Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La France, l’aide américaine et la construction européenne 1944-1954. Volume II

 | 
Gérard Bossuat

Conclusion générale

Texte intégral

1Le chemin parcouru entre 1945 et 1954 par la France est immense. Elle s’est relevée économiquement, mais elle s’embourbe dans une guerre coloniale, et elle passe à côté d’un grand destin européen.

2L’enthousiasme de la Libération avait encouragé les desseins nationaux de relèvement, comme en témoignaient les préoccupations de Monnet ou les réflexions d’Alger du CFLN. L’appétit du peuple français pour la modernisation, pour une société nouvelle, fraternelle, plus riche, est sensible à travers les austères dépêches diplomatiques, ou les notes des fonctionnaires des Finances. Incontestablement un dynamisme de bon aloi inspire les décisions des modernisateurs. Pourtant on ne peut s’empêcher d’en ressentir les limites. Quelle place faire à l’étranger ? L’étranger, pourtant omniprésent au cours de l’épopée gaulliste et celle des Résistants, semble étrangement oublié comme si la France pouvait, par sa seule unité retrouvée et follement célébrée en août 1944, se régénérer aux seules sources nationales. Or paradoxalement la France, au moins celle qui transparaît dans les correspondances des ministères, attend une intervention de l’Amérique pour venir au secours de la France meurtrie mais éternelle. Au nom de la justice ? Au nom du droit des peuples victimes d’une abjecte tyrannie ? Il va de soi que l’Allemagne paiera puisqu’il ne fait aucun doute qu’elle est responsable de tant de malheurs. Il va de soi que les États-Unis comprendront les malheurs de la France.

3Mais les Français ont-ils mesuré la signification de leur échec de 1940 ? 1944 n’efface pas aux yeux des grandes puissances l’insigne faiblesse de 1940, ni la collusion ambiguë avec l’ennemi, que le sang des héros n’a pas tout à fait rachetées. La France croyait retrouver sa grandeur et son influence, or elle quête, noblement certes ! mais avec étonnement, de quoi vivre. Monnet lui-même croyait à la poursuite du Prêt-Bail, au flux bienfaisant des crédits américains.

4Qu’est-ce que cette modernisation sous influence, sinon la reconnaissance humiliante d’une incapacité à réaliser souverainement une politique d’adaptation au monde nouveau ? Après l’impuissance politique de 1938, militaire de 1940, voilà une autre impuissance, économique cette fois.

5La France entre alors dans le temps des obsessions. L’obsession principale c’est la modernisation par l’écrasement de l’Allemagne. La France se croit capable de remplacer la puissance allemande en Europe. Le moyen ? le charbon de la Ruhr et la création d’une grande sidérurgie en France avec sa cohorte d’industries d’aval. Le modèle « ouralien » hante les esprits. Il faut arracher le Benelux aux tentations allemandes et anglo-saxonnes et créer cette union douanière des pays victimes de l’Allemagne et de l’Italie sur le Continent, capable d’imposer la solution française. L’objectif français d’union européenne continentale a une triple fonction : assurer la croissance française dans un marché élargi, ce qui inquiète les Belges activement sollicités, mais peu désireux d’un tête-à-tête avec la France, frotter les entreprises françaises à une concurrence limitée, marginaliser politiquement et économiquement l’Allemagne pour des raisons de sécurité et de puissance économique. L’étranger est intéressant pourvu qu’il puisse profiter à la France. Ce fut la première politique européenne de la France, trahie plus par les Britanniques et les Belges que par les Américains. Si le Benelux ne soutint pas les Français, c’est qu’il était convaincu que les Anglais et les Américains avaient d’autres projets pour l’Europe et que les Allemands avaient cessé d’être des ennemis. Déjà s’élaborait par touches successives la stratégie de l’endiguement qui donnait un rôle déterminant à l’Allemagne.

6Puisque les Britanniques s’opposaient à une union continentale, pourquoi ne pas créer une union douanière avec eux et construire l’Europe sur le couple franco-britannique ? La France se tourna naturellement et avec confiance vers la Grande-Bretagne dès 1945. Compagnons d’armes dans les temps difficiles, les Anglais paraissaient plus aptes que les Américains à répondre aux ambitions françaises de modernisation. Les succès militaires britanniques donnaient de la Grande-Bretagne une image de grande puissance qu’elle n’était déjà plus. Les Français tentaient de renouer le fil rompu de juin 1940 comme si l’histoire pouvait être rejouée. Mais le monde a changé et Keynes dissuade la Trésorerie britannique de faire des efforts pour les Français. Les Français admettent même une Europe sous direction britannique qui ferait disparaître les états d’âme du Benelux. Ils proposent de rendre les deux économies complémentaires, mais se heurtent au silence britannique. Une première occasion de construire l’Europe a été perdue au lendemain de la guerre. Les comportements français n’inspiraient pas confiance, en raison de la faiblesse financière et économique de la France et des hésitations des Français sur leurs institutions. De plus, les Britanniques ne pouvaient renier trop vite la parole donnée aux Américains, condition du grand prêt de 1946 à la Grande-Bretagne, de favoriser la libération mondiale des échanges.

7La France est paralysée par la crainte d’être dépossédée de sa revanche économique sur l’Allemagne, d’être encore une fois la victime du militarisme allemand. Multipliant les revendications sur les justes réparations, sur l’accès au charbon allemand, sur l’éclatement politique de l’Allemagne, elle donne l’image d’une alliée insupportable. Elle ne « comprend » pas les enjeux internationaux nouveaux. Elle ne croit pas assez au danger soviétique. Bref, elle ne s’aligne pas. Comment dans ces conditions amener les Américains ou les nouvelles institutions financières et économiques internationales à donner à la France les moyens de son développement pour une finalité politique contestée par les Anglo-Saxons ? La contradiction était évidente. Seul Monnet l’avait sentie, lui qui demandait une modification de la politique allemande de la France.

8La France avait fait un geste pour amadouer Américains et technocrates financiers anglo-saxons chargés de reconstruire le monde. Elle avait ratifié avec dix-huit mois de retard les accords de Bretton-Woods et dévalué le franc en gage de bonne volonté. Les débats dans les services sur l’ouverture concrète de la France au commerce international ne laissaient guère de doutes sur les arrière-pensées de l’adhésion française aux principes de Bretton-Woods. Personne en France n’a de goût pour une aventure mettant en danger en péril la modernisation. Le protectionnisme transitoire triomphe dans les faits. Alléché par la promesse américaine de se pencher sur son sort, le gouvernement se rallie à l’ouverture au commerce mondial sous la condition d’une aide pour la modernisation. L’engagement n’est pas insignifiant, mais il n’a pas été profondément désiré. La promesse de libération était nécessaire pour réussir les négociations Blum-Byrnes. L’étranger s’imposait à la France dans cette période d’immédiate après guerre d’une façon qui n’entrait pas dans les prévisions françaises. De l’étranger viennent des principes d’action contestés en France, mais qu’il faut ratifier parce qu’ils accompagnent des secours indispensables. Secours utiles, mais qui mettent l’accent sur l’irréalisme des projets français de développement. Peut-on moderniser quand la population a besoin de pain ? Peut-on moderniser avec les principes de Bretton-Woods ? En fait la France a besoin de deux aides : aide d’urgence et aide à la modernisation. La France n’obtint pas les crédits de la modernisation lors des négociations Blum-Byrnes. Elle échoua dans sa politique allemande. 1947 est une année cruciale : année de doute à propos de la politique allemande, prise de conscience des chausse-trapes anglo-saxonnes, année de vérité sur l’économie française, mais année du discours de Marshall. C’est une année-vérité.

9Le discours français de politique étrangère reste pan-européen malgré les révélations de la Conférence anglo-franco-soviétique de juillet 1947, mais dans le secret des bureaux du Quai d’Orsay on admet la réalité. Dès lors l’ancienne politique allemande est condamnée. On tentera d’en sauver quelques restes par une Autorité Internationale de la Ruhr réduite au minimum. Une manière d’affirmer de vieilles vérités sur le danger allemand mais qui appelle d’autres comportements, puisque vient le temps de la coopération inter-européenne.

10Avec le plan Marshall vient aussi le temps de l’espoir. Espoir de sortir de la pénurie financière qui ralentit la modernisation, espoir aussi de contrôler l’Allemagne par l’OECE. Mais les Américains exigent l’unité des Européens. Comment articuler ce vœu avec les projets autocentrés du développement français ? Les années 1948 et 1949 mettent en place une Europe préparée à la nouvelle donne internationale, la guerre froide, contre le vœu profond des Français, mais qui sauve la modernisation. Le plan Marshall impose le principe de l’unité européenne. Les Français que l’idée intéresse si elle contribue à lever les difficultés de la modernisation vont au devant des Américains avec la proposition d’une union douanière européenne. Ils y cherchent la Grande-Bretagne et le Benelux, et c’est l’Italie qui arrive. Ils ne cesseront durant deux ans de rêver d’une Europe franco-britannique ou franco-« bénéluxienne ». Hélas ! la Grande-Bretagne se dérobe encore. Il aurait été plus facile de résister aux dangereuses pressions américaines dans ce cadre. La France ne désespérait point de faire avaliser une organisation concertée des marchés et des productions, confortables de son point de vue, cohérentes avec ses choix. Elle voulait une OECE forte et normative. De cette façon la France aurait pu construire une Europe plus autonome, pont entre l’Est et l’Ouest, mais alliée des États-Unis. Construire une Europe franco-britannique c’était faire entrer le continent dans les préférences impériales britanniques, qu’on critiquait seulement pour n’y avoir pas accès. C’était résoudre le problème du rapport de forces avec les États-Unis, éternels contestataires du protectionnisme même transitoire et des préférences impériales britanniques. C’était se préparer par étapes dans de meilleures conditions à l’ouverture des frontières que le GATT postulait ; c’était rassurer ce courant néo-libéral attaché après la modernisation à l’ouverture sur le grand large et satisfaire les « planificateurs ». La France était prête à payer cette construction d’un compromis sur son plan de modernisation. Les Anglais ne l’ont pas voulu. Ils ont fermé une porte qui ne fut rouverte qu’en 1972.

11Le plan Marshall mettait la France sous le regard des étrangers. Ce regard fut gênant et inquisiteur. Quel était donc le péché de la France ? Son obstination allemande sans doute, mais surtout sa propension à se conduire comme si elle était redevenue une grande puissance. Les hostilités vinrent des Anglais qui trouvèrent profitable de détourner l’attention de l’OECE et des Américains sur ces Français impénitents financièrement et politiquement. L’instabilité politique du nouveau régime avait de quoi nourrir les critiques. Les responsables français en étaient conscients, de Ramadier à Mayer, en passant par Schuman. Le regard américain décida-t-il Ramadier et Mayer à mettre de l’ordre dans les finances publiques et dans le taux de change ? Il fut un encouragement à aller de l’avant même si l’effort fut dicté par une prise de conscience française antérieure au plan Marshall. L’opération Mayer de janvier 1948 tombait à point nommé, pour convaincre le Congrès que son argent ne serait pas dissipé et que la France était fréquentable. L’embellie dura peu, la France retomba dans les délices de la crise politique et son plan de développement à long terme fut vertement démoli à l’OECE à l’automne de 1948.

12Les Américains se méfiaient des Européens qu’ils voulaient aider. L’union douanière tardait, l’union européenne s’enlisait. Aussi prirent-il des assurances bilatérales. Les Français tombèrent de haut. L’accord bilatéral franco-américain fut l’occasion pour l’extrême gauche de terrifier les populations laborieuses. Sa négociation fut dure, « la noix » difficile à avaler d’après les diplomates chevronnés et consentants du Quai d’Orsay. On évita le pire par des formules adroites qui bien utilisées, préservaient la souveraineté française. La bataille contre la « vassalisation » de la France fut gagnée après d’orageux débats. La France ne pouvait être la Grèce ou la Turquie. Il n’en resta pas moins la crainte d’une direction occulte de l’économie par la puissante Amérique et donc d’une subordination politique. Il était vrai que jamais en temps de paix et en situation de vainqueur, la France n’avait connu l’obligation d’une telle transparence économique et financière. La machine bureaucratique et parlementaire américaine dégorgeait des questionnaires insipides et nombreux destinés au contrôle. S’agissait-il de la mise en œuvre de méthodes modernes de « management » ou d’une atteinte intolérable à la souveraineté de la nation ? Qui pouvait le dire clairement en ce début de plan Marshall ? Les Français ont canalisé l’ardeur américaine pour les tableaux statistiques et les bilans « d’end use » par une administration nouvelle, le SGCI qui a fort bien réussi. La francophilie de l’ECA-France, le savoir-faire de Monnet ont créé un climat supportable dans ces relations délicates où la partie aidée n’aimait pas beaucoup qu’on lui rappelle sa faiblesse. Il faut conclure en ce domaine des contrôles américains à la gène mais non à la tyrannie.

13Le plan Marshall, ce sont enfin des dollars. Cette vérité ne s’est manifestée qu’après un parcours sinueux, débutant au Congrès américain. Pour y accéder il avait fallu réfléchir sur l’unité européenne, assainir les finances, accepter l’Allemagne comme partenaire égale, défendre à l’OECE ses programmes de modernisation, convaincre son opinion que les Américains lui voulaient du bien, manifester sa souveraineté éminente, ouvrir ses bureaux et ses secrets à des étrangers, reconnaître piteusement le mal développement de l’ancien Empire colonial. Les dollars de l’aide intérimaire et Marshall sont-ils ceux du renouveau ? La première année, ils furent des secours sans être une aide d’urgence. Ils se bornèrent du 17 décembre 1947 à juin 1949 à assurer un fonctionnement minimal de l’économie française, ce qui n’était pas rien. L’Europe dut aussi se contenter de la promesse de 17 milliards de dollars sur quatre ans au lieu des 22 milliards espérés. Il y avait aussi dans l’aide américaine des premiers mois un caractère nouveau qui révolutionna les rapports inter-européens. L’aide nourrit les échanges inter-européens par la mise en place d’un nouveau système des paiements. L’aide se substitua aux débiteurs défaillants. Elle ouvrit la voie à la convertibilité des monnaies européennes, ce qui paraît désormais d’une grande banalité. Si l’année 1948-49 ne fut pas l’année des importations de modernisation, elle fut celle de la préparation des grands programmes de développement. On peut regretter ce retard, s’interroger sur certaines résistances américaines dans le domaine pétrolier, sur les faux pas dans l’affaire de la Sollac, finalement éligible au financement ERP, critiquer la propension de l’ECA à favoriser le marché américain. Mais le programme français d’équipements fut dans l’ensemble respecté. Les liberty-ships de toutes nationalités, déversèrent sur les quais des ports de France les matières premières et les biens d’équipements. On sent au cours de l’année suivante mûrir un certain nombre de projets concernant le développement de la France et de l’Union française. Après l’époque des grands principes, nos sources se font plus concrètes. La carte du développement français et de l’Union française prend consistance. La modernisation vient de trouver enfin des sources de financement pour les équipements importés.

14Un autre aspect intéressant de l’aide Marshall est sa contre-valeur en francs. Les Français, Monnet, Bloch-Lainé, ont réussi à lui donner comme destination la modernisation et la reconstruction. Heureux plan Monnet qui trouvait une seconde source de financement en francs. Le budget français était donc soulagé d’une partie des investissements de modernisation ! Les Américains n’acceptèrent qu’avec réticence une telle affectation, le mérite des négociateurs français en cette affaire n’en fut que plus grand. Les dispositions de principe adoptées, les Américains restèrent concernés par la gestion des francs de contre-valeur. Un espace de discussion, voire de contestation des programmes français intérieurs de modernisation était ouvert aux experts de l’ECA. A l’usage, la pratique des listes d’éligibilité permit aux Américains de choisir dans les programmes de modernisation les opérations destinées à être financées par la seule contre-valeur. Le principal problème était en fait d’obtenir les déblocages réguliers des francs accumulés au compte spécial. Leur affectation à tel programme plutôt qu’à un autre relèverait plus du psychodrame politique que d’un débat de fond sur la modernisation française. Toutefois on ne peut nier l’importance de ces rencontres franco-américaines sur les questions financières, budgétaires et économiques françaises. Le gouvernement était à la merci d’une critique pertinente de ses « amis américains ». Il était sous influence.

15Qui sont ces hommes de la modernisation dont les archives cernent l’action ? Louis Frank écrit : « Qui n’a pas connu, en cette fin des années quarante, François Bloch-Lainé, Guillaume Guindey, Pierre-Paul Schweitzer, Roger Goetze et Paul Delouvrier se ferait difficilement une idée de ce que pouvait être alors l’aristocratie de la fonction publique ». Ajoutons Hervé Alphand, Directeur des Affaires économiques au Quai d’Orsay et les grands ambassadeurs : Henri Bonnet à Washington, René Massigli à Londres. Où sont les ministres ? Les hauts fonctionnaires sont-ils les artisans du renouveau économique plus que les politiques ? Redoutable question pour un État démocratique. Peut-être nos sources nous trompent-elles ? Robert Schuman, Georges Bidault, André Philip, René Mayer, Maurice Petsche, Pierre Mendès France interviennent aussi. Mais sont-ils les inspirateurs ? Point de doute pour Mendès France, mais pour une courte période en 1945. Point de doute pour René Mayer qui fait la réforme monétaire de janvier 1948 et exerce des responsabilités éminentes en 1953. Robert Schuman, comme Georges Bidault, manifestent leur personnalité. Mais les relations économiques extérieures ne sont qu’un aspect de leur action. On peut s’en convaincre en relevant la nature de leurs interventions d’après le Journal de Vincent Auriol. Ils s’expriment plus sur la question allemande, obsessionnelle, que sur le plan Marshall.

16A côté d’eux, émerge la personnalité de Jean Monnet, omniprésent, mais dépourvu de l’onction d’un mandat populaire. Monnet est l’homme de la reconstruction et de la modernisation de la France au temps du plan Marshall. Il agit par conviction, il défend les investissements même en temps d’austérité. Il est capable de croiser le ter avec Bloch-Lainé ou Guindey pour donner au Commissariat Général du Plan la direction de la modernisation. Ce fut son grand échec du moment. Il défie des ministres : Petsche et donc Queuille. Sa nomination à la tête de la Haute Autorité le coupe du terroir français, il y perd de l’influence. Il est persuadé que la France ne sera grande que par un effort de stabilisation et en convainc Ramadier. Ce fut la commission du Bilan national, admirable exemple de pédagogie médiatique, où s’illustrèrent Pierre Uri et d’autres hommes du CGP. Il est pleinement l’homme de la modernisation métropolitaine. L’homme de l’Amérique ? Ce qualificatif est inexact s’il donne l’image d’un homme « vendu » aux intérêts américains publics ou privés. Monnet est un moderne par sa culture de terrain. Il a compris le rôle des États-Unis, leur force, leurs intérêts, en conséquence il compte sur eux pour atteindre les buts que le général de Gaulle lui a confiés en décembre 1945. Il est moderne parce qu’il adapte à la France des pratiques de gestion sociale et économiques qui ont fait leurs preuves aux États-Unis : comptabilité nationale, gestion paritaire de la modernisation, autonomie du CGP qu’il ne peut mener à son terme devant l’opposition du puissant ministère des Finances. Est-il l’homme de l’Europe ? Sa démarche reste prudente. Il lance des idées nouvelles. L’égalité entre l’Allemagne et la France est une idée neuve. Faire de la Ruhr « un actif européen », oui ! mais que cachent ces mots encore vagues ? Sans doute a-t-il été proche de réussir dans l’été 1948, quand il fallait inventer une autre politique allemande. Ce n’est pas encore l’homme de la supranationalité, plutôt celui de la « corporation » européenne du ter et de l’acier copiée sur les modèles rooseveltiens. Il ne devient l’homme de l’entente franco-allemande qu’après avoir épuisé toutes les tentatives de réaliser l’union franco-britannique.

17La France dispose en ces temps d’après-guerre d’une génération de hauts fonctionnaires jeunes et actifs. Il faut gommer l’image d’un pays vieillissant. Ils brûlent de moderniser le pays. Ils sont justement fascinants, parce qu’ils parlent peu dans les forums mais ils agissent et mènent la France au succès. Les archives sortent de l’ombre ces acteurs du second cercle. Ces hommes sont confrontés à des difficultés énormes en face desquelles ils semblent bien démunis. Malgré leurs formations idéologiques diverses, ils n’ont pas de recettes à appliquer. Hommes d’action et de gestion ils sont opportunistes et adaptables. Les dirigistes se rendent compte qu’ils ne peuvent planifier l’action des pays étrangers. Les libéraux partagent le souci de protéger l’industrie française au moins pendant un certain temps. Trois grandes idées les animent à des degrés divers : Ils croient tous que la modernisation est le chemin de la renaissance puis de la puissance. Mais leur formation leur fait choisir la prudence (Guindey) ou le risque (Bloch-Lainé), ce qui a une influence sur le rythme de la modernisation. Ils pensent Europe, mais les ambiguïtés ne se lèvent que tardivement. D’ailleurs se lèvent-elles vraiment ? L’attitude de Bidault et de ses services en 1953 est pleine d’enseignements sur « le double jeu » européen du ministre et des hauts fonctionnaires du Quai d’Orsay. Il s’agit d’abord d’une Europe où la France serait puissante au point d’imposer sa loi. Mais ils savent déceler les incohérences de la formule. L’échec les amène à se servir des nouvelles institutions européennes pour négocier une modernisation européenne compatible avec celle de la France. Le facteur Europe s’impose du fait des Américains. Tacticiens, ils veulent en jouer habilement au profit de la France. L’attitude prudente voire hostile des services au plan Schuman est très révélatrice. Ils attendent une aide extérieure dès 1944. Sur ce point ils ont eu des illusions. Ils n’ont pas senti à quel point cette aide contraindrait la France et souvent ils ont gommé de leurs souvenirs les aspects déplaisants pour la souveraineté nationale des « exigences » de « nos amis américains ». Néanmoins ils recherchent l’aide même au prix d’un recul sur l’Allemagne ou sur les relations avec l’URSS et l’Est européen, parce qu’ils n’ont pas d’autre choix que celui des cartes de rationnement. Mieux vaut être dépendants durant quelques années avec l’espoir d’un renouveau, que retarder le développement. Ils sont en charge réelle de la France, à temps plein. Ils sont au vrai sens du terme, les grands commis de l’État, les héritiers de Colbert, animés du souci de servir, dépités enfin par les carences d’un système politique incertain. N’est-ce pas finalement la raison de leur influence ? Le destin de la France fut confié par la force des choses à ces hommes du second cercle du pouvoir chez qui les politiques trouvèrent toujours des fidélités quand eux-mêmes se battaient franchement pour la cause publique. Le gouvernement des Inspecteurs des Finances et de leurs pairs fut une réalité.

18Le Patronat existe-t-il ? Sans aucun doute, à lire les travaux d’historiens de l’Economie, à propos de la planification ou des nationalisations d’après-guerre. Les chefs d’entreprise faisaient partie des commissions de modernisation. En politique économique extérieure, leur pression paraît faible encore en ces temps de direction étatique du commerce extérieur. Elle transparaît quelque peu à travers les positions des ministères techniques, tels l’industrie ou l’agriculture ou même la France d’Outre-Mer. L’enquête a été menée à travers les archives publiques ou les archives privées d’hommes politiques, plus qu’à travers des documents où les patrons ont l’habitude de s’exprimer. Il reste donc à étudier la façon dont ils ont pu influencer la décision des responsables politiques ou même façonner la nouvelle économie française. Mais au niveau de l’appareil de l’État, on ne sent pas leur omniprésence comme en des temps plus récents. On comprend la pudeur des hauts fonctionnaires, redoutant de paraître inféodés à un groupe de pression, mais le relatif effacement des industriels n’est-il pas le signe d’une faiblesse fondamentale du capitalisme français, d’un « provincialisme » des industriels français à l’heure où l’économie française est internationalisée malgré elle ? L’État fait des choix de coopération internationale dans un contexte intérieur peu préparé au grand large. Toutefois la densité de leurs interventions s’accroît avec le plan Schuman. Les sidérurgistes, dont certains avaient bénéficié des largesses justifiées du Fonds de Modernisation et d’Équipement, approvisionné par la contre-valeur de l’aide américaine, ont critiqué le « trust », le « cartel » de l’acier contrôlé par des Eurocrates. Mais dans le fond, au-delà d’une peur immédiate du changement, ils espèrent bien profiter des avantages de l’accès égal pour tous au charbon de la Ruhr. Plus actifs, mais plus difficiles à saisir sont les industriels et financiers agissant outre-mer, très souvent en relation avec les groupes américains.

19Les thèses extrêmes qui parlent d’une vassalisation de la France sont fausses. Mais le Plan Marshall a entraîné un alignement politique de la France sur les Anglo-Américains. Il l’a sans doute accéléré, car on ne voit pas comment l’URSS aurait pu satisfaire les objectifs français. Il l’a dramatisé sûrement, car accepter le plan Marshall, l’URSS le combattant, c’était choisir, pour cause de modernisation, le camp occidental. La dépendance de la France ouvrait aux États-Unis un champs d’influence sur la société française. Les gouvernements ont tenté et réussi la plupart du temps à canaliser leur influence institutionnelle. Mais ils ne pouvaient contrôler la diffusion des idées. L’américanisation de la société française était dans l’air du temps. L’histoire de l’imaginaire et de l’économique reste à faire selon la remarque de l’historien Robert Frank. Les risques de l’appel à l’étranger ont été assumés parce que la France et les États-Unis avaient une conception commune de leurs intérêts, parce que les États-Unis, en dépit de critiques sévères, ont accepté les principaux objectifs de développement de la France. La coopération européenne, le poids mondial de la Grande-Bretagne, alliée de la France, l’influence encore vive de la France dans le monde, offraient aussi des espaces de négociation pour tempérer les dangers d’un bilatéralisme étouffant.

  • 1 Voir les trois tableaux du chapitre 22 sur le bilan des aides américaines de 1945 à 1955.

20En 1954-55, pratiquement au terme des aides américaines à la France commencées par le Prêt-Bail, le bilan était le suivant. En termes financiers 6,8 milliards de dollars ont été accordés à la France sous forme de prêts ou de dons sans parler des « end-items » militaires. L’aide Marshall de 1948 à septembre 1951 représente 2.756,3 millions de dollars sur 6.840 millions de dollars entre 1945 à 1955, soit 40,3%1. Les conditions de son attribution lui ont donné une importance politique particulière. L’affectation de cette aide fut débattue entre Français, Américains et Européens. De plus, elle donna lieu à la création d’institutions européennes. Ce ne fut le cas ni des prêts d’avant 1947 ni de l’aide militaire après 1951, bilatéralisée. Ces conditions de dévolution lui confèrent une importance politique et symbolique extraordinaire.

21Les aides américaines ont-elles contribué à la modernisation de la France ? Là encore il faut distinguer entre les crédits du court terme nécessaires au ravitaillement des populations et ceux qui servirent à la production industrielle et aux innovations techniques. La grande année des équipements de modernisation fut 1949-1950. L’aide militaire doit être considérée comme une aide inutile pour la modernisation civile puisqu’elle s’attache à la production d’armements ou au financement de la guerre d’Indochine. Elle évitait en théorie des prélèvements sur la production civile, mais le vigoureux réarmement occidental conduisit à raréfier les matières premières disponibles. Il fut délicat de mener de front réarmement et augmentation de la production. L’aide Marshall fut sans conteste une aide de modernisation à cause du mécanisme de la contre-valeur appliqué aux projets du premier plan de modernisation et d’équipements et à cause des importations d’équipements des années 1949 à 1951. S’il est parfois difficile d’identifier dans le paysage social et économique français les effets de l’aide Marshall c’est parce que les gouvernements français et le SGCI ont réussi, non pas à cacher les effets de l’aide américaine, mais à les noyer dans l’effort français de modernisation. Ainsi, pour des raisons politiques les Français ou les populations de l’Afrique du Nord ou du monde noir africain ne surent pas clairement ce qu’ils devaient à l’aide américaine. L’aide en dollars a permis de lever les obstacles aux importations de produits rares ou essentiels. Qualitativement elle fut essentielle et elle a donné le branle à la modernisation. La part de la contre-valeur dans les crédits du Fonds de Modernisation et d’Équipement de 1948 à 1951 fut de l’ordre de 40 %. La France aurait pu se passer de l’aide américaine sans doute, au prix d’une modernisation retardée et d’une lente augmentation du niveau de vie dans le meilleur des cas.

