Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La France, l’aide américaine et la construction européenne 1944-1954. Volume II

 | 
Gérard Bossuat

Troisième partie. L'aide américaine et la formation de l'Europe occidentale

Chapitre XVII. Permanences et innovations dans la politique allemande de la France en 1948-1949

Texte intégral

« La France ne saurait à la fois assumer en se plaçant aux côtés de ses alliés anglo-saxons les responsabilités les plus périlleuses et voir les garanties minima qu’elles a obtenues vis-à-vis de l’Allemagne perdre toute consistance et toute efficacité. »
François Valéry.

1Le plan Marshall avait entraîné une révision de la politique allemande de la France. Les Français ne désespéraient pas de contenir le développement allemand en s’appuyant sur l’OECE où la France disposait d’une grande influence. L’internationalisation de la Ruhr semblait être condamnée par les accords de Londres de juin 1948, au moins dans les formes souhaitées par la France ; restait le débat sur la propriété des mines et des industries allemandes. La présence de l’Allemagne à l’OECE causait aux Français des soucis permanents. L’OECE était un lieu d’affrontements où les rapports de force pouvaient faire basculer la décision dans des directions contradictoires. Comment faire pencher la balance en faveur des intérêts français ? L’union douanière franco-italienne, qui a servi de faire-valoir de l’Europe devant le Congrès, pouvait-elle renforcer la France face à l’Allemagne ? La France comptait sur son poids à l’OECE pour contenir les Américains de la bizone, inversement les Américains s’appuyaient sur l’esprit européen pour calmer la France et lui faire abandonner une politique qu’ils jugeaient obsolète. Le débat sur le partage de l’aide a été l’occasion pour certains Français, dont Monnet, de développer une nouvelle donne politique à propos de l’Allemagne. Mais Monnet n’a pas encore d’influence suffisante pour la faire endosser par le gouvernement Queuille. Peu importe que ces idées nouvelles soient critiquées en 1948-1949, puisqu’elles ressortent le 9 mai 1950. Un certain frémissement de la politique française sur l’Allemagne est discernable en 1948-1949. La France redevient capable de faire des propositions réalistes sur la participation de l’Allemagne à l’Europe nouvelle. La période de crispation à propos de l’Allemagne se terminerait-elle ? Les Français ne peuvent plus contenir l’Allemagne. Ils le savent. Quelles leçons en tirent-ils ?

L’UNION DOUANIÈRE FRANCO-ITALIENNE : UN REMPART CONTRE LE RELÈVEMENT ALLEMAND ?

2Les négociations sur l’union douanière avec l’Italie continuèrent après la signature du protocole d’union du 20 mars 1948. Comment voit-on l’avenir de cette négociation en octobre 1948 et quels sont ses rapports avec l’Allemagne ?

Les bénéfices politiques de l’union ne convainquent pas les protectionnistes.

3La commission mixte franco-italienne s’était remise au travail. Elle comprend des fonctionnaires, des parlementaires, des représentants d’intérêts privés, des syndicalistes. Elle doit résoudre la question de la concurrence viticole franco-italienne, celle de la main-d’œuvre italienne et celle de l’aménagement des ressources énergétiques des Alpes.

  • 1 ZE 1944-49, Italie 91, 17 septembre 1948, JF à MAE, « a/s UDFI ».

4A lire l’ambassadeur de France en Italie, Jacques Fouques-Duparc, les Français en attendaient des bénéfices politiques. Les échanges franco-italiens ne justifiaient pas en effet les efforts déployés pour sceller une union économique1. Un accord franco-italien était d’abord utile pour l’idée européenne, mais il pouvait servir aussi à renforcer le bloc latin contre l’Allemagne. Un accord effacerait l’échec de 1935. Il permettrait de plus à la France d’installer son industrie chimique en Italie avant celle de l’Allemagne. L’union était une machine de guerre contre l’Allemagne.

  • 2 4 BL6/dr3, Fouques-Duparc, 15 octobre 1948, à Léon Blum. Lettre autographe.

5Or l’union a un adversaire de poids : Jean Monnet2. L’union franco-italienne n’est pas assez ambitieuse à ses yeux. Pour des raisons différentes d’autres ont la même opinion.

  • 3 ZE, 1944-49, Italie 88, MAE, 23 novembre 1948. Pierre Guillen, « Le projet d’union économique entr (...)
  • 4 Alan S. Milward. The reconstruction... op. cit. ; voir bibl. n° 256 ; p. 255.
  • 5 ZE 1944-49, Italie 88. Fouques-Duparc, 3 décembre 1948, à MAE, n° 1945, « financement de l’immigra (...)

6Néanmoins de Gasperi, le président du Conseil italien, reçu à Paris le 23 novembre 1949 et Schuman manifestent une volonté d’aboutir, tout en ne se cachant pas les obstacles. L’opposition communiste et pacifiste est virulente. Les deux hommes d’État craignent une opposition de « certaines catégories d’intérêts ». Mais Schuman, optimiste, parle de présenter le projet au Parlement en janvier 1949 !3 En fait les oppositions se conjuguent : colons d’Algérie, milieux agricoles, industriels français, tandis que Marcel Boussac prêche la prudence à Vincent Auriol au nom des disparités sociales. Les industriels français ne se bousculent pas pour exporter vers l’Italie, ce qui risque de déséquilibrer encore plus les échanges en cas d’union douanière. Les négociations achoppent sur les problèmes de main-d’œuvre. Les Français ne peuvent envisager la liberté de circulation des travailleurs italiens en France. La crainte du chômage retient les plus favorables à l’union4. La nécessité de procéder à des transferts de francs en lires en faveur des travailleurs italiens en France paraît un obstacle dirimant. Fouques-Duparc demande la révision de l’accord du 21 mars 1947 favorisant les transferts à 100 % des allocations familiales et de 20 % à 50 % des salaires. En effet la part transférable des salaires est bientôt réduite de 50 %5.

  • 6 ZE 1944-49, Italie, 89, entretiens Schuman, Sforza au Quai d’Orsay, 27 mars 1949, 15 h-16 h 30.

7La commission mixte franco-italienne remit son rapport le 22 janvier 1949 et le traité fut signé à Paris le 26 mars 1949 par Sforza et Schuman. Il instituait un tarif extérieur commun et prévoyait une union économique en 6 ans dont il convenait de définir les formes dans les deux ans à venir. Mais il maintenait des contingents dans les échanges commerciaux. Schuman se dit certain de l’approbation du traité par le Parlement6.

  • 7 Rousseau, Direction des industries diverses et textiles, service des affaires extérieures, 4 juin (...)
  • 8 Fouques-Duparc, 12 mai 1949 à MAE, ZE 1944-49, Italie, 91. Pierre Guillen, « Le projet d’union éco (...)

8Pourtant la remise en cause du traité était voulue par Boussac, le textile et les industries de l’automobile. Le ministère de l’Industrie et du Commerce s’employait par exemple à rassurer les élus locaux du Cambrésis inquiets des conséquences de l’union sur les activités textiles de leur région7. L’opposition des agriculteurs était moins nette. Les opposants trouvèrent un soutien de poids quand on apprit que la commission de l’Economie nationale du Conseil économique avait émis un avis négatif. Elle argumentait sur l’imprécision des conditions de l’Union, sur le dumping social, l’exportation du chômage italien, la menace contre les industries automobiles, mécaniques et textiles, les ports ou la viticulture. Schuman dut intervenir pour que le Conseil économique ne se range pas à l’avis de sa commission8. L’effet fut déplorable en Italie.

La coopération intereuropéenne ruine l’union douanière bilatérale.

  • 9 CE 91, HA, 27 juin 1949, le D. G., Note pour le Président, « Entretien avec M. Quaroni ». ZE 1944- (...)

9Dans le fond ce ne furent pas ces opposants qui portèrent un coup fatal au traité, mais plutôt la politique nouvelle de l’OECE en Europe. La politique de libération des échanges et la spécialisation des économies rendaient caduc le projet d’union tarifaire franco-italienne. Il était invraisemblable de concevoir une telle entente franco-italienne conservant par traité des contingentements commerciaux alors que l’OECE se proposait justement de libérer les échanges entre ses membres. En juin Français et Italiens prirent conscience de l’impasse où ils se trouvaient, tandis que Fouques-Duparc continuait de défendre le traité pour des raisons très intéressantes et très éloignées de l’entente intereuropéenne que le traité prétendait servir. La France avait gagné des avantages politiques et économiques de première importance à l’entente avec l’Italie : livraisons de navires de guerre italiens, démilitarisation de la frontière des Alpes, restitution des archives de la Savoie, projet de tunnel sous le Mont-Blanc, révision de la clause sur les transferts de salaires, choix par l’Italie des techniques françaises dans l’électronique et les radars. L’ambassadeur se prit à rêver : « Cette politique peut à mon sens arriver à nous donner le contrôle de l’outillage scientifique italien ce qui n’est pas un médiocre avantage, économiquement et même militairement parlant »9.

  • 10 Vincent Auriol, Journal... op. cit. ; voir bibl. n° 19 ; p. 264, 21 juin 1949.
  • 11 ZE 1949-55, Italie, 73, YR, 4 août 1949, IP, 229, « a/s d’un protocole additionnel au traité franc (...)
  • 12 ZE 1949-55, Italie 73 R. Offroy, 5 août 1949, 531, consul général de France à Milan à MAE, « Artic (...)

10Il fallait de toutes façons revoir le traité pour l’adapter à la nouvelle conjoncture européenne et dépasser les oppositions. Marcel Boussac en profita pour suggérer à Auriol, en accord semble-t-il avec l’ambassadeur d’Italie, de négocier un traité applicable seulement aux industries complémentaires franco-italiennes et de travailler à une union européenne10. Le 29 juillet 1949, un protocole additionnel était signé. Il alignait le traité sur les décisions de l’OECE en matière de suppression de contingents. La protection tarifaire était rétablie sur les productions décontingentées11. Ces accommodements ne le rendirent pas plus sympathique à ses détracteurs. L’argument majeur de ses partisans en l’été 1949 était de dire qu’il éviterait la reconstitution d’un bloc économique germano-italien12.

  • 13 74 AP 51, Note de l’ambassade de France en Italie, 4 février 1949, « UDFI ».

11Ce traité était une déception parce qu’il ne remplaçait pas le véritable projet français, élaboré depuis 1945 et jamais réalisé, d’une union douanière entre la France, l’Italie et le Benelux. L’union douanière franco-italienne était un acte de foi dans la reconstruction européenne. Elle marquait aussi le désir de Sforza de poser la première pierre d’une union européenne pour lutter contre le danger allemand. Cet argument était assez fort pour encourager la France à négocier13.

LES FRÉMISSEMENTS DE LA POLITIQUE ALLEMANDE DE LA FRANCE

12A quelques signes, on pressentait que la position française sur l’Allemagne évoluait. Ces frémissements annonçaient-ils une nouvelle conception des rapports franco-allemands ?

La lourde gestion de la zone française d’occupation.

  • 14 B 8902, SGAAA, 3 février 1948, à GCFA, Baden 114, « Plan Marshall, prévisions par l’administration (...)
  • 15 B 8902, Commissariat général aux Affaires allemandes et autrichiennes, Paris 20 août 1948, note, « (...)

13La France se devait d’abord de faire fonctionner l’économie de sa zone et ne plus la piller pour pouvoir bénéficier du plan Marshall attendu par les services avec la plus grande impatience. Il avait fallu d’abord obtenir que la zone soit comptabilisée à part dans les crédits américains, puis évaluer la part de la zone française pour 1948-1949. En février 1948, le groupe français de contrôle de Berlin envisageait $ 80 millions pour 15 mois (avril 1948-juin 1949)14. Dans l’été 1948, le comité des quatre sages de l’OECE attribua à la zone $ 100 millions pour l’année fiscale 1948-194915. L’année fiscale commençait bien.

  • 16 YI 1944-49, 231, Bonnet, 14 septembre 1948, 21 h 25, 3936-37.
  • 17 YI 1944-49, 232, RG. 17 janvier 1949, à Washington, 285.
  • 18 B 8902, CGAAA, 20 janvier 1949, note.
  • 19 CE 53, MAE 9 avril 1949, n° 1502, Washington, « Situation de la zone française d’occupation ». Ham (...)

14La réalisation fut plus tendue. L’allocation du troisième trimestre de 1948 passa de $ 14 à $ 20 millions pour compenser les retards de production dus à l’explosion de Ludwisghafen en juillet16, mais la zone se plaignit d’être oubliée. Au 31 décembre elle n’avait reçu que $ 38 millions de marchandises, essentiellement des produits agricoles, mais il manquait les matières grasses. La ration de décembre ne représentait que 40 % d’une ration normale17. La faible quantité de matières premières industrielles disponibles devint inquiétante au point de motiver le voyage à Washington d’un haut fonctionnaire du CGAAA, M. Halff. Il constata une dysharmonie des services français, mais aussi la volonté de priver les représentants allemands de la zone de contacts avec les milieux d’affaires américains18. Il s’agissait évidemment d’éviter toute collusion germano-américaine au détriment des intérêts français. La situation s’améliora au cours de l’année. En avril le programme d’importations pour la zone était réalisé à 60 %. Les Américains envisageaient d’accorder à la zone pour 1949-50, $ 114 millions19.

  • 20 B 8902, 2 août 1948, DFE, note pour le ministre, objet : « Prélèvements en Allemagne ». 12 août 19 (...)
  • 21 YI 1944-1949, 88, CL, MAE, secrétariat des conférences ; n° 1519, note pour la direction d’Europe. (...)
  • 22 YI 1944-49, 88, JPG, DAE, 5 mars 1949, à Washington, 1334, de Baden, « Pommes de terre déshydratée (...)

15L’adhésion de la zone française au plan Marshall militait pour une fusion rapide, qui avait été décidée dans l’été 1947. Mais pour lever les obstacles à la fusion économique le gouvernement devait encore supprimer les prélèvements alimentaires en Allemagne au profit des forces françaises. Les services français de la zone firent savoir en privé aux Américains que l’armée française allait cesser ses prélèvements vers le 15 octobre 1948. Bien entendu cela supposait de les compenser par des importations onéreuses de viande et de produits laitiers20. Mais il y avait urgence car les Français risquaient d’être mis en accusation devant la communauté internationale pour leur façon de gérer leur zone. Ils écartèrent les experts allemands de la délégation de la zone française d’occupation à la conférence générale de l’OAA (FAO) par crainte qu’un expert ne dénonce l’insuffisance alimentaire de la zone française. Mais la bizone envoyant des Allemands, les Français durent s’aligner21. Au cours de l’année 1949, les services français de ravitaillement de la ZFO augmentèrent progressivement les rations alimentaires pour les aligner sur celles de la bizone22.

  • 23 YI 1944-49, 372, IGF, 28 juillet 1948, « Explosion de Ludwigshafen ». YI 1944-49, 372, Massigli, L (...)

16La question des prélèvements n’était en fait qu’un aspect d’une critique plus grave contre les Français. Les États-Unis accusaient les Français d’exploiter leur zone. L’accident de Ludwigshafen en juillet 1948 fut utilisé contre la gestion française par les Anglo-Saxons et par les Russes. Les Français étaient des incapables d’après la presse anglaise qui les accusa de pillage23. A l’expérience, le plan Marshall « forçait » les Français à relever le niveau de vie de la zone et à considérer autrement les Allemands.

La place de l’Allemagne et de la France en Europe.

  • 24 F 60 ter 477, Note de H. Bonnet à G. Bidault, 25 juillet 1948, AW, n° 1672. « Plans de reconstruct (...)

17C’est une évidence que l’évolution de la politique alliée en Allemagne causait les plus graves soucis aux Français. Leurs objectifs économiques et politiques volaient en éclat depuis 194524. Comment s’en sortir ?

Une nouvelle politique en voie de gestation.

18Il fallait réfléchir à l’avenir, ne pas se laisser imposer des évolutions humiliantes comme dans la zone française. Fin juin 1948, le Commissariat général du plan, le ministère du Commerce et de l’Industrie et le Quai d’Orsay se fixèrent comme objectif d’étudier précisément les conséquences économiques d’un relèvement allemand à la fin du plan Marshall.

  • 25 Z Europe 1944-49, Allemagne, 83, VH T, 23 juin 1948, « Perspectives économiques allemandes et relè (...)

19Les services veulent apprécier quels produits peuvent être échangés entre les deux pays dans le cadre d’accords à long terme. Ils concluent à l’importance potentielle des exportations françaises de produits agricoles et aux risques de concurrence sur les produits des industries mécanique, électrique, chimique, et textile. Ces services n’envisagent plus, semble-t-il, une exportation de produits sidérurgiques français25, comme s’ils avaient pris conscience de la vanité du projet de remplacer les Allemands sur les marchés européens de l’acier.

  • 26 YI 1944-49, 399, D. Europe, 12 juin 1948, « Note ».
  • 27 ZE, 1944-49, Allemagne 83, « Note », 24 juillet 1948. Note du Quai ?
  • 28 ZE 1944-49, Allemagne 83, Consul général de France à Dusseldorf, 19 juillet 1948 à J. Tarbé de Sai (...)

20Lors de la conférence de Londres sur l’Allemagne, Douglas, ambassadeur américain à Londres, avait parlé de faire contrôler la Lorraine par la future Autorité Internationale de la Ruhr. Bien sûr l’idée restait inacceptable, mais la direction Europe du Quai décida de l’étudier comme une étape vers l’unité européenne et surtout vers l’égalité entre la France et l’Allemagne26. Ce comportement était vraiment nouveau en juin 1948. Une note, malheureusement anonyme, parle même de « poser les bases d’une association économique et politique franco-allemande qui viendrait s’intégrer dans le cadre de l’organisation occidentale en lente gestation », et de citer un article de M. Duverger dans Le Monde27. C’est le moment où Karl Arnold, Président du Land Rhéno-Wesphalien, appelle la France à la réconciliation. Le Quai d’Orsay remarqua qu’Arnold était opposé au contrôle international de la Ruhr à moins de l’étendre aux autres centres industriels européens. Arnold indiquait qu’un accord franco-allemand était possible à propos d’une organisation européenne des ressources en matières premières (charbon, fer, énergie), coiffant la Ruhr, la Lorraine, la Sarre et les industries lourdes belges et luxembourgeoises. Elle fut clairement formulée le 9 janvier 194928.

21Dans l’été 1948 une nouvelle politique allemande de la France était en gestation. Réaliste, elle se proposait de créer des rapports économiques plus égalitaires entre les deux pays.

Les résistances à la nouvelle donne française en Allemagne.

  • 29 ZE 1944-49, Allemagne 87, DAEF, LH, 8 octobre 1948, « Note pour le Président ». YI 1944-49, 372, D (...)

22L’arrivée au pouvoir de Queuille en septembre 1948 permit de définir plus précisément la politique allemande de la France dans le cadre de l’European Recovery Program (ERP). Or la nouvelle donne française vis-à-vis de l’Allemagne n’était pas du goût de tous. Certains fonctionnaires du Quai d’Orsay rappelaient la vieille orthodoxie en matière de politique allemande : destruction du potentiel de guerre, contrôle général de l’industrie allemande, réparations et contribution de l’Allemagne au bien commun européen. L’essentiel portait sur le relèvement français, prioritaire. Le principe en avait été admis en septembre 1947. Mais les accords de Londres, difficilement ratifiés en juin 1948, après d’importantes concessions françaises, n’avaient pas assuré la destruction du potentiel de guerre allemand. Le contrôle de l’industrie allemande par l’Office de Sécurité ne touchait que le domaine militaire et les réparations étaient un échec. La création d’une Autorité Internationale de la Ruhr (AIR) évacuait la question de la propriété internationale des mines et des industries lourdes allemandes. On parlait du relèvement allemand par un plan à long terme alors que la sécurité de la France n’était pas assurée. Les Américains choisissaient l’Allemagne. Le bilan était accablant, d’après F. Valéry, et il ne portait pas à la reconnaissance de l’égalité des droits entre la France et l’Allemagne. La guerre froide était la cause de cette situation délicate, mais, écrit François Valéry, « La France ne saurait à la fois assumer en se plaçant aux côtés de ses alliés anglo-saxons les responsabilités les plus périlleuses et voir les garanties minima qu’elles a obtenues vis-à-vis de l’Allemagne perdre toute consistance et toute efficacité »29.

  • 30 ZE 1944-49, Allemagne 83, Wes Gallagher A. P. dans Telegraf du 11 novembre.
  • 31 ZE 1944-49, Allemagne 83, MAE, 12 novembre 1948, circ. 304 IP, « Discours d’Auriol à Rethondes.
  • 32 Jacques Dumaine, Quai d’Orsay, 1945-1951, Julliard 1955, p. 333.

23La remarque sonnait juste, mais était-elle partagée par Alphand, les ministres et le gouvernement ? Elle reflétait à tout le moins un débat entre les partisans de la fermeté et ceux qui comme Monnet, Alphand sans doute, estimaient que le PRE de l’OECE donnerait des garanties de sécurité à la France en intégrant l’Allemagne à l’Europe nouvelle. Koenig protesta contre le relèvement trop rapide de l’Allemagne30. Il est clair que le Président de la République penchait aussi pour la fermeté envers l’Allemagne. Sans doute est-ce pour donner un coup d’arrêt à la dérive de la politique française et anglo-saxonne qu’il prononça un discours très ferme à Rethondes en novembre 1948 : « S’il est nécessaire que l’Allemagne contribue à la prospérité européenne, tout en assurant dignement son existence, il serait cette fois impardonnable de laisser restaurer l’arsenal de la Ruhr entre les mains des complices d’Hitler.... »31. Dumaine, chef du protocole, dit en avoir averti les ambassadeurs des États-Unis et de Grande-Bretagne : « Mon avertissement permit aux trois visages diplomatiques de rester impénétrables quand M. Auriol admonesta la Grande-Bretagne et les États-Unis... »32. La tendance majoritaire des cercles politiques français était donc de se méfier encore de l’Allemagne.

Une association économique et politique franco-allemande pour une union européenne.

  • 33 ZE, 1944-49, Allemagne 87, note, sans origine, 90 pages, en sous-titre, « Ref. à une note du 30 no (...)
  • 34 ZE 1944-49, Allemagne 83, MAE, Direct. Europe, 30 novembre 1948, « Perspectives d’une politique fr (...)

24Pourtant les contradictions perduraient, ainsi qu’en témoigne le Quai d’Orsay. Peut-on refuser un compromis sur l’Allemagne, « à moins de nous trouver sans alliés sur le continent européen et de perdre en même temps l’aide que nous apportait le plan Marshall » ? Il est impossible à l’évidence de mener une politique solitaire en Allemagne. A l’automne de 1948, les services français du Quai d’Orsay étudiaient précisément les complémentarités des trois économies française, allemande et du Benelux. La notion d’intégration de l’économie allemande à l’Europe de l’OECE était acquise. Mais les zones de friction persistaient dans les domaines de la sidérurgie ou de l’électricité. « La formule d’une coopération contrôlée peut éventuellement fournir un cadre à cette adaptation », lisait-on. Sans se faire trop d’illusions, certains groupes français parlaient de complémentarité virtuelle. Ils soulignaient l’énorme effort à fournir par la France dans le domaine agricole pour surmonter les traditions protectionnistes. La volonté politique d’une entente franco-allemande n’existait pas encore ce qui permit aux partisans d’une intégration allemande à l’Europe de souligner « que le problème allemand est surtout un problème français »33. Ils proposaient clairement d’avancer sur le terrain de « l’association économique et politique avec cette Allemagne à l’intérieur de l’union occidentale en cours d’élaboration ». Ils étaient prêts à abandonner une partie de la souveraineté française « au profit d’une organisation démocratique européenne qui rendrait un nouveau conflit franco-allemand économiquement et politiquement impossible ». Dans les cercles des hauts fonctionnaires du Quai d’Orsay, pas tous apparemment, plutôt à la direction d’Europe, on acceptait d’aller plus loin. Des responsables de la politique étrangère de la France proposèrent « l’intégration des bassins occidentaux » sidérurgiques européens. L’avantage était de résoudre le conflit franco-allemand, et de donner « à la France et à l’Union française des possibilités de développement presque illimitées ». L’origine de cette proposition, dont on suit la trace chez les Américains au printemps et chez Arnold, venait du Commissariat général du plan : « Les experts du plan Monnet sont en train de consacrer à cette question des études approfondies » note-t-on au Quai d’Orsay. « Les profits que nous retirerions d’une telle orientation économique compenseraient largement de l’avis des experts du plan Monnet les profits limités, à tous points de vue, et essentiellement éphémères que nous retirons des réparations »34. Il apparaît donc que dès l’automne 1948 Monnet mûrissait un projet d’entente sur le charbon et l’acier puisque le Quai d’Orsay faisait allusion à des travaux menés au CGP.

  • 35 IPMF, 1948, IBRD et IMF, Joint press release, n° 12, Press conference of M. Mendès France, terrace (...)

25Dans quel camp se situait Mendès France ? En réponse à des journalistes américains, il démentait avoir voulu la fin de la sidérurgie allemande, mais il plaidait encore en septembre 1948 pour un rééquilibrage de la sidérurgie européenne au profit de la France35. Il demandait la poursuite des démantèlements de la puissance allemande. En janvier 1950, il évoquait encore le risque d’un « plan Morgenthau retourné ». Il était dans le camp des traditionalistes.

  • 36 Marcel Marantz, Le plan Marshall, succès ou faillite ?, Marcel Rivière, Paris 1950, p. 205.

26L’intégration de l’Allemagne à l’Europe n’était pas aisée. La peur de l’inlassable dynamisme allemand perturbait les Français. Les partisans d’une coopération avec l’Allemagne savaient qu’il fallait dominer ce réflexe de peur, inviter les Allemands à entrer dans l’Europe nouvelle pour rendre possible l’unité de l’Europe si nécessaire à la France elle-même36. Il y a donc bien deux politiques françaises pour l’Allemagne à l’automne 1948. Laquelle l’emportera ? Ce débat a l’intérêt aussi de faire ressortir que les idées du futur plan Schuman maturaient déjà à l’automne 1948. Il était dans la tête de certains hommes, au Plan d’abord, aux Affaires étrangères ensuite, Robert Schuman regnante.

Persistance des peurs anciennes.

27Faire une nouvelle politique était indispensable, mais la peur de l’Allemagne l’emporta encore une fois. Au nom de la sécurité militaire, les Français réclamèrent en fait la fin d’une concurrence économique redoutée.

  • 37 ZE 1944-49, Allemagne 96, Dir. Europe, sd. Europe centrale, 12 novembre 1948, 21-2/1568/XS-VD, env (...)
  • 38 CE 53, Note, source inconnue, 18 mai 1949, « a/s concurrence allemande sur les marchés d’exportati (...)
  • 39 ZE 1944-49, Allemagne 96, Dir. Afrique-Levant, 28 avril 1949, à ambassade de France à Ankara, Le C (...)

28Il est vrai que les activités suspectes d’organisations nazies en Amérique du Sud, Espagne, Portugal, et la création de petites colonies de techniciens allemands en Amérique du Sud nourrissaient la peur37. Mais la suspicion des Français s’exerçait surtout dans le domaine économique. Le Quai d’Orsay surveillait avec la plus grande attention la progression commerciale allemande. En 1948 l’Allemagne n’avait exporté que $ 48 millions de biens d’équipements, la France $ 248 millions et la Grande-Bretagne $ 1860 millions. Il relevait tous les facteurs favorables à la production allemande : le coke vaut $ 12,5 la tonne dans la Ruhr contre $ 19,7 en Lorraine. La main-d’œuvre allemande est payée moins que la française. Wall Street s’intéressait aux industries allemandes. Les diplomates suggérèrent aussi que l’Allemagne adhère aux organismes du commerce international pour être bridée par les règles du jeu commercial mondial38. Le Quai d’Orsay avertit les ambassades de France au Proche-Orient de se renseigner sur l’offensive commerciale de la bizone conduite avec le soutien des Américains et en relation avec des Allemands établis aux États-Unis, agissant pour le compte de sociétés américaines39.

Les deux accords de fusion et de paiement, la marque du réalisme.

  • 40 YI 1944-49, 381, YR, 23 septembre 1948, IP, 258, « Fusion ». YR, 12 octobre 1948, IP, 276.

29La réflexion de l’OECE sur l’avenir de l’Europe Marshall posait le problème de la fusion pure et simple des zones occidentales, c’est-à-dire la renaissance d’un état allemand occidental. Les Français avancèrent à pas comptés. Après l’échec du quadripartisme consommé à la conférence des ministres des Affaires étrangères de Londres fin 1947, les Anglo-Saxons avaient accepté un compromis sur la Ruhr en juin 1948 (l’AIR), en échange de la fusion du commerce entre les zones occidentales et la participation de la zone française aux mécanismes constitutionnels mis en œuvre par les Anglo-Saxons. Les Français avaient le choix de se replier sur la zone française, une solution suicidaire expliqua le Quai d’Orsay qui conduirait la France à évacuer honteusement sa zone au printemps 1949 et à accepter une Allemagne occidentale taillée aux mesures anglo-saxonnes, ou d’espérer la mise en œuvre d’un tripartisme réel40.

  • 41 FRUS II, 1948 ; p. 674, Lettre de Saltzman à Draper under secretary of the army. 30 septembre 1948 (...)
  • 42 B 8871, PLB, CC/CEF 417, 11 octobre 1948, « Note au sujet des négociations relatives à la fusion d (...)
  • 43 B 8871, M. de l’Agriculture, 25 septembre 1948, relations extérieures, « Note au sujet des exporta (...)

30L’accord de fusion des trois zones est signé le 18 octobre 1948. Clay en avait d’abord différé la signature prétextant un contre-ordre de Washington alors que le Département d’État souhaitait une signature rapide de l’accord41. Puis les Français refusèrent de le signer car la future trizone n’offrait pas assez de produits réfractaires, indispensables à la sidérurgie française. La JEIA (Joint Export-Import Agency) avait fait savoir qu’elle ne pouvait s’engager à exporter vers la France des produits réfractaires, du bois et du papier journal dans les quantités demandées par les Français. En fait Clay exigeait la signature de l’accord de fusion par la France avant de promettre ces exportations42 vers la France. Cette nouvelle épreuve de force gêna les Français. L’avenir de la sidérurgie française était en cause, et le ravitaillement en matières premières de la zone française était compromis. Des industries textiles de la zone française étaient arrêtées faute de matières premières. Par ailleurs l’accord de fusion interdit le monopole commercial des entreprises françaises avec la zone. Les exportateurs français de produits agricoles durent négocier aux prix mondiaux43. L’accord de fusion assigna désormais à la JEIA la gestion du commerce extérieur des zones occidentales d’occupation à partir du 1er novembre 1948 et des fonctionnaires français siégèrent à la JEIA.

  • 44 ZE 1944-49, Allemagne, 96, circul. 348 IP, 17 décembre 1948, « a/s accord commercial entre la Fran (...)
  • 45 YI 1944-49, 372, circ. 261 IP, 25 septembre 1948, « Minerai de ter français à l’Allemagne ».
  • 46 B 8871, ministère des Finances, DFE, n° 6821/S, date ?, « Mise en vigueur des accords conclus avec (...)
  • 47 Vincent Auriol, Journal, 1948... op. cit. ; voir bibl. n° 19 ; p. 563, 7 décembre 1948.

31Un accord de paiements entre les trois zones allemandes et la France, signé le 16 décembre 1948, compléta les nouveaux rapports franco-allemands inaugurés avec la fusion des zones. La France s’engageait à exporter en Allemagne jusqu’au 30 juin 1949, 470.000 tonnes de ter pauvre en échange de 107.000 tonnes de ter à manganèse, de réfractaires, de matériel pour laminoir, et de machines électriques44. Un journal parisien avait annoncé la livraison de 800.000 tonnes de ter lorrain, sous le titre suivant : « les réparations françaises à l’Allemagne »45. La malveillance le disputait à l’inquiétude réelle ; mais le charbon acheté par la France était payé par la vente de charbon sarrois à la trizone, et par les DT consentis à la France dans le cadre de l’ERP. L’opération était blanche, mais les Français craignaient que leur déficit soit supérieur aux prévisions46. L’accord fut critiqué par Pflimlin en Conseil des ministres pour n’être pas assez avantageux pour les agriculteurs français47. L’accord fut révisé en février et modifié le 21 mars 1949 pour établir de nouveaux contingents de marchandises.

  • 48 YI 1944-49, 131, MAE à CGP, 9 août 1948.
  • 49 ZE 1944-49, Allemagne 87, CM/VH, 21 août 1948, « C. r. réunion sur les affaires allemandes tenue a (...)

32Les Français désiraient la fusion des PLT de la bizone et de la zone française, conséquence logique de la fusion des zones. Les Français s’y étaient activement préparés dès août 1948. Le Quai et Monnet étaient d’accord pour privilégier le relèvement de la France par le plan de modernisation et d’équipement mais ils décidaient de s’intéresser aux conditions du renouveau allemand « pour que ne soit pas porté atteinte au relèvement de l’activité productrice de la France ». L’examen ou même l’élaboration du PLT de la trizone devenait essentiel. Il fallait pouvoir importer le coke et le charbon allemands dont l’industrie française avait besoin. Toutefois les deux départements n’excluaient pas, comme il a été dit plus haut, d’étudier les complémentarités économiques franco-allemandes dans le cadre d’une union douanière à laquelle « un jour » les territoires allemands de l’Ouest participeraient, et de signer éventuellement des contrats d’exportation à long terme48. Mais le fait de participer à l’élaboration du PLT allemand rassurait les Français qui crurent avoir barre sur l’avenir de l’Allemagne49.

33Les accords de fusion et de paiements normalisaient les relations commerciales entre la France et l’Allemagne occidentale. Ils étaient l’expression du nouveau réalisme de la France envers une Allemagne qui redevenait fréquentable commercialement. Sans doute étaient-ils le maximum que puissent faire les Français à l’automne 1948.

Les obstacles à une « grande politique franco-allemande ».

  • 50 363 AP 37, Leroy-Beaulieu, 23 juillet 1949 à R. Mayer.
  • 51 ZE 1944-49, Allemagne 84, Consul général de France à Dusseldorf, 26 janvier 1949 à Baden, n° 20, « (...)

34En effet ces accords ne traduisaient pas véritablement les nouvelles analyses de Monnet ou de certains hauts fonctionnaires du Quai d’Orsay sur une association économique et politique franco-allemande. « Je ne pense pas que l’on puisse faire une « grande politique franco-allemande » avant que le temps n’ait effacé le souvenir si vivant de tant de deuils et de tant d’horreurs », écrivait encore en juillet 1949, P. Leroy-Beaulieu50. André Philip valorisait en janvier 1949 la solution Arnold dans le cadre de l’union économique des pays européens, mais il n’engageait que lui51. Les difficultés pour mettre en œuvre les acquis de la conférence de Londres sur l’Autorité Internationale de la Ruhr (AIR), celles liées aux réparations et aux industries interdites, la morgue de Clay bloquaient aussi le processus de confiance apparu dans l’été 1948. Les échecs du PRE et de la collaboration franco-britannique n’étaient pas étrangers à ces hésitations. Faire une grande politique allemande supposait aussi une entente politique franco-britannique, ce qui n’était pas le cas.

  • 52 ZE 1944-49, Allemagne 84, « Rapport de la commission d’information sur l’Allemagne », 25 avril, 5 (...)
  • 53 ZE 1944-49, Allemagne 96, Coopération économique, VL, 20 mai 1949, « Concurrence allemande sur les (...)

35Des obstacles, tels que le statut de la Ruhr, les réparations et plus généralement le relèvement allemand, retardèrent l’éclosion des anticipations de 1948. Au printemps de 1949, insidieusement, le sentiment dominait que l’Allemagne était la principale bénéficiaire des accords ERP, qu’elle prenait place inéluctablement dans le commerce occidental. « Il y a là un danger pour la France qu’on ne saurait sous-estimer ». Le problème de la sécurité vis-à-vis de l’Allemagne se posait désormais plus en termes économiques que militaires, écrivait un rapport parlementaire après le nouvel accord sur l’Autorité Internationale de la Ruhr (AIR) du 28 avril 194952. Comment écarter ce nouveau danger ? Les Français n’ont plus qu’un seul choix, une entente directe avec les Allemands. L’intégration européenne est « un des moyens les plus efficaces de contrôler les accords sur la limitation de la production en Allemagne ». C’est aussi un moyen d’accéder aux ressources en coke de la Ruhr53.

  • 54 Raymond Poidevin, « La nouvelle politique allemande de la France (juin 1948-avril 1949) », Enjeux (...)

36S’il est possible que Schuman ait tenté une politique nouvelle en Allemagne, comme les réflexions de l’été 1948 au Quai ou au Plan le suggérent, la gestion au quotidien de la politique extérieure de la France montrait l’illusion d’aboutir sur des objectifs que l’on savait condamnés : réparation, participation à la gestion de la Ruhr, limitation de la puissance sidérurgique allemande. Une nouvelle politique allemande de la France existait virtuellement depuis l’été 1948, elle ne pouvait vraiment s’épanouir. La peur dominait encore, retardant de deux ans le rapprochement franco-allemand54. La proposition de Georges Bidault, formulée le 19 juillet 1948, de créer une organisation politique et économique européenne, une assemblée européenne consultative et une union économique et douanière, bref le Conseil de l’Europe, procédait de la volonté de dépasser la peur mais aussi de contrôler l’Allemagne.

L’ÉPINEUSE QUESTION DE LA RUHR ET DES INDUSTRIES INTERDITES

37Malgré les anticipations de Monnet et de Schuman dans l’été et l’automne de 1948, la diplomatie française développa son action pour obtenir des garanties à propos de la Ruhr. Le désaccord des Français avec leurs alliés sur la Ruhr persistait, les empêchant de se sentir en sécurité, les rendant incapables de passer de l’affrontement à la coopération.

L’internationalisation de la propriété de la Ruhr, une impasse.

  • 55 ZE 1944-49, Grande-Bretagne, 39, 11 janvier 1949, « Note pour le ministre ».

38Aux Français qui voulaient l’internationalisation de la propriété des mines et de la sidérurgie allemandes, à défaut d’une gestion internationale de la Ruhr, les Anglais opposèrent des fins continuelles de non-recevoir55. Pire, ils organisèrent, avec les Américains, sans en référer à Paris un nouveau schéma d’organisation de la Ruhr.

La loi 75, un nouveau coup dur pour la France.

  • 56 YI 1944-49, 372, Direct des accords techniques, « a/s des intérêts alliés en Allemagne », à Washin (...)
  • 57 YI 1944-49, 399, Schuman, 18 octobre 1948, et circul IP, 299, 9 novembre 1948. FRUS II ; 1948, Mur (...)
  • 58 Vincent Auriol, Journal, 1948... op. cit. ; voir bibl. n° 19 ; 10 novembre, Conseil des ministres, (...)
  • 59 Papiers Massigli, 15 novembre 1948, 3846-51.
  • 60 YI 1944-49, 400, Berlin, Leroy-Beaulieu, 8 novembre 1948, 22 h 30, 1838. FRUS II, 1948 ; Lovett to (...)

39Clay et Robertson soumirent brutalement au commandant en chef français en Allemagne une méthode de déconcentration de l’industrie allemande de la bizone et un projet qui laissait le soin au futur gouvernement allemand de trancher la question de la propriété des mines et industries de la Ruhr, en contradiction avec les plus connues des positions françaises56. Sentant les intentions anglo-américaines se préciser, Schuman demanda à ses ambassadeurs de déclarer nulle et non avenue toute décision concernant l’avenir de la Ruhr découlant du projet de loi préparée par les autorités bizonales de Francfort57. En vain, puisque le 10 novembre 1948 éclatait un coup de théâtre : les autorités de la bizone édictaient la loi 75 sur la réorganisation et la déconcentration des industries sidérurgiques et minières de la bizone et remettaient aux futures autorités allemandes le droit de régler la question de la propriété, alors qu’à Paris le conseil des ministres estimait que rien ne pouvait être modifié sans son accord58. Le 15 novembre Massigli écrivit une lettre de protestation à Lord Henderson contestant le droit des Anglais et des Américains de décider seuls de la réorganisation de la Ruhr59, mais Wilkinson refusa « d’instaurer sous une forme quelconque un régime de propriété internationale des mines de la Ruhr » et Lovett ne regretta pas la manière de procéder de Clay car, dit-il, « it has consistently been clear to French that this is our position »60.

  • 61 Raymond Poidevin, Robert Schuman homme d’État, 1886-1963, I. N., 1986, p. 210.
  • 62 FRUS II, 1948 ; Caffery to the acting secretary of State, 12 novembre 1948, 5847, p. 479. Vincent (...)
  • 63 4 AU 31 Dr 5, Sdr a, 19 novembre 1948, ex. n° 35, « Aide-mémoire », MAE.
  • 64 YI 1944-49, 400, « C. r. des 3 MAE, 19 novembre 1948 au Quai d’Orsay ». Papiers Massigli, 19 h 25, (...)

40Mac Neil et Marshall se retrouvèrent à Paris dans le bureau de Schuman le 19 novembre. Caffery leur avait dit que Schuman était conscient des positions « not realistic » des Français, donnant du poids à l’idée que les Français allaient procéder à une nouvelle politique allemande61. Etait-ce si sûr ? Schuman avait remercié Auriol pour son discours de Rethondes62. Mais il fallait que Marshall clarifie la question de la politique allemande des États-Unis avec Schuman. Schuman dénonça le « fait accompli » de la loi 75. Les Français rappelèrent longuement à leurs alliés que la question de la propriété avait toujours été un point central des discussions entre les quatre ministres des Affaires étrangères ou entre les trois occidentaux depuis 1945. Elle ne pouvait donc être anticipée par une ordonnance de deux des occupants de l’Allemagne occidentale. Les accords de Londres en juin avaient réservé la question. En conséquence le gouvernement fit savoir qu’il ne reconnaissait pas cette ordonnance et qu’il désirait revenir sur l’internationalisation de la gestion de la Ruhr. Il suggérait que l’Autorité Internationale de la Ruhr, au terme de l’occupation, exerçât les fonctions du groupe de contrôle allié sur le charbon et l’acier. Schuman, très ému par la loi 75 du 10 novembre, allait certainement au-delà de ce qu’il pouvait demander, car il préjugeait le futur traité de paix, mais les Anglo-Américains avaient fait de même63. Marshall répondit que l’intérêt de l’Europe devait primer l’intérêt de la France mais aussi que les États-Unis feraient des concessions sur la sécurité. Ils n’accepteraient pas le rétablissement d’un potentiel industriel allemand dangereux. Schuman, patelin, protesta de sa bonne foi, et proposa habilement de renvoyer la question de la propriété au traité de paix. Marshall fit un geste et offrit aux Français de les faire participer aux groupes de contrôle anglo-américain du charbon et de l’acier (groupes d’Essen). Schuman accepta avec joie64.

  • 65 Alan S. Milward, The Reconstruction... op. cit. ; voir bibl. n° 256 ; p. 153.

41L’offre de Marshall, très importante, répondait à l’attente des Français depuis mai 1948. Les Français accédaient au contrôle de la gestion des mines mais aussi à la répartition de la production finale du charbon65. Ils y accédaient toutefois par une structure éphémère, manifestement aux mains des Anglo-Saxons et qui disparaîtrait avec l’occupation. En contrepoint, Marshall enterrait publiquement l’internationalisation de la Ruhr le 24 novembre alors que se tenait la conférence constitutive de l’AIR.

L’AIR (28 décembre 1948), de la déception à une satisfaction mitigée.

  • 66 YI 1944-49, 400, Massigli, 5 novembre 1948, n° 3750.
  • 67 YI 1944-49, 400 Londres, 11 novembre 1948, 23 h 45, 3794-96, Alphand. YI 1944-49, 400, Bruxelles, (...)
  • 68 FRUS II, 1948 ; Clay, Berlin, to the department of the Army, 22 novembre 1948, Cinceur, 6839, p. 5 (...)

42Les conversations sur la charte de l’Autorité Internationale de la Ruhr (AIR) s’étaient ouvertes le 11 novembre 1948 à Londres dans des conditions peu favorables aux thèses françaises en raison de la loi 75. Les Anglais comme les Américains étaient décidés à augmenter la production allemande66 alors que les Français réclamaient l’internationalisation de la propriété et un contrôle serré sur la production des industries de la Ruhr. « Nous nous heurterons à un refus de nos alliés » écrivait Auriol lucide. A la première séance, Alphand demanda que l’AIR participe à la gestion de la Ruhr. Mais la diplomatie française n’emporta même pas l’adhésion des pays du Benelux. Spaak le 22 novembre eut tout de même quelques paroles critiques envers Clay. Rivière, l’ambassadeur de France aux Pays-Bas, tenta de convaincre les Hollandais. Peine perdue ! Lovinck, secrétaire général des Affaires étrangères néerlandaises, objecta qu’une internationalisation de la propriété ouvrirait la route de la Ruhr aux Soviets67. Le désaccord était complet entre les Anglo-Saxons et les Français, comme le notait Clay : « There is an increasing conflict in American policy and French policy which leads to almost daily disagreements in our operations in Germany ». Il demanda cependant un compromis avec les Français dont il dénonça les peurs réelles ou supposées, mais qui pouvaient encore briser la reconstruction allemande68. Plus rudement, Hoffman laissa tomber que les États-Unis pourraient accepter une augmentation de la capacité de production de l’acier allemand au-delà des 10,7 millions de tonnes fixés par la conférence de Londres en juin 1948.

  • 69 YI 1944-49, 400, Alphand, 30 novembre 1948, « Déclaration à la conférence ». Année Politique 1948, (...)
  • 70 Vincent Auriol, Journal 1948..., op. cit. ; voir bibl. n° 19 ; 2 décembre 1948, p. 554.
  • 71 FRUS II, 1948 ; Lovett to Douglas, 10 décembre 1948, 4594, to Ruhr 22, p. 556.
  • 72 Armand Bérard, Un ambassadeur se souvient, Washington et Bonn, 1945-1955, Plon, 1978, p. 169.

43La litanie des efforts et des déboires français sur cette question s’allongea encore. Alphand fit état en vain, le 30 novembre, du mandat impératif de l’Assemblée nationale pour un contrôle de la gestion de la Ruhr par l’Autorité Internationale de la Ruhr (AIR)69. Vincent Auriol crut avoir convaincu Dulles le 2 décembre de soutenir la politique française70. A Washington, Bérard remit un aide-mémoire au Département d’État dans lequel il parla de « supervision générale de la gestion » par l’AIR en manière de compromis. Mais Hickerson répéta, après Marshall, que le gouvernement américain ne reviendrait pas sur son refus de l’internationalisation. K. Royall, secrétaire d’État à la guerre, comprenait mieux les Français et redoutait les cartels allemands, mais il croyait, avec raison, que la proposition française ne visait qu’à « prévenir la concurrence commerciale de l’Allemagne jugée menaçante pour l’industrie française ». La justification au nom de l’unité de l’Europe des mesures de contrôle de l’industrie allemande ne fonctionna pas. Les Américains cependant firent une distinction entre les préoccupations de sécurité de la France qu’ils acceptaient, et les dangers de la concurrence allemande qu’ils refusaient de prendre en considération71. Ils étaient inquiets des divergences avec les Français, c’est perceptible dans les dépêches américaines comme dans le témoignage de Bérard72. Mais Clay a bon dos car il est soutenu par le Département d’État.

  • 73 YI 1944-49, 400, Washington, 2 décembre 1948, 19 h 33, 4986-87. Année Politique 1948, p. 238, déce (...)
  • 74 YI 1944-49, 401, Notes documentaires et études, n° 1055, « Textes diplomatiques », LXIV, « Le Stat (...)

44Cependant un espoir apparut quand Lovett annonça au début décembre des propositions nouvelles qui, dit-il à Bonnet, « vous donneront une très large satisfaction si elles sont adoptées »73. En effet Alphand déclara officiellement le 28 décembre que l’Office Militaire de Sécurité, constitué par les trois alliés occidentaux, coopérera avec l’Autorité Internationale de la Ruhr (AIR) pour maintenir le niveau d’acier à 10,7 millions de tonnes. L’Autorité Internationale de la Ruhr aura la charge de fixer les quantités autorisées mais aussi les types de produits et devra veiller aux pratiques commerciales. « A la demande du gouvernement français des clauses nouvelles ont été introduites concernant le contrôle général de la production, des investissements et de l’équipement »74. Elles empêcheront la reconstitution des trusts, le retour des nazis, mais elles n’avaient rien à voir avec l’internationalisation de la propriété de la Ruhr.

  • 75 Année politique, 1948, décembre, p. 238 et annexes de l’accord final, p. 418.
  • 76 Vincent Auriol, Journal 1948... op. cit. ; voir bibl. n° 19 ; 29 décembre 1948, Conseil des minist (...)
  • 77 Alan S. Milward, The Reconstruction... op. cit. ; voir bibl. n° 256 ; p. 162.

45Le communiqué final concernant le projet d’Autorité Internationale de la Ruhr comportait des avancées sur les positions françaises. L’AIR devait coordonner les activités de production de la Ruhr avec celles de l’OECE, interdire les pratiques discriminatoires, partager la production de charbon et d’acier entre l’Allemagne et l’exportation et préserver les intérêts étrangers dans la Ruhr. Le groupe d’Essen qui contrôlait la gestion des industries allemandes serait transféré à l’Autorité Internationale de la Ruhr (AIR) en temps voulu. Les investissements allemands seraient donc sous haute surveillance au-delà de la période d’occupation75. C’est ainsi que Schuman et le gouvernement comprirent le projet d’accord. La question de propriété de la Ruhr serait réglée au moment du traité de Paix alors que la loi 75 prévoyait d’en confier le sort aux futures autorités allemandes. Le projet d’accord créant l’Autorité Internationale de la Ruhr (AIR), constituée de la France, Grande-Bretagne, États du Benelux, États-Unis et Allemagne, et l’Office Militaire de Sécurité, composé des représentants des trois occupants occidentaux chargé de surveiller le désarmement allemand fut soumis à l’approbation des trois gouvernements. Schuman fut félicité par le président de la République, farouchement attentif aux intérêts français en Allemagne76. Mais comme le remarque Alan S. Milward, le transfert du contrôle à l’AIR était interprété différemment par les Américains et les Français. L’AIR devait devenir le lieu d’une intégration plus étroite des économies européennes77 et pas seulement l’instrument du contrôle de l’Allemagne.

  • 78 Vincent Auriol, Journal 1948... op. cit. ; voir bibl. n° 19 ; 30 décembre 1948 ; p. 586.
  • 79 YI 1944-49, 401, FV. 10 février 1949, DAEF, « Note pour Alphand ». Année politique 1949, avril, «  (...)
  • 80 YI 1944-49, 401, SGAAA, à Koenig, Baden, 11 janvier 1949, n° 9 Ecosoc. Massigli, 26 mai 1949, 20 h (...)

46L’acceptation des accords de décembre 1948 par les Français ne se fit pas au nom d’une nouvelle conception des rapports avec l’Allemagne, ou de l’unité de l’Europe mais parce qu’ils apportaient aux Français des satisfactions limitées mais réelles sur l’Allemagne (contrôle de la gestion de la Ruhr et de la démilitarisation de l’Allemagne), question de la propriété de la Ruhr repoussée à la Paix. Les leaders allemands réagirent d’ailleurs contre cet accord78. En février 1949, Schuman autorisa Massigli à signer l’accord sur l’AIR. Mais le gouvernement hésita encore puisque François Valéry lui demanda soit de confirmer sa réserve sur la propriété (loi 75) et de renoncer aux accords, soit de la lever et de signer. L’AIR est « un organisme de répartition du charbon, du coke et de l’acier », dit-il. Faut-il maintenir une position de principe « déjà singulièrement compromise » sur la propriété ? L’accord fut signé le 28 avril 194979. La mise en place des accords se fit difficilement. Anglais et Américains donnèrent une place limitée aux Français dans les groupes de contrôle. Ils tardèrent à financer l’Autorité Internationale de la Ruhr80. Anglais et Américains considérèrent surtout l’Autorité Internationale de la Ruhr (AIR) comme un service de la Haute Commission alliée, lui donnant une durée d’existence liée à celle de la Haute Commission. Ils refusèrent d’envisager ses fonctions futures (celles du groupe d’Essen) et refusèrent d’en faire un organisme d’étude des programmes de développement de la Ruhr en liaison avec l’OECE.

  • 81 YI 1944-49,401, Londres, 1er juin 1949, 1764, de Dejean.
  • 82 YI 1944-49, 401, Massigli, 29 décembre 1948, n° 2553, à R. Schuman, « a/s la Ruhr, problèmes imméd (...)

47Ces divergences manifestaient l’ambiguïté de l’accord malgré les communiqués lénifiants comme celui du 2 juin 1949 sur le déroulement « sans heurts et dans une atmosphère cordiale » des réunions de l’Autorité Internationale de la Ruhr (AIR)81. La création laborieuse de l’AIR n’avait manifestement pas résolu l’angoisse des Français sur leur sécurité vis-à-vis de l’Allemagne ou sur les risques d’un renouveau de l’industrie allemande. Souvent affleurait le sentiment d’avoir été grugés, en tous cas incompris ou méprisés par Clay. Un doute s’installait sur cette organisation incapable de contenir l’expansion de la sidérurgie allemande. Le doute était renforcé par des informations de Massigli sur l’interaction de groupes capitalistes américains, anglais et allemands pour développer la Ruhr82. Les Américains ont sincèrement voulu assurer la sécurité de la France. Mais les Français donnaient de ce terme une acception plus large. Il s’agissait de sécurité militaire et économique. Une telle interprétation ne pouvait être acceptée par les Américains. La France ne pouvait en aucun cas remplacer l’Allemagne en tant que grande puissance industrielle et donc assurer le renouveau économique du bloc européen occidental pièce maîtresse de la lutte contre l’URSS.

L’exigence absolue de réparations par la France.

48Si quelques hauts fonctionnaires envisageaient une nouvelle politique allemande, ils devaient tenir compte des principes partagés par tous en France sur les limitations de l’industrie allemande.

  • 83 YI 1944-49, 372, DAEF, 1er août 1948, note « a/s des industries interdites et limitées ».

49A l’occasion de l’examen par l’OECE du plan à long terme allemand, les Français trouvèrent le moment bien choisi de faire préciser aux Alliés leurs engagements concernant la définition des industries allemandes interdites ou limitées83.

Limiter le développement de la haute technologie allemande.

  • 84 Vincent Auriol, Journal, 1948... op. cit. ; voir bibl. n° 19 ; note, 26, décembre.

50Le 9 août 1948, une réunion s’était tenue chez Alphand pour définir une doctrine sur les industries allemandes interdites. Il s’agissait de préparer une réponse à la demande américaine de révision des démantèlements d’usines, formulée en mars 194884.

  • 85 YI 1944-49, 368, Leroy-Beaulieu à SEAAA Paris, 10/CC, 31 mai 1948.
  • 86 YI 1944-49, 372, GCCFA, Gandilhon, Baden à SEAAA, 268/SG, « Réunion du 9 août chez Alphand ».

51Les Français s’attendaient à des modifications importantes de cette politique et ils avaient activé les démantèlements. Leroy-Beaulieu parla d’ailleurs d’un « climat nouveau créé par la mise en vigueur du programme ERP »85. Retenons une idée force des Français : la limitation ou l’interdiction des industries allemandes de haute technologie. Les Français voulaient frapper au cœur de l’innovation technologique allemande : magnésium, aluminium, béryllium, vanadium, isotopes radio-actifs, tubes électroniques, caoutchouc synthétique, essence synthétique, roulements à billes. Ils s’efforcèrent aussi de justifier la limitation de la production allemande de pièces de lin, d’azote, de colorants, de machines-outils lourdes. Il y avait des raisons stratégiques parfois (machines-outils) mais aussi la volonté de contrer l’industrie allemande86.

  • 87 YI 1944-49, 372, FV. 14 août 1948, note pour M. Alphand, « a/s IG Farben ».
  • 88 YI 1944-49, 373, 5 novembre 1948, « Note sur la politique française vis-à-vis de l’IG Farben ».
  • 89 YI 1944-49, 373, Direct. des accords techniques, G, 31 janvier 1949, note pour M. Alphand, « a/s m (...)

52Une question épineuse mobilisa les réflexions. Le cas d’IG Farben. La puissante compagnie allemande possédait des unités de production dans toute l’Allemagne. En particulier dans la zone française. Les Français se heurtèrent à un projet de démantèlement du trust, d’origine anglo-saxonne, qui ne leur plaisait pas. Les Anglo-Saxons étaient prêts à laisser les Allemands régler la dispersion du capital. Les Français se méfiaient87. Cependant comme en d’autres domaines, les Français durent subir la loi des Anglais et des Américains. Ils créèrent pour IG Farben en zone française d’occupation un conseil de gestion provisoire qui avait pour but « d’assouplir et de nuancer l’action autoritaire et unilatérale exercée jusqu’à présent » en associant à la direction des unités de production de Ludwigshafen des Français et des Allemands88. En termes clairs, cela signifiait que les Français acceptaient de partager le pouvoir avec des Allemands. Mais ils protestèrent contre le maintien de l’usine d’azote synthétique 2076 d’Oppau parce qu’une usine identique était en construction dans l’Ouest de la France. Les Français ne comprenaient pas les faveurs marquées envers IG Farben, exemple même « du puissant trust allemand ayant mis au service de l’idéologie et de la propagande nazie les innombrables ramifications occultes qu’elle possédait à l’étranger et dont la production fut d’un immense appoint pour la machine de guerre du IIIème Reich »89. L’argumentaire était politiquement et historiquement juste. La nécessité de le répéter encore en 1948 prouvait que le terrible passé nazi ne suffisait plus à obtenir la dislocation du trust, à cause de la stratégie américaine du « containment ».

Résistances anglo-saxonnes et allemandes aux démontages.

  • 90 YI 1944-49, 372, 31 août 1948, « Note concernant les industries interdites et limitées en Allemagn (...)
  • 91 B 9890, « Rapport d’activités de l’IARA », juin 1951, AS/doc. 1498, Président J. Rueff, annexe 20.

53Les Français s’attendaient aussi à des négociations serrées avec les Anglo-Saxons sur les démontages, car ils avaient décidé de négocier le remplacement des interdictions par des limitations permanentes de production90. Les transferts d’usines affectées aux réparations tardaient. L’IARA annonçait en septembre 1948 que 147 usines ou parties d’usines avaient été déclarées disponibles et 400 réparties, sur la liste des 858 unités de novembre 194791.

  • 92 Vincent Auriol, Journal, 1948... op. cit. ; voir bibl. n° 19 ; p. 360 et p. 368, 18 août 1948.
  • 93 YI 1944-49, 372 SEAAA, novateur à GCCFA, Berlin-Baden, 4 septembre 1948, n° 176. Novateur, Bloch, (...)
  • 94 YI 1944-49, 368, Bonnet, 1er septembre 1948, 1931 à R. Schuman.

54Les Allemands protestaient de plus en plus contre les démontages d’usines et les prélèvements en zone française d’occupation. En août 1948 le Conseil des ministres accepta de surseoir à certains démontages autorisés par l’Agence des Réparations92. Alphand demanda à Koenig de faire connaître aux Ministres-Présidents des États de la zone la liste définitive des prélèvements et d’autre part les aménagements susceptibles d’y être apportés en raison du plan Marshall. On calma les esprits en annonçant que les entreprises artisanales seraient épargnées93. Alors que Bonnet demandait encore en septembre, le transfert dans les pays victimes des Allemands de 80.000 machines, le Département d’État refusa pour, dit-il, éviter de nouveaux problèmes94. Ce type d’exigences n’était donc plus de mise.

  • 95 YI 1944-49, 368 MAE, RJ, 8 septembre 1948, direction des accords techniques, « Réparations alleman (...)
  • 96 YI 1944-49, 372, Bonnet, 8 septembre 1948, 17 h 30, 3867-69, et 20 h 45, 3874-75.

55Allait-on vers la fin des démontages ? L’attitude relativement ferme de Bevin en septembre encouragea le gouvernement français à la résistance95. L’opinion du gouvernement américain n’était pas encore complètement arrêtée malgré les « anticipations » de Clay. Bonnet en profita pour avertir solennellement, une fois de plus, le gouvernement américain « de notre détermination de ne pas laisser compromettre le relèvement de la France pour assurer celui de l’Allemagne »96.

  • 97 YI 1944-49, 372, CCFA, cons. pol. SH, 419, EU, 10 septembre 1948, à MAE, « a/s prélèvements et rép (...)
  • 98 YI 1944-49, 368, Direct., des accords techniques, à Washington, 4329-31, 12 septembre 1948, « Répa (...)

56Les services français dressèrent un bilan des prélèvements. Certains prélèvements avaient été réalisés entre 1944 et 1946 sans contrôle et dans des proportions supérieures aux déclarations faites à 1TARA. Mais Tarbé de Saint Hardouin constatait qu’en 1948 il existait encore dans la zone française davantage de machines qu’en 1936, avant le réarmement. Le Quai d’Orsay notait qu’il y avait dans les zones occidentales 980.000 machines alors que 700.000 étaient suffisantes pour retrouver le niveau de production de 193697. Voilà qui justifiait amplement le maintien des réparations et des démantèlements. Le ton de Bonnet, d’Alphand et de Schuman, en septembre était à la résistance souple au chantage allemand et aux projets d’Hoffman98.

La révision malgré les Français.

  • 99 YI 1944-49, 372, Direct., des accords techniques, 16 septembre 1948, « Réparations allemandes ».
  • 100 YI 1944-49, 372, ambassade de France en Suisse, AF, Berne, 20 septembre 1948, série c, Allemagne, (...)
  • 101 FRUS II, 1948 ; Marshall à Bevin, 16 septembre 1948, p. 808.
  • 102 YI 1944-49, 372, Bérard, Washington, 21 septembre 1948 ; 15 h 45, 409-10.
  • 103 YI 1944-49, 372, Schuman à DE (SE) 5 octobre 1949. Circul. IP 277, 13 octobre 1948. Année politiqu (...)
  • 104 YI 1944-49, 372, Bonnet, 15 octobre 1948, 22 h 33, n° 4843-45.
  • 105 Vincent Auriol, Journal 1948... op. cit. ; voir bibl. n° 19 ; p. 521, 11 novembre.

57Les Français ne pouvaient ni accepter la politique des Américains, ni rester seuls. Ils envisagèrent de s’aligner sur les Anglais et proposèrent une liste d’usines à maintenir en Allemagne au nom des intérêts de l’Europe ?99 Mais leur confiance envers les Anglais était limitée car des analystes suisses relevaient que l’étude du problème des cartels allemands avait été confiée à Sir Percy Mills qui envisageait une collaboration des cartels allemands et anglais contre la concurrence française et américaine. Il avait bloqué les mesures contre des firmes aussi compromises qu’IG Farben et Siemens100. Sous la pression du Congrès qui voulait économiser les dollars en faveur de l’Europe, Marshall proposa de justifier l’arrêt des démontages au nom du programme de relèvement européen, tout en souhaitant recueillir l’accord des Britanniques et des Français101. Lovett intervint dans la zone française et demanda la suspension du démantèlement de 90 usines de la zone102. Schuman accepta de surseoir aux démontages dans la zone française jusqu’au 15 octobre afin de décider d’une politique commune103. Hoffman s’engouffra avec habileté sinon avec une parfaite honnêteté dans la brèche. Il proclama que Schuman était d’accord pour ralentir les opérations104. On apprit aussi que les Américains voulaient laisser les Allemands libres de construire les bateaux de commerce dont ils avaient besoin105.

  • 106 YI 1944-49, 373, DAEF, 7 décembre 1948, 21 h 30, à Washington, 5467-71, Berlin, Baden, 2108-112.
  • 107 YI 1944-49, 373, Baudet, 8 décembre 1948, à R. Schuman, 2431.
  • 108 YI 1944-49, 373, Londres, 7 décembre 1948, secret, « Déclaration d’Alphand ».

58Les Français acceptèrent alors de participer à la mission Humphrey sur les démontages. Mais ils ne purent exercer une influence dans le sens de leurs préférences. Le comité Humphrey avait le désir de mettre fin à toutes réparations dans les industries mécaniques, chimiques et des non-ferreux d’Allemagne. Alphand y voyait la main des groupes financiers et industriels américains. Il remit le 6 décembre à l’ambassadeur américain à Londres un aide-mémoire dans lequel le gouvernement français s’inquiètait de la tendance « de refaire de l’Allemagne la puissance la plus forte du continent ». Les Français maintenaient leurs exigences d’une production d’acier limitée en permanence à 11,5 millions de tonnes106. S’il lut le Times du 8 décembre, Alphand se sentit conforté. Le journal anglais estimait que l’industrie allemande en 1948 était à son niveau de 1944. L’Allemagne n’avait livré que 1/100 de ses avoirs en Suisse, elle avait conservé ceux d’Argentine107. Il posa alors la question essentielle, jamais écrite : « Si par exemple, on souhaite relever l’Allemagne de l’Ouest en vue d’une guerre éventuelle, alors il faut le déclarer ouvertement, il faut que nous en discutions parce que cela intéresse au premier chef la vie de notre pays et son existence même »108.

  • 109 YI 1944-49, 373, Baden, Saint-Hardouin, 29 novembre 1948, article de Industrie-Kurier, de Dusseldo (...)

59Les positions françaises étaient récusées par les milieux industriels allemands, en revanche d’autres milieux allemands, dans l’optique des propositions d’Arnold étaient prêts à accepter « l’organisation d’une communauté d’intérêts Ruhr-Lorraine »109. On en revenait toujours à cette idée américaine et allemande d’un contrôle égal des industries de base des deux pays. L’idée était inacceptable en l’état par des Français partis pour remplacer l’Allemagne sur ses marchés sidérurgiques ou au moins pour la brider.

  • 110 Vincent Auriol, Journal 1948... op. cit. ; voir bibl. n° 19 ; 7 décembre 1948 ; YI 1944-49, 372, L (...)
  • 111 YI 1944-49, 373, 30 décembre 1948, direct des accords techniques, « Réparations allemandes », à Wa (...)
  • 112 YI 1944-49, 373, Direct. des accords techniques, 20 décembre 1948, 5653, à Washington et réponse d (...)
  • 113 ZE 1944-49, Allemagne 84, Koenig, 30 décembre 1948, n° 5834/ CC/ à Robertson, L. D. Clay, Berlin.

60Les Anglais craquèrent enfin, alors que Schuman croyait pouvoir compter sur eux pour empêcher la révision des démantèlements110. Le Quai d’Orsay donna l’ordre à Bonnet de communiquer à Hoffman les observations de la délégation française, mais il lui permit aussi de consentir des concessions afin de s’aligner sur la position britannique. Les Français proposèrent de ne pas démanteler 121 usines, le Royaume-Uni 119, Humphrey 183 puis 167111. Il était urgent d’arriver à un accord car les Américains décidaient de suspendre les opérations de restitutions aux pays victimes de la guerre. Bonnet qui protesta auprès du Département d’État contre la décision obtint une réponse négative. Clay semblait décider de tout ! Pourtant, un compromis provisoire détendit l’atmosphère. L’IARA reprit ses livraisons d’usines le 23 décembre 1948, mais la liste finale fut revue112. Une offensive antifrançaise se déclencha par l’intermédiaire d’Allemands de la bizone : un haut fonctionnaire allemand de la bizone, Von Engel, accuse dans Stars and Stripes et dans des journaux allemands les Français de la zone française « de mettre la main sur une série d’entreprises industrielles et commerciales ». Cette accusation renforçait celle de Kost directeur général du charbon de la Ruhr113.

  • 114 YI 1944-49, 373, Berlin, 6 janvier 1949, 21 h 40, Noblet, d’Humbert, pour Alphand, 18-29. « Réunio (...)
  • 115 CE 66, H. Bonnet, 28 janvier 1949 à R. Schuman, DGAE, n°410 DGR, Rapport du comité mixte du Congrè (...)

61Les Américains affirmaient vouloir tenir compte des impératifs de sécurité, mais ils estimaient non conformes à cet objectif les limitations industrielles demandées par les Français ou les Britanniques. Ils acceptèrent la limitation ou la liquidation de l’industrie de l’essence et du caoutchouc synthétiques, celle des roulements à billes et de l’ammoniaque synthétique. Mais sur beaucoup de points ils étaient en désaccord avec les Français, et les Français ne l’étaient pas moins avec les Britanniques. Clay surtout refusait toute discussion et voulait en référer aux gouvernements114. Il trouva un allié puissant dans le Watchdog committe du Congrès, opposé aux démantèlements. Dewey proposa même que les allocations d’aide américaine tiennent compte de l’acceptation par le bénéficiaire d’une révision des programmes de réparations115. Dean Acheson fut chargé de faire des représentations aux Britanniques et aux Français.

  • 116 YI 1944-49, 373, Washington, 28 janvier 1949, 12 h 40, 340-43. Alan S. Milward, The Reconstruction (...)
  • 117 YI 1944-49, 373, DAEF, 31 janvier 1949, à Londres 537-38, Washington 541, Berlin-Baden 137-138 ; a (...)
  • 118 YI 1944-49, 374, Bonnet, Washington, 14 mars 1949, 19 h 18, 1073.
  • 119 YI 1944-49, 374, DAEF, Schuman, 25 mars 1949, à Londres 1520, « a/s réparations et industries inte (...)

62Le comité Humphrey rendit son rapport officiel le 12 janvier 1949. Il recommandait le non-démantèlement de 167 usines dont la puisssante usine Thyssen d’Hamborn116. Fin janvier, les Français acceptèrent des négociations parallèles française et britannique avec les Américains sur les démantèlements et les listes d’industries interdites ou limitées. Alphand et l’Anglais Stevens tombèrent au moins d’accord pour refuser le maintien en Allemagne des aciéries allemandes allouées aux Américains par 1TARA (11 millions de tonnes supplémentaires !). Douglas reçut l’ordre de conférer avec Schuman des listes détaillées d’usines à démanteler117. Début mars, les négociations sur les industries interdites ou limitées et les réparations commencèrent118. Il y avait eu un recul américain devant l’obstination française et britannique qui ne préjugeait en rien des décisions finales. Dans le cadre de nouvelles négociations tripartites sur les réparations et les interdictions industrielles, Schuman donna pour instruction de suivre les Anglais et d’accepter des concessions, pour la production de tubes électroniques par exemple. Les Français voulaient une liste même réduite de démantèlement, alors que les Américains souhaitaient donner à l’Office militaire de sécurité (OMS) des pouvoirs d’appréciation et donc de révision sur les démantèlements119.

63C’est dans ces conditions que s’ouvrit en avril la conférence de Washington sur l’Allemagne entre les trois occidentaux.

Un accord à trois sur l’Allemagne de nature à tempérer le ressentiment des Français (Washington, avril 1949).

  • 120 YI 1944-49, 324, « Réunion des 3 MAE », 7 avril 1949, 15 h 15, DE, « Accords de Washington », 8 av (...)

64La signature du Pacte Atlantique fut l’occasion d’arrêter à trois un règlement allemand d’ensemble. Les ministres des Affaires étrangères des États-Unis, de Grande-Bretagne et de France se mirent d’accord sur les réparations, les industries interdites et limitées, sur la Ruhr et sur l’Office Militaire de Sécurité, le 8 avril 1949120. Les trois occupants fondirent en une trizone les zones d’occupation occidentales avant de permettre la constitution d’un gouvernement fédéral.

  • 121 YI 1944-49, 326, CCFA, Baden, 10 mai 1949, J. Gandilhon, division de la production industrielle n° (...)
  • 122 YI 374, conf. de presse H. Alphand, 13 avril 1949 « Sur l’accord franco-anglo-américain sur les in (...)

65Les accords ne réglèrent pas la question du contrôle de l’industrie de la nouvelle Allemagne, sauf sur le charbon et l’acier. Il faudrait surveiller le développement de la chimie allemande, « domaine où l’industrie allemande était devenue si redoutable » et celui de la mécanique et du matériel électrique « pour éviter de voir l’outillage allemand concurrencer largement nos industries dans les pays neufs encore en voie d’équipement » notèrent les services de la zone française121. Cette problématique de défense des intérêts industriels français hantait de plus en plus l’esprit de certains services et elle remplaçait celle de la sécurité militaire. Cette analyse qui n’était certes pas une position officielle, relativisait les propos d’Alphand selon lesquels la France n’avait pas d’intentions malthusienne, mercantile ou commerciale envers l’Allemagne122.

  • 123 Vincent Auriol, Journal 1949... op. cit. ; voir bibl. n° 19 ; note 124, mars 1949, et p. 207, 22 a (...)
  • 124 YI 1944-49, 374, Gvt militaire Berlin, à CGAAA, Paris, n° 109/cab.
  • 125 B 9890, « Apport des réparations à l’économie française », délégation française à l’IARA, Spitzmul (...)

66L’accord sur les industries interdites ou limitées fut signé par les trois commandants de zones à Francfort le 14 avril 1949. Les listes de démantèlements avaient été revues. Les petites usines étaient conservées. Malgré l’espoir exprimé en mars par Auriol, les grandes usines Thyssen n’étaient pas démantelées. Paris avait accepté la liste Humphrey : démantèlement de seulement 697 usines contre 1800 en mars 1946 et 858 en août 1948123. Les temps avaient changé. Le gouvernement militaire français de Berlin avait même éprouvé des réticences pour procéder au démontage de Borsig après la fin du blocus de Berlin. L’épreuve du blocus avait complètement retourné l’état d’esprit des Allemands qui résistaient désormais aux démontages d’usines en Allemagne de l’Ouest124. Les « accords de Petersberg » du 22 novembre 1949 mirent fin aux réparations. La liste définitive des démantèlements fut arrêtée à 667 usines, soit 38 % des démantèlements prévus initialement. L’IARA livra 667 usines pour un total de 708,5 millions de RM de 1938. Dans son rapport de 1951 l’Agence internationale des réparations estimait que la valeur économique des biens reçus en réparation était significative. En France, ils représentèrent, entre 1945 et 1949, 30 % des investissements dans l’industrie chimique. Les poudreries avaient pu reprendre leur fonctionnement grâce aux réparations. Elles avaient représenté 22 % des importations de produits de l’industrie mécanique en 1947. Elles avaient permis d’accroître la production sidérurgique de 550.000 tonnes. Mais tout est dit quand on apprend que les réparations ont représenté 1,1 % des dommages de guerre estimés à 1.440 milliards de francs 1938 ?125

  • 126 Raymond Poidevin, Robert Schuman... op. cit. ; voir bibl. n° 279 ; p. 213.

67Le 28 avril 1949 les accords sur l’Autorité internationale de la Ruhr (AIR) furent signés à Washington. Schuman fit preuve d’un réalisme que Bérard assimila à un alignement sur les Anglo-Saxons126.

Conclusion.

68L’échec de la construction européenne sous direction franco-britannique suscita un regain d’inquiétude à cause des ambitions américaines pour l’Allemagne nouvelle dont les Français subissaient le développement rapide. Il est acquis que les Américains ont pris en compte le souci de sécurité contre le militarisme allemand par la création de l’Office militaire de sécurité. Les Français ont fait preuve au même moment d’un manque de confiance dans leurs possibilités de contrer l’industrie allemande renaissante. La question de la sécurité économique remplaçait celle de la sécurité militaire. Dans ce domaine, les Français ne pouvaient exciper d’un droit de contrainte envers l’ex-ennemi. La reconstruction européenne sous perfusion américaine enterra définitivement les revendications françaises et invita les Français à entrer en concurrence avec leurs voisins. Les Français n’obtinrent pas les privilèges économiques qu’ils justifiaient par les conséquences de la guerre et par leur « droit », disaient-ils à des réparations. Vivre avec l’Allemagne était une nécessité ; apprivoiser la peur de la puissance allemande l’était aussi. Des hommes avaient formulé la véritable solution alternative, mais ils n’avaient pas eu encore l’opportunité de la mettre en œuvre. L’AIR était le couronnement médiocre d’une ancienne politique qui mourait de son impuissance et de son arrogance. La France obtint tout juste le droit de contrôler l’Allemagne dans des limites définies par les Anglo-Saxons. Limiter ou même conduire le relèvement allemand n’était plus dans les capacités de la France. La définition d’une coopération à égalité avec l’Allemagne restait d’actualité pour avancer sur la voie de l’unité européenne. En attendant que les hommes qui avaient formulé l’alternative saisissent l’opportunité de la mettre en œuvre, la construction européenne évoluait vers un grand marché économique intereuropéen.

Notes

1 ZE 1944-49, Italie 91, 17 septembre 1948, JF à MAE, « a/s UDFI ».

2 4 BL6/dr3, Fouques-Duparc, 15 octobre 1948, à Léon Blum. Lettre autographe.

3 ZE, 1944-49, Italie 88, MAE, 23 novembre 1948. Pierre Guillen, « Le projet d’union économique entre la France, l’Italie et le Benelux, » p. 149, Histoire des débuts de la construction européenne, mars 1948-mai 1950. Bruylant, Guiffré, LGDJ, Nomos Verlag 1986.

4 Alan S. Milward. The reconstruction... op. cit. ; voir bibl. n° 256 ; p. 255.

5 ZE 1944-49, Italie 88. Fouques-Duparc, 3 décembre 1948, à MAE, n° 1945, « financement de l’immigration italienne en France ». CE 91, RD. DAEF, 25 février 1949, à Rome.

6 ZE 1944-49, Italie, 89, entretiens Schuman, Sforza au Quai d’Orsay, 27 mars 1949, 15 h-16 h 30.

7 Rousseau, Direction des industries diverses et textiles, service des affaires extérieures, 4 juin 1949 à R. Guernez, député-maire de Cambrai.

8 Fouques-Duparc, 12 mai 1949 à MAE, ZE 1944-49, Italie, 91. Pierre Guillen, « Le projet d’union économique », op. cit. ; voir bibl. n° 275 ; p. 149.

9 CE 91, HA, 27 juin 1949, le D. G., Note pour le Président, « Entretien avec M. Quaroni ». ZE 1944-49, Italie 91, 17 juin 1949, JFD à MAE, « Nouvelle politique commerciale de la France et l’Union douanière ».

10 Vincent Auriol, Journal... op. cit. ; voir bibl. n° 19 ; p. 264, 21 juin 1949.

11 ZE 1949-55, Italie, 73, YR, 4 août 1949, IP, 229, « a/s d’un protocole additionnel au traité franco-italien d’union douanière. »

12 ZE 1949-55, Italie 73 R. Offroy, 5 août 1949, 531, consul général de France à Milan à MAE, « Article de Jean Duret sur l’UDFI », Cahiers internationaux.

13 74 AP 51, Note de l’ambassade de France en Italie, 4 février 1949, « UDFI ».

14 B 8902, SGAAA, 3 février 1948, à GCFA, Baden 114, « Plan Marshall, prévisions par l’administration américaine ». SEAAA à M. des Finances, télég. Berlin, GFCC, 9 février 1948.

15 B 8902, Commissariat général aux Affaires allemandes et autrichiennes, Paris 20 août 1948, note, « État des questions essentielles concernant le plan Marshall ».

16 YI 1944-49, 231, Bonnet, 14 septembre 1948, 21 h 25, 3936-37.

17 YI 1944-49, 232, RG. 17 janvier 1949, à Washington, 285.

18 B 8902, CGAAA, 20 janvier 1949, note.

19 CE 53, MAE 9 avril 1949, n° 1502, Washington, « Situation de la zone française d’occupation ». Hambourg, 21 mars 1949, 15 h 30, n° 40, A. Gailliard ; FRUS II, 1948, p. 673, Riddelberger au secrétaire d’État, Berlin, 22 septembre 1948, 2364.

20 B 8902, 2 août 1948, DFE, note pour le ministre, objet : « Prélèvements en Allemagne ». 12 août 1948, Debré, CGAAA à M. des Finances, 9667.

21 YI 1944-1949, 88, CL, MAE, secrétariat des conférences ; n° 1519, note pour la direction d’Europe. « Délégation de la ZFO à la conférence générale de l’OAA ». Réponse de la DE, 20 octobre 1948, n° 1142.

22 YI 1944-49, 88, JPG, DAE, 5 mars 1949, à Washington, 1334, de Baden, « Pommes de terre déshydratées ».

23 YI 1944-49, 372, IGF, 28 juillet 1948, « Explosion de Ludwigshafen ». YI 1944-49, 372, Massigli, LG. 1783 à R. Schuman, 31 août 1948. Schuman ou Alphand annote : « m’en parler ».

24 F 60 ter 477, Note de H. Bonnet à G. Bidault, 25 juillet 1948, AW, n° 1672. « Plans de reconstruction économique pour la bizone ». Annie Lacroix-Riz, « Sécurité française et menace militaire allemande avant la conclusion des alliances occidentales : les déchirements du choix entre Moscou et Washington (1945-1947) » ; Marie-Thérèse Bitsch : « Un rêve français : le désarmement économique de l’Allemagne (1944-1947) », in Relations Internationales, n° 51, automne 1987.

25 Z Europe 1944-49, Allemagne, 83, VH T, 23 juin 1948, « Perspectives économiques allemandes et relèvement de l’économie française, conclusions des conversations du 18 juin ».

26 YI 1944-49, 399, D. Europe, 12 juin 1948, « Note ».

27 ZE, 1944-49, Allemagne 83, « Note », 24 juillet 1948. Note du Quai ?

28 ZE 1944-49, Allemagne 83, Consul général de France à Dusseldorf, 19 juillet 1948 à J. Tarbé de Saint-Hardouin, Baden, n° 138 ; 10 août 1948, consul de France à Dusseldorf, à J. T. de St Hardouin, « Entrevue Géraud Jouve, Devinat, Arnold. Raymond Poidevin, ». Le facteur Europe dans la politique allemande de Robert Schuman, (Eté 1948, printemps 1949) « Histoire des débuts de la construction européenne, mars 1948, mai 1950, Actes du colloque de Strasbourg novembre 1984, Bruylant, Bruxelles, Giuffrè, Milano, LGDJ, Paris, Nomos Verlag, Baden-Baden, 1986, p. 311. Marlis Steinbert, « Un saut dans l’inconnu, la RFA face au plan Schuman, de la déclaration du 9 mai à la signature du 18 avril 1951 », Relations Internationales, n° 4, décembre 1975, p. 155-178.

29 ZE 1944-49, Allemagne 87, DAEF, LH, 8 octobre 1948, « Note pour le Président ». YI 1944-49, 372, DAEF, FV, 8 octobre 1948, « Note pour le Président ».

30 ZE 1944-49, Allemagne 83, Wes Gallagher A. P. dans Telegraf du 11 novembre.

31 ZE 1944-49, Allemagne 83, MAE, 12 novembre 1948, circ. 304 IP, « Discours d’Auriol à Rethondes.

32 Jacques Dumaine, Quai d’Orsay, 1945-1951, Julliard 1955, p. 333.

33 ZE, 1944-49, Allemagne 87, note, sans origine, 90 pages, en sous-titre, « Ref. à une note du 30 novembre 1948 sur la politique allemande de la France ».

34 ZE 1944-49, Allemagne 83, MAE, Direct. Europe, 30 novembre 1948, « Perspectives d’une politique française à l’égard de l’Allemagne ». Cette note est probablement un travail de M. Gary, collaborateur de Paris, pour un jury d’examen sur les perspectives d’une politique française à l’égard de l’Allemagne occidentale. Ce travail a été communiqué à Massigli pour avis, cf. lettre de J. C, Paris du 17 décembre 1948, n° 4964 et à Bonnet, n° 4032, 17 décembre 1948. Le caractère officieux de cette note ne retire rien à sa signification dans le débat en cours. Que Paris prenne la peine et le risque de solliciter les deux plus grands ambassadeurs de France du moment indique clairement qu’il l’endosse. La note exprime cependant une position maximaliste.

35 IPMF, 1948, IBRD et IMF, Joint press release, n° 12, Press conference of M. Mendès France, terrace Room, Shoreham Hotel Washington, 29 septembre 1948.

36 Marcel Marantz, Le plan Marshall, succès ou faillite ?, Marcel Rivière, Paris 1950, p. 205.

37 ZE 1944-49, Allemagne 96, Dir. Europe, sd. Europe centrale, 12 novembre 1948, 21-2/1568/XS-VD, envoyée à 47 destinataires le 25 novembre, « Note sur la renaissance de l’activité économique de l’Allemagne à l’étranger ».

38 CE 53, Note, source inconnue, 18 mai 1949, « a/s concurrence allemande sur les marchés d’exportations ». ZE 1944-49, Allemagne 96, Note, Coopération économique, VL, 20 mai 1949, « concurrence allemande sur les marchés d’exportation ».

39 ZE 1944-49, Allemagne 96, Dir. Afrique-Levant, 28 avril 1949, à ambassade de France à Ankara, Le Caire, Beyrouth, Damas, Bagdad, Amman.

40 YI 1944-49, 381, YR, 23 septembre 1948, IP, 258, « Fusion ». YR, 12 octobre 1948, IP, 276.

41 FRUS II, 1948 ; p. 674, Lettre de Saltzman à Draper under secretary of the army. 30 septembre 1948. Saltzman, 2 octobre 1948, « Memorandum by the assistant secretary of state for occupied areas ».

42 B 8871, PLB, CC/CEF 417, 11 octobre 1948, « Note au sujet des négociations relatives à la fusion d’Oficomex et de la JEIA ». B 8871, tel. de Francfort, 30 septembre 1948, Gillet.

43 B 8871, M. de l’Agriculture, 25 septembre 1948, relations extérieures, « Note au sujet des exportations de produits agricoles sur l’Allemagne ».

44 ZE 1944-49, Allemagne, 96, circul. 348 IP, 17 décembre 1948, « a/s accord commercial entre la France et la trizone ».

45 YI 1944-49, 372, circ. 261 IP, 25 septembre 1948, « Minerai de ter français à l’Allemagne ».

46 B 8871, ministère des Finances, DFE, n° 6821/S, date ?, « Mise en vigueur des accords conclus avec l’Allemagne occidentale ».

47 Vincent Auriol, Journal, 1948... op. cit. ; voir bibl. n° 19 ; p. 563, 7 décembre 1948.

48 YI 1944-49, 131, MAE à CGP, 9 août 1948.

49 ZE 1944-49, Allemagne 87, CM/VH, 21 août 1948, « C. r. réunion sur les affaires allemandes tenue au CGP le 20 août 1948 ».

50 363 AP 37, Leroy-Beaulieu, 23 juillet 1949 à R. Mayer.

51 ZE 1944-49, Allemagne 84, Consul général de France à Dusseldorf, 26 janvier 1949 à Baden, n° 20, « a/s conférences d’André Philip, 17-18-19 janvier ».

52 ZE 1944-49, Allemagne 84, « Rapport de la commission d’information sur l’Allemagne », 25 avril, 5 mai 1949, par E. Pezet, Brizard, Carcassonne, Jacques-Destrée, Pinton, Westphal.

53 ZE 1944-49, Allemagne 96, Coopération économique, VL, 20 mai 1949, « Concurrence allemande sur les marchés d’exportation ».

54 Raymond Poidevin, « La nouvelle politique allemande de la France (juin 1948-avril 1949) », Enjeux et puissances, hommages à Jean-Baptiste Duroselle, Publications de la Sorbonne, 1986, p. 203.

55 ZE 1944-49, Grande-Bretagne, 39, 11 janvier 1949, « Note pour le ministre ».

56 YI 1944-49, 372, Direct des accords techniques, « a/s des intérêts alliés en Allemagne », à Washington 4666-67, Londres 3856-57. YI 1944-49, 399, DAEF, 16 octobre 1948.

57 YI 1944-49, 399, Schuman, 18 octobre 1948, et circul IP, 299, 9 novembre 1948. FRUS II ; 1948, Murphy to the secretary of state, 19 octobre 1948, Berlin, 19 octobre, 1948, 2537, p. 458.

58 Vincent Auriol, Journal, 1948... op. cit. ; voir bibl. n° 19 ; 10 novembre, Conseil des ministres, p. 16.

59 Papiers Massigli, 15 novembre 1948, 3846-51.

60 YI 1944-49, 400, Berlin, Leroy-Beaulieu, 8 novembre 1948, 22 h 30, 1838. FRUS II, 1948 ; Lovett to Marshall (Paris), 13 novembre 1948, 4400, p. 492. Trad. : « Il a été très clair pour les Français que c’était notre position ».

61 Raymond Poidevin, Robert Schuman homme d’État, 1886-1963, I. N., 1986, p. 210.

62 FRUS II, 1948 ; Caffery to the acting secretary of State, 12 novembre 1948, 5847, p. 479. Vincent Auriol, Journal 1948... op. cit. ; voir bibl. n° 19 ; 16 novembre, p. 527.

63 4 AU 31 Dr 5, Sdr a, 19 novembre 1948, ex. n° 35, « Aide-mémoire », MAE.

64 YI 1944-49, 400, « C. r. des 3 MAE, 19 novembre 1948 au Quai d’Orsay ». Papiers Massigli, 19 h 25, 24 novembre 1948, 3953-55. FRUS II ; Minutes of the meeting of Foreign Ministers, Quai d’Orsay, Paris, 19 novembre 1948, 4 p. m. Marshall, p. 517 ; Caffery, Bohlen, Jackson, Schuman, Alphand, Couve de Murville, Chauvel, Mac Neil, Harvey, Nicholls, sir I. Kirkpatrick. FRUS II, 1948 ; Berlin, Murphy à Saltzman, 20 novembre 1948, p. 524.

65 Alan S. Milward, The Reconstruction... op. cit. ; voir bibl. n° 256 ; p. 153.

66 YI 1944-49, 400, Massigli, 5 novembre 1948, n° 3750.

67 YI 1944-49, 400 Londres, 11 novembre 1948, 23 h 45, 3794-96, Alphand. YI 1944-49, 400, Bruxelles, 22 novembre 1948, 21 h 35, 629-31, Hauteclocque. La Haye, Rivière, 24 novembre 1948, n°770.

68 FRUS II, 1948 ; Clay, Berlin, to the department of the Army, 22 novembre 1948, Cinceur, 6839, p. 525. Trad. : « Il y a un conflit croissant entre la politique américaine et la politique française qui mène à des désaccords presque quotidiens dans nos opérations en Allemagne ».

69 YI 1944-49, 400, Alphand, 30 novembre 1948, « Déclaration à la conférence ». Année Politique 1948, p. 218, cf. les réserves de l’Assemblée nationale du 16 juin 1948.

70 Vincent Auriol, Journal 1948..., op. cit. ; voir bibl. n° 19 ; 2 décembre 1948, p. 554.

71 FRUS II, 1948 ; Lovett to Douglas, 10 décembre 1948, 4594, to Ruhr 22, p. 556.

72 Armand Bérard, Un ambassadeur se souvient, Washington et Bonn, 1945-1955, Plon, 1978, p. 169.

73 YI 1944-49, 400, Washington, 2 décembre 1948, 19 h 33, 4986-87. Année Politique 1948, p. 238, décembre.

74 YI 1944-49, 401, Notes documentaires et études, n° 1055, « Textes diplomatiques », LXIV, « Le Statut international de la Ruhr ».

75 Année politique, 1948, décembre, p. 238 et annexes de l’accord final, p. 418.

76 Vincent Auriol, Journal 1948... op. cit. ; voir bibl. n° 19 ; 29 décembre 1948, Conseil des ministres, p. 582.

77 Alan S. Milward, The Reconstruction... op. cit. ; voir bibl. n° 256 ; p. 162.

78 Vincent Auriol, Journal 1948... op. cit. ; voir bibl. n° 19 ; 30 décembre 1948 ; p. 586.

79 YI 1944-49, 401, FV. 10 février 1949, DAEF, « Note pour Alphand ». Année politique 1949, avril, « autres accords ».

80 YI 1944-49, 401, SGAAA, à Koenig, Baden, 11 janvier 1949, n° 9 Ecosoc. Massigli, 26 mai 1949, 20 h, 1743.

81 YI 1944-49,401, Londres, 1er juin 1949, 1764, de Dejean.

82 YI 1944-49, 401, Massigli, 29 décembre 1948, n° 2553, à R. Schuman, « a/s la Ruhr, problèmes immédiats ».

83 YI 1944-49, 372, DAEF, 1er août 1948, note « a/s des industries interdites et limitées ».

84 Vincent Auriol, Journal, 1948... op. cit. ; voir bibl. n° 19 ; note, 26, décembre.

85 YI 1944-49, 368, Leroy-Beaulieu à SEAAA Paris, 10/CC, 31 mai 1948.

86 YI 1944-49, 372, GCCFA, Gandilhon, Baden à SEAAA, 268/SG, « Réunion du 9 août chez Alphand ».

87 YI 1944-49, 372, FV. 14 août 1948, note pour M. Alphand, « a/s IG Farben ».

88 YI 1944-49, 373, 5 novembre 1948, « Note sur la politique française vis-à-vis de l’IG Farben ».

89 YI 1944-49, 373, Direct. des accords techniques, G, 31 janvier 1949, note pour M. Alphand, « a/s maintien en Allemagne de l’usine 2076 Oppau, d’azote synthétique. »

90 YI 1944-49, 372, 31 août 1948, « Note concernant les industries interdites et limitées en Allemagne », pas de source. Année politique, 1948, « Protestations allemandes en août 1948, démission des gouvernements de Wurtemberg-Hohenzollern et de Bade », p. 145.

91 B 9890, « Rapport d’activités de l’IARA », juin 1951, AS/doc. 1498, Président J. Rueff, annexe 20.

92 Vincent Auriol, Journal, 1948... op. cit. ; voir bibl. n° 19 ; p. 360 et p. 368, 18 août 1948.

93 YI 1944-49, 372 SEAAA, novateur à GCCFA, Berlin-Baden, 4 septembre 1948, n° 176. Novateur, Bloch, SEAAA à CCFA, Baden, 7 septembre 1948, 955, eco. soc.

94 YI 1944-49, 368, Bonnet, 1er septembre 1948, 1931 à R. Schuman.

95 YI 1944-49, 368 MAE, RJ, 8 septembre 1948, direction des accords techniques, « Réparations allemandes », à Washington 4275-80, Londres 3553-58.

96 YI 1944-49, 372, Bonnet, 8 septembre 1948, 17 h 30, 3867-69, et 20 h 45, 3874-75.

97 YI 1944-49, 372, CCFA, cons. pol. SH, 419, EU, 10 septembre 1948, à MAE, « a/s prélèvements et réparations ». YI 1944-49, 368, Offroy, 23 septembre 1948, YR, MAE, SIP, circ. 257 IP, « Attitude américaine par rapport aux réparations ». CE 49, H. Alphand, 31 août 1948, 16 h 30, à Washington, 4192-193.

98 YI 1944-49, 368, Direct., des accords techniques, à Washington, 4329-31, 12 septembre 1948, « Réparations », tel. de Schuman.

99 YI 1944-49, 372, Direct., des accords techniques, 16 septembre 1948, « Réparations allemandes ».

100 YI 1944-49, 372, ambassade de France en Suisse, AF, Berne, 20 septembre 1948, série c, Allemagne, Bulletin d’informations économiques et financières n° 53 : « La lutte autour des cartels industriels allemands ».

101 FRUS II, 1948 ; Marshall à Bevin, 16 septembre 1948, p. 808.

102 YI 1944-49, 372, Bérard, Washington, 21 septembre 1948 ; 15 h 45, 409-10.

103 YI 1944-49, 372, Schuman à DE (SE) 5 octobre 1949. Circul. IP 277, 13 octobre 1948. Année politique 1948, p. 193.

104 YI 1944-49, 372, Bonnet, 15 octobre 1948, 22 h 33, n° 4843-45.

105 Vincent Auriol, Journal 1948... op. cit. ; voir bibl. n° 19 ; p. 521, 11 novembre.

106 YI 1944-49, 373, DAEF, 7 décembre 1948, 21 h 30, à Washington, 5467-71, Berlin, Baden, 2108-112.

107 YI 1944-49, 373, Baudet, 8 décembre 1948, à R. Schuman, 2431.

108 YI 1944-49, 373, Londres, 7 décembre 1948, secret, « Déclaration d’Alphand ».

109 YI 1944-49, 373, Baden, Saint-Hardouin, 29 novembre 1948, article de Industrie-Kurier, de Dusseldorf, journal économique indépendant du 24 novembre.

110 Vincent Auriol, Journal 1948... op. cit. ; voir bibl. n° 19 ; 7 décembre 1948 ; YI 1944-49, 372, Londres 25 septembre 1948, 18 h 30, 3479-85. CE 49, Massigli, Londres, le 24 septembre 1948, 18 h 30, n° 3476-85, « Révision du programme de démantèlement des usines allemandes ».

111 YI 1944-49, 373, 30 décembre 1948, direct des accords techniques, « Réparations allemandes », à Washington, 578. Armand Bérard, Un ambassadeur se souvient... op. cit. ; voir bibl. n° 20 ; p. 172.

112 YI 1944-49, 373, Direct. des accords techniques, 20 décembre 1948, 5653, à Washington et réponse de Bonnet le 21, 5199-204. Vincent Auriol, Journal, 1948... op. cit. ; voir bibl. n° 19 ; note 26, 7 décembre 1948, p. 562.

113 ZE 1944-49, Allemagne 84, Koenig, 30 décembre 1948, n° 5834/ CC/ à Robertson, L. D. Clay, Berlin.

114 YI 1944-49, 373, Berlin, 6 janvier 1949, 21 h 40, Noblet, d’Humbert, pour Alphand, 18-29. « Réunion avec Wilkinson et sir Cecil Weir ».

115 CE 66, H. Bonnet, 28 janvier 1949 à R. Schuman, DGAE, n°410 DGR, Rapport du comité mixte du Congrès sur l’ECA, « Incidence du programme des réparations et des démantèlements ».

116 YI 1944-49, 373, Washington, 28 janvier 1949, 12 h 40, 340-43. Alan S. Milward, The Reconstruction... op. cit. ; voir bibl. n° 256 ; p. 148.

117 YI 1944-49, 373, DAEF, 31 janvier 1949, à Londres 537-38, Washington 541, Berlin-Baden 137-138 ; ambassade de France en GB, Massigli, 12 février 1949, 617, à Diplomatie Paris, « Alphand/Stevens ». DAEF, le direct. général. 16 février 1949, « Note pour le Président ».

118 YI 1944-49, 374, Bonnet, Washington, 14 mars 1949, 19 h 18, 1073.

119 YI 1944-49, 374, DAEF, Schuman, 25 mars 1949, à Londres 1520, « a/s réparations et industries interdites et limitées en Allemagne ».

120 YI 1944-49, 324, « Réunion des 3 MAE », 7 avril 1949, 15 h 15, DE, « Accords de Washington », 8 avril 1949. Année Politique 1949, avril, « Les accords de Washington sur l’Allemagne ».

121 YI 1944-49, 326, CCFA, Baden, 10 mai 1949, J. Gandilhon, division de la production industrielle n° 777 CCSG/PI/DIV, « Note sur le contrôle de l’industrie allemande ».

122 YI 374, conf. de presse H. Alphand, 13 avril 1949 « Sur l’accord franco-anglo-américain sur les industries allemandes interdites et limitées ».

123 Vincent Auriol, Journal 1949... op. cit. ; voir bibl. n° 19 ; note 124, mars 1949, et p. 207, 22 avril 1949. B 9890, « Rapport de l’IARA », juin 1951, AS/doc 1498, Président J. Rueff ; annexe 20.

124 YI 1944-49, 374, Gvt militaire Berlin, à CGAAA, Paris, n° 109/cab.

125 B 9890, « Apport des réparations à l’économie française », délégation française à l’IARA, Spitzmuller, 30 juin 1951. 314 milliards de francs 1950 sur 28.800 milliards de francs 1950 de dégats.

126 Raymond Poidevin, Robert Schuman... op. cit. ; voir bibl. n° 279 ; p. 213.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter