Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La France, l’aide américaine et la construction européenne 1944-1954. Volume I

 | 
Gérard Bossuat

Deuxième partie. - Le plan Marshall et la modernisation de la France

Chapitre XII. Les deux objectifs de la contre-valeur en 1948-1949

Texte intégral

« Les pressions étrangères se mêlaient aux connivences fondamentales. »
Jean Bouvier.

1Au cours des négociations de l’accord bilatéral franco-américain sur l’aide Marshall, les négociateurs français avaient fait très attention aux dispositions concernant l’utilisation de la contre-valeur en francs de l’aide américaine. Déjà à la suite de l’accord sur l’aide intérimaire de janvier 1948, Monnet avait obtenu l’affectation de la contre-valeur à la modernisation-reconstruction alors que les Américains proclamaient haut et fort qu’il fallait résorber l’endettement de l’Etat et lutter contre l’inflation.

2L’histoire de la contre-valeur de l’aide Marshall n’a pas été faite, on comprend donc l’intérêt de rechercher à quoi elle a servi. En effet, tous les ouvrages donnent des chiffres sur le montant de l’aide en dollars, aucun n’est capable de dire comment les francs payés par les acheteurs de produits américains ont été utilisés. A peine établit-on une corrélation entre le Fonds de modernisation et d’équipement et l’aide américaine.

3L’attribution des fonds de contre-valeur a été l’objet d’une négociation permanente entre le SGCI, créé tout exprès en juin 1948, et la mission américaine de l’ECA-Paris. On n’oubliera pas le troisième acteur : Henri Bonnet, ambassadeur de France à Washington, et ses services, en relation avec l’ECA-Washington de Paul Hoffman et le Département d’Etat ou la Trésorerie.

4A la différence de l’attribution des fonds en dollars pour laquelle l’OECE intervient, la négociation sur la contre-valeur est entièrement bilatérale. Les Américains entrent grâce à elle dans l’intimité des affaires économiques et politiques de la France. Ils ne peuvent ignorer les besoins budgétaires des gouvernements français, les déficits, les projets de développement, le rythme de l’inflation, celui de la reconstruction, de la modernisation, du réarmement. Ils connaissent les faiblesses politiques des gouvernements.

5Une telle présence américaine équivaut-elle à une tutelle ? Quel espace de liberté est réservé au gouvernement dans ses choix économiques, dans ses choix de planification, dans ses choix budgétaires ? Les Américains ne risquent-ils pas de discuter la souveraineté économique, financière, en un mot politique de la France ? Quelle humiliation alors si tel était le cas, quelle belle occasion de dénoncer une nouvelle occupation, plus subtile, tout aussi nocive que la précédente !

6Un demi siècle après l’événement, des archives s’ouvrent, indiscutables, car elles sont celles des services chargés par le pouvoir politique de négocier avec la mission ECA la destination de la contre-valeur, les archives du Secrétariat Général du Comité interministériel chargé des questions de coopération économique européenne (SGCI). C’est dans ce cadre bilatéral que s’est le mieux exprimée l’amitié entre des hommes attentifs à donner le meilleur d’eux-mêmes pour une cause noble, le renouveau de la France et le relèvement de l’Europe. Monnet et son équipe du Plan, Pierre-Paul Schweitzer, Bernard de Margerie, puis Thierry de Clermont-Tonnerre au SGCI, les hauts fonctionnaires des Finances extérieures, ceux du Trésor, sont les interlocuteurs ordinaires de Bruce, Bingham, Parkman, Labouisse, Tomlinson, Reeds et de leurs équipiers. Harriman, de la mission ECA Europe reste à quelques distances. Ces Français ont fait la France nouvelle, celle des Trente Glorieuses. Quelle fut la part des Américains ?

L’ECA RENFORCE LE GOUVERNEMENT QUEUILLE

  • 1 Le taux de change à la fin de 1948 est d’environ 266 FF pour un dollar (moyenne entre le taux sur (...)

7La contre-valeur en francs français provenait de l’achat des marchandises Marshall par les consommateurs français1. Elle était accumulée sur un compte spécial, « aide américaine », du Crédit national à la Banque de France. Quand elle était débloquée, le Crédit National prêtait ces sommes aux utilisateurs privés ou publics. Les sommes remboursées devenaient pleine propriété du Crédit national, jusqu’à un amendement à la loi d’aide américaine de 1952. Toutefois 95 % seulement de la contre-valeur étaient mis à la disposition de la France aux termes de l’accord bilatéral du 28 juin. 5 % devenaient propriété américaine. Cette part a été portée à 10 % en 1953.

8Par rapport à la contre-valeur, les Français se trouvaient dans la situation de quelqu’un qui possède un coffre fort qui s’ouvre avec deux clefs. Ils en possèdent une. La deuxième est détenue par les Américains.

9Or le gouvernement français dépense beaucoup en ce printemps 1948 pour réaliser le plan de modernisation et pour reconstruire. Le financement se fait à la petite semaine, en comptant sur des ressources de trésorerie, plus que sur des recettes budgétaires solides. C’est dire les difficultés mensuelles de trésorerie et l’importance que représente la contre-valeur de l’aide américaine déposée à la Banque de France.

  • 2 B 42268, « C. r. commission des investissements », 22 juillet 1948.

10Les Français sont prêts à utiliser cette contre-valeur au profit du FME qui accorde des prêts de modernisation, ou au profit de la reconstruction, gérée par la CAR Caisse autonome de la reconstruction dans le rapport de 1/5 pour la CAR et de 4/5 pour le Plan, selon le projet de François Bloch-Lainé2.

La contre-valeur, espoir des modernisateurs

  • 3 B 42268, « C. r. première réunion de la CI », 21 juin 1948.

11Monnet écrit à ses collaborateurs en juillet 1948 qu’il considère les déblocages de contre-valeur comme une des conditions de la réussite du plan de modernisation. Il escompte d’ailleurs FF 800 milliards de francs de contre-valeur sur les FF 1500 milliards que coûtera la modernisation de 1948 à 1952. Certes de hauts fonctionnaires comme Grimanelli veulent croire à d’autres solutions pour financer la modernisation des activités de base : « même si nous ne pouvions affecter aux investissements de ces activités la contrepartie de l’aide Marshall, la charge en résultant ne serait nullement excessive par rapport au revenu national »3. Ils sont peu nombreux.

12Est-ce dire que d’autres projets étaient formés pour son emploi ? Sans aucun doute, car les Américains souhaitaient qu’elle serve à désendetter l’Etat et à stabiliser la monnaie.

  • 4 AMF 11/5/ir, « Mémorandum du 2 juin 1948 ».
  • 5 Le monde, Marcel Tardy, 4 mai 1948.

13Mais Monnet a la conviction qu’elle sera disponible pour le plan. Il sait depuis ses récents voyages aux Etats-Unis, que l’administration américaine considère que « le développement de la production répond entièrement aux objectifs du plan Marshall... »4. Cette position favorable aux investissements de modernisation va aussi dans le sens de l’opinion générale puisque Le Monde écrivait après l’attribution de la contre-valeur de l’aide intérimaire à la reconstruction et à l’équipement qu’il en serait de même pour la contre-valeur du programme Marshall5.

  • 6 AMF 11, CGP, Monnet à R. M. 7 juin 1948.

14Monnet propose à René Mayer, ministre des Finances, de présenter ensemble au Parlement l’accord bilatéral sur l’aide américaine et le plan de modernisation pour bien faire comprendre que l’un ne va pas sans l’autre6 et pour lier le gouvernement. La suggestion n’a pas été retenue.

  • 7 80 AJ 77, CGP 8 juillet 1948, J. Monnet, « Directives sur les objectifs et moyens d’exécution rela (...)
  • 8 F 60 ter 513, « Note de Bloch-Lainé (Boyer) », le 29 juillet 1948 remise au Président de la Républ (...)

15Toutefois, les responsables français savent que les Américains posent des conditions au déblocage de cette contre-valeur en faveur de la modernisation. La première et la plus importante concerne les mesures de stabilisation financière et économique. Il faut prouver aussi que le plan de modernisation, base de la participation française au PRE, se situe bien dans les objectifs fixés par l’OECE pour 19527. François Bloch-Lainé, directeur du trésor, annonce que l’ECA ne procédera pas à un déblocage global de la contre-valeur. Elle appréciera l’opportunité des demandes du gouvernement français, établissant ainsi un contrôle qui « constitue un moyen d’action sur la politique économique de la France plus direct et plus efficace que la surveillance exercée sur l’emploi des fonds elle même »8. L’ECA serait le garde-chiourme anti-inflation, plus que le gestionnaire de la modernisation. Dans l’ensemble cette vue se révéla exacte.

La crise de l’été 1948, un obstacle aux déblocages de la contre-valeur

16Les Français n’avaient pas imaginé que l’ECA mettrait une autre condition aux déblocages : la stabilité politique. Or en ce domaine, la Constitution de la IVe République allait vite révéler ses faiblesses. La grande crise politique de l’été 1948, du 19 juillet au 11 septembre, ouvrait en fanfare le cycle des comédies dramatiques du nouveau régime.

17Les observateurs étrangers furent stupéfaits. Dans ces conditions, comment concevoir la mise à la disposition de sommes considérables à des gouvernement faibles, ou moribonds ?

Echec d’un déblocage Mayer

  • 9 F 60 ter 389, Mayer à D. K. Bruce, 10 juillet 1948. 363 AP 8, 17 juillet 1948 R. Mayer à D. Bruce, (...)

18René Mayer, après quelques sondages auprès de l’ECA, et surtout après le vote par l’Assemblée nationale de l’accord bilatéral, avait demandé le déblocage de la contre-valeur de l’aide américaine pour 1948. Il avait assorti sa requête d’un catalogue de bonnes intentions : bilan favorable de la trésorerie au 1er semestre en raison de la stabilisation qu’il avait menée en janvier, engagement à repousser les subventions aux produits nationaux à moins d’augmenter les impôts, en « échange » d’un déblocage de FF 150 milliards de contre-valeur pour le financement des investissements et de la reconstruction9. La chute du gouvernement interdit évidemment à l’ECA de donner son accord.

Durcissement de l’ECA

19La crise politique de l’été 1948, délicate à dénouer après l’échec du gouvernement Marie qui comprenait deux prima dona, Léon Blum et Paul Reynaud, durcit le ton de l’ECA.

  • 10 CE 49, H Bonnet à R. Schuman, 27 août 1948, n° 1871, « a/s le plan Marshall et le programme économ (...)

20Paul Reynaud plaisait aux Américains. L’opinion américaine se demanda si Reynaud n’était pas un nouveau Poincaré10. La déception fut rapide.

  • 11 74 AP 31, confidential, « Mémorandum reçu de Bruce le 31 août 1948, release of french counterpart  (...)
  • 12 Papiers Elgey, « Entretiens D. Mac Grew 27 juillet 1964, Cl. Daillencourt ».
  • 13 B 19951, August 3, 1948 à M. Beau, CIQCEE. Trad. : « J’ai abouti à la conclusion qu’en mettant à v (...)

21Monnet pouvait être inquiet pour la modernisation, car Bruce faisait savoir que la contre-valeur pourrait être employée à l’équilibre budgétaire, à la réforme du système fiscal et bien sûr, à l’équilibre des échanges extérieurs. Mais ses interventions n’étaient pas tendres pour les Français : « If the french administration cannot provide a satisfactory commitment on budgetary and fiscal policy and cannot present us with plans calculated to achieve that policy, we should refuse to agree to the release of the counterpart »11. Donald Mac Grew, un haut fonctionnaire de l’ECA-Paris se rappelait que les Américains considéraient une modernisation sous inflation comme un non sens dont il fallait convaincre Monnet. Lucide, il reconnaissait aussi qu’ils n’avaient pas su aboutir12. La crise renforçait Bruce dans son désir d’indiquer la bonne direction au gouvernement Marie. La contre-valeur était un moyen puissant de faire savoir aux Français dans quel sens agir : « I reached the conclusion that making a copy of this report available to you on a purely personal and unofficial basis was the best way of indicating to you our interests in the field of credit policy and credit trends » écrit D. J. Mac Grew représentant du Trésor américain en France à un fonctionnaire du SGCI13.

  • 14 74 AP 31 J. Monnet 26 août 1948 à Président du Conseil, M. des Finances.
  • 15 74 AP 31 M. des Finances 31 août 1948, « Lettre de Paul Reynaud au Président de la République ».

22Monnet, conscient du danger de déliquescence générale, recommanda à Paul Reynaud, prêt à l’entendre, un effort fiscal nouveau : « Nous avons la chance extraordinaire », dit-il, « que la modernisation soit allégée considérablement par l’aide américaine qui aboutit en définitive à faire payer par les contribuables américains une grande partie des investissements du plan de modernisation »14. Monnet, pour sauver la modernisation, était partisan dans l’été 1948 d’un assainissement lié à une augmentation des impôts, comme il l’avait été dans l’été 1947. C’est la raison pour laquelle le nouvel et éphémère ministre des Finances, Paul Reynaud parla au Président de la République d’un plan de redressement rigoureux pour disposer des sommes de contre-valeur15.

  • 16 1 A 405, « Note pour le ministre », 11 août 1948. Finances.
  • 17 74 AP 31, « Note » Réserves « de trésorerie au 5 août 1948 ».

23Les services de la trésorerie espéraient bien obtenir au moins le déblocage du reliquat de l’aide intérimaire en profitant du courant d’opinion favorable à Paul Reynaud, mais ils redoutaient les exigences nouvelles et plus rigoureuses encore de lutte contre l’inflation de l’ECA16. La crise n’améliorait évidemment pas les rentrées de trésorerie. Le Trésor estimait que sans déblocage de contre-valeur les dépenses d’investissements ne peuvent être assumées17. Le court terme financier plaidait pour la fin de la crise politique, même au prix de la rigueur.

24Au cours de cette crise, l’appât légitime de la contre-valeur renforçait les partisans théoriques ou résignés d’une certaine rigueur fiscale.

La contre-valeur au service d’un gouvernement responsable

25La constitution du gouvernement Queuille ouvre enfin des perspectives plus agréables aux Américains mais aussi à Monnet ou aux Finances qui attendent depuis juillet que cette fameuse contre-valeur puisse enfin servir au pays.

Queuille présente son programme à l’ECA

  • 18 B 42255, finances ? DT ? 13 septembre 1948, « Note pour le Président ».

26On est frappé d’apprendre qu’une des premières préoccupations de Queuille ou de ses services est de présenter à Bruce le programme de stabilisation et d’assainissement qu’il compte mettre en place : effort fiscal de FF 80 milliards qui avec d’autres mesures atteint FF 120 milliards18. Queuille se sert de ce chiffre pour décider l’ECA à consentir un déblocage de contre-valeur dont le trésor a besoin pour son échéance de septembre et d’octobre.

  • 19 F 60 ter 380, « Conversations franco-américaines, note pour le Président », 13 septembre 1948 orig (...)
  • 20 Journal 1948... op. cit. ; voir bibl. n° 19 ; p. 442.

27Queuille rencontre Bruce le 13 septembre, soit le surlendemain de son investiture19. Queuille téléphone à Vincent Auriol le 16 septembre pour lui dire que les Etats-Unis sont d’accord pour débloquer la contre-valeur20, ce « qui sauve la trésorerie et rétablit un climat de confiance », note V. Auriol.

  • 21 FRUS 1948 vol III, « Western Europe », 14 IX 48, Bruce to Hoffman ECA secret, NIACT TOECA 358. Tra (...)
  • 22 Cf. opinion identique après analyse des sources américaines dans 1 Wall, op. cit. ; voir bibl. n° (...)
  • 23 FRUS 1948, III, « Western Europe », Caffery à S. S. , 2 octobre 1948 4 pm secret 5168. Trad. : « C (...)
  • 24 1. Wall. op. cit. ; voir bibl. n° 299 ; p. 241.

28Le fait que Queuille soit aussi ministre des Finances rassurait l’ECA ; l’homme avait de l’expérience. Bruce lui décerne un véritable satisfecit. « Intentions long range fiscal reforms seem sincère »21, câble-t-il à Washington le 14 septembre. Bruce pousse donc Washington à débloquer la contre-valeur, à moins de provoquer le chaos en France si Queuille venait à tomber du fait d’un refus américain22. Il propose donc le déblocage des FF 90 milliards alors en caisse en échange d’un examen général de l’économie française en novembre. La situation à Berlin ne se prête d’ailleurs pas à mettre en péril la solidarité des deux pays. Mais il est dit aussi que si les communistes revenaient au Gouvernement, « this would unquestionably mean cessation US aid to France »23. L’insistance de Bruce, tout heureux d’avoir enfin un interlocuteur rassurant, indispose pourtant certains membres du NAC qui y voient la possibilité de faire chanter l’ECA24.

Un déblocage de joyeux avènement en septembre 1948

29Le déblocage de septembre 1948 était le second de l’aide Marshall (après celui d’avril sur l’aide intérimaire). Il portait sur 45 milliards de francs et Hoffman promettait un second déblocage de 45 milliards en octobre après la mise en œuvre du programme de stabilisation de Queuille.

  • 25 F 60 ter 380, Hoffman à Queuille. 27 septembre ; Queuille à Hoffman 25 septembre 1948.

30L’affaire est solennelle. Ayant négocié avec Bruce qui a rang d’ambassadeur, Queuille adresse à Paul Hoffman, le « patron » de l’ECA, une lettre contenant la promesse d’une augmentation des impôts de FF 85 milliards, des tarifs publics de FF 40 milliards. Il y ajoute la suppression de 135.000 emplois, ainsi que la limitation du crédit, la stabilisation des salaires et des prix, l’augmentation des exportations25.

  • 26 Crédit National, Bruce, à Queuille 27 septembre 1948, PM 4117.
  • 27 Année Politique 1948, p. 164.

31Ce déblocage de septembre était une marque de confiance du gouvernement américain envers le gouvernement français après les épreuves de l’été. Un second serait l’indication que le gouvernement français a tenu ses promesses. Bruce écrit que l’accord du gouvernement américain est donné « en considération des résultats qui pourront être obtenus par le nouveau programme de stabilisation ainsi que par les projets de développement, au financement desquels les fonds seront spécialement utilisés »26. Dés le 17 septembre des décrets avaient été signés en vue de réaliser des économies ou créer de nouvelles ressources27. La trésorerie respire, mais la question de l’inflation n’était pas résolue pour autant, pas plus que celle du système fiscal.

  • 28 CE 49, Bérard, 24 septembre 1948,16 h 55, n° 4079-80 ; Bérard à Schuman 28 septembre, « Déblocage (...)
  • 29 F 60 ter 380, 28 septembre A Bérard à R. Schuman, AE.

32Ce déblocage passe mal auprès d’une certaine opinion américaine très remontée contre l’incapacité politique et économique de la France. La presse américaine affirme qu’il va servir à augmenter les salaires en France. Hoffman est donc gêné par ce déblocage que Callender du New York Times présente avec raison comme un déblocage politique28. Le Wall Street Journal considére même que sans ce déblocage, le gouvernement Queuille serait tombé29. Ce n’est sans doute pas faux.

33Ce déblocage est politique car Queuille et son équipe l’ont obtenu uniquement sur des promesses. Mais ils inspiraient confiance aux Etats-Unis. Il fallait que l’opinion française le sût. En échange, les spécialistes ès économie et finances attendaient des mesures sévères de stabilisation, une certaine dramatisation de la situation qui ne vint pas là où ils l’espéraient ! En effet de nouvelles grèves suscitent une déception générale et elles font à nouveau apparaître la France comme un lieu d’affrontement entre les forces de l’Est et de l’Ouest.

  • 30 F 60 ter 378, 28 octobre 1948, from the economist intelligence unit, 22 Ryder Street ST James’s Lo (...)
  • 31 In F 60 ter 378.
  • 32 AMF 14/5/18, tel Bonnet à Diplomatie Paris du 24 novembre 1948, « Entrevue Dickinson, Ministre fra (...)

34La France se verrait-elle alors privée du plan Marshall pour incompétence ?30 La charge de Kline dans l’US News and World Report du 8 octobre 1948 est plus cinglante encore. La France mendie. Que faire sinon lui montrer le chemin ? « Il faut que les Américains s’immiscent dans les affaires du pays et lui apprennent à gérer ses affaires jusqu’au moindre sou »31. Même des amis de la France dans le gouvernement américain lui reprochent la facilité budgétaire, l’inadaptation des produits français à la vente aux Etats-Unis, et plus grave car plus subtilement déstabilisant, le manque de courtoisie envers les Américains en France : il faut modifier « profondément les tendances psychologiques et morales qui semblent manifester dans divers milieux, une inégale volonté de redressement » confie à Bonnet, Dickinson, ministre de l’Agriculture américain32.

  • 33 Voir les deux chapitres consacrés à l’aide aux TOM ; ces 5 milliards font partie des 10 milliards (...)

35Le problème est d’importance, à la fois pour le vote de l’aide en dollars de 1949, mais surtout pour les déblocages ultérieurs de contre-valeur. Néanmoins Bruce donne son accord le 4 novembre pour un autre déblocage de FF 25 milliards. Il est déclaré que FF 20 milliards iront aux investissements et FF 5 milliards pour la recherche de matières premières dans les TOM33. Pour l’obtenir le trésor avait dû prouver qu’il se trouvait sans ressources. Au fond les Américains ne s’intéressent pas aux choix du plan Monnet. Le problème est beaucoup plus concret. Comment éviter aux Français le recours aux avances de la Banque de France ? Comment discipliner le budget et les comptes spéciaux ? Comment stabiliser les dépenses ? Comment tordre le cou à l’inflation ?

La contre-valeur et la stabilisation

  • 34 F 60 ter 378, 24 novembre 1948 PPS à Baraduc AE, « C. r. Bruce/Queuille, Tomlinson/ PPS, Petsche » (...)

36Les nombreuses rencontres entre Français et Américains, comme celle de Queuille avec Bruce le 16 novembre, au moment des vagues de grèves montraient que Bruce souhaitait encourager l’action du gouvernement34.

  • 35 N. Gun, Les secrets des archives américaines, ni de Gaulle, ni Thorez, Albin-Michel, 1983, tome 2, (...)

37Pourtant la stratégie américaine n’était-elle pas claire. Certes on peut comprendre la sommation de Caffery à Jouhaux : « Si vous continuez ainsi, nous allons mettre fin à nos crédits »35. Mais Jouhaux ne peut plus grand chose. C’est à Frachon qu’il aurait fallu s’adresser. Labouisse est beaucoup plus pessimiste. Les Américains sont prêts à abandonner le plan Marshall en France. Nerin Gun confirme les archives françaises, c’est Bruce qui pousse à aider encore et toujours les Français, sans pour autant céder à la facilité.

  • 36 AMF 14/5/18 bis, 1er décembre 1948, MAE, de la part de Baraduc, « Note traduite de Bruce pour sa c (...)

38Les négociations sur le déblocage de la contre-valeur donnent l’occasion à Bruce d’exiger, le terme n’est pas trop fort, une réforme fiscale anti-inflationniste, car en dépit des efforts de René Mayer en janvier 1948, et des promesses de Queuille l’inflation reprend de plus belle en raison des dépenses de l’Etat. Il écrit : « A moins qu’un tel programme soit adopté par le Parlement, il nous apparaît qu’il n’y a aucune chance que les fonds de la contre-partie puissent être débloqués... »36.

39Queuille aura-t-il le courage politique de braver l’impopularité ? La dureté du ton de Bruce s’explique par les hésitations de la politique américaine. La France met le Plan Marshall en danger. Il faut remonter le moral de Washington : ECA et Congrès !

  • 37 B 33510, D. Bruce à Queuille 3 décembre 1948.

40Consulté sur un nouveau déblocage de FF 25 milliards, Bruce fait savoir que le gouvernement doit demander des efforts immédiats et plus profonds « pour réaliser la stabilisation financière interne et pour recréer la confiance dans le franc français »37.

  • 38 Corresp. particul. H Bonnet, Jean Chauvel à H. Bonnet 7 décembre 1948.
  • 39 CN, et F 60 ter 357, Queuille à Bruce, 27 décembre 1948, n° 446, 3 pages dactylog. copie.

41Jean Chauvel, secrétaire du Quai d’Orsay, fait remarquer à Bonnet que le gouvernement hésite sur les mesures fiscales « qui sont attendues de nous, tant par les Américains que par les Anglais », tant en raison de préoccupations électorales que des rivalités entre Monnet, « mal vu du gouvernement », et les Finances. Le gouvernement est-il aveugle, comme l’affirme Chauvel, qui presse Bonnet de venir à Paris « convaincre nos gens » de répondre à l’attente des Américains ?38. Queuille tergiverse donc devant les exigences américaines de stabilisation. Mais finalement l’ECA décide un déblocage de FF 15 milliards affectés aux investissements et à la reconstruction. En fait 20 milliards sont débloqués : 15 milliards pour les investissements et la reconstruction, et 5 autres milliards pour la recherche de matières premières dans les TOM. Mais Queuille joint à sa demande de déblocage le projet de loi 5754 sur le programme budgétaire et financier du gouvernement, appelé « loi des maxima »39. Officiellement, le Président du Conseil présentait une demande de déblocage en échange d’un effort français de stabilisation et de lutte contre l’inflation. Il annonçait aussi que le gouvernement diminue ses appels à la Banque de France de 25 milliards en échange d’un déblocage supplémentaire de ce montant. 45 milliards tombent dans les comptes du trésor en décembre 1948.

Les significations des déblocages de la contre-valeur

  • 40 Papiers Elgey. « Entretien Elgey/Queuille », 12 août 1964.

42Dans l’été 1948, P. Reynaud comme Monnet établissaient un rapport évident entre déblocage et assainissement. Les appels de l’ECA à la rigueur renforçaient la position de Reynaud. Queuille, 15 ans après, reconnaît clairement qu’en décembre 1948 la contre-valeur était impatiemment attendue mais qu’il avait fallu « faire voter des impôts montrant que nous avions des finances saines »40. Il y a donc une relation entre la loi des maxima et les déblocages de la contre-valeur. Incontestablement, la prise de décision qui mûrissait depuis septembre a été fortement encouragée par l’ECA, mais qui peut dire exactement la part qui revient à l’ECA dans les mesures prises par le gouvernement et ratifiées par l’Assemblée Nationale ? On ne peut parler de co-décision, car les mesures prises n’étaient pas à la hauteur des exigences de l’ECA. Queuille et Petsche savaient qu’ils devaient prendre des mesures de stabilisation, mais ils savaient aussi que la France était une pièce maîtresse de l’endiguement.

  • 41 Baumgartner, communication faite le 15 novembre 1975 à l’Association des amitiés Henri Queuille.
  • 42 Papiers Elgey. « Entretien Elgey-Chaussade », 14 septembre 1964.

43Les déblocages de la contre-valeur étaient recherchés par le gouvernement Queuille, non seulement pour faciliter la modernisation, mais surtout pour éviter le recours aux avances de la Banque de France qui donnaient une mauvaise image de la France. Baumgartner pouvait dire que les dollars Marshall servaient « l’équilibre de nos comptes extérieurs » et la contre-partie « celui de notre trésorerie interne »41. La contre-valeur était nécessaire pour éviter un krach à l’allemande. D’après P. Chaussade, « Petsche venait et disait : ‘Président, il faut que tu ailles voir Bruce1. »42

  • 43 F 60 ter 438, PRE France 1948, « Rapport ECA, extraits », traduction SGCI.
  • 44 Corresp. particulière de H. Bonnet Bonnet à Chauvel et Auriol, brouillon de lettre, fin décembre 1 (...)
  • 45 FRUS 49 IV WE, France, Caffery à SS 22 janvier 1949, noon, 276 ; C. L. Sulzberger, Dans le tourbil (...)

44Ces déblocages étaient des déblocages politico-économiques. Quand l’ECA acceptait de lâcher la contre-valeur, elle semblait reconnaître la pertinence de la politique financière et fiscale française, plus que le bien-fondé du plan de modernisation. L’ECA ne pouvait guère refuser, à moins de prendre le risque de désavouer un gouvernement du centre qui lui donnait satisfaction. L’ECA a choisi de soutenir Queuille contre les communistes qui frappaient au cœur la production de charbon : « Moscou, avec plus d’acharnement qu’en eût déployé un ennemi déclaré, sabota sauvagement les bases les plus importantes du potentiel national français ». Elle le soutient pour sa politique qui proclame « que la dignité de l’individu est l’un des plus précieux héritage de notre civilisation et que la liberté est un droit inhérent à chaque citoyen »43. Bonnet, avec raison, juge que « notre pays occupe aux yeux des Américains une position clef » pour le relèvement européen44. Elle le soutient enfin contre les gaullistes et repousse les suggestions de Benouville de retenir la contre-valeur pour faire chuter le gouvernement45.

45L’ECA a-t-elle obtenu en retour une politique de rigueur ? La loi des maxima prévoyait FF 140 milliards d’impôts supplémentaires et FF 100 milliards d’emprunt. Elle pouvait correspondre à un premier pas vers la stabilisation. On évitait les accusations de mauvaise gestion, la spéculation sur le franc. La confiance revenait.

46Une chose est sûre, la contre-valeur était très importante pour le gouvernement et les services. Elle était le ter de lance de la modernisation parce qu’elle alimentait largement le FME. Elle était un moyen de financement indolore car elle évitait l’appel à l’impôt ou à l’inflation. Elle tempérait la petite cure d’austérité que l’ECA imposait à la France.

  • 46 F 60 ter 497, « Note sur la procédure à utiliser en 1949 pour l’affectation de la CV de l’aide amé (...)

47Ce type de déblocage anti-catastrophe ne pouvait indéfiniment satisfaire l’ECA car il ne lui offrait pas la possibilité de réfléchir aux investissements français. En effet jusqu’alors, l’ECA avait donné son accord officiel à des affectations de contre-valeur pour des investissements déjà programmés. La contre-valeur était d’abord une aide budgétaire. Elle était affectée sur le papier à des dépenses d’investissements ou de reconstruction précises pour en justifier l’usage aux yeux de l’opinion américaine et française. Il s’agissait d’une affaire importante pour la propagande mais sans aucune conséquence sur les choix d’investissements. « La liberté d’appréciation des représentants américains n’était pas entière, puisqu’il s’agissait de rembourser des dépenses déjà effectuées » fait justement remarquer le SGCI46. L’ECA ne pouvait continuer à être aussi complaisante. Il n’est guère glorieux de débourser des crédits sans en voir l’impact concret sur la modernisation du pays aidé.

L’ECA, UN PITEUX MENTOR DES FINANCES PUBLIQUES FRANÇAISES

  • 47 F 60 ter 357 462, 5 janvier 1949 PPS ? à Lamy IF ambassade de France aux USA, « Brochure Pick ».

48Les Français venaient de mesurer le poids de l’accord bilatéral dans le fonctionnement quotidien des finances publiques. L’objectif du SGCI est maintenant de faire débloquer la contre-valeur en une fois, au début d’année. De la sorte pourraient être évitées « des conversations trop fréquentes », dit Pierre-Paul Schweitzer. Or ses interlocuteurs ne l’entendent pas ainsi. A l’écoute du Congrès, l’ECA souhaite d’abord avoir l’avis, voire le mandat du Sénat pour agir dans un sens ou dans un autre à propos de la France47.

Débat permanent sur l’utilisation de la contre-valeur

49L’ECA n’accepte aucun déblocage durant le premier trimestre 1949, car elle estime qu’il faut attendre les résultats des débats au Congrès sur la nouvelle loi d’aide américaine à l’Europe.

  • 48 F 60 ter 357, 720b P. Ledoux à Lamy 26 mars 1949.

50La mission de Paris continue de juger chancelante la gestion financière du gouvernement et l’argument des débats au Congrès tombe à point pour attendre. L’ECA contribue ainsi à la stabilisation en bloquant la contre-valeur48. Elle trouve des appuis dans la haute administration française. Guillaume Guindey, directeur des finances extérieures, veut stériliser une partie de la contre-valeur pour faciliter les exportations par ponction sur le marché national. Dans la mesure où la contre-valeur « nous permet de vivre sans procéder dès aujourd’hui aux réformes qui permettraient de couvrir l’ensemble des dépenses publiques par l’impôt et par l’emprunt », elle contribue, dit-il, à retarder le moment de la viabilité de l’économie française. Jacques Rueff pense de même.

  • 49 F 60 ter 378, « Projet Guindey », 16 janvier 1949 note pour le ministre, secret ; Rueff, « Note su (...)

51Les critiques à l’OECE contre le PLT français vont dans le même sens. Les Français ont de trop grandes ambitions d’investissements49.

52Il est vrai que l’état de la trésorerie est délicat malgré les déblocages de novembre et de décembre 1948. Mais le SGCI cache la situation à l’ECA et les Finances relâchent la rigueur sur les crédits en faveur des sinistrés et de la reconstruction.

53Ces états d’âme sur l’utilisation de la contre-valeur trahissaient des hésitations quant à sa finalité.

La politique financière du gouvernement sous surveillance

54La loi des maxima fixait empiriquement à FF 280 milliards le montant de la contre-valeur pour 1949. Le chiffre était plausible mais personne ne savait exactement à combien il s’établirait.

Des recommandations américaines sévères

  • 50 F 60 ter 513, D Boyer le 9 mars 1949 à SGCI « Avant projet de memo qui marquera le début officiel (...)

55Les négociations entre le SGCI, les Finances et l’ECA commencent en mars 1949. Le trésor propose de modifier les rapports de l’ECA avec la contre-valeur. Il faut donner à l’ECA le sentiment qu’elle a une influence sur l’affectation de la contre-valeur. Il n’y a aucun danger d’une prise de pouvoir américaine sur les investissements, car sur FF 620 milliards d’investissements et de reconstruction programmés par la loi des maxima, les américains ne peuvent donner leur avis que sur les FF 280 milliards de contre-valeur attendue50. Mais que se passerait-il si l’ECA se persuadait de financer des projets non budgétisés. Là est le vrai danger que personne en ce début d’année ne semble redouter.

  • 51 F 60 ter 380, « Texte américain concernant la procédure de déblocage du fonds de contrepartie », s (...)
  • 52 F 60 ter 513 SGCI, 814, 19 avril 1949, P. Ledoux à E. Lamy.

56De son côté l’ECA ouvre la négociation franco-américaine sur la contre-valeur de 1949 avec une liste de recommandations. L’essentiel des conseils américains porte toujours sur la gestion fiscale et financière du pays. L’ECA critique le déficit de la SNCF, envisage la suppression des contrats de change à terme, recommande évidemment la fin des avances à la Banque de France, veut abaisser les dépenses de reconstruction. Elle demande une enquête sur la Sécurité Sociale, l’augmentation des prix de l’essence, davantage de contrôles fiscaux, le contrôle du crédit privé, la liberté des prix, l’accroissement des exportations, un meilleur accueil des touristes51. Ce programme exprime sans aucun doute les intentions américaines. Mais l’ECA peut-elle vraiment croire que le gouvernement français va se prêter au démantèlement systématique de l’économie dirigée ? Heureusement les « topics for discussion » sont considérablement adoucies avec la complicité de Tomlinson52.

  • 53 F 60 ter 497, 29 avril 1949, « Résumé du rapport établi par la mission spéciale de l’ECA sur le pr (...)
  • 54 F 60 ter 513 AF Washington, 8 avril 1949, Lamy à P. Ledoux.
  • 55 I. Wall, op. cit. ; voir bibl. n° 298 ; p. 253 ; voir aussi le chapitre 11.

57L’ECA s’exprime aussi sur les projets français d’investissements53. Elle prétend financer en totalité des projets spectaculaires pour valoriser plus aisément l’utilisation de la contre-valeur : « Ce qu’on cherche ici, explique E. Lamy, attaché financier à Washington, c’est une présentation parlante ou si vous voulez spectaculaire, chantiers ouverts, ouvrages réalisés, nombreux ingénieurs ou ouvriers... »54. Le plan Marshall est une entreprise de propagande et de conquête des opinions publiques dans le combat de la guerre froide. La politique de la plaque commémorative est un moyen de dire qui est responsable du bonheur des peuples55.

58Les Américains approuvent la modernisation des Charbonnages de France, mais le plan électricité de 40 milliards de kWh pour 1952-53 est critiqué par les experts de l’ECA qui trouvent insuffisants les investissements hydroélectriques, et trop dispendieuse l’électrification de la SNCF. Les investissements agricoles paraissent judicieux. La France peut progresser, si elle vainc les problèmes financiers et l’inflation. Pour la première fois, mais non la dernière, l’ECA juge que le plan français n’est pas assez social, et en l’occurrence qu’il ne s’attache pas assez à la sécurité et aux logements des mineurs.

  • 56 F 60 rer357, lettre de Bruce au ministre du 7 avril 1949 ; n° 814, P. Ledoux à Lamy 19 avril 1949.

59Toutes ces recommandations faites, toutes les promesses françaises enregistrées, l’ECA consent à débloquer la contre-valeur au début d’avril 194956. Quelles ont été les conditions de son déblocage ?

Déblocage et promesses françaises

60Les Français acceptèrent des déblocages mensuels. Mais le SGCI n’avait pas mesuré l’emprise consentie à l’ECA sur la gestion financière quotidienne. Rapidement, le SGCI doit se battre pour éviter de fournir avant chaque déblocage « des masses de renseignements ». L’ECA refuse de relâcher sa surveillance.

  • 57 F 60 fer357, 513 ; 838, 26 avril 1949 ; 24 mai 1949, « Echange de lettre du 23 mai Petsche et Bing (...)

61Petsche, ministre des Finances, avait promis « de poursuivre l’effort de redressement », de lutter contre l’inflation et de tenir Bruce au courant57. La loi des maxima sert de faire valoir commode de la bonne volonté française, à laquelle l’ECA croit un peu.

  • 58 Le 5e et le 6e depuis avril 1948.
  • 59 V. Auriol Journal, 1949..., op. cit. ; voir bibl. n° 19, p. 229.
  • 60 FRUS IV 1949, Reed to Hoffman secret, 23 mai 1949, 2 pm.
  • 61 E. Faure, op. cit. ; voir bibl. n° 37, p. 243.

62En conséquence un déblocage de 25 milliards est autorisé le 7 avril et un autre encore de FF 25 milliards le 26 avril58. Ce printemps 1949 ravit Monnet qui est beaucoup plus optimiste qu’en décembre 1948. « La situation est sauvée »59, dit-il. Un 7e déblocage de 25 milliards est demandé et obtenu le 23 mai 1949. Un argument nouveau est apparu, celui de la guerre d’Indochine. Avec le déficit de la SNCF, les charges nouvelles atteignent FF 83 milliards. C’est une catastrophe. Petsche promet de relever les tarifs, de faire des économies, et il obtient son déblocage. De son côté l’ECA France avait repris avec succès auprès de Washington l’argument de la guerre en Indochine pour obtenir le déblocage de la contre-valeur60. Edgar Faure dans ses Mémoires prend de haut ce nouveau déficit, « ne serait-il pas plus simple, hasardai-je, de laisser les choses comme cela ? »61. Au fond il avait raison sans le savoir.

63L’ECA croyait-elle à toutes ces promesses ? A certains signes on doit en douter. La comédie était jouée par les deux compères. L’ECA défendait d’abord un gouvernement politiquement acceptable mais elle pouvait aussi constater les heureux progrès de la modernisation. La France se reconstruisait, se développait, la production reprenait. Finalement, l’ECA Paris tenait un discours exigeant en ce qui concerne l’assainissement, mais elle avait fait pour la France le choix de la modernisation dans l’esprit de Monnet.

  • 62 F 60 ter 380, Bingham à Petsche, 28 juin 1949. Trad. : « Pour couvrir toutes les dépenses publique (...)

64Le 28 juin Petsche reprend sa plume pour demander un nouveau déblocage de 27 milliards, le 8e de l’ère Marshall. L’argumentation est piteuse car Petsche doit reconnaître que le déficit de la SNCF perdure, que l’allocation aux vieux travailleurs est financée par les comptes spéciaux du Trésor, mais que les dispositions de la loi des maxima ont été respectées. En conséquence, le gouvernement croit pouvoir demander des fonds pour les investissements. Imperturbable dans sa correspondance avec Petsche, Bingham, le nouveau Chief mission américain approuve à cause des efforts faits « to cover all public expenditures in 1949 from non inflationnary resources »62. L’appréciation était très rassurante pour les Français.

Difficultés de trésorerie dans l’été 1949, conseils américains

  • 63 F 60 ter 357 Petsche à Bingham, n° 1021 ; 1037, de Petsche à Bingham, 1er juillet 1949, référ. let (...)
  • 64 FRUS IV 1949, Bingham to ECA Washington, TOECA 1051, 30 juin 49.
  • 65 F 60 ter 357, 1068, 11 juillet 1949, P. Ledoux à E. Lamy.

65Le 1er juillet, une nouvelle lettre de Petsche sollicite un 9e déblocage de FF 20 milliards pour compenser les manques à gagner du trésor à la suite de la réduction de la charge de la dette à court terme63. Bingham donne son accord mais exige cette fois ci de nouvelles négociations sur les moyens de couvrir les dépenses publiques sans recours à l’inflation, tout en expliquant à Washington que la France a fait de réels progrès économiques64. La situation du trésor se dégradant encore, les services envisagent de requérir un autre déblocage65 qui est accepté les 26 et 28 juillet 1949. C’est le 10e déblocage de 27 milliards.

  • 66 F 60 ter 380, 12 juillet 1949, « Mémorandum US, sur la négociation de la cv ».
  • 67 F 60 ter 380, « Questionnaire ECA du 28 juillet ¡949 et réponse française du 29 ».

66Les Américains marquent leur étonnement en constatant qu’une fois de plus le trésor français est au bord de la banqueroute. Mais ils veulent aider Petsche pour éviter une crise financière qui aboutirait à sa démission et probabalement à celle de Queuille66. Les conseils de l’ECA pleuvent alors. La situation évoque irrésistiblement celle de 1948. Les conseils américains sont tous en faveur de l’économie de marché et de la fin du dirigisme. Le gouvernement doit donc amender sa politique ou convaincre l’ECA du bien fondé de cette politique. Incontestablement, l’ECA se fait plus insistante en cette fin juillet avant d’autoriser les déblocages. Ainsi 4 questions sur les problèmes de trésorerie sont posées aux Français. Une réponse de 6 pages conclut que les ressources sont maigres pour des raisons saisonnières67.

  • 68 F 60 ter 357, 1182, 5 août 1949, Petsche à Barry Bingham.
  • 69 FRUS 1949, IV Washington, 4 août 1949, secret priority ECATO 798.

67Petsche demande le 5 août FF 30 milliards, (c’est le 11e déblocage)68. Il est consenti cette fois à titre d’avance remboursable en novembre. L’ECA n’y croit pas, mais cède quand même69. Petsche sort le grand jeu. Il affirme que la France appuie le processus de libération des échanges inter-européens. L’ECA amène habilement Petsche à écrire noir sur blanc ses intentions et donc à engager le gouvernement dans une politique qui plaît à Washington. Toutefois, en ce domaine, Pestche et l’ECA étaient d’accord car la France faisait des propositions de libération des échanges à l’OECE et d’abaissements des barrières douanières (Finebel). Il explique aussi que le Parlement ne peut à ce moment accorder des ressources supplémentaires. C’est là la véritable raison de la demande de déblocage. L’Assemblée Nationale refuserait sans doute de nouveaux impôts.

  • 70 F 60 ter 497, Bingham à PPS, 17 août 1949.

68Au cours de ce mois d’août les préférences des Américains commencent à se cristalliser à propos de l’utilisation de la contre-valeur. Bingham, chef de la mission ECA à Paris, notifie son refus d’établir un lien entre la contre-valeur et l’électrification de la SNCF ou avec Gaz de France. Des tendances nouvelles s’affirment à propos de la reconstruction : « Nous tenons particulièrement à ce que le solde du montant approuvé concerne des projets d’une portée largement humaine et intéressant l’opinion »70. Désormais la mission approuve des projets bien identifiés et conformes à ces dispositions. Or les investissements du plan sont-ils des projets largement humains et intéressant l’opinion ?

  • 71 B 18220, Mvt des fonds, 9 septembre 1949, « Note sur les justifications d’emploi des fonds débloqu (...)

69De plus un phénomène nouveau se produit. Officiellement, les demandes de déblocage sont justifiées par le plan de modernisation, or les services français éprouvent des difficultés à trouver des projets satisfaisants les Américains en raison des nouvelles idées américaines pour l’utilisation de la contre-valeur, mais aussi à cause du rythme de la modernisation plus lent que celui des déblocages71. Ce phénomène nouveau prouve bien que la contre-valeur était initialement une aide budgétaire et la modernisation un prétexte commode pour la dégeler. Désormais l’ECA paraît soucieuse d’utiliser la contre-valeur à certaines fins.

  • 72 FRUS IV, 1949, 26 août 1949,7 pm ; TOECA 1173, Bingham to Hoffman.
  • 73 FRUS IV 1949, Washington, Foster Ecato 856, 15 septembre 1949, 4 pm.

70Fin août 1949, le gouvernement français sollicite FF 27 milliards. Le déblocage est accepté (12e déblocage) malgré l’inefficacité des mesures anti inflationnistes du gouvernement, juge en privé la mission72. L’ECA s’interroge sur la façon d’influencer efficacement le gouvernement français pour qu’il améliore la productivité de l’agriculture française. Elle songe à utiliser la contre-valeur de 1950 dans ce but, preuve qu’elle commence à imaginer « sa » conception de la modernisation de la France73. Prenant son parti de la médiocrité des mesures de stabilisation ou des réticences à réformer le système fiscal français, elle prépare pour 1950 une offensive dans le domaine réservé jusqu’alors au gouvernement et à Monnet, le plan de modernisation.

  • 74 F 60 ter 357, 1375, Petsche à Bingham, 27 septembre 1949.

71Le SGCI prépare un projet de lettre pour requérir un 13e déblocage de 20 milliards en octobre 1949, en échange cette fois-ci de nouveaux entretiens sur les problèmes budgétaires74. L’ECA se prépare à peser sur les investissements.

L’ECA est contrainte d’accéder aux désirs du gouvernement

72Les Français pensaient obtenir FF 32 milliards pour clore l’année civile. Mais cette tentative échoua pour la première fois depuis le début du plan Marshall à cause de la chute du gouvernement Queuille et de l’arrivée d’un gouvernement Bidault-Schuman le 29 octobre 1949.

Pas de cadeau de bienvenue pour Bidault

  • 75 FRUS IV 1949, Bingham to Hoffman 22 octobre 1949 5 p. m. TOECA 1295 counterpart series n° 65.
  • 76 FRUS IV, 1949 TOECA 1392 Bingham to Hoffman secret, priority 21 novembre 1949, 8 pm.
  • 77 F 60 ter 380, Documents remis par Tomlinson le 20 novembre, « Résumé conversation Bruce-Petsche ».

73L’ECA devient tout de suite plus nerveuse et elle attend de connaître les intentions du nouveau gouvernement pour autoriser de nouveaux déblocages de contre-valeur75. En privé Bingham explique que son action n’a pas pour but de bloquer la contre-valeur mais de pousser le gouvernement à définir son programme de réformes économiques et fiscales76. En fait il s’agit bien d’une sonnette d’alarme pour le nouveau gouvernement. Bruce demande au gouvernement de prendre conscience du danger d’inflation et d’agir soit en limitant le crédit, soit en faisant appel à la concurrence étrangère77. Bingham entend user de sa position de force pour forcer Bidault et Schuman à discuter les questions brûlantes des équilibres budgétaires de la nation.

74Tout est loin d’être faux dans l’analyse de l’ECA, mais pourquoi prendre des « sanctions » maintenant ? Peut-être parce que Bidault et Schuman ne s’étaient pas précipités à la mission américaine, comme l’avait fait Queuille.

  • 78 F 60 ter 410, 25 octobre 1949, source ?, « Note sur les négociations relatives à la CV de l’aide a (...)
  • 79 F 60 ter 513, 17 novembre 1949, de ? à Ledoux [notule : 2 notes que j’avais remises à Maurice].

75Cette attitude, prise à regret dit Bruce à Bernard de Margerie, est le signe d’un changement d’attitude de l’ECA envers la France. Il est vrai que le temps des auditions au Congrès arrive et qu’il faut satisfaire les parlementaires américains. L’ECA durcit ses contrôles et ses exigences. En octobre un fonctionnaire écrivait, abasourdi : « Le gouvernement américain grâce à la contre-valeur est arrivé à exercer sur le gouvernement français une tutelle qui n’est pas seulement déplaisante mais qui parfois risque d’être considérée comme portant atteinte à la souveraineté nationale et dont on peut se demander si elle n’a pas dépassé dans certaines circonstances les limites de l’accord bilatéral »78. Le SGCI en prend son parti. Bernard de Margerie explique à ses collaborateurs que « Tommy », i. e. Tomlinson, n’aura pas tout de suite ses « petites histoires », i. e. les comptes rendus d’utilisation de la contre-valeur79, et Schweitzer considère que Tomlinson est prêt à se contenter d’une explication de convenance.

Washington cède par nécessité

  • 80 F 60 ter 357, et 380 ; 1715, Petsche à Bingham, 19 décembre 1949.

76Un mois plus tard, en décembre 1949, l’ECA accepte définitivement le déblocage des FF 30 milliards d’août et autorise le déblocage de FF 37 milliards (14e déblocage). Les Français le justifient par l’effort de stabilisation. Pestche explique que les ressources fiscales sont majorées de 25 % et que FF 125 milliards de dépenses extraordinaires sont réintégrés dans le budget80. Pour la seconde fois, le gouvernement explique ses difficultés par les charges de la guerre d’Indochine. Petsche fait aussi une déclaration favorable à la libération des échanges européens comme facteur de stabilisation des prix en France. Il s’agit de convaincre l’ECA de dégager la contre-valeur malgré le déficit de la SNCF et les dépenses en Indochine.

77Bingham reconnaît que l’inflation a été tenue durant les 9 derniers mois, apportant une sorte de quitus à Queuille et à Petsche, mais écrit-il, « ce n’est pas sans appréhension que l’ECA donne son accord au déblocage des 37 milliards de francs ». Est-il déçu ? sans doute, car l’année 1949 n’a pas marqué de progrès décisifs dans la lutte pour la stabilisation, puisqu’il y a rechute en fin d’année. La fin de l’année 1949, moins dramatique que celle de 1948, reste marquée par le risque d’une banqueroute. Le terme a été employé et il traduit une certaine lassitude de l’ECA. Le plan Marshall est-il la bonne solution pour redresser la France et pour la dresser contre les forces du désespoir ?

Les objectifs de Washington

  • 81 F 60 ter 380, « Instructions du NAC », communiquées à Petsche pour son information personnelle, so (...)

78Si l’ECA a débloqué la contre-valeur, si l’ECA-Paris s’est déjugée rapidement, ce n’est pas à cause des arguments de Petsche, pourtant soigneusement préparés pour Washington par le SGCI en accord avec l’ECA-Paris, ni pour la politique financière de la France. A Washington, le NAC a estimé qu’un « refus d’approuver un déblocage en ce moment ci ne provoquerait aucune amélioration de la politique monétaire française dans les mois à venir et que les répercussions politiques fâcheuses qui pourraient résulter d’un refus de déblocage annuleraient l’effet de tous les bénéfices réalisés »81. Depuis deux ans le blocage ou le déblocage de la contre-valeur résultaient plus de considérations politiques qu’économiques. Le déblocage est fait, écrivait Foster, « en dépit de notre insatisfaction concernant l’efficacité française à tenir les engagements de lutte contre l’inflation ».

  • 82 I. Wall op. cit. ; voir bibl. n° 298 ; p 260.

79Cette remarque justifiait que l’ECA et le SGCI se revissent à propos des déblocages de 1950. Foster était conscient que la contre-valeur était une arme aux mains des Américains, mais une arme fragile, délicate et limitée. L’efficacité de cette arme tenait au fait que le gouvernement français n’était jamais assuré d’obtenir la contre-valeur. Il devait donc tenir compte dans une certaine mesure des pressants conseils de l’ECA. Mais elle était fragile car le gouvernement français pouvait accuser Washington de le pousser à l’inflation en lui refusant la contre-valeur et en le contraignant à lancer des appels à la Banque de France. Or les déblocages mensuels, précédés d’une comédie bien réglée sur les critiques de la politique fiscale de la France et les promesses des Français, émoussaient la puissance de conviction des Américains. D’une certaine façon, à la fin de 1949, l’ECA renonça à faire la politique financière et monétaire de la Banque de France ou la politique fiscale du Parlement français82.

80Les Américains décident donc, afin de renforcer l’efficacité de leurs conseils, de passer en revue l’économie française et de faire des déblocages par trimestre en 1950. Ils mettent comme conditions à un premier déblocage l’étude au moins d’une réforme de la fiscalité française, la recherche de l’équilibre budgétaire, l’adoption préalable d’une nouvelle loi des maxima, la lutte contre le déficit des entreprises nationalisées, la libre circulation en France des marchandises européennes et l’abaissement des prix. Le catalogue américain n’est pas nouveau, il prouve la vanité des interventions de l’ECA.

  • 83 J. Bouvier, F. Bloch-Lainé, sur l’investissement reconstruction-modernisation, art. cit. ; voir bi (...)

81Alors à quoi servirent les précédentes négociations sur la contre-valeur puisque les gouvernements français furent soutenus tant bien que mal par l’ECA ? La « comedia » était-elle le reflet de l’inexpérience américaine à influencer les dirigeants français ? Etait-elle une forme nouvelle de l’hommage féodal, la reconnaissance de la souveraineté américaine éminente sur la France ? L’ECA poursuivait en fait un unique but, d’après Bloch-Lainé, « le renforcement rapide de l’économie française »83. L’observation de la modernisation en marche satisfait l’ECA, même si son financement se fait de façon chaotique au cours des années 1948 et 1949.

  • 84 4 AU 39, dr3 sdra, GCR, 11 janvier 1949, DEL/CMX/GCD n° 1.489 « L’influence américaine sur la poli (...)
  • 85 F. Bloch-Lainé, J. Bouvier, La France restaurée... op. cit. ; voir bibl. n° 135 ; p. 160.
  • 86 E. Faure, Mémoires... op. cit. ; voir bibl. n° 37 ; p. 251.

82Les Américains ont désiré exercer une influence sur la politique monétaire, fiscale, de crédit du gouvernement français par la contre-valeur. Un correspondant américain en France présentait Bruce comme « un oncle d’Amérique assis sur le coffre-fort et déclarant que rien ne le fera bouger, excepté un budget français équilibré »84. Les Français ont tenté de tenir compte des recommandations américaines. Car selon l’excellente analyse de Jean Bouvier, « les cheminements des raisonnements des décideurs français étaient les mêmes naturellement que ceux de leurs interlocuteurs américains »85. Edgar Faure trouvait normal de prendre en considération les conseils américains86. Mais la France ne pouvaitt être manipulée comme un protectorat. L’ECA peut-elle raisonnablement prôner le retour au libéralisme alors que les Américains ont reconnu aux pays dévastés par la guerre le droit provisoire de discriminer ? Peut-elle faire cesser les nationalisations ? Priver la France de la contre-valeur serait un échec politique de première grandeur pour l’Amérique. Ils acceptent les insuffisances de la stabilisation financière au nom de la stabilisation politique et du développement économique de la France.

83Les gouvernements de Troisième Force donnent-ils des garanties en échange ? Le retour des communistes au pouvoir, un moment évoqué par Queuille ou Jean Monnet, devient rapidement impensable. Les Américains n’ont donc plus rien à exiger. Certes les Français doivent accepter les conseils américains pour boucler leurs fins de mois, mais que d’accommodement avec les exigences de l’ECA. Il y a plus de rouerie que de veulerie dans le comportement des gouvernements et des administrations de la IVe République envers les Américains. Personne ne vend son âme pour obtenir les milliards de la contre-valeur, puisque l’ECA n’a pas vraiment le choix de la retenir. L’intervention américaine dans la sphère de la politique intérieure française est gênante, mal supportée, condamnée parfois au nom de la souveraineté française, plaisantée sans doute, mais Queuille ou Petsche restent les patrons.

LA CONTRE-VALEUR AU SERVICE DE LA MODERNISATION

84Puisque l’ECA renonce à discuter, au moins au début, les choix de modernisation, l’affectation de ces sommes importantes est du ressort de l’administration française : gouvernement, CGP, ministère de la Reconstruction, ministère des Finances surtout. Cependant, l’ECA ne peut pas se désintéresser totalement du sort de la contre-valeur. Elle doit se mettre d’accord avec les Français pour donner concrètement aux fonds de contre-valeur une destination cohérente avec les buts du plan Marshall.

Le débat interne aux Français sur la modernisation, décembre 1948

85En 1948, 140 milliards de francs de contre-valeur avaient été débloqués. Il n’y avait pas eu de véritables débats sur leur utilisation. Les Finances et Monnet avaient été heureux de pouvoir récupérer ces fonds qui soulageaient le Trésor.

Le plan profite de la contre-valeur de 1948

8695 milliards soit 67,8 % des crédits de contre-valeur allèrent au Fonds de modernisation et d’équipement, c’est-à-dire aux secteurs de base du plan de modernisation :

Tableau 60. Utilisation de la contre-valeur de 1948

Tableau 60. Utilisation de la contre-valeur de 1948

Prévoir les investissements de 1949

87L’année 1949 se présentait tout autrement. La contre-valeur s’accumulait régulièrement. On savait combien la France disposerait de fonds Marshall pour 1948-1949 et on pouvait donc mieux prévoir le montant de la contre-valeur.

  • 87 AMF 11/7, 10 novembre 1948, dossier du groupe de travail de la commission des investissements, fin (...)

88La perspective de disposer d’un fonds abondant de contre-valeur joua évidemment un rôle dans la détermination du montant des investissements de modernisation et de reconstruction hors budget ou budgétisés. L’évaluation de la contre-valeur pour 1949 a varié de FF 237 à FF 280 milliards. La nouvelle loi des maxima envisagait FF 280 milliards. Les crédits de contre-valeur furent de FF 263 milliards. Monnet prévoit de donner 1/3 à la reconstruction et 2/3 aux industries de base. Il considère que 1949 peut être la grande année du 1er plan, car les moyens existent, encore faut-il que le gouvernement choisisse de moderniser87.

Tableau 61. Evolution des prévisions d’investissements de planification pour 1949

Tableau 61. Evolution des prévisions d’investissements de planification pour 1949

89L’évolution à la baisse des prévisions d’investissements de modernisation, plus que celles des prévisions de reconstruction correspondait à un véritable combat entre Monnet et le ministère des Finances.

Le combat de Monnet contre Petsche

  • 88 F 60 ter 380, 25 septembre 1948, Président du Conseil à CGP, en fait la lettre est rédigée par la (...)

90Monnet s’est d’abord aperçu qu’il était éloigné des négociations sur la contre-valeur puisque le premier déblocage, en septembre 1948, fut réglé par le ministère des Finances. Il espérait que toute la contre-valeur du déblocage de septembre serait attribuée au plan après les retards du financement de la modernisation des grands secteurs de base. Or les vœux de Queuille et de Petsche étaient différents88.

91Monnet a tort apparemment de s’inquiéter puisque l’essentiel des trois déblocages d’avril, de septembre et de novembre 1948 va à l’investissements productif. Mais il n’oublie pas que cette affectation est toute théorique, que la contre-valeur nourrit le budget en général et que l’essentiel est d’obtenir du gouvernement français un engagement budgétaire réel en faveur de l’investissement de modernisation. On comprend donc son inquiétude, renforcée par l’échec de la création d’une caisse autonome de l’équipement indépendante du Trésor. L’attribution a posteriori de la contre-valeur au plan avait tout de même une certaine valeur. Elle signifiait que l’ECA comme le gouvernement voulaient réaliser le plan.

  • 89 B 42268, « C. r. commission des investissements », 1er octobre 1948 ; 1A 405, « C. r. de la séance (...)
  • 90 V. Auriol, Journal, 1948... op. cit. ; voir bibl. n° 19 ; p. 468.
  • 91 AMF 11/7/2, 29 novembre 1948, C. des investissements, « Note pour le président du Conseil », 2e ra (...)

92A l’automne s’engage un important débat au sein de l’administration française pour savoir ce qu’on fera de la contre-valeur. Le contexte est à l’austérité à la demande des Américains. Petsche, secrétaire d’Etat aux Finances, puis Ministre n’est pas un fanatique des investissements et il est plus aisé de décréter des économies sur les investissements que sur la reconstruction ! Petsche propose de donner priorité à la reconstruction industrielle et de faire des économies sur les investissements de modernisation. Il estime que la charge financière de la reconstruction et des investissements est trop lourde. Queuille approuve son secrétaire d’Etat et Robert Schuman pense qu’il faudra « peut-être réduire le programme des investissements ». E. Claudius-Petit proteste, car il croit que la reconstruction est visée. En fait c’est Monnet qui l’est ! Monnet rappelle simplement qu’il faut exporter, donc accroître la production dans la stabilité et investir89. Alors que Monnet tentait d’intégrer la stabilisation dans le processus de modernisation, Petsche était disposé à répondre à l’exigence de stabilisation budgétaire en coupant les crédits d’investissements sans réfléchir aux conséquences lointaines90. Le CGP demande résolument que la totalité de la contre-valeur soit consacrée aux équipements neufs et productifs91. Il n’a guère de chances d’être entendu. Les protagonistes de l’affrontement sont en place. Les hommes vont se rencontrer brutalement !

  • 92 V. Auriol, Journal, 1948... op. cit. ; voir bibl. n° 19 ; 1948, p. 566.
  • 93 AMF 11/7/11, 8 décembre 1948.

93Monnet plaide en s’appuyant sur le plan Marshall. L’aide n’a de sens que si elle sert à développer les équipements productifs, alors que Petsche coupe allègrement FF 200 milliards dans les équipements. Il tente de faire pression sur le président du Conseil par ses amis ou les hommes politiques qui lui sont favorables. Il voit Queuille et Auriol le 8 décembre 1948, avant le conseil des Ministres où le chiffre définitif des investissements doit être décidé92. Découragé, car il sait à quoi s’en tenir, Monnet menace de démissionner. Il proteste contre les projets du gouvernement de limiter les investissements de base à FF 225 milliards, dont FF 20 milliards conditionnels. Monnet évoque alors une « désorganisation totale et pour une longue période de toutes les activités de base »93. Il plaide avec ferveur pour la modernisation. Auriol intervient auprès de Queuille, avec succès.

  • 94 AMF 11/7/15 M. des A E et F. Cion des investissements, p. v. du 11 décembre 1948, même pv dans B 4 (...)

94Finalement, le gouvernement retient la somme de FF 270 milliards pour les diverses activités de base. Mais cette somme est amputée de FF 65 milliards de remboursements d’emprunts antérieurs. La vraie modernisation est seulement de FF 205 milliards. Le crédit paraît tellement inadmissible que Monnet proteste vigoureusement contre la décision du conseil des ministres, lors de la réunion de la commission des investissements du 11 décembre 1948 en présence de Petsche, ministre des Finances. Ses prévisions initiales portaient sur 433 milliards d’équipements de base et d’investissements de l’Etat, réduits par lui à 406 puis à 355, enfin à 325, montant en dessous duquel il refuse de descendre94.

  • 95 Papiers Elgey. Entretien « F. Fontaine-CL. Daillencourt », 22 juillet 1964.

95Pestche est visiblement excédé de cette résistance. Il est rare qu’un procès-verbal, genre littéraire peu propice à l’expression des sentiments, le fasse ressortir : « Le débat s’égare » dit Petsche, « le montant maximum des crédits est fixé. Il n’y a pas lieu de le remettre en cause ». Monnet insiste. Le rythme des échanges verbaux entre les deux hommes est rapide. Serait-ce le combat entre l’homme de la modernisation et celui du conservatisme ? François Fontaine se rappelle des « bagarres » avec Petsche a propos de la modernisation95. Celle du 11 décembre 1948 fut rude.

  • 96 AMF 11/7/17 bis, pv de la commission des investissements du 13 décembre 1948.

96Le 13 décembre, Petsche parle de FF 280 milliards96, montant de la contre-valeur espérée pour 1949. Monnet est dépité. Où sont ses alliés ? Qui l’a soutenu au sein de la commission des investissements ? Bloch-Lainé propose de procéder à la répartition des crédits ainsi définis. Monnet craint le pire. Il n’admet pas que les ressources les plus sûres aillent à la reconstruction et les ressources aléatoires aux équipements ? Alors, pour sauver la modernisation, il jette un argument de poids : les Américains ne seront pas d’accord. Tout le monde sait qui est Monnet, quelles sont ses relations avec Bruce. Petsche se retire de la commission en lui demandant de faire son travail.

97L’épreuve de force est engagée. Les vrais problèmes du financement de la modernisation sont posés.

  • 97 AMF 11/7/29a, 21 décembre 1948, J. M. au Pdt du Conseil.

98Petsche n’a pas désarmé, au contraire, car in extremis il rabat les crédits à FF 250 milliards. Queuille tranche à FF 264 milliards, mais Monnet se sent berné. Il se bat maintenant sur le « front » des FF 280 milliards à défaut des FF 325 milliards. Il recule sans cesse. Il fait intervenir les ministères techniques pour retrouver le chiffre de FF 280 milliards approuvé par l’ensemble de la commission des investissements. Il faut investir, à moins dit-il, de compromettre « notre indépendance »97.

  • 98 Papiers Elgey. « Entretiens Elgey-Queuille », 12 août 1964.

99Ainsi, à la fin de l’année 1948, il se trouvait un président du Conseil et son ministre des Finances pour préférer à l’effort de la modernisation un équilibre budgétaire au moindre coût98.

Une intervention maladroite de l’ECA en faveur de Monnet

  • 99 AMF 14/5/18 bis, 1er décembre 1948, MAE, de la part de Baraduc, « Note traduite de Bruce pour sa c (...)
  • 100 F 60 ter 378, 3 décembre 1948, « Suite de la conversation Bruce/Petsche du 30 novembre ».
  • 101 4 AU 31, dr 5 sdr b, confidentiel, 14 décembre 1948, « Note », sans doute du SGCI ; F 60 ter 380 1 (...)
  • 102 Journal, 1948... op. cit. ; voir bibl. n° 19 ; p. 551.

100Monnet cherche le soutien de Bruce. Il l’obtient puisque Bruce s’étonne devant Petsche, que les programmes d’investissements passent de 800 milliards à 250 milliards : « chiffre dangereusement bas si la France veut accroître sa production comme prévu... »99. Bruce a mélangé sciemment modernisation et reconstruction dans les 800 milliards qu’il compare au chiffre des investissements décidé par Petsche. Le gouvernement n’a pas proposé une telle diminution des investissements. Tomlinson va plus loin encore. Il chiffre l’effort fiscal français à FF 300 milliards pour pouvoir financer dit-il, FF 400 à 450 milliards d’investissements productifs100. Tomlinson deviendrait-il le directeur du Trésor de la France ? Il prend position dans la querelle interne sur le montant des investissements productifs pour 1949101. Queuille et Auriol ne laissent pas passer : « Les Américains prétendent nous imposer 800 milliards d’impôts sous la menace de retirer l’aide du plan Marshall.... » écrit Vincent Auriol102. Le ton du Président et celui qu’il prête à Queuille sont durs. La période est délicate, mais les américains n’ont pas demandé FF 800 milliards d’impôts. Cet incident permet d’ailleurs à un membre du gouvernement, Bétolaud, ministre des Anciens combattants (PRL), d’attaquer vivement Monnet sous prétexte qu’il divulguerait aux Américains des renseignements sur la situation économique et financière du pays. C’est comique, mais révélateur du secret qui entoure les mécanismes de négociation entre l’ECA et le SGCI ignorés au plus haut niveau gouvernemental. Finalement les interventions de Tomlinson ont desservi la cause de Monnet. Le gouvernement n’a pas cédé aux invites américano-monnetistes d’augmenter les investissements. D’ailleurs l’ECA débloque la contre-valeur de décembre.

  • 103 B 33507, J. Guyot, « Loi d’investissement », documents pour la commission des Finances.

101La loi des maxima pour 1949 est votée le 31 décembre 1948. Son article 3 prévoit 620 milliards d’investissements (reconstruction et modernisation). En recette il est prévu FF 280 milliards de contre-valeur soit 80 % des investissements de modernisation et de reconstruction de la SNCF et de la flotte, ou 45,1 % de l’ensemble modernisation-reconstruction103. Le budget et les investissements le sont seulement en avril 1949.

  • 104 Papiers Elgey. « Entretiens Elgey/ JP Delcourt », 29 juillet 1964.
  • 105 Papiers Elgey. « Entretien Elgey Monnet », 6 octobre 1964.
  • 106 J. Bouvier, F. Bloch-Lainé, « Sur l’investissement reconstruction-modernisation au temps du plan M (...)

102Les différentes moutures des programmes d’investissements, les affrontements à la commission des investissements confirment bien que « la discussion des crédits du plan donnait lieu à une lutte affreuse entre le ministère des Finances et le Commissariat général du Plan. On allait de drames en drames » raconte un homme du Plan104. Les archives confortent largement ce point de vue, davantage que celui de Monnet lui-même qui a gommé ces oppositions doctrinales : « On s’était mis d’accord avec le ministère des Finances pour que la contrepartie du plan Marshall soit affectée au plan Monnet »105. Il n’est donc pas probant d’affirmer que Monnet a porté par principe la hache dans les investissements au nom d’une politique de stop, comme le dit Jean Bouvier106. Eminemment pragmatique, Monnet doit sacrifier certaines ambitions de modernisation au nom des rapports de forces immédiats. Il a cru qu’en diminuant lui-même ses ambitions il serait à l’abri des surprises. Ce ne fut pas le cas. En revanche le secrétaire d’Etat aux Finances Maurice Petsche et le président du Conseil Henri Queuille voient très clairement sur quels poste agir pour boucler leur budget : les investissements de modernisation.

Nouvelles difficultés de Monnet en 1950

103L’expérience aidant, le gouvernement prépare plus longtemps à l’avance les projets à inscrire sur la liste d’éligibilité de la contre-valeur et le montant des investissements de modernisation et de reconstruction pour 1950.

104Le gouvernement constitue en effet un comité spécial chargé de déterminer avec précision pour 1950 et dans les grandes lignes pour 1951 et 1952 les ressources que le trésor peut consacrer aux investissements. Les services se mettent au travail dès juillet 1949.

  • 107 B 33508, récapitulation budget 1950, comité spécial des investissements ; « P. v. du CI ou du comi (...)

105Le comité remet au gouvernement son premier rapport en octobre 1949. Il table sur une aide américaine de FF 215 à FF 250 milliards. Il propose de faire passer les fonds du FME à FF 381 milliards en 1950, alors que Monnet demande FF 465 milliards pour les équipements dont 50 milliards de travaux nouveaux, et FF 485 milliards pour le MRU107.

  • 108 Année Politique 1949.

106Le débat sur l’investissement ne se limite plus au cadre étroit de la commission des investissements. L’Assemblée nationale s’en empare légitimement. Les Radicaux, le RPF, des PRL et des Indépendants refusent de nouveaux impôts, tandis que C. Pineau demande des crédits d’investissements pour la SNCF, l’aviation civile, le tourisme et la marine. La commission des Finances de l’Assemblée Nationale entre en conflit avec le gouvernement sur la question de l’équilibre budgétaire et préconise des mesures d’économies de FF 91 milliards dont 30 concernent les investissements. L’Assemblée nationale vote le 26 décembre le budget 1950 et prévoit FF 398 milliards d’investissements108.

  • 109 AMF 17/3/10, 19 janvier 1950, « Note pour l’audition de J. Monnet devant la commission des Finance (...)
  • 110 B 42 268 « C. r. réunion 5 juin 1950 ».

107Manifestement Monnet est déçu. Il n’y aura pas de programme nouveau sauf un équipement thermique complémentaire109. De son côté, Petsche, semblant découvrir que l’aide américaine diminue, évoque « l’arrêt ou l’étalement de certaines opérations dont l’achèvement avait été prévu pour 1952 ». Mais Hirsch veille au grain et rétorque « qu’il serait dangereux de cristalliser certaines directives en leur donnant force de loi »110. Petsche reste donc peu disposé à prendre des risques financiers pour la modernisation. Mais la critique contre l’investissement de modernisation se précisant à l’Assemblée nationale, Pestche finit par défendre une position moyenne entre Monnet et ces groupes politiques ou d’opinion malthusiens.

  • 111 AMF 17/3/8 Conseil économique, mercredi 18 janvier 1950, « Exposé de Monnet ».
  • 112 AMF 17/9/2 Gimgembre à Hirsch, 19 mai 1949 et réponse de Monnet le 18 novembre 1949 à une lettre d (...)
  • 113 AMF 17/10 « Rapport du CGP de février 1950 sur les investissements dans la Presse et au Parlement  (...)
  • 114 J. Bouvier, F. Bloch-Lainé « Sur l’investissement... art. cit. voir bibl. n° 134 ; p. 20.
  • 115 J. Bouvier, F. Bloch-Lainé, « Sur l’investissement reconstruction-modernisation », art. cit. voir (...)

108Il est remarquable de constater qu’à la fin de l’année 1949, après deux ans d’attribution de la contre-valeur aux investissements du plan Monnet, des personnalités ou des groupes politiques importants n’apprécient toujours pas cette utilisation de l’aide. Le Conseil économique et social souhaite affecter la contre-valeur à la reconstruction pour diminuer les impôts plutôt qu’à la modernisation. Monnet doit se couvrir, à tort, par les dispositions de l’accord bilatéral pour expliquer que ces ressources sont déjà affectées à la modernisation111. On trouve ici l’écho d’un débat sur le rôle du Plan dans l’économie. Certes, les projets de planification n’ont pas été débattus par le Parlement, et certaines personnalités pour des raisons diverses attaquent Monnet : Gingembre patron des PME, estime que les PME ont été l’objet « d’éviction constante » de la part du Plan, les Informations s’insurgent contre Monnet qui depuis 5 ans présente « la note au Palais Bourbon qui vote sans se préoccuper autrement de la destination de ces milliards »112. Charles Rist dans la Vie Française du 20 novembre 1949 part à l’attaque du plan accusé de détruire l’équilibre budgétaire. Cet économiste célèbre était obsédé par les risques d’inflation et de crise comme celle de 1929. E. Giscard d’Estaing estime que l’opinion américaine veut que l’aide serve la reconstruction plus que le « financement de vastes entreprises nationalisées par l’Etat »113. Ce qui est tendancieux. Que l’ECA émette des réserves sur le financement prioritaire des nationalisées est vrai, qu’elle préfére la reconstruction à la modernisation est faux. Le CNPF, note Jean Bouvier, proposait à l’Etat, jusqu’aux années du Marché Commun « d’user de sagesse et de mesure » dans les investissements114. Monnet n’a-t-il pas manifesté de la sagesse et de la mesure en modernisant ? Il est vrai que les modernisateurs, à commencer par Monnet, tentaient de contenir l’inflation et de faire la modernisation quand même115.

109On reste stupéfait par la mauvaise foi de certains, par la cécité des autres, par l’impossibilité d’apprécier sereinement l’intérêt à long terme de la France. Mais qui contestait, 20 ans après, la modernisation ?

110Par quoi sont excités les plus critiques ? Sinon par le fait que l’Etat a pris ses responsabilités dans la modernisation, face à un capital privé déliquescent ou attentiste. Car enfin, à qui servirent les investissements dans les Houillères, EDF ou la SNCF, sinon à tous, entreprises privées et publiques confondues ? On est étonné qu’un homme comme Edmond Giscard d’Estaing ne comprenne pas ce qui est dit et redit par les Américains : il faut financer le secteur productif et stabiliser les finances. La reconstruction n’était pas leur objectif premier. Ne faut-il pas parler d’un complot contre le CGP, alimenté par la complexité du fonctionnement de l’aide, par la propension de Monnet à se passer du Parlement, et par sa volonté de financer les secteurs de bases dont beaucoup (mais pas tous, comme la sidérurgie) sont nationalisés ? Heureusement le plan a été défendu par Bidault, par Pineau, par E. Faure et d’autres, c’est-à-dire par l’intelligentsia politique au pouvoir.

111Les libéraux orthodoxes ne croyaient guère aux investissements dans le cadre de l’Etat ; y croyaient-ils davantage par l’action du marché ? Monnet a évité le pire, car la France avait besoin de moderniser son économie. Il a su discerner l’intérêt à long terme du pays au-delà des contingences partisanes ou techniques. La contre-valeur de l’aide américaine a servi opportunément ce dessein.

La contre-valeur n’est pas un secours d’urgence

112La contre-valeur attire diverses associations ou particuliers qui y voient une source de financement facile pour d’honorables activités de secours. Ne parle-t-on pas dans la presse, à la radio, de mirifiques crédits américains ?

  • 116 F 60 ter 357, 448, 29 décembre 1948.
  • 117 F 60 ter 358, n° 130, 6 février, B. de M. à Latapie ; F 60 ter 513, Bonnet 2 février 1950.

113Les associations de secours américaines opérant en France guignent les dollars ou les francs de contre-valeur. Ainsi une association de secours aux aveugles demande 600 000 $ , une somme énorme, pour créer un atelier de brosserie116. Le SGCI est sollicité en faveur des personnes déplacées. L’ORT a présenté un programme de rééducation professionnelle de 7,5 milliards FF sur 3 ans, concernant 54 000 personnes. L’organisation est appuyée par des parlementaires américains et français. Le SGCI explique aux Finances que « quoiqu’en puissent penser nos amis américains », l’accord du 28 juin n’oblige pas les Français à affecter des crédits de contre-valeur en faveur des réfugiés117.

  • 118 F 60 ter 523, 3 août 1949 ; 15 juillet 1949, PPS à M. de Ville d’Avray, Courbevoie.

114Le SGCI doit répondre à de curieuses lettres comme celle de l’Abbesse de l’Abbaye Saint Louis du Temple de Meudon à qui il refuse des fonds de contre-valeur, ou à celle de M. de Ville d’Avray désireux de créer un centre de formation professionnelle et un village communautaire118.

  • 119 F 60 ter 357, 19 janvier 1949, n° 498 PPS à AE.

115Le SGCI et le ministre des Finances adoptent une ligne de conduite qu’ils ne quittèrent plus. La contre-valeur doit financer les dépenses d’investissements prévues par la loi des maxima et non les programmes de secours. « C’est la seule manière que nous ayons d’éviter que les Américains ne nous imposent de financer sur la contre-valeur des dépenses que nous ne souhaitons pas effectuer »119, explique le SGCI. Le SGCI entend couper court aux démarches de l’ECA en faveur de projets qui lui plaisent, et qui multiplie les pressions importunes.

  • 120 F 60 ter 357, 1308, P. Ledoux à Bingham, 13 septembre 1949.

116Parfois, on pressent qu’il est délicat de répondre par la négative. Que répondre aux démarches bien embarrassantes et plutôt sympathiques de l’ECA ? Les Américains demandent que des fonds de contre-valeur servent à la promotion de fouilles archéologiques à Saint-Denis (fouilles Crosby de Yale). Le SGCI refuse, estimant que les sommes allouées au tourisme ont été déjà dépensées120.

  • 121 F 60 ter 357, 1408, PPS aux Finances, octobre 1949.
  • 122 F 60 ter 358, 91, B. de M. à Président, 27 janvier 1950, « Note pour le président du Conseil ».
  • 123 F 60 ter 500, BM, 29 janvier 1951 à président du Conseil, SGCI, « Note pour le ministre », portant (...)
  • 124 F 60 ter 359, n° 92, 20 janvier 1951 « Note pour le ministre », B. de M.

117Cependant le SGCI cède exceptionnellement, dans une affaire hautement symbolique, la reconstruction de l’hôpital de Saint Lô. Peut-on donner directement des fonds de contre-valeur à une association, American Aid to France, pour sa participation à la reconstruction de l’hôpital de Saint-Lô ? La demande est inopportune, mais... ! Le SGCI sait que l’ECA recommande vivement l’opération, qu’elle désire « faire du social » avec le Plan Marshall et célébrer aussi les bienfaits du plan Marshall des deux côtés de l’Atlantique. En conclusion, il faut aider la ville de Saint Lô à cause des répercussions politiques de l’arrêt éventuel du chantier, à cause du caractère symbolique des travaux qu’on y mène121. Des parlementaires tentent de débloquer ce dossier politiquement intéressant122. L’ECA se dit prête à financer une partie du programme sur les 5 % en raison du profond symbole que représente cette ville bombardée et reconstruite par les Américains, et du rôle joué par Drew Pearson, organisateur du Train de l’Amitié, dans cette affaire. Le MRU de son côté n’est pas enthousiaste pour inscrire à son budget les sommes nécessaires. Ses hésitations s’expliquent par le projet grandiose de reconstruction, car « la conception de cet hôpital est folle » écrit le ministère des Finances, « il faut le réduire sans quoi on aboutirait au scandale d’un hôpital construit peut-être mais vide... »123. Mais tout va très vite. L’Hôpital Mémorial franco-américain est reconstruit en partie par l’American aid to France qui s’est substituée à la ville, et grâce à de nombreuses souscriptions aux Etats-Unis. Bernard de Margene, après avoir hésité un an, demande au ministre un crédit exceptionnel de FF 1 milliard en 1951124.

  • 125 F 60 ter 359, 327, 10 avril 1951, B. de M. à Robert Schuman MAE.

118Le SGCI est saisi un jour d’une demande fort remarquable. Le très catholique ministre des Affaires étrangères Robert Schuman désire des crédits pour édifier des églises nouvelles en Moselle (Evêché de Metz). Bernard de Margene lui répond, comme il l’a toujours fait, que la contre-valeur est une recette de l’Etat et que l’ECA a refusé de se servir de ses ressources propres pour des projets d’utilité générale, quand bien même ils seraient incontestables125.

Conclusion

119Les négociations de 1948 et 1949 sur la contre-valeur de l’aide américaine révélaient deux faiblesses françaises. Le déséquilibre budgétaire permanent et un manque d’enthousiasme relatif pour la modernisation. Elles montraient aussi l’ambiguïté de la politique américaine. La contre-valeur devait-elle servir à faire pression sur le gouvernement français pour qu’il stabilise les finances publiques, devait-elle être utilisée pour la modernisation à tout prix ? Les Américains ont balancé.

120Mais le résultat est là. En dépit des remontrances américaines, prononcées solennellement deux fois, en septembre-octobre 1948 et en octobre 1949, en dépit des errements français dans la gestion des finances publiques, les Américains ont donné leur aval à des déblocages de contre-valeur principalement attribués à la modernisation des secteurs de base (EDF, CdF, CNR, GdF, Sidérurgie, SNCF, Agriculture). Monnet a donc gagné sur le court terme qui comptait énormément pour le programme de modernisation, même si dans le fond, les esprits « éclairés » n’étaient pas aussi préparés à la modernisation qu’on veut bien le dire maintenant.

121En fait, ECA et gouvernement français sont contraints par des forces plus profondes qui agissent en Europe à marcher dans la voie indiquée par Monnet. Une stabilisation financière sans augmentation de la production ne peut donner aux Américains la France forte dont ils ont besoin pour leur stratégie mondiale. La misère matérielle est source de conflit d’où les communistes sortiraient sûrement vainqueurs. Si l’ECA laisse les crédits aller à la modernisation, c’est que le gouvernement américain a choisi la confrontation avec le monde communiste au cœur de l’Europe, car mieux vaut une France modernisée économiquement et des difficultés financières qu’une France stable mais économiquement atone. L’idéal serait d’avoir la modernisation et l’assainissement financier. D’une certaine façon la modernisation est une réaction aux menaces de guerre. Plus généralement, elle a été voulue et mise en œuvre par un groupe d’hommes décidés, portés par une opinion publique croyant à la mystique du Progrès et à la renaissance de la France.

Notes

1 Le taux de change à la fin de 1948 est d’environ 266 FF pour un dollar (moyenne entre le taux sur le marché libre et le taux officiel avant le 20 septembre 1949, et taux libre le plus élevé après), ensuite 350 FF pour un dollar.

2 B 42268, « C. r. commission des investissements », 22 juillet 1948.

3 B 42268, « C. r. première réunion de la CI », 21 juin 1948.

4 AMF 11/5/ir, « Mémorandum du 2 juin 1948 ».

5 Le monde, Marcel Tardy, 4 mai 1948.

6 AMF 11, CGP, Monnet à R. M. 7 juin 1948.

7 80 AJ 77, CGP 8 juillet 1948, J. Monnet, « Directives sur les objectifs et moyens d’exécution relatifs à l’équilibre en 1952 ».

8 F 60 ter 513, « Note de Bloch-Lainé (Boyer) », le 29 juillet 1948 remise au Président de la République, du Conseil, M. Léon Blum « attention cette note n’est pas rédigée en termes diplomatiques, usage interne seulement ».

9 F 60 ter 389, Mayer à D. K. Bruce, 10 juillet 1948. 363 AP 8, 17 juillet 1948 R. Mayer à D. Bruce, « Note sur la situation financière de la France au début du 2nd semestre 1948, » 7 pages dactylographiées, ou CE 48 datée du 18 juillet.

10 CE 49, H Bonnet à R. Schuman, 27 août 1948, n° 1871, « a/s le plan Marshall et le programme économique et financier du gouvernement français ».

11 74 AP 31, confidential, « Mémorandum reçu de Bruce le 31 août 1948, release of french counterpart ». Trad. : « Si l’Administration française ne peut pas fournir un engagement satisfaisant sur la politique fiscale et budgétaire et nous présenter des plans pour réaliser cette politique, nous pourrions refuser de donner notre accord à un déblocage de la contre-valeur. »

12 Papiers Elgey, « Entretiens D. Mac Grew 27 juillet 1964, Cl. Daillencourt ».

13 B 19951, August 3, 1948 à M. Beau, CIQCEE. Trad. : « J’ai abouti à la conclusion qu’en mettant à votre disposition une copie de ce rapport sur une base purement personnelle et officieuse, c’était la meilleure façon de vous montrer notre intérêt pour la politique du crédit et les tendances du crédit. »

14 74 AP 31 J. Monnet 26 août 1948 à Président du Conseil, M. des Finances.

15 74 AP 31 M. des Finances 31 août 1948, « Lettre de Paul Reynaud au Président de la République ».

16 1 A 405, « Note pour le ministre », 11 août 1948. Finances.

17 74 AP 31, « Note » Réserves « de trésorerie au 5 août 1948 ».

18 B 42255, finances ? DT ? 13 septembre 1948, « Note pour le Président ».

19 F 60 ter 380, « Conversations franco-américaines, note pour le Président », 13 septembre 1948 origine : SGCI ?

20 Journal 1948... op. cit. ; voir bibl. n° 19 ; p. 442.

21 FRUS 1948 vol III, « Western Europe », 14 IX 48, Bruce to Hoffman ECA secret, NIACT TOECA 358. Trad. : « Les intentions sur des réformes fiscales à long terme paraissent sincères. »

22 Cf. opinion identique après analyse des sources américaines dans 1 Wall, op. cit. ; voir bibl. n° 299 ; p 241.

23 FRUS 1948, III, « Western Europe », Caffery à S. S. , 2 octobre 1948 4 pm secret 5168. Trad. : « Cela signifierait incontestablement la fin de l’aide américaine à la France. »

24 1. Wall. op. cit. ; voir bibl. n° 299 ; p. 241.

25 F 60 ter 380, Hoffman à Queuille. 27 septembre ; Queuille à Hoffman 25 septembre 1948.

26 Crédit National, Bruce, à Queuille 27 septembre 1948, PM 4117.

27 Année Politique 1948, p. 164.

28 CE 49, Bérard, 24 septembre 1948,16 h 55, n° 4079-80 ; Bérard à Schuman 28 septembre, « Déblocage des fonds en monnaie locale ».

29 F 60 ter 380, 28 septembre A Bérard à R. Schuman, AE.

30 F 60 ter 378, 28 octobre 1948, from the economist intelligence unit, 22 Ryder Street ST James’s Londres Foreign report.

31 In F 60 ter 378.

32 AMF 14/5/18, tel Bonnet à Diplomatie Paris du 24 novembre 1948, « Entrevue Dickinson, Ministre français de l’Agriculture.

33 Voir les deux chapitres consacrés à l’aide aux TOM ; ces 5 milliards font partie des 10 milliards consacrés aux matières premières sur la contre-valeur.

34 F 60 ter 378, 24 novembre 1948 PPS à Baraduc AE, « C. r. Bruce/Queuille, Tomlinson/ PPS, Petsche », secret, non officiel.

35 N. Gun, Les secrets des archives américaines, ni de Gaulle, ni Thorez, Albin-Michel, 1983, tome 2, p. 131.

36 AMF 14/5/18 bis, 1er décembre 1948, MAE, de la part de Baraduc, « Note traduite de Bruce pour sa conversation avec M. Petsche le 30 novembre 1948 » ; voir cette note dans 4 AU 70 dr 2, « Note Bruce », non datée, 3 pages dactylogr.

37 B 33510, D. Bruce à Queuille 3 décembre 1948.

38 Corresp. particul. H Bonnet, Jean Chauvel à H. Bonnet 7 décembre 1948.

39 CN, et F 60 ter 357, Queuille à Bruce, 27 décembre 1948, n° 446, 3 pages dactylog. copie.

40 Papiers Elgey. « Entretien Elgey/Queuille », 12 août 1964.

41 Baumgartner, communication faite le 15 novembre 1975 à l’Association des amitiés Henri Queuille.

42 Papiers Elgey. « Entretien Elgey-Chaussade », 14 septembre 1964.

43 F 60 ter 438, PRE France 1948, « Rapport ECA, extraits », traduction SGCI.

44 Corresp. particulière de H. Bonnet Bonnet à Chauvel et Auriol, brouillon de lettre, fin décembre 1948.

45 FRUS 49 IV WE, France, Caffery à SS 22 janvier 1949, noon, 276 ; C. L. Sulzberger, Dans le tourbillon de l’Histoire, Albin Michel 1971, p. 260.

46 F 60 ter 497, « Note sur la procédure à utiliser en 1949 pour l’affectation de la CV de l’aide américaine aux dépenses d’investissements ».

47 F 60 ter 357 462, 5 janvier 1949 PPS ? à Lamy IF ambassade de France aux USA, « Brochure Pick ».

48 F 60 ter 357, 720b P. Ledoux à Lamy 26 mars 1949.

49 F 60 ter 378, « Projet Guindey », 16 janvier 1949 note pour le ministre, secret ; Rueff, « Note sur le problème français », février 1949.

50 F 60 ter 513, D Boyer le 9 mars 1949 à SGCI « Avant projet de memo qui marquera le début officiel de la négociation dont nous avons parlé hier au téléphone... ».

51 F 60 ter 380, « Texte américain concernant la procédure de déblocage du fonds de contrepartie », sans date, double, dans le dossier sur le 5e déblocage, n° 12621.

52 F 60 ter 513 SGCI, 814, 19 avril 1949, P. Ledoux à E. Lamy.

53 F 60 ter 497, 29 avril 1949, « Résumé du rapport établi par la mission spéciale de l’ECA sur le programme français d’investissements ».

54 F 60 ter 513 AF Washington, 8 avril 1949, Lamy à P. Ledoux.

55 I. Wall, op. cit. ; voir bibl. n° 298 ; p. 253 ; voir aussi le chapitre 11.

56 F 60 rer357, lettre de Bruce au ministre du 7 avril 1949 ; n° 814, P. Ledoux à Lamy 19 avril 1949.

57 F 60 fer357, 513 ; 838, 26 avril 1949 ; 24 mai 1949, « Echange de lettre du 23 mai Petsche et Bingham » ; FRUS 49 IV WE Hoffman to ECA Mission in France, 22 avril 1949, 7 pm ECATO 632.

58 Le 5e et le 6e depuis avril 1948.

59 V. Auriol Journal, 1949..., op. cit. ; voir bibl. n° 19, p. 229.

60 FRUS IV 1949, Reed to Hoffman secret, 23 mai 1949, 2 pm.

61 E. Faure, op. cit. ; voir bibl. n° 37, p. 243.

62 F 60 ter 380, Bingham à Petsche, 28 juin 1949. Trad. : « Pour couvrir toutes les dépenses publiques en 1949 avec des ressources non inflationnistes. »

63 F 60 ter 357 Petsche à Bingham, n° 1021 ; 1037, de Petsche à Bingham, 1er juillet 1949, référ. lettre du 28 juin.

64 FRUS IV 1949, Bingham to ECA Washington, TOECA 1051, 30 juin 49.

65 F 60 ter 357, 1068, 11 juillet 1949, P. Ledoux à E. Lamy.

66 F 60 ter 380, 12 juillet 1949, « Mémorandum US, sur la négociation de la cv ».

67 F 60 ter 380, « Questionnaire ECA du 28 juillet ¡949 et réponse française du 29 ».

68 F 60 ter 357, 1182, 5 août 1949, Petsche à Barry Bingham.

69 FRUS 1949, IV Washington, 4 août 1949, secret priority ECATO 798.

70 F 60 ter 497, Bingham à PPS, 17 août 1949.

71 B 18220, Mvt des fonds, 9 septembre 1949, « Note sur les justifications d’emploi des fonds débloqués sur la CV de l’aide américaine ».

72 FRUS IV, 1949, 26 août 1949,7 pm ; TOECA 1173, Bingham to Hoffman.

73 FRUS IV 1949, Washington, Foster Ecato 856, 15 septembre 1949, 4 pm.

74 F 60 ter 357, 1375, Petsche à Bingham, 27 septembre 1949.

75 FRUS IV 1949, Bingham to Hoffman 22 octobre 1949 5 p. m. TOECA 1295 counterpart series n° 65.

76 FRUS IV, 1949 TOECA 1392 Bingham to Hoffman secret, priority 21 novembre 1949, 8 pm.

77 F 60 ter 380, Documents remis par Tomlinson le 20 novembre, « Résumé conversation Bruce-Petsche ».

78 F 60 ter 410, 25 octobre 1949, source ?, « Note sur les négociations relatives à la CV de l’aide américaine ».

79 F 60 ter 513, 17 novembre 1949, de ? à Ledoux [notule : 2 notes que j’avais remises à Maurice].

80 F 60 ter 357, et 380 ; 1715, Petsche à Bingham, 19 décembre 1949.

81 F 60 ter 380, « Instructions du NAC », communiquées à Petsche pour son information personnelle, source ECA ; FRUS IV 1949, WE, 6 décembre 1949, 9 p. m. Foster à ECA F Ecato 1057.

82 I. Wall op. cit. ; voir bibl. n° 298 ; p 260.

83 J. Bouvier, F. Bloch-Lainé, sur l’investissement reconstruction-modernisation, art. cit. ; voir bibl. n° 134 ; p. 8.

84 4 AU 39, dr3 sdra, GCR, 11 janvier 1949, DEL/CMX/GCD n° 1.489 « L’influence américaine sur la politique intérieure française », télégramme adressé au New-York Herald Tribune à New-York par son correspondant à Paris, en anglais, 10 Janvier 1949, 20 h.

85 F. Bloch-Lainé, J. Bouvier, La France restaurée... op. cit. ; voir bibl. n° 135 ; p. 160.

86 E. Faure, Mémoires... op. cit. ; voir bibl. n° 37 ; p. 251.

87 AMF 11/7, 10 novembre 1948, dossier du groupe de travail de la commission des investissements, finances publiques, « Perspectives pour 1949 en milliards de FF 1949 » ; AMF 11/7/5, 1er décembre 1948, « Répercussion d’une réduction de 200 milliards sur le budget de reconstruction et d’équipement de 1949 ».

88 F 60 ter 380, 25 septembre 1948, Président du Conseil à CGP, en fait la lettre est rédigée par la D. T.

89 B 42268, « C. r. commission des investissements », 1er octobre 1948 ; 1A 405, « C. r. de la séance du CEI du mardi 5 octobre 1948 », doc n° 063.

90 V. Auriol, Journal, 1948... op. cit. ; voir bibl. n° 19 ; p. 468.

91 AMF 11/7/2, 29 novembre 1948, C. des investissements, « Note pour le président du Conseil », 2e rapport Guyot.

92 V. Auriol, Journal, 1948... op. cit. ; voir bibl. n° 19 ; 1948, p. 566.

93 AMF 11/7/11, 8 décembre 1948.

94 AMF 11/7/15 M. des A E et F. Cion des investissements, p. v. du 11 décembre 1948, même pv dans B 42268.

95 Papiers Elgey. Entretien « F. Fontaine-CL. Daillencourt », 22 juillet 1964.

96 AMF 11/7/17 bis, pv de la commission des investissements du 13 décembre 1948.

97 AMF 11/7/29a, 21 décembre 1948, J. M. au Pdt du Conseil.

98 Papiers Elgey. « Entretiens Elgey-Queuille », 12 août 1964.

99 AMF 14/5/18 bis, 1er décembre 1948, MAE, de la part de Baraduc, « Note traduite de Bruce pour sa conversation avec M. Petsche le 30 novembre 1948 » ; 4 AU 70 dr 2 « Note de Bruce », dactylogr. 3 pages, non datée.

100 F 60 ter 378, 3 décembre 1948, « Suite de la conversation Bruce/Petsche du 30 novembre ».

101 4 AU 31, dr 5 sdr b, confidentiel, 14 décembre 1948, « Note », sans doute du SGCI ; F 60 ter 380 14 décembre 1948, confidentiel, « Note sur les conversations pour le déblocage de la contre-valeur en France », Trésor 7 ou SGCI ?.

102 Journal, 1948... op. cit. ; voir bibl. n° 19 ; p. 551.

103 B 33507, J. Guyot, « Loi d’investissement », documents pour la commission des Finances.

104 Papiers Elgey. « Entretiens Elgey/ JP Delcourt », 29 juillet 1964.

105 Papiers Elgey. « Entretien Elgey Monnet », 6 octobre 1964.

106 J. Bouvier, F. Bloch-Lainé, « Sur l’investissement reconstruction-modernisation au temps du plan Monnet », art. cit. , voir bibl. n° 134 ; p. 20.

107 B 33508, récapitulation budget 1950, comité spécial des investissements ; « P. v. du CI ou du comité spécial, 4 octobre 1949 avec E. Faure ». AMF 17/1/13 exposé de J. Monnet, « Budget d’investissements de 1950 dans le cadre du plan ». B 16021, P. Grimanelli, note pour le secrétaire d’Etat 10 novembre 1949 ; F 60 ter 415.

108 Année Politique 1949.

109 AMF 17/3/10, 19 janvier 1950, « Note pour l’audition de J. Monnet devant la commission des Finances des affaires économiques du Conseil économique ».

110 B 42 268 « C. r. réunion 5 juin 1950 ».

111 AMF 17/3/8 Conseil économique, mercredi 18 janvier 1950, « Exposé de Monnet ».

112 AMF 17/9/2 Gimgembre à Hirsch, 19 mai 1949 et réponse de Monnet le 18 novembre 1949 à une lettre du 15 novembre ; AMF 12/9/7, Les Informations n° 244, 23 décembre 1949, « gouverner c’est dépenser ».

113 AMF 17/10 « Rapport du CGP de février 1950 sur les investissements dans la Presse et au Parlement ».

114 J. Bouvier, F. Bloch-Lainé « Sur l’investissement... art. cit. voir bibl. n° 134 ; p. 20.

115 J. Bouvier, F. Bloch-Lainé, « Sur l’investissement reconstruction-modernisation », art. cit. voir bibl. n° 134 ; p. 8, Bloch-Lainé s’en explique très bien.

116 F 60 ter 357, 448, 29 décembre 1948.

117 F 60 ter 358, n° 130, 6 février, B. de M. à Latapie ; F 60 ter 513, Bonnet 2 février 1950.

118 F 60 ter 523, 3 août 1949 ; 15 juillet 1949, PPS à M. de Ville d’Avray, Courbevoie.

119 F 60 ter 357, 19 janvier 1949, n° 498 PPS à AE.

120 F 60 ter 357, 1308, P. Ledoux à Bingham, 13 septembre 1949.

121 F 60 ter 357, 1408, PPS aux Finances, octobre 1949.

122 F 60 ter 358, 91, B. de M. à Président, 27 janvier 1950, « Note pour le président du Conseil ».

123 F 60 ter 500, BM, 29 janvier 1951 à président du Conseil, SGCI, « Note pour le ministre », portant la notule citée en référence et signée du ministre des Finances.

124 F 60 ter 359, n° 92, 20 janvier 1951 « Note pour le ministre », B. de M.

125 F 60 ter 359, 327, 10 avril 1951, B. de M. à Robert Schuman MAE.

Table des illustrations

Titre Tableau 60. Utilisation de la contre-valeur de 1948
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2714/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 166k
Titre Tableau 61. Evolution des prévisions d’investissements de planification pour 1949
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2714/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 177k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540