22Les aides américaines ont-elles conduit à l’unité européenne ? La réponse est sans objet pour le premier temps de l’aide entre 1945 et 1947. Les prêts de modernisation n’avaient rien à voir avec l’unité européenne. Là encore l’aide Marshall est le moment essentiel de l’unité européenne. L’aide ERP a donné naissance à l’OECE dont la vocation était de faire l’unité économique de l’Europe et de partager les ressources en dollars. Les espoirs d’une unité organique de l’Europe « Marshall » ont été déçus, les Britanniques en sont les responsables. En revanche la pratique d’une coopération inter-européenne a forcé les Européens à régler les questions monétaires et commerciales dans le cadre du « petit plan Marshall » ou système de paiement inter-européen. Il fallait aller plus loin et rendre convertibles les devises européennes entre elles puis avec le dollar. L’Union Européenne des Paiements (UEP) de septembre 1950 créait un instrument nouveau à double titre : la nouvelle organisation pouvait passer pour la racine d’une véritable coordination inter-européenne et elle rattachait les monnaies européennes à l’or et au dollar. L’aide Marshall a échoué dans ses objectifs plus politiques sauf sur un point : la réintégration de l’Allemagne dans l’Europe occidentale. Les États-Unis voulaient des États-Unis d’Europe. En fait ils étaient désireux d’abord d’appuyer l’endiguement sur une Allemagne forte et réconciliée avec la France. De ce point de vue le plan Marshall a été une bonne affaire pour l’Allemagne qui devint membre de l’OECE, qui se vit remettre sa « dette » des réparations, qui fut protégée des ambitions destructrices françaises. Fut-ce une mauvaise affaire pour la France ? Le relèvement allemand est un fait que les Français constatent dès 1949. Le plan Schuman se situe dans cette perspective nouvelle. Plus qu’un acte héroïque de l’esprit européen il a pour fonction, au moins pour Robert Schuman, de présenter une alternative à l’ancienne politique allemande de la France. La vivacité des négociations du traité de CECA montrent que les Français ont saisi l’occasion de réaliser ce qu’ils n’avaient encore pu faire : démembrer les trusts de l’industrie lourde allemande (la loi 27). Sur le papier les Français avaient gagné. De plus ils obtenaient d’accéder librement au coke de la Ruhr. Enfin leur prestige était restauré aux yeux des Américains et de l’Europe ; ils pouvaient prétendre guider l’Europe continentale. Mais les Allemands avaient vu eux aussi l’intérêt de cette négociation pour retrouver leur pleine souveraineté économique. Les intérêts nationaux importaient plus que les débats sur l’intégration européenne. Toutefois les deux gouvernements avaient besoin d’une Haute Autorité pour réaliser leurs objectifs nationaux. La faiblesse de l’esprit européen fut perceptible quand cessa l’aide Marshall en octobre 1951. Le réarmement et l’aide militaire tuèrent les quelques réflexes européens des pays d’Europe occidentale. La Grande-Bretagne chercha à liquider l’OECE et l’UEP, la France revint misérablement sur la libération des échanges en février 1952 et surtout renia ses enfants européens : la CED, l’Autorité Politique européenne, et le Pool vert. Le plan Marshall et l’intégration douce des économies européennes n’ont pas résisté à la tourmente de la guerre de Corée et à la grande peur qui a suivi.

23Les archives des grands ministères français et du SGCI montrent que jusqu’en 1951 environ les gouvernements français veulent une organisation économique contractuelle de l’Europe. Le lieu privilégié d’intervention est l’OECE où les diplomates français proposent des modalités de libération des échanges assorties de clauses d’organisation volontaire des économies. Le plan Schuman rompt cette unicité de la politique européenne de la France qui désormais est double. Après 1951 les Français privilégient les relations bilatérales avec les États-Unis pour obtenir une aide massive en faveur de l’Indochine, l’Europe compte moins que la Communauté atlantique. La France si dépendante des États-Unis pour le réarmement et la guerre en Indochine se méfie de sa possible marginalisation dans une petite Europe qu’elle a contribuée à populariser. C’est paradoxal et pourtant c’est l’attitude de Bidault en 1953 face à l’Autorité Politique Européenne. La CED en était forcément ébranlée puisque l’APE parachevait l’œuvre de la défense européenne. L’exécution de la CED n’est pas à mettre au seul compte de Mendès France. Bidault consciemment ou non y avait trempé un an avant. L’intérêt pour l’Europe baissait à mesure que la France s’affaiblissait politiquement et commercialement, comme si face aux difficultés, les gouvernants réagissaient par un nationalisme impérial ombrageux. Il fallait réaffirmer la vocation mondiale de la France et partager avec les Anglais et les Américains la direction de l’Alliance atlantique.

24La dépendance de la France par rapport à l’aide américaine a-t-elle limité l’action internationale de la France ? Sur bon nombre de points il y avait convergence : lutte contre la misère et la faim, développement et modernisation, réarmement quand ce fut nécessaire, développement du commerce mondial, convertibilité des monnaies. Mais les Américains ont obtenu de la France qu’elle limite ses relations économiques avec les pays communistes d’Europe et d’Asie contre l’avis de ses gouvernements. Par leur omniprésence, les administrateurs de l’ECA puis de la MSA poussèrent les Français à ne plus ignorer les objectifs politiques et économiques américains de retour au libéralisme et de lutte contre le Communisme. L’aide militaire a été sans conteste un moyen pour les Américains de s’installer en Indochine. Ce cas bien identifié, les aides américaines ont-elles ébranlé la présence française dans les Territoires d’Outre-Mer ? Elles ont ébranlé le protectorat français au Maroc en rappelant que ce territoire était un marché ouvert par traité au commerce international. Ailleurs les Français surent résister. Mais le message anticolonial américain était clair. Dans le combat contre les nationalismes coloniaux les Américains ne seraient pas aux côtés de la France. En revanche les Français résistèrent aux prétentions américaines de réduire leurs programmes d’armements et de leur interdire l’innovation technologique dans le domaine militaire. L’indépendance de la France si ardemment défendue par la Cinquième République trouvait dans cette résistance de la Quatrième République son fondement pratique.

25Dans leur ensemble les aides Marshall et de Sécurité Mutuelle ont servi les intérêts politiques des gouvernements en place, pour le meilleur dans le cas de la modernisation entre 1947 et 1951, pour le pire dans le cas de l’aide à la guerre d’Indochine et dans une grande tension bilatérale en ce qui concerne l’aide au réarmement. Il reste que l’aide a été vécue par les responsables français comme une situation délicate à gérer. La dépendance consentie n’a pas engendré une interdépendance des nations atlantiques ni l’unité de l’Europe.

  • 2 Ces termes, ainsi que les trois concepts d’analyse : contraintes, intérêts et moyens sont emprunté (...)
  • 3 CE 66, H. Bonnet à R. Schuman 3382 13 juillet 1951, « a/s aide américaine à l’Europe exercice 1950 (...)

26A travers la grille de l’aide américaine, ces dix années d’après-guerre révélaient les lourdes contraintes qui pesaient sur la politique française : l’héritage industriel en déshérence, le poids politico-psychologique du drame de la défaite de 1940, les pénuries nationales et mondiales, la guerre froide et le réarmement, la décolonisation, la perte du rang, le manque de crédit. Mais ces dix années ont montré aussi le sens de l’État et de l’intérêt public des hommes au pouvoir. Ils voulaient faire revivre la France et lui redonner sa fierté à travers un projet bien humain de modernisation économique et de bien-être pour ses habitants, dans la sécurité. Avec quels moyens ? D’abord avec le travail des Français, mais aussi avec l’argent américain et la coopération européenne. L’aide américaine fut un moyen pertinent de réaliser un projet national respectable quand les objectifs ne furent pas brouillés par les vieux démons de la « hantise du déclin »2. L’action américaine et européenne était-elle une manifestation de l’aptitude des communautés humaines à coopérer pour une cause noble, comme l’affirmait Foster3 ? Le plan Marshall a été d’abord une opportunité pour rebâtir la puissance française dans la coopération avec les autres Européens et les Américains.

27On aurait aimé conclure sur la levée des contraintes économiques et politiques après dix ans d’aide, sur la naissance d’une interdépendance mutuellement libératrice et avantageuse. Il n’en était rien. A la différence de l’ERP où la France planifiait le renouveau, au temps du réarmement, ses gouvernements affichèrent des ambitions d’autonomie qui masquaient une fidélité sans faille aux dollars grâce auxquels les Français s’embourbaient dans une politique surannée de grandeur. Le dynamisme économique et l’inventivité européenne antérieurs conduisant à la vraie puissance avaient perdu de leur intensité. Les ambitions de Marshall pour l’Europe ne s’étaient pas pleinement accomplies. La France, à la veille de l’arrivée au pouvoir de Mendès France, se crispait sur elle-même : protectionnisme, refus de la CED, de l’APE et du plan Beyen, refus d’autres plans Schuman, répression dans les colonies, instabilité politique récurrente, revendication de grandeur sans puissance. Pourtant, le plan Monnet et le plan Marshall avaient transformé la société française en profondeur. Une société de consommation, ouverte sur le monde développait ses séductions et ses bienfaits. Le néocapitalisme, « made in USA », adapté par les techno-politiciens français s’installait pour longtemps. Des valeurs nouvelles se greffaient sur l’héritage, modelaient socialement, politiquement et psychologiquement les nouvelles générations. Le goût du risque était revenu. La France frémissait à nouveau au vent de l’histoire.

Notes

1 Voir les trois tableaux du chapitre 22 sur le bilan des aides américaines de 1945 à 1955.

2 Ces termes, ainsi que les trois concepts d’analyse : contraintes, intérêts et moyens sont empruntés à l’historien Robert Frank.

3 CE 66, H. Bonnet à R. Schuman 3382 13 juillet 1951, « a/s aide américaine à l’Europe exercice 1950-51 ».

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable