grâce à la réforme monétaire dans les trois zones occidentales du 20 juin 1948, des relations économiques normales peuvent à nouveau se développer entre la France et l’Allemagne. La reprise des relations d’affaires entre les industriels et les commerçants français et allemands, déjà amorcée depuis quelques temps, se trouve alors encouragée.

18Il faut toutefois attendre les années 1950-1955, pour que, grâce à l’élan donné par le plan Schuman, les premiers pas vers la coopération franco-allemande soient faits. L’accroissement des échanges entre les deux pays, dans le cadre de la Communauté européenne du Charbon et de l’Acier, participe à l’intensification générale des relations commerciales qui se manifeste entre 1952 et 1954. Mais, des hésitations et des réticences semblent demeurer. Les projets franco-allemands de coopération sont en panne. La signature des accords de Paris, à la fin de l’année 1954, doit enfin permettre le règlement de l’épineuse question sarroise et la relance des relations bilatérales.

19Les années 1945-1955 sont donc celles qui voient s’opérer une évolution, lente d’abord, faite de pas en avant et de retours en arrière, puis plus rapide, à partir de 1950, dans le sens d’un rapprochement économique entre la France et l’Allemagne. Ces années restent, en tout cas, marquées par les problèmes de l’approvisionnement en charbon et du développement de la production d’acier, instruments essentiels encore de la puissance économique. Par conséquent, nous tenterons, dans cette étude, de mieux saisir le rôle des relations économiques franco-allemandes à la fois dans le cadre de l’évolution de la situation internationale après la seconde guerre mondiale et dans celui de la reconstruction des économies des deux pays, en développant notamment certains aspects encore peu étudiés (comme les relations d’affaires). Il s’agit en fait d’essayer de comprendre comment les ennemis d’hier passent en moins de dix ans « de l’occupation à la coopération ».

Notes

1 Soutou Georges-Henri, « Frankreich und die Deutschlandfrage 1943 bis 1945 », dans : Volkmann H.-E. (Hg.), Ende des Dritten Reiches - Ende des Zweiten Weltkriegs. Eine perspektivische Rückschau, Piper, Munich, Zurich, 1995, p. 78, et cf. chapitre 1.

2 Poidevin Raymond, « La politique allemande de la France en 1945 », dans : Vaïsse M. (dir.), 8 mai 1945 : la Victoire en Europe, p. 221-222 et 229.

3 Castillon Richard, Les réparations allemandes-Deux expériences : 1919-1932 et 1945-1952, PUF, Paris, 1953, p. 79, et Fisch Jörg, Reparationen nach dem Zweiten Weltkrieg, Verlag C. H. Beck, Munich, 1992, p. 36-39.

4 Bitsch Marie-Thérèse, « Un rêve français : le désarmement économique de l’Allemagne (1944-1947) », Relations Internationales, n° 51, automne 1987, p. 314.

5 Ibid., p. 317.

6 Soutou Georges-Henri, « Le général de Gaulle et l’URSS, 1943-1945 : idéologie ou équilibre européen », Revue d’Histoire diplomatique, n° 4, 1994, p. 333.

7 Fritsch-Bournazel Renata, « Frankreich und die deutsche Frage (1945-1949) ». dans : Fischer Alexander (Hg.), Die deutsche Frage und die Anfänge des Ost-West-Konflikts (1945-1949), Göringer Arbeitskreis n° VII, Duncker und Humblot, Berlin, 1984, p. 87.

8 Poidevin Raymond, « La France et le charbon allemand au lendemain de la deuxième guerre mondiale », Relations Internationales, n° 44, hiver 1985, p. 366.

9 Gerbet Pierre, Le relèvement (1944 -1949), Imprimerie Nationale, Paris, 1991, p. 142.

10 Ibid., p. 143.

11 Cf. chapitre 2.

12 Hudemann Rainer, « L’occupation française en Allemagne - Problèmes généraux et perspectives de recherche », dans : Ménudier H. (Dir.), L’Allemagne occupée (1945-1949), p. 230.

13 Willis Frank Roy, The French in Germany (1945-1949), Stanford, 1962, p. 126.

14 François-Poncet Jean, La politique économique de l’Allemagne occidentale, Sirey, Paris, 1970, p. 29 et 38.

15 Rioux Jean-Pierre, La France de la IVe République, vol. 15 : « L’ardeur et la nécessité (1944-1952) », collection « Points », Seuil, Paris, 1980-1983, p. 179.

16 Entre autres : Grosser Alfred, La IVe République et sa politique extérieure, Colin, Paris, 1967 ; Rioux Jean-Pierre, La France de la IVe République, vol. 15 : « L’ardeur et la nécessité (1944-1952) » et vol. 16 : « L’expansion et l’impuissance (1952-1958) », collection « Points », Seuil, Paris, 1980-1983 ; Bloch-Lainé François et Bouvier Jean, La France restaurée (1944-1954), Paris, 1986 ; Gerbet Pierre, Le relèvement (1944 -1949), Imprimerie Nationale, Paris, 1991.

17 Entre autres : Schwarz Hans-Peter, Die Ära Adenauer-Gründungsjahre der Republik (1949-1957), Stuttgart, 1981 ; Piétri Nicole, L’Allemagne de l’Ouest (1945-1969). Naissance et développement d’une démocratie, SEDES, Paris, 1987 ; Poidevin R. et Schirmann S., Histoire de l’Allemagne, collection « Nations d’Europe », Hatier, Paris, 1992.

18 Entre autres : Bonin Hubert, Histoire économique de la IVe République, Economica, Paris, 1987 ; Eck Jean-François, Histoire de l’Économie française depuis 1945, Armand Colin, Paris, 1990 ; François-Poncet Jean, La politique économique de l’Allemagne occidentale, Sirey, Paris, 1970 ; Abelshauser Wemer, Wirtschaftsgeschichte der B.R.D. 1945-1980, Suhrkamp Verlag, Francfort, 1983 ; Schneilin Gérard et Schumacher. Horst, Économie de l’Allemagne depuis 1945. Histoire et structures, collection « Cursus », A. Colin, Paris, 1992.

19 Ces deux ouvrages restent cependant fondamentaux : Ziebura Gilbert, Die aeutschfranzösischen Beziehungen seit 1945. « Mythen und Realitäten », Neske, Pfullingen, 1970 ; Poidevin R. et Bariéty J., Les relations franco-allemandes (1815-1975), collection « U », A. Colin, Paris, 1977.

20 Principalement : Bilger François, « Les relations économiques franco-allemandes de 1945 à 1971. Bilan et perspectives », Revue d’Allemagne, tome IV, n° 3, juillet-septembre 1972, p. 649-674 ; Menyesch D. et Uterwedde H., Strukturprobleme der deutschfranzösischen Wirtschaftsbeziehungen, Deutsch-Französisches Institut, Ludwigsburg, 1976 ; Küsters Hanns-Jürgen, « Deutsch-französische Wirtschaftsbeziehungen in den Anfängsjahren der Europäischen Gemeinschaft », Revue d’Allemagne, tome XX, n° 3, juillet-septembre 1988, p. 274-296.

21 « Les relations économiques franco-allemandes », Revue d’Allemagne, tome XXIII, n° 1, janvier-mars 1991 ; Poidevin Raymond (Dir.), « Les relations économiques franco-allemandes au xxe siècle », Actes du Colloque international tenu à Strasbourg les 17-19 juin 1993, Revue d’Allemagne, tome XXV, n° 4, octobre-décembre 1993 ; Scholz Werner (Hg.), Aspekte der deutschfranzösischen Wirtschaftsbeziehungen - Aspects des relations économiques entre la France et l’Allemagne (1945-1957), Leipziger Jniversitätsverlag, 1993 ; Wilkens Andreas (Hg.), Deutschfranzösische Wirtschaftsbeziehungen/Les relations économiques franco-allemandes (1945-1960), Actes du Colloque international tenu à l’Institut historique allemand de Paris les 8-10 décembre 1994, Jan Thorbecke Verlag, Sigmaringen, 1997.

22 Hüser Dietmar, Frankreichs « doppelte Deutschlandpolitik » - Konzeptionen, Instruktionen und Realisationen im Spannungsfeld innen- und aussenpolitischer Wechselwirkungen (1944-1950), Duncker und Humblot, Berlin, 1996 ; Köchling Martina, Demontagepolitik und Wiederaufbau in Nordrhein-Westfalen, Klartext Verlag, Essen, 1995 ; Warner Isabel, Steel and Sovereignty. The Déconcentration cf the West German Steel Industry (1949-1954), Verlag Philipp von Zabem, Mayence, 1996.

23 Quelques éléments toutefois notamment dans : Daviet Jean-Pierre, Une multinationale à la française. Histoire de Saint-Gobain (1665-1989), Fayard, Paris, 1989 ; Mannesmann AG (Hg.), Kontinuität im Wandel. 100 Jahre Mannesmann (1890-1990), Düsseldorf, 1990.

24 L’ouvrage de Henri Rieben : Des ententes de maîtres de forges au Plan Schuman, Genève, nouvelle édition, 1970, est déjà ancien. Plus récemment, on peut cependant noter celui de John Gillingham : Coal, steel, and the rebirth of Europe (1945-1955). The Germans and French from Ruhr conflict to economic Community, Cambridge University Press, 1991, et celui de Dirk Spierenburg et Raymond Poidevin : Histoire de la Haute Autorité de la Communauté européenne du Charbon et de l’Acier : une expérience supranationale, Bruylant, Bruxelles, 1993, qui aborde aussi ces aspects, ou encore les études suivantes : Micche Philippe, « Les sidérurgistes et le Plan Schuman : l’apparence d’un affrontement et la réalité d’une mutation », dans ; Les critiques du Plan Schuman, Actes du Colloque d’Aix-la-Chapelle, p. 305-318 ; Palayret Jean-Marie, « Jean Monnet, la Haute Autorité de la CECA face au problème de la reconcentration de la sidérurgie dans la Ruhr (1950-1958) », Revue d’Histoire Diplomatique, vol.3-4, 1991, p. 305-348 ; Kipping Mathias, « Les tôles avant les casseroles. La compétitivité de l’industrie française et les origines de la construction européenne », dans : Entreprise et Histoire, n° 5, 1994, p. 73-93.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540