Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les relations économiques franco-allemandes de 1945 à 1955

 | 
Sylvie Lefèvre

Remerciements

Texte intégral

1Le texte de cet ouvrage est issu d’une thèse de doctorat nouveau régime préparée sous la direction de Monsieur le Professeur Georges-Henri Soutou et soutenue le 7 décembre 1996 à l’Université de Paris IV-Sorbonne. Le jury était présidé par Monsieur le Professeur Raymond Poidevin. Il se composait de Messieurs les Professeurs Georges-Henri Soutou (rapporteur), Rainer Hudemann, Michel Hau et François Caron. À tous, mes sincères remerciements.

2Je tiens aussi à témoigner ici toute ma gratitude à Monsieur le Professeur Georges-Henri Soutou qui, après avoir suivi mes travaux de maîtrise et de DEA, a accepté de diriger cette thèse de doctorat. Que sa grande disponibilité, ses conseils, ainsi que la confiance et le soutien qu’il m’a témoignés durant ces années, riches d’expériences et d’enseignements, soient très sincèrement remerciés. Je voudrais exprimer ma reconnaissance à Monsieur le Professeur Raymond Poidevin pour m’avoir invitée à participer aux programmes de recherche menés sous sa direction et aux colloques franco-allemands de Berlin et Strasbourg, qui en étaient le corollaire.

3Ma gratitude va tout particulièrement à Madame Sandrine Einhorn-Heiser, responsable du Centre des Archives de l’Occupation française en Allemagne et en Autriche à Colmar, pour son accueil chaleureux et son concours. Je tiens à remercier également Madame Dijoux des Archives du ministère de l’Économie, des Finances et de l’Industrie, Monsieur Henri Rieben de la Fondation Jean Monnet à Lausanne, Monsieur Jean-Marie Palayret des Archives historiques des Communautés européennes à Florence, ainsi que tous les archivistes français et allemands qui m’ont aidée dans mes recherches.

4Enfin, que soient remerciés toutes celles et ceux, parents et amis, français et allemands, qui ont suivi mon travail et m’ont soutenue de leurs encouragements et de leurs conseils. Je pense ici tout particulièrement à ma maman, qui n’a pas hésité à mettre ses talents de dactylographe à ma disposition, et à Corine Defrance, qui a accepté avec beaucoup de gentillesse la tâche ingrate de la relecture. Je reste cependant seule responsable de toutes les imperfections de ce texte.

5Arcueil, novembre 1997.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540