Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La France, l’aide américaine et la construction européenne 1944-1954. Volume II

 | 
Gérard Bossuat

Sources

Texte intégral

Cet ouvrage repose sur l’exploitation d’archives publiques et privées consultables au Ministère des Finances, aux Archives Nationales, aux Archives départementales de l’Aveyron, au Quai d’Orsay, à la FNSP, à la Fondation Jean-Monnet pour l’Europe (Suisse), à l’OURS, à l’Institut Pierre-Mendès-France.

LES ARCHIVES ÉCRITES

La masse de la documentation est immense. On peut faire appel à Jean-Baptiste Duroselle pour comprendre qu’il est sans doute impossible de tout consulter, en raison de « l’hypertrophie croissante » de la masse documentaire en histoire contemporaine. « Car quiconque », dit-il, « prétend avoir tout consulté commet le péché d’hypocrisie, pour ne pas dire plus »1.

Télégrammes diplomatiques, notes diverses, laissent penser que rien n’échappera à la sagacité du chercheur. Pourtant, il faut se détromper. L’événement important n’est-il pas noyé dans l’abondance ? Tout est-il dit ? On sait que beaucoup d’affaires se traitaient par téléphone. De ces conversations il ne reste rien. Ce qui est vrai pour les sources britanniques Test aussi pour les sources françaises et nous nous reconnaissons pleinement dans l’affirmation d’un historien anglais, Antony Adamthwaite2 qui souligne comme Jean-Baptiste Duroselle le nombre énorme de dossiers à compulser mais de plus que « les quantités de conversations téléphoniques non enregistrées font que pratiquement personne ne peut à partir des archives préciser dans le détail le déroulement des événements ».

Le contenu des télégrammes diplomatiques est succinct, sans épaisseur, terne souvent. Les intentions profondes des auteurs sont cachées. L’information est parcellaire, corrigée parfois les jours suivants. Il faut donc rechercher des séries. Parfois le Service d’Information et Presse du Quai d’Orsay (SIP) résume un dossier. C’est une aubaine mais il tait les conflits entre les services ; intéressantes aussi les lettres circulaires signées du ministre des Affaires étrangères aux postes diplomatiques, fixant clairement une politique. Les attachés financiers et commerciaux à Londres et Washington écrivent beaucoup. Leurs bilans retracent parfois la genèse et les développements d’une question. Mais les notes synthétiques, historiques sont rares. Les diplomates vivent sur le court terme. Ils n’expriment guère de réflexion d’ensemble sur une politique. Seuls Monnet et parfois Alphand dans de longues notes aux ministres inventent des solutions nouvelles d’ensemble. Certaines notes du Ministère des Affaires Étrangères résument souvent des débats qui ont eu lieu dans les ministères techniques. Ces compte-rendus sont précieux puisqu’ils nous rapportent des positions, des réactions, des intentions que nous ignorerions à moins de consulter les archives des ministères techniques. Certes rien ne nous garantit l’exactitude du compte-rendu. Nous possédons souvent des compte-rendus de réunions préparatoires aux négociations internationales où sont représentés les différents ministères. Au Comité Économique Interministériel (CEI) par exemple, ministres et Président du Conseil réagissent à un problème immédiat, parfois s’affrontent. On obtient ainsi des informations de première main. Il est donc possible de comprendre de quelle façon une décision est élaborée par les services de l’État. Il est plus difficile de connaître la réaction d’un ministre que d’un haut fonctionnaire. Quelle chance quand on trouve une note d’Alphand, de Guindey, de Bloch-Lainé ou de Monnet signée et approuvée par le Ministre !

Archives publiques.

Au Quai d’Orsay, outre les archives stratégiques du Secrétariat Général que nous n’avons pas pu consulter, il existe une direction très importante pour les affaires économiques internationales : la Direction des Affaires économiques, financières et techniques, dirigée pour la période qui nous concerne par Hervé Alphand, puis par Pierre Charpentier. Ses archives nous ont été ouvertes, grâce aux bons soins de M. Dethan, Conservateur en chef des Archives du Quai d’Orsay et de M. Bergès, Conservateur. Elles sont fondamentales. Il s’agit de la série CE qui a été classée depuis sous la cote CE/DE3. J’ai dépouillé 61 cartons : CE O3 à CE 20, CE 44 à CE 56, CE 62 à CE 85, CE 89 à CE 91, CE 334 à CE 336. Les renseignements les plus variés et les plus décisifs se trouvent dans cette série.

A côté de ces archives spécifiques des Affaires économiques, il faut consulter les archives des Affaires politiques, celles des sous-directions d’Europe et d’Amérique qui contiennent aussi des éléments utilisables pour une recherche en histoire économique, à forte connotation politique : série Guerre 1939-1945, Alger, CFLN-GPRF, et Guerre 1939-1945, Londres, CNF. 18 cartons ont été vus. La série Y International, 1944-1949 contient des dossiers sur les questions économiques internationales. 65 dossiers ont été vus : YI, 1944-1949, 19, 84 à 86, 117, 122 à 125, 128 à 133, 167, 177, 185, 186, 201, 202, 207 à 209, 227 à 232, 300 à 304, 309, 323 à 327, 361, 366 à 368, 369, 371 à 376, 381 à 384, 399 à 401, 652 à 655, 667-668. La série Z Europe 1944-49 traite des questions européennes par pays. Elle permet d’aborder les questions bilatérales. J’ai consulté 38 dossiers : Z EU 1944-49, Généralités, 4, 5, 10 à 14, 17, 20 à 27. Z EU 1944-49, Italie, 87 à 91. Z EU 1944-49, Sarre, 39, 40, 63. Z EU 1944-49, Suisse, 19. Z EU 44-49, Belgique, 47 et 48. Z EU 1944-49, Pays-Bas, 12 à 14. Z EU 1944-49, Grande-Bretagne, 29 à 31, 35 à 40, 51. La série Europe 1949-1955 donne accès aux documents portant sur l’intégration européenne. J’ai pu consulter 48 dossiers : EU 1949-55, Généralités, 11, 15, 21, 32, 64 à 69, 85 à 102. EU 1949-1955, Sarre, 139 à 141, 199 à 203, 305. EU 1949-1955, Suisse, 14, 18, 22, 23. EU 1949-55, Italie, 30 à 33, 72, 73. EU 1949-55, Luxembourg, 5 et 6. EU 1949-55, Pays-Bas, 24.

La série B Amérique 1944-1952, sous-série États-Unis est particulièrement bienvenue. J’ai consulté 37 cartons : B Amérique 1944-52, États-Unis, 17, 18, 115 à 117 ; 119 à 130 ; 163, 164 ; 231 à 237 ; 245 à 256. Les archives françaises ont été complétées par la consultation des Foreign Relations of the United States, 1947-1948-1949.

Les archives du ministère des Finances étaient très intéressantes à cause du rôle joué par la Direction du Trésor et par celle des Finances extérieures. Il semble bien que les archives de la Direction des Relations Économiques Extérieures aient été perdues corps et bien à moins qu’elles ne gisent en des endroits inaccessibles encore aux chercheurs. Néanmoins, j’ai pu consulter aux Finances 92 cartons, grâce à la pertinente attention de Mme Dijoux, archiviste-documentaliste : B 880, 882, 883 ; B 8279, 8285, 8799, 8829, 8853, 8867, 8871, 8875, 8902 ;B 9890 ; B 10861, 10862, 10863, 10874, 10875, 10878, 10886, 10891, 10892, 10903, 10916, 10879, 10917, 10919, 10920, 10927 ; B 16020, 16021, 16023, 16022, 16024 ; B 17395/398 ; B 18220, 18221, 18253, 18254 ; B 19260, 19261, 19273, 19277, 19951 ; B 25434 ; B 33017, 33213, 33283, 33284, 33285, 33430, 33435, 33436, 33459 ; B 33507, 33508, 33509, 33510, 33648, 33687, 33688, 33689, 33690. B 33701, 33719, 33720, 33721, 33722, 33725, 33854, 33887, 33917, 33922, 33923, 33925. B 34052, 34135 ; B 41485, B 42255, B 42268, B 44164 ; 1 A 405, 5 A 13, 14, 15, 21, 22, 72, 76.

Les Archives Nationales sont importantes parce qu’elles disposent de la série F 60. Je dois à la compréhension de Monsieur Cézard, ancien conservateur en chef de la Section contemporaine, puis à celle de Madame Chantai Tourtier-Bonazzi, son successeur, d’avoir pu consulter le fonds F 60 ter, alors en cours de classement. Ce fonds rassemble les archives du SGCI. On mesure l’importance de ce fonds pour notre propos puisque le SGCI concentrait la correspondance entre le gouvernement Français et l’ECA ou les organisations européennes. Ce fonds permet d’avoir une vue d’ensemble de l’aide américaine à la France et à ses Territoires d’Outre-Mer. Ce fonds n’avait jamais été exploité. Échappent toutefois au SGCI les questions militaires à cause de la volonté du Secrétariat général de la Défense Nationale de couvrir du secret-défense ce qui touche aux Forces armées. L’autorisation de consultation n’a été donnée que jusqu’en 1951 et partiellement pour 1952. Les cartons du SGCI, fonds F 60 ter sont nombreux. J’ai consulté plus de cent cartons dont il serait inutile de donner le détail. Le fonds F 60 est soumis à dérogation pour l’après-guerre. Il est constitué d’archives variées de cabinets de la Présidence du Conseil. 15 cartons ont été consultés. F 60 672, 692, 697, 898, 902 à 904, 922 ; 925, 927, 1003, 1004 ; 1007, 1387, 1392. Le fonds F12 provient du Ministère de l’Industrie et du Commerce. Le caractère très pointu de la documentation n’a pas permis une utilisation aussi heureuse de cette source pour les relations internationales. Les 37 cartons consultés ont été F12 10320 à 10336, 10337 à 10339, 10343 à 10345, 10356 à 10359, 10362 à 10366, 10371, 10373, 10470, 11022, 11801. On trouve à Fontainebleau des archives non classées et complémentaires du fonds F 12. J’ai consulté une dizaine de cartons. Le fonds F 10 du Ministère de l’Agriculture offre des possibilités intéressantes concernant la politique extérieure de la France. Les 54 cartons consultés ont été F 10 5568 à 5571, 5607, 5625, 5632, 5642, 5649, 5656, 5661 à 5705 (sur dérogation). Les archives du Commissariat Général du Plan, ou ce qu’il en reste ont été rassemblées sous la cote 80 AJ. J’ai consulté 12 cartons : 80 AJ 3 à 7, 13, 14, 17, 18, 77, 78, 80. La meilleure source sur le premier Plan reste encore les Archives de Jean Monnet à Lausanne. Le fonds 81 AJ, consultable sur dérogation concerne le Plan Schuman, la Sarre, la ratification du traité de CECA.

Archives privées.

Ces archives sont très importantes dans certains cas. Elles contiennent des documents d’État et des notes personnelles de responsables politiques de premier plan quand il s’agit de René Mayer, de Paul Ramadier ou de Georges Bidault. Certains responsables politiques de l’époque n’ont pas déposé leurs archives, ainsi Maurice Pestche. On peut le regretter.

J’ai pu consulter les fonds suivants : René Mayer (aux Archives Nationales) : 363 AP 3, 5 à 10, 17, 19 à 21, 23 à 25, 27 à 38. Raoul Dautry : 307 AP 269 à 274 (Archives Nationales). Paul Devinat : 404 AP 1 à 3, 11, 12, 19 à 23, 26, 27, 30, (Archives Nationales). Pierre-Olivier Lapie : 331 AP 1, manuscrit de son journal (Archives Nationales). Paul Ramadier aux Archives départementales de l’Aveyron : 52 J. Le fonds est très riche. Il couvre la période où Ramadier était Président du Conseil jusqu’au ministère des Finances en 1956-1957. Georges Bidault : 457 AP 20 à 25, 28 à 31, 38 à 41, 44 à 46, 79 (Archives Nationales). Jean Monnet : AMF, AMG, AMI, AMJ, à la Fondation Jean Monnet pour l’Europe, à Lausanne (ferme de Dorigny). Le classement est parfait. Les Archives Nationales disposent d’une mauvaise copie de ce fonds sur micro-fiches. Paul Reynaud : 74 AP, 30 à 34, 36, 47, 48, 49 à 57, 64, 65, 66, 68, 76 à 81, 93 (Archives Nationales). André Philip : 72 AJ 567 (Archives Nationales). Léon Blum : 4 BL 1 à 6, 11, 12, à la Fondation Nationale des Sciences politiques. Guy Mollet : on peut trouver à l’OURS, des sources imprimées sur Guy Mollet et sur la SFIO. Papiers René Massigli : au Quai d’Orsay, un seul dossier m’a été communiqué. Fonds du MRP et de l’UDSR : MRP 350 AP, 15 à 20 (Archives Nationales). UDSR 412 AP 4 et 56, (Archives Nationales). Correspondance privée d’Henri Bonnet (Quai d’Orsay). Crédit National : Sur l’aide Marshall, quelques dossiers importants subsistent de cette période, le reste a, dit-on, été détruit en 1962. Fonds Pierre Mendès France : le fonds magnifiquement installé (Institut Pierre Mendès France) et bien classé, offre au chercheur sa moisson de documents personnels ou d’ouvrages de référence. Le fonds se présente sous la forme de cartons classés par année. Vincent Auriol (FNSP) : 4 AU 23, 31, 39, 55, 57, 70, 72, 87, 91, 92, 93. Banque de France : Il a été impossible d’obtenir communication des dossiers sur les négociations économiques extérieures et donc sur le Plan Marshall, pas plus que les procès-verbaux des délibérations du Conseil Général de la Banque.

LES ARCHIVES ORALES

Elles proviennent soit du travail antérieur d’historiens soit d’entretiens que j’ai menés avec des personnalités qui ont joué un rôle dans la politique extérieure de la France à partir de 1945.

L’historienne Georgette Elgey a constitué une documentation importante, entre 1963 et 1968, quand elle a écrit ses ouvrages sur la IVe République. J’ai pu consulter ces interviews grâce à sa parfaite obligeance : Jean Monnet, François Fontaine, J. P. Delcourt, Jacques Van-Helmont, Thierry de Cler-mont-Tonnerre, Pierre Lebrun, Pierre Uri, Henri Queuille, P. Chaussade, Edgar Faure, Jacques de Bourbon-Busset, René Pleven, le général Revers, Emile Noël, David Bruce, Donald Mac-Grew, René Mayer, Pierre Mendès France, François Mitterrand, Stanley Cleveland, Henri Bonnet, Alfred Gros-ser, Michel Debré, Etienne Hirsch, Léon Pignon, Maurice Schumann, Edmond Michelet, Edmond Naegelen, Félix Gouin, Lebrun-Keris, Pierre Viansson-Ponté, Robert Buron, André Marie, Jacques Duhamel.

L’historien Antoine Marès a réalisé une série d’entretiens avec des personnalités qui ont connu Monnet. Ces entretiens sont disponibles à Lausanne à la Fondation Jean Monnet pour l’Europe.

E. Bjøl dans son ouvrage sur : La France devant l’Europe, la politique européenne de la IVe République (Munksgaard, Copenhague, 1966), a publié en annexe les comptes-rendus de ses entretiens avec un certain nombre de personnalités françaises sur la construction européenne dans les années cinquante en particulier sur la CED.

Entre 1982 et 1987, j’ai rencontré 28 anciens responsables de la politique économique extérieure de la France des années 1945-1952 ou leurs proches : Jean-Marcel Jeanneney, Pierre Pflimlin, Jean-Pierre Brunet, Gaston Cusin, Jean Filippi, Claude Tixier, François Bloch-Lainé, Guillaume Guindey, Eugène Claudius-Petit, Guy de Carmoy, Pierre Uri, Jean Guyot, François Fontaine, Pierre Ledoux, Robert Marjolin, Madame René Mayer, Christian Valensi, Pierre-Paul Schweitzer, Bernard de Margerie, Bernard Clappier, François Valéry, Madame Nina Ivanoff, Philippe Huet, Madame Moussa, Christian Pineau, Maurice Faure, Claude Gruson, Maurice Schumann. Ces entretiens, fructueux humainement et intellectuellement, ne permettent pas de faire un travail complet d’historien. Mais ils montrent mieux que des papiers comment les décisions ont été prises. Ils restituent une ambiance souvent essentielle à connaître pour apprécier avec justesse et finesse les ressorts d’une politique. Les conclusions auxquelles je parviens sont donc issues d’une mise en perspective des sources d’archives écrites par les sources orales et réciproquement. Les témoignages viennent redresser un jugement trop rationnel né de la fréquentation des sources écrites qui néanmoins sont, à mon sens, primordiales.

L’INA dispose, on le sait, d’un fonds tout à fait remarquable de documents audiovisuels sur la reconstruction et la modernisation de la France, sur le plan Marshall. Ces fonds sont d’un accès impossible pour les chercheurs sans appui financier important.

Notes

1 Jean-Baptiste Duroselle, Clemenceau, Fayard, 1988, p. 953

2 Relations Internationales 55, automne 1988, p. 277, « Eden, le Foreign Office et l’élaboration de la politique étrangère » ; il cite Lord Greenhill of Harrow, former head of the FCO, The Times, 7 may 1977.

3 Il n’y a pas hélas de corrélation entre l’ancien et le nouveau classement.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter