Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La France, l’aide américaine et la construction européenne 1944-1954. Volume I

 | 
Gérard Bossuat

Deuxième partie. - Le plan Marshall et la modernisation de la France

Chapitre IX. Un an d’aide Marshall premier bilan, premiers effets

Texte intégral

« Nous avons pu maintenir presque intégralement nos demandes initiales,
nous ne les avons jamais modifiées pour tenir compte d’autre chose
que d’un intérêt français ou d’un intérêt européen. »
Hervé Alphand.

1La signature de l’accord bilatéral ouvre la voie au financement du programme français d’importation. Le premier souci des Français est de le faire avaliser par Washington et l’OECE.

2Les Américains entreront-ils dans la logique du Commissariat Général du Plan et des Affaires économiques du Quai d’Orsay ? Ne seront-ils pas portés à le réduire ou à le modifier ? D’autre part, l’aide accordée à la France à la suite des discussions de l’été 1948 est-elle suffisante pour répondre aux ambitions françaises de modernisation ?

3Les Français vivent une situation originale de dépendance. Ils ne savent pas bien s’en accommoder, surtout quand le puissant protecteur manifeste des désirs particuliers. Faut-il les honorer au risque de trahir l’intérêt national aux yeux d’une fraction de l’opinion, faut-il résister au risque de se faire reprendre par le Congrès ? Le plan de modernisation et d’équipement guide l’action des responsables, encore faut-il composer parfois avec l’ECA.

4Les Français ont besoin de matières premières, de combustibles, surtout de machines pour moderniser. Une négociation permanente s’engage à l’été de 1948 pour ces achats si décisifs. Parfois, Français et Américains divergent à leur propos, tant sur les quantités que sur leur origine géographique. L’approvisionnement de l’économie française conditionne les exportations grâce auxquelles la France compte, à terme, se passer de l’aide.

5Enfin, il fallait résoudre la question des déficits inter-européens. La France en souffrait particulièrement. Pouvait-on espérer un soutien américain déterminant pour la balance française en Europe ? Des droits de tirage avaient été créés. Pouvaient-ils empêcher le retour des déficits ?

6Les témoins interrogés donnent l’impression d’une harmonie entre les responsables français et l’ECA. La mémoire a-t-elle gommé les difficultés ? Les archives sont là pour rappeler que le plan Marshall fut l’occasion d’une bataille sur les ambitions commerciales des uns et des autres. Certes une connivence existait sur les objectifs généraux : le redressement, la modernisation, l’augmentation du niveau de vie, la lutte contre la misère, la défense contre le communisme. Mais la France est dépendante d’un protecteur exigeant. A quel prix les Français peuvent-ils s’en sortir ? Il faut frayer des chemins inconnus sans perdre son âme et son espoir d’indépendance future.

7La première année du plan Marshall, on le comprend aisément, est déterminante pour la suite du programme. Des procédures sont créées, des tendances de fond se révèlent, les textes solennels laissent apparaître des failles que comblent les rapports de force. Or la puissance n’est pas du côté de la France.

LES SOLUTIONS ILLUSOIRES DE LA CRISE DES DEVISES

8L’aide intérimaire et le programme ERP 1 d’avril à juillet 1948 n’avaient pas permis de réaliser toutes les importations jugées indispensables au relèvement. L’objectif reste donc de lever l’hypothèque de la pénurie des financements.

La pénurie de devises n’est toujours pas levée à l’été 1948

9Les efforts antérieurs, les prêts américains, ceux du FMI, de la Grande-Bretagne, du Canada, l’aide intérimaire (au total $ 3.977 millions), la mobilisation des valeurs françaises à l’étranger ($ 371 millions), les prélèvements sur le stock d’or ($ 1.229 millions), n’avaient tout juste servi qu’à maintenir l’économie française en survie.

10La France manquait de devises parce qu’elle ne pouvait exporter comme il était souhaitable. L’inflation renchérissait les coûts, le marché intérieur absorbait les productions, l’appareil industriel manquait d’énergie, les prix des matières premières augmentaient, la conjoncture agricole de 1947 était mauvaise. Les ressources en £ s’amenuisaient au cours du premier semestre 1948, comme s’étaient réduites celles en dollars l’été précédent.

  • 1 B 19951, « L’œuvre économique et financière du gouvernement », doc. polycop. p. 18-19. Au crayon : (...)

11Certes, le gouvernement Schuman a redressé la situation intérieure et pour Albin Chalendon qui rédige une « homélie » à la gloire du gouvernement, les négociations internationales apportaient des solutions qu’il jugeait satisfaisantés. Mais René Mayer, ministre des Finances, soulignait les difficultés permanentes d’ajustement des programmes d’importations « causées par notre pénurie de devises »1

  • 2 B 19951, « Discours de Paul Reynaud, in AGEFI du 9 août 1948. Ou J. O. du 9 août, n° 102, p. 5537 (...)

12Paul Reynaud, éphémère ministre des Finances et des affaires économiques en août 1948, exposait à l’Assemblée Nationale que « malgré l’ampleur du concours américain, la France ne parvient à couvrir que les deux tiers de ses besoins d’importations »2.

  • 3 CE 49, Baraduc, à Washington, 4700-701, 13 octobre 1948. CE 48, Bonnet 20 juillet 1948, 21 h 40, n (...)

13L’aide débouchera-t-elle sur le rééquipement de l’économie ? La pénurie de devises mit la France en difficulté pour rembourser aux Etats-Unis les échéances des prêts Blum-Byrnes. Bonnet tenta d’obtenir leur remboursement en francs français. Le Département d’Etat accepta que $ 13 millions soient remboursés en francs et l’équivalent de $ 5 millions en francs français furent mis à la disposition de la fondation Fulbright3.

  • 4 CE 48, Bonnet, 12 juin 1948, CE 48, Bonnet 25 juin 1948, « Sur l’échéance des dettes au 1er juille (...)

14Le gouvernement excipa de ces difficultés pour exiger de rentrer en possession de l’or indochinois détenu par Tokyo pour rembourser l’Eximbank, soit $ 24,7 millions à l’échéance du 1er juillet 19484.

15Les experts français mesuraient aussi les problèmes posés par le financement des importations de l’année à venir.

16En 1947 les exportations avaient couvert 61,7 % des importations de la zone sterling et 9,1 % de celles de la zone dollar. Les ressources françaises en dollars ne couvraient qu’avec peine les dépenses non commerciales. Ce qui signifiait que les importations de la zone dollar dépendraient strictement du montant de l’aide ERP.

Les solutions classiques sont épuisées

17Les Français les avaient utilisées depuis 1945. En 1948, elles ont épuisé leurs vertus.

18Ils comptaient beaucoup sur la mobilisation des avoirs privés français à l’étranger. Or malgré un gros effort de prospection des avoirs à l’étranger le résultat était inférieur aux prévisions.

  • 5 CE 48, Bonnet, 12 juin 1948, CE 48, Bonnet, 25 juin 1948, « sur l’échéance des dettes au 1er juill (...)

19Le bilan des liquidations ou mobilisations s’établit en juillet 1948 à environ $ 245 millions de valeurs françaises aux Etats-Unis et à $ 126 millions en Grande-Bretagne. Le 31 mars 1948 le gouvernement britannique cessait de racheter les valeurs détenues par des Français et la réquisition fut stoppée le 8 janvier 1949. Les banques et le gouvernement suisses s’étaient toujours opposés à ces réquisitions5. La solidarité du capitalisme international joua contre l’effort national, mais il s’agissait aussi d’un appauvrissement en capital regrettable.

20Sur les 2.407 tonnes d’or en 1939, il ne restait plus que 486 tonnes en 1948. La France depuis 1944 avait prélevé $ 1.229 millions sur son stock d’or, soit l’équivalent d’une année de déficit.

21La France recourait depuis 1945 à un type d’accord bilatéral de paiement qui ouvrait des crédits à court terme au débiteur, en général la France. Mais il fallait constamment renégocier le montant des déficits autorisés et parfois les solder en or ou en dollars.

  • 6 74 AP 64, ministère des Finances et des Affaires économiques, DFE, 28 mars 1949, secret, « a/s évo (...)

22Le ministère des Finances relevait que les ressources en devises était épuisées fin 1947 et que l’endettement au titre des accords bilatéraux était considérable. A la fin de l’année 1948, il fallut suspendre l’allocation touristique en francs suisses parce que le plafond du solde débiteur était atteint et suspendre les relations commerciales avec la Belgique pour 3 mois6.

  • 7 B 33689, Petsche, au gouverneur de la Banque de France, n° 47250, ref GL. décembre 1948, « objet : (...)

23La « Fed » avait consenti un prêt de $ 100 millions à la Banque de France gagé sur l’or français récupéré en Allemagne (92 tonnes) à la fin de 1947. Les premiers remboursements tombaient fin décembre 1948. La Réserve fédérale consentit un renouvellement du prêt sur 2 ans. Petsche, alors secrétaire d’Etat aux Finances, espérait rembourser grâce aux ressources exceptionnelles de l’or indochinois, encore un expédient7 !

  • 8 B 33689, Bonnet, 7 janvier 1949.

24La pénurie de devises conduisit l’administration française à rechercher des prêts privés. Bonnet indiquait à Schuman en janvier 1949, que la World Commerce corporation, une société commerciale dirigée par de hautes personnalités, surnommée la « Little ECA » avait réussi à dépanner des pays européens non communistes pour leur approvisionnement en charbon8. Il ne semble pas qu’une suite ait été donnée à cette offre.

Les colis-dons : service rendu, propagande et bonnes affaires

25La charité privée ne pouvait pas constituer la base du relèvement de la France. L’acte de générosité avait été accepté. Il devenait à la longue pesant.

26L’administration des PTT souhaitait diminuer les mouvements de colis dons. La France commençait à retrouver une certaine santé, la pénurie alimentaire et de textiles diminuait. D’autre part cette activité donnait lieu à des activités lucratives pour certaines société américaines qui lançaient de véritables appels d’offre auprès du public américain. Certains de ces colis n’étaient en fait que des exportations non autorisées de marchandises de luxe faisant l’objet d’un règlement frauduleux à l’arrivée. Les Douanes constataient la présence de bas nylon, un luxe à l’époque, mais aussi des pelleteries ou des peaux de reptiles destinées au commerce de luxe en France pour des entreprises du quartier du Marais à Paris.

  • 9 F 60 ter 516, PPS juin ? 1949, n° 964, à DGD. F 60 ter 516, « Vérification de 31 colis postaux le (...)

27La fraude se développait en provenance de Suisse surtout ; des transferts illégaux de fonds se faisaient au profit des œuvres de charité elles-mêmes9.

  • 10 F 60 ter 516, « Remboursement des frais de transports », source inconnue, dans les papiers du SGCI

28Dans ces conditions fallait-il encore assurer le remboursement des frais de transport ? Les sommes dépensées par le Trésor au profit d’œuvres charitables-américaines opérant sur le territoires français (American Joint committee, Quaker service, American aid to France, Unitarian service committee, Save the children fédération, CARE) et de la SNCF n’étaient pas négligeables10.

29Mais l’ECA demanda l’extension du système des colis de secours aux TOM en juin 1948. Elle fut acquise pour l’Afrique du Nord en janvier 1949, mais les Français acceptaient mal de voir les Américains manifester leur sollicitude pour les populations indigènes.

  • 11 F 60 ter 516, cf papier du SGCI mentionnant le soutien de l’UNESCO le 28 septembre 1949, celui de (...)

30Une association était particulièrement active : CARE (Coopérative for American remittance to Europe) de New York. Elle distribuait des colis adaptés à certains publics français : colis Kasher, colis pour bébés. Elle bénéficiait du soutien de l’UNESCO et du Président Vincent Auriol. Ses activités furent autorisées en avril 1946 par Félix Gouin qui avait alors accepté en franchise douanière ces colis et permis la publicité de CARE11.

  • 12 F 60 ter 516, Note pour PPS, 17 septembre 1948, « Objet : gift Packages ».
  • 13 F 60 ter 416, MAE, IP 23 décembre 1948, « Accord entre le gouvernement de la République française (...)

31Les abus et le marché noir des colis-dons remettaient en cause le principe des colis gratuits. Les Français souhaitaient la suppression de la franchise douanière pour les colis destinés à des particuliers. Les pressions de l’ECA en faveur de ce type d’activité retardèrent la décision12. L’accord du 23 décembre 1948 décida l’entrée en franchise et le transport gratuit en France des colis-dons mais leur contenu devait exclure les tabacs, les alcools, les vêtements de luxe. Les frais de transports étaient débités du compte de contre-valeur de l’aide américaine13.

32En vertu de cet accord, les expéditions se développèrent : 10 wagons de sacs postaux contenant 3 750 sacs postaux de colis-dons arrivèrent à Paris le 27 janvier 1949. Les fraudes ne cessèrent pas pour autant.

  • 14 F 60 ter 516, note PPS à Ledoux, autour de septembre 1948.

33La signification de ce conflit sur les colis dépasse largement leur valeur économique ou alimentaire, encore qu’ils aient pu soulager quelques misères : « Evidemment c’est une minuscule question que celle des ces gifts, mais les Américains y attachent de l’importance » écrit Schweitzer à Ledoux en septembre 194814. Les colis étaient le symbole de la présence américaine en Europe sous une forme heureuse mais encombrante. Ils donnaient de l’Amérique une image de puissance généreuse dans les détails de la vie courante comme au niveau des grands choix.

34Les responsables politiques français supportaient mal ces manifestations de générosité, moins pour la fraude qu’elles entraînaient que pour la présence sur le terrain de ces associations charitables, véritables missionnaires des modes de vie et de pensée américains.

35Constatons que les Français souhaitaient la fin de ces dons et que l’accord de décembre 1948 organisa, paradoxalement, leur diffusion. Comment refuser en effet ce petit geste d’amitié sans froisser les représentants d’un peuple dont on attend bien autre chose ? Ces palliatifs usés, il restait l’aide que les Européens attendaient avec impatience. Comment hésiter même si l’aide semblait comptée au plus juste ? De telles considérations avaient pesé lourdement lors de la signature de l’accord bilatéral du 28 juin 1948. L’aide était l’occasion de mettre à exécution le plan Monnet, condition de l’indépendance économique de la France.

RÉFLEXION POUR L’AVENIR ET ALÉAS CONJONCTURELS

36Si les ressources en devises étaient médiocres, c’est aussi parce que les exportations ne s’étaient pas assez développées.

Les exportations, un mal nécessaire

37Les objectifs d’exportations sont présentés dans le programme à long terme français déposé à l’OECE (PLT). La réflexion des services avait suivi les grandes lignes du programme européen défini dans l’été 1947. L’idée force était de remplacer l’aide exceptionnelle par des gains commerciaux et d’équilibrer la balance des paiements au terme du plan Marshall, selon le slogan bien connu : « Trade, not aid ».

Exporter pour gagner des devises fortes

  • 15 80 AJ 14, PV, Bailly, Conseil supérieur de l’agriculture 20 juillet 1948.

38Les Français imaginaient alors pouvoir exporter régulièrement en 1952 des produits agricoles : 1,5 ou 2 millions de tonnes de blé vers l’Allemagne, de la viande sur la Grande-Bretagne (200.000 t), et des produits laitiers malgré la concurrence de la zone dollar (20 millions d’hl), sous réserve de signer des contrats à long terme à des prix attractifs. Ces objectifs avaient été approuvés par les professionnels15. Les prévisions d’exportations furent revues à la baisse en mars 1949 : 120.000 t de viande, 12 millions d’hl de lait. Leur réalisation postulait la modernisation, la mécanisation et la chimisation de l’agriculture française et des contrats à long terme qui ne vinrent pas. La déception fut cruelle à court terme, même si le long terme donna raison à Monnet.

  • 16 80 AJ 14, 29 mai 1948, « Note sur les possibilités de réalisation d’exportations de certains produ (...)

39Ils ambitionnaient aussi d’exporter 2,3 millions de tonnes de produits sidérurgiques, après la modernisation des unités de production de produits plats, des produits azotés, d’augmenter leurs exportations de textiles vers les territoires d’outre-mer français, de vendre du bois d’Afrique, les produits des industries électriques et mécaniques16. Mais seul le développement de la production agricole paraissait assuré. Celui des autres secteurs dépendait du charbon allemand ou américain.

  • 17 F 10 5571, SGCEI, 31 mai 1948, « Commentaires sur les observations américaines concernant le polit (...)

40Les Américains firent des observations sur les principes de la politique agricole française, suggérant d’augmenter les rendements, réfutant le besoin d’importer des céréales panifiables, incitant à exporter des fruits frais et notant l’irréalisme des projets d’exportations de vin aux Etats-Unis17.

41L’exportation régulière de produits agricoles était une des conditions de la disparition du déficit en 1952, mais les produits de l’industrie lourde et légère devaient constituer 80 % des exportations. Leur exportation serait rendue possible par l’augmentation des investissements et de la production plus que par une réduction de la consommation. Il n’était donc pas question de pratiquer une forme d’austérité provisoire.

  • 18 « Réponse française au questionnaire de l’OECE », 80 AJ 13, PLT, janvier 1949. F 12 10325, MG-T-RT (...)

42En résumé, le CGP prévoyait une diminution de 20 % du volume des importations par la diminution des importations de produits agricoles et de biens d’équipement et un quasi-doublement des exportations en 4 ans18.

Tableau 28. Prévisions françaises d’exportations pour 1952-1953, pour la Métropole et par produit, comparées aux exportations de 1947

Tableau 28. Prévisions françaises d’exportations pour 1952-1953, pour la Métropole et par produit, comparées aux exportations de 1947
  • 19 F 12 10325 et 80 AJ 13, « Réponse française au questionnaire de l’OECE », et CGP, 18 juin 1948.

43D’après ces prévisions pour 1952, la France exportera plus qu’en 1947 : $ 2 milliards (aux prix de 1948) et davantage de produits de base agricoles et industriels19. L’image que le CGP donne de l’exportation française pour 1952 est curieuse. Mais n’est-ce pas le reflet du choix de conserver au marché intérieur les produits essentiels pour la modernisation : acier, produits chimiques, machines ?

44La stratégie de la puissance qui se dessine ici est celle d’un développement autocentré. Échanger n’est pas une fin en soi. Cela reste un « mal » nécessaire.

  • 20 5 A 76, OECE, « Rapport intérimaire sur le PRE », vol 1, 30 décembre 1948, p. 156-161. 80 AJ 13, p (...)

45Le CGP prévoyait aussi un redéploiement géographique des exportations20.

Tableau 29. Prévisions françaises d’exportations par zones géographiques en 1952

Tableau 29. Prévisions françaises d’exportations par zones géographiques en 1952

46Les intentions étaient claires : gagner des dollars et des sterling, deux devises dont la France manquait cruellement, maintenir les liens avec les pays de l’Europe de l’Est (autres pays non-participants). En revanche les exportations vers les pays de l’OECE (autres pays participants, pays non sterling), davantage intéressés par des biens élaborés que par les produits de base, passeraient de 56,3 % à 40,9 %.

47Ces prévisions étaient frappées du souci fondamental de se couvrir en devises rares et de développer les ventes dans les pays en développement d’Amérique du Sud pour obtenir, en échange, les matières premières dont l’économie avait besoin. Ces projets allaient-ils dans le sens des recommandations de l’OECE ? Ne fallait-il pas développer le commerce inter-européen ?

Réorientation des importations vers l’Europe

48Il était prévu dans le cadre du développement du commerce inter-européen, une diminution des importations de la zone dollar1.

Tableau 30. Part de la zone dollar dans les prévisions françaises d’importations (1948-1953)

Tableau 30. Part de la zone dollar dans les prévisions françaises d’importations (1948-1953)

Tableau 31. Prévisions d'importations en provenance des pays européens (OECE)

Tableau 31. Prévisions d'importations en provenance des pays européens (OECE)
  • 21 AMF 14/6/25, 18 janvier 1949, « Exposé de Jean Monnet ».

49Monnet présenta ce programme devant la Commission du relèvement européen de l’Assemblée Nationale, présidée par Pierre-Olivier Lapie, le 18 janvier 1949. Il valorisa les exportations de produits agricoles vers la Grande-Bretagne, le Benelux et la bizone, et celles des produits sidérurgiques de base et d’équipement21. Ses paroles portèrent parce que Français et Britanniques entreprenaient alors de négocier l’harmonisation de leurs PLT.

  • 22 80 AJ 13, p. 13, « Réponse française au questionnaire de l’OECE sur le PLT », Doc. française, 31 j (...)
  • 23 80 AJ 14, CGP, 9 mars 1949, agriculture, « Note sommaire concernant le plan de 1952 ». 80 AJ 13, P (...)

50La réponse française au questionnaire de l’OECE sur le PLT marquait une inflexion. Elle consistait « dans le développement nécessaire des exportations de produits agricoles de base, alors que le but primitif en la matière était seulement que la France se suffise à elle-même » y lisait-on22. Pierre Uri, résumant le Plan, avait montré que la demande mondiale accentuait le déclin des exportations traditionnelles de la France au profit de celles de biens de base agricoles et industriels23.

51L’analyse était-elle pertinente ? Certes le monde n’avait pas besoin des fanfreluches ni des alcools français, certes les pays s’industrialisaient et consommaient des produits de base, mais pourquoi n’avoir pas conçu une grande politique d’exportations de biens élaborés puisque l’on rêvait de remplacer l’Allemagne ? Curieusement aussi, le programme des exportations ne mettait pas l’accent sur la conquête commerciale de l’Europe, comme si l’avenir pour la France était outre-mer.

Le choix fondamental d’un développement autocentré

52La France renonçait à faire une grande politique d’exportations industrielles, en valeur relative au moins. Elle accordait une priorité au marché intérieur. On restait donc dans la logique du plan de 1947. Ce choix était-il acceptable en 1948 par les Américains et par les autres Européens ? Quel serait l’apport des Français au relèvement européen ?

53D’autre part aucune étude prévisionnelle sur les industries d’avenir n’était engagée. Le CGP tout comme l’opinion éclairée ne croyaient qu’en l’industrie lourde dont on admettait qu’elle donnait naissance à des industries de transformation en aval. La Lorraine serait la Ruhr française. La France, en fait, ne renonçait pas à se doter d’une large panoplie d’industries qui construiraient sa puissance à partir de l’acier, du charbon et de l’électricité. L’imagination n’était donc pas au pouvoir alors que la guerre avait montré l’importance des industries mécaniques, de précision, et des industries électriques et électroniques.

54A travers ces projets de la planification française en 1948, les linéaments d’une coopération européenne ou d’une union européenne étaient absents alors que les discours officiels en portaient la trace. Ces projets témoignaient malgré tout d’une volonté d’exister envers et contre tout qui tranchait par rapport à l’évanescence d’avant-guerre. La leçon de la défaite avait porté. Mais le plan n’était-il pas en retard d’une modernisation ? Les responsables français bâtissaient une économie autocentrée.

55Personne n’avait contesté les objectifs qualitatifs : l’industrie lourde et les industries mécaniques dérivées. Le seul doute portait sur l’étroitesse du marché français pour un tel programme. Les exportations apparaissaient alors comme les auxiliaires indispensables de la modernisation mise au service du niveau de vie des populations et de la puissance française.

56Les exportations étaient un mal nécessaire en raison des faiblesses de la nature, des guerres qui avaient détruit l’équilibre ancien et des exigences américaines pour l’Europe. On doit peut-être aux Américains d’avoir une agriculture puissante et exportatrice !

Au GATT, les gageures de la France

57Les sessions du GATT de Genève en septembre 1948, d’Annecy en avril 1949 permirent aussi de saisir les nouveaux enjeux des rapports économiques internationaux.

L’Allemagne, le concurrent redouté, le voisin dangereux

58Les Américains tentaient par tous les moyens de remettre l’Allemagne de l’Ouest dans les circuits commerciaux mondiaux. Les Français y étaient opposés, mais ils ne pouvaient renier leur signature du 28 juin 1948 accordant la clause de faveur à l’Allemagne, sous condition.

  • 24 CE 16, A. Philip, à MAE, 25 août 1948, « a/s GATT » ; CE 16, MAE à A. Philip, 27 août 1948, 122-12 (...)

59Les Français observaient la remontée de la concurrence allemande sur les marchés d’Amérique latine mais le Quai d’Orsay estimait impossible d’empêcher le retour des marchandises allemandes sur le marché mondial. Il croyait plus habile de lier l’expansion allemande à des règles décidées multilatéralement, celles du GATT par exemple24.

60A Annecy, la question des tarifs allemands vint en discussion. Les Pays-Bas étaient gênés par les hauts tarifs allemands et ils en souhaitaient la réduction. Les Français exigeaient un abaissement unilatéral, sans contrepartie.

  • 25 CE 17, VL, 20 juillet 1948, à Annecy, 13, « Texte de la déclaration sur la politique tarifaire de (...)
  • 26 CE 17, AB. Londres, 27 septembre 1949, 17 h 30, n° 2587.38-CE 16, Bonnet à MAE, 22 octobre 1948, 2 (...)

61Les trois alliés occidentaux se mirent d’accord pour autoriser l’application par l’Allemagne de la loi douanière de 1939. En échange, les nouvelles autorités de l’Allemagne occidentale s’engageaient à négocier leur tarif au cas où il empêcherait le jeu normal des échanges commerciaux25. La décision ouvrait la porte au marchandage donc aux concessions de la part des demandeurs. En conséquence, l’Allemagne occidentale était invitée au GATT, malgré l’opposition de la Tchécoslovaquie26. Les Français subissaient aussi les conséquences d’une politique qu’ils ne contrôlaient plus depuis longtemps.

Poursuivre un développement sous protection transitoire

  • 27 CE 16, Bonnet à MAE, 22 octobre 1948, 23 h, 355 DET, 4438-44. B 8867, « Projet de loi de ratificat (...)

62La session du GATT d’Annecy se produisait après deux ans de reconstruction et les participants se posaient la question d’une renégociation des tarifs arrêtés à Genève en novembre 1947. Certes la période de transition n’était pas close, mais il fallait penser à l’avenir. Pour la France rouvrir des négociations tarifaires avec les Etats-Unis signifiait abaisser ses tarifs et favoriser – à terme – l’entrée des marchandises américaines en France, mais c’était aussi croire aux possibilités de nouvelles exportations françaises vers les Etats-Unis. Le Quai d’Orsay, en octobre, choisit de ne pas rouvrir une négociation trop aléatoire27.

63Les Français avaient donc toujours en tête la protection du marché français, deux ans après la signature du GATT et la doctrine du protectionnisme transitoire.

  • 28 CE 17, MAE, 31 mars 1949, confidentiel, « Instructions pour la délégation française à la 3e sessio (...)
  • 29 CE 17, A. Philip, à MAE, 13 avril 1949, « a/s séance d’ouverture des négociations tarifaires ».

64Cet état d’esprit guida les conseils des Français à l’Italie qui adhérait au GATT. Les négociations qu’elle allait mener sur son tarif auraient des répercussions sur le futur tarif commun de l’Union douanière franco-italienne. Les Français intervinrent pour tempérer les concessions tarifaires italiennes au nom des intérêts communs de la future union douanière28. Cela n’empêcha pas A. Philip de mettre l’accent sur le désir des Européens d’exporter, sur les unions douanières en Europe, sur la coordination des économies européennes par l’OECE, sur l’ouverture de l’Europe au reste du monde29.

Harriman contre des préférences tarifaires européennes

  • 30 CE 17, GA, 2 avril 1949, à Washington, « Pouvoirs tarifaires du Président et conférence d’Annecy »

65Les Français espéraient que les Américains abaisseraient unilatéralement leur barrières douanières afin de faciliter la solution du problème dollar30. L’intervention d’Harriman était attendue avec un certain intérêt.

  • 31 CE 17, Ambassadeur de France à Washington, 3 septembre 1949, Cons. commercial, R. Dreux, E. Castan (...)

66On déplorait en effet les droits américains élevés (entre 30 % et 80 %) : « Le tarif américain demeure l’instrument de discrimination contre l’Europe, qu’il a toujours été depuis son origine », disait Raymond Dreux à Washington. Dans ce cas ne faudrait-il pas discriminer contre le dollar par le jeu des tarifs en créant « une préférence européenne » par une extension des « préférences impériales »31.

  • 32 F 12 10752, Marshall Plan Letter, 28 avril 1949, n° 17.

67Les Français, par ce biais d’une Europe à hauts tarifs, tentaient de conserver le protectionnisme transitoire qu’ils avaient négocié pour la France seule en 1947. Leurs chances de succès étaient nulles parce que l’opinion américaine commençait à craindre que « l’aide Marshall ne serve à constituer, à rencontre des intérêts américains les plus évidents, une zone d’autarcie en Europe ». Les milieux d’affaires américains veillaient à éloigner ce cauchemar32.

  • 33 CE 17, Délégation française à Annecy, 13 mai 1949, « a/s déclaration de M. Harriman » ; CE 79, « A (...)

68Harriman, l’homme de l’ECA en Europe, invité par la conférence, exprima avec force cette hantise : l’aide américaine « finance en Europe un programme tendant à réduire le volume des exportations américaines et à susciter aux producteurs américains d’efficaces concurrents ». Les Européens vont-ils vers la libération du commerce demandait cet ex-capitaine d’industrie33 ?

69On comprend que les Américains ne voulussent pas faire naître une Europe à hauts tarifs avec leurs crédits d’aide. Mais les Français posaient une vraie question. Si l’Europe ne peut pas discriminer, si les Etats-Unis ne veulent pas diminuer leurs tarifs, comment gagner des dollars après 1952 ?

70En juillet 1949 la conférence fit éclater les intérêts divergents de chaque groupe de pays. Les Américains, mystiques du décloisonnement rapide des économies, refusaient d’en voir les inconvénients pour des économies en reconstruction. Les Britanniques s’accrochaient inlassablement aux préférences impériales. Les Français, proches des pays sous développés, voulaient la poursuite du protectionnisme transitoire ou des exceptions aux règles d’abaissements tarifaires.

  • 34 CE 17, EL, coopération économique, 4 octobre 1949, « Note pour le ministre ».
  • 35 B 8867, « Projet de loi n° 3199 », AN, 1952, 4 avril 1952, renvoyé à la Commission des affaires éc (...)

71Des négociations tarifaires, de peu d’importance pour la France, aboutirent en août34. Six protocoles et déclarations furent signés. La France par le jeu de la clause de la nation la plus favorisée obtint quelques abaissements tarifaires sur l’automobile, la bijouterie, les produits coloniaux, la sidérurgie, les textiles et les vins. Elle fit peu de concessions35.

72La session suivante, celle de Torquay, aurait plus d’importance, car elle surviendrait à la veille de la limite de validité des listes de concessions douanières établies à Genève en 1947 et à Annecy, soit le 1er janvier 1951.

73S’il fallait qualifier Annecy, il faudrait sans doute insister sur les rêves français d’une Europe à hauts tarifs répondant à la situation non concurrentielle de l’économie française. La modernisation française restait encore à faire.

L’art difficile du commerce

74La réalisation du programme d’exportations de 1948-1949 révéla de graves difficultés qui ne furent surmontées qu’à la fin du second semestre de 1949.

Comment financer le commerce avec le Benelux ?

75Les exportations françaises en direction de l’UEBL ne couvraient pas les dépenses commerciales et financières françaises. Depuis 1945, les Français avaient été en perpétuel déficit avec l’UEBL.

  • 36 CE 49, H. A. 28 août 1948, à Washington, 4153-59, achats off shore en Belgique.

76L’ECA consentit un effort durant l’été 1948 en transférant $ 15 millions d’aide directe à la France, pour l’achat de cuivre et de coke belges en attendant la mise en place du système de paiements inter-européen36.

  • 37 Voir chapitre 16.
  • 38 B 33648, 28 octobre 1948, Drouin et Bizard. probablement alors à Bruxelles.

77Le système de paiements inter-européen créé en octobre 1948 ne permit pas tout de suite de financer dans de bonnes conditions le commerce avec la Belgique. Les Français réclamaient $ 100 millions de crédits spéciaux belges, financés par les dollars de l’ERP (les droits de tirage)37, il n’obtinrent que $ 40 millions. Aussi s’efforcèrent-ils d’obtenir de nouveaux achats off shore, i. e. le droit d’acheter hors de la zone dollar avec les crédits Marshall, sur la Belgique, et la négociation d’un nouveau plafond pour l’accord bilatéral, 1.440 millions de FB contre 1.200 millions. Cette dernière solution avait la préférence des Français, car distraire une partie de l’aide directe au profit de la Belgique réduisait d’autant la réalisation du programme français d’importations en dollars38. Les services firent une chasse aux fraudeurs. Ainsi le bois français était-il vendu officiellement au tiers de sa valeur du marché. La différence alimentait des comptes en francs belges pour le plus grand profit des exportateurs français.

  • 39 B 10863, DFE ? ou Douanes ? H/GG, « Exportations françaises vers la Belgique en 1948 », mars 1949, (...)

78Les difficultés avec la Belgique tenaient à la régression des ventes françaises y compris de produits essentiels comme le minerai de fer, les produits sidérurgiques et la laine filée. Il y avait un problème de prix mais aussi de saturation du marché belge. Ainsi les fruits et légumes français sur le marché belge étaient-ils concurrencés par les primeurs italiens. Le blé et l’aluminium français étaient à des prix dissuasifs39. De plus les Français, par suite d’une pénurie de sterling, achetaient davantage en Belgique.

  • 40 Année Politique 1949, Janvier 1949, « La politique du commerce extérieur ».

79Il fut décidé en conséquence fin novembre 1948 de limiter rigoureusement les importations de l’UEBL et en janvier 1949, les transferts frontaliers furent réduits et l’importation stoppée pour un trimestre40.

  • 41 F 10 5570, service des relations extérieures du ministère de l’Agriculture, 23703, 7 février 1949, (...)

80Avec les Pays-Bas, la situation était tout aussi critique. Les importations furent suspendues, suscitant de véhémentes protestations. Les Français ne pouvaient offrir en supplément d’exportations que des vins41. La situation se détendra au 2e trimestre de 1949, car les affectations de DT furent plus importantes que prévues.

  • 42 F 60 ter 469, ECA, 19 mars 1949, « Echange France-UEBL », réaction à DT 44 du 23 novembre 1948.

81La raison fondamentale de ces déficits doit être recherchée dans la modernisation française dévoreuse de biens essentiels. Mais la gestion trop prudente des droits de tirage expliquait aussi ce paradoxe. Il y avait des crédits, mais une partie seulement était mobilisable au moment où la France en avait besoin. Les Américains ne se privèrent pas de manifester leur mécontentement des contre-performances françaises à l’exportation vers l’UEBL. L’administration américaine déplorait l’absence d’initiative politique de la France. Au lieu de demander des dollars aux Etats-Unis pourquoi n’a-t-elle pas saisi l’OECE ? Mais surtout, l’ECA touchait le cœur du problème quand elle écrivait benoîtement que la France ne produisait pas de marchandises « vendables » à des prix concurrentiels. Plus grave, l’ECA mettait en cause les choix de développement de la France y compris les programmes de reconstruction et de rééquipement qui exigeaient de telles importations42.

Un échec majeur avec la Grande-Bretagne

82Les espoirs de coopération à long terme avec la Grande-Bretagne ont été retracés pour la période antérieure. Ils ne se concrétisèrent pas davantage en 1948-1949. Le détail des relations commerciales franco-britanniques éclaire cet échec majeur.

83Le commerce français était équilibré avec le Royaume-Uni mais déficitaire avec la zone sterling. L’excédent sur la Grande-Bretagne en 1948 avait été de £ 3 millions (soit $ 12 millions), alors que le déficit commercial, hors fret, de la zone franc vis-à-vis de la zone sterling avait atteint $ 375,4 millions.

  • 43 ZE 1944-1949, GB 51, Circulaire IP, 16, 24 janvier 1949, comité économique franco-britannique des (...)
  • 44 B 10874, ministre des Finances ; G. Guindey, 10 mars 1949, 261 cd, « Discussions franco-britanniqu (...)

84Les Français s’efforcent donc de grossir leur solde créditeur sur la Grande-Bretagne pour acheter dans le reste de la zone sterling, alors que les Britanniques s’emploient à limiter leurs importations de France au nom de l’austérité et de l’équilibre général de leur balance. Les Anglais ont fait parfois des efforts en faveur de la France qui a pu vendre davantage de minerai nord-africain (mines de l’Ouenza), de phosphates, de soieries, de vins et de parfums français, de produits alimentaires coloniaux43. Mais en 1949, les Britanniques étaient seulement intéressés par des importations françaises de produits agricoles et par des matières premières industrielles. Ils refusaient d’importer des produits fabriqués44.

  • 45 ZE 1944-1949, GB 51, Massigli, 4 avril 1949, 1397.
  • 46 F 12 10364, J. de Sailly, 21 mars 1949, RG S 2777, à ministre des Finances et des Affaires économi (...)
  • 47 ZE 1944-1949, Grande-Bretagne, 51, P. Granet, « Les échanges commerciaux franco-britanniques, évol (...)

85Les Français ne pouvaient donc pas compter sur le commerce avec l’Angleterre pour gagner des sterling. Il était trop limité, même si Massigli poussait les agriculteurs français à exporter vers la Grande-Bretagne de la viande de porc pour le breakfast britannique.45 Les contrats agricoles à long terme ne se concrétisaient pas. La bonne volonté britannique, à éclipse, ne suffisait pas à dégager des excédents de £ pour commercer avec le reste de la zone. Il y aurait eu une solution, avancée par l’attaché commercial français en Grande-Bretagne : adapter le commerce français d’exportation à la demande anglaise.46 Mais le plan français ne visait pas à satisfaire le marché britannique47.

  • 48 CE 50, Bonnet 24 novembre 1948, 4921, « compte rendu des conversations ».

86Les deux pays, écrivait un expert, avaient tendance « à exporter le plus possible, à importer le moins possible, à se retrancher derrière des droits de douane élevés, des contingentements ou des prohibitions, à n’acheter que des produits ou des matières premières indispensables à leur économie, à vendre des produits de luxe et à condamner leur marché intérieur à s’en passer »48. Le jugement semble trop expéditif pour qualifier la politique française. Les Français avaient proposé un partage des marchés, une spécialisation industrielle entre les deux pays. Mais en raison du silence britannique, les Français se replièrent sur leurs propres objectifs. Seuls les Britanniques auraient pu faire passer la France d’une conception autocentrée de son économie à celle d’une ouverture négociée sur la zone sterling puis sur le monde. Une chance extraordinaire de coopération franco-britannique comme celle qui avait été esquissée entre septembre 1939 et juin 1940 a été perdue.

Les contradictions américaines

  • 49 B Amérique 1944-1949, EU 252, Bonnet 11 mai 1949, 12 h 53, 1968-1969. Bérard, 28 avril 1949, 1872, (...)

87Les Américains ne voyaient de salut pour la France que dans un effort d’exportation vers la zone dollar. La rengaine était connue. C’était aussi un objectif français pour 1952. Les visites d’affaires se multiplièrent. En novembre 1948, Dickinson, directeur de la coordination des programmes de l’ECA à Washington incita Pierre Pflimlin, ministre de l’agriculture, à favoriser l’exportation de produits alimentaires et de luxe français aux Etats-Unis49. Pendleton E. Lehde, Président du comité pour le développement du commerce mondial de l’International House de la Nouvelle-Orléans visita la France en juillet 1949.

  • 50 B A 1944-1949, EU 252, R. Dreux, réf. 121/1055/510, n° 124, 24 mars 1949, à SSE Affaires économiqu (...)

88Mais, là comme ailleurs, les produits français exportables n’étaient pas nombreux. De plus les réglementations phytosanitaires américaines limitaient les exportations françaises de produits agricoles. On l’a vu pour les fromages. Les fleurs françaises étaient bloquées pour non-conformité aux normes sanitaires américaines. La vanille de Tahiti n’entrait pas aux Etats-Unis à cause d’un additif proscrit par la Drug and Food administration. Les droits de douane élevés interdisaient l’exportation des vins et liqueurs ou des foies gras français50.

  • 51 CE 50, VL, 1er décembre 1948, à Washington, « Exportations de matériel vers le Brésil, raffinerie  (...)
  • 52 CE 53, Athènes 13 janvier 1949, 10 h 28.

89Le marché américain restait protégé, d’autant plus qu’au printemps 1949 une crise se déclencha aux Etats-Unis. Le « trade agreement act » renouvelé au début de 1949 ne laissait presque plus de possibilités de réductions de droits sur la plupart des produits qui intéressaient la France51, constataient les services. Les industriels américains partaient en guerre contre les importations de produits européens : montres helvétiques, produits de la pêche des terre-neuvas français vendue aux Etats-Unis. L’ECA était sollicitée par les pétroliers américains pour défendre leurs marchés dans les TOM français. Des exportations d’équipements pétroliers français au Brésil se heurtèrent aux intrigues de certains fournisseurs américains qui désiraient chasser les sociétés Schneider et Fives-Lille de leurs terres traditionnelles52. L’ECA tentait de faire céder les Français en diminuant les programmes français d’importation de pétrole.

  • 53 CE 53 Athènes 19 mai 1949, 19 h, 459-461, n° 14 DET. CE 53, Athènes, 31 mai 1949, 19 h, 507-512.
  • 54 CE 49, MAE 15 octobre 1948, « Note pour le service de coopération économique ». CE 49, H. Alphand (...)
  • 55 CE 49, note du service de coopération économique, MAE : « Exportations vers les Etats-Unis », 21 o (...)

90Exporter disaient-ils ! Les Français pensaient bien retrouver leur place en Europe même, dans les pays de l’OECE. Or ils se heurtèrent aux appétits américains en Grèce, pays « protégé » par les Etats-Unis. Ils se heurtèrent à la mauvaise volonté de la direction du commerce extérieur grec, investie par des conseillers économiques américains qui barraient la route aux produits français. Ces Américains faussaient les appels d’offres internationaux, quand « des intérêts américains étaient directement en cause ou en l’absence de tels intérêts, lorsque des firmes italiennes (ou même semble-t-il allemandes) soutenues par les Américains se présentaient contre d’autres firmes européennes » affirma l’ambassade de France53. La firme française Bull avait obtenu la promesse de vendre pour 300.000 dollars de machines statistiques, or elles furent achetées aux Etats-Unis à Remington Rand sur l’aide directe. L’acte était motivé, dit l’ambassade par « des intérêts personnels ». Une importante commande d’autorails Dietrich ne put être payée sur les droits de tirage car l’ECA-Grèce refusa d’affecter les sommes nécessaires54. Le directeur du commerce extérieur grec, un américain, Terrell, avait modifié les listes d’échanges prévus par l’accord bilatéral franco-grec. De plus l’ECA, pour des raisons politiques manifestes, incitait les Grecs à acheter en Yougoslavie ou en Italie55.

  • 56 B A. 1944-1952, Etats-unis, 254, R. Dreux, 15 octobre 1948, n° 644, à SSE affaires économiques, DR (...)

91L’esprit de libre entreprise avait donc des limites aux Etats-Unis quand les producteurs américains se sentaient menacés56.

  • 57 F 12 10470, SE au Commerce, DIDT, 10 août 1949, JP Levy, à Dirapro, SE Affaires économiques, « a/s (...)
  • 58 CE 53, Ambassadeur de France au Danemark, 13 mai 1949, n° 381, « a/s programme danois d’importatio (...)

92A cela s’ajoutaient des problèmes d’origine française : qualité médiocre des produits, non-respect des délais de livraison, faiblesse de l’action publicitaire, augmentation des prix, politique d’exportation à courte vue, comme le ralentissement des exportations de ter algérien aux Etats-Unis au profit de la Grande-Bretagne en raison de prix de vente plus élevés57. Dans le domaine des prix, le conseiller commercial aux Etats-Unis donnait l’exemple de produits textiles français concurrencés par les produits américains en Martinique ou dans d’autres TOM. Ainsi le tissu « Broadcloth » d’origine américaine était vendu à 80 F le yard contre 180 F pour le même produit français rendu à la Martinique58.

93Pourtant les exportations françaises aux Etats-Unis augmentaient régulièrement d’après les chiffres officiels de 1TNSEE : $ 79,2 millions en 1946, $ 109,6 en 1947, $ 130,6 en 1948. Mais les résultats commerciaux d’ensemble n’étaient pas à la hauteur des défis. Ils ne combleraient pas avant longtemps le manque de dollars dont souffrait l’économie française.

La tentation des dollars fausse les échanges inter-européens

94Paradoxalement l’abondance relative de dollars faussait les échanges inter-européens. La tentation d’acheter aux Etats-Unis guettait tous les pays aidés et limita parfois les ambitions commerciales françaises.

  • 59 CE 53, Fouques-Duparc, 6 mai 1949, à MAE, « Programme d’importations italiennes, 1949-1950 », 6 ma (...)

95Le Danemark envisageait de créer des raffineries de pétrole et de dépenser beaucoup de dollars. Les Français firent remarquer que les Danois allaient importer des Etats-Unis des tôles que la sidérurgie française produirait bientôt. Avec un peu de patience, le commerce français pouvait les satisfaire59.

  • 60 CE 53, JLM, 21 mars 1949, coopération économique, à Washington, 1659-1961. CE 53, Rivière, La Haye (...)

96L’Italie aussi avait la tentation du dollar, mais elle était freinée par la construction de l’union douanière franco-italienne. Cependant, les Français constatèrent avec amertume que les Italiens importaient des Etats-Unis un émetteur de télévision en 625 lignes (normes américaines) au lieu de matériels français60.

  • 61

97On retrouvait les mêmes difficultés avec les Pays-Bas. Ne voulaient-ils pas importer 25 locomotives électriques de chez Westinghouse, alors que les Français leur en avaient construit 50 d’un type voisin qui avait satisfait les chemins de ter hollandais61.

98La diplomatie du dollar fonctionnait avec morgue au détriment du commerce français. Il semble bien que le facteur France ait joué. Ces attitudes reflétaient le peu de confiance dans la France, pays douteux politiquement et économiquement, rêvant encore de sa grandeur passée.

99Le plan Marshall était-il au service des Européens ou de l’industrie américaine ? Dans certains cas, il fut franchement au service de l’industrie américaine. Le plan Marshall était aussi une affaire commerciale qui rapportait des dividendes.

La France est-elle capable d’exporter dans ses TOM ?

100L’industrie française s’intéressait au marché français, mais elle avait des responsabilités dans les TOM. Etait-elle capable de les assumer ?

  • 62 F 12 10470, Naudin, SE au commerce à DREE.

101En 1948, certains TOM s’approvisionnaient aux Etats-Unis malgré les interdictions prononcées. Le Ministère de l’industrie et du commerce s’opposa à l’importation en Guyane de coton américain, affirmant que « l’industrie cotonnière française est... prête à remédier à toutes les insuffisances ou difficultés d’approvisionnements »62 L’optimisme était de mauvaise foi. Le plan textile en faveur des colonies de 1947 avait échoué. L’industrie française offrait des produits « de luxe » inadaptés aux colonies où les cotonnades servaient de moyens d’échange.

  • 63 CE 16, Coopération économique, 1er décembre 1948, à M. de la FOM. « a/s politique douanière dans l (...)

102Les services français souhaitaient appliquer aux TOM le protocole du GATT et réaliser en même temps la préférence impériale, conformément à la thèse ratifiée par le gouvernement en 1947. Mais on sentait leurs hésitations car l’économie métropolitaine avait encore du mal à satisfaire les marchés coloniaux63. Les produits américains étaient disponibles et comblaient les carences de l’industrie française.

103Quel contenu donner à la préférence impériale dans ces conditions ?

Le plan Marshall modifie les courants commerciaux traditionnels

104Les Français, en dépit du Plan Marshall, montrèrent encore de l’intérêt pour la CEE-ONU, seul lieu de dialogue entre l’Est et l’Ouest, où se retrouvaient les Russes et les Américains. Mais le plan Marshall bouleversa profondément les échanges Est-Ouest au grand regret de certains pays de l’OECE.

Harmoniser les échanges de l’Europe par la CEE-ONU

  • 64 CE 52, JPB, 22 octobre 1948, coopération économique.

105Bien après la signature de l’accord bilatéral franco-américain du 28 juin 1948, les Français espéraient encore équilibrer leur balance des comptes en 1952 grâce à un commerce intense avec l’Est européen : « C’est là un axiome économique que personne, semble-t-il, ne discute » écrivait Pierre Baraduc en octobre 194864. On le vérité, en effet, dans les prévisions d’exportations par zone pour 1952 (tableau 29).

  • 65 CE 52, Délégation française à la CEE, G. Boris, 25 octobre 1948, « Note sur le PLT français », 9 p (...)

106A la CEE, Boris fit des propositions pratiques pour accorder les PLT avec le développement du commerce Est-Ouest. Boris, comme Mendès, vivait sur l’idée de remplacer l’Allemagne sur les marchés industriels de l’Est européen. Les Polonais étaient prêts à coopérer. Il envisageait des règlements en £. La Pologne pourrait offrir des quantités importantes de produits alimentaires à la Grande-Bretagne, en échange elle achèterait des machines en France contre des £65. Il semblait ignorer les projets de Monnet, endossés par le gouvernement, en faveur du développement des exportations agricoles françaises vers la Grande-Bretagne. Mais il esquissait ainsi dans le détail une toute autre ligne politique que celle définie par la France à l’OECE. Il témoignait aussi de la volonté ambiguë du gouvernement de développer les échanges avec l’ensemble de l’Europe.

107La délégation américaine à la CEE déclara sa volonté de poursuivre les échanges Est-Ouest, mais aussi de favoriser les pays du Plan Marshall. Elle ne cacha pas non plus que certaines exportations étaient interrompues pour des raisons de sécurité nationale. Dans la réalité, les restrictions caractérisèrent les relations Est-Ouest.

  • 66 CE 48, note, MAE, PB, DAEF, 20 mai 1948, « Accords avec les pays de l’Est européen ».
  • 67 YI 1944-1949, 86, Coopération économique, « Compte rendu de la 1re session du comité pour le dével (...)

108Les Français, invités à donner le maximum de renseignements sur les accords qu’ils avaient passés avec les pays de l’Est, répondirent en mai 1948 que les accords publiés étaient à la disposition des Américains, mais pas les clauses confidentielles sur les types de produits66. Malgré le coup de Prague, Français et Tchèques travaillèrent à dresser la liste des produits en pénurie en Europe en vue de faciliter les échanges67. La Pologne avec laquelle un nouvel accord bilatéral était signé proposa d’augmenter ses achats de produits de luxe français : vins, parfums, articles de mode. Manifestement elle tentait de dissuader la France d’adhérer aux thèses limitatives américaines.

109Cependant, si la France joua un rôle conciliateur, elle vota avec les pays de l’Ouest. Elle ne put mettre en pratique cette politique du juste milieu et au GATT elle s’associa avec les Etats-Unis et la Grande-Bretagne pour approuver les prohibitions d’exportations pour raison de sécurité nationale.

Les interdictions d’exportations à l’Est

110La création de l’OECE, l’aide américaine donnèrent aux Américains l’influence nécessaire pour exiger des Européens une limitation de leurs exportations vers l’Est.

  • 68 CE 49, OW. 13 août 1948, note, « a/s commerce avec les pays de l’Est, sécurité ».

111Leur position ne naquit pas ex abrupto. Ils marquèrent des hésitations, de la gêne parfois. Leur doctrine s’élabora en juillet 1948. La crise de Berlin a fait mûrir leur décision. Ils étaient favorables à la poursuite du commerce Est-Ouest, mais ils obtinrent du gouvernement français « désireux de ne rien faire qui puisse compromettre la sécurité » du monde atlantique qu’il communique la liste des exportations françaises vers l’Est68.

  • 69 YI, 1944-1949, 230, Washington, Bonnet, 3354-60, 23 juillet 1948, 21 h 50, « Entretien avec Howard (...)
  • 70 CE 49, R. Schuman, à René Massigli, 19 septembre„1948, 373 « a/s commerce entre l’Est et l’Ouest d (...)

112L’ECA préparait une liste de produits dont l’exportation devrait être prohibée, mais renseignements pris en juillet 1948 auprès du Département américain du commerce, rien de tel n’était encore fait69. Les Français désiraient maintenir de bonnes relations avec l’Est, comme en témoignèrent l’accord libéral de commerce avec la Pologne source d’inquiétudes chez les Américains70 et le voyage de Boris à Varsovie en août.

113Une réunion chez Alphand réunit les services français et l’ECA-France en octobre. On y évoqua le blocus des pays de l’Est. Une liste de marchandises prohibées fut remise à chaque pays de l’OECE, tenant compte, disaient les Américains, des caractères particuliers du commerce de chacun d’eux avec l’Est.

  • 71 CE 49, PB 29 octobre 1948, coopération économique, « Commerce Est-ouest ».

114Fallait-il accepter cette liste ? Les Français se tournèrent vers les Britanniques pour la négocier avec eux, cherchant à établir des règles générales71. La liste remise par les Américains allait en effet bien au-delà des interdictions d’exportations précisées par la loi d’aide américaine.

115Deux listes ont été remises en fait. L’une concernait les armements, l’autre, secrète, comprenait une série de produits chimiques et métallurgiques, des outillages, des moteurs. Une troisième était annoncée, concernant uniquement les exportations interdites à partir des Etats-Unis.

  • 72 CE 52, OW, 22 octobre 1948, « Note pour le Président, commerce avec les pays de l’Est européen ».

116Les Américains demandaient un alignement sur leur politique, mais les services français furent interloqués. C’est très clair dans la réaction d’Olivier Wormser. La France avait besoin du charbon polonais, de non-ferreux et de bois des pays de l’Est. La mise en application de ces listes aggraverait la tension Est-Ouest. Il suggéra de porter le problème devant l’OECE pour éviter un tête-à-tête incertain avec les Etats-Unis72.

  • 73 CE 52, coopération économique, MAE à DN, novembre 1949 ? DGAEF 21 janvier 1950 à DN. CE 52, DP, 6 (...)

117L’OECE se mit rapidement d’accord pour s’abstenir d’exporter vers l’Est des productions militaires. Bien entendu, la rupture entre Staline et la Yougoslavie fut exploitée immédiatement. La France fournit à la Yougoslavie en janvier 1949 un atelier de fabrication de cartouches de 940 machines pour $ 5 millions, ainsi que des matériels d’optique, puis deux vedettes rapides, des canons, des moteurs Renault, des turbo-réacteurs, 10 avions SO 600073. Pour les Français, la Yougoslavie faisait partie des états susceptibles de s’intégrer dans les échanges de l’Ouest européen.

118A part ce cas de guerre froide dûment recensé, le gouvernement français s’efforça de limiter les listes de prohibitions qu’il avait reçues des américains « à titre d’information », dit-il. Il tenta d’organiser un front commun européen sur cette question, mais la dysharmonie fut immédiate. Les Britanniques dressèrent une liste propre de prohibitions. La France se résigna à en faire autant. Puis un accord franco-britannique aboutit le 3 février 1949.

119Les Français fondèrent en droit les interdictions sur un opportun décret du 4 septembre 1939, interdisant les exportations d’armements. L’idée était de limiter les prohibitions d’exportations aux matériels stratégiques. Les listes franco-britanniques ne seraient pas rétroactives. Mais ils ne purent imposer leur point de vue. Seule l’Italie s’y rallia à la différence de la Belgique, des Pays-Bas et de la Suède. La Suisse ne s’engagea pas.

120L’Europe de l’Ouest n’offrit donc pas de réponse cohérente à la diplomatie américaine ; elle s’exposa à des pressions multiples.

  • 74 YI 1944-1949, 132, YR, compte rendu sténographié de la conférence de presse d’Alphand, 1er avril 1 (...)

121Les Français exploitèrent opportunément l’échec en réaffirmant le principe de l’autonomie des décisions du gouvernement par rapport aux Etats-Unis. En fait, ils souhaitaient le maximum de discrétion sur cette affaire. Le gouvernement français désirait continuer les échanges avec l’Est, alors que de fortes pressions s’exerçaient pour les faire cesser. « Je crois qu’il est possible de concilier les soucis de sécurité avec la nécessité de maintenir les courants commerciaux de la France avec l’Est de l’Europe », affirma à la presse Hervé Alphand74.

122La politique américaine modifiait en réalité celle de la France, non pas sur les exportations militaires, mais en forçant les Européens à interpréter plus largement la notion de prohibitions stratégiques.

123Les Français n’y étaient pas très favorables pour des raisons politiques et pour des raisons commerciales. Ils évaluaient le commerce des produits prohibés à 10 % du commerce avec l’Est. Les Finances se rallièrent au Quai d’Orsay pour des raisons de cohérence politique générale, mais les contrats anciens furent respectés.

124Les Britanniques pressèrent le gouvernement français de mettre en vigueur les listes. En août 1949, elles entraient en application. Dans ces conditions l’augmentation des exportations vers l’Est européen, un objectif inscrit dans le PLT français, s’avérait compromise dès 1949.

Les dollars de l’aide américaine réservés au marché américain ?

125La gestion de l’aide par les Américains fit apparaître des tendances de fond qui inquiétèrent les Français sans pour autant les dissuader de renoncer aux dollars. L’exemple des off shore purchases (OSP) montrait que l’aide devait servir aussi les intérêts économiques américains.

126Les Français souhaitaient, comme d’autres Européens, disposer à leur guise des dollars de l’aide. Il n’en fut pas question, d’une part parce que le programme s’insérait en théorie dans un projet global de reconstruction de l’Europe, d’autre part parce que les Américains souhaitaient faire profiter leurs industriels et agriculteurs de ces dollars.

Tableau 32. Programme français d’OSP, juin 1948

Tableau 32. Programme français d’OSP, juin 1948
  • 75 CE 48, JPB à ambassadeur de France à Buenos-Aires, 12 juin 1948, 398-404.
  • 76 F 60 ter 469, 20 juillet 1948, René Mayer à Bruce. F 60 ter 387, 17 juillet 1948, « Projet de lett (...)

127Les Français avaient prévu des achats en dollars sur l’Amérique latine en sus des achats inscrits dans les accords bilatéraux et payables en monnaies nationales. Un tel emploi des dollars de l’aide ne profitait pas au marché américain. Qu’en pensait l’ECA ? L’ECA manifestement n’y était pas favorable car elle voulait obtenir des pays latino-américains des avantages en échange de paiements commerciaux en dollars Marshall75 ! René Mayer plaida pour les off shore procurements, qui étaient le moyen de parvenir à l’équilibre alimentaire en France : l’importation de céréales secondaires et de tourteaux d’Amérique latine permettrait de mettre sur le marché du blé panifiable et d’améliorer la ration en corps gras76.

  • 77 B 33719, R. Sergent à ministère des Finances, Lavergne, n° 1083, n. dat. juillet ou août 1948.
  • 78 F 60 ter 438, DT 13, septembre probablement, « Third quarter french import program of coal ». F 60 (...)
  • 79 F 60 ter 387, Bruce à René Mayer, 31 juillet 1948.

128Les Français caressaient aussi l’espoir de se fournir par off shore sur la zone sterling, car ils manquaient de £. Les services réduisirent leur programme charbon et pétrole sur la zone dollar pour pouvoir acheter en off shore du jute en Inde, du pétrole en Irak ou en Iran, et du charbon britannique, conformément sur ce point, aux incitations de l’ECA77. L’ECA en effet conseillait aux Français, en juillet et encore en septembre, d’acheter du charbon en Europe (Grande-Bretagne et Pologne) plutôt qu’aux Etats-Unis78. Les Américains acceptèrent l’achat de coprah aux Philippines pour la France et étudièrent les demandes de céréales secondaires sur l’Argentine et le Brésil. Hélas, la réalisation malhabile des achats de coprah par les Français fit brutalement flamber les cours aux Philippines, ce qui irrita les Américains, très attentifs à la stabilité des prix79.

  • 80 F 60 ter 469, 15 juillet 1948, B. de Margerie, « Achats off shore au Brésil » à ambassadeur de Fra (...)
  • 81 CE 48, Buenos Aires, 463-69, 25 juin 1948, 21 h 30 ; F 60 ter 469, « Achats off shore en Argentine (...)

129L’ECA, prenant en compte les difficultés françaises de paiements au Brésil accepta un achat off shore de 7.000 t d’huile d’arachide et l’achat au Chili de cuivre et de nitrate en raison de l’urgence80. Les Français attendaient beaucoup de l’Argentine : coton, huile, tourteaux, riz, corps gras. L’ECA, dans un premier mouvement, accepta des achats off shore de céréales secondaires mais souligna le prix élevé des « bulk commodities »81.

130Au début de cette première année d’aide, les Français croyaient possible d’utiliser les dollars ERP ailleurs qu’aux Etats-Unis. Ils pensaient que les dons américains pouvaient servir à renforcer les courants commerciaux traditionnels de la France. Une telle utilisation aurait conduit l’économie française à renforcer ses exportations, y compris de biens non essentiels vers des marchés délicats et précaires. Elle aurait préparé la voie à d’autres exportations de biens plus élaborés que l’industrie française aurait été capable de fournir, après la modernisation.

  • 82 CE 49, ECA, 20 septembre 1948, confidentiel.

131Mais le 1er septembre 1948, l’ECA déclara qu’il existait aux Etats-Unis des surplus de céréales secondaires, de tourteaux, de cuirs et peaux pour $ 13,7 millions. Elle refusa le financement de maïs argentin et de tourteaux (oil cake)82. D’autres exemples du comportement de l’ECA à propos du commerce français avec l’Amérique latine montraient qu’elle ne souhaitait pas qu’il s’y développe. L’ERP servait les intérêts américains dans cette partie du monde.

132Il faut donc constater une tendance de l’ECA à mettre en cause le fragile système d’accords bilatéraux qui offraient un marché à des produits français, chers ou non essentiels, en échange de produits essentiels à l’économie française. Les Français cherchaient à utiliser les dollars ERP, très demandés partout, pour inciter les pays d’Amérique du Sud à acheter français. Inversement, les Etats-Unis tentaient de satisfaire leurs producteurs avec les dollars qu’ils donnaient aux Européens.

133Les dollars ERP ne pouvaient intégralement servir les ambitions commerciales françaises.

  • 83 CE 64, JPB, 24 février 1949, à Washington, 1146-51, « a/s off shore 3T 48, conversations officieus (...)

134L’ECA fut plus souple en Europe. En attendant la mise en place du système de paiements européen (les DT de l’aide conditionnelle), l’ECA affecta $ 15 millions en septembre 1948 au commerce français avec la Belgique. Les Français achetèrent du cuivre, du radium, du coke et du charbon, 15.000 t de graines de lin et 8.000 t d’arachide. Ils purent acheter du nickel à la Norvège, payé par des dollars d’aide directe, du plomb à l’Afrique du Sud. $ 25 millions avaient été dépensés en bizone pour le compte de la France. Fin décembre, les Français avaient engagé $ 47,6 millions d’achats off shore83.

  • 84 F 60 469, ECA, 10 novembre 1948, « Communiqué n° 14 ».

135L’ECA a dû consentir officieusement pour le commerce inter-européen en général une rallonge sous forme d’off-shore de l’ordre de $ 217 millions à l’automne 194884. Ces dollars venaient en déduction, bien évidemment d’achats prévus sur la zone dollar.

136Si l’ECA consentait des off shore sur les marchés européens ou sur la zone sterling, il s’agissait le plus souvent d’une décision d’urgence. Ces exemples démontraient que l’aide directe avait pour vocation principale d’être dépensée sur le marché nord-américain.

  • 85 Marcel Marantz, Le plan Marshall, succès ou faillite ? Marcel Rivière Paris 1950, préface de Pierr (...)

137L’ECA n’a pas laissé la France disposer librement de ses dollars d’aide pour des OSP. La prédilection pour le marché américain bouleversait les liaisons traditionnelles de l’Europe avec le reste du monde, Europe de l’Est ou Amérique latine85.

138L’hégémonie du dollar, bénéfique à l’économie française parce qu’elle lui procurait mieux qu’avant le plan Marshall les produits dont elle avait besoin, s’accompagnait d’une dépossession limitée mais réelle de la décision en ce qui concernait le choix des partenaires commerciaux. Mais pouvait-on attendre des Américains qu’ils laissent leurs dollars librement utilisables ?

139Les Américains ont limité les achats off shore parce que les difficultés économiques américaines au printemps 1949 incitèrent puissamment l’ECA à orienter l’aide vers l’économie américaine en récession. Le Congrès, le peuple américain pouvaient-ils tolérer un autre comportement ? On ne voit pas pourquoi ils se seraient rangés aux buts de la politique économique extérieure de la France qui les auraient privés du juste retour de leur aide : vendre leurs produits à une Europe qui en avait besoin. Mais alors pourquoi permettre à la Grande-Bretagne de financer ses achats au Canada avec des dollars au grand dam des « farmers » et des hommes d’affaires américains ? Il faut croire que la Grande-Bretagne inspirait plus confiance que la France et qu’elle conservait une place éminente dans les projets américains de restructuration du monde.

Vendre pour acheter et non acheter pour vendre

140Tous ces éléments mis bout à bout confirment que la France voulait exporter au moindre coût. Prête à exporter des biens non essentiels, elle se réservait les moyens de la modernisation. Elle craignait l’abaissement des barrières mondiales qui balaierait son industrie renaissante. Pouvait-elle fonder son avenir sur l’industrie de luxe à laquelle la condamnait une spécialisation non concertée ?

141Mais pour moderniser, il fallait exporter, gagner des devises d’où son effort pour disloquer le protectionnisme des autres sans abandonner le sien et pour vendre des produits sélectionnés, inutiles à sa propre modernisation. Les Américains critiquaient, parce qu’ils ne sentaient pas l’enjeu vital derrière ce comportement. Il a fallu toutefois donner des gages de bonne volonté, et développer la production agricole en vue d’exporter. Le choix était judicieux. Il correspondait aux capacités de l’économie française.

142En revanche, le plan Marshall a eu des effets parasites dont il était difficile d’apprécier sur le moment la profondeur. Les Français comme les Américains en attendaient des effets favorables pour les exportations françaises. Ils s’aperçurent vite que le monde des affaires américain, parfois allié au capitalisme allemand, l’avait investi au point d’en faire un moyen de pénétration économique et de concurrence sur les marchés de la France à l’étranger. Il risquait de subordonner les économies européennes à la puissance américaine. Le plan Marshall dissolvait d’anciennes solidarités commerciales entre la France et le monde non américain.

  • 86 Voir à titre d’exemple significatif du réalisme politique, René Girault, Emprunts russes et invest (...)

143Le jeu n’était pas égal. Mais n’y avait-il pas une grande part de naïveté à prendre les dollars du généreux donateur et à lui contester l’accès au marché européen ? Etait-il conséquent d’exiger la fermeture de l’Europe aux marchandises américaines et l’ouverture du marché américain à celles des Européens ? Etait-il possible de lui demander des dollars pour les utiliser librement ? Sans doute était-ce l’idéal. Mais la France ou les Britanniques avaient-ils donné l’exemple dans le passé ?86 L’aide avait des contreparties économiques dont l’une était d’inciter les Français à exporter des produits essentiels à la reconstruction de l’Europe, une autre de renforcer les intérêts économiques américains.

144Déceptions et tensions jalonnèrent les rapports franco-américains quand il devint clair que la liberté d’exportations vers l’Est européen et d’importations du monde non américain serait limitée. Certes, il serait faux d’oublier une certaine connivence ; les frustrations étaient en demi-teinte, mais il était bien prévu dans le PLT français d’augmenter le commerce avec l’Est et de respecter les accords bilatéraux de commerce. La détermination américaine, progressivement affirmée de septembre 1948 à juillet 1949 fit plier les Européens, y compris la Grande-Bretagne.

145Les difficultés françaises à l’exportation sont issues de l’inflation française et d’une inadaptabilitê des exportateurs à comprendre les goûts de la clientèle étrangère. Mais les objectifs de la modernisation visaient essentiellement à renforcer le niveau de vie des Français et à leur assurer le maximum d’indépendance. L’autarcie n’était pas le but final des Français, on pouvait compter sur Monnet. L’exportation était un moyen obligé du développement, à la limite regrettable. Les Français se forçaient à vendre pour accumuler les moyens du développement intérieur.

UNE AIDE PLUS IMPORTANTE QUE PRÉVUE EN 1948-1949

146Les Français bénéficièrent d’un premier trimestre d’aide américaine d’avril à juin 1948. La signature de l’accord bilatéral le 28 juin 1948 leur ouvrit l’aide pour l’année fiscale américaine de juillet 1948 à juin 1949.

147Les services gouvernementaux français (CGP, DFE, Comité des importations, DREE, Coopération économique au Quai d’Orsay), avant même la signature de l’accord, avaient préparé des programmes d’importations. Ces projets subirent la critique de l’administration américaine. L’épreuve de vérité commençait.

Une aide substantielle pour des importations insuffisantes

148Les Américains avaient fait leur propre enquête sur les besoins des pays européens. Leurs conclusions ne furent pas toujours celles des Français.

Le country report « France », les « Brown Books » et le plan Monnet

  • 87 F 10 5625, CGP, pièce 8, « Esquisse du PRE, projet de loi et documents soumis par le DE à la Commi (...)

149Le programme d’importations toutes zones dressé par le CGP en septembre 1947 pour le CCEE, a été révisé en décembre 1947 par le Département d’Etat (country report) et fixé à $ 2.424,8 millions, les exportations à $ 1.318 millions87. Pendant six mois une bataille d’experts s’est déroulée pour savoir ce que la France peut exporter et importer en 1948-1949.

  • 88 F 10 5571, AW, 29 janvier 1948, relations extérieures, du ministère de l’Agriculture, « Note, rapp (...)

150Le Département d’Etat diminua les importations de blé, parce qu’il souhaitait que la France développe son agriculture. Il diminua celles des tourteaux, des engrais azotés, de la potasse, des matières grasses, du sucre, imposa des fruits secs. Il critiqua le montant des exportations de vin prévues par Monnet88.

151Les Français réagirent au country report « France » en février 1948 dans un document remis officieusement à l’ambassade américaine. Ils voulaient davantage d’importations de céréales, de matières grasses et de sucre. Ils s’étonnèrent des diminutions d’importations de pétrole. Ils demandèrent des importations d’acier américain pour des raisons de qualité mais ne voyaient pas l’intérêt d’importer 3.700 camions américains.

  • 89 B 33688, Commission de l’aide américaine, 31 mars 1948.

152Plus important, les postes équipements et matières premières étaient réduits par le Département d’Etat89, parce qu’il pensait que les capacités d’épargne française étaient insuffisantes pour réaliser le plan Monnet. Les Américains intervinrent ponctuellement dans les choix de développement français.

  • 90 F 10 5625, CGP, 11 février 1948, doc. remis officieusement à l’ambassade américaine, « Observation (...)

153Plus globalement, le Département d’Etat a cherché à diminuer le flux d’importations de la zone dollar : $ 1.036,9 contre $ 1.694,9 millions dans le projet français. Les Français étaient consternés parce qu’ils ne pensaient pas trouver hors des Etats-Unis les produits demandés. Les équipements étaient particulièrement pénalisés : $ 180,1 millions offerts contre $ 424 millions demandés90.

  • 91 F 10 5625, V/JC, « Comparaison des prévisions américaines et françaises d’importations de la Franc (...)

154Le CGP fit une nouvelle évaluation des besoins pour l’année 1948-1949 à $ 3.000 millions en avril 1948. Il conclut de lui-même à l’impossibilité de réaliser un tel programme91.

L’ECA révise les programmes français

155L’ECA retint en fait $ 2.148,3 millions d’importations toutes zones. Elle réévalua à la baisse les exportations françaises et diminua les importations. Le CGP s’estima satisfait des modifications apportées aux sources et aux types d’importations, sinon à l’ordre de grandeur du programme.

  • 92 F 10 5625, « Observations sur les estimations américaines faites par l’ECA et par les country repo (...)
  • 93 CE 48, JPB à Ambassadeur de France à Buenos-Aires,12 juin 1948, n° 398-404.

156La part de la zone dollar avait augmenté, les équipements avaient pris de l’importance mais les importations de matières premières avaient diminué. Le projet laissait subsister un déficit de $ 460 millions vis-à-vis des pays non-dollar. Comment le financer92 ? Il posait la question des off shore d’Argentine en particulier93.

  • 94 F 12 10325, CI du 21 juin 1948, « Programme toutes zones ».

157Le 21 juin 1948, le Comité des importations (CI) présenta un programme d’achats en zone dollar de $ 1.114,8 millions pour 1948-1949. Il s’en tint au montant exact de l’aide américaine envisagée alors. Ce programme s’ajoutait aux programmes d’achat en provenance des autres zones : $ 885 millions dollars u.c.94 Ce programme s’inspirait de celui de l’ECA.

  • 95 363 AP 8, DREE, 29 juin 1948, « Note pour le ministre, diverses hypothèses sur le Plan Marshall ». (...)

158Face à une situation de pénurie continuée, le Comité des Importations (CI) envisagea des économies. Ne fallait-il pas réduire les achats d’équipements ?95. Paradoxalement, les Français en vinrent par réalisme à envisager une réduction de ce qui était essentiel dans leur stratégie de modernisation, les équipements.

Le programme budgétaire d’importations de juillet 1948

159La France présenta donc à l’OECE un programme de 1.959,8 millions de dollars.

Tableau 33. Le premier programme budgétaire d’importations (15 juillet 1948)

Tableau 33. Le premier programme budgétaire d’importations (15 juillet 1948)

160Les ressources ainsi décrites provenaient de l’aide ERP, des accords bilatéraux et des ressources françaises. Il était à un niveau très inférieur de celui qui avait été envisagé par l’ECA elle-même.

  • 96 F 60 ter 466, OECE, délégation française ; 15 juillet 1948, « Mémorandum n° II France et TOM, inci (...)

161Dans son ensemble, le programme faisait une part considérable aux combustibles (42 %), aux matières premières (42 %), et une faible part au ravitaillement de consommation (7 %) et aux équipements (anciens et nouveaux) 9 %. Il était présenté comme un programme de pénurie. De plus les crédits pour les équipements réglaient des factures anciennes. Seul, le deuxième train à bande était financé pour 1948-194996.

162Comment engager le pays sur la voie de la modernisation ou même relever significativement la production ?

163En juillet 1948, la plus grande consternation transparaissait dans les dépêches et les Français tentèrent d’obtenir de l’OECE une révision à la hausse de l’aide américaine. Les Français avaient des raisons de s’inquiéter. L’aide américaine avait été réduite par le Congrès et le commerce inter-européen s’enfermait dans une spirale de déficits impossible à contrôler.

  • 97 Voir le chapitre 17. Les réductions d’importations de la zone dollar furent en fin de compte moins (...)

164Les travaux des 4 sages de l’OECE accordèrent à la France une aide directe diminuée par rapport aux prévisions, mais augmentée par une aide indirecte destinée à financer les déficits avec les pays de l’OECE97.

  • 98 F 12 10323, Plan OECE 1948-1949, (Ibis) +, « Etat récapitulatif de septembre 1948 », d’après Desro (...)

165En septembre, l’OECE approuva pour la France un programme d’achat de $ 1.592,9 millions de produits de base, non compris l’agriculture et le ravitaillement, et de $ 182,5 millions d’équipements (les deux postes les plus importants portent sur les équipements sidérurgiques et les machines agricoles)98.

  • 99 YI 1944-1949, 231, YR, 13 septembre 1948 ; circ. IP 246, « Répartition de l’aide américaine et sys (...)

166Alphand, le 11 septembre 1948 expliqua aux journalistes que le programme d’importations représentait $ 2.400 millions dont 50 % étaient financés par l’aide directe ou indirecte. En fait le programme définitif était encore en cours d’élaboration. Mais Alphand n’a pas tort d’avancer le chiffre de $ 2.400 millions, car on le trouve dans un document de l’OECE du 10 octobre 1948, auquel est annexé, comme un remord, le programme idéal de $ 2.740,7 millions !99

  • 100 5 A 76, OECE, « Rapport à l’administration de coopération économique sur le programme 1949-1950 », (...)

167D’après les documents déposés à l’OECE à la fin de 1948, les importations prévues pour 1948-1949 étaient de $ 2.154,5 millions hors fret, contre $ 1.231 millions d’exportations100.

168Le programme français d’importations de la zone dollar était moins important qu’initialement prévu, mais le commerce avec les autres pays européens était rendu plus facile du fait de l’aide indirecte. La diminution des crédits d’équipements était plus forte que celle de l’ensemble du programme : 57 % contre 11 %.

169L’aide américaine allouée à la France était cependant confortable, puisqu’elle dépassait les valeurs des Brown Books : $ 1.322 millions contre $ 1.114,8 millions, si elle portait bien sur 12 mois. Les planificateurs considérèrent ce programme d’importation comme un minimum. La bonne surprise de l’aide indirecte a soulagé les responsables après un mois de juillet désolant et donné l’impression que les problèmes étaient résolus. Or les besoins de l’économie française n’étaient pas assez couverts pour mettre en route une véritable modernisation. L’année 1948-1949 s’annonçait comme une transition après le creux de l’été 1947.

170Les Américains souhaitaient que la France fasse une cure d’austérité, remette de l’ordre dans les finances publiques, exporte davantage. Ils avaient critiqué constamment l’ampleur et les choix de la modernisation française. Le plan français avait justifié les demandes françaises de crédits en 1946 et 1947. En 1948, la « magie » du plan n’opérait plus, malgré des efforts louables pour effacer certains aspects trop autarciques et pour le mettre aussi au service de la reconstruction européenne.

Une réalisation trimestrielle prudente des programmes

171Les allocations d’aide furent données par trimestre et l’aide indirecte ne le fut qu’en octobre 1948.

Le programme du 3e trimestre 1948 est modifié

172En juin 1948, les services (la DFE et le CGP) préparèrent les documents nécessaires à l’OECE pour justifier l’aide du 3e trimestre 1948. L’aide directe envisagée pour juillet et août était de $ 323,5 millions.

  • 101 5 A 72, « Note sur l’état des besoins remis par le 18 pays bénéficiaires du plan Marshall à l’OECE (...)
  • 102 F 12 10324, Bonnet, 9 septembre 1948, 301 DET JPB. YI 1944-1949, 230, Bonnet 17 juillet 1948, 21 h (...)

173Les matières premières représentaient le poste le plus important101. Au cours des discussions avec l’ECA sur le programme du 3e trimestre, il apparut que les ressources attendues étaient fortement diminuées : de $ 323,5 millions à $ 251 millions dont $ 30 millions d’aide pour des achats off shore en Europe. L’ECA estimait que les ressources françaises propres étaient suffisantes pour compléter les crédits102. Les services ne partageaient pas cet optimisme.

  • 103 CE 49, Bonnet, 3589-91, 10 août 1948.

174La discussion était difficile parce que les Français partaient de deux tableaux statistiques (OECE 1 et OECE 2 France et TOM) du 4 juin 1948, alors que les Américains se servaient de leurs propres chiffres. Fin juillet, Bonnet retint le chiffre de $ 251 millions d’aide pour le 3e trimestre 1948103.

  • 104 CE 49, Bonnet, 25 août 1948, 18 h 30, n° 3724-30, « Etat des réalisations des programmes 2T et 3T  (...)

175Les marchandises tardaient à arriver : les procurement autorizations (PA) du trimestre précédent atteignaient seulement $ 341,3 millions sur $ 626 millions alloués au 25 août 1948. Bonnet incriminait les lenteurs des services français. L’ECA s’inquiétait. Les crédits de 1949-1950 risquaient d’être diminués ou étalés sur 15 mois. Bonnet souligna l’importance politique de l’affaire104.

  • 105 F 60 ter 490, ECA, 10 février 1949, « Allotments tables », april 1948-june 1949.

176En fait, le montant des allocations du 3e trimestre fut de $ 247 millions dont $ 35 millions sous forme de prêts, $ 209,7 millions de dons, et $ 2,3 millions d’aide conditionnelle qui correspondait à des crédits en francs ouverts aux débiteurs de la France.105

Les prêts de l’Eximbank, une obligation mal reçue

177Il était acquis que l’aide prendrait aussi la forme de prêts. La question était de savoir leur poids dans l’ensemble du programme.

  • 106 B 33689, Valensi, 24 août 1948.

178L’ECA proposa à la France un prêt de l’Eximbank de $ 172 millions, soit 17,7 % de l’aide de la première année. Comme pour les précédents, les Français cherchèrent à obtenir des conditions avantageuses et l’ECA à imposer certaines utilisations106.

179Ce prêt n’était pas désiré par le gouvernement. Il résultait des dispositions de la loi américaine d’avril 1948 et les Français firent traîner en longueur les négociations. Les Américains menacèrent alors de ne plus émettre de PA. Le Quai d’Orsay demanda à Bonnet de signer le contrat. L’accord entre le gouvernement et l’Eximbank fut entériné le 29 octobre 1948. Le prêt se monta à $ 170 millions, au taux de 2,5 % sur 35 ans. Il fut porté à $ 172 millions en cours d’année et fut mis à la disposition des Français le 7 janvier 1949.

  • 107 F 60 fer515, Bonnet, 22 octobre 1948. CE 49, Bérard, 22 septembre 1948, 15 h 45, 4040-41.

180Le Parlement français mit de la mauvaise volonté à ratifier l’accord, et en conséquence les PA du 4e trimestre cessèrent provisoirement d’être émises le 20 novembre107.

181Pour les Américains ces prêts étaient le signe que l’Europe voulait se relever d’elle-même. Il n’était donc pas question d’y échapper.

182Le premier trimestre « normal » de l’aide américaine fut donc une période d’hésitations et de prudence. Le donateur distillait trop lentement les dollars du Congrès, au risque d’empêcher les Français de passer les contrats pour le reste de l’année.

Le programme du 4e trimestre 1948 et les grèves françaises

183L’élaboration des programmes s’était faite dans des conditions difficiles, car le montant de l’aide directe n’avait été acquis qu’en septembre.

  • 108 F 12 10323, Bonnet, Washington, 4 septembre 1948, n° 295 DET.
  • 109 CE 49, H. Bonnet 14 septembre 1948, 20 h 40, 3927-34.
  • 110 F 60 ter 479, Hoffman à H. Bonnet, Washington, 10 septembre 1948.

184A cette date, l’ECA indiqua que les fonds Marshall seraient connus quatre mois avant le début d’un trimestre. La liste des produits à financer devait être donnée à l’ECA trois mois avant le début du nouveau trimestre d’aide, les autorisations d’achats (PA) seraient établies deux mois avant le début du trimestre108. Le montant des allocations du 4e trimestre atteignit $ 380 millions109. Les sommes allouées le 10 septembre 1948, étaient plus importantes que prévues afin de faciliter les négociations de contrats à plus long terme110.

  • 111 F 12 10324, SGCI, 25 octobre 1948, « Décision prise par le C1QCEE », 23 octobre 1948. F 60 ter 357 (...)
  • 112 F 60, 387, [source non identifiée] 26 novembre 1948, « Mesures prises depuis le début de la grève (...)
  • 113 B 16020, Dirapro, 1075, 17 décembre 1948, « Note pour le ministre ». F 60 ter 387, MIC, Lacoste, 2 (...)

185Le programme d’achat du 4e trimestre 1948 a été modifié à cause de la grève des mineurs à la demande du SGCI le 25 octobre. Il fallut importer en catastrophe 1 million de tonnes de charbon pour $ 19 millions, ce qui diminua d’autant les autres postes (coton, céréales secondaires, carburants, médicaments). Il fallut accélérer les livraisons pour éviter la rupture des stocks, alors que la perte de production était estimée à 3 millions de tonnes. Les stocks passèrent de 4 à 1 millions de tonnes. L’ECA donna son accord de principe le 10 novembre 1948 pour 1 million de tonnes111. Un conseil de cabinet décida une importation supplémentaire de 1 million de tonnes le 15 novembre. En décembre, l’ECA accorda un nouveau contingent parce qu’elle était préoccupée de parer à une nouvelle grève. L’objectif était d’éviter des troubles sociaux à conséquences politiques, mais elle voulait que la France cherche des fournitures en Europe, car les fournitures américaines risquaient de parvenir en avril seulement. La grève avait entraîné en effet des conséquences non négligeables : limitation des livraisons pour le chauffage domestique, suppression de trains, interdiction du chauffage des trains, distribution d’électricité réduite à 4 jours pour l’industrie, réduction des quantités distribuées aux heures creuses, coupures d’électricité deux jours par semaine pour les commerçants et les particuliers112. Les Français espéraient que la grève aurait pour effet de faciliter l’accès au charbon de la Bizone. Or ils ne purent compter sur le matériel allemand, par suite de la mauvaise volonté des autorités de la bizone113.

  • 114 CE 49, Teleg. Fransupply, 3143, à Coopération économique, 26 octobre 1948, n° 4492.

186Malgré ces déconvenues les marchandises Marshall arrivaient dans les ports français. Le trafic grossissait chaque semaine entre les Etats-Unis et l’Europe. Entre le 17 et le 23 octobre 1948, une semaine ordinaire, la métropole reçut $ 3,6 millions de marchandises. 18 navires charbonniers, un navire chargé de nitrate de soude du Chili, 1 pétrolier, 3 minéraliers avec du cuivre chilien, un minéralier chargé de plomb accostèrent dans les ports français. Deux navires de charbon et de cuivre abordèrent l’Afrique du Nord, 3 navires vraquiers livrèrent des blés et 3 autres de la farine pour la zone française. La semaine suivante, des métaux rares, de la streptomycine, du charbon, de l’avoine étaient débarqués en France. Trois navires chargés de lait condensé accostaient les ports de Dakar, Douala, Pointe Noire114.

  • 115 CE 50, Bonnet 12 novembre 1948, 20 h 00, 383 DET, « Programme du 4T ».

187Pour tenir compte des inévitables réductions de programmes, les services présentèrent à l’ECA un programme de $ 447,5 millions le 1 octobre qui fut réduit à $ 354,8 millions en raison du refus de l’ECA de financer des off shore sur l’Amérique latine115.

  • 116 B 16020, Dirapro, 975, 2 novembre 1948, « Note pour M. Bujard, streptomycine ».

188Les produits importés étaient-ils en quantité suffisante ? Les services firent état d’insuffisance en streptomycine. Elle était utilisée pour les « seuls cas où il y a danger de mort »116.

189La réalisation du programme était encore chaotique, perturbé par les grèves en France et l’indécision sur la durée du programme d’aide pour 1948-1949 : 12 ou 15 mois ?

Le programme du 1er trimestre 1949 : l’incertitude

  • 117 CE 50, Bonnet, Washington, 17 novembre 1948, 19 h 26, 386 DET. F 60 ter 386, Bonnet, Washington, 2 (...)

190Les Français décidèrent de présenter un programme plus élevé que le montant de l’allocation dans le but de s’adapter plus facilement aux modifications de l’ECA. De plus l’allocation risquait d’être très faible en raison de l’indécision américaine concernant la durée du programme 1948-1949. Bonnet s’attendait à $ 50 ou $ 75 millions seulement117.

  • 118 F 60 ter 357, 662, PPS à Bruce, 12 mars 1949.

191L’ECA se plaignit des retards apportés à la délivrance des licences d’importations de matériels agricoles. Des « combines », par centaines, attendaient leur chargement à New York118. Ces retards justifiaient une plus faible allocation.

  • 119 CE 50, Bonnet, 10 décembre 1948, 21 h 18, 413 DET, 5099/103.

192En décembre l’ECA annonça au contraire une aide de $ 123 millions pour le 1er trimestre 1949, à laquelle s’ajoutèrent les reliquats des 2e et 3e trimestre 1948119. Elle sera de $ 123,3 millions dont $ 2 millions de prêt et $ 121,3 millions d’aide directe.

Au 2e trimestre 1949 un effort supplémentaire du Congrès

  • 120 CE 50, Bonnet 30 novembre 1948, DET 464.

193L’incertitude régnait encore au 2e trimestre 1949, à cause de l’ambiguïté sur la durée de l’aide 1948-1949. L’ECA proposa de faire voter au Congrès une loi couvrant à posteriori les crédits du 2e trimestre de 1948 et une autre affectant la totalité de l’aide 1948-1949 à l’année fiscale juillet 1948-juin 1949120.

  • 121 F 60 ter 490, L’attaché financier, Washington, à DFE, 3 janvier 1949, « a/s montant et répartition (...)

194Si le Congrès acceptait, les Français pourraient compter sur $ 265 millions à $ 311 millions au 2e trimestre 1949. Un programme réaliste de $ 281 millions fut établi en janvier121.

  • 122 F 60 490, G. de Frondeville, DREE, affaires générales, 1331, 1er mars 1949, « Note sur le programm (...)

195Les programmes du 2e trimestre 1949 firent la part belle aux matières premières et aux combustibles. Les équipements représentèrent 10 % et les TOM/DOM 18,7 %. L’apport de combustibles fut bien accueilli parce qu’il augmenta les stocks de charbon, combla le déficit en pétrole sur la zone sterling122.

  • 123 F 60 ter 435, H. G. Reed à PPS, 13 mai 1949. Trad. : « Une ligne de démarcation raisonnable entre (...)
  • 124 CE 91, VL, 17 décembre 1948, coopération économique, à Ministère des Finances ; n° 1006/CE Baraduc (...)
  • 125 F 60 ter 505-506, SGCI, 997 à FOM, 20 juin 1949, et ECA, n°925, 30 septembre 1949, « BQ des servic (...)

196L’ECA insistait toujours pour que les Français établissent dans leurs programmes « a reasonable line of démarcation between necessities and luxuries »123. Elle faisait allusion à des dérapages dans le détail des programmes d’importations. Le SGCI avait pourtant insisté pour exclure des programmes les produits futiles comme la quincaillerie. Dés le mois de décembre 1948, l’ECA s’étonnait d’importations de chewing-gum pour $ 107.601124. En septembre 1949, 14 catégories de produits furent exclues des importations : automobiles de luxe, auto-radio, caméras et films, vêtements, confiseries, équipements ménagers, métaux précieux, instruments de musique, objets personnels, articles de sport, jouets125.

197L’aide du 2e trimestre 1949 fut de $ 259,7 millions dont $ 257,3 millions d’aide directe et $ 2,4 millions d’aide conditionnelle.

Une erreur française de prévision : le blé

198La France voulait devenir exportatrice de blé. Or depuis la Libération elle était importatrice nette de céréales.

199Le problème du pain avait été au cœur des difficultés françaises en 1947. Le sujet éminemment politique inquiétait par ses répercussions sociales.

  • 126 B A 1944-1952, EU, 251, 10 juin 1948, conseiller commercial, au (Bulletin mensuel d’information), (...)

200Le bilan du 2e trimestre 1948 était redevenu normal. A deux mois des nouvelles récoltes, la situation était maîtrisée par des économies draconiennes, des allocations substantielles de l’IEFC, des prêts de céréales de Grande-Bretagne, une aide de l’AFN. Les Etats-Unis avaient fourni 1,7 millions de tonnes sur les 2,3 millions de la campagne qui s’achevait126.

  • 127 B 16020, Dirapro, « Note pour le ministre », 3 juillet 1948, 667, Grimanelli.

201Mais ce n’était pas l’avis du Ministère de l’Agriculture qui estimait au début juillet 1948 que les importations étaient insuffisantes. Les ressources permettaient une ration de pain de 270 gr par jour et par personne. L’augmentation à 430 g. serait possible en important le quota accordé par les accords internationaux à condition d’avoir les fonds. La Dirapro, le 3 juillet, proposa d’importer 975.000 tonnes de blé pour faire monter la ration à 350 g. des céréales secondaires et des tourteaux pour faire sortir des greniers les stocks127.

  • 128 F 60 ter 387, « Note du Sous-Secrétaire d’Etat à l’agriculture au Président du Conseil », 13 juill (...)
  • 129 V. Auriol, Journal, 1948..., op. cit. ; voir bibl. n° 19, p. 302, 7 juillet 1948.

202L’inquiétude des responsables s’expliquait par les risques de troubles analogues à ceux de 1947128. Le conseil des ministres aborda cette question le 7 juillet. Coudé du Foresto, ministre de l’agriculture, maintint une demande de $ 80 millions de blé, pour amener la ration à 300 g, alors que Vincent Auriol estimait que la récolte française pouvait suffire129. Coudé avait raison de se méfier. Mais le très court terme lui donna tort.

  • 130 F 60 fer387, 1er septembre 1948, 291 DET qui fait référence à un télégramme de Coudé du 30 août 19 (...)

203La récolte française de l’été 1948 fut bonne et des allocations accordées par l’IEFC à la France furent même déroutées en août sur l’Amérique latine. Coudé du Foresto avertit Bonnet début septembre de suspendre toute prévision d’achat de blé pour la présente campagne alors que des bruits couraient que les Etats-Unis s’efforçaient de placer en Europe leur excellente récolte de blé130.

  • 131 CE 64, Bonnet, Washington, 29 janvier 1949, 29 h 31, 368-72. Ravitar 33. CE 003, Washington, 23 ma (...)
  • 132 F 60 ter 357, 545, 5 février 1949, Elgozy à Tixier, directeur du cabinet du ministre des finances (...)

204Mais l’ECA souhaitait inclure dans le programme d’importation, des céréales panifiables par crainte d’une crise, que les Français ne redoutaient plus. Il semblait même urgent que la France exporte du blé à moins de susciter un doute sérieux sur sa capacité ou sa volonté de réaliser les objectifs agricoles du PLT français. La France se déclarait légèrement exportatrice pour 90.000 tonnes au Conseil international du blé en mars 1949131. Mais les services étaient incohérents puisqu’une demande d’importation de 300.000 tonnes de blé pour la soudure de 1949 venait d’être formulée par le Ministère des Finances132.

  • 133 52 J 86, SGCI, doc. n° 4, non daté mais avril ou mai 1949, « Note du directeur général de l’ONIC s (...)

205Le directeur de l’ONIC expliqua que la collecte de blé français ne s’effectuait pas au rythme prévu. Un déficit de 500.000 tonnes entre janvier et juin 1949 était prévisible. Il demandait 300.000 tonnes d’importations pour $ 27,6 millions. La démarche française s’expliquait par la faiblesse des importations de céréales secondaires pour le bétail qui avait consommé du blé panifiable133.

  • 134 F 60 ter 387, Bonnet 27 février 1949, 58 DET, « Conférence internationale du blé »

206Cette contradiction n’échappa pas à Bonnet qui en souligna les conséquences désastreuses pour la France. Les grands pays exportateurs ne feraient-ils pas pression sur elle pour qu’elle revienne à une politique d’importation134 ? Il est vrai qu’il s’agissait d’un engagement pour 1949-1950. La récolte, on le savait déjà, serait bonne. Mais demander du blé pour la soudure dénotait de graves faiblesses et une curieuse inconscience.

  • 135 F 60 ter 438, DT 45, 11 mai 1949, « Note exposant la nécessité d’une importation de blé étranger »
  • 136 CE 03, Bonnet, 23 mai 1949, 20 h 32, 123 DET.

207La ration de pain passa à 250 g en août 1948, à 300 g en septembre, à 350 g fin 1948 et la carte de pain fut supprimée en février 1949, mais la tension restait encore vive sur le pain135 L’ECA était convaincue que la France devrait importer pour la prochaine campagne, et suggérait de donner des PA sur l’allocation en cours, ce qui aurait l’avantage de régler deux problèmes : celui des surplus américains, à un moment où la crise économique s’accentuait aux Etats-Unis et celui d’une possible défaillance française136.

208Les prévisions françaises ont donc manqué de cohérence. La position intéressée de l’ECA, en l’occurrence, en sortait renforcée.

Persistance de la pénurie de devises en cours d’année

209L’aide, malgré ses avantages, n’avait pas fait disparaître la pénurie de dollars, car les gains français en dollars « libres », non ERP, ont diminué en 1948 par rapport à 1947 : $ 184 millions contre $ 352 millions (gains commerciaux, tourisme américain, armée américaine en France). Ces recettes devaient servir à financer les remboursements d’emprunt et les marchandises que le plan Marshall ne prenait pas à son compte.

210En 1947, la France avait soldé son déficit commercial par des moyens de fortune, impossibles à reconduire.

  • 137 Baumgartner parle de $ 175 millions libres en or et en devises. « Communication du 15 novembre 197 (...)

211Le gouvernement fit savoir à l’ECA qu’il s’attendait à un déficit des paiements de $ 13 millions fin décembre137 et il faudrait rembourser $ 38 millions d’emprunts Eximbank et canadien. C’était donc impossible.

  • 138 F 60 ter 378, Guindey, « Note à Petsche, 12 janvier 1949 ».

212L’ECA offrit des facilités en faisant passer sur l’allocation ERP $ 120 millions de dépenses prévues en dollars libres, mais au prix d’une réduction des importations programmées au titre de l’ERP138. La France consentait cet effort, car, écrivait Guindey, « il eût été inconcevable que la France fut défaillante pour ses règlements financiers au cours d’une période où elle reçoit une aide américaine de l’ordre de $ 1.000 millions par an ».

  • 139 F 60 ter 414/1, Guindey au Ministre des Finances, secret, « Situation et perspectives de notre tré (...)

213Pour le premier semestre 1949, Guindey prévoyait un déficit en dollars libres de $ 60 à $ 70 millions. On réduisit les importations de la zone sterling, des Pays-Bas, de Belgique et de Suisse. Des droits de tirage furent affectés à la régularisation du solde débiteur avec la Belgique139. Des disponibilités nouvelles servirent donc à apurer des opérations anciennes. Elles ne pouvaient pleinement relancer les échanges inter-européens.

  • 140 74 AP 64, G. Guindey, 11 avril 1949, secret, à Paul Reynaud. Avec l’accord de M. Petsche, copie d’ (...)

214Petsche et Guillaume Guindey signalaient encore en avril 1949 « la gravité persistante de notre situation en dollars et de notre situation en sterling », les deux principales devises utilisées par la France. Mais la situation s’améliora considérablement avec les autres pays européens140.

  • 141 74 AP 64, DFE, 28 mars 1949, secret, « a/s évolution de la trésorerie en devises depuis octobre 19 (...)

215La fin du premier semestre 1949 fit naître des lueurs d’espoir sur les ressources en devises européennes de la France, mais elles étaient inconvertibles141. La situation des comptes bilatéraux s’améliorait, puisque déficitaire de $ 386,5 millions (u. c.) en 1948, la France ne l’était plus que de $ 100,3 millions (u. c.) en 1949.

  • 142 F 60 ter 414/1, « Note au ministre des Finances », 10 mai 1949, Guindey, « Echéances de trésorerie (...)
  • 143 F 60 ter 414/1, note au ministre, de G. Guindey, 10 mai 1949, « Objet : échéances de trésorerie en (...)

216La perspective des échéances de remboursement des différents emprunts en juillet 1949 fit frémir la DFE. Il fallait sortir $ 42,3 millions, ajouter $ 28,4 millions pour le quota français au FMI, et rembourser $ 50 millions à la Réserve fédérale142. Guindey, soucieux de la réputation de l’Etat français, proposa de rembourser en or la Réserve fédérale ou de négocier la prolongation du prêt ou de ne pas régler le quota supplémentaire au FMI. Le gouvernement décida de prélever 22 tonnes d’or le 23 mai pour rembourser la Federal Reserve Bank. L’encaisse tomba à 464,6 tonnes d’or143 l’aide américaine n’empêchait pas la France d’éprouver les affres des échéances financières difficiles, moins dramatiques qu’auparavant à cause du caractère de don de l’aide américaine.

  • 144 F 60 ter 378, Guindey, « Projet, note pour le ministre », 16 janvier 1949, secret.

217Mais la persistance du déficit, tant à l’égard de la zone dollar que de certains pays européens importants, conduisit la DFE comme l’ECA Paris, à demander une réduction des importations et donc un effort supplémentaire d’exportation144. Les Finances, plus que le Plan, prêchaient l’austérité au risque de mettre à mal la politique de modernisation.

218Des choix opérés, dépendait dans une grande part la modernisation de la France. Etait-elle contradictoire avec la stabilité des finances extérieures ? Jusqu’où le gouvernement pouvait-il ignorer les avertissements de la DFE et des Américains ?

L’ECA modifie les programmes pour favoriser l’achat de surplus

219L’ECA a parfois modifié autoritairement les programmes d’importation français, pour des raisons diverses, mais surtout pour complaire au Congrès.

Les postes modifiés

  • 145 F 12 10323, Washington, 23 juillet 1948, n° 237 DET, « Eléments sur les produits de ravitaillement (...)

220L’ECA a refusé de financer le thé vert convoité par le Maroc, un poste considérable de $ 4 millions, parce que le Congrès n’en comprenait pas l’utilité pour la société marocaine. C’était pour lui un luxe inacceptable. Le Maroc était le plus gros consommateur, 3.500 tonnes sur 4.350 importées par l’Afrique du Nord. Les Français de Rabat considéraient l’approvisionnement du Maroc en thé vert particulièrement urgent pour des raisons politiques et ils furent obligés d’ouvrir un crédit en dollars libres au Maroc en novembre en raison du refus de l’ECA145.

Tableau 34. Modification du programme d’importations de produits alimentaires 1948-1949 par l’ECA

Tableau 34. Modification du programme d’importations de produits alimentaires 1948-1949 par l’ECA
  • 146 F 60 387, Bonnet, 23 juillet 1948, 237 DET, « Programme de ravitaillement 3T 48 ». CE 48, Washingt (...)

221Bonnet insista tout d’abord sur le caractère non obligatoire des achats de surplus146. Mais il se trompait, car l’ECA insistait. Elle voulait vendre du tabac et du coton de qualité médiocre (low middling).

  • 147 F 12 10324, Bonnet, 22 juillet 1948, 236 DET.

222Dans certains cas la pénurie aux Etats-Unis expliquait les modifications de programmes qui ne favorisaient pas pour autant les achats offshore. Dans d’autres cas (pétrole), l’ECA estimait que les prix étaient plus bas hors de la zone dollar et réduisait les importations de la zone dollar147. Mais l’attitude de l’ECA variait constamment.

  • 148 F 60 ter 386, Bonnet, 22 juillet 1948, 236/DET, « Programme 3T 1948 ».

223L’ECA exerça une pression sur les services français de Washington pour qu’ils achètent du tabac supplémentaire aux Etats-Unis. Les Turcs, membres de l’OECE, ont dû apprécier148. A Paris, on fit de la résistance, quoique les tonnages soient « relativement faibles ». Mais on craignait des mesures de rétorsion au niveau de l’aide pour 1949-1950.

  • 149 CE 50, Bonnet à Diplomatie, 17 décembre 1948, 425 DET. F 60 ter 387, Bonnet, 20 novembre 1948, 392 (...)

224L’affaire des tabacs était assez banale par son importance financière, mais symbolique de la tendance d’orienter préférentiellement les achats vers les Etats-Unis en raison de pressions des milieux d’affaires américains. Le Quai d’Orsay ne laissa pas traîner le télégramme de Bonnet qui annonçait ces pressions de l’ECA. Bonnet expliquait que l’ECA « reconnaît le bien-fondé de nos arguments » mais il n’en conseillait pas moins de prévoir dans le programme du 4e trimestre 1948 et du 1er trimestre 1949 $ 4,5 millions de tabac149.

  • 150 CE 64, Bonnet, 5 janvier 1949, 20 h 30, n° 2 DET, 45-46. CE 64, Baraduc, 31 janvier 1949, 537, « I (...)
  • 151 B 33925, « Rapport de Valensi », avril-mai 1949.

225Les services résistèrent, mais ils appréhendaient des pressions. Disculpant l’ECA, incriminant les parlementaires américains prompts à favoriser leurs électeurs, ils conservèrent la possibilité d’augmenter les importations de tabac américain au 2e trimestre 1949 dans la mesure où rien d’essentiel ne serait sacrifié150. Or les Américains voulaient plus qu’une promesse et les Français décidèrent alors d’inclure $ 3 millions sur le programme 1948-1949 et autant pour 1949-1950151. Par rapport au programme 1948-1949 d’environ $ 989 millions, le poste tabac représentait 0, 05 %, il passa à 0,3 %.

  • 152 F 60 387, Bonnet, 25 juin 1949, 147 DET, « Visite à Demont, de Boykin représentant démocrate de l’ (...)

226En juin 1949, Bonnet signala de nouvelles pression américaines pour l’achat de produits en surplus aux Etats-Unis en ces termes : « L’évolution de la situation économique », la crise donc, « risque de rendre plus fréquentes les démarches de cette nature qui s’exerceront vraisemblablement au moins au début, en faveur de produits agricoles tels que le tabac, le bois, les céréales et le coton »152. Bonnet voyait juste.

227La question des importations de blé aurait pu devenir un problème comme celui du tabac, si les Français n’avaient pas commis une erreur de prévision qui a été exposée plus haut. Les Français ne pouvaient alors s’en prendre qu’à eux-mêmes. Et encore pouvait-on dire que l’intérêt français et américain se rejoignait conjoncturellement en faveur d’importations. Qu’en serait-il l’an prochain si les Français assumaient seuls le ravitaillement en céréales de la France et exportaient comme ils en avaient manifesté l’intention ?

Des surplus à la place des équipements ?

  • 153 F 12 10752, The Marshall Plan Letter, 9 mars 1949, S. R. n° V.
  • 154 F 12 10752, The Marshall Plan Letter, 12 mai 1949, n° 19.

228Pour les hommes d’affaires américains le plan Marshall ne servait pas assez l’économie américaine. Certains trouvaient dommage que les pays participants se fournissent en machines, ailleurs qu’aux Etats-Unis, que la Grande-Bretagne achète du blé au Canada, que le charbon américain comme le pétrole soient limités à l’exportation pour des raisons de prix élevé et de frais de transport exorbitants. Ils critiquaient les autorisations d’off shore purchases : 38 % des importations de l’OECE étaient en off shore au 31 décembre 1948153. En regard de ces positions, l’ECA a eu le souci de l’intérêt des Européens, mais elle céda souvent aux groupes de pression. En 1949-1950, l’ECA décida de limiter au maximum les OSP154. Tout le bénéfice de l’aide reviendrait à l’économie américaine.

  • 155 B 16021, Dirapro, 20 janvier 1949, CE n° 51, note pour le SE, « Financement des importations de la (...)

229Un dernier exemple prouvait qu’il était très difficile d’éviter l’achat de surplus américains, celui des produits laitiers américains. Les Français désiraient résilier des contrats laitiers passés par la fédération des importateurs sans doute en raison de l’amélioration de production agricole française. Or des tonnages avaient déjà été fabriqués et Bonnet demanda d’honorer ces fabrications. Bonnet avait reçu la visite de Fitzgerald qui avait souligné la mauvaise impression qui risquerait de se produire si les Français annulaient les marchés155.

  • 156 CE 003, Washington, 15 mars 1949, 21 h 50, 1091-96. « Contrats laitiers. »

230Les Français tombaient mal car les agriculteurs américains assiégeaient l’ECA pour qu’elle les défende auprès des pays participants, au point que les milieux d’affaires annoncèrent en juin que l’ECA suspendrait les achats de machines américaines pour les remplacer par des produits agricoles. L’information était fausse, mais Washington proposa à la France de prendre livraison des produits laitiers déjà fabriqués, soit la moitié du contrat156.

L’ECA limite provisoirement l’industrie française du raffinage

  • 157 CE 48, Bonnet, 30 juillet 1948, 21 h, n° 3473-78.

231L’ECA trouvait le programme français d’importation de produits pétroliers trop élevé. Elle le réduisit, officiellement pour ménager les ressources pétrolières de la zone dollar, mais dans le fond elle subissait les pressions des compagnies pétrolières américaines, inquiétes de la remontée en puissance de l’industrie française157. La contradiction avec les objectifs du plan Marshall était patente.

  • 158 F 60 ter 387, Diplomatie à Bonnet, 23 septembre 1948.

232Elle esquissa un marchandage qui révélait les raisons profondes de cette modification. L’approbation du programme d’importations de produits pétroliers dépendrait de l’ouverture des marchés des TOM aux compagnies américaines : la CFP aurait évincé des compagnies américaines dans les territoires d’Outre-mer, le Cameroun aurait discriminé envers des compagnies américaines, disait-elle. Les Français s’indignèrent : « l’administration française a toujours évité avec un soin extrême, parfois même au détriment de l’intérêt immédiat apparent de la France, tout ce qui pourrait impliquer une discrimination basée sur l’origine des capitaux entre les entreprises pétrolières travaillant en territoire français »158.

  • 159 Industrie, C 39, dica, JB, 14 août 1948, « Approvisionnement Métropole et Algérie en produits pétr (...)
  • 160 CE 49, DAEF, « Note pour Alphand », 11 août 1948. F 60 ter 387, 20 août 1948, 278 DET à Bonnet.

233Mais la réduction des importations de la zone dollar impliquait des achats en off shore sur la zone sterling, or les Anglais étaient réticents à moins que l’industrie française ne réexporte des produits finis. Serait-il possible de se fournir dans la zone sterling159 ? Comment payer puisque les Américains refusaient des OSP sur la zone sterling en raison des prix élevés160.

  • 161 F 60 ter 387, MAE à Bonnet, 31 août 1948, 25 DET, « Pétrole du Moyen-Orient ».
  • 162 F 60 ter 387, Massigli, 27 septembre 1948, 42 DET. F 60 ter 387, Tel Roche, Londres, 5 octobre 194 (...)

234Les Français tentèrent de faire rouvrir l’oléoduc d’Haïffa fermé par les Irakiens et les Israéliens, à la suite des événements de Palestine, ce qui aurait facilité le ravitaillement pétrolier de la France. Ils sollicitèrent l’appui du gouvernement américain auprès des compagnies membres de 1TPC, Socony Vacuum et Standart Oil, la France y détenant 23,75 % des parts161. Le gouvernement anglais ne crut pas possible de dissocier la réouverture, d’un règlement d’ensemble au Moyen-Orient. Mais le Foreign Office accepta une réunion à Paris avec les Français et les Américains. Il considérait qu’une solution était possible si le pétrole consommé en Israël était totalement importé162.

  • 163 F 60 ter 387, AE à Bonnet, 28 mai 1949, 26 DET.

235En attendant la solution du problème palestinien les importations de carburants restèrent limitées par la volonté de l’ECA. Le plan français passait de $ 29 millions à $ 25 millions pour le 4e trimestre 1948. La France dut renoncer à financer en off shore les importations du Venezuela163.

  • 164 CE 49, Bérard, Washington, 23 septembre 1948, 21 h, 4071 ; CE 64, Bonnet, 5 février 1949, 21 h 27, (...)

236L’attitude de l’ECA s’expliquait certainement par le jugement négatif qu’elle portait sur les programmes d’investissements pétroliers des Européens. Elle les trouvait excessifs : « Une sorte d’embargo a été mis sur l’exportation au départ des Etats-Unis de l’équipement pétrolier en général à destination des pays participants » notait le Quai d’Orsay164. De plus les Français et les Européens se heurtaient à la concurrence des compagnies américaines qui ne souhaitaient pas voir l’Europe leur reprendre des parts de marché. Dans ce domaine, les Français devraient compter sur leurs seules forces.

  • 165 Gaston d’Eté, Les achats français aux Etats-Unis de 1941 à 1950, dact. p. 153.
  • 166 F 60 387, « Note, visite de M. Motz, importateur de fruits des Etats-Unis », 10 août 1948. F 12 10 (...)

237L’abondance, la pléthore même, revenaient sur les marchés américains pour le tabac, les oranges de Californie165, et en conséquence l’ECA exerçait de plus en plus clairement des pressions sur les Européens pour vendre des surplus au prix d’une modification des programmes ou pour limiter la concurrence européenne. Le tabac en est un excellent exemple comme le sont les pressions des producteurs de fruits, ou de chewing-gum. D’autre part, un des principaux fournisseurs de coton était la maison Anderson, Clayton and Co, qui appartenait à 40 % à la famille de W. L. Clayton ancien sous secrétaire d’Etat, alors conseiller (adviser) du Département d’Etat166.

238Les Européens devaient donc compter avec ces nouvelles tendances. Par suite du renouveau économique français, il devenait très délicat d’accepter n’importe quel produit américain. Nécessairement le programme d’importations deviendrait plus sélectif. Les atteintes au programme d’importation d’équipements pétroliers étaient beaucoup plus graves car c’était toucher un des éléments de la modernisation. Le plan Marshall gardait sa finalité d’aide à la reconstruction européenne, mais selon les moments, il était plus ou moins modifié pour répondre aux tensions économiques intérieures américaines. La stratégie européenne de reconstruction-modernisation en souffrait. Aux Européens de vivre avec ces scories d’une aide qui globalement les satisfaisait.

LES ÉQUIPEMENTS : DE LA DÉCEPTION À LA SATISFACTION MITIGÉE

  • 167 B 42268, « compte rendu de la 3e réunion de la CI », 29 juin 1948.

239L’aide se justifiait par l’exigence de modernisation qui passait par le rééquipement de l’industrie française. Certes, il faudrait encore importer des quantités considérables de ravitaillement et de combustibles, néanmoins, on espérait bien lancer les programmes de modernisation en souffrance depuis 1947167.

  • 168 F 12 10324, MIC, J. Desrousseaux, 4 août 1948, n° 7597. CE 48, Washington, 31 juillet 1948, 22 h, (...)

240Le programme d’importation 1948-1949 ne comprenait pas assez d’équipements nouveaux. Il réglait des commandes antérieures. Le ministère de l’Industrie et du Commerce s’en inquiéta rejoignant ici les préoccupations américaines et celles de Bonnet. Sur $ 101 millions, la moitié réglaient d’anciennes commandes sauf pour le secteur de l’énergie, du machinisme agricole et de la sidérurgie168.

241L’ECA encourageait les Français à acheter des biens d’équipements et il est curieux de relever la distorsion entre les abondantes prévisions d’importations d’équipements et des réalisations limitées. La réduction du programme d’importations pour cause d’aide limitée et d’exportations françaises insuffisantes était-elle la seule raison de la faiblesse des importations d’équipements nouveaux ?

Incertitudes sur les programmes et les financements

  • 169 CE 49, Bonnet Washington, 6 août 1948, n° 3557. Bonnet, 7 août 1948, 19 h 52, 3563-68.

242L’ambassadeur de France à Washington demanda instamment de présenter « un programme d’équipement important et cohérent, comportant lui-même un ensemble de projets particuliers d’un intérêt économique certain ». Les Français le voulaient bien mais redoutaient de ne pouvoir être efficaces dans les conditions d’une aide trimestrielle. Ils désiraient un engagement financier américain sur plusieurs trimestres169.

Le programme français d’équipements

243Le ministère de l’industrie prépara en août 1948 un programme d’équipements dont une partie soldait les engagements antérieurs : train à bande du Nord (USINOR), équipement de Basse-Indre. Une autre engageait les grands équipements sidérurgiques nouveaux : train à bande de Lorraine (SOLLAC), équipements de mines de fer, machines pour fabriquer des tôles minces, laminages d’acier spéciaux à Imphy, équipements miniers pour le manganèse du Maroc et les mines de ter de l’Afrique du Nord.

  • 170 F 12 11022, 2 septembre 1948, Directeur de la sidérurgie, LC/GJ, DS/TP n° 64668, à directeur de la (...)
  • 171 B 42268, compte rendu CI 12 août 1948. AMF 14/6/6, 16 juillet 1948, V/JC à L. Jouhaux.

244Les projets s’étalaient bien entendu sur plusieurs années et demandaient des dépenses considérables en dollars170. La préparation de projets à long terme nécessitaient une longue concertation entre les différents services et industriels concernés. L’utilisation de l’aide américaine pour les équipements ne paraissait pas encore aller de soi en août 1948171.

  • 172 F 12 11801, R. Devaux, « La technique du plan Marshall », novembre 1948, rapport de fin d’études p (...)

245Les programmes d’équipements portaient sur $ 123,8 millions en provenance de la zone dollar et $ 49 millions (u. c.) de la zone sterling172.

Doctrine de l’ECA en matière d’équipements

  • 173 YI 1944-1949, 230, Bonnet, Washington, 10 juillet 1948, 16 h 48, 3118-20.
  • 174 YI 1944-1949,231, Washington, 7 août 1948, 19 h 52, 3563-68.

246Du côté de l’ECA on hésitait sur les méthodes de financement des équipements. Manifestement, les allocations trimestrielles n’étaient pas adaptées au financement à long terme. L’ECA souhaitait faire avec le financement des équipements une campagne exemplaire contre les propagandes anti-Marshall des communistes173. En août, l’ECA fit savoir que les programmes d’équipements devaient dépasser une année174. Il convenait de distinguer entre les équipements pour la transformation de matières premières et les équipements miniers, les investissements réalisés par des firmes françaises et par les investisseurs américains.

  • 175 F 60 ter 488, DREE, s/d n° 967 à E. Demont.

247L’ECA fit la différence entre les projets à long terme, et les importations plus modestes de machines (capital good items) financées sur les programmes trimestriels175.

  • 176 F 60 ter 486, ECA, 19 novembre 1948, « Procédure applicable aux projets et aux biens d’équipements (...)

248Les projets à long terme devaient être d’une valeur au moins égale à $ 1 million et augmenter la production. Ils devaient être approuvés par l’OECE. S’ils étaient acceptés par l’ECA après consultation de l’OECE, les pays participants s’engageaient à les poursuivre jusqu’à leur fin et à demander pour eux en priorité les allocations Marshall. Au cas ou l’ECA ne disposerait pas assez de fonds les pays participants les financeraient sur leurs ressources propres176.

Listes françaises d’équipements présentées à l’ECA

  • 177 F 60 357, 468 bis, SGCI, 10 janvier 1949, PPS à Mitchell, ECA.

249En janvier 1949, une liste de projets français d’équipements est fournie par Eugène Demont, directeur des approvisionnements français à Washington177.

  • 178 F 60 ter 412, 22 janvier 1949, Bonnet à AE n° 12 DET et E. Lamy, 25 janvier 1949, à président du C (...)

250Il prenait sur lui d’engager le gouvernement à poursuivre les importations de matériels sidérurgiques pour Carnaud et Forges de Basse-Indre. Bonnet et Lamy en rendirent compte à posteriori à Paris178.

  • 179 F 60 ter 486, « Note sur les équipements finançables par l’ERP », 18 février 1949.

251Face au double contrôle européen et américain, les Français cherchèrent à éviter l’intervention de l’OECE, et à présenter leurs demandes d’équipements en « capital goods items »179. Mais certains grands projets ne pouvaient évidemment échapper à l’OECE.

  • 180 F 60 ter 488, 16 février 1949, « Projet d’achat de 6 Lockheed Constellation ». F 60 ter 357, 585 b (...)

252La liste des biens d’équipements demandés pour 1948-1949 est arrêtée en février 1949180.

Tableau 35. Liste des équipements demandés pour 1948-1949

Tableau 35. Liste des équipements demandés pour 1948-1949

253L’ECA accepta ces projets le 23 février 1949. Mais pour certains il s’agissait d’une régularisation puisqu’ils avaient bénéficié de P. A. au cours du 3e trimestre de 1948 (Vieille-Montagne, streptomycine). Certains projets étaient développés avec l’assistance de firmes américaines (streptomycine).

  • 181 Industrie, C 39, Dica, Dirapro, Demont, Washington, 194, 294 Ind. 11 mars 1949 à M. des Finances, (...)

254A ces projets s’ajoutaient des équipements plus modestes constitués de machines-outils pour une somme de plus de $ 1 million181.

  • 182 F 12 10752, The Marshall plan Letter, 11 août 1949, n° 32.

255L’examen des projets par l’OECE retardait le dépot des dossiers auprès de l’ECA. L’ECA demanda des compléments d’informations pour certains (Potasses d’Alsace, matériels agricoles). Mais en août 1949, l’équipement pour les Potasses était accepté, car les Etats-Unis manquaient de potasse et dépendaient de l’URSS ou de la zone soviétique d’Allemagne182. Sans en faire une généralité, l’intérêt des Etats-Unis entrait en ligne de compte dans l’approbation des projets français ou européens.

Les projets à long terme

256Les Français établirent enfin une liste de grands projets qui constituèrent les fondements de la modernisation française.

  • 183 F 60 ter 357, SGCI, 691, PPS à Bruce, 21 mars 1949.
  • 184 F 60 ter 489, MIC, Desrousseaux, à SGCI, 23 février 1949, « Usinor ». B 42268, compte rendu du 26 (...)

257*USINOR. Les Français soumirent aux Américains le financement du reliquat d’équipement d’Usinor (train à bande à Montataire et Denain) le 21 mars 1949183. Le projet était partiellement financé par l’Eximbank et la Banque Mondiale à hauteur de $ 23 millions depuis mars 1947. Le Ministère de l’industrie estima qu’il n’était pas souhaitable de présenter à nouveau tout le dossier puisqu’il l’avait déjà été à l’Eximbank et à la BIRD. Il craignait sans doute un nouveau débat sur le projet. L’Allemagne dont la place était pleinement reconnue à l’OECE aurait pu le critiquer. L’ECA approuva le projet complémentaire de $ 6,1 millions pour 1948-1949 et 1949-1950 malgré les réticences du contrôleur financier de l’ECA184.

  • 185 B 33925, « Rapport de l’agence financière de Washington », Valensi, juin 1949, p. 11. F 60 ter 357 (...)
  • 186 B 16021, Dirapro, Grimanelli, 10 juin 1949, note pour le directeur du cabinet du ministre des Fina (...)

258*Tracteurs. Les Français définirent en mars 1949 une politique concernant l’industrie des tracteurs. 16.700 tracteurs anglais et américains avaient été importés en 1948, il y en aurait moitié moins en 1949. Les Français souhaitaient protéger l’industrie française en développement. La Commission des investissements en janvier espérait voir Renault produire 100 tracteurs par jour. Les Français exigèrent même d’exporter en Grande-Bretagne des outils adaptables aux tracteurs Ferguson contre l’importation de tracteurs de cette marque185. Le rapport entre importations et constructions nationales se posa. L’ECA veilla au maintien des règles de concurrence, et la Dirapro dut se défendre de créer un secteur préférentiel pour Renault186. L’ECA, sans désapprouver le choix d’une filière nationale de tracteurs veillait à écarter tout protectionnisme.

  • 187 Philippe Mioche, « Les plans et la sidérurgie, du soutien mitigé à l’effacement possible (1946-196 (...)
  • 188 F 60 ter 387, « R. Lacoste et P. Reynaud à Président du groupement du train à bande de l’Est », 31 (...)

259*SOLLAC. Le train à bande de l’Est était une histoire ancienne, bien que plus tardive qu’USINOR187. Il était prévu dans le plan Monnet. Proche de l’Allemagne, il traduisait la volonté française de concurrencer la Ruhr. Il devait être installé à Hayange, par un groupement constitué le 21 octobre 1947. Mais Renault voulait aussi un deuxième train à bande pour l’automobile. Le gouvernement souhaitait une rationalisation de la production dans le bassin lorrain. Il ne l’obtint pas de la SOLLAC et céda le 31 juillet 1948 par crainte d’un investissement concurrent en Allemagne. Robert Lacoste, ministre de l’Industrie et du Commerce, et Paul Reynaud, ministre des Finances, défendirent le projet avec ardeur auprès de l’ECA188.

  • 189 F 60 ter 489, 23 mars 1949, Sollac source SGCI ou MIC.
  • 190 Industrie, 11512, Note pour M. Denis, « historique et psychologie des trains à bande », 22 février (...)

260La SOLLAC était créée avec Dilling, Carnaud, Gueugnon, Longwy, Marine-Homécourt, petits-fils de de Wendel, de Wendel, Rombas, UCPMI189. Le projet était estimé en mars à $ 57,7 millions. La SOLLAC négociait déjà avec des fournisseurs américains. Le matériel électrique serait fourni par General Electric et Westinghouse. Le 5 janvier 1949 le train continu à chaud de 80 pouces (2,03 m) est commandé à United, le « blooming » à Continental, le train à froid à Mesta190. L’objectif est de produire des tôles larges et du ter blanc.

  • 191 B 16020, Dirapro, n° 1089, 29 décembre 1948, « Note pour le ministre, trains à bande de l’Est ».

261L’installation des trains à bande de la SOLLAC posa des problèmes de devises. Il était impossible de se fournir ailleurs qu’aux Etats-Unis. On a évoqué cependant la construction par l’industrie franco-sarroise d’éléments du train, du « blooming » et des fours191.

262Les Américains se montrèrent favorables jusqu’en octobre 1948 puis ils s’inquiétèrent de la multiplication des projets sidérurgiques européens.

  • 192 F 60 ter 489, A Bureau, 12 janvier 1949, MIC, direct, de la sidérurgie à PPS, et 28 janvier 1949, (...)
  • 193 F 60 ter 357, SGCI, 721, PPS à Bruce.

263L’ECA désirait que l’OECE prenne une décision192. Une réunion avec l’ECA se tint à Paris le 2 mars 1949, puis le projet fut soumis à l’OECE193. Le Benelux refusa son accord au projet français, alors que ses industriels l’avaient approuvé. Suisse et Bizone s’étaient abstenues.

  • 194 Intervention d’A. Denis à l’IHTP, 24 et 25 juin 1983, p. 155, De Monnet à Massé, op. cit. voir bib (...)
  • 195 AMF 14/6/49, Denis, directeur des mines et de la sidérurgie, au SGCI. 14 avril 1949.

264Le projet français venait bien tard dans un paysage sidérurgique déjà encombré. A. Denis, directeur de la Sidérurgie, rappelle que l’OECE avait déjà décidé la répartition des trains à bande avant le dépôt du projet SOLLAC194. Il fallut en référer au comité exécutif de l’OECE. La lutte entre Européens pour maîtriser le marché prometteur de l’automobile et des produits plats modernes faisait rage195. L’OECE approuva finalement le projet Sollac le 9 mars au comité sidérurgique de l’OECE.

  • 196 F 60 489, Note 29 avril 1949 SGCI sans doute.
  • 197 F 60 ter 357, 885, P. Ledoux, à Valensi. F 60 ter 489, LG Taves à MIC, Denis, ingénieur en chef si (...)

265Mais l’ECA-Washington, le 11 avril, émit à son tour de sévères critiques196. Les Américains critiquaient le nouveau projet à 80 pouces. Ils suggérèrent d’acheter des tôles larges à la Grande-Bretagne ou à l’Italie dans un souci de rationalisation. Un pan entier des ambitions sidérurgiques françaises s’écroulerait. Milton Katz écrivit le 12 avril 1949 qu’il approuvait « tous les projets recommandés par l’OECE à l’exception du second laminoir à bande de la France ». L’installation était incomplète techniquement et trop puissante. William Tomlinson sauva le projet auprès d’Harriman en mai 1949, sans doute est-ce pour cette raison et d’autres, que beaucoup de contemporains lui vouèrent une grande reconnaissance197. Le 18 juin 1949, l’ECA approuva enfin le projet de la Société Lorraine de Laminage Continu (SOLLAC) : un train à bande de 80 pouces, de 48 pouces à froid, un « blooming », un train continu à froid à 3 cages, une cokerie, des fours, des convertisseurs Thomas. Le financement était limité à $ 49,36 millions.

  • 198 B 33925, « Rapport de l’agence financière de Washington », Valensi, juin 1949, p. 10 du rapport.
  • 199 Industrie, 11512, n° 770839/001, « Note pour M. Denis », 28 février 1949, Dreyfus, et MIC, 19 févr (...)

266Ce projet fut le plus gros investissement jamais financé par l’ECA. Le coût dépassa $ 50 millions198. Les promoteurs du projet espéraient des crédits en francs à des taux extraordinairement favorables : 0,75 %. Le Trésor s’engagea dans le financement à travers le Fonds de modernisation et d’équipements pour 5 milliards de francs en 1949199. Les Américains avaient attendu cette décision pour donner leur approbation.

  • 200 B 42268, « compte rendu du 3 avril 1950 ».

267Un an plus tard, lors du financement de la deuxième tranche de la SOLLAC, le Trésor était à nouveau engagé « étant donné les termes de certaines assurances données à ce sujet il y a un an à l’administration de coopération économique par M. Schweitzer et M. Denis... » notait en Commission des investissements le ministre des Finances, Maurice Petsche200.

  • 201 Michel Margairaz, « Les plans et la sidérurgie : le plan, mal nécessaire pour financer les investi (...)

268Le projet SOLLAC était révélateur des problèmes posés par le Plan Marshall à la France. Ce projet s’inscrivait dans la politique française de développement de sa puissance sidérurgique contre l’Allemagne. Si l’ECA l’avait refusé, elle aurait combattu de front les ambitions françaises que personne n’ignorait. L’ECA-Washington a laissé faire malgré ses doutes sur la pertinence du choix. Les Français dans cette affaire ont imposé leur projet à l’OECE alors que bien des réticences se développaient y compris au sein de la profession. La France avait encore du poids à l’OECE. Elle a su faire accepter ce gigantesque projet par l’ECA, grâce sans doute à la francophilie de certains diplomates américains. Elle disposait donc aussi de crédit à l’ECA. Mais la faiblesse du capitalisme français était inquiétante. Il faut bien parler de « défaillance des modes classiques de financement » et d’un conflit entre les anciens et les modernes201. La SOLLAC était le produit d’une volonté dont les objectifs étaient tout autant politiques qu’économiques.

  • 202 F 60 489, Document Sollac, « Visite du chantier de Sollac le 23 décembre 1949 ».

269L’importance politique et économique de cet investissement justifia l’inauguration en grand appareil du chantier le 23 décembre 1949. Robert Schuman, Robert Lacoste, David Bruce et Barry Bingham arrivèrent en Lorraine par train spécial. Schuman pourfendit les détracteurs du plan Marshall. Les Etats-Unis, dit-il, veulent nous donner les moyens de vivre. Les représentants de la SOLLAC, Dherse et L. Daum célébrèrent l’œuvre comme un pas vers l’Europe. On appréciera sachant comment la France avait imposé le projet à ses partenaires. Bruce, objectif, constatait que la SOLLAC était « l’œuvre la plus grandiose qui ait été conçue sur la base du plan Marshall »202. C’était vrai !

Bilan des importations d’équipements pour 1948-1949

  • 203 F 12 11022, Service des affaires extérieures, MIC, PBO « Programmes d’importations de la zone doll (...)

270Le bilan des importations d’équipements de la zone dollar entre avril 1948 et juin 1949 a été de $ 62,2 millions203.

Tableau 36. Bilan des importations d’équipements de la zone dollar (avril 1948- juin 1949)

Tableau 36. Bilan des importations d’équipements de la zone dollar (avril 1948- juin 1949)

271Les importations d’équipements ont été moins importantes que prévues. Mais les engagements de l’ECA pour 1949-1950 s’annonçaient sous un jour favorable. L’industrie française pouvait encore espérer réaliser sa modernisation conformément au plan Monnet. L’année 1948-1949 a été consacrée à établir des projets, à demander des autorisations de programme dont la plus importante a été donnée : l’usine de la SOLLAC. L’année suivante devrait être celle des réalisations.

272Au débit, il y avait les interdictions d’importer des matériels pétroliers et le retard de la modernisation.

273Un point fort de l’attitude de l’ECA avait été son souci d’harmoniser les programmes d’investissements européens. Ce souci gênait les Français et d’autres encore qui tentaient de maintenir les programmes nationaux. L’heure n’était pas encore à l’Europe des investissements. L’ECA le déplorait mais ne pouvait refuser les moyens de la renaissance même sur des bases nationales.

La place de l’aide ERP dans l’effort économique et financier français en 1948-1949

274A ce moment de l’aide, en juin 1949, malgré des accrocs à l’esprit de la loi d’aide dont le but est bien la reconstruction de l’Europe, malgré des tendances inquiétantes, le déroulement du programme d’importations se faisait normalement. Mais les difficultés de la première année de l’aide montraient que le plan Marshall, prévu pour 4 ans, pouvait à tout moment être modifié, voire interrompu à l’initiative du Législatif américain.

275L’aide américaine se conquérait en fait chaque jour.

  • 204 La somme des allocations trimestrielles présentées plus haut était de $ 984,8 millions pour les 4 (...)

276Les allocations attribuées, de juillet 1948 à juin 1949 furent de $ 978,4 millions d’aide directe204 et d’environ $ 289 millions d’aide indirecte en diverses devises européennes soit $ 1.267,4 millions. D’avril 1948 à juin 1949 les montants furent les suivants :

Tableau 37. Bilan de l’aide américaine à la France, avril 1948-juin 1949 (attributions 15 mois)

Tableau 37. Bilan de l’aide américaine à la France, avril 1948-juin 1949 (attributions 15 mois)
  • 205 AMF 18/8/4, Bulletin du CNPF, n° 38, octobre 1949, « Chronique du plan Marshall ». F 60 ter 491, D (...)

277En se servant de différentes sources, on arrive à un tableau cohérent de la répartition des importations réalisées avec l’aide directe205.

Tableau 38. Tableaux récapitulatifs de l’aide accordée à la France, 1948-1949, par postes selon diverses sources

Tableau 38. Tableaux récapitulatifs de l’aide accordée à la France, 1948-1949, par postes selon diverses sources

278Cette première année était caractérisée par l’importation massive de produits alimentaires, de combustibles et de matières premières. Le poste équipements était encore modeste en 1948-1949. L’économie ne se modernisait pas assez profondément.

279Mais pour apprécier l’impact de l’aide, il convient de savoir à quelle partie de l’Union française l’aide a été attribuée :

Tableau 39. Procurement Autorisations émises, avril 1948-juin 1949

Tableau 39. Procurement Autorisations émises, avril 1948-juin 1949

280La Métropole était la grande gagnante.

281Enfin il est intéressant de mesurer le rythme de réalisation du programme fin juin 1949. Les 982,09 millions de dollars de marchandises livrées représentaient :

Tableau 40
Livraisons des produits au 30 juin 1949

Tableau 40Livraisons des produits au 30 juin 1949

282La Métropole là encore avait été la grande bénéficiaire de cette première année. Plus on s’éloignait de la métropole, moins le programme était abondant, moins les marchandises arrivaient vite.

283Les services avaient évalué l’apport physique de l’aide américaine à l’économie française dans les termes suivants :

Tableau 41. Apport du Plan Marshall à l’économie française au second semestre 1948 en quantité et en paiement

Tableau 41. Apport du Plan Marshall à l’économie française au second semestre 1948 en quantité et en paiement

284Sources : F 10 5626, Finances, SE aux Affaires économiques, Dirapro, Grimanelli, 29 novembre 1948, AA, 10183, « Note au SGCI ».

  • 206 YI 1944-1949, 232, YR, 27 janvier 1949, circ. 20 IP, « a/s aide américaine à la France ».

285En janvier 1949 Hervé Alphand affirmait : « Nous avons pu maintenir presqu’intégralement nos demandes initiales, nous ne les avons jamais modifiées pour tenir compte d’autre chose que d’un intérêt français ou d’un intérêt européen »206.

  • 207 F 60 ter 386, « Consommation par habitants adultes », sources comité de l’alimentation et de l’agr (...)

286La conclusion était plus nuancée après un an d’aide américaine. Globalement, les programmes ont été diminués. L’aide ne compensait pas les insuffisances de la production alimentaire. Sauf la ration de pain qui passait de 200 g à 250/300 g, celle de matières grasses avait diminué de 500 g à 400 g par mois, celle de café de 125 g à 60 g par mois, celle de légumes secs de 3,7 kg à 3,3 kg207. A ce titre, le plan Marshall n’était pas un plan d’aide alimentaire, conformément aux intentions affichées.

287Il avait contribué, effectivement mais insuffisamment, à la bonne marche de l’économie française. Sans lui, la production industrielle aurait diminué considérablement, et avec elle le niveau de vie des Français.

288Sans lui, la France n’aurait pu équilibrer à un haut niveau ses comptes extérieurs.

Tableau 42. Opérations en capital, 1945-1949 d’après les balances des paiements françaises

Tableau 42. Opérations en capital, 1945-1949 d’après les balances des paiements françaises

289L’aide américaine et les droits de tirage du système de paiements européen (DT) firent cesser les emprunts, les dépenses en or et les réquisitions d’avoirs à l’étranger qui obéraient l’avenir. La progression du poste « autres » correspondait à une augmentation des emprunts privés, mais aussi à des liquidations d’investissements français à l’étranger.

290En 1948, les ressources françaises avaient soldé 51 % de la balance commerciale et en 1949 69 %. Mais en 1949, la couverture sur la zone dollar n’était que de 14 %. L’aide américaine avait fait le reste.

  • 208 1 A 405, compte rendu sténographié « Audition du ministre des Finances du 21 juin 1950 », commissi (...)

291L’année 1949 marquait un net progrès des exportations et un ralentissement des importations (en volume)208.

Tableau 43. Bilan des importations et des exportations, en 1948-1949

Tableau 43. Bilan des importations et des exportations, en 1948-1949

292Le déficit avait baissé à la fin du 1er semestre 1949. Les exportations avaient repris surtout en direction des Européens. La France commençait à accumuler des avoirs en devises non convertibles. La prévision du déficit commercial faite par Jean Monnet en janvier 1949 s’avèra fausse après un semestre : il annonçait $ 1.400 millions pour 1949, il était de $ 900 millions en rythme annuel.

293Nos sources avaient pourtant donné l’impression de difficultés insurmontables. Mais est-ce contradictoire avec le mouvement long ? Les décideurs suivaient au jour le jour des mouvements dont ils ne percevaient pas la tendance. Ils étaient fascinés par les risques de manquer de l’essentiel. Le redressement commençait à porter ses fruits au cours du 1er semestre de 1949.

Conclusion

294En juin 1949, la France peut mesurer les premiers effets de l’aide. Sur les principes de politique commerciale, l’aide n’a rien modifié. Les Français défendent toujours l’idée d’un renouveau préalable de l’économie française avant d’entrer dans le jeu de la concurrence internationale et d’une satisfaction prioritaire du marché français.

295Dans les faits, l’aide a suscité des déconvenues. Il sera moins aisé de vendre et d’acheter en Amérique latine ou dans les pays de l’Est européen. La concurrence allemande va renaître du fait des Anglo-saxons. La concurrence américaine se développe déjà en Europe à la faveur de l’ERP. Des pressions sont exercées pour limiter les importations et augmenter les exportations de biens essentiels dont la France ne veut pas se départir.

296Les importations Marshall sont moins abondantes qu’espérées, les équipements moins fournis, le programme plus lent à fonctionner.

297Il subsiste encore une pénurie de devises rares, dollars, livres sterling, francs suisses, francs belges, malgré la réduction des programmes d’importations pour payer les biens essentiels, les services, ou rembourser les emprunts.

298Mais l’aide a financé les matières premières, les combustibles essentiels au développement économique. Elle a compensé les insuffisances alimentaires les plus criantes. Elle a remédié maladroitement mais réellement aux déficits inter-européens sous forme d’aide indirecte, le « petit plan Marshall ». La France se reconstruit, produit, augmente le niveau de vie des populations grâce à cette aide.

299Les tendances de fond de l’aide américaine débordent le strict cadre de l’économie. L’aide a des impacts politiques et culturels.

300D’un point de vue économique, quoi de plus normal que des contrôles sur la bonne utilisation de l’aide, mais quoi de plus difficile à en définir les modalités ?

301La déception française est venue d’un strict contrôle de l’utilisation des dollars au profit, de jour en jour affirmé, du marché américain. L’invitation pressante, voire l’obligation d’acheter des surplus agricoles augurait mal de l’avenir pour un pays qui avait une puissante agriculture. Le Plan Marshall est une affaire. Une bonne affaire doit rapporter.

302L’aide a troublé le fonctionnement des accords bilatéraux. L’off shore est une pratique limitée au marché européen, dans des circonstances exceptionnelles. Les prohibitions d’exportations et de réexportations, en particulier vers l’Est confèrent au plan Marshall un aspect de machine de guerre froide que les Français s’obstinent à refuser dans le domaine économique. Mais qu’y faire ? Les réactions ont été de protester, de retarder l’alignement, puis de céder.

303Les Français ont découvert la puissance du Congrès et de l’opinion américaine, protectionnistes, anticommunistes, critiques envers une France, leur semblait-il, paresseuse, et exagérément ambitieuse pour ses propres entreprises.

304Sur le fond du problème de l’aide, l’accès à des équipements de modernisation, la tendance semble plus favorable après une année d’expectative. Les Américains financent la SOLLAC, le plus grand projet jamais accepté par l’ECA. Le succès n’est pas mince. C’est un démenti jeté aux contempteurs patentés de l’aide Marshall.

305L’aide entraîne dans son sillage des obligations de nature politique ou culturelle, mais est-ce scories ou lame de fond ? En fait, l’aide est un tout, contrairement aux espoirs du gouvernement français. Avec les dollars viennent le management à l’américaine, de nouveaux rapports sociaux, la presse américaine, les « petits Mickeys », le Coca-cola et les bas nylon, la nourriture pour bébé, et les dames de charité en jeep de CARE, « la belle américaine » et le chewing-gum.

306Si généreux soit-il, le plan Marshall n’excluait pas des contraintes parfois dangereuses pour les projets français. Les années suivantes les firent pleinement apparaître. Elles eurent une influence sur la poursuite de la modernisation et sur la politique étrangère de la France.

Notes

1 B 19951, « L’œuvre économique et financière du gouvernement », doc. polycop. p. 18-19. Au crayon : « Homélie Chalendon, 11 juin 1948, M. de Vogue, est-ce correct pour ce qui nous concerne ? ». 363 AP 38, René Mayer à Robert Schuman, mal datée, mi-1948 certainement, note personnelle et confidentielle.

2 B 19951, « Discours de Paul Reynaud, in AGEFI du 9 août 1948. Ou J. O. du 9 août, n° 102, p. 5537 à 5542, compte rendu de la séance du 8 août, 193e séance.

3 CE 49, Baraduc, à Washington, 4700-701, 13 octobre 1948. CE 48, Bonnet 20 juillet 1948, 21 h 40, n° 3251-58, Ficomi 426.

4 CE 48, Bonnet, 12 juin 1948, CE 48, Bonnet 25 juin 1948, « Sur l’échéance des dettes au 1er juillet 1948 ».

5 CE 48, Bonnet, 12 juin 1948, CE 48, Bonnet, 25 juin 1948, « sur l’échéance des dettes au 1er juillet 1948 ». Henri Koch, Histoire de la Banque de France..., op. cit. ; voir bibl. n° 220, p. 96-98 ; Olivier Moreau-Neret, Valeurs étrangères, mouvements de capitaux entre la France et l’étranger depuis 1940, Sirey, 1956, p. 412.

6 74 AP 64, ministère des Finances et des Affaires économiques, DFE, 28 mars 1949, secret, « a/s évolution de la trésorerie en devises depuis octobre 1948 ». F 60 ter 513, p. 21. Z E 1944-1949, DAEF 27 octobre 1948 à Berne, 502.

7 B 33689, Petsche, au gouverneur de la Banque de France, n° 47250, ref GL. décembre 1948, « objet : prêts de la Fédéral reserve Bank », ref : votre lettre du 7 décembre 1948.

8 B 33689, Bonnet, 7 janvier 1949.

9 F 60 ter 516, PPS juin ? 1949, n° 964, à DGD. F 60 ter 516, « Vérification de 31 colis postaux le 16 novembre 1949 choisis au hasard parmi 248 colis postaux adressés à des juifs français » ; F 60 ter 516, « Note de la DGD, 19 novembre 1948 ».

10 F 60 ter 516, « Remboursement des frais de transports », source inconnue, dans les papiers du SGCI.

11 F 60 ter 516, cf papier du SGCI mentionnant le soutien de l’UNESCO le 28 septembre 1949, celui de J. Cain, le 13 octobre 1949. F 60 ter 516, p. 20, « Accord entre CARE, Lincoln Clark et le GPRF, F. Gouin », 3 avril 1946.

12 F 60 ter 516, Note pour PPS, 17 septembre 1948, « Objet : gift Packages ».

13 F 60 ter 416, MAE, IP 23 décembre 1948, « Accord entre le gouvernement de la République française et le gouvernement des Etats-Unis relatif à l’entrée en franchise et au transport intérieur gratuit des approvisionnement et paquets de secours ».

14 F 60 ter 516, note PPS à Ledoux, autour de septembre 1948.

15 80 AJ 14, PV, Bailly, Conseil supérieur de l’agriculture 20 juillet 1948.

16 80 AJ 14, 29 mai 1948, « Note sur les possibilités de réalisation d’exportations de certains produits alimentaires en 1952 », or. CGP ?. CGP, 18 juin 1948, MG/T/RT.

17 F 10 5571, SGCEI, 31 mai 1948, « Commentaires sur les observations américaines concernant le politique agricole de la France ».

18 « Réponse française au questionnaire de l’OECE », 80 AJ 13, PLT, janvier 1949. F 12 10325, MG-T-RT, « Sommaire des objectifs envisagés pour atteindre l’équilibre en 1952 ». 18 juin 1948.

19 F 12 10325 et 80 AJ 13, « Réponse française au questionnaire de l’OECE », et CGP, 18 juin 1948.

20 5 A 76, OECE, « Rapport intérimaire sur le PRE », vol 1, 30 décembre 1948, p. 156-161. 80 AJ 13, p. 19, « Réponse française à l’OECE, PLT France », 31 janvier 1949 ; Année Politique 1948, p. 192.

21 AMF 14/6/25, 18 janvier 1949, « Exposé de Jean Monnet ».

22 80 AJ 13, p. 13, « Réponse française au questionnaire de l’OECE sur le PLT », Doc. française, 31 janvier 1949, Notes doc. et études, n° 1067, Textes et documents, CCXXXVII.

23 80 AJ 14, CGP, 9 mars 1949, agriculture, « Note sommaire concernant le plan de 1952 ». 80 AJ 13, P. Uri, 28 février 1949, « Exposé sommaire du Plan ». F 105625, V/JC, CGP, « Comparaison prévisions américaines et françaises d’importations de la France métropolitaine pour le 1er juillet 1948 au 30 juin 1949 ». F 10 5625, « Observations sur les estimations américaines faites par ECA et par les country reports « France », 30 avril 1948. Prix au 1er juillet 1947.

24 CE 16, A. Philip, à MAE, 25 août 1948, « a/s GATT » ; CE 16, MAE à A. Philip, 27 août 1948, 122-124 Genève, « GATT, territoires occupés ».

25 CE 17, VL, 20 juillet 1948, à Annecy, 13, « Texte de la déclaration sur la politique tarifaire de l’Allemagne occidentale accepté par les trois Alliés. ».

26 CE 17, AB. Londres, 27 septembre 1949, 17 h 30, n° 2587.38-CE 16, Bonnet à MAE, 22 octobre 1948, 23 h, 355 DET, 4438-44.

27 CE 16, Bonnet à MAE, 22 octobre 1948, 23 h, 355 DET, 4438-44. B 8867, « Projet de loi de ratification des accords GATT et suivants, La Havane, Genève, Annecy, Torquay, entre 1947 et 1951 », 4 avril 1952.

28 CE 17, MAE, 31 mars 1949, confidentiel, « Instructions pour la délégation française à la 3e session des parties contractantes au GATT », Annecy, 8 avril-14 juin 1949. CE 17, Annecy, Délégation française, 22 juillet 1949, « Note pour M. le Président de la délégation italienne ». CE 17 Annecy, 29 avril 1949, n° 12, « a/s réunion du comité des négociations tarifaires », 28 avril 1949.

29 CE 17, A. Philip, à MAE, 13 avril 1949, « a/s séance d’ouverture des négociations tarifaires ».

30 CE 17, GA, 2 avril 1949, à Washington, « Pouvoirs tarifaires du Président et conférence d’Annecy ».

31 CE 17, Ambassadeur de France à Washington, 3 septembre 1949, Cons. commercial, R. Dreux, E. Castan, Attaché commercial, « L’influence du tarif américain sur les échanges internationaux ».

32 F 12 10752, Marshall Plan Letter, 28 avril 1949, n° 17.

33 CE 17, Délégation française à Annecy, 13 mai 1949, « a/s déclaration de M. Harriman » ; CE 79, « Averell Harriman devant les délégations à la 3e session du GATT, 12 mai 1949, Annecy ».

34 CE 17, EL, coopération économique, 4 octobre 1949, « Note pour le ministre ».

35 B 8867, « Projet de loi n° 3199 », AN, 1952, 4 avril 1952, renvoyé à la Commission des affaires économiques.

36 CE 49, H. A. 28 août 1948, à Washington, 4153-59, achats off shore en Belgique.

37 Voir chapitre 16.

38 B 33648, 28 octobre 1948, Drouin et Bizard. probablement alors à Bruxelles.

39 B 10863, DFE ? ou Douanes ? H/GG, « Exportations françaises vers la Belgique en 1948 », mars 1949, copie pour M. Bizard. F 10 5570, Service des relations extérieures du ministère de l’Agriculture, 23661, 30 décembre 1948, note pour Rabot.

40 Année Politique 1949, Janvier 1949, « La politique du commerce extérieur ».

41 F 10 5570, service des relations extérieures du ministère de l’Agriculture, 23703, 7 février 1949, « Echanges commerciaux franco-néerlandais ».

42 F 60 ter 469, ECA, 19 mars 1949, « Echange France-UEBL », réaction à DT 44 du 23 novembre 1948.

43 ZE 1944-1949, GB 51, Circulaire IP, 16, 24 janvier 1949, comité économique franco-britannique des 20 et 22 janvier 1949. F 12 10364, « compte rendu des questions examinées par le comité mixte franco-britannique », 9e session, 20-22 janvier 1949.

44 B 10874, ministre des Finances ; G. Guindey, 10 mars 1949, 261 cd, « Discussions franco-britanniques sur l’équilibre des échanges entre la zone franc et la zone sterling ».

45 ZE 1944-1949, GB 51, Massigli, 4 avril 1949, 1397.

46 F 12 10364, J. de Sailly, 21 mars 1949, RG S 2777, à ministre des Finances et des Affaires économiques, DREE.

47 ZE 1944-1949, Grande-Bretagne, 51, P. Granet, « Les échanges commerciaux franco-britanniques, évolution depuis la fin de la guerre », 30 mars 1948.

48 CE 50, Bonnet 24 novembre 1948, 4921, « compte rendu des conversations ».

49 B Amérique 1944-1949, EU 252, Bonnet 11 mai 1949, 12 h 53, 1968-1969. Bérard, 28 avril 1949, 1872, à R. Schuman, « Voyage en France de Pendleton E. Lehde. » B A, 1944-1949, EU 235, R. Dreux, 13 août 1948, au ministre de l’Agriculture. BA 1944-1942, EU 252, R. Dreux, 22 août 1949, « a/s vanille de Tahiti ». BA 1944-1949, EU 235, R. Dreux, 1er décembre 1948, n° 717, à ministre des Finances et des Affaires économiques, DREE, « Droits de douane sur les liqueurs et les champagnes. » B Amérique 1944-1949, EU 235, p. 3, 29 avril 1949, n° 1886, A. Bérard à R. Schuman, DGAE, « a/s assouplissement du régime des licences d’exportation ». A. Chambon, consul à Boston, à H. Bonnet, 10 juin 1949, n° 116, « a/s protectionnisme douanier américain ».

50 B A 1944-1949, EU 252, R. Dreux, réf. 121/1055/510, n° 124, 24 mars 1949, à SSE Affaires économiques.

51 CE 50, VL, 1er décembre 1948, à Washington, « Exportations de matériel vers le Brésil, raffinerie ». CE 50, Baraduc, à Washington, 5787, « Achats off shore en Amérique du Sud ».

52 CE 53, Athènes 13 janvier 1949, 10 h 28.

53 CE 53 Athènes 19 mai 1949, 19 h, 459-461, n° 14 DET. CE 53, Athènes, 31 mai 1949, 19 h, 507-512.

54 CE 49, MAE 15 octobre 1948, « Note pour le service de coopération économique ». CE 49, H. Alphand à A. Harriman, 20 octobre 1948, 5876. CE 49 p. 48, Vaux Saint Cyr, 10 septembre 1948. CE 49, Baudrier, Trieste, 29 septembre 1948.

55 CE 49, note du service de coopération économique, MAE : « Exportations vers les Etats-Unis », 21 octobre 1948. CE 48, Bonnet, à G. Bidault, « a/s exportations vers l’Europe de phosphates américains ».

56 B A. 1944-1952, Etats-unis, 254, R. Dreux, 15 octobre 1948, n° 644, à SSE affaires économiques, DREE, Filippi.

57 F 12 10470, SE au Commerce, DIDT, 10 août 1949, JP Levy, à Dirapro, SE Affaires économiques, « a/s coton importé dans les TOM ».

58 CE 53, Ambassadeur de France au Danemark, 13 mai 1949, n° 381, « a/s programme danois d’importation et d’exportation pour 1949-1950 ».

59 CE 53, Fouques-Duparc, 6 mai 1949, à MAE, « Programme d’importations italiennes, 1949-1950 », 6 mai 1949, à MIC « a/s matériels français de télévision en Italie ».

60 CE 53, JLM, 21 mars 1949, coopération économique, à Washington, 1659-1961. CE 53, Rivière, La Haye, 16 avril 1949, 13 h 30, 263-266.

61

62 F 12 10470, Naudin, SE au commerce à DREE.

63 CE 16, Coopération économique, 1er décembre 1948, à M. de la FOM. « a/s politique douanière dans les TOM ».

64 CE 52, JPB, 22 octobre 1948, coopération économique.

65 CE 52, Délégation française à la CEE, G. Boris, 25 octobre 1948, « Note sur le PLT français », 9 pages polycopiées.

66 CE 48, note, MAE, PB, DAEF, 20 mai 1948, « Accords avec les pays de l’Est européen ».

67 YI 1944-1949, 86, Coopération économique, « Compte rendu de la 1re session du comité pour le développement du commerce extérieur de la CEE, 1er mars 1949 ».

68 CE 49, OW. 13 août 1948, note, « a/s commerce avec les pays de l’Est, sécurité ».

69 YI, 1944-1949, 230, Washington, Bonnet, 3354-60, 23 juillet 1948, 21 h 50, « Entretien avec Howard Bruce ». F 60 ter 386, Bonnet 8 juillet 1948, n° 218 DET.

70 CE 49, R. Schuman, à René Massigli, 19 septembre„1948, 373 « a/s commerce entre l’Est et l’Ouest de l’Europe ».

71 CE 49, PB 29 octobre 1948, coopération économique, « Commerce Est-ouest ».

72 CE 52, OW, 22 octobre 1948, « Note pour le Président, commerce avec les pays de l’Est européen ».

73 CE 52, coopération économique, MAE à DN, novembre 1949 ? DGAEF 21 janvier 1950 à DN. CE 52, DP, 6 janvier 1949, « Note pour la coopération économique ».

74 YI 1944-1949, 132, YR, compte rendu sténographié de la conférence de presse d’Alphand, 1er avril 1949.

75 CE 48, JPB à ambassadeur de France à Buenos-Aires, 12 juin 1948, 398-404.

76 F 60 ter 469, 20 juillet 1948, René Mayer à Bruce. F 60 ter 387, 17 juillet 1948, « Projet de lettre de René Mayer pour Harriman au sujet de nos approvisionnements de céréales secondaires par M. de Boissieu ».

77 B 33719, R. Sergent à ministère des Finances, Lavergne, n° 1083, n. dat. juillet ou août 1948.

78 F 60 ter 438, DT 13, septembre probablement, « Third quarter french import program of coal ». F 60 ter 387, 247 DET Bonnet, 27 juillet 1948.

79 F 60 ter 387, Bruce à René Mayer, 31 juillet 1948.

80 F 60 ter 469, 15 juillet 1948, B. de Margerie, « Achats off shore au Brésil » à ambassadeur de France à Washington, 609 ; DREE à conseiller commercial Rio ; 25 septembre 1948, achats off shore au Brésil ; Bonnet, 19 novembre 1948, 398 DET. F 60 ter 469, Bonnet, 29 octobre 1948, 363 DET.

81 CE 48, Buenos Aires, 463-69, 25 juin 1948, 21 h 30 ; F 60 ter 469, « Achats off shore en Argentine, mémento personnel, réunion du 1er septembre chez M. Félix ».

82 CE 49, ECA, 20 septembre 1948, confidentiel.

83 CE 64, JPB, 24 février 1949, à Washington, 1146-51, « a/s off shore 3T 48, conversations officieuses entre l’ECA et l’OECE sur la régularisation des off shore 3T 1948 ». CE 48 HA. 28 août 1948, à Washington, n° 4153-159, « Achats off shore en Belgique ». F 60 ter 469, DT 44, SGCI, 23 novembre 1949, « Situation des échanges entre la France et les pays de l’UEBL ».

84 F 60 469, ECA, 10 novembre 1948, « Communiqué n° 14 ».

85 Marcel Marantz, Le plan Marshall, succès ou faillite ? Marcel Rivière Paris 1950, préface de Pierre-Olivier Lapie, p. 235.

86 Voir à titre d’exemple significatif du réalisme politique, René Girault, Emprunts russes et investissements français en Russie, 1887-1914, Paris 1973.

87 F 10 5625, CGP, pièce 8, « Esquisse du PRE, projet de loi et documents soumis par le DE à la Commission des AE du Sénat », 19 décembre 1947, 80th congress, 1st session, 200 pages, polycopiées.

88 F 10 5571, AW, 29 janvier 1948, relations extérieures, du ministère de l’Agriculture, « Note, rapport du Département d’Etat américain, sur le PRE ». F 10 5571, SGCEI, 31 mai 1948, « Communication du ministre de l’Agriculture sur les besoins d’importations en céréales secondaires et aliments de bétail et commentaire sur les observations américaines concernant la politique agricole de la France ».

89 B 33688, Commission de l’aide américaine, 31 mars 1948.

90 F 10 5625, CGP, 11 février 1948, doc. remis officieusement à l’ambassade américaine, « Observations sur les chiffres présentés par le DE au Congrès en ce qui concerne la France ».

91 F 10 5625, V/JC, « Comparaison des prévisions américaines et françaises d’importations de la France métropolitaine du 1er juillet 1948 au 30 juin 1949 ». F 12 5625, CGP, Commission de l’aide américaine, 15 avril 1948, « Perspectives de la balance des paiements de la zone franc pour 1948-1949 ».

92 F 10 5625, « Observations sur les estimations américaines faites par l’ECA et par les country reports France », CGP, 30 avril 1948, prix au 1er juillet 1947.

93 CE 48, JPB à Ambassadeur de France à Buenos-Aires,12 juin 1948, n° 398-404.

94 F 12 10325, CI du 21 juin 1948, « Programme toutes zones ».

95 363 AP 8, DREE, 29 juin 1948, « Note pour le ministre, diverses hypothèses sur le Plan Marshall ». Doc. relatifs au point n° 1 de 10/1 de la réunion du 1 juillet 1948, « Programme budgétaire d’importations, toutes zones », année fiscale 1 juillet 1948-30 juin 1949.

96 F 60 ter 466, OECE, délégation française ; 15 juillet 1948, « Mémorandum n° II France et TOM, incidence du premier programme budgétaire d’importation annuel sur la vie économique du pays ».

97 Voir le chapitre 17. Les réductions d’importations de la zone dollar furent en fin de compte moins drastiques pour la France que pour les Pays-Bas (- 20 %) ou la Belgique (- 40 %).

98 F 12 10323, Plan OECE 1948-1949, (Ibis) +, « Etat récapitulatif de septembre 1948 », d’après Desrousseaux, n° 8477, 9 septembre 1948, « Note au sujet du plan annuel révisé, importations en dollars ERP, par comités ».

99 YI 1944-1949, 231, YR, 13 septembre 1948 ; circ. IP 246, « Répartition de l’aide américaine et système de paiements intraeuropéens ». CE 49, 11 septembre 1949, exposé d’Alphand. F 12 10325, OECE, 10 octobre 1948, C(48)177, partie 1, « Rapport à l’ECA sur le premier programme annuel 1er juillet 1948-30 juin 1949 », 75 pages, hors annexes.

100 5 A 76, OECE, « Rapport à l’administration de coopération économique sur le programme 1949-1950 », vol. II, 30 décembre 1948. chap. V, France, la balance des paiements, p. 102, balance des paiements de la zone franc, prévisions pour 1948-1949 et 1949-1950.

101 5 A 72, « Note sur l’état des besoins remis par le 18 pays bénéficiaires du plan Marshall à l’OECE pour le 3 T 1948 », sans origine, 28 juin 1948.

102 F 12 10324, Bonnet, 9 septembre 1948, 301 DET JPB. YI 1944-1949, 230, Bonnet 17 juillet 1948, 21 h, 3209-17. F 60 ter 490, Washington, 19 juillet 1948, Ficomi 426 à Diplomatie.

103 CE 49, Bonnet, 3589-91, 10 août 1948.

104 CE 49, Bonnet, 25 août 1948, 18 h 30, n° 3724-30, « Etat des réalisations des programmes 2T et 3T ». CE 49, Washington, 2 septembre 1948, 21 h 45, 3848-854.

105 F 60 ter 490, ECA, 10 février 1949, « Allotments tables », april 1948-june 1949.

106 B 33689, Valensi, 24 août 1948.

107 F 60 fer515, Bonnet, 22 octobre 1948. CE 49, Bérard, 22 septembre 1948, 15 h 45, 4040-41.

108 F 12 10323, Bonnet, Washington, 4 septembre 1948, n° 295 DET.

109 CE 49, H. Bonnet 14 septembre 1948, 20 h 40, 3927-34.

110 F 60 ter 479, Hoffman à H. Bonnet, Washington, 10 septembre 1948.

111 F 12 10324, SGCI, 25 octobre 1948, « Décision prise par le C1QCEE », 23 octobre 1948. F 60 ter 357, SGCI, 279, 28 octobre 1948, de PPS à Bruce. F 60 ter 357, 314, PPS à Bruce, 10 novembre 1948. CE 50, Bonnet, 16 décembre 1948, 19 h 05, 418 DET, n° 5, 157 à 162. F 60 ter 387, Bonnet 16 décembre 1948, 418 DET. CE 50, Bonnet, Washington, 10 novembre 1948, 19 h 45, 378 DET.

112 F 60, 387, [source non identifiée] 26 novembre 1948, « Mesures prises depuis le début de la grève des charbonnages en vue d’économiser le charbon ».

113 B 16020, Dirapro, 1075, 17 décembre 1948, « Note pour le ministre ». F 60 ter 387, MIC, Lacoste, 21 décembre 1948, à TP et transport, « Réalisation du programme Ruhr (charbon et coke).

114 CE 49, Teleg. Fransupply, 3143, à Coopération économique, 26 octobre 1948, n° 4492.

115 CE 50, Bonnet 12 novembre 1948, 20 h 00, 383 DET, « Programme du 4T ».

116 B 16020, Dirapro, 975, 2 novembre 1948, « Note pour M. Bujard, streptomycine ».

117 CE 50, Bonnet, Washington, 17 novembre 1948, 19 h 26, 386 DET. F 60 ter 386, Bonnet, Washington, 23 novembre 1948, 395 DET, « Rencontre avec Dickinson ».

118 F 60 ter 357, 662, PPS à Bruce, 12 mars 1949.

119 CE 50, Bonnet, 10 décembre 1948, 21 h 18, 413 DET, 5099/103.

120 CE 50, Bonnet 30 novembre 1948, DET 464.

121 F 60 ter 490, L’attaché financier, Washington, à DFE, 3 janvier 1949, « a/s montant et répartition de l’aide américaine », source ECA. F 60 ter 386, Bonnet, 28 janvier 1949, n° 16 DET ; F 60 ter 490, 18 janvier 1949, Comapro, à Demont, Imparfran 29. B 33925, « Rapport Valensi janvier 1949 ».

122 F 60 490, G. de Frondeville, DREE, affaires générales, 1331, 1er mars 1949, « Note sur le programme d’importations du 2T 1949, aide américaine à l’Europe ».

123 F 60 ter 435, H. G. Reed à PPS, 13 mai 1949. Trad. : « Une ligne de démarcation raisonnable entre les produits indispensables et superflus ».

124 CE 91, VL, 17 décembre 1948, coopération économique, à Ministère des Finances ; n° 1006/CE Baraduc, « a/s importations de chewing-gum ».

125 F 60 ter 505-506, SGCI, 997 à FOM, 20 juin 1949, et ECA, n°925, 30 septembre 1949, « BQ des services américains d’information, section presse ».

126 B A 1944-1952, EU, 251, 10 juin 1948, conseiller commercial, au (Bulletin mensuel d’information), 2e année, « Rapports économiques franco-américains ».

127 B 16020, Dirapro, « Note pour le ministre », 3 juillet 1948, 667, Grimanelli.

128 F 60 ter 387, « Note du Sous-Secrétaire d’Etat à l’agriculture au Président du Conseil », 13 juillet 1948.

129 V. Auriol, Journal, 1948..., op. cit. ; voir bibl. n° 19, p. 302, 7 juillet 1948.

130 F 60 fer387, 1er septembre 1948, 291 DET qui fait référence à un télégramme de Coudé du 30 août 1948. F 60 ter 387, Bérard à Schuman, 28 septembre 1948.

131 CE 64, Bonnet, Washington, 29 janvier 1949, 29 h 31, 368-72. Ravitar 33. CE 003, Washington, 23 mars 1949, 17 h, 1202-4,89 DET « Accord international sur le blé ».

132 F 60 ter 357, 545, 5 février 1949, Elgozy à Tixier, directeur du cabinet du ministre des finances et affaires économiques.

133 52 J 86, SGCI, doc. n° 4, non daté mais avril ou mai 1949, « Note du directeur général de l’ONIC sur les importations de blé pour les campagnes 1948-1949 et 1949-1950 ». F 60 ter 387, 18 DET, 26 mai 1949, réaction du Quai : 27 mai 1949, et 23 juin 1949, note sans origine « sur le blé ».

134 F 60 ter 387, Bonnet 27 février 1949, 58 DET, « Conférence internationale du blé »

135 F 60 ter 438, DT 45, 11 mai 1949, « Note exposant la nécessité d’une importation de blé étranger ».

136 CE 03, Bonnet, 23 mai 1949, 20 h 32, 123 DET.

137 Baumgartner parle de $ 175 millions libres en or et en devises. « Communication du 15 novembre 1975, devant les Amitiés Henri Queuille ».

138 F 60 ter 378, Guindey, « Note à Petsche, 12 janvier 1949 ».

139 F 60 ter 414/1, Guindey au Ministre des Finances, secret, « Situation et perspectives de notre trésorerie en devises, 12 janvier 1949 ».

140 74 AP 64, G. Guindey, 11 avril 1949, secret, à Paul Reynaud. Avec l’accord de M. Petsche, copie d’une « Note récente sur notre situation en devises ».

141 74 AP 64, DFE, 28 mars 1949, secret, « a/s évolution de la trésorerie en devises depuis octobre 1948 ».

142 F 60 ter 414/1, « Note au ministre des Finances », 10 mai 1949, Guindey, « Echéances de trésorerie en dollars »

143 F 60 ter 414/1, note au ministre, de G. Guindey, 10 mai 1949, « Objet : échéances de trésorerie en dollars ».

144 F 60 ter 378, Guindey, « Projet, note pour le ministre », 16 janvier 1949, secret.

145 F 12 10323, Washington, 23 juillet 1948, n° 237 DET, « Eléments sur les produits de ravitaillement ». CE 49, Juin, Rabat, 8 août 1948, 14 h 30, 673-75. F 60 ter 438, DT 7, 2 août 1948, ECA, « French third Quarter imports programs ». F 60 ter 387, Rabat, 20 septembre 1948, 22 DET. CE 75, Paris, 23 septembre 1948, à Washington.

146 F 60 387, Bonnet, 23 juillet 1948, 237 DET, « Programme de ravitaillement 3T 48 ». CE 48, Washington, 22 juillet 1948, 21 h, n° 3308-339.

147 F 12 10324, Bonnet, 22 juillet 1948, 236 DET.

148 F 60 ter 386, Bonnet, 22 juillet 1948, 236/DET, « Programme 3T 1948 ».

149 CE 50, Bonnet à Diplomatie, 17 décembre 1948, 425 DET. F 60 ter 387, Bonnet, 20 novembre 1948, 392 DET.

150 CE 64, Bonnet, 5 janvier 1949, 20 h 30, n° 2 DET, 45-46. CE 64, Baraduc, 31 janvier 1949, 537, « Importations de tabacs ».

151 B 33925, « Rapport de Valensi », avril-mai 1949.

152 F 60 387, Bonnet, 25 juin 1949, 147 DET, « Visite à Demont, de Boykin représentant démocrate de l’Alabama accompagné de certains de ses électeurs ». CE 003, Bonnet 25 juin 1949, 147 DET. « Boykin (Alabama)-Demont. »

153 F 12 10752, The Marshall Plan Letter, 9 mars 1949, S. R. n° V.

154 F 12 10752, The Marshall Plan Letter, 12 mai 1949, n° 19.

155 B 16021, Dirapro, 20 janvier 1949, CE n° 51, note pour le SE, « Financement des importations de lait évaporé et de poudre de lait entier des Etats-Unis ». F 60 ter 387, Bonnet, 23 février 1949, 56 DET. CE 003, Bonnet, 23 février 1949,16 h 21, 857-61, 63 DET ; F 60 ter 387, Petsche à l’agriculture, 18 mars 1949. CE 64, JLM, coopération économique, 11 mars 1949, à Washington, 1455-58.

156 CE 003, Washington, 15 mars 1949, 21 h 50, 1091-96. « Contrats laitiers. »

157 CE 48, Bonnet, 30 juillet 1948, 21 h, n° 3473-78.

158 F 60 ter 387, Diplomatie à Bonnet, 23 septembre 1948.

159 Industrie, C 39, dica, JB, 14 août 1948, « Approvisionnement Métropole et Algérie en produits pétroliers ». F 60 ter 469, H. Ballande, 20 juillet 1948, « Note pour le SGC1 », OECE, délégation française, n° 42, Pétrole, 24 juillet 1948, n° 49 OECE. F 60 ter 387, Paris AE à ambassade de France à Washington, 19 DET, 12 juillet 1948.

160 CE 49, DAEF, « Note pour Alphand », 11 août 1948. F 60 ter 387, 20 août 1948, 278 DET à Bonnet.

161 F 60 ter 387, MAE à Bonnet, 31 août 1948, 25 DET, « Pétrole du Moyen-Orient ».

162 F 60 ter 387, Massigli, 27 septembre 1948, 42 DET. F 60 ter 387, Tel Roche, Londres, 5 octobre 1948, 44 DET, AE 7 octobre 1948 à Londres, 9 DET. télégramme Massigli, 12 octobre 1948, 45 DET.

163 F 60 ter 387, AE à Bonnet, 28 mai 1949, 26 DET.

164 CE 49, Bérard, Washington, 23 septembre 1948, 21 h, 4071 ; CE 64, Bonnet, 5 février 1949, 21 h 27, 485-88.

165 Gaston d’Eté, Les achats français aux Etats-Unis de 1941 à 1950, dact. p. 153.

166 F 60 387, « Note, visite de M. Motz, importateur de fruits des Etats-Unis », 10 août 1948. F 12 10752, The Marshall Plan Letter, 27 octobre 1948, n° 28.

167 B 42268, « compte rendu de la 3e réunion de la CI », 29 juin 1948.

168 F 12 10324, MIC, J. Desrousseaux, 4 août 1948, n° 7597. CE 48, Washington, 31 juillet 1948, 22 h, 3493-3502. F 12 11801, Jacques Gabory, « Considérations sur le plan Marshall », 23 pages, janvier 1949.

169 CE 49, Bonnet Washington, 6 août 1948, n° 3557. Bonnet, 7 août 1948, 19 h 52, 3563-68.

170 F 12 11022, 2 septembre 1948, Directeur de la sidérurgie, LC/GJ, DS/TP n° 64668, à directeur de la coordination industrielle, pour Desrousseaux, « a/s programmes d’équipements 1949-50 ».

171 B 42268, compte rendu CI 12 août 1948. AMF 14/6/6, 16 juillet 1948, V/JC à L. Jouhaux.

172 F 12 11801, R. Devaux, « La technique du plan Marshall », novembre 1948, rapport de fin d’études présenté au centre de perfectionnement dans l’administration des affaires de la chambre de commerce de Paris.

173 YI 1944-1949, 230, Bonnet, Washington, 10 juillet 1948, 16 h 48, 3118-20.

174 YI 1944-1949,231, Washington, 7 août 1948, 19 h 52, 3563-68.

175 F 60 ter 488, DREE, s/d n° 967 à E. Demont.

176 F 60 ter 486, ECA, 19 novembre 1948, « Procédure applicable aux projets et aux biens d’équipements ». F 60 fer385, « Procédures applicables aux projets et aux biens d’équipements », 233, 20 janvier 1949, « Note sans origine sur les procédures ». F 60 486, Demont à président du Conseil 13 janvier 1949, Filippi, « Procédure d’approbation par l’ECA des projets d’équipements ». B 33925, rapport Valensi de l’agence financière de Washington de janvier 1949.

177 F 60 357, 468 bis, SGCI, 10 janvier 1949, PPS à Mitchell, ECA.

178 F 60 ter 412, 22 janvier 1949, Bonnet à AE n° 12 DET et E. Lamy, 25 janvier 1949, à président du Conseil.

179 F 60 ter 486, « Note sur les équipements finançables par l’ERP », 18 février 1949.

180 F 60 ter 488, 16 février 1949, « Projet d’achat de 6 Lockheed Constellation ». F 60 ter 357, 585 bis, 13 février et 589, 25 février 1949, P. Ledoux à Myers, « Equipements, programme 1948-1949 ». 25 février, 592, P. Ledoux, à D. K. Bruce.

181 Industrie, C 39, Dica, Dirapro, Demont, Washington, 194, 294 Ind. 11 mars 1949 à M. des Finances, « a/s financement des projets d’équipements ». F 60 ter 488, p. 4, E. Demont à Samuel Anderson ECA, 3 janvier 1948.

182 F 12 10752, The Marshall plan Letter, 11 août 1949, n° 32.

183 F 60 ter 357, SGCI, 691, PPS à Bruce, 21 mars 1949.

184 F 60 ter 489, MIC, Desrousseaux, à SGCI, 23 février 1949, « Usinor ». B 42268, compte rendu du 26 janvier 1949.

185 B 33925, « Rapport de l’agence financière de Washington », Valensi, juin 1949, p. 11. F 60 ter 357, 699 bis, P. Ledoux, « Informations sur les importations de tracteurs ».

186 B 16021, Dirapro, Grimanelli, 10 juin 1949, note pour le directeur du cabinet du ministre des Finances, 412, « Importations de tracteurs Ferguson ».

187 Philippe Mioche, « Les plans et la sidérurgie, du soutien mitigé à l’effacement possible (1946-1960) », p. 127, de Monnet à Massé, IHTP 24-25 juin 1983.

188 F 60 ter 387, « R. Lacoste et P. Reynaud à Président du groupement du train à bande de l’Est », 31 juillet 1948.

189 F 60 ter 489, 23 mars 1949, Sollac source SGCI ou MIC.

190 Industrie, 11512, Note pour M. Denis, « historique et psychologie des trains à bande », 22 février 1949.

191 B 16020, Dirapro, n° 1089, 29 décembre 1948, « Note pour le ministre, trains à bande de l’Est ».

192 F 60 ter 489, A Bureau, 12 janvier 1949, MIC, direct, de la sidérurgie à PPS, et 28 janvier 1949, LG Taves, dirapro à direction de la coordination industrielle, Sollac.

193 F 60 ter 357, SGCI, 721, PPS à Bruce.

194 Intervention d’A. Denis à l’IHTP, 24 et 25 juin 1983, p. 155, De Monnet à Massé, op. cit. voir bibl. n° 286 ; il se trompe en disant que Sollac fut exclue du plan Marshall, elle le fut... temporairement !

195 AMF 14/6/49, Denis, directeur des mines et de la sidérurgie, au SGCI. 14 avril 1949.

196 F 60 489, Note 29 avril 1949 SGCI sans doute.

197 F 60 ter 357, 885, P. Ledoux, à Valensi. F 60 ter 489, LG Taves à MIC, Denis, ingénieur en chef sidérurgie, 5 avril 1949. F 60 489, M. Katz, adjoint par i. du représentant spécial des Etats-Unis en Europe, à R. Marjolin.

198 B 33925, « Rapport de l’agence financière de Washington », Valensi, juin 1949, p. 10 du rapport.

199 Industrie, 11512, n° 770839/001, « Note pour M. Denis », 28 février 1949, Dreyfus, et MIC, 19 février 1949, à ministre des Finances, « Prêts à consentir à Sollac et Usinor ». B 42268, compte rendu du CI, 4 avril 1949. Et compte rendu du CI, 20 juin 1949, adoption du procès-verbal, du 9 mai.

200 B 42268, « compte rendu du 3 avril 1950 ».

201 Michel Margairaz, « Les plans et la sidérurgie : le plan, mal nécessaire pour financer les investissements ? » p. 145, in De Monnet à Massé, sous la dir. d’Henri Rousso, « Table ronde de l’IHTP, 24-25 juin 1983 », CNRS, 1986.

202 F 60 489, Document Sollac, « Visite du chantier de Sollac le 23 décembre 1949 ».

203 F 12 11022, Service des affaires extérieures, MIC, PBO « Programmes d’importations de la zone dollar », 2 septembre 1952.

204 La somme des allocations trimestrielles présentées plus haut était de $ 984,8 millions pour les 4 trimestres de juin 1948 à juin 1949. Les chiffres peuvent parfois avoir été modifiés au moment du règlement final des comptes en 1959, voir chapitre 16 les prévisions d’aide pour juin 1948-juillet 1949.

205 AMF 18/8/4, Bulletin du CNPF, n° 38, octobre 1949, « Chronique du plan Marshall ». F 60 ter 491, DREE, services des importations, Imp 3/2, n° 9720, « Note sur l’aide américaine », 22 novembre 1951, P. Moussa, « a/s Montant et emploi des crédits de l’ECA du 3 avril 1948 au 30 septembre 1951 ». F 12 10752, The Marshall plan Letter, « Rapport du SE 25 mai 1949 ». F 10 5626, « Rapport adressé par le gouvernement français à l’ECA, juin 49, exécution du programme d’aide américaine au 30 juin 1949 ; PA émises ». On a bâti les tableaux 37, 38 et 39 avec les sources indiquées ci-dessus. MPL dans le tableau 38 signifie : The Marshall plan Letter. G. D’Eté fait référence à l’ouvrage de ce haut fonctionnaire. Les chiffres du tableau 38 ont été arrondis.

206 YI 1944-1949, 232, YR, 27 janvier 1949, circ. 20 IP, « a/s aide américaine à la France ».

207 F 60 ter 386, « Consommation par habitants adultes », sources comité de l’alimentation et de l’agriculture, non daté, statistiques d’avant guerre, 1947-1948 et 1948-1949.

208 1 A 405, compte rendu sténographié « Audition du ministre des Finances du 21 juin 1950 », commission des finances, présidence de JR Guyon. 5 A 22 p. 21, INSEE, « Situation économique au début de novembre 1950 », confidentiel.

Table des illustrations

Titre Tableau 28. Prévisions françaises d’exportations pour 1952-1953, pour la Métropole et par produit, comparées aux exportations de 1947
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2711/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 163k
Titre Tableau 29. Prévisions françaises d’exportations par zones géographiques en 1952
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2711/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
Titre Tableau 30. Part de la zone dollar dans les prévisions françaises d’importations (1948-1953)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2711/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Tableau 31. Prévisions d'importations en provenance des pays européens (OECE)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2711/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Titre Tableau 32. Programme français d’OSP, juin 1948
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2711/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Titre Tableau 33. Le premier programme budgétaire d’importations (15 juillet 1948)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2711/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Titre Tableau 34. Modification du programme d’importations de produits alimentaires 1948-1949 par l’ECA
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2711/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Titre Tableau 35. Liste des équipements demandés pour 1948-1949
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2711/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 222k
Titre Tableau 36. Bilan des importations d’équipements de la zone dollar (avril 1948- juin 1949)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2711/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 207k
Titre Tableau 37. Bilan de l’aide américaine à la France, avril 1948-juin 1949 (attributions 15 mois)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2711/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Titre Tableau 38. Tableaux récapitulatifs de l’aide accordée à la France, 1948-1949, par postes selon diverses sources
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2711/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 178k
Titre Tableau 39. Procurement Autorisations émises, avril 1948-juin 1949
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2711/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Titre Tableau 40Livraisons des produits au 30 juin 1949
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2711/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Tableau 41. Apport du Plan Marshall à l’économie française au second semestre 1948 en quantité et en paiement
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2711/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2711/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 259k
Titre Tableau 42. Opérations en capital, 1945-1949 d’après les balances des paiements françaises
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2711/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 206k
Titre Tableau 43. Bilan des importations et des exportations, en 1948-1949
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2711/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 83k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540