Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La France, l’aide américaine et la construction européenne 1944-1954. Volume II

 | 
Gérard Bossuat

Quatrième partie. L'aide au réarmement, l'honneur et la vocation mondiale de la France, 1951-mai 1954

Chapitre XXI. Tout pour la guerre

Texte intégral

« Il ne faut jamais oublier que, depuis la fin du premier semestre de cette année, l’aide économique américaine est terminée et que les dollars du Plan Marshall dont on a si souvent parlé et qui ont été si utiles au relèvement de notre pays et à son ravitaillement, nous ne les avons plus. »
René Mayer (novembre 1951).

  • 1 B 18220, note de l’attaché financier à Washington, « Étude du projet de loi de sécurité mutuelle », (...)
  • 2 B 18220, Finances, « Note sur l’aide accordée à la France par les États-Unis, 1er février 1956 », p (...)
  • 3 CE 66, coop. économique, 8 juin 1951, à Guindey et TCT ; Bonnet à R. Schuman, 24 août 1951, n° 3439 (...)
  • 4 B 33923, « Projet de note à Schuman », janvier 1952.
  • 5 F 60 ter 440, « Rapport sur l’organisation et l’administration de l’Agence de Sécurité Mutuelle », (...)

11951 est l’année de la loi de sécurité mutuelle, votée par le Congrès le 10 octobre 1951 avec effet au 1er juillet 1951. L’ECA disparaissait au profit d’une nouvelle administration, la Mutual Security Agency (MSA). La loi prévoyait une aide à l’Europe de $ 4,8 à 5,028 milliards (aide militaire) et de $ 1,022 milliards (aide économique). Elle prévoyait aussi la fin de toute aide économique au 1er juillet 1952. On voit donc combien cette année était importante1. Cette loi se substituait à la loi d’aide ERP de 1948 amendée les années suivantes et à la loi MDAP (d’aide à la défense mutuelle) d’octobre 1949. « Elle couvre à la fois les besoins économiques et les besoins militaires, en mettant l’accent sur la défense mutuelle devenue prépondérante »2 remarquait-on aux Finances. Les militaires apparaissaient plus souvent désormais dans les dépêches de Bonnet3. Les Français en acceptèrent les termes en janvier 1952. Ils adhérèrent donc au renforcement de la sécurité mutuelle4. Les risques de guerre généralisée prédominaient dans les raisons de cette transformation fondamentale de l’aide américaine. Les Américains s’appuyèrent sur les instruments de la défense atlantique : l’OTAN. La rapidité de l’évolution vers la militarisation de l’aide s’expliquait aussi par le semi-échec du plan Marshall. Il était un succès pour la modernisation-reconstruction mais le dollar-gap subsistait, ainsi que l’inflation et la dispersion économique et politique des Européens. L’aide américaine perdait son caractère d’allocation économique pour devenir le moyen d’orienter l’Europe vers sa défense et son unification5.

  • 6 Objectifs en juin 1951 : $ 8,3 milliards de stocks, réalisations $ 3,0 milliards. L’objectif était (...)

2Les débats au Congrès auguraient assez mal de l’aide pour 1951-52. Les premiers « hearings » commencèrent seulement en mai 1951. Le Congrès était décidé à privilégier l’aide à la défense mutuelle. Les États-Unis se lançaient, et le monde atlantique avec eux, dans la préparation méthodique des économies à une éventuelle conflagration mondiale, ainsi s’expliquait le gigantesque effort de stockpiling américain6. Le leadership américain beaucoup plus pesant qu’au temps du plan Marshall était générateur de conflits. C’est vrai pour la France et la Grande-Bretagne où le changement de politique aux États-Unis fit démissionner Bevan et Harold Wilson. Mais le congrès se faisait plus dur dans sa politique d’aide à l’Europe : la contre-valeur devrait être affectée obligatoirement aux dépenses militaires à la place de la modernisation civile.

  • 7 F 60 ter 407, Vaurs à Dutheillet 11 août 1951.

3Ainsi face à un Congrès décidé à en découdre avec le communisme mondial, la France devait donner des gages de mobilisation pour bénéficier d’une aide ou y renoncer. Or même un gouvernement français favorable à l’atlantisme et sensible au danger communiste ne pouvait tout accepter. Les débats sur le programme militaire en 1950-51 et sur le rôle des États-Unis en Indochine l’avaient bien montré. Les rapides changements de gouvernements en France ne pouvaient donner l’assurance d’un suivi sérieux des affaires en dépit de la permanence des services et de certains hommes politiques. « Pour les Affaires étrangères nous sommes maintenant dotés de M. Bidault, de M. R. Schuman et de M. Maurice Schumann. Etant donné la bonne entente qui règne entre ces hautes personnalités, je ne doute pas un instant que la politique française déjà si ferme et lumineuse, ne prenne un nouvel essor dans une direction bien définie... », expliquait plaisamment Roger Vaurs7. Ces nouvelles dispositions américaines étaient un défi pour les Français. Pouvaient-ils s’en accommoder, allaient-ils renoncer à l’aide américaine ?

L’AIDE AMÉRICAINE À LA DÉRIVE DANS L’ÉTÉ 1951

4La diminution de l’aide économique ERP eut des conséquences plus graves que prévues en France. Les Français s’étaient bien rendus compte de la modification de la nature de l’aide au cours de l’année précédente, mais ils espéraient la poursuite de l’aide sous forme militaire.

L’interruption brutale des allocations en juillet 1951.

5En attendant les décisions du Congrès qui ne se produisirent qu’en octobre 1951, l’ECA bloqua toute allocation. Le flux de dollars « Marshall » fut donc interrompu pendant quelques mois à partir de juin 1951.

Les réserves de dollars fondent.

  • 8 AMF 17/3/8, « Audition de Monnet au Conseil économique », mercredi 18 janvier 1950.
  • 9 363 AP 19, « Comparaison entre les causes du déficit de la zone £ et de la zone F par rapport à la (...)

6Entre juillet et octobre 1951, aucune allocation n’est consentie. Les importations doivent être financées avec des dollars libres. Monnet avait pourtant averti les services français : « J’ai vu se terminer le Prêt-Bail américain. En une heure cela a été fini »8. D’autre part la balance commerciale française s’est brutalement dégradée à l’UEP et avec les zones dollar et sterling, après l’embellie de 1950 remarquée par l’ECA. En conséquence de la guerre de Corée, les prix des matières premières importées ont augmenté parce qu’elles étaient rares. Il fallait réarmer alors que l’aide américaine diminuait. La libération des échanges avait favorisé les importations françaises des pays de l’OECE alors que la poussée inflationniste jugulait l’expansion des exportations françaises. La France était en déficit de $ 82 millions à l’UEP en octobre 19519.

La contraction des programmes français d’importation.

7La retombée sur les programmes français d’importation est indéniable. Les services français avaient dressé un programme d’importations en dollars de $ 921 millions. Il est réduit à $ 825 millions puis à $ 500 millions par René Mayer, ministre des Finances et des Affaires économiques. La situation à l’automne 1951 est donc très grave. Elle ressemble à celle de l’été 1947.

  • 10 F 60 ter 484, JT « Étude du programme de $ 921 millions comparé aux crédits ouverts au cours de l’e (...)
  • 11 F 60 ter 490, DREE, Imp. 3, n° 565, 18 juillet 1951, P. Moussa, « Note pour la direction des approv (...)
  • 12 F 60 ter 490, ECA à Bonnet 18 septembre 1951, « Allotment de 11 millions $ ».

8Le programme normal de $ 921 millions, comportait des augmentations d’importations de matières premières, mais une réduction de nombreux autres postes : blé, oléagineux, chimie, équipements « réduits à l’essentiel » pour poursuivre la réalisation de la modernisation10. Mais en juillet malgré la fin provisoire de l’aide américaine, la DREE (P. Moussa) estimait que la France pouvait encore payer. Toutefois il était dangereux de dépenser en une fois l’épargne d’un an11. L’ECA d’ailleurs invitait les Français aux économies sachant la confusion qui régnait aux États-Unis sur l’avenir des programmes d’aide. En août les Français demandèrent une aide de $ 40 millions pour financer $ 62 millions d’équipements et de matières premières, pour tester l’ECA semble-t-il. Seul un « allotment » de $ 11 millions fut consenti le 18 septembre sur les crédits de sécurité mutuelle12.

  • 13 F 60 ter 484, MC et des REE, 3 août 1951, service des importations, Note pour le ministre.
  • 14 F 60 ter 419, « Projet de communication aux Américains », 31 août 1951, secret.

9Le programme français est bientôt réduit à $ 850 millions. Il suppose d’après les Français, une aide de $ 650 millions environ, en contradiction avec la décroissance annuelle normale de l’aide13. Les Français demandent en outre un engagement de dépenses de l’armée américaine en France de $ 130 millions pour 1951-5214. Une aide d’une telle importance est rapidement reconnue comme impensable. De nouveaux chiffres circulent, faisant état de $ 170 millions d’aide économique s’ajoutant à des reliquats de $ 57 millions. Ces demandes impressionnantes s’expliquaient par le coût énorme de la guerre en Indochine. Bref la France dispose seulement pour 1951-1952 de $ 340 à $ 420 millions de dollars bruts pour les importations, en regard des $ 1.203 millions de dépenses (importations et frais financiers).

  • 15 F 60 ter 436, AE, coop. eco. Washington, 26 octobre 1951, « Problèmes en dollars pour la France ».

10René Mayer ne pouvait que mesurer « l’importance du problème à résoudre ». Les Français tentèrent alors d’obtenir une aide économique par transfert d’une partie de l’aide militaire en aide économique15, ou une aide spéciale pour l’Indochine que Mayer et Schuman voulurent négocier en septembre 1951 aux États-Unis.

La routine de l’European Cooperation Administration (ECA) !

  • 16 F 60 ter 359, 735, G. Elgozy à MIC, 7 septembre 1951.
  • 17 F 60 ter 504, 23 novembre 1951, Finances, douanes à SGCI ; Patterson à SGCI, 20 décembre 1951 ; TCT (...)
  • 18 CE 04, Bonnet, 18 octobre 1951, 8 h 15, 7253.

11L’ECA continuait, malgré les changements apportés à l’aide, de contrôler la réalisation des affaires antérieures. L’ECA restait particulièrement attentive aux questions de roulement à billes, un article toujours sensible16. Le contrôleur américain de l’ECA, Patterson souhaite enquêter dans les entrepôts en douane pour y rechercher le matériel ECA en souffrance parfois depuis dix-huit mois. Les Finances refusent mais elles sont prêtes à donner une liste des marchandises dans les dépôts17. Les Français tentent toujours de surmonter le protectionnisme américain. Ils acceptent des contingents de pommes et poires américaines contre du fromage français. Bonnet estime avoir obtenu certains aménagements « notamment pour le Roquefort »18.

  • 19 CE 73, LG MAE, Infos et presse, 3 août 1951, n° 1948, note pour le cabinet du ministre et la DGAEF, (...)
  • 20 F 60 ter 393, Préfet du Cher à MI 29 février 1952.
  • 21 F 60 ter 393, 29 février 1952, « Demande d’autorisation d’exposer du MSA à Puteaux et Vincennes ».

12La publicité pour l’aide reste toujours à l’ordre du jour. L’ECA organise sous couvert de l’OECE un « train de l’Europe », constitué de huit wagons retraçant les efforts de coopération inter-européenne, les intérêts communs des nations libres, l’effort français, un wagon cinéma et deux wagons de service. Le train traverse toute l’Europe. On pourra interroger des personnalités françaises sur le plan Marshall : Mayer, Buron, Madame Auriol, Marjolin, Monnet, Jouhaux, les syndicats « libres »19. C’est la réalisation de projets imaginés en 1949 par la mission américaine en France. Mais l’effort d’information et de propagande suscite toujours d’âpres conflits. Une exposition MSA doit être protégée à Vierzon à la suite d’une manifestation de l’Union locale CGT en connivence avec le conseiller général communiste20. La MSA demande l’autorisation d’exposer des photos sur « le vrai visage des États-Unis ». L’exposition montre un pays où les travailleurs ont des droits et sont libres. Habilement des photos présentent le président Auriol et Henri Park-man le chef de la mission américaine en France21.

  • 22 F 60 ter 394, 1er octobre 1951, Kaplan à G. Elgozy : la notule est signée : G. E.

13L’aide militaire devra bien entendu donner lieu à une propagande, sans doute encore plus délicate à mener. L’ECA propose de faire un film pour la télévision montrant un jeune ouvrier français sous les drapeaux, devant une usine dotée de machines américaines. On voit des armes américaines et on termine sur la mobilisation morale de la jeune recrue décidée à combattre pour la défense de l’Occident. Devant ce monument de conformisme, Elgozy du SGCI exécute le projet : « Le génie de la contre-propagande les inspire ! »22 dit-il.

Le commerce avec l’Est n’est pas d’un grand secours.

  • 23 CE 52, 24 août 1951, « Liste de produits que la France pourrait offrir à l’Est ».
  • 24 D’autres accords ont été signés avec la Hongrie le 13 mars 1951, avec la Pologne le 13 octobre 1952 (...)
  • 25 CE 52, DGAEF, 11 avril 1951, « Fourniture de pneus à la Pologne ».
  • 26 JPB, 15 mai 1952, note, « Bilan des travaux de la rencontre économique de Moscou ».

14Des négociations avec l’URSS ont été engagées dans le domaine commercial. Ce n’est pas une innovation, mais dans le contexte du moment, tenter d’accroître les échanges avec l’URSS relevait d’un choix politique courageux. Les Français recherchent des céréales et du bois en URSS. Les Russes font connaître les produits français susceptibles de les intéresser : mécanique, machines agricoles, automobiles, produits électriques, tuyaux, textiles, chimie. La liste est remise aux Français à la CEE-Genève, haut lieu et seul lieu d’un dialogue économique Est-Ouest depuis 194723. Les Français signent d’ailleurs avec l’URSS un accord commercial le 3 septembre 1951. Mais les réalisations concrètes24 échouent. La Pologne qui avait signé un accord commercial en mars 1948, interrompu en décembre 1949, en souhaite la reprise et la livraison de pneus pour des camions Chausson. Il faut convaincre les États-Unis de laisser la France les livrer en raison de l’ancien accord25. Les Français manifestent donc une certaine indépendance économique. En mai 1952, ils participent à la conférence économique Est-Ouest de Moscou qui suggère de tripler les échanges26. Une seconde réunion Est-Ouest prévue le 9 septembre 1952 est reportée à l’initiative de l’URSS, puis annulée sans explication en août 1952.

  • 27 Les exportations françaises vers l’Est ont représenté en 1950 $ 38 millions, soit 1,25 % de ses exp (...)

15Le National Security Council suspend temporairement l’amendement Kem en en considération de la faiblesse des échanges de la France avec l’Est et de l’apport de charbon polonais qui économise le charbon et les navires américains27. Mais politiquement le Congrès pouvait en prendre ombrage.

  • 28 Fontainebleau, 77396/11, ministre des Finances, SE affaires économiques, 24 août 1951 à MIC, DREE, (...)
  • 29 « Problème des antibiotiques », CE 52 et CE 54, DGAEF, 21 décembre 1951, secret, note, « Conversati (...)
  • 30 CE 52, DGAEF, 19 février 1952, « Note pour la coopération économique ».

16La loi Battle préoccupe le gouvernement français car les États-Unis se donnent le droit d’établir seuls les listes d’embargo. « Le gouvernement français est décidé à aller de l’avant dans les négociations qu’il poursuit avec les pays du bloc soviétique » affirme le Quai d’Orsay en décembre 1951. Il avait pris cependant l’engagement de « surveiller la destination finale des produits stratégiques » importés des pays de la communauté atlantique28. De plus, une pression conjointe américano-britannique s’exerce pour que la France limite son commerce avec la Chine communiste « en guerre avec l’Occident », explique l’anglais Berthoud29. Les accords de troc sont délicats à assumer. Il est impossible d’échanger le charbon polonais contre du cuivre et de l’aluminium en raison des pénuries, du moins est-ce la raison officielle30.

  • 31 Fontainebleau, 77396/11, J. Valabrègue, 4 février 1952 aux chefs de service et directeurs, n° 411 ; (...)
  • 32 Il s’agit du gouvernement Queuille du 10 mars 1951 au 11 août 1951.

17Les tentatives françaises d’autonomie commerciale n’empêchent pas les services de participer au Cocom et d’accepter un renforcement des règles d’embargo. Toute exception d’embargo sur la liste 1 doit faire l’objet d’une discussion préalable devant le Comité de coordination du groupe consultatif. La France dépose en janvier 1952 la liste des engagements d’exportations vers l’Est qu’elle a pris et accepte une procédure collective de contrôle31. C’est dire les limites de l’autonomie française en matière de commerce vers l’Est. Mais comme en 1947 au moment des négociations Marshall, l’évidence s’impose que l’Est européen ne peut être un substitut valable au monde dollar pour l’approvisionnement de la France. Il est important tout de même de souligner l’insistance du gouvernement Queuille, un gouvernement de troisième force, pour maintenir des liens avec le monde européen oriental dans un contexte plus hostile qu’au début du plan Marshall32.

L’aide technique, une nouvelle venue.

18A côté de l’aide Marshall et de l’aide militaire, se développe l’aide technique. Elle est très spécifique et a pour but d’améliorer la productivité.

  • 33 CE 04, Bonnet 27 juillet 1951, 9 h, n° 5443-48.
  • 34 B 16023, Grimanelli, Dirapro, Note pour le secrétaire d’État aux Finances et aux Affaires économiqu (...)
  • 35 F 60 ter 359, 742, Elgozy à CNP, septembre 51 ; 775, 25 septembre 1951, note d’Elgozy à DREE.
  • 36 F 60 ter 393, différentes notes sur cette question pendant l’été 1951 et novembre 1951.
  • 37 F 60 ter 407, L. Gingembre PME à M. John Carmody, 12 septembre 1951, directeur de la section produc (...)

19Les Français sentent qu’il faut répondre favorablement, car les sommes en jeu peuvent favoriser les investissements du plan français. Robert Buron, secrétaire d’État aux Affaires économiques et Président du Comité National de la productivité gére le dossier. Un nouveau programme de coopération technique est élaboré. Il a pour objectif la hausse de la productivité et celle du niveau de vie de la classe ouvrière. Les Américains insistent sur les efforts à faire pour poursuivre et accroître « la répartition équitable du revenu national »33. Mais comme dans le domaine de la propagande ou de l’aide à l’Indochine, les Américains ne sont pas très habiles. L’ECA rêve d’un comité mixte franco-américain de la productivité que les Français repoussent, « on ne saurait envisager d’ingérences américaines dans les affaires intérieures françaises », ou de visites massives d’experts américains dans les usines françaises34. La société politique française, telle qu’elle est, ne peut tolérer cette formule. On envisage des émissions radio spécifiques, on importe des appareils de projection pour des films éducatifs35. France-Publicité imagine une émission jeu-concours sur la productivité à Radio-Monte-Carlo : « le système P. ». Le SGCI accepte l’émission, mais Buron trouve l’émission brutale et souhaite des émissions sur la radio nationale. Une « Tribune de Paris » mensuelle est consacrée à la productivité. On prendra l’exemple d’un pays à faible productivité, « Les Indes » pour ne pas choquer l’orgueil national, mais il s’agit bien de la France36. Les Américains insistent aussi sur les missions de productivité au point d’indisposer certains partenaires sociaux pourtant loin d’être anti-américains. Léon Gingembre fustige les « représentants maladroits d’un pays même si celui-ci est notre ami ». Le crime de Carmody, directeur de la section productivité de l’ECA, était d’avoir tenté « d’acheter » grâce aux fonds ERP le départ aux États-Unis des chefs des PME françaises en vue de les former à la productivité. Il en profite pour dénoncer le protectionnisme très réel des Américains et conclut fièrement : « Les PME françaises sont celles qui préfèrent rester « loups » mais libres, que de devenir « chiens » aux ordres de qui que ce soit et quel que soit le régime »37

LE DÉVELOPPEMENT DE L’AIDE MILITAIRE INDOCHINE ET OTAN

20Les formes nouvelles de l’intervention américaine en Europe sont définies en octobre 1951 après les travaux du Congrès. Les Français attendent une aide économique, mais ils pensent aussi pouvoir utiliser l’aide militaire inévitable à des fins économiques.

Définir l’urgence : l’Indochine ou l’économie française

  • 38 F 60 ter 418, DN, septembre 1951, « Indications sur les progrès de l’effort militaire français en 1 (...)
  • 39 B 33688, « Report of the subcommittee on foreign relations, visit to Europe july 7 to july 23 1951  (...)
  • 40 363 AP 19, secret, TCT, Note 13 août 1951.
  • 41 F 60 ter 418, « Observations sur l’effort de réarmement comparé dans les différents pays du NATO », (...)

21La Défense nationale insiste beaucoup en septembre 1951 sur une aide immédiate pour l’Indochine38. Cet appel prouvait aux Américains que la France faisait des efforts pour lutter contre le danger communiste. Il renforçait l’avis favorable de congressmen américains en visite en Europe dans l’été 1951 : la France a dépensé en frais militaires 8,2 % de son PNB en 1950-51 et dépensera 10,1 % en 1951-52 contre 6,3 % et 9,5 % au Royaume-Uni39. Les services civils de l’État estimaient impossible la réalisation du programme OTAN de réarmement de la France à cause des charges en Indochine, sauf à recevoir une aide de $ 1 milliard par an. Ils demandaient des négociations franco-américaines sur l’Indochine pour faire prendre en charge par les États-Unis ou par les Nations-unies les efforts financiers de la France en Indochine40. Le bureau économique et financier du NATO estimait aussi que le programme militaire français était « ambitieux par rapport aux possibilités » de l’économie française41.

22Les Français recherchaient en cet été 1951 une aide de remplacement du plan Marshall sous le couvert obligé d’une aide militaire. Une aide à l’action française en Indochine était le meilleur prétexte. L’urgence était plus le financement de la balance dollar que la lutte en Indochine.

Comment financer le programme militaire français ?

23Il faudrait cependant financer un budget militaire en expansion pour assumer à la fois les responsabilités de la France en Indochine et l’effort de réarmement à l’OTAN. Plusieurs moyens étaient utilisables.

Le reliquat de l’aide MDAP

  • 42 F 60 ter 416 voir dossier, le programme dont il s’agit est formulé en octobre 1951.
  • 43 F 60 ter 359, 862, 17 octobre 1951, ECA à TCT lettre du 12 octobre.

24La Défense Nationale propose d’utiliser des crédits MDAP (3e tranche) dits « d’aide économique » pour préparer de nouveaux programmes d’importations à finalité militaire. Ils portent sur des produits rares, les équipements pour une usine de poudre (1 millions $), des machines outils pour la fabrications de réacteurs chez Hispano-Suiza, de moteurs du Nord 2501 à la SNECMA, de pièces de rechange du F84 Thunderjet à la SNCASE, des machines encore pour fabriquer des radio-compas, la jeep Delahaye, les EBR, les torpilles à Mers-el-Kebir42. Malgré une enquête très serrée de l’ECA, signifiant les hésitations américaines sur le programme français, les importations au titre du MDAP sont acceptées et se développent à l’automne 1951 : polyé-thylène, ferro-colombium, machines-outils pour Dassault43. L’ECA accorde même une « surpriorité » à la livraison de machines-outils indispensables à la mise en œuvre des programmes de réarmement. Les Français ont franchi les obstacles que l’ECA opposait encore en avril-mai au programme français de réarmement. Mais les sommes en jeu sont modestes, quelques dizaines de millions de dollars.

Les procédures offshore encore en sommeil au premier semestre 1951

  • 44 F 60 ter 423, 4 janvier 1952, « Négociations franco-américaines sur les impôts » ; 24 novembre 1951 (...)
  • 45 CE 63, note du 22 décembre 1951, source non indiquée, « a/s aide financière américaine et exécution (...)

25La collaboration avec les États-Unis sur les procédures off-shore posait problème. Peu de contrats avaient été signés en raison des exigences et des critiques américaines des choix militaires français. De plus les Américains refusaient de payer au Trésor Français les taxes et impôts portant sur les dépenses d’infrastructure OTAN. Or les Français en faisaient une question de souveraineté. En janvier 1952 une liste de dépenses d’infrastructures est établie, exemptées de taxes, mais les Américains continuent de demander davantage44. Les travaux de la ligne de communication de l’OTAN, Bordeaux-Allemagne, représentent une source importante de devises. Les Français veulent à la fois ne pas céder sur les principes de leur souveraineté fiscale mais aussi accélérer les travaux qui rapportent des dollars45. Cette affaire des infrastructures OTAN en France est spéciale par rapport aux autres commandes d’offshore au profit de l’industrie française et du Trésor.

  • 46 F 60 ter 359, 910, TCT à Labouisse, 29 octobre 1951, 960, TCT à Goodman, Labouisse, 13 novembre 195 (...)

26Dans le cadre vague des $ 200 millions d’octobre 1950, des commandes offshore étaient envisagées. Le SGCI se déclare d’accord pour la fabrication en France de pièces de rechange de matériels américains (pièces de jeeps, de GMC, de C 47), espérant prouver les capacités des industries françaises et obtenir plus ultérieurement. Puis les Américains sondent les Français sur leur capacité à fabriquer des munitions pour l’armée américaine, des fusils, des produits alimentaires46. Mais les contrats ne viennent pas.

Le rôle de l’OTAN dans le Financement du réarmement.

27La France attendait beaucoup de l’OTAN pour l’aider à assumer sa part du réarmement. Pleven veut défendre un programme économique équilibré devant les futures conférences de l’OTAN de Washington, Ottawa, ou Rome. Au nom de ce principe sensé, il compte sur l’OTAN pour fixer les dépenses militaires de chaque pays en fonction d’un pourcentage raisonnable du revenu national brut. Les négociateurs français s’attachent donc, à défaut d’un budget commun de l’OTAN, à faire établir la capacité contributive de chaque pays. C’est le moment où le Pacte Atlantique prépare un plan de réarmement à moyen terme (dossier Barbelé) lors du Conseil de l’Atlantique Nord d’Ottawa en septembre 1951. Le problème du financement commun du réarmement n’aboutit pas et le Conseil, sur une idée de Schuman, décide la création d’un comité restreint de trois sages chargé d’établir les possibilités financières de chaque pays. C’est la Commission Temporaire du Conseil (TCC en anglais). De toutes façons, les États-Unis étant les plus riches, ils risquent d’être « les seuls arbitres » du financement.

28Mais en attendant le verdict des sages sur les capacités contributives de chacun, comment fixer l’effort militaire et financier français pour 1952 ? Des affrontements entre services et ministres étaient inévitables, comme en 1950. Bidault, ministre de la Défense reprend le jeu de Jules Moch et René Mayer, ministre des Finances et des Affaires économiques, celui de Petsche.

L’entente franco-américaine en Indochine.

  • 47 Gouvernement Pleven du 11 août 1951 au 7 janvier 1952.

29Malgré les arrières pensées des uns et des autres en Indochine, une relative entente franco-américaine succède aux tensions. Le gouvernement Pleven47cherche maintenant un renforcement de l’aide américaine en faveur de l’armée française. Un ton nouveau, d’après les militaires français au moins, est perceptible chez les Américains dans l’été 1951 à la suite du voyage de Juin aux États-Unis. Mayer et Schuman tentent à leur tour le voyage de Washington.

Mayer et Schuman en septembre 1951 à Washington pour l’Indochine.

  • 48 363 AP 19, Note pour M. le Secrétaire d’État, remis par M. de Margerie au Dr Jessup, 11 septembre 1 (...)

30Les Français décident d’abord d’informer précisément les Américains de la situation en Indochine : effectifs militaires, pertes, dépenses, plan d’action du général De Lattre, indigénisation de la guerre. Sans aide américaine en Indochine, la France d’après Mayer ne serait plus en mesure « de soutenir au rythme actuel la lutte en Indochine »48. René Mayer, ministre des Finances et Robert Schuman, ministre des Affaires Etrangères, rencontrent Snyder, Lovett, Marshall, à Washington du 7 au 13 septembre 1951.

  • 49 CE 04, Washington, V. P du Conseil, ministre des Finances, à Pflimlin, Louvel, 7 septembre 1951 ; i (...)
  • 50 363 AP 19, dossier n° 2 Washington 7-14 septembre 1951 concerne le voyage de René Mayer aux États-U (...)
  • 51 F 60 ter 436, « Entretien R. Mayer-George Marshall », du 10 septembre 1951, 10 h 30, Pentagone, sec (...)
  • 52 F 60 ter 436, réunion au DE 10 septembre 1951, « ECA/trésorerie/OSR ».

31Mayer part avec l’idée d’obtenir un soutien spécial pour l’Indochine afin de soulager la balance des paiements gravement déficitaire. L’Indochine est un bon argument pour obtenir une aide générale à la balance des paiements, comme au bon vieux temps de l’aide Marshall. Il a la sympathie de l’ECA en raison « de la correction avec laquelle nous avons constamment réalisé nos affrètements, nos achats et nos chargements en cours des derniers mois » écrit Mayer à Paris49. Il tente d’obtenir des fines à coke qu’il justifie par le réarmement. Mayer voit Charles Wilson le 7 septembre et lui dit la volonté française d’exporter de l’acier, il faut donc du coke allemand ou américain50. Marshall le 10 septembre se montre compréhensif mais soucieux de servir d’abord la Corée. Mayer évoque les risques de troubles sociaux, la modernisation, l’effort en Indochine et le réarmement en Europe pour justifier une nouvelle aide américaine51. Mayer reçoit donc un bon accueil, mais les Français se heurtent à une fin de non-recevoir sur le montant de l’aide. Les Américains veulent en débattre devant l’OTAN à Ottawa52. Il faut surtout attendre la fin des procédures au Congrès sur l’aide à l’Europe. Le voyage a eu lieu sans doute un peu tôt.

  • 53 CE 04, de R. Mayer, Washington, 12 septembre 1951, 9 h 24, 6309-11, pour le Président du Conseil, B (...)
  • 54 Ailleurs on parle de 150 milliards de FF ; le dollar est à 350 F.

32On envisage alors la formule des « off shore procurements » pour équilibrer les comptes en dollars. Mayer espère des avances. Lovett fait remarquer aussi que l’industrie française construit des matériels lourds et peu performants. Il souhaite qu’elle se borne à l’entretien des matériels. Or curieusement, d’après le compte-rendu français, Mayer a approuvé Lovett. Mayer aurait-il perdu toute ambition pour la France ? Lovett a été impressionné par les propos tenus sur l’Indochine, car jamais il n’avait imaginé que les dépenses effectuées par la France en Indochine constituaient le tiers des dépenses militaires françaises53. En conséquence, les Français croient possible de demander $ 400 millions pour l’Indochine, dans le but de soulager la balance française des paiements54. Mais les experts américains sont plus francs. S’il y a une aide, la discussion portera aussi sur la nature des programmes militaires français à venir et en cours de réalisation et sur les plans militaires français en Indochine.

  • 55 363 AP 19, très secret, Mayer à Pleven, Président du Conseil, 14 octobre 1951. 363 AP 19 J. Letourn (...)

33Mayer affirme que la France ne peut renoncer ni à l’Indochine, ni au réarmement en Europe, ni à la modernisation de son économie. Nous avons là la clef de ses intentions. Il a tenté de sauver à la fois l’Indochine française, de financer le réarmement de la France en Europe, et d’élever le niveau de vie français par l’argent américain. Ce fut un échec. Ce voyage avait été prévu pour gagner les dollars nécessaires à l’équilibre de la balance obérée par l’Indochine et le réarmement, mais Mayer n’a pas gagné. Il s’en rend compte puisqu’il est décidé à mettre un frein aux dépenses militaires exponentielles. Il refuse le budget Indochine en augmentation de 57 % (451 milliards FF). Les Français devaient faire des efforts fiscaux, l’économie française doit rester stable mais l’aide américaine est une condition de cette stabilité55.

La détente franco-américaine en Indochine.

  • 56 4 AU 72 dr 2, Washington 18 septembre 1951, 1 h, 6540-45, secret, aide économique à l’Indochine, Gé (...)

34De Lattre fait aussi le voyage de Washington fin septembre 1951. Il obtient les matériels demandés pour 1951-1952 mais revient bredouille pour 1952-53. Bonnet a été frappé par la conviction qui l’animait. Il avait développé le thème de la solidarité contre le communisme, le rôle novateur de l’Union Française : « une mutuelle » et non une « tutelle » sans emporter la pleine adhésion de ses interlocuteurs pour transformer l’Indochine en une nouvelle Corée. Il avait dénoncé les « missionnaires » américains de l’aide en Indochine qui sous couvert d’aide ou d’information développaient l’influence américaine au détriment de la France. Le message fut entendu, on lui promit que les services américains en Indochine « s’emploieraient de leur mieux à seconder l’action générale de la France en Indochine »56. Fallait-il croire cet étrange retournement ?

  • 57 CE 04, Washington, Tezenas du Montcel pour le ministre des États Associés, 22 septembre 1951, 10 h (...)
  • 58 CE 04, Diplomatie, 16 septembre 1951, 15 h Washington, 10328-34, pour Tezenas du Montcel.

35Cette bonne volonté américaine se traduisit dans les faits. Le représentant de l’ECA à Saigon, Blum fut remplacé par Williamson le 15 octobre 1951 pour exprimer « un nouvel état d’esprit »57. Blum avait manifesté une indépendance vis-à-vis des Français confinant à l’injure, utilisant les dollars de l’aide à des achats « politiques » tandis que la France payait avec ses dollars les dépenses indispensables58. Le voyage de De Lattre aux États-Unis renforçait le courant de sympathie et d’aide à la France en Indochine.

36L’aide à l’Indochine est mise en place à la suite des conversations entre l’ECA Washington et les services français de Washington, et non plus entre les États Associés et la mission américaine de Saigon. La satisfaction était réelle.

  • 59 F 60 ter 444, n° 63 TOM, copie 16 janvier 1952, chef de bureau des affaires d’Outremer à Ministre d (...)

37Les services de Salan envisagent en février 1952 une aide économique de $ 30 millions et un « direct military support » de $ 35 millions composé de 26 articles allant des pneus à des pièces pour centrales électriques. Il s’agissait plus de produits soutenant l’effort militaire et civil que d’articles militaires. La MSA avait annoncé effectivement une aide de soutien défense de $ 30,5 millions59. Les militaires français venaient de remporter une certaine victoire. La méfiance américaine était moins vive dans les cercles dirigeants américains envers la France en Indochine. La MSA (ex ECA) tenait compte des volontés françaises et non plus uniquement des désirs des États Associés. Pourtant Letourneau, ministre chargé des relations avec les États Associés, s’effondra en juin 1952 à Washington.

Juin 1952, le moral très bas de Letourneau.

  • 60 11 janvier 1952.

38Le moral de Letourneau est au plus bas quand il fait le point avec les Américains à Washington en juin 1952 à cause de la mort de De Lattre60 et de l’aide chinoise à Ho Chi Minh. L’accélération des livraisons à l’Indochine ne remplace pas un chef de valeur.

  • 61 Vincent Auriol, Journal, 1952... op. cit. ; voir bibl. n° 19 ; p. 403, 20 juin 1952.
  • 62 F 60 ter 419, top secret, security information, LET M-la, june 20, 1952, « Letourneau talks on Indo (...)

39Jean Letourneau a des paroles de vaincu. Il affirme que la France ne peut emporter la décision militaire en Indochine depuis les infiltrations chinoises. En privé, Letourneau reconnaît donc l’incapacité de la France à rester en Indochine, à moins d’une intervention de soldats américains et anglais. Or les responsables français, le président de la République, ne sont pas prêts à cette intervention américaine, réductrice forcément de l’influence française61. Les Américains sont disposés au plus à accroître leur aide à la France en Indochine : « La lutte de la France en Indochine est partie intégrante de la résistance mondiale qu’opposent les nations libres aux tentatives communistes de conquête et de subversion »62, est-il affirmé dans le communiqué des entretiens avec Letourneau. Oui, mais pour Letourneau sûrement et pour les Américains sans doute, l’effort prioritaire de la France se trouvait en Europe. D’une certaine façon, les Français avaient déjà quitté l’Indochine et reconnu en privé leur échec. Dien Bien Phu fut la conclusion, sanglante, d’un abandon qui n’avait pas dit son nom. La défaite militaire fut le fruit d’une incapacité des politiciens français à reconnaître publiquement que l’avenir de la France et de l’Occident en Indochine passait par le départ des Français en 1952.

LA CRISE DES FINANCES EXTÉRIEURES DE L’AUTOMNE 1951, LA COLÈRE TACTIQUE DE RENÉ MAYER

40L’échec du voyage de Mayer et de Schuman en septembre 1951 avait mis en danger le programme d’importations en dollar pour 1952. Le relèvement, la modernisation, le réarmement et la guerre en Indochine étaient compromis.

  • 63 E. Faure, Mémoires, 1, op. cit. ; voir bibl. n° 37 ; p. 329.

41La France avait utilisé au cours des trois mois d’été ses réserves de devises. Le déficit à l’UEP prenait des allures de catastrophe. E. Faure reprocha à René Mayer de n’avoir pas su suspendre dès octobre 1951 la libération des échanges parce qu’il avait « sucé le lait de la louve américaine »63. L’image ne correspondait pas à la réalité. Où était le lait américain ?

  • 64 CE 04, O. W. Coopération économique, 23 octobre 1951, à ambassadeur de France à Washington, 12621-2 (...)
  • 65 363 AP 19, 22 octobre 1951, R. Mayer à Averell Harriman, représentant des États-unis au comité temp (...)
  • 66 CE 04, Bonnet, 31 octobre 1951, 22 h.

42Il restait à l’automne seulement $ 165 millions de disponible pour les importations. Si les États-Unis n’interviennent pas, la réduction du programme d’importation conduira à l’inflation, à la crise morale et la mise en cause du réarmement. Mayer ressort la vieille promesse des $ 200 millions d’octobre 1950 grâce à laquelle le programme français de réarmement avait été voté64. Pour bien se faire comprendre, il annonce fin octobre une réduction considérable des importations en dollars ayant un impact sur l’effort de défense. Harriman a compris le message et dissuade Mayer de réduire le programme de réarmement65. Mayer est-il en train de gagner sa bataille ? Harriman est rejoint par Bissell qui croit aussi que la France ne peut attendre la fin des travaux du Comité Temporaire de l’OTAN pour obtenir une aide. William Thorp devient lui aussi favorable à une aide à la France. On suit par les télégrammes de Bonnet le cheminement des Américains. Bonnet s’accroche à chaque parole de ses interlocuteurs dont il rend compte presque heure par heure à Paris. Les Américains craignent l’effondrement des programmes français de réarmement66. Fin octobre 1951, les Français s’attendent donc à obtenir une aide économique faible, mais à bénéficier d’une transformation de l’aide militaire en aide économique comme le Président des États-Unis en a le pouvoir.

Le programme d’urgence des $ 500 millions.

  • 67 F 60 ter 484, télégramme, 1er novembre 1951, R. Mayer à ambassadeur de France Washington, n° 13194- (...)
  • 68 F 60 ter 490, ministre du Commerce, Moussa, note pour la Dirapro, 10 novembre 1951 pour Floersheim.

43Mayer fait monter la pression. Il annonce à Bonnet et aux Américains que le gouvernement établit désormais un programme d’importations de détresse de $ 500 millions le 1er novembre 1951, en raison des pénuries de devises67. Les services sont réellement mobilisés par ce programme. « Une semaine d’enfer » pour la DREE écrit Moussa le 10 novembre68. Mayer prévoyait peut-être le pire. Mais l’annonce a un aspect tactique car Clappier remarque que le programme ne comporte aucun rationnement. Il serait bon d’en annoncer un pour impressionner les Américains, « sans semer la panique en France », dit-il. Ces $ 500 millions doivent courir jusqu’en juin 1952, soit 8 mois. En fait ils se réduisent à $ 270 millions en raison des dépenses déjà engagées.

Tableau 117. Programme des « 500 » millions de dollars, par poste, et rappel du programme de 825 millions

Tableau 117. Programme des « 500 » millions de dollars, par poste, et rappel du programme de 825 millions
  • 69 F12 10326, Clappier, « Tableaux indicatifs dressés par la DREE pour la réunion interne, le 9 novemb (...)

Note 369

44Depuis septembre, les programmes avaient évolué ainsi :

Tableau 118. Projets de programmes d’importations dollar automne 1951

Tableau 118. Projets de programmes d’importations dollar automne 1951
  • 70 F 60 ter 484, P M 13 novembre 1951, service des importations n° 577, note pour le ministre, « Impor (...)

45Le programme d’urgence a pour objectif de faire fonctionner l’industrie plutôt que d’engager des investissements nouveaux70. Il correspond aux possibilités de la France en devises, mais la situation a été dramatisée sciemment par Mayer pour faire céder les Américains. L’économie française connaissait une période difficile, moins grave que celle de l’été 1947 parce que les restrictions portaient sur des équipements et non pas sur le ravitaillement ou l’énergie.

  • 71 F 60 ter 359, 1044, D. Dommel à Labouisse, fin novembre 1951 ; F 60 ter 484, Bonnet 21 novembre 195 (...)

46Les Américains étaient convaincus du bien fondé d’une aide à la France et Bissell avait annoncé des conversations à Paris pour le 5 novembre 1951. Le télégramme de Mayer du 1er novembre avait été efficace. Bissell se dit prêt à passer des commandes offshore, à donner des acomptes, à débloquer la plus grande partie de l’aide économique71. Pourtant tout n’est pas clair dans la position américaine puisque Leroy-Beaulieu, Président du Bureau Economique et Financier du NATO, annonce que ses interlocuteurs américains au NATO ne paraissent pas désireux de transférer sur l’aide économique la totalité des 10 % de l’aide militaire comme la loi y autorise le Président.

La détente provisoire

  • 72 CE 04, Charpentier, 16 novembre 1951, 22 h à tous postes en Europe occidentale et à Washington, cir (...)

47Mayer est décidé à ne pas céder. Après l’annonce du programme de détresse de $ 500 millions, il envisage maintenant un retrait français du processus de libération des échanges en Europe72. Mais l’heure est à la détente, car un mois après le télégramme Mayer du 1er novembre, les services français parlent d’un retour au programme d’importation de $ 825 millions « ralenti », soit $ 770 millions.

  • 73 F 60 ter 484, Service des importations, Imp 3 PM 20 décembre 1951, le ministre du Commerce et des R (...)

48En effet les perspectives générales de ressources viennent de changer brutalement. L’Administration américaine sait sur quelle montant d’aide elle peut compter, et elle annonce en faveur des Français une aide de $ 600 millions (aide économique et militaire). De plus, les services français pensent pouvoir échanger 200.000 tonnes de blé soviétique contre des cargos français et du plomb dans les limites permises par le Cocom73.

  • 74 F 60 ter 490, Dirapro à ministre du Commerce, 1er décembre 1951, « Allocation de $ 44 millions, « d (...)
  • 75 F 60 ter 490, P. Moussa à DREE, 12 décembre 1951, de JL Floersheim.

49Pourtant l’ECA ne manifeste pas un grand enthousiasme dans les semaines qui suivent à fournir des dollars. Elle débloque le 17 novembre $ 44 millions qui restent une allocation de dépannage sans commune mesure avec les difficultés françaises74. La DREE qui établit les programmes d’importations est contrainte de se manifester auprès de l’ECA. Il lui faut $ 105 millions75. Schweitzer ne comprend pas les lenteurs de l’ECA et T. de Clermont-Tonnerre lui répond ceci : « Peut-être avait-elle l’arrière-pensée de se garder un moyen de pression dans les conversations générales en cours ». Malgré sa sympathie pour les Français, l’administration américaine veillait à ne pas se priver de moyens de pression. Bientôt il devint clair que l’ECA (bientôt la MSA) voulait des conversations franches sur le programme militaire français avant de poursuivre son aide à la France.

50La crise des finances extérieures de novembre 1951 montrait la fragilité de la balance en devises de la France et donc la vulnérabilité de l’économie française dans le contexte du réarmement. La France était incapable de tout assumer : modernisation, hausse du niveau de vie, réarmement et Indochine. Paradoxalement sa dépendance s’accentuait après trois ans de plan Marshall. Ce diagnostic était aussi celui des responsables de l’ECA, du Département d’État, ou du Trésor. La pratique américaine visait à maintenir provisoirement hors de danger l’économie française. On ne peut écarter l’hypothèse d’une action consciente des Américains pour contrôler la France dans le contexte du réarmement. L’objectif n’était plus de la développer comme à la belle époque du Plan Marshall, mais de lui éviter le naufrage, car l’essentiel était le réarmement. La France était sous dépendance dans le domaine économique « civil », elle le devenait encore davantage dans le domaine du réarmement.

LE PROGRAMME ET LE BUDGET MILITAIRES FRANÇAIS POUR 1952

  • 76 F 60 ter 420, note sur la réunion du 29 août 1951, TS, ministre des Finances, René Mayer et G. Bida (...)

51L’effort militaire des pays européen de l’OTAN faisait l’objet d’une étude de « faisabilité » par le Bureau économique et financier du NATO sous la présidence de P. Leroy-Beaulieu. Il ressortait de l’examen pratiqué par l’Italie et le Royaume-Uni que la France devait effectivement assumer des charges économiques variées et lourdes : réarmement, mise à niveau de son économie, reconstruction et modernisation, déficit des dépenses publiques, Indochine. Quel budget militaire la France peut-elle ou doit-elle supporter ? Dans l’été 1951, René Mayer, ministre des Finances et des Affaires économiques, et Georges Bidault ont étudié cette question. Une reconduction de l’effort de 1950, aux prix du moment, conduirait (hors Indochine) à FF 850 milliards. Pour honorer la DC 28, le plan à moyen terme de l’OTAN, il faudrait dépenser FF 1400 milliards. Une hypothèse moyenne est proposée à FF 1050 milliards pour montrer aux Américains qu’en raison de la guerre d’Indochine, la France a besoin d’une aide pour faire mieux76. Pouvaient-ils compter sur un partage des charges du réarmement dans le cadre de l’OTAN ?

L’aide et le nouveau prix de l’aide.

52Des conversations franco-américaines s’ouvrent en marge des travaux de l’OTAN sur le réarmement, des promesses sont formulées.

Une promesse de 600 millions $ le 16 novembre 1951.

53Acheson qui est présent chez Pleven lors d’une réunion sur le programme français de réarmement lâche : « Si la France avait l’assurance que d’ici le 30 juin, il sera dépensé chez elle plus de $ 600 millions, cela serait-il de quelques secours ? ». La réponse est évidemment positive et l’offre a débloqué, on l’a vu, le programme français d’importations.

54Harriman exige en retour une accélération des travaux d’infrastructures OTAN en France. René Mayer promet même une restriction des investissements économiques pour maintenir les crédits militaires à hauteur de FF 950 milliards. Ce qui lui vaut une réplique bien sentie de Monnet, qui tout sage de l’OTAN qu’il est, parle de vœu pieux, car ce n’est pas en diminuant l’investissement qu’on pourra faire une effort militaire.

  • 77 F 60 ter 419, compte rendu réunion chez Pleven vendredi 16 novembre 1951 à 11 h, ex n° 1, Très secr (...)

55Que veulent vraiment les Américains se demandent les Français ? Leur trouble augmente car personne ne peut leur confirmer l’engagement financier des Américains pour l’année à venir77. Les déblocages très modestes de l’aide économique les confirment dans leur contrariété.

Une aide contre une révision du programme militaire français

  • 78 363 A P 20, Lettre de Bruce du 28 novembre 1951 à René Mayer, Rome, « Accord des $ 600 millions »; (...)
  • 79 F 60 ter 436, projet de télég. pour l'ambassadeur de France, Washington, 20 décembre 1951, « Conver (...)

56La conférence de l’OTAN de Rome est l’occasion de faire le bilan des promesses américaines. Snyder, Acheson, Lovett et Harriman confirment la promesse des $ 600 millions jusqu’au 30 juin 1952, sous diverses formes. Une lettre de Bruce à Mayer avance officieusement le chiffre de $ 600 millions. Snyder confirme. La parole du Secrétaire au Trésor est essentielle mais surtout il avoue enfin à Mayer les termes de l’échange. Il faut que le gouvernement français accepte une « franche discussion » sur le contenu du programme militaire français. Voilà donc précisée la condition américaine d’une aide à la France78. Wormser qui se méfie en raison de la promesse mal tenue d’octobre 1950, souhaite établir un procès-verbal « qui enregistrerait l’engagement inconditionnel des Américains de mettre à notre disposition sous des formes diverses 600 millions de $ avant le 30 juin ». Les Américains se dérobent. Ils veulent maintenant des assurances concernant les objectifs du programme d’importation de $ 825 millions, la productivité, les procédures des offshore, les infrastructures, la contrepartie, le budget militaire. Alors seulement ils pourraient garantir les $ 600 millions79.

Tableau 119. Promesses américaines des 600 millions $ d’aide pour 1951-1952 (Novembre 1951)

Tableau 119. Promesses américaines des 600 millions $ d’aide pour 1951-1952 (Novembre 1951)
  • 80 363 AP 20, note remise à M. Bidault à Rome le 24 novembre 1951, sans doute TCT ; CE 04, O. W. 21 dé (...)

57Cette promesse de $ 600 millions est bien réelle. Il y a même un avant-projet de protocole d’accord fin décembre 1951 sur la mise à la disposition de la France pour 1951-1952 de cette somme en plus des end-items militaires, sous réserve d’une révision en cours d’année80. Les résultats de ces conversations libérent sur le moment les Français qui estiment pouvoir importer $ 750 millions à $ 850 millions de marchandises. Mais il faut maintenant signer les fameux contrats offshore.

Un partage équitable des charges de réarmement ?

  • 81 F 60 ter 420, NATO BEF confidentiel, réunion feb R(51)12, 31 juillet 1951, réunion au ministère des (...)
  • 82 F 60 ter 436, Paris, 30 août 1951, « note pour servir de directives à la délégation française aux c (...)
  • 83 F 60 ter 418 ou 419, TS, 14 octobre 1951, « Examen de la réponse française au comité des Sages, not (...)

58Une question préalable devait être réglée, celle de la pertinence du programme français de trois ans du 4 octobre 1950 avec le DC 28. Or il apparaissait que le programme d’octobre 1950 était en deçà du DC 28. Le mémorandum français du 5 août 1950 n’envisageait que FF 2.087 milliards sur trois ans, et 23 divisions pour décembre 1953. Le DC 28 du 31 octobre 1950 fixait à la France de mettre sur pied un programme de réarmement, terrestre, naval et aérien de FF 8.043 milliards, pour juin 1954. Les forces armées auraient comporté 28 divisions, 1156 avions, 3 porte-avions, 394 avions ASM, 4 croiseurs, 103 escorteurs, 120 dragueurs. Le plan était porté après réévaluation à FF 10 419 milliards81. Un tel effort ne pouvait se concevoir sans un partage des charges financières. Il fallait une aide spéciale pour l’Indochine et un accord de pourcentage sur les infrastructures82. Les trois Sages (Harriman, Monnet et Plowden) étaient justement chargés d’apprécier la capacité contributive de chaque pays. René Mayer demanda $ 1.350 millions pour son effort militaire. Une somme énorme que Plowden ne put accepter. Les réticences de l’OTAN et des Américains à financer le programme militaire français ont joué un rôle dans l’annonce fracassante de Mayer de réduire à $ 500 millions le programme français d’importations83. Au fur et à mesure que l’année avançait, et que l’OTAN s’enlisait, les services français diminuaient leurs ambitions militaires : mise sur pied de 14 1/3 divisions (au lieu de 17 1/3) pour 1952 et 22 en 1954 au lieu de 28. La guerre d’Indochine freinait le rééquipement de l’armée française en Europe.

  • 84 AMI, 10/3/24, lettre de Monnet à R. Schuman.
  • 85 F 60 ter 419, « Présentation du rapport du TCC et commentaires par Jean Monnet », 22 décembre 1951 (...)
  • 86 AMG 28/0/8, Jean Monnet à R. Schuman, 1er février 1952.

59Le rapport des trois Sages était pourtant favorable à la France. Monnet remit à Schuman le rapport du TCC (Temporary Council Committee ou Comité Temporaire du Conseil) du Conseil atlantique le 22 décembre 195184. Le rapport établissait qu’il fallait abandonner l’idée de programmes nationaux de défense pour un programme commun intégrant la Grande-Bretagne et les États-Unis et ceci pour un an. On en était très loin dans la réalité et dans les esprits. Le comité des Sages reconnaissait que la prévision française de dépenses pour 1952, autour de FF 1.400 milliards « dépassait nos forces et qu’une contribution américaine d’un ordre considérable était indispensable »85. Le comité réalisait que le déficit de la balance en dollars de la France serait de l’ordre de $ 800 millions par an, qu’il faudrait un grand programme d’off-shore de $ 1 à 2 milliards sur 3 ans et une priorité à la France dans l’affectation des matériels. Le rapport fixait la contribution française à FF 1.190 milliards et à 14 divisions en 1952. A cela s’ajoutaient FF 400 milliards pour la guerre en Indochine, montant qu’il faudrait faire financer par les États-Unis86. La sagesse prévalait ; le programme à moyen terme de l’OTAN pour la France était irréalisable. Les Sages ont eu une conception globale de l’effort français qui devait se porter autant sur l’armée que sur les investissements civils et le développement du niveau de vie. Monnet venait sans doute de sauver les acquis des années Marshall. Le gouvernement français approuva. Chaudement. Il lui fallait donner une réponse avant le 15 janvier pour en tenir compte à la conférence de Lisbonne convoquée pour février 1952.

  • 87 F 60 ter 436, TCC-CC/12, 3 février 1952, réponse française au rapport des sages.

60La réponse française du 3 février 1952 au TCC déplorait que l’effort immense de la France en Indochine l’empêchât de réaliser les investissements économiques indispensables à son développement87. Pour rassurer les Américains, dépités d’un abandon du budget à 1.400 milliards, le gouvernement rappelait son attachement à la CED et reprenait le chiffre réaliste de FF 1.190 milliards pour le budget militaire de 1952, à condition de recevoir une aide américaine conséquente et des matières premières. Les Français voulaient leurs $ 600 millions dont une partie de la contre-valeur servirait aux dépenses militaires.

Une aide limitée, un affrontement inévitable entre services.

  • 88 CE 04, Bonnet, 28 décembre 1951, 10 h, n° 8524, « Octroi d’une allocation de 77 millions $ » ; CE 0 (...)

61Les Français souhaitaient un échéancier de l’aide américaine pour 1951-1952 que l’ECA était manifestement bien en peine de dresser88.

Les $ 600 millions ne sont pas réellement programmés.

  • 89 F 60 ter 436, ambassadeur de France Washington à Guindey, 13 décembre 1951, « Ressources extraordin (...)
  • 90 F 60 ter 436, PPS à Guindey 21 décembre 1951 AF/2435, « Aide américaine ».
  • 91 F 60 ter 436, PPS à G. Guindey, 17 janvier 1952, AF/107.
  • 92 F 12 10326, voir dossiers coton et diverses notes. CE 05, Bonnet, 27 février 1952, 8 h, 1230-34 ; B (...)

62En attendant la mise en œuvre des dispositions pour l’octroi des 600 millions $, la France a dû s’acquitter en or auprès de l’UEP de son déficit. Les déblocages d’aide économique furent partiels et de faible ampleur ($ 170 millions au total en janvier). Les services conseillèrent la prudence pour le programme d’importations. En effet des informations inquiétantes parvinrent aux Français. Barth vice-président de la Chase Bank, consulté par l’administration américaine sur l’avance des $ 600 millions à la France, a le sentiment que l’ECA ne sait pas comment s’y prendre. Aurait-elle fait des promesses délicates à tenir ?89 C’est dire dans quelle situation mouvante et peu saine les administrations française et américaine affrontaient l’année 195290. La pénurie de dollars se fit à nouveau sentir en janvier 1952. « Si je comprends bien nous sommes à la veille d’une grave crise de trésorerie en dollars... Je ne vois pas encore comment nous pourrions obtenir les dollars correspondants » aux promesses de 600 millions, expliquait Thierry de Clermont-Tonnerre. Seuls les $ 170 millions d’aide économique avaient été versés. Une aide supplémentaire de $ 100 millions devait s’accompagner d’une augmentation du budget militaire français, condition de leur versement. Or la signature de contrats offshore butait sur des problèmes juridiques insurmontables91. L’emprunt de $ 50 millions auprès de l’Eximbank pour acheter du coton se heurtait lui aussi à divers problèmes de garantie de change92.

  • 93 F 60 ter 360, 90, TCT à PPS, 10 janvier 1952.

63On cherchait donc encore à la veille de la conférence OTAN de Lisbonne en février 1952 les traces de ces fameux $ 600 millions. Les Américains conservaient en fait des moyens de pression pour les conversations en cours sur le réarmement occidental93.

Truman exige des Français un effort militaire supplémentaire

  • 94 CE 05, Bonnet, 25 janvier 1952, 12 h 10, 682-86 ; Bonnet, 5 février 1952, 21 h 15, 877-79, pour Fin (...)
  • 95 F 60 ter 436, SGCI TCT n° 103 10 janvier 1952, note pour le vice-président du Conseil, ministre des (...)
  • 96 363 AP 19, « Mémorandum Labouisse, à l’attention de M. de Clermont-Tonnerre », non daté, probableme (...)
  • 97 363 AP 19, TCT, SGCI à René Mayer, 10 janvier 1952, « a/s état de la négociation bilatérale franco- (...)

64Truman exige des Français qu’ils portent leur budget militaire de FF 1.190 milliards à FF 1.225 milliards et qu’ils affectent la contre-valeur de l’aide à la guerre d’Indochine en échange de $ 100 millions94. De plus les Américains demandent à la France de se réformer, d’améliorer la productivité, de lutter contre l’inflation qui s’est accrue de 40 % depuis juin 1950. La MSA demande de contracter les dépenses inutiles à la défense ou au maintien « de la stabilité économique, sociale et politique ». Les Américains susurrent de réduire les subventions à la SNCF et à la Sécurité Sociale, critiquent l’évasion fiscale, veulent plus d’impôts directs, demandent l’ouverture des frontières aux marchandises, encouragent l’immigration et les exportations. Les Français, la mort dans l’âme, ont comprimé les dépenses d’investissements de FF 580 milliards à 392, mais le gouvernement se refuse à « porter atteinte au principe des conquêtes sociales auxquelles la classe ouvrière est attachée »95. Labouisse qui tient les clefs des crédits américains fait savoir qu’il veut des progrès significatifs dans la construction des aérodromes et des lignes de communication OTAN en France96. Les services se rendent compte qu’il y a aussi des conditions implicites pour libérer l’aide, comme la ratification du plan Schuman ou l’aboutissement du projet de CED, voire même, d’après la presse américaine, l’utilisation d’usines indemnes d’influence communiste pour réaliser les commandes d’armements. Encore plus incroyable, la MSA parle de créer des « commissions de surveillance franco-américaines »97 !

  • 98 CE 63, Ambassadeur de France, 209, 8 février 1952, à R. Schuman, « a/s assistance mutuelle ».

65Le processus de dépendance, voire de gestion directe des affaires financières françaises est en route, si rien n’est fait pour le stopper. Il est trop clair que la faiblesse française a conduit le gouvernement à demander à tout prix une aide pour la balance commerciale. Celle-ci promise ($ 600 millions), la MSA (qui vient de succéder à l’ECA) s’autorise toutes les libertés pour conduire les affaires de la France avant de lâcher les dollars ou les contrats offshore. Le renouvellement de la promesse des $ 600 millions par Bissell en février 1952 sonne faux98. A la veille de la conférence de Lisbonne, la méfiance franco-américaine est profonde. Cette crise franco-américaine, où la MSA tire les ficelles de la politique économique et militaire de la France a des conséquences sur le comportement des services de l’État. Faut-il tout sacrifier au réarmement et donc en passer par les conditions américaines ?

Les Français s’affrontent sous les yeux des Américains

  • 99 363 AP 20, G. Bidault, ministre de la Défense nationale très secret, à R. Mayer, vice président du (...)

66En dépit des insatisfactions sur l’aide, Bidault, ministre de la défense nationale, trouve le moyen de réaffirmer la détermination de la France à réarmer et à se battre en Indochine, à tout prix99. Il était en désaccord avec Mayer qui annonçait aux Américains que sans aide la France cesserait les combats en Indochine en 1952. Le conflit entre les deux hommes prit de l’ampleur.

  • 100 F 60 ter 436, note remise à M. Bidault à Rome le 24 novembre 1951, par qui ? Mayer très vraisemblab (...)
  • 101 363 AP 20, Bidault à Harriman, 3 décembre 1951, exemplaire n° 3. Lettre autographe de Bidault à May (...)

67Mayer, rigoureux, prépare un budget militaire en fonction du rapport des sages, avec une aide économique de $ 200 millions génératrice de contre-valeur. Si l’aide passe à $ 300 millions, le budget augmentera. Mais ce projet exclut la production de défense et les infrastructures OTAN. Aussi Mayer annonce qu’il faut arrêter la guerre d’Indochine à moins que les Américains ne la prennent en charge100. Bidault veut réaliser le plan français de réarmement du 5 octobre 1950, pour un budget de FF 1.512 milliards tandis que Mayer s’en tient à un chiffre variant entre FF 1.040 et FF 1.165 milliards maximum101. Les Américains considèrent le budget de Mayer comme insuffisant. Ils prennent donc le parti de Bidault. Ils demandent des conversations franches sur le programme pour « le rendre aussi acceptable et aussi utile que possible pour la communauté atlantique ». Des conversations franco-américaines sous la présidence de Thierry de Clermont-Tonnerre se tiennent alors en décembre.

  • 102 F 60 ter 418, « Compte rendu réunion chez TCT », 28 décembre 1951, section programmes n° 201 TS/SEP (...)
  • 103 De FF 660 milliards, hors Indochine.
  • 104 363 AP 20, Bidault à Pleven, 20 décembre 1951 ; E. Faure, Mémoires, 1... op. cit. ; voir bibl. n° 3 (...)
  • 105 Entretien, TCT, G. Elgey, 15 novembre 1965.

68Défense Nationale et Ministère des Finances s’affrontent devant Labouisse qui, un moment ironique, remarque que les États-Unis ne peuvent pas faire rentrer les impôts en France !102 Bidault en appelle à Pleven, Président du Conseil. Il refuse un budget réduit103. Mayer écrit en marge de cette lettre : « pas d’accord »104. Quand Mayer disait que la France avait fait le maximum, Bidault, répondait : « Je n’ai pas à savoir ce que la France peut faire, je sais ce qu’elle doit faire »105.

  • 106 363 AP 37, R. Mayer 17 mars 1952 à Jacques Gascuel, « Perspectives ».
  • 107 Papiers Elgey, entretien avec Thierry de Clermont-Tonnerre, 15 novembre 1965, et avec E. Faure, 23 (...)

69Mayer présente en décembre un budget militaire de 780 milliards FF, dont 660 milliards seraient couverts par le budget français et le reste par l’aide américaine. L’augmentation serait déjà considérable par rapport à 1951 (520 milliards de francs). Mais il sait que Bidault réclame 1.000 milliards en plus du budget de la guerre d’Indochine, ce qui pousse les dépenses totales à 1.500 milliards FF, soit l’équivalent du budget militaire de la Grande-Bretagne. Mayer refuse résolument cette perspective insensée106. Edgar Faure a tort d’imputer les problèmes de la France à Lisbonne « à l’extrême faiblesse de MM. Pleven et R. Mayer qui en 1951 n’avaient su dire non à aucune demande de crédits »107. La prudence de Mayer, en l’occurrence était plus grande que celle de Bidault, mais Edgar Faure a gardé Bidault à la Défense nationale dans son gouvernement d’un mois en janvier-février 1952.

  • 108 Ainsi va la vie, ...op. cit. ; voir bibl. n° 41 ; p. 114.
  • 109 JO du 4 janvier 1952, p. 166, loi des 2 mois, n° 52-2 du 3 janvier 1952.
  • 110 363 AP 19, note de Goetze du 5 janvier 1952, 00039, pour R. Mayer.
  • 111 F 60 ter 419, « Conséquences sur le plan militaire d’une limitation de l’effort militaire de défens (...)

70E. Hirsch dans ses mémoires108 se trompe sur la date du conflit entre Bidault et Mayer qu’il place après Lisbonne alors que René Mayer n’est plus au gouvernement, mais il nous rappelle que Bidault était tout excité à l’idée que la France ne contribuait pas assez à la défense atlantique. Pourtant c’est Mayer qui quitte le gouvernement en janvier 1952. Le désaccord sur le budget militaire reporta le vote de la loi de Finances 1952 à mars 1952109. Les militaires, véritable corps autonome dans l’État, continuèrent de faire comme s’ils disposaient d’un budget de FF 1.512 milliards110. Bref, les militaires engagèrent des dépenses sans qu’un budget clair ait été arrêté. A la veille de Lisbonne, les services français constataient qu’un programme budgétaire de FF 1.622 milliards permettrait de créer 14 divisions 1/3 fin 1952, que des programmes réduits à FF 1.297 ou FF 1.190 feraient chuter le nombre de divisions de 6 avec des conséquences dramatiques pour l’emploi dans l’industrie aéronautique et mécanique111. La décision concernant l’ampleur du réarmement français était suspendue à la conférence OTAN de Lisbonne.

LISBONNE FÉVRIER 1952, UN NOUVEAU DÉPART

71La réunion du Conseil Atlantique se tint à Lisbonne en février 1952 pour arrêter le programme de réarmement de l’OTAN. Les décisions de Lisbonne auraient évidemment des conséquences sur le budget militaire français.

La confiance mutuelle s’éteint.

  • 112 Le gouvernement Pleven, 11 août 1951/7 janvier 1952 est remplacé par le gouvernement Edgar Faure, 2 (...)
  • 113 E. Faure, Mémoires 1, ...op. cit. ; voir bibl. n° 37 ; p. 376.

72La crise politique française, une de plus !112 ruina la confiance que les Américains portaient encore à la France. La suspension de la libération des échanges par Edgar Faure et Robert Buron113, pour cause de déficit à l’UEP donna l’impression que les Français cessaient de se battre pour l’équilibre et pour une certaine idée de l’Europe.

  • 114 CE 05, Bonnet, 19 février 1952, 1143, Washington, communiqué à Lisbonne 1 ; CE 66, JL Floersheim, D (...)
  • 115 F 60 439, « Agissements de M. Bing », sous dossier 2654, janvier 1952.

73Se sentant en position de force, la MSA donna l’ordre de surseoir à tout transfert de $ 100 millions d’aide en faveur des Français en attendant les résultats de la conférence. Les Français constatent que les Américains répugnent à ouvrir le crédit promis de $ 600 millions, ils ne croient plus que l’armée américaine pourra dépenser en France $ 300 millions d’ici à juin 1952 une nouvelle crise des paiements se profile pour février 1952. Les Américains n’acceptent pas le programme français d’importation et ils veulent connaître le contenu du programme militaire114. Ainsi les Américains ne se gênent pas pour « espionner » l’industrie française d’armement. Bing, un américain qui se présente comme membre de la MSA fait une enquête pour recenser les forces productives françaises travaillant pour les États-Unis en France. Levy doit protester énergiquement à la demande d’ailleurs du CNPF115. La France glissait vers la tutelle économique et militaire américaine.

Les dispositions françaises à la veille de Lisbonne.

  • 116 Vincent Auriol, Journal, ...op. cit. ; voir bibl. n° 19 ; 1952, p. 133, note 120, 18 février 1952.
  • 117 F 60 ter 436, « Projet de communication au Conseil des ministres au sujet de la conférence de Lisbo (...)

74A la veille de Lisbonne, les dispositions françaises sont les suivantes. Les services et le ministre souhaitent que le siège de l’Alliance soit Paris afin d’éviter le tête-à-tête anglo-saxon à Londres et la dissolution de l’OECE. Il n’est pas question que le gouvernement avance des fonds importants pour les infrastructures sans garantie de remboursement par l’OTAN ou les Américains. Jean Monnet doit s’attacher à ce problème. Il faut choisir entre un budget militaire 1952 de FF 1.190 milliards et de FF 1.740 milliards. La dernière solution paraît la meilleure sous réserve d’obtenir une aide supplémentaire. Bidault, le maximaliste, est au pouvoir. Avec FF 1.190 milliards la France ne peut poursuivre la guerre d’Indochine et le réarmement. Au Conseil des ministres du lundi 18 février 1952, parle-t-on des mêmes choses ? On parle de FF 1.190 milliards. Edgar Faure demande une aide américaine pour atteindre ce chiffre tandis que Bidault considère que l’effort de la France doit être de 1.190 milliards et qu’avec l’aide américaine l’effort sera finalement de FF 1.400 milliards116. Un dernier problème doit être réglé celui de l’équilibre de la balance en dollars. Or la question des offshore s’enlise, parce qu’aucun programme d’offshore n’a été dressé, qu’il faut avoir le label de l’OTAN, que le contentieux sur les exemptions fiscales n’est pas clos117.

  • 118 4 AU 91 dr 3, Chauvel, Lisbonne, de la part de Monnet pour MM. Faure, Bidault et Schuman, 19 févrie (...)

75Les Américains avaient mal accepté le chiffre de FF 1.190 milliards défini par le TCC. En revanche ils avaient cherché à discuter le contenu du programme. Ils avaient suggéré aussi, contre $ 100 millions d’aide immédiatement disponible, une augmentation du budget militaire français d’environ FF 80 milliards. D’après Monnet les Américains voyaient ainsi l’effort militaire français : 1 400 milliards pour 1952 et sur cette base une contribution Financière américaine de $ 500 millions, y compris les $ 170 millions d’aide économique déjà versés. Les Français auraient donc à couvrir seuls 1.225 milliards de francs, or le TCC avait limité la charge française à 1.190 milliards y compris l’Indochine (aux prix d’octobre 1951). Monnet s’étonna d’une telle proposition qui augmentait considérablement le budget militaire français : « M. Monnet n’a pas caché sa surprise de voir envisagée par M. Harriman une augmentation de la charge française au delà de ce qui avait été reconnu par le TCC comme la limite des possibilités françaises »118.

  • 119 F 60 ter 419, 11 février 1952, « compte rendu à M. le vice-président du Conseil, ministre de la Déf (...)
  • 120 F 60 ter 421, comité interministériel chargé d’étudier les affaires NATO et interalliées, 2e réunio (...)
  • 121 Ce qui à 350 F le dollar équivaut à $ 600 millions ; dans ce cas toute la contre-valeur de l’aide d (...)

76Bidault, débarrassé de Mayer, s’alignait sur les nouvelles propositions américaines de FF 1.400 milliards pour 1952. C’était un compromis entre les sommes nécessaires pour réaliser le programme du 5 octobre 1950 (FF 1.624 à 1.744 milliards) et l’hypothèse réaliste des Sages (FF 1.190 milliards), jugée catastrophique par Bidault119. De telles intentions ne pouvaient que satisfaire la MSA, désorientée par le projet de budget de FF 1.190 milliards120. Le compromis était acceptable pour Edgar Faure, à la condition d’une aide en dollars supplémentaire équivalente aux FF 210 milliards supplémentaires121. C’est un des enjeux de la conférence de Lisbonne.

Les décisions de Lisbonne, 20 février 1952.

  • 122 F 60 ter 436, « mémorandum remis à Lisbonne », le 22 février 1952, communiqué par F. Bizard, secret (...)

77Les interlocuteurs des Français à Lisbonne étaient bien entendu Harriman, Snyder et Acheson. Les Français remirent un mémorandum sur un budget français de FF 1.400 milliards qui clarifiait les possibilités françaises par rapport aux diverses hypothèses antérieures122. Les Français, réclamaient l’aide promise, sinon écrivait Buron à Acheson, l’économie française s’effondrerait.

  • 123 F 60 ter 484, PM à D. Dommel, 19 février 1952, « Dernière hypothèse de programme pour la fin de l’e (...)
  • 124 Soit 70 milliards FF, Mémoires, ...op. cit. ; voir bibl. n° 37 ; p. 385.

78Après les promesses des plus hautes autorités américaines d’une aide de $ 600 millions, les services constataient à Lisbonne que $ 170 millions d’aide économique avaient été versés, que l’armée américaine avait dépensé $ 60 millions environ, mais qu’il restait un « gap » d’environ $ 240 millions123et qu’un chiffre nouveau d’aide circulait : $ 500 millions. Finalement les Français établirent un budget militaire de 1.400 milliards de francs, financés par 1.100 milliards de recettes françaises et 175 milliards de contre-valeur d’aide américaine seulement. Il leur faudrait trouver encore 125 milliards de francs soit environ 357 millions de dollars d’aide américaine supplémentaire. Aussi, à moins de lever rapidement de nouveaux impôts, il n’y avait pas d’autre solution que la prise en charge de la guerre d’Indochine par les Américains, sauf évidemment à « reconsidérer le problème de l’Indochine ». Edgar Faure tenta donc le chantage au départ d’Indochine. Mais la solution pratique à laquelle songait E. Faure était celle des offshore budgétaires pour un montant de $ 200 millions124.

  • 125 F 60 ter 436, texte définitif, Lisbonne, 23 février 1952, très secret, « Compte rendu conversations (...)
  • 126 E. Faure, Mémoires 1, ...op. cit. ; voir bibl. n° 37 ; p. 385, 386.

79Acheson réagit mal, car les Américains voulaient 12 divisions françaises à la fin de l’année, alors qu’Edgar Faure en annonçait 10. Il fît miroiter l’accès à un fonds de $ 300 millions accru de $ 200 millions « qui pourraient servir à placer en France des achats offshore destinés en particulier à l’Indochine ». Bourgès-Maunoury, ministre de l’armement, sauta sur l’occasion et demanda des offshore additionnelles, mais Lovett regretta de ne pouvoir donner davantage de précisions. Les vaines promesses se poursuivirent. Monnet et Schuman observèrent que la France risquait de devoir supporter des charges beaucoup plus lourdes que les autres du fait de la guerre d’Indochine. « Ce problème, dit Schuman, nous impose l’option la plus grave que nous ayons à prendre au cours de 1952 »125. Edgar Faure écrit dans ses Mémoires qu’il s’agissait « d’Otaniser » la guerre d’Indochine126, c’était son Grand Plan. Les archives confirment tout à fait ses affirmations. Toutefois le conflit indochinois ne fut pas otanisé, mais américanisé sûrement !

80Les conversations de Lisbonne aboutirent au schéma d’aide américaine suivant, en échange d’un budget militaire de 1.400 milliards de francs en 1952.

Tableau 120. Schéma de financement arrêté à Lisbonne, février 1952

Tableau 120. Schéma de financement arrêté à Lisbonne, février 1952

81Le gouvernement français pouvait estimer qu’il avait réussi à faire préciser les sources du financement américain. Il n’obtint pas plus de $ 600 millions, et encore sur cet apport en dollars, $ 500 millions seulement étaient une aide au sens propre.

  • 127 B.18220, « Dispositions dites de Lisbonne », 25 février 1952, « Aide des États-Unis à la France pou (...)

82Le système des offshore budgétaires était intéressant car ces dollars financeraient des lignes budgétaires françaises, mais l’expérience passée montrait que l’administration américaine était capable de discuter sans vergogne les choix des Français. Les accords de Lisbonne ne permettaient pas le maintien de tous les contrats d’armements passés à des usines françaises. Les Américains acceptèrent des conversations sur des offshore commerciales supplémentaires. L’accord des Américains fut subordonné à des questions de prix et à des conditions techniques127.

  • 128 CE 81, MAE Info-presse 5 mars 1952, circulaire IP, Leusse, « a/s de l'effort financier français pou (...)
  • 129 Papiers Elgey, « Entretien avec E. Faure », 23 septembre 1964.
  • 130 CE 05, Bonnet, Washington, 2 mars 1952, 8 h, 1319-22 : CE 63, ambassade de France, 1098, 5 mars 195 (...)
  • 131 F 60 ter 419, Bidault à Lovett, 6 mars 1952.

83Les 1.400 milliards du budget militaire devaient permettre la création de 12 divisions, de 27 escadres aériennes, de 300.000 tx de navires de guerre, la réalisation des infrastructures pour l’OTAN et la poursuite de la guerre en Indochine. Les $ 200 millions ne couvraient pas complètement la différence entre les 1.190 milliards initiaux et les 1.400 milliards. Le vote de l’effort fiscal supplémentaire coûta le pouvoir à Edgar Faure128. L’administration américaine rendit un hommage à Edgar Faure qui avait présenté l’effort fiscal comme un sacrifice consenti à la juste cause de la défense du monde occidental : « Je savais que j’allais au massacre », dit-il129. Le Congrès américain douta injustement des capacités françaises à réagir en Indochine et à la crise économique. Connally, Président de la commission des Affaires étrangères du Sénat éclata : « Il faut dire à la France qu’elle ne peut compter sur les États-Unis pour la défendre et lui allouer d’importants montants d’aide économique. La France doit faire son devoir »130. Il serait hasardeux de mettre cette sortie sur le tempérament texan de Connally. Il dit tout haut ce qu’on pense au Congrès. En mars, Bidault est obligé d’augmenter encore le budget Indochine au détriment du réarmement français en Europe, à cause des opérations militaires en Indochine. Les 12 divisions qu’il était prévu de constituer auront-elles à leur disposition DCA, radars, hélicoptères ? Il envisage de résilier les contrats du char de 13 t, des EBR, d’une partie des réacteurs d’avions. Refusant que la France fournisse uniquement les fantassins, Bidault espère que la France pourra bénéficier d’OSP (offshore procurements) lui permettant de participer industriellement à l’effort de guerre, en particulier face à une Allemagne qui renaît, car dit-il à Lovett, « le pays ne peut consentir à renoncer à tenir sa place dans le domaine de la production »131.

La réalisation très chaotique des dispositions de Lisbonne.

  • 132 A 2,5 % remboursables de juin 60 à juin 1987 en 55 échéances semestrielles, soit 16 % de l’aide au (...)

84Les États-Unis « conformément aux engagements de Lisbonne » transfèrent immédiatement $ 100 millions d’aide spéciale, en fait d’aide économique. L’aide économique pour 1951-52 reçue par les Français se monta à $ 270 millions dont $ 43 millions sous forme de prêts132.

  • 133 Fontainebleau, 780666/40, Beaurepaire, 19 février 1952 à de Sailly, cons. commerc. en Grande-Bretag (...)

85L’off-shore procurement program avait été relancé par la conférence de Lisbonne. Il avait l’avantage, aux yeux des Américains de résoudre à la fois le problème du réarmement et celui du déficit en dollars des pays européens. Les Français voulaient participer pleinement à ce nouveau programme qui procurait des dollars et soulageait la balance des paiements. Les industriels en relation avec le ministère de l’Industrie et du Commerce firent connaître leur intérêt133, mais étaient-ils capables d’assumer ce projet ? Quelques faits en font douter. En dépit des incitations gouvernementales, les industriels français tardaient à soumissionner et prenaient du retard dans la livraison des matériels. Le fonctionnement durable de cette aide supposait une économie française concurrentielle, mais aussi sans doute davantage de bonne volonté de la MSA pour les choix militaires français. A Lisbonne il avait été entendu que les Français bénéficieraient d’un programme de $ 200 millions d’OSP, mais il fallait se mettre d’accord sur les types de matériels à construire, les conditions de production, les délais. Lisbonne rouvrait le débat sur les contenus du programme militaire français. La situation ne paraissait pas trop grave car les $ 200 millions étaient destinés à financer des armes pour l’Indochine, inscrites au budget français.

  • 134 CE 83, JMS coop. économ., 8 mars 1952, note pour M. Charpentier, cite Guindey chez Parodi.
  • 135 177 millions dépensés en OSP en France et 23 millions destinés à acheter directement des armes aux (...)
  • 136 Les OSP sont payées par l’aide américaine après leur fabrication ; à court de dollars la France sou (...)
  • 137 4 AU 91, dr 4 DAEF ou CE 05, de Pleven, coopération économique, 26 avril 1952, 2 h 00 à Washington, (...)

86Labouisse, le 3 mars 1952, demanda aux Français de faire des propositions d’achats d’équipements militaires pour l’Indochine dans le cadre du programme militaire français de 1.400 milliards, à hauteur de $ 200 millions. C’était donc la mise en œuvre des décisions de Lisbonne. Des conversations délicates s’ouvrirent alors à Paris. « Les négociateurs américains formulent des exigences draconiennes qu’il s’agisse du contrôle financier des opérations ou du contrôle technique des matériels fournis ; les projets de contrats comportent des clauses donnant aux autorités américaines en France un droit de regard et de contrôle direct sur les secteurs essentiels de notre industrie »134écrivait alors J.M. Soutou de la Direction économique au Quai d’Orsay. Aussi rêve-t-on avec nostalgie de transformer ces OSP en aide économique traditionnelle. Heureux temps du plan Marshall ! Les Français crurent la partie gagnée fin avril. Ces $ 200 millions d’OSP, en fait $ 177 millions135 devaient servir à payer aux industriels français des armements commandés initialement par le gouvernement français. Les premiers contrats étaient en passe d’être signés en mai 1952. Les Français obtinrent même de l’Eximbank une avance sur les OSP Lisbonne136. La lettre du 13 mai 1952 établissait aussi, pensa-t-on du côté français, « une unité de doctrine concernant les droits et obligations des deux gouvernements »137.

  • 138 CE 81, Bonnet, 27 février 1952, PF n° 998 à R. Schuman, « a/s assistance mutuelle, contrats offshor (...)

87Mais des blocages subsistaient. L’ECA aspirait à signer des contrats avec des entreprises privées ou publiques non soumise « à une domination communiste » !138 Cette clause fut rejetée. Les USA renoncèrent de mauvaise grâce à la clause d’examen des documents comptables et financiers de l’entreprise. Ils contrôleront seulement la spécification des livraisons par rapport aux contrats et les quantités. Les services français ont réagi contre l’introduction en France de la chasse aux sorcières, mais qui dit que la MSA ne déconseilla pas de signer des contrats avec ce pays rétif ?

Conclusion.

88Les Français ont vécu difficilement le passage de l’aide Marshall au réarmement. Ils se plaignirent en permanence d’être incompris des Américains, comme en témoigne le débat après Lisbonne sur les conditions de fabrication des marchandises financées en offshore. Mais il y a quelque naïveté ou quelque angoisse immense chez les Français à réclamer à corps et à cris une aide pour l’Indochine ou le réarmement et à se plaindre des exigences américaines. En juin 1952, on doit constater que les Français ont fait financer les armes pour l’Indochine, mais qu’ils n’ont pas réussi à faire financer autant qu’ils le souhaitaient la production d’armements du programme national français. On observe aussi que quels que soient le gouvernement, ou le ministre de la Défense, de Jules Moch (SFIO) à Pleven (UDSR) ou Bidault (MRP), des ambitions nationales sont affichées, dans la coopération atlantique certes, mais avec le souci constant d’affirmer une différence. Les Français voulaient sincèrement réarmer, avec l’aide américaine car ils ne pouvaient pas s’en passer, mais à leur rythme et selon leurs options. On peut, c’est vrai, s’étonner d’un tel comportement. Quel créancier abandonnerait l’idée de dire comment utiliser son argent ? Mais, au fond de tout cela, il y a une aspiration non satisfaite par les États-Unis et l’OTAN. Le monde libre n’a pas assez de gratitude pour le combat de la France en Indochine. La France a une créance morale sur les Occidentaux à cause du sang versé en Indochine, du sang continuellement versé depuis 1939 pour la liberté. Implicitement, les diplomates, les ministres, les hauts fonctionnaires qui reflètent la mentalité majoritaire du peuple français, attendaient des États-Unis un flot abondant de dollars, comme s’ils étaient l’expression normale de la solidarité atlantique étendue à l’Asie. Les résistances américaines surprirent, étonnèrent. La France ne se résolvait pas aux conséquences de sa dépendance. Le Congrès se méfia de cette nation instable politiquement et qui puisait sans vergogne dans la poche du contribuable américain, qui n’acceptait pas sa défaite en Indochine, qui prétendait avoir une politique nationale de réarmement.

  • 139 F 60 ter 463, mémorandum de la France à l’OECE, « Préparation du 4e rapport », 4 mars 1952.

89L’année 1951-52 fut une année de rechute économique pour la France. Le déficit à l’UEP réapparut, la libération des échanges fut suspendue, il a fallu emprunter à la Banque de France en février 1952. La balance extérieure souffrit de l’interruption de l’aide économique américaine en juillet 1951139. Tout compte fait, la dégradation du processus de l’aide fut enrayée dans des conditions difficiles puisqu’aux $ 433,2 millions de 1950-1951, s’opposèrent environ $ 500 millions en 1951-1952. La nature de l’aide était très différente de celle des années Marshall :

Tableau 121. Aides américaines à la France en 1951-1952

Tableau 121. Aides américaines à la France en 1951-1952
  • 140 B. 18220, février 1956, FOA. B 10927. F 60 ter 436 (2).

Note 1140

90Cette forme d’aide était complètement nouvelle et sujette à débat permanent. La part de l’aide économique, de type Marshall, donnée sans condition, avait diminué. La part des OSP augmentait. Ces contrats étaient négociés au coup par coup, et surtout ils ne correspondaient pas à une rentrée immédiate de dollars. Bidault a raison de rappeler que ni la France ni l’Europe ne retrouvent ainsi les dollars de l’aide Marshall. Une autre règle du jeu était en train de se dessiner, dont la France entendait bien profiter, comme elle avait profité de l’ERP. Mais ses dirigeants ont-ils vu que l’idéalisme américain de 1947 cédait devant le calcul froid de la lutte contre le communisme mondial et qu’il se transformait en caporalisme ? Malheur à ceux qui n’iraient pas dans cette direction même si Français et Américains se trouvaient d’accord pour réarmer.

Notes

1 B 18220, note de l’attaché financier à Washington, « Étude du projet de loi de sécurité mutuelle », AF/1982, 17 août 1951. B 33688, tél. Bonnet du 20 octobre 1951.

2 B 18220, Finances, « Note sur l’aide accordée à la France par les États-Unis, 1er février 1956 », p. 5.

3 CE 66, coop. économique, 8 juin 1951, à Guindey et TCT ; Bonnet à R. Schuman, 24 août 1951, n° 3439, « a/s débat parlementaire sur le programme de sécurité mutuelle ».

4 B 33923, « Projet de note à Schuman », janvier 1952.

5 F 60 ter 440, « Rapport sur l’organisation et l’administration de l’Agence de Sécurité Mutuelle », février 1952, Dirapro, Washington, Demont.

6 Objectifs en juin 1951 : $ 8,3 milliards de stocks, réalisations $ 3,0 milliards. L’objectif était passé brutalement de $ 4,9 milliards en 1949 à $ 8,5 en 1950.

7 F 60 ter 407, Vaurs à Dutheillet 11 août 1951.

8 AMF 17/3/8, « Audition de Monnet au Conseil économique », mercredi 18 janvier 1950.

9 363 AP 19, « Comparaison entre les causes du déficit de la zone £ et de la zone F par rapport à la zone $ et de l’UEP », 14 novembre 1951.

10 F 60 ter 484, JT « Étude du programme de $ 921 millions comparé aux crédits ouverts au cours de l’exercice 1950-1951 pour le financement des importations de la zone dollar », s. d.

11 F 60 ter 490, DREE, Imp. 3, n° 565, 18 juillet 1951, P. Moussa, « Note pour la direction des approvisionnements », confidentielle, non approuvée par M. Clappier.

12 F 60 ter 490, ECA à Bonnet 18 septembre 1951, « Allotment de 11 millions $ ».

13 F 60 ter 484, MC et des REE, 3 août 1951, service des importations, Note pour le ministre.

14 F 60 ter 419, « Projet de communication aux Américains », 31 août 1951, secret.

15 F 60 ter 436, AE, coop. eco. Washington, 26 octobre 1951, « Problèmes en dollars pour la France ».

16 F 60 ter 359, 735, G. Elgozy à MIC, 7 septembre 1951.

17 F 60 ter 504, 23 novembre 1951, Finances, douanes à SGCI ; Patterson à SGCI, 20 décembre 1951 ; TCT à Patterson, 14 février 1952. Dans certains cas, il s’agit de produits en souffrance, en attendant la reconstruction des entreprises, cf les 592 caisses de matériels pour filatures.

18 CE 04, Bonnet, 18 octobre 1951, 8 h 15, 7253.

19 CE 73, LG MAE, Infos et presse, 3 août 1951, n° 1948, note pour le cabinet du ministre et la DGAEF, « Train de l’Europe », en marge : « Je suis d’accord ».

20 F 60 ter 393, Préfet du Cher à MI 29 février 1952.

21 F 60 ter 393, 29 février 1952, « Demande d’autorisation d’exposer du MSA à Puteaux et Vincennes ».

22 F 60 ter 394, 1er octobre 1951, Kaplan à G. Elgozy : la notule est signée : G. E.

23 CE 52, 24 août 1951, « Liste de produits que la France pourrait offrir à l’Est ».

24 D’autres accords ont été signés avec la Hongrie le 13 mars 1951, avec la Pologne le 13 octobre 1952 en plus de l’accord d’équipement du 19 mars 1948 in CE 52, MD 6 mars 1953, coop. économique, à B. Toussaint, CEE n° 99, « a/s accords commerciaux avec les pays de l’Est ».

25 CE 52, DGAEF, 11 avril 1951, « Fourniture de pneus à la Pologne ».

26 JPB, 15 mai 1952, note, « Bilan des travaux de la rencontre économique de Moscou ».

27 Les exportations françaises vers l’Est ont représenté en 1950 $ 38 millions, soit 1,25 % de ses exportations totales ($ 3 milliards), dont $ 5 millions d’acier, un produit stratégique ; par pays, les exportations françaises avaient atteint les valeurs suivantes : vers la Pologne $ 16 millions, Tchécoslovaquie $ 12 millions, Chine $ 3,1 millions, Hongrie $ 3,1 millions, URSS $ 2,6 millions, Roumanie $ 0,4 million ; Bulgarie $ 0,386 million ; zone sov. d’Allemagne $ 0,06 million et ses importations $ 39 millions soit 1,27 % de toutes ses importations in CE 52, Bonnet, n° 4431, 28 septembre 1951 à R. Schuman.

28 Fontainebleau, 77396/11, ministre des Finances, SE affaires économiques, 24 août 1951 à MIC, DREE, Clappier.

29 « Problème des antibiotiques », CE 52 et CE 54, DGAEF, 21 décembre 1951, secret, note, « Conversations de M. Charpentier avec sir Roger Makins ».

30 CE 52, DGAEF, 19 février 1952, « Note pour la coopération économique ».

31 Fontainebleau, 77396/11, J. Valabrègue, 4 février 1952 aux chefs de service et directeurs, n° 411 ; Beaurepaire 1524, affaires exter. du MIC, 17 avril 1952, aux directeurs et chefs de service.

32 Il s’agit du gouvernement Queuille du 10 mars 1951 au 11 août 1951.

33 CE 04, Bonnet 27 juillet 1951, 9 h, n° 5443-48.

34 B 16023, Grimanelli, Dirapro, Note pour le secrétaire d’État aux Finances et aux Affaires économiques, 17 août 1951. Bizot, secrétariat général de la Productivité, 31 juillet 1951, n° 505, Note au ministre.

35 F 60 ter 359, 742, Elgozy à CNP, septembre 51 ; 775, 25 septembre 1951, note d’Elgozy à DREE.

36 F 60 ter 393, différentes notes sur cette question pendant l’été 1951 et novembre 1951.

37 F 60 ter 407, L. Gingembre PME à M. John Carmody, 12 septembre 1951, directeur de la section productivité ECA.

38 F 60 ter 418, DN, septembre 1951, « Indications sur les progrès de l’effort militaire français en 1951 ».

39 B 33688, « Report of the subcommittee on foreign relations, visit to Europe july 7 to july 23 1951 », Théodore Francis Green, chairman, 82e congress, 1st session Senate, document n° 56.

40 363 AP 19, secret, TCT, Note 13 août 1951.

41 F 60 ter 418, « Observations sur l’effort de réarmement comparé dans les différents pays du NATO », 28 juillet 1951, source : bureau économique et financier du NATO.

42 F 60 ter 416 voir dossier, le programme dont il s’agit est formulé en octobre 1951.

43 F 60 ter 359, 862, 17 octobre 1951, ECA à TCT lettre du 12 octobre.

44 F 60 ter 423, 4 janvier 1952, « Négociations franco-américaines sur les impôts » ; 24 novembre 1951, « C. r. réunion Guindey, exemptions fiscales au profit des achats américains en France ».

45 CE 63, note du 22 décembre 1951, source non indiquée, « a/s aide financière américaine et exécution des travaux ».

46 F 60 ter 359, 910, TCT à Labouisse, 29 octobre 1951, 960, TCT à Goodman, Labouisse, 13 novembre 1951.

47 Gouvernement Pleven du 11 août 1951 au 7 janvier 1952.

48 363 AP 19, Note pour M. le Secrétaire d’État, remis par M. de Margerie au Dr Jessup, 11 septembre 1951.

49 CE 04, Washington, V. P du Conseil, ministre des Finances, à Pflimlin, Louvel, 7 septembre 1951 ; idem 7 septembre 1951, 20 h 6260-64 ; Bonnet 14 septembre 1951, 11 h, 6410-14, pour Pflimlin, de Mayer ; F 60 ter 414/1 Washington, 7 septembre 1951, R. Mayer, « Conversations avec Snyder ».

50 363 AP 19, dossier n° 2 Washington 7-14 septembre 1951 concerne le voyage de René Mayer aux États-Unis. ; F 60 ter 436, « Entretien Mayer-Wilson, Ve. 7 septembre 1951, 15 h » ; compte rendu conversations, 7 septembre 1951, Mayer, Guindey Schweitzer, Snyder, Willis, Tomlinson.

51 F 60 ter 436, « Entretien R. Mayer-George Marshall », du 10 septembre 1951, 10 h 30, Pentagone, secret, projet, 11 septembre 1951.

52 F 60 ter 436, réunion au DE 10 septembre 1951, « ECA/trésorerie/OSR ».

53 CE 04, de R. Mayer, Washington, 12 septembre 1951, 9 h 24, 6309-11, pour le Président du Conseil, Bidault, Bourgès, Pflimlin, Louvel : 14 septembre 1951, secret, réservé, de R. Mayer pour le Président du Conseil, « C. r. entrevue avec Marshall du 11 septembre 1951 ». BA 1944-1952, EU 122, ambassade de France Washington, 14 septembre 1951, n° 6456, secret, de R. Mayer, pour le Président du Conseil, « Entretien avec Lovett du 13 septembre ».

54 Ailleurs on parle de 150 milliards de FF ; le dollar est à 350 F.

55 363 AP 19, très secret, Mayer à Pleven, Président du Conseil, 14 octobre 1951. 363 AP 19 J. Letourneau, 830 cab, 10 octobre 1951 au Président du Conseil, « Budget des dépenses militaires pour 1952 ».

56 4 AU 72 dr 2, Washington 18 septembre 1951, 1 h, 6540-45, secret, aide économique à l’Indochine, Général De Lattre. CE 04, Washington, 18 septembre 1951, 1 h 50, 6522-39, secret ; Bonnet 18 septembre 1951, 1 h 40, 6540-45, priorité, secret.

57 CE 04, Washington, Tezenas du Montcel pour le ministre des États Associés, 22 septembre 1951, 10 h 35, 6623-29.

58 CE 04, Diplomatie, 16 septembre 1951, 15 h Washington, 10328-34, pour Tezenas du Montcel.

59 F 60 ter 444, n° 63 TOM, copie 16 janvier 1952, chef de bureau des affaires d’Outremer à Ministre d’État en relation avec les États Associés, PF FAY, « Aide américaine ».

60 11 janvier 1952.

61 Vincent Auriol, Journal, 1952... op. cit. ; voir bibl. n° 19 ; p. 403, 20 juin 1952.

62 F 60 ter 419, top secret, security information, LET M-la, june 20, 1952, « Letourneau talks on Indochina », 10 h, monday 16 juin 1952 et communiqué du 18 juin 1952.

63 E. Faure, Mémoires, 1, op. cit. ; voir bibl. n° 37 ; p. 329.

64 CE 04, O. W. Coopération économique, 23 octobre 1951, à ambassadeur de France à Washington, 12621-23, 12624-31, lettre de Mayer à Harriman.

65 363 AP 19, 22 octobre 1951, R. Mayer à Averell Harriman, représentant des États-unis au comité temporaire du Conseil du NATO. 25 octobre 1951, A. Harriman à R. Mayer.

66 CE 04, Bonnet, 31 octobre 1951, 22 h.

67 F 60 ter 484, télégramme, 1er novembre 1951, R. Mayer à ambassadeur de France Washington, n° 13194-206, réservé, très secret, priorité absolue, ref au 13157.

68 F 60 ter 490, ministre du Commerce, Moussa, note pour la Dirapro, 10 novembre 1951 pour Floersheim.

69 F12 10326, Clappier, « Tableaux indicatifs dressés par la DREE pour la réunion interne, le 9 novembre 1951 à 15 h 30, pour programme d’importation à 825 et 500 ».

70 F 60 ter 484, P M 13 novembre 1951, service des importations n° 577, note pour le ministre, « Importations de 500 millions $ ».

71 F 60 ter 359, 1044, D. Dommel à Labouisse, fin novembre 1951 ; F 60 ter 484, Bonnet 21 novembre 1951, « compte rendu visite de Bissel avec PPS ».

72 CE 04, Charpentier, 16 novembre 1951, 22 h à tous postes en Europe occidentale et à Washington, circulaire 218, « Sur le programme de $ 500 millions ».

73 F 60 ter 484, Service des importations, Imp 3 PM 20 décembre 1951, le ministre du Commerce et des REE, vice président du Conseil, ministre des Finances et des affaires économiques, « Etablissement du programme dollars pour l’année 1951-1952 ; compte rendu réunion du 3 janvier 1952 ». René Mayer.

74 F 60 ter 490, Dirapro à ministre du Commerce, 1er décembre 1951, « Allocation de $ 44 millions, « dépannage ».

75 F 60 ter 490, P. Moussa à DREE, 12 décembre 1951, de JL Floersheim.

76 F 60 ter 420, note sur la réunion du 29 août 1951, TS, ministre des Finances, René Mayer et G. Bidault, DN, Budget et Finances, « Budget militaire pour 1952 ».

77 F 60 ter 419, compte rendu réunion chez Pleven vendredi 16 novembre 1951 à 11 h, ex n° 1, Très secret, Pleven, Mayer, Bidault, Schuman, Monnet, Acheson, Harriman, Bruce, Labouisse et Nash.

78 363 A P 20, Lettre de Bruce du 28 novembre 1951 à René Mayer, Rome, « Accord des $ 600 millions »; F 60 ter 436, tel. Mayer à Diplomatie, 24 novembre 1951.

79 F 60 ter 436, projet de télég. pour l'ambassadeur de France, Washington, 20 décembre 1951, « Conversations financières franco-américaines poursuivies depuis la conférence de Rome, état des conversations ».

80 363 AP 20, note remise à M. Bidault à Rome le 24 novembre 1951, sans doute TCT ; CE 04, O. W. 21 décembre 1951, à ambassadeur de France Washington et Londres, 15892-900, 21082-90. ; F 60 ter 419, « Avant-projet », traduction, secret, « Protocole d’accord », décembre 1951, pas d’autres indications d’origine, 6 pages, pelures ; F 60 ter 436, « Copy du protocole d’accord », en anglais, s.d., so.

81 F 60 ter 420, NATO BEF confidentiel, réunion feb R(51)12, 31 juillet 1951, réunion au ministère des Finances, Ve., 6 juillet, 10 h 30 ; F 60 ter 436, JH 23 août 1951 ex. n° 2/30, très secret, économie de guerre, DN SGP de la DN coût du plan à moyen terme révisé.

82 F 60 ter 436, Paris, 30 août 1951, « note pour servir de directives à la délégation française aux conférences atlantiques sur les questions du programme de défense », présidence du Conseil.

83 F 60 ter 418 ou 419, TS, 14 octobre 1951, « Examen de la réponse française au comité des Sages, note sur la séance restreinte, Harriman, Gordon, Tasca, Plowden, Roll, Bidault, Mayer, Guindey, Vernoux, TCT, Monnet, Hirsh et Uri ».

84 AMI, 10/3/24, lettre de Monnet à R. Schuman.

85 F 60 ter 419, « Présentation du rapport du TCC et commentaires par Jean Monnet », 22 décembre 1951 et lettre du 28 décembre 1951.

86 AMG 28/0/8, Jean Monnet à R. Schuman, 1er février 1952.

87 F 60 ter 436, TCC-CC/12, 3 février 1952, réponse française au rapport des sages.

88 CE 04, Bonnet, 28 décembre 1951, 10 h, n° 8524, « Octroi d’une allocation de 77 millions $ » ; CE 05, Bonnet, 15 janvier 1952, 10 h 30, 377-78 ; F 60 ter 436, E Demont, 10 janvier 1952 au ministre du Commerce (DREE), « Aide américaine au titre de l’exercice 1951-1952 ».

89 F 60 ter 436, ambassadeur de France Washington à Guindey, 13 décembre 1951, « Ressources extraordinaires en dollars ».

90 F 60 ter 436, PPS à Guindey 21 décembre 1951 AF/2435, « Aide américaine ».

91 F 60 ter 436, PPS à G. Guindey, 17 janvier 1952, AF/107.

92 F 12 10326, voir dossiers coton et diverses notes. CE 05, Bonnet, 27 février 1952, 8 h, 1230-34 ; Bonnet, 14 mars 1952, 20 h 45, 1669-71.

93 F 60 ter 360, 90, TCT à PPS, 10 janvier 1952.

94 CE 05, Bonnet, 25 janvier 1952, 12 h 10, 682-86 ; Bonnet, 5 février 1952, 21 h 15, 877-79, pour Finex de l’attaché financier ; CE 05, Bonnet, 5 février 1952, 21 h 40, 889-92 : CE 63, ambassadeur de France, 709, 8 février 1952, à R. Schuman, « a/s assistance mutuelle » ; CE 66 JL Floersheim, dirapro 27 février 1952.

95 F 60 ter 436, SGCI TCT n° 103 10 janvier 1952, note pour le vice-président du Conseil, ministre des Finances et des Affaires économiques, « a/s état de la négociation bilatérale franco-américaine » ; Papier remis par Labouisse à TCT en décembre 1951, document interne de la MSA, trad. « Rapport sur les mesures financières et économiques de nature à soutenir l’effort français de réarmement ».

96 363 AP 19, « Mémorandum Labouisse, à l’attention de M. de Clermont-Tonnerre », non daté, probablement janvier 1952.

97 363 AP 19, TCT, SGCI à René Mayer, 10 janvier 1952, « a/s état de la négociation bilatérale franco-américaine », rapport transmis par R. Mayer à René Pleven. CE 05, Bonnet, 12 février 1952, 10 h, 1010-16 ; Bonnet, 14 février 1952, 8 h 50, 1053-56.

98 CE 63, Ambassadeur de France, 209, 8 février 1952, à R. Schuman, « a/s assistance mutuelle ».

99 363 AP 20, G. Bidault, ministre de la Défense nationale très secret, à R. Mayer, vice président du Conseil, ministre des Finances et des Affaires économiques, exemplaire n° 1, signature autographe, date ?

100 F 60 ter 436, note remise à M. Bidault à Rome le 24 novembre 1951, par qui ? Mayer très vraisemblablement.

101 363 AP 20, Bidault à Harriman, 3 décembre 1951, exemplaire n° 3. Lettre autographe de Bidault à Mayer du 7 décembre.

102 F 60 ter 418, « Compte rendu réunion chez TCT », 28 décembre 1951, section programmes n° 201 TS/SEP, 15 janvier 1952, MSA, MAAG, DN, SGCI ; idem réunion chez Kahn, 29 décembre n° 202, « Programme militaire français ».

103 De FF 660 milliards, hors Indochine.

104 363 AP 20, Bidault à Pleven, 20 décembre 1951 ; E. Faure, Mémoires, 1... op. cit. ; voir bibl. n° 37 ; p. 328 note 1, Edgar Faure rapporte que Bidault voulait 1.040 milliards + 330 pour l’Indochine, Mayer 660 + 330 d’Indochine, et Pleven a tranché à 880 + 330 = 1.210 milliards FF.

105 Entretien, TCT, G. Elgey, 15 novembre 1965.

106 363 AP 37, R. Mayer 17 mars 1952 à Jacques Gascuel, « Perspectives ».

107 Papiers Elgey, entretien avec Thierry de Clermont-Tonnerre, 15 novembre 1965, et avec E. Faure, 23 septembre 1964.

108 Ainsi va la vie, ...op. cit. ; voir bibl. n° 41 ; p. 114.

109 JO du 4 janvier 1952, p. 166, loi des 2 mois, n° 52-2 du 3 janvier 1952.

110 363 AP 19, note de Goetze du 5 janvier 1952, 00039, pour R. Mayer.

111 F 60 ter 419, « Conséquences sur le plan militaire d’une limitation de l’effort militaire de défense français aux seules ressources françaises, telles qu’elles ont été évaluées par le TCC ».

112 Le gouvernement Pleven, 11 août 1951/7 janvier 1952 est remplacé par le gouvernement Edgar Faure, 20 janvier 1952/28 février 1952.

113 E. Faure, Mémoires 1, ...op. cit. ; voir bibl. n° 37 ; p. 376.

114 CE 05, Bonnet, 19 février 1952, 1143, Washington, communiqué à Lisbonne 1 ; CE 66, JL Floersheim, Dirapro, 27 février 1952, note pour le service des importations n° 480/PRO ; Bonnet à R. Schuman, 29 février 1952, n° 1021, « Conditions d’utilisation de nos prochaines allocations », n° 53 Demont.

115 F 60 439, « Agissements de M. Bing », sous dossier 2654, janvier 1952.

116 Vincent Auriol, Journal, ...op. cit. ; voir bibl. n° 19 ; 1952, p. 133, note 120, 18 février 1952.

117 F 60 ter 436, « Projet de communication au Conseil des ministres au sujet de la conférence de Lisbonne », 18 février 1952.

118 4 AU 91 dr 3, Chauvel, Lisbonne, de la part de Monnet pour MM. Faure, Bidault et Schuman, 19 février 1952, 0 h 30, n° 90-91 ; F 60 ter 436, « Conversations Monnet/Harriman », message de Lisbonne du 19 février 1952. AMI 10/10/33, télégramme de Jean Monnet à Robert Schuman, 18 février 1952.

119 F 60 ter 419, 11 février 1952, « compte rendu à M. le vice-président du Conseil, ministre de la Défense nationale, » État des négociations franco-américaines au sujet du niveau des dépenses de défense pour 1952.

120 F 60 ter 421, comité interministériel chargé d’étudier les affaires NATO et interalliées, 2e réunion, 4 février 1952, 16 h, 3e réunion, 11 février 52, 16 h.

121 Ce qui à 350 F le dollar équivaut à $ 600 millions ; dans ce cas toute la contre-valeur de l’aide devrait être affectée au budget militaire.

122 F 60 ter 436, « mémorandum remis à Lisbonne », le 22 février 1952, communiqué par F. Bizard, secret, discussions du 21 février, « Hypothèses budgétaires militaires françaises de 1.400 milliards envisagées par les États-Unis ».

123 F 60 ter 484, PM à D. Dommel, 19 février 1952, « Dernière hypothèse de programme pour la fin de l’exercice 1951-52 ».

124 Soit 70 milliards FF, Mémoires, ...op. cit. ; voir bibl. n° 37 ; p. 385.

125 F 60 ter 436, texte définitif, Lisbonne, 23 février 1952, très secret, « Compte rendu conversations entre délégués français et américains : E. Faure, R. Schuman, Buron, Bourgès, Gaillard, Monnet, Alphand, Guindey, Acheson, Lovett, Snyder, Harriman, Bruce, Nash, Draper, Pauley ».

126 E. Faure, Mémoires 1, ...op. cit. ; voir bibl. n° 37 ; p. 385, 386.

127 B.18220, « Dispositions dites de Lisbonne », 25 février 1952, « Aide des États-Unis à la France pour l'année fiscale 1951-1952 »; CE 63, JMS 18 mars 1952, pour les archives, « Mémorandum établi à Lisbonne le 25 mars 1952 sur l'aide de $ 600 millions »; F 60 ter 436, « Mémorandum », 25 février 1952, top secret ; F 60 ter 436 , TCT à Georges Bidault, mardi 26 février 1952.

128 CE 81, MAE Info-presse 5 mars 1952, circulaire IP, Leusse, « a/s de l'effort financier français pour le réarmement ». Le budget français de FF 1.400 milliards correspond désormais à FF 135 milliards (budget civil, nomenclature NATO), 435 milliards (Indochine Tom), 830 milliards (DN) ; Année Politique 1952, n° 32, annexe, « Note officieuse de l'Agence France-Presse sur les commandes « offshore », 30 juillet 1952; Vincent Auriol, Journal, ...op. cit.; voir bibl. n° 19 ; 1952, p. 146, 24 février 1952 ; not e 181, p. 966.

129 Papiers Elgey, « Entretien avec E. Faure », 23 septembre 1964.

130 CE 05, Bonnet, Washington, 2 mars 1952, 8 h, 1319-22 : CE 63, ambassade de France, 1098, 5 mars 1952, H. Bonnet à R. Schuman, « a/s assistance mutuelle ».

131 F 60 ter 419, Bidault à Lovett, 6 mars 1952.

132 A 2,5 % remboursables de juin 60 à juin 1987 en 55 échéances semestrielles, soit 16 % de l’aide au lieu des 10% prévus, in CE 05, Bonnet, Washington, 27 février 1952, 20 h, 1257 ; Bonnet, 15 mars 1952, 10 h 15, 1668 : Bonnet, 18 mars 1952, 20 h, 1746-49 ; DGAEF, 2 avril 1952 à Washington, 5641-43 ; CE 63, Bonnet, Washington, 15 mars 1952, 10 h 15, 1668.

133 Fontainebleau, 780666/40, Beaurepaire, 19 février 1952 à de Sailly, cons. commerc. en Grande-Bretagne.

134 CE 83, JMS coop. économ., 8 mars 1952, note pour M. Charpentier, cite Guindey chez Parodi.

135 177 millions dépensés en OSP en France et 23 millions destinés à acheter directement des armes aux États-Unis pour l’Indochine.

136 Les OSP sont payées par l’aide américaine après leur fabrication ; à court de dollars la France souhaitait une avance pour alléger son déficit des paiements. L’Eximbank offrait des prêts gagés sur les contrats OSP.

137 4 AU 91, dr 4 DAEF ou CE 05, de Pleven, coopération économique, 26 avril 1952, 2 h 00 à Washington, 7020-30, pour Jean Monnet, de Pleven. « Sur achats offshore pour information ». F 60 ter 360, 616, 4 mars 1952, J. levy à DREE, « Achats offshore, avantages » ; CE 82, DD, SGCI, n° 1107, 13 mai 1952, note pour le président du Conseil, « Offshore de $ 200 millions suite au mémorandum de Lisbonne du 25 février 1952 ».

138 CE 81, Bonnet, 27 février 1952, PF n° 998 à R. Schuman, « a/s assistance mutuelle, contrats offshore ».

139 F 60 ter 463, mémorandum de la France à l’OECE, « Préparation du 4e rapport », 4 mars 1952.

140 B. 18220, février 1956, FOA. B 10927. F 60 ter 436 (2).

Table des illustrations

Titre Tableau 117. Programme des « 500 » millions de dollars, par poste, et rappel du programme de 825 millions
Légende Note 369
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2796/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Tableau 118. Projets de programmes d’importations dollar automne 1951
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2796/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Tableau 119. Promesses américaines des 600 millions $ d’aide pour 1951-1952 (Novembre 1951)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2796/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Tableau 120. Schéma de financement arrêté à Lisbonne, février 1952
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2796/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Tableau 121. Aides américaines à la France en 1951-1952
Légende Note 1140
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2796/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 148k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter