Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La France, l’aide américaine et la construction européenne 1944-1954. Volume I

 | 
Gérard Bossuat

Deuxième partie. - Le plan Marshall et la modernisation de la France

Chapitre VIII. Les risques de l’adhésion au plan Marshall

Texte intégral

« La meilleure défense de notre cause dans les organisations internationales,
ce ne sont ni nos mérites passés, ni nos difficultés présentes, mais les
preuves manifestes de notre volonté de faire face à l’avenir. »
Jean Monnet.

1La négociation à Seize montrait que la France ne pourrait échapper à certaines exigences ou conditions américaines.

2Les discussions inter-européennes de l’été 1947 faisaient apparaître une double exigence : d’abord la révision de la politique allemande de la France. L’échec de la conférence des ministres des Affaires étrangères de Londres avait conduit Bidault à une certaine révision. Désormais les Français entendaient obtenir des garanties du seul camp occidental contre une renaissance allemande. D’autre part la lutte contre l’inflation. La France se devait de marquer des intentions nouvelles. Aussi la question est de savoir dans quelles conditions René Mayer a mené la politique de stabilisation de janvier 1948 et si elle est une réponse aux sollicitations américaines.

3L’offensive de Lucius Clay, commandant de la zone d’occupation américaine en Allemagne contre la politique française prouvait que la France était à la veille de révisions déchirantes. Pour les Américains, la notion de sécurité de la France s’opposait à celle de développement conjoint des Européens.

4Dans ces conditions le plan Marshall valait-il la peine d’être accepté par la France ? Les Anglo-Saxons sauraient-ils rassurer les Français ?

5L’aide américaine exigeait une étape redoutable pour se réaliser : la négociation de l’accord bilatéral. Déjà, l’OECE avait tenté d’adoucir certains termes du projet type. La diplomatie française devait maintenant convaincre ses interlocuteurs de laisser au gouvernement la libre disposition de l’aide en dollars et de sa contre-valeur.

6L’accord posait la question de la dépendance de la France. Devenait-elle un protectorat américain ?

7Mais pouvait-elle se développer autrement qu’en étant, pour un temps, dépendante d’une puissance qui à la fois affirmait son désintéressement et défendait des positions politiques et économiques propres ? Les débats du GATT avaient prouvé que les Etats-Unis n’étaient pas disposés à se laisser endormir par la France et la Grande-Bretagne.

8La politique allemande de la France était fortement contestée. Les Français devaient veiller à interdire aux Américains de profiter de leur faiblesse pour s’immiscer dans leur pré carré, tout en manœuvrant avec suffisamment de finesse pour accéder aux dollars de l’aide. Il existait des conditions américaines pour bénéficier de l’aide, la négociation des Seize l’avait montré, les Français avaient eux aussi leurs exigences.

UTILISER LA CONTRE-VALEUR AU PROFIT DU PLAN DE MODERNISATION

9Tout en principe devenait plus facile avec l’aide car un flot de dollars allait irriguer le corps économique français. Encore fallait-il pouvoir le diriger sur les objectifs nationaux de développement.

Le débat franco-américain

  • 1 AMF 14/1/12, 28 août 1947, « Mémorandum de la délégation française sur les travaux financiers de l (...)
  • 2 Pierre-Olivier Lapie, De Léon Blum à de Gaulle, Fayard, 1971, p. 161.

10L’idée de la commission des Affaires étrangères du Sénat américain d’affecter la contre-valeur aux « secours et secours au travail » était évidemment inacceptable1. Les Français imaginaient pouvoir acheter avec les dons américains en dollars les équipements dont ils avaient besoin et utiliser la contre-valeur de l’aide en francs français pour financer le plan de modernisation et la reconstruction. Les Américains connaissaient cette intention française depuis la négociation de l’aide intérimaire. Il n’est pas sûr qu’en France tous les hauts fonctionnaires aient été enthousiasmés par cet objectif. Guindey était réticent, tout comme Mendès France qui déclarait à Pierre-Olivier Lapie : « Nous aurions dû adopter le point de vue américain : opérer un blocage des fonds pour éponger notre inflation »2.

11Un courant dominant plaidait pour la modernisation et l’emporta sans difficulté au sein de l’administration française et du gouvernement.

12Les Français devaient tenir compte de certaines conditions américaines dont la plus importante mais la plus floue était la nécessité d’une stabilisation intérieure, économique et financière.

13Jean Monnet qui tenait à disposer de ressources affectées pour la modernisation proposa fin décembre 1947 d’affecter la contre-valeur des crédits extérieurs et de l’aide intérimaire, d’une part à un fonds de modernisation et d’équipement (FME) qui financerait le plan, d’autre part aux remboursement de la dette de l’Etat.

  • 3 AMF 11/4/2c, 21 décembre 1947, « Projet de loi proposé par Monnet ». Vincent Auriol, Journal 1947. (...)

14Il reprenait sous un autre nom son projet antérieur de Caisse autonome d’investissements qui avait échoué en juin 1947. Il demanda à son ami René Mayer, ministre des Finances, de créer le FME. Maniant la flatterie : « Vous aurez créé l’institution nouvelle qui assurera la modernisation de la France », il lui montrait qu’elle était « une solution pratique et stable ». Dans son esprit le FME serait fort et indépendant et aurait l’avantage de révéler à l’opinion américaine l’effort français de modernisation3. Ses ressources viendraient pour les deux tiers de la contre-valeur de l’aide intérimaire et pour un tiers du prélèvement exceptionnel. Au-delà de l’année 1948, la moitié viendrait de la contre-valeur de l’aide ERP et la moitié du marché financier.

  • 4 Jean Monnet, Mémoires, tome 1, Livre de poche, p. 379. Il parle ici de loi du 16 janvier 1948. AMF (...)

15René Mayer fit effectivement voter la création du Fonds National de Modernisation et d’Equipement (FME), le 7 janvier 19484. Mais il laissa de côté ses modalités de fonctionnement.

Un tableau flatteur de la modernisation au début de 1948

16En attendant le vote de l’aide au Congrès, le financement du plan de modernisation au premier semestre 1948 fut le fruit d’expédients : comptes spéciaux du Trésor, prélèvements et, espère-t-on, contre-valeur de l’aide intérimaire.

  • 5 AMF 1 l/4/67a, 21 février 1948, J. M. « Projet : plan pour Mr. le ministre des Finances ». B 33213 (...)

17Il faut trouver 85 milliards de francs pour les équipements et 95 milliards pour la reconstruction, or un déficit de 42 milliards est prévisible. Comment financer les équipements5 ? Bloch-Lainé raconte joliment les embarras du gouvernement : « C’est au début de 1948, Robert Schuman gouvernant, qu’on a pour la première fois « budgétisé » dans une mesure encore insuffisante et par des moyens inconstants, les dépenses d’investissements des grands satellites... ».

  • 6 Conférence de presse de Robert Schuman, « Le relèvement de la France », publiée par m’AGEFI, 17 ma (...)

18Devant les journalistes, Robert Schuman, le 17 mars, annonça d’ailleurs un ralentissement provisoire des dépenses d’investissements, limitées à 170 milliards de francs en 1948, pour assurer le ravitaillement immédiat6. Mais Schuman fit une présentation flatteuse des résultats du plan. A l’entendre, les résultats étaient impressionnants : 27 milliards de KWh d’électricité produits en 1947 contre 20 en 1938, 6 millions de tonnes de pétrole raffinées contre 8 en 1938, 5,8 millions de tonnes d’acier coulées contre 4,4 en 1946, et 6,2 en 1938. Le trafic ferroviaire a atteint ses objectifs à 100 %, le parc de tracteurs agricoles a doublé. Les Français travaillent davantage qu’en 1938 : 45 heures par semaine.

  • 7 AMF 11/5/4b, 25 juin 1948, Jean Monnet à Robert Schuman.

19Le tableau dressé par Monnet trois mois plus tard était un peu différent7.

Tableau 24. Bilan de la réalisation du plan en juin 1948 dressé par Jean Monnet

Tableau 24. Bilan de la réalisation du plan en juin 1948 dressé par Jean Monnet

20Les points faibles concernent la production de charbon, d’acier et de machines agricole surtout. Les mines de charbon manquent de main-d’œuvre, les aciéries de coke, l’exécution du plan agricole est en retard. Les objectifs du plan n’étaient pas atteints en juin 1948 dans trois secteurs de base considérés comme essentiels.

21D’autre part ces augmentations de productions étaient-elles le fruit de nouvelles installations ou de la reconstruction à l’identique d’anciens ensembles ?

  • 8 B 16020, 20 janvier 1948, Ministère des Finances, Sous-secrétariat d’Etat aux affaires économiques (...)

22On peut se faire une idée de la modernisation entre 1944 et 1947 en considérant que $ 1320 millions ont été consacrés à l’achat de biens d’équipements, soit 23 % des achats totaux à l’étranger. Si l’on distingue les biens d’équipements affectés aux projets nouveaux, on tombe à $ 560 millions soit 10 % de l’ensemble des achats. Bien entendu, ces chiffres ne concernent que les achats d’équipements à l’étranger, mais c’est à l’étranger que les industriels peuvent se procurer l’essentiel des équipements les plus performants comme les trains à bande modernes pour la sidérurgie. En admettant que ces équipements concourent à la réalisation du plan de modernisation, ces $ 560 millions représentent 23,3 % des $ 2,399 milliards d’équipements prévus sur les 4 ans du plan de modernisation8.

  • 9 Pierre Mendès France, Œuvres complètes, tome 2... op. cit.; voir bibl. n° 53; p. 212, « Exposé à l (...)

23Le bilan Schuman de mars 1948 était chatoyant par rapport à 1938, mais inquiétant pour l’avenir car la modernisation n’avait pas encore trouvé son véritable financement. L’inflation rendait l’épargne plus sensible à la spéculation qu’à l’investissement à long terme comme le répétait Pierre Mendès France9. La France était riche et pourtant incapable de se mobiliser pour la modernisation.

24Les crédits en dollars et leur contre-valeur apportaient une sécurité en faveur de la modernisation. Les premiers en soulageant la balance des paiements, la seconde en compensant la défaillance du capital français.

La contre-valeur de l’aide intérimaire affectée au plan et à la reconstruction

25Les Américains tenaient à affecter la contre-valeur de l’aide intérimaire, environ 45 milliards de francs, au remboursement des dettes de l’Etat. Ils acceptèrent qu’elle aille temporairement à l’investissement public et à la reconstruction.

  • 10 Y I. 1944-1949, 230, Bonnet 16 avril 1948, 1664-71.

26Il avait fallu surmonter les réticences de la Trésorerie américaine, non sans difficultés. John Snyder se montrait moins compréhensif que les Américains de Paris10.

  • 11 Papiers Elgey, Entretiens E. Hirsch, Daillencourt, 22 juillet 1964, et Van Helmont, Daillencourt, (...)

27Jean Monnet et François Bloch-Lainé ont certainement joué un rôle important dans cette évolution de l’ambassade américaine. La confiance de Bruce et de Tomlinson en Jean Monnet a été décisive d’après le témoignage de Hirsch ou de Van Helmont. La lettre du 2 avril 1948 à l’ambassade américaine sanctionnait cet accord11. Mais les Français s’engagèrent à ne plus recourir aux avances de la Banque de France pour financer le déficit intérieur et il convenait d’être sérieux car se profilait la négociation sur l’utilisation de l’aide Marshall elle-même.

  • 12 Y I. 1944-1949, 131, IP 69, 17 mars 1948. 363 AP 7, de René Mayer ? à Tomlinson, 10 mai 1948.

28La décision d’affecter la contre-valeur de l’aide intérimaire aux investissements et à la reconstruction n’apporta pas une solution immédiate à la pénurie de financement. Les investissements durent être réduits par suite du retard de l’aide ERP et de la politique de stabilisation intérieure décidée par René Mayer. Mayer avertit Tomlinson en mai 1948 que le gouvernement français utiliserait pleinement l’avance de 200 milliards de francs consentie par la Banque de France le 11 mai12.

Le FME enfin opérationnel

  • 13 B 33213, » Note sur le projet Monnet relatif au FME », 15 janvier 1948, DT ?, sans auteur.

29La Direction du Trésor reprochait au projet Monnet de FME de suspendre les droits de contrôle du ministère des Finances sur de l’argent public et d’empêcher le Trésor de réguler la situation financière intérieure13. Elle lui fit même le reproche d’avoir oublié les équipements ruraux dans le programme de modernisation.

  • 14 B 33459, DT, « Note sur l’affectation à la CAR des prestations des pays ex-ennemis au titre des ré (...)

30Le projet de Bloch-Lainé d’une Caisse autonome de la reconstruction et de l’équipement (CARE) réservait l’avenir pour Monnet, puisqu’elle était amputée, par la loi du 21 mars 1948, de sa mission d’investissement pour ne concerner que celle de reconstruction. Elle devient donc la Caisse autonome de la reconstruction (CAR). Elle fut alimentée par le produit des réparations allemandes, les emprunts émis en faveur des sinistrés, une partie du prélèvement obligatoire et de la contre-valeur de l’aide intérimaire. Les remboursements des prêts qu’elle consentait furent affectés à l’extinction de la dette publique14.

  • 15 Denise Mayer, René Mayer, études, témoignages, documents, PUF 1983, Claude Tixier : « René Mayer a (...)
  • 16 AMF 11/4/8 Lettre autographe adressée à Jean Monnet, mars 1948 par un de ses collaborateurs ou ami (...)

31Mais, assez vite, Monnet acquit la conviction que Mayer ne donnerait pas d’autonomie au FME. Les Finances en firent un compte spécial du Trésor. René Mayer refusa le « démembrement de la trésorerie » selon le directeur de cabinet de Mayer, Claude Tixier15. Monnet tenta tout pour faire du FME une « corporation » à l’américaine. Il entreprit ses amis américains16. Il écrivit à Mayer de différer toute décision car « la manière dont l’administrateur américain [de l’ECA] envisage cette question est capitale pour nous. » Mais il ne semble pas que les Américains aient exercé des pressions sur Mayer. La réalisation du plan passait, dit-il, par un FME autonome. Ainsi les Américains n’entreraient pas dans des discussions sans fin sur les programmes d’importation et ne ménageraient pas l’affectation de la contre-valeur au plan de modernisation.

32Ses arguments ne portèrent pas. En juin, René Mayer penchait toujours pour un compte spécial du Trésor. La Reconstruction Finance Corporation à la française s’évanouissait.

  • 17 AMF 11/4/15, TA. C. MT, 22 juin 1948, « Mémorandum à René Mayer ».
  • 18 AMF 11/5/lf, « Mémorandum du 2 juin 1948 », et AMF 11/5/2, « Mémorandum du 23 juin 1948 ».

33Monnet menaça alors de démissionner. Si ce projet devait être adopté par le gouvernement, écrivit-il à Mayer en juin 1948, « je considérerais impossible d’assurer la responsabilité de cette réalisation »17. Il proposait la rédaction d’un décret nouveau dont l’article 1 mettait en place « un établissement public, doté de la personnalité civile ». L’article 10 créait une direction générale et Monnet exigeait en outre l’abrogation de l’article 12 de la loi du 21 mars 1948 instituant un compte spécial du Trésor. Il tenta une opération séduction auprès des hommes politiques influents. Pierre-Olivier Lapie, reçu à déjeuner au CGP, fut chapitré lui aussi. Il comprit que Monnet voulait intégrer le plan de modernisation au plan Marshall par le biais de la contre-valeur18. C’était bien là l’essentiel mais Lapie n’avait pas compris l’intérêt de créer une institution autonome.

34La crise gouvernementale de l’été 1948 lui donna un répit et un espoir. Mais il échoua définitivement en octobre 1948 avec le nouveau gouvernement Queuille. Le FME fut un compte du trésor. Le CGP ne devint pas le puissant maître d’œuvre de la modernisation qu’il continuait à définir. De plus le gouvernement avait mis en place en juin une commission des investissements chargée d’administrer le FME.

  • 19 François Bloch-Lainé, Profession fonctionnaire, op. cit.; voir bibl. n° 24; p. 108 et 109.

35Bloch-Lainé a parlé d’un « petit combat » contre ses amis du Plan, Monnet, Pleven, Hirsch, Uri, dont il sortit vainqueur. Le Ministère des Finances conservait la maîtrise des investissements, mais il s’obligea « à considérer l’équipement et la modernisation du pays comme étant de sa responsabilité, comme constituant une obligation à sa charge »19.

  • 20 Voir Michel Margairaz, « Jean Monnet en 1948, les 5 batailles pour reconquérir la puissance », art (...)

36La personnalité de Bloch-Lainé était en effet rassurante pour Monnet qui accepta la décision du gouvernement20.

La contre-valeur de l’aide intérimaire et les investissements

  • 21 AMF 12/3/lb, 14 février 1948, « Mémorandum sur l’affectation de la contre partie en francs françai (...)

37Le CGP avait établi en février 1948 que les charges d’investissements et de reconstruction atteindraient 240 milliards de francs, et les ressources 198 milliards dans l’année. Le déficit serait financé par la contre-valeur de l’aide21.

38Le gouvernement américain accepta le 2 avril de débloquer 25 milliards de contre-valeur. Aussitôt le CGP informait Tomlinson, chargé des affaires financières à l’ambassade, que le gouvernement affecterait 5 milliards à la reconstruction et 20 milliards aux équipements.

39Quel était le bilan du financement des investissements de planification en juin 1948 ?

Tableau 25. Paiements des équipements et des investissements, premier semestre 1948

Tableau 25. Paiements des équipements et des investissements, premier semestre 1948

40La contre-valeur finança 29,5 % du budget équipements et reconstruction au premier semestre. Pour le second semestre on prévoyait de dépenser 279 milliards de francs et d’affecter aux recettes 107 à 157 milliards de francs de contre-valeur.

  • 22 B 42268, 1re réunion de la CI, 21 juin 1948, où étaient représentés le ministère des Finances, le (...)

41L’affectation de la contre-valeur de l’aide ERP à la modernisation s’avérait déterminante pour l’équilibre budgétaire22.

UN ASSAINISSEMENT ÉCONOMIQUE ET FINANCIER OPPORTUN

42Les Américains avaient fait savoir depuis longtemps qu’ils souhaitaient un assainissement intérieur français. Or Robert Schuman et René Mayer ont mené un assainissement et une stabilisation financière entre décembre 1947 et janvier 1948. Il est fondamental de savoir quelle fut l’autonomie de décision des Français.

Aux origines de l’assainissement intérieur

43Ce débat, quoi qu’on en pense, n’était pas nouveau. Il faut se souvenir de l’affrontement Mendès France-Pleven de 1945. Depuis lors l’inflation faisait des ravages, malgré la baisse Blum de 5 %, l’équilibre des dépenses publiques était rompu.

  • 23 Année Politique 1947, p. 322-323, « Déclaration à l’Assemblée nationale de M. Paul Ramadier, prési (...)

44Le 21 janvier 1947, Paul Ramadier, dans sa déclaration d’investiture, appelait à la poursuite de l’œuvre entreprise et à des économies drastiques, tout en orientant l’effort du pays vers la production donc vers le plan de modernisation. Il envisageait une compression des exportations, le financement du budget extraordinaire (plan et reconstruction) par l’emprunt23.

Le premier effort d’assainissement du printemps 1947

45La situation s’aggrava brusquement en mai 1947 (augmentation des salaires et du prix du blé, grèves, excédent des remboursements de bons du Trésor sur les placements). Le plafond des avances de la Banque de France fut atteint.

  • 24 Vincent Auriol, Journal 1947, op. cit.; voir bibl. n° 19; p. 267, 11 juin 1947, note *775, p. 268, (...)
  • 25 F 60 1003, Jacques Rueff, « Note sur les problèmes économiques et financiers de la France », mai 1 (...)

46Le 20 juin, le gouvernement déposa un projet financier visant à soulager le budget de 135 milliards environ24. Les parlementaires l’adoptèrent. On fit 30 milliards d’économie sur le budget de 1947. L’impôt de solidarité d’août 1945 fut majoré de 25 % pour la bonne cause. Ce « cinquième quart » fut affecté à la reconstruction et à l’équipement. Ce « plan Schuman » suscita beaucoup de débats au sein de la coalition gouvernementale qui manqua d’éclater. Ce plan marqué par les idées de Jacques Rueff allait vers moins de dirigisme, moins de subventions et peut-être une dévaluation25.

  • 26 « Interview de Guillaume Guindey » par une groupe d’historiens de Nanterre, Paris X, p. 18-19, dac (...)

47Guillaume Guindey en revendiquait la paternité. Il remit à Schuman, avec l’accord de Monick, gouverneur de la Banque de France, une note proposant un changement profond de politique financière : taux de change réaliste pour faciliter les exportations, libération des importations pour peser à la baisse sur les prix, lutte contre l’inflation par l’équilibre budgétaire et le resserrement du crédit, libération symbolique du marché de l’or pour restaurer la confiance des possédants. Schuman, dit-il, « leva les bras au ciel », mais l’esquisse du printemps 1947 se retrouva dans les réalisations de janvier 194826.

48Tous les responsables économiques trouvèrent ces mesures insuffisantes... mais pour des raisons différentes. Aucun, à ce moment, ne fit allusion à une pression américaine. Monnet vit Auriol le 28 juin. Il fit appel à la collaboration de tous les Français, demanda même le retour des communistes au pouvoir sur un programme d’union nationale. L’aurait-il fait si l’assainissement avait été suggéré par les Américains ? Il y a donc autonomie de pensée des Français à propos de l’assainissement au printemps de 1947.

L’assainissement dans la perspective du plan Marshall

  • 27 CE 44, « Note H. Alphand », 28 juin 1947, secret, cf. Annie Lacroix-Riz, Le Choix de Marianne, ed. (...)

49L’entourage de Schuman, mais aussi de hauts fonctionnaires, envisageaient alors une évolution de la politique économique de la France vers le libéralisme27. Ces idées étaient antérieures au discours du 5 juin, mais leur rayonnement nouveau était renforcé par l’annonce du plan Marshall.

  • 28 CE 45, « Mémorandum pour Georges Bidault », 1er juillet 1947.
  • 29 Vincent Auriol, Journal 1947, op. cit.; voir bibl. n° 19; p. 383, 4 août 1947 et annexe VII. AMF 1 (...)

50De plus Monnet avait bien dit en juillet 1947 que les crédits américains ne seraient pas donnés « si nous ne sommes pas engagés dans une remise en ordre de nos affaires économiques intérieures »28. L’assainissement financier intérieur, prôné par le gouvernement Ramadier, tenté partiellement fin juin par Robert Schuman, devint un objectif cardinal29.

  • 30 457 AP 20, H. A., MAE, DAEFT, DG, 2 août 1947, « Note pour le Président sur la CCEE ».

51De son côté, Clayton fit passer le même message : « Le Congrès ne sera convaincu que si en même temps chacun des pays bénéficiaires présente un programme d’assainissement et de stabilisation intérieure ». Mais il alla bien plus loin que de vagues conseils. Il présenta un programme : suppression des contrôles des prix, des changes, suppression des rationnements. Alphand traduisit ainsi pour Ramadier : « C’est certainement dans un sens libéral et par une économie donnant plus de place à l’initiative privée que la France peut retrouver sa prospérité »30. Henri Bonnet lançait des Etats-Unis le même message.

  • 31 74 AP 30, SFIO, 15 août 1947, 39e congrès de Lyon, 14-17 août, « Motion sur le programme économiqu (...)

52Or la SFIO comptait redresser l’économie du pays par d’autres moyens. Elle prônait, lors de son 39e Congrès de Lyon, un dirigisme accru, même au prix de mesures impopulaires, qui trouvait son modèle chez les travaillistes anglais31. On voit mal cependant les thèses du congrès SFIO être acceptées par le MRP et les radicaux de plus en plus libéraux.

L’étude d’un programme d’assainissement, septembre 1947

  • 32 Vincent Auriol, Journal 1947, op. cit.; voir bibl. n° 19; p. 438, 5 septembre.

53Monnet en conséquence demanda l’autorisation de préparer un programme de stabilisation économique et financière selon les méthodes du plan32. Il voulait tourner les blocages politiques qui s’exacerbaient dans l’été et qui risquaient de ruiner la crédibilité des Français face aux Américains et aux partenaires européens de la France. C’était aussi un moyen de faire des propositions françaises aux Américains et d’éviter le maximalisme de Clayton.

Ramadier met en place la commission spéciale ou Commission du bilan national

  • 33 Vincent Auriol, Journal 1947, op. cit.; voir bibl. n° 19; octobre, note 1. 52 J 67, « Monnet au pr (...)

54Monnet, le 8 septembre 1947, remit à Paul Ramadier, président du Conseil, un mémorandum sur la stabilisation et le convainquit d’y donner suite : une commission fut chargée de préparer un plan de stabilisation pour le 1er novembre 194733.

  • 34 52 J 155, « Note sur une politique économique », par André Boulloche, date : été 1947 ?

55André Boulloche, directeur de cabinet de Ramadier avait convenu de l’utilité « de donner l’impression d’aller vers la stabilité » et de remettre en chantier le plan Monnet en fonction des ressources réellement disponibles34.

  • 35 52 J 67, CGP, « Mémorandum sur les conditions d’élaboration d’un programme de stabilisation », Jea (...)

56Monnet voulait prouver que le moment était venu de stabiliser. Les Seize ne supportaient plus le déficit de la France ni son laxisme budgétaire : « La meilleure défense de notre cause dans les organisations internationales ce ne sont ni nos mérites passés, ni nos difficultés présentes, mais les preuves manifestes de notre volonté de faire face à l’avenir » disait-il. Monnet posait le principe de stabiliser pour mieux négocier les crédits de la modernisation. Il se proposait de dresser « un bilan des ressources sur lesquelles l’économie française peut compter et de ses besoins », de prévoir les mesures à prendre35.

La Commission du bilan national

57Ainsi naquit la Commission du bilan national que firent vivre Pierre Uri, Paul Delouvrier et J. P. Delcourt.

  • 36 François Bloch-Lainé, Profession : fonctionnaire... op. cit.; voir bibl. n° 24; p. 112.

58Elle utilisa les travaux anglo-saxons sur le revenu national qui furent développés en France, à la demande de François Bloch-Lainé par le SEEF confié à Claude Gruson36.

  • 37 Y I. 1944-1949, 130, « Discours de P. H. Teitgen, à la fin de la conférence des Seize », 22 septem (...)
  • 38 Vincent Auriol, Journal 1947, op. cit.; voir bibl. n° 19; p. 464-465 et note 22 octobre, 8 octobre (...)

59A la fin de la conférence des Seize qui adopta le rapport général le 22 septembre 1947, P. H. Teitgen fit allusion à ce comité spécial, présidé par le président du Conseil, qui préparait un programme complet d’assainissement et de stabilisation économique et financière37. Ramadier, dans un discours à la radio du 9 octobre en présenta les linéaments : suppression du budget extraordinaire réintroduit dans le budget ordinaire, réduction des dépenses militaires, d’équipements et de reconstruction38. Ce discours courageux entraîna une polémique au sein du gouvernement. Ramadier a donc bien préparé les premières mesures d’assainissement.

  • 39 363 AP 7, AMF 12/1/7, « Premier mémorandum sur les mesures à prendre pour préparer la stabilisatio (...)

60Dans les premiers travaux de la commission, » le mal français » était analysé ainsi : dommages causés par la guerre, bureaucratie, charges sociales, armée, Union française, consommation excessive, distribution pléthorique, modernisation, gel et pénurie de dollars. Les ressources étant inférieures aux besoins, le rapport conseillait de consommer moins, mais aussi de se résoudre à « réduire le programme d’investissements prévu par le plan même dans les activités essentielles, afin de faciliter le succès de la stabilisation ». Ensuite seulement, la modernisation pourrait reprendre grâce à la contre-valeur de l’aide américaine39.

61Le CGP se prononçait donc pour une pause, sachant que le plan de modernisation pouvait être sauvé par le plan Marshall.

  • 40 Annie Lacroix-Riz, Le choix de Marianne, op. cit.; voir bibl. n° 227; p. 164.

62La Commission du bilan national se fixa pour objectif de mesurer le déficit inflationniste et de proposer des remèdes. En quoi la stabilisation serait-elle l’enterrement du plan Monnet comme se plaisent à l’affirmer certains historiens40, puisque les négociateurs français s’employaient avec succès à assurer par l’aide intérimaire et la contre-valeur un flux plus normal quoique insuffisant, de capitaux et de marchandises ?

La réduction des investissements de modernisation

63En octobre, le Comité d’assainissement, devenu Commission du bilan national proposa de retrouver l’équilibre des comptes de la nation. Les investissements pour 1948 furent réduits :

Tableau 26. Réduction des investissements de reconstruction-modernisation pour 1948

Tableau 26. Réduction des investissements de reconstruction-modernisation pour 1948

64Globalement les investissements publics et privés et les crédits pour la reconstruction passèrent de 943 milliards à 835 milliards de francs.

  • 41 AMF 10/l/6a, « Rapport de la sous-commission des investissements, octobre 1947 ? AMF 10/1/8, novem (...)

65Le rapport du Bilan national parut le 13 décembre 1947. Pierre Uri raconte que ce rapport dont le dépôt était urgent fut dactylographié entre midi et huit heures du soir en huit chapitres par huit secrétaires41.

  • 42 AMF 10/1/9a, Jean Monnet au président du Conseil et au ministère des Affaires étrangères et des Fi (...)

66Le rapport fit apparaître un écart inflationniste général de 365 milliards de francs pour l’année 1948, dont 65 milliards étaient dus à un excès de demande d’investissements42.

  • 43 AMF 11/4/M(C/DS) 6 décembre 1947 à Mr. le Président du Conseil et au ministre des affaires économi (...)

67Alors Monnet dramatise au maximum la situation, utilise ce chiffre très parlant pour l’opinion et préconise une action énergique comprise de tous. « Vieillissement et inflation doivent être remplacés par modernisation et stabilisation » écrit-il à Mayer en novembre 1947. Il conseille d’effectuer un prélèvement sur les revenus de 150 à 200 milliards de francs, de créer des recettes fiscales nouvelles et de les affecter à la CAR et au FME, « tout en veillant à assurer les 264 milliards d’importation et de protéger les revenus salariés »43.

  • 44 F 60 904, « Rapport Boutteville, 1er rapport », CGP, commission des investissements des activités (...)

68Les rapports Boutteville s’attachèrent à réviser les objectifs de planification pour les secteurs de base. Le premier rapport diminuait les investissements dans les charbonnages, EDF, la SNCF. En revanche la sidérurgie vit ses efforts confortés parce que le démarrage de la modernisation y avait été plus lent. Un troisième rapport déposé le 9 février 1948 releva le crédit global des activités de base au premier semestre de 79,1 à 102 milliards de francs. Une commission interministérielle composée de Mayer, Lacoste et Pineau fut chargée d’examiner à nouveau les conclusions du troisième rapport Boutteville44.

Ramadier ne prend pas les mesures d’accompagnement

  • 45 363 AP 7, « Note pour le ministre », G. Cusin, 25 novembre 1947, secret. 52 J 68, G. C. (Gaston Cu (...)

69Monnet ne proposa pas, semble-t-il, de dévaluation. En revanche Gaston Cusin, secrétaire général du CEI, l’évoquait pour le printemps de 1948. Monick la croyait urgente. Des rumeurs de dévaluation se précisaient. Dès septembre 1947 des contacts avait été pris entre les experts français et le FMI45.

  • 46 Vincent Auriol, Journal 1947, op. cit.; voir bibl. n° 19; 12 novembre 1947, p. 534-535.

70Monnet envisageait un effort de stabilisation de six mois avec desserrement des contrôles intérieurs sauf sur le charbon et l’acier car ils constituaient « une véritable orientation de l’économie ». Il s’opposa alors à Mendès France partisan d’un rigoureux contrôle des prix46. Mais le gouvernement Ramadier n’arrivait pas à trancher.

  • 47 Louis Franck, 693 ministres, op. cit.; voir bibl. n° 38; p. 47.

71Dans le tourbillon politique de l’automne 1947, Monnet gardait le cap, avec Vincent Auriol qui l’encourageait. Ainsi était justifié, d’après Louis Franck, « qu’au plus fort de la crise sociale de l’automne 1947, le commissariat du plan demeurât comme un îlot de calme où P. Lebrun et ses amis de la CGT consentaient encore à discuter de l’avenir de notre production. Les antennes de M. Monnet à l’Elysée et le rôle discret qu’il joue lors des crises ministérielles, tout cela le rend à la fois prestigieux et équivoque »47.

Le Plan Mayer-Schuman : des décisions claires

  • 48 Entretien Marès-Paul Delouvrier, 3 juin 1981. Entretien Claude Tixier-Gérard Bossuat, 14 mai 1985.

72Lorsque Robert Schuman et René Mayer purent agir après les grèves de décembre, ils trouvèrent un projet déjà élaboré : « Toute une partie du programme de Robert Schuman et de René Mayer qui s’est développé après la grande grève générale qui a occupé presque tout le mois de décembre, est sorti, avec des modifications [...] de la cervelle d’Uri, de moi-même, de Jean Monnet, de ce que nous avions réfléchi pendant tout l’été », écrit P. Delouvrier, alors que Claude Tixier insiste sur les origines « ministère des Finances » du projet Mayer48. Ce que nous avons écrit de la commission du bilan national prouve le rôle premier du CGP dans la réflexion sur la stabilisation.

La stabilisation intérieure

  • 49 Vincent Auriol, Journal 1947, op. cit.; voir bibl. n° 19; p. 588-89, 26 novembre 1947, p. 627, 15 (...)
  • 50 Sur le plan Mayer, voir François Caron, « Le plan Mayer : un retour aux réalités », article rédigé (...)

73Dans sa déclaration d’investiture du 22 novembre 1947, Robert Schuman, nouveau président du Conseil, lança un appel à la lutte contre l’inflation. René Mayer, d’après Tixier « a convoqué ses directeurs de cabinet, il a écouté leurs suggestions et deux jours après, il bâtit un plan dans sa tête, il avait fait son choix et distribuait les rôles à jouer. Cela s’est fait extrêmement vite, sans influence extérieure »49. Il présenta son plan le 15 décembre : relèvement des prix de certains produits de base, création de trois secteurs pour les prix (taxés, contrôlés, libres), mais il créa des ressources nouvelles, dont un prélèvement exceptionnel de lutte contre l’inflation de 150 milliards et l’émission d’un emprunt50.

  • 51 363 AP 38, CV à René Mayer, 22 décembre 1947. 363 AP 7, HB à René Mayer, 5 janvier 1948. CE 46, Bo (...)

74Ces mesures furent bien accueillies par les milieux américains51. Elles passèrent plus difficilement à l’Assemblée nationale. Le prélèvement exceptionnel de lutte contre l’inflation, assorti d’un emprunt libératoire, fut imposé de haute lutte le 7 janvier 1948. Pas moins de 500 amendements furent proposés, pas moins de cinq questions de confiance furent posées.

  • 52 Denise Mayer, René Mayer... op. cit.; voir bibl. n° 51 ; p. 142-148, C. Tixier. Vincent Auriol, Jo (...)

75Ce fut, d’après Bloch-Lainé, un fin connaisseur, « la première tentative sérieuse de redressement depuis la guerre »52. Pour lui, il n’y avait pas de doute que l’inspiration venait de la rue de Martignac.

76L’Amérique n’était pas intervenue dans les mesures intérieures prises par Mayer, tout en les approuvant chaudement. Elles répondaient aux conseils dispensés à Monnet par ses amis américains. Mais les hommes de la Troisième Force n’étaient pas allés à l’ambassade des Etats-Unis chercher leurs ordres.

  • 53 Interview de Guillaume Guindey par A. Mares et G. Bossuat, mai 1985, Bulletin de l’Institut Pierre (...)

77Guillaume Guindey et Pierre Uri ont raison de se prévaloir de leur autonomie de décision face à une situation, qu’avant le discours de Marshall de juin 1947, ils avaient analysée et dénoncée. « Il est certain, dit Guindey à des historiens, que les Américains souhaitaient une unification européenne et une libéralisation aussi grande que possible du commerce européen. Mais ce n’est pas une raison pour leur attribuer ce qui a été fait en ce sens par des Français convaincus que c’était là l’intérêt de leur pays »53.

  • 54 Michel Margairaz, « Jean Monnet en 1948, les 5 batailles pour reconquérir la puissance », art. cit (...)

78Cependant, l’historien ne peut ignorer la coïncidence entre les décisions prises fin décembre, les conseils américains de l’été et l’engagement des Seize de stabiliser. Rien ne dit que sans ces conseils la stabilisation n’eût pas été menée. Tout indique que, sans la stabilisation, l’aide américaine eût été plus difficile à obtenir. L’affectation de la contre-valeur de l’aide au plan de modernisation en eût été contrariée. Opportunément, non sans combats, la stabilisation fut mise en œuvre selon les vœux de Monnet. Elle sauva le plan. Elle correspondait aux vœux des Américains et des Français. Michel Margairaz, à juste titre, peut écrire que la « dépendance s’efface devant la convergence »54.

La dévaluation : un acte de souveraineté

79Le plan Mayer comportait un volet extérieur fort important : une dévaluation du franc.

  • 55 363 AP 7, 7 pages manuscrites, couleur bleue, crayon, paginées rouge, esquisse de discours de Maye (...)

80Dans l’esprit de René Mayer, la dévaluation rendrait possible la reprise des exportations françaises, tuées par la hausse des prix intérieurs. Elle était destinée à relayer l’aide intérimaire qui avait permis de « respirer »55. L’objectif visait-il à patienter en attendant l’aide Marshall ou à régler définitivement le problème de la compétitivité des produits français ?

81Les projets français de dévaluation furent communiqués aux Britanniques et aux Américains au début de janvier 1948.

82Mayer voulait instituer un marché libre des devises à côté du marché officiel. La parité officielle serait portée de 119,20 FF à 214,39 FF pour un dollar. La parité officielle serait utilisée pour les importations essentielles. Le marché libre de l’or serait rétabli.

Les résistances britanniques

83Ces projets firent sursauter les Britanniques, tandis que Caffery, dès le 5 janvier, soutint le projet français.

  • 56 FRUS, 1948, vol. III, « Western Europe », tel. Caffery au Secrétaire d’Etat, 5 janvier 1948, 7 p. (...)

84Cripps, d’après Massigli, avait donné son accord, puis il s’était rétracté. « Si sur un marché aussi important que le nôtre [Paris], dont les cotations ont une valeur mondiale, était enregistrée une dépréciation de la £ par rapport au $, il faudrait craindre une dépréciation de la £ sur toutes les places du monde » avait expliqué Hall-Patch aux Français56.

  • 57 IPMF1948, Gazette de Lausanne, 23 janvier 1948. 457 AP 79, Massigli, 8 janvier 1948, 204, 78-80.

85La trésorerie britannique avait constaté que des expériences récentes de marché libre de la £ en Italie et en Grèce avaient porté atteinte au cross-rate £/$ : la livre s’échangeait à $ 2,80 au lieu de $ 4,03, taux officiel57.

86Cripps rencontra René Mayer et René Massigli le 17 janvier, pendant 2 h 30 et leur dit son intention d’aider la France « pilier fondamental de l’Europe de l’Ouest », mais il leur demanda aussi de ménager la livre.

  • 58 363 AP 7, « Note », très secret, 17 janvier 1948, « cr. réunion des experts du 16 janvier 1948 », (...)

87Les conversations d’experts échouèrent. Guindey exposa le projet devant les hauts-fonctionnaires de la Trésorerie et de la Banque d’Angleterre : dévaluation provisoire de 80 %, marché libre de l’or pour les transactions intérieures, marché libre pour le dollar, l’escudo et le franc suisse, où seraient vendus 50 % du produit des exportations, les devises touristiques, les capitaux rapatriés. Le marché libre mettrait le dollar commercial à environ 260 FF. On y achèterait des devises pour les importations non essentielles. Guindey offrit aussi soit de coter librement la £, soit de dévaluer le franc par rapport à la £ de 80 %. Les Français étaient donc décidés à ne plus soutenir le rapport officiel (cross-rate) de la livre et du dollar. Guillaume Guindey garda le souvenir d’une séance « extrêmement pénible » avec Stafford Cripps58.

88La Trésorerie britannique et la Banque d’Angleterre considéraient que le marché libre du $, même sans cotation conjointe de la £, mettrait en évidence la « vanité du cross-rate officiel » £/$. Aussi Cripps refusa-t-il son accord à un double marché des changes sur la place de Paris.

  • 59 457 AP 79, René Mayer, Londres, 18 janvier 1948, 0 h 30, 208-217 et 218-220 bis, pour Henri Bonnet (...)

89René Mayer, de son hôtel, griffonna que la France n’avait pas le choix des moyens et qu’il fallait éviter un arrêt de la production puisque l’aide américaine tardait59. Une certaine intensité dramatique faisait frissonner les Français. Comment oser s’en prendre, même amicalement, à la puissante Grande-Bretagne ?

Les manœuvres dilatoires des Britanniques

  • 60 FRUS, vol. III, « Western Europe », 1948, p. 1 Caffery au secrétaire d’Etat, 14 janvier 1948, 8 p. (...)
  • 61 457 AP 79, Bidault, 18 janvier 1948, 23 h 45, à Washington, 299, très secret.
  • 62 457 AP 79, 18 janvier 1948, 2 h 00, Washington, 300/312, très secret, « Message de Schuman à Snyde (...)

90La Grande-Bretagne s’efforça alors de convaincre le FMI et les Américains que les projets français mettaient à mal le plan Marshall en portant atteinte à la £. Les Français firent valoir au contraire que la dévaluation et le double marché contribueraient à la stabilisation économique de la France pour le plus grand bien de l’Europe des Seize. Caffery soutint à fond René Mayer : « It is obvious that social and political stabilization in France and Western Europe dépends largerly upon économie stabilization... The Schuman government recognizes this and is making a determined and very courageous effort in this direction »60. Mais il fallait aller plus haut, convaincre Snyder avant que les Anglais n’interviennent61. Bonnet et Pierre Mendès France remirent à Snyder le 19 janvier une lettre de Robert Schuman qui décrivait les principes d’action du gouvernement : équilibre rigoureux du budget, liberté d’entreprise, restauration de la confiance dans la monnaie ; la France sera ainsi prête à reprendre ses échanges avec le monde. Il lui glissa aussi que l’usage de la contre-valeur de l’aide intérimaire serait utile à l’économie française. Le marché libre du dollar préparait « une stabilisation définitive du franc dans un délai aussi proche que possible »62.

Le FMI refuse la dévaluation française

91Pierre Mendès France, pendant ce temps, négociait avec le FMI à Washington. Camille Gutt, directeur général du Fonds désirait que la dévaluation française soit plus profonde (entre 250 et 280 francs pour un dollar) et que le marché libre se limite à coter les transferts de capitaux et les devises touristiques. Les réserves du FMI parurent inacceptables à Mendès France qui conseilla de passer outre.

92Il fallait agir vite maintenant car les rumeurs de dévaluation s’étaient propagées et le commerce extérieur se paralysait.

  • 63 457 AP 79, MAE, 22 janvier 1948, 1 h, à Londres 309-316, à Massigli, de R. Mayer pour Cripps et Ma (...)
  • 64 457 AP 79, 23 janvier 1948, 4 h 20, à Londres 365. FRUS III, « Western Europe », 1948, Washington, (...)
  • 65 457 AP 79, Bonnet Washington, 1er février 1948, 21 h 45, 476-477. 457 AP 21, Washington, 28 janvie (...)

93Bevin tenta de stopper l’opération en renouant avec Schuman et Mayer. A nouveau René Mayer expliqua aux Anglais que la dévaluation n’empêcherait pas la poursuite du commerce franco-anglais, puisque la France continuerait de commercer au taux officiel de la £63. Cependant, le 22 janvier, la trésorerie américaine exprima des réticences de dernière minute, sans doute sous l’influence britannique64. Le gouvernement décida de passer outre mais ce n’était pas sans appréhension que Bonnet évoquait les réserves de la Trésorerie américaine. Le dollar ne risquait-il pas d’être sous-évalué sur le marché libre de l’or ? Cette décision n’altérait-elle pas la négociation Marshall en plein développement ? Le Département d’Etat redressa le moral des Français : Lovett, le 23 janvier, déclara que la dévaluation française était un pas vers la stabilisation, rendue nécessaire par le plan d’aide à l’Europe65.

  • 66 457 AP 79, 24 janvier 1948, « Note » de la DGAEF ? H. A. 30 janvier 1948, à Londres 477-79, très s (...)

94Une dernière visite en France de Cripps, décidément tenace, les 23 et 24 janvier, fut un échec. Cripps acceptait l’ouverture du marché libre pour trois mois, suivie d’une révision de la situation par le FMI. Les Français refusèrent de dépendre de l’avis du FMI66.

  • 67 457 AP 79, Washington, 24 janvier 1948, 7 h 00, 347-53, 20 h 17, à R. Schuman, et « Communiqué du (...)

95Le FMI, tout en appuyant la politique Schuman, réprouva officiellement « l’idée d’un marché libre fonctionnant concurremment avec le marché officie67 »

La dévaluation française du 25 janvier 1948

96Le 25 janvier le gouvernement annonçait la dévaluation. Les conséquences de ce geste de souveraineté étaient-elles graves ?

  • 68 457 AP 79, H. A. 3 février 1948, « Répercussions internationales de la politique économique et fin (...)

97Alphand minimisa la rupture avec le FMI qui « a regretté » la mesure mais qui n’a pas reproché à la France d’avoir manqué à ses engagements internationaux68. C’était jouer avec les mots !

  • 69 B 33648, 28 janvier 1948, « Projet de telegr. pour Bruxelles ». Voir H. Koch, Histoire de la Banqu (...)

98Le gouvernement en profita aussi pour négocier un report de ses dettes avec la Belgique : il proposa aux Belges de ne pas solder en or le déficit de la balance franco-belge en raison de la spéculation qui avait précédé la dévaluation69.

  • 70 Jacques Wolff, « Données... art. cit. voir bibl. n° 306; Colloque de la FNSP, « La France en voie (...)

99La valeur du FF était désormais fixée à 214,3 FF pour un dollar au lieu de 119, 10 FF et la £ à 864 FF. Mais il se négociait déjà à 305 FF pour un dollar70. Gutt et Mayer avaient raison de vouloir une dévaluation plus prononcée.

100Si d’un point de vue technique le taux paraissait bas, d’un point de vue politique, les mesures internes et externes prises par René Mayer dégageaient la route de la coopération franco-américaine.

101N’était-il pas indispensable pour négocier l’aide américaine, d’une part de réaffirmer l’indépendance de décision de la France au risque, politiquement astucieux pour le débat interne, de susciter les critiques des Américains, d’autre part de remettre de l’ordre pour justifier l’aide auprès du Congrès ?

  • 71 Vincent Auriol, Journal 1948... op. cit.; voir bibl. n° 19; p. 55, sur le débat au sein de la SFIO (...)

102L’ouverture d’un marché libre de l’or rassurait les capitalistes et les épargnants, la démonétisation des billets de 5.000 F, suggérée par la Banque de France, rassurait les socialistes qui voulaient faire payer les profiteurs du marché noir71. Le prélèvement exceptionnel, qui produisit 108 milliards de francs, mettait provisoirement à l’aise la trésorerie et permettait de lancer les investissements pour 1948.

  • 72 Jacques Dumaine, Quai d’Orsay... op. cit.; voir bibl. n° 35; p. 262. Interview de Guillaume Guinde (...)

103Une semaine après la dévaluation, Mayer était optimiste. La dévaluation avait réussi, le franc se stabilisait sur le marché libre. Les exportateurs français qui avaient systématiquement retardé la cession de leurs devises à l’Office des changes le faisaient, entraînant une hausse artificielle du franc sur le marché libre. Monnet estimait que la dévaluation réussirait suffisamment pour « soulager le gouvernement de la pression immédiate des échéances, des hausses, des crédits à se procurer ». Guindey exprime aussi, à posteriori, sa satisfaction : « Il y a eu une politique française de redressement qui a au moins en partie atteint ses objectifs »72. Cependant la dévaluation ne permit pas de réduire le déficit des paiements vis-à-vis de la Grande-Bretagne et de la Belgique. En mai, il fallut de nouveau faire appel aux avances de la Banque de France.

Les conséquences du désaveu du FMI par la France

104La passe d’armes avec la Grande-Bretagne n’altéra pas la confiance politique entre les deux pays, puisque le Pacte de Bruxelles fut mené à son terme. Il n’est pas facile d’apprécier en quoi elle modifia le comportement anglais à propos des projets d’union douanière de la France.

  • 73 B 33719, J. de Sailly, 21 mars 1948, à ministère des Finances et des Affaires économiques, « Consé (...)

105Il n’y eut pas de rétorsion sur le programme français d’exportations vers la Grande-Bretagne, mais de nouvelles concessions britanniques furent exclues à court terme73. Il est possible qu’en septembre 1949, au moment de la dévaluation britannique, les Anglais se soient souvenus de leur déconvenue de janvier 1948 au point de n’en avertir que la veille le ministre français des Finances.

  • 74 CE 16, Grousset, La Havane, 26 janvier 1948, 11 h 29, n° 88, de Philip à Schuman, Bidault et Mayer

106Il n’est pas sûr que le FMI soit sorti indemne de l’affaire. Son magistère sur les monnaies avait été ébranlé par une puissance qui avait ratifié Bretton-Woods et prétendait encore défendre l’organisation mondiale des échanges et des changes : « Un encouragement à l’indiscipline » disait-on au FMI et à Londres74. En désavouant le FMI, la France montrait où étaient les vrais centres de ses intérêts : les Etats-Unis et le plan Marshall.

  • 75 4 AU 31 Dr 2 sdr a, 23 janvier 1948, J. M et D. M. à Vincent Auriol.

107En adoptant une attitude rigide mais sans effets, le FMI montrait qu’il était un gendarme monétaire sans moyens et sous influence britannique. La presse américaine était acquise aux décisions françaises malgré les réserves du trésor américain. Léon Blum fut plus critique sur la création d’un marché libre où immanquablement le dollar s’apprécierait par excès d’offre de francs. La brouille avec la Grande-Bretagne troublait la SFIO au moment où, « cruelle ironie », la France proposait l’élargissement du traité de Dunkerque. Daniel Mayer et Jules Moch s’en sont inquiété auprès de Vincent Auriol75.

  • 76 IPMF 1948, Pierre Mendès France, New York, 1er mars 1948, à DFE et note 342. IPMF 1948, C. Valensi (...)

108Le FMI se préoccupa de régulariser la situation du franc dont le taux de change n’était plus reconnu. Gutt voulut absolument résoudre le problème et se proposa même d’aller à Paris et à Londres dans ce but. Il considérait que la dévaluation avait porté un coup fatal à la livre. Sa déception de n’avoir pas eu l’influence à laquelle il aspirait expliquait-elle ses affrontements avec Largentaye, représentant de la France au Fonds Monétaire, « son principal ennemi » d’après Pierre Paul Schweitzer76 ?

109En octobre 1948, le gouvernement tira les leçons de la dévaluation et unifia les règles applicables aux opérations commerciales. Elles s’effectuèrent désormais non pas à deux taux (officiel pour les produits essentiels, au taux du marché pour les non essentiels) mais selon un taux moyen issu du taux officiel à 214 F et de celui du marché libre à Paris de 314 F, soit 264 FF pour un dollar et 1.064 FF pour une £. Les francs commerciaux étaient donc dévalués de 23,3 %. Le cours officiel de 214 F pour un dollar ne servait plus que comme base de calcul pour définir le taux réel. C’est seulement le 15 octobre 1954 que la France, sur la proposition des Etats-Unis fut, déclarée à nouveau éligible au FMI.

Conclusion

110Après la dévaluation du franc, condition implicite de la stabilisation, après l’affectation de la contre-valeur de l’aide intérimaire à la modernisation-reconstruction, les Français pouvaient espérer financer plus aisément le plan de modernisation qu’en 1947.

111Curieusement ils sont entrés en conflit avec les Britanniques pour qui ils manifestaient admiration et reconnaissance, sur qui ils comptaient pour bâtir l’Europe nouvelle. Mais l’assainissement de janvier 1948 arrivait à point pour faciliter l’admission de la France à l’aide Marshall. Conjonction d’une volonté française enfin ranimée après trois ans d’errements budgétaires, et d’une aspiration américaine fortement marquée, l’assainissement Mayer, préparé par Ramadier, avait été mené suffisamment tôt pour qu’il ne paraisse pas résulter des pressions américaines.

112Les travaux de la Commission du bilan national semblaient assez clairs pour que l’opinion comprenne où était l’intérêt de la France. La notion de « gap inflationniste », popularisée par Uri et Monnet, faisait comprendre à l’opinion publique les difficultés structurelles de l’économie française, sans la désespérer, puisque l’espoir d’une aide existait.

113Il restait aux Français à entrer dans le plan Marshall pour être assurés de la continuité des financements extérieurs. Il fallait répondre aux exigences du Congrès et signer un accord bilatéral de coopération économique.

L’ACCORD BILATÉRAL DU 28 JUIN 1948 : DES CONDITIONS DRACONIENNES ET CHOQUANTES

  • 77 B 33689, « Lettre du gouvernement français au Secrétaire d’Etat par interim, R. Lovett », 24 avril (...)

114Le 24 avril 1948, le gouvernement français adoptait les buts et les principes de la loi américaine de coopération économique. Un accord bilatéral devait être négocié entre la France (et chacun des Européens) et les Etats-Unis au titre de la sous-section 115 (b)77.

115Cette lettre gênait les Européens qui s’engageaient à respecter les stipulations d’une loi étrangère. Elle choqua l’OECE qui discuta, on l’a vu, les termes de l’accord bilatéral type. Cette tension se retrouva dans les négociations bilatérales franco-américaines qui furent parfois au bord de la rupture.

  • 78 457 AP 21, J. M. à R. Schuman, 18 avril 1948.

116Comme disait Monnet à Schuman, l’aide permettrait à la France de transformer sa dépendance en position d’indépendance et de collaboration. En réalité, au moins au début, la France fut un enjeu pour les Américains78.

L’administration américaine fait du zèle

  • 79 CE 48, F 12 10323, Bonnet, 2099-109, 15 mai 1948, 20 h, 147 DET, « Remarque sur le projet d’accord (...)

117L’administration américaine soumit aux Européens, le 12 mai 1948, un accord type que les Français déchirèrent immédiatement. Ils contestaient les articles X, XI, XVI, XVIII sur les taux de change, l’accès aux matières premières, l’arbitrage, la durée. Le projet américain allait au-delà de la loi du 2 avril. Ainsi, il était question d’engager les gouvernements participants à prendre une « politique de crédit appropriée », à s’accorder mutuellement la clause de la nation la plus favorisée, disposition qui ne se trouvait pas dans la loi votée par le Congrès, à garantir les transferts des bénéfices des investissements américains privés en France, et à calculer les taux de change selon les valeurs déposées au FMI. Il était conseillé au gouvernement français d’entrer en consultation avec le FMI si, de l’avis du gouvernement américain, les taux de change français augmentaient le prix de l’aide américaine. Or la France était en conflit avec le FMI depuis janvier 194879 !

  • 80 CE 48, 18 mai 1948, Bonnet à G. Bidault, « a/s déclaration de Paul Hoffman ». En marge remarque d’ (...)

118De plus, devant la commission des appropriations du Sénat, Paul Hoffman, administrateur de l’ERP, expliqua qu’il « s’opposerait à ce que l’aide américaine fut utilisée à des nationalisations au détriment de la production80 ». La France devait-elle aligner sa législation commerciale, fiscale, monétaire, économique, sociale sur celle des Etats-Unis ?

119Le Quai d’Orsay réagit très négativement : le projet du Département d’Etat contenait des dispositions d’une portée générale sans rapport direct avec le programme de relèvement européen et de nature à soulever les plus graves difficultés politiques en France. Alphand, écrasé, écrivait en mai au président du Conseil qu’il craignait les conséquences politiques d’une divulgation du projet américain d’accord bilatéral.

  • 81 CE 48, DAEF, 28 mai 1948, « Note pour le Président, accord bilatéral de coopération entre la Franc (...)

120Le Quai d’Orsay refusait aussi les contrôles tatillons d’end use, l’ouverture commerciale en faveur de l’Allemagne, de Trieste, du Japon et de la Corée. Il refusait le recensement systématique des avoirs français privés aux Etats-Unis. Il refusait la communication au gouvernement américain des programmes français de développement, la supervision des taux de change français, l’accès aux matières premières rares, les franchises pour le tourisme américain en Europe, la discrimination en faveur des citoyens américains en cas d’arbitrage en justice81. Bref tous les départements ministériels se mobilisaient contre les inacceptables exigences américaines.

Une position française de compromis

  • 82 CE 48, 363 AP 8, p. 41/59, 457 AP 22, DAEF, 7 juin 1948, VL, « Points sur lesquels le projet améri (...)

121Le Quai d’Orsay voulait un accord bilatéral très général, se référant explicitement aux engagements pris par les Seize plutôt qu’à la loi américaine. La France se proposait de dire dans un article unique qu’elle agirait en conformité avec le PRE des Seize et sous le contrôle de l’OECE82. Elle acceptait l’idée de la stabilisation économique et financière – qui pouvait en douter après le programme de janvier 1948 ? – et un accord sur le programme d’investissements majeurs pour lequel l’aide était requise. Elle acceptait aussi, en échange de l’aide, de livrer aux Etats-Unis des produits rares et de voir des citoyens américains contribuer à l’augmentation de ces productions, à condition de sauvegarder les besoins nationaux et dans le respect de la législation nationale.

122Mais elle tenait bon sur la clause de faveur pour l’Allemagne, le Japon et la Corée, et sur sa souveraineté monétaire.

  • 83 CE 48, AE, direct, des échanges extérieurs, 7 juin 1948, « Analyse sommaire du projet d’accord ent (...)

123Le ton des services était très dur. L’accord n’engageait même pas le gouvernement américain à apporter son aide à la France mais il lui donnait « un droit de regard sur l’ensemble de la politique financière du gouvernement français »83.

Une négociation à la limite de la rupture

124Les instructions du gouvernement français furent élaborées en Conseil des ministres le 9 juin alors que Vincent Auriol notait que l’accord tel qu’il existait était inacceptable.

  • 84 457 AP 22, Bonnet 14 juin 1948, 21 h 50, 2555-62, sur les désaccords, et réponse de la DAEF, Alpha (...)

125L’Allemagne n’étant pas partie prenante du GATT, les Français se refusaient à lui consentir des avantages commerciaux84.

126Les Américains, sur ce point, acceptèrent que la clause de la nation favorisée ne soit accordée à l’Allemagne, au Japon et à la Corée que temporairement.

  • 85 CE 48, JPB, à ambassade de France. Buenos-Aires, 12 juin 1948, 398-404.

127Un contre-projet français fut remis le 11 juin à W. Thorp. Le Quai d’Orsay voulait acheter librement en offshore avec les dollars de l’aide. Les Américains répliquèrent que les prix d’achat devaient être raisonnables. Les Français désiraient en effet acheter en Argentine et au Brésil, malgré les prix très élevés faits par ces pays pour honorer leurs accords commerciaux bilatéraux85.

128Les Français cédèrent sur la clause de faveur pour l’Allemagne mais non sur son élargissement au Japon et à la Corée qu’ils refusèrent d’assimiler à des territoires américains. Ils obtinrent d’ajouter à la notion de droit d’accès des Américains aux produits rares, celle de satisfaction des besoins des pays européens, mais ils acceptèrent le concours américain pour le développement des productions nouvelles.

  • 86 453 AP 22, CE 48, 363 AP 8, DAEF, JPB, 17 juin 1948, à Washington, 2897-911, ou 14 DET, « Accord b (...)

129Ils refusèrent d’accorder le prestigieux statut diplomatique à tous les fonctionnaires américains de l’ECA en France et rejettèrent le projet d’arbitrage international86. En cas de litige, les Français seraient contraints d’aller devant la Cour internationale de justice, mais pas les Américains !

130Les Français acceptèrent que les Etats-Unis choisissent parmi les taux de change décidés le 25 janvier par le gouvernement français, après consultation préalable, pour la conversion en francs des marchandises ERP.

  • 87 457 AP 22, CE 48, DAEF, à Washington 2953-58, 18 juin 1948, « Réunion du Conseil des ministres res (...)

131Un conseil des ministres restreint se montra inquiet des conséquences politiques d’un tel accord : « La rédaction actuelle n’est pas présentable devant un parlement français ». Mais la réaction paraissait formelle. Le fond du projet était-il encore négociable ? Le conseil demanda de modérer les engagements par l’insertion de la réserve suivante : « chaque fois que cela sera possible »87.

  • 88 457 AP 22, CE 48, Washington, 18 juin 1948, l h 30, 2627-33.

132Les négociateurs américains se butèrent lors d’une réunion le 17 juin qui dura 8 heures88. Le travail reprit le 19 juin. Thorp voulut ajouter l’engagement de supprimer les obstacles aux échanges, de caractère public et privé, ce qui était une atteinte directe à la politique des nationalisations et des monopoles décidée souverainement par l’Assemblée nationale. Il interprétait différemment la phrase de réserve « toutes les fois que cela sera possible ».

133Mais le 21 juin, Alphand fit savoir à Bonnet que la France ne pouvait toujours pas accepter les termes de l’accord : elle n’était d’accord ni sur les conditions d’accès aux matières premières ni sur l’intervention américaine sur le taux de change, ni sur la clause de faveur commerciale envers l’Allemagne, ni sur l’arbitrage, ni sur la durée de l’accord. L’affaire prenait une autre tournure car le temps pressait, les Américains ayant décidé de faire cesser ERP 1 au 3 juillet en cas de non-signature de l’accord bilatéral. Alphand demanda l’aide des Anglais.

134La concertation entre les Britanniques, les Français et les Américains à Washington aboutit enfin. Thorp accepta la fameuse réserve : « chaque fois que cela sera possible », pour l’accès aux ressources rares. Les gouvernements européens seraient seuls juges des mesures de stabilisation financière, mais Thorp lâcha qu’elles devaient être étudiées en commun avec les Etats-Unis.

  • 89 363 AP 8, 457 AP 22, CE 48, Washington, 22 juin 1948, 23 h 10, 2735-46, « Discussions avec Thorp e (...)

135Pour s’en sortir, les Britanniques acceptèrent la clause de faveur envers l’Allemagne à condition de pouvoir établir une taxe sur les importations allemandes en cas de dumping reconnu89.

  • 90 457 AP 22, CE 48, PB, 23 juin 1948, 3021-23, 0 h 30, à ambassade de France à Washington.

136Le Quai d’Orsay crut déceler quelques améliorations dans la position américaine : l’obstruction contre les cartels s’affaiblit, les négociateurs américains reconnurent le droit à l’égalité de traitement pour l’arbitrage international. Mais subsistait toujours l’épine de la clause de faveur envers l’Allemagne90. Mais isolé, le Quai d’Orsay se rallia à la position britannique.

  • 91 CE 48, Bonnet, 23 juin 1948, 14 h 50, 2759-61. Y I. 1944-49, 230, SIP, circ. 170 IP, 28 juin 1948, (...)

137Entre-temps la presse parisienne se déchaîna contre le projet au point que Bonnet y vit la volonté de renverser le gouvernement. Il estimait que les informations de la presse étaient fausses parce que dépassées par l’état de la négociation. L’Humanité avait eu connaissance les 27 et 28 juin du projet d’accord type du 12 mai, déclaré caduc par le Quai91.

  • 92 CE 48, 363 AP 8, Bonnet, 2811-18, 24 juin 1948, 22 h, sur article 2 & le.

138Les Américains Finirent par reconnaître les compétences du gouvernement français en matière de politique de crédit et de politique monétaire. Le taux de change sera fixé sur la base « d’un cours existant ou d’un cours moyen normal applicable en France à l’époque de la notification »92.

  • 93 457 AP 22, CE 48, Bidault à Washington, 3053, 26 juin 1948, « Accord bilatéral ».
  • 94 457 AP 22, Washington, 26 juin 1948, 17 h 10, 2861-67. 457 AP 22, CE 48, Bonnet, Washington, 26 ju (...)

139Un comité interministériel accepta l’accord à l’exclusion de la clause de la nation la plus favorisée pour le Japon93. Thorp accepta de ne plus mentionner dans l’accord le Japon et la Corée, mais il tenait bon sur l’Allemagne94.

  • 95 457 AP 22, G. Guindey, 28 juin 1948, « Note pour le ministre ».

140Le jour même de la signature, la Trésorerie américaine biffa une phrase reconnaissant la validité de la législation française en matière des taux de change. C’était la catastrophe ! Guillaume Guindey et Hervé Alphand étaient pourtant prêts à accepter l’accord « étant entendu que le maximum d’efforts devrait être fait dans la journée d’aujourd’hui pour obtenir satisfaction »95 Un refus de l’accord signifierait un abaissement de 50 % du niveau de vie des Français : « Nous avons besoin des Etats-Unis pour nous passer d’eux » déclara Bidault à l’Assemblée nationale.

  • 96 Vincent Auriol, Journal 1948... op. cit.; voir bibl. n° 19; p. 285, lundi 28 juin. Année Politique (...)

141Le texte fut examiné par le Conseil des ministres le 28 juin. Coste Floret, ministre de la France d’Outre-Mer renâclait à partager avec les Américains les surcroîts de production de matières rares. Il demanda l’exclusion des TOM du plan Marshall. Mayer et Bidault répondirent que les TOM avaient besoin de crédits et d’outillages96. L’accord bilatéral franco-américain fut signé aussitôt le 28 juin 1948.

Une certaine humiliation

  • 97 Ce Soir, 28 juin 1948.

142Humiliés parce qu’assistés, les Français sombraient dans la nostalgie de la grandeur passée. Ils imaginaient des conspirations mystérieuses contre la souveraineté nationale comme l’extrême gauche se plaisait à le dire97.

  • 98 457 AP 22, MC/C/DS, 28 juin 1948, « Mémorandum pour Washington, 25 juin 1948 », 200 DET source imp (...)
  • 99 457 AP 22, HA/MB, 3 juillet 1948.

143Le gouvernement rappela à l’opinion que l’aide rendait possible l’effort français de modernisation, gage de l’indépendance nationale future98. Aux sceptiques, Alphand répondit que le plan Marshall n’était pas un état permanent, que l’organisation inter-européenne devait permettre de répondre aux carences économiques en Europe, que la France pouvait exporter des produits agricoles, de l’acier et des engrais et développer l’Afrique99.

144Il s’attendait à des critiques sur l’accès aux matières premières, mais les réserves introduites garantissaient que les conventions seraient « subordonnées aux exigences de l’économie française, de tous les besoins nationaux comme de ceux de notre commerce extérieur ».

  • 100 457 AP 22, CE 48, VL, Coopér. économique, DAEF, 2 juillet 1948, art. V, « Accord sur l’accès aux r (...)

145L’obligation faite par la loi américaine de confier 50 % du tonnage transporté sous pavillon américain était le « fait du prince » mais la flotte française n’était pas capable avant longtemps de transporter plus de 40 % du trafic transatlantique100.

  • 101 457 AP 22, CE 48, VL, 2 juillet 1948, « Note échange de lettre sur l’Allemagne ».

146Le problème allemand était gênant. D’un côté on se félicitait de voir l’économie allemande reprendre sa place dans les échanges mais ce n’était pas sans appréhensions. Les garanties obtenues rassuraient. En cas de concurrence déloyale (dumping) le traitement de faveur serait dénoncé le 1er janvier 1951 et les Seize pourraient établir des droits compensatoires101.

147Les prohibitions d’exportation vers l’Est ne soulevaient guère de difficultés au Quai d’Orsay, à ce moment-là du moins. Il acceptait les règles d’embargo envers l’URSS et ses satellites. Il demanda au ministère américain du commerce la liste des marchandises prohibées parce que l’embargo était ressenti comme touchant le matériel militaire.

148Les dispositions premières de l’accord avaient été corrigées tant bien que mal aux yeux de la diplomatie française.

La France s’ouvre à l’influence américaine

  • 102 F. Fontvieille-Alquier, La grande peur de l’Après-Guerre, ¡946-53, p. 273.

149Le gouvernement français a-t-il capitulé sur toute la ligne comme le pensaient les communistes ? « L’accord bilatéral du 28 juin 1948 soumet la France à une loi américaine, la loi de « coopération économique » sur laquelle son parlement n’a aucun droit de regard. Le gouvernement américain est habilité à exercer un véritable contrôle sur la vie économique et par suite politique de la France » écrivait un contemporain en 1953102.

150En fait, depuis la rupture de juillet 1947, le langage de la guerre froide remplaçait celui de la raison. L’accord n’impliquait pas directement de contrôles américains sur la planification mais des discussions sur l’affectation des dollars de l’aide et des francs de la contre-valeur aux projets du gouvernement français. La discussion créait un espace de conviction réciproque. Le champ de la discussion était balisé puisque la contre-valeur était affectée aux dépenses de modernisation donc aux projets du plan de modernisation et aux dépenses de stabilisation (article 46, alinéa a et c). Il est vrai que les Etats-Unis disposaient par ce moyen d’un droit de regard sur les objectifs économiques français. Mais la contre-valeur, de toute façon, ne pouvait à elle seule financer toute la modernisation, les Etats-Unis ne pouvaient donc mettre en cause l’ensemble de la politique française.

151Les transferts de matières premières de l’Union française vers les Etats-Unis seraient-ils importants ? En théorie oui, car les Etats-Unis étaient demandeurs. Mais la clause de sauvegarde offrait des garanties contre tous transferts massifs. En juin 1948, aucune production de matières premières (sauf les phosphates) ne pouvait faire l’objet d’achat massif. L’Union française était en friche. L’égalité de traitement conférée aux citoyens américains était plus inquiétante, encore fallait-il passer par des conversations bilatérales pour décider de développer certaines productions.

152La fourniture d’informations détaillées sur la situation économique de la France (article 7 paragraphe 2 de l’accord) était obligatoire. L’usage dirait lesquelles seraient fournies. Mais il est vrai que jamais encore une telle pratique n’avait été instituée pour une durée relativement longue.

153La clause de la nation la plus favorisée accordée aux Américains ne pouvait être contestée puisqu’elle résultait du GATT. Cet abaissement des barrières douanières, sous condition, ne devait rien au plan Marshall. Mais les Français ont été contraints d’accorder la clause de faveur à l’Allemagne. Ils la redoutaient. C’est le point central qui permet de contester le bien-fondé de l’accord bilatéral.

154L’accord n’était pas anodin. Il faisait entrer la France dans le processus d’aide. Il révélait et sanctionnait un rapport de forces, évidemment défavorable à la France. La faiblesse de la France avait pour conséquence une dépendance, donc une possible aliénation de son action. Les Français redoutaient des contreparties politiques. Mais après Prague, n’est-ce pas la France qui demandait le parapluie militaire américain ?

155L’accord ouvrait indéniablement la France à l’influence américaine par les transferts de marchandises, de technologies, voire de biens culturels américains. Restait à savoir jusqu’où irait cette influence ? Quelles catégories sociales la subiraient ou la rechercheraient ? Il facilitait l’osmose des capitalismes américain et français, il fragilisait forcément l’œuvre économique dirigiste des gouvernements français de 1944 à 1947, mais n’était-ce pas aussi les vœux des libéraux en France qui détenaient depuis novembre 1947 les clefs du pouvoir économique ?

156Il introduisait la France dans des modes de penser économiques et culturels nouveaux. La France ne serait plus la même, mais il ne livrait pas la France aux appétits du capitalisme américain. Le sens de la dignité et le sens de l’Etat étaient très forts chez les hauts fonctionnaires et les hommes politiques, y compris chez ceux qui inclinaient vers les Etats-Unis.

157Les manières américaines choquaient les Français. Mais les Français au faîte de leur puissance financière avant la guerre de 1914 n’avaient-ils pas procédé aussi de cette façon ?

  • 103 Le Populaire, 30 juin 1948, « Pour la signature de l’accord bilatéral ».

158Les socialistes, à la différence des communistes, ont su accepter la réalité nouvelle, sans doute avec regret, non sans réserve, et avec moins d’enthousiasme que le plus éminent d’entre eux Léon Blum103. La plupart ont compris que le plan Marshall pouvait servir les intérêts de l’Etat et de la France, ou se retourner contre eux. Aux Français désormais d’utiliser sans faiblesse un accord qui ouvrait des crédits limités mais réels, pour bâtir le rêve de Jean Monnet et des planificateurs : faire de la France une nation moderne, industrielle et commercialement performante, puis se débarrasser au terme du temps imparti des contraintes de la dépendance.

159Certes des séquelles étaient inévitables ? On ne s’unissait pas sans conséquences, même à temps, avec la plus grande puissance de l’Univers. Une page avait été tournée sur la puissance indiscutée de la France dans le monde, un jour de mai 1940. Qu’y faire ?

Une ratification délicate

160Le débat de ratification devant l’Assemblée nationale fut difficile. Les députés devaient se prononcer en toute urgence sur la convention d’adhésion de la France à la Cour internationale de justice du 18 février 1947, la convention de coopération économique européenne du 16 avril 1948 et l’accord bilatéral du 28 juin 1948.

161Francis Leenardt, rapporteur de la commission des Affaires étrangères, proposa la ratification de la convention du 16 avril. Letourneau rapporteur de l’accord bilatéral demanda lui aussi les ratifications parce qu’il n’y avait pas de limitation de souveraineté, à moins, dit-il, de faire un procès d’intention aux Etats-Unis. André Philip s’était renseigné sur les risques concernant les concessions minières à des Américains. Pierre Cot, d’accord avec la politique de reconstruction européenne, n’approuvait pas la loi américaine de coopération économique et s’inquiétait des discriminations portant sur le transport des marchandises ERP au profit du pavillon américain.

162Pour A. Lecœur les engagements de la France représentaient une « dépendance totale de notre pays envers les Etats-Unis ». La France perdait la libre disposition de ses ressources naturelles. Elle était humiliée. Il établit un parallèle entre le plan Marshall et l’obligation de dépenser 400 milliards de francs pour l’armée. L’accord présentait « crûment, en les légalisant, les exigences économiques et politiques des milliardaires américains. »

163L’accord fut défendu par Bétolaud qui en souligna toutefois certains caractères humiliants : la clause de faveur pour l’Allemagne et la débauche d’informations à fournir pour justifier « l’end use », qu’André Philip expliquait par l’habitude américaine de faire des rapports. Poimbœuf (MRP) était satisfait de voir les nations européennes s’unir et l’aide pourvoir aux nécessités immédiates.

164Arthaud (PCF) s’offusquait des conditions de l’aide plus que de l’aide elle-même. Chambrun opposa l’OECE à la CEE-ONU de Genève, abandonnée. Pierre Cot (URR) considérait que les Etats-Unis s’ouvraient des marchés plus qu’ils ne contribuaient à la reconstruction européenne. Il était soutenu par Champenon pour qui le texte ouvrait la route au capitalisme américain.

165Bidault intervint alors pour rappeler que les importations françaises étaient déjà payées par des dons et des prêts, même s’il est vrai que « la noix a été dure à avaler ».

166Cet argument de la dépendance servit à convaincre les partisans de l’aide comme ceux qui y étaient opposés de perdurer dans leurs positions. E. Bonnefous rappela que l’Europe ne peut vivre en autarcie et proposa de créer « une société européenne du charbon » pour faire éclater les nationalismes. L’idée fera son chemin.

  • 104 457 AP 22, AFP, 4 juillet 1948. 331 AP 1, Commission des affaires étrangères de l’Assemblée nation (...)

167René Mayer fit un bilan clair et argumenté des négociations. L’Europe devait faire, d’après lui, un effort sur la fourniture des produits rares aux Etats-Unis. F. Grenier lui lança alors : « le radium de Madagascar » ! Il est vrai que la négociation n’avait pas précisé quels produits seraient vendus. Mayer poursuivit sur l’aide en devises. A moins de diminuer de 50 % les importations essentielles, « une situation que je ne souhaite à aucun gouvernement, et j’ajoute, à aucun Français, de connaître », elle s’imposait104.

168Le vote positif fut acquis le 7 juillet 1948 : 410 voix contre 183 en faveur de l’OECE. 336 voix contre 183 pour l’accord bilatéral. La majorité absolue se situait à 314. Le programme ERP avait été arrêté le 3 juillet ; il pouvait reprendre.

La naissance du SGCI

  • 105 J. O. du 27 juin 1948, p. 6194. Crédit National, extrait du PV du CA du 13 janvier 1948.

169Entretemps, le gouvernement Schuman avait créé l’instrument administratif chargé d’établir la liaison entre le gouvernement français, l’OECE et l’ECA de Paris : le Comité interministériel chargé des questions de coopération économique européenne, doté d’un secrétariat général, le SGCI, par décret du 25 juin 1948. Le secrétariat général fut confié à un inspecteur des Finances et non au Plan, Pierre-Paul Schweitzer, attaché financier à Washington. Le Crédit National, de son côté, était devenu gestionnaire des fonds contre-valeur de l’aide américaine. Un compte fut ouvert à son nom à la Banque de France retraçant les versements et l’emploi des fonds en francs français105.

UNE MENACE : LA RECONSTRUCTION DE L’ALLEMAGNE DE L’OUEST

170La participation allemande au plan Marshall marquait la fin d’une certaine politique de la France. L’été 1947 avait été, à ce sujet, riche d’événements et de déconvenues pour la diplomatie française.

171Cependant l’espoir d’une solution durable du problème de la Ruhr, conforme aux thèses françaises, subsistait. Ne parlait-on pas d’une internationalisation de la Ruhr ? A défaut de limiter drastiquement la production allemande d’acier désormais fixée à 11,4 millions de tonnes, l’internationalisation promettait des compensations et en tous cas la sécurité.

La conférence de Londres sur la Ruhr, février-mars 1948 : résister aux faits accomplis

17211 est sûr que l’adhésion des trois zones allemandes au plan Marshall, imposée par les Britanniques et les Américains, était une condition de l’aide américaine à la France elle-même. Néanmoins les Français ont fait sentir aux Anglais et aux Américains que certaines limites étaient infranchissables.

Le sort de la Ruhr et la fusion des zones occidentales

  • 106 52 J 157,18 octobre 1947, J. Humbert, Chef d’EMG adjoint, 266, DN/l/SR, au président du Conseil et (...)

173La fusion des zones anglaise et américaine était effective depuis le 1er janvier 1947. Une agence mixte du commerce extérieur de la bizone avait été créée (le JEIA). Le 10 juillet 1947 un conseil économique bizonal allemand fut élu à raison d’un représentant pour 750.000 habitants. Il devint un pôle d’attraction non négligeable pour les Allemands de la zone française. La France devait envisager la fusion malgré les risques politiques et économiques énormes qu’elle comportait106.

  • 107 Y I. 1944-49, 382, Direction Europe, « Les entretiens de Londres, 17-18 décembre 1947 », 10 janvie (...)

174Les entretiens informels des 17 et 18 décembre 1947 à Londres, après la conférence des quatre ministres des affaires étrangères, entre Bevin, Bidault et Marshall, laissèrent peu d’espoirs aux Français de résoudre à leur profit le problème de la Ruhr107.

  • 108 Y I. 1944-49, 382, Direct. Europe, 12 janvier 1948, JCP, « Note ». FRUS II, 1948, p. 73, « Economi (...)

175Les plans de réforme économique unilatérale de la bizone mirent les Français devant le fait accompli : « Bref les mauvaises nouvelles s’accumulent » nota la direction Europe du Quai d’Orsay en janvier 1948. Les Anglais et les Américains profitaient manifestement de la faiblesse économique de la France et de ses appels à l’aide pour imposer, tout en protestant de leur bonne foi, une politique nouvelle dans la bizone. Ils travaillaient à la sécurité du monde occidental sur des bases qui n’étaient pas celles de la France, car la France n’avait toujours pas désigné l’URSS comme l’ennemi potentiel en ce début d’année 1948. L’Allemagne l’était bien davantage. Mais il était impossible « de rester inactif ou de bouder » notait le Quai, tandis que les Américains construisaient l’endiguement en Allemagne par tous les moyens108.

  • 109 FRUS II, 1948, GC Marshall to british ambassador Lord Inverchapel, 13 janvier 1948, 862.00/1-848. (...)

176L’affaire de la Ruhr fut examinée avec les Anglais et les Américains lors de la conférence de Londres du 23 février au 6 mars 1948, après l’alerte de Francfort de janvier : les Anglo-Saxons venaient de renforcer le conseil bizonal qui préfigurait aux yeux des Français un futur gouvernement allemand. Chauvel, scandalisé et stupéfait, écrivit à Bonnet : « Clay nous a lanternes et a utilisé le temps qu’il s’accordait ainsi d’une manière qui se passe, me semble-t-il, de commentaires »109

  • 110 Y I. 1944-49, 300, AE, Direct. Europe, sous dir. Europe centrale, 22 janvier 1948, « Mémorandum fr (...)

177La France critiquait l’excès des pouvoirs accordés aux Allemands et réaffirmait son attachement au fédéralisme. Les Anglo-Saxons n’en tinrent aucun compte en publiant le 9 février le plan de réforme de la bizone, tout en prétendant qu’il était provisoire. La direction Europe du Quai voulut protester, mais elle crut si peu à sa suggestion qu’elle conseilla en fait de prévoir l’association à la bizone110.

178La conférence de Londres voulait étudier les rapports de l’Allemagne occidentale avec les autres Européens dans le cadre du PRE. Le Benelux était invité à y participer.

Les instructions pour Londres. La recherche d’un compromis

  • 111 Vincent Auriol, Journal 1948... op. cit.; voir bibl. n° 19; 7 février 1948, p. 74, Conseil des min (...)

179Bidault expliqua à Massigli qu’il était d’accord pour intégrer l’Allemagne dans la communauté européenne nouvelle, sous réserve de créer une Allemagne fédérale111. Pour cela on s’appuierait sur l’idée européenne. Bidault ne voulait toujours pas choquer l’URSS : « Ce n’est pas la politique du gouvernement français de chercher à l’écarter du concert mondial. Ce serait absurde et finalement contraire à nos intérêts ».

180Si l’Allemagne a sa place dans le PRE, il n’était pas question de lui accorder une priorité pour sa reconstruction. Il n’était pas hostile à une non-discrimination envers l’Allemagne à condition de supprimer le tarif de 1939. La France maintint son point de vue sur les réparations.

  • 112 Léon Blum, Oeuvres, 1947-1950... op. cit.; voir bibl. n° 25; p. 161, Le Populaire, 15 janvier 1948 (...)
  • 113 4 AU 31, Dr2, Sdrb, 21 février 1948, le MAE, G. Bidault à M. l’ambassadeur de France en Grande-Bre (...)

181Le point fort était que la France demandait un régime international pour la Ruhr, du type « nationalisation internationale » chère à Léon Blum112, avec la participation de la France, des Etats-Unis, de la Grande-Bretagne, du Benelux et des Allemands. L’organisation de la Ruhr gérerait les industries de la Ruhr et répartirait le coke et le charbon. L’Autorité internationale devrait disposer d’une force internationale stationnée dans la Ruhr113.

Une Autorité internationale élargie à la sidérurgie européenne

  • 114 Y I. 1944-49, 300, « Communication de Londres », 27 février 1948, Massigli, 757-62, « Conversation (...)

182Douglas, ambassadeur américain à Londres et négociateur, fut embarrassé. Il vint à la conférence avec une esquisse de plan où la Ruhr était contrôlée militairement par une Autorité internationale qui coordonnerait aussi « l’activité industrielle de la France et des pays du Benelux »114.

  • 115 Vincent Auriol, Journal 1948... op. cit.; voir bibl. n° 19; p. 122, 3 mars 1948, « Conseil des min (...)

183Allait-on vers une Fédération économique de l’Europe occidentale ? Vincent Auriol sembla le croire ainsi que Bidault qui en rendit compte au Conseil des ministres du 3 mars 1948115.

  • 116 Y I. 1944-1949, 300, Massigli, « Communication de Londres », 2 mars 1948, 830-36, 837-40, « Problè (...)

184Mais des désaccords se développèrent entre les Français et les autres délégations sur la propriété industrielle et sur le contrôle de la gestion. La Grande-Bretagne céda sur le contrôle international de la distribution de houille mais les thèses françaises ne furent pas acceptées dans leur totalité. Le contrôle sur la Ruhr fut affaibli considérablement par Douglas116. Les Français s’accrochaient à l’idée d’une internationalisation de la propriété, la Grande-Bretagne à une nationalisation, les Etats-Unis proposaient aux Allemands de décider et le Benelux se taisait.

  • 117 Y I. 1944-1949, 399, Londres, 6 mars 1948, Massigli. Papiers Massigli, Londres, 1766-67, 18 h 30, (...)

185Les Français n’obtinrent même pas la gestion internationale de la Ruhr. C’était l’échec pour les Français : « Je dois souligner, écrit Massigli, qu’à aucun moment nous n’avons trouvé d’appui auprès de la délégation américaine en faveur de la création d’un Conseil d’administration international pour les industries de la Ruhr »117.

  • 118 Y I. 1944-1949, 301, PL, MAE, 7 mars 1948, très secret, « Conversations de Londres », 23 février, (...)

186Français et Américains ne parlaient pas le même langage. Les Américains étaient soucieux de régler le problème allemand dans le cadre du PRE et dans le but de s’opposer au communisme. Henri Bonnet, à la suite d’une conversation avec Lovett Fin mai était convaincu que les Américains voulaient intégrer l’Allemagne au bloc occidental par le plan Marshall « pièce maîtresse de la politique à longue échéance qui dans leur pensée doit amener les Soviets à résipiscence »118.

  • 119 Y I. 1944-1949, 399, DAEF, 8 mars 1948, secret, « Note pour le Président ».

187Cependant à la fin de la conférence, le Quai d’Orsay put faire état de progrès dans l’idée d’un contrôle de la Ruhr. Un projet d’Autorité internationale de la Ruhr était rédigé, payant médiocrement à la France la participation allemande au PRE. Mais les services n’étaient pas satisfaits : on a fait admettre « avec des grandes difficultés et après plusieurs jours de négociations » le contrôle de la distribution du coke, charbon et acier, sans avoir pu faire admettre celui de la gestion119. Une réforme monétaire tripartite était mise à l’étude qui ne préjugeait pas de la fusion des zones, mais qui en était la base.

Les inconvénients d’une fusion des trois zones

188Des considérations financières bloquaient aussi du côté français la fusion. Les Français ne pouvaient supporter des charges nouvelles au titre de la tri-zone. Une fusion entraînerait la fin des prélèvements au profit des troupes françaises d’occupation et représenterait un manque à gagner important selon Filippi.

  • 120 B 8829, Le DG de l’Economie et des Finances, n° 243, documents, plans et statistiques, à Mr. le Gé (...)

189La France avait retiré des avantages de l’occupation de sa zone120.

Tableau 27. Avantages économiques de l’occupation française en Allemagne

Tableau 27. Avantages économiques de l’occupation française en Allemagne

190Il existait aussi des avantages non chiffrables : planning de l’industrie allemande, participation française à l’exploitation du port de Kehl, contrats d’exclusivité d’IG Farben à des firmes françaises, Unichar, colonies de vacances, préventoriums, etc.

191Le total de tous les avantages se montait à plus de $ 336 millions, soit plus que le montant du prêt de la Banque mondiale en mai 1947, mais il ne représentait toutefois qu’une très faible partie des besoins de modernisation ou du déficit de la balance commerciale en dollars (à peu près l’équivalent d’un trimestre d’importations de la zone dollar).

  • 121 B 8799, 14 mars 1948, Baden-Baden, CCFA, cabinet civil, 1657/CC/CAC, très secret, le général d’arm (...)

192La fusion marquait la fin d’une époque, celle où la France pouvait exciper du droit des vainqueurs pour imposer prix et réquisitions exceptionnels, celle où les Français pressuraient la zone française d’occupation. Koenig, commandant en chef de la zone, souhaitait dans la perspective de la fusion, que cessent les prélèvements alimentaires, pour le prestige de la France121. L’ordre avait été donné par Léon Blum au début de 1947 sans avoir été suivi d’effet.

193Les Français acceptaient donc la fusion s’ils étaient assurés d’obtenir par le plan Marshall les crédits permettant à la zone de vivre sans un apport net en devises par la France et de maintenir les accords de « canalisation » commerciale vers la France. Ils sentaient aussi l’intérêt d’une fusion qui permettrait au charbon de la Ruhr d’abonder dans la zone alors qu’il était pour l’heure payable en dollars.

  • 122 Y I. 1944-1949, 302, C. Paris, PL/Paris, 20 mars 1948, à Berlin, 713, Londres 1319, Washington 156 (...)

194Les semaines qui suivirent montrèrent que les Anglo-Saxons insistaient sur la réorganisation politique de l’Allemagne de l’Ouest et négligeaient les préoccupations françaises de contrôle de la Ruhr. Clay se moquait des accords, démolissait la politique des réparations et agissait pour conserver en Allemagne le maximum de moyens de production. Un gouvernement provisoire allemand se profilait à l’horizon auquel le gouvernement français était formellement opposé122. Mais était-il opportun de protester alors que Bidault en mars 1948 lançait aux Américains un appel au secours sur le plan militaire et économique ?

La politique allemande de la France s’enraye

  • 123 FRUS II, 1948, Marshall à Murphy, 528, 24 mars 1948, 7 p. m., p. 150.
  • 124 Y I. 1944-1949, 304, Koenig à MAE, Baden, 19 avril 1948, très secret, 2536/CC/CAC, « a/s négociati (...)

195Les événements se précipitaient en Allemagne. La logique du plan Marshall et celle de la guerre froide se renforçaient pour écarter les solutions françaises. La diplomatie française n’avait plus de politique allemande, elle s’enrayait. Ainsi le secrétaire d’Etat aux affaires allemandes et autrichiennes, Schneiter dit à Caffery qu’il ne sait pas s’il veut la fusion tout de suite ou dans 2 ou 3 mois123. Dans les faits, elle s’accomplissait. Le 1er avril, le gouvernement militaire français autorisait les 3 banques des Länder de la zone française à se joindre à celles de la bizone en vue de préparer la réforme monétaire. Koenig comprenait qu’on allait vers « la convocation prochaine d’une Assemblée constituante »124.

196Bidault, déçu et ulcéré, demanda la réunion d’une autre conférence.

Les décisions de Londres, 20 avril 1948 ; les Français se rangent

  • 125 Y I. 1944-1949, 304, Dir. Europe, 17 avril 1948, JCP.

197Il était acquis désormais que les 3 zones participeraient à l’ERP. Le groupe des Seize devint celui des Dix-huit. Mais le Quai d’Orsay revint sur les modalités pratiques du contrôle de la Ruhr et sur le problème de la sécurité, sans illusion : « Nos vues rencontrent moins de compréhension de la part des gouvernements anglais et américain »125. En effet, les zones faisaient partie de l’OECE. Pourquoi satisfaire les Français ?

L’Autorité internationale de la Ruhr, un membre de plein droit de l’OECE ?

  • 126 Y I. 1944-1949, 304, Londres, 20 avril 1948, 1591-93, délégation française. Y I. 1944-1949, 304, L (...)

198Les passes d’armes se succédèrent. La délégation française tint à ce que l’Autorité internationale de la Ruhr collabore avec l’OECE pour assurer « l’intégration dans les programmes généraux européens des programmes de production de charbon, coke et d’acier de la Ruhr »126. L’espoir implicite des Français était de « mouiller » les Européens dans le combat pour l’AIR.

  • 127 Y I. 1944-1949, 309, 21 avril 1948, 15 h, 2e séance.

199Au cours de la seconde séance, le 21 avril, Douglas exprima son accord pour établir un contrôle sur la Ruhr au nom des impératifs de sécurité, mais il appela aussi à mettre fin aux discriminations commerciales à l’égard de l’Allemagne. Strang approuva, tandis que Massigli répéta ce que les Français disait depuis des mois : il faut ménager les peuples victimes de l’Allemagne127.

200Au cours de la troisième séance Massigli attaqua le projet anglo-saxon parce qu’il ne prévoyait toujours pas la gestion de la production par l’Autorité, mais seulement la répartition de la production. Il dit aussi que le gouvernement français « soucieux de faciliter un pas important vers l’intégration de l’économie allemande dans celle de l’Europe occidentale a autorisé son représentant à faire savoir qu’il était prêt à se rallier au projet », la prohibition de certaines industries étant maintenue et la future AIR étant autorisée à négocier avec l’OECE. La concession était considérable, prématurée peut-être.

  • 128 Y I. 1944-1949, 309, et 399, cr. 3, « Conversations sur l’Allemagne », 2e session, 3e séance, 22 a (...)

201Douglas se méfiait et contestait toute souveraineté internationale à l’organisme de contrôle, à moins d’élargir son action à la Lorraine, ce qui stupéfia Massigli. Le Benelux se rangea dans le camp anglo-saxon et approuva le contrôle tel qu’il était défini par les Anglo-Saxons128. Mais le pas décisif venait d’être franchi par les Français. Par lassitude ? par intérêt ?

  • 129 Y I. 1944-1949, 399, Massigli, Londres, 6 mai 1948, 21 h 5, 1836-38.

202La conférence passa à l’étude précise du projet d’AIR. On butait sur le plan Marshall. L’AIR aurait-elle le droit de contrôler les exportations de la Ruhr si dans le même temps l’accord bilatéral Bizone-Etats-Unis prévoyait la coopération économique de l’Allemagne avec les Européens ? Cela revenait à poser la question de la souveraineté de l’AIR par rapport à un état allemand129.

L’AIR contrôlera seulement les exportations

203Le 1er juin 1948 les chefs de délégations signaient le rapport de la conférence de Londres instituant une AIR dotée du pouvoir de répartir la production de la Ruhr.

  • 130 Y I. 1944-1949, 399, DAE, 7 juin 1948, « Note a/s Ruhr ». Y I. 1944-1949, 399, Bidault, à Londres, (...)

204L’AIR, amputée de tout pouvoir de contrôle de la gestion des mines et de la sidérurgie de la Ruhr, ne répondait qu’imparfaitement aux objectifs des Français. Il faudrait s’en contenter, sinon les Allemands retrouveraient la possibilité de répartir coke et charbon et de regagner la supériorité industrielle en Europe. Le résultat était tellement peu glorieux que Bidault annonça son intention de revenir sur le problème du contrôle de la gestion des mines130.

  • 131 Y I. 1944-1949, 399, Direct. Europe, 12 juin 1948, note.

205D’autre part l’idée de Douglas d’élargir l’AIR à la Lorraine, une idée déjà émise en février, laissa des traces. Le Quai d’Orsay la releva. Les socialistes n’étaient pas opposés à un contrôle international des industries lourdes en Europe. Le Quai d’Orsay remarquait qu’elle contenait l’idée nouvelle de placer l’Allemagne sur un pied d’égalité avec les autres Européens131.

La fusion des zones, une fatalité

206La question de la fusion a été abordée. Les Français hésitaient encore parce qu’elle risquait d’entraîner une prépondérance américaine en Allemagne occidentale sans parler du surcroît de dépenses. Mais pouvaient-ils refuser la prépondérance à un pays qui assumait 75 % du déficit allemand ? De plus on caressait l’idée qu’une participation française au JEIA (organisation du commerce extérieur bizonal) donnerait la possibilité d’orienter le commerce extérieur allemand.

  • 132 Y I. 1944-1949, 381, PM, 7 mai 1948, Direct. Europe, sous-direct. Europe centrale, « Note ».

207Le Quai d’Orsay considérait donc que la fusion, dans le contexte du plan Marshall, était « une fatalité inéluctable »132.

  • 133 Y I. 1944-1949, 230, Massigli, Londres, 1er mai 1948, 1761-63. 457 AP 22. diplomatie, 29 avril 194 (...)

208Douglas d’ailleurs n’hésita pas à faire du chantage à l’aide. Plus vite la France participerait au JEIA plus vite les fonds de l’aide américaine arriveraient dans la zone française. Or la zone était privée depuis deux mois de crédits américains133. De plus les Américains se montraient disposés à accepter une participation financière symbolique de la France.

  • 134 Y I. 1944-1949, 230, Bonnet, 8 mai 1948, 15 h, 1960-1966, ZFO et Larre, SEAAA, pour Washington, Ar (...)

209Cependant des problèmes techniques à substrat politique, mettant en jeu la souveraineté de la France, ralentirent l’adhésion au JEIA. Dans le cadre de l’ERP, les Américains ne promettaient à la zone que des prêts. Ils exigeaient d’être les premiers remboursés. Or la France avait consenti des avances de trésorerie à la zone française, environ $ 15 millions et exigeaient aussi le premier rang. Il y a donc conflit. En fait les Etats-Unis craignaient que l’aide américaine rembourse les avances françaises134.

  • 135 B 8871, autour de juin 1948, « Projet du MAE au général Koenig ». FRUS II, 1948, Delsec 1736, p. 2 (...)

210Néanmoins un projet d’accord d’adhésion fut rédigé après la conférence de Londres qui précisait les limites de l’engagement français. Les Français voulaient conserver la maîtrise des plans de développement économique dans leur zone. La liberté du commerce interzone était rétablie, mais on maintiendrait les accords commerciaux en cours. La France acceptait la prépondérance américaine dans l’interzone contre une présence française intégrale dans les organismes du JEIA. En cas de conflit, un droit d’appel aux gouvernements était possible135. L’accord de fusion, bien près de se réaliser fin juin 1948, fut brutalement repoussé à l’initiative des Anglo-Saxons.

211Ils exigeaient comme « condition préalable à toute continuation des pourparlers », l’annonce formelle, au nom du gouvernement français, de la fin des prélèvements. Le coup de semonce était humiliant.

212Les prélèvements, aux dires de la direction des Finances extérieures, avaient continué malgré les promesses faites aux Allemands eux-mêmes, parce que la France était incapable d’importer des produits équivalents à ceux qu’elle prélevait pour $ 15 à $ 20 millions.

  • 136 B 8902, Ministère des Finances et des affaires économiques, 1er août 1948, « Note pour le ministre (...)

213Les services suggérèrent clairement au ministre des Finances de mettre des crédits à la disposition de la zone française à moins de renoncer à l’occupation en Allemagne136.

Un chantage à la ratification de l’AIR

  • 137 Papiers Massigli, 2174-82, 3 juin 1948, très secret, « Conversations avec les Etats-Unis et la Gra (...)

214Conscients que l’Autorité internationale de la Ruhr ne correspondait pas aux objectifs français, les Anglo-Saxons avertirent qu’en cas de non-ratification par l’Assemblée nationale, ils l’appliqueraient sans la France. Humilié, mais persuadé qu’il fallait accepter, le gouvernement défendit le projet devant le Parlement. Un rejet renforcerait la bizone, isolerait la France en Allemagne et même conduirait le pacte de Bruxelles à l’échec137.

  • 138 453 AP 22, 28 mai 1948, 23 h, à Washington, 2591-93.
  • 139 FRUS II, 1948, p. 317, Caffery à Secretary of State, 2 juin 1948, è p. m., 2927, secret.

215Les Américains rejetèrent avant le débat parlementaire français les réserves françaises sur la propriété des mines de la Ruhr et privèrent Bidault d’un argument devant l’Assemblée nationale : réviser l’accord était impossible138. Pourtant ils avaient besoin d’un front commun occidental en Allemagne. La mise en place d’un gouvernement ouest-allemand risquait de provoquer la riposte soviétique. « The Russians may endeavor aggressively to force us out of Berlin » rapportait Caffery après une rencontre avec Bidault le 2 juin 1948139. Caffery s’employa alors à soutenir Bidault auprès des partis de la majorité gouvernementale.

  • 140 Pierre-Olivier Lapie, De Léon Blum à de Gaulle... op. cit.; voir bibl. n° 45; p 154.

216Jules Moch et René Mayer critiquèrent le contrôle de la Ruhr. Blum écrivit, à tort, qu’on pourrait revenir sur l’AIR, mais il était plus direct avec Pierre-Olivier Lapie : « L’accord est mauvais mais on ne peut pas ne pas le voter »140. Pour les socialistes, qui venaient en avril de réaffirmer avec les autres partis européens leur attachement à l’unité allemande et à la socialisation internationale des richesses de la Ruhr, à l’expropriation des magnats de la Ruhr, le désaveu était amer.

  • 141 Vincent Auriol, Journal 1948... op. cit.; voir bibl. n° 19; 19 juin 1948, p. 276.

217Le débat de ratification des accords de Londres fut une victoire difficile pour le gouvernement. Les accords furent votés par 300 voix contre 286, en juin avant l’autre débat difficile lui aussi sur l’accord bilatéral. Mais Bidault promit de négocier l’internationalisation de la propriété des mines et industries de la Ruhr, à défaut d’avoir pu réaliser celle de la gestion, puisque la question restait toujours en suspens141.

Une donnée nouvelle, le rétablissement économique de l’Allemagne

  • 142 ZE, 1944-1949, Généralité 83, VHT, 23 juin 1948, « Perspectives économiques allemandes et relèveme (...)

218Le CGP intégra désormais dans ses programmes le rétablissement allemand à plein effet pour 1951-1952. Il dressa le tableau des échanges possibles entre la France et l’Allemagne142. Les Français se préparèrent aussi à affronter les Allemands devant l’OECE.

  • 143 363 AP 8, R. Larre, Paris, 10 juin 1948, pour Pierre-Paul Schweitzer, « Note sur le PRE à long ter (...)

219Certains considéraient que les objectifs français de planification étaient remis en cause par le renouveau allemand dont on ne discutait plus la réalité. La réalisation d’une grande sidérurgie française parut lointaine. On s’interrogeait sur le rôle des Allemands dans l’équipement des colonies143. Les experts économiques français, réalistes par profession, avaient intégré l’idée d’un relèvement allemand.

  • 144 Y I. 1944-1949, 367, direction des accords techniques, Panafieu, à Bonnet, 10 février 1948, 836-83 (...)

220Par ailleurs la politique des réparations continuait de se disloquer. Les Américains s’inquiétaient encore de certains démontages en zone française. On prétendait que les Français s’employaient à démonter les usines d’azote d’Oppau utiles au PRE144. Les Américains invitaient les Français à suspendre la livraison de réparations aux Soviétiques en raison des carences soviétiques à livrer leur part aux Occidentaux.

  • 145 Y I. 1944-1949, 367, Washington, 12 mars 1948, 23 h 45, 1109-1113. Y I. 1944-1949, 372, R. Offroy, (...)
  • 146 Y I. 1944-1949, 368, LB, Berlin à SEAAA, Paris, 10/CC/31 mai 1948.

221Bientôt les Américains engagèrent la révision des listes d’usines, préservant celles qui étaient utiles au PRE. Pourtant les statistiques montraient le formidable développement allemand durant la guerre. Le potentiel de machines allemandes dans les zones occidentales était encore supérieur de 375.000 machines par rapport à celui de 1936. Jean Filippi estimait que le démontage des industries les plus dangereuses n’avait pas été fait. Parfois même de nouvelles usines de guerre avaient été installées145. Des industries interdites avaient produit de l’aluminium, du béryllium, du vanadium, malgré les protestations françaises et soviétiques. Schneiter sentait que la politique anglo-saxonne se modifiait profondément. Il demanda à Koenig de faire détruire d’urgence les bâtiments de l’usine Mauser146.

  • 147 Y I. 1944-1949, 372, MAE, Direct. Europe, 21 mai 1948, « Note, a/s problèmes allemands ».

222Un climat nouveau, dû à l’ERP, s’était installé. Les services français d’Allemagne baissèrent leur garde : « On doit se montrer conciliant sur l’exécution des réparations. » Au Quai d’Orsay, la direction d’Europe pensait de même : « La démagogie anti-allemande du néo-patriotisme communiste et le souvenir des souffrances de l’occupation ont concouru depuis la libération à entretenir dans l’opinion et à inspirer au gouvernement une volonté d’intransigeance dans nos revendications à l’égard de l’Allemagne ». Fort de cette analyse qui faisait porter aux communistes des responsabilités partagées par toute la classe politique française, le Quai recommandait de passer avec l’Allemagne un accord économique « conforme à notre sécurité et économiquement justifiable » ainsi que profitable au prestige de la France en Europe147.

223Une nouvelle politique s’esquissait lentement à travers notes et réflexions des diplomates. Le rapprochement franco-allemand naquit de l’impossible domination française sur l’Allemagne.

  • 148 457 AP 22, Paris, 27 juin 1948, 22 h 45, à Washington, 7066-72. Négociations ZFO/Etats-Unis.
  • 149 CE 51, 22 juin 1948, réunion interministérielle du 21 juin 1948, « Projet d’accord bilatéral Etats (...)

224Un accord bilatéral ERP zone française-Etats-Unis fut négocié puis signé en juillet 1948. Il fit entrer la zone dans l’aide Marshall. Les Français qui signèrent au nom des Allemands de leur zone, veillèrent au maintien des accords commerciaux passés entre la France et le commandement français en Allemagne, à la limitation de production d’acier, au statut privilégié des entreprises françaises dans la zone, mais ils durent accepter la priorité américaine sur les créances de la zone148. Une page était définitivement tournée149.

225La voie de la coopération inter-européenne était prise au sérieux dans certains services du Quai d’Orsay. Etait-elle pleinement celle du ministre Georges Bidault ? Rien n’était moins sûr, malgré des déclarations d’intention et un appel, en juillet, à la création d’une union européenne. La coopération inter-européenne pouvait être un autre moyen de brider l’Allemagne.

Conclusion

226Le prix du plan Marshall pour la France était essentiellement la révision de sa politique allemande. Ni les réparations ni la mainmise sur les richesses charbonnières de la Ruhr ne furent les fondements de la modernisation.

227L’entrée de la France dans l’ERP alignait ce pays sur les Anglais et les Américains dans la grande querelle Est-Ouest, malgré ses résistances. L’année 1948 marquait une accélération de la dislocation de la politique française de résistance au relèvement allemand. Le recul français, profond depuis l’été 1947 après l’attaque surprise de Clay sur la gestion de la Ruhr, s’achevait en débandade après la deuxième conférence de Londres de juin 1948. La fusion économique était l’antichambre de la fusion politique.

228La conjonction des intérêts français et américains à propos de la stabilisation intérieure française milite pour rejeter la thèse d’une subordination des Français à « l’impérialisme américain ». Au contraire, la dévaluation Mayer fut un acte d’autonomie.

229L’essentiel était préservé puisque le plan Monnet serait plus facilement financé par l’aide directe et la contre-valeur. Certes, l’avenir s’annonçait en demi-teinte pour des raisons diverses. Les Français firent connaissance avec des exigences de transparence financières ou économiques qui s’apparentaient à des ingérences. C’est ainsi, en tout cas, que le ressentirent de hauts fonctionnaires peu suspects de contester l’intérêt économique ou politique de l’aide américaine.

230Les clauses de sauvegarde introduites dans l’accord bilatéral étaient-elles suffisantes pour préserver l’autonomie de décision économique du pays ? Monnet en était convaincu, lui qui avait pu mesurer depuis les accord Blum-Byrnes l’intérêt des Américains pour le programme français de planification.

231L’économie française était objectivement sous dépendance américaine consentie mais à risque.

232L’exercice était périlleux en raison des appétits du capitalisme américain et des enjeux stratégiques dans l’Union Française. Mais les Français, soit par intérêt, soit par impuissance, soit enfin par échec tactique sur l’échiquier européen étaient prêts à accepter l’aide Marshall.

233Le prix payé fut l’abandon de deux objectifs : la destruction de l’économie allemande, la coopération entre les deux Europe. La France ne poserait jamais plus les problèmes de politique européenne de la même façon. Les hommes d’influence en étaient conscients, la plupart pour estimer qu’il fallait cesser de rêver à l’impossible et assumer les risques du plan Marshall pour relever la France. La France était frustrée d’une victoire économique sur l’Allemagne au nom des intérêts supérieurs du monde occidental. Il lui fallait relever le défi de la puissance dans des conditions très différentes de celles qu’elle avait imaginées depuis 1945.

Notes

1 AMF 14/1/12, 28 août 1947, « Mémorandum de la délégation française sur les travaux financiers de la conférence ». Y I. 1944-1949, 228, Bonnet, Washington, 20 novembre 1947, 21 h 29, 7549-51.

2 Pierre-Olivier Lapie, De Léon Blum à de Gaulle, Fayard, 1971, p. 161.

3 AMF 11/4/2c, 21 décembre 1947, « Projet de loi proposé par Monnet ». Vincent Auriol, Journal 1947... op. cit.; voir bibl. n° 19; 18 novembre 1947. AMF 11/4/4a, Jean Monnet à René Mayer, 13 janvier 1948, « Question du FME ».

4 Jean Monnet, Mémoires, tome 1, Livre de poche, p. 379. Il parle ici de loi du 16 janvier 1948. AMF 11/1/6, le FME est créé par la loi du 7 janvier 1948, n° 48-30 et 48-31, ses modalités de fonctionnement sont arrêtées par décret du 1er octobre 1948, cf. lettre de Petsche à Monnet du 20 octobre 1948, n° 18583.

5 AMF 1 l/4/67a, 21 février 1948, J. M. « Projet : plan pour Mr. le ministre des Finances ». B 33213, 10 janvier 1948, THH, « Projet d’exposé des motifs pour le décret sur le FNME ». 5 A 14, cr. du CEI, du samedi 31 janvier 1948, doc; SGCEI, 2 février 1948, 012/A. François Bloch-Lainé, Profession, fonctionnaire... op. cit.; voir bibl. n° 24; p. 107.

6 Conférence de presse de Robert Schuman, « Le relèvement de la France », publiée par m’AGEFI, 17 mars 1948, et annexes, « Note sur les résultats et les perspectives de réalisation du plan de modernisation et d’équipement ».

7 AMF 11/5/4b, 25 juin 1948, Jean Monnet à Robert Schuman.

8 B 16020, 20 janvier 1948, Ministère des Finances, Sous-secrétariat d’Etat aux affaires économiques, Dirapro, Grimanelli, « Note pour le ministre, objet : importations de biens d’équipement depuis la libération ». M. Tardy, Le Monde, 4 mai 1948, « Le financement de la reconstruction et de l’équipement ».

9 Pierre Mendès France, Œuvres complètes, tome 2... op. cit.; voir bibl. n° 53; p. 212, « Exposé à l’Assemblée nationale », 21 décembre 1947.

10 Y I. 1944-1949, 230, Bonnet 16 avril 1948, 1664-71.

11 Papiers Elgey, Entretiens E. Hirsch, Daillencourt, 22 juillet 1964, et Van Helmont, Daillencourt, 23 juillet 1964. AMF 11/4/7a, TA, « Projet, Lettre à Mr. René Mayer », 9 mars 1948, « Conversations de Bloch-Lainé et Jean Monnet avec l’ambassade américaine ». B 33459, « Lettre adressée à l’ambassade des Etats-Unis », 2 avril 1948, par le MAE, et réponse américaine du 2 avril 1948. « Liste de la contre-valeur de l’aide intérimaire du 7 avril 1948 ».

12 Y I. 1944-1949, 131, IP 69, 17 mars 1948. 363 AP 7, de René Mayer ? à Tomlinson, 10 mai 1948.

13 B 33213, » Note sur le projet Monnet relatif au FME », 15 janvier 1948, DT ?, sans auteur.

14 B 33459, DT, « Note sur l’affectation à la CAR des prestations des pays ex-ennemis au titre des réparations ». AMF 11/3/5 : 14 février 1948, « Organisation et fonctionnement de la CAR et du FME, mémorandum sur l’affectation de la contre-valeur en francs de l’aide intérimaire ». Source inconnue. Peut-être le CGP.

15 Denise Mayer, René Mayer, études, témoignages, documents, PUF 1983, Claude Tixier : « René Mayer au Ministère des Finances en 1948 », p. 140-144. AMF 11/5/4b, Jean Monnet à Robert Schuman, 25 juin 1948.

16 AMF 11/4/8 Lettre autographe adressée à Jean Monnet, mars 1948 par un de ses collaborateurs ou ami. Auteur non identifié. AMF 11/4/10, JM, 5 avril 1948 à René Mayer.

17 AMF 11/4/15, TA. C. MT, 22 juin 1948, « Mémorandum à René Mayer ».

18 AMF 11/5/lf, « Mémorandum du 2 juin 1948 », et AMF 11/5/2, « Mémorandum du 23 juin 1948 ».

19 François Bloch-Lainé, Profession fonctionnaire, op. cit.; voir bibl. n° 24; p. 108 et 109.

20 Voir Michel Margairaz, « Jean Monnet en 1948, les 5 batailles pour reconquérir la puissance », art. cit... Voir bibl. n° 242.

21 AMF 12/3/lb, 14 février 1948, « Mémorandum sur l’affectation de la contre partie en francs français de l’aide intérimaire ». Source probable, CGP.

22 B 42268, 1re réunion de la CI, 21 juin 1948, où étaient représentés le ministère des Finances, le sous-secrétariat d’Etat aux affaires économiques, Monnet, le gouverneur de la Banque de France, les DT, DB, DDE.

23 Année Politique 1947, p. 322-323, « Déclaration à l’Assemblée nationale de M. Paul Ramadier, président du Conseil désigné, le 21 janvier 1947 ». 52 J 66, « note », s. d. « Programme du gouvernement Ramadier ». Source : peut-être le cabinet.

24 Vincent Auriol, Journal 1947, op. cit.; voir bibl. n° 19; p. 267, 11 juin 1947, note *775, p. 268, note *777.

25 F 60 1003, Jacques Rueff, « Note sur les problèmes économiques et financiers de la France », mai 1947.

26 « Interview de Guillaume Guindey » par une groupe d’historiens de Nanterre, Paris X, p. 18-19, dactylog, 1er février 1980.

27 CE 44, « Note H. Alphand », 28 juin 1947, secret, cf. Annie Lacroix-Riz, Le Choix de Marianne, ed. Messidor, 1985, p. 163.

28 CE 45, « Mémorandum pour Georges Bidault », 1er juillet 1947.

29 Vincent Auriol, Journal 1947, op. cit.; voir bibl. n° 19; p. 383, 4 août 1947 et annexe VII. AMF 17/1/18, « Audition de M. Jean Monnet, CGP, par la commission de la Production Industrielle de l’Assemblée nationale, 16 juillet 1947 ».

30 457 AP 20, H. A., MAE, DAEFT, DG, 2 août 1947, « Note pour le Président sur la CCEE ».

31 74 AP 30, SFIO, 15 août 1947, 39e congrès de Lyon, 14-17 août, « Motion sur le programme économique ».

32 Vincent Auriol, Journal 1947, op. cit.; voir bibl. n° 19; p. 438, 5 septembre.

33 Vincent Auriol, Journal 1947, op. cit.; voir bibl. n° 19; octobre, note 1. 52 J 67, « Monnet au président du Conseil », 8 septembre 1947.

34 52 J 155, « Note sur une politique économique », par André Boulloche, date : été 1947 ?

35 52 J 67, CGP, « Mémorandum sur les conditions d’élaboration d’un programme de stabilisation », Jean Monnet, 8 septembre 1947.

36 François Bloch-Lainé, Profession : fonctionnaire... op. cit.; voir bibl. n° 24; p. 112.

37 Y I. 1944-1949, 130, « Discours de P. H. Teitgen, à la fin de la conférence des Seize », 22 septembre 1947.

38 Vincent Auriol, Journal 1947, op. cit.; voir bibl. n° 19; p. 464-465 et note 22 octobre, 8 octobre 1947.

39 363 AP 7, AMF 12/1/7, « Premier mémorandum sur les mesures à prendre pour préparer la stabilisation », CGP, 52 pages, polycop, 19 septembre 1947, ex. n° 67.

40 Annie Lacroix-Riz, Le choix de Marianne, op. cit.; voir bibl. n° 227; p. 164.

41 AMF 10/l/6a, « Rapport de la sous-commission des investissements, octobre 1947 ? AMF 10/1/8, novembre 1947,CGP, Commission du bilan national, « Résultats statistiques des travaux de la commission du bilan national ». Papiers Elgey, interview de Pierre Uri par Claude Daillencourt, 29 juillet 1964 ou 1965.

42 AMF 10/1/9a, Jean Monnet au président du Conseil et au ministère des Affaires étrangères et des Finances, décembre 1947, sur le bilan de la commission nationale. Vincent Auriol, Journal 1947, op. cit.; voir bibl. n° 19; p. 549, 18 novembre 1947. Vincent Auriol a retenu un écart de 380 milliards.

43 AMF 11/4/M(C/DS) 6 décembre 1947 à Mr. le Président du Conseil et au ministre des affaires économiques. AMF 11/4/lb « Mémorandum de la CGT sur les perspectives de ressources et des besoins de l’économie française en 1948 ». 363 AP 7, Jean Monnet C. MT-2-GJ-TA, 24 novembre 1947 à René Mayer, « mon cher ami... ».

44 F 60 904, « Rapport Boutteville, 1er rapport », CGP, commission des investissements des activités de base, « 2e rapport, 25 décembre 1947, investissements, 1er semestre 1948 ». F 60 904, 5 A 14, doc 017/A, « cr. séance du CEI du 10 février 1948 ».

45 363 AP 7, « Note pour le ministre », G. Cusin, 25 novembre 1947, secret. 52 J 68, G. C. (Gaston Cusin), 20 juillet 1947, « Le déséquilibre de la balance des paiements et les perspectives monétaires, 17 pages. » Louis Franck, 697 ministres, op. cit.; voir bibl. n° 38; Henri Koch, Histoire de la Banque de France et de la monnaie sous la IV République, 1983, Dunod, p. 109-110. IPMF 1948, Argus de la Presse, 27 janvier 1948, « Déclaration de Robert Schuman, à l’Assemblée nationale ».

46 Vincent Auriol, Journal 1947, op. cit.; voir bibl. n° 19; 12 novembre 1947, p. 534-535.

47 Louis Franck, 693 ministres, op. cit.; voir bibl. n° 38; p. 47.

48 Entretien Marès-Paul Delouvrier, 3 juin 1981. Entretien Claude Tixier-Gérard Bossuat, 14 mai 1985.

49 Vincent Auriol, Journal 1947, op. cit.; voir bibl. n° 19; p. 588-89, 26 novembre 1947, p. 627, 15 décembre 1947, p. 636, 19 décembre 1947. Entretien Claude Tixier-Gérard Bossuat, 14 mai 1985.

50 Sur le plan Mayer, voir François Caron, « Le plan Mayer : un retour aux réalités », article rédigé pour le colloque FNSP, La France en voie de modernisation, 1944-1952, 4-5 décembre 1981.

51 363 AP 38, CV à René Mayer, 22 décembre 1947. 363 AP 7, HB à René Mayer, 5 janvier 1948. CE 46, Bonnet, Washington, 22 décembre 1947, 12 h 05, 3922.

52 Denise Mayer, René Mayer... op. cit.; voir bibl. n° 51 ; p. 142-148, C. Tixier. Vincent Auriol, Journal 1948... op. cit.; voir bibl. n° 19; p. 16-17, 5 janvier 1948. François Bloch-Lainé, Profession fonctionnaire... op. cit.; voir bibl. n° 24; p. 101, 108.

53 Interview de Guillaume Guindey par A. Mares et G. Bossuat, mai 1985, Bulletin de l’Institut Pierre-Renouvin, n° 1, Eté 1986.

54 Michel Margairaz, « Jean Monnet en 1948, les 5 batailles pour reconquérir la puissance », art. cit. voir bibl. n° 242, Colloque d’Augsburg 1984.

55 363 AP 7, 7 pages manuscrites, couleur bleue, crayon, paginées rouge, esquisse de discours de Mayer ?

56 FRUS, 1948, vol. III, « Western Europe », tel. Caffery au Secrétaire d’Etat, 5 janvier 1948, 7 p. m. Sur l’ampleur de la dévaluation souhaitée, la position de R. Mayer : Denise Mayer, René Mayer... op. cit.; voir bibl. n° 51 ; p. 143. 363 AP 7, 457 AP 79, p. 1, René Massigli à René Mayer, Londres, 6 janvier 1948, 16 h 45, 51-55, secret. 363 AP 7, « Note du 7 janvier 1948, Hall Patch, Fraser, sur la visite de René Mayer ». 457 AP 79, affaires économiques, 8 janvier 1948, à Londres, 37-38.

57 IPMF1948, Gazette de Lausanne, 23 janvier 1948. 457 AP 79, Massigli, 8 janvier 1948, 204, 78-80.

58 363 AP 7, « Note », très secret, 17 janvier 1948, « cr. réunion des experts du 16 janvier 1948 », trésorerie britannique. IPMF 1948, « Note », s. or., du 5 janvier 1948, sur la dévaluation, 8 p. dactylog. Interview Guindey par un groupe d’historiens de Nanterre-Paris X, 1er février 1980, p. 11, dactylogr.

59 457 AP 79, René Mayer, Londres, 18 janvier 1948, 0 h 30, 208-217 et 218-220 bis, pour Henri Bonnet, Pierre Mendès France, C. Valensi. IPMF 1948, Londres, Baudet, 17 janvier 1948, 26-33, « Lettre de Cripps à Mayer, a/s stabilisation monétaire ». 363 AP 7, « Projet de réponse à Cripps ». Dorchester Hôtel, Londres.

60 FRUS, vol. III, « Western Europe », 1948, p. 1 Caffery au secrétaire d’Etat, 14 janvier 1948, 8 p. m., 851-00/1-1448, n° 227, p. 594-95. « Il est évident que la stabilisation sociale et politique de la France et de l’Europe de l’Ouest dépend largement de la stabilisation économique... Le gouvernement Schuman le reconnaît et produit un effort courageux et déterminé dans cette direction. »

61 457 AP 79, Bidault, 18 janvier 1948, 23 h 45, à Washington, 299, très secret.

62 457 AP 79, 18 janvier 1948, 2 h 00, Washington, 300/312, très secret, « Message de Schuman à Snyder ».

63 457 AP 79, MAE, 22 janvier 1948, 1 h, à Londres 309-316, à Massigli, de R. Mayer pour Cripps et Massigli, 22 janvier 1948, 22 h 20, 278-79, à Paris, 19 h 15.

64 457 AP 79, 23 janvier 1948, 4 h 20, à Londres 365. FRUS III, « Western Europe », 1948, Washington, 26 janvier 1948, secret n° 135, « Multiple french rates stirs U. K and Fund ».

65 457 AP 79, Bonnet Washington, 1er février 1948, 21 h 45, 476-477. 457 AP 21, Washington, 28 janvier 1948, 22 h 50, 413-415, confirmé par Bérard, De Washington à Bonn, op. cit; p. 137.

66 457 AP 79, 24 janvier 1948, « Note » de la DGAEF ? H. A. 30 janvier 1948, à Londres 477-79, très secret, et « Communiqué franco-britannique sur les entretiens Mayer-Cripps », 25 janvier 1948, Année politique 1948, p. 354.

67 457 AP 79, Washington, 24 janvier 1948, 7 h 00, 347-53, 20 h 17, à R. Schuman, et « Communiqué du FMI, 25 janvier 1948 », Année Politique 1948, p. 354-355.

68 457 AP 79, H. A. 3 février 1948, « Répercussions internationales de la politique économique et financière du gouvernement, discours pour le ministre des affaires étrangères ». A-t-il été prononcé ? et H. A., 26 janvier 1948 « Note sur les aspects internationaux de la dévaluation du franc français ». C’était jouer avec les mots !

69 B 33648, 28 janvier 1948, « Projet de telegr. pour Bruxelles ». Voir H. Koch, Histoire de la Banque de France... op. cit.; voir bibl. n° 220.

70 Jacques Wolff, « Données... art. cit. voir bibl. n° 306; Colloque de la FNSP, « La France en voie de modernisation ». 1981. Claude Gruson Origines et espoirs de la planification française, Dunod, 1968, p. 56.

71 Vincent Auriol, Journal 1948... op. cit.; voir bibl. n° 19; p. 55, sur le débat au sein de la SFIO, 29 janvier 1948.

72 Jacques Dumaine, Quai d’Orsay... op. cit.; voir bibl. n° 35; p. 262. Interview de Guillaume Guindey, 1er février 1980, Nanterre, Paris X, p. 18, dactyl. IPMF 1948, « Extrait d’une lettre de Largentaye », n. d. autour de mars 1948.

73 B 33719, J. de Sailly, 21 mars 1948, à ministère des Finances et des Affaires économiques, « Conséquences sur le plan commercial du projet français de réforme monétaire ». Année Politique 1948, p. 12.

74 CE 16, Grousset, La Havane, 26 janvier 1948, 11 h 29, n° 88, de Philip à Schuman, Bidault et Mayer.

75 4 AU 31 Dr 2 sdr a, 23 janvier 1948, J. M et D. M. à Vincent Auriol.

76 IPMF 1948, Pierre Mendès France, New York, 1er mars 1948, à DFE et note 342. IPMF 1948, C. Valensi, 8 avril 1948 à DFE. G. Guindey 14 avril 1948 à Pierre Mendès France. Pierre Mendès France à G. Guindey, 15 avril 1948. « Extrait de lettre de Pierre Paul Schweitzer », 22 mars 1948, secret.

77 B 33689, « Lettre du gouvernement français au Secrétaire d’Etat par interim, R. Lovett », 24 avril 1948.

78 457 AP 21, J. M. à R. Schuman, 18 avril 1948.

79 CE 48, F 12 10323, Bonnet, 2099-109, 15 mai 1948, 20 h, 147 DET, « Remarque sur le projet d’accord bilatéral ».

80 CE 48, 18 mai 1948, Bonnet à G. Bidault, « a/s déclaration de Paul Hoffman ». En marge remarque d’un fonctionnaire : [ ?]

81 CE 48, DAEF, 28 mai 1948, « Note pour le Président, accord bilatéral de coopération entre la France et les Etats-Unis ». 363 AP 8, MAE, AEF, « Note », Paris 18 juin 1948, 9 pages polycop., « Négociations relatives à l’accord bilatéral franco-américain ». CE 48, « Examen du projet d’accord franco-américain », s. d. s. o. AE ou Finances ?

82 CE 48, 363 AP 8, p. 41/59, 457 AP 22, DAEF, 7 juin 1948, VL, « Points sur lesquels le projet américain d’accord bilatéral doit être amendé ».

83 CE 48, AE, direct, des échanges extérieurs, 7 juin 1948, « Analyse sommaire du projet d’accord entre la France et les Etats-Unis relatif au plan Marshall ». 363 AP 8, « Note pour le ministre des Finances et des affaires économiques », 7 juin 1948, « a/s accord bilatéral franco-américain ». 457 AP 22, VL; 9 juin 1948, à Washington, 2816, très urgent. Vincent Auriol, Journal 1948... op. cit.; voir bibl. n° 19; p. 260, 9 juin, Conseil des ministres.

84 457 AP 22, Bonnet 14 juin 1948, 21 h 50, 2555-62, sur les désaccords, et réponse de la DAEF, Alphand, 15 juin 1948, 23 h, à Washington, 2881-85. 453 AP 22, CE 48, Washington, 16 juin 1948, 0 h 50, 2575-96. Très urgent.

85 CE 48, JPB, à ambassade de France. Buenos-Aires, 12 juin 1948, 398-404.

86 453 AP 22, CE 48, 363 AP 8, DAEF, JPB, 17 juin 1948, à Washington, 2897-911, ou 14 DET, « Accord bilatéral ERP ».

87 457 AP 22, CE 48, DAEF, à Washington 2953-58, 18 juin 1948, « Réunion du Conseil des ministres restreint ».

88 457 AP 22, CE 48, Washington, 18 juin 1948, l h 30, 2627-33.

89 363 AP 8, 457 AP 22, CE 48, Washington, 22 juin 1948, 23 h 10, 2735-46, « Discussions avec Thorp et les ambassadeurs de France et de Grande-Bretagne ». 453 AP 22, Washington, 23 juin 1948, 1 h 45, 2753-57.

90 457 AP 22, CE 48, PB, 23 juin 1948, 3021-23, 0 h 30, à ambassade de France à Washington.

91 CE 48, Bonnet, 23 juin 1948, 14 h 50, 2759-61. Y I. 1944-49, 230, SIP, circ. 170 IP, 28 juin 1948, « Accord bilatéral d’application du plan Marshall ». Vincent Auriol, Journal 1948... op. cit.; voir bibl. n° 19; p. 285, Conseil des ministres, 28 juin 1948.

92 CE 48, 363 AP 8, Bonnet, 2811-18, 24 juin 1948, 22 h, sur article 2 & le.

93 457 AP 22, CE 48, Bidault à Washington, 3053, 26 juin 1948, « Accord bilatéral ».

94 457 AP 22, Washington, 26 juin 1948, 17 h 10, 2861-67. 457 AP 22, CE 48, Bonnet, Washington, 26 juin 1948, 19 h 50, 2869-70.

95 457 AP 22, G. Guindey, 28 juin 1948, « Note pour le ministre ».

96 Vincent Auriol, Journal 1948... op. cit.; voir bibl. n° 19; p. 285, lundi 28 juin. Année Politique 1948, p. 106 à 112, p. 403, et Notes documentaires et études, n° 951, « Textes diplomatiques », LV, section langues étrangères, 13 juillet 1948.

97 Ce Soir, 28 juin 1948.

98 457 AP 22, MC/C/DS, 28 juin 1948, « Mémorandum pour Washington, 25 juin 1948 », 200 DET source imprécise.

99 457 AP 22, HA/MB, 3 juillet 1948.

100 457 AP 22, CE 48, VL, Coopér. économique, DAEF, 2 juillet 1948, art. V, « Accord sur l’accès aux ressources ». 457 AP 22, JPB, DAEF, note, date ?

101 457 AP 22, CE 48, VL, 2 juillet 1948, « Note échange de lettre sur l’Allemagne ».

102 F. Fontvieille-Alquier, La grande peur de l’Après-Guerre, ¡946-53, p. 273.

103 Le Populaire, 30 juin 1948, « Pour la signature de l’accord bilatéral ».

104 457 AP 22, AFP, 4 juillet 1948. 331 AP 1, Commission des affaires étrangères de l’Assemblée nationale, 29 juin 1948, « Audition de Bidault ». 363 AP 8, J.O. Mardi 6 juillet 1948, n° 79 AN, cr. in extenso, 143e séance, lundi 5 juillet 1948, p. 4309, et 144e séance, p. 4327. Y I. 1944-49, 230, circ. IP 180, 7 juillet 1948, « Débats à l’Assemblée nationale sur l’accord bilatéral franco-américain ». L’accord est ratifié par la loi n° 48-1103, du 10 juillet 1948 in « Note d’information sur l’aide accordée à la France par les Etats-Unis », du 1er février 1956, sans origine, B 18220, sans doute la DFE.

105 J. O. du 27 juin 1948, p. 6194. Crédit National, extrait du PV du CA du 13 janvier 1948.

106 52 J 157,18 octobre 1947, J. Humbert, Chef d’EMG adjoint, 266, DN/l/SR, au président du Conseil et au MAE, secret, réservé.

107 Y I. 1944-49, 382, Direction Europe, « Les entretiens de Londres, 17-18 décembre 1947 », 10 janvier 1948.

108 Y I. 1944-49, 382, Direct. Europe, 12 janvier 1948, JCP, « Note ». FRUS II, 1948, p. 73, « Economic agreement between the U. S, the U. K. and France, regarding the Saar, 20 février 1948 ».

109 FRUS II, 1948, GC Marshall to british ambassador Lord Inverchapel, 13 janvier 1948, 862.00/1-848. Correspondance particulière H. Bonnet, Jean Chauvel, 12 janvier 1948 à H. Bonnet.

110 Y I. 1944-49, 300, AE, Direct. Europe, sous dir. Europe centrale, 22 janvier 1948, « Mémorandum français ». Vincent Auriol, 1948, Journal 1948, op. cit.; voir bibl. n° 19; p. 26, 10 janvier 1948, p. 34, 14 janvier 1948, Conseil des ministres. Y I. 1944-49, 381, AE, Dir. Europe, 17 février 1948, « Note, a/s réorganisation de la bizone ». Y I. 1944-49, 382, PL, 24 janvier 1948, Dir. Europe, Sousdir. Europe centrale, « Note sur l’organisation de l’Allemagne occidentale ».

111 Vincent Auriol, Journal 1948... op. cit.; voir bibl. n° 19; 7 février 1948, p. 74, Conseil des ministres, il avait annoncé cette intention en Conseil des ministres. 18 février 1948, p. 96, il précise ses intentions lors d’une entrevue avec Auriol.

112 Léon Blum, Oeuvres, 1947-1950... op. cit.; voir bibl. n° 25; p. 161, Le Populaire, 15 janvier 1948, « Grande-Bretagne et France, la question de la Ruhr ».

113 4 AU 31, Dr2, Sdrb, 21 février 1948, le MAE, G. Bidault à M. l’ambassadeur de France en Grande-Bretagne, secret. Vincent Auriol, Journal 1948... op. cit.; voir bibl. n° 19; p. 106, 21 février « Instructions de Georges Bidault soumises au Conseil des ministres ».

114 Y I. 1944-49, 300, « Communication de Londres », 27 février 1948, Massigli, 757-62, « Conversations avec Douglas et Strang ». FRUS II, 1948, p. 98, Delsec 1587, 28 février, 11 a.m. Pierre Mélandri, Les Etats-Unis face à l’unification de l’Europe, tome 1, Lille, 1977, p. 282-283.

115 Vincent Auriol, Journal 1948... op. cit.; voir bibl. n° 19; p. 122, 3 mars 1948, « Conseil des ministres, administration générale de la production de charbon et de l’acier pour l’Europe occidentale ».

116 Y I. 1944-1949, 300, Massigli, « Communication de Londres », 2 mars 1948, 830-36, 837-40, « Problème de la fusion ». 5 mars 1948, 15 h 00, 873-75.

117 Y I. 1944-1949, 399, Londres, 6 mars 1948, Massigli. Papiers Massigli, Londres, 1766-67, 18 h 30, 1er avril 1948.

118 Y I. 1944-1949, 301, PL, MAE, 7 mars 1948, très secret, « Conversations de Londres », 23 février, 6 mars 1948. 4 AU 31 Dr3 ». Note d’H. Bonnet, 24 mai 1948, suite aux conversations avec Lovett ».

119 Y I. 1944-1949, 399, DAEF, 8 mars 1948, secret, « Note pour le Président ».

120 B 8829, Le DG de l’Economie et des Finances, n° 243, documents, plans et statistiques, à Mr. le Général d’armée Koenig, commandant en chef français en Allemagne. 8 mars 1948. « Avantages que la France retire de l’occupation ». En notule : rapport Filippi a été récupéré par JML, 19 décembre 1952, à de Lattre.

121 B 8799, 14 mars 1948, Baden-Baden, CCFA, cabinet civil, 1657/CC/CAC, très secret, le général d’armée Koenig, à Mr. le Secrétaire d’Etat aux affaires allemandes et autrichiennes, « Prélèvements en Allemagne ».

122 Y I. 1944-1949, 302, C. Paris, PL/Paris, 20 mars 1948, à Berlin, 713, Londres 1319, Washington 1560. Y I. 1944-1949, 302, Saint-Hardouin, Berlin, 23 mars 1948, 24 h, 685-86. Y I. 1944-1949, 302, Dir. Europe, 96, 25 mars 1948, à Koenig.

123 FRUS II, 1948, Marshall à Murphy, 528, 24 mars 1948, 7 p. m., p. 150.

124 Y I. 1944-1949, 304, Koenig à MAE, Baden, 19 avril 1948, très secret, 2536/CC/CAC, « a/s négociations tripartites de Berlin entre les 3 commandants en chef en Allemagne ». Y I. 1944-1949, 302, Saint-Hardouin, Berlin, 27 mars 1948, 12 h 30, 739-41, GT n 4, sur la fusion des zones.

125 Y I. 1944-1949, 304, Dir. Europe, 17 avril 1948, JCP.

126 Y I. 1944-1949, 304, Londres, 20 avril 1948, 1591-93, délégation française. Y I. 1944-1949, 304, Londres, 22 avril 1948, délégation française.

127 Y I. 1944-1949, 309, 21 avril 1948, 15 h, 2e séance.

128 Y I. 1944-1949, 309, et 399, cr. 3, « Conversations sur l’Allemagne », 2e session, 3e séance, 22 avril 1948, 15 h. FRUS II 1948, p. 200, Douglas à sous-secrétaire d’Etat, 22 avril 1948, 11 p. m., 1699.

129 Y I. 1944-1949, 399, Massigli, Londres, 6 mai 1948, 21 h 5, 1836-38.

130 Y I. 1944-1949, 399, DAE, 7 juin 1948, « Note a/s Ruhr ». Y I. 1944-1949, 399, Bidault, à Londres, Bruxelles, Washington, La Haye, Luxembourg, 18 juin 1948.

131 Y I. 1944-1949, 399, Direct. Europe, 12 juin 1948, note.

132 Y I. 1944-1949, 381, PM, 7 mai 1948, Direct. Europe, sous-direct. Europe centrale, « Note ».

133 Y I. 1944-1949, 230, Massigli, Londres, 1er mai 1948, 1761-63. 457 AP 22. diplomatie, 29 avril 1946 à Londres, 1962. B 8871, « Note d’Alphand au ministère des Finances », 15 mai 1948, relative à l’adhésion de la zone française à la JEIA.

134 Y I. 1944-1949, 230, Bonnet, 8 mai 1948, 15 h, 1960-1966, ZFO et Larre, SEAAA, pour Washington, Arnal, fin avril 1948. DAEF, 30 avril 1948, 24 h, pour Washington, 2233.

135 B 8871, autour de juin 1948, « Projet du MAE au général Koenig ». FRUS II, 1948, Delsec 1736, p. 242, Douglas, 13 mai 1948, Londres au Secrétaire d’Etat.

136 B 8902, Ministère des Finances et des affaires économiques, 1er août 1948, « Note pour le ministre, objet : prélèvements dans la ZFO ».

137 Papiers Massigli, 2174-82, 3 juin 1948, très secret, « Conversations avec les Etats-Unis et la Grande-Bretagne », source : Massigli ?

138 453 AP 22, 28 mai 1948, 23 h, à Washington, 2591-93.

139 FRUS II, 1948, p. 317, Caffery à Secretary of State, 2 juin 1948, è p. m., 2927, secret.

140 Pierre-Olivier Lapie, De Léon Blum à de Gaulle... op. cit.; voir bibl. n° 45; p 154.

141 Vincent Auriol, Journal 1948... op. cit.; voir bibl. n° 19; 19 juin 1948, p. 276.

142 ZE, 1944-1949, Généralité 83, VHT, 23 juin 1948, « Perspectives économiques allemandes et relèvement de l’économie française, conversations, 18 juin 1948 ».

143 363 AP 8, R. Larre, Paris, 10 juin 1948, pour Pierre-Paul Schweitzer, « Note sur le PRE à long terme de l’Europe, et sur la place de l’économie allemande ».

144 Y I. 1944-1949, 367, direction des accords techniques, Panafieu, à Bonnet, 10 février 1948, 836-839.

145 Y I. 1944-1949, 367, Washington, 12 mars 1948, 23 h 45, 1109-1113. Y I. 1944-1949, 372, R. Offroy, circ. 44/IP, 19 février 1948, « Positions françaises en matière de réparations allemandes ». Y I. 1944-1949, 372, CC/Cdt en chef en Allemagne, 6 mars 1948, à G. Bidault, n° 119/ EU, « Les alliés et l’économie allemande ». 28 février 1948, note Filippi.

146 Y I. 1944-1949, 368, LB, Berlin à SEAAA, Paris, 10/CC/31 mai 1948.

147 Y I. 1944-1949, 372, MAE, Direct. Europe, 21 mai 1948, « Note, a/s problèmes allemands ».

148 457 AP 22, Paris, 27 juin 1948, 22 h 45, à Washington, 7066-72. Négociations ZFO/Etats-Unis.

149 CE 51, 22 juin 1948, réunion interministérielle du 21 juin 1948, « Projet d’accord bilatéral Etats-Unis/ZFO ».

Table des illustrations

Titre Tableau 24. Bilan de la réalisation du plan en juin 1948 dressé par Jean Monnet
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2710/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Titre Tableau 25. Paiements des équipements et des investissements, premier semestre 1948
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2710/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Titre Tableau 26. Réduction des investissements de reconstruction-modernisation pour 1948
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2710/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Tableau 27. Avantages économiques de l’occupation française en Allemagne
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2710/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 122k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540