Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les relations économiques franco-allemandes de 1945 à 1955

 | 
Sylvie Lefèvre

Préface

Georges-Henri Soutou

Texte intégral

1Les relations économiques franco-allemandes et leur développement considérable de 1945 à 1955 : il s’agit d’une réalité européenne essentielle, dans une période cruciale. Ce développement contribua à permettre de surmonter les conséquences de la guerre dans les relations franco-allemandes et prépara en profondeur le Marché commun de 1957. Si en effet on n’était pas passé entre les deux pays, aussi dans le domaine économique, de l’occupation à la coopération, il n’y aurait pas eu de réelle réconciliation franco-allemande et la CEE aurait été impossible. L’exceptionnel travail de Sylvie Lefèvre nous fait prendre conscience, comme jamais auparavant, de l’importance historique de cet enchaînement quasi miraculeux, qui substitua l’interpénétration des deux économies à leur affrontement, qui favorisa le rapprochement entre les deux pays et qui permit le lancement de la construction européenne.

2Mais ce travail nous fait prendre également conscience de l’interaction de deux phénomènes majeurs et apparemment contradictoires des relations franco-allemandes de l’après-guerre : la dureté au départ et ensuite la persistance des objectifs français contre l’ancien adversaire, dans le domaine politique mais aussi dans le domaine économique, plus longtemps qu’on ne le croit souvent, et en même temps la précocité du mouvement de rapprochement irrésistible entre les deux économies, sous l’effet de forces profondes à l’œuvre depuis le xixe siècle et de nouveau efficaces dès la fin de la guerre. L’apparente contradiction entre le poids très lourd des arrière-pensées françaises, hostiles jusqu’en 1950 et même jusqu’en 1954, et les forces irrésistibles qui poussaient au rapprochement économique dès 1945 se résout dans l’analyse des différents niveaux temporels de cette histoire : celui, rapide et changeant, des décisions et des orientations gouvernementales politiques et économiques, celui, beaucoup plus lent et permanent, des mouvements de fond de l’économie. La façon dont Sylvie Lefèvre passe de l’un à l’autre, en maniant les archives d’État mais aussi les archives des sociétés privées, toutes indispensables, est un modèle de méthode.

3Suivons le récit : jusqu’en 1947-1948, la France poursuivit en effet une politique de contrôle et d’exploitation de l’économie de sa zone d’occupation fort incisive. Le but était clair : rendre l’économie de la zone d’occupation française complémentaire de l’économie française, de façon à préparer et à faciliter l’établissement de liens étroits entre la France et la rive gauche du Rhin, c’est-à-dire, disons-le, de façon à aboutir à une quasi-annexion de la Rhénanie, objectif politique fondamental depuis 1943 et jusqu’en 1946-1947. Quant à la Ruhr, son contrôle international avec une forte influence de Paris devait bien sûr contribuer au désarmement de l’Allemagne, mais devait aussi permettre à la sidérurgie française d’occuper la première place en Europe.

4D’ailleurs les Français menèrent encore au-delà un combat retardateur, alors qu’en 1947-1948, avec la guerre froide, la question allemande avait changé de nature, alors que Londres et Washington faisaient désormais du relèvement économique de l’Allemagne un levier capital de leur politique européenne. Ce combat retardateur, dans certains domaines, se poursuivit jusqu’en 1949 et même 1950, puisque par exemple pour Paris la Communauté européenne charbon-acier, certes point de départ d’une Europe supranationale, n’était pourtant pas exclusive d’un contrôle étroit sur l’industrie de la Ruhr. D’autre part la CECA s’inscrivait dans la stratégie sidérurgique française depuis la guerre : il s’agissait toujours d’assurer à la sidérurgie française le premier rang en Europe. Dans ce contexte bien sûr la question de la Sarre était cruciale : seul son rattachement économique pouvait permettre à Paris d’atteindre cet objectif, car sa production houillère compensait le déficit français et pourrait supprimer la faiblesse structurelle de l’économie française depuis le xixe siècle, qui était l’insuffisance des ressources énergétiques. Ce fut au sujet de la Sarre que les objectifs français primitifs se maintinrent le plus longtemps : ce n’est en effet qu’en 1956 que le problème sarrois fut définitivement réglé. Jusque-là il avait compromis ou au moins freiné les possibilités de rapprochement entre les deux pays.

5Mais inversement, et la concomitance des deux mouvements est fascinante, dès la fin 1946 les nécessités économiques (le problème du charbon de la Ruhr, dont la France avait désespérément besoin, mais qui était dans la zone britannique, la surexploitation et l’appauvrissement de la zone française) reprirent le dessus sur le primat de la politique, des considérations de sécurité et de la volonté punitive. La France dut commencer à évoluer et à se rapprocher des conceptions très différentes des Anglais et des Américains, qui considéraient que le plus urgent était de relever l’économie de l’Allemagne, atelier de l’Europe. En outre à partir de 1948 on vit apparaître le « facteur Europe » dans les réflexions françaises à propos de l’ancien Reich, y compris sur le plan économique. Le gouvernement français reprenait là à son compte des idées exposées dès 1943 par Jean Monnet, mais jusque-là largement en vain : les vrais problèmes de l’après-guerre ne seraient pas des problèmes de sécurité de type classique, le contrôle de tel fleuve ou de telle province, mais les questions économiques à l’échelle de l’Europe.

6On admit désormais que le cadre européen, y compris sur le plan économique, était le seul à l’intérieur duquel la France pouvait espérer encore jouer un rôle, même si bien sûr on n’abandonnait pas l’espoir de diriger le futur ensemble européen et par là de continuer à contrôler l’Allemagne. En fait Paris se trouvait pris entre des objectifs politiques auxquels il ne renonçait que difficilement, et des réalités économiques de plus en plus contraignantes.

7D’autre part dès 1946 certains industriels français entrèrent en contact avec leurs homologues allemands. A partir de là, à partir des contacts entre sociétés et du développement des flux commerciaux, les forces profondes jouèrent, et dès 1952 les relations commerciales entre les deux pays devinrent, pour l’un comme pour l’autre, essentielles. Pourtant les autorités françaises avaient du mal à l’admettre, leur dirigisme, leur méfiance à l’égard des initiatives privées freinaient ce processus. On est frappé de voir à quel point les Français ont chevauché des nuées, jusqu’en 1950 ! Par contraste on ne peut que souligner l’esprit d’initiative des Allemands dès 1948-1949 : ils retrouvèrent progressivement l’ascendant traditionnel des firmes allemandes depuis la fin du xixe siècle et pratiquèrent un libéralisme conquérant.

8Il en allait de même dans les négociations commerciales permanentes entre les deux pays, la France défendant ses intérêts agricoles, l’Allemagne cherchant à éliminer les obstacles à ses exportations industrielles en France et outre-mer, tout en maintenant les liens avec ses fournisseurs agricoles traditionnels afin de conserver ses débouchés et de protéger son agriculture. On est frappé de voir comment, dès 1949, l’Allemagne reprit l’ascendant dans ces négociations.

9Il faut attendre cependant les accords franco-allemands de 1954, à l’occasion des accords de Paris qui mirent un terme à la malheureuse affaire de la CED, pour pouvoir parler réellement de coopération économique bilatérale entre les deux pays. Encore que, s’il y avait effectivement un volet économique des accords de Paris, celui-ci n’aboutit vraiment qu’en 1956, une fois réglée l’affaire sarroise (il est clair qu’avant ce règlement tous les projets de coopération étaient frappés de précarité) et dans le contexte tout à fait nouveau de l’automne 1956, avec les crises de Suez et de Hongrie qui relancèrent la volonté européenne à Paris et à Bonn. Là tout se débloqua, et on passa de la problématique bilatérale de 1954 à celle de la préparation des traités de Rome. On peut même dire que l’auteur révèle la signification profonde initiale du Marché commun, dans le contexte de l’époque et la continuité des négociations commerciales franco-allemandes depuis 1948 : celle d’un échange de produits agricoles français contre des produits industriels allemands. L’évolution ultérieure de la CEE ne doit pas cacher en effet le fait que son inspiration initiale était encore, pour beaucoup de responsables français, certes novatrice mais en même temps plongeait ses racines dans l’évolution traditionnelle des rapports économiques franco-allemands depuis le xixe siècle.

10Élément essentiel de la réconciliation entre les deux pays, étape fondamentale dans les origines de la construction européenne, telle fut la signification du rapprochement économique franco-allemand après 1945.

Auteur

Professeur à l’Université de Paris IV – Sorbonne

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540