Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La France, l’aide américaine et la construction européenne 1944-1954. Volume II

 | 
Gérard Bossuat

Troisième partie. L'aide américaine et la formation de l'Europe occidentale

Chapitre XVI. L’échec de l’Europe franco-britannique (été 1948-avril 1949)

Texte intégral

« Nous aurions pu avoir, pour une fois au moins, une Europe britannique. Nous étions nombreux, en France et dans les autres pays européens, prêts à l’accepter et même à y aspirer. »
Robert Marjolin.

1En juin 1948, la France s’engage dans une aventure nouvelle. Motivée par l’attrait de l’aide américaine pour résoudre les problèmes de balance des paiements, elle doit aussi accepter le jeu de la coopération inter-européenne. Dans quelle mesure cette coopération répond-elle à ses objectifs économiques et politiques ? L’Europe française est morte avec l’échec de la politique allemande de la France. La diplomatie française est-elle en mesure d’adapter ses ambitions aux nouvelles conditions du développement économique européen dont elle ne maîtrise pas totalement le jeu ? Elle a des atouts. Son rôle en Europe, sa puissance relative au sein des Seize ne lui interdisent pas de concevoir les rapports inter-européens en fonction de ses projets de développement. L’OECE peut devenir le lieu d’un renouveau d’influence française.

2Mais en même temps il faut tenir compte des Américains et des Britanniques parce que les Américains détiennent la clef de la modernisation et que rien ne peut se faire sans les Anglais en Europe. L’espoir de faire l’Europe avec eux, voire même sous leur direction, existait. Les petites nations membres de l’OECE devenaient une clientèle potentielle pour chacun des deux grands Européens. Rien ne devait être négligé pour s’assurer les collaborations nécessaires.

3L’urgence de construire l’Europe avait été proclamée par les États-Unis. On se devait donc d’avancer dans cette direction, sincèrement ou par tactique ; l’avenir montrerait la profondeur du sentiment européen des gouvernements français. De toutes façons, là aussi, une présence active de la France s’imposait pour orienter dans la « bonne direction » les travaux de l’OECE afin qu’ils ne bouleversent pas les projets français.

4La France a-t-elle un projet pour l’Europe des Seize en juin 1948 ? Le proche passé permet de dire qu’elle croit aux unions douanières, mais l’ébauche franco-italienne est une impasse. La France espérait une union douanière comprenant au moins le Benelux. La première année de l’aide paraît déterminante pour la suite du plan Marshall. Le Congrès des États-Unis observe avec la plus grande attention si les Européens sont capables de s’unir. Aucun faux pas n’est permis pour ne pas compromettre l’avenir. Il attend des Européens et surtout de la France, toujours suspecte de laxisme financier et de faiblesse coupable envers le communisme, des actes en faveur d’une intégration européenne.

5Le débat sur le partage de l’aide peut faire croire que les Européens sont majeurs. Toutefois les Américains ne sont jamais très loin. Ils laissent faire puis modifient les projets quand ceux-ci ne leur conviennent pas. L’expérience de l’automne 1947 avait été révélatrice de la tactique américaine. La France, en état de germanophobie permanente, a déjà fait les frais d’une politique américaine attentive au relèvement allemand. Aussi les Français espèrent beaucoup de l’Angleterre. A défaut d’avoir pu éloigner l’Allemagne des constructions nouvelles, ils tentent de limiter son influence grandissante par la création d’une Europe franco-britannique. 1948 et 1949 sont des années majeures pour l’avenir des rapports franco-britanniques et franco-allemands.

L’AIDE AMÉRICAINE AU SERVICE DES ÉCHANGES INTER-EUROPÉENS

6La réflexion sur le long terme européen commença par le difficile partage de l’aide à l’OECE. Les Européens étaient mis devant leurs responsabilités : effectuer le partage de l’aide de la première année et lever les obstacles quantitatifs et financiers aux échanges européens. Il était une occasion de tester la volonté d’unité des Européens.

La réflexion sur un nouveau système de paiements européens.

7Le plan Marshall avait cet intérêt de contraindre les Européens à étudier le problème du déficit des échanges inter-européens, de la non convertibilité des monnaies et d’y apporter une solution européenne.

Les origines.

8Depuis 1944, les états européens échangeaient entre eux sur la base d’accords de paiements bilatéraux utiles mais incapables de procurer la souplesse indispensable au développement des échanges. La France avait une position généralement débitrice ce qui entraînait des sorties d’or considérables ou des négociations sans fin pour consolider les dettes, ou enfin, comme en 1947 l’arrêt des échanges. Les monnaies européennes n’étant pas convertibles, une créance sur un pays ne pouvait pas compenser un déficit sur un autre. Un tel système entraînait une mauvaise utilisation des disponibilités : ainsi un pays créditeur se résignait à équilibrer sa balance en achetant à son débiteur toutes sortes de produits, y compris ceux dont il n’avait pas un urgent besoin. C’était le problème des produits de luxe ou de biens non-essentiels français vendus à la Grande-Bretagne malgré certaines réticences.

  • 1 F 60 ter 471, Paris, 6 mars 1948, PPS Finex, 227. « a/s aménagement de l’aide américaine ».
  • 2 363 AP 8, « Communiqué des Cinq », 29 avril 1948. F 60 ter 382, 15 mai 1948, note, source inconnue
  • 3 F 60 ter 471, « Rapport du comité des experts financiers sur l’étude du plan d’assistance mutuelle (...)
  • 4 F 60 471, Bérard, à diplomatie, Paris, 2 juin 1948, pour Finex, de la part de Largentaye.
  • 5 B 25434, Gutt à R. Bissell, 14 juin 1948, p.108, confidentiel. B 25434, 4 juin 1948, Gutt au minis (...)

9Cette question des paiements en Europe était le domaine de la Direction des Finances extérieures (Guindey, Dangelzer, Baraduc, Schweitzer). La DFE avait proposé des négociations multilatérales sur les échanges de produits essentiels dans le cadre du pacte de Bruxelles. Mais les Français demandaient rien moins que la reconnaissance d’un déficit structurel temporaire. Le pacte n’apporta aucune solution. En mars 1948, Guindey songea à utiliser l’aide américaine pour financer les déficits européens1. Bientôt, le Benelux proposa un système de paiements multilatéral élaboré en relation avec le FMI2. Un comité des experts financiers des Cinq du pacte de Bruxelles retint le principe d’une utilisation de la contre-valeur de l’aide pour financer les déficits en cas de dépassement des plafonds prévus aux accords bilatéraux3. Le FMI qui craignait d’être écarté du règlement des problèmes financiers inter-européens suggéra que les pays créditeurs suspendent leurs créances ce qui entraîna des protestations belges et italiennes4. Le FMI, constatant son incapacité à résoudre globalement la question des paiements internationaux se rallia à un arrangement régional inter-européen. Camille Gutt, Président du Fonds monétaire, fit de la multilatéralisation des paiements en Europe, le premier pas vers la convertibilité générale des monnaies5. L’aide américaine apparut à tous comme le seul moyen de débloquer le commerce inter-européen. Seules les modalités différaient.

Les propositions du comité des paiements de l’OECE et la décision du 24 juillet 1948.

10Le comité des paiements de l’OECE, présidé par Guindey, se mit au travail sur la base de l’accord de compensation du 18 novembre 1947 entre la France, le Benelux et les zones occidentales d’Allemagne et formula des propositions le 9 juillet 1948.

11Elles établissent que le système de paiements doit fonctionner sous l’autorité de l’OECE et non du FMI. Elles ont pour but d’éviter aux pays débiteurs des sorties supplémentaires de dollars ou d’or.

  • 6 B 25434, 23 juin 1948, comité des échanges, « Note ». B 25 434, 9 juillet 1948, « Projet du comité (...)

12Les ressources supplémentaires seraient fournies par un fonds commun européen alimenté en monnaies européennes en quantité suffisante pour faire fonctionner le commerce européen. Ces ressources viendraient soit de crédits classiques fournis par les états créditeurs, soit par prélèvement sur la contre-valeur de l’aide américaine aux pays créditeurs. Le comité demande à l’ECA de prévoir une aide correspondant au déficit des pays européens vis-à-vis de la zone dollar, et une aide conditionnelle correspondant au déficit des pays débiteurs. Ainsi les pays créditeurs et débiteurs seraient assurés de continuer à commercer grâce à l’aide américaine. Les pays créditeurs seraient « récompensés » par une aide en dollar correspondant à leurs excédents sur les pays de l’OECE, l’aide conditionnelle. En échange, les pays débiteurs s’engageraient à faire des efforts pour assainir leur balance des paiements6.

  • 7 F 60 ter 470, OECE, 24 juillet 1948, C(48)99 (rev) TP(48)21, PC(48)23, or, anglais. « Résolution r (...)

13L’OECE adopta en son Conseil du 24 juillet 1948 les propositions du rapport, sans toutefois aller jusqu’à la création d’un Fonds européen trop ouvertement concurrent du FMI7. Les perspectives d’accord détendirent l’atmosphère des relations européennes.

L’ECA invite les Seize à partager l’aide et à renforcer l’OECE.

  • 8 Robert Marjolin, Le travail d’une vie... op. cit. ; voir bibl. n° 47 ; p. 197 ; CE 48, Washington, (...)

14Les Américains ont pris l’initiative de faire partager l’aide par l’OECE, une idée de W. Clayton d’après Pierre Uri, et approuvée par Robert Marjolin qui considérait que l’OECE en serait renforcée8.

  • 9 52 J 120, 12 août 1948, CE(48)65, OECE.
  • 10 « Entretien avec Guillaume Guindey », par G. Bossuat, 1er décembre 1982.

15Le 17 juillet, le conseil de l’OECE confie le travail à un petit groupe d’experts, les sages : Guillaume Guindey, président du comité de la balance des paiements, E. P. Roll président du comité des programmes, Dirk Spierenburg, président par intérim du comité des échanges, P. Stoppani, vice-président du comité des paiements, remplacé par Giovanni Malagodi et bien sûr en présence de Marjolin9. Dans le plus grand secret, dans un hôtel de Lys-Chantilly10 ils préparent un projet de répartition dont les principes visent à ne pas dépasser les niveaux de consommation alimentaires de 1947, à favoriser les importations de matières premières et de biens de production et à économiser des dollars. Leur réflexion a duré trois semaines.

Renforcer l’OECE.

  • 11 YI 1944-49, Washington, 3354-60, 23 juillet 1948, 21 h 50. CE 48, Bonnet, 23 juillet 1948, 21 h 30 (...)
  • 12 CE 48, 27 juillet 1948, note pour le ministre, DAEF sans doute. CE 48, MAE, DAEF, 28 juillet 1948, (...)
  • 13 CE 49, VL. DAEF, 5 août 1948, note pour l’ambassadeur de France, secrétaire général. « a/s proposi (...)
  • 14 CE 48, Saffroy, Luxembourg, 30 juillet 1948, n° 125.
  • 15 CE 48, MAE, 30 juillet 1948, note : structure de l’OECE. CE 49, HA. DG., 2 août 1948, note pour le (...)

16Les Américains ont vite regretté d’avoir invité les Européens à partager l’aide. Les discussions montrent que les Européens défendent leurs programmes nationaux sans grand esprit de coopération11. L’opinion américaine est déçue des faibles progrès de la coopération et de l’intégration européennes. C’est le moment où les Américains verraient bien une personnalité marquante prendre la tête de l’OECE, Monnet, Spaak ou Paul Reynaud, et l’OECE se doter d’une direction politique. Aux États-Unis, fin août, Walter Lippman déplore les nationalismes européens abusifs, et le silence sur une fédération politique en Europe. Les Français, un moment félicités pour le projet d’union européenne lancé par G. Bidault à la conférence de la Haye des Cinq du pacte de Bruxelles, sont la cible de toutes les critiques à cause de la crise gouvernementale12. L’Irlandais Mac Bride parle d’un « gouvernement économique de l’Europe occidentale », proposition refusée par la Grande-Bretagne13. Bech, le Luxembourgeois, le regrette mais qu’y peut-il ? « La volonté de coopération britannique n’excède pas pour l’instant le plan des manifestations verbales »14. Les Américains obtiennent au moins que l’OECE se réunisse plus fréquemment au niveau des ministres, mais les Français deviennent hostiles à la désignation d’une personnalité « politique » à sa tête. Ils craignent qu’elle n’exerce une contrainte sans appel sur les PLT en cours d’élaboration, sous-entendu sur le plan à long terme français15. Sans cette puissante autorité, le partage de l’aide était malaisé.

Le désarroi des Français.

  • 16 F 12 10323, SGCI, 3 et 10 août 1948, « P. V. réunion, MAE, Finances, Affaires économiques, industr (...)
  • 17 F 60 ter 357, SGCI, n° 114, 30 août 1948, note pour le ministre des Finances et des Affaires écono (...)

17Les travaux des quatre sages troublent les prévisions françaises, d’une part parce que le Congrès a réduit le montant global des crédits, mais aussi parce qu’il faut constituer une réserve pour réaliser les programmes d’équipements à long terme. Les Français ne sont donc plus sûrs de la somme prévue pour la France par les Brown books américains soit $ 1.114 millions pour 1948-1949. En effet la proposition des sages de l’OECE est de $ 1.009 millions pour la France, non comprise l’aide indirecte au profit des pays déficitaires dans leur commerce avec les autres pays européens16. Les Français sont troublés parce qu’ils veulent absolument cette aide indirecte (les droits de tirage) pour financer l’importation de charbon allemand. Ils attendent $ 83 millions, un chiffre très important. Or indéniablement les difficultés politiques françaises de l’été retentissent sur le climat des négociations. Certains pays sont tentés de contester à la France cette aide pour insuffisance de redressement économique17.

  • 18 CE 49, DAEF, DG, 17 août 1948, note pour le Président.

18Quand les Quatre remettent leur projet de répartition de l’aide, le climat se dégrade entre les Seize. La Grèce et la Turquie veulent plus « avec beaucoup de violence », écrit le Quai d’Orsay. La bizone, en fait Clay, fait des réserves sur les droits de tirage qu’elle doit accorder et sur l’aide qu’elle doit recevoir18.

L’aide à la France est réduite.

19Les sages proposent une répartition de l’aide de $ 4.835 millions en faveur des membres de l’OECE (sauf pour la Suisse et le Portugal qui ne demandent rien) :

Tableau 109. Propositions de partage de l’aide Marshall par les quatre sages dans l’été 1948, pour 1948-1949

Tableau 109. Propositions de partage de l’aide Marshall par les quatre sages dans l’été 1948, pour 1948-1949
  • 19 CE 49, OW. 18 août 1948 à tous postes européens de l’Ouest et Washington, « Sur la répartition des (...)

20A cela s’ajoute l’aide indirecte sous forme de droits de tirage d’un montant de $ 564,7 millions en faveur des débiteurs dans les échanges intra-européens19. Les sages ont réduit les programmes d’importations sur la zone dollar, car il faut développer les sources d’approvisionnements européennes. Le projet est approuvé par onze pays dont la France, mais il est rejeté par la bizone, la Grèce et la Turquie.

21Une nouvelle réunion doit se tenir fin août pour tenter de résoudre les désaccords. Tout d’abord il paraît impossible à la Belgique de fournir à ses débiteurs les droits de tirage correspondant à leurs déficits, car le montant cumulé dépasserait celui de l’aide Marshall prévue pour la Belgique. Mais surtout Clay conteste le montant du déficit français prévisionnel vis-à-vis de la bizone qu’il estime seulement à $ 60 millions au lieu de $ 93 millions. Les Français se trouvent dans la situation, soit de réduire les importations de charbon, soit de les payer comptant soit d’augmenter leurs exportations de biens essentiels vers l’Allemagne. Les discussions prennent alors un ton passionné car il s’agit de savoir si la modernisation de la France passe avant celle de l’Allemagne.

  • 20 CE 49, HA. 1er septembre 1948, « Note pour le Président ».
  • 21 CE 49, HA. 4 septembre 1948, « Note pour le Président ».

22A la fin du mois d’août, le cas de la France est évoqué par Harriman, Snoy, Hall Patch, Président du comité exécutif de l’OECE, et Marjolin, secrétaire général. La France subit les critiques acerbes d’Harriman. Harriman défend la bizone, reproche à la France ses efforts d’exportation insuffisants. La France est « une sorte de boulet pour l’Europe ». La charge est terrible car elle correspond à ce que pensent intimement les Américains et sans doute beaucoup d’Européens. La crise politique française de l’été 1948 a détruit la bonne image antérieure de la France. Le Quai d’Orsay s’attend même à une diminution de l’aide allouée à la France. Alphand conseille alors de livrer à la bizone plus de minerai de ter de Lorraine, de la fonte, des équipements miniers. Sa proposition est tellement extraordinaire dans le contexte des rapports franco-allemands qu’il juge utile de dire au président du Conseil que la France peut s’attacher ainsi l’Allemagne, mais il craint les réactions des syndicats communistes et demande de garder secrète sa proposition !20 Des suggestions sont avancées pour augmenter la part de la bizone par une légère réduction des allocations à la France, Grande-Bretagne, Pays-Bas et Italie et pour réduire le déficit prévisionnel de la France vis-à-vis de la bizone. Harriman veut faire passer la part de la bizone de $ 364 millions à $ 420 millions car dans l’esprit de certains Américains, « il serait inutile de faire la part trop belle à un pays dont la situation paraît aussi incertaine ». La perfidie fait réagir Alphand : l’effet politique d’une augmentation de l’aide « au profit de l’Allemagne et aux dépens de ses anciennes victimes » serait désastreux. Heureusement Harriman convient que la France est la cible des attaques du Kominform, une réduction drastique de l’aide serait une catastrophe21. La France doit donc à la guerre froide le maintien à un haut niveau de l’aide américaine plus qu’à ses vertus ou à la pertinence de son plan de modernisation.

  • 22 CE 49, H. Alphand, 6 septembre 1948, à Washington et Londres, et note pour le Président. CE 49, Bo (...)
  • 23 B 25434, R. Sergent à G. Guindey, personnel, Londres, 1er septembre 1948, n° 1459, « Positions de (...)
  • 24 CE 49, HA, 8 septembre 1948, « Note pour le Président ».

23Les Français acceptent le compromis et annoncent des sacrifices en faveur de la bizone. Ils se disent prêts à abandonner $ 23 millions. En une journée, remarque Alphand, le 6 septembre 1948, la bizone gagne $ 75 millions. Elle en veut davantage. Alphand n’en peut plus : « Il est inconcevable qu’elle [la France] soit amenée au même moment à céder à la bizone une partie des dollars qui lui sont absolument nécessaires pour maintenir son rythme de production annuel ». Il exige une explication franche entre Harriman et le président du Conseil pour modérer Clay. Encore faudrait-il qu’il soit investi ! Henri Bonnet alerte le Secrétariat d’État américain des graves préoccupations que cause au gouvernement français l’attitude de Clay à l’OECE22. Harriman cherche le soutien de Bevin contre la France. Il tente de le convaincre de faire pression sur Paris pour que la France renonce à $ 60 millions d’aide. Bevin s’y oppose et tente le compromis sur le partage des sacrifices : $ 45 millions pour la France et la Grande-Bretagne, $ 7,5 millions pour la Belgique, $ 17,5 millions pour les Pays-Bas. Hervé Alphand entérine. Les Britanniques ménageaient à la fois les Français et les Américains, mais ils avaient aussi critiqué l’ampleur du déficit de la zone franc vis-à-vis de la zone sterling (£ 255 millions)23. Leur appui était donc fragile. L’affrontement franco-américain s’était produit dans l’ombre et sans qu’une seule fois le gouvernement français en soit saisi officiellement24.

  • 25 B 25434, Sergent, 4 septembre 1948 à Guindey, personnelle, 1460.
  • 26 CE 49, H. Alphand, 9 septembre 1948 à Washington.
  • 27 CE 49 HA. 11 septembre 1948, à Baden, 1742-1744.

24Le nouveau partage est accepté le 11 septembre 1948 ainsi que le projet des paiements inter-européens. Un doute taraudait cependant l’attaché financier français : n’était-ce pas pour le torpiller ?25 L’aide à la bizone augmentait de $ 120 millions, la France perdait $ 20 millions d’aide directe et $ 25 millions d’aide indirecte. Elle comptait sur $ 989 millions d’aide directe et $ 333 millions d’aide indirecte26. Alphand, conscient des sacrifices consentis, cherchait à en tirer partie pour obtenir des compensations en matière de réparations. Des entretiens avec le représentant de la bizone à l’OECE, Wilkinson, aboutirent à l’engagement de la France d’exporter davantage de produits essentiels en contrepartie d’importation de goudrons et de réfractaires. Le déficit français vis-à-vis de la bizone était arrêté définitivement à $ 63 millions et à $ 14 millions pour la zone française d’occupation, soit $ 77 millions27.

Tableau 110. Aide prévue pour la France en 1948-1949

Tableau 110. Aide prévue pour la France en 1948-1949
  • 28 YI 1944-49, 231, 13 septembre 1948, circ. IP 246, « Conférence de presse d’Alphand du 11 septembre (...)
  • 29 B 33725, Attaché financier à Londres, notes et études, S.(48) 13, 15 septembre 1948, « Commentaire (...)

25Alphand peut annoncer que sur $ 2.400 millions d’importations, l’aide en finance 50 % environ28. Mais les Français remâchent leur amertume à propos de la bizone qui reçoit $ 414 millions au lieu de $ 364 millions prévus par les sages : « Il ne faut pas se dissimuler que l’accord réalisé samedi donne pleinement satisfaction à la thèse soutenue par le représentant américain » conclut le Quai d’Orsay. Les Anglais sont mécontents, estimant avoir fait les frais de l’opération. Ne sont-ils pas les premiers pourvoyeurs de droits de tirage en Europe ? Ils craignent que les sterling mis à la disposition d’un débiteur puissent être utilisés pour payer les importations en provenance de n’importe quel autre pays européen même si la transférabilité des DT (droit de tirage) a été exclue29.

  • 30 CE 49, B 33459, MAE, service de coopération économique, 15 septembre 1948, « Note d’informations, (...)
  • 31 F 60 ter 381, « Note du SGCI pour le cabinet du président du Conseil, 17 décembre 1948 ».

26Pourtant un certain soulagement est perceptible après le partage réalisé par l’OECE en dépit de l’intervention d’Hoffman. Un partage fait à Washington aurait sans doute été plus défavorable à la France30. Il n’en reste pas moins que « l’Allemagne, en l’espèce la bizone. fait sa réapparition dans le concert des puissances occidentales », remarque Le Monde du 14 septembre 1948. Si le discours officiel évoque les sacrifices consentis par « esprit d’entraide »31. le déroulement des négociations fait penser davantage à une action consciente des Américains pour relever l’Allemagne à laquelle les Français n’ont pu s’opposer. Le rapport de force favorable aux Américains en Allemagne vouait à l’échec une résistance française privée d’arguments décisifs par carence gouvernementale répétée en raison de la crise politique de l’été 1948.

LES PLANS À LONG TERME : UNE OCCASION DE CONSTRUIRE UNE EUROPE FRANCO-BRITANNIQUE

27L’OECE demanda à chaque pays d’élaborer un plan de modernisation à long terme (PLT). On espérait qu’à partir des plans nationaux il serait possible d’élaborer un programme de relèvement européen cohérent.

Les réflexions de Monnet.

  • 32 AMF 11/5/ld, 2 juin 1948, Monnet à président du Conseil, 2 juin 1948, projet. AMF 11/5/lf, « Mémor (...)

28Monnet avait compris que le plan Marshall permettait de réaliser le plan de modernisation et d’équipement. C’est en effet ce qui s’est produit. Mais ses réflexions dépassaient le cadre national. Il écrivait le 2 juin 1948 au président du Conseil : « Il nous faut rapidement transformer notre position d’assisté en une position de collaborateur indépendant à une œuvre commune de redressement ». Dans cette phrase il y a la reconquête de l’indépendance de la France et la construction de l’Europe. Le plan de modernisation est l’apport français au programme de reconstruction européenne32. Quelques semaines plus tard il explique que l’aide américaine future sera intimement liée au développement de la production en Europe.

Faire reconnaître par l’OECE les objectifs nationaux français.

  • 33 AMF 14/6/7, ou 52 J 119, p. 1, « Mémorandum pour le comité économique interministériel pour les qu (...)

29Monnet pense à l’Europe, mais en juillet 1948 sa méthode privilégie clairement les objectifs français de modernisation au détriment d’une construction européenne préalable33. Le plan français, avant d’être un « plan de coopération » doit être un « plan d’effort national ». Ces objectifs recueillent l’agrément du Quai d’Orsay qui estime possible de préserver les ambitions de la modernisation française par l’OECE et d’empêcher le relèvement prioritaire de l’économie allemande malgré les « exploits » de Clay.

  • 34 Robert Marjolin, Le travail d’une vie, mémoires 1911-1986, Robert Laffont, 1986, p. 200.
  • 35 AMF 14/6/9, 31 juillet 1948, « Programmes à long terme à l’OECE ».

30Le 25 juillet, Harriman indique au nations européennes qu’elles doivent préparer sans délais un plan à long terme pour les quatre ans de l’aide, applicable annuellement, dans le but d’arriver en 1952 à l’équilibre des balances des paiements34. Monnet propose aux Européens le modèle du plan français. L’ensemble des PLT (programmes à long terme) nationaux formera le programme de reconstruction européenne (PRE)35.

Adapter le plan à la coopération européenne.

31Dans les services français, on procède donc à une révision du plan de modernisation et d’équipement. En théorie le plan de modernisation et d’équipement en cours d’exécution depuis 18 mois peut devenir le plan à long terme (PLT) français demandé par l’OECE. Il représente véritablement les objectifs français de modernisation mais Monnet veut l’améliorer pour qu’il contribue à la viabilité économique de l’Europe et à sa sécurité alimentaire.

  • 36 F 60 389, « Mémorandum de la délégation française », 3 juillet 1948, 12 juillet 1948, 13 juillet 1 (...)
  • 37 AMF 15/4/6, CGP, « Plan 1952 », révisé en agriculture, décembre 1948. AMF 17/3/2, 1er février 1949 (...)

32Entre mai et juillet 1948, Monnet avance progressivement des idées nouvelles. Tout en maintenant la référence au plan de 1946, il indique des voies nouvelles : développement de la production et des exportations agricoles, développement de la production des territoires d’Outre-Mer pour économiser les achats de matières premières en dollars ou en £, accès au charbon allemand, effort de stabilisation intérieure. La création d’industries de base reste l’objectif essentiel, mais le CGP cherche à réduire la charge en devises. Le Plan insiste sur le développement des exportations dans la perspective de l’équilibre de la balance pour 1952 : « Ces considérations impliquent dans bien des cas des transformations profondes dans la structure de la production, dans les importations, dans le volume et la nature des exportations », écrit Monnet, le 12 juillet 194836. Il s’agit donc de briser le protectionnisme agricole traditionnel de la France. Le Commissariat général du Plan est enthousiaste sur le nouvel avenir agricole de la France. La vocation agricole de la France permet de valoriser les ressources naturelles françaises et de faire économiser des devises aux Européens. Les paysans français sont invités à accomplir une véritable révolution agricole d’ici à 1952, pour leur bien et celui des Européens37. L’effort d’exportation doit porter aussi sur les produits sidérurgiques, les textiles dans les territoires d’Outre-Mer et à l’étranger, les bois exotiques, les automobiles. Il faut multiplier par deux les exportations de produits chimiques, vendre les produits de l’industrie mécanique et électrique et développer le tourisme en France, accepter de vendre des matériaux stratégiques aux États-Unis.

  • 38 80 AJ 77, CGP, MG-T-RT, 18 juin 1948, « Sommaire des objectifs envisagés pour atteindre l’équilibr (...)

33Le CGP espère ainsi équilibrer la balance des comptes de la France en 1952. Un déficit subsisterait vis-à-vis des États-Unis ($ 256 millions), du Canada ($ 42 millions), de la zone sterling ($ 50 millions), mais la métropole serait excédentaire vis-à-vis des autres membres de la zone dollar, de l’Europe de l’OECE, des territoires français d’Outre-Mer et des autres pays tiers. L’équilibre serait donc atteint, à condition de pouvoir convertir les devises38.

  • 39 F 60 ter 389, Jean Monnet au président du Conseil, 13 juillet 1948.

34Il y a peu d’Europe dans ces projets. L’esprit dans lequel est entrepris le plan à long terme (PLT) français est de préparer l’effort français de modernisation : « La coopération est certes nécessaire, mais elle viendra ensuite, prenant appui sur les efforts nationaux qui la précèdent et la préparent »39 écrit Jean Monnet au président du Conseil en juillet 1948. Les travaux sur le plan à long terme britannique se développent dans un esprit identique que dénonce l’Economist. « Les grands Européens n’ont pas en vue l’unité européenne mais la satisfaction de leurs propres ambitions de développement. »

Le PLT français : ambitions pour l’économie française, doute sur l’Europe.

35La grande question qui agite les responsables politiques français est celle des exportations agricoles qui devraient représenter en 1952 25 % des exportations françaises. Queuille et Petsche manifestent quelques résistances. Comment garantir à l’exportation les tonnages requis pour assurer les engagements envers les pays clients ? Petsche fait remarquer que les exportations de produits agricoles n’offrent que des revenus en devises faibles. Sa position est contestable dans la mesure où des ressources en livres sterling seraient dégagées. Paul Devinat, secrétaire d’État à la présidence du Conseil estime les objectifs assignés aux territoires d’Outre-Mer trop ambitieux (matières grasses et bois). En revanche Pierre Pflimlin, ministre de l’Agriculture, après des réserves d’usage, approuve l’ouverture de l’agriculture française au grand large. La production industrielle croit aux capacités de l’industrie française. Mais Queuille conserve une certaine méfiance à l’égard de ces objectifs. Sans doute s’explique-t-elle par le fait que le développement de la production agricole française paraît bien peu crédible en ces temps de pénurie. D’ailleurs Petsche lance une charge contre le programme d’investissements, trop lourd pour les finances publiques. Il est alors relayé par Queuille. Un doute subsiste au sein même du gouvernement sur les hypothèses du plan à long terme (PLT) français, et sur les capacités exportatrices de l’économie française.

  • 40 1A 405, SGCEI, G. Cusin, 6 octobre 1948, doc n° 063, « Compte-rendu de la séance du comité économi (...)
  • 41 80 AJ 13, P. Uri, 18 octobre 1948, « Schéma de l’étude à entreprendre pour l’ajustement des object (...)
  • 42 457 AP 21, MAE, coop. économique, 11 octobre 1948, confident. « Note pour le Président, coopératio (...)
  • 43 F 60 ter 476, « Observations sur le projet de réponse au questionnaire de l’OECE sur le programme (...)

36Dans ces conditions comment faire accepter par les Européens un plan à long terme adopté du bout des lèvres par les responsables gouvernementaux français ?40 Les nouveaux objectifs de la planification française troublent les responsables : « Entre l’idée force du plan de 1946, le développement des ressources fondamentales, et celle de la réponse à l’OECE, l’équilibre de la balance, la jonction n’est pas faite encore avec toute la rigueur désirable » écrivait Pierre Uri en octobre 194841. Optimiste sur les objectifs quantitatifs, le PLT est muet sur les moyens de les atteindre remarque le Quai d’Orsay : « Il eut été indispensable d’expliquer quelle allait être la nature de l’effort de stabilisation intérieure qui aurait permis de stopper l’inflation, de rétablir la confiance dans la monnaie, d’assurer les investissements indispensables au développement de la production ainsi que les mesures propres à lutter contre l’inflation et à créer les conditions nécessaires à un développement des exportations »42 Le PLT français, aux yeux d’Alexandre Kojève, haut fonctionnaire de la Direction des Relations économiques extérieures (DREE), n’indique pas les moyens de passer de la « raison pure » à la « raison pratique »43. Le plan à long terme (PLT) présenté à l’OECE n’offre donc pas, aux yeux même des Français, les garanties requises pour sa mise en œuvre.

  • 44 CE 48, PB ; Coopération économique, 11 octobre 1948, note pour le Président, Coopération économiqu (...)

37Les Français sont-ils aptes à coopérer avec le reste de l’Europe ? P-H Spaak, Président du Conseil de l’OECE, stigmatise « ceux des pays participants dont on ne voit pas encore clairement la volonté de redressement ». Seule la France était visée. Ce document traduit « le malaise actuel de notre pays »44, écrivait-on chez Alphand.

L’examen du PLT français à l’OECE.

  • 45 F 60 ter 389, SGCI, note pour le Président, 17 septembre 1948, PPS, n° 174, « Etablissement du pla (...)

38Les Français tentent tout de même de forcer l’obstacle à l’OECE et d’imposer leur plan à long terme (PLT). Il est présenté en octobre 1948 à l’OECE. Le secrétaire du SGCI, Pierre-Paul Schweitzer demande et obtient l’autorisation de le soumettre aussi à David Bruce, chef de la mission de l’ECA en France45.

Le contenu du PLT.

  • 46 F 12 10323, SGCI 13 novembre 1948, compte rendu réunion du 9 novembre.

39Schweitzer expose la situation des finances extérieures de la France de 1944 à 1948 et présente le nouveau plan français de modernisation et d’équipement révisé. Sans abandonner les objectifs de 1946 : la création d’industries de base, ce nouveau plan se donne comme objectif de rééquilibrer la balance extérieure et de contribuer à la solution du déficit dollar des autres pays européens. La coopération européenne implique une certaine spécialisation des économies européennes comme le rappelle Schweitzer : « L’un des buts essentiels de la coopération économique est d’éviter que des pays n’utilisent leurs ressources à des investissements qui ne soient pas « raisonnables » et utiles pour l’ensemble des pays participants »46. La France « s’engage » pour 1952 à exporter des produits agricoles et des biens demandés par les autres Européens et à réduire sa dépendance envers la zone dollar sans toutefois la supprimer complètement.

  • 47 YI 1944-49, 131, « Réponse française au questionnaire de l’OECE sur le PLT », Paris, octobre 1948. (...)

40Les paragraphes 42, 45 et 46 du PLT abordent les questions du financement des investissements. L’heure est à l’effort47, mais les Français insistent sur l’aide américaine comme moyen essentiel de sa réussite. Cette présentation dessert les Français qui donnent l’impression de compter exagérément sur l’aide extérieure plus que sur l’effort intérieur.

  • 48 B 33508, source : conseil économique, 27 janvier 1951, « Sur le bilan des investissements ».

41De plus, l’augmentation du revenu national brut, prévu par le plan à long terme (PLT) n’est plus que de 20 % en 1952 par rapport à 1929, contre 25 % en 1950 dans le projet de 1946. L’effort d’exportation porte sur les produits agricoles qui deviennent ainsi le premier poste à l’exportation, sur les combustibles minéraux solides, les minerais et métaux. Diminuent au contraire les exportations des industries mécaniques et électriques, les textiles et les industries chimiques48. Le plan à long terme (PLT) français de 1948 est donc en retrait par rapport aux objectifs de 1946-1947. Ses objectifs étaient plus réalistes en 1948. La France ne pouvait plus mener à bien des ambitions fondées sur la disparition économique de l’Allemagne. Etaient-ils prometteurs ? Ce n’était pas exactement ceux auxquels les planificateurs avaient songé en 1946. La France pouvait-elle devenir une grande puissance industrielle et agricole ?

Sarcasmes (diplomatiques) sur le plan à long terme (PLT).

  • 49 YI 1944-49, 132, YR, 15 novembre 1948, IP, circ. n° 307, « a/s PLT français à l’OECE ».

42Une fois connus, les nouveaux objectifs français sont la cible d’attaques britanniques et suisses à propos de leur financement. Alphand répond le 15 novembre par une analyse des efforts fiscaux déjà consentis par les Français pour assurer le financement des investissements en 1948 : 52 % l’ont été par l’impôt, 33 % par des emprunts et 15 % par la contre-valeur de l’aide intérimaire49. Alphand parle pour l’opinion européenne et américaine. Il ne sera pas dit que les Français ont tort.

  • 50 F 60 ter 478, SGCI ? « Comparaisons entre les programmes à long terme britannique et français », 2 (...)
  • 51 F60 ter 476, service de coopération économique, 27 octobre 1948, note.

43Mais dans le secret des services, on compare les plans à long terme (PLT) français et britannique. Le SGCI, chargé de coordonner l’action de la France à l’OECE, riche d’inspecteurs des Finances, considère que le document français annonce une réforme fiscale pour 1949 sans en définir les grandes lignes. Le document ne dit rien de la politique des salaires. Il fixe le niveau des investissements à 16 % du revenu national contre 20 % en Grande-Bretagne. Dans l’ensemble l’effort commercial anglais devrait être plus intense que l’effort français. Les moyens utilisés pour atteindre les objectifs sont mieux définis en Grande-Bretagne qu’en France. Le Quai d’Orsay considère en privé que les craintes des étrangers ne sont pas « injustifiées puisque nos exportations ne se développent pas parallèlement à l’accroissement de la production nationale »50. Les Français sont gênés parce qu’ils ne peuvent présenter clairement l’effort fiscal qu’ils annoncent (§ 47 du PLT français). S’ils le faisaient en fonction des réalités du moment, il apparaîtrait clairement que la France maintient son niveau de consommation grâce à l’appoint de l’aide étrangère51. L’effort à demander au pays n’est pas encore décidé par le gouvernement Queuille malgré les pressions de Bruce à l’occasion des déblocages de la contre-valeur.

  • 52 B 33510, Baraduc à Bloch-Lainé, le 20 novembre 1948. B 33510, Lettre de Marjolin au gouvernement f (...)
  • 53 F 12 10323, SGCI, 4 novembre 1948, cr. réunion du 2 novembre, Baraduc, Richard, Bol-lack, Hyafil, (...)

44Les Français s’attendaient à une demande d’informations supplémentaires sur leurs projets de la part de Marjolin, secrétaire général de l’OECE. Elle arrive le 24 novembre : « En ce qui concerne le programme français, l’organisation n’a pu que constater l’incertitude, de caractère général, qui pèse sur ses chances de réalisation, du fait des difficultés financières et monétaires que connaît actuellement l’économie française ». Il demande au gouvernement français de préciser exactement les conditions du financement du programme d’investissement postulé par son PLT52. La critique britannique du PLT français prend la forme d’une lettre de Stafford Cripps, chancelier de l’Echiquier à Henri Queuille, président du Conseil et ministre des Finances, le 27 novembre 1948. Il lui rappelle que le gouvernement britannique est prêt à ajuster son PLT au plan français, mais à condition que la Grande-Bretagne puisse compter sur la réalisation des objectifs français d’exportation. Il lui écrit aussi qu’il manque de confiance dans les capacités de la France à réaliser son plan à long terme pour des raisons financières et fiscales53.

Les Français appellent à l’intégration économique de l’Europe des Seize.

  • 54 F 60 ter 389, B 33689, Bonnet, Washington, 21 décembre 1948.

45Les deux lettres de critiques obligent le gouvernement à réagir d’autant plus que les Américains emboîtent le pas des Anglais et de l’OECE, et que le livre blanc britannique sur le plan de quatre ans suscite l’admiration de la presse américaine : « La critique, » écrit Bonnet, « ne porte pas sur les réalisations déjà obtenues, mais sur nos plans d’avenir en matière d’investissements financiers en particulier »54.

Une critique radicale de l’autarcie britannique.

  • 55 CE 50, O. W. à Londres, Washington, Rome, Bruxelles, La Haye, 2 novembre 1948, « Exposé du PLT bri (...)
  • 56 YI 1944-49, 132, Hauteclocque, 5 novembre 1948, 603.
  • 57 CE 50, Massigli, Londres, 12 novembre 1948, 23 h 45, n° 3781-89.
  • 58 F 60 ter 389, Z Europe, 1944-49, Grande-Bretagne, 39, 29 novembre 1948, « Rencontre entre le Secré (...)

46La réaction française prend la forme d’une mise en cause du PLT britannique. Les Français et les Suédois qui examinent le PLT britannique sont en effet frappés par l’excédent de $ 400 millions prévu par les Britanniques sur l’Europe au terme de l’ERP et le maintien du caractère protectionniste de l’économie de la zone sterling. Les Dominions sont invités à acheter d’abord en Grande-Bretagne. Les pays continentaux risquent d’être en déficit vis-à-vis des Dominions mais aussi vis-à-vis de la Grande-Bretagne. Si les Britanniques se disent prêts à acheter en Europe des céréales, ils refusent d’importer des biens manufacturés ou non essentiels. Ainsi prévoient-ils d’acheter en 1952 $ 28 millions d’équipements dont $ 10 millions en Allemagne et de vendre $ 403 millions d’équipements à l’Europe continentale. L’autarcie est aux portes de l’Europe avec une pénurie prévisible de £55. Le gouvernement français demande alors aux Britanniques de modifier leur politique préférentielle d’importation du Canada au profit de la France. La délégation française à l’OECE croit un moment avoir convaincu les Britanniques56. Massigli rencontre Plowden le 12 novembre qui se montre intéressé par les prévisions françaises d’exportations agricoles, sous réserve d’une mécanisation de l’agriculture française. De plus les Anglais manifestent de l’intérêt pour une union douanière partielle par produits, par exemple... l’acier !57 Ces bonnes dispositions ne durent pas. Le Quai d’Orsay se prépare à dénoncer « l’autarchie » du plan à long terme britannique, non conforme à la coopération européenne, puis il se borne à exprimer les « sérieuses inquiétudes » que lui inspire le plan à long terme britannique58. Mais les Français sont-ils si bien placés pour faire des remontrances au nom de l’Europe ? Le plan à long terme français satisfait prioritairement lui aussi les ambitions nationales.

  • 59 F 60 ter 389, AE aux ambassadeurs de France en Europe et aux États-Unis, 22 novembre 1948, n° 50/D (...)

47La discussion à l’OECE sur les PLT est un échec ressenti comme tel par le Quai d’Orsay qui en informe les ambassadeurs. Robert Schuman, le 29 novembre écrit à Queuille : « Le moment paraît proche où il sera indispensable que le gouvernement, en prenant connaissance de ces informations, précise ses instructions à notre délégation sur un certain nombre de points qui touchent plus particulièrement aux intérêts de la France »59. L’impression d’échec se confirme au cours du mois de décembre.

  • 60 F 60 391, Note du 14 décembre 1948, source non indiquée.

48Les services français critiquent le mauvais esprit européen de la Grande-Bretagne mais ils imaginent mal le Royaume-Uni abandonner ses importations de céréales du Canada60. Les objectifs britanniques sont de réaliser l’indépendance complète de la £ par rapport au dollar en s’appuyant sur le Commonwealth et en réduisant les importations du monde non sterling. La Grande-Bretagne refuse l’idée de la convertibilité de la livre, celles de discuter des préférences impériales et d’un retour à un large déficit vis-à-vis des pays européens, comme avant la guerre. Les Français, comme les autres Européens ne peuvent accepter que la Grande-Bretagne gagne des devises sur le continent et réduise ses importations du continent. La situation est dans une impasse.

Le projet français pour l’Europe.

  • 61 F 60 ter 389, PPS, SGCI, 18 janvier 1949, n° 487, « Note préparatoire pour les conversations avec (...)

49Pour faire céder les Britanniques, les Français montrent que leur PLT ruine l’espoir d’un programme commun européen. Ils lui opposent, non pas le PLT français, suspect, mais un plan à long terme pour l’Europe caractérisé par la cartellisation des industries, une libération partielle des échanges, la création d’un vaste marché intérieur, l’organisation des exportations et des contrats collectifs à long terme pour les approvisionnements. Ces propositions sont développées au début de janvier 1949 pour les conversations Petsche-Stafford Cripps. Les Français souhaitent négocier le maintien d’un léger déficit britannique vis-à-vis du continent qui ainsi gagnera des livres pour payer les matières premières qu’il achète dans l’empire britannique61.

  • 62 CE 50, Kojève, 16 novembre 1948, au MAE. Il commence sa note par : « Chers amis, cette première pa (...)
  • 63 Coopération économique, 14 décembre 1948, à Robert Marjolin.
  • 64 F 60 ter 411, note de Kojève du 3 novembre 1948, à PPS ? « Intégration des programmes nationaux à (...)
  • 65 Z Europe 1944-49, Grande-Bretagne, 39, MAE, SG. note, 14 décembre 1948, « Démarche de l’ambassadeu (...)

50Kojève, dès novembre, opposait une stratégie de construction européenne au plan à long terme britannique. « Les puissances de ces deux économies étant incommensurables », il proposait au Quai d’Orsay de favoriser « une politique économique européenne, voire continentale, dont la délégation française se ferait le porte-parole »62. Il faut, dit-on à la délégation française de l’OECE, que « tous les gouvernements acceptent une modification profonde de politique en vue de l’intérêt commun »63. Mais Kojève ne s’était pas prononcé clairement sur la méthode. Fallait-il encourager la libre concurrence ou l’organisation des marchés et la spécialisation des économies ? Il n’avait pas encore fait son choix. Au Quai d’Orsay, la Direction des Affaires économiques militait pour la spécialisation des économies européennes comme méthode pratique pour réaliser une union économique européenne64. Les Français proposent donc désormais une politique de gestion du plan Marshall, plus européenne, après l’échec de la juxtaposition des PLT nationaux. C’est une tentative pour réduire les affrontements nationaux par appel à l’intérêt supérieur de l’Europe. Mais qui peut arbitrer ? Le conflit entre la France et la Grande-Bretagne avait pris un caractère public dangereux pour la poursuite du plan Marshall. En l’absence d’autorité politique européenne, seul un accord entre la France et la Grande-Bretagne pouvait désembourber l’OECE65. Des conversations au niveau des ministres des Affaires étrangères et des Finances furent décidées entre la France et la Grande-Bretagne pour régler les différends sur les PLT et pour définir une politique à long terme sur l’Allemagne.

La France porte l’affaire devant les Seize.

  • 66 CE 50, service de coopération économique, AL. 9 novembre 1948, note, « Articulation des PLT ». CE (...)
  • 67 CE 50, Saffroy, Luxembourg, 17 décembre 1948, 12 h.
  • 68 F 60 ter 466, service de coopération économique, 14 décembre 1948, CE 50, Massigli, 10 décembre 19 (...)

51L’OECE vivait très mal la mésentente des deux plus importants pays membres. Le rapport qu’elle devait remettre à l’ECA sur le plan quadriennal européen (programme de relèvement européen ou PRE) s’annonçait sous de fâcheux auspices. La mise en perspectives des différents PLT faisait apparaître un déficit résiduel des pays de l’OECE de $ 3 milliards en 1952 par rapport à la zone dollar. Le rapport intérimaire de l’OECE à l’ECA sur le programme de relèvement européen montrait que la reconstruction européenne n’était qu’une juxtaposition de PLT contradictoires. Les chiffres d’exportation préconisées par chaque pays participant excédaient les capacités d’absorption du marché européen. Le programme de relèvement européen était incohérent. La division européenne de la production n’était pas abordée66. Le 4 décembre, au comité exécutif de l’OECE, les pays du Benelux s’étaient opposés à l’autarcie des Anglais et des Suédois67. L’austérité de la Grande-Bretagne entraînerait une réduction des importations du continent et risquait de conduire l’Europe continentale dans un « régime de misère ». Sous l’influence de la Grande-Bretagne, le rapport intérimaire envisageait une réduction de 30 % des importations européennes et une austérité généralisée « grâce à l’emploi de méthodes dirigistes sévères » rapportaient les délégués français pour supprimer le déficit68 résiduel avec la zone dollar en 1952. Le sous-développement guettait la France et le continent en 1952.

  • 69 F 12 11801, Jacques Gabory, docteur en droit, « Considérations sur le plan Marshall », janvier 194 (...)

52Les Européens pouvaient craindre aussi de sévères réactions américaines. Mais comment ajuster les programmes ? Par un « dirigisme international imposant aux pays participants des conditions quelquefois pénibles » ? Bien peu y étaient disposés. P-H. Spaak suggérait de « mettre en accord la politique des Dix-neuf pays dans une atmosphère de liberté démocratique »69. Mais n’était-ce pas la pratique suivie jusqu’alors ?

  • 70 F 60 ter 389, diplomatie, à ambassade de France à Londres, Washington, Bruxelles, Rome, 18 décembr (...)
  • 71 F 60 391, « Note du conseiller commercial français à Bruxelles », 17 décembre 1948. CE 50, VL, 7 d (...)
  • 72 5 A 76, OECE, « Rapport intérimaire sur le PRE », vol 1, Paris 30 décembre 1948, cf. chap. IV Fran (...)

53La délégation française estimait que le développement du commerce inter-européen était la condition pour résoudre la pénurie de dollars. La France doit maintenir ses exportations de produits de qualité, que d’aucuns appellent produits de luxe ou non essentiels, et les gouvernements accepter des modifications de leurs programmes nationaux en vue de l’intérêt commun, qui en l’occurrence répond clairement aux possibilités de l’économie française. Les Français veulent prouver que le déficit résiduel de $ 3 milliards de l’Europe en 1952 résulte des carences de la coopération britannique avec les continentaux70. Bevin répond qu’il n’y a plus de marché possible en Grande-Bretagne pour les produits continentaux. Les Français rejettent catégoriquement ce rapport qui engage tellement l’avenir. Ils sont appuyés par les Belges qui ont une industrie transformatrice de produits importés du monde entier et de la zone sterling71. Hall Patch, pressé par les continentaux, accepte enfin le 18 décembre qu’un comité de rédaction de l’OECE amende le rapport et révise le plan à long terme britannique. Les critiques de la presse britannique contre le Livre blanc britannique (le plan à long terme) ont peut-être incité Hall-Patch à la prudence72. La France trouvait de cette façon le moyen de contester les critiques adressées à son plan à long terme, mais aussi de faire réellement avancer la coopération inter-européenne. Les conversations franco-britanniques du début de l’année 1949 seraient la dernière chance de construire l’Europe sur l’entente franco-britannique.

  • 73 F 60 ter 357, SGCI, PPS, n° 479, 14 janvier 1949, à H. Alphand. F 60 ter 389, PPS, 14 janvier 1949 (...)

54Les positions françaises en faveur du développement du commerce inter-européen restaient fragiles au sein même de la délégation française à l’OECE. Le débat avait été largement ouvert au sein des services depuis novembre. Les planistes auxquels appartenaient Hirsch par exemple ou Gabory pensaient plus à la modernisation française selon le modèle du plan de 1946, qu’à l’harmonisation du commerce inter-européen. Hirsch entra même en conflit public avec d’autres membres de la délégation française à l’OECE en janvier 1949. Les objectifs du plan sont « intangibles », dit-il, le commerce inter-européen « n’offre d’intérêt que pour les marchandises essentielles »73.

  • 74 CE 50, OW, Baraduc, 31 décembre à Washington et tous pays Europe, « Rapport intérimaire de l’OECE (...)

55Mais il y a bien eu un changement de la politique française dans l’hiver 1948, sous le coup de la déception provoquée par le plan à long terme britannique. Les Français s’aperçoivent qu’il peut ruiner leur programme de modernisation déjà en retrait par rapport à celui de 1946. Leur attitude « européenne » dans l’hiver 1948 est en relation avec le programme britannique de repli sur le Commonwealth. Leurs réserves, celles du Benelux portent des fruits. Le projet de rapport des Dix-neuf à l’ECA est amendé. Il ne fait plus référence à l’immanence des réductions d’importations pour solder le déficit. Les TOM de la zone sterling sont invités à développer leur production pour les pays de l’OECE, ce qui ruine la thèse britannique initiale. L’Europe se donne le droit d’exporter des produits de haute qualité en dehors de toute considération de prix. On affirme la nécessité de développer le commerce inter-européen au-delà du niveau de 1938 et de réaliser des spécialisations économiques. A propos du déficit résiduel de $ 3 milliards, « le rapport marque l’impossibilité politique, économique et sociale d’envisager une pareille réduction des importations ». La coopération européenne se fixe pour but de remplacer les marchandises de la zone dollar par des produits européens74.

  • 75 F 60 ter 389, coopération économique, 22 décembre 1948, rapport de l’OECE à l’ECA. AE, télég. aux (...)

56Les Britanniques manifestent encore leur désaccord le 23 décembre, puis renoncent le 29. Le comité de rédaction a siégé sans désemparer du 17 au 23 décembre et le projet a été renvoyé au Conseil le 2975. Mais la coopération inter-européenne fondée sur une telle tension partait mal. Toutefois elle pouvait s’enraciner à travers une entente franco-britannique.

Le printemps de l’OECE par l’entente franco-britannique ?

  • 76 CE 50, P. Baraduc, note pour le Président, 30 décembre 1948, « a/s organisation européenne de coop (...)

57Le rapport amendé posait des questions sans les régler. Un programme commun européen restait à établir76. L’harmonisation préalable des PLT britannique et français en était la condition.

Spécialisation des économies, union douanière européenne.

  • 77 YI 1944-49, 132, JD, 21 janvier 1949, 13 h 45, à Londres 370-75, Washington 371-76. « Accord sur l (...)

58Français et Britanniques se mettent d’accord pour engager des conversations sur les PLT et le programme de relèvement européen. A la mi-février, les experts préparent les conversations Cripps-Petsche prévues pour le 18 février et le 2 mars. Ainsi on espère voir la France et la Grande-Bretagne proposer une ligne d’action cohérente pour la réunion des ministres des pays de l’OECE les 3-10 mars 194977.

  • 78 ZE 1944-49, GB 51, YR, 13 décembre 1948, circ. IP 34I. F 60 ter 357, SGCI, 487, 15 janvier 1949, P (...)
  • 79 F 60 ter 411, 24 janvier 1949, « Note sur la spécialisation de la production et du commerce des pa (...)

59Sachant les objectifs du Royaume-Uni, Pierre-Paul Schweitzer propose de souligner ce qui est inadmissible pour les Français : la réduction des importations britanniques en provenance du continent. Il est impossible aux Européens de se procurer des £ en Amérique latine et au Proche-Orient comme le proposent les Britanniques. Il s’en suivrait « la concurrence forcenée » des Européens sur les marchés d’Amérique latine ou d’Amérique du Nord, contraire à la coopération européenne. Il faut faire accepter à la Grande-Bretagne l’achat de produits agricoles et industriels français, négocier des contrats collectifs d’achats à long terme de matières premières, spécialiser les exportations des pays de l’OECE et libérer en Europe les échanges de produits spécialisés. Schweitzer écarte le dirigisme européen, mais il parle de « programme commun » qui aboutirait à une union douanière continentale coexistant avec le Commonwealth78. Les Français croient à la spécialisation des économies européennes. Ils pensent échapper au dirigisme par la libération simultanée des échanges de certains produits en Europe, en suscitant des investissements à l’échelle de l’Europe et en permettant à chaque pays de se lancer dans une spécialisation correspondant à ses aptitudes naturelles79. Ils pensent donc à un libéralisme contrôlé par secteur.

  • 80 F 60 411, compte rendu de réunion chez PPS, le 21 janvier (1949) « Accords des services sur la not (...)

60La doctrine française sur le programme de relèvement européen, arrêtée par le SGCI fin janvier reste prudente puisqu’elle ne prévoit pas la convertibilité de la £, ni la fin de la préférence impériale britannique. Il s’agit d’amener le Royaume-Uni à modifier son plan à long terme sans le dresser contre le continent. Elle retient l’idée britannique de stabilisation et d’efforts nationaux80. D’après Kojève, l’application de la thèse française réduirait le déficit de l’OECE en 1952 à $ 1,5 milliard.

  • 81 CE 64, note de VL, coopération économique, 18 janvier 1949, « Note ».

61La spécialisation est le maître mot des Français en janvier 1949 : « instrument par excellence de la coopération puisqu’elle accroît l’interdépendance des pays participants et met un frein aux tendances autarciques »81. Mais l’OECE doit se prononcer car la spécialisation évoque la création de cartels.

  • 82 CE 64, note de Kojève pour Filippi du 5 janvier 1949, « Futurs travaux de l’OECE ».

62Il faut prévoir aussi l’unification du marché européen pour 1952 et l’union douanière, en conséquence la question des paiements est au cœur des débats. Les Français aimeraient bien créer un organisme privé ou européen de financement des investissements pour organiser le marché82. Les problèmes que devront résoudre le Marché commun en 1957 et les Européens dans les décennies suivantes sont déjà posés en janvier 1949.

  • 83 CE 64, H. Alphand, 11 janvier 1949, coopération économique, aux postes en Europe, Washington, « Co (...)
  • 84 OURS, Bulletin intérieur du parti socialiste, n° 39, février 1949, « Rapport de Guy Mollet ». FRUS (...)

63Les Français espèrent définir sur ces bases le programme de relèvement européen avec les Britanniques. Robert Schuman l’annonce clairement à Harriman en janvier 1949 : la France et le Benelux « voient dans une politique résolue de coopération impliquant une spécialisation des productions et une libéralisation des échanges et des contrôles un complément essentiel aux efforts nationaux »83. Les socialistes et le MRP membres du gouvernement approuvent. Le rapport de Guy Mollet au Conseil national d’information de la SFIO de février 1949 est sans ambiguïté. Il accepte de sacrifier quelques branches industrielles pour arriver à une spécialisation afin de réaliser une union politique de l’Europe, en accord avec les travaillistes. Marceau Pivert propose de créer un service des Houillères européennes, une société européenne des charbonnages et de mettre l’économie allemande au service de l’Europe entière84.

  • 85 CE 64, MAE, VL, coopération économique, 10 janvier 1949, « a/s les PLT à l’OECE, répercussions qua (...)
  • 86 81 AJ 154, « Discours de Bevin », n° 113, 17 h 05, Londres 25 janvier 1949, AFP.
  • 87 CE 53, OW, 15 janvier 1949, à Ronald Fraser, ambassade G-B. « Sur la prochaine réunion du comité m (...)

64Ainsi, le plan commun européen, autre vocabulaire pour qualifier le programme de relèvement européen, serait-il « autre chose que la somme arithmétique des programmes nationaux » écrit le Quai d’Orsay en janvier85. Le 25 janvier 1949, Bevin fait aux Communes une déclaration qui va dans le sens des thèses défendues par la France. Il propose d’organiser les transports et les industries clefs en Europe, condition de l’unité européenne86. Douglas, ambassadeur américain à Londres, est prudent mais réaliste : « It must be remembered, however, that throughout dominant motivation has been considerations of vital interest of the United Kingdom ». L’OECE suspend ses travaux car « sans entente préalable entre nos deux gouvernements sur cette importante question » écrit le Quai d’Orsay au nouvel ambassadeur britannique en France, Ronald Fraser, « les travaux de l’OECE risqueraient de ne pas aboutir en temps voulu et peut-être même d’échouer »87.

Le SGCI peaufine les positions françaises.

  • 88 F 60 ter 476, « Note du SGCI sur les points 2 et 3 de l’ordre du jour des conversations entre M. P (...)

65A la veille de ces importantes négociations franco-britanniques, les Français retiennent quelques points forts pour le dialogue : contrats d’exportations de produits agricoles, coordination des investissements au sein de l’OECE, création d’un marché intérieur en Europe et de services communs internationaux de vente et de publicité. Ils demandent un geste aux Anglais sur les préférences impériales, dans « l’espoir qu’un jour viendra où l’ensemble de l’Europe pourra bénéficier du système impérial qui donne des garanties sérieuses contre la concurrence de la part des États-Unis »88. Les Français n’excluent pas de faire de l’Europe une troisième force, autonome et puissante, sinon autarcique dans les échanges mondiaux.

  • 89 F 60 ter 411, « Note sur l’ordre du jour des conversations franco britanniques du 11 février 1949  (...)
  • 90 F 60 489, 21 février 1949, note PPS, SGCI.

66Les tensions entre le SGCI et le Commissariat général du Plan sont révélatrices de ces intentions. Monnet préférerait des négociations bilatérales sur les PLT plutôt que multilatérales à l’OECE. Le Commissariat général du Plan voudrait une Europe « qui chercherait à développer son indépendance économique par rapport aux États-Unis... ». C’est l’indication précieuse que Monnet croit réalisable une construction économique franco-britannique puissante et autonome, plutôt qu’une grande Europe des Dix-neuf. Cette doctrine est contestée par ceux qui soupçonnent les Britanniques de vouloir consentir quelques concessions si elles peuvent amener « la France à abandonner le rôle de chef de file qu’elle a sporadiquement tenté de jouer vis-à-vis de l’Europe continentale... La question est de savoir si l’exportation de quelques caisses de parfum est un prix suffisant pour la trahison de l’idée européenne... »89. Les autres administrations recherchent au contraire la compétitivité de l’industrie européenne par rapport à l’industrie américaine en construisant une Europe marchant du même pas90.

67A la veille des négociations franco-britanniques, le SGCI, représentant le gouvernement français, veut convertir l’Angleterre à la spécialisation des économies, tandis que Monnet propose une stratégie d’alliance privilégiée entre la France et la Grande-Bretagne où les ambitions françaises et britanniques pourraient s’épanouir.

Le cuisant échec des conversations franco-britanniques.

68Les conversations franco-britanniques s’ouvrent le 11 février 1949 à 11 heures au Foreign Office.

  • 91 F 60 ter 411, le directeur général des affaires économiques, 7 février 1949, note pour le Présiden (...)

69Hervé Alphand, Pierre-Paul Schweitzer, Jean de Sailly, Pierre Sergent ont pour interlocuteurs des fonctionnaires du Foreign Office autour de Makins, mais aussi des gens du Trésor, Playfair, Rickett, de la délégation anglaise à l’OECE, E. Roll, et Willis du Board of Trade. On établit l’ordre du jour des conversations Petsche-Cripps. Alphand a sollicité de Queuille le droit de promettre aux Anglais une augmentation des exportations de produits agricoles et miniers français vers la Grande-Bretagne pour prouver les capacités de la France que Cripps avait perfidement contestées en novembre91.

  • 92 F 60 389, « Compte rendu de la réunion franco-britannique du 11 février 1949 à 11 h au Foreign Off (...)

70La discussion porte, comme prévu, sur la rareté prévisible de la £ sur le continent en cas de maintien du plan à long terme britannique. Les Anglais estiment exagérées les craintes des Français, et restent fermes sur l’équilibre de la balance en 1952 face au dollar. Mais ils acceptent l’importation de produits agricoles français. Les Français avancent alors leurs propositions sur la coopération européenne. Makins répond « que les suggestions qui ont été faites jusqu’ici à ce sujet, soit à l’OECE, soit ailleurs, ne pourront atteindre les objectifs qui leur sont attribués »92. La première réunion est un échec.

  • 93 F 60 ter 476, « Schéma des conversations entre experts britanniques et français, soumis aux minist (...)

71Le 12 février un schéma des conversations pour la rencontre entre les ministres est approuvé par Cripps et Petsche. Quatre points sont à l’ordre du jour : le financement des investissements, la réalisation des programmes nationaux, la coopération des pays participants (coordination des PLT, des investissements, accords de spécialisations, développement des échanges, coopération aux exportations, développement des matières premières de base dans les territoires d’Outre-Mer et les dominions, contrats à long terme avec les pays producteurs), la méthode pour bâtir le programme de relèvement européen93. Le Quai d’Orsay annonce qu’il est prêt à répondre sur le financement non inflationniste des investissements français. Les services français ont préparé en effet une réponse à la lettre de Marjolin du 24 novembre qui peut encore servir.

Tableau 111. Prévisions budgétaires françaises pour 1949

Tableau 111. Prévisions budgétaires françaises pour 1949
  • 94 F 60 ter 476, « Projet de réponse au Secrétaire général de l’OECE, r. 1 et 2, lutte contre l’infla (...)

72Cette présentation montre que l’impôt et l’emprunt financent 79,6 % des dépenses publiques et que la France fait des efforts de rigueur94. Soit ! Mais 45,2 % des dépenses de modernisation (investissements de la nation) seraient fournies par la contre-valeur de l’aide, c’est-à-dire par les États-Unis. Les Anglais ou l’OECE continuaient à douter de la volonté française de rigueur.

  • 95 F 60 389, Guindey à Valensi, 5 mars 1949, « Sur les conversations Cripps-Petsche. F 10, 5661, OECE (...)
  • 96 CE 64, coopération économique, 1er mars 1949, « note pour le Président, Réunion du groupe consulta (...)

73Mais le 18 février à l’OECE, Cripps annonce un projet anglais pour le programme de relèvement européen, alors que le jour précédent un projet de programme d’action pour 1949-1950 d’origine française avait été approuvé. Il prévoyait l’accroissement des échanges européens et la coordination des investissements95. La « guerre franco-britannique » se poursuivait à l’OECE alors que les deux administrations étaient en négociation. Les Français s’interrogent. Les conversations franco-anglaises sont-elles encore nécessaires puisqu’il n’y a « aucun progrès des thèses britanniques vers une meilleure compréhension des conditions dans lesquelles peut se développer l’économie de l’Europe continentale » ?96

74Les conversations de Londres semblent tout de même progresser. De l’échange entre experts, ressort l’idée que les Britanniques admettent un excédent de la zone franc sur la Grande-Bretagne insuffisant toutefois pour couvrir le déficit avec l’ensemble de la zone sterling. Playfair incite les Français à vendre, contre sterling, sur les marchés du Proche-Orient. Les Français sont dubitatifs ou incrédules. De plus quand ils demandent aux Anglais de leur fournir une liste de produits manufacturés qui les intéressent, ils refusent. Alphand ne voit pas comment éviter une diminution sensible des importations britanniques de produits manufacturés. Seules les exportations françaises de produits agricoles les touchent. La France serait-elle appelée à devenir le jardin potager de la Grande-Bretagne ? Décidément l’histoire balbutie encore. Mais même sur ce type d’exportation il est impossible de conclure des contrats à long terme.

  • 97 5 A 72, SGCI, mars 1949, annexe 1 au doc. 1, « Positions françaises et britanniques sur le plan à (...)
  • 98 F 60 ter 411, compte rendu de la réunion 21 février 1949, « Programme à long terme, sidérurgie ». (...)

75Les Anglais manifestent une évidente répugnance à envisager la spécialisation industrielle en Europe. Le mot « heurte les Anglais »97. Pourtant les Français font des offres pour les tenter. Ils sont prêts à reconnaître la supériorité britannique dans le secteur des machines textiles contre une reconnaissance de la vocation industrielle française dans la mécanique de précision. Mais c’est non à des accords à long terme sur les prix, les produits et les quantités. Faut-il mettre en rapport cette position britannique avec le problème de la modernisation de la sidérurgie allemande ? Grande-Bretagne et bizone cherchent en effet à aligner les prix du coke allemand exporté en France sur ceux du coke américain soit 25 $ la tonne tandis que les Anglais et les Allemands se le procurent à 15 $98. Les Anglais acceptent seulement des contrats à long terme avec les pays producteurs de matières premières, à condition qu’ils n’entraînent pas le maintien de prix élevés ou de monopoles.

  • 99 F 60 389, « Compte rendu des conversations franco-britanniques, des 28 février et 1er mars 1949, à (...)

76Français et Britanniques s’accordent cependant pour assurer au Groupe consultatif de l’OECE un rôle moteur et au comité exécutif un rôle d’action. En revanche sur un point qui tenait à cœur des Français, l’harmonisation des investissements, la Grande-Bretagne dénie à l’OECE tout droit de regard. Elle s’oppose aussi à la communication d’informations régulières sur l’état de son économie. Comment harmoniser les programmes ?99

  • 100 CE 64, AE, 3 mars 1949, « Projet de déclaration du Président au GCM de l’OECE ».

77Une rencontre Cripps-Petsche le 3 mars n’apporte rien de nouveau. Les Français, au SGCI comme au CGP, ont eu des illusions. Monnet a eu tort de parier sur une entente franco-britannique. Le 4 mars à la réunion du groupe consultatif des ministres de l’OECE, Schuman constate que « la coopération entre l’Angleterre et le continent ne fait aucun progrès ». Vient enfin la note politique : « Nous verrions ajourné, je le crains, tout espoir de préparer cette intégration économique de l’Europe à laquelle nous sommes décidés »100.

  • 101 CE 64, « PRE, propositions françaises de mise en œuvre des principes de la résolution du conseil a (...)
  • 102 F. Lynch, EUI n° 86, op. cit. ; voir bibl. n° 234 ; p. 14.

78Les Français, en mars 1949, rêvaient d’une grande politique européenne caractérisée par une transparence économique mutuelle, une intervention de l’OECE dans les politiques financière et monétaire des pays membres, dans le mécanisme des exportations, et dans les investissements101. Ils font leurs comptes et c’est l’échec. La Grande-Bretagne résiste à toute coopération européenne, parce qu’elle peut s’appuyer sur ses seules forces. Le seul point positif pour la seule économie française semble être la possibilité d’exporter en Grande-Bretagne des produits agricoles et des produits de base. Mais quand on sait que le cabinet britannique entendait faire pression à la baisse sur les prix des céréales canadiennes, il apparaît que l’offre britannique est douteuse102. Les Anglais ne sont pas davantage prêts à faire un effort d’action commerciale commune en direction du Proche-Orient. Il est clair que la Grande-Bretagne refuse toute coopération privilégiée avec la France comme avec l’Europe.

  • 103 F 60 411, AE, M. Wormser, 11 mars 1949.
  • 104 Papiers Elgey, CGT, 3 juin 1949, « Programme de redressement économique et social ».

79L’échec entraîne un profond désarroi dans les services français. Il réactive les oppositions au sein des services. Olivier Wormser parle d’effort national pour équilibrer la balance en 1952 : « L’intérêt national nous commande de le faire, d’abord pour préserver notre souveraineté dans le domaine politique et économique... »103. Le SGCI, réagissant à la contestation de Wormser, n’approuve pas : « Ceci est un papier Wormser dont je n’ai pas réussi à comprendre l’utilité » est-il écrit en marge par un fonctionnaire du SGCI. En juin 1949, la CGT considérait elle aussi que le plan à long terme français reportait à 1952 des objectifs prévus pour 1950 et jugeait aléatoire l’ambitieux programme d’exportations agricoles : « Ce programme imposé par l’impérialisme américain aboutit à renoncer aux ambitions de modernisation, d’équipement et d’exportation dans le domaine industriel... Tout cela qui a déjà commencé, signifie comme aux temps de Vichy, la transformation régressive de l’économie française en une économie de type colonial »104. En dépit du ton vindicatif la question des spécialisations était-elle si mûre ? Le SGCI lui-même remarquait que l’industrie française des machines agricoles en plein démarrage devait être protégée. Alors que négocier ? La spécialisation n’était pas politiquement négociable dans l’opinion.

  • 105 CE 64, H. Bonnet, 19 mars 1949, à R. Schuman, « a/s programme 1949/1950 ». CE 71, VL, 8 mars 1949, (...)
  • 106 CE 53, O. W., 4 avril 1949, coopération économique, « Note pour Alphand ».
  • 107 FRUS IV 1949, « Western Europe », Harriman to Hoffman, Repto, 3068, 12 mars 1949, 6 p. m. Vincent (...)

80La Grande-Bretagne poursuivait ses objectifs. Les critiques contre son plan à long terme, les négociations avec les Français ne changeaient rien. Le succès de la thèse française devant l’OECE cachait mal l’enlisement de l’Europe par carence d’un de ses membres les plus éminents105. Cripps conscient de son isolement avait accepté les conclusions nouvelles de l’OECE sur le développement du commerce inter-européen, mais qu’en serait-il des réalisations concrètes, alors qu’en 6 mois de 1949, la Grande-Bretagne réalisait un excédent sur l’Europe continentale de £ 35 millions106. Les Américains étaient intervenus dans le débat de l’OECE, d’une part pour défendre l’idée d’une Europe indépendante de toute aide en 1952, mais aussi pour empêcher celle-ci de se construire en autarcie107.

  • 108 Frances Lynch, « French reconstruction in a european context », EUI working paper n° 86, février 1 (...)

81Une dernière tentative pour accrocher la Grande-Bretagne au continent vint de Monnet en février 1949108, et se développa en mars et avril 1949. Monnet désirait avoir des conversations avec les Anglais sur la place de l’Allemagne dans les échanges européens, et bien évidemment sur l’intégration des économies française et britannique. Les conversations franco-britanniques de mars lui offrirent l’occasion d’avancer ses idées sur le fond et de négocier un accord à long terme sur les exportations de produits français en Grande-Bretagne.

  • 109 AMF 22/3/3 note sur les entretiens Monnet-Plowden par Pierre Uri, 23 avril 1949 ; AMF 22/3/5, Lord (...)
  • 110 Les cahiers de la République, E. Hirsch, « L’Angleterre fera-t-elle antichambre ? », 51, janvier 1 (...)

82Sur le premier point Pierre Uri constatait que les Anglais n’avaient pas pris la mesure du problème. Sur le second point, il était trop optimiste. Lord Plowden, interlocuteur de Monnet en avril 1949, interrogé plus tard, ressentait cette rencontre comme une occasion ratée d’une plus grande intégration entre la France et la Grande-Bretagne. Mais Plowden, à l’époque de ses diverses rencontres avec Monnet, justifia ainsi la résistance britannique : « We should obviously not agree, however to anything which would render us incapable of sustaining an independent resistance if France were overrun »109. Le poids de la débâcle française de 1940 hantait encore les esprits. Etienne Hirsch y voyait une démarche en faveur d’une union économique européenne, à l’initiative de Petsche et de Cripps. Mendès France fut si étonné de ces dispositions de Monnet en faveur de la Grande-Bretagne auxquelles il ne croyait pas, qu’il en fit la remarque en 1963 à E. Hirsch, auteur de la « révélation »110.

  • 111 Jean Monnet, Mémoires... op. cit. ; voir bibl. n° 59 ; t. I, p. 401-404. A. S. Milward, The recons (...)

83On peut se demander si le moment était favorable pour tenter ce rapprochement. D’autre part les fonctions de Plowden et de Monnet dans le processus de décision vouaient cette rencontre à l’échec. Monnet avait davantage de pouvoir que Plowden. Tout était parti de la rencontre Petsche-Cripps du 3 mars 1949. Monnet leur avait proposé la fusion des deux économies, comme il l’avait proposée en juin 1940. Mais il reconnaît dans ses Mémoires que les deux hommes n’y étaient pas prêts. Monnet, entouré de Hirsch et Uri, organisa une rencontre chez lui à Houjarray avec Plowden, Hitchman et Robert Hall, des hommes de la planification britannique. Il nota une distorsion entre les déclarations officielles de Cripps et les propos de ses interlocuteurs, beaucoup plus favorables aux échanges européens. L’entrevue fut un échec, tant sur les accords à long terme pour les produits agricoles que sur l’idée de fusion111.

84Les archives par ailleurs évoquent moins la fusion ou la supranationalité que la spécialisation bilatérale des économies française et britannique. Dans l’histoire de l’union européenne cette rencontre est sans doute intéressante, mais dans le contexte de la négociation inter-gouvernementale du moment, elle est tellement hors de propos qu’elle ne pouvait aboutir.

L’impossible unité européenne à l’OECE.

  • 112 Robert Marjolin, Le travail d’une vie... op. cit. ; voir bibl. n° 47 ; p. 201.

85Le bilan de neuf mois de discussions à l’OECE fait apparaître l’impossibilité de construire un programme de relèvement européen pour les quatre ans à venir. L’OECE se rabat sur un programme d’action d’un an pour 1949-1950. Mais les Dix-neuf s’engagent sur la voie du développement des échanges inter-européens. « La vérité simple, écrit Marjolin, est que l’effort pour établir un plan de quatre ans échoua... l’Europe n’existait pas »112.

  • 113 Geoffrey Warner, « Britain and Europe in 1948 : the view from the cabinet », polycop. Colloque d’A (...)

86L’échec est dû pour une large part à la Grande-Bretagne dont la politique économique européenne obéit en fait à des mobiles politiques plus larges. Sa répugnance à aller vers l’unité européenne répond à une analyse plus vaste de ses intérêts : l’alliance privilégiée avec les États-Unis. En 1949 les Anglais choisissent l’Atlantisme, c’est-à-dire l’Amérique113.

  • 114 Cahiers Léon Blum, n° 21, 1987, « La SFIO et la politique extérieure de la France entre 1945 et 19 (...)

87La signature du traité de l’Atlantique les renforçait dans cette voie. A ce titre, le traité n’a pas été une bonne affaire pour l’unité européenne. Les Britanniques ont choisi la sécurité pour eux et le Commonwealth, contre l’aventure européenne qu’ils ne se sentaient pas capables de conduire, et qui leur paraissait même dangereuse pour leur stabilité économique et leur sécurité. De plus ils ne pouvaient imaginer en 1949 la France capable un jour de produire les biens qu’ils achetaient alors aux États-Unis. Les tentatives de la SFIO pour convaincre les travaillistes d’adhérer à l’intégration européenne, malgré les déclarations et engagements du COMISCO en avril 1948, échouèrent. Les socialistes français sont européens pour deux. Ils s’accrochent, comme d’autres (Pierre Mendès France), à l’unité d’action avec les travaillistes rétifs, mais ils se condamnent à l’impuissance et au drame en 1954 sur la CED car ils n’en tirent pas les conclusions qui s’imposent114.

  • 115 David Dilks, « Britain and Europe, 1948-1950, the prime minister, the foreign secretary and the ca (...)
  • 116 Robert Marjolin, Europe in Search of its identity, p. 23, the Russell C. Leffingwell Lectures, 9, (...)

88Les variations britanniques sur la question européenne ont créé un état de crise qui rendait impossible l’élaboration d’une politique européenne d’intégration planifiée. Seule la coopération restait possible115. Le dernier mot sur cet échec ne doit-il pas être donné à Marjolin qui rappelait l’effondrement du rêve d’une Europe sous direction britannique : « We were many in France and in the other European countries who were ready to accept it, who even yearned for it »116.

  • 117 Pierre Mélandri and Maurice Vaïsse, « France : from the Powerlessness to the search for Influence  (...)
  • 118 Pierre Mélandri, Les États- Unis face à l’unification de l’Europe... op. cit. ; voir bibl. n° 252  (...)
  • 119 Pierre Mélandri,... op. cit. ; voir bibl. n° 252 ; t. I, p. 389.

89L’échec n’est-il pas dû aussi aux États-Unis ? Les Américains ont à la bouche les mots de coopération européenne, voire d’union douanière. Ils déplorent la position anglaise en des termes peu équivoques117, mais leur position à l’égard de la réticente Albion n’est pas celle de la critique opératoire. Ont-ils été assez « persuasifs » à son endroit ? On peut en douter. Bevin fait « donner » Finletter, le représentant de l’ECA à Londres, pour défendre à Washington les thèses restrictives de Londres sur l’union européenne. « Les Anglais devaient toujours s’avérer, tout au long de ces années, experts dans l’art de révéler aux Américains toutes les menaces cachées de l’unité » remarque Pierre Mélandri118. En revanche ils ne se gênent guère pour tancer ces incorrigibles Français coupables d’instabilité politique et financière. Finalement croyaient-ils eux-même à l’unité européenne ? Ils craignaient de plus en plus fortement la création d’une Europe occidentale, certes ouverte sur la zone dollar, mais se ménageant des transitions insupportables pour leurs intérêts. Le système démocratique aux États-Unis, le débat, le compromis ont été aussi des facteurs puissants pour tempérer les enthousiasmes européens de la classe politique et de l’opinion américaine, sinon l’administration aurait eu les moyens d’imposer à une Europe occidentale meurtrie et en danger des formes d’unité. Mais le sénat estimait « que l’impulsion vers l’unification devait venir des peuples européens eux-mêmes sans interférence ou diktat de l’extérieur » explique Pierre Mélandri119. La rivalité idéologique entre le camp de la liberté et celui du totalitarisme a freiné le militantisme européen des Américains. Ils ne pouvaient alors se comporter en leader impérial. Les tendances existaient. Elles ne ne concrétisèrent pas en dépit des pressions exercées ou des menaces proférées.

  • 120 Alan S. Milward, The reconstruction of Europe... op. cit. ; voir bibl. n° 256 ; p. 203.

90Faut-il regretter l’absence d’un programme de relèvement européen ? Alan Milward considère qu’il eût apporté plus d’inconvénients que d’avantages, en particulier celui de faire apparaître l’insuffisance, à terme de l’aide américaine et donc de stopper le mouvement de confiance des Américains envers l’Europe et le plan Marshall120. C’est prendre le problème de l’unité européenne sous un angle purement technique. L’unité de l’Europe était en jeu, les Britanniques ne s’en sentirent pas comptables. En fait l’union européenne régressait ainsi que la confiance des Européens dans leur destin commun et celle des Américains dans le relèvement européen.

91La France venait de perdre une occasion de construire une Europe à la mesure de ses rêves. Après l’échec de l’Europe française, consommé en 1946, la France était disposée à moderniser sous une inspiration franco-britannique. Elle demeurait seule et sa marge de manœuvre pour écarter la renaissance allemande s’en trouvait immédiatement réduite.

  • 121 Robert Marjolin, Le travail d’une vie... op. cit. ; voir bibl. n° 47 ; p. 203.
  • 122 Pierre Mélandri, Les États-Unis face à l’unification de l’Europe... op. cit. ; voir bibl. n° 252 ; (...)
  • 123 CE 79, CE 5 août 1949, Note pour Paris, « a/s coordination des investissements », lien avec l’o. d (...)
  • 124 Le Populaire, 10-11 septembre 1949, « Le bilan de Strasbourg », Œuvres... op. cit. ; voir bibl. n° (...)

92L’échec de l’unité européenne est manifeste en ce printemps 1949. Le nationalisme forgé par des siècles de guerre et d’épreuves entre nations européennes ne peut être facilement remplacé par l’idéologie européenne, trop réductrice de différences légitimées par le sang, la conviction du plus grand nombre, ou la simple habitude de pensée121. L’idée européenne n’est pas populaire, en dépit des manifestations de sympathie exprimées à La Haye en 1948. La Grande-Bretagne construit avec les États-Unis des relations privilégiées qui expliquent l’échec de l’Union européenne. La France est assez persuasive pour participer au Standing Committee du Pacte Atlantique, ce qui l’incite moins à favoriser l’unité continentale122. L’échec du projet d’Europe franco-britannique mettait fin à une période d’innocence des constructeurs européens. Les bons sentiments du congrès européen de La Haye s’effondraient littéralement devant les intérêts nationaux. L’OECE était désemparée. Elle ne serait au mieux qu’une structure de recommandations comme elle s’essaie à le faire dans les industries de l’acier et du raffinage du pétrole123. Léon Blum se rendait compte, comme Monnet l’avait fait avant lui, que l’OECE, pas plus que le Conseil de l’Europe, ne pouvait être cet organisme politique « nanti, au-dessus des états, d’une super souveraineté, d’un pouvoir d’arbitrage ou de décision qui s’impose à eux »124.

Conclusion.

93L’année 1948-1949 est une année fondamentale pour la politique économique extérieure de la France mais aussi pour la construction européenne.

94Les débats à l’OECE sur le partage de l’aide et les PLT ont prouvé que la France était l’objet d’une méfiance générale sur ses objectifs de modernisation, du fait de sa faiblesse politique. L’aide directe a été réduite mais l’aide indirecte offrit à l’économie française les moyens de continuer les échanges inter-européens dans de bonnes conditions. Elle lui donna donc sa chance au prix d’une intégration de l’Allemagne dans le commerce européen.

95L’échec d’un programme de reconstruction européenne sonne le glas d’une organisation concertée des économies. Les buts de la France ne sont pas atteints. La coopération inter-européenne s’oriente vers l’abaissement des barrières quantitatives sans organisation normative des marchés européens. L’organisation des marchés formait le fond de la politique française, elle se heurta à l’obsession américaine des cartels, partagée par certains petits pays (Benelux) et au désengagement dramatique de l’Angleterre travailliste. La France pouvait trouver le salut dans le développement de son propre potentiel pour tenir tête à l’économie allemande et réduire son déficit extérieur mais sans la Grande-Bretagne son avenir était sombre.

96La coopération européenne entraîna la France à adapter le Plan de modernisation. Le Commissariat général du Plan s’y convertit au cours de l’été 1948. Les règles du jeu ont été modifiées sous la pression des nécessités de l’aide et de la coopération inter-européenne. On peut comprendre les hésitations, les récriminations et les angoisses d’un peuple et de gouvernants dépendants de forces étrangères, fussent-elles bénéfiques. L’échec d’un condominium franco-britannique était la suite d’une longue série de déceptions en provenance de la Grande-Bretagne. Les Français se trouvaient confrontés plus directement au relèvement allemand auquel ils ne pouvaient échapper. Ils tentèrent encore d’y résister par tous les moyens, mais n’était-il pas temps de s’entendre avec le voisin allemand ?

  • 125 5 A 72, Teissedre, note, 28 juin 1948, « Le plan Marshall ne s’insère pas dans un cadre homogène p (...)
  • 126 ZE 1944-49, Généralités, 10, AB, La Haye, 19 juillet 1948, 13 h 30, à transmettre à Clappier direc (...)

97Le plan Marshall n’avait pas impliqué de fusion politique de l’Europe, ni de domination politique institutionnelle des États-Unis125. Il avait suscité pourtant des espoirs d’unification par des ententes économiques (unions douanières) qui auraient dû devenir les matrices d’une unification politique. Au bout de quelques mois il fallut constater que la génération spontanée d’une unification politique n’existait pas, et que la proposition Bidault du 19 juillet 1948 invitant les États européens à s’unir économiquement et politiquement était un fiasco126.

  • 127 B 33689, Bonnet, 30 avril 1948, n° 140 DET, a/s ERP, « Intentions de David Bruce ».

98Les Américains se faisaient une idée trop rationnelle de l’Europe nouvelle : une Europe où chaque pays aurait accepté (grâce à la pression de l’ECA) de produire ce que « naturellement » il était capable de produire127. Ainsi l’histoire et les ressources naturelles auraient déterminé les aptitudes à produire de chaque membre du corps européen. Or les ambitions françaises de planification allaient bien au-delà de la reconnaissance du statu quo ante. Si les Français acceptèrent et même proposèrent la spécialisation des économies en Europe aux Anglais, c’était avec l’espoir de négocier avec eux un partage avantageux des marchés.

99Les différents échecs de l’OECE au cours de cette première année d’aide modifient insensiblement les conceptions de l’unité européenne. On passe de la notion d’Europe organisée volontairement et spécialisée à celle de grand marché libéré des entraves quantitatives et monétaires. Le libéralisme facile remplace la construction volontaire.

  • 128 363 AP 37, Monnet à René Mayer, 18 avril [1948], 6 pages manuscrites.
  • 129 ZE 1944-49, 23, A. Bérard, 8 juin 1948, n° 1289, à G. Bidault, « Dulles et l’Europe occidentale », (...)

100Qu’est-ce qu’une Europe majeure se demandent les gestionnaires de l’aide ? Une Europe délivrée de l’aide américaine sans doute. Une Europe de l’effort, délivrée de ses vieux démons de l’inflation et des déficits. Une Europe associée à la puissante Amérique, au lieu d’être un enjeu dit Monnet, constituée en « force de l’Ouest », en Fédération européenne comprenant la Grande-Bretagne128. Une Europe de la coopération, libre vis-à-vis des États-Unis, rêve Mendès France. Les militaires européens et français en particulier voient bien que le plan Marshall est un pan d’une stratégie plus vaste contre le risque soviétique. Après le coup de Prague et la résolution Vandenberg qui offre aux États-Unis la possibilité de participer à une alliance atlantique, le doute n’est plus permis. Leur Europe serait une Europe des Seize intégrée militairement129.

  • 130 ZE 1944-49, Généralité 10, H. Bonnet 8 septembre 1948, n° 1939 à MAE, « a/s organisation de l’Euro (...)

101L’essentiel, en 1948-49, c’est l’échec de l’intégration européenne. Les Américains sont dégrisés, écrit Bonnet130, comme le sont les Fédéralistes. Pourquoi ? A cause des crises politiques redondantes en France ? A cause d’une Angleterre accrochée au Commonwealth ? Sans doute. Mais dans le fond les Européens constatent qu’ils n’ont pas besoin de s’unir pour vivre. L’aide Marshall tombe dans les gibecières malgré les « coups de gueule » américains et le Pacte atlantique leur offre la protection américaine.

102L’échec de l’unité européenne en 1948-1949 s’explique par la volonté de prestige et de puissance des grandes nations européennes. Chacune imagine l’Europe à sa dévotion pour ses objectifs particuliers : la défense du sterling en Grande-Bretagne, la poursuite de la modernisation en France. Monnet avait bien vu le problème. Seule la peur pouvait ébranler les États.

Notes

1 F 60 ter 471, Paris, 6 mars 1948, PPS Finex, 227. « a/s aménagement de l’aide américaine ».

2 363 AP 8, « Communiqué des Cinq », 29 avril 1948. F 60 ter 382, 15 mai 1948, note, source inconnue.

3 F 60 ter 471, « Rapport du comité des experts financiers sur l’étude du plan d’assistance mutuelle pendant la période du plan Marshall », 1er mai 1948, sans autre indication de source.

4 F 60 471, Bérard, à diplomatie, Paris, 2 juin 1948, pour Finex, de la part de Largentaye.

5 B 25434, Gutt à R. Bissell, 14 juin 1948, p.108, confidentiel. B 25434, 4 juin 1948, Gutt au ministre des Finances, « Décision du bureau exécutif », n° 323-3.

6 B 25434, 23 juin 1948, comité des échanges, « Note ». B 25 434, 9 juillet 1948, « Projet du comité des paiements intra-européens ».

7 F 60 ter 470, OECE, 24 juillet 1948, C(48)99 (rev) TP(48)21, PC(48)23, or, anglais. « Résolution relative à l’établissement d’un système destiné à faciliter les échanges et les paiements entre les pays participants, adoptée par le conseil à sa 28e séance, le 24 juillet 1948 ».

8 Robert Marjolin, Le travail d’une vie... op. cit. ; voir bibl. n° 47 ; p. 197 ; CE 48, Washington, 25 juin 1948, 21 h 45, n° 2840-843. Entretien avec Pierre Uri, 27 novembre 1985, par Antoine Mares et Gérard Bossuat, publié par le Bulletin de l’Institut Pierre Renouvin, hiver 1988, n° 2.

9 52 J 120, 12 août 1948, CE(48)65, OECE.

10 « Entretien avec Guillaume Guindey », par G. Bossuat, 1er décembre 1982.

11 YI 1944-49, Washington, 3354-60, 23 juillet 1948, 21 h 50. CE 48, Bonnet, 23 juillet 1948, 21 h 30, 3354-60, CE 48, p. 124, H. Alphand, 26 juillet 1948, à Washington, 3610-611.

12 CE 48, 27 juillet 1948, note pour le ministre, DAEF sans doute. CE 48, MAE, DAEF, 28 juillet 1948, note pour M. Alphand. CE 49, H. Bonnet, à R. Schuman, 27 août 1948, n° 1871, « a/s Le plan Marshall et le programme économique et financier du gouvernement français ».

13 CE 49, VL. DAEF, 5 août 1948, note pour l’ambassadeur de France, secrétaire général. « a/s proposition de M. Mac Bride ».

14 CE 48, Saffroy, Luxembourg, 30 juillet 1948, n° 125.

15 CE 48, MAE, 30 juillet 1948, note : structure de l’OECE. CE 49, HA. DG., 2 août 1948, note pour le Président ; CE 48, MAE, DAEF, 23 juillet 1948, « Projet de déclaration au conseil de l’OECE ».

16 F 12 10323, SGCI, 3 et 10 août 1948, « P. V. réunion, MAE, Finances, Affaires économiques, industrie et commerce, plan, CEI, SGCI, représentants aux comités techniques. F 60 ter 357, Note du SGCI, n° 32, 12 août 1948. CE 49, VL, coopération économique, 10 août 1948, note pour le Président », a/s activités de l’OECE.

17 F 60 ter 357, SGCI, n° 114, 30 août 1948, note pour le ministre des Finances et des Affaires économiques, « Répartition de l’aide américaine indirecte ».

18 CE 49, DAEF, DG, 17 août 1948, note pour le Président.

19 CE 49, OW. 18 août 1948 à tous postes européens de l’Ouest et Washington, « Sur la répartition des $ 4.875 millions ».

20 CE 49, HA. 1er septembre 1948, « Note pour le Président ».

21 CE 49, HA. 4 septembre 1948, « Note pour le Président ».

22 CE 49, H. Alphand, 6 septembre 1948, à Washington et Londres, et note pour le Président. CE 49, Bonnet, 8 septembre 1948, 20 h 45, n° 3874-75.

23 B 25434, R. Sergent à G. Guindey, personnel, Londres, 1er septembre 1948, n° 1459, « Positions de la Grande-Bretagne sur les paiements inter-européens ».

24 CE 49, HA, 8 septembre 1948, « Note pour le Président ».

25 B 25434, Sergent, 4 septembre 1948 à Guindey, personnelle, 1460.

26 CE 49, H. Alphand, 9 septembre 1948 à Washington.

27 CE 49 HA. 11 septembre 1948, à Baden, 1742-1744.

28 YI 1944-49, 231, 13 septembre 1948, circ. IP 246, « Conférence de presse d’Alphand du 11 septembre ». CE 49, p. 49, 11 septembre 1948, « Exposé de H. Alphand ». B 33689, « Note de la DAE », 11 septembre 1948.

29 B 33725, Attaché financier à Londres, notes et études, S.(48) 13, 15 septembre 1948, « Commentaires britanniques sur l’allocation de l’aide américaine et le mécanisme des paiements intra-européens ».

30 CE 49, B 33459, MAE, service de coopération économique, 15 septembre 1948, « Note d’informations, a/s répartition de l’aide américaine par l’OECE ». 5 p. dactyl.

31 F 60 ter 381, « Note du SGCI pour le cabinet du président du Conseil, 17 décembre 1948 ».

32 AMF 11/5/ld, 2 juin 1948, Monnet à président du Conseil, 2 juin 1948, projet. AMF 11/5/lf, « Mémorandum du 2 juin 1948 », repris le 23 juin 1948 (AMF 11/5/2) et envoyé à G. Bidault, R. Schuman, R. Mayer, V. Auriol, L. Blum, A. Marie, P. Reynaud.

33 AMF 14/6/7, ou 52 J 119, p. 1, « Mémorandum pour le comité économique interministériel pour les questions de coopération économique européenne », 16 juillet 1948. Réponse du Quai d’Orsay à la note de Monnet du 27 juin à Bidault (ou du 23 juin), in YI 1944-1949, 131, MAE, à CGP, 9 août 1948.

34 Robert Marjolin, Le travail d’une vie, mémoires 1911-1986, Robert Laffont, 1986, p. 200.

35 AMF 14/6/9, 31 juillet 1948, « Programmes à long terme à l’OECE ».

36 F 60 389, « Mémorandum de la délégation française », 3 juillet 1948, 12 juillet 1948, 13 juillet 1948. 80 AJ 77, CGP, 8 juillet 1948, J. Monnet, « Directives sur les objectifs et les moyens d’exécution relatifs à l’équilibre en 1952 ».

37 AMF 15/4/6, CGP, « Plan 1952 », révisé en agriculture, décembre 1948. AMF 17/3/2, 1er février 1949, séance du bureau du conseil économique, exposé de Jean Monnet.

38 80 AJ 77, CGP, MG-T-RT, 18 juin 1948, « Sommaire des objectifs envisagés pour atteindre l’équilibre en 1952 ». 8 juillet 1948, « Perspectives de balances des paiements pour 1952, par zones, en millions de dollars aux prix de 1948 ». F 60 ter 476, note, sans origine, très probablement du Plan, « Préparation du PLT », 27 septembre 1948.

39 F 60 ter 389, Jean Monnet au président du Conseil, 13 juillet 1948.

40 1A 405, SGCEI, G. Cusin, 6 octobre 1948, doc n° 063, « Compte-rendu de la séance du comité économique interministériel du mardi 5 octobre 1948 », en présence d’H. Queuille, P. Pflimlin ; R. Schuman ; E. Claudius Petit, M. Petsche, P. Devinat, Alain Poher, A. Pinay, Y. Coudé du Foresto, T. Revillon, A. Ségalat, J. Monnet, P. P. Schweitzer, H. Alphand.

41 80 AJ 13, P. Uri, 18 octobre 1948, « Schéma de l’étude à entreprendre pour l’ajustement des objectifs et des investissements du Plan ».

42 457 AP 21, MAE, coop. économique, 11 octobre 1948, confident. « Note pour le Président, coopération européenne et position de la France. ».

43 F 60 ter 476, « Observations sur le projet de réponse au questionnaire de l’OECE sur le programme français à long terme », 1er octobre 1948, sans origine, sans doute Kojève, à cause du vocabulaire philosophique. Kojève était un philosophe hégélien reconnu.

44 CE 48, PB ; Coopération économique, 11 octobre 1948, note pour le Président, Coopération économique européenne, « Position de la France ».

45 F 60 ter 389, SGCI, note pour le Président, 17 septembre 1948, PPS, n° 174, « Etablissement du plan à long terme (PLT) ».

46 F 12 10323, SGCI 13 novembre 1948, compte rendu réunion du 9 novembre.

47 YI 1944-49, 131, « Réponse française au questionnaire de l’OECE sur le PLT », Paris, octobre 1948. 80 AJ 13, idem, Documentation française, 31 janvier 1949, « Notes documentaires et études », n° 1067, « Textes et documents », CCXXXVII.

48 B 33508, source : conseil économique, 27 janvier 1951, « Sur le bilan des investissements ».

49 YI 1944-49, 132, YR, 15 novembre 1948, IP, circ. n° 307, « a/s PLT français à l’OECE ».

50 F 60 ter 478, SGCI ? « Comparaisons entre les programmes à long terme britannique et français », 25 octobre 1948. YI, 1944-1949, 132, 24 novembre 1948, note d’information pour la délégation française, « PRE, PLT et politique financière des pays participants ».

51 F60 ter 476, service de coopération économique, 27 octobre 1948, note.

52 B 33510, Baraduc à Bloch-Lainé, le 20 novembre 1948. B 33510, Lettre de Marjolin au gouvernement français, 24 novembre 1948.

53 F 12 10323, SGCI, 4 novembre 1948, cr. réunion du 2 novembre, Baraduc, Richard, Bol-lack, Hyafil, Gabory et SGCI, « PLT de chaque pays et programme 1949-50 ». 4 AU 31 Dr 5, sdr a, 27 novembre 1948, Treasury chambers, Stafford Cripps, personnel, « Mon cher ministre... ».

54 F 60 ter 389, B 33689, Bonnet, Washington, 21 décembre 1948.

55 CE 50, O. W. à Londres, Washington, Rome, Bruxelles, La Haye, 2 novembre 1948, « Exposé du PLT britannique en 1952 ».

56 YI 1944-49, 132, Hauteclocque, 5 novembre 1948, 603.

57 CE 50, Massigli, Londres, 12 novembre 1948, 23 h 45, n° 3781-89.

58 F 60 ter 389, Z Europe, 1944-49, Grande-Bretagne, 39, 29 novembre 1948, « Rencontre entre le Secrétaire général du département avec l’ambassadeur de Grande-Bretagne en France, sir Oliver Harvey ». MAE, « Projet de réponse à Cripps », 30 novembre 1948, deux réponses différentes. Yl 1944-49, 132, P. B. 16 novembre 1948, coopération économique, « Note d’information pour la délégation française ».

59 F 60 ter 389, AE aux ambassadeurs de France en Europe et aux États-Unis, 22 novembre 1948, n° 50/DET. Lettre de Schuman du 29 novembre au président du Conseil, accompagnée d’une note de la DAEF, du 16 novembre 1948, « Sur l’état des travaux sur les PLT et le PRE ».

60 F 60 391, Note du 14 décembre 1948, source non indiquée.

61 F 60 ter 389, PPS, SGCI, 18 janvier 1949, n° 487, « Note préparatoire pour les conversations avec sir Stafford Cripps, note sur les positions françaises et britanniques sur les PLT ». F 60 391, p. 3, note source SGCI ? « Remarques sur le télégramme de M. Bonnet du 21 décembre 1948 », de Washington.

62 CE 50, Kojève, 16 novembre 1948, au MAE. Il commence sa note par : « Chers amis, cette première page est un « mot » purement personnel qui est destiné à vous seuls ».

63 Coopération économique, 14 décembre 1948, à Robert Marjolin.

64 F 60 ter 411, note de Kojève du 3 novembre 1948, à PPS ? « Intégration des programmes nationaux à long terme en un programme européen ». CE 50, coopération économique, AL.9 novembre 1948, note, « Articulation des PLT ».

65 Z Europe 1944-49, Grande-Bretagne, 39, MAE, SG. note, 14 décembre 1948, « Démarche de l’ambassadeur de Grande-Bretagne auprès du Secrétaire Général ». CE 50, AD, MAE, 14 décembre 1948, Note. « Rencontre du SG du MAE et de l’ambassadeur de Grande-Bretagne ».

66 CE 50, service de coopération économique, AL. 9 novembre 1948, note, « Articulation des PLT ». CE 50, PB, 18 décembre 1948, à Londres, Bruxelles, Washington, Rome.

67 CE 50, Saffroy, Luxembourg, 17 décembre 1948, 12 h.

68 F 60 ter 466, service de coopération économique, 14 décembre 1948, CE 50, Massigli, 10 décembre 1948, 20 h 45, 4158, « Discours de Bevin ». F 60 ter 466, Service de coopération économique, 16 décembre 1948 note pour le Président, « Rapport de l’OECE ».

69 F 12 11801, Jacques Gabory, docteur en droit, « Considérations sur le plan Marshall », janvier 1949, 23 pp. CE 53, VL, 29 janvier 1949, MAE à MF et AE, 879, « a/s discours de Spaak ».

70 F 60 ter 389, diplomatie, à ambassade de France à Londres, Washington, Bruxelles, Rome, 18 décembre 1948.

71 F 60 391, « Note du conseiller commercial français à Bruxelles », 17 décembre 1948. CE 50, VL, 7 décembre 1948, à Bruxelles, La Haye, Luxembourg, Londres, Rome, Washington, « a/s PLT du Benelux ».

72 5 A 76, OECE, « Rapport intérimaire sur le PRE », vol 1, Paris 30 décembre 1948, cf. chap. IV France, p. 156 et seq. CE 50, Massigli, 21 décembre 1948, 4330, Bonnet, 21 décembre 5205-209, Massigli 22 décembre 52 DET, YI 1944-49, 132, Coopération économique, 18 décembre 1948, 22 h 30, à Londres 4489-93, Bruxelles 1230, Washington 5614, Rome 1556.

73 F 60 ter 357, SGCI, PPS, n° 479, 14 janvier 1949, à H. Alphand. F 60 ter 389, PPS, 14 janvier 1949 à H. Alphand, « sur un conflit Hirsch/autres délégués français à l’OECE ».

74 CE 50, OW, Baraduc, 31 décembre à Washington et tous pays Europe, « Rapport intérimaire de l’OECE à l’ECA ».

75 F 60 ter 389, coopération économique, 22 décembre 1948, rapport de l’OECE à l’ECA. AE, télég. aux ambassadeurs de France, Europe et Washington, 30 décembre 1948. CE 50, H. Alphand à Washington, Londres, Oslo, etc. (en Europe de l’Ouest) 30 décembre 1948. « Rapport intérimaire de l’OECE à l’ECA ».

76 CE 50, P. Baraduc, note pour le Président, 30 décembre 1948, « a/s organisation européenne de coopération économique ».

77 YI 1944-49, 132, JD, 21 janvier 1949, 13 h 45, à Londres 370-75, Washington 371-76. « Accord sur les échanges de vues franco-britanniques sur les PLT ».

78 ZE 1944-49, GB 51, YR, 13 décembre 1948, circ. IP 34I. F 60 ter 357, SGCI, 487, 15 janvier 1949, PPS au ministre des Finances, « Conversations avec Stafford Cripps ». F 60 ter 389, PPS 18 janvier 1949, SGCI, « Note préparatoire pour les conversations avec sir Stafford Cripps, note sur les positions françaises et britanniques sur les PLT ».

79 F 60 ter 411, 24 janvier 1949, « Note sur la spécialisation de la production et du commerce des pays participants », source : Kojève ?

80 F 60 411, compte rendu de réunion chez PPS, le 21 janvier (1949) « Accords des services sur la note critique contre le PLT du Royaume-Uni ». 52 J 86, F 60 ter 476, SGCI, 31 janvier 1949, note pour le Comité interministériel du 9 février 1949, « Positions françaises et britanniques sur les PLT pour les futures conversations avec Stafford Cripps ».

81 CE 64, note de VL, coopération économique, 18 janvier 1949, « Note ».

82 CE 64, note de Kojève pour Filippi du 5 janvier 1949, « Futurs travaux de l’OECE ».

83 CE 64, H. Alphand, 11 janvier 1949, coopération économique, aux postes en Europe, Washington, « Conversations Schuman/Harriman, sur les problèmes que soulève la mise en œuvre de la coopération économique européenne ».

84 OURS, Bulletin intérieur du parti socialiste, n° 39, février 1949, « Rapport de Guy Mollet ». FRUS IV, 1949, « Western Europe », D. of State, Washington, 1975, Douglas to S. of State, n° 493, 8 février 1949, midnight. Trad. : « On doit cependant se souvenir que d’un bout à l’autre la motivation première a été les considérations de l’intérêt vital du Royaume-Uni ».

85 CE 64, MAE, VL, coopération économique, 10 janvier 1949, « a/s les PLT à l’OECE, répercussions quant à la politique française, note ».

86 81 AJ 154, « Discours de Bevin », n° 113, 17 h 05, Londres 25 janvier 1949, AFP.

87 CE 53, OW, 15 janvier 1949, à Ronald Fraser, ambassade G-B. « Sur la prochaine réunion du comité mixte franco-britannique ».

88 F 60 ter 476, « Note du SGCI sur les points 2 et 3 de l’ordre du jour des conversations entre M. Petsche et sir Stafford Cripps ».

89 F 60 ter 411, « Note sur l’ordre du jour des conversations franco britanniques du 11 février 1949 », sans auteur connu.

90 F 60 489, 21 février 1949, note PPS, SGCI.

91 F 60 ter 411, le directeur général des affaires économiques, 7 février 1949, note pour le Président.

92 F 60 389, « Compte rendu de la réunion franco-britannique du 11 février 1949 à 11 h au Foreign Office.

93 F 60 ter 476, « Schéma des conversations entre experts britanniques et français, soumis aux ministres », 12 février 1949.

94 F 60 ter 476, « Projet de réponse au Secrétaire général de l’OECE, r. 1 et 2, lutte contre l’inflation et financements des investissements », février 1949, source : papiers du SGCI.

95 F 60 389, Guindey à Valensi, 5 mars 1949, « Sur les conversations Cripps-Petsche. F 10, 5661, OECE, C(49)12, 16 février 1949. F 60 ter 476 » PRE, propositions françaises de mise en œuvre des principes de la résolution du conseil adoptée le 25 février », s. origine.

96 CE 64, coopération économique, 1er mars 1949, « note pour le Président, Réunion du groupe consultatif ministériel de l’OECE ».

97 5 A 72, SGCI, mars 1949, annexe 1 au doc. 1, « Positions françaises et britanniques sur le plan à long terme, note sur la spécialisation de la production des pays participants ».

98 F 60 ter 411, compte rendu de la réunion 21 février 1949, « Programme à long terme, sidérurgie ». Beaurepaire, Dutheillet, Hirsch, Kojève, Ripert, Maillard, Hyafil.

99 F 60 389, « Compte rendu des conversations franco-britanniques, des 28 février et 1er mars 1949, à Londres sur les PLT », Massigli à R. Schuman, le 9 mars 1949. F 60 ter 411, 11 pages. B 33719. 28 février 11 h et 1er mars 16 h. CE 64, « Séances des 28 et 1er mars », 11 h et 16 h.

100 CE 64, AE, 3 mars 1949, « Projet de déclaration du Président au GCM de l’OECE ».

101 CE 64, « PRE, propositions françaises de mise en œuvre des principes de la résolution du conseil adoptée le 25 février », source ? SGCI ?

102 F. Lynch, EUI n° 86, op. cit. ; voir bibl. n° 234 ; p. 14.

103 F 60 411, AE, M. Wormser, 11 mars 1949.

104 Papiers Elgey, CGT, 3 juin 1949, « Programme de redressement économique et social ».

105 CE 64, H. Bonnet, 19 mars 1949, à R. Schuman, « a/s programme 1949/1950 ». CE 71, VL, 8 mars 1949, à postes européens et Washington, « a/s session du GC de l’OECE ».

106 CE 53, O. W., 4 avril 1949, coopération économique, « Note pour Alphand ».

107 FRUS IV 1949, « Western Europe », Harriman to Hoffman, Repto, 3068, 12 mars 1949, 6 p. m. Vincent Auriol, Journal... op. cit. ; voir bibl. n° 19 ; t. III, 1949 p. 150, 9 mars 1949.

108 Frances Lynch, « French reconstruction in a european context », EUI working paper n° 86, février 1984, p. 13, cite une note 28 faisant référence à des conversations Monnet-Plowden 17 février 1949.

109 AMF 22/3/3 note sur les entretiens Monnet-Plowden par Pierre Uri, 23 avril 1949 ; AMF 22/3/5, Lord Plowden interview, in money ( ?) program : Monnet profile, 5351 : 5544. Entretiens avec Lord Plowden, by Richard Mayne, 2 février 1982, série déposée à Lausanne avec les entretiens faits par A. Mares. « Nous ne pouvions, à l’évidence, donner notre accord à tout ce qui nous aurait rendu incapables de soutenir une résistance indépendante au cas où la France aurait été envahie. »

110 Les cahiers de la République, E. Hirsch, « L’Angleterre fera-t-elle antichambre ? », 51, janvier 1963. « Entretien E. Hirsch-Antoine Mares », 10 novembre 1983. « Entretien E. Hirsch-G. Bossuat », 23 mars 1987. Alan S. Milward, The reconstruction of western Europe, 1945-51, Methuen and co, p. 201.

111 Jean Monnet, Mémoires... op. cit. ; voir bibl. n° 59 ; t. I, p. 401-404. A. S. Milward, The reconstruction of Western Europe, 1945-51, Methuen, 1984, p. 201.

112 Robert Marjolin, Le travail d’une vie... op. cit. ; voir bibl. n° 47 ; p. 201.

113 Geoffrey Warner, « Britain and Europe in 1948 : the view from the cabinet », polycop. Colloque d’Augsburg 1984.

114 Cahiers Léon Blum, n° 21, 1987, « La SFIO et la politique extérieure de la France entre 1945 et 1954 », Gérard Bossuat : « La SFIO et la construction européenne (1945-1954) », rapport introductif, p. 40 à 51.

115 David Dilks, « Britain and Europe, 1948-1950, the prime minister, the foreign secretary and the cabinet », Histoire des débuts de la construction européenne, mars 1948-mai 1950, « Actes du colloques de Strasbourg, 28-30 novembre 1984 », sous la direction de Raymond Poidevin, Bruylant, Bruxelles, Giuffré Milano, LGDJ Paris, Nomos Verlag, Baden, 1986, p. 391.

116 Robert Marjolin, Europe in Search of its identity, p. 23, the Russell C. Leffingwell Lectures, 9, 16, 18 septembre 1980. Trad. : « Nombreux étions-nous en France et dans les autres pays européens, prêts à l’accepter, voire à la désirer. »

117 Pierre Mélandri and Maurice Vaïsse, « France : from the Powerlessness to the search for Influence », Power In Europe ?... op. cit. ; voir bibl. n° 254 ; p. 471.

118 Pierre Mélandri, Les États- Unis face à l’unification de l’Europe... op. cit. ; voir bibl. n° 252 ; t. I, p. 380.

119 Pierre Mélandri,... op. cit. ; voir bibl. n° 252 ; t. I, p. 389.

120 Alan S. Milward, The reconstruction of Europe... op. cit. ; voir bibl. n° 256 ; p. 203.

121 Robert Marjolin, Le travail d’une vie... op. cit. ; voir bibl. n° 47 ; p. 203.

122 Pierre Mélandri, Les États-Unis face à l’unification de l’Europe... op. cit. ; voir bibl. n° 252 ; p. 347.

123 CE 79, CE 5 août 1949, Note pour Paris, « a/s coordination des investissements », lien avec l’o. d. j. n° 11.

124 Le Populaire, 10-11 septembre 1949, « Le bilan de Strasbourg », Œuvres... op. cit. ; voir bibl. n° 25 ; t. VII, p. 291 ; Le Populaire, 26 août 1949, « On attend un Mirabeau », Œuvres... op. cit. ; voir bibl. n° 25 ; t. VII, p. 285.

125 5 A 72, Teissedre, note, 28 juin 1948, « Le plan Marshall ne s’insère pas dans un cadre homogène politique ».

126 ZE 1944-49, Généralités, 10, AB, La Haye, 19 juillet 1948, 13 h 30, à transmettre à Clappier direct. de cabinet du président du Conseil et à Koscziuscko chef de cab. du président de la République.

127 B 33689, Bonnet, 30 avril 1948, n° 140 DET, a/s ERP, « Intentions de David Bruce ».

128 363 AP 37, Monnet à René Mayer, 18 avril [1948], 6 pages manuscrites.

129 ZE 1944-49, 23, A. Bérard, 8 juin 1948, n° 1289, à G. Bidault, « Dulles et l’Europe occidentale », article du 12 juin. 363 AP 10, 5 août 1948, 19 p. dactyl. « Les perspectives de la négociation militaire de Londres », personnelle, conf.

130 ZE 1944-49, Généralité 10, H. Bonnet 8 septembre 1948, n° 1939 à MAE, « a/s organisation de l’Europe occidentale ».

Table des illustrations

Titre Tableau 109. Propositions de partage de l’aide Marshall par les quatre sages dans l’été 1948, pour 1948-1949
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2790/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 281k
Titre Tableau 110. Aide prévue pour la France en 1948-1949
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2790/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Titre Tableau 111. Prévisions budgétaires françaises pour 1949
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2790/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 106k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter