Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La France, l’aide américaine et la construction européenne 1944-1954. Volume I

 | 
Gérard Bossuat

Deuxième partie. - Le plan Marshall et la modernisation de la France

Chapitre XI. La fin du plan Marshall en 1951

Texte intégral

« Il ne s’agit plus de contribuer au relèvement économique et financier de l’Europe, mais d’aider à accroître les forces du monde... »
Eugène Demoni (février 1951).

1La troisième année de l’aide américaine s’ouvre sur le déclenchement de la guerre de Corée. Personne ne sait encore que l’économie du monde occidental sera touchée et que le plan Marshall se terminera plus tôt que prévu. Mais il est aisé de comprendre que ces événements vont modifier les dispositions prises lors de la préparation de la loi d’aide pour 1950-1951.

2L’ECA, toute acquise au plan Marshall, mesurait bien les réticences du Congrès à poursuivre l’aide économique à l’Europe, car l’Europe n’était toujours pas unie. L’Union européenne des paiements sortait difficilement des limbes. Le plan Schuman ne convainquait que six pays européens. La sombre Albion déclinait l’offre de lier son destin au continent.

  • 1 CE 03, Bonnet 21 février 1950, 20 h 20, 752-57, 24 DET, « Hoffman devant les commissions des affai (...)

3L’administration américaine qui croyait toujours à l’excellence de sa mission en faveur du relèvement européen présenta sa demande de crédits au Congrès en s’appuyant sur la naissance de l’UEP, seul espoir concret d’unification européenne. Sur les $ 2,9 milliards demandés, $ 600 millions étaient réservés à l’UEP. Le projet de répartition des crédits par pays accordait $ 502,9 millions à la France, $ 687 à la Grande-Bretagne et $ 552,9 à la RFA1.

  • 2 F 60 ter 388, sur les hearings de mars, avril 50 voir sous-dossier 315-12.

4Pourquoi aider la France ? Barry Bingham, chef de la mission ECA en France, montrait aux parlementaires américains que la France remontait la pente politiquement, économiquement et socialement2. La France présentait « l’image générale d’un solide progrès ». Bingham n’avait pas caché les points noirs de la situation française : l’instabilité politique, celui de la productivité insuffisante et surtout l’Indochine. Il notait aussi dès mars 1950, l’action positive de Schuman envers l’Allemagne, sans savoir combien il serait confirmé dans cette appréciation deux mois plus tard. Il réussissait même à expliquer devant une redoutable commission du Sénat que le contribuable français payait davantage d’impôts que l’américain. Une gageure !

  • 3 B 33689, « Summary of statement by Barry Bingham before the Senate foreign Relations committee », (...)

5La France est donc bien vue à Washington auprès du législatif, grâce au remarquable travail des représentants de l’ECA en France. Les Américains de l’ECA abordent donc la troisième année de l’aide Marshall avec le sentiment que leurs dollars ont servi à quelque chose3.

6Mais Bingham, « avocat particulièrement brillant et persuasif » de la cause française n’était pas toute l’administration américaine. Un mouvement anti plan Marshall se dessinait au Congrès. Le Watchdog Committee constatait l’échec de l’unité européenne, la faiblesse des investissements privés américains en Europe, les limites du stockage des matériaux stratégiques, et le maintien du commerce avec l’Est.

  • 4 CE 64, Bonnet 21 février 20 h 25, n° 748-51, SE devant les commissions des affaires étrangères des (...)

7La recherche par les hommes d’affaires américains de succès commerciaux en Europe grâce au plan Marshall, l’aide militaire nouvelle, modifient les objectifs initiaux du plan Marshall. Le Congrès suggère même d’orienter l’aide vers les seuls pays européens performants et non plus vers ceux qui conservent un déficit extérieur comme la France. Il veut que les crédits d’aide servent uniquement à l’unification européenne4.

AU CONGRÈS, UN DÉBAT DÉLICAT SUR L’AIDE

8Avant même les événements de Corée, les Français sont très conscients que le Congrès devient de plus en plus exigeant. Le débat annuel au Congrès sur le montant de l’aide 1950-1951 s’ouvre dans des conditions délicates.

Diminuer les crédits

9Les sénateurs Vorys, Kem et Hickenlooper se font remarquer immédiatement. Ils exigent un abattement de 20 % sur les crédits pour signifier le mécontentement américain envers la Grande-Bretagne coupable de mener une politique pétrolière indépendante et de ne pas construire l’Europe.

  • 5 CE 03, Bonnet 14 mars 1950, 9 h 00, 35 DET, « Projet de loi d’autorisation ».
  • 6 F 60 ter 482, GC/GG, le 23 mars 1950, note pour le SGCI.

10Hoffman doit donc se battre pour maintenir le budget initial, tandis que Vorys marque des points en imposant, provisoirement, l’achat de surplus américains par les pays aidés5. La situation de l’année précédente se répétait. La France devrait, dans cette hypothèse acheter $ 162 millions de produits agricoles au lieu de $ 119 millions6, observa le SGCI.

  • 7 CE 66, Coop. écon. à Finances, Filippi, Guindey, de Margerie, 8 mai 1950.

11Les amendements Kem et Vorys sur les surplus sont rejetés, mais la tendance générale au Congrès conduit à une réduction des crédits7.

Les interrogations du Congrès sur la France et le monde occidental

  • 8 CE 66, H. Bonnet à R. Schuman, 17 mai 1950, « a/s renouvellement de l’aide américaine ».

12On reparle de la France devant le Congrès, et pas forcément comme Bingham en avait parlé. Le sénateur Hickenlooper défend les intérêts des commerçants américains au Maroc et tente par un chantage à l’aide de contraindre la France à leur ouvrir plus largement les portes. De bonnes âmes déplorent l’ingénuité du système fiscal français, la faiblesse de la propagande en faveur du plan Marshall. L’affaire de « la Coca-cola » est ressortie contre la France8.

  • 9 CE 03, Londres, Massigli, 11 mai 1950, 19 h 45, n° 1703-08.

13La tendance de l’administration américaine est de dresser un bilan de l’œuvre encore à accomplir. Le dollar gap sera-t-il comblé ? L’équilibre des balances sera-t-il réalisé ? Gordon Gray, à la demande du Président, prépare un rapport sur la question d’un postplan Marshall. Comment réaliser la convertibilité des monnaies, intégrer l’Allemagne, développer la coopération des pays du monde libre ?9.

14Le Plan Marshall n’est plus seulement perçu comme le moyen de reconstruire l’Europe mais peut-être de préparer l’intégration atlantique, politique et économique. Militaire aussi ?

  • 10 CE 03, Bonnet, 17 juin 1950, 7 h 30, 2218-21.

15Certes, les tentatives de H. Cabot-Lodge pour assigner à la contre-valeur de l’aide une fonction de soutien au réarmement a échoué à la suite des très vives réactions de l’ECA. L’heure n’était pas encore au danger d’une conflagration mondiale. Hoffman montra qu’associer le Plan Marshall à l’aide militaire apporterait à la propagande communiste une justification précieuse10. Il serait bien difficile à Hoffman, un mois plus tard, de soutenir de tels propos.

Danger de guerre mondiale et vote des crédits économiques

  • 11 Aide spécifique pour les territoires sous-développés.

16Le Congrès accepta en mai 1950 une aide ERP de $ 2,8 milliards et de $ 35 millions pour le point IV11. Les appropriations se produisirent à peu près au moment du déclenchement de la guerre de Corée. De ce point de vue, elle les accéléra.

  • 12 CE 03 Bonnet 10 juillet 1950, 2570-73, 17 h 30 « Sur les réductions d’aide ».

17Les deux chambres s’accordèrent définitivement sur une aide de $ 2,488 milliards en octobre. Les crédits pour le point IV tombèrent à $ 15 millions12.

  • 13 CE 81, OW MAE, coop. eco. 3 octobre 1950, « Note ».
  • 14 B Amérique 44-52 1944, EU 232, Bonnet 10 novembre 1950, 5423, G. B. à R. Schuman, « Aspects économ (...)

18A partir de juillet 1950, le gouvernement américain choisit de discuter bilatéralement avec chaque pays aidé. L’ECA annonce que la grille de répartition Snoy-Marjolin qui accordait 17 % des crédits à la France ne serait plus appliquée dès janvier 195113. Les Français croyaient qu’une répartition faite par l’ECA les avantagerait mais ils mesuraient aussi le coup bas porté contre l’OECE. De plus ils craignaient l’arrivée d’une nouvelle génération de fonctionnaires américains non liés « émotionnellement au redressement économique de l’Europe » et ils s’attendaient à des comportements dangereux pour la dignité nationale. Bidault considérait que le plan Marshall avait été inventé pour empêcher la constitution en Europe d’une zone hostile aux Etats-Unis. Mais il s’était accompagné d’une grande prudence du gouvernement américain à l’égard de la France et des grands pays de l’OECE. Désormais les missions américaines risquaient d’intervenir « pour faire progresser ou aboutir des réformes intérieures, de caractère économique certes, mais le plus souvent justifiables surtout pour des raisons politiques »14.

19L’été 1950 est décisif dans l’histoire du plan Marshall. Les Etats-Unis « rapatrient » la décision concernant l’aide à l’Europe. Y-a-t-il même encore un plan Marshall ? Le vote difficile de l’aide économique pour 1950-51 a été acquis seulement fin août, comme si le Congrès s’y était contraint.

  • 15 CE 81, Bonnet, 3814, PS à R. Schuman 10 août 1950, « a/s aide économique et réarmement ».
  • 16 CE 64 Bonnet, Washington, 6 décembre 1950, 21 h 25 n° 5060-77.

20Les jours du plan Marshall sont comptés. En juillet 1950, Bonnet affirme toujours que l’ECA et le Département d’Etat refusent de « militariser le plan Marshall »15 mais de nouveaux choix mûrissent. On envisage une aide militaire en « end items » (matériels militaires), la poursuite du plan Marshall et un nouveau programme massif pour la défense. En décembre 1950 l’ECA a compris « que sous la pression des circonstances son rôle n’est qu’une partie de la tâche dévolue à l’ensemble des autorités américaines et qui consiste à assurer la défense commune des nations du pacte atlantique »16, remarque très finement Bonnet.

  • 17 CE 66, Bonnet le 2 juin 1950, 16 h n° 2025-2026 : 415/2, 25 septembre 1950, « Note sur les livrais (...)

21Les crédits d’aide à l’étranger comportaient déjà des crédits militaires : $ 1 milliard avait été affecté en 1949-50 au titre du PAM, 1 autre milliard en 1950-51 avant la guerre de Corée, mais $ 4 milliards sont autorisés en catastrophe à la suite des événements de Corée17.

  • 18 CE 66, Bonnet à R. Schuman, n° 3461, 20 juillet 1950, « Politique américaine et aide à l’Europe ».

22Le nouvel esprit de l’aide américaine est bien traduit par Bonnet en juillet 1950 : « Il est vraisemblable que c’est à une adaptation plus étroite des économies américaines et européennes que l’on assistera au cours des prochains mois »18. Adaptation dit-il ? Mais au prix de quels sacrifices pour les économies européennes dominées ? Il ne s’agit plus de reconstruction, mais de mobilisation.

  • 19 F 60 ter 381, 3 août 1950 Bonnet, « Aide économique à l’Europe, exposé de M. Foster » ; Bonnet 21 (...)

23Foster annonçait de nouveaux critères pour financer en ERP les projets d’investissements, des restrictions d’exportations de matières premières, un contrôle renforcé des exportations vers l’Est. L’état de pré-mobilisation des Etats-Unis posait autrement le problème du dollar gap en 1952. Mais l’ECA affirmait qu’il fallait maintenir l’objectif de stabilisation économique malgré le réarmement19. N’était-ce pas contradictoire ?

24La guerre de Corée avait redonné un sens à l’aide à l’Europe, car on considérait qu’elle devenait un objectif de la subversion communiste. Mais la nouvelle situation conférait désormais à l’aide économique une perversité que les observateurs du temps avaient diplomatiquement notée. L’administration américaine ne s’embarrasserait plus de l’organisation européenne pour distribuer son aide. Les montants de l’aide distribuée à chaque pays dépendraient de la cohérence des projets européens de modernisation avec la politique américaine de renforcement de l’alliance atlantique.

LE TROUBLE DANS LE PROGRAMME D’AIDE À LA FRANCE

25Les bruits de guerre conduisent les Etats-Unis à une quasi mobilisation économique. Ils accumulent les stocks de précaution. Comment dans ces conditions continuer d’offrir des crédits et des marchandises aux Européens ?

  • 20 F 60 ter 357, 31 décembre 1949, Dutheillet à PPS 1762.

26Ne faut-il pas aussi affecter la contre-valeur de l’aide aux dépenses militaires des pays européens ? Le SGCI gardien vigilant de la modernisation s’en était ému dès la fin de 194920.

27Alors ! peut-on encore présenter et réaliser les programmes d’importations établis avant l’été 1950 ?

Optimisme ou inconscience des Français ?

  • 21 À laquelle s’ajoute un reliquat de $ 70 millions, soit 410 millions.

28L’allocation théorique appropriée à la France atteint environ $ 340 millions21, bien moins que ce qui était espéré. L’ECA la répartit chichement « en fonction des justifications des besoins » fournis par la France.

29Avec une telle allocation et les ressources françaises, le programme d’importation en dollars ne peut dépasser $ 530 millions. Rapidement, des hausses de prix, des importations non prévues font grimper les estimations à $ 600 millions, mais l’administration française a l’espoir de le réaliser en raison de la position créditrice de la France à l’UEP et d’une accélération des exportations vers les Etats-Unis.

  • 22 F 60 ter 482, DREE, Frondeville, 12 septembre 1950, « Rapport sur le problème des importations fra (...)

30Les importations des TOM, celles du Maroc et de Tunisie, comme les besoins en corps gras, sont financées en dollars libres, car l’ECA demande des justificatifs de plus en plus serrés, « pour des raisons politiques » écrit la DREE22. La procédure ERP se grippe !

  • 23 F 60 ter 482, PPS à Finances, AF 2267, 3 octobre 1950, « Financement des programmes d’importations (...)

31Qu’à cela ne tienne ! La guerre de Corée est une aubaine pour le commerce français et l’optimisme est de rigueur. Le Comité des importations escompte des commandes sidérurgiques américaines et des exportations abondantes d’alcool pour $ 50 millions. Mais l’attaché financier à Washington, Pierre-Paul Schweitzer, plus fin ou mieux informé, relève que la situation économique est mouvante. Il faut se tenir prêt à réduire le programme français d’importations23.

  • 24 F 60 ter 482, « Programme d’importations », comité des importations 18e séance, 26 septembre 1950.

32Les Français ne conçoivent manifestement pas leur programme en fonction du réarmement, mais de la sécurité de leurs approvisionnements économiques. La relative abondance en devises, signe de bonne santé de l’économie française, incite les responsables à puiser dans les réserves. Or Ils n’ont pas assez tenu compte des pénuries générales, liées à la guerre et au réarmement américain. Rapidement, ils sont bien obligés de mesurer le caractère aléatoire de leurs prévisions d’approvisionnement et surtout leur dépendance des organismes internationaux de répartition des matières premières24.

La fin de l’esprit du plan Marshall (janvier 1951)

33L’acte le moins sordide de l’histoire ! Ce terme avait été utilisé pour qualifier le Prêt-Bail. Il s’applique aussi au plan Marshall. Il indique surtout que le plan Marshall se terminait. En effet entre novembre 1950 et juin 1951, les Français ne surent pas exactement quel était le montant de l’aide dont ils disposaient.

34L’ECA attribue son aide par petites quantités, et l’établissement d’un programme d’importations est très difficile : $ 40 millions en juillet 1950, $ 45 millions en août. $ 77,1 millions en novembre $ 7 millions de reliquat $ 40 millions en janvier 1951.

