Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La France, l’aide américaine et la construction européenne 1944-1954. Volume II

 | 
Gérard Bossuat

Quatrième partie. L'aide au réarmement, l'honneur et la vocation mondiale de la France, 1951-mai 1954

Chapitre XXII. Les années d’humiliation 1952-1954

Texte intégral

« Un sentiment domine presque tous mes interlocuteurs ; en finir avec cette humiliation permanente que nous imposent nos alliés et surtout les USA. »
Vincent Auriol (mai 1953).

  • 1 B 33923, PPS, attaché financier à Washington, à G. Guindey, 27 mars 1952, « Audition de David Bruc (...)

1La préparation de l’année budgétaire américaine 1952-1953 avait bien commencé pour les Français. Aux traditionnelles auditions des fonctionnaires de la Mutual Security administration, Bruce avait décrit les sacrifices consentis par les Français en Indochine. Il avait dû batailler pour ramener à de justes proportions les critiques contre le système fiscal et politique français1. Mais aux demandes réitérées d’aide des Français, le Congrès comme d’ailleurs les Européens de l’OECE se lassaient. Un nouveau slogan fleurissait : trade, not aid, alors que le dollar gap n’avait pas disparu et que l’aide sous forme d’OSP chichement comptées en 1951-1952 n’avait pas résolu les problèmes de la balance des paiements. Quel était l’état d’esprit du Congrès ? 1952 était une année électorale peu favorable à une augmentation du budget. Or les Français cherchaient toujours à obtenir une aide économique en plus de l’aide militaire, sous forme de « défense support ». Mais cette aide serait donnée sous forme d’achats OSP. L’industrie française serait-elle capable de passer des contrats de fabrication ?

2Les Français redoutaient un retour à la situation des deux années précédentes où l’aide avait été précaire, et accordée tardivement rendant délicat l’établissement de programmes d’importations. Sur quoi s’appuyer pour obtenir ces précieux dollars ? Sur la lutte en Indochine sans doute. Sans aide économique la France serait contrainte d’abandonner l’Indochine. Sur l’esprit européen aussi, car le Congrès vibrait toujours aux constructions européennes en formation (CECA, OTAN, CED). La loi d’aide pour 1952-1953 fut signée le 20 juin 1952, donc beaucoup plus tôt dans l’année que la précédente : l’aide militaire atteignait $ 3,4 milliards et l’aide de soutien-défense $ 1,2 milliard. La contrepartie en monnaies locales mise à la disposition des missions se montera désormais à 10 %. La part de la France en défense support paraissait devoir être de $ 294 à $ 300 millions, davantage que ce que les services français croyaient, mais à la condition précise d’augmenter le potentiel de défense de la France. D’autre part la loi 1952-1953 était accompagnée d’un amendement Blair-Moody pour le développement de la productivité en Europe voté par acclamation au Sénat ce qui en disait long sur l’image de l’industrie européenne aux États-Unis. Cette aide devait servir à élever le niveau de vie des travailleurs, en France et en Italie surtout. L’augmentation de la productivité avait pour fonction politique de faire baisser les suffrages communistes. L’ambassade de France fit comprendre à Paris l’importance de cet amendement d’inspiration syndicale. Les sommes accordées au titre de la productivité, entre 2 et 4 millions de dollars étaient très modestes par rapport au flux d’aide et sans rapport avec la propagande autour du thème de la productivité. Les préoccupations françaises portaient sur le maintien d’un courant permanent de dollars et sur les conditions américaines de cette aide. Le retard de l’aide, quelles qu’en soient les raisons, semblait aux Français injustifié à cause des enjeux stratégiques internationaux où la France était impliquée. On comprend alors que les relations franco-américaines aient été ternies. La France a-t-elle été humiliée par les conditions de distribution de l’aide à partir de 1952 jusqu’à la fin tragique de la guerre d’Indochine ?

LES INCIDENTS DUNN-PINAY, UNE COMÉDIE ?

  • 2 Gouvernement Pinay en place du 8 mars 1952 au 23 décembre 1952.

3Le gouvernement Pinay2 réclamait toujours la signature de contrats d’OSP complémentaires, conformément aux décisions de Lisbonne pour permettre à la France de couvrir son déficit en dollars.

La soif des Français pour les OSP complémentaires.

4Il avait été entendu à Lisbonne qu’un complément mal défini d’OSP (en sus des $ 200 millions d’OSP budgétaires) serait négocié pour en affecter la contre-valeur au budget militaire de FF 1.400 milliards en 1952. Les Français attendaient beaucoup des offshore procurements commerciaux. N’avait-on pas avancé le chiffre de $ 1 à $ 2 milliards sur trois ans au profit de l’économie française ? Mis à part ce rêve vite étouffé, des propositions d’OSP correspondant à une liste de matériels déjà programmés sur le budget français, mais non financés avaient été transmises le 6 mai 1952 à la Mutual Security administration, après le vote du budget par le Parlement le 2 mai.

Pleven annonce $ 625 millions d’OSP sur 3 ans.

  • 3 Alors que les OSP Lisbonne financent des services communs OTAN, les infrastructures, et surtout l’ (...)
  • 4 F 60 ter 360, 342 bis, février 1952, J. Levy.

5Le montant des propositions françaises atteignait $ 625 millions sur trois ans, (1952 à 1954). Pleven nouveau ministre de la Défense nationale dans le gouvernement Pinay annonçait ce programme, tout en précisant que ces OSP ne seraient acquis que contre un accord d’exonération fiscale et des prix comparables aux prix américains. Ces OSP complémentaires intéressaient très vivement les Français, car elles devaient renforcer sérieusement le potentiel militaire et industriel français3. L’administration américaine avait prospecté le marché européen en matière d’armements entre l’automne 1951 et janvier 1952 pour savoir dans quels domaines l’industrie française et européenne pourrait satisfaire les demandes américaines. A partir de février, les enquêtes terminées, on apprenait que des contrats étaient passés avec d’autres pays européens, et en particulier avec l’Allemagne4, ce qui irrita fort Pleven.

La France défavorisée ?

  • 5 CE 82, Hoppenot, de Monnet pour Pleven, 958-964, 10 mai 1952.
  • 6 CE 82, DGAEF Pleven à Jean Monnet, OW, 25 avril 1952, n° 7020-30 à Washington ; MAE, 31 mai 1952 à (...)

6Monnet chargé de la négociation aux États-Unis, calma l’impatience de Pleven : « C’est la première fois que l’administration américaine va passer en Europe des contrats pour des fabrications militaires ». Les sommes en jeu sont considérables, l’administration américaine est lente et minutieuse. Il faut, pour aboutir, « arrêter sans retard le cycle des reproches réciproques »5. On retiendra qu’en mai 1952, l’impatience du nouveau gouvernement frisait déjà l’affrontement avec les Américains. Pleven, ministre de la Défense nationale, s’entretint de cette question avec Acheson à qui il montra que sans OSP complémentaires le Parlement risquait de réduire la participation française aux dépenses de l’OTAN (infrastructures). Il demanda de placer des OSP en France plutôt qu’en Allemagne6. Aux yeux des Français, ces offshore supplémentaires étaient acquis parce qu’ils pensaient que les Américains ne désiraient pas voir baisser le budget militaire français. Sans offshore complémentaires, il était impossible de réaliser la mise sur pied de 12 divisions pour 1952, de poursuivre la guerre en Indochine, ou de continuer l’effort d’industrialisation des technologies militaires nouvelles. Le Parlement français n’accepterait pas un programme d’effectifs en Europe et de guerre en Indochine sans un complément de production et de recherche sur les armes modernes.

7La mission MAAG à Paris faisait traîner les négociations et l’irritation des Français s’aggrava après la signature avec l’Allemagne des Accords Contractuels et du traité de CED. Mai se passa sans qu’aucune commande en OSP complémentaires n’aient été prises par le gouvernement américain.

Les conditions américaines.

  • 7 Cote Desfossés, 3 août 1952, « Offshore procurements », reprend un article de la Banque de Bruxell (...)
  • 8 F 60 ter 360, 441, 16 février 1952, J. Levy, note pour le président du Conseil.
  • 9 F 60 ter 360, 442, J. Levy, note pour le président du Conseil, 16 février 1952, « Achats américain (...)
  • 10 CE 82, J. Levy SGCI, 5 mai 1952, n° 1056 ; CE 82, ou F 60 ter 436, note pour le président du Conse (...)

8Les Français vont faire lentement connaissance avec les exigences américaines. Les programmes étaient gérés par les missions MSA (mutual security agencies) mais ils étaient l’expression des ordres de commandes de l’Armée américaine (Heidelberg pour l’armée de terre, Londres pour la Marine, Wiesbaden pour l’air) qui mettaient en concurrence les industriels européens. Ce n’était plus les fonctionnaires du plan Marshall qui intervenaient. Les exigences de prix se Firent draconiennes. Les prix ne pouvaient être supérieurs de 10 % aux prix américains7. Les Américains demandaient des exonérations fiscales sur les productions d’OSP. Il faut céder, dit le SGCI si le gouvernement veut « que ses ressortissants recueillent une proportion notable des commandes passées à l’Europe »8. Une réunion interministérielle dut hélas ! constater que les prix français étaient de 35 % à 40 % supérieurs à ceux du marché international. Une exonération fiscale les abaisserait sans les rendre concurrentiels. Cependant c’est cette direction que prirent les services9. Ainsi pour les obus de 105 mm, les américains offraient 25 $ par coup, les industriels français, démarchés à grand-peine, 50 $. Le ministère des Finances après subvention transmit finalement une proposition à 35 $ le coup10. Des efforts considérables furent déployés pour obtenir ces fameux offshore procurements commerciaux sans grand succès, et malgré des interventions politiques de Pleven auprès de Lovett.

  • 11 CE 63, R. Schuman, 13 mai 1952, à ambassade des USA, James Dunn ; Parodi DGAEF, 9 juillet 1952 à D (...)
  • 12 CE 82, note 15 juillet 1952, polycop. « Note relative au régime des off shore non compris dans le (...)
  • 13 CE 82, DD SGCI, 25 août 1952, n° 1737, « Note sur les contrats offshore ».

9La Mutual Security administration imposa la rédaction d’un contrat-type pour les OSP commerciaux complémentaires (projet remis le 27 mai au SGCI). Trois articles firent réagir les Français. Le premier intéressait la protection des biens et du personnel américains. Donner au gouvernement américain les assurances qu’il réclame « reviendrait à s’engager à ne pas appliquer la loi française » écrivent les services. Le second portait sur la politique ouvrière. Les Américains voulaient recueillir l’avis des syndicats libres et démocratiques sur les programmes (amendement Benson). Il est impossible à accepter « pour des raisons politiques et psychologiques évidentes » écrivent les Français. Une notule d’un haut fonctionnaire du Quai d’Orsay remarque : « Ce texte est inacceptable et d’ailleurs stupide à tous points de vue », ou encore : « c’est proprement inconcevable ! ». Le troisième touchait aux pratiques restrictives à proscrire dans les affaires. Ces exigences étaient connues déjà des Français. Les services (Quai d’Orsay et SGCI) furent effrayés de la façon dont les Américains procédaient avec l’Europe dans le cadre de l’aide militaire. Leur volonté d’organiser les économies européennes et les rapports sociaux au sein de ces sociétés selon leurs critères propres stupéfiaient ces hommes prêts à la plus franche des coopérations avec les USA. Ces conditions étaient ressenties comme beaucoup plus dures que celles contenues dans l’accord bilatéral du 28 juin 1948 à propos de l’aide Marshall. L’aide offshore « donnera lieu par essence à une ingérence beaucoup plus directe que lorsqu’il s’agissait d’acquérir des marchandises aux États-Unis dans le cadre d’un programme d’importations, sans doute convenu, mais élaboré en fonction de nos besoins propres ». Parodi demanda donc de rejeter ce texte11. Un projet amendé arriva à maturation en juillet. Les articles sur les syndicats non communistes avaient été supprimés. Les Américains avaient abandonné les clauses les plus douteuses pour les Français. Subsistait le problème des immunités d’État, c’est-à-dire la protection des Américains en France contre toute action ou poursuites judiciaires à propos des offshore. Le service juridique du Quai estimait cette revendication exorbitante12. En août 1952 l’accord put enfin se faire13.

Les causes des résistances américaines aux OSP supplémentaires.

  • 14 L’emprunt-or Pinay lancé en mai 1952 n’est pas perçu comme un succès par les Américains ou les Sui (...)
  • 15 CE 05, Bonnet, Washington, 25 juillet 1952, 19 h 55, 5266-68 ; Bonnet, 9 août 1952, 10 h 32, 5653- (...)
  • 16 F 60 ter 440, H. Bonnet à R. Schuman, 5 mars 1952, n° 1098, « a/s assistance mutuelle ».

10Il faut les chercher dans la méfiance générale pour la classe politique et le système politique français. Les gouvernements duraient six mois, la crise de régime était prévisible. Comment faire confiance ? Les milieux financiers américains n’avaient jamais été tendres avec la France : pour Wall Street les OSP commerciaux étaient une aide artificielle à un budget malsain14. Pour redresser l’image de la France, Bonnet fit « donner » Parkman qui publia une lettre approuvant l’effort français d’OSP dans le Washington Post et le Journal of Commerce. « Cette lettre a été imposée par l’ambassade » écrivit Bonnet15. Bonnet signala le débat aux États-Unis sur l’opportunité de confier des commandes OSP aux Européens. Elles risquaient d’entraîner du chômage aux États-Unis. Mais le Pentagone avait la volonté de confier des OSP aux Européens16.

  • 17 Vincent Auriol, Journal, 1952, ...op. cit. ; voir bibl. n° 19 ; p. 1069, note 139, juillet, cite l (...)
  • 18 CE 82, Bonnet 21 juillet 1952, n° 5108-19.

11La méfiance américaine envers les Français était due aussi aux ambitions militaires françaises. Acheson demanda au gouvernement français de réduire le budget de la Marine, tandis que les Français menaçaient de diminuer leur participation aux investissements de l’OTAN « ce qui remettrait en question les décisions de Lisbonne et ouvrirait une crise grave des rapports interalliés ». Le Pentagone refusait la fabrication des moyen-cargos Nord-Atlas (Nord 2501), d’appareils pour l’aéronavale française, du char de 13 tonnes, d’automitrailleuses, de camions et de transports de troupes blindés ainsi que certaines pièces d’artillerie17. La France, par la voix de son ambassadeur à Washington, signifiait qu’elle maintiendrait une industrie d’armements pour éviter d’être en infériorité par rapport à l’industrie allemande18.

Le résultat dans l’été 1952.

  • 19 F 60 ter 361, P. Nacivet, 29 juillet 1952 à DREE, « Commandes OS, conf. des matières premières » ; (...)

12En juin 1952 les Américains n’ont signé que $ 158 millions de contrats en OSP commerciaux complémentaires. Les Français attendaient bien davantage. Les esprits s’échauffèrent. Un bilan de l’été 1952 révélait que les Français avaient reçu $ 335,5 millions d’OSP sur $ 684 millions placés en Europe occidentale ($ 177 millions d’OSP Lisbonne et $ 152 à 158 millions d’OSP complémentaires commerciaux environ)19. Les résultats n’étaient pas négligeables, mais ils n’avaient pas la capacité de répondre aux besoins de financement du programme militaire français.

Les incidents Dunn-Pinay de juillet et d’octobre 1952.

13On comprend mieux alors les incidents franco-américains qui se produisirent de juillet à octobre 1952 et qui bien exploités, ont conféré à Antoine Pinay un éclat de farouche patriote.

Mémoires et contre-mémoires des 12, 21 et 25 juillet 1952.

  • 20 F 60 ter 419, AE, Parodi de Pleven à Washington 11700-59, « Aide-mémoire remis à M. Dunn le 21 jui (...)
  • 21 F 60 ter 419, traduction, ambassade des États-Unis en France, « Mémorandum à l’attention de son ex (...)
  • 22 4 AU 92 dr 3 Washington, 29 juillet 1952, 22 h 30, 5373-88, « Conversations avec Perkins sur les o (...)
  • 23 Vincent Auriol, Journal, ...op. cit. ; voir bibl. n° 19 ; p. 461, lundi 28 juillet 1952. 4 AU 92, (...)
  • 24 A. P. 1952, annexe 32 p. 562. Journal, ...op. cit. ; voir bibl. n° 19 ; note juillet 1952, 134.
  • 25 CE 82, Bonnet, 24 juillet 52, 9 h 40, n° 51 64-69, CE 05, Bonnet, 28 juillet 1952, 21 h 30, 5319-2 (...)
  • 26 Vincent Auriol, Journal, ...op. cit. ; voir bibl. n° 19 ; 1952, p. 466, mardi 30 juillet 1952.

14Le 12 juillet, James Dunn, ambassadeur des États-Unis en France, transmit à Pinay, Pleven et Schuman un accord portant sur $ 185,5 millions d’off shore complémentaires sur trois ans, ($ 86,5 millions pour un contrat d’avions Mystère, $ 99 millions pour des munitions). C’était la réponse à la demande française des $ 625 millions du 6 mai précédent. Les Français pensèrent alors qu’il leur faudrait arrêter certaines fabrications déjà engagées et licencier 25.000 personnes. La crise franco-américaine se développa. Le 21 juillet, Pinay remit à Dunn des contre-propositions (accélération du programme Mystère, fabrication de $ 125 millions de munitions et du Nord 2501, construction d’armes pour $ 107 millions, de camions pour $ 38 millions). Parodi demanda à Bonnet, de la part de Pleven, de faire mesurer au gouvernement américain la gravité de la situation20. Ces projets furent rejetés par Dunn le 25 juillet tandis que Pleven cherchait à obtenir le transfert à l’industrie française de la fabrication de $ 48 millions d’avions Swift. Dunn expliqua que le gouvernement américain ne pouvait reconsidérer sa position du 12 juillet en raison des restrictions de crédits. L’ensemble de la liste française du 6 mai ne pouvait être pris en compte. L’argument n’avait rien de franc quand on saisit la permanence de la critique américaine du programme militaire français depuis 1950. Dunn ne ferma pas la porte à d’autres achats offshore, mais ce n’était que diplomatie21, car à Washington, on confirma que la réponse de Dunn du 25 juillet était définitive. Bonnet rappela les promesses d’OS complémentaires faites à Lisbonne, la position particulière de la France en Asie, le président de la République évoqua les dangers d’une communauté européenne bâtie sur « la décadence de nos usines d’armement, pendant que se développeraient celles de l’Allemagne », l’exploitation politique que la propagande communiste en tirerait, rien ne convainquit les États-Unis22. Vincent Auriol eut une conversation dure et émouvante avec Dunn, le 28 juillet, axée sur les risque de chômage en France si les commandes offshore américaines n’étaient pas passées mais la position américaine n’évolua pas23. Les Français tentèrent de reprendre l’initiative dans les médias. L’Agence France-Presse du 30 juillet exposa le dossier24. Bonnet lui-même prêcha la fermeté sur ce dossier. En vain car Lovett refusa de bouger. Callender du New York Times révéla ce qui se disait dans les couloirs : les États-Unis n’approuvaient pas certains programmes militaires français25. C’est certainement la raison essentielle des résistances américaines, en dépit d’un partage de l’opinion chez les Américains : la mission MSA de Paris était favorable aux thèses françaises, comme Acheson, mais Lovett et le secrétaire à la Défense, Ridgway étaient opposés aux ambitions françaises26.

  • 27 CE 05, Bonnet, Washington, 28 juillet 1952, 21 h 30, 5327-40, Washington Post, Alfred Friendly ; s (...)

15Les protestations françaises eurent un petit effet. Les Américains firent un effort, ils voulurent bien financer des munitions et l’avion MD 452 (Mystère IV) en cours de développement, mais pas le Mystère II pourtant prêt à sortir des chaînes. Les Américains discutèrent encore l’intérêt du cargo Nord 2501 qui devait remplacer les Junker 52 et les C47 usés et qui répondait aux normes OTAN, des engins blindés de reconnaissance (EBR), de l’avion à réaction embarqué, mais ils ne fournirent pas pour autant les cargos C 119 dont les Français avaient besoin. Ils refusaient à la France les moyens d’être une grande puissance maritime27. Accepter une telle amputation du programme militaire français aurait abouti à une perte complète d’indépendance en matière militaire. Le SGCI écrivit que la décision américaine « met la France dans la position relativement humiliante de n’être jamais en mesure de faire face à ses engagements par ses propres moyens et d’être toujours en tous lieux et en toutes occasions demandeur d’une aide plus importante ». Une telle remarque du SGCI, très favorable aux Américains, montrait le trouble des Français.

  • 28 4 AU 92 dr 4, Washington, 21 juillet 1952, 23 h 30, 5108-109, très secret. 28 juillet 1952, 22 h 2 (...)

16En fait il devint de plus en plus évident que les États-Unis refusaient de financer le programme militaire français parce que celui-ci ne s’intégrait pas assez aux projets de l’OTAN. Il s’agissait donc d’une question de souveraineté éminente. La France pouvait-elle exister en tant qu’État capable de développer une politique nationale d’investissements militaires ?28

Le choix des Français.

  • 29 4 AU 92 Dr 4, « Aide-mémoire remis par M. Antoine Pinay à M. Dunn, ambassadeur des États-Unis à Pa (...)

17Les Français devaient donc choisir, s’il n’y avait pas d’aide supplémentaire, entre le maintien de la capacité industrielle d’armement sans pouvoir réaliser l’endivisionnement des forces prévues ou les créer et sacrifier l’industrie d’armement. Le gouvernement français espérait que l’annonce d’une réduction de l’effort de la France dans le cadre de l’OTAN amènerait les Américains à changer d’attitude. Surtout, le gouvernement aurait fait un choix politiquement payant, en cessant ses récriminations permanentes qui affaiblissaient son autorité sans lui valoir des ressources supplémentaires29.

  • 30 CE 82, Washington, 18 h 30, 5131-35.
  • 31 CE 05 ou CE 82, Bonnet, 24 juillet 1952, 5145-48, Friendly du Washington Post ; CE 82, 28 juillet (...)
  • 32 CE 81, Bonnet, 2 août 1952, 15 h 25, n° 5470.
  • 33 CE 05, Bonnet, 9 août 1952, 18 h 45, 5665-72, problème des offshore et donne son avis sur l’Indoch (...)
  • 34 CE 05, Bonnet, 11 août 1952, 22 h 30, 5684-89.

18Il n’est pas inutile de montrer comment dans cette crise la presse américaine attisa le conflit. La presse américaine perçut les exigences françaises comme une pression sur les États-Unis, un moyen de refuser des augmentations d’impôts en France30. On retrouve ici dans les relations internationales l’importance de l’image d’un pays. Celle de la France était dégradée par une réputation d’amateurisme politique et financier. La politique française était présentée comme un acte irréel de prestige national. La France « est en train de faire sa scène annuelle et trop souvent répétée » écrit le Washington Post, tandis qu’à Bonn le Frankfurter Allgemeine Zeitung écrivait fort justement que « Pleven a placé les Américains devant le fait accompli et agi comme si les millions de dollars nécessaires étaient déjà obtenus »31. Cette tension grandissante au cours de l’été se traduisit par des rumeurs diverses comme l’abandon de l’Indochine par les Français32. Elles n’étaient pas fausses, puisque Bonnet conseilla au gouvernement un acte inimaginable encore : abandonner l’Indochine pour réarmer en Europe. L’avis de Bonnet était très important, il prouvait l’atlantisme de Bonnet, ce qui n’est pas nouveau, mais aussi sa capacité d’analyser la situation en Indochine. Il n’était pas indifférent qu’un homme comme lui osât dire en août 1952 que la France ne pouvait pas se battre sur deux fronts et que, somme toute, elle avait perdu la partie en Indochine33. Les rumeurs de crise franco-américaine s’accentuèrent. Bonnet affirma que la France devait conserver son indépendance en conservant son industrie d’armement pour se passer un jour de l’aide américaine ; « un excellent ambassadeur » apprécia Auriol dans son Journal, mais un accroc à l’esprit atlantique rétorqua la presse américaine34.

  • 35 4 AU 92, dr 5, Paris, 30 août 1952, à ambassade de France à Washington.

19Pleven se sentit abusé par des promesses américaines non tenues. Pleven, l’atlantiste, ne comprenait manifestement pas de la même façon les intérêts de l’OTAN car il rappela son désir d’établir un programme atlantique intégré, répartissant les diverses catégories de production entre les membres. Il refusa que la France ne fournisse que de la chair à canon35.

Pinay revient à un programme militaire plus restreint.

  • 36 F 60 ter 361, Pinay à Dunn, le 8 août 1952, 1627.
  • 37 CE 82, Washington, 9 août 1952, 18 h 45, n° 5665-72.

20Le 8 août 1952, Pinay rejeta les notes américaines des 12 et 25 juillet 1952. Il informa Dunn que le programme français de réarmement pour 1953 serait calculé sur les bases des recommandations du Temporary Council Committee (TCC) et sur une contribution extérieure annuelle de $ 650 millions tout en notant, point final de la controverse ? que le volume d’OSP accordé ne résolvait pas le problème des fabrications françaises d’armements36. Ces conversations Dunn-Pinay du 8 août marquaient un certain recul et un acte de fermeté. Recul parce que Pinay acceptait une révision du programme français d’armements (la France réduisit au minimum sa production d’armements, abandonna le canon de 105 mm et le bazooka37), mais fermeté salutaire car le gouvernement manifestait la volonté, bien comprise par les Américains, de construire l’indépendance de la France par une défense nationale puissante et intégrée à l’OTAN. La coopération atlantique n’était pas la soumission aux États-Unis. C’était le sens du message de Pinay et de Pleven du 8 août. La négociation en resta là, les Américains refusant de la poursuivre avant que l’OTAN n’eût examiné plus avant le programme français de défense.

La seconde crise, en octobre.

  • 38 4 AU 93 dr 2, Washington, 8 octobre 1952, « Réponse à M. Pinay », n° 6831/39. CE 05, Bonnet, 3 oct (...)
  • 39 F 60 ter 490, Bonnet, 8 octobre 1952.
  • 40 F 60 ter 418, SGCI ? 17 novembre 1952 ; D. Dommel, 1er décembre 1952, note pour M. Abelin.
  • 41 F 60 ter 419, « Eléments pour un entretien entre le président du Conseil et l’ambassade des États- (...)

21La seconde crise éclata en octobre après l’apaisement apparent de la fin de l’été. Cette tension dans les relations franco-américaines trouva une expression publique à travers un incident entre Pinay et l’ambassadeur américain James Dunn, le 8 octobre 1952. Pinay avait estimé qu’en fonction des résultats du voyage à Washington de Jean Letourneau en juin, les États-Unis accorderaient à la France une aide annuelle 1952-53 de $ 650 millions, en plus des commandes offshore commerciales ($ 186 millions d’avions et de munitions) et des end-items militaires. En somme c’était le résumé de la lettre de Pinay du 8 août. Les Américains ne répondirent à Pinay que le 8 octobre 1952. Labouisse et Dunn annoncèrent à Pinay $ 525 millions d’aide, « sous des formes d’assistance directement liées au budget de Défense français pour 1953 » au lieu de $ 650 millions. La lettre rappelait les $ 150 millions pour l’Indochine offerts à Letourneau en juin, les $ 186 millions d’OSP prévus par la lettre Dunn-Pleven du 12 juin 1952 (sur 3 ans), l’aide en end-items. Elle faisait dépendre un surcroît d’aide à la France (comme aux autres membres de l’OTAN) de l’examen de son budget militaire. A cela s’ajoutait une aide de $ 296 millions en soutien-défense (aide économique à des fins militaires)38. L’apport américain n’était pas négligeable, comme le faisait remarquer Henri Bonnet le 8 octobre39, mais il était incertain. L’aide OSP n’était pas une aide cash comme l’avait été l’aide ERP. Les Français ressentaient mal de devoir encore une fois attendre le bon vouloir du Congrès pour boucler leur programme militaire alors qu’ils étaient aux premières lignes dans la défense du monde libre en Indochine. Les Américains mettaient des conditions inadmissibles dont une augmentation de 100 milliards FF du budget militaire français pour 1953. La comparaison avec la Grande-Bretagne et l’Allemagne était éloquente, la France était pénalisée puisqu’elle avait dépensé en 1952, 1.400 milliards de francs, la Grande-Bretagne 1.250 milliards et l’Allemagne 700 milliards pour la défense !40 Le gouvernement voulut réagir car « il ne peut admettre de soumettre à la décision d’un gouvernement étranger l’emploi de crédits qui seront votés par le parlement » ni d’accepter de tels contrôles sur leur utilisation, ni une tutelle sur l’exécution du budget militaire, dirait-on au Quai. L’attitude des États-Unis était dangereuse pour la communauté atlantique si ces documents venaient à être connus41.

  • 42 V. Auriol, Journal, ...op. cit. ; voir bibl. n° 19 ; 1953-54, note 64, janvier. Georgette Elgey, H (...)
  • 43 P. O. Lapie, De Léon Blum à de Gaulle, ...op. cit. ; voir bibl. n° 45 ; p. 439.
  • 44 V. Auriol, Mon septennat, Gallimard, 1970, p. 468. Vincent Auriol, Journal, ...op. cit. ; voir bib (...)

22Pinay réagit en refusant la note américaine qui établissait le montant des OSP budgétaires. Il fut assisté dans son geste par Robert Schuman et de René Pleven, ministre de la Défense nationale. D’après Georgette Elgey, Pinay a dit à Dunn, en substance car l’intervention de Pinay a duré 10 minutes : « Peut-être, monsieur l’ambassadeur, votre gouvernement pense-t-il que la France parce qu’elle a beaucoup souffert et a été envahie deux fois, subi sur son territoire l’autorité d’un gouvernement étranger et ennemi, est prête à subir toutes les humiliations. S’il en est ainsi, vous vous trompez car il est un point sur lequel la France n’a jamais été entamée, c’est celui de sa fierté »42. La presse s’empara de cet incident dont on comprend mieux maintenant la genèse. L’honneur français sortait renforcé, puisque Pinay avait passé un « savon » à Dunn : « Les Français exultaient de cette manifestation d’indépendance »43 écrivait P. O. Lapie. Vincent Auriol se fit applaudir après son discours de politique étrangère à Donzère-Mondragon, où il avait attaqué la politique américaine très critique envers la France à propos de la Tunisie et du Maroc44.

  • 45 Irwin M. Wall, L'influence américaine sur la politique française, 1945-1954, Balland, 1989, p. 324 (...)
  • 46 CE 05, Washington, 11 octobre 1952, 20 h 35, 6926-31, « Réactions américaines au « récent incident (...)
  • 47 CE 05, Washington, 20 novembre 1952, 19 h 30, 7682-84, « Visite avec Jacqueline Auriol au salon de (...)
  • 48 CE 05, 30 octobre 1952,14 h 50, 7309-11.
  • 49 Irwin M. Wall, L'influence américaine sur la politique française, 1945-1954, Balland, 1989, p. 326

23Les Français refusaient donc l’immixtion américaine dans leurs choix budgétaires. Mais l’incident éclatait significativement à un moment où la politique extérieure française était critiquée par les États-Unis (Tunisie, bases américaines au Maroc, interventions américaines en faveur des nationalistes d’Afrique du Nord)45. L’incident révélait la profondeur de l’humiliation ressentie dans les affaires coloniales et à l’ONU. L’administration américaine n’en fit pas un drame, mais déplora la montée de « l’anti-américanisme en France »46. Limitant les dégâts, Finletter annonca que la Mutual Security Agency (MSA) financera 75 Mystère II de Dassault en attendant les 125 à 150 Mystère IV, dans le cadre d’un programme de 1.200 avions supersoniques de $ 400 millions47. Faut-il prendre au sérieux une dépêche de Bonnet annonçant une aide en 1952-53 de $ 1,300 milliard ?48 L’incident officiellement ramené à de justes proportions avait fait réagir le Département d’État d’après Irwin Wall. Les Américains n’étaient-ils pas allés trop loin ? Les Russes ne pouvaient-ils pas en profiter ? Fallait-il soutenir la France à 90 % ou à 100 % ?49 Telles étaient les questions que les milieux diplomatiques américains se posaient.

24En janvier 1953 on put faire le bilan des engagements américains envers la France.

Tableau 122. Aide américaine pour 1952-1953 en janvier 1953

Tableau 122. Aide américaine pour 1952-1953 en janvier 1953
  • 50 CE 63, DGAEF JMS, 10 janvier 1953, note pour le Président.

25Bref ! En janvier les Français ne savaient pas exactement sur combien compter : entre $ 525 millions et $ 660 millions50, en dehors évidemment des dépenses de l’armée américaine en France. Un premier budget militaire français pour 1953 se montait à FF 1.464 milliards FF avec $ 650 millions d’aide. Après l’annonce du chiffre d’aide américaine de $ 525 millions le 8 octobre 1952, le budget militaire fut réduit à 1. 420 milliards FF.

Conclusion.

  • 51 Les États-Unis avaient livré à l'Indochine en novembre 1951, 169 avions dont 8 Dakota C 47, 6 avio (...)

26La situation française restait consternante au moment où la nouvelle administration Eisenhower entrait en fonction. La guerre d’Indochine pèse de tout son poids sur les finances publiques et contraint la France à mendier une aide accrue aux Américains. L’état du commerce extérieur oblige à maintenir des restrictions quantitatives aux importations depuis février 1952. Certes la facture indochinoise a été légèrement soulagée à la suite du voyage de Letourneau aux États-Unis en juin 1952. Sur le terrain, l’aide militaire en end-items s’intensifie, le Département d’État donne l’ordre d’envoyer 50 C47 en Indochine avant le 1er novembre 1952. L’aide du PAM en end items se développe selon un programme établi par l’État Major français et la mission militaire américaine à Saïgon51.

  • 52 363 AP 22, DFE , Guindey, secret, 24 janvier 1953, note pour le ministre, « Négociations financièr (...)

27En octobre 1952, les aides mesurables en termes monétaires, acquises par les États associés atteignaient $ 91,2 millions52.

Tableau 123. Aide financière aux États associés, juin 1950-octobre 1952

Tableau 123. Aide financière aux États associés, juin 1950-octobre 1952

28Le bilan des diverses aides à la France paraît relativement flatteur, mais toutes ces aides étaient aléatoires. L’important pour les Français était de financer leur effort d’armement, sans compromettre leur indépendance technologique. Les Américains se refusaient à avancer dans cette direction. Les Français pouvaient croire qu’en jouant la carte indochinoise ils obtiendraient des aides abondantes utiles à l’équilibre général du budget militaire. Mais la politique américaine pouvait changer à l’égard des Français avec l’arrivée au pouvoir des Républicains.

LA NOUVELLE ADMINISTRATION AMÉRICAINE EST EFFICACE

  • 53 Gouvernement Mayer du 8 janvier 1953 au 21 mai 1953.
  • 54 CE 06, Daridan, Washington, 17 janvier 1953, 9 h 40, 379-87.

29La démission de Pinay consterna les Américains car elle retardait la nécessaire remise en ordre des affaires franco-américaines. L’arrivée au pouvoir de Mayer53 les rassura à cause de ses sentiments européens et de sa volonté de résister au Communisme en Indochine54. Mais il y avait surtout le tournant politique essentiel de l’arrivée au pouvoir d’Eisenhower, un républicain, et l’action de Foster Dulles, un ami de la France et de Monnet.

Le voyage de Dulles et de Stassen en France (février 1953).

  • 55 363 AP 21, Bonnet, note pour le Ministre, 3 janvier 1953. 4 AU 93, Dr5, Washington, 25 décembre 19 (...)

30Bonnet avait rencontré le nouveau Président Eisenhower et le nouveau Secrétaire d’État John Foster Dulles avant leur entrée officielle en fonction. Il en avait retiré l’impression qu’ils se sentaient concernés par la guerre en Indochine. Dulles disait prendre en compte les difficultés de la France55. Dulles décida de mesurer les rapports franco-américains en effectuant un voyage en France en février 1953.

Préparation du voyage par les Français.

  • 56 300 d’aide économique, 175 d’aide militaire, le reste en OSP.
  • 57 CE 67, JMS DGAEF, 26 janvier 1953, note pour l’ambassadeur SG, « Aide américaine, conversations av (...)

31Ce voyage européen restait un voyage d’information. Mais Bidault, nouveau ministre des Affaires étrangères, prépara avec soins cette rencontre. « L’affront » du 8 octobre devait disparaître. Les services envisageaient $ 650 millions d’aide pour 1952-1953 au lieu des $ 525 millions qui firent l’objet de l’incident avec Pinay, puis $ 775 millions pour 1953-195456. L’essentiel est d’obtenir une aide directe car les OSP permettent aux États-Unis « d’exercer sur notre industrie un contrôle et une action beaucoup plus directe que ceux que pouvait favoriser l’aide Marshall »57, écrit J. M. Soutou au Quai d’Orsay. On croit rêver, puisqu’il est évident que depuis deux ans au moins, le Congrès ne veut pas revenir à l’aide Marshall. Les services suggérèrent à Bidault de réclamer la prise en charge de 50 % des dépenses françaises en Indochine, en plus de l’aide « normale » reçue dans le cadre de l’OTAN. Voilà qui entrait, sans doute, dans les vues américaines, comme le sentait Bonnet.

  • 58 363 AP 22, MAE, 31 janvier 1953, « Documents préparés par les services pour les conversations ». C (...)

32Cependant, avec un rare courage et une lucidité tardive, la direction économique du Quai d’Orsay contesta le bien-fondé de la politique suivie qui visait à obtenir toujours plus d’aide américaine. S’appuyant sur Mendès France alors président de la Commission des comptes et des budgets économiques de la nation, Olivier Wormser, puisque c’est de lui qu’il s’agit, expliqua : « Toute notre économie se fonde sur des courants d’importations qui ne pourraient certainement pas être maintenus si nos ressources en dollars devaient être limitées aux produits des exportations possibles en toutes circonstances. Ainsi l’économie française s’oriente dans le sens d’une dépendance essentielle ». Mais il ne tranchait pas sur l’essentiel qui faisait le quotidien du gouvernement, comment réarmer ? Fallait-il abandonner l’Indochine ?58.

  • 59 457 AP 44, DG, affaires politiques Europe, J. S. 23 janvier 1953, « a/s politique européenne, note (...)

33Les débats interministériels préparatoires, fin janvier, révèlent que René Mayer était conscient du risque de mainmise américaine sur l’Indochine. La direction Asie du Quai pensait de même. Que faire si les États-Unis réclamaient une participation à la direction des affaires d’Indochine ? La direction des finances extérieures (DFE) estima de l’intérêt de la France de demander une aide bilatérale forfaitaire pour l’Indochine équivalant à la moitié du coût de la guerre, soit $ 650 millions (la moitié des 450 milliards FF prévus au budget français), mais elle risquait de s’accompagner d’une « dissociation des responsabilités du gouvernement français ». Quel terme pudique pour évoquer l’emprise américaine sur l’Indochine ! La direction des finances extérieures (DFE) voyait dans l’aide à l’Indochine le moyen de couvrir les besoins en dollars de la balance des paiements et de financer sur les seules ressources françaises le réarmement OTAN, donc de préserver à terme l’indépendance de la France59. La guerre serait donc intéressante, non pour les nobles idéaux qu’on prétendait défendre en Asie, mais pour faciliter le réarmement sur le front européen. D’une certaine façon, l’idée était de laisser faire les États-Unis en Indochine pour échapper à une trop forte tutelle américaine en Europe.

Un nouvel état d’esprit américain.

  • 60 363 AP 22, MAE, « Conversations franco-américaines du 2 février 1952, 2e et 3e séances », secret, (...)
  • 61 457 AP 44, Lettre de G. Bidault à René Mayer, 14 mars 1953.

34Au cours de la seconde séance des conversations, le 2 février 1953, René Mayer se félicita des bonnes dispositions américaines concernant l’aide pour la guerre d’Indochine. Mais Bourgès-Maunoury fit une proposition précise : affecter une aide forfaitaire pour la guerre au lieu de discuter sans fin. Stassen se déroba. Mais il avertit que l’aide ne serait prise en compte qu’en échange de la ratification de la CED60. L’esprit de chantage ou de « réalisme » n’était donc pas absent de ces conversations. Il y avait des conditions politiques à l’aide américaine, beaucoup plus clairement présentées que dans le passé. Après cette rencontre, Bidault fit savoir qu’il craignait que les États-Unis ne voulussent finalement aider les États associés d’Indochine plus que la France. Les conséquences seraient graves61. Bidault avait bien senti le problème. Mais la logique de l’aide imposait une dépossession de la France en Indochine et une valorisation des États Associé.

35Pourquoi, dans ces conditions, accepter une aide pour l’Indochine ? Sinon parce qu’elle servait aussi, ou d’abord ? à équilibrer la balance des paiements de la France.

Le voyage des ministres français à Washington les 26-28 mars 1953.

  • 62 CE 06, Washington, 13 mars 1953, 19 h, 1868-74, réservé, secret, au président du Conseil, « Visite (...)

36Bidault et Mayer allèrent aux États-Unis un mois plus tard (26-28 mars 1953). Les conversations portèrent encore sur le programme de défense. Mais elles eurent pour objet de « faire un tour aussi large que possible des questions économiques et financières qui se posent au monde libre... »62, sous-entendu à la France.

  • 63 363 AP 22, R. Mayer à « mon cher Président et ami » Auriol ? non datée, manuscrite.
  • 64 363 AP 27, « Discours du 19 mars, American Club et au National Pen club de Washington », 27 mars.

37Bonnet souhaitait la plus grande prudence sur l’aide à l’Indochine en raison de la sensibilité de l’opinion américaine. Sans doute était-ce pour cette raison que le voyage n’était pas souhaité par les Américains : « Je n’ai guère vu de voyage officiel aussi peu désiré » écrit Mayer qui indique que les Américains regrettent Schuman et Pinay63. Mayer avait préparé le voyage après une série d’opérations de relations publiques dont un discours à l’American Club le 19 mars. La guerre d’Indochine, dit Mayer, n’est ni la « dirty war », la « colonial war », la « forgotten war » mais la « misunderstood war », la « major War » où sont engagés 400.000 combattants64.

  • 65 457 AP 45, Bonnet, Washington, 16 mars 1953, 20 h 30, 1929-34 ; DGAEF, Coopération économique, dir (...)

38Mais les Français se déplacaient à Washington pour emporter la décision esquissée en février. Le budget français ne peut plus supporter le coût de la guerre. En fait il s’agit d’un tournant de la guerre, car les conséquences sont redoutables65. Le gouvernement Mayer, après avoir hésité, choisit cette solution. Il existait une autre inconnue. L’Amérique n’exigera-t-elle pas l’intégration militaire européenne, alors que le traité de CED n’inspirait plus les députés français ?

  • 66 363 AP 22 « Conversations franco-américaines », 26-27 mars 1953, 26 mars, 15 h 30, 17 h, 27 mars, (...)

39Au cours des deux jours de conversations, Letourneau, entouré des ambassadeurs du Viet-Nam et du Cambodge à Washington pour prouver la réalité de l’Union française, rappela la décision de constituer une armée nationale vietnamienne et d’apporter une solution politique au conflit. Dulles approuva et flatta les Français : « Le gouvernement américain sait que la France appartient à l’élite du monde ». Bidault réclamait ingénument aux États-Unis une déclaration sur le rôle mondial de la France ! A quoi Dulles répondit finement qu’il est imprudent de déclarer que l’on dirige le monde. Plus sérieusement, Mayer et Letourneau posèrent la question de l’attitude américaine en cas d’attaque chinoise sur l’Indochine. Il fut question chez les Américains de dissuasion par la 7e flotte et d’aide à l’évacuation du Tonkin. L’échange n’était pas à sens unique car l’administration américaine en profita pour demander aux Français de cesser de commercer avec la Chine66.

  • 67 Mémoires 1, ...op. cit. ; voir bibl. n° 37 ; p. 422.
  • 68 457 AP 45, Direction générale politique du MAE, 9 avril 1953, « Positions politiques du gouverneme (...)
  • 69 363 AP 22, 28 mars 1953, Mayer à Queuille, ou 225 millions in CE 06, p. 15, 9 avril 1953 ; il faut (...)
  • 70 Mémoires 1, ...op. cit. ; voir bibl. n° 37 ; p. 423.

40Quels furent les résultats des conversations des « quatre ministres quêteurs » selon E. Faure67 ? René Mayer estimait avoir reçu un accueil cordial. Les informations venues de Washington indiquaient qu’Eisenhower n’était pas opposé à une aide à la France si les Indochinois savaient qui la leur fournissait et si les États-Unis étaient informés des plans français68. Bourgès a obtenu un accord pour $ 215 millions d’OSP « Lisbonne », budgétaires69. E Faure exagère en disant que Mayer n’a rien obtenu, sauf l’annonce de la conférence au sommet des Bermudes70.

  • 71 CE 82, 8 avril 1953, Bidault, en réponse à la lettre de Dillon du 8 avril ; JMS DGAEF, coop. écono (...)

41L’échange de lettre Dillon-Bidault du 8 avril 1953 sur les offshore budgétaires sanctionnait un accord sur environ $ 230 millions choisis dans le budget français71. Les contrats d’OSP budgétaires seront intergouvernementaux, ce qui facilitera leur passation.

42Ce voyage si peu désiré n’aboutit pas à grand-chose politiquement. Il existe une incohérence entre les rodomontades de Bidault sur le rôle mondial de la France et une négociation en sous-main où la France supplie qu’on l’aide. Une telle inadéquation excédait les convenances diplomatiques et renforçait le doute sur la fiabilité politique de la France. Pourtant, le voyage révélait un changement d’attitude de l’administration américaine, comme si elle tentait d’offrir à la France une dernière chance en Indochine. Mais depuis le 8 avril 1953, la guerre d’Indochine était devenue une guerre franco-américaine contre le Viet Minh.

Les conversations d’avril à Paris : de l’argent pour l’Indochine.

  • 72 363 AP 22, 24 avril 1953, Burin des Roziers, pour le président du Conseil.
  • 73 457 AP 45, MAE, 22 avril 1953, entretiens franco-américains au MAE, « a/s effort de défense ».
  • 74 Contrat avec Eximbank, signé le 12 août 1953.
  • 75 CE 81 Paris, « Mémorandum », secret, délégation américaine, en anglais.
  • 76 363 AP 27, discours à l’AN du 19 mai 1953. CE 06, O. W, 28 avril 1953, à Washington, 5191-200 ; Ch (...)

43De nouvelles conversations franco-américaines s’ouvrent à Paris, entre Bidault, Dulles et leurs collaborateurs le 22 avril 1953. L’essentiel porte sur l’effort de défense de la France dans le cadre de l’OTAN. Pleven affirme l’incapacité de la France de dépasser l’effort actuel. En réponse les Américains font savoir qu’ils n’ont pas d’objections à ce que la France utilise à sa convenance les OSP, pourvu qu’elle poursuive la lutte en Indochine72. Dulles rassure les Français, mais il ne promet pas d’aide économique. En revanche il suggère d’accompagner une demande d’aide militaire pour l’Indochine d’un plan militaire et politique susceptible de modifier la situation. C’est donc l’Indochine qui intéresse Dulles, car elle est une pièce du « roll-back ». Dulles envisage une aide pour l’Indochine en 1953-54 d’environ $ 500 millions à condition de dresser un plan sérieux pour terminer victorieusement la guerre ou la réduire à celle de la Malaisie ou des Philippines73. Il se confirme que la nouvelle administration républicaine est décidée à aider la France pour intensifier la guerre en Indochine sous sa houlette. Dans le domaine économique c’est le même comportement. Le 26 avril 1953, ils s’engagent à donner une avance de $ 60 millions pour régler le nouveau déficit français à l’UEP ainsi qu’une avance de 100 millions $ de l’Eximbank sur la moitié de la valeur des contrats offshore signés74. Mais ils exigent clairement la mise en œuvre d’un programme financier rigoureux75. René Mayer, présentant les résultats de la négociation à l’Assemblée nationale, fit une allusion au redressement financier comme condition de la confiance des États-Unis dans la France76.

  • 77 363 AP 22 « Mémorandum », 26 avril 1953, secret ; réunion franco-américaine au Quai d’Orsay, diman (...)

44L’aide américaine pour 1954 pourrait consister dans le financement d’une artillerie spéciale française de $ 100 millions, d’un don de $ 460 millions soit 40 % des dépenses de la guerre d’Indochine, d’une aide spéciale pour le développement des forces additionnelles des États associés, d’une avance de $ 100 millions par l’Eximbank sur les contrats d’OSP77. En fait les Américains poursuivaient plusieurs buts, et l’annoncaient clairement : aider la France à se battre en Indochine, mais partager la conduite de la guerre avec les militaires français, contenir au maximum les ambitions militaires françaises par l’OTAN, et assainir l’économie française.

  • 78 457 AP 45, Réunion franco-américaine au Quai d’Orsay, 26 avril 1953, 15 h 30.
  • 79 363 AP 24/25, « Rapport du maréchal Juin, consécutif à sa visite en Extrême-orient, 30 mars 1953 » (...)

45Après avoir entendu Dulles promettre une aide, les Français sont visiblement soulagés. Ils se répandent en remerciements qu’on peut croire sincères. Ils promettent la ratification de la CED : le gouvernement français « veut donc faire l’Europe sur le plan de la défense et même la faire sur le plan économique et sur le plan politique » affirme Bidault en avril 195378. Or, Bidault, venait de dire non, devant ses services, en février 1953, à l’Autorité politique européenne qui comportait un Marché commun à six. Cette déclaration intégrationniste de Bidault devant Dulles était de circonstance. Elle induisit en erreur les États-Unis. Ce fut une faute politique. Les militaires français, comme Juin, voyaient l’intérêt d’une aide américaine aux États associés mais aussi les risques d’éviction de la France d’Indochine79. Dulles conclut souverainement qu’il fallait relever le défi en Indochine, agir, bouger.

  • 80 B 18221, 27 avril 1953, « Mémorandum secret du gouvernement américain ».
  • 81 363 AP 24/25, DG affaire politique, Asie-océanie, 18 mars 1953, « Coordination de l’action des gou (...)
  • 82 JO, « Demande d’investiture de Paul Reynaud, 27 mai 1953 », n° 44 AN, p. 2866.

46Il faut donc dater d’avril 1953 l’intervention directe des États-Unis dans la guerre d’Indochine, sous la forme d’une participation à la gestion tactique des forces des États associés80. Les experts américains croient fermement que la guerre menée autrement pourra être gagnée en deux ou quatre ans. Les militaires français ont l’illusion de pouvoir arracher aux États-Unis les moyens matériels et financiers pour la guerre tout en en conservant la direction. Les témoignages recueillis au Quai d’Orsay, dans les services parisiens non directement impliqués dans la guerre prouvaient que les hauts fonctionnaires avaient déjà tiré un trait sur cette guerre81. « On ne pourra supporter longtemps encore une telle contradiction entre des visées lointaines et les nécessités quotidiennes proches de nous », dit François Mitterrand lors de la crise politique de mai 1953, et Paul Reynaud, président du Conseil pressenti, redit ce que Bidault et d’autres affirmaient depuis 1948 : « Nous redresser comme d’autres déjà l’ont fait pour nous mettre en mesure de nous passer de cette aide extérieure, n’est-ce pas un impératif de la fierté française ? »82

Bilan de l’aide américaine en juillet 1953.

47Les trois grandes négociations de février, mars et avril 1953 ont eu un résultat concret permettant de faire un bilan clair.

Tableau 124. Bilan de l’aide américaine promise en juillet 1953

Tableau 124. Bilan de l’aide américaine promise en juillet 1953
  • 83 Lettre Dillon-Bidault d’avril 1953, 127 terre, 57 air, 33,5 mer ; OSP Pleven-Dunn : supplément de (...)

Sources83

  • 84 B 18221, Buron, ministère des Affaires économiques, 28 mai 1953 à H. R. Labouisse, MSA France.

48En mai 1953 Buron signe un accord sur la productivité avec la Mutual Security agency (MSA) de $ 30 millions pour 1952-1953. Dans sa lettre Robert Buron affirme la volonté du gouvernement français de stimuler la production et la productivité et de partager entre les salariés les bénéfices obtenus84.

  • 85 D'après Bonnet, F 60 490 du 6 juin 1953.
  • 86 CE 06, Bonnet, 2 mai .1953, 19 h 30, 3278-85, pour les Finances.

49Enfin la Mutual Security agency (MSA) annonce qu’elle octroie une allocation supplémentaire de défense support (aide économique en fait) de $ 107,5 millions pour 1952-1953 qui permet de conforter le programme d’importations générales. L’aide en défense support aura donc été de $ 397,5 millions pour 1952-195385. Cette disposition ne permettait pas de financer toutes les importations « économiques » nécessaires et les importations utiles au programme militaire. La France se trouvait encore en déficit à l’UEP. Ce problème fut résolu par l’octroi d’une avance exceptionnelle de $ 60 millions sur l’aide 1953-195486.

Les exigences commerciales de la solidarité occidentale.

50Un autre problème apparaît à travers les documents consultés, celui du contrôle des exportations françaises en direction des pays communistes. La question n’était pas nouvelle en 1952, mais l’aggravation des conditions mises pour l’aide à la France s’accompagnait d’un renforcement de la solidarité occidentale contre les pays communistes.

  • 87 457 AP 45, « Problèmes du commerce avec la Chine », secret, note mal datée, mars 1953 sûrement, se (...)

51Bien entendu la guerre de Corée avait entraîné le renforcement du blocus de la Chine. Les produits de la liste n° 3 ne pouvaient plus être exportés. Le problème se posa en termes nouveaux en 1952, car le Congrès des États-Unis vota la loi Kem-Battle interdisant toute aide aux pays qui fournissaient l’URSS et ses satellites. Les Français s’attendaient désormais à voir la surveillance américaine s’exercer avec plus de rigueur sur le commerce entre la Chine et l’Europe. Or la France a signé avec la Chine un accord de troc en avril 1952 pour un montant de £ 4 millions. Des opérations commerciales ont été faites par Doumeng, le fameux « milliardaire rouge ». Interagra avait signé avec China Import and Export Corporation un accord pour échanger du thé vert, de la soie, des oléagineux contre des produits sidérurgiques et de la pharmacie pour FF 2 milliards. Une mission d’industriels français, en majorité communistes d’après le Quai, s’était rendue en Chine. Les Messageries Maritimes avaient affrété deux navires, mais les États-Unis étaient intervenus. Ils avaient bloqué les avoirs de la Banque d’Indochine aux États-Unis. Les Chinois de leur côté empêchèrent le départ de Chine des directeurs de quatre agences françaises en Chine. Les Américains interdirent l’envoi en France d’un produit pharmaceutique rare : la terramicine. Les relations franco-américaines étaient donc acides, sans être critiques. La politique française vis-à-vis de la Chine avait toujours été différente de celle des États-Unis. La France ne voulait pas jeter les Chinois dans les bras des Soviétiques, elle croyait à l’intérêt du commerce avec les pays de l’Est, comme facteur de paix. Elle voulait seulement empêcher l’exportation de produits servant à l’effort de guerre du Viet-Minh et favoriser le commerce de produits non stratégiques87.

  • 88 Industrie, c39, secret, doc CH/170(53) septembre 53, document transmis par le MAE, « Liste spécial (...)
  • 89 CE 52, 6 mars 1953, coop. économique, à B. Toussaint CEE, n° 99, « a/s accords commerciaux avec le (...)
  • 90 CE 52, JPB, DGAEF, 9 avril 1953, note pour M. Wormser, « a/s conférence sur les échanges Est-Ouest (...)
  • 91 CE 90, Bilan des relations commerciales avec l’Est, note du 28 février 1955.

52L’attitude de la France sur cette question pesa dans les négociations franco-américaines sur l’aide en général. Les Français acceptèrent de faire un geste et de réduire leurs exportations de produits pharmaceutiques en direction de la Chine à $ 1,5 million si les autres pays en font autant. Un accord intervint au sein du Cocom puisque nous avons une liste d’articles sous embargo en septembre 1952 qui interdit l’exportation de machines à travailler le métal, les équipements pétroliers et chimiques, électriques, les matériels de transport, d’électronique, les métaux, minerais, le caoutchouc88. Le problème est identique avec les pays de l’Est européen. Il existe un accord commercial franco-polonais du 13 octobre 1952. Du charbon polonais est livré à la France en remboursement des créances polonaises envers la France (indemnités de nationalisation), les échanges portent sur environ 7 milliards FF. Un accord a été signé aussi avec la Tchécoslovaquie89. Cette politique d’ouverture à l’Est est une constante de la politique française, mais elle se développe avec des bonheurs divers. Certains services du Quai d’Orsay veulent une grande politique commerciale à l’Est, pour rétablir la balance commerciale française. « Il serait bon en particulier de ne pas considérer l’existence du Cocom et des listes d’interdiction comme éternelles », le blocus a affaibli la France. La mort de Staline laissait augurer des changements heureux90. Mais si le dialogue Est-Ouest en Europe avait repris, l’URSS n’était pas disposée à échanger des produits intéressant les Français91.

LE PROGRAMME D’AIDE POUR 1953-1954

53Le 1er août 1953, la Mutual Security agency (MSA) est remplacée par l’Administration des opérations à l’étranger ou Foreign Operations Administration (FOA) puis le 1er juillet 1955 par l’Administration de la coopération internationale (ICA).

  • 92 Le gouvernement Laniel a remplacé Mayer en juin 1953, il dure jusqu’au 12 juin 1954.

54Le montant de l’aide à la France pour 1953-1954 a été élaboré lors des conversations Bidault-Dillon en avril 1953 à Paris. Le programme américain d’aide à la France est beaucoup plus élevé qu’en 1952-1953 et pose moins de problèmes quantitatifs qu’en 1952, mais les conditions s’alourdissent. La nouvelle administration républicaine américaine joue le jeu de la résistance au communisme en Indochine et se sert de la France pour cette politique avec l’appui des autorités françaises92.

Les prévisions pour 1953-1954.

55Il est prévu en avril 1953, $ 100 millions pour les fabrications françaises d’armes destinées aux divisions françaises OTAN, mais $ 460 millions soit 40 % des dépenses françaises pour la guerre en Indochine et la livraison de matériels militaires.

Une aide soumise à des conditions politiques.

  • 93 CE 06, Bidault, O. W., 27 avril 1953, à Washington, 5165-69, réservé, secret, « Entretien avec le (...)
  • 94 CE 81, P Nacivet SGCI, 21 décembre 1953, « Commentaires sur la déclaration de Foster Dulles à la 5 (...)
  • 95 CE 81, O.W., 5 novembre 1954, « a/s problèmes des commandes offshore » ; CE 06, Bidault à Washingt (...)
  • 96 CE 06, Bonnet, 14 mai 1953, 19 h 40, 3619-21 ; Bonnet, 18 juin 1953, 15 h 25, 4682-87.
  • 97 Bilan de février 1954 : 503 avions modernes ont été livrés (DH 53 Mistral, MD 450 Ouragan, NC 2501 (...)

56L’administration américaine subordonne évidemment la réalisation de cette aide à l’approbation du Congrès93. Mais cette aide est assortie de conditions : conformité du programme français d’armement avec les programmes du NATO, adoption d’un programme d’action militaire en Indochine permettant d’espérer un succès, et ratification de la CED. Le Congrès a affecté la moitié des sommes de l’aide à la CED qui n’est pas encore ratifiée, exerçant une pression pour sa ratification94. Après l’échec de la CED devant l’Assemblée nationale française, Stassen dit à Edgar Faure le 28 septembre 1954, que les États-Unis attendent maintenant la ratification des accords sur l’Union de l’Europe occidentale (UEO) pour s’engager avec la France dans un nouveau programme d’OSP95. L’aide américaine pour 1953-1954 était plus intimement liée à l’effort militaire français en Indochine et les opérations militaires soumises à un contrôle plus étroit du MAAG de Saigon. L’aide irait d’ailleurs essentiellement aux États-Associés96. Il n’y avait guère de place pour promouvoir avec sécurité, un programme d’armement correspondant à une stratégie d’indépendance nationale97.

Offshore, dernier bilan en 1954.

57L’utilisation des offshore commerciales ne progresse pas autant qu’il avait été souhaité. De ce point de vue, même si l’effort en OSP est important, il n’est pas à la mesure des espoirs de Lisbonne.

  • 98 CE 81 JM, 16 mars 1954, DGAEF, coop économique note pour M. Wormser, « a/s réunion franco-américai (...)
  • 99 CE 06, O. W., 15 avril 1954, DGAEF coop économique, pour Washington, 5139-145, a/s offshore.
  • 100 CE 63, O. W. coop. eco. 20 avril 1954, note pour M. Charpentier, « a/s aide américaine ».

58Les difficultés pour passer des contrats offshore demeurent. La Mutual Security Agency (MSA) exige la cession gratuite des brevets qui sont propriétés du gouvernement français. Les prix français restent trop élevés par rapport à la concurrence98. Le gouvernement américain hésite à faire fabriquer des munitions de 105 mm et 155 mm ou des roquettes de 3,5 pouces99 parce que les contrats précédents ne sont pas toujours honorés en temps et en heure. Les Français constatent aussi que l’industrie a du mal à dépenser les $ 785 millions octroyés et à programmer industriellement les commandes au point que les services se gardent bien d’en parler avec les Américains100.

  • 101 CE 90, SGCI, 21 mars 1955, n° 145 à MAE, « Tableau du 18 mars 1955 au titre des programmes d'OSP 1 (...)

59Le bilan des offshore procurements est le suivant101.

Tableau 125. Essai de bilan des off shore commerciales « Lisbonne », et « Pleven-Dunn », 1951-1954

Tableau 125. Essai de bilan des off shore commerciales « Lisbonne », et « Pleven-Dunn », 1951-1954

60Au bout du compte, après une montée en puissance délicate et soumise à des conditions nombreuses, l’industrie française et le budget militaire avaient profité de plus de $ 1 milliard de dollars d’OSP.

Le miracle de l’aide américaine à l’Indochine ?

  • 102 CE 06, Bonnet, 26 juillet 1953, 20 h, 5780-84 ; Bonnet, Washington, 3 août 1953, 20 h 30, 6013-14, (...)

61Il n’était pas sûr que le Congrès donne toute l’aide militaire envisagée pour l’Indochine car il souhaitait en juillet 1953 faire des économies : $ 300 millions, disait-on au lieu de $ 400 millions. Le vote rétablit les crédits d’origine : $ 400 millions pour la guerre en Indochine, $ 85 millions pour la fabrication d’armes et $ 84 millions pour les États indochinois102.

  • 103 CE 06, O. W., 18 août 1953, DGAEF « Négociations concernant les nouvelles formes d’aides », 11542.

62Les premières escarmouches franco-américaines se produisent quand il s’agit d’allouer les fonds. Les Américains, au lieu d’allouer les $ 400 millions au budget français, décident de financer précisément certains articles dont il faut donner la valeur et l’utilisation103.

L’engagement américain : de 400 millions $ à 785 millions.

  • 104 74 AP 36, SE aux relations avec les États associés, 19 août 1953 0293/cab Marc Jacquet, « Mémorand (...)
  • 105 AP 36, « Lettre de D. Dillon sur les modalités financières de l’aide supplémentaire de 385 million (...)
  • 106 Mémoires, 1, …op. cit. ; voir bibl. n° 37 ; p. 463.

63La dégradation de la situation en Indochine est telle que Marc Jacquet, secrétaire d’État aux relations avec les États associés, écrit à Labouisse que le gouvernement ne peut pas maintenir le budget général en l’état. Il faut réduire les dépenses civiles et militaires ou obtenir une aide supplémentaire. Faut-il abandonner l’Indochine ? L’idée la plus en vogue est de remplacer le Corps Expéditionnaire Français (CEF) par les armées des États associés104. Labouisse accepte de discuter le principe d’une aide supplémentaire aux États associés de $ 385 millions. Les Français répondent aux pressions du Viet-Minh par le plan Navarre, subordonné à une aide supplémentaire américaine, elle-même liée à l’indépendance complète des trois États. Bidault, ministre des Affaires étrangères, approuve l’aide supplémentaire de $ 385 millions contre l’indépendance des trois États105. Les témoignages d’Edgar Faure, ministre de l’Economie et des Finances de Laniel, indique que le gouvernement comptait sur « le miracle » de l’aide américaine. Il se produisit en août 1953 d’après Edgar Faure106, ce qui correspond à nos sources d’archives. Edgar Faure parle d’une aide de FF 133 milliards soit les $ 385 millions de nos archives.

  • 107 74 AP 33, « P. v. du comité de DN du 11 mars 1954 », très secret, SGP de la DN, ex. 3/10, projet, (...)

64Les Américains acceptent de donner une aide supplémentaire de $ 385 millions à côté de l’aide de $ 460 millions et des $ 85 millions d’aide aux forces françaises OTAN, en sus aussi des end-items militaires. Un formidable effort en faveur de la guerre en Indochine est donc consenti en septembre 1953. Mais les archives révèlent bien autre chose à propos de l’Indochine. En août 1953, les dépêches font apparaître un certain désir français de rechercher la paix en Indochine. Certes il y a le plan Navarre qui doit comme les précédents « régler » le problème. Mais le Département d’État réagit contre des tentatives françaises de régler l’affaire indochinoise par la diplomatie. Les Américains sont des va-t-en-guerre en cet été de 1953, et les Français prêts à envisager la paix. Or le gouvernement se laisse aller à la guerre par faiblesse. Les Français ne croient plus à la victoire, les pertes s’alourdissent, le moral flanche tandis que « le gouvernement américain paraît compter sur la possibilité d’une solution militaire dans des délais assez rapides. Cette idée est dangereuse »107, note-t-on au comité de la défense nationale en mars 1954.

Malheur aux vaincus.

65La défaite française en Indochine d’avril mai 1954 passe inaperçue dans la correspondance économique, mais ses effets sont notoires sur les relations franco-américaines. L’arrogance américaine envers la France redouble. L’aide américaine se veut complètement autonome, comme s’il fallait se séparer du vaincu.

  • 108 CE 06, Parodi, 10 décembre 1954, 22 h 15, à Washington, 16226-28.
  • 109 Ministre des Finances du gouvernement Pierre Mendès France, 19 juin 1954, 15 février 1955
  • 110 CE 06, DGAET, secret, à Washington, 16630, 21 décembre 1954, pour Pérouse, de Delouvrier, « a/s co (...)

66Il faut rapatrier le Corps Expéditionnaire Français (CEF) et pour cela les Américains débloquent des crédits108. Les Français se dégagent financièrement des États associés. Edgar Faure109, en décembre 1954 indique à Stassen qu’il n’est pas question que le trésor français prenne en charge les armées nationales110. Il laisse désormais la porte ouverte aux Américains.

  • 111 74 AP 36, « Rapport Salan juin 1953 », graphiques p. 36. Il n'y a sûrement pas dans ces chiffres l (...)

67Qui a financé la guerre ? Le tableau suivant montre la progression des dépenses et l’accroissement de la part américaine111 (à l’exclusion des end-items militaires).

Tableau 126. Coût de la guerre d’Indochine et part américaine

Tableau 126. Coût de la guerre d’Indochine et part américaine

Les surplus, une chance ou un péril ?

  • 112 CE 06, Bonnet, 8 janvier 1954, 12 h 45, 22 h 45, 171-172 ; CE 90, note 16 novembre 1953, SGCI à MA (...)

68Parmi les nouveaux programmes d’aide se trouvent désormais les surplus agricoles que le Congrès a enfin réussi à placer dans la panoplie de l’aide à l’étranger. Au titre de la section 550 de la loi MSA de 1953-54 (amendement Mac Lellan), la France peut recevoir une aide en surplus agricoles : $ 15 millions prévus (viande, céréales, lait, oléagineux, coton), mais les Américains lient leur aide à l’approbation des projets de développement économique dans les territoires français112. Là encore l’aide est liée étroitement aux choix américains des formes de développement.

  • 113 CE 90, O.W. 23 décembre 1953, note pour l’ambassadeur SG, « a/s aide économique américaine ».
  • 114 CE 63, AF 170, M. P, 22 février 1954 à DFE, « Surplus agricoles américains ».

69Outre les questions de souveraineté bien légitimes, ces dispositions inquiètent les producteurs français et le Quai d’Orsay. La France est exportatrice de produits agricoles ; inonder l’Europe de surplus agricoles américains c’est perturber les courants d’échanges inter-européens ; risquer aussi de retarder les tentatives d’unification économique de l’Europe113. Aussi est-ce avec une certaine réticence que les Français s’engagent dans cette forme d’aide qui d’après l’ambassade de Washington est appelée à se développer114.

  • 115 CE 4, DGAEF, 30 avril 1955, à Washington ; DGAEF, CE, 7 février 1955, « Import de coton américain  (...)

70En effet, en avril 1955, Dillon et Pflimlin signent un accord pour $ 100 millions u. c. d’aide au Corps Expéditionnaire Français (CEF), dont $ 40 millions sous forme de francs français, contre-valeur d’un don de surplus agricoles américains115, auxquels s’ajoutent $ 50 millions sous forme de surplus de coton dont la contre-valeur ira au Viet-Nam.

Une tutelle pesante.

  • 116 CE 63, JM coop. économ. 1er juin 1954, note pour le SE.

71Avec l’année 1953-1954 se terminait la guerre d’Indochine. Il y aurait nécessairement une aide moins importante l’année suivante en raison de la fin de la guerre. Y aurait-il même une aide puisque l’amendement Richards prévoyait une livraison de matériels à une CED qui n’était pas ratifiée116. Ces deux années se terminaient plutôt mieux pour la France, en termes financiers malgré les deux incidents franco-américains.

  • 117 Les OSP sont de 3 types : budgétaires (dits de Lisbonne) parce qu’ils financent des lignes budgéta (...)

72Mais la France ne sortait pas glorieuse de cet âpre combat. Un combat douteux. Ses gouvernants veulent tout, l’aide en dollars, la puissance en Indochine, l’indépendance des choix stratégiques. Les conditions mises par la Mutual Security Agency (MSA) à l’utilisation de l’aide prouvait qu’elle était en tutelle. En effet, l’Amérique participait désormais aux choix économiques, militaires et stratégiques en Indochine. L’attribution d’OSP, modulés par type selon l’humeur des Américains et non selon les souhaits du gouvernement était un puissant moyen d’intervention et de contrôle partiel, mais réel du gouvernement français117.

  • 118 CE 66, PLB 3006, H. Bonnet à G. Bidault, 30 juillet 1953, « a/s presse américaine et le rapport Hi (...)
  • 119 CE 63, H. Bonnet à PMF, 8 juillet 1954, « a/s législation d’aide à l’étranger 1954-55 ».

73L’image de la France se dégradait. Les jérémiades françaises pour obtenir coûte que coûte des dollars étaient peu appréciées par le Congrès américain. La France était « l’homme malade de l’Europe », incapable d’équilibrer ses comptes en dollars, produisant à des coût prohibitifs, n’utilisant pas pleinement les investissements sidérurgiques de la Sollac et d’Usinor118. L’image se dégradait encore plus avec la défaite d’Indochine et l’échec de la CED. Le temps de l’aide à la France était révolu. En 1954-1955 la France émargeait pour $ 23,7 millions d’aide militaire, mais aucun crédit de soutien défense ni d’aide économique n’était prévu. L’heure de la relève américaine en Indochine sonnait puisque les États associés d’Indochine recevraient $ 1,1 milliard d’aide militaire en end item et en soutien direct des forces armées, soit 1/3 de l’aide américaine à l’étranger. Une aide fantastique, autant que la France en avait reçue lors de la première année glorieuse de l’aide Marshall119. L’Europe finissait lentement d’oublier le temps de l’aide économique.

74Pour la France 1955 fut l’année de la liquidation d’un passé encore chaud. L’aide pour le Corps Expéditionnaire Français (CEF) avait été de $ 400 millions en 1953-1954, et de $ 100 millions en 1955. $ 85 millions étaient prévus pour la fabrication d’armes et de munitions OTAN, mais il y avait des retards. Le gouvernement de Guy Mollet, en difficulté après Suez ne réussit pas à relancer à son profit la machine de l’aide américaine en dépit de démarches répétées auprès du Président américain et de Nixon. Ces deux années d’aide, 1952 à 1954 clôturaient le cycle de l’aide américaine à la France dans l’après-guerre.

Conclusion.

75L’aide américaine à la France et à l’Europe entière était passée par trois phases depuis 1945 jusqu’en 1955.

76Il y avait eu l’époque des prêts bilatéraux intergouvernementaux et des grandes organisations internationales de 1944 à 1947.

Tableau 127. Prêts américains et autres, 1944-1947

Tableau 127. Prêts américains et autres, 1944-1947
  • 120 En fait l'aide militaire a commencé en 1949 pour s'épanouir en 1951.

77Il y eut ensuite le temps de l’aide intérimaire de décembre 1947 à mars 1948 suivi du plan Marshall, d’avril 1948 à juin 1951, enfin celui de l’aide militaire de juillet 1951 à 1955120 sous forme d’aide MDAP – aide en moyens de production dont l’acquisition est prévue par le budget français – jusqu’en 1952, puis sous forme d’OSP budgétaires ou commerciales et d’aide en défense support (ex-aide économique). L’aide a pris aussi la forme de dons de matériels militaires divers, les « end-items » en sus de l’aide financière.

78De 1945 à 1947 la France bénéficia de $ 1.947,3 millions sous forme de prêts. La période Marshall, 1948-1951, lui apporta $ 2.756,3 millions d’aide, essentiellement des dons. La période de l’aide militaire, 1951-1955, $ 2.137,3 millions.

Tableau 128. Bilan général de l’aide américaine à la France 1945-1955.
1 – Aide économique et de soutien défense à la France, 1945-1951

Tableau 128. Bilan général de l’aide américaine à la France 1945-1955.1 – Aide économique et de soutien défense à la France, 1945-1951

79Le chiffre des prêts reprend la valeur des seuls prêts américains entre 1945 et 1947.

2 – Aide post-Marshall, 1951-1955

2 – Aide post-Marshall, 1951-1955

3 – Aides méricaines à la France, 1945-1955

3 – Aides méricaines à la France, 1945-1955
  • 122 Source : B 18 220; F 60 ter 359; CE 66 ; B 10927; F60 ter 500; 515; CE 63 ; F 60 ter 491, 500/501  (...)

Sources122.

80On observe que les OSP commerciales ne figurent pas dans ce tableau, mais uniquement les OSP de type Lisbonne de 1951-1952 et 1952-1953. Les OSP complémentaires Pleven-Dunn de 180 millions n’y figurent pas non plus. A ces fonds s’ajoutent les end-items militaires (valeurs arrêtées au 30 juin 1955), c’est-à-dire les matériels militaires américains, neufs ou d’occasion, livrés directement aux armées françaises, en France ou en Indochine.

Tableau 129. Tableau des end-items accordés à l’armée française

Tableau 129. Tableau des end-items accordés à l’armée française

81Les États-Unis, depuis 1945 ont procuré à la France plus de 10,2 milliards de dollars dont la moitié environ a eu un usage militaire. Les dollars utiles à la modernisation, au développement de la production et à la reconstruction, les $ 3.500 millions des dons ECA/MSA et les prêts à long terme, soit $ 2.174,3 millions ont formé plus de la moitié de l’aide américaine de 1945 à 1955. Le reste a été consacré à la guerre pour des achats directs de matières premières ou de machines nécessaires au réarmement, ou d’armes à partir de 1951. Une partie de l’aide, les OSP, a été consacrée à la guerre puisqu’elle payait la production d’armes fabriquées en France, mais les dollars rentraient dans le pool-devise français utilisable pour n’importe quelles importations de la zone dollar.

  • 123 CE 66, H. Bonnet à R. Schuman, 3382, 13 juillet 1951, « a/s aide américaine à l’Europe, exercice 1 (...)

82L’aide américaine à la France avait commencé en 1942. Elle avait pris au cours des années plusieurs formes dont la plus célèbre fut celle du plan Marshall. Il y eut le Prêt-Bail, brutalement stoppé en septembre 1945, une aide partiellement gratuite pour la guerre et le soutien des économies et des sociétés en guerre. Puis vint le temps des emprunts, dont les plus connus furent liés à la négociation Blum-Byrnes. L’Amérique, au yeux de Monnet et des hommes du plan de modernisation apporterait ainsi les moyens du renouveau économique français et européen. Les pénuries et les menaces politiques de l’année 1947 sur l’Europe donnèrent naissance à l’aide Marshall. L’ERP fut un moment d’innovation nationale et européenne. L’aide multilatéralisée, mais contrôlée par l’ECA irrigua le corps économique français d’une façon remarquable et efficace. Elle fut brutalement interrompue en juillet 1951 (en fait dès janvier) et remplacée par une aide militaire, à la suite de la menace sur la Corée. La période du plan Marshall avait lancé la croissance du monde occidental et de l’Europe pour trente ans. L’action américaine et européenne était-elle comme l’affirmait Foster, prenant à témoins les historiens futurs, « l’une des manifestations les plus brillantes de la capacité des hommes à collaborer pour une cause commune ? »123 Il est délicat d’affirmer que le peuple français était prêt à adopter cette formule, mais les responsables politiques sentaient bien l’intérêt de la reconstruction européenne et de l’aide pour la paix, tout en raisonnant souvent à l’échelle nationale. Tout compte fait, Staline tenait involontairement sa revanche sur le plan Marshall avec l’aide militaire. L’aide militaire, officiellement discutée dans le cadre de l’OTAN, était en fait une affaire bilatérale, où les rapports de forces, le chantage du faible au puissant, mais surtout les exigences du puissant sur le faible s’exercèrent avec bien peu de retenue. L’administration Eisenhower donna sa chance en Indochine à la France plus pour se servir d’elle que pour défendre les intérêts français. Elle remplaça la France en Indochine avant même la défaite de mai 1954. C’est contre les Américains que l’industrie française d’armement de haute technologie se développa entre 1948 et 1955. Années d’humiliation ces deux dernières années de l’aide ? Oui. Les documents ne laissent aucun doute. On aurait aimé conclure sur la libération et l’interdépendance de la France au terme de ces années d’aide américaine, il n’en est rien. A la différence de l’ERP où la France avait planifié son renouveau, avec l’Indochine et le réarmement, ses gouvernements s’efforcèrent d’être de bons alliés pour capter l’aide américaine à des fins de développement militaire national qui cadraient mal avec la mobilisation du monde occidental derrière le Grand Leader. La IVe République est peut-être morte de n’avoir pas su concrétiser ses aspirations à l’indépendance.

Notes

1 B 33923, PPS, attaché financier à Washington, à G. Guindey, 27 mars 1952, « Audition de David Bruce devant le Congrès » ; CE 63, 11 avril 1952, Bonnet, à R. Schuman, n° 1835, a/s assistance mutuelle.

2 Gouvernement Pinay en place du 8 mars 1952 au 23 décembre 1952.

3 Alors que les OSP Lisbonne financent des services communs OTAN, les infrastructures, et surtout l’armement des troupes françaises en Indochine.

4 F 60 ter 360, 342 bis, février 1952, J. Levy.

5 CE 82, Hoppenot, de Monnet pour Pleven, 958-964, 10 mai 1952.

6 CE 82, DGAEF Pleven à Jean Monnet, OW, 25 avril 1952, n° 7020-30 à Washington ; MAE, 31 mai 1952 à Washington, « Entretien Acheson, ministres français, commandes offshore ».

7 Cote Desfossés, 3 août 1952, « Offshore procurements », reprend un article de la Banque de Bruxelles.

8 F 60 ter 360, 441, 16 février 1952, J. Levy, note pour le président du Conseil.

9 F 60 ter 360, 442, J. Levy, note pour le président du Conseil, 16 février 1952, « Achats américains off shore », 457, 19 février 1952, J. Levy à PPS ; 797, 25 mars 1952, « C. r. réunion des ministères au SGCI » ; 24 avril 1952, note pour le président du Conseil.

10 CE 82, J. Levy SGCI, 5 mai 1952, n° 1056 ; CE 82, ou F 60 ter 436, note pour le président du Conseil, n° 1175, SGCI, 26 mai 1952, « Séjour à Paris de M. Acheson, état de la négociation concernant les commandes offshore ».

11 CE 63, R. Schuman, 13 mai 1952, à ambassade des USA, James Dunn ; Parodi DGAEF, 9 juillet 1952 à DN, 1079, président du Conseil, M. des Finances 3128, « a/s négociation franco-américaine relatives aux contrats offshore » : CE 82, DGAEF coop/écono. Note pour le président, « Contrats off shore » ; RV, 3 juillet 1952, note pour le président, « a/s contrats d’offshore, mémorandum américain du 27 mai 1952 ».

12 CE 82, note 15 juillet 1952, polycop. « Note relative au régime des off shore non compris dans le programme de $ 200 millions prévus à Lisbonne ».

13 CE 82, DD SGCI, 25 août 1952, n° 1737, « Note sur les contrats offshore ».

14 L’emprunt-or Pinay lancé en mai 1952 n’est pas perçu comme un succès par les Américains ou les Suisses.

15 CE 05, Bonnet, Washington, 25 juillet 1952, 19 h 55, 5266-68 ; Bonnet, 9 août 1952, 10 h 32, 5653-56, lettre de Parkman.

16 F 60 ter 440, H. Bonnet à R. Schuman, 5 mars 1952, n° 1098, « a/s assistance mutuelle ».

17 Vincent Auriol, Journal, 1952, ...op. cit. ; voir bibl. n° 19 ; p. 1069, note 139, juillet, cite le Monde du 23 juillet ; ces informations sont conformes à celles des archives.

18 CE 82, Bonnet 21 juillet 1952, n° 5108-19.

19 F 60 ter 361, P. Nacivet, 29 juillet 1952 à DREE, « Commandes OS, conf. des matières premières » ; CE 05, Daridan, 16 juillet 1952, 20 h 10, 4972 ; CE 66, Bonnet à R. Schuman, 19 novembre 1952, n° 5151, « Assistance mutuelle 1951-52 », on y parle de 332, 8 millions OSP au 30 juin 1952 sur un total pour l’Europe de 621 millions $ ; Fontainebleau, 780666/40, M. de la DN, 1er juillet 52, n° 2810/DSFP/SCE, « Note sur les commandes alliées ou étrangères au 30 juin 1952 » ; d’après Le Monde du 28 août 1952, la France avait obtenu $ 200 millions d’OSP Lisbonne, $ 139 millions de livraisons PAM remplacées par des OSP et $ 185 millions d’OSP supplémentaires pour les trois à venir au lieu des $ 625 millions initialement prévus.

20 F 60 ter 419, AE, Parodi de Pleven à Washington 11700-59, « Aide-mémoire remis à M. Dunn le 21 juillet 1952 par Pinay ».

21 F 60 ter 419, traduction, ambassade des États-Unis en France, « Mémorandum à l’attention de son excellence monsieur Antoine Pinay, président du Conseil des Ministres », 25 juillet 1952.

22 4 AU 92 dr 3 Washington, 29 juillet 1952, 22 h 30, 5373-88, « Conversations avec Perkins sur les offshore ».

23 Vincent Auriol, Journal, ...op. cit. ; voir bibl. n° 19 ; p. 461, lundi 28 juillet 1952. 4 AU 92, dr 3, MAE Paris, 28 juillet 1952, 22 h 10 à ambassade de France à Washington, 1276-88, conversations du président de la République avec M. Dunn, 27 juillet, en l’honneur de Mlle Truman, à Rambouillet.

24 A. P. 1952, annexe 32 p. 562. Journal, ...op. cit. ; voir bibl. n° 19 ; note juillet 1952, 134.

25 CE 82, Bonnet, 24 juillet 52, 9 h 40, n° 51 64-69, CE 05, Bonnet, 28 juillet 1952, 21 h 30, 5319-26 ; CE 05 ou CE 82, Bonnet, 29 juillet 1952, 22 h 30, 5373-88.

26 Vincent Auriol, Journal, ...op. cit. ; voir bibl. n° 19 ; 1952, p. 466, mardi 30 juillet 1952.

27 CE 05, Bonnet, Washington, 28 juillet 1952, 21 h 30, 5327-40, Washington Post, Alfred Friendly ; souhaits du gouvernement français pour les OSP : Mystère IV et II ; Avions-cargos Nord 2501 ; Avions d’observation d’artillerie (abandonnés par le gouvernement français) ; véhicules pour armée de l’air (idem) ; armement : engins blindés de reconnaissance (EBR), obusier de 155 et 105, canon AA 40, fusils, lance-roquettes, fusils mitrailleurs ; véhicules de liaison (Delahaye), camions 3T, 6X6 Ford ; chasseurs à réaction pour marine : Sea Venom ; cargos moyens ; électronique radios, radars ; munitions marine ; dragues.

28 4 AU 92 dr 4, Washington, 21 juillet 1952, 23 h 30, 5108-109, très secret. 28 juillet 1952, 22 h 20, à ambassade de France à Washington, n° 12112-18, « Texte de l’aide-mémoire remis par M. Dunn au président du Conseil le 25 juillet ».

29 4 AU 92 Dr 4, « Aide-mémoire remis par M. Antoine Pinay à M. Dunn, ambassadeur des États-Unis à Paris, le 21 juillet 1952 ». CE 05, Bonnet, 9 août 1952, 13 h 30, 5659-64, « Conférence de presse de Lovett » ; F 60 fer4l9, note pour le président du Conseil, 27 juillet 1952, SGCI n° 1517, TCT ? « Négociations franco-américaines sur les achats off shore, établissement du programme militaire français pour 1952 et 1953 ».

30 CE 82, Washington, 18 h 30, 5131-35.

31 CE 05 ou CE 82, Bonnet, 24 juillet 1952, 5145-48, Friendly du Washington Post ; CE 82, 28 juillet 52, 21 h 30, n° 5327-40 ; A. Bérard, Bonn, 1er août 1952, n° 7066-70.

32 CE 81, Bonnet, 2 août 1952, 15 h 25, n° 5470.

33 CE 05, Bonnet, 9 août 1952, 18 h 45, 5665-72, problème des offshore et donne son avis sur l’Indochine.

34 CE 05, Bonnet, 11 août 1952, 22 h 30, 5684-89.

35 4 AU 92, dr 5, Paris, 30 août 1952, à ambassade de France à Washington.

36 F 60 ter 361, Pinay à Dunn, le 8 août 1952, 1627.

37 CE 82, Washington, 9 août 1952, 18 h 45, n° 5665-72.

38 4 AU 93 dr 2, Washington, 8 octobre 1952, « Réponse à M. Pinay », n° 6831/39. CE 05, Bonnet, 3 octobre 1952, 11 h 30, 6718, Labouisse à Pinay ; 8 octobre 1952, 6826-29, « texte de réponse à la lettre de Pinay du 8 août 1952 ». F 60 ter 419, Lettre de Dunn à Pinay le 6 octobre 1952, ex. n° 7, réf à la lettre de Pinay du 8 août 52.

39 F 60 ter 490, Bonnet, 8 octobre 1952.

40 F 60 ter 418, SGCI ? 17 novembre 1952 ; D. Dommel, 1er décembre 1952, note pour M. Abelin.

41 F 60 ter 419, « Eléments pour un entretien entre le président du Conseil et l’ambassade des États-Unis », 8 octobre 1952, SGCI ?

42 V. Auriol, Journal, ...op. cit. ; voir bibl. n° 19 ; 1953-54, note 64, janvier. Georgette Elgey, Histoire de la IVe République, tome 2..... op. cit. ; voir bibl. n° 171 ; p. 218, elle ne cite pas sa source et fait parler Pinay, sans doute est-ce un entretien qu’elle a obtenu de l’ancien président du Conseil.

43 P. O. Lapie, De Léon Blum à de Gaulle, ...op. cit. ; voir bibl. n° 45 ; p. 439.

44 V. Auriol, Mon septennat, Gallimard, 1970, p. 468. Vincent Auriol, Journal, ...op. cit. ; voir bibl. n° 19 ; 1952, p. 653, 23 octobre 1952 ; discours de Donzére, p. 659, samedi 25 octobre 1952 ; p. 749 et note de novembre 1952, 169.

45 Irwin M. Wall, L'influence américaine sur la politique française, 1945-1954, Balland, 1989, p. 324-325.

46 CE 05, Washington, 11 octobre 1952, 20 h 35, 6926-31, « Réactions américaines au « récent incident franco-américain » ; Bonnet, 14 octobre 1952, 21 h, 6869-73, « Sur l'incident franco-américain, presse américaine », Bonnet, 15 octobre 1952, 20 h, 6998-7003.

47 CE 05, Washington, 20 novembre 1952, 19 h 30, 7682-84, « Visite avec Jacqueline Auriol au salon de l'air, offshore d'avions Mystère ; 24 décembre 1952 », 8557-60 très secret ; CE 81, Bonnet à G. Bidault, 4 mars 53, n° 94, CE, « a/s contrats off shore avions ».

48 CE 05, 30 octobre 1952,14 h 50, 7309-11.

49 Irwin M. Wall, L'influence américaine sur la politique française, 1945-1954, Balland, 1989, p. 326.

50 CE 63, DGAEF JMS, 10 janvier 1953, note pour le Président.

51 Les États-Unis avaient livré à l'Indochine en novembre 1951, 169 avions dont 8 Dakota C 47, 6 avions de reconnaissance, 40 Hellcat S6 F, 90 Bearcat S 8 F, 25 B 26 in F 60 ter 444, FB, 7 novembre 1951, « Appareils livrés par les USA ».

52 363 AP 22, DFE , Guindey, secret, 24 janvier 1953, note pour le ministre, « Négociations financières internationales en vue » ; F 60 ter 444, « Diverses formes d'aide pour l'Indochine », renseignements Bodet (États-Associés), 13 décembre 1952.

53 Gouvernement Mayer du 8 janvier 1953 au 21 mai 1953.

54 CE 06, Daridan, Washington, 17 janvier 1953, 9 h 40, 379-87.

55 363 AP 21, Bonnet, note pour le Ministre, 3 janvier 1953. 4 AU 93, Dr5, Washington, 25 décembre 1952, 22 h, n° 8314-31, réservé, très secret.

56 300 d’aide économique, 175 d’aide militaire, le reste en OSP.

57 CE 67, JMS DGAEF, 26 janvier 1953, note pour l’ambassadeur SG, « Aide américaine, conversations avec M. Dulles et M. Stassen ».

58 363 AP 22, MAE, 31 janvier 1953, « Documents préparés par les services pour les conversations ». CE 63, OW, 26 janvier 1953, note pour l’ambassadeur, secrétaire général, « Note sur l’aide américaine, entretien possible avec Foster Dulles ».

59 457 AP 44, DG, affaires politiques Europe, J. S. 23 janvier 1953, « a/s politique européenne, note sur l’effort atlantique, sur le problème de l’aide ». MAE, SG, réunion interministérielle du 31 janvier 1953. DAEF, DG, 2 février 1953, PAC, « Entretiens Bourgès-Maunoury-Stassen ». Note d’Asie ? « Sur une nouvelle orientation possible de l’aide américaine à la France », 10 mars 1953. O. W. 11 mars 1953, DGAEF, note pour le Président, « a/s aide américaine » ; CE 63, O. W. 29 janvier 1953, note pour l’ambassadeur, SG, « a/s aide américaine ».

60 363 AP 22, MAE, « Conversations franco-américaines du 2 février 1952, 2e et 3e séances », secret, 17 et 18 h 30.

61 457 AP 44, Lettre de G. Bidault à René Mayer, 14 mars 1953.

62 CE 06, Washington, 13 mars 1953, 19 h, 1868-74, réservé, secret, au président du Conseil, « Visite le 12 mars à M. Randolph Burgess, secrétaire suppléant de la trésorerie ».

63 363 AP 22, R. Mayer à « mon cher Président et ami » Auriol ? non datée, manuscrite.

64 363 AP 27, « Discours du 19 mars, American Club et au National Pen club de Washington », 27 mars.

65 457 AP 45, Bonnet, Washington, 16 mars 1953, 20 h 30, 1929-34 ; DGAEF, Coopération économique, direction d’Asie, 19 mars 1953, note, « a/s aide américaine ».

66 363 AP 22 « Conversations franco-américaines », 26-27 mars 1953, 26 mars, 15 h 30, 17 h, 27 mars, 9 h 30, 15 h 30, c. r. du Quai d’Orsay ?

67 Mémoires 1, ...op. cit. ; voir bibl. n° 37 ; p. 422.

68 457 AP 45, Direction générale politique du MAE, 9 avril 1953, « Positions politiques du gouvernement américain dans les entretiens de Washington ».

69 363 AP 22, 28 mars 1953, Mayer à Queuille, ou 225 millions in CE 06, p. 15, 9 avril 1953 ; il faut retenir le chiffre de 217,5 millions sur l’année 1952-1953.

70 Mémoires 1, ...op. cit. ; voir bibl. n° 37 ; p. 423.

71 CE 82, 8 avril 1953, Bidault, en réponse à la lettre de Dillon du 8 avril ; JMS DGAEF, coop. écono. 8 avril 1953, note pour le Président, « a/s échange de lettres relatif aux commandes des offshore budgétaires », approuvé par le Président – en notule –.

72 363 AP 22, 24 avril 1953, Burin des Roziers, pour le président du Conseil.

73 457 AP 45, MAE, 22 avril 1953, entretiens franco-américains au MAE, « a/s effort de défense ».

74 Contrat avec Eximbank, signé le 12 août 1953.

75 CE 81 Paris, « Mémorandum », secret, délégation américaine, en anglais.

76 363 AP 27, discours à l’AN du 19 mai 1953. CE 06, O. W, 28 avril 1953, à Washington, 5191-200 ; Charpentier, 6 mai 1953, DAEF, à ambassade de France à Washington, 5526-27, « a/s aide américaine, allocation spéciale ».

77 363 AP 22 « Mémorandum », 26 avril 1953, secret ; réunion franco-américaine au Quai d’Orsay, dimanche 26 avril 1953, 15 h 30.

78 457 AP 45, Réunion franco-américaine au Quai d’Orsay, 26 avril 1953, 15 h 30.

79 363 AP 24/25, « Rapport du maréchal Juin, consécutif à sa visite en Extrême-orient, 30 mars 1953 », à président du Conseil, n° 672, cab. exemplaire n° 1/4.

80 B 18221, 27 avril 1953, « Mémorandum secret du gouvernement américain ».

81 363 AP 24/25, DG affaire politique, Asie-océanie, 18 mars 1953, « Coordination de l’action des gouvernements alliés en E-O », note.

82 JO, « Demande d’investiture de Paul Reynaud, 27 mai 1953 », n° 44 AN, p. 2866.

83 Lettre Dillon-Bidault d’avril 1953, 127 terre, 57 air, 33,5 mer ; OSP Pleven-Dunn : supplément de fabrication pour $ 185 millions (avions 86 ; munitions 99, contrats signés avant le 30 juin 1953, 225 avions Mystère IV), OSP commerciaux : 290 millions $ en 1953 (obusiers de 155 mm pour armée française, charges pour obusier, 7 escorteurs, 17 dragueurs de mines, 9 patrouilleurs, 6 gabares porte-filet pour OTAN, munitions, radios, radars) ; 74 AP 34, SGP de la DN, ex n° 3/30, 21 juillet 1953, « État d’avancement des programmes d’armements des départements de la DN au 30 juin 1953 » ; aide Blair-Moody (1952-1953) « pour le développement de la libre entreprise » (CE 06, O. W. à Washington, 5571-72, « aide Blair-Moody ».

84 B 18221, Buron, ministère des Affaires économiques, 28 mai 1953 à H. R. Labouisse, MSA France.

85 D'après Bonnet, F 60 490 du 6 juin 1953.

86 CE 06, Bonnet, 2 mai .1953, 19 h 30, 3278-85, pour les Finances.

87 457 AP 45, « Problèmes du commerce avec la Chine », secret, note mal datée, mars 1953 sûrement, service mal identifié, MAE, DAEF très vraisemblablement. MAE, DAEF, 21 mars 1953, note pour le président, « a/s COCOM : point litigieux et solutions éventuelles ».

88 Industrie, c39, secret, doc CH/170(53) septembre 53, document transmis par le MAE, « Liste spéciale pour la Chine, texte révisé ».

89 CE 52, 6 mars 1953, coop. économique, à B. Toussaint CEE, n° 99, « a/s accords commerciaux avec les pays de l’Est ».

90 CE 52, JPB, DGAEF, 9 avril 1953, note pour M. Wormser, « a/s conférence sur les échanges Est-Ouest ».

91 CE 90, Bilan des relations commerciales avec l’Est, note du 28 février 1955.

92 Le gouvernement Laniel a remplacé Mayer en juin 1953, il dure jusqu’au 12 juin 1954.

93 CE 06, Bidault, O. W., 27 avril 1953, à Washington, 5165-69, réservé, secret, « Entretien avec le SE américain » ; Humphrey, Stassen, Nash.

94 CE 81, P Nacivet SGCI, 21 décembre 1953, « Commentaires sur la déclaration de Foster Dulles à la 53e session du conseil de l’OTAN, 14 décembre 1953.

95 CE 81, O.W., 5 novembre 1954, « a/s problèmes des commandes offshore » ; CE 06, Bidault à Washington, 27 avril 1953, 5170-74, 5580-84, « Sur l’aide américaine à la France pour 1953-54 ».

96 CE 06, Bonnet, 14 mai 1953, 19 h 40, 3619-21 ; Bonnet, 18 juin 1953, 15 h 25, 4682-87.

97 Bilan de février 1954 : 503 avions modernes ont été livrés (DH 53 Mistral, MD 450 Ouragan, NC 2501 Cargo, MD 315-312-311, SIPA école, Morane 733 école), des stations radars construites (6), 25 terrains d’aviations construits dont 7 pour le NATO, 422 chars réceptionnés, artillerie de DCA, munitions en offshore, constructions de navires de guerre (9 escorteurs, 9 dragueurs, croiseurs De Grasse, Colbert, Guichen, Chateaurenault, 23 escorteurs, 21 dragueurs, 4 SM Narval, 2 SM, des avions pour l’aéronautique navale), in 74 AP 33, SG permanent de la DN, 1er février 1954, ex n° 3/20, « État d’avancement des programmes et fabrication d’armements au 31 décembre 1953 ».

98 CE 81 JM, 16 mars 1954, DGAEF, coop économique note pour M. Wormser, « a/s réunion franco-américaine chez M. Delouvrier au sujet du financement par les États-Unis de la fabrication d’armes spéciales en France, 16 mars 1954 » ; CE 06, Bonnet, 16 avril 1954, 20 h, 2591-96.

99 CE 06, O. W., 15 avril 1954, DGAEF coop économique, pour Washington, 5139-145, a/s offshore.

100 CE 63, O. W. coop. eco. 20 avril 1954, note pour M. Charpentier, « a/s aide américaine ».

101 CE 90, SGCI, 21 mars 1955, n° 145 à MAE, « Tableau du 18 mars 1955 au titre des programmes d'OSP 1951 à 1954 » ; Fontainebleau, 780666/40, SGCI, n° 949, 23 septembre 1954 à MIC, « Note sur les commandes offshore ». Koch Henri, Histoire de la Banque de France et de la monnaie sous la IVee République, 1983, Dunod, p. 197. CE 06, F 60 ter 490, p. 54, dans F 60 ter 419, o n parle de 158 millions contrats OS pour 1951-52 en dehors des 177 OS Lisbonne ; « Bilan des offshores commerciales en septembre 1954 » in CE 81 ; B 18221, Fontainebleau 780666, 40, SGCI, n° 949, II B.7, 23 septembre 1954, à MIC, « Note sur les commandes offshore ».

102 CE 06, Bonnet, 26 juillet 1953, 20 h, 5780-84 ; Bonnet, Washington, 3 août 1953, 20 h 30, 6013-14, « Vote définitif de l'aide ».

103 CE 06, O. W., 18 août 1953, DGAEF « Négociations concernant les nouvelles formes d’aides », 11542.

104 74 AP 36, SE aux relations avec les États associés, 19 août 1953 0293/cab Marc Jacquet, « Mémorandum et annexe du 18 août 1953 remis à Labouisse ».

105 AP 36, « Lettre de D. Dillon sur les modalités financières de l’aide supplémentaire de 385 millions $ », 29 septembre 1953, approuvée par Bidault le même jour ; 74 AP 36, memo de l’ambassade US du 26 août 1953, « Demande de renseignements supplémentaires sur les différents budgets militaires français ».

106 Mémoires, 1, …op. cit. ; voir bibl. n° 37 ; p. 463.

107 74 AP 33, « P. v. du comité de DN du 11 mars 1954 », très secret, SGP de la DN, ex. 3/10, projet, p. 6 et 7.

108 CE 06, Parodi, 10 décembre 1954, 22 h 15, à Washington, 16226-28.

109 Ministre des Finances du gouvernement Pierre Mendès France, 19 juin 1954, 15 février 1955

110 CE 06, DGAET, secret, à Washington, 16630, 21 décembre 1954, pour Pérouse, de Delouvrier, « a/s conversations E. Faure/Stassen sur l’Indochine ».

111 74 AP 36, « Rapport Salan juin 1953 », graphiques p. 36. Il n'y a sûrement pas dans ces chiffres les end-items américains, difficile à évaluer, même à l'époque.

112 CE 06, Bonnet, 8 janvier 1954, 12 h 45, 22 h 45, 171-172 ; CE 90, note 16 novembre 1953, SGCI à MAE, YL 629, « Note sur la position que pourrait prendre la France sur les surplus agricoles ».

113 CE 90, O.W. 23 décembre 1953, note pour l’ambassadeur SG, « a/s aide économique américaine ».

114 CE 63, AF 170, M. P, 22 février 1954 à DFE, « Surplus agricoles américains ».

115 CE 4, DGAEF, 30 avril 1955, à Washington ; DGAEF, CE, 7 février 1955, « Import de coton américain », section 202, MSA 54, pour Washington.

116 CE 63, JM coop. économ. 1er juin 1954, note pour le SE.

117 Les OSP sont de 3 types : budgétaires (dits de Lisbonne) parce qu’ils financent des lignes budgétaires françaises, complémentaires quand elles financent des fabrications militaires françaises choisies par la France, mais non inscrites au budget, et commerciaux, si ils répondent à un appel d’offre international pour les fabrications OTAN.

118 CE 66, PLB 3006, H. Bonnet à G. Bidault, 30 juillet 1953, « a/s presse américaine et le rapport Hillman ».

119 CE 63, H. Bonnet à PMF, 8 juillet 1954, « a/s législation d’aide à l’étranger 1954-55 ».

120 En fait l'aide militaire a commencé en 1949 pour s'épanouir en 1951.

122 Source : B 18 220; F 60 ter 359; CE 66 ; B 10927; F60 ter 500; 515; CE 63 ; F 60 ter 491, 500/501 ; d'après B 10927, « Allotments summary by country and fiscal year 3 avril 1948-31 août 1953 », millions de dollars, foreign operations agency (FOA), « European program » ; « L'aide américaine à la France », in « agence Fournier », 7 mai 1954, réponse au sénateur Le Guyon par Edgar Faure, voir aussi B 42255, note du 20 mars 1954 sur les divers aspects de l'aide américaine depuis l'expiration du plan Marshall, source Finances ? Elgozy Georges, L'aide économique des États-Unis à la France, Documentation française, 1953, p. 14.

123 CE 66, H. Bonnet à R. Schuman, 3382, 13 juillet 1951, « a/s aide américaine à l’Europe, exercice 1950-1951 ».

Table des illustrations

Titre Tableau 122. Aide américaine pour 1952-1953 en janvier 1953
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2797/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 187k
Titre Tableau 123. Aide financière aux États associés, juin 1950-octobre 1952
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2797/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Titre Tableau 124. Bilan de l’aide américaine promise en juillet 1953
Légende Sources83
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2797/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 145k
Titre Tableau 125. Essai de bilan des off shore commerciales « Lisbonne », et « Pleven-Dunn », 1951-1954
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2797/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Titre Tableau 126. Coût de la guerre d’Indochine et part américaine
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2797/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Titre Tableau 127. Prêts américains et autres, 1944-1947
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2797/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 241k
Titre Tableau 128. Bilan général de l’aide américaine à la France 1945-1955.1 – Aide économique et de soutien défense à la France, 1945-1951
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2797/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 137k
Titre 2 – Aide post-Marshall, 1951-1955
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2797/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 231k
Titre 3 – Aides méricaines à la France, 1945-1955
Légende Sources122.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2797/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Titre Tableau 129. Tableau des end-items accordés à l’armée française
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2797/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 81k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable