Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La France, l’aide américaine et la construction européenne 1944-1954. Volume I

 | 
Gérard Bossuat

Deuxième partie. - Le plan Marshall et la modernisation de la France

Chapitre X. « Nos amis américains » à la belle époque du plan Marshall

Texte intégral

  • 1 F 60 482, service de coordination industrielle, relations extérieures, 26 juillet 1950, « Physionom (...)

«Sans nul doute, l’effort d’équipement fait en 1949-1950 a permis de
couvrir une grande partie des besoins de modernisation1. »
R. Gabory.

1Sous ce terme de « nos amis américains » utilisé tant de fois par le SGCT, le Quai d’Orsay et par les témoins interrogés, se cachent le sentiment d’une reconnaissance, mais aussi un brin d’irritation. L’objet des pages qui suivent est de montrer comment au cours de la seconde année de l’aide (1949-1950), Français et Américains ont négocié, comment les Français ont supporté les interventions de l’ECA qu’ils ont considérées comme inévitables, en raison des fruits positifs de l’aide américaine, même si des accrochages inévitables se sont produits.

  • 2 Le cas de la contre-valeur en francs français est traité ailleurs tellement elle aura de l’importan (...)
  • 3 1A 405, service de coopération économique, copie d’une note de l’ambassade des Etats-Unis du 7 juil (...)

2Ces réflexions portent uniquement sur les conditions générales de l’attribution de l’aide en dollars, sur son utilisation et sur les points forts des négociations entre les deux administrations2. L’aide ERP à la France, d’avril 1948 à juin 1951, fut de $ 2,401 milliards. Il faut ajouter une aide militaire pendant l’année 1950-1951 de $ 43,8 millions3.

3La grande question, qui revient chaque année, est de savoir combien la France disposera d’aide américaine pour l’année suivante. La détermination finale de la somme étant du ressort du Congrès des Etats-Unis il faut se tourner vers Washington et influencer les commissions parlementaires.

4L’administration américaine et le Congrès sont-ils disposés à poursuivre leur aide à la France et à l’Europe ?

DISPOSITIONS AMERICAINES ENVERS LA FRANCE

5L’image de la France aux Etats-Unis n’était pas des plus brillantes à la fin de l’année 1948. Un pays en difficulté économique et budgétaire, un système politique dont la réputation d’instabilité n’était déjà plus à faire ! cette image pouvait nuire à la reconduction de l’aide. L’audition de l’administrateur de l’ECA en France et de l’ambassadeur était déterminante pour les Sénateurs.

Queuille fait bonne impression

  • 4 B 33689, Coopération économique, n° 102 CE, JLM, 11 février 1949. Cf. aussi le hearing de Bruce, 10 (...)
  • 5 BA 44-52 EU 120, Washington, 19 août 1949, 4398 à Schuman, « Situation en France vue par les Etats- (...)

6Or David Bruce, le chef de la mission ECA en France, déclare devant les commissions du Congrès que l’aide a favorisé la résistance au communisme en France. Il citait en exemple le Pacte de Bruxelles, la lutte contre l’inflation, et de meilleures dispositions envers les investissements américains en France et dans les TOM. Les commissions du Congrès, après l’audition de Bruce, furent favorablement impressionnées4. Encore fallait-il que le gouvernement français persévère pour mériter la confiance du Congrès. Heureusement ! Queuille (gouvernement Queuille, 11 septembre 1948, 6 octobre 1949) fait une politique économique plus libérale et des efforts de redressement que Snyder apprécie positivement. Petsche a su, en juillet 1949, résoudre le déficit budgétaire imprévu de FF 85 milliards, par un effort fiscal mais évidemment aussi par l’utilisation de la contre-valeur5.

Le Congrès économe de l’argent public

  • 6 CE 66, Bonnet, 11 juin 1949, 21 h 30, n° 2319-2324.

7Cependant l’état d’esprit général du Congrès est plutôt à la réduction des crédits et le Président doit intervenir dans ce débat par un discours prononcé dans l’Arkansas en juin pour défendre la politique de coopération internationale, l’ERP et le nouveau programme militaire6. Il n’empêche ! Le Congrès vota en juillet 1949 des crédits amputés de 10 %, dont une partie, faible il est vrai, fut affectée à l’achat de surplus agricoles américains.

  • 7 F 60 ter 468, note pour le ministre, 12 août 1949, « Visite de M. Hoffman ».

8Paul Hoffman, directeur de l’ECA, avait pu limiter le zèle inquiétant du Congrès pour les économies, sans l’éteindre. Il a fait écarter l’achat obligatoire de $ 1,5 milliards de surplus américains. Il a évité le blocage de la contre-valeur pour les pays (dont la France) ne respectant pas soi-disant leurs engagements internationaux (affaire du Maroc français)7.

Les conditions nouvelles de l’aide américaine

  • 8 F 60 ter 468, « Note relative à la division de l’aide Marshall pour 49-50 » ; 1er septembre 1949 : (...)

9La France s’attendait à bénéficier seulement de $ 673,1 millions d’aide, pour 1949-50, au lieu de $ 704 millions, car l’ECA a décidé de créer un pool spécial de $ 150 millions affecté à la libération des échanges ou à de grands travaux européens8.

  • 9 F 60 ter 468, draft, confidentiel, Milton Katz, s. d. à M Le SG de l’OECE ; OECE, Paris, le 21 août (...)
  • 10 F 60 ter 483, Bulletin du CNPF n° 38, octobre 1949 ; confirmation de ces chiffres dans Gaston d’Eté (...)

10Comment ne pas approuver la création d’un pool de dollars réservé à la libération des échanges ? Les Américains y tiennent. A Queuille, déçu et craignant le pire, Bingham, nouveau chef de la mission ECA en France, conseille de travailler à la libération des échanges pour bénéficier de l’aide du pool spécial, car l’aide serait répartie « en tenant compte des résultats liés à la libération des échanges »9. Les Français pouvaient aussi espérer bénéficier du Fonds spécial pour l’équipement des TOM, lié au point IV, on parle de $ 20 millions à répartir entre les pays possessionnés. De plus la France reçoit $ 156,250 millions de Droits de tirage bilatéraux et $ 80,250 millions de Droits de tirage multilatéraux (soit $ 258 millions) contre $ 333 millions en 1948-194910.

  • 11 B 42259, note du 20 mars 1954, source Finances, service indéterminé, « Résultats généraux de l’aide (...)
  • 12 B 18220, « Note d’information sur l’aide accordée à la France par les Etats-Unis, 1er février 1956  (...)

11L’aide prévue n’est pas scandaleusement réduite, mais la façon dont elle est désormais offerte prouve qu’elle change lentement de caractère. A l’automaticité de la dévolution, succède le souci d’une affectation à des objectifs définis par l’ECA. A partir d’octobre 1949, l’aide américaine cesse d’être purement économique, pour devenir militaire, dans le cadre du Pacte atlantique. L’aide pour la défense mutuelle (MDAP) avait été votée par le Congrès le 6 octobre 1949 avec effet au 1er juillet 1949. « L’accent était mis de plus en plus sur la contribution à la défense mutuelle » remarquait une note des Finances11. Un accord bilatéral franco-américain « relatif à l’aide pour la défense mutuelle » fut signé le 27 janvier 1950 et ratifié par le Parlement le 10 juillet 1950 (loi n° 50-339)12 La tendance allait donc vers le développement de l’aide militaire, mais l’accord accordait toujours la priorité au relèvement économique pour 1949-1950. La modernisation française peut se poursuivre.

L’ALLOCATION DES FONDS EN 1949-1950

12La manière dont les fonds 1949-1950 furent distribués montrait aussi que de nouveaux problèmes étaient apparus après deux ans de fonctionnement. Comment gérer les reliquats de l’année précédente ? Comment prouver au Congrès qu’il ne s’agit pas d’une mauvaise gestion ?

La machine de l’aide et les humeurs du Congrès

  • 13 B 18220, M. des Finances, DREE, commission des approvisionnements, 30 mars 1950, « Note sur les con (...)
  • 14 F 60 ter 358, SGCI 304, 23 mars 1950, B. de M. à Bingham.

13Sans entrer dans le détail des procédures d’importations de marchandises Marshall, il faut savoir que les importateurs français se couvrant contre les risques de change, et contre les trop fortes commissions bancaires, n’utilisaient pas pleinement les flux financiers disponibles13. L’administration française répugnait a priori à ouvrir un fonds de roulement en dollars libres qui aurait facilité les transactions, mais aussi des spéculations douteuses14. Mais ce n’est pas l’essentiel.

14L’intérêt des pays aidés est d’obtenir la plus grosse partie de l’allocation annuelle au premier trimestre de l’année financière pour lancer les contrats d’achats, et celui de l’administration américaine, en terme de gestion financière, est de lâcher progressivement les dollars pour en contrôler plus efficacement l’utilisation. Les Français s’attendaient à une allocation de début d’année financière égale à 35 % de l’allocation totale.

  • 15 F 60 ter 490, E. Lamy à G. Guindey dfe 24 mai 1949 ; F 60 ter 482, G de Frondeville à Demont, Washi (...)

15L’ECA avait été contradictoire. Elle promettait $ 300 millions de première allocation, puis se montrait peu encourageante sur la rapidité des déblocages à cause des hésitations du Congrès sur le montant de l’aide. Le compromis de septembre au Congrès (aide à l’Europe de $ 3,6 milliards au lieu de $ 4,1 milliards), débloqua concrètement les fonds. La France reçut $ 213,9 millions en septembre puis $ 256,8 millions en octobre 1949, soit 70 % de l’allocation annuelle. C’était donc « une marque de confiance des autorités américaines » remarquait Bonnet. Admettons ! Mais les Français avaient demandé dès juin $ 340 millions pour faire les commandes d’équipements. Les commandes de modernisation partaient avec 3 mois de retard15.

L’allocation Marshall est respectée

  • 16 F 60 ter 490, DREE, G. de Frondeville, à Dirapro Demont, 14 janvier 1950. Une autre allocation est (...)
  • 17 CE 64, P. Baraduc, 1er février 1950, 884-888, à Washington ; CE 64, ou F 60 ter 490, H. Alphand 17 (...)

16La suite de l’année financière fut ponctuée d’hésitations. L’ECA agit désormais à son rythme1617. Mais il subsistait un doute sur le montant final de l’allocation.

  • 18 F 60 ter 440, coop. écon. 4/DET, 1er février 1950, à Ambassade de France à Washington, « Prochaines (...)

17Sera-t-il égal au montant de l’arbitrage Snoy-Marjolin, réalisé à l’OECE, soit $ 673,1 millions ? L’ECA annonce qu’elle jugera en fonction des efforts de libération des échanges consentis par les pays européens18.

  • 19 « Bilan de l’aide 49-50 » : B 18220, février 1956, B 10927, source FOA.

18Un versement final fut alloué en avril 1950, d’un montant de $ 92,4 millions ; l’arbitrage Snoy-Marjolin avait été respecté et même dépassé puisqu’au total le montant d’aide pour cette année 1949-1950 fut de $ 698,3 millions dont 10,4 millions en prêts, et $ 4 millions d’aide spéciale aux TOM19. L’ECA manifesta sa satisfaction pour la manière dont la France utilisait les allocations et de la loyauté de ses rapports avec l’administration française.

19L’année 1949-1950 fut une année heureuse dans le processus de l’aide. Certes, le volume de l’aide baissait, comme prévu, mais les vœux de l’OECE avaient été respectés (grille Snoy-Marjolin). Toutefois, les Français, comme d’autres Européens, se heurtaient à une volonté de plus en plus nette de l’ECA de distiller l’aide en fonction d’impératifs américains. Cette attitude contrastait avec la confiance qu’elle avait autrefois manifestée à l’OECE. L’enthousiasme américain pour le relèvement européen s’amenuisait.

LES OBJECTIFS DES PROGRAMMES D’IMPORTATION

  • 20 F 60 ter 435, Reed à PPS 13 mai 1949.

20Comment définir les priorités d’importations ? Quels problèmes posent-elles ? L’ECA entend bien écarter toute critique du Congrès sur l’utilisation de l’aide. Le programme doit financer des biens utiles20.

Les premiers choix

  • 21 F 60 ter 481, « Nouveau mémorandum sur le programme français d’importations payables en dollars ERP (...)

21En fonction des crédits prévus, les Français établissent un programme d’importation sur la zone dollar de $ 681,9 millions au lieu des $ 880 millions escomptés initialement21.

Tableau 44. Programme français d’importations de la zone dollar, 1949-1950

Tableau 44. Programme français d’importations de la zone dollar, 1949-1950
  • 22 F 60 ter 482, « Renseignements communiqués aux Américains sur le programme d’équipements 49-50 », d (...)

22Le programme d’équipements pour 1949-1950 atteignait alors $ 160 millions pour la Métropole et $ 50 millions pour les TOM en dollars ERP et $ 141 millions (u.c.) sur d’autres zones. Une véritable priorité était donc donnée aux équipements et au développement des territoires d’outre-mer. Mais en octobre 1949 il tombait à $ 124 millions en aide ERP22. Sans doute était-ce le résultat de la réappréciation du programme d’aide.

  • 23 F 60 ter 414/1, « Nouveau mémorandum sur le programme français d’importations payables en dollars E (...)

23Les services étaient conscients de l’importance de cette année d’aide pour le rééquipement. Guy de Lavergne, aux Finances, parlait du programme de $ 676 millions comme d’un programme de « détresse », mais il tenait à y placer les équipements « quelle que soit l’importance de l’allocation définitive »23.

Le programme d’équipement, quel bilan ?

  • 24 Pour plus de détails sur les moins de $ 1 million voir F 60 ter 487 pour 1949-1950 ; F 60 ter 488 ; (...)

24Le programme d’équipements, lancé depuis avril 1949 et approuvé par l’OECE, avait été complété dans l’été 1949. Les tableaux suivants ne peuvent prétendre à l’exhaustivité, mais ils donnent des indications précieuses sur les secteurs économiques et les entreprises pour lesquelles des dollars ERP ont été dépensés24.

Achats d’équipements et projets pour les années à venir

  • 25 Cette liste est forcément approximative, F 60 ter 487, SGCI, 503, « Récapitulation des projets soum (...)

25Les Français ont déposé une liste de biens d’équipements composés de matériels d’une valeur unitaire inférieure à un million de dollars25. Elle porte sur des programmes s’étalant sur trois ans.

Tableau 45. Liste d’achat de biens d’équipements soumise à l’ECA en juin 1949 par type d’industrie

Tableau 45. Liste d’achat de biens d’équipements soumise à l’ECA en juin 1949 par type d’industrie
  • 26 Voir chapitre sur les TOM.

26D’autres programmes d’équipements, dont l’état d’avancement n’était guère probant en mars 1949, furent proposés pour les TOM26.

  • 27 F 60 487, sous-dossiers sur les projets coloniaux classés par types de besoins ou par sociétés, les (...)

27Les biens d’équipements américains consistaient souvent en moyens de transport lourds, en matériels de travaux publics et en engins spéciaux pour l’exploitation des mines. L’essentiel des équipements sidérurgiques français concernait la sidérurgie et l’équipement électrique27.

  • 28 F 60 ter 412, L. G. Taves, à M. l’ingénieur en chef du service de la coordination industrielle, 14 (...)

28Ces demandes se distinguent des grands projets dont certains avaient déjà bénéficié d’allocations en avril 1949 ou qui étaient en cours d’examen par l’ECA28. En juin 1949, les dossiers se font plus nombreux. L’année nouvelle s’annonçait comme une année propice aux équipements.

Tableau 46. Entreprises ou branches économiques intéressées par l’ERP (équipements et projets)

Tableau 46. Entreprises ou branches économiques intéressées par l’ERP (équipements et projets)
  • 29 Les valeurs sont approximatives ; elles permettent de mesurer l’importance respective des équipemen (...)

Note 129

  • 30 F 60 ter 358, n° 370.

Note 130

  • 31 F 60 ter 489, ECA 5 avril 1954 à P. Delouvrier.

29Pour se faire une idée de l’importance relative de chacun de ces investissements, financés en partie avec la contre-valeur, en partie avec des dollars ERP, on peut se fier à un projet de voyage d’ingénieurs américains en France, en 1954. Ils voulaient visiter la CIMA, Simca, Citroën, les Potasses d’Alsace, la centrale d’Arrighi, Sollac, Usinor, Dilling, Longwy, Coquillard, Tréfileries du Havre, Shell-Berre, CFR, Esso, les Raffineries françaises des Pétroles de l’Atlantique, Naphtachimie, SNCASE, l’Industrie aéronautique française, Bin El Ouidane et Afourer au Maroc, le Port de Nemours en Algérie31.

  • 32 F 60 ter 494, M. d. F. à attaché financier,18 août 1949.

30En août 1949, on comptabilisait environ 50 contrats de plus de 100.000 $ et 300 à 400 de moins de 100.000 $ pour 15 millions $ environ32, sans compter les grands équipement de type Sollac.

  • 33 F 60 ter 488, Dirapro, 17 mars 1950, à Finances, de Demont pour Frondeville, « Négociations concern (...)
  • 34 F 60 ter 489, A. Denis, direct, des mines à directeur de cab. « c. r. visite aux Etats-Unis du 24 j (...)

31Cependant l’ECA ne répondait pas toujours positivement et les Français se demandaient si les Américains ne craignaient pas le suréquipement en Europe ou la concurrence européenne des industries américaines. La bureaucratie américaine et ses lenteurs ont aussi leur responsabilité33, de même que les ententes entre sidérurgistes américains à l’exportation. Quand les Français protestèrent, l’ECA répondit superbement que les lois antitrust ne comptaient pas pour les exportations. Dans le domaine de la sidérurgie, les Français devaient tenir compte du rééquipement allemand que les Américains favorisaient. Le directeur de la sidérurgie avait plaidé contre la construction, à Dienslaken, d’un train à bande allemand34.

L’aviation commerciale, un fleuron de l’industrie française

32Le Secrétariat général de l’Aviation civile avait des ambitions que les Américains ne partageaient pas complètement.

Tableau 47. Programme aéronautique français en 1949

Tableau 47. Programme aéronautique français en 1949
  • 35 V. Auriol, Journal 1949... op. cit. ; voir bibl. n° 19 ; 29 juin, p. 275, 30 juin, p. 277.

33Les besoins financiers pour l’achat de machines-outils et de moteurs nécessaires au développement d’une puissante industrie aéronautique se montent à environ $ 30 millions. Ce programme est l’héritier des programmes ambitieux mais incohérents, élaborés après la Libération et qui n’arrivent pas à maturité. Or le programme est remis en question par l’ECA qui a eu vent de dissensions au sein des services français sur le choix des prototypes35.

34L’industrie française s’avèrant incapable de fournir des moteurs performants, les Américains voudront-ils les fournir et promouvoir ainsi une industrie aéronautique moderne ?

  • 36 CE 03 et CE 64, Washington, 30 juillet 1949, n° 2918.
  • 37 B 16021, Dirapro, Grimanelli, 22 avril 1949, « Rapport au ministre », 286 ; « Note pour le ministre (...)
  • 38 F 60 ter 357 SGCI 1491, 28 octobre 1949, « Questionnaire ECA sur le programme de l’aéronautique civ (...)

35On sait que les compagnies américaines s’inquiétaient du développement des compagnies européennes et l’ambassade de France aux Etats-Unis annonçait que l’importation de 60 moteurs Pratt & Whitney serait difficile36. L’ECA est incitée par Air France à résister. La compagnie refuse de commander 40 S0-30 P (le Sud-Ouest 30 P est un avion bimoteur continental) de fabrication française. L’avion n’a pas fait ses preuves. Elle veut des Convair disponibles sur le marché37. En conséquence l’ECA fait des difficultés pour financer 54 moteurs Pratt et Whitney destinés aux SO-30 P ou aux Bréguet 761. Le SGCI en vient à plaider pour cette livraison au nom de l’emploi et en appelle à l’ECA-Washington38. Bingham affirme qu’à l’avenir « l’ECA ne financera aucun achat d’avions de transport » mais il accorde une dérogation justifiée par le développement des TOM.

  • 39 F 60 488, TAI, 25 novembre 1949 ; ECA 29 novembre 1949 à BM : Projet de lettre de Petsche à Pineau (...)

36L’ECA défend le programme d’achat de 4 DC4 de la Compagnie Aéro-Maritime, filiale des Chargeurs Réunis, tandis que le SGCI négocie l’achat de DC4 pour la compagnie Aigle-Azur. Le projet de l’Aéromaritime est approuvé en juin 1950 pour $ 850 millions39. L’ECA privilégie les compagnies privées et les territoires d’outre-mer, et ralentit par ses atermoiements les autres programmes qu’elle juge hors de proportion avec les moyens de l’industrie française.

  • 40 F 60 ter 488, ECA 25 mai 1950, n° 113.

37L’affaire des Bréguet fut réglée en avril 1951 seulement. L’ECA accorda une autorisation d’achat de $ 860.000 pour des moteurs adaptables aux Bréguet 761 et la SNCASE obtint en mai 1950 $ 4,5 millions pour 54 P & W permettant de motoriser 15 nouveaux « Armagnacs » (SE 2010) en raison de l’intérêt de cet avion pour les TOM40. En juin 1951 la moitié seulement des moteurs nécessaires au développement des S0 30 P et des Bréguets avait été livrée.

38L’industrie aéronautique française a-t-elle été freinée volontairement par l’ECA ? Dans la cas du SO 30 P « Bretagne » l’industrie française n’a pas pu le développer dans de bonnes conditions en raison des réticences américaines à livrer les moteurs adéquats. L’ECA a été puissamment « aidée » dans ses résistances par Air-France. L’absence d’unité de doctrine sur le meilleur type d’appareil commercial a entraîné une guerre franco-française exploitée par l’ECA. Pendant ce temps, la concurrence américaine ou anglaise fabriquait des avions nouveaux.

La part de l’ECA dans les grands projets d’investissements français

  • 41 Olivier Moreau-Neret, Valeurs étrangères, Mouvements de capitaux entre la France et l’étranger depu (...)

39Un bilan limité aux grands investissements fait apparaître la part de l’ECA dans les projets français41 :

Tableau 48. Part de l’ECA dans quelques grands investissements

Tableau 48. Part de l’ECA dans quelques grands investissements

40Environ 15 % des grands programmes ont été financés par l’ECA. En conséquence on doit dire que l’apport en dollars a été essentiel à la modernisation en ces temps de pénurie de devises fortes.

L’importation de produits de base sur l’aide Marshall

41A côté des équipements, l’aide Marshall a permis l’approvisionnement en produits de base, agricoles et industriels. Certains problèmes se manifestèrent à nouveau.

  • 42 F 60 ter 357 SGCI 1371, 28 août 1949, PPS à Finances DREE, « Programme d’importations agricoles pou (...)

42L’ECA considérait qu’il y avait un risque de pénurie de céréales panifiables en France pour 1950. Sans doute tenait-elle compte des erreurs de prévisions des services français au cours du printemps 1949. Une nouvelle panique des services français se déclencha d’ailleurs en septembre 1949. Mais l’ECA cherchait aussi à placer une récolte américaine abondante. L’ECA fit savoir qu’elle ne pouvait approuver le programme d’importation de biens d’équipements si le programme français ne comprenait pas de produits agricoles42. Il fallut discuter, expliquer, donner des chiffres, flatter le généreux donateur, faire savoir « la gratitude pour l’intérêt bienveillant qu’elle [l’ECA] témoignait à l’approvisionnement de notre pays », et prendre un risque sérieux, car qui en France était capable d’apprécier les résultats de la collecte de l’été 1949 ?

  • 43 Indice 90 en 1949 par rapport à 1934-38, 100 en 1950, 110 en 1951, 116 en 1952 ; F 60 ter 357 SGCI (...)
  • 44 F 60 ter 440, coop. écon. 24 février 1950, n° 5/DET, à Ambassade de France.

43Les Français avaient décidé de se porter exportateurs de blé pour 90.000 tonnes pour prouver au monde qu’ils étaient capables de produire comme ils l’avaient annoncé43. Ils exportent donc du blé sur la Hollande. Beaux joueurs, les Américains saluent l’exportation de 30.000 t de blé, mais annoncent qu’en cas de nouvelle pénurie il n’y aura plus de financement ERP pour le blé destiné à la France. Encore en février 1950, la FAO, sans doute sur l’insistance des Américains, offrit certains surplus agricoles américains, mais les représentants français firent diriger ces surplus vers les pays sous-alimentés44.

44Le temps de l’importation massive de produits agricoles américains était passé. L’agriculture française était rétablie.

  • 45 4,5 millions $ au lieu de 3 millions $ qui représentaient déjà «un grand effort » ; cf. chapitre 10
  • 46 CE 64, H. Bonnet, 11 février 1950 ; 20 h 30, n° 608-613.

45Les pressions de l’ECA pour des importations supplémentaires de tabac du Kentucky se manifestèrent encore comme au temps de l’aide intérimaire et de l’hiver 194945. Bonnet demanda comme d’habitude un achat supplémentaire de $ 2 millions, afin de montrer la bonne volonté française46.

  • 47 CE 64, Bonnet, 24 février 1950, 21 h 20, 789-91.
  • 48 F 60 ter 358, n° 154, B. de M à PPS le 11 février 1950 ; SGCI 260, B. de M. à Hollister, 10 mars 19 (...)

46Les Français firent remarquer qu’il y avait une contradiction à vouloir vendre un produit de luxe alors que l’ECA refusait l’importation de réfrigérateurs pour les TOM. « Les représentants américains n’ont rien dit » remarqua l’attaché financier à Washington. Le programme fut effectivement modifié après ces pressions caractérisées et avec l’accord résigné de Demont chef des approvisonnements de Washington qui exigea cependant $ 600.000 de tabac de Virginie à la place de tabac du Kentucky47. Bernard de Margerie écrivit ironiquement à l’ECA-France qu’il ne semblait pas nécessaire « de préciser à nouveau les raisons qui ont conduit à demander une augmentation des achats de tabac du Kentucky »48. La somme en jeu était faible, comme en 1949, mais la répétition de tels errements était dangereuse à la longue.

  • 49 F 60 ter 358, SGCI 418, B. de M. à ministre de l’Industrie (Dica), 22 avril 1950.
  • 50 F 60 ter 358, 513, 23 mai 1950, « Règlements en francs d’achats de pétrole », B. de M. à Tomlinson.

47Les Français n’obtinrent pas l’importation de produits pétroliers raffinés qui devaient peser à la baisse sur les prix intérieurs. Les Compagnies américaines refusaient d’être payées en francs et les Français manquaient de dollars libres, tandis que l’ECA s’opposait à un financement ERP, considérant que la France consommait trop de produits pétroliers49. Les Français réussirent cependant à conclure des arrangements avec quelques compagnies américaines pour payer en francs une partie des cargaisons (avec Caltex)50.

  • 51 Industrie, Dica, C40, MIC à ministre des Affaires économiques et financières, DFE, 13 janvier 1950, (...)

48Mais comme en 1948, des réticences à financer des équipements pétroliers subsistent. L’ECA manifeste moins d’ardeur pour le plan de recherche de pétrole dans le Sud-Ouest, car il est contradictoire d’équiper les pays européens, de réduire leur dépendance et de chercher à maintenir les positions commerciales des compagnies américaines en Europe51. Cette analyse d’un service français attaché à la modernisation rapide de l’industrie française révélait une fois encore l’ambiguïté de certaines positions de l’ECA dans la gestion de l’aide Marshall.

  • 52 F 60 ter 358, SGCI n° 492, 17 mai 1950, B. de M. à Bingham ; F 60 ter 387, 217, DET, Bonnet, 8 déce (...)

49L’affaire des contrats laitiers que les Français désiraient annuler fut résolue. Le SGCI obtint de l’ECA l’autorisation de faire des réexportations en Europe, ce qui arrangea tout le monde52.

  • 53 F 60 ter 387, 2 mars 50 pour ambassade de France à Washington.

50Les Français refusèrent l’installation d’usines de Coca-Cola, le symbole de l’American Way of Life en France. Une bataille « scientifique » commença pour justifier le refus d’importation : la boisson contenait de l’acide phosphorique interdit par la législation française. Cependant, curieusement, sa vente en France n’était pas interdite53. La bataille de « La Coca-Cola », comme on disait alors, ne faisait que commencer !

  • 54 CE 64 JLM, Baraduc à Washington, 279-286 12 janvier 1950.

51A la différence de l’année précédente, les dollars ne faisaient plus défaut. Les services français à mi-parcours de l’année financière 1949-50 s’inquiétèrent même de ne pas pouvoir dresser un programme d’importations épuisant les crédits. Les Français envisagèrent de nouveaux projets d’équipements54. La situation est donc paradoxale et éminemment nouvelle. Elle signifie que les nouveaux contrats pour les équipements sont longs à négocier et à signer. Français et Américains sont en désaccord sur l’importation de certains produits de consommation ou même d’équipements, ce qui gèle l’utilisation des crédits d’aide.

52

Tableau 49. Bilan de deux années d’aide à la France d’avril 1948 à juin 1950

Tableau 49. Bilan de deux années d’aide à la France d’avril 1948 à juin 1950

53L’année 1949-1950 peut être qualifiée d’année de la modernisation puisque les dollars de l’aide ne servent plus que marginalement à l’alimentation, mais massivement aux équipements (34,3 % contre 16 % l’année précédente).

CAPITAUX PRIVES AMERICAINS ET PLAN MARSHALL, L’ÉCHEC

  • 55 Voir F 60 ter 517.

54La loi de coopération économique garantissait aux capitaux privés américains investis dans les pays aidés leur remboursement en cas de nationalisation (titre III, B 3). Quelques entreprises américaines en profitèrent. La plupart du temps il s’agissait d’investissements sous forme d’apport en équipement à des filiales françaises d’entreprises américaines55.

Les apports du capital privé américain

Tableau 50. Tableau partiel des investissements privés américains en France dans le cadre du plan Marshall

Tableau 50. Tableau partiel des investissements privés américains en France dans le cadre du plan Marshall

L’échec de l’investissement américain en France sous garantie Marshall

55Ce tableau établi à partir des archives du SGCI qui nécessairement devait transmettre au gouvernement les offres américaines, n’est vraisemblablement pas exhaustif, mais les sommes en jeu (de l’ordre de $ 3,3 millions) donnent une tendance claire.

  • 56 « Les investissements privés américains en Europe et dans les territoires d’outre-mer », OECE,1954, (...)

56Les investissements américains directs cumulés en France étaient d’environ $ 280 millions et de $ 50 millions dans les TOM à la Fin du plan Marshall56. Cette faiblesse des investissements est le signe d’une profonde méfiance du capitalisme américain pour l’Europe instable, pour la France encore plus inquiétante à bien des égards.

  • 57 CE 64, H. Bonnet à R. Schuman, 16 mars 1950, n° 1277 CE, « a/s rapport du WD committee ».
  • 58 F 60 ter 517, note, « Nouvelles dispositions de la loi de l’ECA relative à la garantie des investis (...)

57Le Congrès avait prévu un fonds de garantie de $ 300 millions pour 1948-49 qui fut réduit à $ 150 millions en 1949-1950. Or, au total, d’après le Watchdog Committee, l’ECA n’a garanti que $ 40 millions pour l’Europe de 1948 à 1953, en dehors des produits de presse57. Ce fonds n’a pas provoqué « un mouvement important d’investissements dans les pays bénéficiant du plan Marshall » confirme le SGCI58.

  • 59 F 60 ter 517, US News World Report, 14 avril 1950, « Les investissements américains en France ».

58Les investisseurs américains jugent que la France ne favorise pas les transferts de capitaux ou l’installation de firmes étrangères59.

Tableau 51. Garantie d’investissements américains en Europe accordée par l’ECA, 1948-1953

Tableau 51. Garantie d’investissements américains en Europe accordée par l’ECA, 1948-1953
  • 60 F 60 ter 517, « Garanties données aux investissements américains dans les pays bénéficiant d’aide a (...)

59Il s’agit d’un échec. Le problème tient à l’absence de garantie contre une dévaluation et en raison des conditions économiques et politiques générales de l’Europe60.

  • 61 F 60 ter 517, 11 février 1955, AF 148, Pérouse à Finances.

60Il faut attendre la modernisation des économies européennes, une certaine détente internationale pour constater en 1955 une augmentation sensible des demandes de garanties auprès de la FOA héritière de l’ECA, qui porteraient sur $ 136 millions61.

61Le plan Marshall n’a donc pas favorisé la ruée du capitalisme américain en France. En revanche il a habitué les industriels et les consommateurs français à acheter américain. Il a préparé l’accueil ultérieur des capitaux américains en France et en Europe.

LA TUTELLE AMÉRICAINE

62L’aide a généré une série d’attitudes de la part des Américains qui allèrent du simple conseil à des exigences plus lourdes. L’échange était riche d’enseignements sur les rapports entre les deux Etats. C’est dans les domaines commerciaux, dans celui des contrôles et de la publicité pour l’aide que se mesurèrent les contraintes américaines sur la politique française. Dans quelles mesures les Français les supportèrent-ils ?

La tutelle sur les échanges commerciaux

63Le plan Marshall a entraîné l’établissement de réglementations commerciales sur les mouvements des marchandises Marshall. Les pays aidés n’ont pas pu faire tout ce qu’ils voulaient avec les produits de l’aide, en particulier les réexporter.

Retour au commerce privé

64Les Américains étaient désireux de supprimer les interventions des Etats dans les échanges internationaux. Cette disposition était contenue dans les accords de Bretton Woods. L’ECA s’employa, grâce au plan Marshall, à la faire respecter. Ainsi elle critiquait le GNAPO (groupement d’achat des produits oléagineux) pour son incapacité à choisir des produits de qualité, mais en fait l’ECA critiquait tous les groupements d’achat.

  • 62 F 60 ter 379, « Rapports de M. Hubac, conseiller référendaire à la Cour des comptes, sur le fonctio (...)

65Le Congrès s’en prit à l’ATIC (Association des transporteurs et importateurs de charbon). L’ATIC a de mauvaises relations avec les services français. Elle traite souvent directement avec l’ECA au mépris des règles édictées par le gouvernement (transit des affaires par le SGCI). Le conflit porte sur les affrètements de navires charbonniers. L’ATIC procéderait à des affrètements par des pools de courtiers ce qui est interdit, et partagerait les commissions avec eux. Le Watchdog Committee porte des accusations de favoritisme, et demande des adjudications publiques. Les services français déplorent mais en même temps ont un sursaut de fierté. L’ATIC peut-elle céder à une injonction du Congrès ? N’est-ce pas un précédent fâcheux ?62.

  • 63 F 60 ter 357, SGCI 1040, 1er juillet 49. PPS à Bingham ; F 60 ter 358, 506, B. de M. à Filippi, DRE (...)

66L’insistance de l’ECA a porté ses fruits et a renforcé les tendances non dirigistes de certains hauts fonctionnaires français. Le SGCI demande à la DREE d’alléger la tutelle du ministère de l’industrie sur les importations des administrations de l’Etat63.

67Cet appel au marché privé explique que le SGCI soit démarché directement par des firmes américaines désireuses de vendre leurs produits en France et qui ne comprennent pas l’organisation administrative française et américaine du plan Marshall. Parfois il est sollicité directement par l’ECA qui pousse sur le marché français des firmes américaines. Le plan Marshall est une opportunité pour ces compagnies américaines désireuses de réaliser des profits qu’elles croient faciles.

  • 64 Août 49 Geo. D. Emery Company se plaint d’avoir été écartée des marchés, en fait elle n’avait pas s (...)

68Les services français doivent répondre de certaines entorses aux règles de la concurrence ou instruire des dossiers de plaintes de firmes américaines évincées64.

  • 65 F 60 ter 358, n° 117 B. de M. à Patterson, début février, n° 372, B. de M à directeur du Centre nat (...)

69L’ECA, encouragée par le Congrès, tente de placer sur le marché français les produits du « small business » américain. Les Français donnent leur accord, mais il est très difficile de passer des contrats significatifs avec des firmes sans envergure. D’autre part, dans un souci de libre concurrence ( ?) l’ECA Washington interdit la publication de listes d’entreprises américaines offrant les meilleures conditions de vente65.

  • 66 F 60 ter 358, SGCI 503, 20 mai 1950, B. de M. à Félix Amiot.

70L’attitude américaine est curieuse. L’ECA favorise des sociétés américaines, se plaint qu’elles n’obtiennent rien et défend en même temps la libre concurrence. De même, la volonté de l’ECA de donner sa chance au commerce privé français aux Etats-Unis aboutit à des pratiques d’amateurisme. En mai 1950, un membre de la mission américaine en France, Hollister, se propose de mettre en relation un cousin « qui dirige d’importantes affaires de pêcheries » avec Félix Amiot, Président des Constructions Mécaniques de Normandie, pour développer la vente de navires de pêche aux Etats-Unis66.

71Cependant le levier de l’aide économique américaine ne peut, à lui seul, contribuer à la flexibilité des échanges entre la France et les États-Unis. Mais l’insistance du Congrès et de son bras séculier l’ECA a contribué à l’érosion des instruments du dirigisme commercial français.

Les prohibitions d’exportations vers l’Est

72A l’origine il y avait eu une initiative américaine dans l’été 1948. Les Français et les Britanniques désireux de ne pas se laisser imposer une solution purement américaine définirent en février 1949 une liste commune de produits non réexportables vers les pays communistes. A cela s’ajoutaient les contraintes de la non-réexportation de produits ERP.

  • 67 Fontainebleau, 77396/11, MIC coord. industr. div. des accords commerciaux, n° 5.485, 20 août 1949, (...)
  • 68 CE 52, DGAEF, n° 797, 21 août 1948, à chef EM de la DN.

73Les décisions de prohibition furent mises en œuvre en août 1949 : « Le gouvernement a décidé de contrôler désormais l’exportation de certains produits ou matériels auxquels il attache un intérêt spécial » écrit le ministère de l’Industrie et du Commerce67. Il avait déjà interdit l’exportation vers l’Est de $ 300.000 de machines-outils pour l’industrie aéronautique. Ces machines appartenaient à un Américain !68

  • 69 F 60 357, SGCI 1221, 17 août 1949, G. Maunoury à Patterson ; F 60 ter 358, 12 janvier 1950, B. de M (...)

74L’ECA veilla très scrupuleusement à la non-réexportation de certains produits : roulements à billes, matériels d’aviation, voire même magnétophones ! Dans le cas des roulements à billes, l’ECA craignait une utilisation à des usages militaires. Elle demanda l’ouverture d’enquêtes sur des exportations de roulements vers la Pologne, de matériels automobiles vers la Bulgarie et la Roumanie. Le SGCI blanchit les entreprises établies en France, mais la Douane française n’exclua pas le transit par la France de produits d’origine étrangère, sous-entendu américaine !69 C’est d’ailleurs avec un égal scrupule que l’ECA regrette l’importation d’un appareil de crèmes glacées au Cameroun !

  • 70 CE 52, JPB 25 février 1949, Commerce avec l’Est européen, secret ; DGAEF, MS, 11 avril 1951, « Note (...)

75Les limitations d’exportations vers l’Est posaient un vrai problème. Au Quai d’Orsay on jugeait la pression américaine intolérable parce qu’on n’oubliait pas l’objectif français de remplacer l’Allemagne en Europe centrale et orientale. D’ailleurs le 19 mars 1948, avant la signature de l’accord bilatéral franco-américain, la France avait signé un accord de coopération économique avec la Pologne portant sur la livraison de $ 61,5 millions de biens d’équipements contre l’équivalent de charbon polonais. Cet accord avait été très vigoureusement critiqué par l’ECA70. Les contrats antérieurs aux décisions de prohibition furent cependant honorés.

  • 71 Fontainebleau 77396/11, note sans référence précise, « Dossier cocom ».
  • 72 CE 52, Coop. économique, 24 novembre 1949, secret, note pour le cabinet, « Contrôle du commerce ave (...)

76Le contrôle se mit progressivement en place, en fonction des opportunités. Une des premières réunions regroupa, les 26-28 juin 1949, des experts des métaux et de l’industrie de France, Etats-Unis, Belgique, Italie, Grande-Bretagne, Allemagne qui dressèrent une liste commune d’embargo71. Une autre réunion se tint au Quai d’Orsay en novembre 1949 entre la France, la Belgique, la Grande-Bretagne, les Pays-Bas, l’Italie et les Etats-Unis, la deuxième du genre, où l’on précisa les listes de marchandises prohibées. Mais des désaccords subsistaient sur la notion de produits stratégiques72.

  • 73 CE 52, R. V. 26 janvier 1950, note pour le cabinet, « Contrôle du commerce Est-ouest ».

77Une troisième réunion du Groupe consultatif se tint en janvier 1950. Il est élargi au Canada, au Danemark et à la Norvège. La liste de prohibition grandit. Il est décidé de se réunir tous les 3 mois, et de créer un comité de coordination pour le contrôle multilatéral des exportations73, ou COCOM (Coordinating Committee on Multilatéral Export Controls). En septembre 1950, une réunion des trois ministres des affaires étrangères occidentaux à New York donna l’occasion de tirer le bilan du travail du groupe consultatif.

  • 74 CE 52, R. V. 26 août 1950, note pour le Président, « Commerce Est-Ouest ».

78Les Européens avaient consenti des limitations d’exportations gênantes pour eux car ils achetaient à l’Est des produits stratégiques comme le chrome, le manganèse ou le charbon. Voilà que les Américains désiraient ajouter encore 300 articles aux listes d’embargo74. Mais malgré la formidable pression américaine, relayée par la menace de guerre générale en juin 1950, l’Europe, la France surtout, s’opposèrent à un blocus trop prononcé contre l’URSS et ses satellites.

79Trois listes de prohibition existaient néanmoins :

  • 75 Ex : produits rares ou stratégiques, bismuth, strontium, titane, ferro-colombium, zircon, cobalt, a (...)

80Liste I : 240 produits interdits à la réexportation75.

81Liste 2 : 104 produits soumis à des restrictions quantitatives.

  • 76 Ex. diamants industriels, antimoine, in CE 52, coop, économique, note du 29 mai 1951, « Contrôles d (...)

82Liste 3 : 70 produits soumis à échanges d’informations statistiques76.

83Les listes furent encore renforcées en octobre 1950 lors de la conférence de Londres. Il est probable que même sans plan Marshall il y aurait eu le Cocom, mais il est indéniable que l’existence de ce formidable levier politique qu’était l’aide donna aux Etats-Unis les moyens d’influencer l’Europe dans sa politique commerciale vers l’Est. Il est net aussi que les Européens n’étaient pas aussi durs envers l’Est que les Etats-Unis.

L’interdiction de réexporter des produits ERP

  • 77 F 60 ter 357 SGCI 1577 B. de M. à Bingham, 10 novembre 1949 et 1647, 2 décembre 1949.

84Le problème des réexportations de produits ERP semble plus simple. L’ECA n’autorise aucune réexportation de produits ERP sans travail ajouté. Mais que penser des interdictions d’exportations de produits similaires à ceux de l’ERP ? Il y avait là un abus de pouvoir de la part des Américains contre lequel le SGCI protesta immédiatement77.

  • 78 F 60 ter 357, PPS à Valensi et Demont à Washington, n° 729, lettre de mars 1949. F 60 ter 508, Note (...)
  • 79 F 60 ter 504, « Enquête n° 21-279, plan Marshall, Paris, SRFD », 1er août 1949.

85L’ECA devint nerveuse à la suite de divers incidents, gonflés par la presse américaine, qui en disaient long sur certains malentendus franco-américains. Ford France, ironie ! aurait réexporté en Pologne des pièces d’automobiles acquises au titre du plan Marshall. La nouvelle est sortie par le New York Herald Tribune du 22 mars 1949 (édition européenne) : « Poland gets ECA Auto parts from french Ford Company ». Elle est reprise le 23 mars par le Figaro : « Le New York Herald Tribune accuse la France d’exporter en Pologne des produits du plan Marshall », et répercutée par le Monde, auquel Bruce se confie, le Populaire, Libération. Le gouvernement français dément. Ford, d’après ses propres déclarations auprès du SGCI a exporté en Pologne pour $ 2,7 millions de pièces détachées 100 % françaises en 1948 et $ 2,1 millions en 1949 dont 30.000 dollars de pièces américaines sur un ancien stock, dit-elle. Il est impossible de savoir si ces déclarations sont sincères, mais le SGCI ne les met pas en doute. Il remarque cependant que Ford France a importé des quantités importantes de pièces d’automobiles. Mais le Crédit National interrogé, ne trouve trace que de 1.000 dollars d’importations sur des crédits ERP78. A la suite de l’enquête, le rapport d’août 1949 conclut qu’aucune exportation de roulements à billes d’origine ERP, à destination des pays de l’Est européen, n’a été effectuée. Des exportations nationales ont bien eu lieu sur la Pologne par Ugine et Schneider79.

86L’affaire Ford se produisait au moment où l’on savait que le gouvernement français manifestait des réticences aux prohibitions d’exportations vers l’Est. A-t-elle été sortie pour lui forcer la main ? Le plan Marshall devenait une arme de la guerre froide, ce qu’il ne devrait pas être, d’après les Français.

  • 80 B Amérique, 1944-1949, EU 249, Washington, 2 juillet 1949, 154 DET.

87Cela n’empêche pas l’ECA de bénir les transactions franco-polonaises en juillet 1949 portant sur du coton ERP échangé contre du charbon polonais, car l’opération a été faite à l’instigation des milieux cotonniers américains80.

  • 81 F 60 ter 358, n° 100, Elgozy à Cruchon, directeur du cabinet Défense nationale.

88Les militaires français veillaient eux aussi à la non-exportation de produits qu’ils estiment sensibles... comme des machines à brocher ! Il faut le bon sens des civils pour limiter ces écarts81.

  • 82 F 60 ter 357 SGCI 1374 PPS au directeur des douanes, 29 septembre 1949.
  • 83 CE 64, Washington, 9 août 1949, H. Bonnet à R. Schuman, « a/s reventes aux Etats-Unis de métaux non (...)
  • 84 F 60 ter 505, « Affaire de l’acier », février-mars 1951.

89L’ECA, très légitimement, cherche à éviter toute spéculation sur les marchandises ERP et donc à empêcher les réexportations spéculatives vers d’autres pays d’Europe ou même vers les Etats-Unis ! Le SGCI applique loyalement les dispositions de l’accord bilatéral. Ainsi refuse-t-il aux Douanes l’autorisation d’accepter des importations de produits ERP qui seraient destinés tels quels à la réexportation82. Des reventes d’aluminium ont eu lieu, les deux administrations recherchent les coupables83. En 1951 alors que la pénurie règne sur les produits sidérurgiques on s’aperçoit que 143 t puis 404 t de tôles fortes sont exportées vers les Etats-Unis alors qu’elles avaient été achetées sur l’ERP... aux Etats-Unis ! Refusées par la SNCF, elles ont été revendues à des compagnies américaines, par un intermédiaire84.

  • 85 F 60 ter 496, H. Bonnet à R. Schuman, 19 janvier 1949.

90La vigilance de l’ECA s’explique pour deux raisons : éviter la spéculation sur les produits Marshall85, éviter le gâchis. Il y a peut-être une troisième raison qui est de conserver au commerce américain les marchés européens.

  • 86 CE 56, JPB coop. économique, 13 avril 1950, « Note pour Wormser ».
  • 87 F 60 ter 358, 526, B. de M. à Timmons, 25 mai 1950 ; 622, juin 1950, B. de M. à Timmons.

91D’autres affaires ont mobilisé l’attention du contrôleur de l’ECA-France. Elles étaient minimes. Penarroya a exporté 2.000 tonnes de plomb d’Afrique du Nord, alors que le programme d’aide militaire (PAM) en avait fourni à la France. Il s’agissait d’exportations vers l’URSS en échange d’amiante86. L’ECA en demande le remboursement, le gouvernement plaide la bonne foi et la bonne gestion, le « trouble du marché du plomb », et souhaite que l’ECA revienne sur sa décision. Il est entendu par Washington87.

92L’aide, qu’elle soit économique ou militaire, conduit à une limitation réelle mais partielle de l’initiative commerciale française.

La clause du pavillon

93Le transport des marchandises ERP coûte cher en dollars et profite aux compagnies de navigation. Une bataille de pavillons s’engage. Pour un pays comme la France, le transport sous pavillon national correspond à des économies de dollars ERP qui pourraient être affectés à l’achat de marchandises. Or la loi américaine oblige à faire transporter 50 % des marchandises ERP sous pavillon américain. Surtout, les affréteurs américains forcent les Européens à accepter, pour les transports sous pavillon américain, des taux de fret plus élevés que ceux du marché mondial. Bissell le justifiait ainsi : le taux de marché est celui qui procure « à l’armateur américain un bénéfice normal ». La dépense supplémentaire représentait 2 $ de plus par tonne pour le charbon ou les céréales. En fait il s’agissait d’une sorte de subvention déguisée à la flotte commerciale américaine par le plan Marshall.

  • 88 CE 48, H. Bonnet, Ficomi 241, pour Finex et Marine marchandé, 7 mai 1948.
  • 89 CE 48, B. Thomas, Washington, 9 juillet 1948, à Demont.

94Au tout début du programme ERP 1, les Français avaient constaté la grande tolérance de l’ECA à propos du partage des pavillons88. Mais l’impression ne se confirma pas puisque Syran, chef de la division des transports de l’ECA demanda, en juillet 1948, à connaître 6 mois à l’avance la répartition par pavillon89.

  • 90 F 60 ter 493, SGMM, R. Courau, 15 septembre 1948, « a/s taux du marché imposé par l’ECA pour le tra (...)

95L’idée de s’affranchir de la règle des 50 % effleura donc le Secrétariat général de la Marine marchande90. Sans aller jusque-là, il est décidé en septembre 1948 de ramener la part du pavillon américain au dessous des 70 % pour le vrac par rapport au premier trimestre 1948.

  • 91 CE 49, JPB.I2 août 1948, à Washington, 3890-91. CE 49, ministre des Travaux publics et des Transpor (...)

96Globalement la situation du pavillon américain n’est pas mauvaise, car l’ensemble de l’OECE respecte la règle des 50 %. En effet la France utilisait plus que les autres pays les navires américains. Mais si les Français faisaient un effort pour transporter français, ils risquaient de déstabiliser le rapport global favorable aux Américains91.

Tableau 52. Bilan des transports maritimes ERP sur la France 1948-1949

Tableau 52. Bilan des transports maritimes ERP sur la France 1948-1949
  • 92 CE 49, H. Bonnet, à R. Schuman ; 27 octobre 1948, « a/s transports maritimes des produits fournis a (...)

97L’ECA déplore les surfrets au profit des compagnies américaines, fait la police dans les maisons américaines de courtage, demande des affrètements au cours du marché mondial92.

  • 93 F 60 ter 431, P. Ledoux à Lamy, IF, Washington, 15 janvier 1949.

98Les Français sont confiants, trop confiants sans doute : « Nous n’avons pas cru utile non plus de parler de la clause des 50 % puisque le gouvernement américain lui-même semble être disposé à abandonner cette disposition... » écrivait le SGCI à l’attaché financier aux Etats-Unis en janvier 194993. Mais le Congrès veillait.

  • 94 CE 3, Bonnet, 4 mars 1949, n° 962.
  • 95 CE 65, Bonnet, 22 janvier 1949, n° 13, DET.

99Au Congrès, un amendement Bland-Magnusson prévoit d’appliquer la règle des 50/50 par pays participant et par grand type de produits et non plus globalement, et de maintenir des taux d’affrètement supérieurs en faveur des navires américains. La sanction en cas de non-respect serait la suspension de l’aide94. La crise de l’armement américain explique ces comportements95.

  • 96 CE 65, Bonnet, 5 février 1949, 2 h 09, nos 470-476.

100Inquiets, les Britanniques demandent une concertation contre l’amendement Bland et l’OECE se saisit du problème. Les communistes en France, explique Bonnet, « ne manqueraient pas d’accuser les Etats-Unis de vouloir assurer la domination mondiale du pavillon américain »96. Spaak est chargé de faire des représentations au Département d’Etat.

  • 97 CE 65, H. Alphand, 30 juillet 1949, coopération économique à Finances, DREE, n° 6418, « Clause 50/5 (...)

101La nouvelle loi d’aide à l’étranger, du 19 avril 1949, oblige les pays aidés à faire transporter 50 % de chaque catégorie de marchandises sous pavillon américain même si les clauses les plus dures du Bland Bill ont été écartées97. L’ECA menace de rétorsion les Européens s’ils ne se décident pas à appliquer la nouvelle loi. En effet les statistiques font voir que la part du pavillon américain n’a pas atteint les 50 % exigés au 2e trimestre de 1949.

  • 98 F 60 ter 493, « Note pour PPS », de E. Lotthe, 25 mai 1949, comité des transports maritimes de l’OE (...)

102L’ECA, devant le comité des transports de l’OECE, exige le respect de la clause : « Cette lecture a été accueillie avec stupéfaction » par les Européens qui sentirent peser la férule américaine98. Elle demande le remboursement des sommes ERP dépensées pour le fret transporté par les navires non américains, au-delà des 50 % autorisés, (autour de $ 20 millions pour l’OECE). La somme est coquette. Certes elle retournera à l’allocation de chaque pays mais que de temps perdu !

  • 99 F 60 ter 493, DREE, 5 novembre 1949, à MAE H. Alphand ; F 60 ter 493, Finances, note pour PPS 30 ao (...)
  • 100 F 60 ter 493, DREE, 20 juillet 1949, note de PPS, « Transport de marchandises ERP sous pavillon amé (...)

103Les Français s’emploient à satisfaire l’ECA en tentant de sacrifier le « troisième pavillon » (pays tiers)99 et de favoriser le pavillon américain dans les limites des 50 % pour éviter l’adoption par le Congrès du Bland Bill beaucoup plus contraignant100. Il est impossible évidemment de restreindre la part du pavillon français qui avait représenté 34 % des tonnages ERP des lignes régulières entre avril et juillet 1949.

104En novembre 1949 la part du pavillon américain passe de 46 % à 47 % dans les transports. Faudra-t-il rembourser alors qu’un effort est fait pour respecter la loi ? La France aurait à en souffrir. L’ECA compréhensive suggère aux Européens d’engager des discussions avec l’ECA pour faire traîner les remboursements. Le conflit s’alourdit alors d’un nouveau contentieux sur la valeur de la tonne ERP à rembourser. Les Américains exigent 200 $ la tonne, une moyenne de la valeur du fret transporté. Les Européens veulent choisir le type de fret à rembourser. Mais la division transport de l’ECA n’est plus décidée à composer car elle fait l’objet de quatre enquêtes des comités du Congrès. Les Américains refusent aux Européens le choix des marchandises à exclure du financement ERP. On craint l’épreuve de force entre l’OECE et l’ECA.

  • 101 F 60 ter 493, Bonnet, 218 DET, 16 décembre 1949, à B de M ; Coop. écon. à ambassade de France, 21 d (...)

105Bonnet conseille de rembourser en raison de la proximité des débats au Congrès sur la nouvelle année de l’aide, à moins de rendre l’ECA encore plus irréductible101.

  • 102 F 60 ter 493, Bonnet 226 DET, 30 décembre 1949.

106L’OECE se charge finalement de répartir le déficit entre les pays participants, et l’opinion américaine se satisfait de cette « amende » infligée à des pays arrogants qui ne reconnaissent pas la générosité américaine. La France doit rembourser 33.500 t. Après une vaine tentative européenne pour faire céder l’ECA, Hollandais et Anglais décident de rembourser et le front européen se brise rapidement. Bonnet signe un chèque de $ 2,234 millions qu’il remet à l’ECA fin décembre 1949 et se prépare à négocier un remboursement ultérieur à 100 $ la tonne au lieu de 200 $102.

  • 103 CE 03, Bonnet 30 décembre 1949, 17 h, 224 DET.

107En agissant ainsi, l’ECA signifiait aux Européens, au nom du Congrès, leur dépendance103. Il fallait appliquer à la lettre la loi du prêteur. Le message était essentiellement politique. Les Etats-Unis affirmaient leur leadership sur l’Europe occidentale.

  • 104 F 60 ter 493, Dirapro, Floersheim, à DREE 2 février 1950 ; G. de Frondeville, 6 février 1950, « Not (...)

108Petsche tenta une négociation bilatérale pour adoucir les clauses du second remboursement. En février 1950 Syran admet le remboursement sur la valeur réelle des marchandises transportées, mais on sent la « transportation division » de l’ECA prête à tout. L’ECA entend exiger, en cas de non-respect des parités dans les transports, l’équilibre 50/50 par zone géographique et par trimestre. La dureté de l’ECA trouvait sa source dans la proximité des auditions devant le Congrès en vue de la nouvelle loi d’aide à l’étranger104.

109Ces remboursements ne représentaient pas une perte pour la France, puisque les sommes remboursées étaient affectées à d’autres achats ERP, mais une gêne. En attendant il faudrait avancer des dollars libres ! Encore une fois, les Européens constataient que l’aide devait être une bonne affaire pour l’économie américaine. Ces exigences américaines, d’ordre politique et commercial mêlé, pesaient lourd dans la conduite du relèvement. Elles désorganisaient le plan d’utilisation des dollars ERP. Elles pesaient politiquement sur la gestion et la popularisation du plan Marshall en Europe, car elles étaient ressenties comme des vexations.

  • 105 CE 64, voir les nombreux télégrammes sur ce sujet. Le plus intéressant pour l’historien est celui d (...)

110Les vigoureuses réactions du Congrès s’expliquaient par la fin du monopole quasi exclusif des transports sous pavillons américain et britannique. La renaissance des flottes commerciales des autres Européens était une menace pour le travail des marins américains. La défense du monde libre était un argument couramment utilisé par les transporteurs américains pour justifier le maintien d’une puissante flotte commerciale américaine qui était passée de 1.092 navires en 1939 à 5.000 navires en 1945, puis à 1.455 navires en 1949. Les autorités américaines souhaitaient ne pas descendre en dessous de 1.000 navires. Les Européens ne doivent-ils pas alors en payer le prix ?105.

111Ce problème de « l’US Flag » démontre que le retour à la liberté des échanges n’est pas applicable quand des intérêts américains supérieurs à celui de la reconstruction européenne étaient en jeu.

  • 106 CE 03, Bonnet, Washington,10 avril 1950, 20 h 30, 1415/16,46 DET.

112Après cette rude épreuve de force d’où l’ECA sortit victorieuse, et où elle avait pu prouver au Congrès qu’elle était obéie par les Européens, l’administration américaine se montra « généreuse ». L’ECA remboursa une pénalité en avril 1950 en récompense des efforts faits pour accroître la part américaine dans les transports106.

La bureaucratie américaine de l’aide Marshall

113Contrairement à l’image d’une Amérique libérale, peu attachée au formalisme sclérosant des administrations européennes, l’ECA et le gouvernement américain ont déployé un gigantesque effort de bureaucratisation de l’aide.

Une bureaucratie zélée

114Les accords bilatéraux avaient prévu des procédures de contrôle de l’aide. En France, le contrôleur de l’ECA, Patterson, manifesta un zèle qui honorait sa fonction.

  • 107 F 60 ter 508, DGD, 30 novembre 1948, à SGCI.
  • 108 F 60, SGCI à DGD, 17 décembre 1949, n° 1711, et DGD à SGCI, 14 janvier 1950.

115L’ECA avait chargé par contrat une société de contrôler les arrivages ERP : la Société générale de Surveillance. Les Douanes françaises lui refusèrent leur concours, craignant l’espionnage ! La société n’agit-elle pas par l’entremise de deux Belges et de deux Suisses107 ? L’argument n’est pas sérieux et il manifeste plutôt le dépit d’une administration dépossédée de son monopole de contrôle. La société sera remplacée en juin 1950 par une autre : Edward. T. Robertson and Sons, à l’égard de laquelle les Douanes ne firent plus d’objections, l’habitude aidant sans doute108.

116L’ECA tient un compte très précis des cargaisons débarquées en France. Elle compare les poids des produits à l’arrivée. Quand des manquements sont constatés, une enquête est ouverte. La plupart du temps il s’agit d’un phénomène normal (dessication par exemple des produits agricoles).

  • 109 F 60 ter 357 SGCI 1116, 28 juillet 1949, PPS à Bingham : F 60 ter 358, 4 janvier 1950. n° 1765, « N (...)

117Le SGCI fait aussi sa propre police pour éviter les interventions toujours gênantes de l’ECA109.

118Toutefois un certain nombre de Procurement Autorizations ont été annulées.

Tableau 53. Annulation de P. A. non conformes aux buts du plan Marshall (exemples)

Tableau 53. Annulation de P. A. non conformes aux buts du plan Marshall (exemples)
  • 110 F 60 ter 507, Ventura, affaires extérieures MIC, 30 décembre 1950, « Tour utilisé pour des fabricat (...)

119Patterson fait du zèle. Ainsi le voit-on contester l’éligibilité à l’ERP d’un tour automatique pour canons aux Ateliers de la Guerche. Or, en décembre 1950, le programme militaire est en route, mais Patterson réagit en fonction de la loi d’aide Marshall qui interdit une utilisation militaire des produits ERP. Le ministère de l’Industrie est outré : « Si le programme d’armement réalisé en accord avec les autorités américaines est subordonné à de telles considérations il ne faudra pas s’étonner de la lenteur de la conversion »110. Patterson répond dans le bon sens en janvier.

120Il serait fastidieux de relever systématiquement tout le contentieux soulevé par Patterson et minimisé par le SGCI. On peut dégager quelques idées à partir de l’inventaire que constitue la correspondance de l’ECA-France avec le SGCI et qui comporte à la fois des documents sur les grands projets, les programmes d’importations et sur des questions subalternes de dents artificielles inéligibles à l’ERP, de réfrigérateurs importés illégalement par des « coloniaux » débrouillards, ou de machines à capsuler les bouteilles d’eau de Vichy !

121L’ECA-Paris et son contrôleur vérifient la conformité des importations avec les autorisations d’achats délivrées (Procurement Autorizations), annulent les autorisations d’achats portant sur des biens de luxe ou de consommation. Ils vérifient l’utilisation des produits importés (end use). Ils détectent les importations frauduleuses, les réexportations en direction des pays de l’Est, l’utilisation à des fins militaires de produits ERP (pétrole surtout), la revente en dollar de produits ERP, la surestimation des taux de fret.

  • 111 F 60 ter 507, Direct des industries chimiques à directeur de la coordination industrielle, 23 décem (...)

122L’ECA procède à des visites d’usines ou d’entreprises qui utilisent les produits Marshall. Ces inspections sont très mal reçues au départ et l’administration française doit expliquer que ces contrôles sont normaux mais qu’ils ne donnent pas lieu à remise de documents111.

123Dans l’ensemble Patterson doit constater que l’ERP sert strictement à l’effort de reconstruction et de modernisation et non pas à la consommation ou à l’effort militaire.

  • 112 F 60 ter 507.

124On peut s’interroger sur l’attitude de Patterson, particulièrement « zélé ». Est-il seulement un fonctionnaire consciencieux, voire étroit ? A-t-il des ordres pour tenir en haleine les Français sur toutes les affaires, même mineures ? Comprend-il les rouages de l’administration française ? On peut en douter à le voir s’étonner que le destinataire de moteurs achetés par Air-France soit le Secrétariat d’Etat des Forces armées Air, qui exerce la tutelle sur la compagnie nationale !112

Ingérences américaines ou enfantillages ?

125Au-delà des contrôles pénibles mais normaux de bonne utilisation de l’aide américaine, l’ECA tente parfois de s’insinuer dans les rouages complexes de l’administration française et s’arroge le droit de donner des conseils. Détentrice de la manne financière, elle pouvait subordonner sa distribution au respect de ses conseils.

  • 113 B Amérique, 1944-52, EU 251, MAE DAEF 419, 21 juillet 1948, « Note pour la direction d’Amérique ».

126Mis en place rapidement, les contrôles posent des problèmes à l’administration française. Des préfets, comme le préfet de la Corse, refusèrent de communiquer des renseignements aux consuls américains sur les organisations professionnelles dans leur département. Le Quai d’Orsay déplora une « attitude inutilement rigoureuse » de la part de l’Intérieur puisqu’il ne s’agissait pas de secrets de la défense nationale113. Cependant Jules Moch, ministre de l’Intérieur, défendit son préfet parce que, dit-il avec raison, les renseignements sont à communiquer non aux consuls mais au SGCI. Cet incident et d’autres rappellent combien les Américains avaient soif d’informations.

127Mais pour quelle destination ? Dans le doute, l’attitude française oscilla entre la transparence et la méfiance, selon les renseignements demandés ou la personnalité du quémandeur. Une règle était claire : tout renseignement passerait par le filtre du SGCI qui en référait aux ministères concernés.

  • 114 F 60 ter 357, SGCI, 22 octobre 1948, G. Maunoury, à Patterson (controller ECA) ; F 60 ter 357, 466, (...)

128Dans la pratique, le SGCI remit aux Américains des informations extrêmement variées114.

Tableau 54. Tableau général des documents exigés par l’ECA

Tableau 54. Tableau général des documents exigés par l’ECA

129Etait-il admissible que l’ECA pose des questions sur la Sécurité sociale française, sur les chasseurs ! les pensions militaires, l’assistance publique, les pensions des veuves de guerre2 ?

130L’ECA souhaita aussi, ce qui parut quelque peu curieux à nos inspecteurs des Finances, engager des fouilles archéologiques à Saint-Denis. La lettre était signée par Bissell !3 Le nationalisme français interdit de donner une réponse positive, à moins qu’il ne s’agisse d’une élémentaire prudence en raison de la couleur politique de la ville de Saint-Denis !

131Les territoires français étaient sillonnés par des missions américaines d’évaluation, d’enquête, de prospection. Elles étaient composées de fonctionnaires de l’ECA mais aussi parfois, de membres du Congrès. Certaines étaient franco-américaines, comme l’accord bilatéral le permettait. Plusieurs de ces missions posaient de délicats problèmes aux autorités françaises, comme les missions de géologues américains. Comment ne pas établir un parallèle entre elles et l’appétit des Américains pour les ressources minières et énergétiques d’un monde en friche ?

Les limites de ces contrôles

  • 115 « Entretien avec P. Ledoux », par G. Bossuat, BNP, Paris, l2 juin 1984.

132L’insistance inopportune de l’ECA fit enfin réagir les services. L’ECA veut un état hebdomadaire de la trésorerie que rejettent les Français : « J’ai été absolument intransigeant sur ce genre de renseignements » écrit P. Ledoux du SGCI à J. Guyot de la Direction du Trésor. Seule une estimation mensuelle fut communiquée, malgré l’insistance renouvelée de l’ECA qui suggéra « une petite réunion officieuse... »115.

  • 116 F 60 ter 513, Guyot à Ledoux, 5 mai 1949.
  • 117 F 60 fer358 SGCI 55, 20 janvier 1950, B. de M. à Bingham ; SGCI, n° 377 bis, B. de M. au Ministre, (...)

133Cependant les chiffres des emprunts à court terme du trésor, ceux de la masse monétaire, furent communiqués à l’ECA. Jean Guyot s’opposa à plus : « Si l’on en arrivait là, il serait certainement plus simple que vos interlocuteurs s’installent directement dans mon bureau ou mieux dans celui du ministre »116. Six mois plus tard l’ECA recommençait. Elle réclamait des renseignements sur les patrimoines et les revenus et il existe un rapport de l’ECA sur la réforme fiscale en France. Le SGCI estima qu’il fallait réagir et invita Petsche, ministre des Finances, à exprimer à Bingham, « Chief Mission ECA to France », « la verdeur de vos réactions ». Petsche l’a-t-il fait ? nous n’en savons rien117.

134P. Ledoux, interrogé sur son action au SGCI, considère que ces demandes permanentes de renseignements étaient agaçantes, qu’elles ont pu avoir une influence sur la politique financière, sans toutefois conduire les Américains à contrôler l’économie ou les Finances de la France. Les Américains avaient tendance à demander beaucoup, les Français à résister. La résistance était plus grande dans les ministères techniques qu’aux Affaires étrangères ou au SGCI, où l’on comprenait mieux l’attitude américaine.

135Une transparence certaine fut imposée à la France et supportée malgré les inconvénients évidents. Elle forçait les Français à s’expliquer sur leurs intentions dans les moindres détails, à se justifier. Les Français offraient aux Américains l’occasion d’un débat permanent sur les choix économiques du gouvernement. Ce débat a rarement eu lieu dans l’autre sens. L’intelligence politique des principales personnalités américaines à Paris, Bruce, Tomlinson, à la différence du contrôleur américain Patterson, a pu tempérer les susceptibilités. Elle n’a pas aboli cette exigence contractuelle irritante.

La bataille de la productivité

136Les Américains s’intéressaient aux progrès de l’économie française à travers les efforts de productivité.

Une prise de conscience du retard français

  • 118 80 AJ 77, « Historique et organisation du service des monographies et d’analyse industrielles », s. (...)

137Les Français ont un souci identique : Robert Lacoste dès 1945 avait mis en place un service des monographies industrielles américaines. Le retard de l’économie française avait donc déjà été mesuré par les Français, par Fourastié, Magron, Pons118.

  • 119 B 33689, Bonnet 326 DET, 25 septembre 1948. L’Humanité le 30 juillet 1948.

138Pour éviter les critiques sur la trop grande influence américaine dans l’organisation des rapports de production en France, Hoffman suggéra à Bonnet que le gouvernement français prenne l’initiative d’un programme de productivité. L’Humanité voyait les choses autrement, jugeant que le conseil de la productivité anglo-américain avait été chargé « de contrôler l’industrie britannique »119.

  • 120 80 AJ 80, MAE, n° 52, le directeur général, 14 octobre 1948 à Bruce. F 60 ter 378, AE, 38 DET, 18 s (...)

139Le gouvernement français accepta l’aide technique américaine, mais refusa les modalités acceptées par les Britanniques, en octobre 1948120. La prudence était réelle. L’augmentation de la productivité ne menaçait-elle pas les postes de travail ? Le danger ne semblait pas à l’ordre du jour en 1948, puisque l’économie française manquait de main-d’œuvre. L’autre danger, plus subtil, était l’américanisation des rapports sociaux et des techniques de production, une lente adaptation à un capitalisme honni par la classe ouvrière. Quelle serait la place du syndicalisme dans le « management » à l’américaine ?

  • 121 F 60 ter 521, p. 4, CGP, 16 septembre 1948, « Jean Monnet au Président du Conseil ».
  • 122 F 60 ter 378, US News and World Report, 8 octobre 1948, Charles H. Kline.
  • 123 AMF 14/5/18, Bonnet, 24 novembre 1948.

140Mais Monnet lança des chiffres célèbres, préparés par Fourastié : dès 1938, les Américains faisaient en 1 heure ce que les Français réalisaient en 3. En 1948, en 1 heure, un américain faisait cinq fois plus qu’un français. Un agriculteur français nourrissait cinq personnes, un agriculteur américain quinze121. La volonté des Etats-Unis de procéder, en France, à des améliorations de productivité venait de l’analyse souvent chuchotée plutôt que proclamée que la France était un pays inefficace et consommateur. Il est vrai que la crise politique de l’été 1948 avait fait beaucoup de mal au prestige de la France aux Etats-Unis. L’impéritie agaçait et la presse américaine, tenue à moins de réserve que l’ECA, disait tout haut ce qu’on pensait tout bas : « Il faut que les Américains s’immiscent dans les affaires du pays et lui apprennent à gérer ses affaires jusqu’au moindre sou »122. Un haut fonctionnaire américain déclara à Bonnet et au ministre de l’Agriculture en novembre 1948 qu’il fallait modifier « les tendances psychologiques et morales qui semblent manifester dans divers milieux, une inégale volonté de redressement »123.

  • 124 AMF 13/3/1, 8 janvier 1949, CGP, au président du Conseil, Jean Monnet. « Productivité du travail en (...)

141En clair cela signifiait que l’effort de productivité serait le signe d’un redressement moral de la nation française. Les missions de productivité pourraient être un des moyens de montrer aux Français, in situ, l’efficacité d’une société d’abondance. James Silbermann, chef du service productivité au département américain du travail, expert de l’ECA, passa 6 semaines en France. Il rédigea un rapport concluant aux possibilités d’augmenter la productivité et prévoyant une aide américaine spécifique124.

  • 125 F 60 ter 521, CGP, « Programme français pour l’accroissement de la productivité », groupe de travai (...)

142Le CGP élabora, fin décembre 1948, un programme de productivité en relation étroite avec le plan de modernisation et d’équipements125.

Le Comité national de la Productivité

  • 126 74 AP 64, 25 mars 1949, « Mémorandum sur le programme français d’aide technique remis à Bruce le 31 (...)

143En mars 1949, les Français proposèrent à Bruce un nouveau programme visant à accroître la productivité de 30 % seulement, en 4 ans. Ils enverraient en stages 1.300 personnes et ils demandaient un premier crédit de $ 2,9 millions126.

  • 127 CE 64, tél. 5 mai 1949, à ambassade de France à Washington.

144En mai 1949 était créé le comité français (provisoire) de la Productivité, une instance interministérielle présidée par Jean Monnet et dirigée par Jean Fourastié127. Les Américains attendaient beaucoup mieux qu’une administration d’Etat.

  • 128 F 60 ter 521, CGP, 5 décembre 1949, « Projet, l’assistance technique de l’ECA dans le programme fra (...)
  • 129 F 60 ter 521, J. Monnet, 12 décembre 1949, à Finances ; CE 64, Baraduc, à Washington, 7172, 10 déce (...)
  • 130 F 60 ter 521, 10 janvier 1950, SE Finances à ministère des Finances, DT, « Assistance technique ».

145Le Commissariat du Plan se proposait de diffuser les informations techniques, les méthodes de standardisation, les échantillons et modèles, les techniques de marketing américain ou européen128. Le budget du comité pour la productivité passa de 180 millions FF à 325 millions à la demande de Monnet, surtout pour satisfaire Bingham129. Les Américains semblaient prêts à débloquer $ 5 millions, à condition que les Français fournissent des francs de contre-valeur au comité de la productivité130.

  • 131 F 60 fer52l, comité provisoire de la productivité, p.-v. n° 12, 15 mars 1950 ; ECA, 8 février 1950, (...)

146L’importance qu’attachaient les Américains à l’augmentation de la productivité se manifesta dans l’exposé de leur programme de productivité qui développa 9 puis 13 points d’action en mars 1950 et qui dura au-delà du plan Marshall. On insistait sur la diffusion des brevets, sur les rapports direction-personnel, sur la répartition des profits entre consommateurs, producteurs et industriels. Les conseils étaient de favoriser la concurrence, de moderniser l’outillage, d’améliorer le niveau de vie, de former le personnel, de le loger décemment131. Ainsi par ce programme de productivité étendu à toute l’Europe, l’ECA entendait répandre les bienfaits de l’organisation sociale américaine.

  • 132 F 60 ter 521, CNP, secrétariat national, « Mémorandum sur la politique française de productivité et (...)

147Le comité national de la productivité installé le 11 octobre 1950 est doté de FF 500 millions de fonds publics et de l’équivalent en fonds privés. Il est composé de sous-commissions : productivité et coopération du personnel, plein emploi, formation des cadres, agriculture, artisanat, marchés publics, commerce et consommation, TOM, information et propagande, comptabilité de la productivité, standardisation, fiscalité. Seule la CGT a refusé d’y siéger et le PCF a refusé les crédits prévus pour l’Association française d’aide à la productivité (AFAP)132.

148La France était donc dotée comme les autres pays européens d’un instrument de modernisation auquel on attribua tous les mérites.

  • 133 F 60 ter 521, MAE 19 décembre 1951 coop. écon., mission OECE d’AT n° 100.

149En 1951 les Américains exprimèrent leur satisfaction pour le programme français de productivité. La mission OECE d’Aide technique n° 100 qui se rendit aux Etats-Unis en novembre 1951 constata l’avance française dans l’élaboration d’une politique de productivité133.

Les missions de productivité et l’aide technique

  • 134 Christian Stoffaes, « La révolution invisible : une mise en perspective de l’expérience de missions (...)
  • 135 F 60 ter 357, SGCI 1165, PPS à J. Monnet, 4 août 1949.

150L’action en faveur de la productivité prit la forme de voyages d’études aux Etats-Unis de courte durée pour des ingénieurs d’avenir134. Mais les premières équipes ne comportaient pas assez de travailleurs de la base, employés et ouvriers. L’ECA veut 1/5 d’employés, 2/5 d’ingénieurs et de contremaîtres, et 2/5 d’ouvriers135.

151Les Français ont du mal à répondre, alors qu’ils savent bien que de tels voyages sont un point fort du plan Marshall. La mise en œuvre de ces voyages n’a pu se faire qu’avec l’accord du CNPF, la CFTC, FO, la CGC mais sans la CGT. En octobre 1949, la France n’avait envoyé qu’une mission aux Etats-Unis contre 18 envoyées par la Grande-Bretagne.

  • 136 F 60 ter 521, A. Bérard à R. Schuman, 29 avril 1949, n° 843. AMF 13/3/3, 28 mars 1949, CGP à Pinay, (...)

152La première mission se rendit à Philadelphie chez General Electric ; l’ambiance y fut cordiale, le travail des Français efficace d’après le CGP136.

  • 137 Elles portent sur les tubes d’acier, la pétrochimie, l’énergie, les machines agricoles, la producti (...)

153Le Commissariat du Plan indique que 60 experts sont déjà partis aux Etats-Unis en 1949, que 800 sont prévus pour 1950 (Agriculture, Industrie, Finances, Organisation-Conseil, Travail, Travaux publics). Mais l’organisation des équipes est retardée, les dossiers sont incomplets, les projets remis seulement le 15 janvier 1950. 16 missions de productivité sont envisagées pour le 1er semestre de 1950137.

154Il y a eu environ 300 missions aux Etats-Unis par équipe de 1 à 20 stagiaires, qui ont regroupé autour de 3.000 personnes de 1948 à 1951.

  • 138 CE 64, P. Guillaumat, DICA à MAE, 10 octobre 1949.

155L’ECA propose aussi aux Français des aides ponctuelles d’experts américains. Un programme est établi entre les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et le Canada auquel Bonnet conseille instamment d’adhérer. L’ECA offre les services d’entreprises conseils américaines, par exemple ceux de la firme Frazier-Simplex Inc pour l’industrie du verre. Bref, l’ECA est prête à agir, alors que les Français étudient avec circonspection cette forme d’aide qui pourrait peut-être se transformer en domination de l’appareil économique français. Pierre Guillaumat, directeur des carburants, relève les « dangers incontestables que pourrait présenter pour notre économie une connaissance trop parfaite par les services et les industriels américains de nos procédés, de nos programmes et de nos débouchés commerciaux ». Guillaumat souligne que les raffineries françaises se reconstruisent grâce aux bureaux d’étude des compagnies américaines filiales en France et que l’industrie pétrolière américaine ne veut pas faire cadeau de sa technicité138.

156Les colonies et les protectorats sont preneurs de techniciens américains, malgré les risques. Il y a tant à faire ! Le Maroc pour le génie rural, la géologie, les travaux publics, la Tunisie pour la botanique la conservation des sols, l’agriculture.

  • 139 F 60 ter 521, Barry Bingham à B. de M., 2 décembre 1949 : « Projet de réponse de B. de M. ».

157L’aide technique américaine signifie aussi de nouveaux rapports sociaux dans le monde du travail. Les Américains insistent pour associer les syndicats français à l’élaboration des programmes d’importation ou d’utilisation des fonds de contre-valeur. Il refusent que les missions soient décidées par le seul patronat. Les vœux de Bingham furent pris en compte. Le gouvernement augmenta les crédits de productivité, les missions de productivité furent composées pour 1/6 d’employeurs et 5/6 de salariés (dont 2/6 d’ouvriers). Il est même demandé aux Américains d’autoriser « la participation aux équipes françaises de syndicalistes ouvriers appartenant à des tendances différentes de celles qui ont signé le protocole d’accord... »139. Les services français font tout pour faire l’unité sociale, taxée de collaboration de classes ou de trahison des travailleurs par l’extrême gauche, en ces temps de guerre froide.

  • 140 F 60 ter 358, ou 521, 398, 13 avril 1950, B. de M. à Bingham ; F 60 ter 358, n° 129, 6 février 1950 (...)

158L’aide technique américaine ne pourrait-elle pas aussi financer le développement commercial français aux Etats-Unis, un vieux rêve ? La Banque de Paris et des Pays-Bas et la Banque Française du Commerce extérieur sollicitent des fonds pour prospecter le marché américain, afin de vendre des brevets et procédés techniques français. Le SGCI s’engage dans cette direction140.

159Le réarmement modifia les conditions de l’aide technique. La Mutual Security Agency (MSA) était décidée à accorder une aide technique intense à certaines entreprises utiles à la défense nationale. La France refusa cette spécialisation et mit l’accent sur la formation aux relations humaines, l’augmentation de la productivité pour le réarmement mais aussi l’augmentation général du niveau de vie.

160La bataille pour la productivité était un des passage obligé pour accéder au plan Marshall. Les Américains ont cru trouvé là le moyen fondamental de moderniser les pays européens. Ils ont cherché sans réfléchir outre mesure à transférer en Europe des techniques ou des modes de relations humaines élaborées aux Etats-Unis. Toute résistance était taxée de trahison de la modernisation et d’attentat contre le monde libre.

LA PUBLICITÉ DU PLAN MARSHALL, UN DOSSIER POLITIQUE

161L’accord bilatéral de coopération faisait une obligation au pays aidé d’organiser la publicité du plan Marshall. II s’agit de savoir comment l’appareil d’Etat français a réagi aux sollicitations pressantes de l’ECA.

162Le SGCI n’était pas prêt à jouer le jeu de l’information, mais il désigna au moins un fonctionnaire spécialement chargé de cette mission, Marcel Chouraqui, tandis que l’ECA continuait de pousser à l’action le secrétariat d’Etat à l’information.

  • 141 CE 49, C. Makinsky, délégué général France – Etats-Unis, Il rue Galilée, Paris 16e, le 4 octobre 19 (...)
  • 142 CE 49, coopération économique, 12 octobre 1948, « Note pour M. Baraduc, a/s contrôle des arrivages (...)

163L’association France-Etats-Unis, en octobre 1948, demandait la création de sections locales dans le Nord et le Pas-de-Calais étant donné la situation qui « préoccupe beaucoup les milieux américains ». Les grèves appellaient une réponse des Américains. L’ECA voulait informer les ouvriers français sur la vie ouvrière aux Etats-Unis et susciter des motions de solidarité entre ouvriers français et américains141 ; surtout après les propos de B. Frachon. « Au moment où M. Frachon dans son discours devant le 27e congrès de la CGT réclame la fin » du fardeau écrasant du plan Marshall », il serait particulièrement intéressant de faire connaître à l’opinion publique par des chiffres, ce que le plan Marshall nous permet d’importer »142.

  • 143 Y 44-49, 232, YR, 9 avril 1949, MAE à direction d’Europe, « a/s 1er anniversaire de l’aide américai (...)

164Fait significatif, l’anniversaire du plan Marshall est célébré en avril 1949, mois de naissance de l’OECE et non en juin date du discours de Marshall. Alphand, Marjolin et Bruce parlent à la radio du travail accompli. Alphand rappelle que le discours de Marshall est intervenu deux jours après une démarche de Bonnet à Washington et que le plan Marshall a permis d’assurer l’indépendance économique de la France143.

La prudence d’un sous-secrétaire d’Etat à l’information

  • 144 F 60 438, Secrétaire d’Etat à la Présidence du Conseil, chargé de l’information, au Président du Co (...)

165François Mitterrand, secrétaire d’Etat à l’information, en décembre 1948, connaissait bien les obligations de l’accord du 28 juin (art VIII) et souhaitait dans l’intérêt du pays coordonner les efforts d’information. Il faudrait lutter contre les brochures d’opposition qui implantent dans le public l’idée « que le gouvernement a sacrifié en échange d’avantages matériels, des intérêts plus profonds et plus nobles »144.

  • 145 F 60 ter 393-394, c. r. réunion de travail PPS, Robert Mitterrand, G. Elghozy, Chouraqui, 5 décembr (...)

166On retient l’idée de valoriser l’aide comme un complément de l’effort français de modernisation, de rappeler qu’elle est un don, que les marchandises reçues sont demandées, mais il n’est pas question que l’ECA finance seule la campagne d’informations car elle risquerait de « heurter l’amour-propre national... ». Queuille accepte un effort d’informations à la radio et dans la presse française sans soumettre en quelques manières que ce soit les initiatives françaises au contrôle de l’ECA145.

Tableau 55. Type de propagande en faveur du plan Marshall en France 1948-1950

Tableau 55. Type de propagande en faveur du plan Marshall en France 1948-1950
  • 146 F 60 ter 357, 423, PPS à Lenoir, directeur des services administratifs et financiers à la Présidenc (...)

167Les services s’orientent vers l’information des milieux syndicalistes acquis à la cause du plan Marshall. Le SGCI prépare un document général sur le plan Marshall destiné à fournir à FO et à la CFTC des « arguments nécessaires pour rédiger des brochures à l’intention des milieux ouvriers »146

  • 147 F 60 393-394, Note pour Elgozy, 24 février 1949. F 60 ter 393-394, note pour M. Elgozy, 1er 1949. E (...)

168Les Américains demandent qu’on appose des plaques sur les bâtiments ou réalisations de l’ERP. Des wagons américains arrivant au Havre sont frappés du sigle de l’ECA. Les Français le font à la peinture à l’eau ! entraînant la colère du contrôleur américain147.

  • 148 F 60 ter 381, CGP à B. de Margerie, 5 janvier 1949. B 33689, hearings de M. Bruce au Congrès, 10 fé (...)

169L’ECA diffuse des brochures sur le plan Marshall à 50.000 exemplaires. Elle voudrait bien que certains projets fassent la manchette des journaux français ou américains. La moitié des bulletins d’informations américains diffusés en France concerne l’ERP148.

170En mars, FO fait paraître une brochure intitulée « Sans plan Marshall, pas de plan Monnet ». Son titre témoigne de la popularité du plan Monnet, et il répond « aux propagandes extrémistes qui prétendent que le plan Marshall entraîne l’abandon ou l’échec du plan Monnet ». Le SGCI veut en acheter 30.000 exemplaires pour 450.000 FF. C’est une subvention déguisée.

  • 149 F 60 357, SGCI, 623, 9 mars 1949, confidentiel ; F 60 ter 438, SGCI, 11 février 1949, « Note sur la (...)

171A la radio, le journal parlé consacre davantage de temps à des informations sur le plan Marshall : 82 lignes en août 1948, 431 en octobre, 592 en décembre, 1486 en janvier 1949. Chaque mois Alphand fait le point sur l’ERP. Il envisage une bande d’actualité de 15’ mais doute de l’intérêt du public149. Le Quai d’Orsay suggère d’agir par la radio : « C’est probablement le plus facile, celui sur lequel le gouvernement a le plus de possibilités », par le film, des brochures simples, comme celle des Britanniques « Getting on together » éditée à 1 million d’exemplaires, des voyages en France de journalistes américains, des expositions et des conférences, mais les 20 millions de francs de fonds secrets sont insuffisants.

  • 150 F 60 ter 438, 9 février 1949. F 60 ter 438, R. Schuman, mars 1949.

172Les Français courent le risque de se voir imposer par les Américains l’affectation d’une certaine somme de contre-valeur pour la publicité. Robert Schuman demande au secrétaire d’Etat à la présidence du Conseil chargé de l’information, François Mitterrand, de préparer une exposition des documents utilisés par la France pour valoriser le plan Marshall150.

  • 151 F 60 ter 438, discours de Bruce, du 28 mars 1949.

173Des manifestations sont organisées comme la réception de 1.000 wagons de marchandises à Cherbourg par Bruce, le 28 mars 1949. Il en profite pour remercier les cheminots français pour la remise en ordre du réseau ferré et souligne l’importance de l’aide américaine à la France et du système de paiements intereuropéens qu’il appelle le petit plan Marshall151. L’inauguration du chantier de la Sollac en décembre 1949 entre aussi dans cette politique, comme l’accueil par Pierre Pflimlin des tracteurs américains au Havre. Il s’agit comme le dit plaisamment Hal Lehrman de Fortune d’éviter aux Français de voir le Père Noël à travers les lunettes rouges du diable.

L’échec de la sensibilisation de l’opinion s’explique par l’absence de syndicats démocratiques puissants et riches

  • 152 F 60 ter 393-394, ECA, John L. Brown, à M. Mitterrand, 19 avril 1949.
  • 153 FRUS 1949, IV, Caffery, 3 mars 1949, 8 p-m 887, to Secretary of State.

174L’ECA souligne auprès du secrétaire d’Etat son mécontentement sur « l’ignorance des classes laborieuses françaises en ce qui concerne le plan Marshall »152. Les Américains sont très inquiets de l’offensive pour la paix montée par les communistes. Devinat, autre secrétaire d’Etat à la présidence, a déclaré aimablement aux Américains « qu’on ne pouvait pas compter sur Mitterrand pour organiser et prendre en charge effectivement une telle campagne »153.

  • 154 F 60 438, F. Mitterrand, 8 avril 1949, à Président du Conseil, n° 19030. F 60 ter 438, P. Chaussade (...)

175François Mitterrand jugea de son côté que les efforts accomplis sont insuffisants. Le budget dont il a disposé est encore faible. Certes le volume des émissions radio a augmenté. La Documentation Française organe d’information du gouvernement français a publié beaucoup de notes. Des manifestations se sont déroulées au Havre et à Cherbourg, un timbre-poste a été émis, des bandes d’actualités commandées et diffusée, des expositions itinérantes agricoles réalisées. Mais l’impact sur le public, sans être négligeable, est réduit. Queuille l’encourage à agir154.

  • 155 F 60 ter 357, 926, Note pour le Président, PPS, 19 mai 1949. « Création auprès du comité interminis (...)

176A la demande de l’ECA et de l’OECE, les syndicats sont associés à la réflexion sur le plan Marshall. Depuis août 1948, la CFTC et FO sont reçues chaque semaine au SGCI et tenues au courant de l’évolution de l’aide. En mai 1949, il apparaît désirable de créer une structure officielle : un comité syndical consultatif155.

  • 156 F 60 ter 357, 932, PPS à Reed sur la « publicité sur la rapport du 3T de l’ERP ». F 60 438, script (...)

177La présentation des résultats de l’aide est vulgarisée dans la Documentation française illustrée, dans France-Document, à la radio au cours d’une émission intitulée « La ronde des nations ». La CGT y fait même des interventions, dont celle de Jean Duret, directeur du centre d’études économiques de la CGT et membre du CES. Il y dit que l’aide a procuré des produits essentiels mais qu’elle a aliéné l’indépendance économique et politique de la France. Il y dénonce aussi le relèvement de l’Allemagne. D’autres syndicalistes de FO et de la CFTC ont estimé insuffisant le contrôle de l’économie156.

  • 157 F 60 ter 438, rapport du comité mixte de coopération économique à l’étranger, 14 octobre 1949, trad (...)

178Il n’est pas sûr qu’au bout de la première année de plan Marshall l’objectif politique ait été atteint. Un rapport américain d’octobre 1949 (Fallow-Vogliotti) estimait que les thèses communistes sur le plan Marshall gagnaient du terrain en France sur le thème de la colonisation de l’Europe par les Etats-Unis. « Les gauleiter du plan Marshall ont fait claquer leurs fouets et les « Quisling » du gouvernement ont obtempéré. Nos « leaders » ont livré la souveraineté de la France aux banquiers de Wall-Street » dit cette propagande. Le Congrès estime que l’exécutif français ne fait pas un travail suffisant d’information157.

  • 158 F 60 ter 357 SGCI 1455 bis secret, 22 octobre 1949, « Note pour le Président du Conseil ».

179La propagande en faveur du plan Marshall a été sous-estimée par les responsables français. Ils étaient sensibles aux accusations de brader la France. Ils reconnaissaient l’urgence absolue du plan Marshall, mais ils ne se résignaient pas à cet aveu de faiblesse. Les hommes de la IVe République sont des hommes formés par la IIIe en des temps où la France commandait ; ils sont aussi des hommes de la Résistance. Ils ont risqué leur vie pour l’indépendance et la liberté de la nation. Comment exprimer leur reconnaissance à l’allié américain sans éprouver en même temps le sentiment obscur d’un certain échec, malgré les sacrifices ? Ils savent aussi que la bataille pour le plan Marshall fait partie de la nouvelle donne internationale, une guerre froide qu’ils n’acceptent pas et qui partage dangereusement le corps social français. Aussi agissent-ils avec cironspection comme l’explique le SGCI : « Jusqu’à maintenant, pour des raisons politiques faciles à comprendre, le gouvernement français a estimé que cette publicité devait être faite le plus discrètement possible, tout en évitant de contrarier ouvertement les demandes ou les conseils de l’administration américaine158 ».

  • 159 CE 73, coop. écon. 863, MAE Schuman à Vice-président du Conseil, chargé de l’information 1er décemb (...)

180Pierre-Paul Schweitzer écrit au Président du Conseil en décembre 1949 parce qu’il pense qu’il faut faire davantage que le travail, trop prudent à son goût, de François Mitterrand, chargé de cette mission jusqu’à la chute du gouvernement Queuille le 6 novembre 1949. Les crédits mis à la disposition de F. Mitterrand n’ont pas, dit le Quai d’Orsay, été utilisés « dans les meilleures conditions159 ».

L’organisation nouvelle de la propagande pour le plan Marshall

181Le nouveau gouvernement Bidault, dans lequel P.-H. Teitgen est chargé de l’information, relance la propagande pour le plan Marshall en décembre 1949 en fonction d’un programme d’action décidé par une commission interministérielle.

Tableau 56. Programme français de propagande en faveur du plan Marshall fin 1949

Tableau 56. Programme français de propagande en faveur du plan Marshall fin 1949
  • 160 F 60 ter 358, SGCI n° 419, 22 avril 1950, B. de M. à Education Nationale ; F 60 ter 393, Reed au pr (...)

182Pour populariser le plan Marshall, l’ECA veut organiser un concours d’écoliers, faire des affiches et des photos. Le concours sera gagné par un lycéen de Lorient pour les 12 ans et de Le Mée (Eure-et-Loir) pour les 16 ans. En avril le SGCI demande un « monument national » pour exposer 350 affiches célébrant le plan Marshall, le Grand Palais de Paris ou le Champs-de-Mars au pied de la tour Eiffel. Tout acte de publicité pour le plan Marshall entraîne des interrogations, à cause des risques d’utilisation politique dans le débat intérieur français160.

183L’ECA, qui comprend bien la situation intérieure française, n’en maintient pas moins ses pressions sur les responsables. L’ECA organisa finalement son exposition (caravane du plan Marshall) dans le bois de Vincennes les 3 et 4 juin 1950. Elle sera inaugurée par Dirk Stikker.

  • 161 F 60 ter 393, 5 juillet 1950.

184Elle distribue aux spectateurs du Tour de France 1950 un tract sous forme de jeu de l’oie valorisant l’ERP161, ce qui rend Alphand nerveux. Elle veut stimuler la production agricole par des films et des brochures destinés aux populations rurales. Elle veut créer une chaire d’économie politique internationale « George C. Marshall », à l’université de Paris. Le SGCI y est très favorable.

  • 162 CE 73, Hynes, à Alphand, 20 mai 1950, Hôtel Ritz.
  • 163 F 60 ter 393, EC A à Elgozy, 18 novembre 1949.

185Des propositions d’action médiatique sont faites par des publicitaires américains, comme celle de Joseph F. Hynes, auteur d’un « Futurama of Europe », ou celle d’une exposition flottante inspirée du Train de la Liberté162. On réédite le train de l’Amitié avec Drew Pearson pour le Noël des enfants français. L’ECA réalise une grande opération médiatique : un train de l’OECE constitué de wagons nationaux, sur les efforts réalisés par chaque pays dans le domaine de la production et de la productivité, et une péniche exposition qui passera 8 mois dans le Nord et 6 mois dans le Sud. Tout est bon pour combattre la propagande communiste et c’est sous cet aspect qu’est conçue la propagande pour l’aide163. Toute cette ambiance met mal à l’aise les responsables français qui doivent assurer l’ordre de ces manifestations souvent troublées par des manifestants décidés à en découdre.

  • 164 F 60 fer357 SGCI 1717, 19 décembre 1949, G. Elgozy à Education Nationale, 1729, B. de M. à Agricult (...)
  • 165 CE 70, Préfet de la Haute-Savoie, 7 février 1950, à MAE.

186Elle veut aussi marquer par des plaques commémoratives spéciales les établissements scolaires reconstruits grâce au plan Marshall mais l’affaire est là encore politiquement délicate164. Bingham inaugure en février 1949, une plaque commémorative de l’aide américaine à la France sur la centrale hydroélectrique de Passy sur Arve. Il n’y a pas eu d’incidents, mais des cheminots ont manifesté au Fayet165.

  • 166 F 60 ter 438, 2 juin 1950, ECA, B. Bingham à B. de M.

187Les affiches éditées par l’ECA-France trouvent un accueil favorable sauf chez les communistes. Les grand services publics français refusent de jouer le jeu de la propagande. La SNCF en dépit de l’autorisation du ministère des transports refuse d’afficher en faveur du plan Marshall. EDF publie en 1949 une brochure sur ses nouvelles installations sans faire référence à l’aide américaine, ce qui provoque un esclandre. L’ECA proteste : « Je trouve que Barry Bingham a raison », écrit-on au SGCI, « mais que peut-on faire166 ? ».

  • 167 F 60 ter 393, ECA à Elgozy, 6 septembre 1950, Kirkpatrick à B. de M., 5 décembre 1950.

188L’ECA demande d’utiliser les films pour la propagande, mais seule la France ne fabrique aucun film sur l’ERP. L’ECA se plaint de ne pouvoir tourner un film The Changing Face of Europe (Wessex Film production Ltd Londres), en raison de difficultés suscitées par le Centre national de la cinématographie. L’affaire est réglée par le SGCI qui reçoit les félicitations de miss Helen Kirkpatrick, la bouillante organisatrice de la propagande à l’ECA-France167.

  • 168 F 60 ter 393, ministère de l’Information, confidentiel, c. r. séance du 3 août 1950, Elgozy, Béliar (...)

189L’ECA intervient directement dans des projets d’émissions radio, comme Ici Europe, une émission de variétés, remplacée par une émission d’information sur l’ERP, Orchestres du Monde. Elle fait fabriquer des films en Afrique du Nord168. A la radio, l’émission musicale : Orchestres du monde qui reçoit l’Orchestre philharmonique de Vienne en août 1950 devient prétexte à valoriser le plan Marshall en Autriche et donc en France.

190Comment expliquer les réserves françaises ? L’opinion a peur de la guerre. Elle ressent la propagande pour le plan Marshall comme un acte de guerre froide. L’administration ne veut pas d’ennuis sur ce problème mineur à ses yeux par rapport aux enjeux de la modernisation. On ne se tromperait guère à affirmer que sans la vigilance de l’ECA, les Français n’auraient pas fait d’eux-mêmes la propagande du plan Marshall en France.

La presse américaine et le plan Marshall

191La distribution de la presse américaine en France dans le cadre du plan Marshall est assimilable à une bataille de propagande pour ou contre les Etats-Unis. Une réponse favorable ou non du gouvernement français à l’entrée en France de la presse américaine est perçue comme un acte politique.

  • 169 F 60 ter 517, G. Guindey, 30 septembre 1949, à AF 31057.

192Or le gouvernement français hésite longuement sur l’autorisation de la vente en France de la presse américaine (informational médias)169. La réponse est prudente et la pratique malthusienne.

  • 170 F 60 fer515, SGCI n° 114, 2 février 1950, BM à Bingham ; les importations sans paiements ne donnent (...)
  • 171 F 60 ter 358, SGCI 589, 19 juin 1950, B. de M. à MIC.

193En raison des pénuries de dollars, le SGCI informa Bingham en février 1950 que les importations de médias d’informations porteraient sur 10.000 $ par mois pour les livres et 400.000 $ par an pour les périodiques, selon la procédure des importations sans paiements170. Le SGCI recommanda toutefois l’importation de l’Encyclopedia Britannica, en reconnaissance de l’aide à la reconstitution des bibliothèques universitaires françaises171.

194Manifestement les Français ne souhaitent pas ouvrir leurs portes aux produits imprimés américains, pour des raisons idéologiques et pour protéger l’industrie nationale, car le SGCI précise bien que les autorisations porteront sur des ouvrages en anglais.

  • 172 F 60 ter 515, Guindey, 5 mai 1950, « Note pour le ministre ».

195Se pose le problème des transferts en dollars. L’ECA se déclare prête à assumer les transferts des bénéfices en faisant jouer le fonds de garantie des investissements privés américains en Europe. Petsche aprouve le 11 mai 1950172.

  • 173 Pocket Books Co pour 25.000 $ sur un an, Curtiss Publishing Co pour 30.000 $ sur 6 mois, New Americ (...)

196On notera l’insistance américaine à faire importer dans le cadre de l’ERP des journaux et publications américaines. L’état d’esprit en France à l’époque, fait de suspicion soigneusement entretenue contre les Américains, de prudence extrême de l’administration pour ce qui n’était pas l’aide économique, portait à la méfiance envers les produits imprimés américains. Un accord sur les « informational médias » est trouvé en juin 1950. Plusieurs sociétés américaines obtiennent ainsi des garanties d’importation173. Les autorisations ainsi données dans le cadre de l’ERP ont permis à la presse américaine, journaux et périodiques de se faire connaître en France auprès d’un public réduit, mais d’être aussi une source d’information sur les réalités américaines pour la presse française, et à travers elle de donner en général une appréciation favorable de la société américaine.

L’AIDE AU RÉARMEMENT ET POUR LA GUERRE

197A partir de septembre 1949, les documents font état d’une aide militaire américaine qu’il faut prendre en compte. En effet, le Congrès avait approuvé un programme d’aide militaire (PAM) de $ 1 milliard pour le Pacte atlantique. La France en bénéficiait.

Une armée française de 20 divisions en 1951

  • 174 52 J 71, N. de la DN, 1485/TS/SEP 28/IX/49, « Note concernant les programmes de réarmements, sur év (...)

198L’état de l’armée française était déplorable en 1949. De 5 divisions, Ramadier, ministre de la Défense, prévoyait de monter à 17 en 1950 et 20 en 1951. Les 330 chasseurs et chasseurs-bombardiers hérités des stocks anglais et américains devaient être remplacés par 624 avions modernes. Il y aurait 2 cuirassés, 5 porte-avions et 6 croiseurs de bataille ! Ramadier attendait une aide américaine pour compléter les divisions françaises amaigries. Mais les Américains attendaient, de leur côté, un effort des Européens avant de les aider174.

  • 175 52 J 86, Bonnet 11 octobre 1949 ; V. Auriol, Journal, 1949, op. cit. ; voir bibl. n° 19 ; p. 397, 3 (...)

199L’intervention financière américaine dans les affaires militaires de l’Europe, liée au Pacte atlantique, avait pour conséquence l’installation militaire américaine en France et en Afrique du Nord : terrains d’aviation, ligne de communication. Le Conseil des ministres prenait conscience que l’aide militaire américaine comportait un aspect de réciprocité difficile à éluder175.

  • 176 CE 81, MAE, OW, note 5 mai 1950, « a/s réarmement ».

200La France s’engage donc dans une spirale de réarmement, sous les auspices atlantiques, comportant forcément des effets économiques et financiers. Mais les Français sont décidés à ne pas tuer le relèvement au nom de l’effort militaire. Or, les Etats-Unis exigent un effort national intense176 qui peut mettre en danger la modernisation. La France espérait que les Etats-unis rembourseraient 50 % de toutes les dépenses de réarmement d’un pays. Or le programme d’aide militaire (PAM) prévoit seulement le remboursement des importations en dollars pour le réarmement soit 6 à 8 % des dépenses.

  • 177 29 octobre 1949-24 juin 1950.
  • 178 CE 56, c. r. réunion du 21 décembre 1949, Parodi, « Sur l’aide militaire américaine ».

201Pleven, nouveau ministre de la Défense nationale du gouvernement Bidault177, accepta cependant l’aide américaine et prépara un mémorandum justifiant la dépense de $ 52 millions d’armements afin de créer pour la fin de 1951 20 divisions dont 4 blindées. En revanche les cinq membres du Pacte de Bruxelles n’arrivent pas à intégrer leurs programmes de fabrication d’armes et à assurer la péréquation des charges à cause de l’hostilité des Britanniques178.

  • 179 Signalons toutefois que le montant des « end items » ou produits finis, gratuitement fournis aux ar (...)

202L’aide militaire américaine était une opportunité à ne pas manquer pour réaliser les objectifs militaires français très ambitieux. L’objectif des responsables français était de faire supporter par les Etats-Unis le coût financier des dépenses militaires et des déséquilibres économiques en résultant. Mais les conditions de cette aide militaire américaine ne permettaient pas de grossir directement le budget militaire français179. L’accord bilatéral franco-américain concernant le PAM fut signé le 27 janvier 1950, en dépit de ses limites budgétaires.

  • 180 F 60 ter 358, 848, B. de M. à Junqua, attaché Financier auprès du Conseiller français des suppléant (...)

203L’entrée en scène des Etats-Unis dans le domaine militaire les conduisit à proposer des modifications dans le budget militaire français pour 1950 afin de faire retrancher des crédits qui ne leur paraissaient pas nécessaires180. L’aide militaire américaine prit forme avant la Corée et la façon dont elle était présentée laissait croire à une intervention américaine bien plus gênante que dans le cas de l’aide économique.

L’entrée en scène des Américains en Indochine

  • 181 CE 76, M. de la FOM, direct des affaires politiques, secrétariat, FOM à MAE, 2 octobre 1948, « a/s (...)

204L’Indochine ne bénéficiait pas du plan Marshall, alors que la France d’Outre-Mer l’avait souhaité au nom de la lutte anticommuniste dès octobre 1948181. Les Français n’y avaient pas renoncé.

L’appel aux Etats-Unis

  • 182 CE 76, Hongkong, 19 octobre 1948, 18 h 30 ? « Projet Dewez, avril 1949 », pas d’autre indication de (...)

205Comment décider les Américains à réviser leur position ? Ne disait-on pas que l’ambassadeur américain auprès de Nankin était favorable à la création d’une industrie lourde en Indochine. Certains Français avaient l’espoir d’organiser la coopération économique avec le Japon pour la défense contre le communisme, mais ils remarquaient aussi le peu d’empressement des Américains à soutenir la France en Indochine182.

  • 183 I. Wall, L’influence américaine, op. cit. ; voir bibl. n° 298 ; p. 339.

206La reconnaissance par la France de l’indépendance du Vietnam, Cambodge et Laos le 8 mars 1949 modifia-t-elle l’indifférence américaine ? En tous cas, c’est en mars que les Etats-Unis reçurent opportunément une demande d’aide des Français et de Bao Daï183.

  • 184 CE 03, Washington, secret, 16 septembre 1949, 20 h 55, n° 3414-17 : CE 76, Washington, 20 septembre (...)

207La question d’une aide à l’Indochine fut abordée par Schuman et Petsche avec Acheson en septembre 1949. Schuman formula diverses plaintes : la France était blâmée et pénalisée de sa politique indochinoise alors qu’elle luttait contre le communisme. Il demanda une aide pour les trois états d’Indochine. Ses remarques ne furent pas mal accueillies par Acheson qui inaugurait ainsi la longue série de conseils que les Américains allaient prodiguer aux Français jusqu’en 1954184. Les Français étaient demandeurs d’une aide américaine pour l’Indochine, mais pas de conseils américains.

La mission Griffin

208Un doute subsistait sur la nature de l’aide. Serait-elle économique et militaire, en nature ou financière ? Le SGCI restait très prudent, car la dotation Marshall à la France ne serait sûrement pas augmentée, même si l’Indochine accédait à l’aide économique. Il militait pour multilatéraliser l’aide à l’Indochine « dans l’intérêt commun des puissances occidentales ».

  • 185 F 60 ter 357 ou CE 76, SGCI 1660, B. de M. à Alphand, 6 décembre 1949.
  • 186 F 60 ter 444, 20 janvier 1950, « a/s des possibilités d’intervention financière des Etats-Unis en I (...)

209Un accord d’aide économique et militaire est acquis fin décembre 1949185. Mais on était dans une logique économique, plus que militaire. Ainsi envisageait-on du côté français des investissements économiques américains destinés à soutenir l’effort militaire français : port et centrale hydroélectrique autour de Camranh, développement de l’anthracite et du phosphate autour de la baie d’Along, charbon à Vientiane, projets d’irrigation autour de Battambang, Prey Nop, Siem Reap. L’idée des Français s’inspirait du plan général de reconstruction et de modernisation de l’Indochine186.

210Les Français peaufinaient l’argument clef de l’aide à l’Indochine, la défense contre le communisme : « La France a le sentiment exact du rôle qu’elle joue dans cette partie de l’Asie, où elle sert de flanc-garde à tout le Sud-Est protégeant parmi les matières premières stratégiques trois de celles qui ont un rôle primordial » ; il s’agissait du riz, du caoutchouc et de l’étain. Ce genre d’arguments ne semblait pas devoir convaincre les alliés occidentaux.

  • 187 74 AP 36, « Evolution des problèmes militaires en Indochine, décembre 1950-juin 1953 » ex. n° 3/40, (...)
  • 188 CE 76, ou F 60 ter 444, SGCI, 21er février 1950, note de B. de M., à Alphand, « Note, proposition a (...)

211En février 1950 une conférence interarmes établit les listes de matériels militaires souhaités187. Les experts américains avançèrent les premières propositions d’aide pour l’Indochine en février 1950 : $ 5 millions jusqu’en juin 1950 et $ 15 millions pour 1950-1951. Les services jugèrent d’emblée la somme trop faible pour soulager la charge en dollars de la France en l’Indochine. La France dépensait pour 1949-1950 $ 5,3 millions d’équipements, $ 12,9 millions d’approvisionnements et $ 4,9 millions de matériels militaires et elle prévoyait une charge de $ 25,9 millions en 1950-1951188.

  • 189 F 60 ter 444, Lettre à M. L. Pignon, haut-commissaire pour l’Indochine, 26 février 1950. Auteur non (...)

212Cette question de l’aide était nouvelle et les services de Saigon ignoraient les subtils mécanismes de l’aide Marshall, ainsi que les habitudes des fonctionnaires de l’ECA. Margerie tenta d’établir le contact avec Pignon, Haut Commissaire pour l’Indochine à qui il recommanda Pierre Ledoux , un haut fonctionnaire du SGCI : « Il connaît admirablement les idées et le comportement des fonctionnaires américains préposés au rôle de Père Noël189 ».

  • 190 CE 03, Daridan, 7 mars 1950, 20 h 27, 948-49.

213Outre la question de l’origine de l’aide qui n’était toujours pas réglée190, le problème était de savoir qui en serait le destinataire : la France ou les trois Etats associés ? Les Français acceptèrent qu’elle soit donnée aux trois Etats sous réserve de contresigner l’accord qu’ils passeraient avec les Etats-Unis. La gestion des fonds serait l’œuvre d’un service commun franco-indochinois quadripartite.

  • 191 CE 76, A. Parodi, HA, à Washington, 25 février 1950, 11 h, 1577-80, « Aide américaine à l’Indochine (...)
  • 192 F 60 ter 444, 14 mars 1950, note pour le Président du Conseil, objet : « Aide américaine à l’Indoch (...)

214Le Département d’Etat accepta le contreseing français et une mission américaine partit pour l’Indochine afin d’apprécier la possibilité d’accorder une aide191, tandis qu’en mars 1950, les départements ministériels français étaient prêts à accepter l’aide américaine à l’Indochine, au nom des intérêts financiers de la France et parce que les Etats associés la désiraient192.

  • 193 CE 76 Pignon, Haussaire, Saigon, à FOM 11 mars 1950, sans numéro, secret, priorité absolue, copie d (...)

215La presse américaine s’emballait pour l’aide ; on se souvenait de la Grèce, on craignait les progrès de Staline si rien n’était fait. Bonnet signala aussi que W. Lippman du New York Herald Tribune croyait en la puissance du nationalisme asiatique pour endiguer le communisme193. Les Américains allaient parier sur la vigueur des Vietnamiens contre les Français si nécessaire. Les Vietnamiens s’échauffaient aussi et croyaient pouvoir s’appuyer sur les Américains contre les Français.

  • 194 F 60 ter 444, P. Ledoux, Saigon, 19 mars 1950, à B. de M.

216P. Ledoux, alla donc en Indochine pour apporter aux fonctionnaires locaux son expérience de la gestion de l’aide Marshall. A son arrivée il écrit : « Il est aveuglant que l’octroi d’une aide militaire massive est le seul moyen d’améliorer la situation actuelle ». Aussi pour lui s’agit-il d’obtenir une aide « paramilitaire » plus qu’économique qui est, dit-il, un moyen « de propagande politique » pour les Américains194.

217La mission américaine Griffin, arrivée en Indochine en mars 1950, évita soigneusement d’abonder dans le sens des Français. Elle rejeta une organisation quadripartite de gestion de l’aide, faisant ainsi le jeu des Vietnamiens, au grand dam de Pignon. La bataille pour le maintien ou l’exclusion de la France dans les affaires financières extérieures de l’Indochine s’engageait. La mission américaine aggrava sciemment ou par incompétence les relations franco-indochinoises déjà difficiles, « en donnant espoir aux états associés de se débarrasser avec la tolérance bienveillante des Américains des derniers liens qui les attachent à l’Union française ». Ledoux, sans doute pour cette raison, considéra la mission Griffin comme peu encourageante.

  • 195 CE 76, A. Parodi, 3 mars 1950, à Washington, 1748-53, « a/s aide économique à l’Indochine » ; Hauss (...)

218Des incidents éclatèrent entre le gouvernement vietnamien et Pignon. Les services civils français dressèrent une liste d’importations à financer sur un programme d’urgence de $ 15 millions, alors que le gouvernement vietnamien formula directement auprès des Américains une demande d’aide de $ 80 millions et tenta de jouer la carte de l’indépendance totale195.

  • 196 F 60 ter 444, « Notes sur l’aide économique à l’Indochine », 18 mars 1950, Ledoux ?
  • 197 F 60 ter 444, Pignon, n° 16 mars 1950, nos 904-912, 913-917, 18 mars 1950, 1944-954.

219A peine débarqués, les Américains s’érigeaient en intermédiaires obligés. Les demandes à long terme des Vietnamiens étaient énormes : $ 245 millions pour un plan à moyen terme, et $ 286 millions pour le long terme196. Bref, la mission Griffin affaiblissait la portée des accords du 8 mars 1949 et les demandes des Vietnamiens étaient complètement irréalistes. Il est vrai aussi que légitimement, Bao Daï ne souhaitait pas de plan concerté « à 12.000 km » de Saigon. Il s’alignait donc sur les Etats-Unis alors que Pignon se rebiffait, outré des procédés des Vietnamiens qui faisaient perdre la face aux Français. La mission Griffin, dit-il, a fait éclater le cadre des accords de 1949. Certains Américains auraient même déclaré que leur mission était de « dépantiniser » Bao Daï et de « défranciser » l’Indochine197. Les Français ont manifestement peur des ingérences américaines dans les affaires de l’Union française, alors que Pignon veut amener les Américains à défendre l’Union française et les accords du 8 mars 1949.

  • 198 CE 76, Asie-Océanie, 27 avril 1950, « Aide économique à l’Indochine », à Washington, 3307-10.

220Les Américains révisèrent leur offre d’aide : $ 5 millions jusqu’en juin 1950 et $ 25 millions pour 1950-51. Un nouveau responsable de la gestion de l’aide américaine en Indochine, R. Blum, était décidé à partir immédiatement pour Saigon, mais les Français firent savoir à Bruce qu’il « ne se mettrait pas en route avant d’avoir pris contact avec M. Pignon »198. Il s’agissait bien sûr de tenter d’amener les Américains à composer avec les intérêts politiques des Français.

  • 199 CE 76, VL 25 mai 1950, MAE à Santé, O. W, « a/s approvisionnements de l’Indochine ».

221L’intervention américaine en Indochine souhaitée en général par les Français troubla le jeu des forces en présence. La crainte d’être remplacés sans autre forme de procès par les Américains hantait les Français. Plusieurs administrations américaines s’installaient d’ailleurs en Indochine : United States Information Agency, MAAG, ECA et Spécial Technical and Economie Mission (STEM). La perspective d’une aide américaine indisposait certains industriels français qui faisaient de bonnes affaires. Les industriels de la pharmacie, des constructeurs de machines agricoles protestèrent vigoureusement, mais le Quai estima qu’il fallait prendre le risque de l’aide américaine199.

Les positions franco-américaines se rapprochent

  • 200 CE 76, ambassade de France à Washington, n° 2330, 17 juin 1950, H. Bonnet à R. Schuman, « a/s résul (...)
  • 201 F 60 ter 444, « Traduction officieuse d’une lettre du 17 mai 1950 relative à l’aide économique amér (...)

222La conférence tripartite de Washington de mai 1950 apporta un soulagement de principe aux Français (et aux Britanniques). Les Etats-Unis comprirent et soutinrent la lutte contre le communisme tout en indiquant que la route menait à l’indépendance200. Les Etats-Unis reconnaissaient qu’ils n’avaient pas l’intention de se substituer à la France et aux trois États associés pour rétablir la sécurité et la stabilité en Indochine201.

  • 202 CE 76, Pignon, Saigon, FOM, 27 mai 1950, n° 1918-21, priorité absolue.

223Finalement une réunion quadripartite franco-indochinoise (Vietnam, Cambodge, Laos et France) se tint le 27 mai 1950 pour établir une sorte de front commun contre les Américains202. L’administration française était en train de rétablir la situation politique compromise depuis six mois.

  • 203 Mon septennat, 1947-1954, Gallimard, 1970 ; p. 295, 10 octobre 1950.

224L’aide américaine devenait une réalité concrète en mai 1950. Le vrai combat commençait, un combat contre le communisme disait-on, un combat franco-américain aussi pour le contrôle de l’Indochine. Mais la France partait perdante car elle n’avait pas su gagner la confiance des trois États indochinois ni celle de l’Inde. Vincent Auriol voyait juste en écrivant : Les Américains « nous donnent de l’argent et nous payons en part d’indépendance ; c’est affreux203 ».

Conclusion

225Les Français sont-ils satisfaits de la seconde année de l’aide Marshall, 1949-1950 ? L’aide est-elle bien au service de la modernisation française ?

226Une tendance nouvelle est observable : l’ECA envisage de plus en plus clairement de répartir elle-même l’aide votée par le Congrès, en raison des contradictions de l’OECE, et de l’absence d’unité européenne. Le SGCI y trouvait un intérêt même si cela revenait à contredire l’action de la France à l’OECE.

227Après deux ans et demi de fonctionnement, les tendances lourdes de l’aide américaine s’accentuent. L’ECA multiplie les contrôles en tous genres, utilise l’aide économique pour lutter contre le communisme, fait profiter l’économie américaine de ces dons généreux, entre sans vergogne dans les bureaux des hauts fonctionnaires français, s’érige en censeur permanent de l’action économique et financière du gouvernement, voire remet en cause les choix aéronautiques de la France. Elle fait une grave crise d’autoritarisme sur les injonctions du Congrès déçu de n’avoir pu créer les Etats-Unis d’Europe.

228Les Etats-Unis ne font pas de sentiment malgré les excellentes relations humaines qu’entretiennent Français et Américains à Paris. Toute faiblesse de la France en Indochine et dans les territoires d’Outre-mer est exploitée par ses amis américains. Les Français, bercés d’illusions, sentent que l’aide militaire qui se profile ne sera pas aussi souple d’utilisation que l’aide économique, ne serait-ce qu’en raison de la présence des soldats américains en Europe. Les Etats-Unis se présentaient jusqu’alors en tuteur exigeant ; n’allaient-ils pas exiger d’être le leader qu’on suit sans discussion à travers les programmes d’aide militaire.

229Si l’aide a des inconvénients que les contemporains les plus fidèles aux Américains reconnaissent, elle apporte toujours ce pourquoi elle a été sollicitée : des marchandises précieuses pour la modernisation – l’année 1949-1950 est celle de l’équipement – et des dollars qui équilibrent les échanges intereuropéens. Le déficit dollar s’atténue. Les Finances extérieures remarquent qu’un reliquat de $ 80 millions sur les crédits 1948-49 est disponible et qu’ainsi 2 mois d’approvisionnements et d’équipements sont gagnés.

  • 204 CE 64, M. des Finances, 10 août 1950, à O. Wormser, DREE, note de Frondeville, secrétaire du comité (...)

230Les prévisions d’importations de la zone dollar sont-elles favorables ? Certes il faut importer du tabac, surplus agricole obligatoire, pour $ 1,5 millions, un minimum « qui conditionne le fonctionnement du plan Marshall ». Le charbon ne semble plus prévu à l’importation des Etats-Unis. On espère réduire la part de pétrole payable en dollar par négociations avec les compagnies et le nitrate de soude chilien sera payé par des exportations françaises. En revanche on augmente les importations de caoutchouc synthétique payables en dollar, l’amiante aussi, les antibiotiques, des tôles larges pour Montataire en attendant la mise à feu de Denain-Anzin, l’Outre-mer sera fournie en pétrole sur la zone dollar204.

231Le plan Marshall était donc en train de réussir au moment où l’orage grondait sur l’Extrême-Orient. Tout allait basculer, y compris le plan Marshall.

Notes

1 F 60 482, service de coordination industrielle, relations extérieures, 26 juillet 1950, « Physionomie du programme d’importation d’équipements américains en 1950-1951 »

2 Le cas de la contre-valeur en francs français est traité ailleurs tellement elle aura de l’importance pour le financement du plan de modernisation

3 1A 405, service de coopération économique, copie d’une note de l’ambassade des Etats-Unis du 7 juillet 1951, « Programme d’aide économique accordée à la France par les Etats-Unis pour l’année 1950-1951 », note n° 17, « The foreign service of the USA ».

4 B 33689, Coopération économique, n° 102 CE, JLM, 11 février 1949. Cf. aussi le hearing de Bruce, 10 février 1949, relaté par M. Ledoux.

5 BA 44-52 EU 120, Washington, 19 août 1949, 4398 à Schuman, « Situation en France vue par les Etats-Unis. 9 septembre 1949, télég. de Petsche ; CE 03, Bonnet, Washington, 21 juin 1949, 19 h 45, n° 148, DET, « Sur voyage du S. au trésor » ; F 60 ter 440 « Rapport trimestriel pour avril-juin 1949 », ECA, trad. polycop.

6 CE 66, Bonnet, 11 juin 1949, 21 h 30, n° 2319-2324.

7 F 60 ter 468, note pour le ministre, 12 août 1949, « Visite de M. Hoffman ».

8 F 60 ter 468, « Note relative à la division de l’aide Marshall pour 49-50 » ; 1er septembre 1949 : sur le pool spécial et le montant de l’aide F 60 ter 357 SGCI 1296, Bingham à SGCI du 8 septembre 1949. CE 03, Washington, 7 septembre 1949, 18 h 30, 3291-97, « C. r. d’un entretien avec Hoffman ».

9 F 60 ter 468, draft, confidentiel, Milton Katz, s. d. à M Le SG de l’OECE ; OECE, Paris, le 21 août 1949, C/M (49) 17, partie II, provisoire, or. angl. PV 70e séance, 19 août 1949, 17 h 30 ; 8 septembre 1949, s. or., « Conversations avec la mission américaine en France » ; Télég. pour H. Bonnet, 10 septembre 1949, à PPS, « Suite de la visite de Bingham à Queuille du 7 septembre » ; note « Visite de M. Barry Bingham au Président du Conseil, 7 septembre 1949, 15 h 30 ».

10 F 60 ter 483, Bulletin du CNPF n° 38, octobre 1949 ; confirmation de ces chiffres dans Gaston d’Eté, Les achats français aux Etats-Unis de 1941 à 1950..., op. cit. ; voir bibl. n° 4 ; p. 142.

11 B 42259, note du 20 mars 1954, source Finances, service indéterminé, « Résultats généraux de l’aide fournie à la France de 1947 à 1954 ».

12 B 18220, « Note d’information sur l’aide accordée à la France par les Etats-Unis, 1er février 1956 », diffusion restreinte, non signée.

13 B 18220, M. des Finances, DREE, commission des approvisionnements, 30 mars 1950, « Note sur les conditions de paiements imposées aux importateurs du plan Marshall ».

14 F 60 ter 358, SGCI 304, 23 mars 1950, B. de M. à Bingham.

15 F 60 ter 490, E. Lamy à G. Guindey dfe 24 mai 1949 ; F 60 ter 482, G de Frondeville à Demont, Washington, 4 juin 1949, DREE n° 4607, J. Richard à Demont ; 11 juin 1949, JL Floersheim à ET Dickinson ECA Washington, « Initial allotment against fiscal year 1949-1950 ».

16 F 60 ter 490, DREE, G. de Frondeville, à Dirapro Demont, 14 janvier 1950. Une autre allocation est faite en février (on annonce $ 100 millions le 1er février).

17 CE 64, P. Baraduc, 1er février 1950, 884-888, à Washington ; CE 64, ou F 60 ter 490, H. Alphand 17 février 1950, coop. écon. à Washington, 1416-17.

18 F 60 ter 440, coop. écon. 4/DET, 1er février 1950, à Ambassade de France à Washington, « Prochaines allocations 1949-1950 ».

19 « Bilan de l’aide 49-50 » : B 18220, février 1956, B 10927, source FOA.

20 F 60 ter 435, Reed à PPS 13 mai 1949.

21 F 60 ter 481, « Nouveau mémorandum sur le programme français d’importations payables en dollars ERP pour l’année 1949-1950 », date ? Au départ le projet était de 676 millions $.

22 F 60 ter 482, « Renseignements communiqués aux Américains sur le programme d’équipements 49-50 », date imprécise ; « ERP équipements 49-50 », mise au point, 7 octobre 1949.

23 F 60 ter 414/1, « Nouveau mémorandum sur le programme français d’importations payables en dollars ERP pour l’année 1949-1950 ».

24 Pour plus de détails sur les moins de $ 1 million voir F 60 ter 487 pour 1949-1950 ; F 60 ter 488 ; F 60 ter 412, sur le début de la politique d’investissements, voir le chapitre 10.

25 Cette liste est forcément approximative, F 60 ter 487, SGCI, 503, « Récapitulation des projets soumis à l’ECA ».

26 Voir chapitre sur les TOM.

27 F 60 487, sous-dossiers sur les projets coloniaux classés par types de besoins ou par sociétés, les projets d’achat de matériels américains portent sur les quatre ans du plan Marshall. F 12 11022, Coordination indust. 14 avril 1949, GAB/rt, « Sidérurgie programmes d’équipements 1949-1950 ».

28 F 60 ter 412, L. G. Taves, à M. l’ingénieur en chef du service de la coordination industrielle, 14 juin 1949 ; F 60 ter 487, ECA, Bruce à PPS ; F 60 ter 487, 2 mai 1949, Coordination industrielle, relations extérieures, J. Desrousseaux à Taves, directeur du services des approvisionnements aux Etats-Unis, projets 1948-1949.

29 Les valeurs sont approximatives ; elles permettent de mesurer l’importance respective des équipements.

30 F 60 ter 358, n° 370.

31 F 60 ter 489, ECA 5 avril 1954 à P. Delouvrier.

32 F 60 ter 494, M. d. F. à attaché financier,18 août 1949.

33 F 60 ter 488, Dirapro, 17 mars 1950, à Finances, de Demont pour Frondeville, « Négociations concernant les "équipements projects" ».

34 F 60 ter 489, A. Denis, direct, des mines à directeur de cab. « c. r. visite aux Etats-Unis du 24 janvier au 10 février 1950 », 9 mars 1950.

35 V. Auriol, Journal 1949... op. cit. ; voir bibl. n° 19 ; 29 juin, p. 275, 30 juin, p. 277.

36 CE 03 et CE 64, Washington, 30 juillet 1949, n° 2918.

37 B 16021, Dirapro, Grimanelli, 22 avril 1949, « Rapport au ministre », 286 ; « Note pour le ministre » 9 juin 1949, n° 408 ; « Note pour le ministre », 7 juillet 1949, n° 502.

38 F 60 ter 357 SGCI 1491, 28 octobre 1949, « Questionnaire ECA sur le programme de l’aéronautique civile française ». SGCI 1616, B. de M. à Bingham, 21 novembre 1949 ; CE 64, « Note pour Baraduc », AE 14 décembre 1949, « Achat aux Etats-Unis pour les forces armées de 54 moteurs P & W », SE aux Forces Armées ; F 60 ter 358, SGCI 257, 8 mars 1950 B. de M. à Bingham.

39 F 60 488, TAI, 25 novembre 1949 ; ECA 29 novembre 1949 à BM : Projet de lettre de Petsche à Pineau ministre des Transports, 4 décembre 1949 ; Dirapro, 20 juin 1950 à Comapro.

40 F 60 ter 488, ECA 25 mai 1950, n° 113.

41 Olivier Moreau-Neret, Valeurs étrangères, Mouvements de capitaux entre la France et l’étranger depuis 1940, Sirey, 1956.

42 F 60 ter 357 SGCI 1371, 28 août 1949, PPS à Finances DREE, « Programme d’importations agricoles pour 1949-1950 ».

43 Indice 90 en 1949 par rapport à 1934-38, 100 en 1950, 110 en 1951, 116 en 1952 ; F 60 ter 357 SGCI 1661, B. de M à ministre de l’Agriculture, 6 décembre 1949 ; F 60 ter 358 n° 50, SGCI, 18 janvier 1950, B. de M, n° 98, B. de M ; à Bingham fin janvier 1950.

44 F 60 ter 440, coop. écon. 24 février 1950, n° 5/DET, à Ambassade de France.

45 4,5 millions $ au lieu de 3 millions $ qui représentaient déjà «un grand effort » ; cf. chapitre 10.

46 CE 64, H. Bonnet, 11 février 1950 ; 20 h 30, n° 608-613.

47 CE 64, Bonnet, 24 février 1950, 21 h 20, 789-91.

48 F 60 ter 358, n° 154, B. de M à PPS le 11 février 1950 ; SGCI 260, B. de M. à Hollister, 10 mars 1950.

49 F 60 ter 358, SGCI 418, B. de M. à ministre de l’Industrie (Dica), 22 avril 1950.

50 F 60 ter 358, 513, 23 mai 1950, « Règlements en francs d’achats de pétrole », B. de M. à Tomlinson.

51 Industrie, Dica, C40, MIC à ministre des Affaires économiques et financières, DFE, 13 janvier 1950, pour Guindey et Filippi « a/s crédits équipements dollars pour recherche pétrolière ».

52 F 60 ter 358, SGCI n° 492, 17 mai 1950, B. de M. à Bingham ; F 60 ter 387, 217, DET, Bonnet, 8 décembre 1949.

53 F 60 ter 387, 2 mars 50 pour ambassade de France à Washington.

54 CE 64 JLM, Baraduc à Washington, 279-286 12 janvier 1950.

55 Voir F 60 ter 517.

56 « Les investissements privés américains en Europe et dans les territoires d’outre-mer », OECE,1954, graphique 5, p. 18.

57 CE 64, H. Bonnet à R. Schuman, 16 mars 1950, n° 1277 CE, « a/s rapport du WD committee ».

58 F 60 ter 517, note, « Nouvelles dispositions de la loi de l’ECA relative à la garantie des investissements privés », 16 août 1950 ; une autre source évoque 30 millions $ de garantie accordée en août 1950 pour l’Europe. Une brochure de l’OECE de 1954 avance le chiffre de $ 43,7 millions au 31 mai 1954.

59 F 60 ter 517, US News World Report, 14 avril 1950, « Les investissements américains en France ».

60 F 60 ter 517, « Garanties données aux investissements américains dans les pays bénéficiant d’aide américaine, remis à Elgozy le 12 octobre 1953 » ; 8 novembre 1952, « Note sur le problème des investissements américains en France et dans les territoires dépendants, remise à M. Devinat le 8 novembre 1952 ».

61 F 60 ter 517, 11 février 1955, AF 148, Pérouse à Finances.

62 F 60 ter 379, « Rapports de M. Hubac, conseiller référendaire à la Cour des comptes, sur le fonctionnement de l’ATIC aux Etats-Unis », 8 juillet 49 et 20 octobre 1949.

63 F 60 ter 357, SGCI 1040, 1er juillet 49. PPS à Bingham ; F 60 ter 358, 506, B. de M. à Filippi, DREE, 22 mai 1950.

64 Août 49 Geo. D. Emery Company se plaint d’avoir été écartée des marchés, en fait elle n’avait pas soumissionné ; Cletrac aurait été écartée pour un marché de tracteurs attribué à Ustrac et Tobiac. Il s’agit d’un vrai problème parce que l’agent de Cletrac, M. S... a participé au choix du fournisseur, mais le tracteur avait la préférence de la DIME au MIC ; l’ECA proteste parce qu’une firme américaine n’obtient pas de l’industrie française du papier journal qu’elle avait commandé. Le SGCI doit faire apparaître que les stocks français sont au plus bas, in F 60 ter 358, n° 485, 13 mai 1950, B. de M. à Wood ; la firme Moore Trading Co se plaint de n’avoir pu obtenir une autorisation d’importer des machines à coudre qui a été attribuée à Singer-Dakar ; l’ECA critique un appel d’offre mal rédigé pour de la paraffine qui n’a pas permis à de brillantes sociétés américaines, telles Esso de soumissionner, in F 60 ter 357, SGCI 1096, 19 juillet 1949, PPS à Patterson. SGCI 1744, 27 décembre 1949.

65 F 60 ter 358, n° 117 B. de M. à Patterson, début février, n° 372, B. de M à directeur du Centre national du Commerce extérieur.

66 F 60 ter 358, SGCI 503, 20 mai 1950, B. de M. à Félix Amiot.

67 Fontainebleau, 77396/11, MIC coord. industr. div. des accords commerciaux, n° 5.485, 20 août 1949, à direction des Mines.

68 CE 52, DGAEF, n° 797, 21 août 1948, à chef EM de la DN.

69 F 60 357, SGCI 1221, 17 août 1949, G. Maunoury à Patterson ; F 60 ter 358, 12 janvier 1950, B. de M. à Douanes, n° 23 ; F 60 ter 504, décembre 49 et janvier-février 1950.

70 CE 52, JPB 25 février 1949, Commerce avec l’Est européen, secret ; DGAEF, MS, 11 avril 1951, « Note pour le DG fournitures de pneus à la Pologne ».

71 Fontainebleau 77396/11, note sans référence précise, « Dossier cocom ».

72 CE 52, Coop. économique, 24 novembre 1949, secret, note pour le cabinet, « Contrôle du commerce avec l’Est ».

73 CE 52, R. V. 26 janvier 1950, note pour le cabinet, « Contrôle du commerce Est-ouest ».

74 CE 52, R. V. 26 août 1950, note pour le Président, « Commerce Est-Ouest ».

75 Ex : produits rares ou stratégiques, bismuth, strontium, titane, ferro-colombium, zircon, cobalt, amiante, mica, quartz.

76 Ex. diamants industriels, antimoine, in CE 52, coop, économique, note du 29 mai 1951, « Contrôles des échanges Est-Ouest, origines » ; voir aussi JO du 28 août 1949, p. 8672, sur les listes d’embargo.

77 F 60 ter 357 SGCI 1577 B. de M. à Bingham, 10 novembre 1949 et 1647, 2 décembre 1949.

78 F 60 ter 357, PPS à Valensi et Demont à Washington, n° 729, lettre de mars 1949. F 60 ter 508, Note de Ford, 23 mars 1949. F 60 ter 504 SGCI, PPS 30 mars 1949 à Dirapro Washington, et réponse de Demont, 7 avril 1949 à PPS, les contrats Ford on été imputés sur les crédits Eximbank sauf 900, 39 dollars sur ECA. Trad. : « La Pologne obtient des pièces détachées automobiles de Ford France ! »

79 F 60 ter 504, « Enquête n° 21-279, plan Marshall, Paris, SRFD », 1er août 1949.

80 B Amérique, 1944-1949, EU 249, Washington, 2 juillet 1949, 154 DET.

81 F 60 ter 358, n° 100, Elgozy à Cruchon, directeur du cabinet Défense nationale.

82 F 60 ter 357 SGCI 1374 PPS au directeur des douanes, 29 septembre 1949.

83 CE 64, Washington, 9 août 1949, H. Bonnet à R. Schuman, « a/s reventes aux Etats-Unis de métaux non ferreux fournis au titre de l’ERP ».

84 F 60 ter 505, « Affaire de l’acier », février-mars 1951.

85 F 60 ter 496, H. Bonnet à R. Schuman, 19 janvier 1949.

86 CE 56, JPB coop. économique, 13 avril 1950, « Note pour Wormser ».

87 F 60 ter 358, 526, B. de M. à Timmons, 25 mai 1950 ; 622, juin 1950, B. de M. à Timmons.

88 CE 48, H. Bonnet, Ficomi 241, pour Finex et Marine marchandé, 7 mai 1948.

89 CE 48, B. Thomas, Washington, 9 juillet 1948, à Demont.

90 F 60 ter 493, SGMM, R. Courau, 15 septembre 1948, « a/s taux du marché imposé par l’ECA pour le transport en vrac ».

91 CE 49, JPB.I2 août 1948, à Washington, 3890-91. CE 49, ministre des Travaux publics et des Transports, 31 août 1948, R. V. Courau, SG de la Marine marchande n° 1955 à chef délégat. OECE, «Visite du directeur des transports ECA, colonel Syran, 16-19 août ». F 60 ter 493, 17 décembre 1948, « ERP transports de produits ERP, USA-France, milliers de tonnes ». Source ?

92 CE 49, H. Bonnet, à R. Schuman ; 27 octobre 1948, « a/s transports maritimes des produits fournis au titre de l’ERP ».

93 F 60 ter 431, P. Ledoux à Lamy, IF, Washington, 15 janvier 1949.

94 CE 3, Bonnet, 4 mars 1949, n° 962.

95 CE 65, Bonnet, 22 janvier 1949, n° 13, DET.

96 CE 65, Bonnet, 5 février 1949, 2 h 09, nos 470-476.

97 CE 65, H. Alphand, 30 juillet 1949, coopération économique à Finances, DREE, n° 6418, « Clause 50/50 ».

98 F 60 ter 493, « Note pour PPS », de E. Lotthe, 25 mai 1949, comité des transports maritimes de l’OECE, « c. r. réunion du 20 mai ».

99 F 60 ter 493, DREE, 5 novembre 1949, à MAE H. Alphand ; F 60 ter 493, Finances, note pour PPS 30 août 1949, OECE, comité des transports maritimes.

100 F 60 ter 493, DREE, 20 juillet 1949, note de PPS, « Transport de marchandises ERP sous pavillon américain » c. r. du 16 juillet 1949.

101 F 60 ter 493, Bonnet, 218 DET, 16 décembre 1949, à B de M ; Coop. écon. à ambassade de France, 21 décembre 1949, n° 39, DET, fret ERP ; Bonnet, 22 décembre 1949, 220 DET, réf. à 39 DET.

102 F 60 ter 493, Bonnet 226 DET, 30 décembre 1949.

103 CE 03, Bonnet 30 décembre 1949, 17 h, 224 DET.

104 F 60 ter 493, Dirapro, Floersheim, à DREE 2 février 1950 ; G. de Frondeville, 6 février 1950, « Note sur l’application de la section III a2 de l’ECA act » ; Reeds à Petsche, le 17 février 1950.

105 CE 64, voir les nombreux télégrammes sur ce sujet. Le plus intéressant pour l’historien est celui de la DREE, signé de Guindey DFE et de Sailly DREE sur le remboursement de 2,2434 millions $ pour 11.179 t, qui fait un historique précis de la question : CE 64, DREE ref SPT 2811-206, 7 janvier 1950, « Note pour le ministre ».

106 CE 03, Bonnet, Washington,10 avril 1950, 20 h 30, 1415/16,46 DET.

107 F 60 ter 508, DGD, 30 novembre 1948, à SGCI.

108 F 60, SGCI à DGD, 17 décembre 1949, n° 1711, et DGD à SGCI, 14 janvier 1950.

109 F 60 ter 357 SGCI 1116, 28 juillet 1949, PPS à Bingham : F 60 ter 358, 4 janvier 1950. n° 1765, « Note pour Frondeville », de Leveque ; SGCI 342, J. Levêque à Patterson, 31 mars 1950 ; F 60 ter 505, « Enquête n° 1208 », M. Dupuch IG de l’enregistrement, 30 novembre 1950 : F 60 ter 505, Dirapro, à ? confidentiel, 2 mai 1952, « Rapport sur les importations de soufre effectuées depuis 1949 par la société Legay » ; voir liste des affaires in F 60 ter 509.

110 F 60 ter 507, Ventura, affaires extérieures MIC, 30 décembre 1950, « Tour utilisé pour des fabrications civiles et militaires ».

111 F 60 ter 507, Direct des industries chimiques à directeur de la coordination industrielle, 23 décembre 1948, « Visites d’usine (Kuhlmann à Aubervilliers) ».

112 F 60 ter 507.

113 B Amérique, 1944-52, EU 251, MAE DAEF 419, 21 juillet 1948, « Note pour la direction d’Amérique ».

114 F 60 ter 357, SGCI, 22 octobre 1948, G. Maunoury, à Patterson (controller ECA) ; F 60 ter 357, 466, 9 janvier 1949, PPS au MIC ; F 60 ter 357, SGCI 1310, P. Ledoux à Denizet, 13 septembre 1949.

115 « Entretien avec P. Ledoux », par G. Bossuat, BNP, Paris, l2 juin 1984.

116 F 60 ter 513, Guyot à Ledoux, 5 mai 1949.

117 F 60 fer358 SGCI 55, 20 janvier 1950, B. de M. à Bingham ; SGCI, n° 377 bis, B. de M. au Ministre, 14 avril 1950 ; SGCI n° 424, D. Dommel à Tomlinson, avril 1950.

118 80 AJ 77, « Historique et organisation du service des monographies et d’analyse industrielles », s. d. ni auteur, le plan ? le MIC ? ; F 60 ter 521, CGP, groupe de travail de la productivité, « Note sur la productivité, juillet 1948 ».

119 B 33689, Bonnet 326 DET, 25 septembre 1948. L’Humanité le 30 juillet 1948.

120 80 AJ 80, MAE, n° 52, le directeur général, 14 octobre 1948 à Bruce. F 60 ter 378, AE, 38 DET, 18 septembre 1948, à Bonnet.

121 F 60 ter 521, p. 4, CGP, 16 septembre 1948, « Jean Monnet au Président du Conseil ».

122 F 60 ter 378, US News and World Report, 8 octobre 1948, Charles H. Kline.

123 AMF 14/5/18, Bonnet, 24 novembre 1948.

124 AMF 13/3/1, 8 janvier 1949, CGP, au président du Conseil, Jean Monnet. « Productivité du travail en France. »

125 F 60 ter 521, CGP, « Programme français pour l’accroissement de la productivité », groupe de travail de la productivité, 20 décembre 1948, rapport définitif. 80 AJ 80, conseiller commercial à Washington, 17 février 1949, à Jean Monnet.

126 74 AP 64, 25 mars 1949, « Mémorandum sur le programme français d’aide technique remis à Bruce le 31 mars », source ?

127 CE 64, tél. 5 mai 1949, à ambassade de France à Washington.

128 F 60 ter 521, CGP, 5 décembre 1949, « Projet, l’assistance technique de l’ECA dans le programme français pour l’accroissement de la productivité ».

129 F 60 ter 521, J. Monnet, 12 décembre 1949, à Finances ; CE 64, Baraduc, à Washington, 7172, 10 décembre 1949 ; F 60 ter 378, J. Fourastié à B. de M., 16 décembre 1949.

130 F 60 ter 521, 10 janvier 1950, SE Finances à ministère des Finances, DT, « Assistance technique ».

131 F 60 fer52l, comité provisoire de la productivité, p.-v. n° 12, 15 mars 1950 ; ECA, 8 février 1950, OSR à toutes missions ECA, « Programme de productivité ».

132 F 60 ter 521, CNP, secrétariat national, « Mémorandum sur la politique française de productivité et l’assistance technique », 18 juillet 1951.

133 F 60 ter 521, MAE 19 décembre 1951 coop. écon., mission OECE d’AT n° 100.

134 Christian Stoffaes, « La révolution invisible : une mise en perspective de l’expérience de missions de productivité », Comité pour l’histoire économique et financière. Comité d’histoire industrielle, dactylogr., mars 1991, p. 8, archives orales, sous la direct, de Ph. Muller Feuga.

135 F 60 ter 357, SGCI 1165, PPS à J. Monnet, 4 août 1949.

136 F 60 ter 521, A. Bérard à R. Schuman, 29 avril 1949, n° 843. AMF 13/3/3, 28 mars 1949, CGP à Pinay, SE aux Affaires économiques. AMF 13/3/7, 7 octobre 1949, CGP aux Finances. F 60 ter 521, « Voyage de stagiaires français aux Etats-Unis, rapport n° 3 » par A. Pons, 29 août 1949 ; F 60 ter 521, PPS à Bingham, 7 octobre 1949, n° 1414, réf. à sa lettre du 26 juillet. Sur ce problème en général, voir aussi « L’American Way of Life et les missions françaises de productivité », Richard F. Kuisel, xxe siècle, n° 17, janvier-mars 1988, p. 21, un article remarquable sur les conséquences techniques des missions et sur leur substrat idéologique. Anthony Rowley « Les missions de productivité aux Etats-Unis », Colloque FNSP, 4 et 5 décembre 1981, « La France en voie de modernisation », non publié, polycopié.

137 Elles portent sur les tubes d’acier, la pétrochimie, l’énergie, les machines agricoles, la productivité, le coton, les travaux publics, l’élevage dans les TOM, les routes, les syndicats ouvriers, la confection, les engrais azotés, la distribution, l’étude des marchés du textile, les fruits et légumes in F 60 ter 521, Taff à Fourastié, 20 février 1950 ; in F 60 ter 521, press release 1949 à 1953, « Voyages d’études aux Etats-Unis » ; SE Finances, CNP AB/cl n° 56, « Programme des missions de productivité au cours de l’année 1951 », 4 décembre 1951.

138 CE 64, P. Guillaumat, DICA à MAE, 10 octobre 1949.

139 F 60 ter 521, Barry Bingham à B. de M., 2 décembre 1949 : « Projet de réponse de B. de M. ».

140 F 60 ter 358, ou 521, 398, 13 avril 1950, B. de M. à Bingham ; F 60 ter 358, n° 129, 6 février 1950, B. de M. à Bingham.

141 CE 49, C. Makinsky, délégué général France – Etats-Unis, Il rue Galilée, Paris 16e, le 4 octobre 1948 à M. Alphand et le 22 septembre 1948.

142 CE 49, coopération économique, 12 octobre 1948, « Note pour M. Baraduc, a/s contrôle des arrivages des produits ERP, et copie du télégr. hebdomadaire de Demont ».

143 Y 44-49, 232, YR, 9 avril 1949, MAE à direction d’Europe, « a/s 1er anniversaire de l’aide américaine à l’Europe », Tribune de Paris, Radiodiffusion française, Paris.

144 F 60 438, Secrétaire d’Etat à la Présidence du Conseil, chargé de l’information, au Président du Conseil. F 60 ter 381, SE Présidence du Conseil, à SGCI, 12 novembre 1948, « Exécution des clauses de l’accord bilatéral relatives à l’information ».

145 F 60 ter 393-394, c. r. réunion de travail PPS, Robert Mitterrand, G. Elghozy, Chouraqui, 5 décembre 1948. F 60 438, Queuille à Secrétaire d’Etat à l’information, 28 décembre 1948.

146 F 60 ter 357, 423, PPS à Lenoir, directeur des services administratifs et financiers à la Présidence du Conseil, 20 décembre 1948.

147 F 60 393-394, Note pour Elgozy, 24 février 1949. F 60 ter 393-394, note pour M. Elgozy, 1er 1949. Entretien avec P. Ledoux, par G. Bossuat, BNP, 12 juin 1984.

148 F 60 ter 381, CGP à B. de Margerie, 5 janvier 1949. B 33689, hearings de M. Bruce au Congrès, 10 février 1949, relation faite par M. Ledoux, du SGCI. Entretien avec Bernard de Margerie, par G. Bossuat, 6 décembre 1982. Relations internationales, 25, printemps 1981, Y.-H. Nouailhat, « Aspects de la politique culturelle des Etats-Unis à l’égard de la France de 1945 à 1950 », p. 87-111.

149 F 60 357, SGCI, 623, 9 mars 1949, confidentiel ; F 60 ter 438, SGCI, 11 février 1949, « Note sur la diffusion des informations relatives au PRE ».

150 F 60 ter 438, 9 février 1949. F 60 ter 438, R. Schuman, mars 1949.

151 F 60 ter 438, discours de Bruce, du 28 mars 1949.

152 F 60 ter 393-394, ECA, John L. Brown, à M. Mitterrand, 19 avril 1949.

153 FRUS 1949, IV, Caffery, 3 mars 1949, 8 p-m 887, to Secretary of State.

154 F 60 438, F. Mitterrand, 8 avril 1949, à Président du Conseil, n° 19030. F 60 ter 438, P. Chaussade, Présidence du Conseil, 13 mai 1949, 24/42/CD.

155 F 60 ter 357, 926, Note pour le Président, PPS, 19 mai 1949. « Création auprès du comité interministériel d’un comité syndical consultatif ».

156 F 60 ter 357, 932, PPS à Reed sur la « publicité sur la rapport du 3T de l’ERP ». F 60 438, script d’une émission radio : La ronde des nations, 6 mai 1949, 21 h 40 à 22 h.

157 F 60 ter 438, rapport du comité mixte de coopération économique à l’étranger, 14 octobre 1949, traduction, enquête de 6 semaines par 2 membres du comité mixte.

158 F 60 ter 357 SGCI 1455 bis secret, 22 octobre 1949, « Note pour le Président du Conseil ».

159 CE 73, coop. écon. 863, MAE Schuman à Vice-président du Conseil, chargé de l’information 1er décembre 1949, «a/s informations sur le fonctionnement de l’aide américaine à l’Europe ».

160 F 60 ter 358, SGCI n° 419, 22 avril 1950, B. de M. à Education Nationale ; F 60 ter 393, Reed au préfet de la Seine, 13 février 1950.

161 F 60 ter 393, 5 juillet 1950.

162 CE 73, Hynes, à Alphand, 20 mai 1950, Hôtel Ritz.

163 F 60 ter 393, EC A à Elgozy, 18 novembre 1949.

164 F 60 fer357 SGCI 1717, 19 décembre 1949, G. Elgozy à Education Nationale, 1729, B. de M. à Agriculture, 12 décembre 1949, 1730, B. de M. à Education Nationale, 19 décembre 1949 ; F 60 ter 358, n° 87, G. Elgozy à en 26 janvier 1950.

165 CE 70, Préfet de la Haute-Savoie, 7 février 1950, à MAE.

166 F 60 ter 438, 2 juin 1950, ECA, B. Bingham à B. de M.

167 F 60 ter 393, ECA à Elgozy, 6 septembre 1950, Kirkpatrick à B. de M., 5 décembre 1950.

168 F 60 ter 393, ministère de l’Information, confidentiel, c. r. séance du 3 août 1950, Elgozy, Béliard, Kirkpatrick, Dresden, Chouraqui.

169 F 60 ter 517, G. Guindey, 30 septembre 1949, à AF 31057.

170 F 60 fer515, SGCI n° 114, 2 février 1950, BM à Bingham ; les importations sans paiements ne donnent pas lieu à délivrance de devises par la France aux importateurs et à aucune garantie de conversion de francs en dollars.

171 F 60 ter 358, SGCI 589, 19 juin 1950, B. de M. à MIC.

172 F 60 ter 515, Guindey, 5 mai 1950, « Note pour le ministre ».

173 Pocket Books Co pour 25.000 $ sur un an, Curtiss Publishing Co pour 30.000 $ sur 6 mois, New American Library of World Littérature pour 30.000 $ sur un an, in F 60 ter 358, SGCI 678, 679, 680, 677, 7 juillet 1950.

174 52 J 71, N. de la DN, 1485/TS/SEP 28/IX/49, « Note concernant les programmes de réarmements, sur évaluation du comité de défense de l’UF du 4 décembre 1949 » ; V. Auriol, Journal, 1949, op. cit. ; voir bibl. n° 19 ; p. 267, 22 juin 1949.

175 52 J 86, Bonnet 11 octobre 1949 ; V. Auriol, Journal, 1949, op. cit. ; voir bibl. n° 19 ; p. 397, 3 novembre 1949.

176 CE 81, MAE, OW, note 5 mai 1950, « a/s réarmement ».

177 29 octobre 1949-24 juin 1950.

178 CE 56, c. r. réunion du 21 décembre 1949, Parodi, « Sur l’aide militaire américaine ».

179 Signalons toutefois que le montant des « end items » ou produits finis, gratuitement fournis aux armées françaises, s’élevèrent à environ $ 3,4 milliards pour la période 1950-1955, voir B 18220, B 10927 et archives du Crédit national.

180 F 60 ter 358, 848, B. de M. à Junqua, attaché Financier auprès du Conseiller français des suppléants, Londres, septembre 1950.

181 CE 76, M. de la FOM, direct des affaires politiques, secrétariat, FOM à MAE, 2 octobre 1948, « a/s admission de l’Indochine à l’ECA ».

182 CE 76, Hongkong, 19 octobre 1948, 18 h 30 ? « Projet Dewez, avril 1949 », pas d’autre indication de source.

183 I. Wall, L’influence américaine, op. cit. ; voir bibl. n° 298 ; p. 339.

184 CE 03, Washington, secret, 16 septembre 1949, 20 h 55, n° 3414-17 : CE 76, Washington, 20 septembre 1949, 14 h 48, n° 3443-49, très important, secret, Bonnet pour Président de la République, du Conseil, Parodi, Clappier, Bourbon-Busset ; CE 03, Washington, 23 septembre 1949, 14 h 20, n° 3501-502, réservé, secret.

185 F 60 ter 357 ou CE 76, SGCI 1660, B. de M. à Alphand, 6 décembre 1949.

186 F 60 ter 444, 20 janvier 1950, « a/s des possibilités d’intervention financière des Etats-Unis en Indochine », J. Bourgoin, note remise à Jessup, 5 mars 1950, Saïgon, note de source inconnue, « Note sur les modalités de l’aide américaine à l’Indochine ».

187 74 AP 36, « Evolution des problèmes militaires en Indochine, décembre 1950-juin 1953 » ex. n° 3/40, 138 pages ronéo, semble faire partie du « Rapport Salan ».

188 CE 76, ou F 60 ter 444, SGCI, 21er février 1950, note de B. de M., à Alphand, « Note, proposition américaine pour l’Indochine », source non précisée, « Prévisions d’importations en zone dollar, récapitulatif », sans date.

189 F 60 ter 444, Lettre à M. L. Pignon, haut-commissaire pour l’Indochine, 26 février 1950. Auteur non identifié formellement. Il s’agit certainement du SG du SGCI.

190 CE 03, Daridan, 7 mars 1950, 20 h 27, 948-49.

191 CE 76, A. Parodi, HA, à Washington, 25 février 1950, 11 h, 1577-80, « Aide américaine à l’Indochine ».

192 F 60 ter 444, 14 mars 1950, note pour le Président du Conseil, objet : « Aide américaine à l’Indochine », source inconnue, SGCI probablement, cette note est reprise par le Président du Conseil le 14 mars pour Jessup.

193 CE 76 Pignon, Haussaire, Saigon, à FOM 11 mars 1950, sans numéro, secret, priorité absolue, copie démarquée d’un télégramme secret ; Bonnet 4 avril 1950, 21 h 15, n° 1344 ; VL, 13 avril 1950, coop. économique, « Note, aide économique à l’Indochine » ; CE 76, AF 10/5, Daridan à R. Schuman, 2 mars 1950, « a/s la presse américaine et l’Indochine ».

194 F 60 ter 444, P. Ledoux, Saigon, 19 mars 1950, à B. de M.

195 CE 76, A. Parodi, 3 mars 1950, à Washington, 1748-53, « a/s aide économique à l’Indochine » ; Haussaire, Saigon, nos 799 à 805, à FOM 9 mars 1950, « sur la mission Griffin ».

196 F 60 ter 444, « Notes sur l’aide économique à l’Indochine », 18 mars 1950, Ledoux ?

197 F 60 ter 444, Pignon, n° 16 mars 1950, nos 904-912, 913-917, 18 mars 1950, 1944-954.

198 CE 76, Asie-Océanie, 27 avril 1950, « Aide économique à l’Indochine », à Washington, 3307-10.

199 CE 76, VL 25 mai 1950, MAE à Santé, O. W, « a/s approvisionnements de l’Indochine ».

200 CE 76, ambassade de France à Washington, n° 2330, 17 juin 1950, H. Bonnet à R. Schuman, « a/s résultats de la conférence tripartite vue de Washington ».

201 F 60 ter 444, « Traduction officieuse d’une lettre du 17 mai 1950 relative à l’aide économique américaine en Indochine et adressée aux trois États associés et à la France ».

202 CE 76, Pignon, Saigon, FOM, 27 mai 1950, n° 1918-21, priorité absolue.

203 Mon septennat, 1947-1954, Gallimard, 1970 ; p. 295, 10 octobre 1950.

204 CE 64, M. des Finances, 10 août 1950, à O. Wormser, DREE, note de Frondeville, secrétaire du comité des importations, « Note sur les importations françaises payables en dollars ».

Table des illustrations

Titre Tableau 44. Programme français d’importations de la zone dollar, 1949-1950
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2712/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Tableau 45. Liste d’achat de biens d’équipements soumise à l’ECA en juin 1949 par type d’industrie
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2712/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Tableau 46. Entreprises ou branches économiques intéressées par l’ERP (équipements et projets)
Légende Note 129
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2712/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 644k
Légende Note 130
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2712/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 748k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2712/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 700k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2712/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 740k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2712/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 688k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2712/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 712k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2712/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Tableau 47. Programme aéronautique français en 1949
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2712/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Tableau 48. Part de l’ECA dans quelques grands investissements
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2712/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Tableau 49. Bilan de deux années d’aide à la France d’avril 1948 à juin 1950
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2712/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Tableau 50. Tableau partiel des investissements privés américains en France dans le cadre du plan Marshall
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2712/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2712/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Tableau 51. Garantie d’investissements américains en Europe accordée par l’ECA, 1948-1953
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2712/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Tableau 52. Bilan des transports maritimes ERP sur la France 1948-1949
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2712/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Tableau 53. Annulation de P. A. non conformes aux buts du plan Marshall (exemples)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2712/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Titre Tableau 54. Tableau général des documents exigés par l’ECA
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2712/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Tableau 55. Type de propagande en faveur du plan Marshall en France 1948-1950
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2712/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Tableau 56. Programme français de propagande en faveur du plan Marshall fin 1949
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2712/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 179k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540