Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le grand état-major financier : les inspecteurs des Finances, 1918-1946

 | 
Nathalie Carré de Malberg

Cinquième partie. Les inspecteurs des Finances dans la tourmente : les par‎cours de 1939 à 1946

Chapitre XVII. Les parcours au service de l’État français 1940-1944

Texte intégral

  • 1 Y. Bouthillier, Le Drame de Vichy, Finances sous la contrainte, t. II, Paris, Plon, 1951, p. 256-25 (...)

1Nous ne reviendrons pas sur la domination des Finances sur l’ensemble de la politique économique au cours de cette période, bien étudiée par M. Margairaz et que le ministre Bouthillier (1927) lui-même, dans ses Mémoires, résume ainsi : « Les Finances gardaient sur les autres ministères la même autorité que jadis et elles pouvaient à travers les prix comme à travers le budget et la monnaie orienter et fixer l’ensemble de la politique économique1. »

2Et Bouthillier justifie cette prééminence : « Elle maintenait à la maison de la rue de Rivoli, son efficacité et son rang […] Nous disposions pour organiser les services économiques de l’expérience de la solidarité, des qualités traditionnelles des fonctionnaires des Finances. »

  • 2 A. Fayol, « L’Inspection générale des Finances », Conférence d’information sur les carrières, Paris (...)

3Parmi eux, les plus hautes responsabilités (pas toutes) sont exercées par les inspecteurs des Finances et ceux-ci ne servent pas seulement leur ministère de tutelle. En novembre 1942, Fayol (1929), adjoint au chef du Service, évoquant le phénomène des démissions, explique aux jeunes candidats : « Aujourd’hui, il [le pantouflage] est presque inconnu, car les services publics qui se développent comme vous savez, ont trop de besoins en hommes pour qu’on ait le goût ou même le droit de chercher ailleurs2. »

  • 3 F. Bloch-Lainé et C. Gruson, Hauts fonctionnaires sous l’Occupation, Paris, Odile Jacob, 1996, 284  (...)

4Pourtant, si tout inspecteur est aux ordres de son ministre, Bloch-Lainé (1936), évoquant les hauts fonctionnaires, rappelle avec raison qu’ils « ont pu choisir à tout moment entre la complicité et l’abstention. Aucun n’était contraint par son statut à faire n’importe quoi de contraire à sa conscience… Il n’y avait pas de captif du devoir. Il suffisait le plus souvent d’être prêt à se faire mal voir, à être éloigné des tâches importantes, à ne plus « avancer ».3

5Après avoir mesuré cette inflation d’emplois nouveaux offerts aux inspecteurs et acceptés par eux, nous tenterons de répondre ici à quelques questions : quels sont ces besoins nouveaux ? Quand et durant combien de temps ces emplois sont-ils occupés ? Y a-t-il des promotions de carrière anormalement rapides ? Quelles expériences préalables sont exigées pour satisfaire ces nouveaux besoins ? Enfin, quelles furent les motivations de ceux qui, étant dans une entreprise, publique ou privée, avant 1940, ont choisi de revenir servir l’administration ou le gouvernement ?

I. L’appel d’air : étude quantitative et chronologique

  • 4 J.-M. Drouineau : « La crise de l’Inspection » dans La Gazette de l’Inspection, no 6, juin 1941.

6Rappelons les chiffres donnés plus haut, dans la deuxième partie, sur « Le métier » : les cadres sont passés de 50 % en 1913 à 35 % en 1939, puis à 25 % en 1942. Cet exode ancien s’accélère sous Vichy en dépit des efforts de Drouineau (1901), chef du Service, et alimente le débat sur « la crise de l’Inspection » dont La Gazette de l’Inspection se fait l’écho de 1941 à 19444. Redonnons la parole au ministre des Finances qui s’en expliquait, en s’adressant aux inspecteurs généraux, le 8 avril 1942 :

  • 5 Dossier W 1-03, service de l’IGF.

« L’État a dû assumer depuis l’Armistice des devoirs et des responsabilités que ses cadres traditionnels ne l’avaient pas préparé à remplir. En matière économique et financière il a été amené à exercer, outre ses fonctions normales de contrôle, une action directe sur l’organisation de la production et des échanges. L’extension de son rôle a exigé l’affectation d’un personnel d’élite, capable à la fois de faire face à des tâches plus nombreuses et de venir à bout de travaux plus difficiles. J’ai donc été conduit à confier de plus en plus souvent un rôle de direction aux hauts fonctionnaires autrefois investis d’une mission de contrôle et à prélever sur les effectifs de l’Inspection des Finances les collaborateurs éminents que l’œuvre du gouvernement venait à requérir5. »

7Le nombre d’inspecteurs employés hors des cadres par date augmente donc considérablement, surtout dans le premier Vichy, avant avril 1942 et le retour de Laval.

8Au 1er août 1939, 55 inspecteurs, sortis des cadres, servent dans l’administration ou dans les cabinets.

9Au 1er janvier 1942, 82 inspecteurs (non compris les dissidents) servent dans l’administration ou dans les cabinets, dont 33 aux Finances stricto sensu.

10À partir du 11 novembre 1942, les ralliements à la France libre à Alger, Londres ou sur le front, et les comportements prudents ou lucides réduisent ces effectifs : au 1er janvier 1943, ils ne sont plus que 71 ; au 1er janvier 1944, on en compte 62.

  • 6 En ne comptant pas ceux qui sont en disponibilité dans le privé, appelés à démissionner au bout de (...)

11Si on ne raisonne plus par date, et donc par stock, mais par période et donc en flux, le tableau 1 ci-dessous est encore plus explicite. Sur 159 inspecteurs fonctionnaires de moins de quarante ans de carrière au 1er juillet 1941, 1156 occupent un emploi hors des cadres en Métropole entre 1940 et 1944. À titre de comparaison, entre 1935 et 1939, sur 162 inspecteurs fonctionnaires, 87 ont occupé un emploi équivalent, toujours en Métropole.

Tableau 1. Inspecteurs des Finances hors des cadres, non démissionnaires, actifs en métropole selon l’employeur par périodea

IF encore fonction.
entreprises publ. ou semi métropole
b

IF encore fonction.
administration/
cabinets métropole
c

IF encore fonction.
adm./cabinet Finances métropole

IF encore fonction.
adm./cab., autres minist.métropole
d

IF encore fonction.
cabinets tous minist.métropole

Période

Entrés avant 1936

Entrés avant 1936

Entrés avant 1936

Entrés avant 1936

Entrés avant 1936

Entre 1935 et 1939

39

68

46

32

34

Période

Entrés avant 1940

Entrés avant 1940

Entrés avant 1940

Entrés avant 1940

Entrés avant 1940

Entre 1940 et 1944

31

99

61

49

27

Différence

– 8

+ 31

+ 15

+ 17

+ 7

a. Tableau établi à partir de la base de données des emplois des inspecteurs des Finances, selon les informations tirées des dossiers de personnel et des annuaires, et d’après la « Liste des inspecteurs des Finances hors des cadres en fonction au 16/06/40 ou nommés depuis qui ont occupé des fonctions à l’extérieur du ministère des Finances », envoyée le 28 septembre 1944 par André Fayol, chef du Service, à M. Guéry pour le Jury d’honneur. Il ne s’agit que des actifs, c’est-à-dire ayant moins de 41 ans de carrière. Les inspecteurs des promotions de 1941 à 1944 ne sont pas comptabilisés.
b. Y compris contrôleurs financiers auprès des offices ou entreprises.
c Ne comprend pas la Cour des comptes ni les fonctions ministérielles.
d. Y compris les intendants et les contrôleurs des dépenses engagées des ministères autres que celui des Finances.

  • 7 Les emplois en entreprises, à cette époque, se raréfient bien entendu sous l’Occupation (3 par an e (...)
  • 8 On en compte 7 de moins dans les entreprises publiques ou semi-publiques.

12Sur ces 115 inspecteurs fonctionnaires hors des cadres sous l’Occupation, 99 travailleront dans une administration ou un cabinet et 32 pour une entreprise publique ou semi-publique, contrôle financier compris. C’est bien l’administration ou les cabinets et non les entreprises qui, sous Vichy, offrent de nouveaux emplois7. À titre de comparaison, toujours entre 1935 et 1939, sur les 87 inspecteurs fonctionnaires hors des cadres, 68 ont été dans les administrations ou les cabinets en Métropole et 39 dans les entreprises, contrôle financier compris8.

13La période de l’Occupation crée donc bien une opportunité pour tous et notamment pour ces 31 inspecteurs de plus qui servent l’État dans les administrations ou les cabinets.

14À ces 99 inspecteurs fonctionnaires, il faut ajouter les 9 démissionnaires revenus servir l’État (plus un retraité) que nous étudions plus loin.

15Sur les 99 inspecteurs dans l’administration ou les cabinets entre 1940 et 1944, 61 (soit 62 %) travaillent – directement ou non – sous la tutelle du ministère des Finances (pour 104 emplois) et 49, soit 50 %, pour un autre ministère (73 emplois). À titre de comparaison encore, entre 1935 et 1939, sur les 68 inspecteurs dans les administrations ou les cabinets en Métropole, 46 – soit 67 % – ont été sous tutelle des Finances (pour 84 emplois) et 32, soit 47 %, ailleurs dans d’autres ministères (pour 55 emplois).

16Sur les 31 inspecteurs supplémentaires, 15 inspecteurs sont employés, à un moment ou à un autre, dans le nouveau ministère des Finances élargi et 17 dans les autres ministères. Et sur ces 31, on compte 7 inspecteurs dans un cabinet. Cette expansion sera doublement mal vue à la Libération car ils sont statutairement au service de leur ministre et rien ne les oblige à quitter leur ministère de tutelle.

17La différence de chiffres entre période et année souligne la grande mobilité des affectations. Déjà bien réelle dans les années trente, à la mesure des mouvements liés au changement de ministère ou de ministres et au développement de l’intervention de l’État, cette mobilité s’accentue au fil de la conjoncture de la guerre.

II. L’expansion du ministère des Finances : des opportunités nouvelles

  • 9 P. Reynaud, Mémoires, Envers et contre tous, t. I, Paris, Flammarion, 1960, p. 387.
  • 10 M. Margairaz, L’État, les finances et l’économie. Histoire d’une conversion, 1932-1952, Paris, Comi (...)

18Yves Bouthillier, inspecteur des Finances, devient ministre des Finances de Paul Reynaud9 le 5 juin 1940, puis de Pétain le 16 juin 1940, avec le titre de ministre des Finances et du Commerce, et enfin ministre, secrétaire d’État aux Finances le 12 juillet. Il crée par la loi du 30 août 1940 le secrétariat d’État à l’Économie nationale et aux Finances et porte le titre de ministre secrétaire d’État. Le nouveau ministère absorbe et développe les fonctions économiques et dirigistes apparues en 1936 et développées pendant la drôle de guerre. Michel Margairaz fait remarquer la structure dualiste et le rassemblement « insolite » des directions traditionnelles de la rue de Rivoli et de celles, plus récentes, issues des réformes de 1936 et de 194010. L’ambiguïté de cette nouvelle organisation du ministère, mariage de la carpe libérale et du lapin dirigiste, n’a pas échappé, dès cette époque, à certains observateurs, comme le prouve cette réflexion de Culmann (1933), secrétaire général au ministère de la Production industrielle, qui écrit en 1943 :

  • 11 H. Culmann, Cours de l’école supérieure d’organisation professionnelle, 1943, p. 91, cité par A. Ho (...)

« La confusion relevée dans l’organisation des services du ministère des Finances exprime soit une mauvaise hiérarchie des idées, soit peut-être la prudence avec laquelle cette administration s’engage dans une voie dirigiste dont elle apprécie mal le caractère durable11. »

  • 12 Guide administratif des services ministériels français actuellement à Paris, Paris, COST, janvier 1 (...)

19Au 1er janvier 1941, sans compter les services annexes comme celui de la Statistiques ou le service de l’Inspection, M. Margairaz compte12 16 emplois de directeurs ou secrétaires généraux. 11 sur 16 sont occupés par des inspecteurs. Nous avons vérifié : sur ces 11, 3 seulement étaient déjà dans ces fonctions avant 1940, soit parce que ces directions n’existaient pas, soit parce qu’elles ont changé de titulaire. Avec la mobilité extrême des emplois au cours de cette période, nous avons compté que sur les 99 qui ont servi l’État en Métropole, 47 inspecteurs ont occupé 58 emplois de directions, qu’il s’agisse de cabinet ou d’administrations, et en comptant, ici, les intendants.

A. Les secrétaires généraux pour les Finances publiques et pour les Affaires économiques

  • 13 M. Margairaz, L’État, les finances et l’économie…, op. cit., p. 381.
  • 14 Ils sont assistés d’un secrétaire général adjoint, Labbé (1931), jusqu’à sa mise en disponibilité p (...)
  • 15 M. Margairaz, L’État, les finances et l’économie…, op. cit., p. 381.

20Il ne s’agit pas d’une création de Vichy. Il existait, en 1938, un secrétariat général aux Finances, dirigé par Bouthillier, qui était chargé, en outre, de la direction du MGF. Le ministère de l’Économie nationale, créé en 1936, avait disparu après le départ de Léon Blum en juillet 1937 et avait été réduit à un secrétariat général du Comité interministériel de l’Économie nationale, sous la direction d’abord de Roger Aubouin, économiste de L’Europe nouvelle, puis de Roger Nathan et Hervé Alphand (1930)13 qui cumulait avec la fonction de directeur des Accords commerciaux au ministère du Commerce14. En avril 1938, ce secrétariat général redevient un ministère indépendant dirigé par Patenôtre, député modéré, mais son activité, selon M. Margairaz, reste limitée au secrétariat général du Comité interministériel et aux services d’observation économique et de surveillance des prix15.

21Les secrétaires généraux n’ont jamais été bien perçus par les directeurs de Rivoli, comme le rappelle Bloch-Lainé :

« Les secrétaires généraux étaient des fonctionnaires, ce n’étaient pas des ministres. En temps normal, l’institution des secrétaires généraux n’a jamais eu beaucoup de succès aux Finances. Ce Ministère s’est montré toujours assez allergique à cette pratique, parce que les directeurs attachent du prix à avoir un contact direct avec le Ministre. »

  • 16 C. Andrieu, « La direction du Trésor sous l’Occupation », séminaire sur l’histoire du Trésor, séanc (...)

22Bouthillier, qui connaît bien le pouvoir et l’indépendance des grands directeurs pour l’avoir été lui-même au Budget en 1935, ne souhaite pas, maintenant qu’il est devenu ministre, subir cette indépendance et cette rivalité des grands féodaux de la rue de Rivoli, d’autant plus menaçantes que le ministre est à Vichy et les Finances à Paris16. F. Bloch-Lainé ajoute une autre raison : l’élargissement des responsabilités du ministère des Finances.

  • 17 F. Bloch-Lainé, intervention au Comité d’histoire de la Seconde Guerre mondiale le 27 janvier 1977, (...)

« Quand il a été ministre de Pétain, il (Bouthillier) a réuni au Ministère des Finances des attributions qui étaient exercées jusqu’alors soit par le Ministère du Travail soit par le Ministère du Commerce. Il a jugé utile d’avoir deux super directeurs qui étaient donc Henri Deroy et Olivier Moreau-Néret17. »

23Dans ses Mémoires, Y. Bouthillier donne une troisième explication :

  • 18 Y. Bouthillier, Le Drame de Vichy, op. cit., t. II, livre 4, « Organisation de l’Économie nouvelle  (...)

« À Vichy le rôle des secrétaires généraux fut fixé d’une manière plus systématique. Le secrétaire général fut conçu par nous, au mois de juillet 1940, comme l’intermédiaire naturel du ministre avec un groupe de “directions” de l’administration centrale. Comme sous la IIIe République son statut faisait de lui un haut fonctionnaire. Il n’avait rien d’un sous-secrétaire d’État comme nous l’avions connu. Il était, en principe, placé hors des vicissitudes de la vie politique18. »

24Et ailleurs, il précise :

  • 19 Y. Bouthillier, Le Drame de Vichy, Les Finances sous la contrainte, t. II, Paris, Plon, 1951, 552 p (...)

« Pour le ministère des Finances, la présence d’un haut fonctionnaire responsable la fois de la Trésorerie et du Budget est une nécessité. Le dualisme des deux points de vue est un obstacle infranchissable à la bonne gestion des finances publiques19 ».

  • 20 Idem, p. 261.

25À ses yeux, ces secrétaires généraux ne doivent pas se contenter d’être des techniciens mettant leurs compétences au service du ministre mais devaient aussi être les représentants du « réel », faisant contrepoids par leurs objections de praticiens aux décisions « abstraites » des ministres politiques. Ils ne sont pas seulement conseillers du ministre, ils ont à exercer un pouvoir d’opposition auprès du gouvernement. Il leur appartient de « rendre sensibles les obstacles que le réel dresse devant les membres du gouvernement, toujours porté à se laisser abuser par de faux problèmes, à se laisser emporter dans le monde factice où vivent par nature les partis20 ».

  • 21 Mémoire en défense de janvier 1945, dossier T. de Feuilhade de Chauvin (1945) son gendre, IGPDE.

26À leur tête, Bouthillier nomme donc, le 16 juillet 1940, deux inspecteurs des Finances venus des banques : aux Finances, Deroy (1923), directeur général de la Caisse de dépôts depuis 1935 et chargé, sans quitter la Caisse, depuis le 6 juin 1940, lorsque Bouthillier devient ministre, de diriger le Mouvement général des fonds ; aux affaires économiques, Moreau-Néret (1919), démissionnaire, secrétaire général du Crédit Lyonnais depuis 1926, rappelé du front le 5 mai 1940 pour être nommé par Bouthillier directeur des Services au ministère de l’Économie nationale. Comme on le verra, pour l’un comme pour l’autre, c’est la mobilisation qui les ramène au service de l’État et dans des fonctions administratives. L’un comme l’autre restent dans leurs champs d’activité occupés pendant la drôle de guerre. Dans son Mémoire en défense, à la Libération, Moreau-Néret le constate en omettant de dire qu’il s’agit là tout de même de responsabilités plus importantes et plus vastes que rien ne l’obligeait à accepter : « Quand fut constitué le nouveau Gouvernement en juillet 1940… Je fus donc simplement confirmé dans les mêmes fonctions avec le titre de Secrétaire général pour les questions économiques21. »

27Tous deux confient leurs responsabilités respectives dans leurs banques à des remplaçants provisoires.

  • 22 Il est aussi membre du CEI et du CEE, le Conseil d’études économiques, à partir du 15 mai 1941. M.  (...)
  • 23 Dossier Filippi, IGPDE.

28Rapidement, fin juin 1941, Moreau-Néret quitte cette fonction et retrouve le Crédit Lyonnais comme codirecteur à la suite, selon son témoignage confirmé par des témoins, de ses désaccords répétés depuis février 1941 avec Bouthillier, « en particulier sur la position à prendre vis-à-vis des Allemands » et surtout avec Barnaud (1920), associé gérant de Worms, directeur de cabinet de Belin, ministre du Travail, puis délégué général du gouvernement français pour les relations économiques franco-allemandes (la DGREFA) en février 1941. « [Mon] état d’esprit ne cadrait guère avec la politique du Gouvernement et ne me permit pas de demeurer, même à un poste administratif. Je donnai ma démission en juin 194122. » Dans le Mémoire en défense de Filippi (1930), directeur de cabinet de Bouthillier et qui succède à Moreau-Néret, on apprend que le ministre aurait souhaité, dès janvier 1941, le nommer à la place de Moreau-Néret23. En avril 1942, le nouveau ministre, Cathala, remplace Filippi par Zaffreya, ancien directeur de l’Économie générale, qui n’est pas inspecteur. Deroy, lui, reste secrétaire général jusqu’au 12 février 1943.

B. Les cabinets des ministres des Finances

29On ne peut s’étonner que les cabinets des deux ministres soient dirigés comme avant la guerre par des inspecteurs des Finances. Au total, ils sont 13 à y avoir exercé des fonctions entre le 16 juin 1940 et le 25 août 1944. Ce nombre important est dû à l’existence des deux zones et à la rotation de ses membres au fil des événements politiques.

30Le ministre Bouthillier conserve, au début, la plupart des inspecteurs du cabinet de son prédécesseur, Lamoureux, qu’il connaissait d’autant mieux qu’il était depuis novembre 1938 secrétaire général du ministère. Il conserve Filippi qui dirigera son cabinet jusqu’en juillet 1941, Oudiette (1931), Du Pont (1933) et Libersart (1936).

Tableau 2. Liste par ordre alphabétique des inspecteurs dans les cabinets du ministère des Finances et des Affaires économiquesa

Noms des inspecteurs des Finances

Titre

Ministre Cabinet finances

Cardin

Chef adjoint

Cabinet Finances Bouthillier

Chomereau (de)

Chef adjoint

Cabinet Finances Cathala

Clermont-Tonnerre (de)

Chargé de mission
Chef adjoint

Cabinet Finances Bouthillier,
Cabinet Finances Cathal
a

Douffiagues

Chef

Cabinet Finances Cathala

Du Pont

Chargé de mission

Cabinet Finances Bouthillier

Filippi

Chef

Cabinet Finances Bouthillier

Fouchier (de)

Chef

Cabinet Finances Cathala

Hedde

Chargé de mission
Chef adjoint

Cabinet Finances Bouthillier,
Cabinet Finances Cathal
a

Libersart

Chef adjoint

Cabinet Finances Bouthillier

Oudiette

Chef adjoint

Cabinet Finances Bouthillier

Renand

Chef adjoint
Chef des services administratifs

Cabinet Finances Cathala

Ricquebourg

Chargé de mission

Cabinet Finances Bouthillier,
Cabinet Finances Cathal
a

Yrissou

Chef adjoint

Cabinet Finances Bouthillier

a. Cf. tableau 3 pour les dates de début et de fin.

31Oudiette, chargé de mission au cabinet du président du Conseil Laval, en 1935, puis chef de service de l’ONIB, sous l’autorité de G. Monnet, et contrôleur financier de l’ONIB, mobilisé, se retrouve d’avril à mai 1940 auprès de Queuille, ministre de l’Agriculture, puis au cabinet de Lamoureux. En septembre 1940, il quitte le cabinet et rejoint Couve de Murville (1930) à la direction des Finances extérieures, comme sous-directeur et contrôleur financier des biens et intérêts privés jusqu’au 27 mars 1943. Au départ de Couve de Murville, avec le rattachement de la direction des Finex au Trésor, il en devient directeur adjoint jusqu’en septembre 1945. Ses fonctions en cabinet, pendant la drôle de guerre, lui donnent donc l’occasion de bifurquer de l’Agriculture et de l’ONIB vers la prestigieuse Finex.

32Du Pont, issu du cabinet Reynaud et chef de cabinet de Laniel, sous-secrétaire d’État auprès du ministre des Finances Lamoureux en 1940, ne reste pas longtemps, non plus, au cabinet et retourne, dès octobre 1940, à ses fonctions de chargé de mission puis de sous-directeur, en 1943, de l’ancienne direction du Contrôle financier des participations publiques, absorbée par la nouvelle direction de l’Économie générale.

  • 24 Il figure encore, dans le Bottin administratif de 1942, au cabinet de Bouthillier. Peut-être a-t-il (...)

33Libersart, reçu 1er en 1936 mais resté dans les cadres jusqu’en 1940, profite sans doute de sa fonction stratégique d’adjoint au chef du Service, occupée lors de la mobilisation, pour trouver sa première sortie, en mars 1940, au cabinet de Lamoureux, puis avec Bouthillier. En octobre 1941, il devient inspecteur et chef du service d’Expansion commerciale à la direction du Commerce extérieur24.

  • 25 Cabinet dirigé par Leca (1932) assisté de Devaux (1932). Cette information est donnée par lui mais (...)
  • 26 Entretien no 1 avec A. de Castelnau le 10 avril 1989, IGPDE.

34À l’échelon de Vichy, c’est Yrissou qui dirige le cabinet. Reçu directement en 1937 au deuxième concours, lui aussi est resté dans les cadres jusqu’à la guerre. Réformé, il est chargé de mission au cabinet de Paul Reynaud25, de septembre 1939 à mai 1940, puis de Bouthillier. Ce dernier le nomme, en août 1941, chef adjoint puis, en mai 1942, intendant pour les Affaires économiques de la région de Limoges. Yrissou a raconté qu’au cabinet de Reynaud, il a fait la connaissance de Bouthillier qui lui a demandé de venir à son cabinet en juillet 1940. Yrissou aurait demandé à rester à l’antenne du cabinet à Vichy pour être, dit-il, plus près de sa famille, dans le Tarn. Il s’est expliqué aussi sur ses motivations en utilisant une argumentation partagée par beaucoup a posteriori : « Il n’y avait pas d’autre choix si on voulait agir et agir utilement. On n’était pas d’accord mais il fallait faire face, il y avait la réalité de la vie quotidienne26. »

  • 27 J.-F. Potton, « La Cour pendant les années noires », conférence du 19 décembre 2007, Paris, La Docu (...)

35En juin 1941, lorsque Filippi est promu secrétaire général pour les Affaires économiques, un des deux chefs adjoints lui succède : André Favier, conseiller référendaire de 2e classe à la Cour des comptes depuis 193927.

  • 28 Entretien avec A. Terray en avril 1989, IGPDE.
  • 29 J. de Fouchier, Le Goût de l’improbable, Paris, Fayard, 1984, 270 p.

36Au cours de l’année 1941, quatre inspecteurs sont nommés chargés de mission pour remplir les vides. Cardin (1934), appelé en février 1941 par Filippi28 comme chef adjoint, était déjà chargé de mission depuis juillet 1940 puis chef adjoint en septembre au secrétariat aux Réfugiés auprès de Peyrouton, ministre de l’Intérieur. Il ne reste que quelques mois au cabinet et devient intendant pour les Affaires économiques en mai 1941 à Toulouse. Hedde (1937) et Ricquebourg (1939) arrivent en octobre 1941 comme chargés de mission et Clermont-Tonnerre (1937) en novembre 1941, également comme chargé de mission. Ils y trouvent tous trois leur première sortie. Hedde restera au cabinet de Cathala à l’échelon de Vichy, y compris après la démission de Fouchier (1934)29, jusqu’en août 1943 où il devient sous-directeur de l’Office des changes.

  • 30 Cf. P. Assouline, Une éminence grise, Jean Jardin 1904-1976, Paris, Balland, 377 p., p. 68-74. Fili (...)

37Le bottin administratif de 1942 donne la composition du cabinet au cours du premier semestre 1942. Les autres membres du cabinet non-inspecteurs sont, outre Favier : Montalembert, chargé de mission ; Fain (Gaël), secrétaire général de l’Assurance-crédit ; Sauvy, sous-directeur de la Statistique générale de la France, Jardin, inspecteur principal de la SNCF et futur directeur de cabinet de Laval, le fameux « Nain jaune » appelé par Filippi qui l’a connu à la SNCF en 193730.

  • 31 J. de Fouchier, Le Goût de l’improbable, op. cit., p. 128-129. Fouchier ne précise pas que celle-ci (...)
  • 32 Notons que les souvenirs de Fouchier manquent de précision puisqu’il dit que Cathala n’a fait venir (...)

38Le nouveau ministre Cathala, le 18 avril 1942, cherche un directeur pour son cabinet et fait appel à Fouchier qui a raconté comment et pourquoi il avait accepté et les conditions qu’il a imposées, notamment le choix de son équipe31. Sollicité par l’intermédiaire de son ancien Adéodat Boissard (1927), vieil ami de Cathala, qu’il a connu au Comité de la Hache, il a, dit-il, pris au préalable l’avis du secrétaire général Deroy, du directeur du Trésor J. Brunet (1924) et du directeur des Finances extérieures Couve de Murville. Rien d’étonnant, donc, à ce qu’on retrouve des inspecteurs. Sur 9 membres figurant dans l’annuaire des Finances, 4 sont inspecteurs dont les 3 plus hauts responsables. En réalité, il conserve, certains membres du cabinet de Bouthillier : Hedde, toujours chargé de mission jusqu’en août 1943 ; Clermont-Tonnerre, chargé de mission depuis novembre 1941 dans le cabinet précédent, devient chef adjoint ; Ricquebourg, lui aussi chargé de mission. Il fait appel, pour l’échelon de Vichy, à Chomereau (1933) comme chef adjoint. Ce dernier a eu sa première sortie en septembre 1939 (de santé fragile, il n’était pas mobilisable) au cabinet civil de Dautry, ministre de l’Armement, puis est passé, en juillet 1940, comme chef adjoint du cabinet du ministère de la Famille et de la Jeunesse32.

  • 33 Il restera comme chef de Service, à partir de 1947, à l’Office des changes jusqu’en 1957.
  • 34 Après son passage au CFLN, il commence après la guerre une carrière internationale à Washington ava (...)

39Fouchier a raconté la démission collective du cabinet en novembre 1942 et leurs préparatifs pour rejoindre la France libre. En fait, tous ne démissionnent pas si on en croit les dossiers : Chomereau devient même chef adjoint du cabinet en mai 1943, toujours à Vichy, jusqu’à ce qu’à son tour, il prenne ses distances, en novembre 1943, et se retire sur ses terres, d’autant plus aisément que sa santé est fragile ; Hedde, on l’a vu, reste jusqu’en août 194333 et même Clermont-Tonnerre, jusqu’en avril 1943 et son évasion vers la France libre34 ; Ricquebourg, démissionnaire du cabinet avec Fouchier, s’évade lui aussi en avril 1943 pour Alger et l’armée de la France libre.

40En novembre 1942, Cathala cherche donc un nouveau directeur qu’il n’a pas de mal à trouver selon Fouchier. Il s’agit de Douffiagues (1937) qui n’était que chargé de mission à la direction de l’Économie générale. Ce dernier fait appel provisoirement à Renand (1938) comme chef adjoint. Celui-ci, chargé de mission, depuis mai 1942, au secrétariat général auprès du chef du gouvernement Laval, y retourne en avril 1943, assumant cette fois les fonctions de directeur, et le titre, en septembre 1943, de directeur du contrôle administratif des services au secrétariat général auprès du chef du gouvernement.

  • 35 Notamment Douffiagues et Renand.

41Pour certains, on ne peut pas parler de promotion accélérée par Vichy puisqu’ils avaient déjà été en cabinets ou exercé des fonctions administratives actives. Pour d’autres, les plus nombreux et les plus jeunes, c’est leur première sortie et leur carrière s’en trouve accélérée. On verra plus loin qu’ils ont dû en payer le prix à la Libération35, dès lors qu’ils ne se sont pas évadés de France ou engagés dans la Résistance. Ces nominations dans des postes autant politiques que techniques, auxquelles ils n’ont pas su ou voulu résister, laissent songeurs et on n’en trouve guère d’explication dans les témoignages disponibles.

C. Les directions traditionnelles

42Dans les anciennes directions du ministère des Finances, plus ou moins modifiées dans leurs attributions ou leur dénomination, ce qui a frappé Robert Paxton comme Michel Margairaz, c’est la permanence des directeurs inspecteurs. En effet, il n’y a pas eu de changements dans les trois régies dirigées respectivement par A. Boissard (1927), directeur général des Domaines, de l’Enregistrement et du Timbre depuis février 1940 ; Appert (1922), directeur général des Contributions indirectes depuis août 1937, et Watteau (1922), directeur général des Contributions directes depuis novembre 1937. En revanche, les autres directions, toujours très majoritairement dirigées par des inspecteurs, ont changé de sphère d’activité et de titulaires, certes toujours issus de l’Inspection, mais ce ne sont pas les mêmes dans les mêmes fonctions.

43En effet, les autres directeurs inspecteurs en poste après août 1940 ne l’étaient pas auparavant et, en outre, la période connaît un renouvellement important des sous-directeurs ou chargés de mission, des accélérations de carrières ou des mutations/sanctions inattendues, comme l’étude des principales directions le montrent bien.

44À l’ancienne et prestigieuse direction du Mouvement général des fonds succède une direction du Trésor, amputée des Finances extérieures mais augmentée de l’ancienne direction de la Comptabilité publique (CP) dont le directeur, J. Brunet (1924), prend assez logiquement la direction, assisté pour la CP de son ancien sous-directeur Allix (1928). Lorsque celle-ci retrouve son autonomie en mars 1943, Allix en devient tout naturellement le directeur.

  • 36 Entretiens en 1988 et 1989 avec A. de Castelnau, IGPDE.
  • 37 Il est aussi le gendre de l’amiral Gensoul qui a résisté aux Anglais à Mers-el-Kébir en juillet 194 (...)
  • 38 Entretien enregistré avec l’auteur en 1981. Cf. ci-dessus, cinquième partie, chapitre XVI. Rappelon (...)

45Dans les fonctions de sous-directeur de cette nouvelle direction du Trésor, les deux changements sont notables. Jacques Brunet a raconté comment il a recruté son directeur adjoint, Herrenschmidt (1931)36. Ce dernier est issu de la sous-direction du Contrôle financier au sein du Budget, passé à la direction du CFPP en 1935 comme chargé d’études, puis sous-directeur en décembre 1938 et, parallèlement, chef du Service des prestations en nature et des dommages de guerre jusqu’à sa mobilisation. Brunet apprend par le préfet du Nord que Herrenschmidt, après un comportement héroïque, est prisonnier mais encore sur le territoire français. Brunet obtient sa libération et le prend à ses côtés. À ce poste, il est chargé des relations avec les banques et le Comité d’organisation des banques. Il restera en fonction jusqu’en janvier 1946. Compte tenu du prestige de cette direction, il s’agit là d’une belle promotion que son courage et ses opinions anti-allemandes et de droite ont sans doute favorisée37. En revanche, le sous-directeur, Saltes (1930), qui était en place en 1939, est évincé par Bouthillier. Il a pourtant lui aussi fait une très belle guerre et reçu la croix de guerre mais son tort est d’avoir été chef adjoint de cabinet de Vincent Auriol en 1936 et chef de cabinet de Léon Blum, brièvement, en 1938. Compte tenu de sa campagne militaire, Bouthillier ne peut le sanctionner au point de le renvoyer dans les cadres ; il l’exile dans « une voie de garage » pour s’occuper modestement, comme sous-directeur à la direction de l’Économie générale, du groupe IV des transports jusqu’à son arrestation comme otage avec d’autres hauts fonctionnaires en août 1943. C’est Filippi, dit-il, qui lui aurait trouvé cet emploi où « il n’avait rien à faire ». C’est là qu’il aurait, dit-il, été contacté par Pierre Cot pour participer au Comité général d’études38.

  • 39 Réponse écrite à l’auteur du 3 mars 1981.

46Autre changement : en juillet 1940, la sous-direction des Finances extérieures et des changes est érigée en direction autonome relevant non des Finances mais des Affaires économiques. Son titulaire, Couve de Murville, est logiquement promu directeur. En dehors d’Oudiette, on l’a vu, arrivé en septembre 1940, ses collaborateurs demeurent. Même Chaix de Lavarène (1935), non mobilisable car père de famille39, y était depuis novembre 1939. Son affectation comme chargé de mission au Service des relations extérieures et des changes, sous l’autorité de Guindey (1932), est sa première sortie des cadres. Sa nomination, en avril 1943, d’attaché financier en remplacement de Guindey, parti en Afrique du Nord, ne change pas ses responsabilités, car c’est un grade et pas un emploi, mais améliore, dit-il, un peu son traitement. « Les chargés de mission comme moi-même n’étions que les collaborateurs modestes des efforts quotidiens patients et jamais lassés qu’il (Couve de Murville) multipliait pour résister aux pressions de l’occupant. »

47Après le départ de Couve de Murville pour Alger en mars 1943 et le rattachement des Finances extérieures à la direction du Trésor sous l’autorité de Brunet, il précise : « Inutile de dire que notre rôle et nos efforts restèrent les mêmes. » Il y reste jusqu’en 1946 où il part comme attaché financier à Rome.

  • 40 Entretien enregistré avec l’auteur en 1981 et en 1982.

48Dans cette direction, Vichy et l’occupation allemande ont aussi modifié la carrière de Guindey. Chargé de mission depuis 1936, nommé attaché financier, il aurait dû devenir sous-directeur ou directeur adjoint en 1940. Comme on l’a vu dans le chapitre précédent, son ascendance maternelle juive et l’hostilité de Bouthillier (dit-il) l’ont empêché d’exercer des responsabilités dans cette direction, chargée des négociations avec les autorités allemandes40. Couve de Murville le garde auprès de lui mais l’envoie à Vichy, en zone libre, pour le mettre à l’abri. Il part pour l’Afrique du Nord via la Tunisie à l’hiver 1943.

  • 41 Cf. ci-dessus, cinquième partie, chapitre XVI.
  • 42 Lettre à Drouineau du 7 mai 1941 : « Ainsi que je vous en ai avisé, j’ai été invité à abandonner me (...)

49Selon son témoignage, Calvet (1933), lui aussi, aurait été victime de Bouthillier41. Calvet est chargé de mission depuis décembre 1938 auprès de Couve de Murville qu’il retrouve, après l’armistice, pour l’assister dans ses fonctions à la Délégation française de la Commission d’armistice à Wiesbaden. Il aurait, normalement, dû poursuivre sa carrière au sein de la nouvelle direction des Finances extérieures. Mais en juin 1941, à la demande de Bouthillier dit-il, il est muté à la direction des Assurances au poste de chef du service des assurances contre les risques de guerre maritimes et terrestres, poste qui semble être une promotion en grade mais qu’il trouve sans grand intérêt et qu’il considère comme une sanction due, selon lui, au fait que sa femme, étant la filleule de M. David-Veil, aurait été considérée comme juive42.

  • 43 Fonction qu’il cumule, en avril 1938, avec celle de chef des services administratifs du cabinet de (...)
  • 44 Dans sa réponse à notre questionnaire, Certeux laisse entendre qu’il a participé à des groupes de r (...)

50La direction des Impôts est aussi une nouvelle direction. Dès le 3 juillet 1940, Joseph Ripert (1927), fidèle du ministre avec qui il a préparé l’Inspection et travaillé au Budget en 1935, passe de la direction de la Dette inscrite, qu’il dirige depuis novembre 1937, à celle du Contrôle des Administrations financières et des dépenses engagées, devenue direction des Impôts le 4 septembre 194043. Comme Brunet, il était déjà directeur mais cette nouvelle direction est beaucoup plus importante. Ripert, en mai 1942, fait venir auprès de lui comme sous-directeur Certeux (1933), chargé de mission depuis 1938 à la direction du CFPP puis, en mai 1941, à la direction de l’Économie générale. Début 1943, lorsque Ripert devient directeur des Assurances et que la direction redevient un service, Certeux en prend la tête. Il s’agit bien, pour Certeux, d’une accélération de carrière qui ne lui sera d’ailleurs pas reprochée à la Libération puisqu’il y restera jusqu’en mai 1947, pour partir ensuite chez Gaz de France, après quelques années de mission à l’ONU et de cabinet auprès de Petsche comme conseiller technique de 1948 à 195044. Ripert et Bouthillier font aussi appel à Coquelin (1931), chargé de mission depuis juin 1939 dans cette direction, pour en être sous-directeur dès juillet 1940. Après un intermède de quelques mois entre mai et juillet 1942 dans les services administratifs du Secrétariat général du chef du gouvernement, dirigés par Guérard (1920), Coquelin revient à la direction des Impôts, comme chef de service, jusqu’en octobre 1942 avant de retourner à nouveau auprès de Guérard jusqu’en mars 1943. Il est alors choisi pour remplacer Leroy-Beaulieu (1929), évadé vers Alger, comme directeur du Commerce extérieur. Enfin, dans cette direction des impôts, Gabriel Ardant (1929), ancien collaborateur de Frossard au ministère des Travaux publics, devient, en janvier 1941, chargé de mission jusqu’en 1943 quand il s’évade de France avec sa femme, juive et donc menacée, pour Alger où il s’engage dans les Forces françaises libres, comme on l’a vu plus haut.

  • 45 Krafft (1933) y est chargé de mission de décembre 1938 à novembre 1940.
  • 46 Cf. cinquième partie, chapitre XVI ci-dessus et le témoignage de d’Arbonneau.

51Au Budget, d’où les inspecteurs sont quasiment absents depuis la réforme de 193645, on ne compte qu’un inspecteur, Grièges (1935), appelé comme chargé de mission à la fin de l’année 1940. Il devient sous-directeur en septembre 1943 et y reste jusqu’en octobre 1946. Nullement inquiété à la Libération, d’autant moins qu’on sait par ailleurs qu’il a protégé ses collaborateurs du STO46, on ne lui propose pas non plus de promotion. Il pantoufle alors à la Compagnie financière de Suez comme secrétaire général auprès de Georges-Picot (1925).

52Derrière les apparences de quelques noms, qui ont pu abuser, ce n’est pas vraiment la stabilité qui caractérise les parcours des inspecteurs au ministère des Finances sous Vichy, même dans les directions les plus traditionnelles. La période est au contraire caractérisée par une grande mobilité, toujours favorable aux inspecteurs, certes, mais pas toujours aux mêmes qu’avant guerre.

D. Les nouvelles directions et services du ministère

53Des directions issues d’autres ministères sont rattachées au ministère des Finances et des Affaires économiques. La direction des Accords commerciaux du ministère du Commerce rejoint les Finances sous l’appellation de direction du Commerce extérieur et son directeur, Alphand (1930), permute avec l’ancien attaché financier aux USA, Leroy-Beaulieu, dès juillet 1940 et jusqu’en mars 1943. Alphand, menacé par ses origines juives et ses positions nettement hostiles à la conclusion de l’armistice, parle « d’apparente disgrâce » dans son Journal mais précise :

  • 47 H. Alphand, L’Étonnement d’être, Journal, 1939-1973, Paris, Fayard, 1977, 614 p., p. 49.

« au fond de moi-même je mesure la chance de pouvoir échapper – pour un temps – au jésuitisme de mes nouveaux maîtres et au contrôle immédiat de l’Allemand si j’avais dû demeurer à la tête de mon service actuel47 ».

  • 48 H. du Moulin de Labarthète, Le Temps des illusions, Souvenirs, juillet 1940-avril 1942, op. cit., p (...)

54Du Moulin, directeur de cabinet de Pétain, évoquant l’épuration « modeste », « clairsemée », et les « chutes de prestige », cite en effet parmi les victimes Hervé Alphand, « porteur d’un beau nom mais d’amitiés trop lourdes que ses entrechats dans les salons les plus faisandés de la Troisième République désignaient mal aux yeux du Maréchal pour un poste à Vichy ; […] demi-disgrâce doublée d’une chance insigne48. »

  • 49 Sur le BAVE, on peut aussi consulter le témoignage concordant de J. de Fouchier, Le Goût de l’impro (...)

55À la direction du Commerce extérieur, sous l’autorité de Leroy-Beaulieu jusqu’en mars 1943 puis de Coquelin jusqu’en août 1944, on trouve deux inspecteurs à la tête de deux services : l’un ancien, l’expansion commerciale à l’étranger, sous l’autorité de Libersart jusqu’en mars 1945, date de la suppression de son poste et de sa réintégration dans les cadres ; l’autre fruit des circonstances, le BAVE, bureau des achats et ventes à l’étranger, créé en septembre 1940, dirigé par René Sergent, étudié au chapitre précédent, auquel ont également collaboré Fouchier, de janvier 1941 à avril 194249, puis Louvencourt (1935).

  • 50 Entretien enregistré avec l’auteur, 20 oct. 1981.

56La direction des Assurances, importée du ministère du Travail par la loi du 28 février 1941, est dirigée par Chesneaux de Leyritz, conseiller d’État, jusqu’en 1942 puis par Joseph Ripert. En son sein est créé le service des assurances maritimes, dirigé par Calvet, on l’a vu, « petit service nouveau, créé à l’intérieur du service des assurances du ministère des Finances pour permettre d’assurer avec le concours de l’État français les cargaisons des bateaux qui continuaient à traverser la Méditerranée pour approvisionner la France en produits africains50 ».

  • 51 O. Mourre est délégué général au CNCE jusqu’en 1953. En 1955, son camarade Appert, ancien directeur (...)

57La direction de l’Économie générale est d’abord dirigée par Zaffreya (non-inspecteur) jusqu’en avril 1942 puis par Olivier Mourre (1927), venu de la « Délégation Barnaud51 », puis, en octobre 1943, par Tournier (1926) jusqu’en mars 1946.

  • 52 Conseil national du commerce extérieur.

58La carrière de Tournier est exemplaire de ces accélérations de carrière sous Vichy, accélérations éphémères, qui ne laissent guère de trace. Reçu en 1926, brièvement adjoint du chef de cabinet du ministre de la Marine marchande W. Bertrand en 1933, ministère qu’il retrouve en 1936 avec Chappedelaine, il est commissaire du gouvernement pour les Compagnies de navigation subventionnées depuis 1934. Mobilisé, il est détaché le 12 mai 1940 auprès du ministre des Finances Lamoureux puis placé dans le corps des contrôleurs financiers en septembre 1940. Propulsé, en octobre 1942, comme faisant fonction de directeur adjoint de l’Économie générale, sous la direction d’Olivier Mourre, lorsque celle-ci est réorganisée, il est chargé pour le groupe II – production industrielle et commerce – des études et de l’application des lois du 16 août 1940 sur les comités d’organisation et du 10 septembre 1940 sur la répartition. Il en devient directeur le 16 octobre 1943 lorsque Mourre part pour le CNCE52 et il est maintenu, à la Libération, comme directeur de la Coordination économique au ministère de l’Économie nationale. Remis à la disposition du Service en avril 1946, réintégré en octobre, il devient contrôleur d’État en 1949, notamment à EDF et GDF. Vichy apparaît bien comme une parenthèse sans lendemain dans sa carrière consacrée essentiellement au contrôle.

  • 53 Cf. annuaire des Finances.

59Cette nouvelle direction de l’Économie générale est particulièrement gourmande en inspecteurs. Outre Tournier et O. Mourre, déjà vus, on trouve : Warnier de Wailly (1930), directeur adjoint jusqu’à mi-1942 avant de prendre son autonomie comme chef du service des Études économiques ; Douffiagues, chargé de mission au groupe II, également jusqu’à la fin 1942 et son entrée comme directeur au cabinet de Cathala ; Saltes, on l’a vu ci-dessus, sous-directeur chargé du groupe IV des transports jusqu’à son arrestation en août 1943 ; Boreux (1934), chargé de mission au groupe V, crédit et travail ; Sailly (1931), chef du Service du contrôle économique, qui en dépend. Il faut aussi ajouter, du moins dans un premier temps, Fourmon et Tixier (1939). Soit 8 inspecteurs dans cette nouvelle structure, dont les deux derniers prendront leur autonomie dans une nouvelle direction destinée à durer : la direction des Prix. Cette direction a aussi la tutelle sur les 11 inspecteurs passés dans le corps des contrôleurs financiers depuis 193553.

  • 54 Les prix étaient déjà surveillés en 1936.
  • 55 M. Margairaz, L’État, les finances et l’économie…, op. cit., p. 550.
  • 56 Entretien avec A. Georges-Picot en juin 1989, IGPDE. SAEF, B0063196, dossier no 2 ; dossier no 260, (...)

60Avant la guerre, le service des Prix à l’Économie nationale, dirigé par Million, syndicaliste, est un organisme de surveillance, sans effectif ni grande efficacité, avec pour mission de vérifier que la fixation des prix à leur niveau de juin 1937, décidée par le décret-loi de Chautemps du 1er juillet 193754, était bien respectée. La loi du 4 mai 1938 sur la conciliation et l’arbitrage entraîne la création de commissions départementales du coût de la vie, commissions contrôlées par une commission supérieure. Pour maintenir la politique du « circuit » et éviter l’inflation, Bouthillier complète la politique monétaire par un appareil dirigiste destiné à tenir prix et salaires55. La loi du 21 octobre 1940 fixe la charte des prix, renforce la loi Spinasse d’août 1936 et crée un Comité central des prix. Sailly, chargé, en septembre 1940, du Contrôle des dépenses engagées du ministère des Finances, est nommé, en janvier 1941, chef du service du Contrôle des prix jusqu’en juin 1942 puis est promu, jusqu’en décembre 1944, directeur général de la direction générale du Contrôle économique. Sommairement, il explique cette carrière, inattendue pour l’observateur, ainsi : « il m’est apparu qu’en dépit des circonstances, je pouvais jouer un rôle utile56 ».

  • 57 Entretien enregistré avec l’auteur en 1981, cassette no 2. Il avait été reçu 6e puis rétrogradé der (...)

61Au sein de la direction de l’Économie générale, la sous-direction des Prix, avec Fourmon comme sous-directeur et Tixier comme chargé de mission, prend son indépendance par la loi du 8 octobre 1941 et devient une direction aussi puissante que stratégique, notamment dans les négociations avec les Allemands. Fourmon en devient directeur mais ne change rien à ses attributions. Il nous a longuement raconté comment s’était formée cette sous-direction et comment il a été choisi57.

62Fils de commerçant en demi-gros rue des Jeûneurs « dans le quartier israélite », reçu du premier coup au concours de 1931, il reste très lié à Filippi, son chef de petite écurie, qui le sort de la tournée en 1934 en l’appelant au bref cabinet de Lamoureux, ministre radical socialiste du Travail puis des Colonies. Il raconte :

  • 58 Sur Spinasse, Fourmon ajoute : « Qu’il ait prôné la collaboration, pour moi ça a été une stupeur pa (...)

« Dans l’Inspection, je passais plutôt pour un homme de gauche, ils n’étaient pas nombreux. Dès que le Front populaire est arrivé, le service de l’Inspection m’a dit : « Est-ce que vous voulez entrer au cabinet de Spinasse ? » Alors là, je passais de radical socialiste à socialiste, ça ne me gênait pas du tout58. »

63Il entre comme chargé de mission essentiellement, dit-il, pour « assurer le fonctionnement de deux commissions qui accordent les bonifications d’intérêt aux entreprises pour améliorer leur outillage – par l’intermédiaire du Crédit national, et du Crédit foncier –, pour encourager le programme de constructions d’habitations ». Quand Labbé, son camarade de promotion, rejoint la banque familiale Worms en 1938, il lui propose sa succession au secrétariat général à l’Économie nationale. Fourmon devient donc secrétaire général adjoint (janvier 1939) avec Roger Nathan secrétaire général : « Cela consistait à essayer d’arracher aux Finances un certain nombre de crédits et en même temps un certain nombre d’attributions puisque les Finances ont vu du plus mauvais œil la création du ministère de l’Économie nationale. »

  • 59 Il épouse en 1939 Mlle Bacharach.

64Il se marie en 1939 : « Il n’y avait pas beaucoup de mariage de la sorte. J’ai épousé ma femme qui était israélite. Nous nous sommes mariés, elle en infirmière et moi en militaire, juste avant que je ne rejoigne mon unité en 193959. »

65Appelé pendant la drôle de guerre au cabinet de Lamoureux comme chef adjoint avec Filippi, il raconte :

« Là, je me suis essentiellement occupé à mettre au point […] à faire accepter par la direction du Budget, la création de primes à la naissance, avec Sauvy, Debré père et fils, Ségala, pour lesquelles je me suis battu vraiment avec les Finances qui m’en voulaient à mort […] ça a été difficile. Mais j’ai eu l’appui total de Paul Reynaud […].

Q. – Qui vous avait convaincu ?

F. – J’étais d’une famille nombreuse et puis c’est Sauvy pour lequel j’avais et j’ai toujours une grande admiration. »

66Le 10 mai 1940, il rejoint son unité à Compiègne puis, la guerre finie, rejoint Vichy.

« À Vichy, le ministre des Finances est Bouthillier, et le directeur de cabinet Filippi. Filippi m’empoigne et me dit : “Heureusement que tu rentres. Comme tu as déjà été à l’Économie nationale […].” Il m’amène chez Bouthillier qui me dit : “Fourmon vous connaissez l’Économie nationale, vous partez pour Paris, vous vous installez où vous pouvez, vous êtes sous-directeur (parce que ça dépendait de l’Économie générale) et vous avez la responsabilité de créer, de mettre en œuvre la fixation et le contrôle des prix en France.” Alors je dis : “Oui à une condition, c’est qu’on me donne comme adjoint Tixier.” Je le connaissais parce que c’était un cousin de Moreau-Néret. Il était à Vichy, je l’avais déjà vu. Je savais que c’était un garçon remarquable. »

  • 60 Dossier no 302 (2), service de l’IGF, courrier du 30 octobre 1939 de Tixier à l’IGF à Chinon. N’éta (...)

67Précisons que Tixier, exempté pour la perte d’un œil dans sa jeunesse, avait été affecté, en octobre 1939, à la Commission de surveillance des prix en qualité de rapporteur. Il venait à peine d’être reçu à l’Inspection et écrivait au Service : « C’est une tâche très nouvelle mais pour laquelle je crains de manquer à chaque instant de compétence60. » Et il parle allemand couramment. Ils rejoignent alors le Rond-Point des Champs-Élysées où était situé le ministère de l’Économie nationale, dans l’ancien hôtel du couturier Poiret. Fourmon explique comment il constitue son équipe avec Tixier :

  • 61 Dans l’annuaire des Finances de 1942 mis à jour, il est chargé des relations avec les organismes pr (...)
  • 62 G. Cahen-Salvador, conseiller d’État, était secrétaire général du CNE, supprimé le 20 décembre 1940 (...)

« On n’a pas le temps de prendre des gens qui ne sont pas déjà au courant, donc qui va-t-on prendre ? Les régies financières et puis il nous faut des techniciens parce qu’il faut qu’on discute avec la Production industrielle et avec l’Agriculture des prix de leurs produits et on n’est pas compétent. On va demander à Daudier – je le connaissais bien, il était directeur des Tabacs –, on va lui demander des ingénieurs des tabacs. » Et Daudier, très gentiment, m’a donné tout de suite 5, 6 ingénieurs tabac dont Robert Mitterrand […] Quand j’ai pris la direction des Prix et que j’étais seul avec Tixier, j’ai eu l’idée de reprendre le personnel du Conseil national économique. Le président en était Cahen-Savador […] J’ai donc repris les 10 ou 12 principaux collaborateurs du Conseil national économique puisque, déjà, il s’occupait de questions économiques. C’était essentiellement des israélites et des francs-maçons. Ce qui fait que le Rond-Point des Champs-Élysées est devenu le point de la résistance. Plusieurs fois, on a essayé de m’embêter. En tant que directeur des Prix, on avait tellement besoin de moi, j’étais admis par les Allemands qui me respectaient, avec Tixier on formait vraiment une équipe indiscutable donc on était intouchable. J’avais pris Samson qui était israélite que je chargeai des rapports avec le ministère du Travail61, surtout Olga Pavolovith, secrétaire de Cahen-Salvador62. »

68Michel Margairaz fait remarquer dans sa thèse que la politique des prix a en effet réussi, notamment pour le prix du pain, essentiel. Après la guerre, en dépit de leur promotion de carrière accélérée sous Vichy et de leur proximité avec les Allemands, ils sont tous deux récompensés pour leur indépendance et leur efficacité dans ce bras de fer permanent et épuisant. Non seulement ils sont maintenus en fonction mais, en outre, sont très vite promus dans des emplois recherchés : Tixier devient sous-directeur puis directeur adjoint des Prix dès 1945, avant de prendre la suite de Goetze à la direction des Finances de l’Algérie en 1949 et Fourmon est nommé, en 1947, à la prestigieuse direction des Finances du Protectorat marocain avant de pantoufler chez Boussac.

  • 63 Cf. SAEF sur le site du ministère des Finances.

69À mi-chemin entre l’administration centrale du ministère et la Banque de France, l’Office des changes est dirigé par Richard (1921). Polytechnicien, contrôleur financier depuis 1935, il trouve sa première fonction dirigeante et active le 15 avril 1942, jusqu’en avril 1945 où lui succède Hedde. Rappelons que le contrôle des changes par l’État tire son origine de la déstabilisation due à la crise économique de 1929 et à la nécessité de défendre la monnaie. Un Office de compensation, compétent pour les opérations de clearing, est créé par l’arrêté du 15 décembre 1932. La loi du 1er août 1938 crée un premier Fonds de stabilisation des changes français. Pour les autres opérations, le décret-loi du 9 septembre 1939 fonde l’Office des changes qu’il place sous la gérance et dans les locaux de la Banque de France. Transformés en établissements publics, l’Office de compensation et l’Office des changes fusionnent, en vertu d’une loi du 18 octobre 1940, en un nouvel Office des changes, tout en gardant des services distincts jusqu’en 194563.

70Pour beaucoup, cette carrière dirigeante sera interrompue à la Libération et les obligera à des reconversions subies plus ou moins difficiles et plus ou moins durables, comme on a pu l’entrevoir et comme on le verra mieux dans le dernier chapitre sur les modalités diverses de l’épuration officielle et officieuse.

III. L’émigration hors du ministère des Finances

A. Les pratiques antérieures

  • 64 E. Chadeau, Les Inspecteurs des Finances au xixe siècle (1850-1914). Profil social et rôle économiq (...)
  • 65 Le ministère de l’Agriculture, créé en 1881, n’emploie pas d’inspecteur.

71L’essaimage des inspecteurs dans les autres ministères n’est pas nouveau. Depuis le Second Empire, ils ont progressivement trouvé des emplois de direction de la Comptabilité ou des Finances, donc fondés sur leurs compétences techniques, dans l’organisation financière des ministères dits « dépensiers ». D’abord au ministère de l’Intérieur sous le Second Empire (Vedel), puis dans les différents ministères chargés de la Guerre au début de la IIIe République (Renaudin pour Gambetta en 1874). Comme le fait remarquer E. Chadeau64, au fur et à mesure de la constitution de nouveaux ministères65 – du Commerce et des Travaux publics en 1886, des Colonies et de la Marine marchande en 1892 et, enfin, du Travail et de la Prévoyance sociale en 1906 – et du développement des dépenses publiques s’opère un contrôle accru de la direction générale de la Comptabilité publique (responsable du budget jusqu’en 1919), donc du ministère des Finances. Augmentation des dépenses et contrôle accru des Finances entraînent ces ministères dépensiers à faire appel aux inspecteurs qui trouvent là une bonne occasion de quitter la tournée et la province. Avant 1914, 17 inspecteurs y trouvent un emploi sans y faire pour autant carrière sauf exception, comme Lesage (1892), directeur de la Comptabilité au ministère de l’Instruction publique de 1909 à 1921. Le ministère des Colonies, pour sa part, a employé 4 inspecteurs, celui des Affaires étrangères 3, celui de la Marine marchande 2 et les Postes 3.

  • 66 S. Kott, Le Contrôle des dépenses engagées, évolution d’une fonction, 1880-1980, Paris, Comité d’hi (...)

72À ces chiffres, il faut ajouter les chargés de mission dans les cabinets et les contrôleurs des dépenses engagées (CDE), recrutés souvent parmi les inspecteurs des Finances avant la Première Guerre. L’article 59 de la loi de finances du 26 décembre 1890 a, en effet, prescrit une comptabilité des dépenses engagées dans chaque ministère. Progressivement, des textes ont précisé le rôle de ces fonctionnaires et leur mode de nomination. La loi du 30 mars 1902 (article 78) a tenté de remédier à leur dépendance envers leur ministre en adoptant un système de nomination conjointe avec le ministre des Finances. S. Kott a calculé que 11 CDE sur 13 étaient issus de l’Inspection en 191166. La loi Marin du 10 août 1922 sur le contrôle des dépenses engagées impose un recrutement parmi les seuls fonctionnaires des Finances mais ne rend pas pour autant la fonction attractive pour les inspecteurs, sollicités pour des emplois plus actifs et mieux rémunérés. Comme on l’a vu dans la troisième partie sur la direction du Budget, entre 1918 et 1939, ils ne seront ainsi que 20 à occuper cet emploi.

73Entre les deux guerres, l’essaimage des inspecteurs dans les autres ministères (hors CDE) s’accentue encore, à la mesure de l’extension de l’intervention de l’État au lendemain du conflit, et donc des dépenses, et de la création de nouveaux ministères, comme celui des Régions libérées par exemple. Entre 1918 et 1939, 38 inspecteurs (cabinet et contrôle des dépenses engagées non compris) travailleront dans les administrations hors Finances. L. Petit (1897), lui-même démissionnaire, le justifiait ainsi en février 1944 :

  • 67 L. Petit, « Les sorties de l’Inspection », La Gazette de l’Inspection, no 13, février 1944, p. 7-12 (...)

« L’inspection est une élite. Dans l’intérêt du pays, il ne faut pas qu’elle reste confinée étroitement dans la tournée. […] ; aux autres départements ministériels, elle enverra des hommes qui lui apporteront particulièrement un souci de finances publiques, que leur caractère de ministère de dépenses les porte parfois à oublier67. »

74Et Fayol, adjoint au chef du Service, dans une conférence de mars 1942 sur l’Inspection, le constate : « Par une nouvelle extension qu’un esprit rigoureux pourrait trouver encore plus discutable, l’institution des chargés de mission a débordé les limites de l’administration des Finances et s’est étendue à bien d’autres ministères. »

7535 inspecteurs ont travaillé dans les cabinets des autres ministères entre 1918 et 1939, ce que justifie ainsi le même Fayol : « Les cabinets des ministres notamment ont besoin d’esprits distingués, clairs et subtils et sont ravis d’avoir du même coup des agents de liaison avec le très puissant et très redouté Ministre des Finances. »

  • 68 A. Fayol, « L’Inspection générale des Finances », dans la série : Conférences d’information sur les (...)

76Et il conclut sa démonstration : « Voyez comment l’Inspection a commencé à prendre le caractère tentaculaire qui lui est parfois reproché68. »

77Pourtant, traditionnellement, les administrations ou services extérieurs au ministère des Finances sont les moins recherchés et Warnier de Wailly, dans une note sur l’Inspection adressée aux autorités d’occupation le 25 mars 1944, en donne une explication :

« Il n’est pas sans risques en effet, de s’imposer dans des Administrations auxquelles on est étranger, d’en changer les habitudes et les traditions d’avancement. Aussi ces carrières sont relativement peu nombreuses et rarement longues. Les postes extérieurs sont plus souvent un épisode dans une carrière. »

78Mais la conjoncture particulière de la période et les besoins nouveaux changent la donne, fait-il remarquer :

  • 69 Dossier W 103, service de l’IGF.

« La formation des services publics capables de servir l’État dans ses tâches nouvelles n’a pas été aussi rapide que l’extension de celles-ci. Pour des missions nouvelles il a fallu constituer des Administrations neuves. La formation de cadres de haute valeur est longue. Par nécessité, les Administrations anciennes et solidement organisées ont conquis une situation plus forte dans l’État parce qu’elles devaient suppléer à l’insuffisance d’Administrations plus jeunes. De là l’importance prise par les anciens corps de contrôle et d’administration militaire, par les corps d’ingénieurs, Ponts, Mines, Poudres, Génie maritime etc. et par l’administration des Finances […] les Services du Ministère des Finances se trouvaient avoir, professionnellement pour ainsi dire, des ouvertures plus larges sur les affaires publiques, au moment précis où les interventions de l’État tendaient de plus en plus à revêtir un aspect financier […] Il était dans la logique des choses de rencontrer l’administration des finances dans la plupart des affaires d’État, dès lors que l’action de l’État avait pour principaux leviers, le Trésor et le Budget69. »

79Comme au début de la IIIe République ou dans l’après-Première Guerre, le même processus du marché de l’emploi des inspecteurs est donc à l’œuvre sous Vichy : nouveaux ministères, nouvelles dépenses, besoins de compétence en gestion financière. Et il produit les mêmes effets. Mais reste à expliquer comment, quand, où et pourquoi ces inspecteurs ont répondu à ces offres d’emploi hors Finances, nettement plus nombreuses, dans le contexte particulier de l’Occupation, du nouveau régime politique et de la politique de collaboration prônée par le gouvernement du maréchal Pétain dès Montoire en octobre 1940.

B. Une émigration accrue

  • 70 Dossier Épuration, service de l’IGF.

80Outre les dossiers de carrière, nous avons trouvé, dans les archives des services, une liste nominative des inspecteurs hors cadres ou détachés ayant occupé des fonctions extérieures au Service et à l’administration centrale du ministère (cabinet compris), en fonction ou nommés depuis le 16 juin 1940, établie le 28 septembre 1944 par Fayol, devenu chef du Service, et adressée à M. Guéry, directeur du personnel, pour le jury d’honneur. On y trouve 76 noms avec définition des fonctions et dates d’arrêtés ou décrets70. Cette liste ne comprend pas les plus jeunes inspecteurs mis à la disposition ou chargés de mission officieux dans les directions ni ceux qui ont occupé un emploi après leur dissidence ou évasion de France. En revanche, sont comptabilisés les emplois outre-mer ou à l’étranger avant novembre 1942, hors des cadres (cf. tableau 4, plus loin).

81Si on ne retient que les emplois en Métropole et hors entreprise publique ou semi-publique, on retrouve le chiffre de 49 du tableau 1 ci-dessus, établi d’après les dossiers de carrière. Ce chiffre de 49 hors Finances est à comparer avec celui des 32 inspecteurs en fonction hors finances des années 1935-1939. La progression est impressionnante. Sur ces 49 inspecteurs, 37 occupent pour la première fois un emploi hors de leur ministère de tutelle et, bien souvent, leur premier emploi hors des cadres de l’Inspection.

  • 71 Dossier no 324 (1), service de l’IGF.
  • 72 Dossier no 245, service de l’IGF.

82Il faut rappeler qu’un inspecteur des Finances n’est pas obligé d’accepter un emploi hors de son ministère. Le dossier de G.-H. Hermite (1930) nous le rappelle utilement. Fait prisonnier jusqu’en avril 1941 où il bénéficie d’un congé de captivité, il est alors chargé de mission comme conseiller technique au Commissariat général à l’Éducation nationale et aux Sports, faisant fonction de sous-directeur de l’Équipement sportif. Il démissionne de ses fonctions « pour divergences de vues » avec le commissaire général aux sports, Pascot, « divergences qui s’inspiraient uniquement de l’intérêt du Commissariat général et du souci des finances de l’État71 ». Il est alors réintégré dans les cadres, sur sa demande, en octobre 1943. Le Service a toujours été très réservé sur ces sorties hors des Finances, on l’a vu, dans le chapitre précédent, lorsque le 26 décembre 1939, à propos de Miné (1935), réclamé par le ministère du Ravitaillement, Drouineau, chef du Service, trouvait « inadmissible qu’un inspecteur des Finances puisse être mis en affectation spéciale au titre d’un autre ministère72 ».

83Les inspecteurs des Finances sont plus nombreux que jamais à avoir trouvé des opportunités de carrière dans les administrations dites « dépensières », dans les cabinets hors Finances, ou auprès du chef de l’État ou du gouvernement de Vichy. Mais là aussi, l’année 1943 marque une rupture dans les comportements.

84La chronologie du tableau 4 confirme que l’entrisme dans d’autres ministères est bien antérieur à la Deuxième Guerre et que l’encombrement des carrières hors des cadres, faute d’embauche dans les entreprises à partir de 1932-1933, pousse les inspecteurs à accepter des responsabilités, hors de leur sphère d’origine, dans les cabinets des autres ministères et dans les administrations dépensières.

85Pour certains, donc, Vichy ne change rien et on peut citer le cas extrême de Chabrun (1926). Polytechnicien et ingénieur des Mines, ce fils de négociant d’Angers participe à de nombreux cabinets des ministres du Budget entre 1930 et 1934, puis dirige le service des Régions libérées à la direction du Budget pendant quatre ans avant d’être nommé, en novembre 1938, directeur des Services financiers de la préfecture de la Seine. Il y restera plus de trente ans, jusqu’à sa réintégration pour limite d’âge en 1969 !

Tableau 3. Liste par ordre alphabétique des inspecteurs des Finances dans les cabinets hors Finances

Noms des inspecteurs des Finances

Titre

Autres ministères, ministres ou secrétaires généraux du gouvernement

R. Boulloche (1938)

Chargé de mission

Cabinet Ravitaillement Charbin

Calan (1936)

Directeur

Cabinet Communications Piétri

Cardin

Chargé de mission

Cabinet Intérieur Pucheu

Chomereau

Chef adjoint

Ministère de la Famille et de la Jeunesse

Coquelin

Chef des services administratifs

Chef du gouvernement Laval

Culmann

Directeur

Cabinet Communications Gibrat

Dhavernas (1938)

1° Chef adjoint

Cabinet Famille/Jeunesse

Douffiagues

Chef

Cabinet Affaires étrangères Baudouin

Du Moulin de Labarthète

Directeur

Cabinet du maréchal Pétain

Fouchier

Chef

Cabinet Intérieur – Réfugiés Peyrouton

Georges-Picot

Directeur

Cabinet Ravitaillement Charbin

Louvencourt

Chargé de mission

Cabinet Ravitaillement Charbin

Mazodier

Directeur

Cabinet Ravitaillement Charbin

Monplanet

Directeur

Cabinet Communications Piétri

Renand

Chef adjoint
Chef des services administratifs

Chef du gouvernement, Laval

Salaün

Chef

Cabinet Famille Santé Huard

Treuille (1939)

Chargé de mission

Cabinet Ravitaillement

Villard (1921)

Secrétaire général

Présidence du Conseil Pétain

  • 73 Cf. chapitre XVI ci-dessus sur ses activités de résistant.

86On peut donner aussi l’exemple de Faivre d’Arcier (1932), déjà cité parmi les résistants. Fils d’un directeur des raffineries de Saint-Louis, HEC et licencié en droit, catholique, pacifiste jusqu’à Munich où il devient antimunichois, il a suivi les petites écuries de G. Ardant puis de Saltes, « un des trois ou quatre qui ont été dans un cabinet du Front populaire au grand scandale de l’Inspection », dit-il en ajoutant : « nous étions de gauche ». En 1936, il est détaché dans le corps de contrôle des chemins de fer, dépendant du ministère des Travaux publics, tout en participant à plusieurs cabinets de ce ministère, puis conseiller technique en 1936 auprès de Bedouce, ministre SFIO du Front populaire et, en mars-avril 1938, auprès de Manent, sous-secrétaire au Commerce du bref deuxième gouvernement Blum, et enfin, en septembre 1938, auprès de A. de Monzie, ministre des Travaux publics. Il est alors nommé, en novembre 1938, chef du service d’études économiques à la direction générale des Transports. Affecté spécial en 1939-1940, il conserve son emploi qu’il cumule avec celui de chef de cabinet, en mars 1940, du même Monzie et ensuite de directeur de cabinet du sous-secrétaire d’État aux Transports, Albertin, en mars 1941. Il restera détaché au même ministère et dans la même fonction jusqu’en décembre 194473.

  • 74 A. Dafflon, « Henri Deroy et la CDC », dans A. Aglan, M. Margairaz, P. Verheyde (dir.), La Caisse d (...)

87Mais la chronologie du tableau 4 montre surtout la prise de distance avec le retour de Laval en avril 1942 et, plus encore, avec l’occupation de la zone libre à la fin de l’année 1942, participant ainsi à ce qu’Alexandre Dafflon appelle le « mouvement collectif de repli et de défection » ou encore la « stratégie de repli, voire pour certains de dissidence74 ».

  • 75 Cousin (1920), mais toujours en Indochine, E. Mourre (1927) au ministère de l’Information, Salaün ( (...)

88En effet, ces prises d’emploi à l’extérieur du ministère des Finances se sont faites surtout dans les premières années 1940-1942 ; 14, seulement, sur les 77 de la liste ont exercé de nouvelles responsabilités ou de nouveaux emplois après novembre 194275.

89La prise de distance prend rarement la forme d’un retour dans les cadres, comme on l’a constaté avec G.-H. Hermite ou Clappier (1939). Le plus souvent, ils retournent aux Finances ou dans le corps des contrôleurs financiers s’ils en viennent, comme on le verra avec Carmoy (1930).

C. Les cabinets ministériels hors Finances

  • 76 28 prises d’emploi en cabinet hors Finances ont lieu entre juillet 1940 et décembre 1942.

9018 inspecteurs ont donc occupé un emploi dans des cabinets ministériels hors Finances, essentiellement avant 1942. Si leur nombre impressionne, compte tenu de la conjoncture politique particulière, il n’y a donc rien de révolutionnaire dans cette filière. Rappelons que nous avions compté : 7 prises d’emploi dans des cabinets hors Finances sur 63 prises d’emploi en cabinet avant 1914 ; 14 sur 74 de 1919 à 1930 (en douze ans) et 76 sur 146 entre 1931 et 1940 (en dix ans et demi)76. Du 5 juin 1940 au 17 avril 1942, on compte 17 prises d’emplois hors Finances (et 8 aux Finances) et du 18 avril à août 1944, 8 seulement hors Finances (8 aux Finances). Dans les cabinets aussi, et plus encore, la prudence est de mise à partir de 1943. Nous reviendrons plus loin sur les plus célèbres d’entre eux, sanctionnés à la Libération.

D. Les administrations les plus gourmandes

  • 77 Délégation générale aux relations économiques franco-allemandes.
  • 78 Délégation générale du gouvernement français dans les territoires occupés.

91Les inspecteurs entrent surtout dans les ministères ou secrétariat d’État techniques : Production industrielle, Ravitaillement, Communications, Travaux publics ou les nouvelles fonctions d’intendant économique. Moins attractifs ou moins demandeurs, les ministères plus politiques comme l’Intérieur (via les Réfugiés), la Jeunesse, la Famille, la DGREFA77 de Barnaud, la DGTO78 ou les cabinets et le secrétariat général des chefs d’État et de gouvernement n’ont pourtant pas été écartés par tous.

92Les deux ministères techniques les plus demandeurs offrant les plus hautes responsabilités sont celui du Ravitaillement et, plus encore, de la Production industrielle.

  • 79 Cette administration a aussi abrité des inspecteurs dissidents et résistants : Gregh, démis de ses (...)

93Le nouveau ministère du Ravitaillement a recruté 5 inspecteurs (Gregh [1930], Miné, Julienne, R. Boulloche, Treuille) plus 2 membres du cabinet du ministre Charbin (Georges-Picot et Louvencourt)79.

  • 80 Par ordre d’âge : Panié, Fredet (1932), Culmann, Calan, Guillemin de Monplanet, Davost, Clappier et (...)
  • 81 Grâce à la présence d’esprit de Bloch-Lainé, prisonnier, lui aussi resté sur le territoire français (...)
  • 82 H. Culmann, À Paris sous Vichy, témoignages et souvenirs, Paris, Les Éditions La Bruyère, 1985, 344 (...)
  • 83 Dossier no 334 (2), service de l’IGF ; M. Margairaz, L’État, les finances et l’économie…, op. cit., (...)
  • 84 Cf. ci-dessous, chapitre XVIII sur l’épuration

94Le MPI a employé 8 inspecteurs (plus Carmoy, contrôleur financier dans ce ministère) dont 4 du concours 193980. Nous n’évoquerons que le parcours de celui qui a atteint les plus hautes fonctions de secrétaire général auprès de Bichelonne : Henri Culmann. Fils de général, docteur en droit et diplômé d’HEC, reçu en 1933, il a été chef adjoint des cabinets des ministres radicaux du Commerce Pierre Cot puis Gentin en 1938. De là, il s’oriente vers une carrière hors du ministère des Finances, comme secrétaire général du Comité des Transports parisiens. Mobilisé (une citation), fait prisonnier du 1er juin 1940 au 15 août 1940, il bénéficie d’un congé de captivité81, est nommé, le 7 septembre 1940, directeur de cabinet du secrétaire d’État aux Communications Berthelot82. Le 18 septembre 1940, il entre au ministère de la Production industrielle pour s’occuper des travaux relatifs à la création de l’Office central de répartition des produits industriel (OCRPI). Sa fonction première est de mettre en place le système d’organisation professionnelle institué par la loi du 16 août 1940, définissant « l’organisation provisoire de la production industrielle », puis par la loi du 10 septembre 1940 sur la répartition. Dès le 20 décembre, Bichelonne, secrétaire général à l’Industrie et au Commerce extérieur du ministère, le nomme directeur adjoint du Commerce intérieur. Selon lui, Bichelonne l’aurait choisi car il était camarade de promotion de l’X de son beau-frère Panié (1930) et, ajoute-t-il, car il avait déjà trop d’ingénieurs et avait besoin de juristes sachant rédiger des textes. Or Culmann avait, en 1937, participé au projet sur le contrôle de la SNCF. Il n’a pas hésité à écrire, dans sa longue réponse à notre questionnaire, qu’il aurait accepté n’importe quel poste pour ne pas faire tournée or, selon lui, sa carrière aux Finances était bloquée. Il n’avait pu bénéficier d’aucun poste de chargé de mission, auquel il aurait pu prétendre compte tenu de son rang (4e sur 8), en raison, selon lui, de son parcours, loin de Sciences-Po auquel il a préféré HEC, de son expérience antérieure chez Renault, de sa personnalité, de ses idées originales et de « querelles de chapelles ». Dès le 1er juillet 1941, il est promu directeur du Commerce intérieur puis, en février 1943, secrétaire général à l’Organisation industrielle et commerciale83, jusqu’au 31 août 1944 où il est suspendu de ses fonctions84.

  • 85 Notons la différence de traitement : un intendant gagne 100 000 francs par an en 1942, un inspecteu (...)
  • 86 M. Margairaz, L’État, les finances et l’économie…, op. cit., t. II, p. 511.

95Sur 16 intendants des affaires économiques (six régions économiques en zone sud, 10 en zone occupée), 5 sont issus de l’Inspection : Georges-Picot à Lyon en juin 1941, Turquet (1926) à Orléans en juin 1942, Salaün trois mois à Lille en 1941, Cardin à Toulouse en mai 1941, Yrissou à Limoges en mai 1942, Mazodier à Montpellier en juin 194485. Ces nominations montrent une fois de plus la capacité d’adaptation d’inspecteurs étiquetés libéraux, voire orthodoxes, aux nécessités du temps et de leurs carrières. Les intendants, cadres du dirigisme économique en province et bras séculiers de Rivoli selon Michel Margairaz86, assistent les préfets régionaux aux pouvoirs exceptionnels, créés en avril 1941 par Darlan, moins pour donner satisfaction aux « régionalistes », qui préparent une constitution régionaliste au sein d’une commission du Conseil national, réunie le 6 mai 1941, que pour résoudre deux problèmes urgents qui exigent l’échelle plus large de la région : l’ordre public et le ravitaillement. Pour Peyrouton, qui se présente comme le père des préfets régionaux :

« Il devint d’un intérêt vital de créer quelques superpréfets, choisis pour leur expérience, leur valeur morale, la fermeté de leur caractère, qui recevraient seuls les instructions directes du gouvernement, les transmettraient aux préfets de leur région, en suivraient, en contrôleraient l’application… Les avantages d’ordre moral étaient évidents. Il y en avait d’autres. Le préfet régional, agent supérieur de coordination, aurait pu réduire efficacement l’autarcie départementale en matière économique, pratique dangereuse, née de la disette, du manque de transports et qui menait le pays à la ruine, à la famine. Je démissionne avant d’avoir pu mettre au point cette réforme indispensable. »

  • 87 Cf. le témoignage de J. Georges-Picot sur le préfet Angéli.
  • 88 Y. Bouthillier, Le Drame de Vichy, op. cit., t. II, livre 4, « Organisation de l’Économie nouvelle  (...)

96Darlan, qui lui succède en janvier 1941, reprend son projet87. Bouthillier estime qu’il s’agit là de « l’une des plus importantes décisions, dans l’ordre administratif, du gouvernement du maréchal […] Peut-être certains collaborateurs du maréchal ont-ils rêvé d’un retour aux provinces chargées d’un passé si riche, si émouvant, si beau88 ». Il profite de cette innovation pour créer les intendants régionaux des affaires économiques :

  • 89 Ibid., p. 263 et suiv.

« Je créais, auprès de chaque préfet régional, une manière de chef d’état-major pour l’économie, l’intendant des affaires économiques. Il se trouvait au centre d’un groupe de fonctionnaires régionaux désignés chacun par les divers départements ministériels. Je n’en avais point fait un agent exclusif des finances. Il était nommé à la fois par le ministre des Finances et celui de l’Intérieur. Je m’étais gardé de fixer ses attributions par un texte. […] Seule comptait la qualité des hommes. […] De jeunes maîtres des requêtes, quelques inspecteurs des finances, quelques membres des corps d’ingénieurs de l’État firent merveille dans cet emploi avec un zèle d’autant plus efficace que leur activité n’avait point été réglementée89. »

  • 90 M. Margairaz, L’État, les finances et l’économie…, op. cit., t. II, p. 511 et chapitre XXIII ; Arch (...)

97Cette innovation répond à son souci de « limiter l’arbitraire d’une économie dirigée par les administrations centrales ou à l’inverse la toute puissance des administrations locales auquel le pouvoir central aurait délégué ses pouvoirs abusivement. […] La direction de l’économie, sous peine de devenir inhumaine, implique une intelligente décentralisation, c’est-à-dire le refus de subordonner l’administration locale à la direction lointaine et abusive, de bureaux obscurs, pléthoriques et lents ». Sans citer personne, il évoque les résistances nombreuses des « bureaux » et des « techniciens » de l’administration centrale, hostile à la décentralisation qu’au contraire, Bouthillier, lui, estime particulièrement souhaitable, notamment en matière de gestion du personnel, de salaires, de prix, de ravitaillement, et il les réunit périodiquement. La plupart se retrouveront dans le corps des inspecteurs généraux de l’Économie nationale après la Libération90.

  • 91 Service de contrôle de l’administration provisoire.
  • 92 Cf. tableau 4 ci-dessous.

98Les ministères plus politiques, comme l’Information, l’Intérieur, le secrétariat général du gouvernement, la DGREFA ou la DGTO, ont moins recruté. Mais au total, en comptant aussi les Réfugiés, la Famille, la Jeunesse, le Commissaire du pouvoir et le SCAP91, et hors inspecteurs démissionnaires – comme Donati (1917), préfet, ou Guérard (1920), secrétaire général du gouvernement de Laval –, ils sont tout de même une vingtaine à avoir participé à des cabinets ou administrations plus ou moins « politiques », en mission ou en situation de direction, généralement avant 194292. Nous les retrouverons dans le chapitre sur l’épuration.

  • 93 Entretien avec l’auteur le 22 juillet 1986, entretien transcrit, 46 p.
  • 94 Cf. A. Chatriot, La Démocratie sociale à la française. L’expérience du Conseil national économique. (...)
  • 95 Les deux rapports d’octobre et décembre 1940, remis à l’auteur, confirment son témoignage.
  • 96 Note pour le jury d’honneur, 19 juin 1945, confié à l’auteur.
  • 97 J.-P. Bertin-Maghit, Le Cinéma français sous l’Occupation : le monde du cinéma français de 1940 à 1 (...)
  • 98 Acronyme de l’Institut européen d’administration des affaires, créé en 1957.

99Le parcours de Carmoy est exemplaire de cet entrisme éphémère dans ces fonctions à risques. Il s’est longuement expliqué sur les raisons de cette nomination et son témoignage illustre bien les filières au début de l’Occupation et la prise de distance ensuite93. Resté dans les cadres depuis 1930, chef adjoint du Service en 1936, il est sollicité, en juillet 1936, pour rédiger un rapport sur l’Industrie du cinéma pour le Conseil national économique94. Il reçoit tous les représentants des branches de cette industrie. Son rapport, qui prend acte de la désorganisation de ce secteur et de sa « situation financière déplorable », et préconise des méthodes d’assainissement financier et de réorganisation afin de sauver l’industrie du cinéma français devant « l’invasion des films américains et allemands », est adopté à l’unanimité. En novembre 1939, exempté, Carmoy est affecté au Commissariat à l’Information, dirigé alors par Giraudoux. Démobilisé, son camarade de l’Inspection Boissieu (1922) l’appelle auprès de lui à la DGTO mais, très vite, le président du syndicat des industries techniques du cinéma Debrie, soucieux de protection de l’État devant la menace allemande sur l’industrie du cinéma, demande à Laval, ministre de l’Information et vice-président du Conseil, de confier à Carmoy la mise en place du comité d’organisation (rendu possible par loi du 16 août 1940). Carmoy dit avoir accepté à condition d’être libre de nommer les personnalités de ce comité (Laval en aurait accepté 24 sur 25) et en octobre 1940, il devient chargé de mission puis chef du service du cinéma au secrétariat général de l’Information, fonction qu’il cumule avec celle de commissaire auprès du comité le 4 novembre 1940. Il organise la profession et ses modalités de financement avec des avances du Crédit national, dirigé alors par son camarade Baumgartner (1925) et l’escompte des traites par la Caisse des marchés. L’objectif est d’établir un marché organisé solide et plus rentable pour lutter contre l’emprise du cinéma allemand, beaucoup mieux organisé95. Il reste six mois dans ce service, situé au fond des jardins de Matignon. Juste après son départ, la loi du 19 mai 1941 autorise le Crédit national à consentir des avances aux producteurs96. Il précise que tout ce qu’il a mis en place en ce début 1941 a été validé à la Libération et maintenu, ce que confirme une communication récente sur ce comité d’organisation, comme la carte d’identité professionnelle, l’avance sur recettes ou la suppression de deux grands films par séance. Sur les raisons de son départ rapide, il s’est contenté de dire : « J’ai donné ma démission au mois d’avril. Alors je ne traiterai pas des circonstances de ma démission. Je dirai simplement que j’avais un poste à très haut risque. » Décision personnelle dictée par la prise de conscience des dangers d’une telle fonction dans le cadre d’une politique de collaboration de plus en plus affichée ? Ou éviction par Laval en raison de son action « anti-allemande », caractéristique de la première phase de Vichy selon Bertin-Maghit97 ? Il devient ensuite contrôleur financier chargé du contrôle des Comités d’organisation du ministère de la Production industrielle, jusqu’à sa déportation comme otage en août 1943. Il nous a communiqué son mémoire pour le jury d’honneur qui lui a donné un « satisfecit ». Il se tournera, après la guerre, vers une carrière plus internationale via l’OCDE et il enseignera à l’INSEAD98.

  • 99 Cf. ci-dessous, pour une étude biographie détaillée, chapitre XVIII sur l’épuration.

100Cette revue des emplois offerts aux inspecteurs des Finances, hors du ministère des Finances et des Affaires économiques, pour diriger les nouvelles structures créées par Vichy et par les circonstances nées de l’Occupation et de la collaboration serait incomplète si on ne citait pas les présidents des deux délégations des affaires économiques indépendantes du ministère. L’une, dirigée par Boisanger (1920), est la Délégation française auprès de la délégation allemande d’armistice pour les affaires économiques à Wiesbaden puis, en février 1941, à Paris, dont la sous-commission des finances est présidée par Couve de Murville ; l’autre, la Délégation générale pour les relations économiques franco-allemandes, créée en février 1941, est dirigée jusqu’en janvier 194399 par Barnaud, démissionnaire de l’Inspection.

E. Des promotions inattendues, accélérées, mais souvent éphémères

101Beaucoup trouvent dans ces ministères une première sortie bienvenue, attendue parfois depuis longtemps, pour quitter enfin les cadres ou les fonctions de contrôle où ils sont maintenus à contrecœur. Citons quelques exemples de promotions plus ou moins spectaculaires dans ces administrations, la plupart nouvelles.

  • 100 Cf. ci-dessous chapitre XVIII sur l’épuration.
  • 101 Dès le mois de juin 1943, Campion demande à quitter ce poste et le déconseille à ses camarades en r (...)
  • 102 Cf. chapitre XVI ci-dessus sur les inspecteurs résistants.
  • 103 Sur la DGREFA, cf. M. Margairaz, Histoire d’une conversion, op. cit., t. I, cinquième partie ; A. T (...)

102Formery (1912), qui avait dû réintégrer les cadres de l’Inspection en 1930 après une sortie malheureuse chez Kuhlmann, saisit l’occasion de sortir des cadres comme commissaire du pouvoir le 29 septembre 1941100. Richard (1926), qui n’avait jamais quitté les cadres de l’Inspection jusqu’en 1939 où il était devenu contrôleur financier des industries aéronautiques puis directeur du Comptoir Lyon-Alemand en 1940, est propulsé directeur de l’Office des changes le 21 avril 1942. Campion (1921), après plusieurs missions en cabinet au cours des années trente, avait été nommé délégué des porteurs de fonds à Belgrade, fonction qu’il doit quitter sous la pression allemande en avril 1941. Plutôt que de réintégrer les cadres de l’Inspection, il devient directeur général des finances du Secours national jusqu’à l’été 1943101. Edgar Mourre, on l’a vu, trouve sa première sortie des cadres depuis 1927 le 15 novembre 1940, en qualité de chef des services administratifs et financiers à la vice-présidence du Conseil puis, le 29 juin 1942, comme directeur de l’administration générale au ministère de l’Information jusqu’à son relèvement de fonction le 10 octobre 1944102. À la Délégation générale aux relations économiques franco-allemandes, son frère jumeau, Olivier Mourre (1927, X 1921), trouve lui aussi sa première sortie des cadres le 23 février 1941 comme chargé de mission. Avant même la démission de Barnaud, en novembre 1942, il retourne aux Finances pour occuper le poste important de directeur de l’Économie générale, qu’il quitte pour le CNCE le 1er juillet 1943103. Auboyneau (1928), devenu contrôleur financier en 1933, chargé de mission à Londres pendant la guerre, revient en France le 18 juillet 1940 et se voit aussitôt proposer, en juillet 1941, la direction de la Banque de l’AOF, après un passage de six mois comme inspecteur puis directeur, où il restera jusqu’en 1945 avant de poursuivre sa carrière, au lendemain de la guerre, comme tant d’autres inspecteurs promus par Vichy, dans les zones d’occupation. Panié, contrôleur financier, est nommé par Pucheu chef du service des affaires extérieures à la Production industrielle jusqu’en janvier 1944. En février 1944, il passe chef du service central des licences d’importation et d’exportation jusqu’en décembre 1946. Krafft, chargé de mission auprès du directeur du Budget Jardel, devient le 16 novembre 1940 directeur des services financiers du Commissariat à la reconstruction immobilière au secrétariat aux Communications, puis, en juillet 1943, directeur du service central du même commissariat qu’il conservera sous le ministre communiste Billoux jusqu’en 1946. Calan, à son retour de captivité en janvier 1942, passe rapidement de conseiller technique à chef puis directeur de cabinet au secrétariat à la Production industrielle, puis directeur du Commerce intérieur au même ministère en août 1943.

103Certaines incursions hors finances sont très brèves mais pas inefficaces, comme celle de Louvencourt. Resté dans les cadres jusqu’à la mobilisation, il est fait prisonnier du 22 mai 1940 au 7 avril 1941 où il bénéficie d’un congé de captivité. Il est alors chargé de mission quelques mois à la direction des Réfugiés au secrétariat d’État à l’Intérieur puis, le 22 septembre 1941, il entre au cabinet de Charbin, secrétaire d’État au Ravitaillement, avant de rejoindre, le 26 mai 1942, le secrétariat aux Affaires économiques et le BAVE, dépendant de la direction du Commerce extérieur, où il remplace J. de Fouchier, parti diriger le cabinet du ministre des Finances Cathala. À la Libération, en janvier 1945, Louvencourt sera nommé sous-directeur au ministère de l’Économie, sous l’autorité de Marjolin, nouveau directeur de la DREE, direction qu’il quittera rapidement en octobre 1945 pour diriger le secrétariat général du Conseil de coopération économique France-Benelux. Accessoirement, il cofonde en 1945 la Société générale de presse.

104Citons aussi Salaün (1931), qui n’a connu aucune sortie avant la guerre, et est nommé, en septembre 1941, intendant aux Affaires économiques de la région de Lille, puis directeur adjoint de l’Organisation sociale au secrétariat au Travail du 24 janvier 1942 au 27 juin 1943. Il bifurque alors auprès de la Délégation à l’équipement national jusqu’à sa réintégration dans les cadres en février 1944. Mais dès 1945, il retrouve le ministère de la Reconstruction et de l’Urbanisme, puis du Logement comme adjoint au directeur d’études puis comme inspecteur général jusqu’en 1959. Vichy lui a offert des opportunités dans un secteur qui lui était étranger auparavant et qu’il a pu retrouver après la guerre.

105Mais d’autres accélérations de carrières sont sans lendemain. Fredet (1932), fait prisonnier du 26 juin 1940 au 7 avril 1941, connaît lui aussi à Vichy sa première et seule sortie de sa carrière le 1er mai 1941 comme chef du service financier et des prix au secrétariat à la Production industrielle. Suspendu de ses fonctions, il est réintégré le 31 août 1944 et ne quittera plus les cadres. André Brunet (1930) aussi connaît une brève accélération de responsabilité dirigeante lorsqu’il quitte le contrôle financier brièvement, de juillet 1941 au 19 juin 1942, comme directeur du secrétariat d’État au Ravitaillement. Il retrouve le contrôle financier en 1943 et consacrera le reste de sa carrière à la comptabilité, notamment au CNAM. Une des promotions les plus inattendues, mais les plus brèves, est celle de Beaumont (1930) qui sort des cadres où il inspectait depuis dix ans pour devenir chargé de mission le 5 juillet 1940 puis, le 1er octobre 1940, sous-directeur du ministère de la Famille jusqu’au 12 janvier 1941. Il réintègre alors les cadres qu’il quitte pour occuper trois mois les fonctions d’intendant à Rennes, de septembre à novembre 1943 et il y retourne jusqu’en 1953.

  • 104 Cf. chapitre XVIII ci-dessous.

106L’accélération de carrière la plus spectaculaire offerte par ces administrations hors finances – bel exemple d’ailleurs du passage du Capitole à la roche Tarpéienne – est sans nul doute celle de Renand. Tout jeune adjoint reçu au concours de 1938, appelé par un ancien inspecteur, Guérard, et par Coquelin comme chargé de mission au secrétariat général du gouvernement lors du retour de Laval, le 16 mai 1942, faisant fonction de directeur dès novembre 1942. Il est nommé, le 14 septembre 1943, soit quatre ans après le concours, directeur du Contrôle administratif des Services du chef du gouvernement. On le retrouvera épuré à la Libération104.

107Disons aussi, même si nous ne les étudions pas ici dans le détail car elles se font plus rares, que ces opportunités inattendues concernent aussi l’entrée dans des entreprises publiques ou semi-publiques. D’Été (1920), directeur du contrôle de la comptabilité au ministère des Anciens Combattants depuis 1928, trouve une belle opportunité en devenant secrétaire général du Crédit foncier le 21 septembre 1940 en remplacement de Villard (1921), promu, lui, sous-gouverneur de la Banque de France du 31 août 1940 au 29 août 1944. Boivin-Champeaux (1919), directeur financier de la Compagnie transatlantique, réintégré dans les cadres en 1940 jusqu’en juillet 1943, trouve une issue à la SNCF dont il devient directeur du budget en juillet 1943 grâce, probablement, à Fournier (1919) avec qui il a travaillé au SCAP entre janvier et juin 1941.

  • 105 Dossier Mazodier, no 249, service de l’IGF.

108Les plus jeunes (on vient de le voir avec Renand) ne sont pas les derniers à être impatients de quitter la tournée et à vouloir être utiles dans ces temps tourmentés, au grand dam du chef du Service qui n’en peut mais. C’est vrai pour Caplain (1939) qui devient, cinq ans seulement après le premier concours, directeur adjoint au ministère de la Production industrielle le 11 mai 1944. Guillemin de Monplanet (1939) n’attend que six ans, en mai 1944, pour devenir sous-directeur au MPI. Mazodier (1939) devient, trois ans après le concours, chef de cabinet du secrétaire d’État aux Communications Gibrat le 19 avril 1942, jusqu’à la démission de celui-ci le 15 novembre 1942105. Déjà, le 15 février 1941, Darlan l’avait sollicité pour diriger le cabinet du général Dentz, haut-commissaire de la France en Syrie, ce que le chef du Service avait refusé car il n’avait toujours pas passé le second concours. Peu auparavant, Bouthillier avait donné raison à Drouineau réclamant que Mazodier, mis à la disposition du secrétaire général pour les Affaires économiques, soit remis à la disposition de l’Inspection. Les arguments avancés étaient l’insuffisance de formation professionnelle par la tournée et le risque d’échouer au deuxième concours, mais aussi un argument moral, la jeune génération d’inspecteurs n’étant pas à égalité devant les opportunités de Vichy :

  • 106 Lettre du chef du Service à Moreau-Néret du 15 janvier 1941, dossier no 302 (2), service de l’IGF.

« J’ajoute que ces deux adjoints ayant été les seuls de leur promotion qui n’aient pas fait campagne, ils seraient dans une situation morale difficile vis-à-vis de leurs camarades mobilisés et encore plus de leurs camarades prisonniers s’ils devaient à cette situation l’avantage d’une carrière exceptionnelle106. »

  • 107 R. Paxton, La France de Vichy, 1940-1944, Paris, Seuil, coll. « Points Histoire », 1974, 375 p., pr (...)
  • 108 L’article 6 de l’arrêté du 24 décembre 1942 prévoit même, pour le concours commun de la Cour des co (...)

109Alors oui, au risque de choquer, la période de l’Occupation est bien une « belle époque » des carrières des inspecteurs. On peut regretter que Robert Paxton, qui a pourtant bien perçu le phénomène, se soit appuyé sur de mauvais arguments107. En effet, pour illustrer le prestige accru de l’Inspection sous l’Occupation, il fait référence – en se trompant au passage – au recrutement et non aux emplois : « Le recrutement doubla ou presque ; c’est bien la meilleure preuve que le prestige et les responsabilités de ces grands commis montaient en flèche. » Il donne le chiffre de 5 ou 6 nouveaux venus avant la guerre et de 10 en 1941. Or, s’il y eut bien 6 reçus en 1937 et 1938, il y en eut 9 en 1939 comme en 1936. Surtout, comme il n’y eut pas de concours en 1940, celui de 1941 ne fait que rattraper et dès 1942, 1943, 1944, le nombre de reçus retrouve son rythme de croisière. Par ailleurs, pour lier prestige et recrutement, la variable pertinente est le nombre de candidats, or celui-ci diminue au contraire sous l’Occupation en raison des prisonniers de guerre et des difficultés à se déplacer. On a vu, dans la première partie, que les concours de 1941 à 1946 ont été nettement moins sélectifs. En 1944, il n’y a que 7 reçus pour 53 candidats, dont certains, peu sérieux, n’hésitent pas à tenter leur chance pour éviter les STO108.

  • 109 Il n’a accordé qu’un entretien avec A. Rasmussen, le 22 juin 1989, IGPDE, et n’évoque que la périod (...)

110Assurément, les inspecteurs ont continué de servir l’État, fut-il l’État français et non plus la République, sans état d’âme particulier avant 1943, avec même une aspiration plus impatiente que jamais aux emplois de responsabilité et un refus accru d’exercer leur métier d’origine. L’étude minutieuse des inspecteurs démissionnaires revenus servir l’État sous Vichy permet de mieux comprendre le mystère des motivations, la force de l’engrenage et le poids de l’esprit de corps dans ces carrières dirigeantes ou triomphantes sous le régime de Vichy. Avant d’entendre ces inspecteurs passés dans l’entreprise avant la guerre, donnons la parole à ces inspecteurs restés fonctionnaire. Miné d’abord, dans son unique – hélas – entretien à l’IGPDE109, indique : « Je pense qu’il était dans la tradition du corps de ne pas prendre en considération le régime sous lequel on travaillait, ce qui était dangereux pour la période qui a suivi immédiatement après. » Delouvrier (1941) ensuite, dans son entretien également à l’IGPDE :

  • 110 Il ne s’est pas présenté en 1939 et il n’y avait pas de concours en 1940.
  • 111 Entretien no 3, cassette no 3, avec A. Rasmussen le 30 janvier 1990, IGPDE. Rappelons que Ricquebou (...)

« Je vais vous faire une confidence. Il aurait pu se trouver que moi-même, reçu un an avant, comme Clappier par exemple110, embringué par un ministre de Vichy, je commette l’erreur d’accepter. Je crois que sincèrement, Uriage ou pas Uriage, en 1942, j’aurais fait comme d’autres… un de mes camarades les plus intimes, qui n’avait pas fait Uriage, Ricquebourg, qui avait été au service militaire avec moi, a été reçu en 1939. Cet homme-là a servi d’abord Pétain et puis assez rapidement il a compris, il est parti111. »

IV. Une étude de cas : Le pantouflage à l’envers et ses causes112

  • 112 Cette sous-partie est une version abrégée d’une communication : « Les inspecteurs des finances sous (...)

111Dans ses Mémoires, en 1951, le ministre des Finances Yves Bouthillier (1927) fait le constat suivant :

  • 113 Y. Bouthillier, Le Drame de Vichy, Finances sous la contrainte, t. II, Paris, Plon, 1951, 552 p., p (...)

« De très nombreux Français brûlèrent de servir le nouvel État. D’anciens hauts fonctionnaires quittèrent des places considérables pour venir modestement se dévouer à nos côtés. Des personnes qui avaient fait carrière dans les affaires privées voulurent s’enrôler dans notre administration. La bourgeoisie connut alors un moment très remarquable de son histoire. Son esprit analytique, en ne retenant qu’un aspect des choses, l’avait détournée de la pensée politique qui exige la vision d’une réalité intégrale. Sa soif de servir au moment de la défaite fut une réaction instinctive très noble contre un penchant fâcheux à se désincarner. C’est une preuve du très grand affaiblissement de cette classe qu’en 1944, elle ait renié avec tant d’empressement son élan de 1940113. »

  • 114 Par ordre alphabétique : H. Ardant, Barnaud, Baudouin, Boisanger, Boissieu, Boivin-Champeaux, Campi (...)

112Si Bouthillier se contente d’évoquer les démissionnaires, on peut leur associer les inspecteurs des Finances qui, en détachement ou en disponibilité dans des entreprises privées, publiques ou semi-publiques, ont eux aussi choisi de revenir servir l’État, dans l’administration ou dans un cabinet, à un moment ou à un autre de 1940 à 1944, dans la conjoncture si particulière de l’Occupation et d’un nouveau régime, alors que nul ne les y contraignait. Ce « pantouflage à l’envers » reste un phénomène minoritaire au sein de l’Inspection. Ils sont 20 inspecteurs, soit 9 % des 220 inspecteurs de moins de 65 ans au 1er août 1939, et ne peuvent donc pas être considérés comme représentatifs des engagements professionnels ou patriotiques de l’ensemble des inspecteurs des Finances de cette période114. Mais ils représentent 1 « pantoufleur » sur 4, ou 1 démissionnaire sur 5, ou 1 actif dans le privé sur 5.

  • 115 Comme en témoigne la thèse d’O. Feiertag, Wilfrid Baumgartner, Un grand commis des Finances à la cr (...)
  • 116 N. Carré de Malberg, « Image de soi et légitimité chez les inspecteurs des Finances de la Première (...)
  • 117 H. Ardant, « Jules Simon », La Gazette de l’Inspection, no 10, novembre 1942, p. 8-9.

113La Première Guerre mondiale avait, elle aussi, donné l’occasion à quelques rares inspecteurs des Finances démissionnaires de revenir au service civil de l’État dans le contexte de la mobilisation. Dans l’entre-deux-guerres, les retours dans l’administration ou dans les cadres des inspecteurs auparavant détachés, mis en disponibilité ou démissionnaires restent rares et sont dus à des accidents de carrière dans l’entreprise. Ils sont rendus possibles surtout par le biais de la mise en disponibilité de un à trois ans avant la démission. À côté de ces quelques retours vers l’État, plus ou moins durables ou désirés, les lieux de rencontre entre l’entreprise, l’administration et les cabinets ne manquent pas. Leur qualité d’experts transcende leurs statuts et leurs emplois : Comité des experts créé par le ministre Raoul Péret, présidé par Charles Sergent (1894), devenu président de la BUP ; Fonds d’égalisation des changes, en 1937, composé entre autres de Baudouin (1921), démissionnaire, directeur de la Banque de l’Indochine. Les missions à l’étranger, dans la sphère de leur compétence, sont aussi des lieux propices aux retrouvailles. Les cumuls d’emplois, entreprise publique ou privée et mission publique provisoire, ne sont donc pas rares à l’Inspection avant Vichy. La proximité entre les inspecteurs passés dans l’administration et ceux dans l’entreprise est réelle et se nourrit aussi des réseaux de sociabilité qu’ils entretiennent consciencieusement115. Le parachutage dans une entreprise ne constitue pas de rupture au sein des inspecteurs, comme le prouvent les notices nécrologiques et les discours dans les cérémonies de l’Inspection116. François Piétri, démissionnaire et ministre du Budget, qui a reçu l’honorariat, écrit dans Le Financier, en 1931 : « Un inspecteur des Finances garde de son état, sa vie durant et le titre et l’empreinte. » Et Henri Ardant (1918), dans son hommage à son président à la Société générale, Joseph Simon, précise : « Bien qu’il eut quitté les cadres actifs de notre corps depuis 30 ans nul d’entre nous n’ignore qu’en le perdant l’Inspection perd un de ses membres les plus représentatifs117. »

114Mais sous Vichy, le pantouflage à l’envers n’est que rarement ponctuel et surtout prend une ampleur nouvelle : 20 en quatre ans. 6 serviteurs précoces et éphémères de 1940-1941 (Fournier, Moreau-Néret, Baudouin, Boissieu, Boivin-Champeaux et Villard) ; 7 serviteurs du premier Vichy de 1940 à avril ou novembre 1942 (Deroy, Du Moulin de Labarthète, Filippi, Barnaud, Georges-Picot, Roger-Machart, Cheysson) ; 2 serviteurs tardifs et éphémères (Pignerol et Campion) ; enfin, 5 administrateurs fidèles au régime de 1940 à 1944 en comptant Ardant, même si son statut de président du Comité d’organisation des banques le situe un peu en marge de notre étude sur les retours à l’État. Ces 20 inspecteurs ne représentent que 9 % des actifs, mais 1 inspecteur dans l’entreprise sur 4, 1 démissionnaire sur 5 et 1 actif dans le privé sur 5 : Piétri (1906), Guérard (1920), Boisanger (1920) et Donati (1917).

  • 118 Parcours qui seront évoqués dans les chapitres sur l’épuration de la cinquième partie

115Si leurs parcours118 sont bien différents, peut-on déceler des facteurs communs dans ces retours à l’État sous Vichy ?

A. Les conséquences de la mobilisation

  • 119 M. Margairaz, L’État, les finances et l’économie…, op. cit., t. I, p. 486-488.
  • 120 J.-L. Crémieux-Brillac, Les Français de l’an 40, La guerre oui ou non ?, t. I, Paris, Gallimard, 19 (...)
  • 121 Cf. service IGF, fascicule sur l’inspection générale des Finances, 1938. Cf. ci-dessus cinquième pa (...)

116Michel Margairaz, dans sa thèse, a bien relevé le rôle de transition, durant la drôle de guerre, assuré par le ministère Dautry, les administrations de guerre, les comités de coordination franco-britannique de Monnet119. Mais il n’a pas évoqué le processus qui a conduit les élites, entrepreneurs et financiers plus ou moins encore liés à l’État, à renouer avec le pouvoir administratif, processus lié à aux formes de la mobilisation et à l’absence de combats120. Rappelons l’attitude de l’état-major qui a mobilisé, en septembre 1939, toutes les classes d’âge soumises à obligation militaire, y compris la seconde réserve d’hommes de 48 à 50 ans. Cette erreur, désastreuse pour la production et pour ses incidences psychologiques, est, à partir de fin septembre, corrigée par un flux inverse d’affectés spéciaux qui touchent surtout le monde ouvrier. Mais cela concerne aussi les inspecteurs des Finances, conformément au rapport d’activité du 17 septembre 1930, en application de l’article 52 de la loi de 1928 sur le recrutement de l’armée121.

117Le retour au service public des inspecteurs des Finances sous Vichy, issus du monde de l’entreprise privée ou publique, ne peut se comprendre sans les effets de la guerre, de la mobilisation et la possibilité, par le biais des affectés spéciaux, du retour au service public civil. C’est le cas de Baudouin mais aussi de Guérard, que Baudouin appelle à son cabinet, de Barnaud, affecté dès le 20 septembre au ministère Dautry. J. Georges-Picot a demandé à son ami Pleven, alors à Londres, de l’appeler à ses côtés. Il en va un peu différemment pour Deroy qui, réformé ou inapte, n’est pas plus mobilisable en 1939 qu’il ne l’était en 1914 et dont les fonctions de directeur général de la Caisse des dépôts ne l’empêchent pas de renouer avec la haute administration dès le 6 juin 40 pour assumer en fait la direction du MGF. Au sujet de Moreau-Néret, mobilisé puis rappelé par Lamoureux et Bouthillier, Gruson note :

  • 122 F. Bloch-Lainé, C. Gruson, Hauts Fonctionnaires sous l’Occupation, op. cit., p. 99. L’italique est (...)

« De son côté, Moreau-Néret était au Crédit Lyonnais avant guerre et au moment de la guerre, il a fait partie des “affectés spéciaux”. Quelques camarades (et d’autres) ont ainsi passé la drôle de guerre à l’administration centrale des Finances (et dans d’autres Ministères), dans des conditions qui étaient évidemment assez confortables. Là, il avait repris goût à la fonction publique. Il avait mis en place le système de ravitaillement, etc. De sorte que après l’armistice, il avait accepté de prolonger cette “affectation spéciale” pour être secrétaire général, le symétrique de Deroy en quelque sorte. Cela étant il a fallu qu’il choisisse entre cette carrière administrative et sa carrière bancaire122. »

118Le ton de Gruson, un peu critique, occulte que presque tous sont de glorieux anciens combattants de la Grande Guerre.

119Mais aussi déterminant soit-il, ce retour conjoncturel au service civil de l’État n’a pas été suffisant à lui seul. D’abord, on l’a vu, certains, comme Piétri ou Cheysson, n’avaient pas attendu la mobilisation pour retrouver l’État. Par ailleurs, il faut bien voir que d’autres, également démissionnaires et affectés spéciaux, ont résisté aux sirènes du pouvoir. On sait que J. Laurent (1923), par exemple, directeur à la Banque d’Indochine, à partir d’une expérience équivalente a fait d’autre choix. Dans le cadre de la mobilisation, il participe à la mission d’achat à Londres comme directeur du Comité du ravitaillement avant d’assurer les fonctions de chef de cabinet de de Gaulle, sous-secrétaire d’État à la guerre du 6 au 16 juin 1940. Il retourne à la Banque.

120L’affectation spéciale n’est pas toujours une bifurcation professionnelle, elle peut être la suite logique de missions antérieures comme le montre l’itinéraire de Du Moulin. La correspondance de Du Moulin permet de suivre jour après jour la prise de contact avec Pétain, en avril 1939, et le renforcement de leurs liens qui explique son affectation spéciale en Espagne quelques mois plus tard.

121Lettre du 30 avril 1939 de Saint-Sébastien :

« J’arrivais hier matin le teint frais à l’ambassade avant tous les autres. Bon accueil des résidents et conversation d’une heure avec le Maréchal aux beaux yeux gris-bleu mais à la taille un peu courte. J’ai fait agréer assez vite mon projet de départ pour Burgos et d’existence relativement indépendante. »

122Lettre du 2 mai 1939 de Saint-Sébastien :

« Quant au Maréchal il est parti hier au soir pour un voyage de dix jours en Andalousie. C’est… [illisible] un grand bonhomme mais nos contacts ont été des plus réduits. »

123Lettre du 14 mai 1939 de Saint-Sébastien :

« J’espère toujours arriver jeudi matin à moins que “Philippe” ne me retienne. »

124Lettre du 25 mai 1939 de Saint-Sébastien :

« Le maréchal, impressionné par mon échec ne parle de rien moins que de revenir à Paris demain avec moi (!) »

125Lors de son deuxième séjour en Espagne, lettre du 4 juillet 1939 :

« Je n’ai pu t’écrire hier parce qu’à peine arrivé […] le maréchal m’envoyait seul dans sa puissante voiture à Burgos notifier au comité de Jordana la décision française sur l’or. »

126Lettre du dimanche 23 juillet 1939 de l’hôtel moderne de Saint-Jean-de-Luz :

  • 123 C’est du moins ce que nous avons déchiffré.

« J’ai été accueilli jeudi en triomphateur par le maréchal qui m’a félicité en public (de quoi grand Dieu !) et invité sur le champ à déjeuner. Bonhoure et Paulhier123 ne cessent de me répéter que “l’influence” que j’ai prise sur ce vieillard m’oblige à lui dire la vérité dans des tas de domaines qui n’ont rien à voir avec le mien. J’opine du bonnet mais me garde bien de suivre leurs conseils. […] Mon boulot s’achemine vers la fin et la BUP m’est refusée. Dommage. »

127Ainsi, en moins de trois mois, Pétain s’est « entiché » de Du Moulin qu’il reverra pendant la drôle de guerre et auquel il confiera, le 12 juillet 40, le soin de constituer son cabinet civil. Mais la dernière information sur la BUP atteste que Du Moulin, qui cherche bien à quitter la BAO, espère entrer dans les affaires privées et non au service de l’État.

B. La guerre et la perte d’emplois dans l’entreprise

128Notons d’abord que la perte d’un emploi en raison du conflit est une condition favorable mais non suffisante puisque d’autres, dans le même cas, ont réintégré les cadres, sans qu’on sache vraiment si on leur a fait ou non des propositions. Par exemple, Lebelle (X-1914), après une guerre 1914-1918 héroïque, dont il revient blessé avec la croix de guerre et la Légion d’honneur à titre militaire, et trois années en mission au cabinet du ministre des Régions libérées, est, en 1926, envoyé en service détaché à Berlin comme expert financier au Commissariat des chemins de fer allemand puis, en 1930, nommé, toujours à Berlin, délégué du consortium des Mines de potasse d’Alsace au Deutsches Kali Syndicat. Avec la déclaration de guerre, il doit rentrer en France et demande sa réintégration le 20 août 1940, réintégration effective le 2 octobre 1940. Il ne quittera plus les activités traditionnelles de l’Inspection jusqu’à sa retraite en 1957. Sa connaissance de l’Allemagne et de l’allemand l’a-t-elle écarté de l’administration de Vichy à sa demande ou sur la suggestion des Allemands ?

129En revanche, Campion, Roger-Machart ou Georges-Picot, qui ne peuvent retrouver leur emploi mais peuvent revenir dans les cadres, ne le font pas. Les démissionnaires comme Cheysson et Donati, également privés d’emplois, n’ont pas pu bénéficier de cette opportunité, si tant est que le retour dans le métier en soit une. Rien dans les informations biographiques dont nous avons disposé n’explique la bifurcation de Donati vers l’emploi de préfet, ni ses origines corses, ni son mariage avec Yvonne Colona d’Istria, ni son expérience professionnelle à la Société générale d’Alsace-Lorraine.

130La guerre a pu, à l’inverse, dégager quelques emplois dans l’entreprise publique ou semi-publique, mais rarement. Ainsi, le Comptoir Lyon-Alemand où travaillait Gregh (1930) à la déclaration de guerre est proposé à Le Bec (1917). L’emploi de sous-gouverneur libéré par le décès de J. J. Bizot (1922) aurait pu profiter à un inspecteur mais est proposé à un homme du sérail, Bletterie, contrôleur général, ce qui n’était pas arrivé depuis 1920. Mais les opportunités sont rares.

131Si la guerre a en effet perturbé certains parcours dans l’entreprise, l’engrenage n’a pu fonctionner que parce que d’autres motivations, cumulées, ont également joué.

C. Gagner sa vie ou rechercher des avantages financiers ?

  • 124 Mémoire justificatif, cité dans la réplique au Conseil d’État, 1956, p. 52, archives familiales con (...)

132Les quelques mémoires justificatifs pour le jury d’honneur dont nous avons disposé écartent l’appât d’émoluments intéressants. Boisanger rappelle qu’il n’a touché aucun traitement pour sa fonction de représentant de la France à la délégation de Wiesbaden124. Filippi explique :

  • 125 Dossier Filippi, IGPDE, Mémoire p. 8.

« Si j’ai accepté la charge d’exercer les fonctions de secrétaire général aux Affaires économiques, c’est seulement à titre temporaire et je n’ai bénéficié de ce fait d’aucun avantage matériel, bien au contraire, puisque ma rémunération était moindre que comme secrétaire général de la SNCF125. »

133Deroy précise :

  • 126 Dossier Deroy, CAMT (Roubaix), 157 AQ1.

« Si j’acceptai une nomination que je n’avais à aucun moment sollicitée, ce ne fut certes pas dans un esprit de lucre puisque la rémunération attachée à mon nouveau poste était un peu plus faible, compte tenu des indemnités, que celle de mes précédentes fonctions126. »

134Du Moulin affirme qu’il a renoncé dès le premier jour à son traitement de directeur de la BAO et a préféré, réintégrant les cadres de l’Inspection recevoir « des émoluments trois fois moindres », acceptant de payer sur ses deniers personnels, « la dépense nécessaire à l’honneur de ma fonction, comme à l’éclat du service de l’État ». L’été 1941, Georges-Picot aurait déclaré au ministre Charbin :

  • 127 J. Georges-Picot, Souvenirs d’une longue carrière, op. cit., p. 169.

« Je ne veux accepter ni poste de responsabilité, ni rémunération dans un ministère ; mais je veux bien, sans traitement, être à son cabinet pour l’aider de mes avis en matière administrative127. »

135J. Brunet cumule, sans supplément de traitement, les fonctions de directeur du Trésor et de secrétaire général aux Finances avec le départ de Deroy en 1943. Pierre Barnaud, le fils de Jacques Barnaud, a tenu à nous dire que dès juillet 1940, son père avait démissionné de ses conseils d’administrations, Worms compris, et qu’il n’avait touché aucun émolument pour ses fonctions officielles.

136En est-il allé de même pour tous ?

  • 128 Dossier no 217, service de l’IGF et archives familiales.
  • 129 Non compris les allocations familiales et les indemnités de cherté de vie ou de résidence.

137Pour ceux qui ne sont pas démissionnaires et dont l’autre branche de l’alternative est le traitement d’inspecteur dans les cadres, bien inférieur à celui de l’administration active et, encore plus, de l’entreprise, la nécessité de maintenir un revenu perdu par la guerre a pu être une raison d’agir. On l’a vu pour Roger-Machart, sans parler même de ceux qui n’ont que leur retraite, comme Pignerol128. Boivin-Champeaux passe d’un revenu annuel de 178 000 F à la Compagnie générale transatlantique à un traitement annuel de 1re classe de 75 000 F129. Le président, annonçant le départ de Boivin-Champeaux au directeur de l’Économie générale, l’informe d’ailleurs qu’une indemnité de licenciement égale à un an de traitement fixe lui sera versée, ce que le directeur ramène à six mois de salaires. L’administration du SCAP le rémunère-t-elle mieux ? On sait qu’il est mis à disposition et non détaché. En juillet 1943, il entre à la SNCF avec un traitement de 120 000 F. À la même date, un inspecteur général a un traitement de 100 000 F plus 3 100 F d’indemnité de résidence et 6 000 F d’indemnité spéciale.

138Le besoin de trouver des revenus est encore plus vrai des démissionnaires comme Donati ou Cheysson qui ont perdu leur emploi.

139L’argent a donc joué un rôle différent selon le statut de l’inspecteur, ses besoins et ses revenus antérieurs. Les fonctions administratives offertes par Vichy sont, comme toujours, moins rémunérées que celles offertes par les entreprises, fussent-elles publiques, et presque toujours supérieures au traitement dans les cadres.

D. Être utile et servir les intérêts de la France

140Après la guerre, le désir d’être utile à son pays sera systématiquement mis en avant par tous ceux qui ont occupé des emplois dirigeants sous Vichy, inspecteurs des Finances ou non. Ainsi Pucheu, qui lui aussi venait d’une entreprise, privée, l’entreprise Jappy, écrit dans son Journal de prison le 13 septembre 1943 :

  • 130 P. Pucheu, Ma vie, op. cit., p. 189.

« Quand il me fut demandé d’entrer au Gouvernement, bien des amis me pressaient de refuser. Ils me disaient : “Pourquoi vous mettre maintenant dans la pire des situations ? Si vous êtes tenté par les affaires publiques attendez l’après-guerre dans votre sécurité présente.” Je savais parfaitement que j’allais accomplir une mission de sacrifice. Mais quelque chose d’irrésistible me disait qu’il eut été profondément lâche de refuser de contribuer à alléger la croix de mon pays130. »

141Longtemps après la guerre, dans ses Souvenirs, Georges-Picot retrace le cheminement qui l’a conduit de son désir de servir de Gaulle à celui de servir Vichy, en juillet 1940, alors qu’il achève sa mission aux États-Unis. Dans les deux cas, c’est l’idée d’être utile qui est mise en avant, comme si les intérêts de la France pouvaient être servis aussi bien à Londres qu’à Vichy en 1940 :

  • 131 L’italique est de nous. J. Georges-Picot, Souvenirs d’une longue carrière, op. cit., chapitre IV. P (...)
  • 132 J. Georges-Picot n’a pas cherché ultérieurement les raisons de cette curieuse réponse de Pleven alo (...)

« Je réfléchissais en même temps à ce que je devais faire moi-même, pour aboutir à la conclusion que la guerre n’était pas finie et que je ne pouvais que me mettre à la disposition de la France libre. C’est vers la mi-août que je câble en conséquence à René Pleven que je sais auprès du général de Gaulle, pour lui dire que j’aurai terminé mon travail à New York prochainement et que je suis prêt à me rendre à Londres pour servir où le général jugera utile de me placer131. La réponse devait venir quelques jours plus tard : pas de place pour moi à Londres mais je pouvais être utile en Égypte où j’étais prié de me rendre pour reprendre mon poste au Canal132. Je n’avais qu’à m’incliner et je demande et reçois mon visa pour l’Égypte ; mais comme le chemin de l’Égypte passe obligatoirement par l’Afrique du Nord ou par l’Europe, je décide de passer par la France. »

  • 133 C. Rist rapporte l’impression du patron du Suez, Edgar-Bonnet, à son retour d’Égypte le 6 décembre (...)

142Apprenant que son visa d’entrée en Égypte, donné à Washington, est annulé peut-être en raison de son retour en France133, il ajoute :

  • 134 Nous disposons ici d’un exemple des limites que rencontre l’historien lorsqu’il utilise des souveni (...)

« Je me suis dit que si la France libre ne voulait de moi ni à Londres ni en Égypte, il y avait toujours place en France pour les Français qui accepteraient la souffrance de la résistance passive ; je décidai de rester et de voir si je pourrais être utile à quelque chose dans mon pays […] Démobilisé à Vichy, je me remets durant l’hiver au service de la Compagnie de Suez. Mais je reste en contact avec les camarades de la rue de Rivoli, leur laissant entendre que je suis prêt à reprendre tout rôle actif dans l’administration qui pourrait être utile au pays, sans apporter aucune aide à la puissance occupante134. »

  • 135 J. de Fouchier, Le Goût de l’improbable, Paris, Fayard, 1984, 270 p., p. 196. L’italique est de nou (...)
  • 136 Archive privée remise à l’auteur par son fils. Deuxième recours auprès du Conseil d’État, juin 1955 (...)

143Fouchier, dans ses Souvenirs, évoque une conversation tenue à Londres avec Pleven, en mai 1943, sur Deroy, pourtant un ami de longue date : « Jamais Deroy n’aurait dû accepter de Vichy le poste qu’il occupe actuellement. Son comportement me paraît contraire à l’honneur. » Et Fouchier raconte lui avoir répondu : « Je suis témoin, pour ma part, de l’excellent travail qu’il fait à son poste pour la défense des intérêts français135. » Dans un exposé sur sa gestion depuis juin 1940 et évoquant la remise de l’or belge, signé par le seul Laval le 11 décembre 1940, Boisanger livre a posteriori les raisons qui l’ont conduit à ne pas démissionner : « Je suis atterré ; je pense démissionner à la fois de la délégation et de la Banque. Mais j’estime en définitive que mon devoir est de rester pour essayer de sauver ce qui peut encore l’être136. »

E. Obéir en temps de guerre, faire son devoir

144Rappelons, au risque de se répéter, ce que Bloch-Lainé disait des hauts fonctionnaires sous Vichy :

  • 137 F. Bloch-Lainé et C. Gruson, Hauts fonctionnaires sous l’Occupation, Paris, Odile Jacob, 1996, 284  (...)

« Ils ont pu choisir à tout moment entre la complicité et l’abstention. Aucun n’était contraint par son statut à faire n’importe quoi de contraire à sa conscience… Il n’y avait pas de captif du devoir. Il suffisait le plus souvent d’être prêt à se faire mal voir, à être éloigné des tâches importantes, à ne plus “avancer”137. »

  • 138 Par nature, les Mémoires pour le jury d’honneur ne concernent que ceux qui étaient détachés, hors c (...)

145Pourtant, obéir et faire son devoir est l’argument avancé par ceux qui sont encore liés à la fonction publique138. On peut rappeler la réponse de Fournier, gouverneur de la Banque de France lors de la séance d’installation de son successeur, imposé par le ministre, du 6 décembre 1940. Le collège des trois censeurs (Bassot, Lemaigre-Dubreuil et Marcheville) ayant donné leur démission, Fournier leur demande de revenir sur leur démission.

  • 139 Procès-verbal du conseil général, séance du vendredi 6 septembre 1940, p. 10, dossier Boisanger, ar (...)

« Je crois que dans les paroles que j’ai prononcées, j’ai montré que je savais m’incliner devant un ordre et je demande au Collège des censeurs de conformer son attitude à la mienne. Il ne s’agit pas à l’heure actuelle d’apprécier l’opportunité des mesures qui sont prises. Il s’agit d’obéir. L’obéissance est une grande vertu ; il faut aujourd’hui la pratiquer. Le Chef de l’État l’a rappelé dernièrement : il est trop facile de s’incliner devant les mesures que l’on approuve ; le sacrifice commence quand, au fond de soi-même, on les regrette. Votre geste serait compris comme une espèce de résistance à l’autorité gouvernementale. La Banque ne doit pas avoir cette attitude139. »

146Villard (1921), en 1945, évoque cette obéissance au ministre qui lui demande sa démission de sous-gouverneur de la Banque de France :

  • 140 Lettre de Villard du 15 février 1945 qui, en réponse au ministre qui lui demande sa démission de la (...)

« Je défère néanmoins à votre invitation dans l’esprit de discipline que l’état de guerre impose à tous et dont j’ai déjà donné la preuve en acceptant, sans souci de mon intérêt personnel présent ou futur, les diverses fonctions qui m’ont été confiées depuis cinq ans et notamment mon poste de sous-gouverneur140. »

147Deroy explique qu’en temps de guerre, « un fonctionnaire ne pouvait pas discuter les ordres du gouvernement et devait servir à la place où il était utile… Je ne devais me laisser guider que par le souci du bien public. Je ne pouvais me dérober à cette désignation ».

148Bouthillier rappelait, le 15 février 1942, à Filippi qui souhaitait quitter son poste de secrétaire général :

« Ministre responsable de l’Économie nationale et des Finances, c’est à moi qu’il revient d’apprécier à quelle place un fonctionnaire de mon Département a le devoir de servir. Or en plein accord avec le Secrétaire d’État aux communications, j’estime ne pouvoir vous décharger encore de la haute mission qui vous a été confiée. Pour précieuse que soit votre collaboration à la SNCF, elle doit céder le pas aujourd’hui à des tâches plus pressantes et il est de votre devoir de mettre votre compétence et votre dévouement au service du pays. »

  • 141 Comme secrétaire général de la SNCF, il dépend du secrétaire d’État aux Communications. Dossier Fil (...)

149Filippi termine son mémoire justificatif pour le jury d’honneur ainsi : « J’ai conscience d’avoir, pendant la période où la France a subi l’occupation allemande, toujours fait mon devoir et de n’avoir jamais eu d’autre attitude que celle d’un fonctionnaire patriote141. »

  • 142 Arch. nat. AP 474 (2).

150Mais cet esprit de discipline qu’ils invoquent tous ne les empêche pas de mentionner, dans le même élan, tous les postes qu’ils ont refusés, attestant de leur désintéressement et de leur défaut d’ambition, attestant aussi de leur réelle marge de manœuvre et de leur pouvoir de dire « non ». Troublante contradiction que l’on trouve chez les inspecteurs, encore fonctionnaires ou non : Du Moulin, Deroy, Filippi, Baudouin, Guérard, H. Ardant. Du Moulin de Labarthète, le 11 novembre 1944, tient à rappeler qu’il a refusé les propositions qui lui ont été faites : « J’ai refusé les honneurs : le Ministère de l’Intérieur le 13 août 1941, l’ambassade de France à Buenos Aires le 7 janvier 1942, la présidence de la Banque de l’Algérie le 19 août 1942142. »

  • 143 J. Guérard, Criminel de paix, op. cit., p. 71.
  • 144 Cf. R. de Rochebrune et J.-C. Hazera, Les Patrons sous l’Occupation, op. cit., t. II, p. 241.

151Filippi aussi a refusé, dira-t-il, le poste de sous-gouverneur de la Banque de France que lui proposait le ministre. Même Guérard, qui ne cherche pourtant pas à se justifier dans son plaidoyer pour Laval, raconte que ce dernier lui aurait proposé, en avril 1942, un poste ministériel, ce qu’il aurait refusé, considérant que Laval devait s’entourer de parlementaires143. Leur capacité à refuser ne date d’ailleurs pas de Vichy. H. Ardant, dans ses déclarations à la Commission nationale interprofessionnelle d’épuration, rappelait qu’il avait décliné l’offre de Camille Chautemps de le nommer gouverneur de la Banque de France en 1937, alors qu’il était directeur général de la Société générale, pour éviter de « se rapprocher de la sphère politique144 ». Baudouin, démissionnaire, dira, lors de son procès en Haute Cour, avoir refusé le ministère des Finances en janvier 1938 dans le gouvernement Chautemps et un sous-secrétariat aux Finances en novembre 1938 dans le cabinet Daladier.

  • 145 Cf. ci-dessus, première partie, chapitre I, §8.

152Il semble bien que, chez eux, la vertu d’obéissance soit à géométrie variable et plus dépendante de l’emploi proposé et de l’employeur que de la nature du régime. Cette culture de l’obéissance n’est pas partagée non plus par tous, comme le montrent les copies des candidats du concours de 1943, interrogés sur les grands commis dans l’État145. Forgeot (1943) évoque la possibilité de désobéir sous un régime sans contre-pouvoirs et Chaban, qui n’est encore que Delmas (1943), répond :

  • 146 Ce qu’il fera en avril 1946 lorsque, en conflit avec son ministre Deferre sur le retour des biens c (...)

« Il y a cependant une limite à la docilité : l’exécution des ordres reçus ne peut pas obliger l’homme à transgresser certaines règles essentielles à ses yeux. S’il est fait violence à sa conscience, la grandeur du commis consiste non plus à se soumettre mais à se démettre146. »

F. Culture et traditions de l’Inspection

153L’esprit « Inspection » et les habitudes prises dans l’entre-deux-guerres ont pu contribuer à poursuivre « sans états d’âme » une carrière aux plus hautes responsabilités de l’État, fut-ce l’État français. Contentons-nous d’en rappeler les aspects principaux.

  • 147 Copies du concours 1943, service de l’IGF. Il n’a accordé qu’un entretien avec A. Rasmussen, le 22  (...)

154Et d’abord, cette habitude, soulignée par Miné (1935) dans son entretien, déjà cité147 : « Je pense qu’il était dans la tradition du corps de ne pas prendre en considération le régime sous lequel on travaillait, ce qui était dangereux pour la période qui a suivi immédiatement après. »

155L’avancement, non dans le corps, qui se fait à l’ancienneté, mais l’avancement dans leur carrière implique, en effet, l’indifférence à la couleur politique du gouvernement. On a vu, tout au long de la présente étude, que cette indifférence affichée cohabite avec un clientélisme politique certain et qu’elle s’exerce plus aisément avec les majorités de droite que de gauche. Mais cette culture ne les prédispose pas à faire cette différence que Goetze exprimait dans ses entretiens :

  • 148 Entretiens avec Roger Goetze, haut fonctionnaire des Finances, Rivoli-Alger-Rivoli, 1937-1958, text (...)

« J’ai le tempérament d’un haut fonctionnaire, c’est-à-dire servir l’intérêt de l’État que je considère généralement comme étant celui de la Nation. Évidemment, si l’intérêt de l’État était en conflit avec l’intérêt de la Nation, j’aurais certainement choisi le second. Mais enfin, mon rôle précisément comme haut fonctionnaire était peut-être de faire en sorte que l’intérêt de l’État concorde avec l’intérêt de la Nation148. »

156Nous adhérons au point de vue de vue de Marc Olivier Baruch sur l’insuffisance de l’explication carriériste des trajectoires. Retenir cette variable exclusivement serait en effet trop réducteur mais la sous-estimer serait ignorer aussi ce que suppose l’appartenance à l’Inspection et, plus généralement, à la haute fonction publique. Dans les Souvenirs ou entretiens consultés, ils n’ont de cesse de démontrer qu’ils n’ont pas cherché les honneurs et que l’ambition n’était pas leur moteur principal.

  • 149 cf. J.-M. Drouineau, « La crise de l’Inspection », La Gazette de l’Inspection, no 7, oct. 1941, p.  (...)
  • 150 J.-M. Drouineau, « La crise de l’Inspection », La Gazette de l’Inspection, no 6, juin 1941, p. 2.

157Pourtant, ils partagent tous ou presque l’obsession d’échapper au métier d’inspecteur des Finances dans les cadres149. On n’entre à l’Inspection que pour en « sortir » et le concours est perçu comme l’accès à une carrière dirigeante voire triomphante. Rester dans les cadres, « C’est être en panne », a entendu dire le chef du Service Drouineau (1901) d’un jeune camarade150.

158Ils partagent aussi l’ambition, contagieuse, d’accéder aux plus hautes responsabilités. Bouthillier, lui-même inspecteur, semble s’adresser tout particulièrement à ses camarades lorsqu’il dénonce : « Il [le haut fonctionnaire] peut, par une perversion d’autant plus redoutable qu’elle s’insinue sous le masque de l’honneur, exercer son activité pour accroître son importance personnelle. »

  • 151 Y. Bouthillier, Le Drame de Vichy, Finances sous la contrainte, t. II, op. cit., p. 265.

159Et ce danger lui apparaît encore plus grand en économie dirigée. « En économie dirigée, le danger majeur réside dans l’infatuation du fonctionnaire des services centraux, dans son avidité à se saisir de tous les problèmes et à les régler de sa plume péremptoire, géométrique, mal avisée151. »

160La conscience de leur supériorité, partagée par tous, ne se limite pas au domaine de la technique financière. Elle s’élargit à tous les domaines et s’accompagne d’un droit implicite non seulement à la direction des plus grandes administrations financières mais à toutes les fonctions d’autorité.

161Elle légitime donc logiquement l’usage du cumul des fonctions, déjà bien en place dans l’entre-deux-guerres lorsqu’il s’agit d’emplois en cabinet, on l’a vu.

  • 152 L. Petit, « Les sorties de l’Inspection », La Gazette de l’Inspection, no 13, février 1944, p. 7-12
  • 153 J. de Fouchier, Le Goût de l’improbable, op. cit., p. 196.

162Comme le dit joliment Lucien Petit (1897), lui-même ancien inspecteur des Finances, en février 1944 au sujet des « sorties » de l’Inspection, qu’il approuve quant à lui : « Un rôle de violette n’est pas le fait des élites ; dans l’intérêt général elles doivent savoir s’imposer152. » Cette conscience de supériorité est fondée sur la réussite au concours réputé le plus difficile, passé avant 26 ans, sur leur capacité d’adaptation et leurs compétences techniques acquises dans la tournée et au fil des postes occupés. Certitude qu’ils font mieux qu’un autre et qu’il faut éviter qu’un moins compétent ou moins patriote n’exerce une action plus néfaste, tel sera le leitmotiv. Dans la conversation citée plus haut entre Pleven et Fouchier en 1944 sur Deroy, Fouchier aurait ajouté : « Croyez-vous qu’il serait préférable d’avoir là un collaborateur aidant au pillage de notre pays par l’occupant153. » Il ne lui vient pas même pas à l’esprit qu’un autre eût pu mieux résister que Deroy.

163Enfin, la pratique à l’Inspection, c’est de faire carrière avec l’appui du ministre et (ou) d’un camarade plus ancien de l’Inspection, directeur de cabinet ou d’administration. Si un ministre est en plus un camarade de l’Inspection, la tentation devient irrésistible : Guérard auprès de Baudouin, Deroy, Filippi et Boisanger auprès de Bouthillier. Rappelons que Fouchier n’accepte de diriger le cabinet qu’après avoir consulté les « grands » inspecteurs du ministère. Symptomatique est le témoignage de Belin à propos du choix de Barnaud comme chef de son cabinet en juillet 1940 :

  • 154 R. Belin, Mémoires, Du secrétariat de la CGT au gouvernement de Vichy, op. cit., p. 133.

« Il m’avait fallu former un cabinet… une personne très compétente en matière industrielle et commerçante… Ne voyant personne dans le cercle de mes connaissances… je m’en ouvris dès le premier jour à Bouthillier… Il me téléphona le lendemain pour me proposer Jacques Barnaud qu’il me présenta comme inspecteur des Finances. […] Lorsque Bouthillier m’avait avancé le nom de Jacques Barnaud, il l’avait accompagné du titre que celui-ci avait repris à la déclaration de guerre en réintégrant son administration d’origine154. »

164Vrai ou faux, ce témoignage prouve que le titre d’inspecteur des Finances et la recommandation d’un ministre suffisent à faire d’un inspecteur des Finances « une personnalité très compétente en matière industrielle et financière ». La pratique de la recommandation politique ou administrative est ancienne, on l’a vu tout au long de cette étude.

  • 155 J. de Fouchier, Le Goût de l’improbable, op. cit., p. 128-129, et cf. chapitre II ci-dessus.

165Mais cette habitude de faire ses choix de carrière sous le parrainage d’un « grand » inspecteur plus ancien et plus expérimenté a pu les rendre aveugles155. Car il faut rappeler qu’aucun inspecteur des Finances « d’autorité », aucun « pape » de l’Inspection, n’est entré en dissidence ou n’a refusé des fonctions d’autorité avant 1943 (sauf Moreau-Néret en 1941). La contagion, dès lors, n’a pu jouer que dans le sens du service de l’État français.

G. Des motivations idéologiques ?

  • 156 J.-P. Azéma « De la Troisième République au premier Vichy : Paul Baudouin », Colloque des 6-7 mars (...)
  • 157 J. Guérard, Criminel de paix, op. cit.
  • 158 P. Burin, La France à l’heure allemande, Paris, Seuil, 1995, 564 p.

166Jean-Pierre Azéma a pu dire avec raison de Baudouin qu’il incarnait l’ambivalence des premiers mois de Vichy qui ont donné à croire à d’anciens hauts fonctionnaires que la révolution nationale était pour eux l’occasion de faire passer leurs idées : corporatisme, antiparlementarisme, respect du chef, de la hiérarchie et paternalisme, rationalisation et concentration industrielle mais aussi retour à la terre. Par leur trajectoire, ces inspecteurs là peuvent être rangés parmi ces conservateurs brouillés avec la République, selon l’heureuse expression de Stanley Hoffmann156. Mais rares sont ceux qui ont a posteriori reconnu être allés au-delà de l’accommodation avec le nouveau régime pour reprendre le concept opératoire de Philippe Burin157. Du Moulin est bien le seul à reconnaître a posteriori sa vraie motivation : la révolution nationale. Dans sa lettre du 11 novembre 1944 au ministre, il rappelle que s’il a été étranger aux négociations d’armistice, étant encore en Espagne, il n’en a « pas moins pensé que l’on pouvait, en dépit de la contrainte allemande et dans le cadre de nouvelles directions politiques, contribuer efficacement au relèvement du pays. Je me suis trompé158. » Les convictions de Baudouin aussi sont connues ; dès juin 1940, il exprime son adhésion à l’idée de révolution nationale :

  • 159 M. Meuleau, Des pionniers en Extrême-Orient…, op. cit., p. 418.

« La révolution totale que la France commence à cette heure solennelle a été préparée après vingt années d’incertitude, de mécontentement, de dégoût d’insurrection larvée… La guerre a fait éclater l’abcès… Cette possibilité de faire du neuf exalte les hommes de toute origine159. »

167Les études sur Barnaud témoignent de sa désaffection pour le régime parlementaire. On peut citer cette phrase de Barnaud à son fils le 13 juin 1940 :

  • 160 Correspondance privée de J. Barnaud remise à l’auteur par son fils.

« Je t’écris de Nantes… Mais avec ces hommes et ces femmes admirables que je viens de rencontrer, avec cette foule patiente et laborieuse dès qu’elle a des chefs dignes, nous referons une belle France, quoiqu’il arrive. Les vrais pessimistes, les vrais mous, les vrais lâches sont ceux qui croient que la destinée de notre vieux pays peut dépendre de l’issue d’une bataille160. »

  • 161 Arch. nat. AP 274 (2).

168Quant à l’adhésion à la politique de collaboration, de 1941 ou de 1942-1944, comme facteur d’explication de leurs parcours, nos sources ne nous permettent pas d’en débattre. Guérard est bien le seul à avoir défendu explicitement, après la Libération, son engagement auprès de Laval pour la défense de sa politique extérieure161.

169Ces vingt trajectoires de l’entreprise à l’État sous Vichy incitent à éviter toute généralisation et toute interprétation rapide sur les attitudes de cette période. Elles permettent de peser le poids des circonstances, de dégager des processus et des pratiques variables, partagées par d’autres élites patronales et administratives. Elles mettent l’accent sur les effets pervers de la culture méritocratique à la française qui donne, par le seul effet de la réussite à un concours avant 26 ans et de l’appartenance à un corps étroit et considéré, dès lors, comme prestigieux, une conscience de supériorité abusive et aveuglante.

170Ces itinéraires rappellent aussi que des inspecteurs des Finances, y compris les plus proches des lois du marché, ont participé volontairement et aisément à l’économie dirigée, ce qui tend à démontrer, une fois de plus, qu’ils n’étaient pas si libéraux qu’on a bien voulu le dire, dès lors qu’il s’agit de s’adapter avec pragmatisme à des circonstances exceptionnelles.

171Enfin, cette étude de cas montre à quel point il est nécessaire mais difficile de comprendre les « raisons d’agir » des élites patronales ou administratives de cette époque et de donner du sens à ces vies écrasées par l’histoire qu’ils ont contribué, pourtant, plus que d’autres, à façonner.

  • 162 Les noms, emplois ou dates en italique ne figurent pas sur la liste. Lorsque la date de fin est men (...)

Tableau 4. Prises d’emplois hors du ministère des Finances des 77 inspecteurs encore fonctionnaire en fonction au 16 juin 1940 ou nommés depuis par ordre d’ancienneté162

  • 163 Il est en fait depuis février 1939 à la Compagnie d’assurances l’Urbaine.
  • 164 Mobilisé puis prisonnier, il a cessé ses fonctions du 6 mai 1940 au 1er juin 1941.
  • 165 La liste mentionne AEF.
  • 166 Délégation française pour les affaires économiques auprès de la délégation allemande d’armistice.
  • 167 Délégué général aux relations économiques franco-allemandes.
  • 168 Il est réintégré dans le corps des contrôleurs financiers, où il était entré en 1935.
  • 169 Intégré dans le corps des contrôleurs financiers le 1er mai 1941.
  • 170 Il part en dissidence en juin 1941.
  • 171 Ni dans son dossier ni dans l’annuaire.
  • 172 Délégation générale du gouvernement en Afrique française.
  • 173 Le secrétaire général du gouvernement est Guérard du 1er mai 1942 au 10 août 1944.
  • 174 Relevé de ses fonctions mais pas réintégré, semble-t-il.
  • 175 Il est également, depuis le 24 mars 1943, représentant du ministère des Finances à la Commission d’ (...)

1. Déjà en fonction avant le 16/06/40

Escallier (1909) : directeur Banque d’Algérie, 1934.

Rincquessen Willecot de (1911) : contrôleur des dépenses engagées, gouvernement général d’Algérie, 1929.

Dayras (1912) : commissaire Banque d’échanges du Maroc, 1932-7/7/44 (?).

Guérin (1913) : gouverneur Crédit foncier, 1936.

Lebelle (1914) : délégué Potasses d’Alsace, Berlin, 1930-2/10/40.

Le Bec (1917) : directeur Office de compensation, 02/01/40.

Laure (1918) : directeur général adjoint Compagnie générale transatlantique, 22/11/38.

Fournier (1919) : gouverneur Banque de France, juil. 1937-sept. 1940.

Diethelm (1920) : directeur Affaires économiques ministère des Colonies163, 08/07/38.

Moeneclaey (1920) : directeur Monnaies Médailles, 07/05/34.

Cousin (1920) : directeur Contrôle financier Indochine, 1/02/40.

Ehrhardt (1921) : conseiller financier Haut-commissaire Syrie-Liban, 08/11/35.

H. Boissard (1921) : liquidateur BNC, nov. 1935.

Paul-Dubois-Taine (1922) : liquidateur BNC 21/10/37 ; chargé mission achat étranger auprès du secrétaire général financier, 18/01/40.

Delsériès (1922) : contrôleur financier, 1935-1943.

Deroy (1923) : directeur général CDC.

Rueff (1923) : second sous-gouverneur Banque de France, 08/09/39-22/01/41.

Maringe (1924) : directeur Crédit national 28/01/38.

Mettas (1924) : chef de la Comptabilité générale SNCF, 01/01/32.

Baumgartner (1925) : directeur général Crédit national, 21/11/36.

Georges-Picot (1925) : directeur Compagnie Canal de Suez, 01/06/37.

Amaudric du Chaffaut (1926) : directeur service financier Marseille, 26/04/39164.

Turquet (1926) : contrôleur financier Office Établissements autonomes État, 25/10/35.

Chabrun (1926) : directeur financier Préfecture de la Seine, nov. 1938.

Du Moulin (1925) : inspecteur général puis directeur Banque de l’AOF, 15/06/32165.

Maxime-Robert (1927) : secrétaire général Banque de l’Indochine, 15/08/37.

Bouthillier (1927) : ministre des Finances, 05/06/40.

Barbier (1924) : délégué général Syndicat des banquiers, 15/05/34.

Roger-Machart (1928) : secrétaire général Crédit Foncier égyptien, 01/12/32.

Gonon (1929) : directeur service financier, gouvernement général d’Algérie, 01/06/36.

Gregh (1930) : liquidateur Lyon-Alemand, du 15/08/37 au 31/12/40.

Carmoy (de) (1930) : affecté au commissariat de l’Information, 05/09/39.

Filippi (1930) : chef de cabinet ministre des Finances, 06/06/40.

Tron (1930) : directeur financier Empire chérifien, fév. 1938.

Largentaye (Rioust de) (1931) : attaché financier Espagne Portugal, 17/04/40

Montarnal (1931) : attaché financier Rome, 28/01/38.

Faivre d’Arcier (1932) : chef service d’études économiques auprès de la Direction générale des transports, 12/11/38 ; chef de cabinet ministre des Travaux publics, 23/03/40.

Culmann (1933) : secrétaire général Comité des transports parisiens, 01/12/38.

Chomereau (de Saint-André de) (1933) : chef adjoint cabinet du ministre de l’Armement, 04/04/40.

2. Nommés du 16/06/40 au 31/12/41

Le Bec (1917) : président Lyon-Alemand, 1/12/40.

Formery (1912) : commissaire du Pouvoir, 29/09/41.

Fournier (1919) : président SNCF, 11/09/40 ; directeur du SCAP, déc. 1940-fév. 1941.

Boisanger (Bréart de) (1920), gouverneur Banque de France, 31/08/40 ; président DFAEDAA166, 12/09/40.

Cousin (1920) : directeur financier Indochine, 18/11/40.

D’Été (1920) : secrétaire général CFF, 21/09/40.

Mönick (1920) : secrétaire général Résidence Maroc, 21/09/40.

Lacour-Gayet (1920) : mission USA, 26/08/40 ; attaché financier USA, 21/06/41

Villard (1921) : secrétaire général présidence du Conseil, 17/06/40 ; premier sous-gouverneur Banque de France, 31/08/40.

Aris (1921) : secrétaire général gouvernement général d’Algérie, 18/08/40 ; attaché financier Argentine Uruguay, 27/07/41.

Boivin-Champeaux (1919) : affecté au SCAP, 13/02/41-9/07/41.

Delsériès (1922) : chef de cabinet du ministre des. Travaux publics, 25/06/40 ; directeur du contrôle de la comptabilité, Affaires algériennes, 26/08/40-23/09/40.

Georges-Picot (1925) : directeur des services du cabinet du ministre du Ravitaillement, 14/08/41.

Du Moulin (1925) : membre du cabinet civil Pétain, 19/07/40 ; directeur de cabinet de Pétain, 24/09/40.

Bouthillier (1927) : ministre des Finances et du Commerce, 16/06/40 ; secrétaire d’État aux Finances, 12/07/40 ; secrétaire d’État à l’Économie nationale et aux Finances, 23/02/40.

O. Mourre (1927) : chargé de mission DGREFA167, 23/07/41.

E. Mourre (1927) : chef des Services administratifs et financiers, vice-président du Conseil, 15/11/40.

Auboyneau (1928) : inspecteur général Banque de l’AOF, 16/12/40 ; directeur adjoint Banque de l’AOF, 01/07/41.

Dobler (1928) : conseiller Affaires financières du haut-commissariat Syrie Liban, du 27/01/41 au 1/09/41.

Gregh (1930) : directeur administratif au secrétariat d’État au Ravitaillement, 15/10/40-17/11/41168.

Carmoy (de) (1930) : chargé de mission Secrétariat à l’Information, présidence du Conseil, chef service cinéma, 01/10/40 ; commissaire du gouvernement Comité organisation cinéma, 05/12/40169.

Filippi (1930) : Ff. secrétaire général aux Affaires économiques, secrétaire d’État à l’Économie et aux Finances, du 12/07/40 au 24/04/42.

Brunet (André) (1930) : contrôleur financier, 01/05/41 ; directeur services administratifs et financiers secrétaire d’État à l’Agriculture et au Ravitaillement, du 17/11/41 au 19/06/42.

Alphand (1930) : attaché financier Washington, 21/07/40170.

Panié (1930) : Contrôleur des dépenses engagées, ministère de la Guerre, Territoires occupés 05/12/40 ; chef service Affaires extérieures, secrétaire d’État à la Production industrielle, 16/05/41.

Largentaye (Rioust de) (1931) : attaché financier et contrôleur des Finances Espagne Portugal, 2/02/41.

Coquelin (1931) : sous-directeur Direction des Impôts, 18/09/40.

Beaumont (de La Bonninière de) (1930) : sous-directeur secrétariat général ministère de la Famille, 1/10/40-12/01/41.

Montarnal (1931) : délégué Délégation française à la commission italienne d’armistice, juin 1940.

Salaün (1931) : chef cabinet secrétariat général ministère Famille Santé, oct. 1940 ; mission Commissariat général Équipement, mai 1941.

Faivre d’Arcier (1932) : mission délégation générale auprès du gouvernement français des territoires occupés (?)171.

Fredet (1932) : chef du service financier secrétariat d’État à la Production industrielle, 01/05/41.

Culmann (1933) : directeur cabinet secrétariat d’État au Commerce, 07/09/40 ; directeur adjoint ; directeur Commerce intérieur, ministère de la Production industrielle et du Travail, 20/12/40 ; directeur Commerce intérieur auprès du secrétariat d’État à la Production industrielle, 27/06/41.

Chomereau (de Saint-André de) (1933) : directeur cabinet ministre de la Jeunesse et de la Famille, 25/06/40.

Krafft (1933) : directeur services financiers Commissariat Technique, de la Reconstruction immobilière secrétaire d’État aux Communications, 16/11/40.

Cardin (1934) : mission cabinet ministre de l’Intérieur, 8/09/40 ; chef adjoint cabinet des Finances, 25/0241 ; intendant aux Affaires économiques Toulouse, 14/05/41.

Yrissou (1934) : mission cabinet du ministre des Finances, 01/08/40 ; chef adjoint cabinet secrétariat d’État à l’Économie et aux Finances, 01/08/41.

Miné (1935) : sous-directeur ministère du Ravitaillement, 21/08/40 ; directeur adjoint, 14/10/40.

Julienne (1936) : dispo auprès du général Weygand, 17/10/40 ; bureau études économiques DGGAF, 22/10/40172.

Dhavernas (1938) : chef adjoint au cabinet civil du ministère des Affaires étrangères. 18/06/40 ; mission direction des Finances extérieures, 24/03/41 ; mission cabinet du ministère de l’Intérieur Paris, 08/10/41.

3. Nommés en 1942

H. Boissard (1921) : directeur Crédit national, 05/06/42.

Richard (1921) : directeur Office des changes, 25/03/42.

Campion (1921) : directeur général des Finances Secours national, 10/11/41-01/10/43.

Delsériès (1922) : contrôleur des dépenses engagées ministère de l’Économie nationale, 06/07/43.

Georges-Picot (1925) : intendant des Affaires économiques à Lyon, 01/06/42.

Turquet (1926) : intendant des Affaires économiques à Orléans, 30/06/42.

Du Moulin (1925) : attaché financier à Berne, 22/08/42.

Bouthillier (1927) : procureur général Cour des comptes, 26/04/42.

O. Mourre (1927) : directeur Économie générale, 3/09/42.

E. Mourre (1927) : directeur Administration générale du ministère de l’Information, 29/06/42.

Roger-Machart (1928) : préfet des Deux-Sèvres, 14/11/41-11/03/43.

Dobler (1928) : direction des Réfugiés secrétariat d’État de l’Intérieur, 5/03/42-26/07/43.

Gonon (1929) : secrétaire général du gouvernement général de l’Algérie, nov. 1942.

Filippi (1930) : secrétaire général SNCF, 28/05/42.

Hermite (G.-H.) (1930) : conseiller financier Direction de l’Équipement ministère de l’Éducation nationale, mai 1942-sept. 1943.

Coquelin (1931) : chargé des services de l’Administration au secrétariat général du chef du gouvernement, 06/05/42173 ; chef, 25/07/42.

Salaün (1931) : Ff. directeur adjoint Organisation sociale secrétariat d’État au Travail, 24/01/42-27/06/43.

Chomereau (de Saint-André de) (1933) : chef adjoint cabinet des Finances (Vichy), 30/05/42.

Yrissou (1934) : intendant Affaires économiques à Limoges, 26/05/42.

Miné (1935) : chef Service des prix au ministère de l’Agriculture, de la Culture et du Ravitaillement, 18/06/42-27/01/44174.

Louvencourt (de) (1935) : mission secrétariat d’État de l’Intérieur ; mission cabinet du secrétariat d’État au Ravitaillement, 22/09/42 ; mission Direction du Commerce extérieur, 30/06/42.

Calan (de Lalande de) (1936) : conseiller technique cabinet secrétariat d’État aux Communications, 15/01/42 ; chef cabinet secrétariat d’État à la Production industrielle, 05/05/42 ; directeur cabinet secrétariat d’État à la Production industrielle, 01/12/42.

Renand (1938) : mission secrétariat général du gouvernement, 04/06/42 ; chef adjoint cabinet des Finances Cathala, 27/11/42.

R. Boulloche (1938) : chef cabinet ministère de l’Agriculture et du Ravitaillement, 12/05/42.

Mazodier (1939) : chef cabinet secrétariat d’État aux Communications, 19/04/42.

Monplanet (de) (1939) : chef adjoint cabinet secrétariat d’État à la Production industrielle, 08/12/42.

Clappier (1939) : mission secrétariat général de l’Industrie et du Commerce, 20/09/42.

Caplain (1939) : mission secrétariat d’État à la Production industrielle, 21/02/42 ; commissaire du gouvernement centre d’information interprofessionnel, 08/07/42.

Treuille (1939) : mission cabinet secrétariat d’État au Ravitaillement.

4. Nommés en 1943

Cousin (1920) : par intérim, secrétaire général Indochine, 2/3/43.

Boivin-Champeaux (1919) : directeur Budget de la SNCF, juill. 43.

O. Mourre (1927) : délégué général CNCE, 28/10/43.

Coquelin (1931) : directeur Commerce extérieur, 24/03/43175.

Montarnal (1931) : affecté à Monaco, oct. 1943.

Culmann (1933) : secrétaire général Organisation de l’industrie et du commerce MPI 20/01/43.

Krafft (1933) : directeur des services financiers au Service central Commissariat Reconstruction, 6/07/43.

Calan (de Lalande de) (1936) : directeur du Commerce intérieur MPI, 17/08/43.

Julienne (1936) : inspecteur général au Ravitaillement, 01/08/43.

Renand (1938) : ff. 08/43 puis directeur du contrôle administratif des Services du chef du gouvernement, 14/09/43.

Monplanet (de) (1939) : chef cabinet MPI (Paris), 27/11/43.

Clappier (1939) : adjoint secrétariat général de la Production industrielle, 30/09/43 (?).

5. Nommés en 1944

Richard (1921) : directeur général Office des changes, 29/01/44.

Campion (1921) : commissaire du gouvernement, Banque d’État du Maroc, 26/06/44.

Salaün (1931) : mission conseil supérieur Travail, 10/01/44 ; mission Délégation générale à l’Équipement national, 24/02/44.

R. Boulloche (1938) : mission Direction de l’Économie générale, 10/03/44.

Mazodier (1939) : intendant Affaires économiques à Montpellier, 10/06/44.

Monplanet (de) (1939) : sous-directeur MPI, 01/05/44.

Davost (1939) : mission MPI, 05/01/44.

Caplain (1939) : directeur adjoint direction de l’Organisation professionnelle MPI, 11/05/44.

Tableau 5. Liste récapitulative des inspecteurs des Finances dans les cabinets ministériels ou des fonctions exécutivesa

Noms des inspecteurs des Finances

Titre

Autres ministères, cabinets
ou secrétariat général du gouvernement

Ministère ou cabinet Finances

Barnaud

Délégué général

DGREFA

Baudouin

Ministre

Affaires étrangères

Boissieu

Secrétaire général

Délégation du gouvernement dans les territoires occupés

R. Boulloche

Chargé de mission

Cabinet Ravitaillement Charbin

Bouthillier

Ministre

Finances et Économie nationale/CC

Calan

Directeur

Cabinet Communications Piétri

Cardin

Chargé de mission

Cabinet Intérieur Pucheu

Chomereau

Chef adjoint

Ministère de la Famille et de la Jeunesse

Cabinet Finances Cathala

Clermont-Tonnerre

Chargé de mission
Chef adjoint

Cabinet Finances Bouthillier
Cabinet Finances Cathal
a

Coquelin

Chef des services administratifs

Chef du gouvernement Laval

Culmann

Directeur

Cabinet Communications Gibrat

Dhavernas

Chef adjoint puis
Chargé de mission

Cabinet Famille/Jeunesse
Cabinet Production Bichelonne

Donati

Préfet

Eure-et-Loir, Côte-d’Or, Maine-et-Loire

Douffiagues

Chef

Cabinet Affaires étrangères Baudouin

Du Moulin

Directeur

Cabinet du maréchal Pétain

Du Pont

Chargé de mission

Cabinet Finances Bouthillier

Filippi

Chef

Cabinet Finances Bouthillier

Fouchier

Chef

Cabinet Intérieur – Réfugiés Peyrouton

Cabinet Finances Cathala

Georges-Picot

Directeur

Cabinet Ravitaillement Charbin

Guérard

Secrétaire général

Chef du gouvernement Laval

Hedde

Chargé de mission puis Chef adjoint

Cabinet Finances Bouthillier,
Cabinet Finances Cathal
a

Libersart

Chef adjoint

Cabinet Finances Bouthillier

Louvencourt

Chargé de mission

Cabinet Ravitaillement Charbin

Mazodier

Directeur

Cabinet Ravitaillement Charbin

Monplanet

Directeur

Cabinet Communications Piétri

Oudiette

Chef adjoint

Cabinet Finances Bouthillier

Piétri

Ministre
Ambassadeur

Ministre Communications
Ambassadeur Espagne

Pignerol

Chargé de mission

Affaires juives

Renand

Chef adjoint puis
Chef des services administratifs

Chef du gouvernement, Laval

Cabinet Finances Cathala

Roger-Machart

Préfet

Deux-Sèvres

Salaün

Chef

Cabinet Famille – Santé Huard

Treuille

Chargé de mission

Cabinet Ravitaillement

Villard

Secrétaire général

Présidence du Conseil Pétain

Yrissou

Chef adjoint

Cabinet Finances Bouthillier

a Tableau établi d’après le courrier envoyé le 15 novembre 1944 par Fayol au cabinet du ministre des Finances en réponse aux questions demandées le 8 novembre 1944 portant sur les inspecteurs se trouvant dans une des situations suivantes : avoir occupé un poste de direction politique (y compris préfet) ou avoir été membre d’un cabinet ministériel, y compris chargé de mission, mais excepté ceux engagés par la suite dans les FFL ou FFI. Dossier épuration, service de l’IGF. Cette liste a été complétée par les dossiers de carrière. En italique, ce qui ne figure pas dans le document de Fayol.

Notes

1 Y. Bouthillier, Le Drame de Vichy, Finances sous la contrainte, t. II, Paris, Plon, 1951, p. 256-257.

2 A. Fayol, « L’Inspection générale des Finances », Conférence d’information sur les carrières, Paris, ELSP, 1942, 22 p.

3 F. Bloch-Lainé et C. Gruson, Hauts fonctionnaires sous l’Occupation, Paris, Odile Jacob, 1996, 284 p., p. 133.

4 J.-M. Drouineau : « La crise de l’Inspection » dans La Gazette de l’Inspection, no 6, juin 1941.

5 Dossier W 1-03, service de l’IGF.

6 En ne comptant pas ceux qui sont en disponibilité dans le privé, appelés à démissionner au bout de un ou trois ans, ni les emplois occupés dans la France libre.

7 Les emplois en entreprises, à cette époque, se raréfient bien entendu sous l’Occupation (3 par an en moyenne et 5 démissions en cinq ans), phénomène déjà très perceptible dans les années 1935-1939 avec la crise économique qui diminue les besoins, des banques notamment.

8 On en compte 7 de moins dans les entreprises publiques ou semi-publiques.

9 P. Reynaud, Mémoires, Envers et contre tous, t. I, Paris, Flammarion, 1960, p. 387.

10 M. Margairaz, L’État, les finances et l’économie. Histoire d’une conversion, 1932-1952, Paris, Comité d’histoire économique et financière de la France, 1991, t. I, p. 509.

11 H. Culmann, Cours de l’école supérieure d’organisation professionnelle, 1943, p. 91, cité par A. Houisse « Yves Bouthillier, ministre des Finances de Vichy », dans R. Rémond, Le Gouvernement de Vichy et la Révolution nationale. Institutions et politiques, 1940-1942, Actes du colloque des 6 et 7 mars 1970 de la Fondation nationale des sciences politiques, Paris, Armand Colin, 1972, 372 p., exemplaire dactylographié, p. 8.

12 Guide administratif des services ministériels français actuellement à Paris, Paris, COST, janvier 1941, 95 p. cité. par M. Margairaz, L’État, les finances et l’économie…, op. cit., p. 508.

13 M. Margairaz, L’État, les finances et l’économie…, op. cit., p. 381.

14 Ils sont assistés d’un secrétaire général adjoint, Labbé (1931), jusqu’à sa mise en disponibilité pour la maison Worms en 1938. Il sera remplacé par Fourmon (1931).

15 M. Margairaz, L’État, les finances et l’économie…, op. cit., p. 381.

16 C. Andrieu, « La direction du Trésor sous l’Occupation », séminaire sur l’histoire du Trésor, séance du 27 mai 1994 à Bercy, IGPDE.

17 F. Bloch-Lainé, intervention au Comité d’histoire de la Seconde Guerre mondiale le 27 janvier 1977, exemplaire dactylographié, IHTP. Sur les secrétaires généraux, cf. aussi M.O. Baruch, Servir l’État français, L’Administration en France de 1940 à 1944, Paris, Fayard, 1997, 737 p., p. 177-178 et M. Margairaz, L’État, les finances et l’économie…, op. cit., p. 506 et suiv.

18 Y. Bouthillier, Le Drame de Vichy, op. cit., t. II, livre 4, « Organisation de l’Économie nouvelle », chapitre I : « Le Gouvernement », p. 253-263.

19 Y. Bouthillier, Le Drame de Vichy, Les Finances sous la contrainte, t. II, Paris, Plon, 1951, 552 p., p. 261. Cette idée de fusion Trésor/Budget n’est pas neuve. O. Feiertag rappelle la nostalgie de Baumgartner vis-à-vis de l’époque du baron Louis qui avait aboli cette séparation administrative, Wilfrid Baumgartner…, op. cit., p. 85. Cf. aussi chap. X ci-dessus.

20 Idem, p. 261.

21 Mémoire en défense de janvier 1945, dossier T. de Feuilhade de Chauvin (1945) son gendre, IGPDE.

22 Il est aussi membre du CEI et du CEE, le Conseil d’études économiques, à partir du 15 mai 1941. M. Margairaz le cite encore au CEI en novembre 1941, L’État, les finances et l’économie…, op. cit., p. 511.

23 Dossier Filippi, IGPDE.

24 Il figure encore, dans le Bottin administratif de 1942, au cabinet de Bouthillier. Peut-être a-t-il cumulé les deux fonctions.

25 Cabinet dirigé par Leca (1932) assisté de Devaux (1932). Cette information est donnée par lui mais ne figure pas dans son dossier.

26 Entretien no 1 avec A. de Castelnau le 10 avril 1989, IGPDE.

27 J.-F. Potton, « La Cour pendant les années noires », conférence du 19 décembre 2007, Paris, La Documentation française, 2010, 169 p. Dans l’avis du jury d’honneur, on apprend que Favier « a été nommé à la suite de la demande exprimée par le ministre d’avoir le concours d’un membre de la Cour des comptes ». Ministère des Finances, jury d’honneur, séance du 20 janvier 1945, NO 300 D. Avis concernant M. Favier, conseiller référendaire de 1re classe à la Cour des comptes, ancien chef de cabinet du ministre Bouthillier. Annexe 18.

28 Entretien avec A. Terray en avril 1989, IGPDE.

29 J. de Fouchier, Le Goût de l’improbable, Paris, Fayard, 1984, 270 p.

30 Cf. P. Assouline, Une éminence grise, Jean Jardin 1904-1976, Paris, Balland, 377 p., p. 68-74. Filippi a raconté à P. Assouline comment Jardin avait rencontré Laval en lui apportant, tous les mois, du ministère des Finances – ministère de tutelle du SEITA – les deux paquets de Balto qui lui étaient nécessaires, en dépit du rationnement. Jardin était entré à la SNCF comme secrétaire de Dautry, sur recommandation de Daniel-Rops en 1933-1934.

31 J. de Fouchier, Le Goût de l’improbable, op. cit., p. 128-129. Fouchier ne précise pas que celle-ci est déjà en place pour une grande part.

32 Notons que les souvenirs de Fouchier manquent de précision puisqu’il dit que Cathala n’a fait venir que deux autres personnes. En réalité, il en fait venir cinq autres d’après l’annuaire, dont Pébrel, avocat comme Cathala, et deux chefs de bureau de l’administration centrale.

33 Il restera comme chef de Service, à partir de 1947, à l’Office des changes jusqu’en 1957.

34 Après son passage au CFLN, il commence après la guerre une carrière internationale à Washington avant d’être nommé directeur adjoint des Finex de 1948 à 1950, puis du secrétariat général de l’OECE jusqu’en 1953, avant de partir dans le privé comme associé de la banque Lambert.

35 Notamment Douffiagues et Renand.

36 Entretiens en 1988 et 1989 avec A. de Castelnau, IGPDE.

37 Il est aussi le gendre de l’amiral Gensoul qui a résisté aux Anglais à Mers-el-Kébir en juillet 1940.

38 Entretien enregistré avec l’auteur en 1981. Cf. ci-dessus, cinquième partie, chapitre XVI. Rappelons qu’il fait partie des otages de la haute fonction publique civile et militaire arrêtés en août 1943, transférés en résidence surveillée au Tyrol, à Plansee, et libérés le 7 mai 1945.

39 Réponse écrite à l’auteur du 3 mars 1981.

40 Entretien enregistré avec l’auteur en 1981 et en 1982.

41 Cf. ci-dessus, cinquième partie, chapitre XVI.

42 Lettre à Drouineau du 7 mai 1941 : « Ainsi que je vous en ai avisé, j’ai été invité à abandonner mes fonctions de chargé de mission à la direction des Finances extérieures. », dossier no 328 (1), service de l’IGF ; et entretien enregistré avec l’auteur du 20 octobre 1981.

43 Fonction qu’il cumule, en avril 1938, avec celle de chef des services administratifs du cabinet de Bonnet aux Affaires étrangères.

44 Dans sa réponse à notre questionnaire, Certeux laisse entendre qu’il a participé à des groupes de réflexion extra-administratifs à partir de 1943.

45 Krafft (1933) y est chargé de mission de décembre 1938 à novembre 1940.

46 Cf. cinquième partie, chapitre XVI ci-dessus et le témoignage de d’Arbonneau.

47 H. Alphand, L’Étonnement d’être, Journal, 1939-1973, Paris, Fayard, 1977, 614 p., p. 49.

48 H. du Moulin de Labarthète, Le Temps des illusions, Souvenirs, juillet 1940-avril 1942, op. cit., p. 22.

49 Sur le BAVE, on peut aussi consulter le témoignage concordant de J. de Fouchier, Le Goût de l’improbable, op. cit., p. 119 et suiv.

50 Entretien enregistré avec l’auteur, 20 oct. 1981.

51 O. Mourre est délégué général au CNCE jusqu’en 1953. En 1955, son camarade Appert, ancien directeur général des CI, devenu président du sous-comptoir, l’appelle à ses côtés. Il lui succédera en 1963.

52 Conseil national du commerce extérieur.

53 Cf. annuaire des Finances.

54 Les prix étaient déjà surveillés en 1936.

55 M. Margairaz, L’État, les finances et l’économie…, op. cit., p. 550.

56 Entretien avec A. Georges-Picot en juin 1989, IGPDE. SAEF, B0063196, dossier no 2 ; dossier no 260, service de l’IGF.

57 Entretien enregistré avec l’auteur en 1981, cassette no 2. Il avait été reçu 6e puis rétrogradé dernier et 10e sur 10 au deuxième concours : « J’ai fait pendant des années le cauchemar du second concours… j’ai été horriblement vexé de passer dernier. Je l’avais peut-être un peu voulu mais quand même j’étais vexé. » Filippi lui aurait raconté ce qu’on disait de lui : « Fourmon, il fera toujours tournée ! » Alors ça m’a un peu vexé. Je vais quand même leur montrer que je peux faire autre chose. »

58 Sur Spinasse, Fourmon ajoute : « Qu’il ait prôné la collaboration, pour moi ça a été une stupeur parce qu’il était très honnête, très droit. Je ne sais pas ce qui a pu l’embarquer là-dedans. »

59 Il épouse en 1939 Mlle Bacharach.

60 Dossier no 302 (2), service de l’IGF, courrier du 30 octobre 1939 de Tixier à l’IGF à Chinon. N’étant qu’adjoint, il n’est chargé de mission, officiellement, que le 2 décembre 1942 à dater du 10 octobre mais il est attaché depuis bientôt deux ans à la sous-direction des Prix. Cf. courrier du 13 août 1942 signé Drouineau. Il ne sera mis en service détaché que le 17 août 1944, en qualité de rapporteur général adjoint près le Comité central des prix avec un traitement de 70 000 francs par an.

61 Dans l’annuaire des Finances de 1942 mis à jour, il est chargé des relations avec les organismes professionnels et les entreprises privées).

62 G. Cahen-Salvador, conseiller d’État, était secrétaire général du CNE, supprimé le 20 décembre 1940. Il est suspendu de ses fonctions en application du statut des juifs d’octobre 1940.

63 Cf. SAEF sur le site du ministère des Finances.

64 E. Chadeau, Les Inspecteurs des Finances au xixe siècle (1850-1914). Profil social et rôle économique, Paris, Economica, 1986, III-184 p., p. 31.

65 Le ministère de l’Agriculture, créé en 1881, n’emploie pas d’inspecteur.

66 S. Kott, Le Contrôle des dépenses engagées, évolution d’une fonction, 1880-1980, Paris, Comité d’histoire économique et financière de la France, 2004, 543 p., p. 178 et son article dans F. Cardoni, N. Carré de Malberg, M. Margairaz (dir.), Les inspecteurs des Finances, dictionnaire historique, à paraître aux Éditions du Comité d’histoire économique et financière de la France, en 2012.

67 L. Petit, « Les sorties de l’Inspection », La Gazette de l’Inspection, no 13, février 1944, p. 7-12, p. 7.

68 A. Fayol, « L’Inspection générale des Finances », dans la série : Conférences d’information sur les carrières, Paris, École libre des Sciences politiques, 1942, 22 p., p. 13.

69 Dossier W 103, service de l’IGF.

70 Dossier Épuration, service de l’IGF.

71 Dossier no 324 (1), service de l’IGF.

72 Dossier no 245, service de l’IGF.

73 Cf. chapitre XVI ci-dessus sur ses activités de résistant.

74 A. Dafflon, « Henri Deroy et la CDC », dans A. Aglan, M. Margairaz, P. Verheyde (dir.), La Caisse des dépôts et consignation, la Seconde Guerre mondiale et le xxe siècle, Paris, Albin Michel, 2003, 669 p., p. 229-249, p. 242.

75 Cousin (1920), mais toujours en Indochine, E. Mourre (1927) au ministère de l’Information, Salaün (1931) au Conseil supérieur du Travail puis de la Délégation générale à l’Équipement national, Culmann à la Production industrielle, Krafft à la Reconstruction, Julienne (1936) à l’inspection générale du Ravitaillement, Mazodier (1939) comme intendant des affaires économiques à Montpellier, Renand aux services du chef du gouvernement, Monplanet (1939), Davost (1939), Clappier, Caplain (1939) à la Production industrielle.

76 28 prises d’emploi en cabinet hors Finances ont lieu entre juillet 1940 et décembre 1942.

77 Délégation générale aux relations économiques franco-allemandes.

78 Délégation générale du gouvernement français dans les territoires occupés.

79 Cette administration a aussi abrité des inspecteurs dissidents et résistants : Gregh, démis de ses fonctions en application du second statut des juifs de juin 1941, s’est évadé de France ; Miné, grand résistant, en est devenu le secrétaire général provisoire en août 1944 ; R. Boulloche, arrêté, est mort en déportation et Treuille est tué dans le Vercors.

80 Par ordre d’âge : Panié, Fredet (1932), Culmann, Calan, Guillemin de Monplanet, Davost, Clappier et Caplain.

81 Grâce à la présence d’esprit de Bloch-Lainé, prisonnier, lui aussi resté sur le territoire français, qui demande à un aumônier de prévenir l’Inspection.

82 H. Culmann, À Paris sous Vichy, témoignages et souvenirs, Paris, Les Éditions La Bruyère, 1985, 344 p., p. 39-55. Réponse écrite à notre questionnaire en 1981, 50 p.

83 Dossier no 334 (2), service de l’IGF ; M. Margairaz, L’État, les finances et l’économie…, op. cit., t. II, p. 515.

84 Cf. ci-dessous, chapitre XVIII sur l’épuration

85 Notons la différence de traitement : un intendant gagne 100 000 francs par an en 1942, un inspecteur de 1re classe 60 000 francs.

86 M. Margairaz, L’État, les finances et l’économie…, op. cit., t. II, p. 511.

87 Cf. le témoignage de J. Georges-Picot sur le préfet Angéli.

88 Y. Bouthillier, Le Drame de Vichy, op. cit., t. II, livre 4, « Organisation de l’Économie nouvelle », p. 267.

89 Ibid., p. 263 et suiv.

90 M. Margairaz, L’État, les finances et l’économie…, op. cit., t. II, p. 511 et chapitre XXIII ; Arch. nat., F60424.

91 Service de contrôle de l’administration provisoire.

92 Cf. tableau 4 ci-dessous.

93 Entretien avec l’auteur le 22 juillet 1986, entretien transcrit, 46 p.

94 Cf. A. Chatriot, La Démocratie sociale à la française. L’expérience du Conseil national économique. 1924-1940, Paris, La Découverte, 2002, p. 229-230.

95 Les deux rapports d’octobre et décembre 1940, remis à l’auteur, confirment son témoignage.

96 Note pour le jury d’honneur, 19 juin 1945, confié à l’auteur.

97 J.-P. Bertin-Maghit, Le Cinéma français sous l’Occupation : le monde du cinéma français de 1940 à 1946, Paris, Perrin, 2002, p. 48.

98 Acronyme de l’Institut européen d’administration des affaires, créé en 1957.

99 Cf. ci-dessous, pour une étude biographie détaillée, chapitre XVIII sur l’épuration.

100 Cf. ci-dessous chapitre XVIII sur l’épuration.

101 Dès le mois de juin 1943, Campion demande à quitter ce poste et le déconseille à ses camarades en raison des obstacles rue Laffitte. Il n’est réintégré qu’au 1er octobre 1943. Cf. dossier no 227, service de l’IGF. M.O. Baruch signale la volonté d’indépendance, vis-à-vis des préfets, de cet organisme de droit privé mais financé largement par l’État et présidé par un ancien vice-président du Conseil d’État, Pichat, assisté d’un conseiller d’État, Toutée, présenté comme trop confessionnel, pas assez proche des milieux ouvriers. Cf. M.O. Baruch, Servir l’État français…, p. 254.

102 Cf. chapitre XVI ci-dessus sur les inspecteurs résistants.

103 Sur la DGREFA, cf. M. Margairaz, Histoire d’une conversion, op. cit., t. I, cinquième partie ; A. Terray, « La mission Barnaud », communication au séminaire « Histoire du ministère des Finances », F. Descamps, L. Quennouëlle-Corre, 14 janvier 2009, EPHE. La délégation générale aux relations économiques franco-allemandes, dirigée par Jacques Barnaud, a été créée par une loi du 23 février 1941 instituant un simple délégué. Le seul titulaire de ce poste sera Jacques Barnaud. Cette délégation a été supprimée par une loi du 9 décembre 1942.

104 Cf. chapitre XVIII ci-dessous.

105 Dossier Mazodier, no 249, service de l’IGF.

106 Lettre du chef du Service à Moreau-Néret du 15 janvier 1941, dossier no 302 (2), service de l’IGF.

107 R. Paxton, La France de Vichy, 1940-1944, Paris, Seuil, coll. « Points Histoire », 1974, 375 p., préface de Stanley Hoffmann., p. 315.

108 L’article 6 de l’arrêté du 24 décembre 1942 prévoit même, pour le concours commun de la Cour des comptes et de l’Inspection de 1942, que les postes offerts ne soient pas tous pourvus. Dossier Concours, archives du service de l’IGF.

109 Il n’a accordé qu’un entretien avec A. Rasmussen, le 22 juin 1989, IGPDE, et n’évoque que la période avant 1939.

110 Il ne s’est pas présenté en 1939 et il n’y avait pas de concours en 1940.

111 Entretien no 3, cassette no 3, avec A. Rasmussen le 30 janvier 1990, IGPDE. Rappelons que Ricquebourg s’est évadé de France en avril 1943 pour s’engager dans les Forces françaises libres.

112 Cette sous-partie est une version abrégée d’une communication : « Les inspecteurs des finances sous l’Occupation : le passage de l’entreprise à l’État », L’Occupation, l’État français et les entreprises, O. Dard, J. C. Daumas, F. Marcot (dir.), Paris, Éditions de l’ADHE, 2000, 487 p., p. 261-276.

113 Y. Bouthillier, Le Drame de Vichy, Finances sous la contrainte, t. II, Paris, Plon, 1951, 552 p., p. 22.

114 Par ordre alphabétique : H. Ardant, Barnaud, Baudouin, Boisanger, Boissieu, Boivin-Champeaux, Campion, Cheysson, Deroy, Donati, Du Moulin de Labarthète, Filippi, Fournier, Georges-Picot, Guérard, Moreau-Néret, Piétri, Pignerol, Roger-Machart, Villard.

115 Comme en témoigne la thèse d’O. Feiertag, Wilfrid Baumgartner, Un grand commis des Finances à la croisée des pouvoirs (1902-1978), Paris, Comité d’histoire économique et financière de la France, 2006, 786 p. ; cf. aussi les archives familiales conservées par M.-L. du Moulin de Labarthète et consultées par l’auteur.

116 N. Carré de Malberg, « Image de soi et légitimité chez les inspecteurs des Finances de la Première Guerre mondiale à nos jours », Revue Historique, CCLXV/2, p. 390-403.

117 H. Ardant, « Jules Simon », La Gazette de l’Inspection, no 10, novembre 1942, p. 8-9.

118 Parcours qui seront évoqués dans les chapitres sur l’épuration de la cinquième partie

119 M. Margairaz, L’État, les finances et l’économie…, op. cit., t. I, p. 486-488.

120 J.-L. Crémieux-Brillac, Les Français de l’an 40, La guerre oui ou non ?, t. I, Paris, Gallimard, 1990, 647 p. Les chapitres VI et VII.

121 Cf. service IGF, fascicule sur l’inspection générale des Finances, 1938. Cf. ci-dessus cinquième partie, chapitre XVI.

122 F. Bloch-Lainé, C. Gruson, Hauts Fonctionnaires sous l’Occupation, op. cit., p. 99. L’italique est de nous. On sait que Moreau-Néret n’a pas eu à choisir puisqu’il n’a pas démissionné du Crédit Lyonnais.

123 C’est du moins ce que nous avons déchiffré.

124 Mémoire justificatif, cité dans la réplique au Conseil d’État, 1956, p. 52, archives familiales confiées à l’auteur.

125 Dossier Filippi, IGPDE, Mémoire p. 8.

126 Dossier Deroy, CAMT (Roubaix), 157 AQ1.

127 J. Georges-Picot, Souvenirs d’une longue carrière, op. cit., p. 169.

128 Dossier no 217, service de l’IGF et archives familiales.

129 Non compris les allocations familiales et les indemnités de cherté de vie ou de résidence.

130 P. Pucheu, Ma vie, op. cit., p. 189.

131 L’italique est de nous. J. Georges-Picot, Souvenirs d’une longue carrière, op. cit., chapitre IV. Pleven, rallié aussitôt à de Gaulle, dirige alors l’embryon des finances de la France libre.

132 J. Georges-Picot n’a pas cherché ultérieurement les raisons de cette curieuse réponse de Pleven alors qu’en Égypte, et précisément à la Compagnie du Canal, de Gaulle dispose dès juillet 1940 du soutien du baron de Benoïst, agent supérieur de la Compagnie du canal de Suez.

133 C. Rist rapporte l’impression du patron du Suez, Edgar-Bonnet, à son retour d’Égypte le 6 décembre 1940, à propos de l’extrême méfiance des Anglais à l’égard des Français à cause de la Syrie et de la Flotte. Cette méfiance expliquerait le refus du visa de Georges-Picot qui, en outre, passe par deux fois à Vichy, ce qui, pour un homme qui vient juste d’opter pour la « dissidence gaulliste », paraît assez peu logique en août 1940. Cf. C. Rist, Une saison gâtée, Journal de la guerre et de l’occupation, 1939-1945, établi, présenté et annoté par J.-N. Jeanneney, Paris, Fayard, 1983, p. 113.

134 Nous disposons ici d’un exemple des limites que rencontre l’historien lorsqu’il utilise des souvenirs a posteriori, incomplets, spontanés et à usage familial, donc sans vérification ou éclairage supplémentaire possible. Cela plaide pour des archives orales provoquées où l’enquêteur peut obtenir que les zones d’ombre soient élucidées.

135 J. de Fouchier, Le Goût de l’improbable, Paris, Fayard, 1984, 270 p., p. 196. L’italique est de nous.

136 Archive privée remise à l’auteur par son fils. Deuxième recours auprès du Conseil d’État, juin 1955 ; cf. aussi dossier Boisanger, archives de la Banque de France et dossier Boisanger, dossier Affaires spéciales, service de l’IGF.

137 F. Bloch-Lainé et C. Gruson, Hauts fonctionnaires sous l’Occupation, Paris, Odile Jacob, 1996, 284 p., p. 133.

138 Par nature, les Mémoires pour le jury d’honneur ne concernent que ceux qui étaient détachés, hors cadres ou en disponibilité ; nous sommes moins bien informés sur ceux qui ont démissionné. On sait qu’H. Ardant a argué, lui aussi, de la nécessité d’obéir à Bouthillier sans pour autant convaincre les historiens. Cf. R. de Rochebrune et J. C. Hazera, Les Patrons sous l’Occupation, op. cit., p. 248.

139 Procès-verbal du conseil général, séance du vendredi 6 septembre 1940, p. 10, dossier Boisanger, archives de la Banque de France. Cf. ci-dessus, troisième partie, chapitre XII. L’italique est de nous.

140 Lettre de Villard du 15 février 1945 qui, en réponse au ministre qui lui demande sa démission de la Banque de France, présente les fonctions occupées sous Vichy comme des actes de discipline, dossier no 226, Service de l’IGF.

141 Comme secrétaire général de la SNCF, il dépend du secrétaire d’État aux Communications. Dossier Filippi, IGPDE.

142 Arch. nat. AP 474 (2).

143 J. Guérard, Criminel de paix, op. cit., p. 71.

144 Cf. R. de Rochebrune et J.-C. Hazera, Les Patrons sous l’Occupation, op. cit., t. II, p. 241.

145 Cf. ci-dessus, première partie, chapitre I, §8.

146 Ce qu’il fera en avril 1946 lorsque, en conflit avec son ministre Deferre sur le retour des biens confisqués aux entreprises de presse acquittées, qu’il préconisait, il donne sa démission de secrétariat général à l’Information et se remet à la disposition de l’Inspection.

147 Copies du concours 1943, service de l’IGF. Il n’a accordé qu’un entretien avec A. Rasmussen, le 22 juin 1989, IGPDE, et n’évoque que la période avant 1939.

148 Entretiens avec Roger Goetze, haut fonctionnaire des Finances, Rivoli-Alger-Rivoli, 1937-1958, texte établi, présenté et annoté par N. Carré de Malberg, Paris, Comité d’histoire économique et financière de la France, 1997, 420 p.

149 cf. J.-M. Drouineau, « La crise de l’Inspection », La Gazette de l’Inspection, no 7, oct. 1941, p. 14-16.

150 J.-M. Drouineau, « La crise de l’Inspection », La Gazette de l’Inspection, no 6, juin 1941, p. 2.

151 Y. Bouthillier, Le Drame de Vichy, Finances sous la contrainte, t. II, op. cit., p. 265.

152 L. Petit, « Les sorties de l’Inspection », La Gazette de l’Inspection, no 13, février 1944, p. 7-12.

153 J. de Fouchier, Le Goût de l’improbable, op. cit., p. 196.

154 R. Belin, Mémoires, Du secrétariat de la CGT au gouvernement de Vichy, op. cit., p. 133.

155 J. de Fouchier, Le Goût de l’improbable, op. cit., p. 128-129, et cf. chapitre II ci-dessus.

156 J.-P. Azéma « De la Troisième République au premier Vichy : Paul Baudouin », Colloque des 6-7 mars 1970, « Le Gouvernement de Vichy et la Révolution nationale 1940-1942 », FNSP, 15 p., dactylographié, p. 6.

157 J. Guérard, Criminel de paix, op. cit.

158 P. Burin, La France à l’heure allemande, Paris, Seuil, 1995, 564 p.

159 M. Meuleau, Des pionniers en Extrême-Orient…, op. cit., p. 418.

160 Correspondance privée de J. Barnaud remise à l’auteur par son fils.

161 Arch. nat. AP 274 (2).

162 Les noms, emplois ou dates en italique ne figurent pas sur la liste. Lorsque la date de fin est mentionnée il s’agit de réintégration dans les cadres. Les erreurs de frappe ont été corrigées.

163 Il est en fait depuis février 1939 à la Compagnie d’assurances l’Urbaine.

164 Mobilisé puis prisonnier, il a cessé ses fonctions du 6 mai 1940 au 1er juin 1941.

165 La liste mentionne AEF.

166 Délégation française pour les affaires économiques auprès de la délégation allemande d’armistice.

167 Délégué général aux relations économiques franco-allemandes.

168 Il est réintégré dans le corps des contrôleurs financiers, où il était entré en 1935.

169 Intégré dans le corps des contrôleurs financiers le 1er mai 1941.

170 Il part en dissidence en juin 1941.

171 Ni dans son dossier ni dans l’annuaire.

172 Délégation générale du gouvernement en Afrique française.

173 Le secrétaire général du gouvernement est Guérard du 1er mai 1942 au 10 août 1944.

174 Relevé de ses fonctions mais pas réintégré, semble-t-il.

175 Il est également, depuis le 24 mars 1943, représentant du ministère des Finances à la Commission d’armistice jusqu’en août 1944.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540