  • 25 Le programme en dollars libres pour 1950-1951 atteint 193 millions $, in F 60 ter 490. dirapro à c (...)
  • 26 F 60 ter358, SGCI 1010, 13 novembre 1950, H. de M. à Parkman ; 1100, 13 décembre 1950, B. de M. à (...)

35La DREE estime pouvoir tenir le coup avec des dollars libres25 ou retarder les achats en raison des pénuries mondiales. Le SGCI écrit tout de même à Parkman, nouveau chef de la mission ECA-France, que les recettes françaises en dollars ne couvrent le programme d’importations que jusqu’en décembre 1950. Le SGCI réitére sa demande fin décembre et joint une liste complémentaire d’achats de $ 34 millions ERP, portée en janvier 1951 à $ 40 millions26.

36Une allocation ERP de $ 40 millions est débloquée enfin le 12 janvier 1951, l’ECA estime impossible d’annoncer le montant annuel et définitif de l’aide.

  • 27 CE 63, Daridan, 26 janvier 1951, n° 762, « a/s allocation Marshall » ; F 60 ter 490, H. Parkman 16 (...)

37Son montant dépendra désormais des mesures prises par chaque pays pour sa défense et de la situation financière de chaque pays27. C’est donc l’aide à la carte. A ce titre, on peut dire que janvier 1951 marque la fin de l’esprit du plan Marshall, modèle 1948, alors que le relèvement des Européens n’est pas terminé. Il est trop clair que la guerre de Corée dicte aux Américains ce nouveau comportement.

38L’équilibre des balances, l’augmentation de la production des pays européens, la libéralisation des échanges ne sont plus des objectifs propres, mais des moyens pour réussir le réarmement.

  • 28 F 60 ter 482, Dirapro, EU, 12 février 1951, E. Demont, « Note pour le service des importations-Mon (...)

39Bonnet avait perçu ce changement de ton et de gestion de l’aide ERP en décembre 1950 et E. Demont s’exprimait ainsi en février 1951 : « Il ne s’agit plus, en effet comme l’indiquait encore voici quelques mois le slogan inscrit sur l’emblème ECA, de contribuer au relèvement économique et financier de l’Europe, mais d’aider à accroître les forces du monde libre ainsi que le prévoit le nouvel emblème »28.

40L’aide économique a-t-elle encore un sens alors que le monde occidental connaît à nouveau la pénurie de produits de base et que les Etats-Unis sont en état de mobilisation partielle ?

41La panique et la peur nées de l’attaque surprise de juillet 1950 détruisent en 6 mois le fragile équilibre entre les Etats-Unis et l’Europe. Le résultat c’est l’incertitude sur le montant des crédits d’aide économique. C’est surtout, dès janvier 1951, la fin de l’ERP.

La France n’a plus besoin d’aide !

42Le passage d’une forme d’aide à une autre plus militaire se fait difficilement parce que les intentions américaines ne sont pas annoncées clairement.

  • 29 Matières premières spéciales, chimie, charbon américain, et équipements, maïs.
  • 30 F 60 ter 359, 166, 16 février 1951, B. de M. à Parkman ; CE 63, Washington, 1er mars 1951, 10 h 07 (...)

43En février 1951 les Français dressent une liste d’importations urgentes de $ 71 millions29 et Bissell convient qu’il lui faut une allocation substantielle30. Mais il n’avance aucun chiffre d’allocation.

  • 31 F 60 ter 490, Dirapro à comapro, 8 mars 1951, « Allocation provisoire de $ 71 millions consentie » (...)

44L’ECA répond enfin en mars 1951. Elle a ramassé, dit-elle, une allocation de $ 71 millions dans les fonds communs d’aide économique utilisables pour les programmes de défense. Mais il est bien spécifié que cette allocation est un dépannage31.

  • 32 Les Américains avaient promis 200 millions d’achats off shore militaires (fabrications militaires (...)

45Les Français spécifient de leur côté que cette aide servira à acheter des produits qui auraient dû être financés par les dollars de l’aide militaire américaine « off shore », promise et qui ne vient pas32.

  • 33 F 60 ter 490, n° 273 BM à Parkman, 21 mars 1951 ; les Français espéraient $ 355 millions au 1er se (...)

46Un conflit s’amorce entre Français et Américains du fait de la confusion entre les crédits ERP et militaires33.

  • 34 F 60 fer359, 273, 21 mars 1951, B. de M. à Parkman, « Demande d’allocation provisoire de $ 70 mill (...)

47Le SGCI dépose une nouvelle demande de $ 70 millions en avril pour ne pas interrompre le flot des approvisionnements34. Il la porte à $ 95 millions pour tenir jusqu’à la fin juin. L’incertitude dans laquelle se trouvent les Français nuit au relèvement, aucune prévision n’est désormais possible. Il faut importer du charbon en puisant dans les réserves.

  • 35 F 60 ter 484, annexe IV bis, « Rapport sur l’exécution du programme dollars de 1950-1951 », P. Mou (...)

48La fin de l’année financière 1950-51 est caractérisée par une relative pénurie de dollars, écrit Pierre Moussa. Il y a eu des besoins imprévus en fin d’exercice (blé dur pour l’Afrique du Nord, pétrole dont la consommation a augmenté), une augmentation de postes secondaires (café, cacao). Des stocks ne sont pas renouvelés, les prix des produits importés ont augmenté35.

49Devant les protestations de Bonnet, les Américains jugent que le gouvernement français exagère.

  • 36 F 60 ter 359, ou 490, SGCI 345, B ; de M. à Parkman, 18 avril 1951, 521, TCT à Parkman, 29 juin 19 (...)

50W. Foster ne conteste pas la promesse d’allouer $ 200 millions en octobre 1950, mais il explique la diminution de l’allocation à la France comme une conséquence de l’amélioration de sa balance des paiements. Il confirme aussi le caractère nouveau de l’aide, son orientation vers la défense du monde occidental. A cela Bernard de Margerie répond à l’ECA-France qu’il lui est impossible de « faire les plus indispensables prévisions » concernant la marche de l’économie française36.

  • 37 B 10919, conseiller commercial aux Etats-Unis, Il avril 1956, Jean Richard à DREE, 121/1844.

51La France n’a plus besoin d’aide en ce printemps 1951 estime Parkman. Il est vrai que la France avait gagné $ 65 millions dans le cadre de l’UEP, et ses réserves d’or et de dollars avaient augmenté de $ 175 millions. Les exportations progressaient rapidement y compris sur la zone dollar37 :

Tableau 57. Amélioration de la balance commerciale française

Tableau 57. Amélioration de la balance commerciale française
  • 38 F 60 ter 462, « Mémorandum français pour la préparation du 3e rapport annuel de l’OECE, février 19 (...)

52La guerre de Corée était un puissant moteur pour la croissance des exportations françaises : produits agricoles, équipements, produits manufacturés, en revanche le manque de coke et la demande intérieure freinaient les exportations de produits chimiques et sidérurgiques38.

  • 39 5 A 22, INSEE, « Situation économique au début de novembre 1950 », confidentiel, document dactylog (...)

53La situation créditrice de la France est manifestement liée à une conjoncture favorable, associée aux premiers fruits de la modernisation. Les Américains en prennent prétexte pour restreindre l’aide économique39. La tableau est flatteur pour le renouveau français, mais il n’est pas totalement juste aux yeux mêmes de l’ECA-France puisque Tomlinson demande à Washington de nouvelles allocations d’aide. Washington accepte au début juin 1951 d’ouvrir une allocation de $ 100 millions puis de $ 29 millions, utilisables à la fois pour le PAM et pour le programme économique.

  • 40 F 60 ter 359, 390, 4 mai 1951. B. de M. à PPS, « Problèmes de nos allocations pour le premier seme (...)

54Les Américains débloquent d’abord les crédits MDAP pour le programme militaire français d’importation40, conformément à la nouvelle doctrine américaine.

  • 41 Dont 200 millions étaient déclarés en rapport avec le programme de défense selon les termes de l’a (...)
  • 42 CE 81, Bissel à H. Bonnet 18 mai 1951 allotments à la France pour 50-51, « Aide annuelle de $ 395 (...)

55Au total le gouvernement des Etats-Unis accorda à la France une aide de $ 395 millions pendant toute l’année 1950-195141 au titre « de l’ERP et de l’assistance mutuelle pour la Défense », et une avance de $ 10 millions au titre de 1951-52, mais il regretta que la France n’eût pas fait suffisamment d’efforts pour augmenter ses exportations et libérer 3es échanges en Europe42.

  • 43 F 60 ter 490, ECA 18 mai 1951, R. M. Bissell jr. à Bonnet.

56En fait c’est sur la manière de ventiler les crédits militaires et ceux de l’ERP que se nouait le conflit. Pour les Français les $ 200 millions d’aide militaire venaient en sus d’un programme ERP évalué par eux à $ 325/340 millions, mais que les Américains n’avaient jamais confirmé43. Les Américains honoraient formellement leurs engagements du 18 décembre 1950 en établissant a posteriori la règle du jeu. Le procédé était inélégant, nouveau et inquiétant. Ils étaient incapables d’avouer leur objectif qui transparaissait dans tous leurs actes : mettre fin au plan Marshall. Quant aux Français, ils se battaient pour le « beurre et les canons ».

Le programme français d’importations : priorité à l’industrie

57Dans ces conditions était-il possible d’assurer la poursuite de la modernisation ?

58Le bilan général montre un recul des importations d’équipements au cours de cette année :

591949-50 : programme d’équipements de $ 150 millions et engagements de $ 15 millions pour la Sollac, de $ 7,1 millions pour la centrale de Dechy.

  • 44 F 60 482, service de coordination industrielle, relations extérieures, 26 juillet 1950, « Physiono (...)

601950-51 : $ 52 millions incompressibles (rechanges, engagements antérieurs) et $ 40 millions de nouveaux équipements44.

  • 45 F 60 ter 358, SGCI 731, 26 juillet 1950, D. Dommel à Timmons, 759, B. de M. à PPS, « Affaire Romba (...)

61Il y a parfois des hésitations. L’ECA refuse de financer les installations sidérurgiques de Rombas pour $ 2,7 millions45. Toutefois le programme élaboré en 1949-50 se met en place progressivement. Ce qui a été fait l’année précédente n’aurait certainement pas pu l’être en 1950-51. La modernisation continue sur les programmes antérieurs.

62Les conditions générales liées à la guerre de Corée s’ajoutent à d’autres déjà recensées les années précédentes. Elles apportent leur lot de contraintes.

  • 46 F 60 fer358, SGCI 764, 9 août 1950, B. de M. à Timmons ; 801, 27 août 1950, F 60 ter 359, 123 bis (...)
  • 47 F 60 ter 359, 500, 22 juin 1951, TCT à Parkman.

63Il est impossible de trouver 2 DC4 pour Aigle-Azur, nécessaires aux relations Métropole-TOM46. L’ECA fait toujours des difficultés pour financer l’achat de moteurs d’avion P & W pour les SO 30 P47.

  • 48 Bonnet avait conseillé d’acheter 500.000 $ ; F 60 ter 359, 155, 13 février 1951, B. de M, note pou (...)

64En revanche, l’administration française est sollicitée pour acheter des surplus aux Etats-Unis. Les Français sont obligés d’importer des pommes américaines à la suite d’une intervention insistante de l’ECA en décembre 1950, sinon « la question des allocations en dollars pourrait se trouver posée ». Seul Pflimlin, ministre de l’agriculture, s’oppose au chantage. Les services recommandent l’importation de 300.000 caisses de pommes pour 250.000 $ ERP, (au lieu du million $ prévu). Cette opération est menée avec humour, car, dit le SGCI, « les fonctionnaires de l’ECA ont bien précisé qu’ils ne pouvaient ni ne voulaient exercer sur nous aucune pression tendant à ajouter à notre programme d’importation un article qui ne présente certainement pas un caractère appréciable pour l’économie française ». L’ECA-France a manifestement subi la pression d’exportateurs américains de pommes48.

  • 49 CE 03, Coopération économique 13 octobre 1950 à Washington, pour Petsche, de Buron, coton.

65Les programmes d’importations sont marqués par la tension de la guerre de Corée. Les Américains s’inquiètent de l’état des stocks de laine et envisagent des restrictions à la consommation. Ils surveillent de très près les contingents de coton exportés. Ils répondent mal aux demandes d’importation de produits rares par l’OECE, faisant prévaloir désormais davantage le dialogue bilatéral. La France est désormais davantage dans la main des Américains, comme le pense Buron, secrétaire d’Etat aux Affaires économiques49.

  • 50 F 60 ter 358, 778, 17 août 1950, Note pour M. Filippi ; CE 03 Bonnet, 31 août 1950, 3525, « a/s ré (...)
  • 51 F 60 ter 358, 953, 25 octobre 1950, B. de M. à Timmons.

66Les Américains parlent de « prémobilisation » appelant des contrôles internationaux de consommation des matières premières dès l’été 195050. Les Français, comme les Européens, font des efforts d’économie de produits rares. Des Etats-Unis partent des directives économiques vers l’Europe en relation avec la tension internationale : il faut acheter à Berlin-Ouest en raison du chômage dans cette partie de la ville51. Les Américains demandent à la France d’exporter du Benzol au Etats-Unis pour la fabrication de caoutchouc synthétique en échange de super carburant ou de tout produit non stratégique.

  • 52 F 60 ter 358, 1026, 16 novembre 1950, B. de M. à Goodman, deputy-chief (industrie).
  • 53 F 60 ter 493, 11 janvier 1951, SE aux Affaires économiques, DREE, à ministre de la Marine marchand (...)

67Les exemples cités plus haut montrent les inconvénients de la tension. Il y a aussi des avantages, outre le progrès des exportations françaises vers la zone dollar, comme la limitation par les Américains des prix du pétrole importé du Moyen-Orient par l’ERP52. Il reste un inconvénient grave, la pénurie de tonnage pour réaliser les importations de charbon américain, de blé ou de coke. Les navires américains sont sollicités pour la Corée. L’ECA est-elle disposée à accepter des dépassements de tonnages en faveur des pavillons non américains ?53 Les frets augmentent. Le grand port charbonnier américain d’Hampton-Road est engorgé. Les Français ne voient qu’une possibilité : demander la mobilisation de la flotte américaine de secours encore sous « cocon ».

  • 54 F 60 ter 482, « Tour d’horizon sur le programme d’importations dollars », autour de juillet 51 ? c (...)

68En raison de l’urgence, l’ECA accepte l’affrètement de tous navires, et elle prélève sur l’aide de quoi « décoconner » les liberty-ships54.

  • 55 F 60 ter 359, 53, 19 janvier 1950, B. de M. au ministre, note pour le ministre.

69La tension sur les matières premières est très vive en janvier 1951 et les Etats-Unis souhaitent que chaque pays de l’OTAN fasse un effort pour réduire sa consommation. Ils exigent des mesures concrètes, sauf à « être mal traités au moment de la fixation des allocations internationales »55.

  • 56 F 60 ter 482, Dirapro, 9 mars 1951, n° 88, E. Demont à M. le SE aux Affaires économiques, DREE, Fr (...)

70Les services constatent que la France risque de ne pouvoir utiliser toute son allocation prévue en raison des mesures draconiennes prises par l’ECA pour limiter les exportations. Ainsi des produits de consommation ne sont plus finançables par l’ERP en raison des pénuries. Bissell suggère alors d’importer des « produits américains dont l’approvisionnement est jusqu’à présent facile ». C’est ouvrir la voie à l’importation de surplus américains. Mais il faut faire un geste, constate Demont à Washington, « si nous voulons ne pas laisser inutilisée une partie des crédits... »56.

  • 57 F 60 ter 482, 11 avril 1951, Guy de Frondeville, « Note sur les prévisions d’importations en dolla (...)

71Au printemps 1951, les Français ont du mal à gérer leur programme d’importation dollar en raison d’une réglementation américaine changeante, des pénuries dûes à la guerre de Corée, des hausses des prix mondiaux, et aussi des retards dans les allocations ERP57. Priorité a été donnée à l’approvisionnement des industries.

Une présence américaine obsédante à la faveur de la tension internationale

72Le changement de perspective de l’aide américaine entraîne un renforcement de toutes les mesures d’intervention recensée précédemment en 1949-1950. La prémobilisation suppose de restreindre les échanges avec l’Est, de vérifier l’emploi des produits importés, de populariser par la propagande les bienfaits de l’effort américain.

73La guerre rend plus aiguë encore la question du commerce avec l’Est, y compris bien sûr avec la Chine.

  • 58 CE 52, DGAEF, 23 février 1951, note pour la coop. économique, « Négociations franco-soviétiques su (...)
  • 59 A 350 francs le dollar, cela représente $ 71 millions.

74Malgré les limitations établis par le COCOM, les Français cherchent toujours à commercer avec l’Est. Les relations, modestes, se font sous forme de troc. Ainsi l’URSS est-elle prête à fournir à la France 75.000 t de maïs contre du plomb et des produits sidérurgiques. La négociation échoue. Avec Prague les Français négocient du coke contre de l’acier français58. En fait la tendance depuis 1949 est à la baisse des échanges. En 1951 le commerce français avec l’Est atteint 25 milliards de FF59. La France reste opposée à un blocus total des pays de l’Est pour des raisons politiques et économiques. Elle a besoin du charbon polonais et elle a des créances de FF 50 milliards sur ces pays. Mais il est évident que la France est encore moins en état de discuter en 1951 que l’année précédente. L’embargo touche RDA, Bulgarie, Chine, Corée, Hongrie, Pologne, Roumanie, Tchécoslovaquie, URSS ; l’Autriche et la Finlande sont sous surveillance.

  • 60 CE 52, 22 mai 1951, F. R., note, « Amendement Kem » ; CE 66, Washington, 11 mai 1951 22 h, « Amend (...)

75Le Congrès des Etats-unis se montre de plus en plus hargneux ; un amendement Kem en mai 1951 obligerait l’administration américaine à décider quels produits seraient exportables vers l’Est. S’il était définitivement accepté, il s’agirait d’établir une direction américaine sur le commerce occidental. La contrainte est exorbitante. Truman tente de s’opposer à ses « Exagérés » en s’appuyant sur les vives réactions des Européens60.

  • 61 F 60 ter 418, tel, 16 juin 1951.

76Le gouvernement français consent à la publication des listes d’embargo le 16 juin 195161. Il joue donc le jeu des contrôles atlantiques, parce qu’il ne peut faire autrement, plus par intérêt que par conviction.

77Malgré la guerre de Corée ou à cause d’elle, l’ECA est toujours vigilante sur l’utilisation de l’aide et sur sa publicité.

  • 62 F 60 ter 358, SGCI 684, 11 juillet 1950, B. de M. au directeur des REE ; 860, 22 septembre 1950, « (...)

78La militarisation de l’aide incite le SGCI à recommander l’utilisation de l’aide PAM pour l’importation de certains matériels comme les radars. Mais les services américains continuent d’appliquer les consignes du temps précédent. Les fonds ERP ne doivent pas être consacrés à des dépenses militaires. Il est probable que les Français avaient relâché leur attention, car le SGCI doit donner des conseils de vigilance62. Mais le ton de l’ECA évolue à la fin de l’année 1950.

  • 63 F 60 ter 358, 966, 28 octobre 1950, B. de M. à Industrie et commerce.
  • 64 F 60 ter 359, 85, 26 janvier 1951, B. de M. à Patterson, sur les wagons.

79Les enquêtes sur l’utilisation des fonds ERP continuent, révélant comme auparavant des fraudes ou des erreurs de gestion du programme ERP : commandes fictives par des grossistes français de machines outils américaines63, importation de wagons de chemins de ter revendus ensuite aux Etats-Unis64.

  • 65 BA 44-52, EU 249, coopération économique, 30 mars 1951 à Washington, « a/s utilisation des crédits (...)

80A la fin de l’année budgétaire américaine 1950-51, les services français notent une propension de l’ECA à renforcer les contrôles, à exiger des pièces justificatives, à faire traîner les autorisations d’importations65. C’est le fruit de la pénurie, mais aussi de la transformation de l’aide économique en aide militaire. Ne faut-il pas renforcer les importations utiles à l’effort militaire ?

  • 66 F 60 ter 358, 702 bis, 18 juillet 1950, B. de M. au directeur du cabinet du ministre de l’intérieu (...)
  • 67 F 60 ter 359, 96, 29 janvier 1951.
  • 68 F 60 ter 393, Parkman à Elgozy, 6 avril 1951.

81En juillet 1950 les services français se décident enfin à mener une information plus précise sur l’emploi de la contre-valeur de l’aide américaine auprès des utilisateurs et de l’opinion françaises66. Une information spéciale valorise la reconstruction de l’Université de Caen sur fonds Marshall. Le SGCI donne la liste des émissions de radio consacrées au plan Marshall. La mission diffuse les résultats des voyages aux Etats-Unis des équipes de productivité. Un concours de dessins est organisé par l’ECA pour de jeunes malades67. Une visite des Charbonnages de France est requise par l’ECA en février 1951. Des jouets envoyés par l’American Légion seront admis en franchise. L’ECA fait un film de 30 minutes sur la renaissance économique et le potentiel de défense français, sous le titre ronflant mais significatif de « Battle Report ». Elle demande le soutien du SGCI pour faciliter le travail des producteurs de NBC/TV, qu’elle obtient d’A. Gazier ministre de l’Information68. Le temps n’est pas aux innovations mais aux réalisations et à l’action de masse.

  • 69 SGCI 720, 24 juillet 1950, G. Elgozy à Timmons.

82L’ECA poursuit la dénonciation du dirigisme et du protectionnisme. Elle avait critiqué le « protectionnisme » de Citroën et de Peugeot qui hésitaient à vendre des voitures contre des dollars. Le SGCI doit expliquer que ces constructeurs agissent ainsi parce que les touristes américains en France, acheteurs de ces véhicules à un régime préférentiel, trafiquent frauduleusement au terme de leurs vacances et revendent (en dollars) avec un bénéfice fructueux69.

  • 70 F 60 ter 358, SGCI 770, 12 août 1950.
  • 71 F 60 ter 358, 862, 25 septembre 1950, B. de M. à Office des Changes.

83Elle veut que les petites entreprises françaises puissent accéder aux équipement financés par l’ERP, une autre façon de mettre en cause le dirigisme français70. Inversement le SGCI demande de favoriser le « Small Business » américain pour l’approvisionnement ERP, « en raison de l’intérêt porté par le Congrès américain »71, preuve que seuls les grosses entreprises ou les courtiers les plus puissants profitaient du plan Marshall.

84Les faits concernant la publicité, les contrôles de bon usage et la liberté du commerce ne révèlent rien de neuf par rapport aux deux premières années de l’aide américaine. L’ECA-France fait son travail.

85A travers les difficiles relations franco-américaines du premier semestre 1951 sur les capacités financières de la France, se dessine un débat sur les résultats de l’effort de redressement français.

  • 72 F 60 ter 358, 946, 21 octobre 1950, G. Elgozy à Myers.

86Pour l’ECA, l’économie française est devenue plus performante. Ainsi, le SGCI informe l’ECA que la France n’importera plus au titre de l’ERP de chaudières pour les centrales thermiques, ni de locomotives diesel-électrique en raison des capacités nouvelles de l’industrie française72. Ce fait a eu des conséquences néfastes sur le montant de l’aide en 1950-51.

  • 73 Garantie accordées : Foster Wheeler Corp. pour Foster Wheeler France : 50.000 $ et prêt de 100.000 (...)

87Le meilleur état de l’économie française n’entraîne pas pour autant une ruée des capitaux américains privés vers la France. Les investissements garantis par l’ECA restent toujours modestes73.

88L’événement le plus important de cette année 1950-1951, passé inaperçu, est la fin du plan Marshall. On parle encore du plan Marshall, mais les diplomates ont bien noté le changement radical qui s’est produit au début de l’année 1951.

LE REARMEMENT FRANÇAIS, UNE CONDITION DE L’AIDE AMERICAINE

89Jusqu’au 25 juillet 1950, l’ECA défendait encore l’ERP. A partir de cette date, soit un mois après le début de la guerre de Corée, Hoffman invitait les pays européens à prendre leur part de l’effort de réarmement. L’ECA, instrument efficace du plan Marshall, est utilisée maintenant pour l’effort de guerre du monde occidental.

  • 74 CE 03, Bonnet, 25 juillet 1950, n° 2844-49, urgent.

90Le réarmement « doit sinon recevoir une priorité, mais être considéré comme d’une importance au moins égale » à l’ERP annonce alors l’ECA qui demande aux Français, comme aux autres européens, un plan de réarmement avant le 5 août 195074. L’aide militaire est un nouveau champs de l’aide américaine.

Réarmer à moindre frais

  • 75 F 60 ter 411, « Note Kojève pour M. Filippi », 18 juillet 1950.

91On se rend compte en France que les menaces de guerre peuvent ruiner la modernisation. Mais comme Kojève le montre, ne pas participer au réarmement, c’est se condamner à la charité publique permanente et donc à la sujétion. Il faut construire des matériels utiles à la défense et les vendre contre des dollars. Mais il est assez dérisoire de prétendre financer des investissements militaires proches de la production du temps de paix comme le dit Kojève75. Toutefois le gouvernement est très clair dans ses intentions : l’effort de réarmement ne doit pas « anéantir les efforts faits par les pays européens pour consolider leurs finances et leur économie ». L’investissement économique reste nécessaire.

Un effort militaire à la demande des Américains

92Le nouveau ministre de la Défense du gouvernement Pleven était Jules Moch. Il est conscient, d’après ses Mémoires, de la tâche qui lui est confiée par Pleven et l’Histoire : réarmer. Il organise son ministère de telle sorte qu’il concentre les moyens de décisions sous la direction de Louis Kahn, ingénieur général du génie Maritime.

93Une première tranche du PAM 1949-1950 avait servi à équiper en matériels militaires 5 divisions françaises ; l’équipement de 5 autres divisions était prévu sur les tranches ultérieures du PAM.

  • 76 J. Moch, Une si longue vie, op. cit. ; voir bibl. n° 54 ; p. 405.
  • 77 F 60 414/2, BQPE n° 1647, 8 août 1950 ; le budget militaire représente pour 1950 : FF 400 milliard (...)

94Moch prévoit d’avoir 10 divisions à la fin de 1951, 15 à la fin de 1952 et 20 à la fin de 1953, de porter à 912 avions la flotte aérienne76. Le programme français supplémentaire du 5 août 1950 est bien d’origine française, mais manifestement il est rédigé à la demande des Américains77.

Un financement commun du réarmement

  • 78 CE 81, note du Quai d’Orsay ? 7 septembre 1950, « a/s projet de financement du réarmement » ; F 60 (...)

95Les services français imaginent une organisation collective de défense coordonnant l’action du pacte atlantique dans les domaines militaire, industriel, financier, monétaire et économique. Faisant preuve d’imagination, ils demandent au Conseil des suppléants du Pacte atlantique, le 17 août 1950, la mise en place d’un budget commun du pacte atlantique et d’un pool des ressources dollars. Le financement du programme français du 5 août serait mieux assuré78.

  • 79 I. Wall, L’influence américaine... op. cit. ; voir bibl. n° 299 ; p. 280.
  • 80 CE 81, JG/coop économique, 18 septembre 1950, « Note ».

96Les réactions d’Acheson sont peu claires sur le plan du financement, mais la tendance américaine est au refus d’un financement commun79. Pressé par la panique, poussé par le Pentagone, il veut la mise en route des plans de réarmement et il accepte une répartition des efforts selon les capacités de chaque pays80.

  • 81 F 60 ter 415/1, « C. r. conversations Petsche, Buron et Snyder 7 septembre 1950, 9 pages.

97Petsche et Buron qui voient Snyder le 7 septembre 1950 défendent le budget commun, un commandement unique, un Etat-Major commun des Forces atlantiques, et des emprunts communs pour la défense. Ils demandent « sans rougir » une aide américaine supplémentaire pour la Défense et l’Indochine dans le cadre de « l’intérêt de la communauté atlantique »81.

  • 82 F 60 ter 415/l, 18 septembre 1950 « Note sur la participation de l’Allemagne à la Défense atlantiq (...)

98L’idée d’un budget commun est vite abandonnée, devant les réserves britanniques, tandis que celle du réarmement allemand progresse aussi vite que la panique. Les Français cherchent alors à faire barrage, exigent des contrôles, songent à une organisation commune qui puisse limiter le danger allemand82. Ce danger du réarmement allemand conduit directement à la proposition d’armée européenne.

  • 83 F 60 415/1, 3 octobre 1950, note coop, économique MAE, note.

99Le débat de l’été 1950 sur le réarmement a eu un impact profond en France. Il génère la crainte de l’inflation, le doute sur l’effort américain en faveur de l’Europe. Il entraîne aussi la peur d’un abandon de la modernisation et le manque de confiance à l’endroit des « fonctionnaires américains et des militaires qui ne sont pas liés émotionnellement au redressement économique de l’Europe et conscients des difficultés sociales »83, ce qui est un remarquable hommage aux Américains du plan Marshall. La guerre de Corée est une catastrophe !

L’effort militaire français est-il crédible ?

  • 84 F 60 ter 358. 838, B. de M. à P. W. Douglas, 12 septembre 1950, « Evaluation des dépenses militair (...)

100L’ECA appelée contre sa vocation initiale à gérer conjointement l’aide économique et militaire, remet en cause le programme et le budget militaires français. Les Américains voulaient le diminuer84. Ce qui peut sembler paradoxal !

101En fait l’ECA se rend compte que le programme français présenté dans le mémorandum du 5 août n’est pas compatible avec le programme NATO DD35, un programme prioritaire élaboré avant le 5 août par les Suppléants. Les Français sont-ils cohérents avec les décisions de l’OTAN qu’ils ont acceptées ?

  • 85 F 60 ter 414/2, « Note historique 28 septembre 1950 », cosmic ; SG permanent de la DN ex, n° 1120, (...)

102Pour bénéficier d’une aide américaine en matériels ou en off-shore, il faut mettre en œuvre le programme prioritaire arrêté en commun et composé de 12 types de matériels allant du pistolet-mitrailleur au char de 50 t, aux navires et aux avions85. Jules Moch doit s’attendre à des vérifications incessantes.

Le budget militaire français pour 1951 : la confusion

103En octobre-novembre 1950 le SGCI est amené à prendre en charge l’aide militaire en plus de l’aide ERP, comme l’ECA l’avait fait du côté américain. Ce service civil prend donc une importance nouvelle que les militaires vont contester.

Jules Moch, un fonceur

  • 86 E. Faure, Mémoires 1, op. cit. ; voir bibl. n° 37 ; p. 380.

104Le débat au sein des services sur le budget militaire français pour 1951 est particulièrement vif. Jules Moch a la réputation d’être un « fonceur ». Il agit souvent sans en référer à ses pairs, le ministre des Finances (Petsche) en particulier. Il tente de forcer les feux du réarmement français, d’une façon telle que Guy Mollet s’en inquiétait86. Les autres services sont obligés de réagir vigoureusement.

  • 87 Environ $ 500 millions, à 350 F le dollar.
  • 88 F 60 fer414/2, Petsche et Buron, à Pleven, président du Conseil, 11 septembre 1950, n° 22. Il semb (...)

105Il fixe le budget de la Défense Nationale à FF 610 milliards dont FF 175 milliards87 seraient pris en charge par les Etats-Unis. Surtout il communique ce chiffre à Bruce. C’est une faute ! En effet le SGCI négociait une aide américaine supérieure au chiffre de Jules Moch88 !

Sur quel programme justifier le budget ?

106La confusion qui règne au sein des services : Présidence du Conseil, Finances et Défense nationale, s’explique par le fait que 3 plans militaires circulent au même moment :

  1. Plan de FF 2.000 milliards sur 3 ans (mémorandum du 5 août 1950) ; en fait il se monterait à FF 2.700 milliards. Il a pour objectif de former 20 ou 23 divisions en décembre 1953, 28 groupes d’intervention air, 24 groupements de force aériennes tactiques, de mettre en ligne 832 avions de combat financés par le PAM et des fabrications françaises complémentaires89.
  2. Programme 1951 de FF 600 milliards, qui ne semble pas être l’application annuelle du précédent.
  3. Programme prioritaire défini par les Suppléants à l’OTAN de FF 300 milliards, qui ne comprend pas tous les projets des deux plans précédents90.

107La guerre des services dessert la France. Mais la Présidence du Conseil, c’est-à-dire Pleven, montre bien des faiblesses.

  • 91 F 60 ter 515/2, « Papier remis à Tomlinson le 2 octobre 1950 », source : conseil de la DN du 2 oct (...)
  • 92 F 60 ter 414/2, « Résumé des décisions prises au comité de la DN du 2 novembre 1950 ».

108Le SGCI remet à Tomlinson un programme de budget militaire pour 1951 de FF 610 milliards auxquels s’ajoutent FF 240 milliards pour les TOM et l’Indochine, fondé sur l’espoir d’une aide américaine de FF 270 milliards. Le total atteint FF 850 milliards91. Il est décidé par le comité de la Défense Nationale de novembre 1951 que le programme triennal ne dépassera pas les FF 2.000 milliards92. Enfin, le gouvernement souhaite une aide en offshore budgétaires pour faire tourner l’industrie française au lieu d’acheter aux Etats-Unis.

La promesse ambiguë des $ 200 millions d’aide

  • 93 F 60 420, « Note sur la présentation du budget militaire exceptionnel et des recettes qui y sont a (...)

109Ce projet de FF 850 milliards pour le budget militaire de 1951 est bien remis aux Américains en octobre 195093.

  • 94 J. Moch, Une si longue vie... op. cit. ; voir bibl. n° 54 ; p. 413.
  • 95 Off shore signifie dans le cadre de l’aide militaire que les Etats-Unis financent des productions (...)

110Le voyage de Jules Moch et de Maurice Petsche à Washington en octobre 1950 aboutit à une promesse de $ 200 millions pour le premier semestre 1951, au lieu de $ 270 millions, et une somme identique pour le second semestre, si le Congrès se montrait d’accord94. Les 200 millions $ seraient alloués sous forme d’achats off shore au profit du gouvernement français95 « sous réserve d’en discuter avec le gouvernement américain l’opportunité au regard des plans NATO ».

  • 96 F 60 ter 358, 1011 bis, 13 novembre 1950, B. de M. à Guindey, « Procédure d’emploi des 200 million (...)

111Cette disposition marque la volonté des Etats-Unis de ne pas financer n’importe quoi dans le budget militaire français. Elle limite de facto la souveraineté française. Il s’agit donc d’une aide budgétaire, sous haute surveillance96. « M. Moch va prendre la mouche », remarque-t-on au Quai d’Orsay.

  • 97 F 60 415/1, notes manuscrites prises par B. de M. reconnaissables à l’écriture, « C. r. de convers (...)

112Pour le Pentagone, l’aide américaine doit servir à défendre l’Indochine et à créer 10 divisions françaises de type « OTAN » stationnées en Europe à la fin de 1951. C’est dans cet esprit qu’est échangé l’engagement américain du 18 décembre 1950 de verser $ 200 millions avant le 31 juin 1951. L’accord du 18 décembre insiste sur la guerre en Indochine, puisque en octobre Jules Moch avait demandé des B 26 pour l’Indochine97.

113L’imprécision de la promesse, les hésitations des Américains sur la forme et la destination de l’aide font de cette affaire un cauchemar qui a des répercussions sur le volume général de l’aide à la France. Les Français croyaient (sincèrement ou non) que cette aide s’ajoutait à l’aide Marshall, or les Américains feignaient de la compter comme une composante de l’aide ERP. Les Français réduisirent alors le budget militaire français de 1951 à FF 740 milliards en raison de cette aide insuffisante et précaire. Les Américains considérèrent qu’il y avait violation des accords franco-américains d’octobre.

La guerre des services

  • 98 F 60 ter 415/2, note pour le MAE, 18 décembre 1950, B. de M.
  • 99 F 60 ter 415/2 ou 420 Petsche et E. Faure à président du Conseil, n° 81, 4 janvier 1951 ; F 60 fer (...)

114La confusion est encore renforcée par l’incapacité des services de l’Etat à s’entendre sur le contenu du programme militaire. La Défense Nationale (ingénieur général Kahn) manifeste une volonté d’indépendance farouche, au point de refuser de négocier avec les Américains par le canal des « civils » du SGCI98. Ce blocage est jugé inacceptable par les Finances et le Quai d’Orsay en janvier 1951. Le ministère des Finances en profite pour juger très sévèrement les libertés prises par le Secrétariat Général permanent de la Défense Nationale avec les règles de la comptabilité publique. Les militaires agissent quasi clandestinement ! Ils refusent de donner au SGCI des renseignements sur les livraisons de matériels militaires américains et couvrent les malversations d’un régisseur comptable de la Marine. Les Finances critiquent les méthodes de passation des marchés pour l’armée de terre. Cette guerre des services devient publique et les Américains en profitent99.

  • 100 F 60 ter 420, DN, SGFA 3 janvier 1951, section programme n° 20/TS/SED ex, n° 9 « Réponse aux quest (...)

115Jules Moch approuve les réactions de ses services, à moins qu’il ne les suscite. La Défense Nationale répond à Alphand que le budget militaire défendu à Washington par Moch et Petsche était supérieur de FF 130 milliards par rapport à celui adopté finalement par le gouvernement. Ce qui est juste. La Défense Nationale proclame son patriotisme et entend réaliser l’objectif de 10 divisions en 1951 et de 25 groupes aériens malgré tout100, alors qu’elle ignore les crédits américains disponibles. Jules Moch dénonce Petsche, E. Faure et le SGCI à Pleven : « La véritable lutte semble être à leurs yeux une bataille de bureaux... désormais d’importance mondiale ». Il retire de la circulation les procès-verbaux des réunions où la Défense nationale avait été mise en cause. « Je puis vous donner l’assurance », écrit-il à Pleven « que malgré les embûches qui me sont tendues, malgré l’opposition ou les objections des ministères financiers, je continuerai à donner tous mes efforts à la réalisation du plan de réarmement français dans les délais prévus ».

  • 101 F 60 ter 415/2 ou 420 M. de la DN 8 janvier 1951 à René Pleven ; F 60 ter 420, M. des Finances à p (...)

116Le Ministère des Finances dénonce de tels enfantillages : « Je relève avec émotion la tentative insidieuse à nouveau faite de rejeter sur les départements financiers la responsabilité de nos difficultés militaires en Indochine » répliqua le ministre des Finances101. A travers cette bataille des services, il y avait aussi le drame de l’Indochine.

Les tensions franco-américaines sur le programme français

117Les tensions internes se doublent de relations délicates avec les Américains sur le contenu du programme français d’armement.

  • 102 F 60 fer415/l, Bohlen à Charpentier et de Rose, « Note du 2 décembre 1950 ».
  • 103 F 60 ter 358 1036, 18 novembre 1950, B. de M. à PPS.

118Si les Français tiennent pour acquis les $ 200 millions d’off-shore, les Américains réclament un programme d’utilisation. Bohlen le 2 décembre 1950 avait suggéré de les utiliser pour financer les matériels inscrits sur la liste prioritaire OTAN102. De cette façon les Américains tentaient d’imposer les choix OTAN aux Français. Margerie posa une question très révélatrice à Schweitzer : « Ce que je voudrais savoir c’est si tu as eu des conversations de nature technique sur le degré de contrôle que l’administration américaine entendait exercer sur les fabrications françaises qui feraient l’objet d’achats off-shore »103.

L’engagement français de réarmer de décembre 1950

  • 104 F 60 ter 415/1 « Aide-mémoire du 29 décembre 1950 remis à Bohlen par Parodi » ; F 60 ter 420, F. G (...)

119Le 29 décembre 1950, les Français précisent aux Américains la nature du programme français de réarmement pour 1951. La France s’engage à mettre sur pied 10 divisions et les fabrications pour l’armée de l’air, à réaliser une partie du programme NATO d’infrastructures, et à engager les investissements industriels nécessaires (machines-outils)104.

  • 105 F 60 ter 420, F. Garnier, Note pour le ministre, 6 février 1951 « Sur l’exécution du programme de (...)

120Mais les Français ont bien du mal à convaincre les Américains de leurs capacités à réarmer, en raison, semble-t-il, de la mauvaise organisation de la production militaire. Comment faire confiance à l’industrie française ? Beaucoup de crédits ne sont pas consommés parce que certains ateliers de l’armée qui avaient entrepris une reconversion civile n’avaient pas su revenir aux productions d’armements. Des ateliers de la DEFA de Roanne construisent des tracteurs, à Chatellerault des fusils de chasse, à Puteaux ou à Levallois des machines comptables, au Mans des wagons. La DEFA semble incapable de mettre en chantier des armements nouveaux. Il faut organiser une réunion spéciale à l’initiative de Moch, Petsche et Lejeune pour laver en famille son linge sale105. Les défaillances évoquées plus haut y furent reconnues. Mais la tension entre la Défense Nationale et les Finances restait vive, et il était impossible de traduire en chiffres les programmes constamment modifiés par les militaires.

  • 106 F 60 ter 420, « Note pour le ministre, état d’avancement de programme de réarmement au 30 juin 195 (...)

121Ces difficultés à produire s’expliquent aussi par les conséquences de la seconde guerre mondiale. Les directions techniques de la Défense nationale manquent d’expérience et de connaissances récentes. La notification d’un marché à un industriel demande 10 mois, l’industrie lourde hésite à passer des marchés, enfin les directions techniques de la Défense Nationale s’orientent vers des entreprises de faible envergure qui « ne leur font pas peur ». Les ingénieurs militaires ont un curieux complexe de petit fonctionnaire106.

122L’inadaptation de l’outil administratif et technique de l’armée en vue du réarmement introduit un facteur de faiblesse dans la négociation internationale dangereux pour les intérêts français.

Les Américains refusent le programme français

  • 107 F 60 ter 359, 139, 8 février 1951, B. de M. à Timmons.

123Un programme d’importations fondé sur les $ 200 millions est arrêté et communiqué aux Américains le 25 janvier 1951107. Mais son caractère d’aide off shore a disparu, parce que l’ECA répugne à financer des productions françaises non compatibles avec les programmes de l’OTAN.

  • 108 F 60 ter 436, Bonnet 29 janvier 1951, 23 h, 828-837.

124Les Américains critiquent la diminution des crédits militaires français, contraire aux promesses françaises d’octobre à Washington (FF 720 milliards au lieu de FF 850). Ils pensent que les $ 200 millions ne pourront être dépensés à cause de cette réduction et qu’ils augmenteront les réserves de change de la France108.

  • 109 F 60 ter 419, 19 janvier 1951, note pour le ministre.

125Il faut constamment justifier les choix militaires et économiques français, affecter les matières premières à l’armement comme Tomlinson le fait savoir. Faut-il alors limiter la modernisation civile ? Bernard de Margerie conseille de ne pas négliger le point de vue américain109.

  • 110 CE 81, Bonnet 23 février 1951, 22 h 40, n° 1594-99.
  • 111 CE 81, PS 2189, 11 mai 1951 Bonnet à Schuman, « a/s réarmement et économie civile ».

126Bonnet remarque surtout que les Américains ne sont pas convaincus de la pertinence du programme français d’utilisation des $ 200 millions110. En fait Bonnet et d’autres ont imaginé que les Etats-Unis étaient prêts à toutes les générosités. Ils n’ont pas bien réalisé que l’administration américaine désirait mobiliser efficacement les forces occidentales plutôt que d’encourager les aspirations nationales de chacun des membres de l’alliance111.

  • 112 F 60 îer415/2, DN, Kahn à Frondeville 14 mars 1951 n° 1245 exemplaire n° 2 secret, PAM 1951.
  • 113 F 60 ter 415/2 Kahn à Trueblood 29 mars 1951 n° 1510/TS/SEP, très secret.

127L’ingénieur Kahn dresse une liste de matières premières dont la Défense Nationale a besoin : nickel, phénol, laine, coton, moteurs d’avions, cuivre pour $ 108 millions en 1951, des machines-outils pour la fabrication de munitions de canons, d’EBR, d’avions. Il faut équiper les arsenaux de Mers El-Kebir, les usines d’armements, pour lesquelles il demande une surpriorité112. Kahn précise que la France ne peut renoncer à certaines parties du programme en raison de l’état de l’opinion publique soucieuse des intérêts nationaux. La France doit restaurer ses capacités militaires et de production dans l’intérêt général. C’est l’occasion pour l’ECA d’affiner enfin ses critiques : le programme d’avions « Ouragan » pour 1954 est insuffisant dit-elle. Quelques jours plus tard, les Américains proposent d’abandonner la construction de 4 sous-marins. L’Amiral Jourdain proteste. Les Américains rejettent aussi l’installation de l’usine de torpilles de Mers El-Kébir et suggèrent plutôt la construction de dragueurs, programme ridiculement inintéressant en termes de puissance et de souveraineté. Kahn explique à Trueblood que la France ne peut renoncer à réduire le nombre d’escorteurs au profit des dragueurs, personne ne peut renoncer au croiseur « De Grasse »113.

  • 114 F 60 ter 359, 335, 13 avril 1951 ; F 60 ter 359, n° 335, 13 avril 1951 ; F 60 ter 359, 270, 20 mar (...)

128On frise l’incident. André Monteil, Secrétaire d’Etat à la Marine convoque l’Attaché naval américain et selon Bernard de Margerie, lui fait part « fort crûment » de ses sentiments114.

129Les Américains s’élèvent aussi contre la construction des avions cargos Nord 2501 parce qu’insuffisamment nombreux pour rentabiliser la chaîne ; or les Français veulent en construire pour le pool interallié des transports. Les Américains critiquent les avions MD 450 et MD 452, alors que les Français veulent des transferts de connaissances pour les réacteurs de type américain Jay 48 et une assistance américaine pour les radars de nuit, les instruments de navigation, les radios de bord. Les Américains refusent aussi la fabrication des chars lourds de 50 t, en raison des coûts prohibitifs de cet engin et de la faiblesse de son canon de 100 mm contre les chars soviétiques « Joseph Staline ». Ils parlent d’ailleurs de dépenses somptuaires.

  • 115 F 60 ter 359, 256, 15 mars 1951, B. de M. à Guindey ; 295, 30 mars 1951, B. de M. à Industrie ; F (...)

130L’ECA verrait avec avantage l’industrie française se charger de fabriquer des uniformes pour l’armée américaine115.

  • 116 F 60 fer419, MAE, Dir. politique, pactes, 15 mars 1951, R. Schuman à D. Bruce.

131Ce petit jeu agace Schuman, ministre des affaires étrangères, qui demande à David Bruce que les $ 200 millions d’aide promis en octobre 1950 soient utilisables immédiatement pour les dépenses militaires, sans restrictions. Il en a assez de devoir justifier sans cesse « la légitimité » de ces dépenses116. Français et Américains se heurtent sur la question hautement significative pour l’indépendance de la France, du contenu du programme militaire français. De même qu’en 1948 Monnet et le gouvernement avaient pu faire accepter par l’ECA les objectifs du plan de modernisation, de même en cette année 1951 ils tentent de rééditer l’exploit au niveau militaire. Mais les conditions internationales sont différentes, les hommes qui gérent l’aide américaine ne sont pas les mêmes, l’administration américaine résiste aux ambitions françaises. Le Congrès américain veut désormais prendre la tête d’une croisade des pays libres, alors qu’en 1948, il avait généreusement laissé les Européens s’organiser et gérer l’argent américain.

Fermeté gouvernementale

  • 117 F 60 fer419, 7 avril 1951, communication verbale du MAE à l’ambassadeur des Etats-Unis.
  • 118 F 60 fer419, « Projet de télégramme pour M. Bonnet », 12 avril 1951.

132On peut donc conclure à une crise de confiance franco-américaine en avril 1951. Les Américains font en effet miroiter des allocations pour des matières premières et des machines outils contre une rectification du programme militaire français117. Bonnet est chargé de dire que les interventions américaines sont inacceptables, mais avec prudence toutefois car les Français sont demandeurs d’une allocation ERP à défaut d’aide militaire118.

133Comment dénouer la crise ? Le contentieux porte à la fois sur le contenu des programmes d’armement et sur le montant de l’aide économique et militaire.

  • 119 F 60 ter 419, SGCI 15 avril 1951, note au président du Conseil, « Concours américain à l’exécution (...)

134Le gouvernement français est décidé « à prendre dans cette affaire l’attitude la plus ferme » écrit-on au Quai d’Orsay. Il y a maldonne ou hypocrisie. Il y a surtout mésentente profonde sur la place de la France dans l’OTAN. Les négociateurs français du SGCI se croient trahis par des Américains qu’ils estimaient119.

  • 120 F 60 ter 359, n° 390, 4 mai 1951 B de M à PPS « Problèmes de nos allocations pour le 1er semestre (...)

135Petsche reçoit Parkman le 4 mai 1951, le sermonne : « Ces discussions aigrissent les rapports franco-américains et ce d’autant plus que le gouvernement français a le sentiment qu’un changement est intervenu dans la position américaine par rapport à ce qui avait été convenu à Washington en octobre dernier. Tout cela est particulièrement regrettable à la veille des élections »120.

  • 121 Pour $ 14,6 millions, in CE 04, Bonnet, 18 mai 1951, 22 h, 3776 ; Mais Petsche n’avait pas obtenu (...)
  • 122 F 60 ter 419, « Aide-mémoire », 2 avril 1951, traduction, secret, « Etude par les Etats-Unis du pr (...)

136Les vives représentations du gouvernement français, tardives, portent leurs fruits. L’administration américaine offre quelques satisfactions en mai 1951. Les experts américains acceptent les 4 sous-marins, l’usine de torpilles, les « Sea Venom » pour l’aéronavale française. Ils acceptent de fournir des machines-outils pour la fabrication des MD 450 et 452121 en échange du rétablissement des crédits français pour la construction des aérodromes OTAN en France. L’accord se fait sur les dragueurs122.

137L’ECA avait donc reconnu en partie les thèses du gouvernement français. Le gouvernement de Henri Queuille unanime pouvait montrer à l’opinion française que l’indépendance française n’avait pas été sacrifiée à un partage des tâches au sein de l’OTAN, déshonorant pour les ambitions françaises.

Réduction de l’aide américaine

138Toutefois les Etats-Unis font payer au sens strict cette revendications d’indépendance qu’ils ne peuvent combattre de front en réduisant le montant de leur aide au premier semestre 1951. L’ECA annonce, le 12 mai 1951, le versement de l’aide de $ 200 millions au titre militaire et de $ 40 millions au titre économique « montant maximum » est-il dit, au lieu des $ 355 millions attendus. La décision a été prise « sur des raisons qu’il n’a pas été jugé utile de nous communiquer », remarque le SGCI.

  • 123 F 60 ter 418, note pour le ministre des Finances et des affaires économiques, « Aide américaine an (...)
  • 124 V. Auriol, Journal du Septennat, op. cit. ; voir bibl. n° 19 ; tome 5, 1951, p. 206, mercredi 16 m (...)

139Est-ce dramatique ? Probablement pas, car en même temps qu’il proteste, le SGCI souligne qu’il aurait été, à coup sûr, impossible de réaliser tout le programme d’importations qui avait été calculé large !123. La note du gouvernement américain sur la réduction de l’aide au 1er semestre de 1951 a été discutée au Conseil des ministres du 16 mai 1951 et le gouvernement a protesté auprès d’Harriman et de Bohlen124.

140L’Ambassade américaine répondit le 7 juillet 1951 par un historique de l’aide à la France destiné à faire ressentir aux Français tout ce qu’ils devaient aux Américains : la France a reçu $ 2,1 milliards de 1948 à mars 1951. Les matériels militaires offerts à la France entre 1949 et 1951 ont représenté environ la moitié de la valeur totale des matériels attribués au Pacte Atlantique. On se souviendra que les services de Jules Moch considéraient avec scepticisme l’intérêt de ces matériels militaires américains, au moins pour les divisions de type OTAN.

  • 125 L’influence américaine... op. cit. ; voir bibl. n° 299 ; p. 291.

141On doit conclure que les Etats-Unis ont limité volontairement leur aide militaire et économique à la France, en raison d’un désaccord sur le programme français de réarmement et parce qu’ils pensaient que l’économie française était rétablie. Les tensions franco-américaines en 1951 signifiaient que les Etats-Unis ne toléraient plus les politiques d’indépendance nationale dans le camp occidental. Il leur faudrait pourtant faire avec. Jamais encore « dans le cours de l’histoire on n’avait vu un pays engagé à ce point dans les affaires relevant de la souveraineté d’un autre » remarque l’historien I. Wall125, confirmant ainsi ce que les sources françaises d’archives nous apprennent.

Le réarmement, une discipline communautaire insupportable

142Le réarmement est une œuvre communautaire du pacte Atlantique à laquelle la France donne l’impression de vouloir échapper ou de plier à ses propres aspirations.

143Depuis l’automne 1950 l’aide américaine se transformait lentement en une aide au réarmement. Il devenait vain d’espérer une résurrection du plan Marshall ou de justifier l’aide par des plans de modernisation ou des déficits de la balance des comptes. Il fallait prouver que les projets nationaux de réarmement contribuaient au bien commun atlantique, défini par les Etats-Unis. Dans tous les cas la France dépendait des Etats-Unis. Petsche manifeste un humour involontaire, mais très explicite sur la dépendance américaine, quand il écrit : « Nous sommes actuellement dans l’obligation de communiquer à nos alliés des indications chiffrées sur le montant de nos dépenses militaires pour l’année 1952 » ! En conséquence le budget militaire français de 1952 devait être préparé dans le cadre de l’OTAN.

144Les services envisagent deux hypothèses de budget :

  1. Poursuivre le plan défini dans la loi d’armement du 8 janvier 1951 avec un budget de 1206 à 1214 milliards FF (dont 290 pour les TOM et l’Indochine) et la mise sur pied de 5 divisions nouvelles.
  2. Réaliser un effort complémentaire de mise en œuvre du programme d’infrastructures NATO du Nord-Est et l’exécution en France de certaines fabrications militaires avec un budget de FF 1310 à FF 1360 milliards dont 290 milliards pour l’Indochine.
  • 126 F 60 ter 418, 19 avril 1951, « Projet, 1re mouture », Margerie.

145Dans le premier cas, le gouvernement attend une aide américaine de FF 500 milliards ; dans le second cas de FF 600 milliards. Petsche suggère de présenter aux Américains les deux chiffres, les invitant en somme à décider du rythme du réarmement français. Il s’agit de mettre les Etats-Unis devant un choix précis pour éviter les ennuis de l’année précédente. Mais est-il sage d’inviter un gouvernement étranger, même ami, à dire ce qui est bon pour le pays ? Les Finances, qui élaborent ces projets de budget en avril 1951, ne voient pas d’autre avenir que d’augmenter l’aide à la France car il est clair que « quels que soient ses propres et nécessaires efforts la France ne pourra pas à la fois faire face aux charges de sa reconstruction et de la campagne d’Indochine, de son réarmement et de la réalisation sur son sol d’une solide infrastructure militaire au profit des nations du pacte atlantique sans une aide financière américaine accrue au cours des prochaines années »126.

146Mais quelle que soit l’hypothèse budgétaire retenue, le gouvernement était fermement attaché à l’idée de répartir les fabrications entre pays de l’OTAN, et de créer un système financier atlantique. Or en juin l’espoir d’un programme OTAN intégré et d’un budget commun s’évanouit. En conséquence, l’indécision sur le budget français de 1952 perdure car les services ne savent pas sur quelle aide compter.

  • 127 F 60 ter 418, « Note de Jules Moch au Général Bradley 5 juin 1951 remis par Tomlinson le 5 juin 51 (...)

147En dépit de ces imprécisions diplomatiques et financières, Jules Moch rêve toujours à la mise sur pied de 20 divisions pour la fin de 1953 et de 8 autres en 1954. Patriote et socialiste, Jules Moch balaie le projet des Finances qui traduit un retrait par rapport à la présente année. Il ignore superbement les contraintes financières, au nom de sa passion pour la France et pour la sécurité. Il remet à Bradley un projet de budget différent de celui des Finances en juin 1951 ! Ainsi un ministre français fait-il juge de son budget le gouvernement américain : « Je pense », écrit Thierry de Clermont-Tonnerre, secrétaire général du CIQEE qui se confie à Pierre-Paul Schweitzer, « qu’il y a peu de risques que l’administration de Washington reçoive ces deux documents sans commentaires... »127.

  • 128 F 60 fer418, ou 420, 29 juin 1951, Très secret, « Note pour le ministère des Finances, suite du vo (...)

148Mais s’il existe des contradictions évidentes au sein du gouvernement français, Harriman reconnaît que les Américains ne sont pas nets envers la France. Ils la poussent à réarmer, à combattre en Indochine et à construire des HLM dans le cadre de la lutte contre le communisme. La France ne peut tout faire. Harriman est un sage, qui a compris les limites du budget français et qui a appris à mesurer l’importance psychologique et politique du respect des ambitions françaises. Il conseille donc un budget militaire 1952 de FF 1.100 milliards, destiné à donner une meilleure paie aux officiers et sous-officiers, à assurer la fabrication des munitions. Il suggère aussi de mettre à la disposition de la France une aide de $ 400 millions et de ne pas discuter le programme français d’importations128.

149Mais en juin 1951 personne, ni en France ni aux Etats-Unis, ne sait proposer de solution. Les Finances ne veulent réarmer qu’en fonction des ressources assurées, Jules Moch veut un effort français sans précédent. Harriman irait davantage vers la thèse française d’un effort partagé et du respect de l’autonomie de chaque pays, tandis que Washington recommande à la France de faire une armée de fantassins.

  • 129 F 60 ter 420, P. Huet, 28 mars 1951, « Note concernant le compte spécial des facilités américaines (...)

150La France dispose d’un atout dans ce combat pour l’aide au réarmement et pour un programme national. Ses partenaires ont besoin du territoire français métropolitain et de celui des TOM pour y installer une ligne de communication (oléoducs Donges-Montargis), des bases aériennes en France et dans les TOM (17 aérodromes NATO), et le SHAPE. La dépense atteindrait FF 47,3 milliards. Les Français peuvent faire pression prudemment pour obtenir en échange de ce service des avantages financiers. Mais il faut d’abord faire respecter la souveraineté française sur les bases militaires ; car on craint l’emprise « totale des Etats-Unis en Tunisie », voire en Algérie si des bases américaines y sont installées. Le problème des franchises ou facilités fiscales, douanières, juridiques à accorder aux soldats américains en France est posé. Le gouvernement doit trancher129.

151Le programme des 17 aérodromes avait débuté en 1949 à la suite d’une décision du pacte de Bruxelles. Le Pacte atlantique, et l’arrivée des Américains font apparaître des besoins nouveaux. Le projet total d’extension correspond à une décision OTAN de 1950, mais aucun crédit n’est prévu pour financer 8 aérodromes supplémentaires pour les Américains. Bref les Finances considérent avec prudence la décision d’étendre le programme d’infrastructure NATO à la différence de Jules Moch qui demande le déblocage immédiat des crédits de la tranche supplémentaire (13 milliards FF). La Défense Nationale, écrit Philippe Huet, refuse de se soumettre à la décision du conseil des ministres du 27 juin 1951 qui réserve la question afin de conclure un accord de financement commun des dépenses d’infrastructure en France.

  • 130 F 60 ter 424, note sur le programme d’infrastructures, « Conversation avec M. Huet en date du 25 m (...)

152A Ottawa, en septembre 1951, un accord se fait sur la répartition des dépenses pour la 2e tranche des 8 aérodromes et l’allongement des pistes : chaque pays achète et reste propriétaire des terrains sur son territoire. L’équipement est financé par l’Alliance selon un pourcentage forfaitaire130. Il n’y a pas de budget commun du réarmement, mais au moins un financement commun des infrastructures de l’OTAN en France. Il reste maintenant à Fixer la hauteur de l’avance Financière à la France et de l’aide américaine en général.

153Les questions du réarmement plus que celles de la modernisation économique ont été le test de la dépendance de la France par rapport aux Etats-Unis. Les Américains ont tenté de mobiliser les pays de l’OTAN d’une main de fer. Le passage d’une aide économique à la prise en compte de la sécurité militaire du monde atlantique s’est fait sans explication, et à part Jules Moch et ses services, le gouvernement français a adopté une formule de réarmement préservant le développement économique et la hausse du niveau de vie.

LES AMÉRICAINS S’INSTALLENT EN INDOCHINE

154Au printemps 1950 il est acquis que les Etats-Unis aideront l’Indochine. Mais les conditions de cette aide n’inspiraient pas confiance aux Français.

Une aide américaine démagogique et anti-française

155La mission Blum se rend en Indochine au début de juin 1950, en raison de l’accord du 24 mai 1950, et exprime la volonté des Etats-Unis d’aider les Etats associés sans se substituer à la France. Voilà pour les principes longuement discutés à Paris. Il s’agit d’une aide économique gérée par la mission ECA. Un projet d’accord bilatéral est communiqué aux Etats associés et à la France en août 1950.

  • 131 F 60 ter 444, « Note sur l’aide américaine » ex. n° 1 Saigon 17 juin 1950, voir chapitre 11.

156Sur le terrain, la situation est différente. D’une part la mission constate l’état fantaisiste des avant projets remis par les Etats associés131. D’autre part des points de friction naissent entre cette mission naïve et très têtue et l’administration française : la France veut un accord unique entre les Etats Associés et les Etats-Unis sur l’aide. Les Etats-Unis et les Etats associés, pour manifester leur personnalité internationale en veulent 3 !

  • 132 F 60 ter 444, Haussaire Saigon, à Etats Associés Paris, 13 août 1950.

157Le 14 août 1950, le projet d’accord bilatéral est adressé par les Etats-Unis aux 3 états. Il est communiqué pour information à la France. Mais le projet ne fait pas d’allusion aux accords du 8 mars 1949132. Les Français sont dépités bien entendu. De plus, le projet américain ne mentionne pas l’appartenance des pays d’Indochine à l’Union française, un point crucial, ni la gestion quadripartite de l’aide. En revanche il fait obligation à la France de supporter les défaillances des budgets locaux pour le financement de la distribution des produits de l’aide.

  • 133 CE 76, coop. économ. 31 mai 1951, à relations avec les Etats Associés, n° 501 « a/s projet d’accor (...)

158S’attendant à voir leur rôle réduit en Indochine, les Français s’emploient à faire supprimer de l’accord tous les termes « qui méconnaîtraient, s’il figuraient dans l’accord, le rôle qui incombe à la France dans le développement de l’économie indochinoise »133. Le projet d’accord « est très mauvais » écrit Ledoux.

  • 134 F 60 ter 359, 407, TCT à Parkman, 15 mai 1951 ; ministre des Relations avec les Etats associés, 25 (...)

159Le chef de la mission américaine de l’ECA en Indochine, Blum, refuse l’idée d’un programme commun d’importation. Il se précipite, comme on le pressentait, pour proposer une aide inadéquate, démagogique et anti française. Il offre immédiatement 560 000 bouteilles de pénicilline. Attaqués dans un domaine où la colonisation a fait progresser le bien commun, les Français exigent plus de sollicitude pour les combattants français en Indochine. Le gouvernement français, sincèrement ému, répond par un tableau des installations médicales en Indochine dont l’Institut Pasteur. Indigné, il l’accuse de nuire « au succès de la cause que nous défendons ensemble » et d’agir d’une façon déloyale134. Les distributions américaines gratuites nourrissent un intense trafic. Blum tente d’appâter les Français en cherchant à acheter des médicaments français pour les distribuer gratuitement aux Indochinois. Les Français refusent. On se dispute sur le contenu de la liste d’importations de $ 10 millions pour 1950-51. Blum veut y inclure les produits les plus spectaculaires.

160Les services français souhaitent que l’aide à l’Indochine puisse soutenir l’effort de guerre, or R. Blum, conformément d’ailleurs à l’esprit premier de l’aide Marshall, refuse. On tente un compromis, 70 % d’aide commerciale, 25 % d’aide militaire, le solde au programme sanitaire gratuit. La fin du plan Marshall force Blum à s’aligner progressivement sur la nouvelle politique américaine de fusion des aides économique et militaire.

  • 135 CE 76, Conseiller aux affaires économiques, Saigon, 11 juillet 1951, note, secret.

161La pratique américaine vise à favoriser une exploitation politique de l’aide en faveur des Etats-Unis et contre la France. Curieux alliés ! L’aide est directe et mal adaptée aux besoins locaux, d’après l’inspecteur général Sanner, détournée parfois et troublant le marché local. Les Etats-Unis avaient compris le parti qu’ils pouvaient tirer « de distributions gratuites et spectaculaires de produits à certaines classes qui n’avaient pas les moyens de les acheter » favorisant l’ingérence américaine comme le note un opposant à l’aide économique américaine135.

Une nouvelle donne franco-américaine en Indochine

  • 136 CE 76, Secret, Saigon, 20 septembre 1950, « Note sur l’aide économique américaine aux Etats associ (...)
  • 137 1 représentant français, 3 des Etats Associés et 1 observateur US.

162Malgré la démagogie américaine qui perdure en 1951, une évolution apparaît dès septembre 1950. Les Américains semblent plus réceptifs aux propositions françaises d’élaboration commune d’un programme d’aide économique136. L’aide cesse d’être gratuite, elle est commercialisée et les Etats-Unis acceptent le principe d’une gestion quadripartite des programmes d’importation. Le 5 décembre 1950 est créée « la commission provisoire d’importation de l’aide américaine »137.

  • 138 Dons directs : $ 12 millions, commercialisées : $ 11,5 millions.

163L’administration française dispose alors d’un moyen de contrôler les importations et de veiller à la protection des courants commerciaux traditionnels avec la Métropole. L’aide atteint $ 23,5 millions138. Les postes les plus importants de l’aide directe portent sur la santé, les produits industriels et les secours immédiats, ceux de l’aide commercialisée portent sur le coton, le machinisme agricole, le pétrole à destination essentiellement des entreprises françaises. La mission Blum en est d’ailleurs troublée.

  • 139 Voir dossier dans CE 76 ; F 60 ter 444, Saigon, 3 juillet 1950, « Note sur le projet d’accord bila (...)

164La nouvelle donne franco-américaine résulte de l’accord entre les Etats-Unis et les Etats d’Indochine, négocié en avril 1951. Les Français veulent limiter la présence physique des Américains et utiliser la contre-valeur à des projets économiques à finalité militaire. Ils craignent qu’elle ne serve à acheter des produits stratégiques indochinois. On s’affronte sur l’utilisation du français et de l’anglais dans le texte de l’accord. Blum ne veut que de l’anglais. Il manœuvre pour intégrer dans l’accord l’aide technique perçue comme un moyen d’action des Américains en Indochine139. Les Français recherchent l’aide commerciale qui soulage la balance française en dollars, alors que les Américains offrent plus volontiers une aide gratuite (médicaments, vivres, vêtements, semences, engrais, objets pour les artisans). Chaque partie tente de jouer ses intérêts. L’affrontement américano-français est une véritable lutte pour le contrôle politique de l’Indochine, sous les yeux intéressés des peuples colonisés.

  • 140 CE 76, rapport de l’inspecteur Sanner, IG de la FOM « Sur l’aide économique et technique à l’Indoc (...)

165Après 6 mois de conflits, une certaine réalité s’impose aux Américains. Les Vietnamiens sont incapables, selon les critères américains, de bien gérer l’aide. Blum est obligé de coopérer avec les services français pour servir l’aide aux 3 Etats associés140.

  • 141 CE 76, MAE, JMS 3 juillet 1951 note pour M. Wormser.
  • 142 CE 76, MAE, JMS 1er septembre 1951, note « a/s aide économique américaine à l’Indochine ».

166Le texte définitif de l’accord bilatéral est arrêté le 25 avril 1951, au moins pour le Vietnam. Sa signature annoncée pour le 30 juin 1951 est décommandée du fait des Français qui veulent créer les instruments de sa ratification par l’Union française. Aussitôt la presse américaine accuse la France de limiter la souveraineté des Etats associés. Blum et deux ministres vietnamiens circonvenus ont tenté de se passer de la ratification de l’Union française. De Lattre de Tassigny, Haut commissaire, estime que les Etats-Unis placent le Vietnam sous un véritable protectorat. S’il a raison, écrit Wormser, il faut engager avec les Etats-Unis des conversations politiques sur le rôle que peut et veut jouer la France en Indochine141. Wormser obtient des Américains la ratification par l’Union française et la non-inclusion dans l’accord de l’aide technique. L’accord est finalement signé à Washington le 20 août 1951142.

167Les services français de Saigon ne sont pas heureux de cet accord qui traduit une émancipation très nette des Etats Associés. Les Etats-Unis auraient donc atteint un de leurs buts : le renforcement de l’indépendance des 3 États et leur promotion internationale. La France est exclue des conférences sur l’aide directe aux 3 États. L’aide est néanmoins jugée utile par Saigon, même si elle s’accompagne d’un faste américain inélégant et d’une trop nombreuse mission américaine, même si elle prépare de nouveaux courants commerciaux avec le Japon, l’Inde et les Etats-Unis.

  • 143 F 60 ter 444, R. Janot, Saigon, le 31 août 1951, 0779/CAE/SP « Note à l’attention de M. Le Général (...)

168L’aide américaine frappe davantage les imaginations que l’aide française. Les Etats-Unis gagnent un certain prestige auprès d’une opinion indochinoise qui a le sentiment d’une concurrence et non d’une convergence des Occidentaux143. Le bilan politique pour la France est donc médiocre. La France est évincée d’Indochine dans les domaines les plus prometteurs : le politique et l’économique, mais elle se charge toujours de faire la guerre.

169Mais que veulent vraiment les Américains en Indochine ? Supplanter les Français sans doute. L’aide américaine est un moyen d’influence étonnant pour les Etats-Unis, pays prospére, jeune, anticolonial. Un discours d’Acheson du 12 janvier 1951, diffusé partout dans les Territoires d’Outre-Mer, affirmait la volonté des Etats-Unis « d’éliminer toute influence étrangère directe ». La France était visée ! Mais les Etats-Unis n’étaient pas prêts à remplacer les Français dans les rizières contre le Viet Minh.

  • 144 CE 76, Saigon, 6 août 1951 n° 5264 DAG/B, G Gautier, « Sur le rapport de M. l’inspecteur Sanner su (...)

170Que peuvent faire les Français ? Trouver des arguments pour rester en Indochine, car les services n’acceptent pas encore l’idée d’un départ d’Indochine. La lutte contre le communisme en est le principal. Il est désormais très largement utilisé. L’ancienneté des liens historiques et culturels noués avec l’élite du Vietnam en est un autre, mais comment pourrait-il convaincre les Etats-Unis s’il ne convainc pas les élites indochinoises elles-mêmes ? Le Quai d’Orsay remarque, avec une pointe de dépit que l’attitude américaine est dans l’esprit du temps : « Le prestige de la France ne se défend pas sur un simple rejet d’un accord économique. Le recul de la France s’explique par des conditions de caractère historique, politique et économique »144. L’éviction de l’Indochine est donc explicable pour les services eux-mêmes, mais ils ne l’acceptent pas encore.

171Washington redéfinit son action en septembre 1951 à la suite de contacts avec Bissell et au moment où l’ECA projette de remplacer Blum par Williamson. Le nouveau représentant ECA à Saigon devra prendre contact avec le haut commissaire et coordonner les programmes français et américains d’importation en Indochine. Mais ce recentrage dû à l’ECA, est en avance sur l’opinion du Congrès.

  • 145 F 60 ter 444, Haussaire Saigon, Janot, fin septembre 1951, « Note sur les entretiens de Washington (...)
  • 146 CE 76, cabinet, Ministère des relations avec les Etats-Associés, Letourneau, 16 janvier 1951 à Hau (...)

172La gestion quadripartite de l’aide tarde à se mettre en place145. De plus, le représentant français au comité pour l’aide à l’Indochine commet une fausse manœuvre. Il a accepté d’engager les finances de la France sans en rendre compte à Paris. Il a affirmé que la France avancerait $ 3 millions comme fonds de roulement et l’équivalent en monnaie locale au titre de la contre-valeur pour démarrer les programmes de reconstruction ou d’équipements. Letourneau craint que les Etats-Unis ne retirent un bénéfice politique de cette dépense française146.

  • 147 CE 76, Jean de Lattre à Relations avec les Etats Associés 24 mai 1951, confidentiel n° 477.

173L’aide technique américaine (point IV de janvier 1949), souvent distribuée par l’intermédiaire d’organismes internationaux sans responsabilité politique en Indochine, heurtait le Haut commissariat pour cette raison. De Lattre de Tassigny lui-même soulignait le danger de ces experts américains qui exerçaient déjà « une influence sur le comportement des dirigeants des Etats », discrète et indirecte, mais loin d’être favorable à la politique française. « On peut craindre entre nous et les Etats-unis une compétition de surenchères dans laquelle nous partons battus »147, conclut De Lattre de Tassigny avec une intelligence très vive de la situation.

L’aide à la France en Indochine

  • 148 4 AU 57 Dr 6, Secrétariat Général, 30 août 1950, Pleven à Londres-Suppléants 10027-32.

174A côté de l’aide aux Etats associés, les Français sollicitent une aide militaire pour le CEF et ses auxiliaires locaux. Pleven fait savoir à l’OTAN que la France éprouve les plus grandes difficultés pour mener la guerre et créer des unités vietnamiennes148. L’aide irait donc aux soldats indochinois.

  • 149 F 60 ter 515/2 ; note du SGCI ? « Sur la concordance des demandes françaises d’aide militaire amér (...)

175Les USA répondent par une proposition de fournitures d’armes et non pas d’aide financière149. L’aide militaire à l’Indochine fonctionnait déjà ; des livraisons avaient été effectuées pour la première fois dans l’été 1950 : 7 C47, 150 chars, 26 B 26, des patrouilleurs, des camions, de l’artillerie. Cette aide est bien accueillie par les militaires français d’autant plus qu’elle ne présente pas d’inconvénients politiques. Les livraisons s’accélérent en décembre 1950.

  • 150 CE 63 « Echange de correspondance ambassade des États-Unis et MAE », in dossier Sécurité mutuelle, (...)
  • 151 CE 76, H. Bonnet 31 janvier 1951, 22 h, n° 888-895.

176Un accord de défense mutuelle en Indochine est signé le 20 décembre 1950 (France, Etats-Unis, Laos, Cambodge et Viêt-Nam)150 et le 29 janvier 1951, les Français demandent une aide militaire spéciale pour les Etats-associés qui est destinée à couvrir le déficit budgétaire français en Indochine151.

  • 152 B. Amérique 1944-52, EU 121, Washington 26 janvier 1951, 21 h 30, 765/68, pour le président du Con (...)
  • 153 N. Gun, les secrets des archives américaines ; ni de Gaulle, ni Thorez, Albin Michel 1983, voir bi (...)

177Quand Pleven partit pour Washington en janvier 1951 il dut s’expliquer sur la diminution du budget des armées152 mais Truman se déclarait prêt néanmoins à soutenir l’effort français en Indochine d’après Nerin Gun153.

178L’entrée des Etats-Unis en Indochine se fait de deux manières. L’une gène la France, c’est l’aide économique, porte-drapeau de l’abondance américaine, moyen déclaré de manifester l’échec colonial de la France et d’évincer la France. L’autre est l’aide militaire qui est souhaitée par le gouvernement, car il sent qu’il peut encore l’utiliser souverainement et par elle mener une politique proprement française en Indochine. La contradiction américaine réside dans cette double volonté de chasser la France et de lui faire prendre en charge militairement le conflit. La contradiction de la France est d’accepter les termes du jeu américain. Paris mesure mieux que Saigon le poids des forces profondes qui ouvrent l’Indochine soit à Ho Chi Minh soit à la jeune Amérique. Mais qui, à Paris, pouvait faire le choix décisif ?

Conclusion

179Quand fut préparée le programme d’aide pour 1950-51, personne n’imaginait à quel point il serait différent des prévisions.

  • 154 Dont $ 10 millions d’avance en juin 1951 in F 60 ter 436, Bissell à Bonnet 2 juillet 1951.

180La France avait reçu $ 395,1 millions d’assistance économique, ($ 43,7 millions venaient de fonds MDAP et $ 351,4 millions de fonds ERP154), aide que l’ECA a présentée comme le résultat de la promesse d’octobre 1950.

181Très rapidement, sans état d’âme, les Américains ont oublié le plan Marshall pour se mobiliser en faveur d’un puissant réarmement occidental. Ils ont su jouer de leurs promesses imprécises pour inciter les Français à s’engager dans un programme de réarmement important.

182Pour la France, la situation était curieuse. Le gouvernement jouait le jeu du réarmement, comme l’impétueux Jules Moch, mais il était irrité et inquiet des réserves du gouvernement américain envers son programme militaire. Le contentieux franco-américain reportait de 9 mois l’utilisation de l’aide militaire américaine. Les conditions d’attribution de l’aide militaire ignoraient l’OECE. Le multilatéralisme avait vécu et les Français mesuraient désormais la différence et le poids d’une dépendance bilatérale. Certes l’OTAN jouait un rôle, mais l’influence américaine s’y exerçait beaucoup plus intensément qu’à l’OECE.

  • 155 F 60 ter 436, Bonnet, Washington, 29 janvier 1951 23 h 828-37.

183Tout pour la guerre, tel était le mot d’ordre, mais les économies occidentales restaient fragiles. Guindey, fidèle interprète de la pensée du gouvernement, avait rappelé que « la reconstruction industrielle du pays servait directement les fabrications d’armements »155. Autrement dit, l’aide militaire ne pouvait pas à elle seule conduire à un réarmement « serein ». Il fallait encore surveiller l’état général des économies et tenir compte de l’opinion publique.

184L’ancienne aide économique Marshall ou ERP, et l’ancienne aide MDAP seraient fondues en une seule et nouvelle formule. Mais elle ne serait pas accordée selon les anciens critères « économiques », ni après une étude de l’OECE. Désormais, la France devait s’appuyer sur ses seules forces de conviction ou sur ses seuls « mérites » pour justifier le droit à l’aide américaine. Le débat et le conflit franco-américain sur le programme militaire français montraient que mériter l’aide signifiait adhérer pleinement aux décisions de l’OTAN, c’est-à-dire aux décisions américaines sur le rôle de chaque pays de l’Alliance. Ces choix ne convenaient pas au gouvernement français. Pouvait-il décemment continuer la guerre en Indochine et se borner à fabriquer des uniformes et des munitions ? Les gouvernements français ont réagi non pas par simple dignité mais en raison des implications politiques à long terme que cette exigence américaine impliquait.

  • 156 CE 66, H. Bonnet à R. Schuman, 13 juillet 1951, n° 3291, « a/s programmes de sécurité mutuelle ».

185Pensant à l’aide économique ERP, au programme de reconstruction européenne élaboré vaille que vaille dès septembre 1947, W. Foster quelque peu mélancolique dit aux parlementaires américains en juillet 1951 : « Les historiens seront frappés plus tard par les réalisations opérées ces 3 dernières années et les considéreront comme l’une des manifestations les plus brillantes de la capacité des hommes à collaborer pour une cause commune »156. Ce retour nostalgique vers le plan Marshall en juillet 1951 est un témoignage extraordinaire sur la rupture de l’année 1950-51 et sur l’aventure humaine et politique qu’il avait représenté. Mais on ne peut oublier que le programme avait été prévu pour durer plus longtemps. Il a été interrompu prématurément, pour des raisons compréhensibles certes, mais avec un enthousiasme suspect du côté américain. Il n’était pas évident que les économies européennes, la française en particulier, fussent fermement rétablies en dépit des assertions américaines pour limiter l’aide à la France.

  • 157 F 60 ter 491 ministère du Commerce DREE services des Importations Imp 3/2 n° 9720, « Note sur l’ai (...)

186Pourtant la France avait reçu beaucoup et ces fonds avaient contribué au renouveau de l’économie française. Le bilan de l’aide Marshall à la France était le suivant157 :

Tableau 58. Aide ERP du 3 avril 1948 au 30 septembre 1951 à la France et Outre-mer

Tableau 58. Aide ERP du 3 avril 1948 au 30 septembre 1951 à la France et Outre-mer

187Sur ces sommes les crédits MDAP destinés à l’effort de défense se montaient à 57,564 millions $ seulement.

Tableau 59. Aide ERP à la France et Outre-mer par année fiscale américaine (1948-1951)

Tableau 59. Aide ERP à la France et Outre-mer par année fiscale américaine (1948-1951)

Notes

1 CE 03, Bonnet 21 février 1950, 20 h 20, 752-57, 24 DET, « Hoffman devant les commissions des affaires étrangères du Congrès ».

2 F 60 ter 388, sur les hearings de mars, avril 50 voir sous-dossier 315-12.

3 B 33689, « Summary of statement by Barry Bingham before the Senate foreign Relations committee », date imprécise sur le document, 1950. BA 44-52 EU 121, H. Bonnet à R. Schuman, 27 avril 1950, n° 1941, « a/s discours de Bingham sur la situation française », 22 avril.

4 CE 64, Bonnet 21 février 20 h 25, n° 748-51, SE devant les commissions des affaires étrangères des deux chambres ; F 60 ter 388, PPS à Guindey 8 mars 1950 à ministre des finances, Guindey, « Rapport du Watchdog committee ».

5 CE 03, Bonnet 14 mars 1950, 9 h 00, 35 DET, « Projet de loi d’autorisation ».

6 F 60 ter 482, GC/GG, le 23 mars 1950, note pour le SGCI.

7 CE 66, Coop. écon. à Finances, Filippi, Guindey, de Margerie, 8 mai 1950.

8 CE 66, H. Bonnet à R. Schuman, 17 mai 1950, « a/s renouvellement de l’aide américaine ».

9 CE 03, Londres, Massigli, 11 mai 1950, 19 h 45, n° 1703-08.

10 CE 03, Bonnet, 17 juin 1950, 7 h 30, 2218-21.

11 Aide spécifique pour les territoires sous-développés.

12 CE 03 Bonnet 10 juillet 1950, 2570-73, 17 h 30 « Sur les réductions d’aide ».

13 CE 81, OW MAE, coop. eco. 3 octobre 1950, « Note ».

14 B Amérique 44-52 1944, EU 232, Bonnet 10 novembre 1950, 5423, G. B. à R. Schuman, « Aspects économiques de la politique extérieure des Etats-Unis » ; CE 71, LM 3 novembre 1950, CE, Note pour M. Charpentier, « a/s répartition de l’aide américaine ».

15 CE 81, Bonnet, 3814, PS à R. Schuman 10 août 1950, « a/s aide économique et réarmement ».

16 CE 64 Bonnet, Washington, 6 décembre 1950, 21 h 25 n° 5060-77.

17 CE 66, Bonnet le 2 juin 1950, 16 h n° 2025-2026 : 415/2, 25 septembre 1950, « Note sur les livraisons de matériel militaire à fabriquer aux Etats-Unis ».

18 CE 66, Bonnet à R. Schuman, n° 3461, 20 juillet 1950, « Politique américaine et aide à l’Europe ».

19 F 60 ter 381, 3 août 1950 Bonnet, « Aide économique à l’Europe, exposé de M. Foster » ; Bonnet 21 septembre 1950 à Schuman, « Rapport de Gordon Gray, indiscrétions » ; 13 novembre 1950, « Rapport Gray ».

20 F 60 ter 357, 31 décembre 1949, Dutheillet à PPS 1762.

21 À laquelle s’ajoute un reliquat de $ 70 millions, soit 410 millions.

22 F 60 ter 482, DREE, Frondeville, 12 septembre 1950, « Rapport sur le problème des importations françaises payables en dollars au cours de l’exercice 1950-1951 » ; DREE, 6 octobre 1950, le directeur de la DREE, Montrémy à Demont, « Financement du programme d’importations en dollars 1950-1951 ».

23 F 60 ter 482, PPS à Finances, AF 2267, 3 octobre 1950, « Financement des programmes d’importations en dollars », réf. tel. Ficomi 126.

24 F 60 ter 482, « Programme d’importations », comité des importations 18e séance, 26 septembre 1950.

25 Le programme en dollars libres pour 1950-1951 atteint 193 millions $, in F 60 ter 490. dirapro à comapro, Paris, 17 octobre 1950.

26 F 60 ter358, SGCI 1010, 13 novembre 1950, H. de M. à Parkman ; 1100, 13 décembre 1950, B. de M. à Parkman ; F 60 ter 359, 17 janvier 1950, D. Dommel à DREF, sur les $ 40 millions.

27 CE 63, Daridan, 26 janvier 1951, n° 762, « a/s allocation Marshall » ; F 60 ter 490, H. Parkman 16 janvier 1951 à BM.

28 F 60 ter 482, Dirapro, EU, 12 février 1951, E. Demont, « Note pour le service des importations-Montremy, programme d’importations payables en dollars pour l’année fiscale 1950-1951 ».

29 Matières premières spéciales, chimie, charbon américain, et équipements, maïs.

30 F 60 ter 359, 166, 16 février 1951, B. de M. à Parkman ; CE 63, Washington, 1er mars 1951, 10 h 07, n° 1742-48, Bissell-Bonnet sur aide militaire à la production.

31 F 60 ter 490, Dirapro à comapro, 8 mars 1951, « Allocation provisoire de $ 71 millions consentie », lettre de Paul R Portes, acting administrator, 9 mars 1951 à H. Bonnet, additional allotment.

32 Les Américains avaient promis 200 millions d’achats off shore militaires (fabrications militaires françaises payées en dollars par les USA) par le mémorandum des 18-19 décembre 1950.

33 F 60 ter 490, n° 273 BM à Parkman, 21 mars 1951 ; les Français espéraient $ 355 millions au 1er semestre 1951 : $ 155 millions d’aide Marshall et $ 200 millions d’aide en moyens de production. En fait, $ 195 millions furent attribués aux besoins civils et $ 45 millions à l’effort de réarmement. Aux yeux des Français il manquait $ 115 millions, la différence entre la promesse de $ 355 millions et ce qui a été donné : $ 240 millions.

34 F 60 fer359, 273, 21 mars 1951, B. de M. à Parkman, « Demande d’allocation provisoire de $ 70 millions, annexe détaillée jointe sur la nature des produits demandés ».

35 F 60 ter 484, annexe IV bis, « Rapport sur l’exécution du programme dollars de 1950-1951 », P. Moussa, 13 juillet 1951, confidentiel DREE, note pour le ministre, « Etablissement du programme dollars 1951-1952 ».

36 F 60 ter 359, ou 490, SGCI 345, B ; de M. à Parkman, 18 avril 1951, 521, TCT à Parkman, 29 juin 1951 ; CE 04, Bonnet 17 avril 1951, 22 h 30, 2953-578, « Conversations Foster-Bonnet ».

37 B 10919, conseiller commercial aux Etats-Unis, Il avril 1956, Jean Richard à DREE, 121/1844.

38 F 60 ter 462, « Mémorandum français pour la préparation du 3e rapport annuel de l’OECE, février 1951 ».

39 5 A 22, INSEE, « Situation économique au début de novembre 1950 », confidentiel, document dactylographié, p. 27 et seq.

40 F 60 ter 359, 390, 4 mai 1951. B. de M. à PPS, « Problèmes de nos allocations pour le premier semestre 1951 » ; CE 63, Ambassadeur de France à Washington, 7 juin 1951, 2726 à R. Schuman, « Aide économique et militaire américaine, crédit supplémentaire de 29 millions $ ».

41 Dont 200 millions étaient déclarés en rapport avec le programme de défense selon les termes de l’aide-mémoire du 18 décembre 1950.

42 CE 81, Bissel à H. Bonnet 18 mai 1951 allotments à la France pour 50-51, « Aide annuelle de $ 395 millions » ; d’après des sources ultérieures, l’aide ERP fut exactement de $ 361,4 millions, l’aide aux TOM de $ 28 millions, l’aide MDAP de $ 43,8 millions, soit $ 433,2 millions.

43 F 60 ter 490, ECA 18 mai 1951, R. M. Bissell jr. à Bonnet.

44 F 60 482, service de coordination industrielle, relations extérieures, 26 juillet 1950, « Physionomie du programme d’importation d’équipements américains en 1950-1951 ».

45 F 60 ter 358, SGCI 731, 26 juillet 1950, D. Dommel à Timmons, 759, B. de M. à PPS, « Affaire Rombas », août 1950.

46 F 60 fer358, SGCI 764, 9 août 1950, B. de M. à Timmons ; 801, 27 août 1950, F 60 ter 359, 123 bis B. de M. à Parkman ; 2 mars 1951.

47 F 60 ter 359, 500, 22 juin 1951, TCT à Parkman.

48 Bonnet avait conseillé d’acheter 500.000 $ ; F 60 ter 359, 155, 13 février 1951, B. de M, note pour le SEAE, « Importation de pommes en provenance des Etats-Unis ».

49 CE 03, Coopération économique 13 octobre 1950 à Washington, pour Petsche, de Buron, coton.

50 F 60 ter 358, 778, 17 août 1950, Note pour M. Filippi ; CE 03 Bonnet, 31 août 1950, 3525, « a/s répartition internationale des matières premières ».

51 F 60 ter 358, 953, 25 octobre 1950, B. de M. à Timmons.

52 F 60 ter 358, 1026, 16 novembre 1950, B. de M. à Goodman, deputy-chief (industrie).

53 F 60 ter 493, 11 janvier 1951, SE aux Affaires économiques, DREE, à ministre de la Marine marchande, « Transports maritimes sur le trafic Atlantique-Nord ».

54 F 60 ter 482, « Tour d’horizon sur le programme d’importations dollars », autour de juillet 51 ? conversations avec M. Charpiat, 12 juin 1951 ; F 60 ter 493, Bonnet, 16 mai 1951.

55 F 60 ter 359, 53, 19 janvier 1950, B. de M. au ministre, note pour le ministre.

56 F 60 ter 482, Dirapro, 9 mars 1951, n° 88, E. Demont à M. le SE aux Affaires économiques, DREE, Frondeville, « Etablissement de nos programmes d’importations en dollars Marshall ».

57 F 60 ter 482, 11 avril 1951, Guy de Frondeville, « Note sur les prévisions d’importations en dollars pour le 2T 1951 ».

58 CE 52, DGAEF, 23 février 1951, note pour la coop. économique, « Négociations franco-soviétiques sur les céréales secondaires » ; Rivière, Prague, 3 mars 1951, 20 h, 243-45.

59 A 350 francs le dollar, cela représente $ 71 millions.

60 CE 52, 22 mai 1951, F. R., note, « Amendement Kem » ; CE 66, Washington, 11 mai 1951 22 h, « Amendement adopté par le Sénat ».

61 F 60 ter 418, tel, 16 juin 1951.

62 F 60 ter 358, SGCI 684, 11 juillet 1950, B. de M. au directeur des REE ; 860, 22 septembre 1950, « Problème de lampes pour Radio-Technique destinées à des fabrications militaires, septembre 1950 ; 1108, 14 décembre 1950, « Affaire d’une presse hydraulique affectée au Laboratoire central des armées ».

63 F 60 ter 358, 966, 28 octobre 1950, B. de M. à Industrie et commerce.

64 F 60 ter 359, 85, 26 janvier 1951, B. de M. à Patterson, sur les wagons.

65 BA 44-52, EU 249, coopération économique, 30 mars 1951 à Washington, « a/s utilisation des crédits américains.

66 F 60 ter 358, 702 bis, 18 juillet 1950, B. de M. au directeur du cabinet du ministre de l’intérieur, « Projet de lettre de Petsche aux préfets ».

67 F 60 ter 359, 96, 29 janvier 1951.

68 F 60 ter 393, Parkman à Elgozy, 6 avril 1951.

69 SGCI 720, 24 juillet 1950, G. Elgozy à Timmons.

70 F 60 ter 358, SGCI 770, 12 août 1950.

71 F 60 ter 358, 862, 25 septembre 1950, B. de M. à Office des Changes.

72 F 60 ter 358, 946, 21 octobre 1950, G. Elgozy à Myers.

73 Garantie accordées : Foster Wheeler Corp. pour Foster Wheeler France : 50.000 $ et prêt de 100.000 $ à 4 % (décembre 1950) ; Yoder Company pour SOMEMOR (machines pour transformation de tôles : 25,774 millions de FF (décembre 1950) ; Concrete Chemicals Cy : 15.000 $ pour ciments : (décembre 1950) ; Scientific Design Cy dans Naphtachimie : 350.000 $ (novembre 1950) ; Morrison-Knudsen pour Société Batignolles-Morison-Knudsen : 50 millions FF (février 1951). Bantam Books Incorp. : garantie sur 30.000 $ (février 1951) ; American Foreign Credit Underwritters : garantie pour importation de 51.250 $ (mars 1951) ; ESSO pour CFR, investissement dans une unité de cracking pour environ 800.000 $ (avril 1951) ; Fruelfhauf trailer Company : 250.000 $ pour Fruelfhauf France ; Dana Corporation (Toledo) : prêt de 135.000 $ à Glaenzer-Spicer de Poissy (mai 1951). Water corp. pour Société Française de Forages 12.000 $ (juin 51).

74 CE 03, Bonnet, 25 juillet 1950, n° 2844-49, urgent.

75 F 60 ter 411, « Note Kojève pour M. Filippi », 18 juillet 1950.

76 J. Moch, Une si longue vie, op. cit. ; voir bibl. n° 54 ; p. 405.

77 F 60 414/2, BQPE n° 1647, 8 août 1950 ; le budget militaire représente pour 1950 : FF 400 milliards, l’effort nouveau planifié sur 3 ans est de FF 2.000 milliards, soit la création de 15 divisions en 3 ans, in B. Amérique 1944-52, EU 121 « Mémorandum du gouvernement français du 5 août 1950 au gouvernement des Etats-Unis ».

78 CE 81, note du Quai d’Orsay ? 7 septembre 1950, « a/s projet de financement du réarmement » ; F 60 ter 415/1 « Projet de mémorandum », 16 août 1950, très secret, exemplaire n° 7 ; 4 AU 56 Dr6 Sd b, « Note sur la position française en matière de réarmement », Ph. Huet, 16 septembre 1950.

79 I. Wall, L’influence américaine... op. cit. ; voir bibl. n° 299 ; p. 280.

80 CE 81, JG/coop économique, 18 septembre 1950, « Note ».

81 F 60 ter 415/1, « C. r. conversations Petsche, Buron et Snyder 7 septembre 1950, 9 pages.

82 F 60 ter 415/l, 18 septembre 1950 « Note sur la participation de l’Allemagne à la Défense atlantique », origine inconnue, SGCI ?

83 F 60 415/1, 3 octobre 1950, note coop, économique MAE, note.

84 F 60 ter 358. 838, B. de M. à P. W. Douglas, 12 septembre 1950, « Evaluation des dépenses militaires françaises en 1950 ».

85 F 60 ter 414/2, « Note historique 28 septembre 1950 », cosmic ; SG permanent de la DN ex, n° 1120, 21 septembre 1950, très secret ; « Fiche du programme prioritaire approuvé à Londres, 2e version » octobre 1950, très secret, ex. 18/30.

86 E. Faure, Mémoires 1, op. cit. ; voir bibl. n° 37 ; p. 380.

87 Environ $ 500 millions, à 350 F le dollar.

88 F 60 fer414/2, Petsche et Buron, à Pleven, président du Conseil, 11 septembre 1950, n° 22. Il semble bien que le budget soit fixé à 580 milliards Indochine comprise, in F 60 ter 415/1, 25 septembre 1950, Budget à président du Conseil, Pleven.

89 F 60 fer414/2 « Plan de réarmement français », S/gal/sep, 1950, date mal précisée ; 415/2, Finances, direction du budget, très secret, cosmic, Note pour le ministre, Goetze, DB, « Objet : programme militaire de réarmement français » ; F 60 ter 515/2 « Documents transmis à Alphand, sur programme français 1951 », 28 septembre 1950, cosmic, MAE ?, [document qui critique vigoureusement la DN taxée d’incompétence, d’oublis, d’exagérations de mauvaise comptabilité].

90 F 60 ter 414/2 note des Finances, DB très secret, 6 octobre 1950, Goetze, « Note pour le Ministre ».

91 F 60 ter 515/2, « Papier remis à Tomlinson le 2 octobre 1950 », source : conseil de la DN du 2 octobre ; « Résumé des décisions prises au comité de la DN du 3 octobre » ; 1. Wall utilise aussi ces chiffres, op. cit. ; voir bibl. n° 299 ; p. 286.

92 F 60 ter 414/2, « Résumé des décisions prises au comité de la DN du 2 novembre 1950 ».

93 F 60 420, « Note sur la présentation du budget militaire exceptionnel et des recettes qui y sont affectées », 10 novembre 1950 ; F 60 fer418, 29 décembre 1950, « Aide américaine », secret, source non identifiées, SGCI ?

94 J. Moch, Une si longue vie... op. cit. ; voir bibl. n° 54 ; p. 413.

95 Off shore signifie dans le cadre de l’aide militaire que les Etats-Unis financent des productions militaires françaises destinées aux forces françaises ou à des forces du NATO.

96 F 60 ter 358, 1011 bis, 13 novembre 1950, B. de M. à Guindey, « Procédure d’emploi des 200 millions de $ », préparée par Mons ; 1036, 28 novembre 1950, B. de M. à PPS Washington ; SGCI 1054 bis, 29 novembre 1950, B. de M. à Robert Blot, direct, du Ministre du Budget.

97 F 60 415/1, notes manuscrites prises par B. de M. reconnaissables à l’écriture, « C. r. de conversations avec Acheson, Petsche, Moch, Marshall les 17 et 19 octobre 1950 » ; « Projet d’aide-mémoire », secret 28 octobre 1950 ; F 60 ter 420, Alphand à président du Conseil exempl. n° 8/11/D n° 50038, date imprécise fin 1950 ; Bonnet 11 janvier 51 n° 50.006-08 ; F 60 ter 435, « Aide-mémoire du SD à l’ambassade de France à Washington, 18 décembre 1950 au sujet de l’aide américaine au réarmement français ».

98 F 60 ter 415/2, note pour le MAE, 18 décembre 1950, B. de M.

99 F 60 ter 415/2 ou 420 Petsche et E. Faure à président du Conseil, n° 81, 4 janvier 1951 ; F 60 fer418, 29 janvier 1951, B. de M. à Guindey ; F 60 ter 420, 14 février 1951, « Note sur les marchés d’armement de la DN », signature illisible vient du M. de F.

100 F 60 ter 420, DN, SGFA 3 janvier 1951, section programme n° 20/TS/SED ex, n° 9 « Réponse aux questions posées par M. l’Ambassadeur H. Alphand à la réunion du 27 décembre 1950 au SG permanent de la DN.

101 F 60 ter 415/2 ou 420 M. de la DN 8 janvier 1951 à René Pleven ; F 60 ter 420, M. des Finances à président du Conseil 13 janvier 1951, réf. lettre du 4 janvier et réponse du 8 janvier.

102 F 60 fer415/l, Bohlen à Charpentier et de Rose, « Note du 2 décembre 1950 ».

103 F 60 ter 358 1036, 18 novembre 1950, B. de M. à PPS.

104 F 60 ter 415/1 « Aide-mémoire du 29 décembre 1950 remis à Bohlen par Parodi » ; F 60 ter 420, F. Granier, 6 janvier 1951, « Note sur l’emploi des crédits d’armements et de réarmement ».

105 F 60 ter 420, F. Garnier, Note pour le ministre, 6 février 1951 « Sur l’exécution du programme de réarmement » ; P. Huet, 23 avril 1951 ; Huet, 27 avril 1951, « C. r. réunion contradictoire tenue le mercredi 25 avril 1951 de 16 h à ? », Lejeune SE au Forces armées.

106 F 60 ter 420, « Note pour le ministre, état d’avancement de programme de réarmement au 30 juin 1951 », 3 juillet 1951, source inconnue, mais Finances.

107 F 60 ter 359, 139, 8 février 1951, B. de M. à Timmons.

108 F 60 ter 436, Bonnet 29 janvier 1951, 23 h, 828-837.

109 F 60 ter 419, 19 janvier 1951, note pour le ministre.

110 CE 81, Bonnet 23 février 1951, 22 h 40, n° 1594-99.

111 CE 81, PS 2189, 11 mai 1951 Bonnet à Schuman, « a/s réarmement et économie civile ».

112 F 60 îer415/2, DN, Kahn à Frondeville 14 mars 1951 n° 1245 exemplaire n° 2 secret, PAM 1951.

113 F 60 ter 415/2 Kahn à Trueblood 29 mars 1951 n° 1510/TS/SEP, très secret.

114 F 60 ter 359, 335, 13 avril 1951 ; F 60 ter 359, n° 335, 13 avril 1951 ; F 60 ter 359, 270, 20 mars 1951, B. de M. à PPS.

115 F 60 ter 359, 256, 15 mars 1951, B. de M. à Guindey ; 295, 30 mars 1951, B. de M. à Industrie ; F 60 fer415/2, Trueblood assistant for MDAP, 9 mars 1951, à Louis Kahn.

116 F 60 fer419, MAE, Dir. politique, pactes, 15 mars 1951, R. Schuman à D. Bruce.

117 F 60 fer419, 7 avril 1951, communication verbale du MAE à l’ambassadeur des Etats-Unis.

118 F 60 fer419, « Projet de télégramme pour M. Bonnet », 12 avril 1951.

119 F 60 ter 419, SGCI 15 avril 1951, note au président du Conseil, « Concours américain à l’exécution des programmes français de réarmement ».

120 F 60 ter 359, n° 390, 4 mai 1951 B de M à PPS « Problèmes de nos allocations pour le 1er semestre 1951 ».

121 Pour $ 14,6 millions, in CE 04, Bonnet, 18 mai 1951, 22 h, 3776 ; Mais Petsche n’avait pas obtenu le 4 mai l’approbation pour une commande globale de $ 90 millions de machines-outils.

122 F 60 ter 419, « Aide-mémoire », 2 avril 1951, traduction, secret, « Etude par les Etats-Unis du programme militaire remis par la DN le 25 janvier » ; F 60 ter 414/2 et 415/1, très secret, reproduction interdite, « C. r. réunion DN avec des américains », 2 avril 1951, Kahn, B de M, Wappler, Lasalle, Bonsall Richards, Parkman ; F 60 ter 418 « C. r. réunion chez Kahn SG aux Forces armées », n° 2295 TS/SEP, « Examen technique de l’aide-mémoire américain du 2 avril 1951 », en présence d’américains de l’ambassade et du MAAG ; C. r. d’une réunion du même type pour le programme de l’armée de terre, le 21 avril 1951 n° 2303, 2304 TS/SEP ; c. r. réunion, idem 2 mai 1951 n° 2348 TS/SEP « Programme de la Défense Nationale », 3e réunion d’experts franco-américains.

123 F 60 ter 418, note pour le ministre des Finances et des affaires économiques, « Aide américaine analyse de la communication de l’Ambassade des Etats-Unis en date du 12 mai 1951 ».

124 V. Auriol, Journal du Septennat, op. cit. ; voir bibl. n° 19 ; tome 5, 1951, p. 206, mercredi 16 mai 1951 ; F 60 ter 419, note pour Harriman 26 juin 51.

125 L’influence américaine... op. cit. ; voir bibl. n° 299 ; p. 291.

126 F 60 ter 418, 19 avril 1951, « Projet, 1re mouture », Margerie.

127 F 60 ter 418, « Note de Jules Moch au Général Bradley 5 juin 1951 remis par Tomlinson le 5 juin 51, note sur les aspects économiques et financiers du programme français de réarmement et note sur le programme français de réarmement du 1er juin 1951 », très secret ; 24 mai 1951 DN, Jules Moch à MAE, « Sur le projet d’aide-mémoire à remettre au gouvernement américain : 13 juin 1951 », TCT à PPS, personnel.

128 F 60 fer418, ou 420, 29 juin 1951, Très secret, « Note pour le ministère des Finances, suite du voyage de M. Harriman ».

129 F 60 ter 420, P. Huet, 28 mars 1951, « Note concernant le compte spécial des facilités américaines ».

130 F 60 ter 424, note sur le programme d’infrastructures, « Conversation avec M. Huet en date du 25 mai 1951 » ; Jules Moch, 19 juin 1951 à Finances sect. programmes n° 3052 TS/SEP, « Lancement de la 2e tranche infrastructure NE » ; « C. r. entretiens Pestche-Moch du 3 juillet 1951 sur les infrastructures » ; Ottawa tel 20 septembre 1951 H. Guerin, n° 50.001-5 à président du Conseil.

131 F 60 ter 444, « Note sur l’aide américaine » ex. n° 1 Saigon 17 juin 1950, voir chapitre 11.

132 F 60 ter 444, Haussaire Saigon, à Etats Associés Paris, 13 août 1950.

133 CE 76, coop. économ. 31 mai 1951, à relations avec les Etats Associés, n° 501 « a/s projet d’accord bilatéral d’aide économique entre l’Etat associé du Viet Nam et les USA du 25 avril 1951 ».

134 F 60 ter 359, 407, TCT à Parkman, 15 mai 1951 ; ministre des Relations avec les Etats associés, 25 avril 1951 à MAE, (Bulletin ECA) n° 2165.

135 CE 76, Conseiller aux affaires économiques, Saigon, 11 juillet 1951, note, secret.

136 CE 76, Secret, Saigon, 20 septembre 1950, « Note sur l’aide économique américaine aux Etats associés ».

137 1 représentant français, 3 des Etats Associés et 1 observateur US.

138 Dons directs : $ 12 millions, commercialisées : $ 11,5 millions.

139 Voir dossier dans CE 76 ; F 60 ter 444, Saigon, 3 juillet 1950, « Note sur le projet d’accord bilatéral relatif à l’aide économique américaine » ; P. Ledoux, Saigon, 4 juillet 1950 à B. de M. ; 21 juillet 1950, Saigon, à B. de M. ; P. Ledoux, 8 août 1950, n° 5, à B. de M.

140 CE 76, rapport de l’inspecteur Sanner, IG de la FOM « Sur l’aide économique et technique à l’Indochine », 28 juin 1951, 65 pages, original, 7 pages annexes.

141 CE 76, MAE, JMS 3 juillet 1951 note pour M. Wormser.

142 CE 76, MAE, JMS 1er septembre 1951, note « a/s aide économique américaine à l’Indochine ».

143 F 60 ter 444, R. Janot, Saigon, le 31 août 1951, 0779/CAE/SP « Note à l’attention de M. Le Général d’armée, Haut Commissaire de France en Indochine et Commandant en chef, Saigon ».

144 CE 76, Saigon, 6 août 1951 n° 5264 DAG/B, G Gautier, « Sur le rapport de M. l’inspecteur Sanner sur l’aide économique et technique des Etats-Unis à l’Indochine » ; MAE coop. eco. JMS 1er septembre 1951, « a/s aide économique à l’Indochine ».

145 F 60 ter 444, Haussaire Saigon, Janot, fin septembre 1951, « Note sur les entretiens de Washington relatifs à l’aide américaine aux Etats associés ».

146 CE 76, cabinet, Ministère des relations avec les Etats-Associés, Letourneau, 16 janvier 1951 à Haussaire Saïgon n° 93 à 102.

147 CE 76, Jean de Lattre à Relations avec les Etats Associés 24 mai 1951, confidentiel n° 477.

148 4 AU 57 Dr 6, Secrétariat Général, 30 août 1950, Pleven à Londres-Suppléants 10027-32.

149 F 60 ter 515/2 ; note du SGCI ? « Sur la concordance des demandes françaises d’aide militaire américaine, destinées à l’Indochine », 27 septembre 1950.

150 CE 63 « Echange de correspondance ambassade des États-Unis et MAE », in dossier Sécurité mutuelle, 1S 52, dossier général.

151 CE 76, H. Bonnet 31 janvier 1951, 22 h, n° 888-895.

152 B. Amérique 1944-52, EU 121, Washington 26 janvier 1951, 21 h 30, 765/68, pour le président du Conseil.

153 N. Gun, les secrets des archives américaines ; ni de Gaulle, ni Thorez, Albin Michel 1983, voir bibl. n° 00 ; p 215.

154 Dont $ 10 millions d’avance en juin 1951 in F 60 ter 436, Bissell à Bonnet 2 juillet 1951.

155 F 60 ter 436, Bonnet, Washington, 29 janvier 1951 23 h 828-37.

156 CE 66, H. Bonnet à R. Schuman, 13 juillet 1951, n° 3291, « a/s programmes de sécurité mutuelle ».

157 F 60 ter 491 ministère du Commerce DREE services des Importations Imp 3/2 n° 9720, « Note sur l’aide américaine le 22 novembre 1951 », P. Moussa « a/s Montant et emploi des crédits reçus de l’ECA du 3 avril 1948 au 30 septembre 1951 au titre de l’ERP et en moyens de production du MDAP » ; ces chiffres ont varié un peu dans les documents des années suivantes car l’arrêt officiel des comptes de l’ERP n’a été fait qu’en 1959.

Table des illustrations

Titre Tableau 57. Amélioration de la balance commerciale française
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2713/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Titre Tableau 58. Aide ERP du 3 avril 1948 au 30 septembre 1951 à la France et Outre-mer
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2713/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Titre Tableau 59. Aide ERP à la France et Outre-mer par année fiscale américaine (1948-1951)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2713/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 340k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable