Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La France, l’aide américaine et la construction européenne 1944-1954. Volume I

 | 
Gérard Bossuat

Deuxième partie. - Le plan Marshall et la modernisation de la France

Chapitre XV. Les territoires d’Outre-Mer français : un enjeu pour les Etats-Unis

Texte intégral

« C’est dans l’empire français que se trouvent les ressources minérales les plus importantes de tous les pays participants. »
Evan Just.

1Les Américains ont rapidement manifesté beaucoup d’intérêt pour les territoires français d’outre-mer.

2L’aide Marshall ordinaire dont nous avons suivi le cheminement jusqu’à l’Outre-Mer ne révèle pas clairement les intentions de l’administration américaine puisqu’elle est « prise en mains » par les autorités françaises. Néanmoins les tensions franco-américaines étaient déjà très nettes. Elles témoignaient de la volonté des Etats-Unis de dire à la puissance colonisatrice quel était le bon chemin.

  • 1 La contre-valeur est constituée de deux parties, 95 % vont au compte spécial géré conjointement pa (...)

3Or il existe une aide américaine spécifique aux territoires d’outre-mer, liée à l’aide Marshall mais qui n’en fait pas partie stricto sensu. Cette aide spéciale en dollars, et en francs français fournis par les 5 % de la contre-valeur de l’aide ERP1 est affectée à des réalisations précises dont les Etats-Unis ont l’initiative. Dans quelle mesure les autorités françaises acceptent-elles cette aide spéciale ?

4Le plan Marshall était l’occasion pour les Etats-Unis de réveiller les énergies des entreprises privées en Métropole et dans les territoires d’outre-mer. Le capitalisme américain souhaitait y être associé. Dans quelle mesure le gouvernement français a-t-il accepté cette politique ?

5D’un autre côté il y a tant à faire dans les territoires d’outre-mer que la tentation est grande d’accepter tous les concours financiers, même les plus gênants, à condition que la souveraineté française soit respectée. Il faudra vérifier si les gouvernements français ont atteint leurs objectifs. Enfin, comme nous l’avions noté, la justification du « privilège » colonial réside dans la capacité de développer ces territoires. L’aide spéciale contribue-t-elle, en plus de l’aide ordinaire, au réel développement économique et social des territoires sous tutelle ?

LES ÉTATS-UNIS VEULENT DES MATÉRIAUX STRATÉGIQUES

6En juillet 1948, date à laquelle la France entre dans le plan Marshall, les Territoires d’Outre-mer suscitent l’intérêt des Etats-Unis pour leurs richesses immédiatement exploitables.

7Les Européens reçoivent l’aide américaine, ils doivent faciliter en retour l’achat par l’Administration américaine des matériaux stratégiques que le Congrès a décidé de stocker, estime l’ECA. Pendant l’été 1948, l’administration française subit une offensive américaine de grande ampleur.

Acheter des matières premières à tous prix

8Il est rare de pouvoir caractériser clairement la politique américaine. Mais vis-à-vis des territoires d’Outre-Mer français et britanniques, l’ECA avait mandaté ses experts pour rafler les stocks de matières premières disponibles.

La mission d’Evan Just de l’été 1948

  • 2 F 60 ter 357, n° 118, SGCI, PPS à DFE, sous-commission franco-américaine des produits stratégiques
  • 3 F 60 ter 395, tel 15 février 1949, Bonnet.

9Evan Just, chef de la division des matériaux stratégiques à l’ECA, soumet aux Européens et aux Français, un projet d’accord pour la fourniture rapide de produits miniers disponibles dans les territoires d’outre-mer. Il pense au graphite de Madagascar dont il convoite 18.000 t et au manganèse2. Évan Just expliqua quelques mois plus tard que « c’est dans l’empire français que se trouvent les ressources minérales les plus importantes de tous les pays participants »3.

  • 4 CE 334, p. v. du mercredi 1er septembre 1948, « Sur les achats de matières premières par les USA » (...)

10L’administration française, l’ECA, Just et des industriels producteurs de métaux parmi les plus grands noms, Asturienne de Mines, Zellidja, Pennaroya, Omnium Nord-africain, Bou Arfa, etc., se rencontrent à Paris le 1er septembre 1948. Ils font le point sur les possibilités d’achat et de développement de la production des matériaux stratégiques4.

  • 5 F 60 ter 395, C. r. réunion du 23 octobre 1948, Yrissou ; « C. r. réunion du 6 novembre 1948 sur l (...)

11Les Américains sont pressés, et ils sont prêts à payer en dollars. Ils demandent par exemple de suspendre les exportations de 8.0001 de plomb marocain destiné à des firmes américaines privées pour les réserver au Federai Bureau of Supply. La Compagnie asturienne de Mines signe un contrat pour livrer 2.200 t dans les 15 jours ! La Compagnie des Minerais et Métaux accepte de livrer 6.000 t avant 6 mois5.

  • 6 F 60 ter 357, PPS à AE, « Evacuation du manganèse de l’Atlas », PPS à Bruce, 824, 21 avril 1949.
  • 7 CE 75, 14 mai 1949, H. Alphand (RV) à Rabat.

12L’ECA propose l’aide de techniciens américains aux producteurs de manganèse de l’Atlas marocain pour faciliter l’évacuation du minerai. La Résidence propose un téléphérique, les ingénieurs américains font des suggestions, interviennent au nom des dollars qu’ils promettent et qu’ils donnent déjà par l’aide ordinaire6. Une première mission ECA de spécialistes des mines se rend au Maroc en mai 1949 pour repérer les gisements convoités : cobalt, manganèse, plomb. Le programme comprend une visite des installations de Zellidja, une firme à capitaux français et américains7.

La réponse des Français : une coopération prudente

13Les propositions de prêt de l’ECA intéressent manifestement ses interlocuteurs privés, mais le gouvernement n’a pas encore élaboré de doctrine précise. Les Français prennent conseil de Londres qui répond qu’à l’exception d’un cas, la Grande-Bretagne n’a jamais admis d’aliéner la production future de matières premières essentielles contre un prêt. Seule l’exportation d’un supplément de production pourrait servir à rembourser un prêt.

  • 8 52 J 84, « Conférences franco-britanniques sur l’extension de la coopération en Afrique », 17 févr (...)
  • 9 John Kent, Bevin’s Imperialism and the idea of Euro-Africa, non publié, dactylog.

14L’agitation de l’ECA montrait combien les Européens auraient eu besoin de coopérer dans les territoires d’outre-mer. Les Français avaient bien tenté d’organiser une coopération franco-britannique en Afrique, élargie éventuellement aux Belges et à d’autres pays européens et à l’Afrique du Sud8. Robert Parr, l’ancien consul britannique à Brazzaville, préconisait la création d’une unité économique et administrative de Dakar à Mombasa9. Mais les résultats tardaient.

  • 10 CE 49, « Produits stratégiques », 24 août 1948, source ? auteur ?

15Les Français recensent les richesses de l’empire français qui intéressent immédiatement l’ECA. Il s’agit par ordre d’importance, du manganèse du Maroc, du plomb d’Afrique du Nord, du graphite de Madagascar, du cobalt du Maroc, du chrome de Nouvelle-Calédonie, du mica de Madagascar et de l’étain d’Indochine. Un inventaire plus élaboré de l’ensemble des ressources des territoires français d’Outre-Mer aboutit au tableau suivant : le nickel de Nouvelle-Calédonie (3.000/4.000 t par an) est contrôlé par Coste, PDG de la société Le Nickel, la Banque d’Indochine, et Lafleur conseiller de la République. A cela s’ajoutent le chrome de Nouvelle-Calédonie (Lafleur), le diamant industriel de la SOGIMEX (AOF), de la Cie Minière de l’Oubangui Oriental et la Société Minière Intercoloniale (AEF), qui ont signé des contrats à long terme pour la vente de leur production. Le graphite de Madagascar est tenu par la société Gallois, la Compagnie Générale de Madagascar, la Compagnie Lyonnaise de Madagascar, le syndicat Lyonnais de Madagascar. Le Maroc est incontestablement le pays le plus prometteur pour le cobalt avec la Cie de Bou-Azzer et le plomb. Une participation américaine existe dans Zellidja. Il est envisagé de l’élargir à Pennaroya et à l’Asturienne de Mines. Le fer est exploité par la Société de l’Ouenza. Les hématites d’Afrique du Nord intéressent la France alors qu’elles sont exportées vers les USA (300.000 t)10.

  • 11 CE 69, RV, coop. éco. décembre 1948, « Note pour le Président », H. Alphand « a/s vente de matière (...)
  • 12 CE 49, Baraduc, 18 novembre 1948 à Washington.

16Les Français répondent en partie à la soif de matières premières du gouvernement américain ; ils acceptent de lui vendre 19.8001 de graphite en février 194911. Mais le contrat pose des problèmes politiques. N’est-on pas en train de brader le patrimoine national ? Est-il habile de dire à l’opinion que ce produit est « particulièrement utile aux expériences atomiques poursuivies par les savants américains », se demande Alphand ? Ils permettent la vente de 6.0001 de plomb, en novembre 1948 par la Compagnie des Minerais et Métaux, payables en dollars12.

  • 13 CE 49 A, Bérard à R. Schuman, 17 septembre 1948, n° 2004, « a/s matériaux stratégiques ».
  • 14 CE 69, Baraduc, CE à ambassade de France à Washington, n° 2911, « Position du gouvernement françai (...)

17Just est satisfait de son voyage à Paris13. Les déclarations d’Harriman devant les Représentants en janvier 1949 et d’Hoffman au Sénat sur les matériaux stratégiques montrent le caractère essentiel de ces achats pour l’économie américaine. Mais les Français se méfient, décident d’agir au coup par coup, craignent une prise de contrôle par l’administration américaine de sociétés stratégiques, grâce aux 5 % de la contre-valeur dont les Américains disposent souverainement14.

18Ainsi s’élabore, par nécessité, une doctrine française sur l’intervention des crédits américains dans l’Outre-mer française.

10 milliards de francs pour le développement des matières premières

19La pression de l’ECA est telle qu’elle obtient du gouvernement français, en novembre 1948, l’affectation de FF 10 milliards de la contre-valeur ordinaire au développement des matières premières dans l’Union française. Le gouvernement français accepte cette solution qui lui permet d’exercer un meilleur contrôle sur l’usage de ces francs que sur les 5 % de la contre-valeur, exclusivement propriété américaine.

  • 15 1. F 60 ter 396, « Note sur la procédure d’utilisation des sommes débloquées au titre des matériau (...)

20Cette aide exceptionnelle doit servir à accélérer la mise en exploitation des sites miniers de l’Union française15. Ces fonds transitent par le FIDES pour les territoires d’outre-mer et par le FME pour l’Afrique du Nord. Ils augmentent les moyens financiers pour la réalisation des plans de développement dans les territoires d’outre-mer, car le gouvernement français considère que ces fonds sont investis conformément aux projets de développement économique de l’Afrique. L’ECA de son côté met en acte les intentions du Congrès en matières d’achat de produits stratégiques.

21En 1951, les projets financés par ce fonds spécial sont les suivants :

Tableau 96. Bilan des projets financés sur le fonds spécial de FF 10 milliards de novembre 1948

Tableau 96. Bilan des projets financés sur le fonds spécial de FF 10 milliards de novembre 1948

Tableau 96 (suite et fin)

Tableau 96 (suite et fin)

22L’essentiel des fonds concerne les territoires d’Outre-mer au sud du Sahara, plus que ceux d’Afrique du Nord, car on croit aux richesses de l’Afrique noire. La construction de pistes minières peut désenclaver les exploitations et faciliter les exportations. La construction d’un quai minéralier à Casablanca entre dans ces préoccupations. Ces fonds contribuent aussi à la création d’une couverture géologique de l’Afrique. L’IGN obtient des crédits pour acheter des avions de reconnaissance photographique. Cependant ces sommes ne sont pas suffisantes pour assurer le développement des mines africaines, car elles ne peuvent procurer les équipements payables en dollars. L’aide normale en dollars résout partiellement le problème, mais l’ECA propose une autre solution.

Le fonds spécial de 25 millions de dollars pour les TOM européens

23Constatant les difficultés de mise en valeur des territoires d’outre-mer, mais aussi la mauvaise volonté des Européens pour vendre des produits stratégiques, l’administration américaine conçoit le projet d’affecter spécifiquement des fonds en dollars au développement des matériaux stratégiques. La solution est intéressante pour les économies européennes assoiffées de dollars mais dangereuse, car on va vers une aide affectée.

  • 16 F 12 10323, SGCI, 13 novembre 1948, C. r. réunion du 9 novembre.
  • 17 CE 75, Bonnet, Washington, 15 février 1949, n° 42, DET, « a/s financement des projets d’équipement (...)
  • 18 CE 49, Bonnet, 23 octobre 1948, 20 h 36, n° 353, DET 4450/53 ; 27 octobre Bonnet, 21 h 27 4471-85, (...)

24Le fonds de $ 25 millions, annoncé en novembre 194816, est offert à tous les pays européens possessionnés. Les projets d’utilisation du fonds doivent présenter « un intérêt direct ou indirect pour les Etats-Unis »17, note-t-on aussitôt à Washington. Il faut se presser en raison de la concurrence des autres pays et Bonnet demande qu’on lui fournisse d’urgence un certain nombre de dossiers18.

  • 19 F 60 ter 395, Lettre de juin, 1er décembre 1948 à Schuman.

25La proposition américaine fait rêver les fonctionnaires des colonies. Des gisements miniers inexploités peuvent être mis en valeur brusquement. Gouverneurs, hauts commissaires, chefs de territoires, font des propositions. Au Maroc, Juin fait valoir la richesse minière du pays en manganèse, cobalt, plomb et phosphates19.

  • 20 F 60 ter 357, 334, 13 novembre 1948, PPS à Bruce.
  • 21 CE 50, Coop économ., 16 novembre 1948, « Note sur l’utilisation du fonds d’équipements de 25 milli (...)

26Dès novembre 1948 l’administration française avance un certain nombre de projets pour ce fonds spécial de $ 25 millions20. Il s’agit de faire passer la production de nickel de Nouvelle-Calédonie de 2.300 t par an à 12.800 t en 1952 ($ 2,6 millions), d’acheter des B 17 équipés de caméras pour l’IGN (150.000 $), de développer l’équipement des mines de fer en France, d’investir dans la production d’amiante, de magnésie marine, de graphite à Madagascar, de cobalt (200.000 $) au Maroc, et surtout de manganèse au Maroc ($ 10,8 millions). Le dossier du nickel comporte l’achat d’un cargo neuf refusé par l’ECA qui se heurte aux intérêts des marins américains. Pour le manganèse du Maroc, le groupe américain Stettinius a été approché. Le projet porte sur une somme considérable que les compagnies privées ne peuvent pas mettre en ligne. Les Etats-Unis ont refusé un projet de développement des phosphates (dont ils n’ont pas besoin) et celui des mines de fer en France21.

  • 22 « Tableau des projets français de développement de la production de matériaux stratégiques », in C (...)

27L’instruction des dossiers tardant à l’ECA, les projets de l’administration française chevauchent parfois ceux des groupes privés22.

Les 5 % pour le développement des matériaux stratégiques

28Sachant l’intérêt de l’ECA pour les territoires d’outre-mer, le gouvernement français veut souffler à l’administration américaine des idées d’emploi de la contre-valeur « américaine » (20 milliards de francs accumulés en 1949). Jusqu’alors, elle a servi à acheter directement des matériaux stratégiques aux producteurs des territoires d’outre-mer. Or ce type de paiement n’est pas satisfaisant si on peut les vendre contre des dollars. En revanche, à l’exemple de la Grande-Bretagne, les services incitent l’ECA à utiliser les 5 % pour augmenter la production minière dans les territoires d’outre-mer.

29C’est dans ces perspectives que se situe le projet de constituer une société franco-américaine pour l’exploitation du chrome en Nouvelle-Calédonie à l’initiative d’un américain, Patterson.

  • 23 F 60 ter 412, B. de M. 16/11/1949, n° 1587, à Bingham.
  • 24 F 60 ter 357, 1592, 15 novembre 1949, B. de M. à Bingham, « Recherches minières au Cameroun ».

30L’utilisation de ces francs « américains » était, après tout, un moyen comme un autre de réaliser le programme français de développement à peu de frais pour le budget français. L’optique du développement des matériaux stratégiques était cependant trop limitée pour la France qui avait d’autres ambitions pour ses territoires d’outre-mer. Ainsi, le SGCI essaie de faire financer un centre de recherche océanographique pour FF 25 millions, projet jugé trop vague et refusé par l’ECA23. En revanche, le gouvernement français donne son accord à une proposition de crédit pris sur les 5 % en faveur de la Société des Minerais du Cameroun (Bill and Mad), sous réserve de l’accord de l’assemblée territoriale et offre à l’ECA une option pour l’achat d’un supplément de la production24.

Tableau 97. Utilisation des 5 % de la contre-valeur propriété américaine en juillet 1951

Tableau 97. Utilisation des 5 % de la contre-valeur propriété américaine en juillet 1951

31Les Américains avaient donc consacré des sommes importantes aux matériaux stratégiques et ils conservaient la possibilité de faire plus encore.

Les investissements publics américains dans l’Outre-Mer : une délicate affaire de souveraineté

32L’apport aux territoires d’outre-mer de capitaux publics américains « marshallisés » posait le problème des remboursements, car ces fonds, en dollars ou en francs de contre-valeur des 5 % étaient remboursables. D’autre part dans quelle mesure la France pouvait-elle autoriser une puissance étrangère à investir dans le développement de ses richesses nationales ?

Une doctrine pour les investissements

33Indirectement, l’intervention américaine dans les territoires d’outre-mer relançait la question de l’investissement privé américain. Fallait-il engager les Territoires d’Outre-mer dans une coopération avec le capitalisme d’état ou privé américain ?

34Certains services, ceux de la France d’Outre-mer en particulier, souhaitaient constituer des sociétés mixtes franco-euro-américaines de développement des territoires d’outre-mer. Ils n’y arriveront pas.

  • 25 CE 75, RV coop. économique, 31 décembre 1948, à Washington, « Projet d’une société d’étude en vue (...)
  • 26 F 60 ter 357, n° 471, 11 janvier 1949, note pour le président, de PPS, « Financement privé en devi (...)

35Une société privée française d’étude et d’exploitation, mais en relation avec le capital américain était en voie de création (Banque de l’Indochine, Banque de Paris et des Pays-Bas, Union Européenne, Banque de l’Union Parisienne, Lazard, Worms, Banque de l’Afrique occidentale)25. L’ECA demanda à y être représentée pour faciliter les prêts. Coste-Floret accepta, mais le SGCI s’y opposa résolument, car rien ne prouvait que l’ECA respecterait les plans de développement rédigés par Paris26. Pierre-Paul Schweitzer, secrétaire général du Comité interministériel (SGCI), défendait d’abord les intérêts de la France.

  • 27 CE 75, RV coopération éco., 3 janvier 1949, n° 1, P. Baraduc, note pour M. Clappier.

36Quelle politique des investissements mettre en place ? La demande des Américains était telle, l’intérêt des investisseurs français et de l’Etat tel aussi que le gouvernement doit trancher d’urgence. Les autorités locales interviennent aussi dans le cadre d’un début d’autonomie économique. En janvier 1948, le grand Conseil de l’AOF (Lamine Gueye) autorise la Société française d’exploitation minière à faire des recherches de ter en Guinée française. Elle a un correspondant américain, soutenu par le CNPF, Beethleem Steel, qui désire investir. Mais l’administration française refuse de laisser cette société exporter le minerai en toute liberté. Elle accepterait une société à majorité française, dont l’actionnaire américain consentirait des avances en dollars pour construire un chemin de fer de 80 km en échange d’un contrat d’exportation de 30 ans, au prix cependant « d’abandon de souveraineté assez important » dans le domaine des changes, du transfert des dividendes et des droits de douane27. Les Français sont donc prêts à un compromis avec le capital américain, à condition de le contractualiser.

  • 28 CE 49, Bonnet, 27 octobre 1948, 21 h 27, 4471-85, n° 358 DET ; BA, 44-52, 256, février 1949, origi (...)

37En fait rien n’est réglé et l’administration française n’a pas encore de doctrine claire au début de 1949. Or l’ECA s’impatiente et des sociétés françaises sont vivement intéressées par le fonds spécial. Elles sont prêtes à conclure des accords d’exportation vers les Etats-Unis, contre un prêt en dollars, sans se soucier de la politique du gouvernement. Tout un courant à la France d’Outre-mer ou à Washington approuve « l’association des intérêts français et américains » ou « un plan de coopération financière pour le développement de l’AOF, dans le cadre d’application du plan Marshall » 28. La solution d’un condominium économique franco-américain sur les colonies françaises d’Afrique est donc d’actualité.

38Mais les événements vont si vite que le gouvernement est placé devant un fait accompli par une société franco-américaine.

Zellidja dictera-t-elle la politique du gouvernement ?

39En décembre 1948 une société qui opère au Maroc dans le manganèse souhaite bénéficier du fonds spécial contre un remboursement en nature. A-t-elle agi d’elle-même ou à la demande de l’ECA ? Les archives ne disent rien. Mais les services sont contraints de prendre position sur les avances contre production et sur la liaison intime entre une entreprise opérant sur les territoires français et une administration étrangère ?

  • 29 CE 49, Baraduc, 18 novembre 1948, à Washington et Londres.

40L’administration française fait savoir qu’aucun contrat de vente de matériaux stratégiques ou de prêt contre production entre un producteur français et le BFS américain ne pourra se faire sans une convention préalable entre les Affaires étrangères et l’ECA29.

  • 30 F 60 ter 396, R. Bernière, administrateur de la NAP, 2 décembre 1948.

41Or la société nord-africaine de plomb (NAP) contrôlée à 51 % par Zellidja mais aussi par les firmes américaines Newmont Mining corp. et Saint Joseph Lead Company, demande l’autorisation de créer une firme franco-américaine de prospection. Les dividendes devraient être rapatriés sans restriction30. Le remboursement des prêts en dollars serait effectué par l’exportation aux Etats-Unis de la production. Un contrat en ce sens est passé entre Zellidja et l’ECA à propos de la société nord africaine de plomb, le 4 février 1949. Il déclenche toute une réflexion sur les rapports entre les firmes privées françaises et l’administration américaine, mais aussi avec le capitalisme privé américain. Indirectement, c’est un témoignage du mépris dans lequel des industriels français, se sachant soutenus par l’ECA, tiennent les intentions du gouvernement français.

  • 31 F 60 ter 397, Note à Alphand du 16 mars 1949, Vaurs, « Accord Zellidja-NAP/ECA ».
  • 32 F 60 ter 397, Juin, 4 avril 1949, à R. Schuman.

42Le contrat prévoyait la livraison aux Etats-Unis d’un produit stratégique, le plomb et un prêt en francs sur la contre-valeur des 5 % sans autorisation préalable du gouvernement31. Il fixait à la NAP un programme de production de 5.000 t de plomb. La signature du contrat, effectuée à l’insu du gouvernement français, en disait long sur la puissance de Zellidja, sur l’impunité dont elle disposait, car d’après Juin lui-même, favorable à la NAP, celle-ci avait contrevenu « à la réglementation du contrôle des changes » 32.

  • 33 F 60 ter 357, n° 674 b, le 16 mars 1949, PPS à Herrenschmidt, directeur du CN.

43Ce contrat ne fut pas approuvé par le gouvernement français, mais il pouvait servir de précédent33. Il fallait donc réaffirmer l’autorité de l’Etat sur les intérêts privés et déterminer la politique des investissements étrangers dans l’Outre-mer.

La décision du gouvernement pour les investissements publics américains dans les colonies

  • 34 F 60 ter 357, n° 714, 27 mars 1949, PPS à C. Valensi.

44Le principe du remboursement des dollars ou des francs « américains » contre des livraisons en nature, s’étendant au-delà de la période Marshall paraissait « complètement inadmissible » au SGCI34. Il propose donc au gouvernement de protester auprès de Washington qui a accepté de négocier avec une firme privée de droit français et de refuser les exportations de plomb. Alphand voulait faire annuler le contrat, d’autres au contraire l’oublier !

45Passé ce moment de colère, il apparut qu’une annulation du contrat priverait la société des avantages financiers escomptés. Le SGCI souhaitait encourager la Newmont « seul groupe américain qui semble vraiment désireux de prendre des participations dans les affaires françaises », en respectant, au fond, les termes du contrat tout en le dénonçant formellement. Ces remous donnaient l’impression aux Etats-Unis que la France ne facilitait pas les investissements américains privés dans les territoires français.

  • 35 F 60 ter 357, 9 mai 1949, PPS à Horace Reed, 889, « Accord conclu ECA, SNAP ».
  • 36 F 60 ter 357, 897, Dutheillet à Valensi, 10 mai 1949.
  • 37 F 60 ter 395, Note pour Alphand, Coop, économ., s. d., « Sur les $ 25 millions », autour de mai 19 (...)

46Le 9 mai le gouvernement français fait savoir à l’ECA qu’il n’approuve pas le contrat NAP/ECA de février 1949 et qu’il n’admet pas le fait accompli35. L’ECA fait d’abord des histoires36. Elle réaffirme surtout que les dollars ne seront donnés qu’en échange de produits stratégiques. Puis elle s’adapte. Le prêt sans intérêt serait remboursé par le prélèvement d’un pourcentage sur l’augmentation de la production réalisée grâce à cette aide. L’administration française propose au contraire que les dollars soient mis à la disposition du gouvernement français qui les prêtera ou les donnera sous sa seule responsabilité à des sociétés privées et autorisera l’ECA à acheter les excédents de production avec des francs des 5 % de contre-valeur37.

  • 38 CE 334, CE, 16 mai 1949, à ambassade de France Washington.

47Le Quai d’Orsay refusait toujours un prêt remboursable en nature, « si l’on voulait éviter une perte de souveraineté comparable toutes choses égales d’ailleurs à celle qu’ont connu certains gouvernements étrangers, lorsqu’ils ont accepté de gager le service et l’amortissement d’une dette sur certaines ressources publiques »38. Le souvenir des prêts turcs, chinois et marocains du xixe siècle restait dans les mémoires. Il était même question de retirer les projets financés sur les $ 25 millions. Le Quai d’Orsay tenta d’organiser un front commun des pays coloniaux mais pour diverses raisons Belgique et Pays-Bas ne se sentirent pas concernés.

  • 39 F 60 ter 395, tel AE à Bonnet, 16 mai 1949. CE 334 OW, CE, mai 1949, Note pour M. Alphand, « Posit (...)

48Si l’on tente de dresser un bilan de la doctrine française en matière de coopération avec l’ECA dans les territoires d’outre-mer en mai 1949, on constate que le gouvernement français refuse toute affectation d’exportation au remboursement de la dette en dollars d’une firme, qu’il refuse d’aliéner la souveraineté du pays et son indépendance économique en revenant sur les dispositions du contrôle des changes39.

  • 40 F 60 ter 397, J. Lacaze, 6 janvier 1950.
  • 41 F 60 ter 397, RV 28 /7/50, note pour le président, « a/s matériaux stratégiques, avance en francs (...)
  • 42 F 60 ter 358, 681, 7 juillet 1950, « Problème de la NAP, contrat du 9 février 1949 ».

49Or cette doctrine évolue dans l’été 1949. Le contrat entre la NAP et l’ECA est avalisé malgré les dénégations antérieures, au prix du montage suivant. Au lieu de reconnaître que le contrat est un contrat de prêt, on dit qu’il s’agit d’une vente de plomb au Fédéral Bureau of Supply réglée par avance par prélèvement sur les 5 %. Les conditions générales de l’ancien contrat sur les prix et les quantités de métal sont respectées. L’affaire est réglée concrètement fin décembre 1949, grâce aux bons soins de Dutheillet de la Mothe du SGCI, ce qui lui vaut une lettre de remerciement de J. Lacaze, beau-frère du Président de Zellidja, Jean Walter40. En janvier 1950 le SGCI transmet l’arrangement, pour approbation à Alphand et au Ministre. Il fait valoir que l’opération négociée dans des conditions non satisfaisantes doit être menée à terme car l’exportation du plomb est en cours à un prix plus intéressant que celui du marché en voie d’effondrement. Un nouveau contrat est signé entre Zellidja et l’ECA le 25 novembre 1949. Il est étendu en juillet 1950 à un emprunt en francs de contre-valeur. L’ECA avançait à l’entreprise $ 3,6 millions remboursables en sept ans par du métal et FF 1,4 milliard pour réaliser des augmentations de production. Les remboursements représentaient 10 % de la production annuelle de l’entrepris41. Le SGCI rappelait, pour laver le gouvernement du soupçon de brader les richesses nationales, que les exportations de plomb de la NAP ne s’effectuaient pas en fonction du contrat du 4 février 1949, mais en raison de « l’intérêt que présente pour l’économie marocaine la substance des arrangements conclus le 4 février 1949 ». On ne sait si cette formule a satisfait ceux qui jusqu’alors craignaient pour la souveraineté française42. Ce dernier contrat de juillet 1950 était reconnu par le gouvernement français. Il permettait d’étendre l’affaire à l’Algérie par la création de la Société Algérienne du Zinc.

  • 43 F 60 397, B. de M. à Timmons n° 681, 7 juillet 1951 ou 1950 ; F 60 ter 357, 126, 27 janvier 1950, (...)
  • 44 F 60 ter 397, SGCI, projet de lettre à Bruce, 20 janvier 1950.

50Le SGCI se vantait d’avoir abouti à une solution française. Etait-ce si sûr43 ? L’honneur était sauf, les principes respectés, la souveraineté de l’Etat restaurée. Mais l’action unilatérale de Zellidja et l’approbation tacite de l’ECA donnaient une image inquiétante des dispositions de l’ECA et des Etats-Unis. N’étaient-ils pas prêts à tout pour s’emparer des richesses de l’outre-mer avec l’aide du capitalisme français ? Le SGCI obtint cependant de l’ECA l’assurance que désormais aucun autre contrat ne serait négocié sans l’intervention du gouvernement français44. Cette clause fut respectée.

51Il n’est pas impossible que l’ECA, forte des pressions du Congrès, de la puissance acquise par le droit d’accorder et de refuser les dollars de l’aide, ait voulu sonder la résistance des autorités françaises en signant le contrat de février 1949 avec une firme franco-américaine amie. En tous cas l’ECA avait pu vérifier que l’administration française ne saurait se laisser déposséder de sa souveraineté. Le message était passé, il sera appliqué, avec parfois des tentatives pour l’ignorer.

  • 45 F 60 ter 399, DT 23 mai 1950. Note pour le ministre, Bloch-Lainé, Guindey, Petsche a approuvé le 2 (...)

52En ce qui concerne les contrats d’aide spéciale au développement des matériaux stratégiques, l’accord est le suivant : il n’y aura pas de prêts ECA directs à une firme française mais à son associé américain qui accordera un prêt à la firme française par contrat privé. Un contrat commercial ordinaire sera conclu entre la firme française exportatrice et l’ECA pour la vente de matières premières contre des dollars. Les dollars ainsi gagnés serviront à rembourser la firme privée américaine créancière qui remboursera à son tour l’ECA. Ainsi pouvait-on affirmer qu’aucun état étranger n’était maître d’une firme française, comme Bloch-Lainé et Guindey le disaient45. De plus les exportations ne porteront, sauf cas à discuter, que sur les suppléments de production réalisés par les prêts obtenus. En cas d’aide à une société française sans « correspondant » américain, les dollars transiteraient par le Trésor français.

  • 46 F 60 ter 357, 1261, 1er septembre 1949, PPS à Bingham.

53Si le gouvernement français a accepté les avances contre remboursement sur les accroissements de production c’est qu’il a estimé de l’intérêt de la France d’utiliser ainsi les 5 % de la contre-valeur ou les dollars de l’aide spéciale, plutôt que de laisser l’ECA s’entendre directement avec le capital privé français et d’aller parfois contre les plans de développement décidés par le CGP. Le capitalisme français voulait coopérer avec le capital privé ou public américain, mais les services et le gouvernement veillaient au grain, y compris parmi les hauts fonctionnaires ouverts et libéraux246, pour interdire la création de sociétés à majorité américaine et pour faire appliquer les choix politiques de Paris.

54L’affaire Zellidja décidément très significative, montrait cependant que la tendance dirigiste au gouvernement et dans les services venait de perdre une bataille. On prenait conscience de l’impossible indépendance économique et financière de la France, on se battait pour en limiter les effets pervers. Les libéraux pragmatistes tentaient de faire profiter le Trésor de la manne américaine et les entreprises françaises des apports techniques et financiers américains tout en protégeant la souveraineté française. Ils n’ont pas trop mal réussi puisqu’aux termes des nouveaux accords, ce sont les suppléments de production qui partirent aux Etats-Unis. Comment gagner autrement des devises ?

Bilan des engagements de l’ECA/DMPA dans la production de matériaux stratégiques dans les TOM français.

Tableau 98. Bilan des contrats de vente de matériaux stratégiques, 1948-1953

Tableau 98. Bilan des contrats de vente de matériaux stratégiques, 1948-1953
  • 47 CE 75, 27 juin 1950, à FOM, n° 2040.
  • 48 F 60 ter 398, 21 septembre 1951, Parodi à Bruce, « Prêts SMAG (ONA) ».

55Les contrats de vente ont été honorés malgré certaines difficultés pour les réaliser à Madagascar47. En revanche des négociations pour l’achat d’aluminium (12.000 t) n’ont pas abouti. Le 16 octobre 1950, un contrat de vente de 7.200 t de cobalt à Deloro (Canada) est signé par l’Omnium Nord Africain (ONA) de Casablanca. La qualité du produit fourni (concentré et non minerai pur) fait traîner l’affectation de prêts américains destinés à poursuivre la production de cobalt et d’amiante. L’ECA préfère l’amiante et en septembre 1951 un prêt à la SMAG (amiante) est consenti sur les 5 % de la contre-valeur contre un remboursement en cobalt (2.500 t par an) et en amiante48.

  • 49 F 60 ter 403, 22 septembre 1949, A. Dutheillet à Junqua ; 24-10-1949, PPS à Bingham, n°1471.

56Le diamant industriel est lui aussi recherché par l’ECA. Petsche, ministre des Finances est démarché amicalement par un « congressman » Morrison, en mars 1949, qui lui demande de faciliter les affaires de Maurice Templesman, de Tempelsman Diamonds à New York49. En 1951 encore, on retrouve cet homme dans les bureaux du SGCI pour tenter de vendre 15.000 carats de diamants industriels. L’affaire est refusée par Dutheillet.

  • 50 F 60 403, 11 août 1949, secret, à SGCI.

57Un contrat entre les producteurs de mica de Madagascar est signé avec l’ECA le 27 juillet 1949. Contrat secret mais que l’Humanité met à jour un mois après, pour en faire un exemple de la spoliation des richesses impériales par les Etats-Unis50. En 1950 les stocks s’accumulent et les services des territoires d’outre-mer recommandent de s’en débarrasser à n’importe quelles conditions et pour n’importe quelle monnaie. L’ECA paye avec les 5 % de la contre-valeur.

58L’ECA se porte acquéreur de corindon d’AEF en décembre 1948 mais le produit ne lui convenant pas, elle rompt les pourparlers en octobre 1949.

  • 51 F 60 ter 403, Société des graphites de la Sahanavo, Tananarive, le 23-10-1950, à ECA De Chetelat.
  • 52 F 60 ter 403, B. de M. ; 13 novembre 1950 à FOM.
  • 53 F 60 ter 396, C. r. réunion samedi 12 août 1950, ECA et SGCI.
  • 54 F 60 ter 403, lettre du 10 août 1951 à Bruce.

59Le graphite est un produit disponible dans les territoires d’outre-mer français. Un contrat du 26 janvier 1949 autorise l’exportation des 19.800 t, à raison de 3.000 t par an, payé pour 1.000 t en dollars, le reste, 40 % en dollar et 60 % en francs. Le développement du graphite de Madagascar semble intéresser les Américains (celui de la vallée de la Sahanavo). La Société des graphites de la Sahanavo n’hésite pas d’ailleurs à écrire directement à l’ECA pour lui demander son aide contre les autorités locales et une intervention auprès du ministère de la France d’Outre-Mer. Cette lettre se trouve dans les archives françaises ce qui prouve que l’ECA en a fait part avec confiance au SGCI51. Le SGCI doit évidemment réagir contre la société française qui s’appuie sur une administration étrangère auprès de son gouvernement52 ! Mais les livraisons de graphite ne suivent pas les promesses. La société Gallois n’a livré que 490 t au lieu de 1.650 t avant le 31 décembre 1950. Les Américains demandent même qu’on force la société Gallois à livrer les 1.250 t manquantes53. Un nouveau contrat pour 7.200 t est signé le 10 août 1951 avec trois producteurs54. Les besoins militaires expliquent l’urgence des livraisons.

  • 55 CE 69, MC, 2 juillet 1953, note pour la cabinet du ministre, « a/s vente de béryl au gouvernement (...)

60Malgré les réticences, un contrat de vente de béryl au gouvernement américain est signé le 29 juin 1953 pour 250 t55.

61Plus significatifs des pratiques dans les territoires d’outre-mer étaient ces fameux contrats d’avance contre production, financés sur le fonds spécial de $ 25 millions (1949-1950) et sur les 5 % de la contre-valeur de l’aide ERP.

Tableau 99. Contrats d’avance contre production

Tableau 99. Contrats d’avance contre production

62On doit souligner l’importance de certains investissements puisque l’ECA apportait en AEF à la CMOO, la SMI, et l’UMA 1,4 milliard de FF et 500.000 $ soit plus de 10 % d’un budget annuel ordinaire de 10 milliards FF !

63La plupart des contrats entre des firmes françaises et l’ECA via des sociétés américaines pour des avances en dollars et en francs de contre-valeur furent signés dans les années 1950 et 1951. Ces négociations dont nous avons la trace partielle dans les archives du SGCI sont intéressantes en raison de l’origine des capitaux des sociétés bénéficiaires, des liens existants avec le capital américain, des relations beaucoup plus intenses qu’on ne pouvait le supposer entre capital public et privé français, des objectifs poursuivis par l’ECA, le gouvernement français et les industriels.

64On peut suivre les investissements d’après leur localisation géographique et selon les produits recherchés.

L’AEF : on y fait des affaires

  • 56 Le Niari est une rivière à l’Ouest de l’actuelle République du Congo, affluent de rive droite du Z (...)
  • 57 L’EMAC est née en 1939 du regroupement de la Cie Minière du Congo Français (CMCF) et de l’Anglo Am (...)
  • 58 F 60 ter 402, dossier 11721, « Contrats EMAC ».

65La prospection du cuivre du Niari56 était voulue par le BUMIFOM qui tente d’utiliser au profit du développement général les facilités offertes par l’aide spéciale. Un contrat est passé le 20 novembre 1950 entre l’ECA et la Mid African Exploration Company, filiale de la Newmont mining Corporation, agissant pour le compte des Explorations Minières au Congo (EMAC)57. Il est approuvé par le comité des investissements. La Newmont sort renforcée de l’opération. Son directeur Searls est estimé des Français et il opére déjà au Maroc. L’ECA avait fait voyager ses experts qui avaient relevé l’intérêt du cuivre du Niari en 1949. Le SGCI en approuvant le dossier est conscient de renforcer le capitalisme américain, mais il note que le cuivre n’est pas un matériau stratégique et que ce contrôle n’est pas dangereux pour la France. Accepter c’est inciter l’ECA à avancer des fonds pour d’autres opérations. En septembre 1951 une extension du contrat est signé pour la production de plomb, zinc et cuivre58.

66Une première conclusion s’impose. L’ECA ne donne pas de prêt à n’importe qui. Comme dans l’affaire Zellidja/NAP, les sociétés franco-américaines sont privilégiées.

  • 59 La société est tenue à 25 % par le BUMIFOM et 43,25 % par des groupes américains, les mêmes que po (...)

67Un autre contrat concernant la Société Minière du Niari (SOMINIA ou SMN)59 est signé le 24 janvier 1951. Elle obtient des prêts en dollars et en francs français contre la livraison à l’Emergency Procurement Service de métaux à partir du moment où la production atteindra 100.000 $.

  • 60 À la frontière sud de l’actuel Congo avec le Zaïre.
  • 61 F 60 ter 401. AE coop, écon., 29 juin 1953. Note sur le cuivre et le diamant, « Visite d’un ingéni (...)

68Dans les deux contrats, les fonds en dollars ou en francs sont avancés pour des prospections sans qu’ils soient remboursables. En revanche en cas de succès, les surcroîts de production sont livrés en partie aux Américains. Le périmètre n’est guère productif. Les Américains ont renoncé à la zone cuprifère de Mindouli60 pour se concentrer sur le massif d’Hapilo à la recherche de plomb et de zinc. En 1953, la prospection est dirigée par un ingénieur américain, Botsford, chargé par la DMPA de remettre l’affaire sur la bonne voie61. Pourtant un géologue américain avait parlé d’un gisement de cuivre à 5 % de 1,314 million t. Le choix du site n’était pas bon, la SOMINIA (ou SMN) a été liquidée en 1954.

  • 62 F 60 ter 395, DAEF, coop. économ., 28 avril 1953, exploitation du Mg au Gabon ; CE 06, DGAEF, 10 f (...)
  • 63 CE 6, Washington, 20 février 1953, 21, 15, 1299/1318, Bonnet.
  • 64 363 AP 25, 16 février 1953, confidentiel. Président du conseil à M. de la FOM.

69De gigantesques projets de développement de l’exploitation du manganèse sont caressés en AEF près de Franceville au Gabon. Plusieurs groupes financiers français, marocains, africains et américains (US Steel) pensent avec raison qu’un jour le Gabon pourra produire 1 million de tonnes de manganèse62. US Steel revendique la majorité dans la société d’exploitation de Franceville et Bonnet suggère d’accepter les conditions du trust américain, en raison de sa puissance63. René Mayer accepte d’associer l’US Steel aux négociations et aux travaux de recherche avant même la création de la société de recherche et d’exploitation64. Désormais, l’administration française, Bonnet le premier, n’hésite plus à pousser en avant les Américains, au nom de la faiblesse du capitalisme français. Mais pourquoi l’administration française n’a-t-elle pas tenté de conduire l’affaire par le BUMIFOM ? Peut-être par faiblesse financière encore une fois. De plus la guerre de Corée a renversé certaines perspectives. La solidarité occidentale permet une intervention toujours plus grande du capitalisme américain au nom de la sécurité occidentale. Les colonies françaises d’Afrique noire ne sont plus considérées comme une chasse gardée française, peut-être en fin de compte parce que le gouvernement français sait qu’il ne peut plus faire autrement.

  • 65 F 60 ter 404, , C. r., réunion du 4 avril 1951, au SGCI « Points en cours de discussion pour les m (...)

70Depuis 1950, une société française la Société Minière Intercoloniale (SMI) demande des fonds pour développer la prospection des diamants industriels. Le cas est intéressant, car il s’agit d’une société purement française et on s’interroge sur le comportement de l’ECA. L’ECA veut être sûre de la rentabilité des gisements ce qui retarde le prêt et elle discute longuement les conditions du remboursement en nature. La société obtient un contrat d’avance contre production en mai 1951 de FF 85 millions puis de FF 166,2 millions, remboursables en diamants. Un contrat supplémentaire est passé encore pour 205 millions FF65.

  • 66 La Haute Sangha se trouve actuellement en République Centrafricaine, à l’Ouest du pays. À Berbérat (...)
  • 67 F 60 ter 400, projet de lettre à Bruce, 8 novembre 1950, et lettre définitive le 5-12-50, sur 140 (...)

71Une société filiale de la CMOO, la Compagnie Diamantifère de la Haute Sangha66 demande un prêt à l’ECA en juin 1950 en se recommandant de l’administrateur américain de la CMOO, Jollis. Elle obtient en « capital risk » 140 millions FF le 5 décembre 195067.

  • 68 L’Oubangui marque la frontière entre l’ancienne AEF et le Congo belge, ou l’actuelle république Ce (...)
  • 69 F 60 ter 400, lettre des AE à Bruce sur le contrat UMA, 24 août 1951 ; sur la naissance de l’UMA : (...)

72L’UMA, l’Union Minière Africaine, constituée en février 1950, demande un prêt en août 1950, sur les bases d’un dossier officieux communiqué à l’ECA en avril 1950 et avec le soutien du groupe américain participant à la société. En mai l’ECA manifeste sont intérêt, sans doute parce que le président de Grivar Exploration and Development Corp (NY), George Gregory s’était associé avec la Société minière de l’Ogoué Lobaye (La SMOL), filiale de la SM1, pour fonder l’UMA. La demande porte sur 72 millions FF pour la prospection de diamants alluvionnaires sur un périmètre immense de 3.000 km2 en Oubanghi (AEF)68. Le contrat aboutit en août 1951 à une aide de 251 millions FF69.

73L’exploitation des diamants industriels suscite de gros espoirs, car des compagnies exploitantes demandent de nouveaux contrats à la DMPA qui succède à l’ECA.

  • 70 F 60 ter 407, « Dossier CMOO et Soredia ».
  • 71 CE 75, 14 octobre 1952, MAE à MIC 1171.
  • 72 F 60 ter 401, 30 juin 1952, avis favorable des Mines de l’AEF ; P. Pflimlin, FOM à Levesque SOCI, (...)
  • 73 F 60 ter 401, 22 octobre 1953, AE direct AEF, « Déblocage des fonds accordés par la DMPA à CMOO co (...)

74Cinq compagnies sont en course : la Société Minière Intercoloniale, l’Union Minière Africaine (UMA), la CMOO-SOREDIA, Diamonds Distributoret la Haute Sangha. L’idée générale est de faire passer l’exportation de diamants de 130.000 carats à 160.000 carats en 1952. La Cie Minière de l’Oubangui Oriental (CMOO), la Société de recherche et d’exploitation du diamant (SOREDIA), la Diamonds distribution Inc. ont formulé une demande d’aide à l’ECA pour la prospection et les équipements miniers à laquelle l’ECA a déjà répondu favorablement70. Mais la CMOO est gourmande et demande $ 8 millions, une somme trop importante aux yeux de l’ambassade de France à Washington, qui craint la prise du capital par des intérêts anglais et sud-africain (Sir Ernest Oppenheimer). Le dossier financier n’est pas bon. Une somme de $ 9 millions u. c. correspond en diamants à 1 million de carats, or la CMOO ne produit que 81.500 carats. Pierre Pflimlin, ministre de la FOM en juillet 1952, fait des réserves sur ce contrat, mais il donne pourtant un avis favorable qui est triomphalement approuvé par l’AEF. Conformément à la doctrine française initiale, élaborée en automne 1949, il faudrait réserver une part de la production de diamant à l’industrie nationale, mais celle-ci n’existe pas ! Faut-il la créer, alors que la MSA est prête à lâcher $ 6 millions71 ? Le contrat est définitif en novembre 1952. La DMPA fournit à la CMOO et Soredia $ 5 millions en FF, FB et £, à Diamonds 930.200 $ . La CMOO et la Soredia devront rembourser jusqu’en 1965 avec des diamants industriels qui seront stockés par le gouvernement américain72. En 1953, un ingénieur de la DMPA remarque que malgré d’importants investissements la production de ces sociétés n’a pas progressé et il se demande s’il ne faut pas abandonner la mise. En fait, en bon capitaliste et conformément à des archétypes bien connus la CMOO a eu une pratique « minière » sur ses gisements. Elle les a écrémés sans souci de prospection rationnelle : elle a produit, en 1952, 80.317 carats, contre seulement 25.646 carats en 5 mois de 1953. De plus la société préfère les diamants de joaillerie plus rémunérateurs que les diamants industriels. La Soredia est aussi en difficulté, elle a extrait 10.542 carats en 1952 et 2.418 en 4 mois de 1953 ! La mésentente règne donc entre le groupe franco-américain et la DMPA. La situation est grave, pour une société qui avait bénéficié des attentions américaines en 1951 et 1952. Toutes les précautions, croyait-on, avaient été prises73.

  • 74 F 60 ter 403, ECA, 8 janvier 1949 ; F 60 ter 403, ECA à B. de M., 14 juin 1950, columbo-tantalite (...)
  • 75 F 60 ter 398, Bingham à B. de M. ; 6 juin 1950. Un accord est signé en janvier 1952 entre Clayton (...)

75L’ECA fait savoir dès 1949 qu’elle est intéressée par le développement de la colombite en AEF, car le Nigeria est le seul producteur de ce métal rare74. Par ailleurs la SECAM (Société des Etains du Cameroun) demande un prêt à l’ECA de 269,6 millions FF pour de la colombo-tantalite75. Des prospections sont envisagées dans l’Oubangui, le Tchad et le Cameroun.

76L’AEF se révélait plus difficile à mettre en valeur qu’on ne l’imaginait. Mais ses ressources pouvaient nourrir encore les rêves des aventuriers de la finance américaine à défaut de servir l’augmentation du niveau de vie des populations locales.

L’AOF, des territoires à découvrir

  • 76 Constituée de la Newmont Mining Corp. et de l’Anaconda Copper Mining Company ; elle participe à l’ (...)
  • 77 F 60 ter 405, P. Legoux à M. Gadilhe, 29-3-1951, n° 488. Mines, personnel.
  • 78 Cette région est à cheval sur la frontière algéro-malienne, l’Aïr se trouve au Niger.
  • 79 F 60 ter 405, B. Dutheillet à M. de Fiers, B. de l’Indochine, 19-10-1951.
  • 80 Oxyde d’étain.

77En mars 1949, la Banque d’Indochine et Lazard Frères constituent avec la Mid African Development Company76 une société de recherche et d’exploitation minière au Cameroun pour l’étain. D’autres régions comme l’Aïr, le Hoggar, l’Adrar des Iforas intéressent l’administration française. La Société minière du Dahomey-Niger SMDN) est prête à prendre le risque, en accord avec le BUMIFOM et la Banque de l’Indochine. La SMDN (Société Minière Dahomey-Niger) négocie la prospection du Hoggar et de l’Aïr avec une participation ECA de 80 %, mais elle cherche aussi à monopoliser l’exploration77. Le SGCI doit établir un compromis : Air Sud à la SMDN ; Aïr Nord et Adrar des Iforas78 en société mixte avec le BUMIFOM79. En 1952 la SMDN demande 500 millions FF à l’ECA. Ce projet est réduit après la visite d’un expert de la DMPA et en raison du désir du Haut commissaire en AOF de ne pas trop entamer les réserves de cassitérite80 dans cette région.

  • 81 F 60 ter 404, réunion au SGCI du 6 avril 1951, De Chetelat, Dutheillet, Gordon, Vaurs.
  • 82 CE 69, MC, 30 juin 1954, note pour l’ambassadeur Secrétaire général, « a/s aide américaine au terr (...)

78Le cuivre d’Akjout en Mauritanie paraît être une bonne opportunité, à condition de pouvoir l’évacuer et d’avoir de l’eau. Une mission américaine a visité le site en février 195181. Une société est constituée, la MICUMA (BUMI-FOM, Banque de Paris et des Pays-Bas, Pennaroya). Le gisement est estimé à 600.000 t de cuivre. Les Américains sont disposés à consentir un prêt de 500 millions pour créer des installations portuaires, des pistes et trouver de l’eau82.

  • 83 404 AP 26, « Note sur le ter de Mauritanie » le 30 octobre 1951, Devinat ?

79Le fer de Mauritanie est reconnu à la Kediat d’Idjil près de Fort Gouraud (actuellement Fderik). Canadiens et Anglais s’y intéressent. Un groupe est constitué, français à 40 %, canadien à 40 % et anglais à 20 %. Les exigences des ministères français risquent de faire capoter l’affaire83. L’avenir ratifiera les choix de 1951, comme pour le manganèse du Gabon.

Afrique du Nord : le Maroc, de grands espoirs

80Les risques financiers de prospection sont tels que les sociétés privées hésitent à s’y engager. Aussi voit-on intervenir les Bureaux miniers de la France d’Outre-Mer, du Maroc, et de l’Algérie au cours de l’année 1950-51.

  • 84 F 60 ter 405, 25-4-1951, GG d’Alger à AE, projets à financer par l’ECA.
  • 85 F 60 ter 409, 20-12-1950, Juin à Schuman, n° 1994/D ; F 60 ter 410, 25-10-1952, « Aide américaine (...)

81Les différents bureaux miniers d’Afrique du Nord sont très actifs. Ils proposent des projets de financements à l’ECA pour 771 millions FF en Algérie84, dans le Hoggar et l’Air. Au Maroc, le territoire a été reconnu comme potentiellement riche, mais les risques sont tels que ni les capitaux privés marocains, français ou étrangers ne veulent s’y aventurer. Il faut que Juin, Résident à Rabat, propose l’intervention de la puissance publique et demande environ 400 millions FF85.

82Ces interventions suscitent un jeu subtil entre l’administration française, l’ECA toute puissante en théorie et les sociétés privées françaises ou étrangères qui flairent de bonnes affaires.

  • 86 F 60 ter 397, RV AE, « Note du 2 janvier 1951 ».
  • 87 F 60 ter 397, AE, 9-12-1950 à Regal, Rabat.
  • 88 F 60 ter 397, tel Rabat, 17 février 1951, SS ; CE 13, Rabat 17 février 1951, n° 143/146.

83Zellidja est évidemment sur les rangs. A la fin de l’année 1950, la société (président Jean Walter) souhaite un nouveau prêt de l’ECA de 3 milliards FF sur les 5 % et remboursable sous forme de plomb ou de zinc. Ces francs seraient remis à l’Energie Electrique du Maroc (EEM) contre des avantages sur le prix de vente de l’électricité à Zellidja. C’est donc l’ECA qui financerait indirectement l’équipement de base du Maroc. Les services voient bien le danger, mais Juin ne refuse pas l’aubaine, justifiée par le développement des industries de la Défense nationale. On pense à la ZOIA des confins algéro-marocains. Au quai d’Orsay, Vaurs ose comparer ce type de prêt « aux emprunts consentis à l’empire ottoman par les puissances européennes », toutes choses égales d’ailleurs ajoute-t-il86. Le projet est écarté à la satisfaction des inspecteurs des Finances du SGCI87. Mais le Résident insiste tant qu’en mars 1951 des négociations sont ouvertes avec les Américains, car « l’avantage économique qu’en retirait le Maroc en général était tel qu’il compensait largement ces inconvénients d’ordre technique et politique ». Juin compte d’ailleurs s’appuyer sur l’un des administrateurs de la NAP, Searls, l’homme de la Newmont qui a des responsabilités dans la politique de défense des Etats-Unis88.

  • 89 F 60 ter 397, Dutheillet à Baraduc, 27 juin 1951.
  • 90 F 60 ter 397, Lettre de Schuman à Dunn, 30 mai 1952. F 60 ter 397, RV 10 juin 1952, « Note pour le (...)

84Deux contrats sont envisagés, l’un entre la DMPA et Zellidja, l’autre entre Zellidja et l’Energie Electrique du Maroc. Les négociations à propos de Zellidja et l’EEM se passent mal au début car les Américains « avaient l’idée de se servir de ce prêt pour mettre leur nez dans les affaires de l’EEM... » remarque le SGCI89. Qui pouvait en douter ? Mais en mai 1952, la DMPA met à la disposition de la Banque du Maroc 3 milliards de FF pour l’énergie électrique, et Zellidja s’engage à exporter du plomb pour le « stockpiling » américain. La société reçoit aussi par la Newmont $ 575.000 de la DMPA90. Les autorités françaises espèrent bien que Zellidja pourra exporter au-delà de ses obligations américaines en 1954. Il est question de doubler la production de plomb en 1954 (objectif : 52.000 t) et de tripler celle de zinc (objectif : 53.000 t).

85Depuis 1949 Zellidja était l’une des entreprises franco-américaines opérant au Maroc les plus aidées. Le SGCI estimait que le groupe Zellidja avait bénéficié du tiers des dollars offerts et des trois quarts des francs de la contre-valeur affectés à cet objet. Jusqu’en 1959 au moins, environ 10 % de la production annuelle partirent aux Etats-Unis en remboursement des prêts.

  • 91 F 60 ter 397, 25 avril 1951, « Allocution de M. Jean Walter, inauguration des nouvelles installati (...)

86Pourquoi cette sollicitude ? D’abord parce que cette société est franco-américaine et donc qu’elle inspire confiance, ensuite qu’une part de l’aide retourne à des Américains, enfin qu’elle est performante. Le Président Jean Walter peut dire, en inaugurant de nouvelles installations en avril 1951 : « Depuis quatre ans, il s’est créé aussi peu à peu une amitié très intime entre les fonctionnaires, nos associés américains et nous-mêmes. Nous avons une confiance réciproque les uns dans les autres et nous marchons toujours la main dans la main »91. Or les démêlés de Zellidja avec Paris étaient dans tous les esprits. Les fonctionnaires dont il parlait étaient ceux du Protectorat.

  • 92 Voir sur Zellidja, J. Walter, Président de la société des Mines de Zellidja, L’Empire français à r (...)

87Décidément, à cinq ans de l’indépendance, les Américains présents physiquement sur les bases aériennes de Kénitra et de Nouaceur, actifs au point de conduire la France devant la Cour de justice de La Haye, détenaient aussi un pouvoir économique et financier par Zellidja, alias la Newmont. La nature des documents consultés ne permet pas d’en dire plus sur son rôle au Maroc, mais les amitiés politiques de Zellidja vont officiellement au général Juin, le sauveur du Maroc dit Walter92. Qui décide de la politique économique du Maroc, Zellidja, la Résidence, Paris ?

  • 93 Bou Arfa se trouve au Sud d’Oujda et l’Oued Imini descend l’Atlas de Marrakech vers Ouarzazate. On (...)
  • 94 F 60 ter 403, 11 août 1950, « Contrat ferro-Mg de 60.000 t livrables avant le 30-8-1951 ».
  • 95 F 60 ter 403, Vaurs à Alain [Dutheillet], 2 octobre 1950 ; réaction de Chase, 11 décembre 1950, su (...)
  • 96 F 60 ter 396, 12-12-1950, AE, Vaurs à SGCI, « C. r. entretiens Chase/Vaurs.

88La question de l’exportation du manganèse marocain ne suscite plus de récriminations de la part des sidérurgistes français qui achètent moins cher à l’étranger. Ils se bornent à prendre les minerais de l’Imini et de Bou Arfa93. L’ECA souhaite acheter la production des petits producteurs à condition que les spécifications techniques soient respectées. Le Maroc s’est engagé à livrer, avant la fin de 1950, 36.400 t de ferro-manganèse94. En fait l’exportation marocaine fonctionne mal, il faut augmenter la production pour pouvoir exporter95. Comment intéresser les investisseurs américains sinon en leur permettant d’exporter toute leur production96.

  • 97 Sur le versant Sud du Djebel Siroua, dans le Haut Atlas de Marrakech ; les gisements ne sont plus (...)
  • 98 F 60 ter 398, AE à Résident général au Maroc, Rabat, 19 juin 1953, « Matériaux stratégiques, Béryl (...)

89De riches gisements de béryl ont été découverts à Zenaga près de Taze-nakht97. En juin 1950, l’ECA fait savoir qu’elle est prête à offrir des crédits à hauteur de FF 30 millions pour une prospection à fonds perdus. Les Américains veulent la moitié de la production supplémentaire, les Français offrent 15 %. En septembre 1951, l’ECA accorde un prêt de FF 50 millions. 32 millions FF ont été versés en avril 1953 et 23 t de béryl ont été livrées, mais la DMPA cesse brutalement, sans explication, ses versements98. L’ECA acceptait de financer à fonds perdus l’exploration, mais ce n’est plus la politique de la DMPA qui désormais exige d’être remboursée, même en cas d’échec de la prospection. Les Etats-Unis devenaient plus regardants sur leur aide en raison des stocks qu’ils avaient accumulés.

  • 99 F 60 ter 403, Parodi à Bruce, 21 août 1951.

90La Société Minière de Bou Azzer et du Graa (SMAG) (Omnium Nord-africain) veut développer la production de cobalt et d’amiante au Maroc. L’ECA est disposée à financer la part en francs français. Le cobalt et l’amiante seront vendus à l’Emergency Procurement Service pour le « stockpiling » dans la limite des sommes prêtées99.

Madagascar, des richesses mal exploitées

  • 100 F 60 ter 398, « C. r. réunion 2 avril 1953 au CEA pour le béryl de Madagascar, Guillaumat, CEA, Do (...)

91Le béryl de Madagascar intéresse aussi les Américains. Une société américaine, la Gand L. trading Corp. de New-York s’est déclarée intéressée par la reprise et la modernisation des exploitations de Madagascar. Or à Madagascar, le CEA mène une campagne pour conserver précieusement le béryl et refuse tout contrat avec la DMPA. Il s’agit déjà en 1953 de réserver ce matériau stratégique pour les besoins du programme atomique français100.

92Mais plus personne ne parle de certaines richesses oubliées tel le charbon de la Sakoa, car on est davantage dans une logique de profits immédiats d’ordre stratégique et financier que dans celle du développement économique.

Nouvelle-Calédonie : la biproduction minière

  • 101 F 60 ter 357,1584, 15 novembre 1949, « Note pour le Président », B. de M.
  • 102 F 60 ter 398, « Dossier Chrome ».
  • 103 CE 69, MC, 17 février 1953, « Note a/s DMPA cesse ses avances à la Calmet ».

93Il était d’un grand intérêt de valoriser le chrome de Nouvelle-Calédonie. Les négociations avec la Cie Calédonienne des métaux (CALMET), dirigée par l’américain Patterson sont compliquées, sans doute parce que l’homme n’a pas d’assise financière claire. Patterson est un ingénieur américain désireux de mettre en œuvre un procédé de raffinage des minerais à faible teneur et de l’exploiter à son profit. Le projet doit rapporter $ 7 millions par an. L’ECA serait d’accord pour avancer $ 1 million sur le fonds spécial et des francs de contre-valeur contre remboursement en nature. Or Patterson veut contrôler la société à 95 %, et les Français veulent une participation française d’au moins 35 %101. Patterson finit par accepter 20 %, puis 30 % de capitaux français. Il constitue la Cie Calédonienne des métaux (CALMET)102. En fait, la réévaluation du projet aboutit à des propositions différentes de celles de 1949 : la production prévue passerait de 150.000 à 90.000 t et les exportations de 100.000 à 50.000 t de minerai. « L’affaire était trop belle au départ et moins belle à l’arrivée », dit Sadrin de la DFE. Mais le contrat est signé en juin 1951 et dès 1952 la société entre en déconfiture, ce qui n’empêche pas la DMPA de lui prêter encore de l’argent. D’une certaine façon l’ECA puis la DMPA ne pouvaient pas accepter la faillite d’une initiative américaine dans un territoires d’outre-mer français. Il fallait assurer la crédibilité des administrations américaines auprès des Français et surtout des indigènes. A l’origine cependant il y avait eu un choix technique contestable et une absence d’assise financière suffisante. En février 1953 la CALMET est à la veille de la faillite103.

  • 104 F 60 ter 407, tel Washington, 19 juin 1951, à coopér. économique AE, de M. Vacher Desvernais.

94Le dossier nickel reprend de l’importance dans le cadre du réarmement et de la conférence internationale des matières premières de Washington en 1951 qui refuse d’accorder à la France une allocation de nickel supplémentaire104. De plus il intéresse une grande puissance du capitalisme français la société Le Nickel.

95L’histoire de la société Le Nickel a été marquée par un contrat de guerre avec les autorités américaines, par un canal australo-canadien puis par une demande de prêt de $ 2 millions auprès de la BIRD en 1947 mais qui a échoué. Le premier dossier ECA date de novembre 1948 pour $ 2,6 millions.

96Une crise de surproduction touche le nickel en 1949, la société hésite donc à investir. Cependant Le Nickel reçoit une aide en contre-valeur de 800 millions FF et de 965.000 $ sur le fonds matériaux stratégiques, en mai 1950. Mais les augmentations de production espérées n’ont pas été réalisées, en dépit des espoirs de la communauté internationale pour satisfaire la consommation française.

97La société a sans doute hésité à utiliser les facilités offertes par l’ECA au titre des matériaux stratégiques, en raison des incertitudes du marché, des coûts élevés du charbon américain ou australien et des conditions du contrat avec l’ECA sur la fourniture de nickel aux Etats-Unis. Les autorités française n’ont pas été averties des hésitations de la société, parce que les relations entre la société Le Nickel et Paris ou Nouméa étaient médiocres. En effet la société a refusé d’acheter le nickel produit par les petits producteurs, et l’administration a interdit l’exportation vers le Japon pour forcer Le Nickel à acheter. Ces conflits ont retardé évidemment l’effort de production (5.000 t en 1951 au lieu de 9.700 t prévues) et d’exportation.

  • 105 CE 69, Vaurs, à Parodi, 12 décembre 1951 ; CE 75, MC, 8 août 1952, DGAEF, coop. économique ; F 60 (...)
  • 106 F 60 ter 407, mission interministérielle d’enquête sur le nickel, 2 octobre 1951, « Rapport provis (...)

98Mais quand ses intérêts étaient en jeu, elle a su les défendre. Elle a vendu au-dessus du cours mondial à des industriels privés américains au lieu de vendre au gouvernement américain. Elle a systématiquement produit moins que les besoins pour peser sur le marché. Elle a ridiculisé le gouvernement français lors des conférence internationales sur les matières premières. En conséquence le prêt de l’ECA de 965.000 $ est annulé le 8 août 1952105. La situation de monopole de la société Le Nickel a interdit l’augmentation de la production et pour cette raison, l’ECA propose l’installation d’un groupe étranger en Nouvelle-Calédonie106.

  • 107 F 60 ter 407, « Note sur le projet Koniambo de la SLN », 14-12-1951 ; service des mines et géologi (...)

99Poussée par la demande mondiale et par les Américains, Le Nickel remit en juillet 1951 un projet de développement de la production à Koniambo au directeur américain du département des Matériaux Stratégiques de l’ECA, C. Stott , de 6.800 t de nickel métal, sans en référer le moins du monde aux autorités françaises. L’ECA fait savoir qu’elle n’est pas intéressée. Mais à l’initiative d’un fonctionnaire de l’Economie nationale, Ferran, des contacts sont pris avec la banque Lehman Bros de New York qui a des intérêts dans l’affaire CALMET -Patterson pour l’inciter à créer une société franco-américaine afin d’exploiter des concessions de Le Nickel ou de Ballande. De son côté l’ECA informe du projet Le Nickel, la Newmont Corps et Fred Searls, prédécesseur de Stott qui met au courant Lazard frères (Samuel Lajeunesse). Des conversations sont entreprises à l’insu de la société Le Nickel et de son actionnaire principal la Banque de l’Indochine pour disposer de son domaine privé. La dépendance dans laquelle tomberait Le Nickel paraît très dommageable aux autorités françaises, d’autant plus que les sociétés privées américaines se réserveraient le « managing » de l’exploitation sur une terre française107.

  • 108 F 60 ter 407, Vaurs à Dutheillet, 28-12-1951.

100Cette activité autour du nickel de Nouvelle-Calédonie entraîne René Mayer, ministre des Finances, à faire savoir que la France est décidée à mettre en valeur les ressources minières de l’Union française et qu’il est favorable à un nouveau contrat de vente de nickel aux Etats-Unis de 1.000 t en 1953 par la SLN108. Mais sachant comment la SLN vend le métal, sa faible volonté d’augmenter la production, la hausse de la consommation française, les responsables français imaginent mal des exportations. Dans cette affaire, la société Le Nickel a montré une indépendance remarquable par rapport aux projets gouvernementaux, mais aussi à ceux de l’ECA.

La création de la DMPA, de nouvelles conditions d’intervention

  • 109 404 AP 27, OECE Paris, décembre 1954, « Les investissements privés américains en Europe et dans le (...)

101Les investisseurs américains privés ne se sont pas rués sur les territoires d’outre-mer français : aux 300 millions $ d’investissements américains en Métropole correspondent $ 40 millions d’investissements américains dans les territoires d’outre-mer en 1952109. Cependant, pour des raisons stratégiques, l’ECA a conclu des contrats de développement des matériaux stratégiques sur le plomb, cobalt, zinc, cuivre, béryl, amiante, diamants industriels, graphite, mica, chrome. Les administrations américaines ont accepté de prendre les risques de la prospection.

  • 110 CE 75, p. 75, DAEF, 21 juillet 1952, « Note, aide américaine aux TOM ».

102La disparition de l’ECA laisse la place à une nouvelle administration américaine chargée du développement des matériaux stratégiques. Dans l’été 1951 l’ECA éclate en plusieurs structures dont la DMPA dirigée par M. Larson qui dépend de la Defense Mobilisation Administration (C. Wilson), et la MSA. Au 1er janvier 1952 la MSA abandonne le secteur des matériaux stratégiques au DMPA qui utilise les 5 % de la contre-valeur de l’aide (qui passent d’ailleurs à 10 %)110.

103La gestion des matières premières est donc confiée à un service bien identifié, mais qui n’est pas le seul a pouvoir donner des ordres en ce domaine (délégués américains à la conférence des matières premières, Munition Board, Defense Production Administration). Les Français doivent prendre la mesure de nouveautés qui ne facilitent pas l’élaboration d’une politique de développement des matières premières dans les territoires d’outre-mer à cause de la multiplicité de leurs interlocuteurs.

Matériaux stratégiques : des profits pour les Etats-Unis

  • 111 F 60 ter 396, DAEF, coop. écono., R. Vaurs, 8 mai 1952, « Note pour M. Charpentier, sur la visite (...)

104D’après les archives consultées, Français et Américains se sont rejoints sur la politique des matières premières. Certains produits essentiels, originaires de pays d’Asie pouvaient tomber aux mains des communistes. Il fallait donc prospecter en Afrique pour rendre service au monde libre111. Le reflux occidental en Asie, et français en Indochine, incitait les Américains à établir des bases économiques de repli en Afrique.

105De 1948 à 1951, les Américains recherchent systématiquement les produits miniers disponibles dans l’Union française et tentent d’augmenter la production dans le but de dégager des surplus exportables aux Etats-Unis. Nous voyons fonctionner cette formidable machine financière et diplomatique américaine dans les territoires d’outre-mer français. L’ECA a fait son travail et elle a acheté les matériaux disponibles pour le stockage américain.

Tableau 100. Objectifs américains de stockage

Tableau 100. Objectifs américains de stockage

106L’année 1950 reste encore une année de prospection. Il y a peu d’interventions financières spécifiques pour le développement de la production. Elles se produisent à partir de 1951.

107Les Français élaborent pragmatiquement une doctrine concernant l’utilisation des fonds spéciaux en dollars et des 5 % de la contre-valeur. Il faut attendre décembre 1950 pour que les services (SGCI, Finances, MAE, FOM, DT) se rencontrent pour gérer le flux d’aide spéciale américaine après avoir élaboré la doctrine concernant les contrats d’avance contre production dans l’été 1949. On savait comment procéder avec l’aide ERP, beaucoup moins bien pour cette aide spéciale, une aide dans l’aide.

  • 112 F 60 ter 396, « Bilan matériaux stratégiques », 16 octobre 1950.

108Le réarmement modifie les positions. Les Français recommandent des avances en dollars et en francs de contre-valeur aux sociétés opérant dans les territoires d’outre-mer. Ils s’efforcent aussi d’en faire bénéficier totalement les sociétés à capitaux français. Une opération beaucoup plus délicate. L’administration française accepte les avances de l’ECA aux Bureaux miniers français, ce qui présente le risque d’un contrôle par l’ECA des programmes français de 112mais il n’y a plus d’états d’âme en raison des immenses friches africaines.

  • 113 CE 69, RV DGAEF, coop. éc, 12 avril 1951, « Note pour l’ambassadeur SG a/s Missions de fonctionnai (...)

109L’intervention américaine dans les territoires d’outre-mer se précise au cours de ces années 1950 et 1951. L’ECA tente de faire avaliser ses propres choix de développement dans les territoires d’outre-mer en soutenant les entreprises américaines et françaises qui lui paraissent répondre à son attente. Le gouvernement américain considère l’Afrique « comme un territoire d’avenir sur le plan stratégique et économique »113. L’administration américaine se prépare à prendre la relève de la France, mais a-t-elle une véritable politique de développement ?

110L’Union française a-t-elle au moins profité des investissements miniers ? En 1951, les services estiment que la France exportera du plomb en 1952, qu’elle réduira sa dépendance en zinc ; que la production de diamants industriels passera de 140.000 carats en 1949 à 250.000 carats en 1953. Des cartes géologiques et topographiques sont fabriquées, de nouveaux gisements ouverts, des routes minières construites. Le bilan n’est pas négatif dans la mesure où l’administration française a su négocier le partage entre la France et les Etats-Unis des augmentations de production. Les produits utilisables pour le programme atomique français ont été conservés par la France.

111A l’aide ordinaire s’ajoutent donc des fonds spéciaux en dollars et en francs : environ $ 9,3 millions d’avance contre production et FF 8 milliards prélevés sur les francs « américains » de la contre-valeur des 5 %, ainsi que les FF 10 milliards de la contre-valeur ordinaire exceptionnellement affectés à la production de matériaux stratégiques en novembre 1948. Mais l’aide dont il s’agit a été une aide américaine à des entreprises privées, franco-américaines essentiellement, avec pour objectif de satisfaire d’abord les besoins américains de matériaux stratégiques. Il est difficile cependant d’affirmer que l’Union française, sauf peut-être le Maroc, est devenue une terre d’élection privilégiée du capitalisme américain. Les Américains n’ont découvert ni le pétrole du Sahara ni l’uranium du Niger ; ils ont eu des illusions sur les richesses minières du Maroc. Mais il faut mettre à l’actif de l’entreprise franco-américaine dans les territoires d’outre-mer français l’étude et le début de la mise en valeur de gisements miniers de première importance. Si le cuivre d’Akjout en Mauritanie a disparu des cartes des matières premières minérales, il reste le fer de Fort-Gouraud, et le manganèse du Gabon, ainsi que les diamants industriels du Congo. Le volume financier de cette aide pour la production de matériaux stratégiques, une aide à l’économie américaine en fait, est modeste au regard de l’aide ERP aux territoires d’outre-mer de 287 millions de dollars.

112Cette aide spéciale n’a pas profité directement aux populations des territoires d’outre-mer.

L’AIDE AU DÉVELOPPEMENT DES TERRITOIRES D’OUTRE-MER

113En 1948, les Américains étaient préoccupés de faire rentrer des matériaux stratégiques. La contre-valeur de l’aide ordinaire et des dollars ERP était un remède insuffisant au mal développement. Les Français pouvaient-ils faire un effort financier sérieux en faveur des colonies ? L’Amérique prit conscience du problème en janvier 1949. Un plan Marshall contre le sous-développement n’était-il pas en train de naître avec le point IV du discours de Truman ?

Le point IV, « la maladie de l’année » !

  • 114 Harry S. Truman, Mémoires d’épreuves et d’espérances, l’Alliance atlantique, ¡946-1950, Paris, Plo (...)

114La question du développement des pays pauvres, latente jusqu’alors, est clairement posée quand Truman lance le programme du point IV. C’est le quatrième point, la dernière des quatres lignes d’action que Truman réélu propose au peuple américain lors de l’adresse inaugurale du 29 janvier 1949114.

  • 115 CE 78, FOM, Peter à Alphand, note, rapport au M et au SE, 4 octobre 1949.

115L’idée a du souffle, car elle est lourde d’espoirs, mais elle n’a pas l’ampleur financière du vrai plan Marshall. Il convenait d’inciter les capitaux américains en peine de placement à participer au développement économique des peuples pauvres, contrôlés par les pays européens libres. Le point IV a une connotation anticolonialiste et anticommuniste. Il doit être une bonne affaire commerciale pour les Etats-Unis, mais aussi une œuvre des Nations unies. N’est-il que « la maladie de l’année » d’après Peter, un haut fonctionnaire de la France d’Outre-Mer115 ?

A quoi sert le point IV ?

116Que faire pour les pays « insuffisamment développés » ou pauvres ?

  • 116 F 60 ter 412, tel. 1 DET, 10 février 1949, « a/s point IV de Truman », probablement Mendès France.

117Le discours de Truman a remué les responsables. Le secrétaire général de l’ONU, puis l’ECOSOC s’emparent du projet d’aide technique. Mendès France, délégué de la France à l’ECOSOC, cherche à rassembler les Européens, en commençant par les Anglais. Il ne faut pas, estime Mendès France, que l’aide américaine apparaisse comme « l’instrument d’une pénétration économique et politique » des Etats-Unis116. De son côté le gouvernement américain compte beaucoup sur l’assistance technique aux « pays sous développés » ou aux « pays arriérés » et sur l’intervention de la BIRD (idée de Mac Cloy) pour résoudre le sous-développement.

  • 117 CE 78, PMF, 11 février 1949, 15 h 17, n° 251-261, n° 2 DET ; PMF New York, 10 février 1949, 21 h 3 (...)

118En fait, l’initiative de Truman relance la peur de la dépossession des Européens en Afrique par l’ONU. Les Anglais se tournent vers la France pour réagir. Parodi souhaite domestiquer au profit des puissances européennes les nouveaux courants d’aide. Mais les Américains hésitent à confier le programme à l’ONU car les Russes en profiteraient117.

  • 118 CE 78, MAE JBd/lr direct Afrique Levant, bureau d’Afrique, 15 février 1949, n° 54, Note, « Aide éc (...)

119Un programme purement américain fait tout aussi peur aux Européens. Mendès France n’est pas le seul à se méfier d’une intervention américaine dans les territoires d’outre-mer. Certains hauts fonctionnaires d’Afrique-Levant parlent d’impérialisme nouveau sous « les dehors d’une sorte de croisade humanitaire dont l’inspiration religieuse n’est d’ailleurs pas absente ». Il risque d’introduire en Afrique une critique systématique de l’œuvre coloniale des pays européens. L’intervention de l’ONU risque de renforcer les propagandes pan-noires afro-américaines et de saper l’autorité des métropoles. L’intervention d’une organisation pan-africaine d’origine européenne serait la meilleure solution118. Mais le rêve d’une entente inter-européenne n’aboutit pas en 1949 malgré les analyses convergentes. Les nationalismes et les conservatismes européens sont trop profondément enracinés tant en France qu’en Grande-Bretagne pour accepter une gestion européenne des colonies.

  • 119 CE 78, PMH, coop, écon., 15 février 1949, Schuman pour PMF, NY, priorité absolue 225-235 ; coop, é (...)
  • 120 F 60 ter 412, tel départ Schuman ; MAE, coop, économ., 16 février 1949, à PMF.

120Alors la France adhère au programme énoncé par le Président Truman, au nom du plan de modernisation des territoires d’outre-mer, élaboré par les représentants des habitants, dit Schuman, dans ses instructions à Pierre Mendès France, en accord avec les Britanniques, les Belges et l’Afrique du Sud « dont la coopération sur le plan africain nous est utile ». Mais il faut écarter l’action des institutions internationales qui pourraient rassembler l’Est et certains pays d’Asie ou d’Amérique latine contre le colonialisme européen. L’OECE est écartée par Schuman qui redoute la contrainte européenne, mais qui s’appuie sur l’organisation pour rejeter l’idée d’une commission économique de l’ONU pour l’Afrique119. Décidément ce programme du point IV est gênant. Il risque de faire intervenir en Afrique l’ONU et les Américains, voire les Soviétiques. Schuman et le Quai d’Orsay proposent seulement la création d’un fonds spécial pour financer les échanges de chercheurs, (sous-entendu pour recevoir des experts américains), et coordonner des actions dans les pays pauvres120. L’idée est bien accueillie par l’ECA.

  • 121 CE 78, A. Bérard à R. Schuman, 20 avril 1949, « Etude de la National Association of Manufacturers (...)
  • 122 Cf. Jacques Gabory, Des pays dits « sous-développés », janvier 1958, dactylog. polycop., 80 pages.

121Le lancement du point IV avec tout le lustre médiatique souhaité confirma les Français dans leur réévaluation de leur politique d’accueil des capitaux étrangers (i. e. américains) dans les territoires d’outre-mer. Ce qu’ils firent en acceptant les avances contre production et en proclamant leur volonté d’ouverture aux capitaux américains121. En même temps il leur fit craindre un déferlement de capitaux américains sur l’Afrique française. Cette appréhension d’être « submergés » par les dollars américains transparaît dans les archives comme dans l’analyse des contemporains122.

Le point IV et l’image du déclin colonial français

  • 123 4 AU 57, dr 3, Londres, 3 mai 1950, 19 h 35, 1477-81, « Réunion franco- américaine sur l’Afrique »

122Que veulent les Américains au fond ? Donner mauvaise conscience aux Français de leur présence coloniale ? Evincer la France ? Ils soufflent le chaud et le froid. Ainsi, le directeur des affaires d’Afrique au Département d’Etat suggère officiellement en mai 1950 que la France accorde l’autonomie puis l’indépendance à l’Afrique et qu’elle y établisse le libre accès aux capitaux et au commerce international123.

  • 124 Relations Internationales, 34, Eté 1983, « La coopération internationale en Afrique noire, 1942-19 (...)
  • 125 457 AP 29, SG/P, E. Noël, « Aide-mémoire, 4 avril 1951, Paris, Débat de politique générale à la co (...)

123Le point IV véhicule une charge anti-coloniale virulente que les Français redoutent. Mais les Français sont preneurs des capitaux américains. Leur attitude est ambivalente. Ils s’attendent à un « Fachoda technique » selon l’historien Marc Michel124 en l’absence d’une aide américaine. Ils veulent aussi le développement de l’Afrique, mais ils comprennent dès 1949 que l’intervention économique, financière, technique, humaine des Etats-Unis sonne le glas de la présence française solitaire en Afrique. Quant à l’Europe, les services comptent sur elle pour défendre les possessions africaines de la France, sans être capables de l’intéresser au développement des territoires d’outre-mer. Avec G. Bidault les choses sont plus claires encore. Falaize, directeur de cabinet de G. Bidault, explique que les territoires d’outre-mer sont un des atouts dont dispose la France et qu’il ne peut être question de les offrir aux pays européens avant que l’Europe ne soit unifiée125. L’européanisation des territoires d’outre-mer n’était plus à l’ordre du jour en 1951.

L’aide technique

  • 126 $ 3 millions utilisés en mars 1949.
  • 127 CE 78, H. Bonnet, 19 mars 1949, « a/s assistance technique » ; Bonnet, 6 avril 1949, 21 h 15, n° 1 (...)

124Comment mettre en œuvre financièrement le point IV ? L’ECA songe d’abord aux crédits américains d’aide technique, d’un très faible montant en 1948-1949126. L’administration américaine parle de $ 100 millions pour 1949-1950 dont 25 % à la charge de l’ONU. En mai Acheson précise qu’il demande au Congrès $ 105 millions dont $ 60 millions pour l’usage américain dans les pays pauvres, $ 18 millions pour les Européens possessionnés et $ 37 millions en monnaie locale des pays aidés. En juin 1949, le NAC se prononce pour un fonds d’aide technique au développement des pays sous-développés d’environ $ 26 millions affectés à des projets agréés par les Etats-Unis et $ 18 millions pour l’ONU127.

  • 128 CE 78, H. Bonnet à R. Schuman, 30 août 1949, « a/s Point IV ».

125La somme d’aide technique affectée aux développement des territoires d’outre-mer européens, point IV, est de $ 45 millions (aide bilatérale et aide à l’ONU). En fait le Congrès s’intéresse plus aux garanties accordées aux capitaux investis dans les territoires d’outre-mer qu’au développement des pays sous-développés128.

  • 129 CE 78, Coop. écono. JPB, n° 8816, à M. des Finances, « Experts français dans les missions d’A. T.  (...)
  • 130 CE 78, Chauvel, 16 juin 1950, n° 808, 16 h 56.

126La France doit prendre position par rapport à l’ECOSOC, qui a pris en charge ce programme en mars 1950. Elle ne peut éviter de cotiser au programme ONU d’aide technique aux pays pauvres, à moins de voir les Etats-Unis monopoliser le rayonnement scientifique et culturel sur les pays pauvres129. La France d’Outre-Mer encourage vivement le gouvernement à participer aux programmes d’aide technique de l’ONU ou à ceux des Américains estimant qu’elle obtiendra plus facilement des fonds pour ses territoires. Le programme ONU d’Aide technique pour 1950 est de $ 20 millions, auquel la France participe à hauteur de $ 1,2 million, les Etats-Unis pour $ 10 à 12 millions et la Grande-Bretagne pour $ 1,6 million130.

  • 131 CE 78, VL, 16 mars 1950, coop, écono. Note pour M. Alphand.

127D’un point de vue général, l’aide technique aux territoires d’outre-mer renforce le goût des Américains pour les voyages d’experts dans les colonies et territoires sous tutelle, entraînant une très grande nervosité dans les Résidences générales de France à Rabat et Tunis131. Mais contrairement aux craintes des Français les capitaux américains ne se précipitent pas, pour les raisons déjà énoncées à propos de l’aide spéciale aux territoires d’outre-mer, et parce qu’ils cherchent une rentabilité assurée dans le pétrole et dans des secteurs géographiques sûrs, tels le Canada, le Venezuela et le Proche-Orient.

  • 132 F 60 ter 357, 1091, PPS à Bingham le 16 juillet 1949, « Aide technique, prospection minière ». F 6 (...)
  • 133 CE 335, R. Vaurs, 15 novembre 1951, Washington, à A. Dutheillet ; « Discussion cet après-midi avec (...)

128En liaison avec le point IV, l’aide technique offerte par les Américains aux territoires d’outre-mer français s’ajoute aux crédits spéciaux pour l’exploitation des richesses minières. Le Pentagone pousse confidentiellement l’ECA à encourager la production des matières premières industrielles et alimentaires exportables aux Etats-Unis. Les services français sont intéressés par des spécialistes en géologie et en agriculture tropicale. Ils font travailler les experts américains dans la cadre des bureaux miniers français ou au sein d’équipes franco-américaines, pour mieux les contrôler. Les secteurs d’intervention sont l’AOF, l’AEF, le Togo, Madagascar, plus que l’Afrique du Nord132. La tendance de l’aide technique aux territoires d’outre-mer, en novembre 1951, est l’abandon de projets spectaculaires pour la petite hydraulique, l’agriculture et des projets économiques liés aux programmes militaires133.

  • 134 F 60 697, JMS, Schuman, CE 11 mai 1951 à Président du Conseil, « Point IV ».
  • 135 CE 75, JMS, 28 novembre 1951, à M. des finances, à l’attention de M. Guindey.

129En 1951, le gouvernement français a adopté une attitude positive vis-à-vis de l’aide technique américaine. Mais la négociation d’un accord bilatéral pose des problèmes politiques134. Le projet d’accord sur l’aide technique stipule que les deux gouvernements français et américain doivent « contribuer à un développement harmonieux et coordonné des ressources économiques et de la capacité des producteurs des territoires d’outre-mer ». J.-M. Soutou, au Quai d’Orsay, estime qu’il faut changer ce texte impliquant manifestement une coresponsabilité des Etats-Unis et de la France sur les territoires d’outre-mer135.

130L’essentiel de l’aide américaine consacrée au développement des territoires français d’outre-mer est venu d’une autre source, le fonds spécial pour le développement des territoires d’outre-mer de 1949-1950 et de 1950-1951.

Le fonds spécial de développement des territoires d’outre-mer de $ 20 millions (1949-1950) offert à l’Europe

  • 136 CE 64, P. Baraduc, 16 juillet 1949, à ambassade de France Washington, 3936.

131Ce fonds est bien dans l’esprit du point IV, mais il s’agit d’un simple transfert de crédits « Marshall » au profit d’un compte spécial. En juillet 1949, l’administration américaine propose la création d’un fonds spécial pour le développement des territoires d’Outre-mer des pays européens, différent du fonds spécial de 1948 pour le développement des matériaux stratégiques. On l’appelle « pool » dans nos sources. Fin juillet, Bonnet annonce $ 20 millions qu’il met en rapport avec le point IV136. Les crédits proviennent en fait du pool dollar de $ 150 millions destiné à faciliter les échanges inter-européens.

132Ce fonds est créé pour faciliter la modernisation des pays pauvres en complément de l’aide ERP normale. L’administration américaine l’inventait pour pouvoir négocier directement les projets de développement qui lui convenaient.

133Dans l’esprit de Milton Katz, le développement des territoires d’outre-mer devait être une solution à la fin du plan Marshall et à la rareté prévisible du dollar. L’Europe pourrait se procurer à bon compte les matières premières qu’elle achetait dans la zone dollar si les territoires d’outre-mer étaient développés. La conception du développement des territoires d’outre-mer était toujours celle d’une abondance de matières premières.

Développer les territoires d’outre-mer ?

  • 137 « Récolte » de $ 48,5 millions contre $ 75 millions espérés d’après le Watchdog Committee, in CE 6 (...)
  • 138 CE 75, Paris, 13 juillet 1949, coop. éc., H. Alphand.

134Le développement des territoires d’outre-mer semble bien être le nouvel objectif de l’administration américaine. Le Congrès s’était aperçu que la collecte « minière » des produits stratégiques dans les pays du plan marshall ne fonctionnait pas exactement comme il l’espérait137. Les pays participants montraient peu d’empressement à être dépouillés, même contre dollars, de leurs produits les plus utiles. La seule cueillette minière était incapable de favoriser le développement, et les grands principes du point IV impliquaient que les Etats-Unis traitassent les territoires d’outre-mer autrement que l’Europe138.

135La création d’un fonds spécial pour les territoires d’outre-mer devait donner envie aux pays européens de coopérer sur le long terme avec les Etats-Unis dans le sens d’un condominium économique en Afrique noire. Ce fonds nouveau a donc pour but de satisfaire à la fois les besoins des Etats-Unis en ressources minières et les plus nobles ambitions de développement des colonies européennes et de ses peuples.

136Il est offert aux pays qui ont des projets précis. Le bruit court que quatorze projets d’un montant de $ 90 millions ont déjà été présentés à l’administration américaine en septembre 1949.

Propositions d’utilisation du fonds spécial TOM de $ 20 millions

  • 139 F 60 ter 358, 161, 14 février, B. de M. à Bingham ; CE 75, coop. écono., 11 février 1950, n° 1150- (...)
  • 140 F 60 ter 406, 9 février 1950, PE FAY, direct. des approv. Washington, 30 janvier 1950, à FOM.

137En février 1950 les Français transmettent six projets de développement139. La France d’Outre-Mer fait des propositions atteignant environ $ 4,3 millions : matériels miniers pour l’AEF, programmes liés aux routes, aux voies navigables, aux matériels agricoles. Ces programmes peuvent comporter un volet en francs sur les 5 % de la contre-valeur140. La tendance est encore au développement des mines, signe que le fonds spécial TOM est l’héritier du fonds spécial matériaux stratégiques de 1948-1949. Mais les services français ajoutent à ces projets des programmes de développement qu’ils n’ont pu budgétiser. Le fonds spécial peut accélérer la réalisation des programmes existants.

  • 141 F 60 ter 406, « Pool des territoires d’outre-mer pour 50-51 » ( ?), Projets adressés au SGCI par l (...)

138La Grande-Bretagne est demandeur et on apprend qu’elle a déposé vingt-neuf projets pour $ 7 millions en février 1950141. La concurrence existe mais les crédits américains ne sont pas épuisés par les propositions conjointes des Français et des Anglais.

L’ECA discute les projets

139L’ECA fait ses enquêtes, en Afrique du Nord, au Maroc surtout, et en Afrique noire (voyage de Stott et de Perguson en Afrique en septembre 1949) avant de répondre. La mission Stott-Ferguson revêt une importance très grande et Hannigan, mandaté par l’ECA-France, s’installe en permanence à Alger où sa présence suscite quelques remarques du SGCI.

  • 142 F 60 ter 406, 6 mai 1950, Montrémy à SGCI, projets territoires d’Outre-Mer ; F 60 ter 406, 9 mai 1 (...)

140Des projets français, l’ECA repousse celui de la Cie Générale des Oléagineux Tropicaux (CGOT) pour la culture de l’arachide en Casamance pour cause d’imprécision. Un projet identique du gouvernement britannique sur les arachides a échoué, l’ECA est prudente. Elle s’étonne qu’aucune plantation n’ait été faite en 1949. On lui répond qu’il faut planter après les premières pluies au 15 juin, or les tracteurs américains sont arrivés en avril pour défricher. Il est impossible de planter à temps. La CGOT obtient tout de même des dollars libres sur les ressources françaises. Les Français retirent le projet CGOT, celui des Mines de l’AEF et du Canal de Pangalanes à Madagascar142.

  • 143 F 60 ter 406, juin 50, « Projets présentés pour financement sur le pool TOM 1949-50 » ; CE 75, RV, (...)

141En juin 1950 on y voit plus clair143.

Tableau 101. Projets français sur le pool TOM 1949-1950 de 20

Tableau 101. Projets français sur le pool TOM 1949-1950 de 20
  • 144 F 60 ter 444, 15 septembre 1951, Cusin, « Note sur les questions de l’aide américaine aux Etats As (...)

142La valeur des projets français approuvés par l’ECA sur le fonds spécial TOM 1949-1950 a atteint $ 4 millions144. Finalement ces projets ne sont pas du seul domaine minier, même si 76 % du fonds y sont consacrés. Cette particularité était très intéressante par rapport au processus de développement économique et social des TOM. Elle dénotait une évolution de l’ECA.

143A l’aide ERP en dollars, à l’aide spéciale pour le développement des matières premières s’ajoutaient donc les $ 4 millions du fonds spécial 1949-1950 pour le développement des territoires d’outre-mer.

L’incitation au développement : le fonds spécial de $ 28 millions (1950-1951) au profit des TOM français

144Après l’annonce du point IV en janvier 1949, long à se concrétiser à travers l’aide technique et le fonds spécial TOM 1949-1950, après les affres de la Corée dans l’été 1950, les Etats-Unis et leur Président sont particulièrement sensibles aux questions de développement dans la mesure où tout le monde se rend compte que la misère génère le communisme. Paradoxalement, c’est sans doute la peur du communisme qui incite les Occidentaux à faire des efforts de développement. « La stagnation économique est l’avant-garde de la conquête soviétique » dit Truman.

  • 145 F 60 ter 409, PE FAY, Washington, 23 mars 1950, direct. des approv. aux Etats-Unis, services des p (...)

145Les observateurs du Congrès montraient que les parlementaires américains accordaient davantage d’attention au développement des territoires d’outremer en 1950 que l’année précédente145.

  • 146 F 60 ter 502, SGCI, n° 409, 15 mai 1951, TCT.
  • 147 F 60 ter 359, n° 563, 10 juillet 1951, TCT à Finances ; B 18221, TCT, n° 409, 15 mai 1951, à Parkm (...)

146C’est pourquoi, en plus de l’aide ERP, l’ECA accorde, sous forme de dons, $ 28 millions pour les seuls TOM français au titre de 1950-51146, le 26 juin 1951147.

147La somme est considérable et brutalement augmentée par rapport à celle de l’an passé ($ 4 millions). Elle compense un peu la diminution régulière de l’aide ERP comme si le Congrès poursuivait le plan Marshall dans les territoires d’outre-mer malgré son interruption en Europe. On avait même parlé au départ de $ 45 millions. L’ECA accepte de financer $ 28 millions de projets français dont 8,060 au Maroc, 9,455 en Algérie, 10,520 dans les TOM.

148Parkman, chef de la mission ECA-France, se déplace en personne en Afrique du Nord pour expliquer les nouvelles procédures d’utilisation de l’aide spéciale aux TOM. Il visite évidemment les grands équipements réalisés par l’aide Marshall et fait savoir aux autorités locales « l’admiration qu’il ressentait devant l’effort entrepris ». Parkman, Hannigan et Strauss repèrent les projets mûrs pour le financement, trouvent des équipes dynamiques au Maroc, s’enthousiasment pour une usine à papier à partir de l’Alpha d’Algérie, prennent connaissance des projets d’adduction d’eau à partir du Chott Chergui.

  • 148 F 60 ter 410, Alger le 20 octobre 1950, R. Vaurs à A Dutheillet, « Mission Parkman, Hannigan, Stra (...)
  • 149 CE 69, DGAEF, coop. écono., n° 133, à FOM, 25 janvier 1951, a/s « Missions d’experts de l’ECA en A (...)

149Les Français ont de vastes projets ; il rêvent de créer des oasis artificielles impressionnantes : « Tu n’ignores pas, ayant vécu en Afrique du Nord, combien les esprits sont frappés par l’aspect miraculeux de ces sources que nos ingénieurs arrivent à créer dans les pays les plus arides » écrit R. Vaurs à H. Dutheillet. Quant aux Américains, ils sont très frappés par deux projets de lutte contre l’érosion de sols en Tunisie et la création de coopératives agricoles148. De Chetelat part étudier les projets de matériaux stratégiques en Mauritanie (cuivre d’Akjout et fer de Fort Gouraud), en AEF (étain et colombo-tantalite de l’Air et du Hoggar, diamants du Niari) 149. L’intérêt pour le développement des matériaux stratégiques n’est pas tombé, mais il se double d’un souci de prendre en charge des investissements macro-économiques.

Les conditions d’emploi du fonds

  • 150 B 34135, Labouisse au Président du Conseil, 27 octobre 1951.

150Le mode d’emploi du fonds de $ 28 millions est nouveau. L’ECA finance 50 % du coût des projets qu’elle accepte, le reste devant l’être par la France. La contre-valeur des $ 28 millions est obligatoirement affectée aux projets TOM, comme en avait décidé un échange de lettre Parkman-de Margerie du 20 avril 1951 (9,3 milliards FF), que les dollars soient ou non utilisés pour ces projets150.

  • 151 F 60 ter 358, 998, A. Dutheillet à DF, Rabat, Alger, Tunis, « Utilisation du fonds spécial ECA pou (...)

151Pourquoi ce fonds spécial en dollars ? L’ECA aurait tenu compte des critiques française sur la difficulté de financer un projet de développement uniquement avec des dollars151, d’après le SGCI. Elle renforçait à la fois l’effort d’investissements dans les territoires d’outre-mer et l’équilibre de la balance dollar de la France. Elle avait reconnu aussi qu’il était plus intéressant d’accélérer certains projets plutôt que d’en lancer d’autres.

  • 152 F 60 ter 408, B. de M. à Parkman, le 15-12-1950 ; SGCI ? 10 juillet 1951 ; exemple le projet algér (...)

152Le gouvernement français présente une liste de projets de développement inconditionnels (programme ordinaire sur fonds budgétisés) et conditionnels dont la réalisation dépend d’une aide complémentaire en francs français (ou/et en dollars) de l’ECA égale au moins à la moitié de la valeur du programme supplémentaire152. Désormais les fonds de contre-valeur étaient offerts gratuitement aux utilisateurs des territoires d’outre-mer.

  • 153 F 60 ter 408, 21-2-1951, de L. Périllier à AE, « Projet d’équipement avec participation financière (...)

153De cette façon les autorités des territoires d’outre-mer, celles de Paris et l’ECA décidaient ensemble de l’avenir économique des colonies et territoires sous tutelle153. Une sorte de cogestion économique franco-américaine des colonies et territoires se réalisait.

Les projets sur le fonds spécial de $ 28 millions

  • 154 F 60 ter 408, lettre du GG Algérie, 25-11-1950, n° 2507, AE/PR 1 à SGCI. B 34135 qui donne les val (...)

154En Algérie, les services du Gouvernement Général présentent à l’ECA cinq projets impossibles à financer par les seules ressources locales154. L’ECA pousse à l’action et propose même des crédits sur les 5 % de la contre-valeur, propriété américaine.

Tableau 102. Projets présentés et retenus pour l’Algérie sur le fonds spécial TOM de $ 28 millions (1950-1951)

Tableau 102. Projets présentés et retenus pour l’Algérie sur le fonds spécial TOM de $ 28 millions (1950-1951)

155Les Français avaient présenté FF 6.100 millions de projets. Ils obtiennent une approbation pour la moitié d’entre eux. L’ECA a refusé beaucoup de projets liés à l’amélioration des conditions de vie dans les campagnes : Oued Agrioun, (Pétrole), Oued Gueterimi, Chott Chergui (captage des eaux), Oasis sahariennes, Périmètres irrigables, Défense et restauration des sols.

  • 155 F 60 ter 359, 815, 6 octobre 1951, TCT à Labouisse.

156Craignait-elle une trop grande dispersion de l’effort financier ou la non rentabilité politique de l’opération ? Comme en Métropole, l’ECA veille à ce qu’on sache d’où proviennent les fonds. Le SGCI doit signaler aux fellahs « l’importance du concours apporté par les Etats-Unis pour le financement des achats de matériel »155.

157Au Maroc, comme en Algérie, l’administration tente de faire financer des projets d’aménagement agraire et urbain, à résonance politico-économique, retardés par manque de moyen : défense et restauration des sols, petite et moyenne hydraulique, habitats à Casablanca, stockage de céréales, chaîne du froid à Marrakech, à côté de grands équipements : Charbon de Djerada, frigorifiques à Marrakech, silos à céréales.

  • 156 F 60 ter 408, service du budget, Rabat, 7 février 1951, « Note relative à l’aspect financier du pl (...)
  • 157 F 60 ter 408, 6 mars 1951, Lamy, Rabat à Dutheillet, SGCI.
  • 158 CE 334, « Fonds spécial de développement des TOM. demande de prêts du Maroc ».

158Le Maroc a d’immenses besoins de développement que l’administration du Protectorat a bien du mal à satisfaire. En 1949, dans le secteur public, un plan de quatre ans de FF 135 milliards avait été établi mais le rythme des investissements n’avait pu être tenu. L’aide spéciale américaine tombait à point156. La Résidence formule une demande d’aide supplémentaire au titre du fonds spécial TOM de 3,647 milliards FF157. L’ECA n’alloue que FF 2,831 milliards, car elle refuse certains financements, comme un hôpital à Rabat, l’avant-port de Casablanca, l’électrification de Rabat, la défense et restauration des sols158. Les choix négatifs de l’ECA portent sur le paysannat et la ville de Rabat, relativement privilégiée, par rapport à Casablanca qui prend l’allure d’une cité de toutes les aventures.

  • 159 F 60 ter 502, 20 avril 1951, « Tableau comparatif entre les demandes faites à l’ECA au titre du fo (...)

159Les choix américains sont l’objet d’une exploitation par les autorités française dans la guerre de propagande qui les oppose aux Américains du Consulat, afin de montrer qui défend vraiment l’intérêt des Marocains. Les actions d’aménagement agricoles n’intéressent pas l’ECA, au Maroc comme en Algérie159. L’ECA privilégie les grands équipements et ceux qui répondent aux risques d’une explosion sociale à Casablanca.

Tableau 103. Liste des projets acceptés par l’ECA au Maroc sur le fonds spécial TOM de $ 28 millions (1950-1951), avril 1951

Tableau 103. Liste des projets acceptés par l’ECA au Maroc sur le fonds spécial TOM de $ 28 millions (1950-1951), avril 1951
  • 160 Exemple : Djerada est un projet de 800 millions FF, financé à hauteur de 315 + 242,5 millions FF p (...)

160Ces projets sont financés aussi par la France ou le Maroc selon les principes prévus160 par l’ECA.

161En Tunisie, au début de 1951, Louis Périllier compte sur cette aide supplémentaire pour financer des projets en panne : aménagement hydroélectrique de la Medjerdah, défense et restauration des sols, amélioration des cultures traditionnelles.

  • 161 Irwin Wall, L’influence américaine sur la politique française, 1945-1954, op. cit ; voir bibl. n°2 (...)
  • 162 F 60 ter 359, n° 588, 25 juillet 1951, TCT à ministre du Budget, « Fonds spécial TOM ».
  • 163 CE 69, DGAEF, CE, 12 avril 1951, note pour l’amb. SG ; « Missions des fonctionnaires américains de (...)
  • 164 F 60 ter 408, Ehrhard, direction du plan, direction générale des finances à FOM, « Fonds spécial d (...)

162Cependant, en raison des tensions politiques dans le territoire, en raison du soutien officieux des Américains aux indépendantistes tunisiens, ces réalisations risquent de profiter politiquement aux seuls Américains. Louis Périllier est moins réformateur que Mons, et le Résident accuse le consul américain John Jernegan d’avoir eu des rencontres secrètes avec Salah ben Youssef en novembre 1950161. Pour ces raisons on hésite à faire financer le développement tunisien sur les fonds américains de quelque origine qu’ils soient. En toute conscience donc, aucun projet n’est présenté à l’ECA162, pour éviter toute interférence américaine supplémentaire dans la partie de bras de fer qui se déroule entre la France, les États-Unis et le Néo-Destour.Les Français comptaient beaucoup sur l’aide spéciale pour renforcer leur action en Afrique noire, mais les faits n’ont pas toujours suivi les intentions163. Le FIDES pouvait-il offrir la part française requise ? Certains fonctionnaires trouvaient que les TOM coûtaient cher164 !

Tableau 104. Demandes sur le fonds spécial TOM de $ 28 millions 1950-1951 et allocations consenties à l’Afrique Noire

Tableau 104. Demandes sur le fonds spécial TOM de $ 28 millions 1950-1951 et allocations consenties à l’Afrique Noire

163Convertie en francs français l’allocation se monte à FF 3.682 millions.

  • 165 Un dollar vaut environ 350 F ; $ 28 millions x 350 F.

164Le total des sommes allouées en francs par l’ECA (9,8 milliards FF) correspond bien à la contre-valeur des $ 28 millions de l’aide spéciale TOM 1950-1951165. Elles s’ajoutent à l’aide ERP ordinaire ou aux précédents fonds spéciaux matières premières.

165La tendance de cette aide montre que l’ECA/MSA incite la Métropole à accroître son effort d’équipement dans les territoires d’outre-mer. L’ECA/ MSA émet des préférences, mais elle ne propose pas de projets venus de Washington. Ce n’est pas l’administration américaine qui administre la France d’Outre-mer contrairement à certaines craintes. Mais son veto sur certains projets les voue à disparaître en raison de la faiblesse financière française.

166A une période de ratissage des richesses minières par les Etats-Unis succède une période d’incitation au développement des territoires d’outre-mer, au moment où les ressources dollars et de contre-valeur de la Métropole s’affaiblissent. Français et Américains contribuent d’abord au développement économique du Maghreb. Il n’y a aucune volonté de corriger le sous-développement accentué de l’Afrique noire. Madagascar est dramatiquement oubliée depuis 1948. La notion classique de centre à partir duquel se diffuse le développement et de périphérie plus ou moins bien servie se vérifie là aussi. L’action de la France et des Etats-Unis renforce les inégalités de développement.

167A travers les choix des objectifs de développement de l’administration américaine, on a le sentiment que les Etats-Unis veulent inspirer confiance aux nationalistes urbains qui vont prendre la relève. Créer des logements à Casablanca c’est rassurer l’Istiqlal anticommuniste, c’est lutter contre la misère et contre les marxistes marocains ; abandonner les campagnes maghrébines, contrairement aux souhaits des Français, c’est laisser le colonisateur face à la question agraire, mais c’est estimer que la révolution ne viendra pas du bled.

Les Américains changent à nouveau de politique à partir de 1952

  • 166 CE 75, p. 71 ; et CE 335, SGCI, n° 149, 16 janvier 1952, à MAE ; F 60 ter360, 411, 14 février 1952 (...)

168Y aura-t-il un fonds spécial TOM de $ 29,4 millions en 1951-1952 comme le croyait le Quai d’Orsay en avril 1951 ? L’administration française propose dans l’été 1951 des programmes ambitieux pour les territoires d’outre-mer qui ne se réalisent pas. Le Congrès n’a pas reconduit l’effort de l’année précédente166.

  • 167 F 60 ter 406, [documents sur le fonds spécial dans les différents territoires], non datés, autour (...)

169Les Français proposaient167 un programme ambitieux de $ 80 millions u. c. dont l’essentiel allait à l’Afrique du Nord.

  • 168 CE 06, OW JMS, 9 mai 1953, à Washington, 5661-62, « Prêts de la BIRD aux TOM » ; CE 06, C. de M. 1 (...)
  • 169 CE 69, SGAEF, 28 octobre 1954, n° 321. Note de M. Testa a/s « Emprunt sollicité par EEM à la Bird  (...)

170Mais l’administration américaine considère désormais que son action doit compléter celle de la BIRD, de l’Eximbank ou des investisseurs privés. La BIRD prête $ 7,5 millions en juin 1954 à l’Office central des chemins de fer de la FOM pour l’achat de 35 locomotives diesel. En mai 1953, elle refuse une partie des projets du Gouvernement général d’Algérie, retient l’électrification et repousse l’irrigation168. Energie Electrique du Maroc parle de demander un prêt à la BIRD, mais les services français refusent car ils ne veulent pas alourdir la présence américaine au Maroc à travers la Banque mondiale169. L’échec de certains projets auprès de la BIRD incite cependant l’administration américaine à envisager un nouveau soutien économique.

  • 170 CE 75, p. 74, juillet 52 ; CE 336, 22 juillet 1952, CE à Guillaume, a/s « Aide américaine aux TOM, (...)
  • 171 CE 336, MC, 5 juillet 1952, CE, a/s « Aide américaine aux TOM ».
  • 172 CE 75, MC, 23 juillet 1952, MAE à M. le général d’armée Guillaume, RG de France au Maroc, « Aide U (...)
  • 173 CE 336, Note établie par Jo. Saxe, février 52, et remise à M. de Camaret.

171Une action américaine spécifique existe encore mais elle est résolument marquée par l’idée de la défense mutuelle plus que par celle du développement des économies sous-développées. Il faut promouvoir la production de matières premières nécessaires à l’exécution du programme de sécurité mutuelle ($ 19 millions à l’Europe) et d’aide technique ($ 15,5 millions dont $ 5 millions pour les TOM)170. Les Etats-Unis disposent en 1952 de trois moyens pour intervenir dans les TOM : l’aide technique aux TOM de $ 5 millions171 qui contribue à élever le niveau de vie des populations locales ; le Basic Materials Fund de $ 19 millions pour l’ensemble des TOM européens, adapté à la production de matières premières de base ou à l’achat d’équipements ; les fonds de la DMPA pour l’achat et la production de matériaux stratégiques172. La DMPA, en février 1952, avait offert son soutien aux projets suivants173 :

Tableau 105. Projets DMPA pour 1952-1953, liés à l’exploitation minière

Tableau 105. Projets DMPA pour 1952-1953, liés à l’exploitation minière

172La part du développement économique propre à satisfaire les populations locales est très mince. L’essentiel porte sur les richesses minières de l’Afrique, comme si le fonds spécial TOM de $ 28 millions de 1950-1951 avait été une parenthèse.

173Les Français font des contre-propositions en juillet :

Tableau 106. Projets français utilisant si possible l’aide technique et le Basic Material Funds pour 1952-1953

Tableau 106. Projets français utilisant si possible l’aide technique et le Basic Material Funds pour 1952-1953
  • 174 CE 336, 16 octobre 1952, note remise à M. Pflimlin par M. Dommel, SGCI, avant son entretien avec M (...)
  • 175 CE 336, MC/Fn, 12 décembre 1952, CE, « Projets présentés à la MSA ».
  • 176 CE 336, « Note sur la participation de la Tunisie au bénéfice de l’aide américaine spéciale aux TO (...)

174Ce programme est modifié en septembre 1952. On y introduit des projets pour l’Afrique du Nord. La ZOIA s’y taille une place importante pour $ 1,380 millions174. En décembre 1952, l’aide demandée à la MSA atteint 7,5 milliards FF175 ; la Tunisie est réintégrée dans les projets de développement à la demande des Etats-Unis qui accusent la France d’erreur politique. On reprend des projets établis les années précédentes et non financés : coopératives agricoles, silos, restauration des sols, hydroélectricité ; irrigation de la Medjerdah, mines privées, mais l’administration française refuse toujours la venue d’experts américains en Tunisie176 :

Tableau 107. Demandes françaises d’aide à la MSA, décembre 1952

Tableau 107. Demandes françaises d’aide à la MSA, décembre 1952
  • 177 Les dollars peuvent servir à n’importe quoi, mais leur contre-valeur sert obligatoirement à la pro (...)

175Pour 1952-53, les Français comptent sur des crédits d’aide technique de $ 4 millions, sur les $ 20 millions du Basic Material Fund pour l’Europe et les territoires d’outre-mer177. Leur programme est ambitieux par rapport aux fonds américains disponibles.

  • 178 CE 336, SGCI, DD n° 1603, 5 août 1952, à MAE.
  • 179 CE 336, 27 janvier 1953, MC à Frondeville I. des mines D des TP.
  • 180 CE 336, 22 août 1952, Guillaume à R. Schuman, SG du protectorat, n° 1813, Georges Hutin, « Aide am (...)

176Le SGCI croit que les Américains veulent concevoir un développement intégré dans les territoires d’outre-mer : produire des matières premières certes mais développer aussi les structures économiques et humaines178. La MSA leur répond en octobre 1952 qu’elle ne veut financer que des projets marocains pour $ 10 millions soit 3,5 milliards FF179. Elle privilégie désormais le pays qui lui importe le plus stratégiquement. Les services s’en étonnent encore et souhaitent en discuter avec Dulles et Stassen en visite à Paris en janvier 1953. Ingénument le Résident général Guillaume se demande pourquoi les Américains insistent tant sur le Maroc qu’il est difficile de considérer « comme un pays économiquement arriéré dont le développement devrait faire l’objet d’une effort spécial »180.

  • 181 CE 336, MC, 30 décembre 1952, à M. Hirsch-Givin Finex : Paul Hoffher, FOM, 29 janvier 1953, AE 112 (...)

177En fait Saxe avait répondu. Les critères de sélection d’un projet étaient désormais fonction de l’intérêt du projet pour les Etats-Unis (l’uranium par exemple), la distance par rapport aux Etats-Unis (la plus courte possible), et le délai de réalisation (le plus rapide possible). On voit mal alors le Basic Material Fund accepter l’amélioration de l’élevage au Tchad181.

Conclusion

178L’aide américaine aux territoires d’outre-mer avait diminué : $ 28 millions en 1951 et $ 8 millions en 1953. La FOA qui succède à la MSA pour la gestion de l’aide à l’étranger, veut faire confiance au capitalisme privé américain pour participer au développement des territoires d’outre-mer. A partir de 1952, on ne sent plus l’esprit du point IV dans les actions de l’administration américaine dans les territoires d’outre-mer français. A peine l’a-t-on senti en 1950-1951. Une crispation sur la recherche de matières premières est à nouveau perceptible. Les Américains retournent à une participation sélective aux projets de développement, comme s’ils reconnaissaient l’immense difficulté à développer les pays pauvres, comme si pour l’administration Eisenhower la préoccupation n’était plus celle du point IV mais la sécurité immédiate du monde occidental.

  • 182 Chapitre 14.

179Globalement, l’aide ordinaire dont nous avions mesuré l’importance financière182, $ 287 millions et 63,9 milliards FF de contre-valeur, était insuffisante pour moderniser et créer les équipements dont les territoires d’outre-mer avaient besoin. Les aides spéciales ont apporté une contribution non négligeable en faveur de la modernisation, en particulier l’aide spéciale TOM de 1950-1951 de $ 28 millions u. c, plus que les aides en dollars et en francs pour le développement des matériaux stratégiques.

Tableau 108. Aides ordinaires et spéciales aux TOM en francs et en dollars, 1948-1952

Tableau 108. Aides ordinaires et spéciales aux TOM en francs et en dollars, 1948-1952

180L’administration française a tout fait pour obtenir un maximum d’aide américaine, qu’elle soit destinée à la production des matières premières ou au développement économique et social des territoires d’outre-mer. La chute de l’Indochine a forcément un écho dans les services. Les hommes les plus passionnément attachés à l’empire, comme Roland Pré ou Eirik Labonne disent que la Métropole a pour mission nouvelle et exaltante de participer au développement des territoires d’outre-mer. D’autres comme René Mayer laissent entendre qu’un partage du fardeau avec les Etats-Unis et les autres Européens serait la meilleure solution. Mais la France a préféré dans certains cas renoncer à cette aide (en Tunisie) quand ses intérêts politiques étaient menacés. Le Maroc est dans une situation particulière. Des groupes de pression privés et des administrateurs de la Résidence sont résolument tournés vers la coopération intense avec les Etats-Unis en dépit des gifles diplomatiques que reçoit la France. L’Algérie et la Tunisie sont davantage « défendues » à l’influence américaine que le Maroc.

  • 183 In AMF 11/7/3, 1er décembre 1948, CGP, P. Uri, à Président du Conseil, M. des Finances et des Affa (...)
  • 184 J. Marseille, op. cit. Voir bibl. n° 248 ; p. 275.

181Les Français ont bien l’intention de conserver les territoires d’outre-mer parce qu’ils expriment la puissance française et donc d’y investir. Pour de hauts fonctionnaires des Finances ou du Quai d’Orsay, c’est le prix à payer pour assurer le rayonnement mondial de la France. P. Uri écrit en décembre 1948 que la « France doit prendre conscience des obligations que comporte sa vocation impériale... la France sera digne de conserver les territoires qui lui sont confiés »183. Le développement répond à cet objectif de puissance. Mais dans les faits, priorité reste à la France puis à l’Afrique du Nord. Les gouvernements acceptent d’entrer dans le jeu du développement privilégié des matériaux stratégiques, à défaut de pouvoir modifier les comportements américains. Il n’y a pas de stratégie d’industrialisation de l’empire pour renforcer le capitalisme français, comme le note J. Marseille qui se demande pourquoi s’accroissaient les exportations de matières premières vers la Métropole et la zone dollar184. La réponse est à chercher dans la ruée américaine sur les matériaux stratégiques de l’empire à la faveur du plan Marshall et sur les espoirs de coopération financière franco-américaine caressés par certains industriels (Zellidja), certains banquiers français (Lazard), et des hommes politiques (René Mayer). Ils anticipaient plus intuitivement que consciemment (au Maroc par exemple) la décolonisation.

  • 185 Relations Internationales, n° 7, automne 1976, C. Coquery-Vidrovitch, « L’impérialisme français en (...)
  • 186 Relations Internationales, n° 34, été 1983, « La coopération internationale en Afrique noire, 1942 (...)

182Pourtant l’Etat français a tenté de développer les territoires d’outre-mer, même si son effort fut insuffisant. La notion d’impérialisme ne peut rendre compte des efforts de la France pour développer ses territoires d’outre-mer, à moins d’imaginer une sorte d’impérialisme du désespoir, propre à pousser coûte que coûte la métropole à investir pour maintenir l’empire. Certains bons auteurs se tiennent à cette idée185. Le terme de néocolonialisme éclairé employé par M. Michel est sans doute préférable186, car « l’établissement » politique a des doutes sur la présence française dans les colonies. Une interprétation faisant de la France le fourrier de l’impérialisme américain ne résiste pas aux faits. Trop de témoignages démontrent que le gouvernement français se méfiait de l’ECA ou des commerçants et industriels américains dans les colonies. En revanche il a manœuvré au plus juste pour faire payer le développement des territoires d’outre-mer par les Américains. L’Etat investit dans l’Union française par devoir plus que par enthousiasme. Il n’y a que Labonne ou Pré pour rêver d’une « dernière frontière » saharienne. En 1952-1953, c’est le prix à payer pour pouvoir compter dans le monde atlantique. En 1956, ce sera le prix à payer pour jouer un rôle dans le Tiers-Monde.

183Et la prise en compte des peuples dépendants ? Des Américains et des Français, il faut remarquer que ce sont les Français qui proposent tout compte fait un programme de modernisation et d’équipement cohérent, mais tardif et insuffisant. Ce sont les administrations françaises qui se préoccupent, trop tard certes, du sort des populations rurales d’Afrique du Nord, des adductions d’eau, de la défense contre l’érosion. La politique américaine vis-à-vis des territoires d’outre-mer français a été brouillonne et décousue. Le point IV a représenté un espoir de développement cohérent, or cette politique n’a été poursuivie que durant un an : 1950-51. Dans le fond, les Américains étaient sensibles à trois problèmes : celui de la production de matériaux rares pour l’économie américaine, celui du libre accès de leurs produits et de leurs capitaux aux marchés coloniaux et celui de la lutte contre la subversion communiste. Ils n’ont pas pris la mesure des questions de sous-développement en Afrique, alors qu’ils avaient les moyens d’y remédier. Les Américains critiquent l’action des Français dans les colonies, soutiennent officieusement mais de façon voyante les nationalistes tunisiens et marocains, s’érigent en donneurs de leçons politiques et économiques, s’imaginent remplacer les Français. En fait ils élaborent à la petite semaine leur politique en Afrique. S’ils ont eu l’intuition généreuse du plan Marshall pour l’Europe, on mesure leurs retards conceptuels à propos de l’Afrique.

184Une solution pour mener le développement des territoires d’outre-mer a été envisagée sans avoir été sérieusement mise en œuvre, celle de l’intervention conjointe des Européens en Afrique. La crispation des gouvernements français à partir de 1951 l’écarta parce que le personnel politique français s’accrochait, malgré tous les démentis cinglants, au mythe de la puissance par l’Empire. Un retournement de politique se produisit en 1956 grâce au Front républicain qui imposa l’entrée des territoires d’outre-mer dans le Marché commun.

185L’aide américaine aux territoires d’outre-mer français, sous sa forme ERP ou spéciale fut décevante par rapport aux immenses besoins de développement économique et social du monde colonisé. Les Français ont choisi d’abord de reconstruire et de moderniser l’économie française, les Américains de répondre à leurs intérêts économiques et politiques.

Notes

1 La contre-valeur est constituée de deux parties, 95 % vont au compte spécial géré conjointement par l’ECA et les Français, 5 % sont utilisables souverainement par l’ECA.

2 F 60 ter 357, n° 118, SGCI, PPS à DFE, sous-commission franco-américaine des produits stratégiques.

3 F 60 ter 395, tel 15 février 1949, Bonnet.

4 CE 334, p. v. du mercredi 1er septembre 1948, « Sur les achats de matières premières par les USA », rédigé par les Finances, service de l’AFN pour M. Vaurs, MAE DG AEF, coop. économique, Yrissou, 17 industriels français, Bruce, Just, Reed, Jolis, Robinson.

5 F 60 ter 395, C. r. réunion du 23 octobre 1948, Yrissou ; « C. r. réunion du 6 novembre 1948 sur les matières premières stratégiques, Just, Reed, Jollys, Vaurs, Demongeot, Peccia Galletto, Faye ».

6 F 60 ter 357, PPS à AE, « Evacuation du manganèse de l’Atlas », PPS à Bruce, 824, 21 avril 1949.

7 CE 75, 14 mai 1949, H. Alphand (RV) à Rabat.

8 52 J 84, « Conférences franco-britanniques sur l’extension de la coopération en Afrique », 17 février 1948, ouverte par Coste-Floret.

9 John Kent, Bevin’s Imperialism and the idea of Euro-Africa, non publié, dactylog.

10 CE 49, « Produits stratégiques », 24 août 1948, source ? auteur ?

11 CE 69, RV, coop. éco. décembre 1948, « Note pour le Président », H. Alphand « a/s vente de matières premières stratégiques pour le gouvernement des Etats-Unis, graphite ».

12 CE 49, Baraduc, 18 novembre 1948 à Washington.

13 CE 49 A, Bérard à R. Schuman, 17 septembre 1948, n° 2004, « a/s matériaux stratégiques ».

14 CE 69, Baraduc, CE à ambassade de France à Washington, n° 2911, « Position du gouvernement français sur l’utilisation de la CV de 5 % ».

15 1. F 60 ter 396, « Note sur la procédure d’utilisation des sommes débloquées au titre des matériaux stratégiques », autour du 1 T 1949, SGCI ? ou Finances ? ; B 34135, « Affectation du déblocage des 10 milliards pour le recherche de matières premières », 19 février 1951, SGCI n° 175, à ministre des Finances, Boyer ; F 60 ter 396, ECA Parkman à B. de M., 1er février 1951. Ces 10 milliards se retrouvent dans les tableaux de la contrevaleur présentés au chapitre 14, tableau n° 89.

16 F 12 10323, SGCI, 13 novembre 1948, C. r. réunion du 9 novembre.

17 CE 75, Bonnet, Washington, 15 février 1949, n° 42, DET, « a/s financement des projets d’équipements pour les territoires d’outre-mer ».

18 CE 49, Bonnet, 23 octobre 1948, 20 h 36, n° 353, DET 4450/53 ; 27 octobre Bonnet, 21 h 27 4471-85, n° 358 DET.

19 F 60 ter 395, Lettre de juin, 1er décembre 1948 à Schuman.

20 F 60 ter 357, 334, 13 novembre 1948, PPS à Bruce.

21 CE 50, Coop économ., 16 novembre 1948, « Note sur l’utilisation du fonds d’équipements de 25 millions $ pour matériaux stratégiques ».

22 « Tableau des projets français de développement de la production de matériaux stratégiques », in CE 334 Coop, écono., 16 mai 1949, à ambassade de France à Washington, par courrier ; RV 16 novembre 1948, note, « Utilisation du fonds d’équipement de 25 millions $ pour l’augmentation de la production de matériaux stratégiques ».

23 F 60 ter 412, B. de M. 16/11/1949, n° 1587, à Bingham.

24 F 60 ter 357, 1592, 15 novembre 1949, B. de M. à Bingham, « Recherches minières au Cameroun ».

25 CE 75, RV coop. économique, 31 décembre 1948, à Washington, « Projet d’une société d’étude en vue du financement privé en devises étrangères du programme de développement économique des TOM ».

26 F 60 ter 357, n° 471, 11 janvier 1949, note pour le président, de PPS, « Financement privé en devises du programme de développement économique et social des TOM ».

27 CE 75, RV coopération éco., 3 janvier 1949, n° 1, P. Baraduc, note pour M. Clappier.

28 CE 49, Bonnet, 27 octobre 1948, 21 h 27, 4471-85, n° 358 DET ; BA, 44-52, 256, février 1949, origine non indiquée, ambassade de France Washington.

29 CE 49, Baraduc, 18 novembre 1948, à Washington et Londres.

30 F 60 ter 396, R. Bernière, administrateur de la NAP, 2 décembre 1948.

31 F 60 ter 397, Note à Alphand du 16 mars 1949, Vaurs, « Accord Zellidja-NAP/ECA ».

32 F 60 ter 397, Juin, 4 avril 1949, à R. Schuman.

33 F 60 ter 357, n° 674 b, le 16 mars 1949, PPS à Herrenschmidt, directeur du CN.

34 F 60 ter 357, n° 714, 27 mars 1949, PPS à C. Valensi.

35 F 60 ter 357, 9 mai 1949, PPS à Horace Reed, 889, « Accord conclu ECA, SNAP ».

36 F 60 ter 357, 897, Dutheillet à Valensi, 10 mai 1949.

37 F 60 ter 395, Note pour Alphand, Coop, économ., s. d., « Sur les $ 25 millions », autour de mai 1949.

38 CE 334, CE, 16 mai 1949, à ambassade de France Washington.

39 F 60 ter 395, tel AE à Bonnet, 16 mai 1949. CE 334 OW, CE, mai 1949, Note pour M. Alphand, « Position du gouvernement français au sujet de l’utilisation du crédit non alloué de 25 millions $ pour le développement de la production de matériaux stratégiques ».

40 F 60 ter 397, J. Lacaze, 6 janvier 1950.

41 F 60 ter 397, RV 28 /7/50, note pour le président, « a/s matériaux stratégiques, avance en francs de l’ECA à Zellidja ». F 60 ter 358, 729, 26 juillet 1950, « Projet de communiqué de presse ».

42 F 60 ter 358, 681, 7 juillet 1950, « Problème de la NAP, contrat du 9 février 1949 ».

43 F 60 397, B. de M. à Timmons n° 681, 7 juillet 1951 ou 1950 ; F 60 ter 357, 126, 27 janvier 1950, Note pour Alphand de B. de M.

44 F 60 ter 397, SGCI, projet de lettre à Bruce, 20 janvier 1950.

45 F 60 ter 399, DT 23 mai 1950. Note pour le ministre, Bloch-Lainé, Guindey, Petsche a approuvé le 25 mai, « Projets de prêts de l’ECA à la CMOO ».

46 F 60 ter 357, 1261, 1er septembre 1949, PPS à Bingham.

47 CE 75, 27 juin 1950, à FOM, n° 2040.

48 F 60 ter 398, 21 septembre 1951, Parodi à Bruce, « Prêts SMAG (ONA) ».

49 F 60 ter 403, 22 septembre 1949, A. Dutheillet à Junqua ; 24-10-1949, PPS à Bingham, n°1471.

50 F 60 403, 11 août 1949, secret, à SGCI.

51 F 60 ter 403, Société des graphites de la Sahanavo, Tananarive, le 23-10-1950, à ECA De Chetelat.

52 F 60 ter 403, B. de M. ; 13 novembre 1950 à FOM.

53 F 60 ter 396, C. r. réunion samedi 12 août 1950, ECA et SGCI.

54 F 60 ter 403, lettre du 10 août 1951 à Bruce.

55 CE 69, MC, 2 juillet 1953, note pour la cabinet du ministre, « a/s vente de béryl au gouvernement américain ».

56 Le Niari est une rivière à l’Ouest de l’actuelle République du Congo, affluent de rive droite du Zaïre.

57 L’EMAC est née en 1939 du regroupement de la Cie Minière du Congo Français (CMCF) et de l’Anglo American Corp. of South Africa.

58 F 60 ter 402, dossier 11721, « Contrats EMAC ».

59 La société est tenue à 25 % par le BUMIFOM et 43,25 % par des groupes américains, les mêmes que pour l’EMAC.

60 À la frontière sud de l’actuel Congo avec le Zaïre.

61 F 60 ter 401. AE coop, écon., 29 juin 1953. Note sur le cuivre et le diamant, « Visite d’un ingénieur de la DMPA en AEF ».

62 F 60 ter 395, DAEF, coop. économ., 28 avril 1953, exploitation du Mg au Gabon ; CE 06, DGAEF, 10 février 1953 à Washington, 1609-1611 ; actuellement le Gabon est un gros producteur de manganèse à Moanda, près de Franceville sur le site repéré dans les années 1950, 1,1 million t en 1987, 2e rang mondial.

63 CE 6, Washington, 20 février 1953, 21, 15, 1299/1318, Bonnet.

64 363 AP 25, 16 février 1953, confidentiel. Président du conseil à M. de la FOM.

65 F 60 ter 404, , C. r., réunion du 4 avril 1951, au SGCI « Points en cours de discussion pour les matériaux stratégiques » ; F 60 ter 400, « Contrats entre le gouvernement américain et la SMI », 25 mai 1951 ; Sadrin à CCFOM, 3 juillet 1951, « Financement du programme de prospection et de développement de la SMI ; Note sur l’état actuel des négociations SMI/ECA, 27 septembre 1950 ».

66 La Haute Sangha se trouve actuellement en République Centrafricaine, à l’Ouest du pays. À Berbérati en Haute Sangha, le diamant est actuellement exploité.

67 F 60 ter 400, projet de lettre à Bruce, 8 novembre 1950, et lettre définitive le 5-12-50, sur 140 millions FF à la Haute Sangha.

68 L’Oubangui marque la frontière entre l’ancienne AEF et le Congo belge, ou l’actuelle république Centre-africaine, le Congo, et le Zaïre.

69 F 60 ter 400, lettre des AE à Bruce sur le contrat UMA, 24 août 1951 ; sur la naissance de l’UMA : F 60 ter 395, « Dossier UMA ».

70 F 60 ter 407, « Dossier CMOO et Soredia ».

71 CE 75, 14 octobre 1952, MAE à MIC 1171.

72 F 60 ter 401, 30 juin 1952, avis favorable des Mines de l’AEF ; P. Pflimlin, FOM à Levesque SOCI, 18 juillet 1952, réf. contrat du 31 mai 1950 ; Lettre des AE du 20 octobre 1952 à Dunn, projet transformé en définitif le 10 novembre 1952, Parodi.

73 F 60 ter 401, 22 octobre 1953, AE direct AEF, « Déblocage des fonds accordés par la DMPA à CMOO contrat du 13 novembre 1952 ».

74 F 60 ter 403, ECA, 8 janvier 1949 ; F 60 ter 403, ECA à B. de M., 14 juin 1950, columbo-tantalite d’AEF ; la colombite ou colombium, ou niobium est associée au tantale, métaux rares. Le tantale est très dense.

75 F 60 ter 398, Bingham à B. de M. ; 6 juin 1950. Un accord est signé en janvier 1952 entre Clayton et la Compagnie minière de l’Orapu (Guyane française) pour des prospections de colombo-tantalite et de l’or ; in F 60 ter 407, 14 janvier 1952, coop. économique.

76 Constituée de la Newmont Mining Corp. et de l’Anaconda Copper Mining Company ; elle participe à l’EMAC déjà citée pour le Niari.

77 F 60 ter 405, P. Legoux à M. Gadilhe, 29-3-1951, n° 488. Mines, personnel.

78 Cette région est à cheval sur la frontière algéro-malienne, l’Aïr se trouve au Niger.

79 F 60 ter 405, B. Dutheillet à M. de Fiers, B. de l’Indochine, 19-10-1951.

80 Oxyde d’étain.

81 F 60 ter 404, réunion au SGCI du 6 avril 1951, De Chetelat, Dutheillet, Gordon, Vaurs.

82 CE 69, MC, 30 juin 1954, note pour l’ambassadeur Secrétaire général, « a/s aide américaine au territoire de Mauritanie ».

83 404 AP 26, « Note sur le ter de Mauritanie » le 30 octobre 1951, Devinat ?

84 F 60 ter 405, 25-4-1951, GG d’Alger à AE, projets à financer par l’ECA.

85 F 60 ter 409, 20-12-1950, Juin à Schuman, n° 1994/D ; F 60 ter 410, 25-10-1952, « Aide américaine accordée en vue du développement de nos productions minières dans les TOM depuis 1950 ».

86 F 60 ter 397, RV AE, « Note du 2 janvier 1951 ».

87 F 60 ter 397, AE, 9-12-1950 à Regal, Rabat.

88 F 60 ter 397, tel Rabat, 17 février 1951, SS ; CE 13, Rabat 17 février 1951, n° 143/146.

89 F 60 ter 397, Dutheillet à Baraduc, 27 juin 1951.

90 F 60 ter 397, Lettre de Schuman à Dunn, 30 mai 1952. F 60 ter 397, RV 10 juin 1952, « Note pour le président, matériaux stratégiques, Zellidja ; 11 juin 1952, Parodi à Dunn, « Echange de lettres concernant le contrat complémentaire de 575.000 $ ».

91 F 60 ter 397, 25 avril 1951, « Allocution de M. Jean Walter, inauguration des nouvelles installations de Zellidja ».

92 Voir sur Zellidja, J. Walter, Président de la société des Mines de Zellidja, L’Empire français à refaire, décembre 1954.

93 Bou Arfa se trouve au Sud d’Oujda et l’Oued Imini descend l’Atlas de Marrakech vers Ouarzazate. On exploite encore le manganèse sur l’Imini.

94 F 60 ter 403, 11 août 1950, « Contrat ferro-Mg de 60.000 t livrables avant le 30-8-1951 ».

95 F 60 ter 403, Vaurs à Alain [Dutheillet], 2 octobre 1950 ; réaction de Chase, 11 décembre 1950, sur sa visite au Maroc.

96 F 60 ter 396, 12-12-1950, AE, Vaurs à SGCI, « C. r. entretiens Chase/Vaurs.

97 Sur le versant Sud du Djebel Siroua, dans le Haut Atlas de Marrakech ; les gisements ne sont plus exploités actuellement.

98 F 60 ter 398, AE à Résident général au Maroc, Rabat, 19 juin 1953, « Matériaux stratégiques, Béryl de Zenaga » ; F Lacoste, RG à PMF, 29 juillet 1954 ; F 60 ter 403, « Mines de Zenaga, 17 septembre 1953, à General Service Administration, Emergency Procurement Service », Londres ; CE 69, MC, « Contrat matériaux stratégiques, administration américaine/mines de Zenaga ».

99 F 60 ter 403, Parodi à Bruce, 21 août 1951.

100 F 60 ter 398, « C. r. réunion 2 avril 1953 au CEA pour le béryl de Madagascar, Guillaumat, CEA, Dommel, SGCI et FOM.

101 F 60 ter 357,1584, 15 novembre 1949, « Note pour le Président », B. de M.

102 F 60 ter 398, « Dossier Chrome ».

103 CE 69, MC, 17 février 1953, « Note a/s DMPA cesse ses avances à la Calmet ».

104 F 60 ter 407, tel Washington, 19 juin 1951, à coopér. économique AE, de M. Vacher Desvernais.

105 CE 69, Vaurs, à Parodi, 12 décembre 1951 ; CE 75, MC, 8 août 1952, DGAEF, coop. économique ; F 60 ter 395, 29 juin 1951, Bonnet : CE 69 RV MAE, 12 décembre 1951, secret note pour l’amba SG, « a/s C. r. mission Vaurs en Nouvelle-Calédonie ».

106 F 60 ter 407, mission interministérielle d’enquête sur le nickel, 2 octobre 1951, « Rapport provisoire de mission », R. Delaume, G. Ferran, P. Legoux ; note annexe n° 7, 30 septembre 1951, « Note historique sur le programme d’investissement de la Société Le Nickel, le contrat ECA et le prêt Crédit national » ; Vaurs à Dutheillet, 13 novembre 1951, « Réunion avec Stott ».

107 F 60 ter 407, « Note sur le projet Koniambo de la SLN », 14-12-1951 ; service des mines et géologie, FOM ?, confidentiel ; le capital de Le Nickel est en 1950 de 393.600 actions, 8,5 % sont détenus par la Banque de l’indochine et 4,3 % par l’Etat Français, 3,6 % par l’Union Minière, 2,2 % par Rotschild, 0,7 % par Ballande, etc. ; sur le managing, Ambassade de France Washington, 16 novembre 1951, Vaurs à Dutheillet.

108 F 60 ter 407, Vaurs à Dutheillet, 28-12-1951.

109 404 AP 27, OECE Paris, décembre 1954, « Les investissements privés américains en Europe et dans les TOM, » OECE С (54), 227.

110 CE 75, p. 75, DAEF, 21 juillet 1952, « Note, aide américaine aux TOM ».

111 F 60 ter 396, DAEF, coop. écono., R. Vaurs, 8 mai 1952, « Note pour M. Charpentier, sur la visite le 9 mai du général Thomas Wilson, chef de la 3e division de la DMPA ».

112 F 60 ter 396, « Bilan matériaux stratégiques », 16 octobre 1950.

113 CE 69, RV DGAEF, coop. éc, 12 avril 1951, « Note pour l’ambassadeur SG a/s Missions de fonctionnaires de l’ECA en Afrique noire française ».

114 Harry S. Truman, Mémoires d’épreuves et d’espérances, l’Alliance atlantique, ¡946-1950, Paris, Plon, chap XVI, p. 280.

115 CE 78, FOM, Peter à Alphand, note, rapport au M et au SE, 4 octobre 1949.

116 F 60 ter 412, tel. 1 DET, 10 février 1949, « a/s point IV de Truman », probablement Mendès France.

117 CE 78, PMF, 11 février 1949, 15 h 17, n° 251-261, n° 2 DET ; PMF New York, 10 février 1949, 21 h 30, n° 227 à 239 ; CE 78, Parodi, New York, 14 février 1949, 16 h 42, n° 265-71, « Entretien avec la Grande-Bretagne sur le programme Truman d’aide » aux pays arriérés.

118 CE 78, MAE JBd/lr direct Afrique Levant, bureau d’Afrique, 15 février 1949, n° 54, Note, « Aide économique et technique à l’Afrique ».

119 CE 78, PMH, coop, écon., 15 février 1949, Schuman pour PMF, NY, priorité absolue 225-235 ; coop, écono., 16 février 1949, « Assistance technique et financière pour le développement des TOM ».

120 F 60 ter 412, tel départ Schuman ; MAE, coop, économ., 16 février 1949, à PMF.

121 CE 78, A. Bérard à R. Schuman, 20 avril 1949, « Etude de la National Association of Manufacturers sur le IVe point ».

122 Cf. Jacques Gabory, Des pays dits « sous-développés », janvier 1958, dactylog. polycop., 80 pages.

123 4 AU 57, dr 3, Londres, 3 mai 1950, 19 h 35, 1477-81, « Réunion franco- américaine sur l’Afrique ».

124 Relations Internationales, 34, Eté 1983, « La coopération internationale en Afrique noire, 1942-1950, un néocolonialisme éclairé ? ».

125 457 AP 29, SG/P, E. Noël, « Aide-mémoire, 4 avril 1951, Paris, Débat de politique générale à la commission des Affaires générales du Conseil de l’Europe ».

126 $ 3 millions utilisés en mars 1949.

127 CE 78, H. Bonnet, 19 mars 1949, « a/s assistance technique » ; Bonnet, 6 avril 1949, 21 h 15, n° 1418-25 ; Bonnet, telg n° 2097, 20 mai 1949, « Assistance aux PSD » ; Bonnet, 22 juin 1949, 0 h 30, n° 2423-27, « Point IV, AT. » ; H. Bonnet à R. Schuman, n° 382, 8 juillet 1949, « a/s Point IV ».

128 CE 78, H. Bonnet à R. Schuman, 30 août 1949, « a/s Point IV ».

129 CE 78, Coop. écono. JPB, n° 8816, à M. des Finances, « Experts français dans les missions d’A. T. ».

130 CE 78, Chauvel, 16 juin 1950, n° 808, 16 h 56.

131 CE 78, VL, 16 mars 1950, coop, écono. Note pour M. Alphand.

132 F 60 ter 357, 1091, PPS à Bingham le 16 juillet 1949, « Aide technique, prospection minière ». F 60 ter 521, AE, 18 décembre 1951, « A. T. US aux TOM des puissances coloniales européennes » ; F 60 ter 357, 1412, PPS à Goetze, direct. du Budget, 2 octobre 1949 ; F 60 ter 358, 371, 11 avril 1950, B. de M. à Bingham.

133 CE 335, R. Vaurs, 15 novembre 1951, Washington, à A. Dutheillet ; « Discussion cet après-midi avec Harry Price, direct Div. des TOM (ECA) ».

134 F 60 697, JMS, Schuman, CE 11 mai 1951 à Président du Conseil, « Point IV ».

135 CE 75, JMS, 28 novembre 1951, à M. des finances, à l’attention de M. Guindey.

136 CE 64, P. Baraduc, 16 juillet 1949, à ambassade de France Washington, 3936.

137 « Récolte » de $ 48,5 millions contre $ 75 millions espérés d’après le Watchdog Committee, in CE 64, H. Bonnet à R. Schuman, 16 mars 1950, n° 1277, CE « a/s rapport du Watchdog Committee ».

138 CE 75, Paris, 13 juillet 1949, coop. éc., H. Alphand.

139 F 60 ter 358, 161, 14 février, B. de M. à Bingham ; CE 75, coop. écono., 11 février 1950, n° 1150-56, à Washington ; Peter, Direct, des affaires écono. et du plan, FOM, « Note n° 2, le plan Marshall ».

140 F 60 ter 406, 9 février 1950, PE FAY, direct. des approv. Washington, 30 janvier 1950, à FOM.

141 F 60 ter 406, « Pool des territoires d’outre-mer pour 50-51 » ( ?), Projets adressés au SGCI par la FOM le 21 janvier 1950, avec une lettre d’accompagnement de Peter.

142 F 60 ter 406, 6 mai 1950, Montrémy à SGCI, projets territoires d’Outre-Mer ; F 60 ter 406, 9 mai 1950, B. de M. à Bingham. réf lettre n° 161 du 14 février 1950, « Projets de développement économique interessants divers territoires de l’Union Française ».

143 F 60 ter 406, juin 50, « Projets présentés pour financement sur le pool TOM 1949-50 » ; CE 75, RV, 19 juin 1950, coop Écon. Note a/s « Missions de fonctionnaires et de techniciens de l’administration américaine de coopération économique (ECA) dans l’Union française, objet et résultat » ; CE 75, FOM à OW, 3 novembre 1950.

144 F 60 ter 444, 15 septembre 1951, Cusin, « Note sur les questions de l’aide américaine aux Etats Associés », annexe III, fonds spécial pour le développement des TOM ; B Amérique 1944-52, EU 256, RV, 22 août 1951, DGAEF, « Note, aide US et les TOM », confirme les 4 millions $ TOM 49-50. La somme de $ 3,836 millions a pu être complétée pour atteindre $ 4 millions par d’autres projets.

145 F 60 ter 409, PE FAY, Washington, 23 mars 1950, direct. des approv. aux Etats-Unis, services des programmes TOM à Peter FOM.

146 F 60 ter 502, SGCI, n° 409, 15 mai 1951, TCT.

147 F 60 ter 359, n° 563, 10 juillet 1951, TCT à Finances ; B 18221, TCT, n° 409, 15 mai 1951, à Parkman : $ 28 millions, « Sur le fonds spécial réservé pour l’exercice 1950-51 au développement des TOM ».

148 F 60 ter 410, Alger le 20 octobre 1950, R. Vaurs à A Dutheillet, « Mission Parkman, Hannigan, Strauss ».

149 CE 69, DGAEF, coop. écono., n° 133, à FOM, 25 janvier 1951, a/s « Missions d’experts de l’ECA en AOF et en AEF » ; CE 75, RV, 17 novembre 1950, a/s « Mission de fonctionnaires américains du plan Marshall en AFN ».

150 B 34135, Labouisse au Président du Conseil, 27 octobre 1951.

151 F 60 ter 358, 998, A. Dutheillet à DF, Rabat, Alger, Tunis, « Utilisation du fonds spécial ECA pour le développement des territoires d’outre-mer, informations officieuses », octobre 1950.

152 F 60 ter 408, B. de M. à Parkman, le 15-12-1950 ; SGCI ? 10 juillet 1951 ; exemple le projet algérien de défense et restauration des sols est prévu sur 2 ans. Il est de 1.900 millions FF, dont la moitié en programme inconditionnel, 430 millions en programme conditionnel financé par l’Algérie et 430 millions financé par l’ECA.

153 F 60 ter 408, 21-2-1951, de L. Périllier à AE, « Projet d’équipement avec participation financière de l’ECA ».

154 F 60 ter 408, lettre du GG Algérie, 25-11-1950, n° 2507, AE/PR 1 à SGCI. B 34135 qui donne les valeurs diminuées des 5 %.

155 F 60 ter 359, 815, 6 octobre 1951, TCT à Labouisse.

156 F 60 ter 408, service du budget, Rabat, 7 février 1951, « Note relative à l’aspect financier du plan quadriennal d’équipements du Maroc, secteur public ».

157 F 60 ter 408, 6 mars 1951, Lamy, Rabat à Dutheillet, SGCI.

158 CE 334, « Fonds spécial de développement des TOM. demande de prêts du Maroc ».

159 F 60 ter 502, 20 avril 1951, « Tableau comparatif entre les demandes faites à l’ECA au titre du fonds spécial TOM et les allocations allouées » ; F 60 ter 408 ; CE 11, RV, 20 avril 1951, à Rabat, 410-12. BA 44-52, EU 256, RV, 22 août 1951, DGAEF, « Aide US et les TOM ».

160 Exemple : Djerada est un projet de 800 millions FF, financé à hauteur de 315 + 242,5 millions FF par la France (ou le Maroc) et 245 millions par la MSA qui a succédé à l’ECA.

161 Irwin Wall, L’influence américaine sur la politique française, 1945-1954, op. cit ; voir bibl. n°299 ; p. 384.

162 F 60 ter 359, n° 588, 25 juillet 1951, TCT à ministre du Budget, « Fonds spécial TOM ».

163 CE 69, DGAEF, CE, 12 avril 1951, note pour l’amb. SG ; « Missions des fonctionnaires américains de l’ECA en Afrique Noire française, tableaux comparatifs ».

164 F 60 ter 408, Ehrhard, direction du plan, direction générale des finances à FOM, « Fonds spécial de l’ECA, 2 mai 1951 ».

165 Un dollar vaut environ 350 F ; $ 28 millions x 350 F.

166 CE 75, p. 71 ; et CE 335, SGCI, n° 149, 16 janvier 1952, à MAE ; F 60 ter360, 411, 14 février 1952, à E. Lamy.

167 F 60 ter 406, [documents sur le fonds spécial dans les différents territoires], non datés, autour de l’été 51 ; CE 335, Maroc « Fonds spécial pour les TOM, exercice 51-52 » ; et protectorat Tunisie, « Projets de financement par ECA ».

168 CE 06, OW JMS, 9 mai 1953, à Washington, 5661-62, « Prêts de la BIRD aux TOM » ; CE 06, C. de M. 11 juin 1955. 20 h 40, 3222/25 pour DFE.

169 CE 69, SGAEF, 28 octobre 1954, n° 321. Note de M. Testa a/s « Emprunt sollicité par EEM à la Bird ».

170 CE 75, p. 74, juillet 52 ; CE 336, 22 juillet 1952, CE à Guillaume, a/s « Aide américaine aux TOM, Maroc, année fiscale 52-53 ».

171 CE 336, MC, 5 juillet 1952, CE, a/s « Aide américaine aux TOM ».

172 CE 75, MC, 23 juillet 1952, MAE à M. le général d’armée Guillaume, RG de France au Maroc, « Aide US aux TOM, notamment au Maroc ».

173 CE 336, Note établie par Jo. Saxe, février 52, et remise à M. de Camaret.

174 CE 336, 16 octobre 1952, note remise à M. Pflimlin par M. Dommel, SGCI, avant son entretien avec MM Reed et Saxe de la MSA.

175 CE 336, MC/Fn, 12 décembre 1952, CE, « Projets présentés à la MSA ».

176 CE 336, « Note sur la participation de la Tunisie au bénéfice de l’aide américaine spéciale aux TOM », non datée.

177 Les dollars peuvent servir à n’importe quoi, mais leur contre-valeur sert obligatoirement à la production de matières premières de base.

178 CE 336, SGCI, DD n° 1603, 5 août 1952, à MAE.

179 CE 336, 27 janvier 1953, MC à Frondeville I. des mines D des TP.

180 CE 336, 22 août 1952, Guillaume à R. Schuman, SG du protectorat, n° 1813, Georges Hutin, « Aide américaine aux TOM ».

181 CE 336, MC, 30 décembre 1952, à M. Hirsch-Givin Finex : Paul Hoffher, FOM, 29 janvier 1953, AE 1128, note pour le ministre a/s « Aide américaine ».

182 Chapitre 14.

183 In AMF 11/7/3, 1er décembre 1948, CGP, P. Uri, à Président du Conseil, M. des Finances et des Affaires économiques.

184 J. Marseille, op. cit. Voir bibl. n° 248 ; p. 275.

185 Relations Internationales, n° 7, automne 1976, C. Coquery-Vidrovitch, « L’impérialisme français en Afrique noire, idéologie impériale et politique d’équipement, 1924-1975 ».

186 Relations Internationales, n° 34, été 1983, « La coopération internationale en Afrique noire, 1942-1950, un néocolonialisme éclairé ? ».

Table des illustrations

Titre Tableau 96. Bilan des projets financés sur le fonds spécial de FF 10 milliards de novembre 1948
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2717/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 398k
Titre Tableau 96 (suite et fin)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2717/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 178k
Titre Tableau 97. Utilisation des 5 % de la contre-valeur propriété américaine en juillet 1951
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2717/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 261k
Titre Tableau 98. Bilan des contrats de vente de matériaux stratégiques, 1948-1953
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2717/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 226k
Titre Tableau 99. Contrats d’avance contre production
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2717/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 558k
Titre Tableau 100. Objectifs américains de stockage
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2717/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 178k
Titre Tableau 101. Projets français sur le pool TOM 1949-1950 de 20
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2717/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Titre Tableau 102. Projets présentés et retenus pour l’Algérie sur le fonds spécial TOM de $ 28 millions (1950-1951)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2717/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 286k
Titre Tableau 103. Liste des projets acceptés par l’ECA au Maroc sur le fonds spécial TOM de $ 28 millions (1950-1951), avril 1951
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2717/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre Tableau 104. Demandes sur le fonds spécial TOM de $ 28 millions 1950-1951 et allocations consenties à l’Afrique Noire
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2717/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 537k
Titre Tableau 105. Projets DMPA pour 1952-1953, liés à l’exploitation minière
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2717/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 414k
Titre Tableau 106. Projets français utilisant si possible l’aide technique et le Basic Material Funds pour 1952-1953
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2717/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 311k
Titre Tableau 107. Demandes françaises d’aide à la MSA, décembre 1952
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2717/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 223k
Titre Tableau 108. Aides ordinaires et spéciales aux TOM en francs et en dollars, 1948-1952
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2717/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 390k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540